MONGEZ

Citations

Le minerai de fer exige le feu le plus violent et l'addition de diverses substances, pour être amené à son premier degré de métalléité, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. V, p. 227 dans MÉTALLÉITÉ
La Ferté-sous-Jouarre et Andernach sont les carrières à meules les plus abondantes et les plus célèbres de l'univers, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. III, p. 475 dans MEULE
À Malte on emploie généralement des meules faites avec des quartiers de basalte, ib. p. 477 dans MEULE
La meulière n'est presque jamais en bancs ni en lits ; ce sont des blocs isolés qui présentent rarement des masses assez grandes pour faire des meules d'un seul morceau, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. III, p. 474 dans MEULIÈRE
C'est ainsi que la monnaie des rois de France suivait la cour sous les deux premières races et au commencement de la troisième, Inst. Mém. acad. inscr. t. IX, p. 211 dans MONNAIE
Les types qui réussissent le mieux au monnayage sont ceux dont les diverses parties se balancent dans tous les sens, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. II, p. 283 dans MONNAYAGE
Avant l'adoption des coins gravés au burin, on monnayait à chaud le plus souvent, lorsqu'on ne moulait pas simplement les médailles, Instit. Mém. acad. inscr. t. IX, p. 211 dans MONNAYER
Un général éloigné de la cour était-il revêtu de la pourpre impériale par ses troupes, les monnayeurs qui suivaient l'armée pour fabriquer les espèces destinées au payement de la solde, moulaient dans l'espace d'une nuit les coins avec sa tête, Instit. Mém. acad. inscr. t. IX, p. 210 dans MONNAYEUR
On voit, dans Juvénal, un mari demander le divorce, parce que sa femme se mouchait souvent, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. IV, p. 308 dans MOUCHER
On ne saurait douter que, depuis l'époque où les anciens ont commencé à fabriquer des monnaies, jusqu'au siècle de Constantin, on n'ait moulé les médailles sans les frapper, ou qu'on ne les ait moulées et ensuite frappées, sauf quelques exceptions peu nombreuses, Instit. Mém. Acad. inscr. t. IX, p. 201 dans MOULER
Mabillon a publié une charte de 1105 par laquelle Guillaume, comte de Mortain, permet à Vital, abbé de Savigny, d'établir, dans les diocèses de Bayeux, d'Évreux et de Coutances, des moulins à eau et des moulins à vent, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. III, p. 447 dans MOULIN
C'est ainsi qu'encore aujourd'hui les mousselines des Indes conservent l'odeur des épiceries avec lesquelles on les embarque, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. IV, p. 256 dans MOUSSELINE
On a appris par l'examen des Muses dont nous avons les statues, et de celles qui se trouvent sur les médailles et dans des bas-reliefs, que les sculpteurs anciens les ont ordinairement représentées vêtues et la gorge couverte, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. V, p. 156 dans MUSE
J'ai cité les deux médaillons de plomb du cabinet de Vienne qu'il croit avoir été les noyaux de deux semblables médailles [fourrées], et qui auraient perdu les feuilles de métal précieux dont les faussaires les avaient revêtues, Instit. Mém. acad. inscript. t. IX, p. 248 dans NOYAU
Au Théâtre-Français, qui avait pris le nom d'Odéon, une des salles qui ont le plus satisfait le public, la distance de l'avant au fond de la salle était de 15 mètres, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. V, p. 128 dans ODÉON ou ODÉUM
Montfaucon, si versé dans la paléographie, Inst. Mém. litt. et beaux-arts, t. II, p. 435 dans PALÉOGRAPHIE
Winckelmann paraît s'être trompé, lorsqu'il a dit que le subligaculum des acteurs romains était un pantalon comme nous disons aujourd'hui, Inst. Mém. hist. et litt. anc. t. IV, p. 298 dans PANTALON
De temps immémorial, les peuples asiatiques placés en deçà du Gange ont fabriqué du papier avec les vieux haillons du coton qui les habille ; mais il est lourd et grossier, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. v, p. 471 dans PAPIER
Le plus ancien papier de lin ou de chiffons est-il celui de Xativa dans le royaume de Valence et celui de la Catalogne ? la France l'a connu dès le XIIIe siècle, Inst. Mém. lett. et beaux-arts, t. v, p. 472 dans PAPIER
Un mot analogue, exprimait à Athènes la fonction humiliante que remplissaient dans les panathénées les femmes des étrangers domiciliés dans cette ville ; elles portaient les parasols des jeunes citoyennes, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. IV, p. 95 dans PARASOL
Que l'on adapte le pavillon d'une trompette immédiatement à l'embouchure et supprimant le tube intermédiaire, l'instrument rendra des sons à peine sensibles, Instit Mém. litt. et beaux-arts, t. v, p. 124 dans PAVILLON
Étoffes à poils ou peluchées : les anciens en ont fabriqué pour leurs vêtements, pour leurs couvertures de lit, pour les serviettes de table et de bain, Instit. Mém. hist. et littér. anc. t. IV, p. 275 dans PELUCHÉ, CHÉE
Les ponts de Saint Esprit et d'Avignon sur le Rhône furent bâtis avec le produit des indulgences par les frères du pont, association pieuse, mais laborieuse, d'architectes et de maçons, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. I, p. 516 dans PONT
Marius, un des trente tyrans, qui, n'ayant régné que trois jours et dans les Gaules, a laissé cependant des monnaies d'or, de bronze, et de bronze fortement allié nommé potin, Instit. Mém. acad. des inscr. t. IX, p. 210 dans POTIN
On raconte de Pétrarque que, dans ses promenades solitaires, il écrivait sur son pourpoint de peau les vers qu'il composait, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. IV, p. 275 dans POURPOINT
Caton, Vitruve et Pline, seuls écrivains qui nous donnent quelques lumières sur les pressoirs des anciens, ne parlent que du pressoir à cage et du pressoir à étiquet ; on peut croire que le pressoir à coffre, qui n'est que le résultat du perfectionnement des deux autres, leur a été inconnu, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. III, p. 59 dans PRESSOIR
Le pressurage se faisait de deux manières ou seulement en foulant avec les pieds, comme dans les premiers âges du monde, ou en faisant agir, après le foulage, des machines qui sont comprises sous le nom générique de pressoir, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. III, p. 57 dans PRESSURAGE
Un quinaire d'or de Maurice, Inst. mém. Acad. inscr. t. IX, p. 209 dans QUINAIRE
On racla les vieux parchemins généralement dans la Grèce pendant les onzième, douzième, treizième et quatorzième siècles, Inst. Mém. litt. et beaux-arts, t. V, p. 471 dans RACLER
Avec une souveraineté de peu d'étendue, les Médicis enrichirent Florence de grands monuments, et recréèrent tous les arts du dessin, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. I, p. 516 dans RECRÉER
Il doit y avoir une différence sensible entre les types des médailles et ceux des monnaies ; et cette différence consiste à employer pour les dernières le genre de gravure connu sous le nom de bas-reliefs peu saillants, en observant scrupuleusement de n'opposer jamais relief à relief, Instit. Mém. Litt. et beaux-arts, t. II, p. 273 dans RELIEF
Ils [les anciens] ont connu le grès de remouleurs, et ils en faisaient les meules à aiguiser, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. III, p. 469 dans RÉMOULEUR
Cet ouvrage [l'Histoire naturelle de Pline] n'est qu'un vaste répertoire auquel une mort prématurée.... l'a empêché de mettre la dernière main, Instit. Mém. Acad. inscr. t. IX, p. 252 dans RÉPERTOIRE
Les Romains introduisaient encore dans les ciments une autre substance qui les rendait capables de résister au froid et aux gelées ; c'est de l'huile, Inst. Mém. litt. et beaux arts, t. I, p. 521 dans RÉSISTER
Le résonnement d'un édifice est plus nuisible qu'avantageux à la voix des orateurs, Instit. Mém. Litt. et beaux-arts, t. V, p. 135 dans RÉSONNEMENT
Les replis qui formaient quelquefois les bordures des habits [chez les anciens], n'étaient pas le retroussis et le renversement de l'étoffe sous le bord du vêtement auquel elle était attachée par une couture, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. IV, p. 270 dans RETROUSSIS
À environ neuf kilomètres de Tchi-el-Minar l'ancienne Persépolis, on voit des figures gigantesques sculptées en demi-relief sur un rocher taillé à pic dans toute sa hauteur, Inst. Mém. litt. et beaux-arts, t. IV, p. 193 dans ROCHER
Le plus grand nombre des médailles ont perdu de leur poids primitif par la rognure, indépendamment du frai, Instit. Mém. Acad. inscr. t. IX, p. 223 dans ROGNURE
On fabriquait des vêtements et des nattes avec les roseaux, principalement avec le papyrus, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. IV, p. 240 dans ROSEAU
Le résultat de ce mémoire est que Cyrus bâtit le palais de Persépolis, qu'Alexandre n'en brûla qu'une partie, et que la ville de Persépolis, aujourd'hui Issthakar, ne fut ruinée que par les généraux d'Aly à l'époque où l'islamisme se répandit dans la Perse, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. III, p. 302 dans RUINER
Les plaines de Byzacium rendaient, selon Pline, cent cinquante mesures de blé pour une seule mesure de semence, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. II, p. 656 dans SEMENCE
Ayant sous les yeux le poids total des médaillons ornés, et ne pouvant retrancher de ce poids celui des sertissures et des bélières, Instit. Mém. Acad. inscr t. IX, p. 276 dans SERTISSURE
Le siége du roi de Perse était célèbre chez les Grecs et les Romains ; on conservait à Athènes, dans le Parthénon de Minerve, le siége de Xerxès, qui avait des pieds d'argent, et on l'appelait le captif, Instit. Mém litt. et beaux-arts, t. IV, p. 92 dans SIÉGE
Les Albaniens, peuple qui habitait les bords occidentaux de la mer Caspienne, ne labouraient point encore, au temps de Strabon, avec un soc de fer ; mais ils se servaient pour charrue d'une seule pièce de bois, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. II, p. 625 dans SOC
Élagabale s'habilla le premier d'étoffes de soie sans mélange, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. IV, p. 227 dans SOIE
La sophistiquerie de l'étain par l'alliage d'un tiers de cuivre, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. V, p. 223 dans SOPHISTIQUERIE
Ces coins étaient faits avec de l'acier mal travaillé : car on voit, dans le champ des médailles, des inégalités et des soufflures qui prouvent sa mauvaise qualité et la grossièreté de sa préparation, Instit. Mém. Acad. inscr. t. IX, p. 204 dans SOUFFLURE
En 1638, François Perrin publia un recueil de gravures qui représentent les principales statues dont Rome était alors décorée, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. v, p. 151 dans STATUE
L'empereur Théophile ne rougit pas de faire revivre l'affreuse peine des stigmates dans la persécution qu'il suscita contre ceux des chrétiens qui défendaient la sainteté des images, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. I, p. 506 dans STIGMATE
Arrien appelle la tunique des rois de Perse adoptée par Alexandre, la stole des Mèdes, c'est-à-dire une tunique qui descendait jusqu'aux pieds, comme l'habillement des Grecques et des Romaines appelé stole, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. IV, p. 83 dans STOLE
L'épée gauloise n'avait pas de pointe, et par conséquent on ne pouvait s'en servir que pour tailler, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. v, p. 527 dans TAILLER
Les temples des Grecs et des Romains n'étaient que le sanctuaire proprement dit ; les sacrifices étaient offerts sous les péristyles, à la vue d'un peuple immense qui ne pénétrait point dans l'enceinte sacrée, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. v, p. 133 dans TEMPLE
Les monnaies d'argent [de Louis XII] étaient les plus épaisses que l'on eût frappées depuis le commencement de la monarchie ; et le premier des rois de France, il y fit graver son portrait ; d'où leur vient le nom de testons, Instit. Mém. Acad. inscr. t. IX, p. 226 dans TESTON
Le voyageur est pénétré d'admiration lorsqu'il contemple les vastes ruines des thermes de Dioclétien, sur lesquels sont placés aujourd'hui l'église, le monastère et les jardins des moines de Saint-Bernard, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. I, p. 496 dans THERMES
Strabon dit que la tiare des grands de la Perse ressemblait à celle des mages, dont la tête était enveloppée dans des bonnets d'étoffe serrés qui descendaient sur les joues et couvraient même les lèvres, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. IV, p. 13 dans TIARE
Nous avons vu, dans un passage des Éthiopiques d'Héliodore, qu'elles [les femmes] portaient la tiare comme les hommes, et qu'elles l'ôtaient aussi comme eux pour saluer, ib. t. IV, p. 37 dans TIARE
Strabon nous a conservé la forme de la tiare des Perses armés ; c'était un bonnet de laine foulée, fait en forme de tour, ib. t. IV, p. 51 dans TIARE
Voilà l'identité de forme entre la tiare des papes et celle des rois perses parfaitement établie, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. IV, p. 81 dans TIARE
Aujourd'hui les tisserands travaillent, assis, sur une chaîne tendue horizontalement, et ils se servent d'un peigne perpendiculaire pour serrer le tissu ; au contraire, les premiers tisserands, c'est-à-dire ceux dont il est fait mention dans les plus anciens écrivains, travaillaient debout, sur une chaîne tendue perpendiculairement avec des poids, et ils frappaient sur la trame, pour serrer les tissus, avec une forte règle de bois horizontale, Mém. hist et litt. anc. t. IV, p. 241 dans TISSERAND
Pline nous apprend que les Égyptiens employaient les mordants pour teindre ces toiles en diverses couleurs dans un seul bain, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. IV, p. 262 dans TOILE
Les Gaulois habitants des Alpes avaient inventé les vases de bois appelés tonneaux, comme l'atteste Pline, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. III, p. 61 dans TONNEAU
Ils portent le costume que les artistes romains semblent être convenus de donner aux barbares européens et africains : la nudité du torse, les cheveux longs et hérissés, ainsi que la barbe, Instit. Mém. inscr. et belles-lettres t. VIII, p. 396 dans TORSE
La découverte des acides minéraux a rendu l'essai de l'or à la pierre de touche, appelé l'essai au touchau, plus concluant, quoiqu'il soit moins précis que l'essai à la coupelle, Instit. Mém. Acad. inscrip. t. IX, p. 198 dans TOUCHAU ou TOUCHAUD
La gravure au touret ne produit que des traits arrondis ; jamais elle ne produit de traits vifs ni des arêtes ; les lettres qu'elle forme ne sont jamais terminées par des traits carrés, Instit. Mém. Acad. inscr. t. IX, p. 203 dans TOURET
Un ingénieur français nommé Casting avait inventé la machine à marquer sur la tranche, qui opposait une digue à la cupidité des rogneurs des monnaies, Instit. Mém. acad. inscr. t. IX, p. 229 dans TRANCHE
Suétone nous a conservé le détail des travaux publics que Rome doit à la munificence de ces citoyens, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. II, p. 510 dans TRAVAIL
La trempe consiste uniquement dans le passage subit de l'incandescence au refroidissement le plus prompt, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. V, p. 553 dans TREMPE
Les écrivains anciens ne font aucune mention de la trempe du cuivre, ib. p. 208 dans TREMPE
La forteresse, que défendait la triple enceinte, renfermait des palais somptueux pour loger le roi et les chefs des armées, et des trésors artistement construits pour contenir de grandes richesses, Mém. hist. et beaux-arts, t. v, p. 221 dans TRÉSOR
Tibère âgé de cinquante-trois ans : il porte le costume des triomphateurs, la couronne de laurier, la toge...., Mém. inscr. et belles-lettres. t. VIII, p. 394 dans TRIOMPHATEUR
Dans la Phocide et dans les environs de l'île d'Eubée, les pauvres portaient encore du temps de Pausanias des tuniques de peau de porc, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. IV, p. 225 dans TUNIQUE
Les femmes grecques portèrent des tuniques intérieures de coton ou de soie, qui étaient presque transparentes, Instit. Mém. Hist. et litt. anc. t. IV, p. 288 dans TUNIQUE
L'emploi des vases avec lesquels les anciens construisaient des voûtes cent fois plus légères que les nôtres et aussi durables, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. I, p. 528 dans VASE
L'usage où furent les Grecs de placer des vases résonnants dans leur théâtre, usage dont Vitruve est le seul témoin, ib. t. v, p. 122 dans VASE
Les anciens n'ont probablement pas connu la virole, cette pièce importante du monnayage des modernes, qui donne à nos médailles une rondeur parfaite, Instit Mém. acad. inscr. t. IX, p. 201 dans VIROLE
Le chevalier Chardin, après avoir fait trois fois le voyage de Tchehelminar, et après y avoir conduit deux fois un peintre persan ..., Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. III, p. 252 dans VOYAGE
J'ai trouvé la vrille ordinaire, celle qui est terminée en vis conique et produit une poussière semblable à la sciure, dans les dessins des anciens manuscrits d'Hésiode, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. III, p. 56 dans VRILLE