SAINT-FOIX

Citations

Elles [les femmes publiques] avaient dans chacune de ces rues un clapier qu'elles tâchaient à l'envi de rendre propre, agréable et commode, Essais sur Paris, Oeuvres, t. III, p. 73, dans POUGENS. dans CLAPIER
Un cordelier, son orateur [de Jean duc de Bourgogne], nommé Jean Petit, soutint, en présence du dauphin qui présidait, que le duc d'Orléans, par diverses actions, s'était montré un impie et un tyran, Ess. Paris, Oeuvres, t. V, p. 157, dans POUGENS dans CORDELIER
D'habiles naturalistes ont soutenu que ces espèces de cuirasses (les corps de baleines serrés) pour renfermer et contenir la taille des enfants sont très pernicieuses, parce qu'elles gênent la nature, la forcent et souvent l'étouffent ; ce fut Catherine de Médicis qui en introduisit l'usage en France, Ess. Paris, t. IV, p. 265, dans POUGENS dans CORPS
Cette rue s'appelait anciennement la rue de l'Égyptienne, à cause d'une chapelle de sainte Marie Égyptienne qui est à l'entrée du côté de la rue Montmartre ; le peuple, par abréviation et corruption du mot, s'est accoutumé à l'appeler rue de la Jussienne, Ess. Paris, Oeuvres, t. III, p. 182, dans POUGENS dans CORRUPTION
On appelait les lits couches quand ils avaient dix ou douze pieds de long sur autant de large, et couchettes quand ils n'avaient que six pieds de long et six de large, Ess. Paris, Oeuvres, t. III, p. 71, dans POUGENS dans COUCHETTE
Pour le couronnement on se servait de la couronne de Jeanne d'Évreux, troisième femme de Charles le Bel, princesse digne, par ses vertus, de cette espèce d'immortalité ; Marie de Médicis, femme de Henri IV, est la dernière qui ait été couronnée, Ess. Paris, Oeuvres, t. III, p. 360, dans POUGENS dans COURONNEMENT
Elles [les femmes publiques] étaient obligées de s'y rendre à dix heures du matin et d'en sortir dès qu'on sonnait le couvre-feu, Ess. Paris, Oeuvres, t. III, p. 73, dans POUGENS dans COUVRE-FEU
Henri IV, à l'audience qu'il donna à Dom Pèdre de Tolède, le 3 juillet 1608, dit aux maréchaux de France et aux ducs de se couvrir, voyant que cet ambassadeur entrait et s'avançait sans se découvrir, Ess. Paris, Oeuvres, t. IV, p. 362, dans POUGENS dans COUVRIR
Lisez l'histoire de la croisade contre les Albigeois ; lisez celle de la conquête du Mexique ; vous verrez que les croisés n'avaient pas commis moins d'horreurs dans le Languedoc que les Espagnols en commirent dans l'Amérique, Ess. Paris, oeuvres, t. IV, p. 319, dans POUGENS dans CROISADE
Eh ! comment font tant de jeunes filles qui, pendant des mois entiers, résistent à leur penchant, cachent leur amour, et paraissent non-seulement insensibles, mais encore cruelles à un amant qui leur plaît ?, Oracle, sc. 7 dans CRUEL, ELLE
Ceux qui ne furent point tués, blessés ou démontés, et qui purent arriver jusqu'au bout du défilé, furent aisément culbutés, et mirent le désordre dans notre gendarmerie qui devait les soutenir, Ess. Paris, Oeuvres, t. V, p. 123, dans POUGENS dans CULBUTÉ, ÉE
Feu M. le duc de Bourgogne avait la plus grande estime pour les curés de Paris ; il était persuadé qu'il fallait leur faire l'accueil le plus favorable à la cour, et leur accorder, autant qu'il était possible, les petites grâces qu'ils demandaient pour des familles, Ess. Paris, Oeuvres, t. IV, p. 214, dans POUGENS dans CURÉ
Ah ! si ma dame me voyait, disait Fleuranges en montant le premier à l'assaut, Ess. Paris, Oeuvres, t. IV, p. 173, dans POUGENS dans DAME
On bandait les yeux de ceux qu'on décapitait pour crimes de trahison envers le roi et l'État.... ceux qu'on ne décapitait point pour crimes de trahison, étaient les maîtres d'avoir ou de n'avoir pas les yeux bandés, Ess. hist. Paris, Oeuvres, t. IV, p. 217, dans POUGENS. dans DÉCAPITER
On prit de si bonnes mesures qu'aucun de ses partisans n'osa se déclarer, Ess. Paris, Oeuvres, t. V, p. 169 dans DÉCLARER
Le chancelier Bacon tombait en défaillance toutes les fois qu'il y avait une éclipse de lune, Ess. Paris, Oeuvres, t. IV, p. 400, dans POUGENS dans DÉFAILLANCE
Personne n'ignore les démêlés de Philippe le Bel avec Boniface VIII, Ess. s. Paris, Oeuvres, t. III, p. 404, dans POUGENS. dans DÉMÊLÉ
La cotte d'armes de nos rois était bleue, semée de fleurs de lis d'or ; ils portaient une écharpe blanche de temps immémorial ; le blanc a été la couleur désignative de notre nation, comme le rouge paraît l'avoir toujours été de la nation anglaise, Ess. Faris, Oeuvres, t. IV, p. 108, dans POUGENS dans DÉSIGNATIF, IVE
Paul Scarron et sa femme [depuis Mme de Maintenon] n'avaient pour tout logement que deux chambres sur le devant, séparées par l'escalier, une cuisine sur la cour, et un cabinet où couchait un petit laquais, Ess. Paris, t. III, p. 303, dans POUGENS dans DEVANT
Un gueux a un chien pour avoir un être sur qui dominer, Ess. Paris, Oeuvres, t. IV, p. 173, dans POUGENS dans DOMINER
Louis le Jeune, en 1168, avait ordonné que, pour une dette qui n'excéderait pas cinq sols, le duel ne pourrait avoir lieu, Ess. Paris, Oeuvres, t. IV, p. 76, dans POUGENS dans DUEL
Philippe le Bel défendit le duel en matière civile ; et l'on put plaider sans être obligé de se battre, ib. t. III, p. 16 dans DUEL
Les fratricelles, moines échappés de l'ordre de Saint-François, Ess. Paris, Oeuvres, t. IV, p. 344 dans ÉCHAPPÉ, ÉE
Le titre de roi de France, dont ses successeurs [d'Édouard III, d'Angleterre] ont continué de se décorer, uniquement, disait le satirique comte de Rochester, pour se conserver le privilége de guérir des écrouelles, Ess. Paris, t. V, p. 84, dans POUGENS dans ÉCROUELLES
On prétend qu'on remarquait depuis trois ou quatre jours quelque égarement dans les yeux et dans l'esprit du roi [Charles VI], Ess. Paris, Oeuvres, t. V, p. 155, dans POUGENS dans ÉGAREMENT
En entrant dans nos églises nouvellement bâties et qu'on a rendues si claires, sent-on ce frémissement religieux, ce même recueillement qu'inspirait l'obscurité des anciennes ?, Ess. Paris, Oeuvres, t. IV, p. 221, dans POUGENS dans ÉGLISE
Le cerf est doux, tranquille ; il ne s'embusque point dans l'épaisseur des forêts pour y commettre un crime, Ess. Paris, Oeuvres, t. IV, p. 241, dans POUGENS dans EMBUSQUER
Dans le cabinet où travaillait cet infatigable écrivain [Le Nain de Tillemont], on voyait l'empreinte de ses deux pieds marquée sur les carreaux qui étaient sous son bureau, Ess. Paris, Oeuvres, t. III, p. 369, dans POUGENS dans EMPREINTE
L'autel et monseigneur le cardinal de Sourdis furent encensés et non le roi ; disant les chapelains de Sa Majesté, qu'on avait autrefois empoisonné des rois par le moyen des encensements, Ess. sur Paris, Oeuvres, t. IV, p. 161, dans POUGENS. dans ENCENSEMENT
La Bastille et le couvent des Célestins paraissaient enclavés dans son enceinte [de l'hôtel du roi Charles V], Ess. Paris, Oeuvres, t. III, p. 70, dans POUGENS dans ENCLAVÉ, ÉE
Le bon roi Robert encourut les censures de l'Église pour avoir épousé sa cousine, Ess. Paris, Oeuvres, t. IV, p. 95, dans POUGENS dans ENCOURIR
Nous admirons tous les jours stupidement, comme le véritable coloris de la grande et sublime morale, l'enluminure d'une petite métaphysique, aussi fausse dans ses principes qu'illusoire dans ses conséquences, Ess. Paris, Oeuvres, t. III, p. 384, dans POUGENS dans ENLUMINURE
Le plaisir nous fait oublier que nous existons, l'ennui nous le fait sentir, Ess. Paris, Oeuvres, t. IV, p. 246, dans POUGENS dans ENNUI
Nouveaux enrichis, vous tâchez d'en imposer par vos habits, vos équipages et des airs importants ; mais, en voulant cacher qui vous êtes, vous le faites demander, Essai Paris, Oeuvres, t. IV, p. 350, dans POUGENS dans ENRICHI, IE
Il [le curé de Saint-Paul] déclama fortement contre les confréries, et menaça d'excommunication ceux qui s'y enrôleraient, Ess. Paris, Oeuvres, t. IV, p. 213, dans POUGENS dans ENRÔLER
La guerre est presque aussi ancienne que le genre humain, et les enseignes sont aussi anciennes que la guerre, Ess. Paris, Oeuvres, t. IV, p. 298 dans ENSEIGNE
Sous la première et la seconde race, on n'enterrait pas même dans l'enceinte des villes, Ess. Paris, Oeuvres, t. IV, p. 27, dans POUGENS dans ENTERRER
Sur la fin du dîner commença le spectacle ou entremets ; on vit paraître un vaisseau avec ses mâts, voiles et cordages, Ess. Paris, Oeuvres, t. IV, p. 130 dans ENTREMETS
Aujourd'hui on entretient ; se serait-on jamais imaginé que le Français deviendrait si humble ? on prétend qu'il y a à présent dans Paris près de trois mille filles entretenues, Ess. Paris, t. III, p. 422, dans POUGENS dans ENTRETENIR
Les personnes distinguées par leur naissance, hommes et femmes, portaient toujours un épervier sur le poing, Ess. Paris, Oeuvres, t. IV, p. 238, dans POUGENS dans ÉPERVIER
Quelques historiens, moines grecs, ont cru et écrit très sérieusement que tous nos rois de la première race naissaient avec l'épine du dos couverte et hérissée d'un poil de sanglier, Ess. Paris, Oeuvres, t. IV, p. 169, dans POUGENS dans ÉPINE
Il paraît qu'on ne commença à mettre des épitaphes sur les tombeaux de nos rois que sous la seconde race, Ess. Paris, Oeuvres, t. IV, p. 142, dans POUGENS dans ÉPITAPHE
Louis XIV, au mois d'avril 1674, érigea les terres et seigneuries de Saint-Cloud, de Maisons, de Créteil, d'Ozoi-Laferrière et d'Armentières en duché-pairie en faveur de François de Harlay, archevêque de Paris, et de ses successeurs, Essai Paris, Oeuvres, t. III, p. 234, dans POUGENS dans ÉRIGER
Il est faux que le mufti prétende, comme le grand lama, qu'il ne peut errer ; loin de vouloir persuader qu'il est infaillible, il met toujours au bas de ses réponses et de ses décisions : D'ailleurs il n'y a que Dieu qui ne peut jamais se tromper, Ess. Paris, Oeuvres, t. IV, p. 372, dans POUGENS dans ERRER
pour vous marquer, dit Aristote, qu'on honore votre cerveau, le siége du bon sens et de l'esprit, Ess. Paris, Oeuvres, t. IV, p. 276, dans POUGENS dans ÉTERNUER
Enguerrand de Marigny, qui les fit bâtir [les fourches patibulaires], les étrenna, Ess. Paris, Oeuvres, t. IV, p. 61, dans POUGENS dans ÉTRENNER
Philippe de Valois ne vit pas l'expiration de la trêve ; il mourut à Nogent-le-Roi, le 22 août 1 350, âgé de 57 ans, Ess Paris, Oeuvres, t. V, p. 116, dans POUGENS dans EXPIRATION
Plusieurs artistes du premier ordre, blessés par les critiques qui ont été faites des ouvrages qu'ils avaient exposés au salon du Louvre, en ont été découragés au point de renoncer pour jamais à cette exposition, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p 197, dans POUGENS dans EXPOSER
Charlemagne avait tâché de bannir absolument de Paris les femmes publiques ; il avait ordonné qu'elles seraient condamnées au fouet, et que ceux qui les auraient logées, ou chez qui on les aurait trouvées, les porteraient sur leur cou jusqu'au lieu de l'exécution, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 72, dans POUGENS dans FEMME
Ferrailler à la moindre petite insulte personnelle, Ess. Paris, Oeuvres, t. III, p. 221, dans POUGENS dans FERRAILLER
Nos maréchaux de France, nos ducs et autres personnes considérables qui demeurent sur une paroisse, n'assistent pas personnellement à la procession de la Fête-Dieu, mais y envoient leurs laquais en livrée et avec un flambeau où est attaché l'écusson de leurs armoiries, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, 376, dans POUGENS dans FÊTE
Il [Henri V] mourut à Vincennes le 31 août 1422, d'un mal qu'on appelait alors mal saint fiacre et qui n'était autre, dit-on, que la fistule, Essais sur Paris, Oeuvres, t. v, p. 227, dans POUGENS dans FISTULE
Il y a quatre foires dans Paris : la foire St-Germain, la foire St-Laurent, la foire du Temple et la foire des jambons au parvis de Notre-Dame, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 410, dans POUGENS dans FOIRE
On garde dans la chapelle de Vincennes les fonts baptismaux qui servent aux enfants de France, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 139, dans POUGENS dans FONTS
Judith se fit enlever par le forestier de Flandres, Ess. Paris. Oeuv. t. IV, p. 52, dans POUGENS dans FORESTIER, IÈRE
Les siéges étaient des escabelles, des formes et des bancs ; le roi avait des chaises à bras, garnies de cuir rouge avec des franges de soie, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 71, dans POUGENS dans FORME
L'université avait autrefois ses écoles des deux côtés de cette rue ; elle prit le nom de rue du Fouarre (vieux mot qui signifiait de la paille), de la grande consommation qu'en faisaient les écoliers ; ils n'étaient assis dans les classes que sur la paille, Ess. Paris, Oeuvres, t. III, p. 127, dans POUGENS dans FOUARRE
Étienne Pasquier remarque que les fourches patibulaires de Montfaucon ont porté malheur à tous ceux qui s'en sont mêlés, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 61, dans POUGENS dans FOURCHE
La plupart de nos vaisseaux, fracassés par une tempête de deux jours et de deux nuits, furent hors d'état de servir, Ess. Paris, Oeuv. t. V, p. 132, dans POUGENS dans FRACASSÉ, ÉE
Le règne d'un prince faible et méprisable procure quelquefois un bien ; le peuple reprend ses droits et ses franchises, qui ne sont que trop souvent de nulle considération sous les règnes glorieux, Ess. Paris, Oeuv. t. v, p. 32, dans POUGENS dans FRANCHISE
Les fraticelles prétendaient que les vrais chrétiens devaient vivre de charité, n'avoir rien en propre, et qu'il ne fallait point travailler, parce qu'en travaillant on aurait eu droit à quelque chose, Ess. Paris, Oeuvres, t. IV, p. 344, dans POUGENS, au mot échappé. dans FRATICELLE
Dans la fréquentation des deux sexes, je ne vois plus aucune trace de cette ancienne et célèbre galanterie, qui donne une si belle opinion de nos aïeux à ceux qui ne les connaissent que par les romans, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 441, dans POUGENS dans FRÉQUENTATION
L'on ne s'aperçut point que pendant tout ce temps-là il y eut parmi elles de fausses soeurs, comme il y a souvent de faux frères dans les corps les plus respectables, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 273, dans POUGENS dans FRÈRE
La veille de son départ [de Bernin], on lui porta trois mille louis avec un brevet de douze mille livres de pension, il reçut le tout assez froidement, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 192, dans POUGENS dans FROIDEMENT
Je remarque que, dans ces temps malheureux, les princes et les principaux chefs catholiques et protestants sont tous morts funestement ou d'une façon singulière, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 44, dans POUGENS dans FUNESTEMENT
La reine [Isabeau de Bavière] impérieuse, avare, vindicative et galante, Ess. Paris, Oeuv. t. v, p. 176, dans POUGENS dans GALANT, ANTE
Corneille de la Pierre, dans ses commentaires sur l'Écriture sainte, rapporte qu'un moine soutenait et prêchait que le bon gibier avait été créé pour les religieux, et que, si les perdreaux, les faisans, les ortolans pouvaient parler, ils s'écrieraient : Serviteurs de Dieu, soyons mangés par vous, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 239, dans POUGENS dans GIBIER
Il n'était permis qu'aux nobles de mettre des girouettes sur leurs maisons ; on prétend même que, dans l'origine, il fallait avoir monté des premiers à l'assaut de quelque ville, et avoir planté sa bannière ou son pennon sur le rempart, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 173, dans POUGENS dans GIROUETTE
Les combats de gladiateurs feront toujours regarder les Romains comme une nation sanguinaire et féroce, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 225 dans GLADIATEUR
À chaque blessure que recevait un gladiateur, le peuple criait, en battant des mains : Hoc habet ; et, lorsque ce gladiateur, étendu sur l'arène et percé de coups, demandait quartier, son adversaire s'arrêtait et regardait le peuple, qui souvent lui ordonnait d'achever d'ôter la vie au malheureux vaincu, ib. dans GLADIATEUR
Une poitrine grasse et flegmatique se trouvera bien de l'air de Ste-Geneviève et mal de celui des quais, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 415, dans POUGENS dans GRAS, ASSE
De même que l'on plaidait et que l'on plaide encore, je crois, ces jours-là, une cause grasse au Châtelet et au parlement, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 167 dans GRAS, ASSE
Louis XIII, ayant pris Nancy, souhaita que le célèbre Jacques Callot en gravât le siége ; Callot s'excusa sur ce qu'il était né sujet du duc de Lorraine, Ess. Paris, Oeuv. t. V, p. 385, dans POUGENS dans GRAVER
Il n'est pas douteux que les chansons militaires, ou grivoises, distraient et délassent l'esprit du soldat au milieu des fatigues, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 191, dans POUGENS dans GRIVOIS
Je fais une réflexion, je suis une étourdie ; je devais accompagner Souveraine, elle aurait guetté de son côté et moi du mien, Oracl. 3 dans GUETTER
L'intention du législateur avait sans doute été de corriger les querelleurs et les hargneux, en les assujettissant à ne pouvoir assouvir leur colère que comme les animaux, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 366, dans POUGENS dans HARGNEUX, EUSE
En 1535, il fut prescrit, et sous peine de la hart, à tout bourgeois de se faire raser la barbe, parce qu'alors la longue barbe distinguait les nobles et les militaires de ceux qui ne l'étaient point, Ess. Paris, t. 4, p. 254 dans HART
Qu'est-ce que l'honneur ? c'est la force de l'âme animée ou réveillée par le devoir, et qui, quelquefois même, nous porte au delà de ce qu'il prescrit, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 336, dans POUGENS dans HONNEUR
Le sire Jean de Montagu fut conduit du petit château aux halles, haut assis sur une charrette, vêtu de sa livrée, à savoir d'une houppelande mi-partie de rouge et de blanc, le chaperon de même, une chausse rouge et l'autre blanche, des éperons dorés, les mains liées, deux trompettes devant lui, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 113, dans POUGENS dans HOUPPELANDE
On prétend que vingt mille personnes en France subsistaient de la vente des livres qu'elles copiaient, et que c'était une raison pour ne pas favoriser l'établissement de l'imprimerie, Ess. Paris, Oeuvres, t. IV, p. 177, dans POUGENS dans IMPRIMERIE
Que d'ailleurs il n'a sur lui, ni sur son cheval, ni en ses armes, herbes, charmes, paroles, pierres, conjurations, pactes ou incantations dont il veuille se servir, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 216, dans POUGENS dans INCANTATION
Lorsqu'on eut apporté en France du bois de la vraie croix, l'évêque de Paris, pour satisfaire la piété des fidèles de son diocèse qui souhaitaient voir cette précieuse relique, établit un indict annuel dans la plaine de Saint-Denis, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 340, dans POUGENS dans INDICT
L'inoculation fut annoncée en France par une lettre d'un docteur en médecine adressée à M. Dodard, premier médecin du roi, et imprimée à Paris en 1723, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 393, dans POUGENS dans INOCULATION
Il paraît par un article des interrogatoires de Jean Châtel que le prévôt de l'hôtel, lorsqu'il l'eut arrêté et fait fouiller, ne douta point que ce ne fût un émissaire armé de toutes pièces par le fanatisme, Ess. Paris, Oeuvres, t. III, p. 105, dans POUGENS dans INTERROGATOIRE
Je me suis aperçue, disait la reine Frédégonde, qu'on a volé dans nos celliers plusieurs jambons ; une bourgeoise, aujourd'hui, éclaterait de rire en apprenant qu'une reine allait dans ses celliers, et savait le compte de ses jambons, Ess. Paris, Oeuvr. t. IV, p. 379, dans POUGENS dans JAMBON
La mousse jaunâtre des vieux chênes, Ess. Paris, Oeuvr. t. IV, p. 28, dans POUGENS dans JAUNÂTRE
On prétend que le lendemain le corps de ce prince [le duc d'Orléans assassiné qu'on avait porté dans l'église des Blancs-Manteaux] jeta du sang, lorsque le duc de Bourgogne, qu'on ne connaissait point encore pour l'auteur de cet assassinat et qui voulut faire bonne contenance, se présenta pour lui donner l'eau bénite, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 288, dans POUGENS dans JETER
Ce prince [Louis XIII] est un des premiers qui aient tiré au vol ; et il tirait si parfaitement qu'un plaisant, faisant allusion au surnom de juste [Louis le Juste], disait : juste à tirer de l'arquebuse, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 405, dans POUGENS dans JUSTE
Le temps de la ligue qui survint, et l'inutilité d'aller acheter des parchemins, depuis que le papier était devenu commun, contribuèrent beaucoup à l'abolissement du lendit ; le nom cependant en est resté, et l'on appelle ainsi le congé que prend encore l'Université le lundi après la Saint-Barnabé, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 342, dans POUGENS dans LENDIT
Un moine inventa la poudre à canon ; un évêque, les bombes ; un capucin, le père Joseph, si fameux sous le ministère du cardinal de Richelieu, imagina les espions soudoyés par la police et les lettres de cachet, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 230, dans POUGENS dans LETTRE
Il est certain que, ni en pierre, ni en métal, ni sur les médailles ni sur les sceaux, on ne trouve aucun vestige véritable de fleurs de lis avant Louis le Jeune ; c'est sous son règne, vers 1147, que l'écu de France commença d'en être semé, Ess. Hist. Paris, Oeuv. t. IV, p. 107, dans POUGENS. dans LIS
C'est sous Charles V que les fleurs de lis, qui étaient sans nombre dans l'écu de France, commencèrent à être réduites à trois, en l'honneur, dit un historien, de la sainte Trinité, ib. p. 108 dans LIS
On ne fait ordinairement les funérailles de nos rois que quarante jours après leur mort ; on expose, pendant ces quarante jours, leur image en cire, à la vue du peuple, sur un lit de parade, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 156, dans POUGENS dans LIT
Le Louvre, après avoir été hors des murs pendant plus de six siècles, se trouva enfin dans Paris par l'enceinte commencée sous Charles V en 1367, et achevée sous Charles VI en 1383, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 185, dans POUGENS dans LOUVRE
Sous le règne de François Ier le total des loyers de toutes les maisons de Paris ne montait qu'à la somme de trois cent douze mille livres ; aujourd'hui les carmes déchaussés, indépendamment du vaste terrain qu'occupent leurs jardins et leur couvent, jouissent de près de cent mille livres de rente en loyers de maisons qu'ils ont fait bâtir dans cette rue et dans les rues adjacentes, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 311, dans POUGENS dans LOYER
L'université, pour lier cette correspondance, établit des postes et des messageries, dont elle ne tirait qu'un léger profit, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 343, dans POUGENS dans MESSAGERIE
Anciennement il n'y avait ni bancs ni chaises dans les églises ; on les jonchait de paille fraîche et d'herbes odoriférantes, surtout à la messe de minuit et autres grandes fêtes, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 127, dans POUGENS dans MESSE
Vers le milieu de l'autre siècle, tout ne respirait que cet amour tendre et mollement passionné qui régnait dans la tragédie, Ess. Paris, Oeuvr. t. III, p. 385, dans POUGENS dans MOLLEMENT
Son esprit est monté sur un ton raisonnable qui m'ennuie beaucoup, Oracle, SC. 5 dans MONTÉ, ÉE
La morgue est un endroit situé dans l'enceinte du grand Châtelet, où les corps morts dont la justice se saisit, sont exposés à la vue du public, afin qu'on puisse les reconnaître, Ess. Paris, Oeuvr. t. III, p. 221, dans POUGENS dans MORGUE
Croirait-on que le jugement de Sancho dans l'île de Barataria est tiré presque mot à mot d'un recueil de légendes écrites en latin par un Espagnol du XIIe siècle, et dont la bibliothèque du roi conserve le manuscrit ?, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, dans POUGENS dans MOT
Au masque succédèrent les mouches ; on prétend qu'elles en mettaient une si grande quantité qu'on avait peine à les reconnaître, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 116, dans POUGENS dans MOUCHE
Cet habit serrait si bien le corps et s'y moulait de façon qu'il en était indécent, Ess. Paris, Oeuvr. t. IV, p. 114, dans POUGENS dans MOULER
La royale devint et fut assez longtemps la moustache à la mode, sous le règne de Louis XIV, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 122, dans POUGENS dans MOUSTACHE
Je viens de voir un véritable nain chez Mme la comtesse Humieska ; il est Polonais, fils d'un gentilhomme, il a vingt-deux ans et n'est haut que de vingt-huit pouces, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 227 dans NAIN, AINE
Son âme noire, inquiète et turbulente [de Charles le Mauvais] n'enfantait que des projets de désordre et de bouleversement, Ess. Paris, Oeuvr. t. V, p. 119, dans POUGENS dans NOIR, OIRE
Ce ne fut que vers la fin de la seconde race que, les fiefs, qui n'étaient auparavant qu'à vie, étant devenus héréditaires, on prit le nom du fief que l'on possédait, et ce nom devint aussi héréditaire dans les familles, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 254, dans POUGENS dans NOM
Leurs cheveux qu'elles [les femmes] tressaient avec de la nonpareille de différentes couleurs, Ess. Paris, Oeuvr. t. V, p. 378, dans POUGENS dans NONPAREILLE
La belle Astrigilde obtint, en mourant, du roi Gontran son mari, qu'il ferait tuer et enterrer avec elle les deux médecins qui l'avaient soignée pendant sa maladie, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 27, dans POUGENS dans OBTENIR
Là on ne cherche pas des hommes pour occuper des places utiles ; mais on crée des places inutiles pour occuper des hommes, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 456, dans POUGENS dans OCCUPER
Une pauvre femme fort âgée et qui n'avait rien à donner, porta un jour un petit chat à l'offrande, disant qu'il était de bonne race, et qu'il servirait à prendre les souris de la sacristie, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 358, dans POUGENS dans OFFRANDE
C'est dans ce village [Issy], près de Vaugirard, que fut représenté le premier opéra français en 1659, Ess. sur Paris, Oeuvr. t. III, p. 363, dans POUGENS. dans OPÉRA
La salle de l'Opéra et toutes les autres dépendances du Palais royal du côté de l'église de Saint-Honoré sont bâties sur les ruines de l'hôtel des comtes d'Armagnac, Ess. Paris, Oeuvr. t. III, p. 59 dans OPÉRA
L'oraison funèbre de Bertrand du Guesclin en 1380 est le premier exemple d'une oraison funèbre prononcée dans l'église, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 259, dans POUGENS dans ORAISON
On voit encore aujourd'hui, dans l'orangerie de Versailles, un oranger qui existait déjà du temps du connétable de Bourbon, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 65, dans POUGENS dans ORANGER
L'ordre de Saint-Michel, institué par Louis XI, en 1469, se soutint avec éclat sous les règnes de Charles VIII, de Louis XII, de François Ier et de Henri II, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 201, dans POUGENS dans ORDRE
Palavicin rapporte qu'en 1562 les pères assemblés au concile de Trente délibérèrent de donner un bal à Philippe II, roi d'Espagne, que toutes les dames de la ville y furent invitées, que le cardinal de Mantoue ouvrit le bal, et que Philippe II et tous les pères du concile y dansèrent, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 132, dans POUGENS dans OUVRIR
On sait que le pain de Gonesse a été longtemps en grande réputation ; à la vérité, il était fort blanc, mais épais et massif ; d'ailleurs il se séchait aisément ; ce qui fut cause qu'on s'en dégoûta, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 363 dans PAIN
Pourquoi donc, reprit le roi, avez-vous battu ce pauvre laboureur qui vous met le pain à la main !, Oeuv. t. III, p. 307, dans POUGENS dans PAIN
Les femmes, sous le règne de Charles VI, étaient coiffées d'un haut bonnet en pain de sucre ; elles attachaient au haut de ce bonnet un voile qui pendait plus ou moins bas selon la qualité de la personne, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 115, dans POUGENS dans PAIN
Des tapisseries de ce temps-là représentent ce prince [François Ier] et ses courtisans vêtus comme des Pantalons, c'est-à-dire d'un pourpoint à petites basques et d'un caleçon tout d'une pièce avec les bas, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 114, dans POUGENS dans PANTALON
Un habitant de Padoue, au commencement du XIVe siècle, inventa le papier ; c'est une composition de vieux linge pilé et broyé par le moyen d'un moulin à eau, et qu'on étend ensuite par feuilles ; on ne commença de le connaître et de s'en servir en France, au lieu de parchemin, que sous le règne de Philippe de Valois, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 176, dans POUGENS dans PAPIER
Nos ancêtres chassaient des assemblées et des tournois ceux qui étaient accusés d'avoir mal parlé des femmes, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 190, dans POUGENS dans PARLER
Il ne lui resta que deux domestiques [au roi Robert, excommunié] ; encore faisaient-ils passer par le feu, pour les purifier, les plats où il avait mangé et les vases où il avait bu, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 49, dans POUGENS dans PASSER
Il est vrai, disaient ces philosophes, que si l'homme n'avait jamais eu que des pattes, il n'aurait jamais bâti ni villes, ni palais, ni vaisseaux...., Ess. Paris, Oeuvr. t. IV, p. 307, dans POUGENS dans PATTE
Une reine de France, que l'on croit être Catherine de Médicis, fit voeu que, si elle terminait heureusement une entreprise, elle enverrait à Jérusalem un pèlerin qui en ferait le chemin à pied, en avançant de trois pas et reculant d'un pas à chaque troisième, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 135, dans POUGENS dans PÈLERIN, INE
Les juges du comté de Valois firent le procès à un taureau qui avait tué un homme d'un coup de corne, et le condamnèrent à être pendu ; la sentence fut confirmée par arrêt du parlement le 7 février 1314, Ess. Paris, Oeuv. t. V, p. 399, dans POUGENS dans PENDRE
[Au convoi de Duguesclin] huit jeunes écuyers, dont les uns portaient des casques, et les autres des pennons et des bannières aux armes de Duguesclin, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 151, dans POUGENS dans PENNON
Le tout fut vendu en 1651 à différents particuliers, qui commencèrent à bâtir et à percer les rues que nous voyons, Ess. Paris, Oeuvr. t. III, p. 72, dans POUGENS dans PERCER
[Au XIVe siècle] les souliers d'un prince avaient deux pieds et demi de long ; ceux d'un haut baron, deux pieds, et ceux d'un simple chevalier un pied et demi ; d'où nous est restée sans doute cette expression : Il est sur un grand pied dans le monde, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 287, dans POUGENS dans PIED
Il se piquait un doigt toutes les fois qu'il écrivait à cette princesse, et ne lui écrivait jamais que de son sang, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 292, dans POUGENS dans PIQUER
Un grand ballet exécuté à la cour de Charles VII, et sur lequel on eut l'idée du jeu de piquet, qui certainement ne fut imaginé que vers la fin du règne de ce prince, Ess. Paris, Oeuvr. t. III, p. 318, dans POUGENS dans PIQUET
Après avoir fait achever le pont Neuf, commencé sous Henri III.... il [Henri IV] fit bâtir la place Royale sur l'emplacement de l'hôtel des Tournelles, et la place Dauphine sur deux petites îles qu'on joignit ensemble, Ess. Paris, Oeuvr. t. III, p. 17, dans POUGENS dans PLACE
Il [Louis XIV] renfermait les placets qu'on lui donnait dans une cassette dont lui seul avait la clef, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 193 dans PLACET
Le trésorier de la cathédrale de Nevers a le droit d'assister au choeur, botté, éperonné, l'épée au côté, et l'oiseau sur le poing, Ess. Paris, Oeuv. t. v, p. 285, dans POUGENS dans POING
Le point d'honneur est parmi nous un moyen adroit, par lequel on fait produire à la vanité les effets de la vertu, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 236, dans POUGENS dans POINT
On fait accepter ses soins dès la première entrevue ; on en est récompensé dans la seconde ; et dans la troisième on se sépare comme on s'est pris, sans reproches et sans infidélité, Ess. Paris, Oeuvr. t. III, p. 417, dans POUGENS dans PRENDRE
Maître Jean le Chatelier, premier président au parlement de Paris en 1329, chaque fois qu'il y présidait, recevait du roi dix sols, Ess. Paris, Oeuvr. t. IV, p. 263, dans POUGENS dans PRÉSIDENT
Il n'y a pas deux cents ans qu'en France on procédait contre les rats avec les mêmes formalités que contre les hommes, Ess. Paris, Oeuv. t. v, p. 368, dans POUGENS dans PROCÉDER
Voici la recherche curieuse qui fut faite sur le nombre quatorze par rapport à Henri IV : il naquit quatorze siècles, quatorze décades et quatorze ans après la nativité de Jésus-Christ ; il vint au monde le quatorze de décembre, et mourut le quatorze de mai ; il a vécu quatre fois quatorze ans, quatorze jours, quatorze semaines, et il y a quatorze lettres en son nom, Henri de Bourbon, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 404, dans POUGENS dans QUATORZE
J'ai connu un homme qui commença à voyager à quatre-vingts ans, parce qu'il ne voulait pas savoir, disait-il, où il serait enterré, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 284, dans POUGENS dans QUATRE-VINGTS
Saintrailles, étant venu lui parler [à Charles VII] d'une affaire qui pressait, le trouve se mettant à table avec la reine et n'ayant tous les deux pour tous plats qu'une queue de mouton et deux poulets, Ess. Paris, Oeuv. t. V, p. 226, dans POUGENS dans QUEUE
Anciennement en France, tous les crimes, excepté celui d'État, se rachetaient à prix d'argent ; la vie d'un évêque fut estimée neuf cents sols d'or ; celle d'un prêtre, six cents ; celle d'un laïque, à proportion de sa qualité, mais quelque chose de moins que celle d'un prêtre, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 79, dans POUGENS dans RACHETER
D'abord on joua à la paume de la main nue ou avec un gant double, dans la suite quelques-uns mirent à leur main des cordes et tendons pour renvoyer la balle avec plus de force, et de là on imagina la raquette, Ess. sur Paris, rue Grenier-St-Lazare. dans RAQUETTE
Agnès du Rochier, âgée de dix-huit ans, très jolie, et fille unique d'un riche marchand de cette rue, se fit recluse à la paroisse de Sainte-Opportune, le 5 octobre 1403, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 296, dans POUGENS dans RECLUS, USE
Un roi d'Écosse ayant déchiré la patente des priviléges d'un gentilhomme qui le priait de les confirmer, le parlement ordonna que ce prince, assis sur son trône, en présence de toute la cour, prendrait du fil et une aiguille, et recoudrait cette patente, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 341, dans POUGENS dans RECOUDRE
Sous les Capétiens, le chancelier de France se nommait grand référendaire ; cette charge n'était alors que la cinquième ou la sixième de l'État ; à peine en 1224 voulait-on lui accorder voix délibérative dans l'assemblée des pairs, et durant longtemps il n'eut place au parlement qu'après les princes et les évêques, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 80, dans POUGENS dans RÉFÉRENDAIRE
Sous le règne de Louis VII, on nommait prince du royaume l'héritier présomptif de la couronne, les filles de France avaient le nom de reine au lieu de celui de madame, qui ne leur fut donné que du temps de Philippe Auguste, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 82 dans REINE
Ce prince [François Ier] lui fit présent [à Montholon, garde des sceaux] de l'amende de deux cent mille francs à laquelle il condamna les Rochelois [pour une sédition] ; Montholon leur remit cette amende, à condition qu'ils feraient bâtir dans leur ville un hôpital pour les malades, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 186 dans REMETTRE
Édouard avait toujours éludé de donner ses lettres de renonciation à ses prétentions sur la couronne de France, Ess. Paris, Oeuv. t. V, p. 140, dans POUGENS dans RENONCIATION
Louis le Jeune répudia Léonor d'Aquitaine ; six semaines après, elle épousa Henri duc de Normandie.... à qui elle porta en dot le Poitou et toute la Guyenne jusqu'aux Pyrénées, Ess. Paris, Oeuv. t. V, p. 229, dans POUGENS dans RÉPUDIER
Le légat, extrêmement déconcerté, fit ramener en prison le grand maître [des templiers] et le frère du Dauphin d'Auvergne, qui s'était aussi rétracté, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 272, dans POUGENS dans RÉTRACTER
Aux cérémonies de l'ordre du Saint-Esprit et à celles du parlement, on fait les révérences comme on les faisait anciennement, comme les femmes les ont toujours faites, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 288, dans POUGENS dans RÉVÉRENCE
Le prélat défendit, sous peine d'excommunication, de continuer cet usage, et ordonna de lire, à la place de ces mauvaises rimailles, la vie de saint Cyr en bonne prose, Ess. Paris, t. III, p. 375, dans POUGENS dans RIMAILLE
Il [le duc de Nemours] tira le premier, apparemment comme l'offensé, et voulut ensuite fondre l'épée à la main sur M. de Beaufort qu'il avait manqué, et qui le tua roide de trois balles dans l'estomac, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 254, dans POUGENS dans ROIDE ou RAIDE
En Géorgie, on dit d'un seigneur, pour le louer, qu'il sait aussi bien pendre ou décapiter qu'aucun autre seigneur à trente lieues à la ronde, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 322, dans POUGENS dans RONDE
On enfermait ces malheureux dans un sac lié par le haut avec une corde ; de là vient l'expression proverbiale de gens de sac et de corde, Ess. Paris, Oeuvr. t. III, p. 77, dans POUGENS dans SAC
Philippe Ier est celui qui a commencé à se faire sacrer à Reims, Ess. Paris, Oeuv. t. V, p. 387, dans POUGENS dans SACRER
On appelait l'empereur de Constantinople Sa Sainteté ; on voit dans l'histoire que souvent Sa Sainteté était un très méchant homme, Ess. Paris, Oeuvr. t. IV, p. 182, dans POUGENS dans SAINTETÉ
À dix heures du soir, ils [des partisans ennemis qui s'étaient avancés jusque près de Versailles] aperçurent sur le pont de Sèvres un carrosse à six chevaux, aux armes du roi [Louis XIV] et des gens avec sa livrée ; c'était M. de Beringhen, premier écuyer, dont ils se saisirent, croyant que c'était M. le Dauphin, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 72, dans POUGENS dans SAISIR
Pauvre peuple, dit un homme d'une haute naissance, prêt à s'allier avec une sangsue publique, pauvre peuple, le ciel m'est témoin que... je condamne du plus profond de mon coeur toutes les voies impies par lesquelles mon futur beau-père s'est enrichi, Ess. Paris, Oeuvr. t. IV, p. 349 dans SANGSUE
Louis VI déclara par une charte que les serfs ou hommes de corps de l'église de Paris pourraient témoigner contre qui ce fût, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 214, dans POUGENS dans SERF, ERVE
Grégoire VII est le premier pape qui ait osé dire que le saint-siége avait une autorité temporelle sur les rois, qui étaient ses vassaux et ses tributaires, Ess. Paris, Oeuvr. t. IV, p. 321, dans POUGENS dans SIÉGE
Soyons moins sociables et plus affectionnés à la société, Ess. Paris, Oeuvr. t. III, p. 433, dans POUGENS dans SOCIABLE
Depuis la veille du dimanche des Rameaux jusqu'à la seconde fête de Pâques, il était permis dans la ville de Béziers de souffleter tous les juifs qu'on rencontrait, Ess. Paris, Oeuvr. t. v, p. 370, dans POUGENS dans SOUFFLETER
Deux célèbres médecins ont prétendu que beaucoup de maladies, surtout aux femmes, commençaient à se former dans nos salles de spectacle, Ess. Paris, Oeuvr. t. IV, p. 264 dans SPECTACLE
Zaleucus fit une loi qui défendait de se faire suivre par plus d'un domestique, à moins qu'on ne fût ivre, Ess. Paris, Oeuvr. t. IV, p. 339, dans POUGENS dans SUIVRE
Si on disait qu'il [un financier en sa maison de campagne] envoie au marché le surplus de ce qu'il faut de légumes pour sa table et celle de ses gens, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 68, dans POUGENS dans SURPLUS
Dans la nécessité ou de forcer ce gué, ou de combattre avec un grand désavantage Philippe, qui le talonnait de fort près, Ess. Paris, Oeuv. t. v, p. 103, dans POUGENS dans TALONNER
Sur les lettres et les instances du pape on avait arrêté les templiers dans tous les États de la chrétienté ; il n'y en eut de condamnés à mort qu'en France et dans le comté de Provence, qui appartenait alors au roi de Naples et de Sicile, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 282, dans POUGENS dans TEMPLIER
Elles [les lois de la guerre] ne permettent pas de se défendre contre une armée dans une place ou un château qui n'est pas tenable, Ess. Paris, Oeuv. t. v, p. 386, dans POUGENS dans TENABLE
En 1505, il y eut dans cette rue une espèce de sédition à l'occasion d'une marchande que le curé ne voulait pas enterrer, qu'on ne lui eût montré, ou à l'évêque, le testament qu'elle avait fait, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 33 dans TESTAMENT
S'il [Ravaillac] avoua des choses étranges, ce ne fut que lorsqu'il eut demandé, à la première tirade des chevaux, qu'on le relâchât, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 121 dans TIRADE
C'est de là, des fenêtres d'une maison qui subsiste encore [hôtel qui avait appartenu au connétable de Bourbon], qu'un jeune monarque... tira, la nuit de la Saint-Barthélemy, sur ses propres sujets qui passaient l'eau pour se sauver au faubourg Saint-Germain, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 25, dans POUGENS dans TIRER
En 1646, on découvrit, dans l'abbaye de Saint-Germain des Prés, le tombeau de Childéric II ; et l'on y trouva un baudrier, des épées...., Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 141, dans POUGENS dans TOMBEAU
Le 19 d'avril 1416, on découvrit une conspiration tramée dans Paris par le duc de Bourgogne, Ess. Paris, Oeuv. t. v, p. 171 dans TRAMÉ, ÉE
Après divers essais, Denis publia une relation de la cure d'un jeune homme qui, attaqué d'une léthargie extraordinaire, en aurait été guéri par la transfusion du sang artériel d'un agneau dans ses veines, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 393, dans POUGENS dans TRANSFUSION
On mettait à Rome un anneau de fer au doigt des triomphateurs, le jour de leur triomphe, afin de les faire souvenir qu'ils étaient hommes, Ess. Paris. Oeuv. t. IV, p. 224 dans TRIOMPHATEUR
On disait à Ferdinand, roi d'Aragon, que le roi de France se plaignait qu'il l'avait trompé deux fois : il en a menti, répondit-il, je l'ai trompé plus de dix, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 381, dans POUGENS dans TROMPER
Les jeunes gens imaginèrent les trousses, espèce de haut-de-chausse court et relevé, qui ne descendait qu'à la moitié des cuisses, et que l'on couvrait d'une demi-jupe, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 114, dans POUGENS dans TROUSSE
Ce palais fut ainsi nommé du lieu où il est situé, et qu'on appelait les Tuileries, parce qu'on y faisait de la tuile ; Catherine de Médicis le fit bâtir en 1564, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 297, dans POUGENS dans TUILERIE
Par un hasard assez singulier, le plus beau jardin public d'Athènes s'appelait les Tuileries ou le Céramique, parce qu'il avait été planté, comme le nôtre, sur un endroit où l'on faisait de la tuile, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 301, dans POUGENS dans TUILERIE
Jules II ne déclara-t-il pas que, par son excommunication contre Louis XII, le trône de France était vacant, et qu'il le donnait au premier qui pourrait s'en emparer ?, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 325 dans VACANT, ANTE
Il fut défendu de laisser vaguer des pourceaux dans les rues [de Paris, où un porc avait causé la mort d'un fils du roi], Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 206, dans POUGENS dans VAGUER
Le roi, deux fois par an, distribuait des manteaux rouges fourrés d'hermine ou de menu vair aux chevaliers qu'il retenait auprès de sa personne, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 111, dans POUGENS dans VAIR
Deux moines venant des Indes apportèrent à Constantinople des oeufs de ver à soie, avec l'instruction pour les faire éclore, les élever, les nourrir et tirer la soie, la filer, la mettre en oeuvre, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 223 dans VER
Le vert naissant était, dans l'ancienne chevalerie, la couleur des nouveaux chevaliers, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 209, dans POUGENS dans VERT, ERTE
L'habillement des veuves était assez semblable à celui de nos religieuses, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 223, dans POUGENS dans VEUF, VEUVE
Ils affectaient de paraître toujours bottés, pour qu'on ne les prît pas pour des vilains, Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 14, dans POUGENS dans VILAIN, AINE
Un seigneur allemand ordonna qu'après sa mort on le mît debout dans une colonne qu'il avait fait creuser et attacher contre un des piliers de sa paroisse, afin, disait-il, qu'il ne puisse arriver que quelque bourgeois ou vilain me marche sur le corps, ib. t. IV, p. 331 dans VILAIN, AINE
Au concile de Trente, les généraux d'ordre représentèrent que, si l'on ne permettait pas de pouvoir faire les derniers voeux monastiques à seize ans, et si on les retardait jusqu'à vingt-cinq, il y aurait très peu de religieux et de religieuses, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 215, dans POUGENS dans VOEU
Autrefois toutes les femmes en France s'attachaient un voile sur la tête ; celui de la femme d'un gentilhomme lui descendait jusqu'aux talons, au lieu qu'il était ordonné que le voile d'une bourgeoise ne lui passât pas la ceinture, Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 273, dans POUGENS dans VOILE
On obligeait le voleur d'un chien de chasse à faire trois tours sur la place publique, en lui baisant le derrière, Ess. Paris, Oeuvr. t. IV, p. 24, dans POUGENS dans VOLEUR, EUSE