Mme DE CAYLUS

Citations

Mme de Montespan s'aperçut que le roi lui échappait, lorsque le mal était sans remède, Souvenirs, p. 112, dans POUGENS dans ÉCHAPPER
Si nos princes sont doux, ils sont opiniâtres ; et, s'ils échappent une fois, leur fuite est sans retour, ib. p. 157 dans ÉCHAPPER
Mme de Maintenon avait un goût et un talent particulier pour l'éducation de la jeunesse, Souvenirs, p. 194, dans POUGENS dans ÉDUCATION
Cet édifice [Saint-Cyr], superbe par l'étendue des bâtiments, fut élevé en moins d'une année, et en état de recevoir deux cent cinquante demoiselles, trente-six dames pour les gouverner, Souvenirs, p. 196, dans POUGENS dans ÉLEVER
Il faut avouer que le roi, dans les premiers temps, eut plus d'éloignement que d'inclination pour Mme de Maintenon, Souvenirs, p. 78, dans POUGENS dans ÉLOIGNEMENT
Il est aisé de s'emparer de l'esprit de M. de Richelieu, Souvenirs, p. 133, dans POUGENS dans EMPARER (S')
Cette même mademoiselle Choin enleva à la plus belle princesse du monde le coeur de M. de Clermont, en ce temps-là officier des gardes, Souvenirs, p. 162, dans POUGENS dans ENLEVER
La singularité du fait et le courage que cet enfant avait témoigné, le firent faire enseigne après le combat, Souven. p. 30, dans POUGENS dans ENSEIGNE
Réputation entamée, Souvenirs, p. 17, dans POUGENS dans ENTAMÉ, ÉE
Causons comme si nous n'avions rien à démêler ; bien entendu, ajouta-t-elle, que nous ne nous en aimerons pas davantage et que nous reprendrons nos démêlés au retour, Souvenirs, dans POUGENS dans ENTENDU, UE
La vieillesse et les malheurs domestiques du roi l'avaient rendu plus faible, et madame la duchesse du Maine plus entreprenante, Souvenirs, p. 218, dans POUGENS dans ENTREPRENANT, ANTE
Mme de Maintenon, entrant en charge dans ce temps-là, n'eut plus rien à démêler avec Mme de Montespan, Souvenirs, p. 119, dans POUGENS dans ENTRER
On sait que, pour entrer à Saint-Cyr [maison d'éducation pour les jeunes demoiselles, fondée par Mme de Maintenon], il faut faire également preuve de noblesse et de pauvreté, Souvenirs, p. 197 dans ENTRER
Mlle Choin fut chassée de la cour, et se retira à Paris, où elle entretint toujours les bontés que Monseigneur [le fils de Louis XIV] avait pour elle, Souvenirs, p. 219, dans POUGENS dans ENTRETENIR
Il n'y avait de réel que l'esprit, dont en effet il avait beaucoup, c'est-à-dire une conception aisée, une grande pénétration, beaucoup de discernement, de la mémoire et de l'éloquence, Souv. p. 243, dans POUGENS dans ESPRIT
Ses bonnes qualités auraient été d'une grande ressource à la France à la mort de Louis XIV, dont il était plus estimé qu'aimé, parce qu'en effet il était plus estimable qu'aimable, Souvenirs, p. 250, dans POUGENS dans ESTIMABLE
Son esprit était d'une étendue infinie, Souven. p. 64, dans POUGENS dans ÉTENDUE
On prétend qu'elle plut au roi, je ne sais ce qui en est, Souven. p. 142, dans POUGENS dans ÊTRE
Les mauvaises affaires que M. d'Aubigné s'était faites l'obligèrent à la fin de prendre un établissement à l'Amérique, Souvenirs, p. 11, dans POUGENS dans FAIRE
Qui les aurait vues sans être au fait des intrigues de la cour, aurait cru qu'elles étaient les meilleures amies du monde, Souvenirs, p. 119, dans POUGENS dans FAIT
Le roi [Louis XIV], instruit par sa propre expérience et corrigé par les années, n'oublia rien de ce qui pouvait mettre les filles d'honneur de Mme la Dauphine sur un bon pied, Souvenirs, p. 142, dans POUGENS dans FILLE
Il a passé sa jeunesse à être le fléau de toutes les familles, Souvenirs, p. 105, dans POUGENS dans FLÉAU
Il se donnait continuellement comme un homme à bonnes fortunes, Souvenirs, p. 249, dans POUGENS dans FORTUNE
Le cardinal d'Estrées n'était pas moins amoureux dans ces temps dont je parle, et il a fait pour Mme de Maintenon beaucoup de choses galantes qui, sans toucher son coeur, plaisaient à son esprit, Souvenirs, p. 128, dans POUGENS dans GALANT, ANTE
Il avait eu plusieurs affaires galantes, et avait fait voir plus de coquetterie que d'amour, Souvenirs, p. 252 dans GALANT, ANTE
La résistance de ces jeunes personnes fut infiniment glorieuse au calvinisme, Souvenirs, p. 32, dans POUGENS dans GLORIEUX, EUSE
On ne l'appelait en badinant que le goujat, pour marquer la vie qu'il menait et la compagnie qu'il voyait, Souvenirs, p. 106, dans POUGENS dans GOUJAT
Ce grand succès [d'Esther] mit Racine en goût, il voulut composer une autre pièce, Souven. p. 210, dans POUGENS dans GOÛT
Plus M. Fagon vit Mme de Maintenon de près, plus il admira sa vertu et goûta son esprit, Souven. p. 76, dans POUGENS dans GOÛTER
Elle [Mme de Montespan] se désespéra à la première grossesse, se consola à la seconde, et porta, dans les autres, l'impudence aussi loin qu'elle peut aller, Souvenirs, p. 56, dans POUGENS dans GROSSESSE
Pendant que le hoca fut à la mode, et avant que le roi, par sagesse, eût défendu un jeu aussi dangereux, Souvenirs, p. 154, dans POUGENS dans HOCA
M. Louvois demanda au roi la permission de faire passer dans les villes les plus huguenotes un régiment des dragons, Souvenirs, p. 27, dans POUGENS dans HUGUENOT, OTE
L'esprit qui ne nous apprend pas à vaincre notre humeur devient inutile, Souvenirs, p. 87, dans POUGENS dans HUMEUR
Aussi humiliant que singulier, Souvenirs, p. 161, dans POUGENS dans HUMILIANT, ANTE
Disposant les esprits à recevoir les impressions désavantageuses qui me firent quitter la cour pour quelque temps, Souvenirs, p. 233, dans POUGENS dans IMPRESSION
Son caractère [de Mme de Montespan], plus ambitieux que tendre, lui avait fait souvent regarder avec indifférence les infidélités du roi, Souvenirs, p. 40 dans POUGENS dans INFIDÉLITÉ
[Jouer la tragédie d'Esther] lui fit appréhender [à Mme de Maintenon] que cet amusement ne leur insinuât [aux demoiselles de Saint-Cyr] des sentiments opposés à ceux qu'elle voulait leur inspirer, Souvenirs, p. 204, dans POUGENS dans INSINUER
Ne pouvant faire usage d'une beauté passée, elle se tourna du côté de l'intrigue, à quoi son esprit était naturellement porté, Souvenirs, p. 144, dans POUGENS dans INTRIGUE
Je suis restée jacobite, malgré les changements qui sont arrivés en ce pays-ci, Souven. p. 223, dans POUGENS dans JACOBITE
Elle [Mme de Maintenon] jeûnait si austèrement les carêmes, qu'elle faisait peser son pain, Souvenirs, p. 66, dans POUGENS dans JEÛNER
Le jubilé fini, gagné ou non gagné, il fut question de savoir si Mme de Montespan reviendrait à la cour, Mém. p. 70, éd. de 1803 dans JUBILÉ
Il me semble qu'on voit encore dans le caractère, dans la physionomie et dans toute la personne de Mme la duchesse d'Orléans [fille de Mme de Montespan, née pendant le jubilé], des traces de ces combats de l'amour et du jubilé, ib. p. 72 dans JUBILÉ
Si le roi n'avait pas révoqué la permission qu'il avait donnée trop légèrement, Souvenirs, p. 225, dans POUGENS dans LÉGÈREMENT
Le roi, qui pensait toujours juste, aurait désiré que les princes légitimés ne se fussent jamais mariés, Souvenirs, p. 61, dans POUGENS dans LÉGITIMÉ, ÉE
Un de ces jeunes gens dit : S'il fallait prendre des libertés avec la reine ou avec Mme Scarron, je ne balancerais pas, j'en prendrais plutôt avec la reine, Souvenirs, p. 14, dans POUGENS dans LIBERTÉ
Le roi fit le mariage de M. le duc d'Orléans avec Mlle de Blois ; feu Monsieur y donna les mains, Souvenirs, p. 243, dans POUGENS dans MAIN
Le roi trouva une grande différence dans l'humeur de Mme de Maintenon [par opposition à Mme de Montespan] ; il trouva une femme toujours modeste, toujours maîtresse d'elle-même, Souvenirs, p. 88, dans POUGENS dans MAÎTRESSE
Un jour la duchesse d'Uzès, étonnée de ses scrupules [de Mme de Montespan], ne put s'empêcher de lui en dire un mot : Eh ! pourquoi, madame reprit Mme de Montespan, faut-il, parce que je fais un mal, faire tous les autres ?, Souvenirs, édit. 1805, p. 69 dans MAL, ALE
Je trouvai le lendemain la messe du roi si belle, que je consentis à me faire catholique, à condition que je l'entendrais tous les jours, et qu'on me garantirait du fouet, Souvenirs, p. 33, dans POUGENS dans MESSE
À peine Mme du Maine fut-elle mariée qu'elle se moqua de tout ce que M. le Prince lui put dire, Souvenirs, p. 247, dans POUGENS dans MOQUER (SE)
Pour ne pas donner à la médisance le moindre sujet de mordre, on convint que des dames respectables et les plus graves de la cour seraient présentés à cette entrevue, Souvenirs, p. 68, dans POUGENS dans MORDRE
Personne, après Mme Cornuel, n'a plus dit de bons mots que Mme de Coulanges, Souvenirs, p. 127, dans POUGENS dans MOT
Elle [Mme de Thianges] n'avait que de la blancheur, d'assez beaux yeux, et un nez tombant dans une bouche fort vermeille, qui fit dire à M. de Vendôme qu'elle ressemblait à un perroquet qui mange une cerise, Mémoires, édit. de 1805, p. 103 dans NEZ
On lui sut gré ici [à Lauzun] d'avoir contribué à une fuite [de Jacques II] à laquelle le prince d'Orange n'aurait eu garde de s'opposer, Souvenirs, p. 232, dans POUGENS dans OPPOSER
Selon toutes les apparences, Mme d'Heudicourt rendait compte de ce qui se passait de plus particulier à la cour, Souvenirs, p. 188, dans POUGENS dans PARTICULIER, ÈRE
On se fit une grande affaire à la cour d'être admis dans le particulier de Monseigneur et de Mlle Chouin, Souvenirs, p. 220, dans POUGENS dans PARTICULIER, ÈRE
À dire la vérité, quoique la fille de M. le duc d'Orléans dût passer devant une fille de branche cadette, Souv. p. 266, dans POUGENS dans PASSER
Mme de Maintenon le demanda [Noisy le Sec] au roi pour y mettre Mme de Brinon avec sa communauté ; c'est là qu'elle eut la pensée de l'établissement de Saint-Cyr, Souvenirs, p. 196, dans POUGENS dans PENSÉE
Comme il [Louis XIV] était sage, et qu'il savait combien les paroles des rois sont pesées, Souvenirs, p. 114, dans POUGENS dans PESER
Elle [Mme de Maintenon] prit pour prétexte la petite Heudicourt, et la demanda à madame sa mère, Souvenirs, p. 53, dans POUGENS dans PETIT, ITE
C'est à elle [Mme de Brinon] et à son goût pour le théâtre qu'on doit les deux belles pièces que Racine a faites pour Saint-Cyr, Souvenirs, p. 802, dans POUGENS dans PIÈCE
Ses amis s'apercevaient de la place qu'ils avaient dans son coeur, par celles que leurs portraits occupaient dans sa chambre [le chevet du lit, le dessus de la porte, l'antichambre et le grenier], Souvenirs, p. 123, dans POUGENS dans PLACE
Son esprit uniquement porté aux affaires rendait sa conversation froide et plate, Souvenirs, p. 86, dans POUGENS dans PLAT, ATE
Revenant tout à coup à elle, elle [Mme de la Vallière, à la mort de son fils] dit à ce prélat [qui la consolait] : c'est trop pleurer la mort d'un fils dont je n'ai pas encore assez pleuré la naissance, Souvenirs, p. 48, dans POUGENS dans PLEURER
Le précieux de l'hôtel de Rambouillet, Souvenirs, p. 78, dans POUGENS dans PRÉCIEUX, EUSE
Le roi prit de l'amour pour Mme de Montespan dans le temps qu'il vivait avec Mlle de la Vallière en maîtresse déclarée, Souvenirs. dans PRENDRE
Ils ont cru que je savais des choses particulières d'une cour que j'ai vue de près, Souvenirs, p. 5 dans PRÈS
Le roi, si prévenu dans les commencements contre Mme de Maintenon, Souvenirs, p. 81, dans POUGENS dans PRÉVENU, UE
Ce qui l'obligea [Racine] de faire pour moi le prologue de la pièce [Esther], Souvenirs, p. 209, dans POUGENS dans PROLOGUE
Elle [Mme de Montespan] joignait à cette dureté de coeur une raillerie continuelle, Souvenirs, p. 108, dans POUGENS dans RAILLERIE
Mme de Montespan eut cinq enfants de suite ; je ne sais s'ils furent reconnus tous ensemble, ou séparément, Souvenirs, p. 57, dans POUGENS dans RECONNAÎTRE
Le roi fit ensuite reconnaître les siens [bâtards], savoir le duc du Maine, M. le comte du Vexin, Mlle de Nantes, Mlle de Tours, ib. p. 58 dans RECONNAÎTRE
Elle [Mme de Montespan] voulut regagner par l'intrigue ce qu'elle avait perdu par son humeur, Souvenirs, p. 113, dans POUGENS dans REGAGNER
Je suis convaincu que cette intrigue s'est passée en regards et en quelques lettres tout au plus, Souvenirs, p. 279, dans POUGENS dans REGARD
Il est certain que sa fortune ne répondait pas à sa naissance, Souvenirs, p. 184, dans POUGENS dans RÉPONDRE
Il était difficile de trouver dans la même personne titres, vertu, esprit, représentation, Souvenirs, p. 136, dans POUGENS dans REPRÉSENTATION
Les grosses dents lui percèrent [au duc du Maine], en lui causant des convulsions si terribles, qu'une de ses jambes se retira beaucoup plus que l'autre, Souvenirs, p. 78, dans POUGENS dans RETIRER
Un homme revêtu des plus grandes dignités de l'État, Souvenirs, p. 123 dans REVÊTU, UE
Mme de Fontanges joignait à ce peu d'esprit des idées romanesques, Souvenirs, p. 41, dans POUGENS dans ROMANESQUE
J'ai trouvé, dans les lettres de Mme de Maintenon à l'abbé Gobelin, qu'il y avait eu une séparation en forme au Châtelet de Paris entre M. et Mme de Montespan, Souvenirs, p. 174, dans POUGENS dans SÉPARATION
Mme de Montespan a eu sept enfants du roi, Souvenirs, p. 55, dans POUGENS dans SEPT
Il [d'Aubigné] appelle Henri IV le conquérant du sien ; éloge qui renferme, ce me semble, en deux mots toute la justice de sa cause, et toute la gloire des autres conquérants, Souvenirs, p. 8, dans POUGENS dans SIEN, SIENNE
Elle aurait souvent voulu qu'on la crût moins solide, pour la laisser se divertir, Souvenirs, p. 24, dans POUGENS dans SOLIDE
J'ai pu voir Mme de Fontanges ; mais ou je ne l'ai pas vue, ou il ne m'en souvient pas, Souvenirs, p. 39, dans POUGENS dans SOUVENIR
J'écris des souvenirs sans ordre, sans exactitude, et sans autres prétentions que celle d'amuser mes amis, Souvenirs, p. 5 dans SOUVENIR
Elle [Mme de la Vallière] prit un autre parti, et demeura non-seulement à la cour, mais même à la suite de sa rivale, Souvenirs, p. 46, dans POUGENS dans SUITE
Sûre et secrète jusqu'au mystère, Souvenirs, p. 137, dans POUGENS dans SÛR, ÛRE
Le roi.... pour empêcher Mme de Montespan d'être exposée à ses caprices [de M. de Montespan], la fit surintendante de la maison de la reine, Souven. p. 174, dans POUGENS dans SURINTENDANTE
Elle [Mme de Jarnac] avait, disait-on, un beau teint pour éclairer sa laideur, Souvenirs, p. 146, dans POUGENS dans TEINT
L'esprit, la galanterie, la magnificence, quand il [M. le Prince, fils du grand Condé] était amoureux, réparaient en lui une figure qui tenait plus du gnome que de l'homme, Souvenirs, p. 102, dans POUGENS dans TENIR
Je perdis un de mes frères, qui fut tué à la tête ou régiment de la reine, dragons, Souvenirs, p. 239, dans POUGENS dans TÊTE
La timidité rend les hommes farouches, quand ils se font surtout un devoir de ne la pas surmonter, Souvenirs, p. 60, dans POUGENS dans TIMIDITÉ
Elle tira le secret de ses compagnes, Souven. p. 144, dans POUGENS dans TIRER
Il [d'Aubigné] se tirait des réprimandes qu'elle lui faisait, par des plaisanteries qui réussissaient presque toujours avec Mme de Maintenon, quand elles étaient faites avec esprit, Souven. p. 253, dans POUGENS dans TIRER
Mme de Montespan, à qui les moindres ridicules n'échappaient pas, et qui savait si bien les faire sentir aux autres par ce tour unique à la maison de Mortemart, Souvenirs, p. 42, dans POUGENS dans TOUR
Elle imagina de faire un roman, et de transporter les caractères et les moeurs du temps présent sous les noms de la cour d'Auguste, Souvenirs, p. 236, dans POUGENS dans TRANSPORTER
Cette fille s'est tuée pour avoir voulu partir de Fontainebleau le même jour que le roi, quoiqu'elle fût en travail et prête à accoucher, Souvenirs, p. 40, dans POUGENS dans TRAVAIL
Il était triste de quitter son pays, et de renoncer à une vie pleine d'agréments, Souvenirs, p. 22, dans POUGENS dans TRISTE
Elle [Mme de Maintenon] ne comprenait pas, disait-elle alors, qu'on pût appeler cette vie une vallée de larmes, Souvenirs, p. 17, dans POUGENS dans VALLÉE
Le plus grand éclat de Mme la princesse de Conti n'a duré que jusqu'à sa petite vérole, qu'elle eut à dix-sept ou dix-huit ans, Souvenirs, p. 159, dans POUGENS dans VÉROLE
Veuve à dix-huit ans, princesse du sang, et aussi riche que belle, elle [la princesse de Conti] eut de quoi se consoler, Souvenirs, p. 228, dans POUGENS dans VEUF, VEUVE
C'est elle [Mme de Thianges] qui la première a dit qu'on ne vieillit pas à table, Souvenirs, p. 99, dans POUGENS dans VIEILLIR
Religieuse sans vocation, elle chercha un amusement convenable à son état, Souvenirs, p. 95, dans POUGENS dans VOCATION