Jean de ROTROU (1609 - 1650)

Citations

Saint Augustin et les deux lettres auxquelles on nous renvoie y sont abîmés, La France toute catholique, à la fin dans ABÎMER
Tu reviens seul, Hémon ; ô sinistre présage ! Que je lis d'infortune aux traits de ton visage !, Antig. III, 2 dans À
Ô ciel ! qu'aux châtiments ta justice est sévère, Et qu'il est dangereux d'exciter ta colère !, Antig. III, 9 dans À
Tiens, insolente, tiens cette vue abaissée, Bél. I, 6 dans ABAISSÉ, ÉE
Un si doux ennemi par ses abaissements N'a-t-il pas étouffé tous vos ressentiments ?, Bél. IV, 6 dans ABAISSEMENT
Je mourrai satisfaite après cet orgueilleux, Sous qui César m'abaisse à force de l'accroître, Bél. II, 17 dans ABAISSER
Abandonnant le corps, n'abandonnez pas l'âme, Venc. V, 4 dans ABANDONNER
Dieu seul de nos esprits pénètre les abîmes, Bél. v, 5 dans ABÎME
Au fond de l'eau bouillante elle s'est abîmée, M. de Chrispe, v, 10 dans ABÎMER
Fortune abjecte, St-Gen. I, 7 dans ABJECT, ECTE
D'effroyables remords, mégères éternelles, Invisibles bourreaux des âmes criminelles, Vous persécuteront jusqu'aux derniers abois, Antig. v, 5 dans ABOI
Lourd et grossier abus ! croyance ridicule !, Bélis. V, 8 dans ABUS
Ce fer si près de moi sur l'édit de Narsès De ma juste frayeur renouvelle l'accès, Bél. II, 9 dans ACCÈS
Secourez la princesse, Qu'un accident subit prive de mouvement, Bél. IV, 7 dans ACCIDENT
À nouvel accident trouvons nouveau remède, ib. IV, 5 dans ACCIDENT
Et pour garder enfin ses États d'accident, Venceslas, I, 1 dans ACCIDENT
Oyez un accident qui me transit d'effroi, Antig. I, 2 dans ACCIDENT
Vaillant, j'en suis d'accord, mais vain, fourbe, flatteur, Venc. I, 1 dans ACCORD
Ô belles fleurs sans fruits ! accords sans hyménée !, Antig. V, 1 dans ACCORD
Et nouons entre nous de si parfaits accords Que nous n'ayons qu'un coeur et qu'une âme en deux corps, Bél. I, 6 dans ACCORD
L'orgueil s'assortit mal avec le mauvais sort ; Et tous deux, insolents, font un mauvais accord, Antig. IV, 3 dans ACCORD
Le ciel, qui de sa main daigna nous accorder, Doit faire que l'effet à l'attente réponde, Antig. I, 4 dans ACCORDER
Je ne te veux qu'un mot ; accorde ma prière, St-Genest, IV, 4 dans ACCORDER
Et ma jalouse humeur t'est un monstre plus fort Que tous ceux dont tes bras ont accourci le sort, Herc. m. I, 3 dans ACCOURCIR
Que n'ont tant de géants accourci mon destin ?, ib. III, 3 dans ACCOURCIR
Mon père, à ma venue, accourt les bras ouverts, Herc. m. IV, 2 dans ACCOURIR
J'accroîtrai, s'il se peut, son rang et ses emplois, Bél. I, 2 dans ACCROÎTRE
Ce prince avait tellement accru son ministre.... Je mourrai satisfaite après cet orgueilleux Sous qui César m'abaisse à force de l'accroître, Bélis. II, 17 dans ACCROÎTRE
A quel étrange office, amour, me réduis-tu ? De faire accueil au vice et chasser la vertu !, Vencesl. I, 2 dans ACCUEIL
La plainte qu'on permet à des désespérés Ne te sauvera pas de ses traits acérés, Herc. mour. V, 3 dans ACÉRÉ, ÉE
Chacun reste interdit, l'oeil et le bras levé ; Le coup demeure en l'air et n'est point achevé, Antig. I, 2 dans ACHEVÉ, ÉE
[Elle] Efface son estime et s'acquiert des mépris, Vencesl. I, 1 dans ACQUÉRIR
Ne vous acquérez pas par votre dureté Un renom odieux à la postérité, Antig. II, 2 dans ACQUÉRIR
Je vous suis trop acquis pour vous pouvoir sans peine Faire savoir, seigneur, le sujet qui m'amène, Bél. V, 2 dans ACQUIS, ISE
Vers la couronne et vers vous acquitté, J'implore une faveur de Votre Majesté, Vencesl. V, 9 dans ACQUITTER
De soi-même un bon acte est l'objet et le prix, Bélis. II, 18 dans ACTE
Ne m'ordonnez point un acte de faiblesse, Venc. I, 3 dans ACTE
Je ne me repens pas d'un acte de vertu, ib. II, 2 dans ACTE
Leur donnant l'action, le poids, le mouvement, St-Genest, IV, 2 dans ACTION
C'est ici que le sang et la condition Ne vous permettent pas une lâche action, Antig. III, 5 dans ACTION
Une bonne action se produit toute nue, Bél. II, 19 dans ACTION
Partant pour cette grande et fameuse action, Vous en mîtes le prix à sa discrétion, Venc. I, 1 dans ACTION
J'ai dit à vos autels un éternel adieu, St.-Genest, III, 6 dans ADIEU
Admettez l'innocence à réprimer l'outrage, Bélis. V, 5 dans ADMETTRE
Yeux adorables, Venc. II, 2 dans ADORABLE
J'en connais l'écriture, elle est de Bélisaire, Et le défaut d'adresse en marque le secret, Bélis. IV, 8 dans ADRESSE
Il s'est soustrait d'adresse, et pour un bel ouvrage, Antig. I, 2 dans ADRESSE
Sur un plus digne objet adresse ta pensée, St-Gen. III, 6 dans ADRESSER
.... mais vous n'ignorez pas Quel important sujet adresse ici mes pas, St-Gen. II, 8 dans ADRESSER
Il [le ciel] adressait mes coups, il soutenait mes armes, Bél. I, 1 dans ADRESSER
Nous sommes aperçus, quelqu'un vers nous s'adresse, Antig. III, 7 dans ADRESSER
Mais pourquoi, trompeuse déesse, S'il est vrai que tu n'as point d'yeux, Est-ce plutôt à de hauts lieux Qu'à des toits de bergers que ta rigueur s'adresse ?, Antig. III, 1 dans ADRESSER
Mon frère, au nom des dieux protecteurs de la Grèce, Car vers eux maintenant votre zèle s'adresse, ib. II, 2 dans ADRESSER
[Il] doit mêler à propos l'affable et le sévère, Vencesl. I, 1 dans AFFABLE
Cassandre par le prince est si persécutée Et d'agents si puissants pour lui sollicitée, Vencesl. III, 2 dans AGENT
Ce beau feu dont pour vous ce coeur est embrasé, Trouvera tout possible et l'impossible aisé, Vencesl. V, 2 dans AISÉ, ÉE
La fureur s'alentit par le retardement, Antig. IV, 3 dans ALENTIR
[J'avais vu] De César irrité le courroux s'alentir, St. Genest, IV, 2 dans ALENTIR
L'horrible cri d'une troupe d'orfraies A rempli d'un grand bruit tous les lieux d'alentour, Antig. V, 5 dans ALENTOUR ou À L'ENTOUR
Par offres, par conseils ou par allèchements, S. Gen. III, 6 dans ALLÈCHEMENT
... Je sais, sage princesse, Quelles soumissions je dois à Votre Altesse, Vencesl. II, 1 dans ALTESSE
Non, je ne puis souffrir, en quelque rang qu'il monte, L'ennemi de ma gloire et l'amant de ma honte, Vencesl. II, 1 dans AMANT, ANTE
Satisfaites les deux par votre amendement, Antig. V, 5 dans AMENDEMENT
Vos raisons, comme vous, sont de si peu de force, Que, loin de m'arrêter, cet obstacle m'amorce, Antig. III, 5 dans AMORCER
Hélas ! il consultait de mettre bas les armes ; Et déjà son courroux était presque amorti, Antig. III, 7 dans AMORTI, IE
D'un mépris vengeur la marque la plus ample, Vencesl. III, 2 dans AMPLE
Dis-lui que ma présence N'autorisera point l'anarchique insolence D'un tas de malheureux qui peuvent m'égorger, Phocion, IV, 2 dans ANARCHIQUE
Puis-je vivre et me voir en ce funeste état De la soeur d'un martyr femme d'un apostat ?, St-Gen. IV, 4 dans APOSTAT
Ô ciel ! ta providence, apparemment prospère, Au gré de mes soupirs de deux fils m'a fait père, Vencesl. IV, 6 dans APPAREMMENT
Parmi tous ces discours dépourvus d'apparence, Antigone, IV, 5 dans APPARENCE
Apparent et croyable attentat, Bélis. IV, 1 dans APPARENT, ENTE
Je ne vois sous l'éclat dont il est revêtu Que de traîtres appâts qu'il tend à ma vertu, Vencesl. II, 1 dans APPÂT
Je voyais de la tour le choc des deux armées, L'une et l'autre au combat âprement animées, Antig. I, 2 dans ÂPREMENT
Tous les arcs triomphants que Rome m'a dressés, St Gen. I, 4 dans ARC
Mais ce n'est pas assez d'entreprendre ardemment, L'honneur de l'entreprise est dans l'événement, Antig. III, 5 dans ARDEMMENT
Une invincible ardeur en mes veines s'allume, Qui d'un secret effort jusqu'aux os me consume, Antig. II, 4 dans ARDEUR
Et l'argile et le bois se briser comme verre, St Gen. III, 6 dans ARGILE
J'ai des argus aux coteaux d'alentour Qui feront leur devoir d'y veiller nuit et jour, Antig. IV, 1 dans ARGUS
Je serai, si je veux, l'argus de votre vie, Bélis. III, 2 dans ARGUS
[Il] Ne trouve armet si fort ni lame si bien jointe Qu'il ne fasse passage au fer qu'il a poussé, Antig. I, 4 dans ARMET
Qu'il meure, le perfide, - Arrêtez, ou ce bras en punit l'homicide, Bélis. I, 2 dans ARRÊTER
Arrière tout respect, forçons toute contrainte, Sa menace accroît plus ma fureur que ma crainte, Bélis. II, 1 dans ARRIÈRE
La mort les anime et les rend arrogants, St Gen. V, 5 dans ARROGANT, ANTE
L'artisan des maux que le sort vous destine, Tombera le premier dessous notre ruine, Vencesl. III, 3 dans ARTISAN
Et régnez dans les coeurs, par un sort dépendant Plus de votre vertu que de votre ascendant, Vencesl. I, 1 dans ASCENDANT
D'un trouble si confus mon esprit assailli Se confesse coupable ; et qui craint a failli, Venceslas, IV, 4 dans ASSAILLI, IE
Assez et trop longtemps sous ma feinte poursuite, Vencesl. III, 2 dans ASSEZ
Contre moi mon rival obtient mon assistance, Vencesl. III, 6 dans ASSISTANCE
Au retour de la chasse, hier, assisté des miens, Vencesl. I, 1 dans ASSISTÉ, ÉE
Et dedans le péril m'assiste en cette guerre, St Gen. III, 6 dans ASSISTER
Entrons et m'assistez d'une heure de conseil, Antig. I, 3 dans ASSISTER
Il parle avec assurance Faites donc ; votre haine agit trop mollement ; Peut-être que le temps vous ôterait l'envie Ou l'assurance au moins de nous ôter la vie, Antig. IV, 3 dans ASSURANCE
Marchons assurément sur les pas d'une femme, St Gen. IV, 3 dans ASSURÉMENT
Cours, généreux athlète, en l'illustre carrière Où de la nuit du monde on passe à la lumière, St Gen. IV, 4 dans ATHLÈTE
Faites observer qu'aucun ne nous écoute, Bélis. IV, 2 dans AUCUN, UNE
Que dans un mot d'écrit nos pensers amoureux Nous portent chaque jour et rapportent nos voeux, Charment aucunement l'ennui de notre absence, Bélis. III, 1 dans AUCUNEMENT
Apprenez-moi le crime auparavant l'arrêt, Bélisaire, V, 5 dans AUPARAVANT
Je vais par un chemin d'épines et de flamme, Mais qu'auparavant moi Dieu lui-même a battu, St Gen. IV, 4 dans AUPARAVANT
Pesez, auparavant que de rien intenter, La juste occasion qui doit vous y porter, Bélisaire, IV, 6 dans AUPARAVANT
Il sied mal de venger l'affront de Théodore à celle qui régit le couchant et l'aurore, Bélis. I, 3 dans AURORE
Chacun veut voir l'auteur de tant d'illustres faits, Bélis. I, 1 dans AUTEUR
Chassons d'autour de lui l'éclat qui l'environne, Antig. V, 2 dans AUTOUR
S'il en est ainsi, tout ira de soi-même ; autrement, que d'embarras ! Proportionnez vos voeux à vos mérites, Autrement, au mépris et du trône et du jour, Dans votre infâme sang j'éteindrai votre amour, Vencesl. I, 4 dans AUTREMENT
Rassemblée à ta voix, leur troupe auxiliaire Du Rhodope à l'Hémus fermera la barrière, Bélis. III, I dans AUXILIAIRE
Je n'avance à mourir non plus qu'à différer, Et, ni vivant, ni mort, je n'ai plus qu'espérer, Antig. V, 8 dans AVANCER
Signes avant-coureurs d'un funeste accident, St Gen. II, 8 dans AVANT-COUREUR
Quoi que le sort te donne, il t'est encore avare, Si...., Bélis. III, 7 dans AVARE
Je me plains seulement de ce pays barbare Qui de six pieds de terre à son prince est avare, Antig. IV, 3 dans AVARE
Tu désarmes ce bras avecque ta clémence, Bélis. I, 2 dans AVEC
Sans interruption de vos sacrés concerts, à son avénement [du martyr] tenez les cieux ouverts, St. Gen. IV, 5 dans AVÉNEMENT
Qui souhaite la mort, craint peu, quoi qu'il avienne, Vencesl. IV, 3 dans AVENIR
On peut voir l'avenir dans les choses passées, Vencesl. II, 6 dans AVENIR
Intéresser l'État dans votre aversion, Vencesl. II, 2 dans AVERSION
S'il faut souffrir, mes yeux, un si sensible outrage, Qu'on m'ôte la puissance aussi bien que l'usage, Vous aurez moins de peine en cet aveuglement, Bélis. I, 6 dans AVEUGLEMENT
Son pouvoir n'ayant plus à s'étendre plus loin, Il brise l'instrument dont il n'a plus besoin, Bélis. V, 5 dans AVOIR
Venge-toi du forfait que tu fais avorter, Bélisaire, I, 2 dans AVORTER
En cette bague au moins reçois de mon honneur Et de ma passion un véritable gage, Bélis. II, 16 dans BAGUE
J'ai, malgré leurs efforts, soumis à votre règne Ce que le Tibre lave et que le Gange baigne, Bélis. I, 6 dans BAIGNER
.... Mes premiers baisers s'adresseront à vous, Qu'une si longue absence a séparé de nous, Antig. II, 4 dans BAISER
Il tient seul de l'État le glaive et la balance, Bélis. I, 3 dans BALANCE
Je dois, les yeux bandés, peser d'un poids égal Comme le prix du bien l'importance du mal, Bélis. III, 5 dans BANDÉ, ÉE
.... Octave passant s'est donné le souci De bander ma blessure...., Vencesl. IV, 2 dans BANDER
Celui que tu chassais comme indigne de toi.... Qui fut ton roi sans sceptre et ton banni sans crime, Antig. III, 6 dans BANNI, IE
Je veux qu'avec tout l'art et toutes les caresses Qui pourraient d'un barbare arracher des tendresses...., Bélis. IV, 1 dans BARBARE
De tous trois la vertu pareille et sans seconde Mérite le timon de la barque du monde, Bélis. II, 7 dans BARQUE
Le médiocre état d'une fortune basse, Bélis. V, 5 dans BAS, BASSE
Dedans la basse-cour [il] vient de faire paraître Ce port grave et charmant qui le fait reconnaître, Bélis. I, 4 dans BASSE-COUR
La victoire m'honore, et m'ôte seulement Un caprice obstiné d'aimer trop bassement, Vencesl. II, 3 dans BASSEMENT
Trêve, trêve, Nature, aux sanglantes batailles, Qui si cruellement déchirent mes entrailles, Vencesl. V, 3 dans BATAILLE
Son sein est travaillé d'un cruel battement, Hercule mourant, IV, 2 dans BATTEMENT
Je vais par un chemin d'épines et de flammes, Mais qu'auparavant moi Dieu lui-même a battu, Te retenir un lieu digne de ta vertu, St Genest, IV, 4 dans BATTRE
Cerbère l'a versé ; jadis ce monstre esclave Fit écumer sur lui sa venimeuse bave, Herc. mour. IV, 1 dans BAVE
Et qui fait bien à tous peut dormir sûrement, Bélis. II, 7 dans BIEN
On ôte du mérite au bienfait qu'on retarde, Bélis. II, 10 dans BIENFAIT
Cette confusion Me sera bienséante en cette occasion, Antig. I, 1 dans BIENSÉANT, ANTE
Et l'art imitant la nature Bâtit d'une même figure Notre bière et notre berceau, St Gen. V, 1 dans BIÈRE
Épargnez-vous le blâme D'un coup peu convenable à la main d'une femme, Bélis. III, 5 dans BLÂME
Si par son repentir, favorable à soi-même, De sa voix sacrilége il purge le blasphème, St-Gen. V, 6 dans BLASPHÈME
.... Qui voulait bien abattre ses murailles, Qui fit avec le feu la moisson de ses blés, Antig. IV, 1 dans BLÉ
À cet objet d'horreur, l'oeil troublé, le teint blême, J'ai demeuré longtemps plus morte que lui-même, Antig. I, 2 dans BLÊME
Sur un bois glorieux Qui fut moins une croix qu'une échelle des cieux, St Gen. II, 8 dans BOIS
Les mânes indignés de tant de bons soldats Contre ma lâcheté ne murmureraient pas, Antig. I, 6 dans BON, BONNE
Exécutez cet ordre et m'en rendez bon compte, Bélis. V, 5 dans BON, BONNE
Ta bonace la plus profonde N'est jamais sans quelque vapeur, St Gen. IV, 1 dans BONACE
Mais moi qui suis sensible à tout ce qui vous touche, Qui, mauvais courtisan, ai le coeur sur la bouche, Antig. V, 2 dans BOUCHE
J'en parerai les coups du bouclier de la foi, St Gen. III, 2 dans BOUCLIER
Vous étiez son bouclier au milieu des alarmes, Antig. I, 4 dans BOUCLIER
Et j'en ai vu l'effet si bouillant et si prompt, Vencesl. III, 2 dans BOUILLANT, ANTE
J'ai vu bouillir leurs corps dans la poix et les flammes, St Genest, III, 2 dans BOUILLIR
Lorsqu'aux veines des Grecs le sang bouillait encore, Antig. I, 6 dans BOUILLIR
Mettez à bout l'effet qu'amour a commencé, Vencesl. IV, 6 dans BOUT
.... L'un est votre coeur si l'autre est votre bras, Vencesl. I, 1 dans BRAS
De l'indigne brasier qui consumait mon coeur, Il ne me reste plus que la seule rougeur, Venceslas. II, 2 dans BRASIER
Commis à retirer les brevets des emplois Qui vous ont fait l'envie et la terreur des rois, Bélis. V, 3 dans BREVET
[Il] sema de brillants les voûtes azurées, St Gen. III, 2 dans BRILLANT, ANTE
Votre cheval bronchant vous laissait dans la plaine, Bélis. V, 5 dans BRONCHER
Au bruit que l'on menait Bélisaire au supplice...., Bélis. V, 7 dans BRUIT
[Ils] ont acquis dans la scène un légitime bruit, St Genest, I, 7 dans BRUIT
Ils n'ont du mouvement ni des yeux que pour vous, Seul la butte, l'objet et l'estime de tous, Bélis. I, 1 dans BUTTE
Sur tout autre toujours votre art me persécute ; Vous m'entreprenez seul, seul je vous suis en butte, Antig. V, 5 dans BUTTE
Les plus censeurs ne me reprochent rien, St-Genest, III, 2 dans CENSEUR
Cette seule rebelle, entre tous mes sujets, Censure mes édits, attaque mes projets, Antig. IV, 6 dans CENSURER
Le carnage du cerf se préparant aux chiens, Vencesl. I, 1 dans CERF
Certain chagrin conçu dans l'esprit de la reine...., Bélis. III, 5 dans CERTAIN, AINE
Et si cette chaleur n'est bientôt apaisée, Jamais sédition ne fut plus disposée...., Vencesl. V, 8 dans CHALEUR
Un changement d'avis, quand la raison en presse, N'est pas une action contraire à la sagesse, Antig. IV, 6 dans CHANGEMENT
Ni l'univers rentrant dans son premier chaos, St-Genest, II, 8 dans CHAOS
Ô funeste chaos de désordre et de trouble, Bélis. IV, 6 dans CHAOS
Les siens qu'il agrandit, les charges qu'il dispense...., Vencesl. I, 6 dans CHARGE
Les forêts charmées par Armide.... Il faut que l'enfer d'un étrange nuage De ma raison charmée ait offusqué l'usage, Bélis. V, 8 dans CHARMÉ, ÉE
Et que peut plus un corps dont le chef est à bas ?, St Gen. V, 2 dans CHEF
Forçons l'antre funeste où l'on tient enfermé Ce miracle d'amour, ce chef-d'oeuvre animé, Antig. V, 3 dans CHEF-D'OEUVRE
Pour moi, je tiens plus chère et plus digne d'envie Une honorable mort qu'une honteuse vie, Antig. III, 5 dans CHER, CHÈRE
Qu'entreprends-je, chétif, en ces lieux écartés ?, St Gen. III, 2 dans CHÉTIF, IVE
Et mon bras n'est du sien qu'un chétif instrument Qui ne meut et n'agit que par son mouvement, Bélis. I, 1 dans CHÉTIF, IVE
Ce fer porte le chiffre et le nom du coupable, Vencesl. IV, 6 dans CHIFFRE
De tous les choeurs des cieux va remplir les souhaits, St. Gen. IV, 6 dans CHOEUR
Encor que de ma part tout vous choque et vous blesse, Vencesl. I, 1 dans CHOQUER
On ne le peut heurter qu'on ne me choque en lui, Bélis. IV, 6 dans CHOQUER
Débile et mal remis encor de la faiblesse Où ma perte de sang et ma chute me laisse, Vencesl. IV, 2 dans CHUTE
Du corps de ce mutin gisant sur la poussière Le ventre des corbeaux sera le cimetière, Antig. IV, 1 dans CIMETIÈRE
L'oeil qui voit dans les coeurs clair comme dans les cieux, Sait quelle aversion j'eus depuis pour tes dieux, St. Gen. III, 6 dans CLAIR, CLAIRE
Que nous apprendrez-vous, bon vieillard, qui sans yeux Lisez si clairement dans le secret des cieux, Antig. V, 5 dans CLAIREMENT
C'est ce que de la tour j'ai clairement pu voir, ib. I, 2 dans CLAIREMENT
Ce silence forcé parle trop clairement, Bélis. III, 3 dans CLAIREMENT
Pour un si beau dessein il n'est porte trop close, Antig. V, 3 dans CLOS, CLOSE
Et se jette à clos yeux au danger plus extrême, Antig. IV, 1 dans CLOS, CLOSE
Le parti du duc et de mon frère Dont l'un est votre coeur, si l'autre est votre bras, Vencesl. I, 1 dans COEUR
[Il] tend à tes ennemis Un col à ton saint joug heureusement soumis, St-Gen. III, 7 dans COL
À l'État j'en dois le sacrifice. - Hé bien, achevez-le ; voilà ce col tout prêt, Vencesl. V, 4 dans COL
ôter.... Un ministre à l'État, un père à la patrie, Au trône une colonne, au prince un favori, Bélis. III, 5 dans COLONNE
Qui rencontre à son trône une ferme colonne, Vencesl. V, 9 dans COLONNE
Pour en rompre les noeuds et colorer ses crimes, Vencesl. II, 1 dans COLORER
Voici de quoi détruire et de quoi renverser Ce colosse orgueilleux si fort à terrasser, Bélisaire, IV, 5 dans COLOSSE
Et mille observateurs que j'ai commis exprès Ont si bien vu leurs feux qu'ils ne sont plus secrets, Vencesl. II, 3 dans COMMETTRE
Il commit un Alcide au fardeau d'un Atlas, St-Gen. I, 1 dans COMMETTRE
Leur feignant un secret que César m'a commis, Bélis. II, 8 dans COMMETTRE
Commis à retirer les brevets des emplois Qui vous ont fait l'envie et la terreur des rois, Bélis. V, 3 dans COMMIS, ISE
N'as-tu rien oublié de ta commission ?, Antig. V, 2 dans COMMISSION
L'ordre de l'empereur n'admet ici personne, Et ma commission n'y souffre que nous deux, Bélis. III, 2 dans COMMISSION
Jamais l'occasion.... Ne s'offre assez commode aux poltrons comme toi, Bélis. III, 5 dans COMMODE
Voici le fer encor destiné pour sa perte ; Mais la commodité ne s'en est pas offerte, Bélis. III, 5 dans COMMODITÉ
Déférez quelque chose au sentiment commun, Antig. IV, 6 dans COMMUN, UNE
L'orgueil à toutes deux a troublé la raison, Et leur extravagance est sans comparaison, Antig. IV, 4 dans COMPARAISON
Ton ingratitude est sans comparaison De souhaiter sa perte, Bélis. III, 5 dans COMPARAISON
Voilà les compliments que l'amour leur suscite, Vencesl. III, 3 dans COMPLIMENT
Sans interruption de vos sacrés concerts, à son avénement tous les cieux sont ouverts, St Gen. IV, 5 dans CONCERT
Il peut concilier son honneur et sa flamme, St Gen. I, 1 dans CONCILIER
Mais pourquoi consulter des choses résolues Et ne poursuivre pas comme on les a conclues ?, Bélis. II, 8 dans CONCLURE
Et si la loi des dieux fait conclure à sa mort...., St-Gen. III, 7 dans CONCLURE
Si c'est pour nous unir d'une étroite concorde...., Bélisaire, III, 2 dans CONCORDE
Et prêtant son concours à ce fameux ouvrage, St-Gen. IV, 2 dans CONCOURS
Un roi vous semble heureux, et sa condition Est douce au sentiment de votre ambition, Vencesl. I, 1 dans CONDITION
C'est ici que le sang et la condition Ne nous permettent pas une lâche action, Antig. III, 5 dans CONDITION
Et qui gouverne Rome a conduit des troupeaux, St-Gen. I, 4 dans CONDUIRE
[Il] Ménagea notre vie avec tant de conduite, Vencesl. IV, 6 dans CONDUITE
En exigeant de moi cette confession, Vous me sollicitez d'une lâche action, Bélis. I, 2 dans CONFESSION
Et presque aucun avis ne se trouvant conforme, Vencesl. I, 1 dans CONFORME
Cette raison au moins en mon mal me conforte ; Que, s'il n'est supportable, il faudra qu'il m'emporte, Antig. III, 4 dans CONFORTER
Le prix est si conjoint à l'heur de vous servir Que c'est une faveur qu'on ne me peut ravir, Vencesl. III, 6 dans CONJOINT, OINTE
Ils n'ont pas appelé ma voix à leur conseil, Antig. I, 1 dans CONSEIL
Monsieur, on tient conseil et le roi vous demande, Antig. I, 5 dans CONSEIL
Voyons les beaux discours qu'un flatteur lui conseille, Vencesl. I, 1 dans CONSEILLER
Ne m'en faites point craindre les conséquences, Vencesl. III, 2 dans CONSÉQUENCE
Ne considérez rien ou considérez tout, Antig. II, 4 dans CONSIDÉRER
Seul il se considère, il s'aime et non pas moi, Vencesl. II, 1 dans CONSIDÉRER
Qui vit avec honneur doit mourir constamment, Hercule m. V, 1 dans CONSTAMMENT
J'ai d'un coeur invincible affronté la fortune, J'ai vu d'un oeil constant le courroux de Neptune, Bélis. IV, 2 dans CONSTANT, ANTE
Ma s pourquoi consulter des choses résolues, Et ne poursuivre pas comme on les a conclues ?, Bélis. II, 8 dans CONSULTER
Et comme un mal souvent devient contagieux, St-Genest, IV, 9 dans CONTAGIEUX, EUSE
Eussé-je espéré.... De contenir un fleuve inondant une terre ?, St-Gen. III, 5 dans CONTENIR
Ici mon seul respect contient votre caprice, Vencesl. I, 1 dans CONTENIR
Je vous l'ai conseillé, j'en pressai l'entreprise. - Tout au contraire, sire, elle m'en a reprise, Antig. IV, 4 dans CONTRAIRE
Par un contraste horrible entre tous les mortels, Phoc. IV, 1 dans CONTRASTE
Je n'avancerais rien en vous contredisant ; J'ordonnais autrefois et je prie à présent, Antig. II, 4 dans CONTREDIRE
Parle, t'a-t-on surprise en ce fatal devoir Qui si visiblement contredit mon pouvoir ?, Antig. IV, 3 dans CONTREDIRE
Qui de l'air étendit les humides contrées, St-Gen. III, 2 dans CONTRÉE
Un grand roi pèse tout d'un contre-poids égal, Rend le bien pour le bien et le mal pour le mal, Antig. IV, 1 dans CONTRE-POIDS
Et ne saviez-vous pas que cet acte en effet Était contrevenant à l'arrêt que j'ai fait ?, Antig. IV, 3 dans CONTREVENANT, ANTE
Et si qui contrevient à ce que je défends Trouve des partisans en mes propres enfants...., Antig. V, 4 dans CONTREVENIR
Épargnez-vous le blâme D'un coup peu convenable à la main d'une femme, Bélis. III, 5 dans CONVENABLE
Achève tes bontés, représente avec moi Les saints progrès des coeurs convertis à ta foi, St-Gen. IV, 6 dans CONVERTI, IE
Ce feu véhément Convertirait en soi le liquide élément, Avant qu'il éteignît cette ardeur violente, Hercule mour. IV, 5 dans CONVERTIR
De tant de conviés bien peu suivent tes pas, St-Gen. V, 2 dans CONVIÉ, ÉE
Et m'ouvrez un passage à l'empire des morts, Dérobant aux corbeaux le butin de mon corps, Antig. I, 6 dans CORBEAU
Et ton coeur sacrilége aux corbeaux exposé, St-Genest, III, 2 dans CORBEAU
Ses plaintes, ses écrits et la corruption De ceux qu'il crut pouvoir servir sa passion, Vencesl. II, 1 dans CORRUPTION
J'ai des argus aux coteaux d'alentour Qui feront leur devoir d'y veiller nuit et jour, Antig. IV, 1 dans COTEAU
Sur mon couchant enfin ma débile paupière Me ménage avec soin ce reste de lumière, Vencesl. IV, 4 dans COUCHANT, ANTE
Qui vous a si matin tiré de votre couche ?, Vencesl. IV, 4 dans COUCHE
Dans la main, en passant, coulons-lui ce papier, Bélis. IV, 2 dans COULER
Je coulai mes avis dans ce libre murmure, Vencesl. I, 1 dans COULER
Est-ce vous, Ladislas, Dont la couleur éteinte et la vue égarée...., Vencesl. IV, 4 dans COULEUR
Coupons dès cette nuit tout accès à ses voeux, Vencesl. III, 3 dans COUPER
Vous voilà, vains honneurs qui m'enfliez le courage, Écoulés en un jour comme l'eau d'un orage, Bél. V, 4 dans COURAGE
Je sais que mes crimes Vous ont causé souvent des courroux légitimes, Vencesl. V, 4 dans COURROUX
Que le chemin est court d'un palais au tombeau !, Bélis. V, 4 dans COURT, COURTE
.... Maximin courtois ou furieux, St-Gen. II, 8 dans COURTOIS, OISE
Voyons sous cet habit qui me fait méconnaître, S'il m'est aussi courtois qu'il m'a promis de l'être, Bélis. I, 6 dans COURTOIS, OISE
Ce monstre si cruel [l'Envie] sous un front si courtois N'a-t-il pas de l'accès en la maison des rois ?, Bélis. V, 5 dans COURTOIS, OISE
S'il vous souvient aussi, dès lors un trait de flamme Des yeux de ma cousine avait blessé votre âme, Bélis. IV, 2 dans COUSIN, INE
Je veux me voir en vous renaître de ma cendre, Et, par vous à couvert des outrages du temps, Commencer à mon âge un règne de cent ans, Vencesl. I, 1 dans COUVERT
S'il faut qu'à cent rapports ma créance réponde...., Vencesl. I, 2 dans CRÉANCE
Aveuglons leur créance, et passez pour l'époux, ib. III, 2 dans CRÉANCE
Avec le lait, pendante à la mamelle, Je suçai des chrétiens la créance et la foi, St Gen. III, 6 dans CRÉANCE
Car le ciel laisse agir l'ordre de la nature Et n'a pas toujours l'oeil sur une créature, Antig. V, 5 dans CRÉATURE
Si mon crédit peut obtenir sa grâce, Bélis. I, 2 dans CRÉDIT
Ou ma vie ou la sienne, importunes sangsues, Doivent crever du sang dont elles sont repues, Antig. I, 6 dans CREVER
Le peu de fruit d'attenter sur ta vie Fera crever la haine et lassera l'envie, Bélis. IV, 6 dans CREVER
À tout prix un grand coeur achète un grand crédit, Et tout crime est permis lorsqu'il vous agrandit, Bélis. II, 8 dans CRIME
Ainsi que les vertus, les crimes enchaînés Sont toujours ou souvent l'un par l'autre traînés, Vencesl. IV, 6 dans CRIME
Et de teindre de sang le cristal de son onde, Bélis. I, 2 dans CRISTAL
Le crocodile ainsi tue en versant des pleurs, La sirène en chantant, et l'aspic sous les fleurs, Bélis. V, 5 dans CROCODILE
Et croire la pitié qui me pourrait surprendre, Bélis. IV, 8 dans CROIRE
J'en ai cru le hasard, Bélis. II, 10 dans CROIRE
Me plaindre à l'empereur serait croître ma peine, Bélis. III, 3 dans CROÎTRE
Les haches et les croix sont lasses de trépas, St Gen. II, 8 dans CROIX
Ô ridicule erreur, de vanter la puissance D'un imposteur, d'un fourbe et d'un crucifié !, St Gen. V, 2 dans CRUCIFIÉ, ÉE
Travaux cuisants, St Gen. III, 7 dans CUISANT, ANTE
C'est les examiner d'un soin trop curieux, Vencesl. IV, 1 dans CURIEUX, EUSE
Ah ! mon fils, étouffez ce damnable dessein, Antig. I, 6 dans DAMNABLE
Ces damnables complots sont des gens de la cour, Bélis. Il, 9 dans DAMNABLE
Frappe ce lâche sein du trait de ton tonnerre Le plus fort que jamais tu dardes sur la terre, Hercule mourant, III, 5 dans DARDER
Lui même en diverses formes Range les troncs coupés des chênes et des ormes, Herc. mour. V, 1 dans DE
Jusqu'ici de l'amour dédaignant la puissance, Je n'ai connu d'ardeur que celle des combats, Bélis. I, 6 dans DE
Allons, unis d'esprit, sans commerce du corps, Achever notre hymen dans l'empire des morts, Antig. V, 9 dans DE
Qui des deux l'emportera ? Lequel de vous ou de votre ami est venu jusqu'ici ? Or il est temps, ma soeur, de montrer qui nous sommes, Et qui peut plus sur nous, ou des dieux ou des hommes, Antig. III, 5 dans DE
Et du sacré bandeau qu'il vous mit sur la tête [il] Acheta de vos voeux la superbe conquête, Bél. IV, 2 dans DE
Tu [amour] m'obligeras plus d'un trait de ta pitié Qu'elle [la fortune] de son crédit ou de son amitié, ib. II, 7 dans DE
Et pour vous témoigner de quelle indifférence J'abandonne un plaisir que j'ai tant poursuivi, Vencesl. III, 4 dans DE
Ô folle piété qui d'une même audace Fit la rébellion et reçoit la menace !, Antig. IV, 3 dans DE
Nous volons sur ses pas d'une ardeur unanime, Bélis. V, 7 dans DE
À toute autorité je fermerais les yeux, Et je ferais beaucoup de respecter les dieux, Antig. I, 4 dans DE
Mais de souffrir ma gloire en la bouche des miens, C'est en ôter le prix au ciel dont je la tiens, Bélis. I, 1 dans DE
Cet heur injustement lui serait débattu, Et le grade éminent est peu pour sa vertu, Bélis. II, 7 dans DÉBATTRE
Débile et mal remis encor de la faiblesse Où ma perte de sang et ma chute me laisse, Vencesl. IV, 2 dans DÉBILE
Ses attraits, son esprit, sa politique habile, Du prince ont subjugué la volonté débile, Bélis. I, 1 dans DÉBILE
Vil esclave de femme, esprit lâche et débile, Antig. IV, 6 dans DÉBILE
Les ravages d'un fleuve en son débordement, Bélis. I, 6 dans DÉBORDEMENT
Mais César, accouru des champs de la Mésie, De votre propre armée a débordé le flanc, Bélis. III, 1 dans DÉBORDER
Ni le commun débris de toute la nature Ne m'étonnerait pas comme cette aventure, Bélis. IV, 8 dans DÉBRIS
Hélas ! souhaitez-vous le débris de l'empire, Et, s'il se peut encor, quelque chose de pire ?, ib. IV, 6 dans DÉBRIS
Et comme un défenseur de l'État et des siens, Il lui fait décerner les honneurs des anciens, Antig. III, 5 dans DÉCERNER
.... Que vois-je, justes dieux ! Cette bague en son doigt déçoit-elle mes yeux ?, Bélis. III, 2 dans DÉCEVOIR
Pour s'écrier d'un triste et pitoyable accent : Qu'on sauve Bélisaire et qu'il est innocent, Qu'elle doit sa décharge au remords qui la presse, Bélis. V, 7 dans DÉCHARGE
Et déchargez vos mains de ce faix inutile, Antig. II, 4 dans DÉCHARGER
De mes chaînes pour lui je serai déchargé, St Gen. V, 4 dans DÉCHARGER
Comment, dis-je, mon père, accablé de tant d'âge, Ne se décharge-t-il, avant qu'y succomber, D'un pénible fardeau qui le fera tomber ?, Vencesl. I, 1 dans DÉCHARGER
Je me vois, Ladislas, au déclin de ma vie, Vencesl. IV, 4 dans DÉCLIN
Ils ont caché le ciel des traits qu'ils décochaient, Bélis. I, 6 dans DÉCOCHER
Et combien les enfers qu'il avait déconfits, Ont respecté le père à cause de son fils, Hercule mourant, V, 2 dans DÉCONFIRE
Qu'une jeune effrontée, une insolente esclave Dont le père a suivi ses peuples déconfits, Vienne en ce lieu donner des frères à mes fils, Hercule mourant, II, 2 dans DÉCONFIT, ITE
Ordonnez que d'un fer le sein me soit ouvert, Exposez à vos yeux mon coeur à découvert, Bélis. IV, 6 dans DÉCOUVERT, ERTE
Ma mère, à mon déçu, par Éphite avertie, Avec tous ses efforts empêchait ma sortie, Antig. III, 2 dans DÉÇU, UE
Croyez qu'il me déplaît, et très sensiblement, De vous devoir dédire une fois seulement, Antig. II, 2 dans DÉDIRE
À qui le désir manque aucun bien ne défaut, St Gen. V, 2 dans DÉFAILLIR
L'adversaire en désordre est à moitié défait, Bélis. IV, 2 dans DÉFAIT, AITE
Ô ciel ! il paraît bien que la prudence humaine, Qui fait gloire ici-bas des efforts les plus hauts, Tombe, quand il te plaît, en d'insignes défauts, Bélis. V, 8 dans DÉFAUT
Mon guide, qu'à ce soin à mon défaut j'emploie, S'écrie épouvanté qu'il n'y voit point de foie [en une victime immolée, ce qui était un signe funeste], Antig. V, 5 dans DÉFAUT
Contre ces charges, prince, avez-vous des défenses ?, Vencesl. IV, 6 dans DÉFENSE
Encore à la nature Étéocle défère, Il se laisse gagner aux plaintes de ma mère, Antig. II, 2 dans DÉFÉRER
.... mes desseins pour elle, aux vôtres préférés, Sont ces puissants respects à qui vous déférez, Vencesl. III, 2 dans DÉFÉRER
Et depuis le défi que mes traits t'ont porté, Chaque instant qui se perd marque ta lâcheté, Antig. II, 1 dans DÉFI
Et lorsque l'ennemi, s'avançant au trépas, Dans ses longs défilés aura porté ses pas...., Bélis. III, 1 dans DÉFILÉ
De vous, qui renversez les lois de la nature, Qui, barbare, aux défunts niez la sépulture, Antig. V, 5 dans DÉFUNT, UNTE
Quand le Tigre, effrayé, de ses grottes profondes Jusqu'aux monts d'alentour fit dégorger ses ondes, Bélis. V, 5 dans DÉGORGER
Et guérir aisément d'un dégoût qu'elle a pris, Vencesl. III, 5 dans DÉGOÛT
Voyez, voyez le sang dont ce poignard dégoutte, Vencesl. IV, 6 dans DÉGOUTTER
Oui, du degré de l'âge il faut porter la peine, Vencesl. I, 2 dans DEGRÉ
Qui l'a mis dans le ciel, qui l'a déifié ?, St Gen. V, 2 dans DÉIFIER
Les sectateurs enfin de ce crucifié Vous diront si sans cause ils l'ont déifié, ib. dans DÉIFIER
Je me délasserais parmi les précipices Et dans le seul repos trouverais des supplices, Antig. V, 8 dans DÉLASSER
Je vous retrouve enfin, ô bonheur ! ô délice !, Bélis. II, 5 dans DÉLICE
Ma propre femme enfin trempant dans ce délit Perdrait sa part au jour et sa place en mon lit, Bélis. II, 13 dans DÉLIT
Quoi ! ta rage, dit-il, n'est donc pas assouvie, Et tes déloyautés ont survécu ta vie !, Antig. III, 2 dans DÉLOYAUTÉ
Beaucoup d'événements ont démenti leurs causes, Antig. I, 2 dans DÉMENTIR
L'action est beaucoup moins marquée dans ceux-ci ; mais il doit être permis aux poëtes de l'introduire là où l'idée d'état est la première qui se présente à l'esprit : à cet objet d'horreur, l'oeil troublé, le teint blême, J'ai demeuré longtemps plus morte que lui-même, Antig. I, 2 dans DEMEURER
Je n'ai pu dénier cet office à leurs larmes, St Gen. V, 6 dans DÉNIER
Ce que veut tout l'État se peut-il dénier ?, Vencesl. III, 6 dans DÉNIER
À qui dois-je le bien de m'avoir dénoncé ?, St Gen. II, 8 dans DÉNONCER
D'obstacles infinis mille ont su triompher, Cécile des tranchants, Prisque des dents de fer [instrument de torture], St Gen. III, 8 dans DENT
Du Dieu qui t'a commis dépars-moi les bontés, St Gen. IV, 5 dans DÉPARTIR
Prenez, Dieux, contre Christ, prenez votre parti Dont ce rebelle coeur s'est presque départi, St Gen. II, 4 dans DÉPARTIR
Croyez qu'il me déplaît et très sensiblement, De vous devoir dédire une fois seulement, Antig. II, 2 dans DÉPLAIRE
Ma mère.... empêchait ma sortie.... Dont il m'a bien déplu...., ib. II, 3 dans DÉPLAIRE
Mon sang se déplaît dans mes veines, St Gen. II, 7 dans DÉPLAIRE
Sur leurs déportements il faut fermer les yeux, Vencesl. IV, 1 dans DÉPORTEMENT
Si votre ambition ne va qu'à la couronne, Je dépouille pour vous l'éclat qui m'environne, Antig. I, 6 dans DÉPOUILLER
Prenez mes sentiments et dépouillez les vôtres, Vencesl. I, 3 dans DÉPOUILLER
Je me dépouillerai de toute passion, Vencesl. IV, 6 dans DÉPOUILLER
Des gens qui, dépourvus des biens de la fortune, Sous le nom de chrétiens font gloire du trépas, S. Gen. V, 2 dans DÉPOURVU, UE
Tu peux sans trahison le prendre au dépourvu, Bélis. II, 16 dans DÉPOURVU, UE
Depuis, comme à votre heur toute chose conspire, Votre oncle encor vivant vous résigna l'empire, Bélis. V, 5 dans DEPUIS
Les rois ne sont plus rois depuis que leur puissance Laisse à la calomnie opprimer l'innocence, Bélis. V, 5 dans DEPUIS
Mais depuis qu'une vie est tombée en tes mains, ô mort, pour la ravir tous nos efforts sont vains, Antig. V, 8 dans DEPUIS
J'entends ce qu'on estime et ce qu'on désapprouve, Antig. IV, 6 dans DÉSAPPROUVER
Ne désapprouvez pas, ô généreux monarques, Que notre affection vous prodigue ses marques, St Gen. I, 7 dans DÉSAPPROUVER
Tu veux, désespérée, ôter par ta furie, Un ministre à l'État, un père à la patrie, Bélis. III, 5 dans DÉSESPÉRÉ, ÉE
En mon seul déshonneur bornait tous ses désirs, Vencesl. II, 1 dans DÉSHONNEUR
J'ai perdu le désir avecque l'espérance, Vencesl. III, 4 dans DÉSIR
Je te vois attendue à ce port désirable, St Gen. III, 7 dans DÉSIRABLE
Qui m'a désobéi mérite le trépas, Antig. IV, 6 dans DÉSOBÉIR
Tous deux ont eu dessein dessus ma liberté, Vencesl. IV, 6 dans DESSEIN
[Il] Met à me desservir ses plaisirs les plus doux, Vencesl. I, 1 dans DESSERVIR
Sitôt que le respect m'a dessillé la vue...., Vencesl. II, 2 dans DESSILLER
Tes mânes par ta mort de ton corps détachés, Antig. I, 4 dans DÉTACHÉ, ÉE
Non, ma mère.... ni mes soeurs.... Ne détourneraient pas le dessein que j'ai pris, Antig. I, 6 dans DÉTOURNER
Et fûtce au détriment de mon propre intérêt, Moi-même je m'en fais un immuable arrêt, Bélis. III, 7 dans DÉTRIMENT
L'intérêt de l'honneur va devant l'amitié, Bélis. IV, 9 dans DEVANT
Le ciel devant les temps avait marqué pour lui Ce trésor amoureux qu'il possède aujourd'hui, Bélis. IV, 2 dans DEVANT
Mille fois pour vous voir il a de ces remparts Devers Thèbes jeté les yeux de toutes parts, Antig. III, 7 dans DEVERS
Et Léonce doit être incapable de crime Puisqu'il a mérité l'honneur de ton estime, Bélis, I, 6 dans DEVOIR
Agréer ses devoirs et le revoir encore, Vencesl. II, 5 dans DEVOIR
Que le taureau soit prêt, quand j'aurai dans les cieux Poussé le zèle saint d'un coeur dévotieux, Hercule mourant, III, 1 dans DÉVOTIEUX, EUSE
Pour moi le diadème aurait de vains appas, Vencesl. II, 2 dans DIADÈME
Ce qui nous vient de Dieu, seul exempt de la mort, Est seul indépendant et du temps et du sort, Bélis. V, 2 dans DIEU
Les dieux, premiers auteurs des fortunes des hommes, St Gen. V, 5 dans DIEU
Pour mieux les diffamer et les rendre odieux, St Gen. IV, 7 dans DIFFAMER
Tous deux différemment altèrent sa mémoire, St-Gen. I, 1 dans DIFFÉREMMENT
Changez ces différends en des voeux mutuels, Vencesl. I, 2 dans DIFFÉREND
Roi je n'hérite point des différends du prince, ib. V, 2 dans DIFFÉREND
Et quand je crois jouir d'un reposapparent, La querelle d'autrui devient mon différend, Bélis. IV, 6 dans DIFFÉREND
.... Nous ne différons ni de coeur ni de sang, Vencesl. I, 2 dans DIFFÉRER
... les difficultés sont le champ des vertus, Vencesl. II, 3 dans DIFFICULTÉ
Aux desseins importants la diligence importe, Vencesl. III, 3 dans DILIGENCE
Ma part de votre ennui diminuera la vôtre, Vencesl. III, 2 dans DIMINUER
Faisons par vos travaux et ma reconnaissance Du maître et du sujet discerner la puissance, Vencesl. III, 6 dans DISCERNER
Étouffons nos discords dans nos embrassements, Vencesl. I, 1 dans DISCORD
Pourtant, pour cette grande et fameuse action, Vous en mîtes le prix à sa discrétion, Vencesl. I, 1 dans DISCRÉTION
Grand roi, de l'innocence auguste protecteur, Des peines et des prix juste dispensateur, Vencesl. IV, 6 dans DISPENSATEUR, TRICE
Les siens qu'il agrandit, les grâces qu'il dispense, Vencesl. I, 6 dans DISPENSER
Jamais sédition ne fut mieux disposée, Vencesl. V, 8 dans DISPOSÉ, ÉE
L'orage se dissipe et les cieux sont ouverts, Herc. mour. V, 3 dans DISSIPER
Mais les songes suivis Et qui distinctement marquent les aventures, Vencesl. IV, 1 dans DISTINCTEMENT
Si pour distribuer et le prix et les peines, Bélis. V, 5 dans DISTRIBUER
Chacun selon son sens en croit diversement, St-Gen. II, 8 dans DIVERSEMENT
À ce coup vainement j'ai voulu résister ; Je ne l'ai diverti ni n'ai pu l'éviter, Antig. V, 3 dans DIVERTIR
Il faut vous divertir par un autre entretien, Antig. III, 2 dans DIVERTIR
Et le plus adorable et plus divin objet, Vencesl. II, 2 dans DIVIN, INE
Il faudra que je perde ou divise son coeur, Herc. mour. II, 2 dans DIVISER
Seul on s'acquitte mieux d'une grande entreprise ; Le travail s'affaiblit alors qu'il se divise, Antig. III, 5 dans DIVISER
[Il] N'a point, pour les tromper, une assez docte main, St Gen. I, 7 dans DOCTE
Toi qui de ta doctrine assistes les chrétiens, St Gen. IV, 4 dans DOCTRINE
Ton aiguille à mon doigt est un faix bien léger, Herc. m. I, 4 dans DOIGT
S'il donne, il est prodigue, et s'il épargne, avare, Vencesl. I, 1 dans DONNER
Possédez le repos comme vous le donnez, Bélis. I, 6 dans DONNER
Je donne aux immortels la peur que j'ôte aux hommes, Hercule mourant, I, 1 dans DONNER
Né pour donner des lois, commencez par vous-même, Vencesl. I, 1 dans DONNER
âme double et traîtresse, Tu portes sans orgueil le nom de ta maîtresse, Hercule mourant, II, 3 dans DOUBLE
On se perd doucement quand on perd ce qu'on hait ; Et qui tue en mourant doit mourir satisfait, Hercule mour. II, 2 dans DOUCEMENT
Qu'il [le ciel] vous soit aussi doux que vous m'êtes barbare, Antig. V, 9 dans DOUX, DOUCE
Qu'au plus haut de ce mont un bûcher soit dressé, Hercule mour. IV, 5 dans DRESSER
Ma colère avec droit condamne ma raison, Bélis. V, 6 dans DROIT
Il est temps ou jamais que je vous satisfasse Et qu'un duel enfin entre mon frère et moi...., Antig. I, 6 dans DUEL
Et ta seule beauté causa notre duel, Herc. mour. I, 4 dans DUEL
Ah ! méritez, mon fils, que cet amour vous dure, Vencesl. I, 1 dans DURER
Souvent en ces ardeurs la mort qu'on se propose, Ne semble qu'un ébat, qu'une ardeur, qu'une rose, St Gen. IV, 2 dans ÉBAT
Je m'y rends avec vous, l'ébat m'en sera cher, Bélis. IV, 2 dans ÉBAT
De votre éclat et de votre lumière, Je ne suis qu'une ébauche imparfaite et grossière, Bélis. III, 7 dans ÉBAUCHE
Adieu, sur l'échafaud portez le coeur d'un prince, Vencesl. V, 4 dans ÉCHAFAUD
Vous feriez un échange et non pas une perte, Vencesl. II, 1 dans ÉCHANGE
Le piége est échappé ; fuyons, retirons-nous, Bélis. IV, 3 dans ÉCHAPPER
Sortons et lui laissons cette écharpe à la main, Bélis. IV, 2 dans ÉCHARPE
Encelade fendra ce pénible fardeau Qui lui servit d'échelle, et, depuis, de tombeau, Herc. mour. III, 3 dans ÉCHELLE
Sur un bois glorieux Qui fut moins une croix qu'une échelle des cieux, St Gen. II, 8 dans ÉCHELLE
[Je vis] en mille éclats d'acier choir et voler vos armes, Bélis. V, 5 dans ÉCLAT
Ô, si de mon désir l'effet pouvait éclore, Que sous de douces lois nous pourrions nous aimer !, St-Gen. III, 6 dans ÉCLORE
Vois que sur ce beau sein les lis à peine éclos...., Hercule m. I, 5 dans ÉCLOS, OSE
[J'ai vu] tomber sous les coups d'un trépas glorieux Ces fruits à peine éclos déjà mûrs pour les cieux, St-Gen. II, 7 dans ÉCLOS, OSE
Vous voilà, vains honneurs, qui m'enflez le courage, Écoulés en un jour comme l'eau d'un orage, Bélisaire, V, 4 dans ÉCOULÉ, ÉE
Ah ! s'est-il écrié, César, tout est perdu, St Gen. II, 8 dans ÉCRIER (S')
Cerbère l'a versé, jadis ce monstre esclave Fit écumer sur lui sa venimeuse bave, Hercule mour. IV, 1 dans ÉCUMER
Savez-vous la rigueur de son premier édit ?, Antig. III, 3 dans ÉDIT
Mais hélas ! ce portrait qu'elle s'était tracé Perd beaucoup de son lustre et s'est bien effacé, Vencesl. I, 1 dans EFFACER
Va, coeur efféminé, va, lâche, sors d'ici, Antig. IV, 6 dans EFFÉMINÉ, ÉE
Et tous trois, signalés par d'illustres effets, Savent servir en guerre et commander en paix, Bélis. XI, 7 dans EFFET
D'un frivole discours passez donc à l'effet, Antig. IV, 3 dans EFFET
J'ai franchi sans trembler les plus sanglants hasards, Et rendu sans effet les menaces de Mars, Bélis. IV, 2 dans EFFET
Voyez quelle assurance en cet oeil effronté !, Antig. IV, 3 dans EFFRONTÉ, ÉE,
Qu'une jeune effrontée, une insolente esclave Vienne en ce lieu donner des frères à mes fils, Hercule mourant, II, 2 dans EFFRONTÉ, ÉE,
L'amour sait bien sans sceptre établir sa puissance, Et, soumettant nos coeurs par de secrets appas, Fait les égalités et ne les cherche pas, Venceslas, II, 2 dans ÉGALITÉ
Voyez quelle assurance en cet oeil effronté ! Quel superbe maintien et quelle égalité !, Antig. IV, 3 dans ÉGALITÉ
Vue égarée, Vencesl. IV, 4 dans ÉGARÉ, ÉE
En vain leurs éléphants et leurs tranchants ivoires Ont voulu retarder le cours de nos victoires, Bélis. I, 6 dans ÉLÉPHANT
Régnez ; après l'État j'ai droit de vous élire, Vencesl. V, 9 dans ÉLIRE
Accordez-moi sa grâce ou mon éloignement, Vencesl. III, 7 dans ÉLOIGNEMENT
Quoi ! venir, embrasé d'une aveugle furie, Verser le sang des siens, ruiner sa patrie !, Antig. IV, 1 dans EMBRASÉ, ÉE
Et pour dire à quel point mon coeur est embrasé, Vencesl. IV, 6 dans EMBRASÉ, ÉE
En qui puis-je des trois Pour ce rang éminent faire un plus juste choix ?, Bélis. II, 7 dans ÉMINENT, ENTE
Le sort pourvoit Narsès de ce grade éminent, ib. II, 9 dans ÉMINENT, ENTE
Le fer.... s'émousse s'il [Dieu] l'ordonne, St Genest, IV, 2 dans ÉMOUSSER
Vient-elle ôter aux morts les larmes que je verse, Et mettre empêchement à ce triste commerce ?, Antig. III, 7 dans EMPÊCHEMENT
Prends dessus mes sujets un empire suprême, Bélis. I, 6 dans EMPIRE
J'ai regret que le sort m'emploie à la ruine De la plus éclatante et superbe machine, Bélis. V, 5 dans EMPLOYER
Le trait empoisonné que ses yeux m'ont lancé, Vencesl. IV, 2 dans EMPOISONNÉ, ÉE
Cette raison du moins en mon mal me conforte, Que, s'il n'est supportable, il faudra qu'il m'emporte, Antig. III, 4 dans EMPORTER
Et je l'ai moins touché par ce que j'ai pu dire Qu'un chêne n'est ému du souffle d'un zéphire, Antig. V, 2 dans ÉMU, UE
Votre oncle encor vivant vous résigna l'empire, Et j'étendis ses bords jusqu'aux fameux déserts Qu'arrose le grand fleuve émulateur des mers, Bélis. V, 5 dans ÉMULATEUR, TRICE
La mort qui frappe tôt s'en fait moins ressentir, Bélis. V, 5 dans EN
.... Mais depuis qu'en ces lieux Sa voix rend aux mortels les réponses des dieux, Et qu'il envoie au ciel les encens de nos temples, Antig. v, 6 dans ENCENS
Votre valeur enfin naguère si vantée Dans de folles amours languit comme enchantée, Vencesl. I, 1 dans ENCHANTÉ, ÉE
Agréable enchanteur de mes jeunes années, Hercule mourant, II, 4 dans ENCHANTEUR, ERESSE
En ce vase chétif tout Hercule est enclos, Je puis en une main enfermer ce héros, Hercule mourant, v, 2 dans ENCLOS, OSE
Que sa prétention fût ou non légitime, Encor ce traitement paraît-il inhumain, Antig. IV, 1 dans ENCORE
Et si pour encourir votre indignation, Vencesl. I, 1 dans ENCOURIR
Mourons ou vengeons-nous ; l'endroit est favorable, Bélis. I, 2 dans ENDROIT
Mon coeur s'est endurci par toutes mes disgrâces, Vencesl. II, 2 dans ENDURCIR
Un traître ne pourra se vanter un moment D'avoir fait endurer Alcide impunément, Hercule mourant, III, 1 dans ENDURER
Et contre un père enfin l'enfant a toujours tort, St-Genest, I, 1 dans ENFANT
En ce vase chétif tout Hercule est enclos, Je puis en une main enfermer ce héros, Herc. mour. v, 2 dans ENFERMER
Suffit que, si mon fils enfreignait ma défense, Mon sang, mon propre sang en laverait l'offense, Antig. IV, 1 dans ENFREINDRE
J'engageai mon honneur engageant ma parole, Vencesl. III, 6 dans ENGAGER
Outre mon intérêt ma parole m'engage, Bélis. I, 2 dans ENGAGER
....Qui s'engage aux rois Se fait de leurs desseins d'inviolables lois, Bélis. III, 2 dans ENGAGER
Je vous devais connaître et ne m'engager pas Aux trompeuses douceurs de vos cruels appas, Ou, m'étant engagé, n'implorer point votre aide, Vences. II, 2 dans ENGAGER
Je crains plus que la mort cette engeance idolâtre De lutins importuns qu'engendre le théâtre, St-Genest, II, 3 dans ENGEANCE
Non, non, si sans le fer ce bras est engourdi....., Herc. mour. III, 5 dans ENGOURDI, IE
Mon frère, un père enjoint que je vous satisfasse, Vencesl. I, 2 dans ENJOINDRE
Mon devoir m'enjoindra de répondre de vous, Vencesl. III, 3 dans ENJOINDRE
Ma seule dignité m'enjoignait ce refus, ib. v, 9 dans ENJOINDRE
Le plus fier ennemi, quelque ardeur qui l'enflamme...., Hercule mour. I, 4 dans ENNEMI, IE
[Aucuns] qui ne vous aient été moins ennemis que lui, Bél. IV, 6 dans ENNEMI, IE
Et ne lui laissant rien qu'une ennuyeuse vie, Bélis. I, 2 dans ENNUYEUX, EUSE
Savez-vous sous quel joug cet hymen nous a mis ? De nos plus enragés et mortels ennemis, Antig. II, 4 dans ENRAGÉ, ÉE
L'instinct enragé qui meut ses passions Ne mettra plus de borne à vos prétentions, Vencesl. III, 7 dans ENRAGÉ, ÉE
Comment ! ces enragés Gisent-ils déjà morts l'un par l'autre égorgés ?, Antig. I, 2 dans ENRAGÉ, ÉE
Sers-toi d'une enragée et d'une furieuse, Herc. mour. II, 2 dans ENRAGÉ, ÉE
Si, lavant mes péchés de l'eau du saint baptême, Tu m'enrôles au rang de tant d'heureux soldats, St Genest, IV, 5 dans ENRÔLER
Satisfaites les dieux par votre amendement, Et sachez-moi bon gré de cet enseignement, Antigone, V, 5 dans ENSEIGNEMENT
J'entends qu'avec ma cour toute la ville en deuil Demain rende au dernier [Étéocle] les honneurs du cercueil, Antig. IV, 1 dans ENTENDRE
On enterrera vif qui l'enterrera mort [Polynice], Antig. III, 5 dans ENTERRER
Plus entier que jamais en son impiété, St Gen. v, 7 dans ENTIER, IÈRE
Certain chagrin conçu dans l'esprit de la reine M'a fait, entre autre avis, estimer à propos De l'envoyer...., Bélis. III, 6 dans ENTRE
L'infante l'a mandée, et par son entremise J'espère à vos souhaits la voir bientôt soumise, Vencesl, I, 1 dans ENTREMISE
Sur tout autre toujours votre art me persécute ; Vous m'entreprenez seul ; seul je vous suis en butte, Antig. v, 5 dans ENTREPRENDRE
Vous conservez la vie et laissez la clarté.... à qui vous entreprend et vous veut détrôner, St Genest, III, 3 dans ENTREPRENDRE
. Mais quoi que sur mes voeux mon frère ose entreprendre, Vencesl. II, 6 dans ENTREPRENDRE
Ai-je, autre Oedipe, entré dans le lit de ma mère ?, Antig. I, 3 dans ENTRER
Tels que d'une mer agitée On voit les flots s'entre-suivants Se fuir après au gré des vents Et ne tenir jamais une assiette arrêtée, Antig. III, 1 dans ENTRE-SUIVRE (S')
Entretenez d'encens cette sainte fumée, Herc. mour. III, 1 dans ENTRETENIR
Est-il rien que l'envie ou n'attaque ou n'infecte ?, Bélis. v, 5 dans ENVIE
Environné de gloire et chargé de lauriers, Bélis. I, 5 dans ENVIRONNÉ, ÉE
Une noire fumée Dont l'épaisseur corrompt la pureté de l'air, Antig. v, 5 dans ÉPAISSEUR
L'épargne qu'il manie avec profusion, Vencesl. I, 6 dans ÉPARGNE
Épargnez-vous le blâme D'un coup peu convenable à la main d'une femme, Bélis. III, 5 dans ÉPARGNER
Suis-je ce même Alcide ? ai-je de ces épaules Pour le secours d'Atlas soutenu les deux pôles ?, Herc. mour. IV, 1 dans ÉPAULE
Je vais par un chemin d'épines et de flamme Te retenir un lieu digne de ta vertu, St Genest, IV, 4 dans ÉPINE
Je prends loi de Cassandre, épousons dès ce soir, Vencesl. III, 2 dans ÉPOUSER
Est-ce un si grand sujet d'en prendre l'épouvante ?, Vencesl. IV, 1 dans ÉPOUVANTE
De son propre intérêt chacun se fait des lois ; Et l'épreuve m'apprend que du pur artifice Nature, son contraire, aujourd'hui fait l'office, Antig. II, 4 dans ÉPREUVE
Épris de colère et d'amour, Antig. v, 3 dans ÉPRIS, ISE
J'escalade les murs, gagne une galerie, Vencesl. IV, 2 dans ESCALADER
Mais espérez au ciel qui vous a fait si belle, St Genest, I, 1 dans ESPÉRER
Et fais que sur ma tombe Arcas rende l'esprit, Hercule mour. v, 1 dans ESPRIT
Le temps m'a de l'esprit son portrait effacé, Bélis. I, 2 dans ESPRIT
Mais combien mon esprit répugne à ce devoir !, Hercule mour. v, 2 dans ESPRIT
Faites quelque indulgence à de jeunes esprits, Antig. v, 4 dans ESPRIT
Essayons l'artifice où la rigueur est vaine, Vencesl. I, 1 dans ESSAYER
Les rois, comme rayons de la divine essence, En leur gouvernement imitent sa puissance, Bélis. III, 6 dans ESSENCE
Christ, qui fut homme et Dieu, naquit dans une étable, St Genest, II, 8 dans ÉTABLE
Ô malheureuse fille, Sur qui j'établissais l'espoir de ma famille, Antig. IV, 2 dans ÉTABLIR
Et, faisant peu d'état de m'avoir outragée, [il] Prétend m'avoir rendue encor son obligée, Bélis. IV, 1 dans ÉTAT
Le fer n'a pas éteint le coeur de Bélisaire, Éteignant de ses yeux l'immortelle clarté, Bélisaire, v, 8 dans ÉTEINDRE
Si le duc est vivant, quelle vie ai-je éteinte ?, Venc. IV, 5 dans ÉTEINDRE
Dans votre infâme sang j'éteindrai votre amour, Vencesl. I, 4 dans ÉTEINDRE
Je l'ai vu sous vos coups étendu sur la terre, Herc. mour. I, 4 dans ÉTENDU, UE
[Que] Le ciel, grand conquérant, éternise tes jours !, Bélis. I, 2 dans ÉTERNISER
Et j'estimerai plus une mort qui lui plaise.... Qu'une éternité qui ne lui plairait pas, Vencesl. IV, 6 dans ÉTERNITÉ
À ma mauvaise étoile imputons mon ennui, Vencesl. III, 2 dans ÉTOILE
Mais, madame, accusez une étoile fatale, ib. v, 2 dans ÉTOILE
Sa vertu reconnue et l'envie étouffée, Bélisaire, I, 2 dans ÉTOUFFÉ, ÉE
On étouffe aisément qui se laisse presser, Antig. I, 6 dans ÉTOUFFER
Croyez-vous que.... L'absence ait de mes feux les ardeurs étouffées ?, Bélis. II, 4 dans ÉTOUFFER
De combien d'importuns j'ai la tête étourdie !, St Genest, II, 3 dans ÉTOURDI, IE
Ces damnables complots sont des gens de la cour, Bélis. II, 9 dans ÊTRE
Est-ce que vous feignez d'ignorer ma naissance ?, Herc. mour. IV, 2 dans ÊTRE
[Il] Est devant tous les temps et devant tous les êtres, St Genest, III, 1 dans ÊTRE
Concorde étroite, Bélis. III, 2 dans ÉTROIT, OITE
De quelque étroit respect qu'un amour soit contraint, N'osant pas demander, pour le moins il se plaint, Bélis. IV, 2 dans ÉTROIT, OITE
Beaucoup d'événements ont démenti leurs causes, Antig. I, 2 dans ÉVÉNEMENT
Mais ce n'est pas assez d'entreprendre ardemment ; L'honneur de l'entreprise est dans l'événement, Antig. III, 5 dans ÉVÉNEMENT
Qui se voulant venger pense à l'événement N'a pas ou grand courage ou grand ressentiment, Bélis. II, 17 dans ÉVÉNEMENT
Un confident peu sûr, un parleur indiscret, Qui des plus retenus évente le secret, Bélis. III, 4 dans ÉVENTER
Surprise tout à coup d'un funeste accident, D'un jugement du ciel effet trop évident, Bélis. v, 7 dans ÉVIDENT, ENTE
Pour sauver du mépris ma constance abattue, Je ne puis exalter l'ennemi qui me tue, Herc. mour. III, 3 dans EXALTER
Plus je rentre en moi-même et plus je m'examine, Moins j'y puis de mon mal rencontrer l'origine, Bélis. v. 1 dans EXAMINER
Ce sont des actions dont la reconnaissance Du plus riche monarque excède la puissance, Vencesl. I, 4 dans EXCÉDER
Mais qu'en vous ce discours n'excite aucun souci, Antig. v, 4 dans EXCITER
Faites-lui mon excuse, Vencesl. II, 5 dans EXCUSE
Puis les devoirs qu'on rend à des fronts couronnés Doivent s'exécuter sans être examinés, Bélis. II, 8 dans EXÉCUTER
D'un ordre exprès encor j'étais l'exécuteur, Bélis. I, 2 dans EXÉCUTEUR, TRICE
Voilà mon bras tout prêt Pour l'exécution de ce funeste arrêt, Bélis. III, 5 dans EXÉCUTION
Tous le disent exempt de la rigueur des lois, Vencesl. v, 8 dans EXEMPT, EMPTE
Il laisse en son offense Une matière au roi d'exercer sa clémence, Antig. IV, 1 dans EXERCER
Vois si ma patience a de quoi s'exercer, Antig. III, 4 dans EXERCER
Et selon l'exigence et des temps et des lieux Savoir faire parler et son front et ses yeux, Vencesl. I, 1 dans EXIGENCE
Je m'impose à moi-même un exil volontaire, Vencesl. II, 2 dans EXIL
Sitôt que ce jeune astre aux regards de la reine Exposa sa clarté si belle et si sereine, Herc. mour. II, 1 dans EXPOSER
Qui souffre un attentat, s'expose et l'autorise, Bélis. I, 2 dans EXPOSER
La racine arrachée et les arbres détruits, Le cruel veut encore exterminer les fruits, Antig. III, 5 dans EXTERMINER
Ce que j'extirpe au loin, dans ma cour prend racine, St Genest, III, 2 dans EXTIRPER
Et quoi qu'ait fait ce bras, il ne m'a point acquis Ni ces titres fameux, ni ce renom exquis Qui des extractions effacent la mémoire, St Genest, I, 4 dans EXTRACTION
Mais son extraction provint-elle des cieux...., Antig. IV, 3 dans EXTRACTION
Quand lui, la face ouverte et nullement émue, Antig. I, 2 dans FACE
Vous vous plaignez, armez et frappez à la fois ; Est-ce de la façon qu'on demande ses droits ?, Antig. II, 2 dans FAÇON
Avide faim d'honneurs, fatal poison des coeurs, Maudite ambition !, Bélis. II, 8 dans FAIM
Les exploits Qui vous ont fait l'envie et la terreur des rois, Bélis. V, 3 dans FAIRE
J'ai fait du souverain et j'ai tranché du brave, Vencesl. IV, 2 dans FAIRE
L'indignité.... Dont je connais qu'à tort je te faisais l'auteur, Bélis. I, 2 dans FAIRE
Et faisant faussement parler les immortels, Antig. v, 5 dans FAIRE
Belles actions, exploits Elle [mon amitié] est comme tes faits, sans borne et sans mesure, Bélis. II, 6 dans FAIT
Ton aiguille à mes doigts est un faix bien léger, Herc. mour. I, 4 dans FAIX
Et faisant faussement parler les immortels, Antigone, V, 5 dans FAUSSEMENT
Mais épargne ta faux, puisque, ô prodige extrême, La nature aujourd'hui se détruit elle-même, Antig. V, 8 dans FAUX
Le duc par sa faveur vous a blessé les yeux, Vencesl. I, 1 dans FAVEUR
Le plus cher favori n'est rien qu'un peu de boue, Bélis. v, 2 dans FAVORI, ITE
Toute femme est puissante avecque la beauté, Bélis. I, 2 dans FEMME
Mon coeur à cet objet.... Me fit fendre les rangs...., Bélis. V, 5 dans FENDRE
Le plus ferme souvent manque à ce qu'il propose, Herc. mour. I, 6 dans FERME
En cet âge de feu Où le corps à l'esprit s'assujettit si peu, Vencesl. IV, 1 dans FEU
Les arbres dépouillés de leurs feuillages verts, Herc. mour. v, 1 dans FEUILLAGE
Souvent qui trop se fie aussi trop se hasarde, Antig. II, 4 dans FIER
Je vous charge, Narsès, du soin de sa conduite Avec deux seulement des filles de sa suite, Bélis. III, 6 dans FILLE
Pour obtenir nos fins, n'aspirons point si haut, St Genest, V, 2 dans FIN
À quelque heureuse fin que tendent ses projets, Jamais il ne fait bien au gré de ses sujets, Vencesl. I, 1 dans FIN
Soyez, soyez Alcide en finissant de l'être, Herc. mourant, IV, 1 dans FINIR
La loi contraire au Dieu que je professe Te prive par ma mort du bien que je te laisse En l'acquérant au fisc, St Genest, IV, 4 dans FISC
Il [le temps] flétrit les oeillets, il efface les roses, Herc. mour. I, 3 dans FLÉTRIR
Par ses soins tout nous rit, tout fleurit, tout succède, Venceslas, V, 9 dans FLEURIR
Tentons une autre fois la faveur de son eau, Herc. mour. IV, 2 dans FOIS
Théodore commande et hait sans fondement, Bélis. II, 1 dans FONDEMENT
Fondez votre repos en me faisant heureux, Vencesl. III, 3 dans FONDER
Tous se trouvent saisis et chacun fond en pleurs, Herc. mour. v, 1 dans FONDRE
Chacun à son gré forgeant des potentats, Vencesl. I, 1 dans FORGER
De femmes et d'enfants dont la crédulité S'est forgée à plaisir une divinité [forgée se rapporte ici, par archaïsme, à divinité ; on mettrait aujourd'hui forgé], St Genest, V, 2 dans FORGER
Il n'a pas à combattre une forte adversaire, Bélis. II, 13 dans FORT, ORTE
Il n'est tigre d'Asie, il n'est lion d'Afrique, Ni monstre si funeste et si fort à dompter, Bélis. IV, 6 dans FORT, ORTE
Montrez un esprit fort en un corps abattu, Herc. mour. IV, 1 dans FORT, ORTE
Un fort ne se rend point qui n'est point combattu, Herc. mour. I, 1 dans FORT, ORTE
[Il] Se jette furieux au plus fort du danger, Antig. I, 4 dans FORT, ORTE
Je me sens étouffer, je rends l'âme, et ma fosse N'est pas sous Pélion...., Herc. mour. III, 3 dans FOSSE
Je dois bien moins en prendre [des lois] et d'un fol et d'un fils, Venceslas, I, 5 dans FOU ou FOL, FOLLE
Le foudre, ce vengeur des querelles des cieux...., Bélis. IV, 8 dans FOUDRE
Et souffre que je baise en ce foudre vivant La gloire de l'empire et l'honneur du Levant, Bélis. III, 2 dans FOUDRE
Écriture fraîche, Bél. II, 9 dans FRAIS, FRAÎCHE
....Pâlit, frappe du pied, frémit, déteste, tonne, St Genest. II, 8 dans FRAPPER
S'il querelle les vents, ils n'osent plus frémir, St Genest, III, 2 dans FRÉMIR
....Plaintes froideur, menace ni prison Ne l'ont pu jusqu'ici réduire à la raison, Vencesl. I, 1 dans FROIDEUR
Le front à qui le coeur ne fait point de reproche Souffre aisément son juge et n'en craint point l'approche, Bélis. II, 8 dans FRONT
Joint qu'au moindre attentat contre un front couronné C'est être criminel que d'être soupçonné, ib. dans FRONT
Pour ne pas souffrir qu'il me soit reproché Qu'un soldat indigent m'ait sans fruit approché, Bélis. I, 2 dans FRUIT
Frustrer l'espoir, Bélis. V, 8 dans FRUSTRER
Je cours au temple alors, où la lampe allumée Jette au lieu de lumière une noire fumée, Antig. V, 5 dans FUMÉE
Sers-toi d'une enragée et d'une furieuse, Hercule mour. II, 2 dans FURIEUX, EUSE
Achevez de mes jours le pénible fuseau, Herc. mour. IV, 1 dans FUSEAU
La Parque qui tournait ce précieux fuseau...., Bélis. II, 8 dans FUSEAU
Un jour, gaie et l'esprit plus content que jaloux, Je suivais en Argos cet infidèle époux, Herc. mour. II, 2 dans GAI, GAIE
L'amour de ses sujets est une sûre garde, Antig. II, 4 dans GARDE
Le sceptre des Thébains Par ordre et droit de sang doit tomber en vos mains ; Mais les garde le ciel de votre tyrannie !, Antig. II, 4 dans GARDER
Il passe pour cruel s'il garde la justice, Vencesl. I, 1 dans GARDER
Gardez-vous de l'humeur d'un sexe ambitieux ; L'espérance d'un sceptre est brillante à ses yeux, Vencesl. III, 2 dans GARDER
Si je gâte ces fleurs, tu les peux corriger, Herc. mour. I, 3 dans GÂTER
Que n'ont tant de géants accourci mon destin !, Herc. mour. III, 3 dans GÉANT, ANTE
Mais généralement, chacun plaint vos vieux ans, Vencesl. I, 1 dans GÉNÉRALEMENT
Secourons l'innocence et généreusement, Antig. v, 3 dans GÉNÉREUSEMENT
Il n'est pas inouï qu'une femme se change ; Mais de ce changement le genre est bien étrange, Bélis. III, 5 dans GENRE
Comment ? ces enragés Gisent-ils déjà morts, l'un par l'autre égorgés ?, Antig. I, 2 dans GÉSIR
Ce geste encor, seigneur, ce maintien interdit...., Vencesl. IV, 6 dans GESTE
Quelle horrible frayeur se glisse dans mes veines !, Herc. mour. III, 4 dans GLISSER
Avec un peu de peine on achète la gloire, Vencesl. II, 3 dans GLOIRE
Pour vous, ma chère soeur, sage et pieuse fille, Gloire du sang d'Oedipe, honneur de sa famille, Antig. II, 2 dans GLOIRE
Glorieux conquérant de la moitié du monde, Bélis. I, 2 dans GLORIEUX, EUSE
Elle avait le poignard contre sa gorge nue, Herc. mour. IV, 4 dans GORGE
Et quel est cet abord ? qu'il est peu gracieux !, Antig. II, 4 dans GRACIEUX, EUSE
Rome enfin de ton choix tient-elle un lieutenant ? Le sort pourvoit Narsès de ce grade éminent, Bélis. II, 10 dans GRADE
En hommes plus qu'en grains la campagne est fertile, Bélis. I, 1 dans GRAIN
Il a servi l'empire et fut grand capitaine, Bélis. I, 2 dans GRAND, ANDE
Enfin d'un maintien grave et d'une voix altière Polynice tout haut pousse cette prière, Antig. III, 2 dans GRAVE
Satisfaites le ciel par votre amendement, Et sachez-moi bon gré de cet enseignement, Antig. v, 5 dans GRÉ
Grossière ébauche, Bélis. III, 7 dans GROSSIER, IÈRE
Abus grossier, St Gen. V, 2 dans GROSSIER, IÈRE
Du prince la raison a guéri le caprice, Vencesl. III, 6 dans GUÉRIR
Les haches et les croix sont lasses du trépas, St Genest, II, 8 dans HACHE
La haine confond tout, et, quoiqu'on lui propose, En son propre aliment convertit toute chose, Bélis. IV, 1 dans HAINE
Elle a le coeur trop bas pour un si haut dessein, Antig. IV, 4 dans HAUT, AUTE
Haut crédit, Bélis. V, 2 dans HAUT, AUTE
Élevez peu de gens si haut qu'ils puissent nuire, Vencesl. I, 1 dans HAUT, AUTE
Roi, je n'hérite point des différents du prince, Vencesl. V, 9 dans HÉRITER
....Je puis fermer par l'heur de ses exploits Le temple qu'un même heur n'a fermé qu'une fois, Bélis. V, 6 dans HEUR
Oui sans doute ; et jamais plus juste empressement Ni plus heureuse erreur ne surprit un amant, Bélis. III, 1 dans HEUREUX, EUSE
Et gardez que, heurtant ce coeur inaccessible, Vous ne vous y blessiez pensant le secourir, St-Gen. III, 7 dans HEURTER
Il ne pourra heurter votre pouvoir suprême, Vencesl. III, 7 dans HEURTER
Chaque instant m'est un jour, tout objet m'est hideux, Herc. mour. III, 4 dans HIDEUX. EUSE
L'histoire, des grands coeurs la plus chère espérance, St-Gen. I, 4 dans HISTOIRE
Si quelque marque, Alvare, est due à mes victoires, Laissons faire le peuple et parler les histoires, Bélis. I, 1 dans HISTOIRE
Je connais un vieillard dont les secrets divers Ont fait naître des fleurs au milieu des hivers, Hercule mour. II, 2 dans HIVER
Se plaindre de mourir, c'est se plaindre d'être homme ; Chaque jour le détruit, chaque jour le consomme, St Genest, V, 2 dans HOMME
Les bruits nous ont appris avec quelle allégresse Et quel honnête accueil vous a reçu la Grèce, Antig. II, 4 dans HONNÊTE
Et pour venir à bout de mon honnêteté, Il met tout en usage et crime et piété, Venceslas, II, 1 dans HONNÊTETÉ
L'honneur qu'on rend aux morts est une vieille loi, Antig. IV, 5 dans HONNEUR
L'honneur qu'on porte aux siens devient illégitime, ib. V, 2 dans HONNEUR
J'entends qu'avec ma cour toute la ville en deuil, Demain rende au dernier [Étéocle] les honneurs du cercueil, Antig. IV, 1 dans HONNEUR
Pour vous, ma chère soeur, sage et pieuse fille, Gloire du sang d'Oedipe, honneur de sa famille, Antig. II, 2 dans HONNEUR
L'amour est avec vous, et cet enfant honteux N'aime pas les témoins et se tait devant eux, Herc. m. I, 5 dans HONTEUX, EUSE
Le Nil qui meurt si vain et qui naît si honteux, Bélis. V, 5 dans HONTEUX, EUSE
Après que j'aurai vu trébucher son orgueil De son char de triomphe en l'horreur du cercueil, Bélis. II, 17 dans HORREUR
Procurez-vous sa haine et son hostilité Plutôt qu'une amitié..., Bélis. IV, 6 dans HOSTILITÉ
Et vous, hôtes du ciel, saintes légions d'anges...., St-Genest, IV, 5 dans HÔTE, ESSE
Pour prendre le fer j'ai quitté la houlette, St-Genest. I, 4 dans HOULETTE
Les humides contrées de l'air, St Genest, III, 2 dans HUMIDE
Peuple idolâtre, St Genest, V, 2 dans IDOLÂTRE
Trouvez-vous en ces lois aucune ombre de crime, Rien de honteux aux siens et rien d'illégitime ?, St-Genest, III, 2 dans ILLÉGITIME
Un amour illicite, St-Genest, III, 2 dans ILLICITE
Un coeur illuminé d'une grâce céleste, St-Genest, IV, 7 dans ILLUMINÉ, ÉE
Mais quel nouveau soleil illumine les airs ?, Herc. mour. V, 3 dans ILLUMINER
êtres imaginaires, Antig. I, 3 dans IMAGINAIRE
Des plus fameux héros fameux imitateur, St Gen. V, 7 dans IMITATEUR, TRICE
Immuable foi, Bélisaire, v, 1 dans IMMUABLE
De votre éclat et de votre lumière Je ne SUIS qu'une ébauche imparfaite et grossière, Bélisaire, III, 7 dans IMPARFAIT, AITE
Tiens, en cette moitié du sceptre impérial, à mon autorité prends un pouvoir égal, Bélis. III, 7 dans IMPÉRIAL, ALE
Arrêtez, a-t-il dit d'un ton impérieux, Antigone, I, 2 dans IMPÉRIEUX, EUSE
Un mot important pour ton bien, Et qui peut établir ton repos et le mien, Bélis. I, 6 dans IMPORTANT, ANTE
Je suis prince et chrétien de qui l'exemple importe, Bélis. III, 5 dans IMPORTER
De combien d'importuns j'ai la tête étourdie !, St Genest. II, 3 dans IMPORTUN, UNE
Je n'ai pas jugé qu'on lui pût sur l'État Imposer d'apparent ni croyable attentat, Bélis. IV, 1 dans IMPOSER
Il est hors de soupçon qu'elle ait pu m'imposer Rien d'assez vraisemblable à pouvoir l'abuser, ib. V, 1 dans IMPOSER
J'eusse eu tort de tenter un espoir impossible, Bélis. IV, 2 dans IMPOSSIBLE
Ce beau feu dont pour vous mon coeur est embrasé Trouvera tout possible et l'impossible aisé, Vencesl. V, 2 dans IMPOSSIBLE
D'un règne commençant la première action Fait dessus les esprits beaucoup d'impression, Antig. IV, 1 dans IMPRESSION
La douleur extrême Que le fer imprimait en un endroit si pur [l'oeil], Bélis. V, 8 dans IMPRIMER
Et je n'ose vous dire une secrète peur Que m'imprime en l'esprit cette mauvaise humeur, Antig. I, 4 dans IMPRIMER
Ne joins plus, insolente, à l'impudicité Ces mépris orgueilleux et cette vanité, Herc. mour. II, 3 dans IMPUDICITÉ
Mais, ma soeur, l'impuissance excuse le devoir, Antig. III, 5 dans IMPUISSANCE
Je voudrais à l'amour paraître inaccessible, Vencesl. II, 5 dans INACCESSIBLE
Et vous, plus inhumain et plus inaccessible, Conservez contre moi le titre d'invincible, Antig. II, 2 dans INACCESSIBLE
Mais quand je crois mon mal de secours incapable, Venceslas, III, 2 dans INCAPABLE
Un coeur indifférent, Bélis. IV, 2 dans INDIFFÉRENT, ENTE
L'indigence est à l'homme un monstre redoutable, St Genest, II, 8 dans INDIGENCE
Sa perte est de ses faits un indigne salaire, Bélis. V, 6 dans INDIGNE
Il me fera raison de cette indignité, Vencesl. I, 1 dans INDIGNITÉ
Ce grand, cet indompté n'a plus de Déjanire, Herc. mour. II, 2 dans INDOMPTÉ, ÉE
Allez et n'imputez cet excès d'indulgence Qu'au pouvoir absolu qui retient ma vengeance, Vencesl. I, 2 dans INDULGENCE
Qui, tant que sa poursuite a cru m'avoir infâme, Ne m'a point souhaitée en qualité de femme, Venc. II, 1 dans INFÂME
Aveuglé de l'erreur dont l'enfer vous infecte, Comme vous des chrétiens j'ai détesté la secte, St Genest, IV, 7 dans INFECTER
Est-il rien que l'envie ou n'attaque ou n'infecte ?, Bélis. V, 5 dans INFECTER
Le sort donne aux plus grands, par d'infinis exemples, De sa légèreté des marques assez amples, Bélis. II, 9 dans INFINI, IE
J'aperçois Bélisaire ; opposez, Antonie, à ses voeux infinis une force infinie, Bélis. II, 3 dans INFINI, IE
Il défend d'inhumer le corps de Polynice, Et, déclarant ce prince ennemi de l'Etat, Condamne l'infracteur comme d'un attentat, Antig. III, 3 dans INFRACTEUR
Franchise ingénue, St Genest, IV, 9 dans INGÉNU, UE
Esprit ingénu, ib. dans INGÉNU, UE
Et s'oser ingérer de faire grâce aux rois Est d'un sourd attentat les soumettre à ses lois, Bélis. IV, 1 dans INGÉRER (S')
Adorable inhumaine, hélas ! où fuyez-vous ?, Venceslas, II, 3 dans INHUMAIN, AINE
Il défend d'inhumer le corps de Polynice, Antig. III, 3 dans INHUMER
Penser inique, St Genest, V, 2 dans INIQUE
Non, non, le droit ordonne en première maxime Le prix à l'innocence et le supplice au crime, Antig. II, 4 dans INNOCENCE
Ô ciel ! de quel poison Sens-je inopinément attaquer ma raison ?, Vencesl. II, 5 dans INOPINÉMENT
Il n'est pas inouï qu'une femme se change, Bélis. II, 5 dans INOUÏ, ïE
Allez, indigne objet de mon inquiétude, Vencesl. II, 2 dans INQUIÉTUDE
Il y respectera la vertu la plus digne Dont l'épreuve ait jamais fait une femme insigne, Venceslas, II, 2 dans INSIGNE
L'insolente n'a pu dissimuler sa joie, Bélis. I, 4 dans INSOLENT, ENTE
Un instant a souvent changé l'ordre des choses, Antig. I, 2 dans INSTANT
Hercule s'instruira de l'usage des larmes, Herc. mourant, I, 4 dans INSTRUIRE
Son pouvoir n'ayant plus à s'étendre plus loin, Il brise l'instrument dont il n'a plus besoin, Bélis. V, 5 dans INSTRUMENT
L'effroi me saisit l'âme et m'interdit la voix, Bélis. III, 7 dans INTERDIRE
J'agis sans intérêt ; ce mot te doit suffire, Et n'en veux d'autre fruit que de ne t'en rien dire, Bélis. II, 18 dans INTÉRÊT
Ma conservation est de votre intérêt, ib. V, 5 dans INTÉRÊT
Mais les songes suivis et dont, à tout propos, L'horreur se rencontrant interrompt le repos...., Vencesl. IV, 1 dans INTERROMPRE
Sans interruption de vos sacrés concerts, à son avénement tenez les cieux ouverts, St Genest, IV, 5 dans INTERRUPTION
J'aurais cru d'un devoir faire une irrévérence, Bélis. IV, 2 dans IRRÉVÉRENCE
Ma haine est un effet d'un amour irrité, Bél. I, 3 dans IRRITÉ, ÉE
[Il] est d'aïeux issus de sang royal, Vencesl. IV, 6 dans ISSU, UE
Ou c'est du sang mortel qui de l'hydre jaillit Et que ce traître esprit peut-être recueillit, Herc. mour. IV, 1 dans JAILLIR
Je cours au temple alors où la lampe allumée Jette, au lieu de lumière, une noire fumée, Antig. V, 5 dans JETER
L'amitié nous joignit bien plus que la nature, Antig. III, 7 dans JOINDRE
Joint qu'au moindre attentat contre un front couronné, C'est être criminel que d'être soupçonné, Bélis. V, 6 dans JOINT, OINTE
Que jugez-vous que je doive faire ? Tant que j'ai pu juger qu'elle [ma vie] vous était chère...., Bélis. II, 4 dans JUGER
Épouse de Jupin, contente ma colère, Herc. mour. II, 1 dans JUPIN
Il importe à l'État qu'un ennemi juré...., Antig. IV, 1 dans JURÉ, ÉE
Ma raison justement condamne ma colère, Bélis. V, 6 dans JUSTEMENT
Pour vous justifier la plus sincère foi Qu'un fidèle vassal eut jamais pour son roi, Bélis. V, 5 dans JUSTIFIER
Ô triste labyrinthe et de peine et d'amour, Bélis. II, 1 dans LABYRINTHE
Venez voir, cher Hémon, si le ciel en courroux Peut lâcher quelque trait qu'il n'ait lâché sur vous, Antig. III, 2 dans LÂCHER
Je n'ai point sans sujet lâché cette parole, Vencesl. I, 1 dans LÂCHER
De ce palais roulant le lambris étoilé, St Genest, III, 8 dans LAMBRIS
Je cours au temple alors, où la lampe allumée Jette au lieu de lumière une noire fumée, Antigone, V, 5 dans LAMPE
Sais-je si mal d'amour expliquer le langage ?, Vencesl. II, 4 dans LANGAGE
Las ! apprends en deux mots quelle crainte me presse, Herc. mour. III, 4 dans LAS
Détournez donc ailleurs cette flamme lascive, Herc. mour. I, 4 dans LASCIF, IVE
Tu m'as fait des leçons contre la violence, Tu désarmes ce bras avecques ta clémence, Bélis. I, 2 dans LEÇON
Vous en prenez [des alarmes] sans doute un peu légèrement, Venceslas, IV, 1 dans LÉGÈREMENT
Le sort donne aux plus grands, par d'infinis exemples, De sa légèreté des marques assez amples, Bélis. II, 9 dans LÉGÈRETÉ
Que sa prétention fût ou non légitime, Antig. IV, 1 dans LÉGITIME
Et souffre que je baise en ce foudre vivant La gloire de l'empire et l'honneur du Levant, Bélis. III, 2 dans LEVANT
Maximin de retour Des pays reculés où se lève le jour, St Genest, I, 2 dans LEVER
Il faut qu'enfin quelqu'un réprime ses licences, Vencesl. III, 2 dans LICENCE
Des malheureux, la lie et l'opprobre des villes, St Genest, V, 2 dans LIE
Pour me lier les mains lorsqu'il me rompt sa foi ?, Antig. I, 6 dans LIER
Enfin, exprès, ma soeur, j'ai voulu qu'Hémon même Nous laissât le lieu libre et n'en pût rien savoir, Antig. III, 5 dans LIEU
Quel vassal à ce lieu s'est jamais vu monté ?, Bélis. III, 5 dans LIEU
Quelque lieu d'où ton sang tire son origine, Tu dois être un rayon de l'essence divine, Bélis. III, 4 dans LIEU
J'aime en un lieu, seigneur, où je ne puis atteindre, Vencesl. III, 6 dans LIEU
Par le linge fatal imbu du sang de Nesse, Herc. m. III, 1 dans LINGE
N'a-t-elle pas cent fois publié la louange De gens que leur mérite a tirés de la fange ?, St Genest, I, 4 dans LOUANGE
Il défend que son corps [de Polynice], sang d'Oedipe et de nous, Ait d'autre monument que le ventre des loups, Antig. III, 5 dans LOUP
Lourd et grossier abus ! croyance ridicule, Bélis. V, 8 dans LOURD, OURDE
Mais il lève déjà sa tête lourde et lasse, Herc. mour. IV, 2 dans LOURD, OURDE
Et les plus hauts palais font les plus lourdes chutes, Herc. mour. III, 4 dans LOURD, OURDE
Il me fut un voisin généreux et loyal, Vencesl. IV, 6 dans LOYAL, ALE
Pouvoir dire : ce bras a servi Venceslas, N'est-ce pas un loyer digne de cent combats ?, Vencesl. III, 6 dans LOYER
Hercule, qui nous voit écarter de la rive, Reconnaît à l'instant son lubrique dessein, Herc. mour. II, 2 dans LUBRIQUE
Ruinons par magie une amitié si forte, Herc. mour. II, 2 dans MAGIE
L'empereur m'honorant de ses magnificences, Je ne les reçus pas comme des récompenses, Bélis. V, 3 dans MAGNIFICENCE
Le combat où les Perses, En lieu plus favorable enfin venus aux mains, Eurent sitôt rompu les escadrons romains, Bélis. V, 5 dans MAIN
Ce geste encor, seigneur, ce maintien interdit, Vencesl. IV, 6 dans MAINTIEN
Mon coeur, es-tu si tendre Que de donner des pleurs à l'époux de Cassandre, Et vouloir mal au bras qui t'en a dégagé ?, Vencesl. IV, 2 dans MAL, ALE
Ô mâle coeur de fille ! ô vertu non commune Qui pour rien ne se rend aux coups de la fortune !, Antig. IV, 3 dans MÂLE
Ô malheureuse fille, Sur qui j'établissais l'espoir de ma famille ; Ô race détestable et digne de son sort, Antig. IV, 2 dans MALHEUREUX, EUSE
Le trône bien souvent porte des malheureuses, Vencesl. II, 2 dans MALHEUREUX, EUSE
Il fit qu'avec le lait, pendante à la mamelle, Je suçai des chrétiens la créance et le zèle, St Genest, III, 6 dans MAMELLE
[Pluton] Ouvre encore à mes cris ton horrible manoir, Herc. mour. IV, 2 dans MANOIR
Après le coup manqué, le traître a cette audace, Bélisaire, I, 6 dans MANQUÉ, ÉE
Il peut pour un manqué recouvrer cent partis, Antig. IV, 4 dans MANQUÉ, ÉE
Ton bras peut-il manquer ce que ton coeur résout ?, Bélis. I, 6 dans MANQUER
Manqué-je en vous rendant l'honneur que je vous dois ?, Bélis. IV, 4 dans MANQUER
Je foule autant de coeurs que je marche de pas, St Genest, II, 3 dans MARCHER
Mettre bien la franchise et la feinte en usage, Porter tantôt un masque et tantôt un visage, Vencesl. I, 1 dans MASQUE
De l'artifice enfin il faut bannir l'usage, Il faut lever le masque et montrer le visage, Vencesl. III, 2 dans MASQUE
Vertu masquée, St Genest, III, 2 dans MASQUÉ, ÉE
Mais quel soin peut du lit vous chasser si matin ?, Vencesl. IV, 4 dans MATIN
Je m'acquitte à regret de ce mauvais office, Bélis. V, 2 dans MAUVAIS, AISE
Voyons, sous cet habit qui me fait méconnaître, S'il est aussi courtois qu'il m'a promis de l'être, Bélis. I, 6 dans MÉCONNAÎTRE
Puisqu'un autre moi-même ordonne ton retour, Qui, rentre dans les rangs que tu tiens à ma cour, Bélis. I, 6 dans MÊME
Sottes prétentions, grandeurs qui nous flattez, Est-il rien de menteur comme vos vanités ?, Vencesl. II, 4 dans MENTEUR, EUSE
Si ce front n'est menteur, vous approuvez mon choix, St Genest, I, 4 dans MENTEUR, EUSE
Oeuvre mercenaire, Vencesl. III, 6 dans MERCENAIRE
Proportionnez vos voeux à vos mérites, Vencesl. I, 4 dans MÉRITE
On ôte du mérite aux bienfaits qu'on retarde, Bélis. II, 10 dans MÉRITE
La plus rare merveille, Quand l'esprit la connaît, ne surprend plus l'oreille, St-Genest, I, 7 dans MERVEILLE
Par quelle merveille Mon oeil peut-il sitôt démentir mon oreille ?, Vencesl. IV, 5 dans MERVEILLE
Ces libres entretiens, ces messages infâmes, Vencesl. II, 1 dans MESSAGE
L'horrible cri d'une troupe d'orfraies, D'infaillibles malheurs messagères trop vraies, Antig. V, 5 dans MESSAGER, ÈRE
L'or est un charme étrange, un métal précieux, Qui corrompt toute chose et tenteroit les dieux, Antig. V, 5 dans MÉTAL
[Il] Lui met le fer au sein que mourant il y laisse, Antig. III, 2 dans METTRE
Ses intérêts sont miens ; et qui lui fait outrage, S'il ne s'adresse à moi, s'adresse à son image, Bélis. III, 5 dans MIEN
Thèbes, dessus ma tête apporte la couronne ; Elle est mienne, et le sang par deux fois me la donne, Antig. III, 2 dans MIEN
Usez-en comme moi ; le ciel sait qui vit mieux, Antig. V, 5 dans MIEUX
Puis la peur de la mort sied mal aux misérables, Bélis. I, 2 dans MISÉRABLE
Quoi ! cette misérable à mon fils destinée Déclare maintenant sa haine contre moi !, Antig. IV, 2 dans MISÉRABLE
Qui sait se modérer, s'il veut, tout lui succède, St Genest, V, 2 dans MODÉRER
Et, monarque, oubliez les différends du prince, Venceslas, I, 3 dans MONARQUE
Ô fausse volupté du monde !, St Genest, V, 1 dans MONDE
Monsieur, on tient conseil, et le roi vous demande, Antig. I, 5 dans MONSIEUR
Montez, le fer en main, les rochers du Tymole, Antig. II, 4 dans MONTER
De votre cheval mort je vous mis sur le mien, Bélis. V, 5 dans MORT, ORTE
À cet objet d'horreur, l'oeil troublé, le teint blême, J'ai demeuré longtemps plus morte que lui-même, Antig. I, 2 dans MORT, ORTE
Haine mortelle, Bélis. IV, 1 dans MORTEL, ELLE
Et le monstre aussitôt blessé mortellement, Herc. mour. II, 2 dans MORTELLEMENT
S'il pardonne, il est mol, s'il se venge, barbare, Vencesl. I, 4 dans MOU, MOLLE
Je mourrai plus que vous du coup qui vous tuera, Vencesl. V, 4 dans MOURIR
J'étais mort pour la gloire, et je n'ai pas vécu, Vencesl. II, 2 dans MOURIR
Ne nous obstinons point à des voeux superflus, Laissons mourir l'amour où l'espoir ne vit plus, Vencesl. II, 2 dans MOURIR
Votre intérêt, Créon, vous meut plus que ma gloire, Antig. II, 4 dans MOUVOIR
Et son art [d'une femme], redoutable aux esprits les plus forts, Pour produire un dessein meut de puissants ressorts, Bélis. V, 6 dans MOUVOIR
Et mon bras n'est du sien qu'un chétif instrument Qui ne meut et n'agit que par son mouvement, Bélisaire, I, 1 dans MOUVOIR
La terre à son pouvoir rend un muet hommage, St-Genest, III, 2 dans MUET, ETTE
Voyant sur un tombeau ces muettes reliques, Herc. mour. IV, 3 dans MUET, ETTE
J'ai vu tendre aux enfants une gorge assurée à la sanglante mort qu'ils voyaient préparée, Et tomber sous le coup d'un trépas glorieux Ces fruits à peine éclos, déjà mûrs pour les cieux, Saint Genest, II, 7 dans MÛR, ÛRE
La raison n'est pas mûre en si verte saison, Antig. IV, 6 dans MÛR, ÛRE
Quel mystère est caché dessous cette menace ?, Bélis. IV, 10 dans MYSTÈRE
Et n'a point respecté la naissance du jour, Antig. V, 5 dans NAISSANCE
Ô présage fatal pour un règne naissant, De l'arroser de sang, et de sang innocent !, Antig. V, 1 dans NAISSANT, ANTE
Je connais un vieillard dont les secrets divers Ont fait naître des fleurs au milieu des hivers, Herc. mourant, II, 2 dans NAÎTRE
Et cette loi [ensevelir les morts] naquit avecque la nature, Antig. IV, 3 dans NAÎTRE
Mon règne naît encore, et cette impunité Porterait conséquence à mon autorité, ib. V, 4 dans NAÎTRE
L'honneur qu'on porte aux siens devient illégitime, Et trop de naturel passe aujourd'hui pour crime, Antig. V, 2 dans NATUREL, ELLE
Attends qu'au naturel je figure ces lis Dont elle a ton beau sein et ton front embellis, Herc. mour. I, 4 dans NATUREL, ELLE
C'est lui qui du néant a tiré l'univers, St Genest, III, 2 dans NÉANT
Un nombre de corbeaux aussi funeste qu'elles A quelque temps après redoublé mon effroi, Antig. V, 5 dans NOMBRE
[Il] Peut à peine nombrer ses États et ses villes, Hypermn. I, 3 dans NOMBRER
Une bonne action se produit toute nue, Bélis. II, 19 dans NU, NUE
Tout obscure qu'elle est, la nuit a beaucoup d'yeux, Et n'a pas pu cacher votre forfait aux cieux, Vencesl. V, 4 dans NUIT
Avant que je te suive en la nuit du tombeau, Antig. V, 8 dans NUIT
Et tomber avec moi dans la nuit du cercueil, Vencesl. V, 2 dans NUIT
Le Gange, dont le jour voit la source en naissant, Par l'heur de mes travaux vous est obéissant, Bélis. V, 5 dans OBÉISSANT, ANTE
À cet objet d'horreur, l'oeil troublé, le teint blême, J'ai demeuré longtemps plus morte que lui-même, Antig. I, 2 dans OBJET
M'avoir rendue son obligée, Bélis. IV, 1 dans OBLIGÉ, ÉE
De son oblique cercle arracher le soleil, Herc. mour. II, 2 dans OBLIQUE
Fumée obscure, Herc. mour. III, 4 dans OBSCUR, URE
Voulez-vous de vos pleurs obscurcir le renom ?, Herc. mour. V, 1 dans OBSCURCIR
Et mille observateurs que j'ai commis exprès, Vencesl. II, 3 dans OBSERVATEUR, TRICE
Leur obstination s'irrite par les peines, St Genest, II, 8 dans OBSTINATION
Ce sexe en sa vengeance est le plus obstiné, Bélis. I, 2 dans OBSTINÉ, ÉE
Et la mort d'Adrian, l'un de ces obstinés, St Genest, I, 7 dans OBSTINÉ, ÉE
Qu'une femme est à craindre et hait obstinément !, Bélis. III, 3 dans OBSTINÉMENT
Sire, à trop consulter, l'occasion se passe, Antig. V, 6 dans OCCASION
Enfin tout n'est qu'horreur et que confusion, Et tout, Créon, et tout à votre occasion, Antig. V, 5 dans OCCASION
Dieux ! et quel lui parut ce brasier dévorant ? - Ce que te paraîtrait un parterre odorant, Hercule mour. V, 1 dans ODORANT, ANTE
L'oeuvre perd de son prix à trop délibérer, Bélis. III, 2 dans OEUVRE
Ne faites point, seigneur, par l'offre d'un salaire, D'une action de gloire une oeuvre mercenaire, Vencesl. III, 6 dans OEUVRE
Vous voyez en sa mort un oeuvre de sa main, Antig. III, 4 dans OEUVRE
À quel étrange office, amour, me réduis-tu ? De faire accueil au vice et chasser la vertu ?, Vencesl. I, 2 dans OFFICE
Le sang fait son office et le roi s'attendrit, Vencesl. V, 3 dans OFFICE
À moi bien plus qu'à lui vous rendiez cet office : Vous sauviez Antigone en sauvant Polynice, Antig. I, 4 dans OFFICE
S'il me rend près de vous tant de mauvais offices, Vencesl. I, 1 dans OFFICE
Les cerfs sont étonnés d'y perdre leurs ombrages, Herc. mour. V, 1 dans OMBRAGE
Je repose sans crainte à l'ombre de tes soins, Bélis. I, 2 dans OMBRE
J'ai vu couler leur sang sous les ongles de fer, St Genest, III, 2 dans ONGLE
Allez, mais sur tout autre opinez pour la paix, Antig. I, 5 dans OPINER
Si votre bon génie attend l'heure opportune, St Gen. II, 8 dans OPPORTUN, UNE
Or il est temps, ma soeur, de montrer qui nous sommes, Et qui peut plus sur nous, ou des dieux ou des hommes, Antig. III, 5 dans OR
L'or est un charme étrange, un métal précieux, Qui corrompt toute chose et tenterait les dieux, Antig. V, 5 dans OR
J'abhorre l'ordonnance et redoute la peine, Antig. III, 5 dans ORDONNANCE
Tel est ton ordre [ô fortune] aux biens que tu nous fais : Tu nous caresses, tu nous frappes, Tu viens à nous, tu nous échappes, Et tu ne t'arrêtes jamais, Antig. III, 1 dans ORDRE
Enfin j'ouvre l'oreille aux conseils de la rage, Antig. I, 6 dans OREILLE
Je mourrai satisfaite après cet orgueilleux, Bélis. II, 17 dans ORGUEILLEUX, EUSE
Quelle soudaine ardeur jusqu'aux os me consume ?, Herc. mour. III, 1 dans OS
Osez ce qu'ont osé tant d'autres conquérants, Antig. II, 4 dans OSER
Un roi de qui l'autorité ôte aux vivants l'espoir, aux morts la sépulture, Antig. V, 1 dans ÔTER
Bélisaire en superbe appareil, De retour d'où le peuple adore le soleil, Bélis. I, 4 dans OU
Et vous, fatales soeurs, reines des destinées, Vous dont les noires mains ourdissent nos années, Herc. mour. V, 2 dans OURDIR
Quoi ! quand le coeur outré de sensibles atteintes...., Vencesl. I, 1 dans OUTRÉ, ÉE
Parlez, duc, et sans peine ouvrez-moi vos secrets, Venc. III, 2 dans OUVRIR
Et puis qu'est un palais qu'une maison pompeuse... ?, Vencesl. II, 1 dans PALAIS
Que le chemin est court d'un palais au tombeau !, Bélis. V, 4 dans PALAIS
Ces faux dieux qui n'ont jamais foulé De ce palais roulant le lambris étoilé, St Gen. III, 5 dans PALAIS
Déjà du jour, seigneur, la lumière naissante Fait voir par son retour la lune pâlissante, Venceslas, IV, 3 dans PÂLISSANT, ANTE
Au bas de ce papier cette fraîche écriture Nous pourra de l'énigme expliquer l'aventure, Bélis. II, 9 dans PAPIER
Et pour vous faire outrage Il faudrait que par moi son fer se fît passage, Antigone, II, 4 dans PAR
Je vous écouterai par cette jalousie, Bélisaire, II, 3 dans PAR
Mais tu portes le coup et tu ne parais pas, Herc. mour. IV, 1 dans PARAÎTRE
Mais après que, pafreils de force et de courage, Ils ont gardé longtemps un égal avantage, Antig. III, 2 dans PAREIL, EILLE
Il manquait seul à vos prospérités ; Et, quel que soit votre heur, son art pour le parfaire Semble en quelque façon vous être nécessaire, St Gen. I, 6 dans PARFAIRE
À des crimes parfois la grâce est légitime, St Gen. IV, 9 dans PARFOIS
L'ordonnance avec soi porte sa fin expresse ; C'est à nous qu'elle parle, à nous qu'elle s'adresse, Antig. III, 5 dans PARLER
Savoir faire parler et son front et ses yeux, Vencesl. I, 1 dans PARLER
Le songe est un tableau des passions humaines, Un confident peu sûr, un parleur peu discret, Qui des plus retenus évente le secret, Bélis. III, 4 dans PARLEUR, EUSE
Ma bouche après mes yeux lui parla de ma peine ; Et, comme les regards, la parole fut vaine, Bélisaire, I, 3 dans PAROLE
Elle a fini sa vie avec cette parole, Herc. mourant, IV, 4 dans PAROLE
La part que vos bontés m'ont fait prendre à l'empire, St Gen. I, 4 dans PART
Et si, pour encourir votre indignation, Il ne faut qu'avoir part en mon affection, Vencesl. I, 1 dans PART
De ma part, je proteste en ces divines mains Qu'au moins je forcerais tous obstacles humains, Antig. I, 4 dans PART
Va, me dit-il à part, va, fille infortunée, St Gen. III, 6 dans PART
Cours, Narsès, courez tous du pas le plus pressé, Bélis. V, 7 dans PAS
Pour aider ta constance en ce pas périlleux, St Gen. III, 6 dans PAS
J'en ai vu [des martyrs], que le temps prescrit par la nature Était près de pousser dedans la sépulture, Dessus les échafauds presser ce dernier pas, Et d'un jeune courage affronter le trépas, Saint Genest, II, 7 dans PAS
Il veut qu'en même jour le corps de mon époux Passe d'entre mes bras dans le ventre des loups, Antig. IV, 3 dans PASSER
Mais passons aux auteurs, et dis-moi quel ouvrage Aujourd'hui dans la scène a le plus de suffrage, St Gen. I, 7 dans PASSER
Mais je crains de passer l'heure du rendez-vous, Bélis. II, 19 dans PASSER
Sire, à trop consulter l'occasion se passe, Antig. v, 6 dans PASSER
Je me dépouillerai de toute passion, Vencesl. IV, 6 dans PASSION
C'est bien, ô nuit, c'est bien de tes plus noirs pavots Que tu m'as distillé ce funeste repos, Antig. I, 1 dans PAVOT
être prompt à payer et tardif à punir, Vencesl. I, 1 dans PAYER
Mes maux seront encor moindres que mes péchés, St Gen. IV, 7 dans PÉCHÉ
Celui n'a point péché de qui la repentance Témoigne la surprise et suit de près l'offense, St Gen. II, 8 dans PÉCHER
Siècle pervers, Herc. mour. III, 5 dans PERVERS, ERSE
Prince, l'espoir des bons et l'effroi des pervers, Bélis. V, 5 dans PERVERS, ERSE
Pesez bien les effets qui suivront mes paroles, St Gen. II, 8 dans PESER
Que pourrais-je avoir pis, si j'étais le parjure, Si j'avais violé les droits de la nature ?, Antig II, 4 dans PIS
Je tombe, et hors de moi demeure sur la place, Vencesl. IV, 2 dans PLACE
Quand lui, la face ouverte et nullement émue, Hardi, s'étant planté sur le bord de la tour, Antig. I, 2 dans PLANTER
De plausibles maximes, Vencesl. II, 1 dans PLAUSIBLE
Suis-je ce même Alcide ? ai-je de ces épaules Pour le secours d'Atlas soutenu les deux pôles ?, Herc. mour. IV, 1 dans PÔLE
Le dessein généreux qui portait là ses pas, Antig. I, 2 dans PORTER
Toi, funeste porteur De ce présent fatal, apprends-moi son auteur, Herc. mour. III, 1 dans PORTEUR, EUSE
Le sort pourvoit Narsès de ce grade éminent, Bélis. II, 10 dans POURVOIR
Après les avoir vus [les martyrs] d'un visage serein Pousser des chants aux cieux dans des taureaux d'airain, Saint-Genest, III, 5 dans POUSSER
Vous prenez tout d'un sens contraire à ma pensée, Antig. II, 4 dans PRENDRE
Le jeune Ménécée a pris ces mots pour lui, Antig. I, 3 dans PRENDRE
Et l'ingrate beauté dont le charme m'a pris, Vencesl. IV, 2 dans PRENDRE
Vous ne prenez de lois que de votre caprice, Venc. I, 1 dans PRENDRE
J'ai vu tendre aux enfants une gorge assurée à la sanglante mort qu'ils voyaient préparée, St Genest, II, 7 dans PRÉPARÉ, ÉE
Veuve dès à présent par ma mort prononcée, St Gen. III, 6 dans PRÉSENT, ENTE
Deux de mes compagnons qui l'amènent ici Vous vont le présenter et l'étrangère aussi, Antig. IV, 2 dans PRÉSENTER
Sottes présomptions, grandeurs qui nous flattez, Vencesl. II, 4 dans PRÉSOMPTION
Ordres pressants, Vencesl. III, 6 dans PRESSANT, ANTE
Cours, Narsès ; courez tous du pas le plus pressé, Bélis. V, 7 dans PRESSÉ, ÉE
Ma voix de chacun d'eux justement prétendue...., Bélis. II, 7 dans PRÉTENDU, UE
Et l'heure est prise enfin pour nous donner les mains, Vencesl. IV, 6 dans PRIS, ISE
La prise des deux rois de Perse et de Médie De cette guerre enfin ferme la tragédie, Bélis. I, 6 dans PRISE
N'avez-vous pas eu prise avecque votre frère ?, Vencesl. IV, 4 dans PRISE
Ce que prise un bon père est prisé de son fils ; Ils ont mêmes amis et mêmes ennemis, Antig. IV, 6 dans PRISER
Ces poëmes sans prix Rendront de leurs beautés votre oreille idolâtre, St-Gen. I, 7 dans PRIX
Et lui seul a des prix dignes de ma victoire, Bélis. IV, 6 dans PRIX
Si la grâce vous vient d'où l'affront vous procède, Bélis. IV, 1 dans PROCÉDER
Lui-même est criminel, s'il censure le prince. - Faites donc le procès à toute la province, Antig. IV, 6 dans PROCÈS
Son amour pour le duc lui produit votre haine, Vences. I, 1 dans PRODUIRE
Mais le dessein suffit, si l'effet ne profite, Antig. III, 5 dans PROFITER
L'éclat d'une fortune et le cours d'une vie Par qui l'Empire fait de si fameux progrès, Bélis. III, 5 dans PROGRÈS
....Proportionnez vos voeux à vos mérites, Vencesl. I, 4 dans PROPORTIONNER
Le sort tout à propos me l'offre à ce passage, Bélis. I, 2 dans PROPOS
De ma part je proteste en ces divines mains, Qu'au moins je forcerais tous obstacles humains, Antig. I, 4 dans PROTESTER
....Et soient bénis les dieux, Dont le soin provident me ramène en ces lieux !, Sosies, II, 3 dans PROVIDENT, ENTE
Provoquer au combat, Herc. mour. II, 2 dans PROVOQUER
Puissants ressorts, Bélis. V, 6 dans PUISSANT, ANTE
Que sa prétention fût ou non légitime, Encor ce traitement paraît-il inhumain, Antig. IV, 1 dans QUE
Quel des deux voulez-vous, ou mon coeur ou ma cendre ? Quelle des deux aurai-je, ou la mort ou Cassandre ?, Venceslas, II, 2 dans QUEL, QUELLE
Jamais la vérité, cette fille timide, Pour entrer chez les rois ne trouve qui la guide, Antig. IV, 6 dans QUI
J'ai de quoi me défendre et de quoi vous répondre, Vencesl. I, 1 dans QUOI
Voici de quoi détruire et de quoi renverser Ce colosse orgueilleux si fort à terrasser, Bélis. IV, 5 dans QUOI
Ce que j'extirpe au loin dans ma cour prend racine, St Genest, III, 2 dans RACINE
Il me fera raison de cette indignité, Vencesl. I, 1 dans RAISON
Cette raison au moins en mon mal me conforte, Que, s'il n'est supportable, il faudra qu'il m'emporte, Antig. III, 4 dans RAISON
Mon gant vient à tomber, et pour le ramasser...., Bélis. IV, 2 dans RAMASSER
Ramassant un reste de vigueur, Antig. III, 2 dans RAMASSER
[Il] Range les troncs coupés des chênes et des ormes, Herc. mour. V, 1 dans RANGER
Et dans un si beau temps jamais l'air en fureur A-t-il si tôt ravi l'espoir du laboureur ?, Bélis. II, 5 dans RAVIR
Quelque lieu d'où ton sang tire son origine, Tu dois être un rayon de l'essence divine, Bélis. III, 4 dans RAYON
Cette seule rebelle, entre tous mes sujets, Censure mes édits, attaque mes projets, Antig. IV, 6 dans REBELLE
Si cette cruauté ne rebute un amant, Il a beaucoup d'ardeur ou peu de sentiment, Bélis. III, 2 dans REBUTER
Et récemment encor dans Rome, Vitellie, Gordius, Pertinax, Macrin, Probe, Aurélie, N'y sont-ils pas montés [sur le trône] ?, St-Gen. I, 4 dans RÉCEMMENT
De César, de son maître il paie ainsi l'estime, Et reconnaît si mal qui lui veut tant de bien, St Gen. II, 8 dans RECONNAÎTRE
Quels mutins sous mes lois se laisseront réduire, Si les miens [parents] les premiers tâchent de les détruire ?, Antig. V, 4 dans RÉDUIRE
Qui ne s'est obligé qu'à la perte d'un homme Acquiert à peu de frais la régence de Rome, Bélis. II, 8 dans RÉGENCE
D'un règne commençant la première action Fait dessus les esprits beaucoup d'impression, Antig. IV, 1 dans RÈGNE
J'ai malgré leurs efforts soumis à votre règne Ce que le Tibre lave et que le Gange baigne, Bélis. I, 6 dans RÈGNE
Je n'entends plus un lâche Qui dès le premier pas chancelle et se relâche, St Gen. III, 4 dans RELÂCHER
Car, ne relevant pas de mon autorité, Le crime qu'elle a fait est d'autre qualité, Antig. IV, 4 dans RELEVER
Voyons sous un tombeau ces muettes reliques, Herc. mour. IV, 3 dans RELIQUE
D'effroyables remords, mégères éternelles, Invisibles bourreaux des âmes criminelles, Antig. V, 5 dans REMORDS
Mais je crains de passer l'heure du rendez-vous, Bélis. II, 19 dans RENDEZ-VOUS
Ici furent portés et rendus tant de coups...., Antig. III, 6 dans RENDRE
[Qu'il] N'ait rendu de nos dieux le courroux apaisé, St Gen. III, 2 dans RENDRE
Lorsque Justinien tient les rênes du monde, Bélis. I, 6 dans RÊNE
Ne vous acquérez pas par votre dureté Un renom odieux à la postérité, Antig. II, 2 dans RENOM
....vous qui renversez les lois de la nature, Qui, barbare, aux défunts niez la sépulture, Antig. V, 5 dans RENVERSER
Ma réplique a manqué, ces vers sont ajoutés, St Genest, IV, 5 dans RÉPLIQUE
Qui se plaît à bien faire et sait l'art d'obliger Repose sans péril au milieu du danger, Bélis. II, 8 dans REPOSER
Madame, réprimez ces plaintes inutiles, Herc. mour. IV, 2 dans RÉPRIMER
Que j'ai de répugnance à cette lâcheté !, Vencesl. I, 2 dans RÉPUGNANCE
Mais combien mon esprit répugne à ce devoir !, Hercule mour. V, 2 dans RÉPUGNER
Je répugne à l'apprendre [le secret], et m'instruis à regret, Bélis. IV, 8 dans RÉPUGNER
Le duc, pour récompense, a requis cette grâce, Vencesl. V, 9 dans REQUÉRIR
Remplis, pour commencer, l'une de ces requêtes, Bélis. II, 6 dans REQUÊTE
Quelle vertu réside en ce débile sang ?, Herc. mour. V, 2 dans RÉSIDER
Les plus résolus, Bélis. III, 5 dans RÉSOLU, UE
Mais rien n'ébranle-t-il sa résolution ?, Antig. V, 2 dans RÉSOLUTION
Mes sens par son excès [de ma douleur] sont demeurés perclus ; Pour la trop ressentir je ne la ressens plus, Antig. III, 2 dans RESSENTIR
Quand vous l'avez banni, le ciel l'a retiré, Bélis. V, 8 dans RETIRER
Fuyez-en le péril et vous en retirez, Vencesl. III, 1 dans RETIRER
Qui vous réveille donc avant que la lumière Ait du soleil naissant commencé la carrière ?, Vencesl. IV, 4 dans RÉVEILLER
L'histoire, des grands coeurs la plus chère espérance, Que le temps traite seule avecque révérence, St-Gen. I, 4 dans RÉVÉRENCE
Oeil riant, Hercule mour. V, 1 dans RIANT, ANTE
Par ses soins tout nous rit, tout fleurit, tout succède, Vencesl. V, 9 dans RIRE
La fortune vous rit, et ne rit pas toujours, ib. II, 1 dans RIRE
Genest, dont cette secte [le christianisme] aussi folle que vaine A si longtemps été la risée et la haine, St Gen. V, 5 dans RISÉE
J'ai peint votre respect, votre amour, votre ennui ; Mais le plus dur rocher est moins rocher que lui, Antig. V, 2 dans ROCHER
Un grand roi pèse tout d'un contrepoids égal, Rend le bien pour le bien et le mal pour le mal, Antig. IV, 1 dans ROI
Ce monde périssable et sa gloire frivole Est une comédie où j'ignorais mon rôle, St Genest, IV, 6 dans RÔLE
S'il vous souvient encor du combat où les Perses Eurent sitôt rompu les escadrons romains, Bélis. V, 5 dans ROMPRE
[Que] La Perse ait osé rompre une paix si profonde, Bélis. I, 6 dans ROMPRE
Les astres font leur cours, le ciel ne se rompt pas, Herc. mour. III, 3 dans ROMPRE
Les plus cruels tourments n'auront été que roses, St Gen. III, 2 dans ROSE
J'entrerais dans les feux comme en un lit de roses, Antig. V, 8 dans ROSE
Il ne demeure, ô cieux ! Ni roses à son teint, ni lumière à ses yeux, Bélis. IV, 6 dans ROSE
Sort, voilà de tes jeux, et la roue a tourné, Vencesl. IV, 6 dans ROUE
Ce sang qu'à la couleur il pourrait reconnaître, N'est plus qu'une eau rougeâtre, Hercule mour. II, 2 dans ROUGEÂTRE
Mais souvent un instant ruine une entreprise, Bélis. II, 8 dans RUINER
Son esprit toujours sain ne fut point altéré, Herc. m. V, 1 dans SAIN, AINE
Et faire, par des choix judicieux et sains, Tomber le ministère en de fidèles mains, Vencesl. I, 1 dans SAIN, AINE
Mon ordre porte encor de saisir votre épée, Bélis. V, 4 dans SAISIR
César m'a commandé de me saisir de vous, Bélis. V, 4 dans SAISIR
Mon frère, un père enjoint que je vous satisfasse, Vencesl. I, 2 dans SATISFAIRE
Nos deux frères sont morts, ma mère suit leurs pas, Et le ciel toutefois ne se satisfait pas, Antig. III, 5 dans SATISFAIRE
Le plus savant s'y trompe, et deux yeux voient mieux qu'un, Antig. IV, 6 dans SAVANT, ANTE
Oyez si mon esprit conçoit une prière, Séante dans ma bouche, et digne de mon père, Herc. m. III, 1 dans SÉANT, ANTE
Les sectateurs enfin de ce crucifié Vous diront si sans cause ils l'ont déifié, St Genest, V, 2 dans SECTATEUR
Le soir qu'elle partit pour ce pieux dessein, Elle tenait caché ce poignard dans son sein, Antig. V, 8 dans SEIN
Chacun selon son sens en croit diversement, St Gen. II, 8 dans SENS
Vous prenez tout d'un sens contraire à ma pensée, Antig. II, 4 dans SENS
Ma voix rendrait les bois et les rochers sensibles, St Gen. II, 3 dans SENSIBLE
Songe avant-coureur d'aventure tragique ! Combien sensiblement cet accident s'explique !, Vencesl. V, 2 dans SENSIBLEMENT
Il saura, je le jure, Combien sensiblement me touche cette injure, Antig. IV, 6 dans SENSIBLEMENT
J'en ai vu [des chrétiens], que le temps prescrit par la nature Était près de pousser dedans la sépulture, Dessus les échafauds presser ce dernier pas, Et d'un jeune courage affronter le trépas, Saint Genest, II, 7 dans SÉPULTURE
Je n'ai fait action ni lâche, ni servile, Antig. IV, 6 dans SERVILE
Après ces sentiments à mon honneur sinistres, Vencesl. II, 1 dans SINISTRE
Cet insolent ministre Qui vous est précieux autant qu'il m'est sinistre, Vencesl. I, 1 dans SINISTRE
Le crocodile ainsi tue en versant des pleurs, La sirène en chantant, et l'aspic sous les fleurs, Bélis. V, 5 dans SIRÈNE
Le prince : Faites observer qu'aucun ne nous écoute. - Théodore : Soignez-y, Léonore, Vencesl. IV, 2 dans SOIGNER
En exigeant de moi cette confession, Vous me sollicitez d'une lâche action, Bélis. I, 2 dans SOLLICITER
Le théâtre aujourd'hui fameux par ton mérite, à ce noble plaisir puissamment sollicite, St Gen. I, 7 dans SOLLICITER
Je dérobe au sommeil, image de la mort, Ce que je puis du temps qu'elle laisse à mon sort, Vencesl. IV, 4 dans SOMMEIL
L'ennemi.... sort l'enclos de la ville, les Sosies, II, 3 dans SORTIR
Et j'aurais cette injure impunément soufferte !, Vencesl. II, 1 dans SOUFFRIR
L'ordre de l'empereur n'admet ici personne, Et ma commission n'y souffre que vous deux, Bélis. III, 2 dans SOUFFRIR
Comme si la mort vous était souhaitable, St Genest, II, 8 dans SOUHAITABLE
Soumettez-vous les lieux que dore le Pactole, Antig. II, 4 dans SOUMETTRE
Un Dieu te soutiendra, si tu soutiens sa foi, St-Genest, IV, 4 dans SOUTENIR
Droit spécieux, St-Gen. III, 6 dans SPÉCIEUX, EUSE
Accident subit, Bélis. IV, 7 dans SUBIT, ITE
Laisse-moi de ce mot [billet] méditer la substance, Bélis. III, 1 dans SUBSTANCE
Un songe interrompu, sans suite, obscur, confus, Vencesl. IV, 1 dans SUITE
[Qu'il] De sa rébellion reçoive le supplice, Antig. IV, 1 dans SUPPLICE
Cette raison au moins en mon mal me conforte Que, s'il n'est supportable, il faudra qu'il m'emporte, Antig. III, 4 dans SUPPORTABLE
Supprimons les doux noms et de fils et de père, Vencesl. IV, 6 dans SUPPRIMER
Suprême majesté [Dieu], qui jettes dans les âmes Avec deux gouttes d'eau de si sensibles flammes, Saint Genest, IV, 7 dans SUPRÊME
Le songe est un tableau des passions humaines, Un confident peu sûr, un parleur indiscret, Bélisaire, III, 4 dans SÛR, ÛRE
Et qui fait bien à tous peut dormir sûrement, Bélis. III, 7 dans SÛREMENT
Voilà que les surgeons d'un sang incestueux Portent le diadème, et vous êtes pour eux !, Antig. I, 3 dans SURGEON
[Puissent].... par leurs actions ces surgeons glorieux Mériter comme vous un rang entre les dieux !, St Genest, v, 5 dans SURGEON
Une douleur légère, à l'instant survenue, Ne me peut aujourd'hui souffrir l'heur de sa vue, Vencesl. II, 5 dans SURVENU, UE
Quoi ! ta rage, dit-il, n'est donc pas assouvie, Et tes déloyautés ont survécu ta vie !, Antig. III, 2 dans SURVIVRE
Ma voix, de chacun d'eux justement prétendue, Par cette égalité demeure suspendue, Bélis. II, 7 dans SUSPENDU, UE
Je crains que le présent taché du sang de Nesse...., Herc. mour. III, 4 dans TACHÉ, ÉE
Ô remède trop lent ! ô filles trop tardives, Hercule mour. IV, 1 dans TARDIF, IVE
Comme dans ces prisons son teint s'est altéré !, Herc. mour. II, 4 dans TEINT
Laisse à de lâches coeurs verser d'indignes larmes, Tendre aux tyrans les mains et mettre bas les armes ; Toi, tends la gorge au fer, vois-en couler ton sang, Et meurs sans t'ébranler, debout et dans ton rang, Saint-Genest, II, 2 dans TENDRE
À quelque heureuse fin que tendent ses projets, Jamais il [un roi] ne fait rien au gré de ses sujets, Vencesl. I, 1 dans TENDRE
Tout l'univers aussi s'en vit tendu de deuil, St Gen. II, 8 dans TENDU, UE
J'ai tous les sentiments que mon devoir m'ordonne, Je tiens de votre sang et de votre couronne, Antig. IV, 6 dans TENIR
Et moi, moins populaire, Je tiens indifférent d'être craint ou de plaire, Antig. II, 4 dans TENIR
Mais si le pacte tient...., Antig. II, 4 dans TENIR
Mais, madame, mon sens ne s'est point démenti, Et je ne puis tenir pour un mauvais parti, Antig. I, 4 dans TENIR
Il tient pour l'injustice, et moi pour la raison, ib. II, 2 dans TENIR
Quels termes n'a franchis ma course vagabonde ?, Herc. mour. I, 1 dans TERME
Je me plains seulement de ce pays barbare Qui de six pieds de terre à son prince est avare, Antig. IV, 3 dans TERRE
Le théâtre s'ouvre [la toile se lève], St Genest, II, 1 dans THÉÂTRE
Il tire après ces mots une brillante épée, Antig. I, 2 dans TIRER
Et faire, par des choix judicieux et sains, Tomber le ministère en de fidèles mains, Vencesl. I, 1 dans TOMBER
Et, m'écriant d'un ton qui t'aurait fait horreur, J'ai dissipé mon songe, et non pas ma terreur, Vencesl. IV, 1 dans TON
À peine, depuis l'heure à ce noeud destinée. A-t-elle vu flamber les torches d'hyménée, St Gen. II, 8 dans TORCHE
La torture, le fer et la flamme t'attend, St Gen. II, 2 dans TORTURE
Mettra-t-on tous les jours mon âme à la torture ?, Vencesl. III, 3 dans TORTURE
Je suivrai vos avis ; mais tôt, le besoin presse, Antig. v, 5 dans TÔT
Et n'élever personne au plus haut de la roue [de la Fortune], Que la fin de son tour ne jette dans la boue, Bélis. IV, 10 dans TOUR
La Parque qui tournait ce précieux fuseau, Bélis. II, 8 dans TOURNER
[Il] Te garantira mal des traits de ma colère, St Gen. III, 2 dans TRAIT
Traitement inhumain, Antig. IV, 1 dans TRAITEMENT
L'hymen qui se traitait du duc et de Cassandre, Vencesl. IV, 2 dans TRAITER
J'ai seule transgressé cet arrêt inhumain, Antig. IV, 3 dans TRANSGRESSER
Cette vaine pitié dont mon coeur est transi, Bélis. v, 5 dans TRANSIR
Seul on s'acquitte mieux d'une grande entreprise, Le travail s'affaiblit alors qu'il se divise, Antig. III, 5 dans TRAVAIL
Et du rang éminent dont il faut trébucher, Bélis. V, 5 dans TRÉBUCHER
Et puis, qu'est un palais, qu'une maison pompeuse Qu'à notre ambition bâtit cette trompeuse [la Fortune] ?, Vencesl. II, 1 dans TROMPEUR, EUSE
Tuez ce qui vous tue, armez-vous de constance, Bélis. II, 2 dans TUER
Vous avez mal usé de mon affection, Bélis. IV, 9 dans USER
On ne vainc qu'en combattant, St Gen. v, 1 dans VAINCRE
J'étais mort pour ma gloire et je n'ai pas vécu, Tant que ce lâche coeur s'est dit votre vaincu, Vencesl. II, 2 dans VAINCU, UE
Sensiblement atteint d'un soin qui me traverse Et plus votre vaincu que vainqueur de la Perse, Bélis. II, 4 dans VAINCU, UE
[Il] ne les associe à des emplois si hauts Que pour voir des Césars au rang de ses vassaux, St. Gen. I, 1 dans VASSAL, ALE
Cerbère l'a versé ; jadis ce monstre esclave Fit écumer sur lui sa venimeuse bave, Hercule mourant, IV, 1 dans VENIMEUX, EUSE
Jamais la Vérité, cette fille timide, Pour entrer chez les rois ne trouve qui la guide, Antig. IV, 6 dans VÉRITÉ
Ce monarque insolent à qui toute la terre Et tous tes souverains sont des jouets de verre, St Gen. I, 1 dans VERRE
La raison n'est pas mûre en si verte saison, Antig. IV, 6 dans VERT, ERTE
Par moi, braves héros, sont veuves à la fois Vos femmes de maris et vos villes de rois, Antig. I, 6 dans VEUF, VEUVE
Esprits oisifs, que le vice possède, Vencesl. I, 1 dans VICE
Mais si, toujours vous-même et toujours serf du vice, Vous ne prenez des lois que de votre caprice, ib. dans VICE
Qui veut vaincre est déjà bien près de la victoire ; Se faisant violence, on s'est bientôt dompté, Et rien n'est tant à nous que notre volonté, Vencesl. II, 3 dans VICTOIRE
L'honneur qu'on rend aux morts est une vieille loi, Antig. II, 5 dans VIEIL ou VIEUX, VIEILLE
Mettre bien la franchise et la feinte en usage ; Porter tantôt un masque, et tantôt un visage, Vencesl. I, 1 dans VISAGE
En un lieu que le jour n'a jamais visité, Herc. mour. II, 2 dans VISITER
Avec quelle furie, avec quelle vitesse Détruis-tu ton ouvrage, inconstante déesse !, Bélis. v, 4 dans VITESSE
Je sais qu'un fils qu'on perd afflige vivement, Antig. II, 7 dans VIVEMENT
Le voici qu'à propos sans suite et sans défense Le sommeil m'abandonne et livre en ma puissance, Bélis. II, 8 dans VOICI
Il a si loin d'ici sa valeur signalée, Que l'aigle pour le suivre a forcé sa volée, Bélis. III, 5 dans VOLÉE
[Toi] Qui par tant de succès viens de te signaler Jusqu'où notre aigle encor n'avait osé voler, Bélis. I, 6 dans VOLER
Malheur volontaire, St Gen. v, 7 dans VOLONTAIRE
Et rien n'est tant à nous que notre volonté, Vencesl. H, 3 dans VOLONTÉ
Je souffrirai la mort plus volontiers qu'un maître, Bélis. II, 17 dans VOLONTIERS
Je vous que cette offense attaque votre gloire ; Mais qui l'osa commettre a pu ne pas le croire, Antig. IV, 6 dans VOULOIR
Vous suivant de la vue au milieu de la presse, Bélis. v, 5 dans VUE