MENARD

Citations

Portrait si biffé qu'il ne s'est peu faire cognoissable, Hist. de du Guesclin, p. VI dans BIFFER
Barreaux de fer, grans brises traversans, Hist. de B. Du Guesclin, p. 393, dans LACURNE SAINTE-PALAYE dans BRISE
À combattre se eschaufferent tellement que, aussi comme pors sangliers que l'on verse, ilz rendoient sueur et buée, Hist. de B. du Guesclin, p. 422, dans LACURNE dans BUÉE
Quant il vit l'englois qui tel orgueil demena, il cueilly force et hardement, et prist en soy grant air, et proposa de illec vivre ou mourir où il conquerroit honneurs, Hist. de du Guesclin. p. 232, dans LACURNE dans CUEILLIR
Il leur dist : Seigneurs, la table est mise leens pour nous disner et aisier, et est la cuisine au feu et le vin au celier ; de quoy il nous fauldra boire et mengier, Hist. de du Guesclin, f° 427, dans LACURNE dans CUISINE
Quant Engloiz virent lever le feu contre-mont, si furent moult dolens, et commence rent à destasser le foing pour destaindre le dit feu, Hist. de du Guesclin, p. 503, dans LACURNE dans DÉTASSER
L'autre sauvage qui avoit cependant dormy [perdu connaissance] du coup que le chevalier du dragon lui avoit donné, Don Flores de Grece, f° CXX, dans LACURNE. Neantmoins en y avoit-il bien de telx qui eussent eu grand mestier [besoin] de dormir le vin qu'ilz avoient beu à oultrage, Hist. de du Guesclin. p. 528, dans LACURNE dans DORMIR
Il jura Dieu et la digne puissance, que de leurs vignes il n'i demourroit cep, branche, ne racine qui ne fut coppée ou esceppée, tant que jamais ne porteroit substance, Hist. de B. du Guesclin. p. 469, dans LACURNE dans ÉCEPPER
Ses actions n'estoient que herault de sa gloire, les defaveurs theatres elevez à sa constance, le cercueil embassement d'un immortel trophée, Hist. du Guesclin, Épît. à la noblesse française dans EMBASEMENT
Ceulx especialement qui avec Bertrand chevauchoient eurent du mal à foison ; car il chevaucha si fort qu'il estancha [fatigua] soubz luy deux bons chevaulx, Hist. de du Guesclin. p. 414, dans LACURNE dans ÉTANCHER
À la fermeture [porte de ville] que les Juifs tenoient, Danyot et Turquant, qui estoient venus par avant, firent ouvrir la porte tout à plein à Henri, Hist. de du Guesclin, p. 220. dans LACURNE dans FERMETURE
L'espée et le coustel et lance pour jouster, et riche bacinet, et gans à broiches de fer qui bien faisoient à doubter, Hist. de du Guesclin, p. 55, dans LACURNE dans GANT
Il est incredule, et a erré contre la foy longtemps a, et n'a de foy ne que un vieil chien, Hist. de B. du Guesclin, p. 198, dans LACURNE dans INCRÉDULE
Adonc entrerent François de tous costez, qui occirent tant d'Engloiz, que ce fust infinité, Hist. de du Guesclin. p. 446, dans LACURNE dans INFINITÉ
Disant que ces instruments [cyfoine, sorte de vielle] qu'il voyoit tant admirer à ceste cour [de Portugal] n'estoient en France et en Normandie qu'à l'usage des aveugles et des mendians et qu'on les y appeloit instrumens truans, Hist. de B. du Guesclin. p. 230, dans LACURNE dans INSTRUMENT
Je croy que vous venez requerir la bataille à certain jour nommé ; mais je cognois Monseigneur à tel qu'il ne vous y fauldra ne que mars en caresme, Hist. de Guesclin. p. 409, dans LACURNE dans MARS
Mes ouvrages sont trop vulgaires Et trop nus de science et d'art, Épigramme à Henri IV dans NU, NUE
Aussi ne veult plus exercer l'office pour occupation d'aage et de fragileté, Hist. de du Guesclin, p. 401 dans LACURNE dans OCCUPATION
Tant d'impositions, treziesme et quatorziesme...., Hist. de Guesclin. p. 458, dans LACURNE dans QUATORZIÈME
Et acheverent tant nobles faiz, et prindrent citez, villes et chasteaulx assis sur roches, que de leur vies peust on faire romans, Hist. de du Guesclin. p. 458, dans LACURNE dans ROMAN
Pour ce ne se doit pas orgueillir qui siet en haute selle ; car Dieu a bientost abatu son orgueil, quant il lui plaist, Hist. de du Guesclin. p. 464, dans LACURNE dans SELLE
Et qu'il ne payeroit rançon, fors que il meismes se voudroit tauxer, Hist. de Guesclin, p. 298, dans LACURNE dans TAXER