Mme DE PUISIEUX

Citations

Il n'est pas permis à une femme auteur de donner des misères, Ridic. à la mode, p. 250, dans POUGENS dans MISÈRE
Nous autres petites particulières, nous ne connaissons d'excès que celui du sentiment, Ridicule à la mode, p. 150, dans POUGENS dans PARTICULIER, ÈRE
Je ne sais s'il était à sa place de permettre sur le théâtre français de couvrir de ridicule des esprits qui font assurément honneur à la nation, Ridic. à la mode, p. 292, dans POUGENS dans PLACE
On ne consulte plus le coeur que dans le fond des provinces, Ridic. à la mode, p. 52, dans POUGENS dans PROVINCE
Ce qu'on appelle une jolie femme est la femme la plus réjouissante pour une heure, et la plus ennuyeuse dans la société, Ridic. à la mode, p. 23, dans POUGENS dans RÉJOUISSANT, ANTE
Une femme de seize ans rentre à quatre heures du matin, Ridic. à la mode, p. 192, dans POUGENS dans RENTRER
Les talents de société ne sont presque plus comptés pour rien, Ridic. à la mode, p. 214, dans POUGENS dans SOCIÉTÉ
Je suis persuadée qu'une femme indifférente trouvera peu d'hommes assez hardis pour lui faire de sottes propositions, Ridic. à la mode, p. 21, dans POUGENS dans SOT, OTTE
Elle [l'espérance] habite dans le taudis de l'indigence et dans le palais des princes, Ridic. à la mode, p. 118, dans POUGENS dans TAUDIS
L'amitié a ses moments de tiédeur comme la dévotion, Ridic. à la mode, p. 186, dans POUGENS dans TIÉDEUR
La satire entraîne toujours plus loin qu'on ne veut ; c'est un si doux plaisir pour certaines gens de tirer sur d'autres, Ridic. à la mode, p. 240, dans POUGENS dans TIRER
Il vaudrait autant parler raison à une personne dans le transport de la fièvre, que de s'opposer à la passion d'un homme amoureux avec le langage de la sagesse, Ridic. à la mode, p. 260, dans POUGENS dans TRANSPORT
L'homme dont il est question avait un état qui, en l'obligeant à un travail assez doux, le mettait dans le cas d'être utile, Ridic. à la mode, p 202, dans POUGENS dans TRAVAIL
Estimé de ses amis, voyant bonne compagnie, soupant en ville ou chez lui avec qui il lui plaisait, Ridic. à la mode, p. 201, dans POUGENS dans VILLE
Ceux qui ne meurent jamais que parce qu'ils ont trop vécu, Ridic. à la mode, p. 161, dans POUGENS dans VIVRE