P. DE FENIN

Citations

Je euz fain, vous me saoulastes, Et si euz soif, vous m'abruvastes, Tr. 1418 dans ABREUVER
Il nous promist que char [chair] prendroit, Et que de nous lui souviendroit ; Ses promesses sont acomplies, Tr. 732 dans ACCOMPLIR
Por Dieu et por sa mere ne nous decevons pas, Nous veons que la mort aqueurt plus que le pas, Test. 162 dans ACCOURIR
Luxure confond tout là où ele s'acoutre, Test. 1809 dans ACCOUTRER
Je ne di pas qu'en doingne quan qu'en a acquesté, Mais selon l'aisement que Diex t'ara presté, Test. 369 dans ACQUÊTER
Le quint est qu'il ressuscita Et quarante jours habita En terre avec ses esleüz, Et pluseurs fois les visita Et reput et administra, Tr. 785 dans ADMINISTRER
Car si affectueusement Ne si très amoreusement Riens que je saiche ne me point, Tr. 179 dans AFFECTUEUSEMENT
Sur ses piez... tu acolas [tes cheveux] En baisier les, et en mouiller De tes lermes dont feis courcier [courroucer] Dyables que lors tu affolas, Tr. 888 dans AFFOLER
Sept signaulx y a en ung livre Que Dieu qui siet ou trosne livre à l'aignel qui sept cornes a Et sept yeulx...., Tr. 123 dans AGNEAU
C'est assavoir, se le doffin [dauphin] rompoit la pais, qu'il abandonnoit à ses gens de aller servir le duc Jehan, 1419 dans ABANDONNER
Philippe de Bourgogne fut amoureux de la comtesse de Salsebri, mais ils n'aborderent point ensemble, 1424 dans ABORDER
Et ceux qui contre lui avoient proposé lui grever pour la mort du duc d'Orleans, furent tous acoisez, 1410 dans ACCOISER
Et lors qui haioit à Paris aucun homme, il ne falloit que dire : il a esté Ermignac, presentement estoit tué sur le carrel, 1418 dans CARREAU
Ainsi avoit en France deux rois, et tous deux contendoient d'avoir le royaume, 1422 dans CONTENDANT, ANTE
Hestor de Saveuse, luy accompaigné de aucuns de ses prouchains parens et avecques ce de aucunes de ses gens les plus fiables, 1417 dans FIABLE
Et s'en alla vers Paris, cuidant avoir moien vers le roy Charles et le dauffin, 1417 dans MOYEN
Par le moyen desquels il a toujours l'autorité et le gouvernement de vous, 1411 dans MOYEN
Et puis on fist faire des eschielles plus longues et des martiaux de fer pour les rassaillir, 1420 dans RASSAILLIR
[à la bataille d'Azincourt] Les Anglois furent fort recognés d'abord, p. 460, dans LACURNE dans RECOGNER