QUIN.

Citations

Qu'est-ce que cette vie que l'Écriture acompare à un vent, à une nuée ?, Sermons sur divers textes, t. I, (1660). dans ACOMPARER
Une troupe mutine, Maîtresse de la ville, au palais s'achemine, Paus. V, 1 dans ACHEMINER
Qu'une première amour est belle ! Qu'on a peine à s'en dégager ! Et qu'on doit plaindre un coeur fidèle, Lorsqu'il est forcé de changer !, Atys, IV, 1 dans AMOUR
Quoi donc ? un coeur si fier, si plein de fermeté, Par l'effort de l'amour peut être surmonté !, Astrate, II, 3 dans EFFORT
Je veux dans mon exil n'envelopper que moi, Arm. II, 1 dans ENVELOPPER
De ce qui s'est passé la moindre connaissance Peut faire étrangement parler la médisance, Mère coquette, IV, 7 dans ÉTRANGEMENT
Qu'importe qu'un captif manque à votre victoire ?, Arm. I, 1 dans MANQUER
Ah ! quel meurtre bon Dieu, ç'aurait été pour vous, Si pour votre malheur il vous eût épousée !, Mère coq. V, 5 dans MEURTRE
Votre père, par elle, et vos frères meurtris...., Astrate, IV, 11 dans MEURTRI, IE
Il se moque des lois, se rit des immortels, Agrippa, I, 5 dans MOQUER (SE)
Le bonheur des amants est d'être mutuel, Agrippa, IV, 4 dans MUTUEL, ELLE
Après l'indigne amour dont son coeur s'est noirci ! Je cherche à m'en venger, c'est tout ce que j'espère, Mère coq. IV, 7 dans NOIRCIR
Sans me plaindre du sort, je cesserai de vivre, Si ce doux espoir peut me suivre Dans l'affreuse nuit du tombeau, Arm. I, 11 dans NUIT
La foudre est dans mes mains, les dieux me font la cour, Je tiens tout l'univers sous mon obéissance, Isis, II, 2 dans OBÉISSANCE
Nous ordonnons tous deux la fête de Cybèle, L'honneur est égal entre nous, Atys, I, 6 dans ORDONNER
Que deux coeurs unis sont heureux D'oublier le reste du monde !, Rol. III, 2 dans OUBLIER
Hélas ! jusqu'au silence même Tout me parle de ce que j'aime, Amad. II, 2 dans PARLER
Un favorable sort vous appelle au partage Des biens qui nous sont destinés, Arm. IV, 4 dans PARTAGE
Tu peux prendre pour toi cette jupe demain, Je viens d'apercevoir que la tienne se passe, Mère coq. II, 2 dans PASSER
C'est toujours un bien De changer de peine, Proserp. II, 1 dans PEINE
À peine est-il amant qu'il est amant heureux, Rol. III, 6 dans PEINE
Protée, à qui je dois le jour, Du plus sombre avenir perce la nuit obscure, Phaét. I, 3 dans PERCER
Il donne dans le piége, achevez sans remise, Achevez de surprendre Argus et tous ses yeux, Isis, III, 4 dans PIÉGE
La pitié d'un rival punit mieux que sa haine, Astrate, I, 2 dans PITIÉ
Atys, que vous seriez à plaindre Si vous saviez tous vos malheurs !, Atys, I, 6 dans PLAINDRE
Mânes plaintifs, cessez de murmurer, Amad. III, 2 dans PLAINTIF, IVE
Hélas ! laissez-moi mon amour, Prenez plutôt ma vie, Thés. IV, 1 dans PLUTÔT
Je [la Gorgone] porte l'épouvante et la mort en tous lieux ; Tout se change en rocher à mon aspect horrible ; Les traits que Jupiter lance du haut des cieux N'ont rien de si terrible Qu'un regard de mes yeux, Pers. III, 1 dans PORTER
Pour deux amants heureux qu'Amour fait quelquefois, Il en fait tous les jours plus de cent misérables, Rol. IV, 5 dans POUR
Se peut-il que Renaud tienne Armide asservie ?, Arm. III, 1 dans POUVOIR
Si les dieux m'ont prêté des ailes, Ce n'est pas pour fuir le danger, Persée, V, 4 dans PRÊTER
Nous suivons seulement la raison toute pure, Pausan. I, 4 dans PUR, URE
Et ce sera bientôt ? - Cremante : Ce sera, que je crois, Dans huit jours au plus tard, Mère coq. V, 4 dans QUE
De ses traits et des miens le merveilleux rapport, Agrippa, II, 4 dans RAPPORT
Mais Alphée aujourd'hui n'est pas tant rebuté ; Vous ne fuyez plus sa présence, Proserp. II, 5 dans REBUTER
Je n'ai point de regret aux pleurs que j'ai versés ; Le bonheur qui les suit les récompense assez, Amad. V, 5 dans RÉCOMPENSER
L'horreur de ces lieux solitaires Par mon art va se redoubler, Arm. III, 2 dans REDOUBLER
Son courroux se redouble...., 1sis, V, 4 dans REDOUBLER
Vous l'avez trouvé redoutable, Puisque vous craignez de le voir, Pers. I, 4 dans REDOUTABLE
Ô dieux, où me réduisez-vous ?, Isis, III, 8 dans RÉDUIRE
Gardons Proserpine, Les enfers ne rendent rien, Proserp. V, 1 dans RENDRE
Aimez, profitez du temps, Jeunesse charmante, Rendez vos désirs contents, Isis, II, 7 dans RENDRE
Jeunes coeurs qui cherchez à vous rendre, N'aimez pas tant : Un amour trop tendre N'est jamais content, Phaét. V, 4 dans RENDRE
Fallait-il me donner ton coeur, Puisque tu voulais le reprendre ?, Alceste, I, 4 dans REPRENDRE
Je n'ai pu reprendre la vie Sans reprendre aussi mon amour, Alceste, V, 4 dans REPRENDRE
C'est déjà ressentir l'amour Que de commencer à le craindre, Proserp. I, 3 dans RESSENTIR
Je presse mon départ pour hâter mon retour, Proserp. I, 7 dans RETOUR
Ces compliments de main, ces rudes embrassades, Ces saluts qui font peur, ces bonjours à gourmades, Ne reviendrez-vous point de toutes ces façons ?, Mère coq. I, 3 dans REVENIR
Après la rigueur extrême D'un fatal éloignement, Que c'est un plaisir charmant De revoir ce que l'on aime !, Amad. I, 2 dans REVOIR
Rien pour rien en tous lieux est une loi suivie, Les mains vides sont sans appas, Alceste, IV, 1 dans RIEN
La fleur nouvelle Rit aux zéphirs, Thés. IV, 7 dans RIRE
Ce n'est pas être sage D'être plus sage qu'il ne faut, Arm. II, 4 dans SAGE
Que l'on cherche partout mes tablettes perdues ; Mais que, sans les ouvrir, elles me soient rendues, Cyrus, I, 5 dans SANS
Et je tâche en fuyant de sauver mon devoir, Pausan. I, 7 dans SAUVER
Les dieux m'ont donné du courage, Et c'est un assez grand secours, Cadm. IV, 4 dans SECOURS
Le secours de l'absence Est un puissant secours ; C'est l'unique espérance Des coeurs qui veulent fuir les funestes amours, Rol. I, 5 dans SECOURS
Un secret échappé ne se rappelle plus, Agripp. IV, 3 dans SECRET
Vous m'avez enseigné la science terrible Des noirs enchantements qui font pâlir le jour ; Enseignez-moi, s'il est possible, Le secret d'éviter les charmes de l'amour, Amad. II, 2 dans SECRET
Mais la plupart des amants Sont sujets à faire Bien des faux serments, Thés. I, 5 dans SERMENT
Quand on n'a rien à répondre, à quoi sert-il d'écouter ?, Cadm. I, 4 dans SERVIR
Nous avons fait silence afin de l'écouter, Agrippa, V, 3 dans SILENCE
Ma soeur, qui peut causer votre sombre tristesse ? Le silence des bois sert à l'entretenir, Amad. II, 2 dans SILENCE
L'amour pour moi vous sollicite ; Et je vois que vous me quittez, Isis, II, 2 dans SOLLICITER
Sortez de votre erreur, la raison vous appelle, Arm. IV, 4 dans SORTIR
Une tempête soudaine Soulève les flots, Pers. IV, 2 dans SOULEVER
Donner aux conjurés des emplois spécieux Qui, leur faisant honneur, les ôtent de ces lieux, Agrippa, IV, 4 dans SPÉCIEUX, EUSE
Et sans votre splendeur divine [ô soleil], La terre n'aurait point de climats fortunés, Phaéth. IV, 1 dans SPLENDEUR
On suit peu les conseils qu'on croit intéressés, Astrate, I, 1 dans SUIVRE
L'honneur qui suit une illustre vie Estun bonheur qui ne finit jamais, Phaé. IV, 2 dans SUIVRE
Elle parle de moi sous un nom supposé, Rol. IV, 2 dans SUPPOSÉ, ÉE
Pour ne vous pas surprendre un choix précipité, Je veux bien vous laisser en pleine liberté, Pausanias, II, 2 dans SURPRENDRE
N'aimons jamais, ou n'aimons guère : Il est dangereux d'aimer tant, Ce n'est pas le plus sûr pour plaire, Thés. II, 5 dans TANT
Terminons des regrets qui pourraient trop s'étendre, Rol. I, 4 dans TERMINER
Pour se tirer de peine Chacun promet assez : Mais la promesse est vaine Lorsque les périls sont passés, Thés. III, 5 dans TIRER
Je vais trahir ma gloire et montrer ma faiblesse, Rol. I, 5 dans TRAHIR
Hélas ! tout me trahit, et ma puissance est vaine !, Arm. v, 4 dans TRAHIR
La mort toujours cruelle Aime à trancher des jours heureux, Et n'entend point les voeux D'un infortuné qui l'appelle, Amad. III, 1 dans TRANCHER
Sait-on ce que l'on fait dans un premier transport ?, Mère coq. II, 6 dans TRANSPORT
L'affreux Tiphée avec sa vaine rage Trébuche enfin dans des gouffres sans fonds, Proserp. II, 6 dans TRÉBUCHER
Sortez, ombres, sortez de la nuit éternelle ; Voyez le jour pour le troubler, Thés. III, 7 dans TROUBLER
L'espérance la plus vaine Flatte un malheureux amant, Phaét. V, 3 dans VAIN, AINE
Qu'une volante escorte Vous conduise au travers Des noires vapeurs des enfers, Alceste, IV, 5 dans VOLANT, ANTE
Aimons-nous, tout nous y convie, Armide, v, 1 dans Y