PONS

Citations

Dieu ! que la médecine est belle ! Jugez-en par deux aperçus : Les bobos sont au-dessous d'elle, Et les maux graves au-dessus, (de Verdun), Contes et Poésies diverses, p. 86 dans BOBO
J'arrive, on criait : bravo l'homme ; Autre combat : taureau nouveau D'un coup de corne dans l'oreille Étend l'homme sur le carreau ; Avec une fureur pareille On cria : bravo le taureau, (de Verdun), Contes et Poésies, p. 111 dans BRAVO
Tienne qui voudra pour sentence Que les honneurs changent les moeurs ; Je crois pour moi que les honneurs Mettent les moeurs en évidence, (de Verdun), Poésies. dans CHANGER
De m'avoir confessé ne te vante pas tant : Tel se croit confesseur qui n'est que pénitent, (de Verdun), Poésies. dans CONFESSER
Qu'il a de mal ! ah ! sans doute il s'échine ; Il est souvent debout toute la nuit ; Comme il conduit, disons-nous, sa machine [sa place, sa fonction] ! - C'est sa machine, amis, qui le conduit, (de Verdun), Contes et poésies diverses, p. 76 dans ÉCHINER
Entre l'esprit et le génie, Malgré ce qu'ils ont de pareil, La différence est infinie ; Un éclair n'est pas le soleil, (de Verdun). dans ESPRIT
Ces madrigaux niais et doux, Qui peignent, avec ou sans voile, Des bergères toutes à tous, à qui les adresserions-nous Sans madame de trois étoiles ?, (de Verdun), Contes et poésies, p. 64 dans ÉTOILE
Mais de sa canne enfin il te bourrait Et tu gagnas, sans mot dire, la porte, (de Verdun), les Excuses, conte. dans GAGNER
Champagne un beau matin reçut cent coups de gaule, Que depuis plus d'un an lui promettait Lafleur : Dieu soit loué ! dit-il, en se frottant l'épaule, Me voilà guéri de la peur, (de Verdun), Contes et poés. div. p. 93 dans GAULE
Tienne qui voudra pour sentence Que les honneurs changent les moeurs ; Je crois plutôt que les honneurs Mettent les moeurs en évidence, (de Verdun), Poésies. dans HONNEUR
Les arabes ! les juifs ! ouf ! ouf ! je n'en puis plus ; Ose-t-on égorger les gens de cette sorte ? Pour enterrer ma femme exiger vingt écus ! J'aimerais presque autant qu'elle ne fût pas morte, (de Verdun). dans JUIF, IVE
Tienne qui voudra pour sentence Que les honneurs changent les moeurs ; Je crois plutôt que les honneurs Mettent les moeurs en évidence, (de Verdun), Réflexion. dans MOEURS
De l'argent qui t'échut quand le ciel te fit naître, Ne sois pas possédé, sois-en le possesseur ; L'argent, disait Bacon, est un bon serviteur ; Mais c'est toujours un mauvais maître, (de Verdun). dans POSSESSEUR
Ci-gît le bon monsieur de Coudres, Renommé pour sa pesanteur ; S'il eut un emploi dans les poudres, Ce ne fut pas comme inventeur, (de Verdun), Contes et poés. div. p. 187 dans POUDRE