Mme RICCOBONI

Citations

Vous aux pieds d'un cruel qui a pu vous négliger, qui fait couler vos pleurs, qui doit seul en verser !, Marg. de Pressy, Oeuvr. t. II, p. 85, dans POUGENS dans NÉGLIGER
Cet imbécile de sir Thomas m'obstine que vous arriverez le dix, Lett. de Fanny Butler, lett. 86 dans OBSTINER
Plus on occupe son esprit, moins on sent le dangereux besoin d'occuper son coeur, Sophie de Vallière, t. IV, p. 167, dans POUGENS dans OCCUPER
J'oubliais mon amour, dit-il... ah ! oui, les hommes ont de ces oublis ; leur coeur et leurs sens peuvent agir séparément, Jul. Catesby, Oeuvr. t. I, p. 380, dans POUGENS dans OUBLI
Voilà des lettres de partout et pas une qui m'intéresse, Fanny Buttler, t. I, p. 99, dans POUGENS dans PARTOUT
Deux écuyers, l'un boiteux, l'autre louche, six grands vilains hommes d'armes..., des valets patauds formaient la cour et la maison du sire de la Rocheforte, Amours de Gertrude, Oeuv. t. V, p. 296, dans POUGENS. dans PATAUD
Vous resterez, je le veux ; il faut perdre cet air chagrin et demeurer, Sophie de Vallière, t. IV, p. 123, dans POUGENS dans PERDRE
Il allait polissonner avec d'autres enfants au bord du canal, pêcher dans les étangs, Aloïse de Rivarot, Oeuv. t. V, p. 192, dans POUGENS. dans POLISSONNER
Ces gens qui font tout mal à propos fatiguent par leurs soins, et ne disent pas un mot qui ne soit un fade compliment, J. Catesby, Oeuv. t. I, p. 234, dans POUGENS dans PROPOS
Il veut m'étouffer dans mon carrosse, de peur que je ne m'enrhume ; je baisse la glace, il la lève, et moi je la rebaisse, Oeuv. t. I, p. 234, dans POUGENS dans REBAISSER
Une barbe rousse, épaisse, indocile à toutes les formes qu'on voulait lui donner, toujours mêlée, toujours rebroussée, Oeuv. t. V, p. 203, dans POUGENS dans REBROUSSÉ, ÉE
Miss Betzi trouve que je me renfrogne à vue d'oeil, Fanni Buttler, Lettre 61 dans REFROGNER ou RENFROGNER
La fièvre de lady Sara, devenue moins forte en se réglant, Jenny, t. III, p. 38, dans POUGENS dans RÉGLER
Qu'un regret inutile est un regret amer !, Sophie de Vallière, Lett. 43 dans REGRET
M. de Montalais est incompréhensible.... on ne le connaît pas, il est renfermé, Comtesse de Sancerre, lett. 52 dans RENFERMÉ, ÉE
Ce mariage vous replacerait au rang que vous deviez naturellement occuper, Oeuv. t. III, p. 346, dans POUGENS dans REPLACER
Elle ne m'ennuyait pas, non, elle ne peut jamais m'ennuyer ; mais je trouvais qu'on tardait bien à venir la reprendre, Oeuv. t. I, p. 74, dans POUGENS dans REPRENDRE
Voyez-moi dans un logement resserré, triste, Oeuv. t. IV, p. 65, dans POUGENS dans RESSERRÉ, ÉE
La médiocrité de sa fortune ne resserrait pas son coeur, Oeuv. t. III, p. 236, dans POUGENS dans RESSERRER
Je l'ai prié d'engager Mme la comtesse à me laisser sortir à l'instant, sans m'obliger à m'expliquer sur les motifs de ma prompte retraite, Oeuv. t. IV, p. 147, dans POUGENS dans RETRAITE
Le jeune Valancé n'a point réussi chez Mme de Martigues, on l'a trouvé froid et grave, Oeuv. t. VI, p. 149, dans POUGENS dans RÉUSSIR
C'est pour le coup que miss Betsy pouvait dire que j'avais l'air d'une princesse de roman, Fanny Butler, t. I, p. 156, dans POUGENS dans ROMAN
Je me connais sensible, je ne me crois pas faible, Oeuv. t. IV, p. 50, dans POUGENS dans SENSIBLE
Quand je vous traite avec bonté, il vous sied mal de montrer de la hauteur, Oeuv. t. III, p. 187, dans POUGENS dans SEOIR
Je l'invitai à souper ; mais elle s'en défendit, et me quitta quand on m'avertit que j'étais servie, Oeuvr. t. III, p. 178 dans SERVIR
Son silence n'avait rien de sombre ni de désobligeant, Oeuv. t. III, p. 354, dans POUGENS dans SOMBRE
Sans cesse traversé dans mes projets, dans mes voeux les plus ardents, Oeuv. t. IV, p. 254, dans POUGENS dans TRAVERSÉ, ÉE