Clément MAROT (1496 - 1544)

Citations

Sans tristesse, sans abattement, 388 dans ABATTEMENT
Il y avait un abcès dans la poitrine qui s'est crevé, 364 dans ABCÈS
Il a les grand'eaux amassées En la mer comme en un vaisseau ; Aux abysmes les a massées, Comme un tresor en un monceau, IV, 272 dans ABÎME
Si que les nefs sans crainte d'abismer Nageoient en mer à voiles avallées, II, 249 dans ABÎMER
Dont plus n'auront crainte ne doute, Et deust trembler la terre toute, Et les montagnes abismer Au milieu de la haute mer, IV, 291 dans ABÎMER
Las ! quantes fois par rochers et par bois, Les chiens courans l'ont tenu aux abbois, IV, 82 dans ABOI
Quant aux menetriers et decepteurs, Celui qui terre et ciel domine, Les abomine, IV, 234 dans ABOMINER
Puis en passant au milieu de la plaine, De grans ruisseaux de sang s'abrevera, IV, 322 dans ABREUVER
En appelant d'Atropos trop irée Comme d'abus, II, 272 dans ABUS
Celui qui ne vise à la voie Par où il va, faut et s'abuse, III, 59 dans ABUSER
[Traitz] dont le cruel abuseur plein d'attraits A bien souvent faict mainte plaie amere, II, 280 dans ABUSEUR
Lors, que de cheres et grandes accollées, II, 174 dans ACCOLADE
C'est le saint nom du pape qui accolle Les chiens d'enfer, s'il lui plaist, d'une estolle, I, 257 dans ACCOLER
Bref, rien n'y faut sinon que ton plaisir Soit accordant à mon ardant desir, I, 333 dans ACCORDANT, ANTE
C'est mal accouplé, ce me semble, Vivre à l'aise et savoir ensemble, IV, 155 dans ACCOUPLER
Renjeunissez, saillez de vos cavernes, Vieux accroupis, par aage exanimés, II, 232 dans ACCROUPIR (S')
....où se sied et accule, Et là, seant, en toute pars specule, IV, 48 dans ACCULER
Plus que Cesar des Gaules acquereur, II, 311 dans ACQUÉREUR
... homme ne suit la guerre, Que pour honneur ou profit y aquerre, I, 358 dans ACQUÉRIR
Il eut enfin la paix par luy acquise ; Tant quise l'as, qu'enfin tu l'as acquise, IV, 199 dans ACQUÉRIR
Mais tu as eu par un don liberal De leurs francs cueurs un acquest general, II, 312 dans ACQUÊT
Mais Dieu ce bien ne m'a donné Que vostre chemin adonné Se soit icy...., II, 110 dans ADONNER (S')
Fut l'humain genre asprement estonné, Et tout le monde à l'horreur adonné [en proie], IV, 22 dans ADONNER (S')
Sçavoir voulut toutes sciences bonnes, Et qui est celle à quoy tu ne t'adonnes, IV, 199 dans ADONNER (S')
Et m'excuser, si pour le mien affaire Je ne suis point vers vous allé parler, dans Ménage. dans AFFAIRE
En guerre, en paix, en affaires urgents, Au gré des rois et profit de leurs gens, ib. dans AFFAIRE
Mais pour autant qu'il afiert aux amis Et serviteurs, jamais ne celer rien à leurs aymez, soit de mai soit de bien...., II, 72 dans AFFÉRENT, ENTE
Et si avoit, afin que l'entendez, Son arc alors et ses yeux desbandez, I, 344 dans AFIN
Par leurs mains seras souslevé, Afin que d'adventure Ton pied ne choppe et soit grevé Contre la pierre dure, IV, 306 dans AFIN
À fin qu'ils n'attirassent l'ire des dieux sur eulx, I, 19 dans AFIN
L'aigneau qui plus en son parc lui plaisoit, II, 218 dans AGNEAU
.... Voulut gaiger à Jecquet son compere, Contre un veau gras, deux aignelets bessons, I, 218 dans AGNELET
Ce villain mot de concluer M'a fait d'ahan le front suer, II, 196 dans AHAN
Ne vois tu point comment ahane Athlas ?, IV, 71 dans AHANER
Plus ne paistrez le trefle fleurissant, Ne l'aigre feuille au saule verdissant, IV, 7 dans AIGRE
Rondeau où toute aigreur abonde, Va veoir la douceur de ce monde. Telle douceur t'adoucira, Et ton aigreur ne l'aigrira, II, 416 dans AIGREUR
Telle douceur t'adoucira, Et ton aigreur ne l'aigrira, II, 416 dans AIGRIR
Ne pensez point que ne soyez aymable, III, 129 dans AIMABLE
Si quelque ennuy ne vient ramentevoir Le povre humain d'invoquer Dieu, qui l'ame...., II, 266 dans AIMER
Mais ains que fusse entré au gouffre noir, Je voy à part un autre vieil manoir, I, 248 dans AINS
Mille ans ains sa venue, IV, 201 dans AINS
[Le vent] barbe et cheveux tous blancs me fait branler, Ne plus ne moins que feuilles d'arbre en l'air, I, 395 dans AIR
Ne pleurons plus si ce n'est de grand'aise, Puis qu'en vers nous l'ire de Dieu s'appaise, Tant nous aymant, que de mortel mesaise Tire le roy, II, 272 dans AISE
Des tristes tristeur destournoit, Et l'homme aise en aise tenoit, III, 232 dans AISE
Et s'il te plaist, menu les briseras, Aussi aisé comme un vaisseau de terre, IV, 228 dans AISÉ, ÉE
Et quant orrez ces miens presens alarmes, Ayez bon cueur et contenez vos larmes, II, 55 dans ALARME
À peine sera jamais crainct Le combattant qui est contrainct D'emprunter, quand vient aux alarmes, De son adversaire les armes, II, 199 dans ALARME
Ainsi tu scez combien par faux alarmes, La mort a fait, pour toi, jeter des larmes, III, 8 dans ALARME
Et de prieres et de larmes, Leur donnois souvent force allarmes Pour les gagner...., IV, 180 dans ALARME
Elle a très bien cette gorge d'albastre, Ce doux parler, ce cler taint, ces beaux yeux, III, 78 dans ALBÂTRE
Et dont la petite folastre Dessus la gorge d'allebastre De sa dame, si doucement, III, 152 dans ALBÂTRE
L'un Bissipat, que neuf soeurs allaicterent, III, 308 dans ALLAITER
Comment te va ?, I, 198 dans ALLER
Et par les champs ne voy aucun berger Qui pour la nuit ne s'en voise heberger, I, 319 dans ALLER
Mal t'en ira, II, 14 dans ALLER
Or t'en va, quand et où il te plaira, II, 183 dans ALLER
Il s'en va nuict, et des hauts monts descendent Les umbres grands, qui parmi l'air s'espandent, IV, 7 dans ALLER
Le temps, pour vray, efface toutes choses ; Au long aller mes tristesses encloses Effacera...., I, 359 dans ALLER
Encor posé le cas que l'eusse faict, Au pis aller n'y cherroit qu'une amende, II, 89 dans ALLER
Mais certes monsieur auroit honte De t'allouer dedans le compte De ses plus jeunes apprentifs, II, 199 dans ALLOUER
Dont à l'heure Thony s'en vint sur le pré grand alleure Nous accorder, I, 221 dans ALLURE
Ô Dieu, ton parler d'efficace Sonne plus cler que fin alloy, IV, 340 dans ALOI
Et les vivans, contens de la pasture, Produicte alors sans labour ne culture...., IV, 17 dans ALORS
Ne prisant rien que l'avare amasseur, IV, 244 dans AMASSEUR
Il m'est permis de vous dire combien Elle me couste, et quel emble elle va, III, 149 dans AMBLE
À vous elle est trop plus douce que miel, Aux desloyaux plus amere que fiel, I, 287 dans AMER, ÈRE
Or est ma cruelle ennemie Vengée bien amerement, II, 243 dans AMÈREMENT
Voy mes compaings lesquels ont de coustume Faire grands plaints de pareille amertume, I, 316 dans AMERTUME
Sçais-tu pas bien qu'amour a de coustume D'entremesler ses plaisirs d'amertume ?, I, 340 dans AMERTUME
Dieu te gard, douce, amiable Calandre, III, 115 dans AMIABLE
Croistre je voy d'un costé ta douleur, Et amoindrir d'un autre ta couleur, II, 217 dans AMOINDRIR
Amour est fin, et sa parole farde Pour mieux tromper : donnez-vous en donc garde, I, 337 dans AMOUR
Ceux qui font tant de clamours, Ne taschent qu'à eux complaire Plus qu'à leurs belles amours, II, 350 dans AMOUR
La chanson fut bien ordonnée Qui dit : m'amour vous est donnée, dans MÉNAGE dans AMOUR
Pour estre moyne au temple d'amourettes, I, 181 dans AMOURETTE
Si ta promesse amoureusement faite Estoit venue à fin vraye et parfaicte..., I, 342 dans AMOUREUSEMENT
Chanter versets d'amoureuses leçons, I, 192 dans AMOUREUX, EUSE
Demande à tous ces vieils routiers Qui ont esté vrays amoureux, I, 199 dans AMOUREUX, EUSE
L'encre de mer se fiche au pré tout vert, Fortune ainsi l'a voulu et souffert, IV, 27 dans ANCRE
Comme nature est en peché ancrée Par art d'enfer...., II, 362 dans ANCRER
Et pour aneantir Ce desir qui tant dure, Il vous faudroit sentir La peine que j'endure, II, 357 dans ANÉANTIR
Et jà ne faut laisser aneantir Mes grans combats executés en Tyr, IV, 129 dans ANÉANTIR
Dans le XVIe siècle, anglois signifiait créancier : Un bien petit de près me venez prendre, Pour vous payer ; et si devez entendre Que je n'euz onc anglois de vostre taille, II, 372 dans ANGLAIS, AISE
S'on l'avoit animé [irrité], Rude estoit en defense, III, 256 dans ANIMER
Ariere donc, royne Pantasilée, Maintenant est ta gloire anichilée, II, 308 dans ANNIHILER
Le celeste annonceur [Mercure], IV, 95 dans ANNONCEUR
Eschappé suis d'elle secretement, Et suis venu vers toi apertement, I, 340 dans APERTEMENT
Ce venerable Ilot fut averti De quelque argent que m'avez departi Et que ma bourse avoit grosse apostume, Ép. au roi pour avoir été dérobé par mon valet. dans APOSTUME
Cacher mon dueil, afin que mieux appere, II, 390 dans APPAROIR
Or voy-je bien, amy, et bien appert Que maugré toi en cestuy bois desert Suis demourée, II, 5 dans APPAROIR
En lieu d'appaist et bonne nourriture, Ils vont donnant esventée pasture à leurs troupeaux, I, 315 dans APPÂT
C'est le tumbeau, là où les vers s'appastent Du bon vieillard...., III, 260 dans APPÂTER
.... Non : mais afin que si bien j'en apprinse Que toy, qui ès des pastoureaux le prince, Prinsses plaisir à mon chant escouter, I, 221 dans APPRENDRE
Indigne est bien, quand il veult approucher L'honneur de cil qu'homme ne deust toucher, II, 221 dans APPROCHER
Prince, le temps et le terme s'approche, II, 233 dans APPROCHER
Quand elle approche aux fleuves ou estangs. ... Et s'elle approche une ville ou bourgade, Le plus hardi se muce ou chet malade, III, 290 dans APPROCHER
.... Brisé lances, rompu les arcs, IV, 291 dans ARC
Car il estoit courroucé ardemment, IV, 253 dans ARDEMMENT
Qui plus est près, plus ardemment desire, I, 358 dans ARDEMMENT
Ardentement plus ne suis amoureux, II, 80 dans ARDEMMENT
Quand je vous aime ardantement, III, 131 dans ARDEMMENT
L'autre à sa dame estendoit la ramée Pour la garder de l'ardeur du soleil, 182 dans ARDEUR
[Le corbeau] Estoit jadis si blanc et argenté Qu'egal estoit aux colombelles coyes, t. IV, p. 84 dans ARGENTER
Quand du Roy Franc servant fidele estoit, Et general des argenteuses sommes, III, 307 dans ARGENTEUX, EUSE
Les fons du temple estoit une fontaine, Où decouroit un ruisseau argentin, I, 182 dans ARGENTIN, INE
Mercure donc s'assit auprès d'Argus, Tint et passa en propos et argus [disputes] Le jour coulant, parlant de plusieurs poinctz, IV, 49 dans ARGUS
Sur l'arbre sec s'en complaint Philomele ; L'aronde en fait cris piteux et tranchans, Compl. sur la mort de Louise de Savoie dans ARONDE
Amour a faict de mon coeur une bute, Et Guerre m'a navré de haquebute, I, 329 dans ARQUEBUSE
Un de ces deux hacquebutiers, Pour mal viser, faut lourdement, III, 59 dans ARQUEBUSIER
... Car ainsi que les roys, De nouveau mis en leurs nobles arroys, Mettent dehors en pleine delivrance Les prisonniers vivans en esperance, II, 283 dans ARROI
D'humeur je suis, comme tuile, asseché, IV, 262 dans ASSÉCHER
Car il me semble Que, quand faux-rapport desassemble Les amans qui sont assemblez, Si ferme amour ne les r'assemble, Sans fin seront desassemblez, II, 359 dans ASSEMBLER
Qui eut le cueur si bon, large et entier, Qu'en son vivant n'assembla bien aucun, III, 225 dans ASSEMBLER
Mais qui en Dieu son espoir asserra, IV, 270 dans ASSEOIR
[La pierre rebutée] A esté assise et plantée Au plus haut du principal coin, IV, 329 dans ASSEOIR
Plus matin que la garde Assise au point du jour, IV, 333 dans ASSEOIR
.... Mais il n'est que promesse, Quand on la sait saigement assigner En beau papier, VI, 259 dans ASSIGNER
Car mauldit est qui de grace devie : Mais à celui qui s'en veult assortir, La mort est fin et principe de vie, II, 322 dans ASSORTIR
Tout ainsi qu'entente, Espoir et attente Nous avons en toy, IV, 274 dans ATTENTE
Chacune soit d'en porter attentive, III, 302 dans ATTENTIF, IVE
Quand le dolent sa voix d'homme a senti Attenuer, et son chenu pelage Se transmuer en semblable pennage, IV, 75 dans ATTÉNUER
Car lorsque femme à un amant conteste, Son contester signe d'amour atteste, IV, 110 dans ATTESTER
Car la plus seure a bien crainte et grand peur De se trouver devant tel attrapeur, Citation du Dict. de Trévoux. dans ATTRAPEUR, EUSE
D'autant que plus plaisent les blanches roses, Que l'aubespin...., I, 220 dans AUBÉPINE
.... Qui est cil aujourd'hui, Qui ne voudra ensuivre ce bon maistre ?, I, 297 dans AUJOURD'HUI
Car, ce jour d'hui, il me convient aller Coucher là-haut vers cette haulte roche, I, 319 dans AUJOURD'HUI
Si pour moy avez du soucy, Pour vous n'en ai pas moins aussi, II, 328 dans AUSSI
Dueil et ennuy c'est tout l'advancement Que j'ay encor de vous tant amoureux, II, 332 dans AVANCEMENT
Car qui ne sçait avecques moy danser, Je ne le puis en m'amour avancer, I, 290 dans AVANCER
Jamais me suis-je en termes advancé Auprès de vous, qu'honneur et Dieu ensemble N'y fussent mis ?, I, 402 dans AVANCER
Quelque ennemy à ce bruit avancé, III, 50 dans AVANCER
Bien tost les fis de partir s'avancer [se hâter], IV, 312 dans AVANCER
Or prenons qu'ils soient maintenant Doctes et bons à l'advenant, IV, 184 dans AVENANT, ANTE
Aux femmes aussi mal advient Science, qu'un bast à un boeuf, IV, 167 dans AVENIR
Si Dieu ne l'avoit deffendu Et je fusse en mon advertin, Je donrois quinze à l'Aretin, Et si gaignerois la partie, II, 140 dans AVERTIN
Amy lecteur, sois adverty Qu'au latin n'a rien davantage Que ce qui est icy verty Par Marot en nostre langage, IV, 171 dans AVERTIR
Je crois qu'en vous n'a [il n'y a] point tant de rudesse, II, 326 dans AVOIR
Long temps y ha que je vis en espoir, Et que rigueur ha dessus moi pouvoir, II, 345 dans AVOIR
Mais il peut tout, et veut, et lui agrée, Qu'un fils sacré aye mere sacrée, II, 362 dans AVOIR
Espece n'est de tribulation, Qui n'ait icy sa consolation, IV, 201 dans AVOIR
Des nonnains la doulce babille, Leur habit sainct, le chant d'icelles, Leurs ceremonies tant belles, IV, 187 dans BABIL
Parce qu'il n'est pas usité, Ne commun qu'une femme ou fille Sçaiche tant, ne qu'elle babille Latin, ne gros, ne elegant, IV, 163 dans BABILLER
J'en laisserai du tout faire à l'Espaigne, De qui la main en nostre sang se baigne, I, 328 dans BAIGNER
Tout estoit mer ; et la mer qui tout baigne, N'a aucuns borts...., IV, 27 dans BAIGNER
Mais comme en l'eau elle [la grenouille] barbouille, Si fais-tu en l'art poëtique, III, 52 dans BARBOUILLER
Dont raison veut, qu'ainsi on les embarre, Et qu'entre deux soit mis distance et barre, Comme aux chevaux en l'estable hargneux, I, 248 dans BARRE
Après la course il faut tirer la barre ; Après bemol, faut chanter en becarre, II, 119 dans BARRE
Passe ces huys barrés de puissant fer, I, 252 dans BARRER
À ce seul mot un gros marteau carré Frappe un tel coup contre un portal barré Qu'il fait crousler les tours du lieu infame, I, 253 dans BARRER
Bas de stature, et de joye, et d'esbas, Bas de sçavoir, en bas degré nourri, Et bas de biens, dont il est bien marry, II, 90 dans BAS, BASSE
Il chantoit bien la basse contre, II, 134 dans BASSE-CONTRE
Alors dirois bassement à par moy : Pan, mon grand Dieu, veoit bien ce desarroy, I, 315 dans BASSEMENT
Vierge plus blonde qu'un bassin, IV, 180 dans BASSIN
Laurier, lierre et lis blancs honorez, Romarins vert, roses en abondance, Jaune soucie, et bassinets dorez, III, 302 dans BASSINET
Que le terme qui va devant Volontiers regist le suivant : La chanson fut bien ordonnée, Qui dit : M'amour vous ai donnée ; Et du bateau est estonné, Qui dit : m'amour vous ai donné, III, 58 dans BATEAU
Qu'au boeuf sied mieux d'estre basté, Qu'à un asne de porter mitre, III, 229 dans BÂTER
.... ou ne sçay quel baume artificiel, I, 267 dans BAUME
Au point du jour vey son corps amoureux, Entre deux draps, plus odorans que basme, II, 398 dans BAUME
Les propos de tous ces beuveurs, Que vous avez, buffons, baveurs, Vous fontils frenatique ?..., IV, 165 dans BAVEUX, EUSE
On a beau dire : une colombe est noire, II, 56 dans BEAU ou BEL, BELLE
Belle en qui gist ma mort ou mon secours, I, 353 dans BEAU ou BEL, BELLE
Et qu'ainsi soit, en amy vous conseille Que desormais vostre bec teniez coy, II, 55 dans BEC
.... par belliqueuses gestes J'ay surmonté tous humains aux harnois, IV, 124 dans BELLIQUEUX, EUSE
Ces deux belliqueux chevaliers, IV, 131 dans BELLIQUEUX, EUSE
À ton bras droit, Dieu ton seigneur et pere T'assistera aux belliqueux arrois, IV, 321 dans BELLIQUEUX, EUSE
Parquoi Dieu fait que toute nation, Sans fin te loue en benediction, IV, 286 dans BÉNÉDICTION
Mais quand j'ai veu ce qui en est, Je trouve que tu es benest, III, 164 dans BENÊT
L'homme tel, Dieu le benira, IV, 265 dans BÉNIR
Dont, sans fin, roy tant magnifique, Partout on benira, IV, 299 dans BÉNIR
Bacchus alors chappeau de treille avoit Et arrivoit pour benistre la vigne, II, 352 dans BÉNIR
Et quand jecté eurent de l'eau benie Sur leurs habits en grand cerimonie, IV, 32 dans BÉNIR
Du pain benist, du pain d'espice, I, 211 dans BÉNIR
Je l'attendois au benoistier, Pour lui donner de l'eau beniste ; Mais elle s'enfuyoit plus viste...., I, 206 dans BÉNITIER
Benoiste mort, ainsi te faut nommer ; Nul ne devroit souffrir la mort blasmer, I, 274 dans BENOÎT, OÎTE
Ô puissant Pan, que chascun bergier tient Pour son grand Dieu, qui seul de toutes parts Vas conservant nos loges et nos parcs, I, 310 dans BERGER, ÈRE
D'autre costé gracieuses bergieres à te louer se monstreront legieres, I, 318 dans BERGER, ÈRE
Mais dessus tout accroist ma passion Le dur regret que j'ay de Marion, Qui est, ô Pan, ton humble bergerette, Et du petit bergeret qu'elle alaicte, I, 312 dans BERGERETTE
Et nos brebis estant ez bergeries, Gardes si bien [Pan], qu'elles ne sont peries, I, 310 dans BERGERIE
Si me vaudroit l'estat de bergerie Plus qu'une grande et noble seigneurie, I, 377 dans BERGERIE
Ce que voyant le bon Janot mon pere, Voulut gaiger à Jacquet son compere, Contre un veau gras, deux aignelets bessons, Que quelque jour je feroie des chansons, I, 218 dans BESSON, ONNE
Bienheureuse est la main qui la ploya, Et qui vers moy de grace l'envoya ; Bienheureux est, qui apporter la sceut, I, 372 dans BIENHEUREUX, EUSE
Puis il trepigne et se fait une bigne ; Comme une guigne estoit rouge son nez, II, 352 dans BIGNE
Ô cueur remply de fallace et faintise ! Ô cueur plus dur que n'est la roche bise !, II, 5 dans BIS, BISE
Robin mangeoit un quignon de pain bis, VI, 263 dans BIS, BISE
Aussi n'est-il blason, tant soit infame, Qui sceust changer le bruit d'honneste femme, Et n'est blason, tant soit plein de louange, Qui le renom de folle femme change, II, 56 dans BLASON
De moy mesdit par tout injustement, Et me blasonne, I, 379 dans BLASONNER
Aux grands assauts acquiert on les honneurs, Et tant plus sont aigres les blasonneurs, Plus le constant a de los meritoire, dans BESCHERELLE dans BLASONNEUR
Dont je soulois (car je l'aimois adonc) Faire present à Heleine la blonde, I, 220 dans BLOND, BLONDE
.... Et Lycormas qui est aussi blond qu'or, IV, 69 dans BLOND, BLONDE
Vierge plus blonde qu'un bassin, IV, 180 dans BLOND, BLONDE
Est-ce encor de Barthelemie La blondelette... ?, I, 199 dans BLONDELET, ETTE
Son char s'enflambe ; intolerable peine Luy ont en l'air les bluettes donné, IV, 68 dans BLUETTE
Plus tost beuront [boiront] les Partes Araris, IV, 6 dans BOIRE
[Les rivières] Qui d'une part en la terre se boivent : Autres plusieurs en la mer se reçoivent, IV, 13 dans BOIRE
Un pastoreau n'agueres j'ecoutois, Qui s'en alloit complaignant par les bois, I, 309 dans BOIS
Tous leurs devis, ce sont haches, gros bois, Lances, harnois, estendars, gouffanons, I, 23 dans BOIS
Ce n'est pas tout d'avoir plaisante forme, Bordes, troupeaux, riche pere et puissant, III, 296 dans BORDE
Tandis rostir sa perdrix on faisoit.... [le gros prieur] La perdrix vire : au sel de broque en bouche La devora...., Épigr. contre un gros prieur. dans BOUCHE
Voudroit-il bien à bailleurs de bouccons Donner lui-mesme à garder ses flaccons ?, II, 318 dans BOUCON
Les propos de tous ces beuveurs, Que vous avez, buffons, baveurs, Vous font-ils frenatique [fou] ?, IV, 165 dans BOUFFON
En eau bouillant, IV, 24 dans BOUILLIR
Mon coeur serré au large boute : De ta pitié ne me reboute, Mais exauce mon oraison, IV, 231 dans BOUTER
Boutons serrez, roses ouvertes, Se passent trop legerement, III, 139 dans BOUTON
Or afin que sainctes et anges Ne prennent ces boutons estranges [de syphilis], III, 226 dans BOUTON
L'arbrisseau franc qui fleurit et boutonne, D'en voir le fruit esperance nous donne, I, 237 dans BOUTONNER
Chasser aux bois, voller aux grans prairies, Ouyr des chiens les abbois et brayries, II, 76 dans BRAIMENT
Devant l'image [de] Cupido Brusloit le brandon de detresse, I, 175 dans BRANDON
Jà de la mer la fureur à grans brasses Avoit couvert et mottes et terrasses, IV, 28 dans BRASSE
Ce sont ceux-là [juges] qui en briefs jours Me mettront hors de tes obscurs sejours, I, 256 dans BREF, BRÈVE
N'en y a un, à parler court et brief, Qui lui soit plus intolerable et grief, I, 313 dans BREF, BRÈVE
Bruvage, IV, 247 dans BREUVAGE
Pour prendre au bric l'oyseau nice et foiblet, I, 254 dans BRICOLE
Et brefvement, je ne sçavois que faire, I, 324 dans BRIÈVEMENT
Lequel des deux t'a le plus gref esté, Ou la longueur du jour que desiras, Ou de la nuict la grande breveté, II, 293 dans BRIÈVETÉ
....Semble au brigand qui, sur les champs caché, L'innocent tue en caverne secrete, Et de qui l'oeil povres passans aguette, IV, 245 dans BRIGAND
Si tu dis vray, je te jure et promets, Par le haut ciel où je n'iray jamais, Que des enfers sortiras les brisées, I, 253 dans BRISÉES
Car bras et corps et du pied la brisure, Avec le coeur alloit tout de mesure, I, 281 dans BRISURE
La perdrix [il] vire ; au sel de broque en bouche La devora...., III, p. 64 dans BROC (DE BROC EN BOUCHE)
Et n'oubliez pas le broillart De vos receptes à monceaulx, V, 358 dans BROUILLARD
Sus, grand toreaux, et vous brebis petites, Allez au tect, assez avez brousté, III, 303 dans BROUTER
Et qu'il n'y ait gros canon raccourcy, Qui ceste nuit ne bruye par outrance, II, 296 dans BRUIRE
Tu dois en los par sus Mercure bruire, II, 378 dans BRUIRE
Un cler ruisseau bruyant près de l'umbrage, III, 293 dans BRUIRE
Sans fin bruira le nom et gloire de ce roy nompareil, IV, 299 dans BRUIRE
Allegez moy, douce, plaisant brunette, III, 119 dans BRUNET, ETTE
La brunete Marguerite, III, 135 dans BRUNET, ETTE
Le cimitiere est un verd bois, Et les murs, hayes et buissons, I, 182 dans BUISSON
Ou pas à pas, le long des buissonetz, Allois cherchant les nids des chardonnetz, Oeuvr. t. I, p. 176 dans BUISSONNET
Vrai est qu'elle fut buyssonnière. L'escolle de ceux de Pavie, II, 132 dans BUISSONNIER, IÈRE
Mieux vaut donc icy mettre but [fin], II, 202 dans BUT
De riches butins, I, 237 dans BUTIN
J'oy d'autre part le piverd jargonner, Siffler l'ecouffle, et le butor tonner, Eglogue au roi. dans BUTOR
Amour a faict de mon coeur une bute, I, 329 dans BUTTE
Me fut advis, que le grand dieu Mercure, Tenant en main sa verge et caducée De deux serpens par ordre entrelassée...., II, 10 dans CADUCÉE
Afin qu'on vist en main son caducée, Qui gens endort, IV, 94 dans CADUCÉE
Incontinent que Viscontin mourut, Son ame entra au corps d'une calendre.... Ores qu'il est calendre devenu, Il contrefait tous les oyseaux du monde, III, 33 dans CALANDRE
Et demande au petit Roger, Si ceux que l'on fit desloger Hors des villes, croyoient campos, II, 139 dans CAMPOS
Avecques un psaume ou cantique En son labeur se soulager, IV, 25 dans CANTIQUE
Allez sur mule avecques une housse, Ainsi tousés [tondu] qu'un moine ou capelan, II, 365 dans CAPELAN
Minos le juge est de cela soigneux, Qui devant lui, pour entendre le cas...., I, 248 dans CAS
C'est un grand cas, dije lors, s'il n'advient Quelque mechef bien tost en cestuy regne, III, 300 dans CAS
Autres manieres de chansons, Leans on chante à voix contraintes, Ayans casses et meschans sons, I, 184 dans CAS, CASSE
Puis ma voix rauque et casse Empescheroit que bien ne les contasse, I, 314 dans CAS, CASSE
Car la fortune est pour un verre prise, Qui tant plus luit, plus tost se casse et brise, I, 329 dans CASSER
Mais laquelle peut-ce estre ? Serait-ce point vostre port tant adextre ? Ou ce parler tant doux et gracieux ?, I, 351 dans CE
Mais à quel juge est-ce que nous irons, Si n'est à vous ?, II, 211 dans CE
Le temps est bon pour les douleurs defaire De ceux qui n'ont constance de ce faire, I, 284 dans CE
La picque au poing, les tranchantes espées Ceinctes à droit...., II, 21 dans CEINDRE
Si j'aime bien les blanches ceinturettes, J'aime bien mieux dames qui sont brunettes, II, 31 dans CEINTURE
Or m'ont les dieux celestes et terrestres Tant fait heureux...., I, 222 dans CÉLESTE
Mais qui est cil ne celle en cestui monde, En qui douleur par faux rapport n'abonde ?, I, 383 dans CELUI
Droict au cerceau, dont la rondeur...., IV, 83 dans CERCEAU
Ne vueille aucun autour des doigts cercler Verte esmeraude ou diamant très cler, IV, 148 dans CERCLER
Or sus, esprit, temps est que donnes cesse à ta douleur et fascheuse tristesse, I, 319 dans CESSE
Je ne l'ay plus, par mort il a pris cesse, II, 67 dans CESSE
.... Ne que je cesse à louer ton haut nom, I, 225 dans CESSER
Sire, il te plaist trois poissons bien aymer : Premierement, le bienheureux dauphin : Et le chabot qui noue en la grand mer [allusion aux armes de l'amiral Chabot], III, 10 dans CHABOT
Vien-ça chacun, je te veux faire entendre Et te monstrer la voye où tu dois tendre, IV, 270 dans CHACUN, CHACUNE
Justes humains, menez joie orendroit Chacun de vous, qui avez le cueur droit, Aussi un chacun et chacune, ô Roy, t'honorera, IV, 297 dans CHACUN, CHACUNE
.... Faisoit sonner chalumeaux, cornemuses, I, 166 dans CHALUMEAU
De chansons mondaines et sales, IV, 204 dans CHANSON
Pour dire sainctes chansonnettes, IV, 205 dans CHANSONNETTE
Et rossignols au gay courage.... Chantent leur joly chant ramage, I, 177 dans CHANT
Tu es le seul dieu que j'honore, Aussi sans fin te chanterai, IV, 330 dans CHANTER
Et sur la harpe chanteresse Confesserai qu'il n'est Dieu tel...., IV, 286 dans CHANTEUR, EUSE
Bacchus alors chappeau de treille avoit, II, 352 dans CHAPEAU
.... Ou pour jetter des fruits jà meurs et beaux à mes compaings, qui tandoient leurs chappeaux !, I, 217 dans CHAPEAU
Mais fauxdanger gardoit sur le derriere Un portail fait d'espines et chardons, I, 172 dans CHARDON
... ou pas à pas le long des buissonnetz Allois cherchant les nidz de chardonnetz, I, 217 dans CHARDONNERET
Mais Rome tandis bouffera Des chevreaux à la chardonnette [cardon], II, 134 dans CHARDONNETTE et CARDONNETTE
.... Prise ses doigts, prise ses bras polys, Semblablement ses espaules charnues, IV, 39 dans CHARNU, UE
Et ainsi triste, en haste s'en alloit Par maint carroi [chemin], par maint canton et place, II, 278 dans CHARROI
Pour aller veoir Jesus Christ nostre chef, I, 274 dans CHEF
Ou si au chef lui trouvez attaché Chappeau de fleurs, qu'il luy soit arraché, I, 362 dans CHEF
Et n'est doctrine escripte, ne verballe, Qu'un vrai poete au chef ne deust avoir, II, 169 dans CHEF
Si luy a dit à chef de temps ainsi : Que cherches-tu en ce palais icy ?, IV, 58 dans CHEF
Avec les caphardes paroles De ces moines à testes folles Qui vous chevalent [tâtonnent] pour leur bien, IV, 187 dans CHEVALER
.... L'enferme et clost : et du rude chevestre Lye son col, qui n'a merité d'estre Ainsi traicté, IV, 46 dans CHEVÊTRE
Ny dessous moy, pauvres chevres chetives, Plus ne paistrez le trefle fleurissant, IV, 7 dans CHÈVRE
De moy auras un double chalumeau.... Lequel à peine ay eu pour un chevreau, III, 295 dans CHEVREAU
D'un lieu loingtain mene cy mes chevrettes Accompagnées d'aigneaux et brebiettes, IV, 2 dans CHEVRETTE
Mes pieds à ceux des chevreux [il] fait egaux, Pour monter lieux difficiles et hauts, IV, 255 dans CHEVREUIL
Encor posé le cas que l'eusse faict, Au pis aller n'y cherroit qu'une amende, II, 89 dans CHOIR
Par leurs mains seras souslevé, Afin que d'adventure Ton pied ne choppe, et soit grevé Contre la pierre dure, IV, 306 dans CHOPPER
Quel qu'il soit, il n'est point poete, Mais fils aisné d'une chouette, Ou aussi larron pour le moins, Épigram. dans CHOUETTE
Le ciel ou poisle [de l'autel] est un cedre embasmant Les coeurs humains, I, 173 dans CIEL
J'ay circuy du monde grand partie, I, 163 dans CIRCUIR
Car circui m'ont les chiens pour me prendre, IV, 262 dans CIRCUIR
Mercure ainsi d'Athenes sur les tours Faisoit en l'air maints circuis et maints tours, IV, 93 dans CIRCUIT
Monsieur l'abbé et monsieur son valet Sont faits egaux tous deux comme de cire, III, 63 dans CIRE
Au lieu que je declaire, Le fleuve Lot couve son eau peu claire, I, 258 dans CLAIR, CLAIRE
.... Chanta les vers que dessus declarons, Plus haut et cler que trompes et clairons, II, 282 dans CLAIRON
Petits plaisirs, longues clamours, Or taschons à trouver la chose Que je cherche au temple d'Amours, I, 191 dans CLAMEUR
Mais les langues qui sonnent Comme un cliquet, toujours le bruit me donnent De tous escrits, tant soient lourdement faits, II, 53 dans CLIQUET
Mais mieux me vaut rendre ma lettre close, II, 23 dans CLORE
Clouez tout court, rentrez de bonne sorte : Maistre passé serez certainement En un rondeau, II, 373 dans CLORE
En liberté maintenant me pourmaine, Mais en prison pourtant je fus cloué, II, 425 dans CLORE
De toy, o Pan, qui augmentas son clos, I, 218 dans CLOS
Là d'un costé auras la grand closture De saulx [saules] espez...., I, 219 dans CLÔTURE
Tandis que j'estois par chemin, L'estat [des pensions] sans moy print sa closture, III, 5 dans CLÔTURE
[ils] Sont venus voir la royalle cohorte, Amour, triumphe, et beauté souveraine, II, 250 dans COHORTE
Quand marys gardent leurs femelles, Ils ont droit, je m'en tais tout coy, III, 68 dans COI, COITE
[Vénus] Le transmit [un chapeau de roses] à son cher enfant, Qui de bon coeur le va coiffant, I, 74 dans COIFFER
Toutes choses qui sont coiffées, Ont moult de lunes en la teste, II, 128 dans COIFFER
Et qu'autre chose il n'ha, sans point mentir, Qu'une rostie à sa colation, t. III, p. 66 dans COLLATION
On a beau dire, une colombe est noire, Un corbeau blanc...., II, 56 dans COLOMBE
Mais au coussin plume très blanche et pure D'un blanc coulomb le grand ouvrier a mis, II, 261 dans COLOMBE
L'une plantoit herbes en un verger ; L'autre paissoit coulombs et tourterelles, III, 296 dans COLOMBE
.... Un char Conduit par douze colombelles, I, 174 dans COLOMBELLE
Pleust or à Dieu, pour fuir mes malheurs, Que je vous tinse à mon commandement !, II, 333 dans COMMANDEMENT
Il n'a point cerché ambitieusement les commandemens et honneurs, 703 dans COMMANDEMENT
Car suyvre faut la reigle et loy de Christ, Comme il l'a baillée par escrit, I, 272 dans COMME
La plus grosse beste qui soit, Monsieur, comme est-ce qu'on l'appelle ?, III, 144 dans COMME
Martin ne veut point de Catin ; Je le trouve aussi fin comme elle, III, 176 dans COMME
Qui ne sçait donc Amour bandé bien paindre, Me vienne voir, il apprendra comment, III, 138 dans COMMENT
Ô si je pouvois deux fois naistre, Comment je te servirois mieux !, III, 138 dans COMMENT
Mais de la tienne, Dieu mercy, Compaignon, tu ne m'en dis rien, I, 210 dans COMPAGNON
.... Ou pour jetter des fruits jà meurs et beaux, à mes compaings, qui tendoient leurs chappeaux !, I, 217 dans COMPAGNON
Et pour autant qu'oyr ne vouloit pas Les instrumens qui sonnoient par compas, I, 285 dans COMPAS
Sans compas [à tort et à travers, sans mesure], III, 33 dans COMPAS
Loyauté ronde, et mesurée Au compas [à proportion] de vostre beauté, III, 205 dans COMPAS
Sa bouche [il] veoit petite par compas, Dont le seul veoir ne le satisfaict pas, IV, 39 dans COMPAS
Estienne, ce plaisant mignon, De la danse du compagnon, Que pour vous il a compassée, M'a ja fait maistresse passée, II, 110 dans COMPASSER
Beauté en tout compassée [proportionnée, irréprochable], III, 223 dans COMPASSER
Si son nom propre à dire on me semond, Je respondray, qu'à son loz se compasse [répond], III, 282 dans COMPASSER
.... Ou en beau grec quelque oeuvre compassez, III, 283 dans COMPASSER
L'un que tourment poursuit et importune, Va complaignant sa mauvaise fortune, I, 311 dans COMPLAINDRE
Car ce sont cris, pleurs et complaintes, I, 184 dans COMPLAINTE
À Vulcan donc son dueil elle declaire, Qui tout subit, pour à Venus complaire...., I, 390 dans COMPLAIRE
Qui eust pensé que l'on peust concevoir Tant de plaisir pour lettres recevoir ?, I, 370 dans CONCEVOIR
Et quoy que feu à l'eau contraire soit, Humide chaut toutes choses conçoit ; Et par ainsi concorde discordante à geniture est apte et concordante, IV, 35 dans CONCORDANT, ANTE
En un bois, là je me confine, III, 39 dans CONFINER
En vray amour et science conficts, I, 256 dans CONFIRE
Par tes escrits tu me donnois ton coeur : ô don confict en mauvaise liqueur !, I, 363 dans CONFIRE
St Paul remonstre fort et ferme, Et la loi humaine conferme Qu'enfans obeïr sont tenus Aux peres dont ils sont venus, IV, 188 dans CONFIRMER
Aussi fut pris maint roy, maint duc et comte En ce conflit, dont je laisse le compte, I, 327 dans CONFLIT
Le bon vieillard, vrai confort des craintifs, II, 15 dans CONFORT
Malheureux est qui n'a aucun confort, II, 327 dans CONFORT
Un bon vieillard portant chere joyeuse, Confortatif, de parolle amoureuse, Et s'appelloit bon Espoir par son nom, I, 13 dans CONFORTATIF, IVE
Quand il revient, chacun est conforté, III, 20 dans CONFORTER
Mais j'ai honte pourtant, Dont tel opprobre on m'a peu imputer, Et que sur champ ne l'ay sceu confuter, IV, 54 dans CONFUTER
Sur elle en tomba une goutte [d'ambre], Qui tout à coup se congela, III, 153 dans CONGELER
Mais bel Accueil m'a faict d'assez bons tours, En me laissant maints baisers conquerir, II, 326 dans CONQUÉRIR
Puis quand il eut prins sur sa conscience Broc de vin blanc, du meilleur qu'on eslise, III, 64 dans CONSCIENCE
Mais dictesmoy en conscience, N'apprend-on sagesse ou science Qu'en livres françois seulement ?, IV, 155 dans CONSCIENCE
Si menterie en mes propos je mets, Je me consens qu'il face que jamais Je ne le voye, IV, 54 dans CONSENTIR
Si le latin je veux apprendre, Pour parler avec tant d'autheurs Sages, sçavans, consolateurs, IV, 164 dans CONSOLATEUR, TRICE
Deucalion, comme moins estonné, R'asseure après et doucement console La femme simple, avec telle parole, IV, 33 dans CONSOLER
En Dieu je me console, Mon ame s'y attend, IV, 333 dans CONSOLER
Ô mon Dieu qu'elle était contente De sa personne ce jour-là !, I, 201 dans CONTENT, ENTE
Et si ennuy me venoit contrister...., III, 78 dans CONTRISTER
Lui qui les eaux profondes En desert convertit, IV, 319 dans CONVERTIR
Respondez-moi quel estophe Est le grand aise à vostre avis ? Où le prenez-vous ? - En convis [repas], à boire et dormir tant qu'on peult, IV, 157 dans CONVI
Respondez-moy, quel estophe Est le grand aise ? à vostre avis Où le prenez-vous ? en convis, â boire et dormir tant qu'on peult, IV, 157 dans CONVI
Je te suppli m'excuser si du coq à l'asne vois sautant, II, 129 dans COQ-À-L'ÂNE
Lors eux, cuidans que fusse en grand credit, M'ont appellé monsieur à cry et cor, Épigr. dans COR
.... L'estrange merveille, Qui enfermée estoit en la corbeille, IV, 85 dans CORBEILLE
[Pallas] En corbillon tissu d'ozier attique, Avoit l'enfant Erichtone enfermé, IV, 85 dans CORBILLON
Quand vous serez hors d'aage, Et que vos nerfs sembleront un cordage, II, 55 dans CORDAGE
Tu n'as cousteau, serpe ne serpillon, Qui sceust coupper corde, ne cordillon...., II, 43 dans CORDE
Un usurier à la teste pelée D'un petit blanc acheta un cordeau Pour s'estrangler, III, 182 dans CORDEAU
Touchant son cueur, je l'ay en ma cordelle, Et son mari n'a sinon le corps d'elle, II, 397 dans CORDELLE
Car vous sçavez qu'à gorge blanche et grasse Le cordon noir n'a point mauvaise grace, II, 119 dans CORDON
Le génevois dit corporance, usité aussi dans le XVIe siècle : Car on dict, veu sa corporance, Que c'eust esté un maistre boeuf, Épit. de Jehan le Veau. dans CORPULENCE
Seroit-ce point vostre bonté tant sage, Ou la hauteur de ce tant beau corsage ?, I, 351 dans CORSAGE
Elle vous avoit un corset D'un fin bleu lassé d'un lasset Jaune qu'elle avoit fait exprès, I, 201 dans CORSET
[Tu croiras que mon absence] Vient par sentir la coulpe qui me poinct D'aucun mesfait : mais ce n'est pas le poinct, II, 165 dans COULPE
Il en a faict son coup d'essay, II, 144 dans COUP
Pour belle femme l'on visite à tous les coups un laid mari, II, 189 dans COUP
Pour si à coup [soudain] de nous ne l'estranger, II, 294 dans COUP
Ô le bon gain de mort qui nous delivre Tout à un coup de tribulation, II, 322 dans COUP
À la compaigne, à coup, à coup, Hau capitaine pinsemaille, II, 132 dans COUP
Les innocens, qui en tels lieux damnables Tiennent souvent la place des coulpables, I, 254 dans COUPABLE
Quand on te voit, il vient à maints Une envie dedans les mains De te prendre avec les gants doubles Pour en donner cinq ou six couples De souffletz...., III, 45 dans COUPLE
[Les choses élémentaires] Qui lors estoient ensemble mal couplées, Et l'une et l'autre en grand discord troublées, IV, 12 dans COUPLER
Plustost le Rosne en contre-mont courra, I, 225 dans COURIR
Lors que la peur aux talons met des ailes, L'homme ne sçait où s'enfuir, ne courre, III, 8 dans COURIR
Ma blanche colombelle belle Souvent je vais priant, criant, dans COURONNÉ, ÉE
Pour pavillon, qui d'un tel roy soit digne, Tu tends le ciel, ainsi qu'une courtine, IV, 311 dans COURTINE
Ainsi pour vous, oyseaux du ciel, Ne sçauriez faire une couvée, t. II, p. 355 dans COUVÉE
.... Puis de Mouy les nobles et gentils Et de Boucal les hommes peu craintifs, II, 21 dans CRAINTIF, IVE
Devant le Dieu de Jacob, quand il veut, Terre tremble craintive, IV, 324 dans CRAINTIF, IVE
À tous qui sont de t'offenser craintifs, Grans biens as fait, depuis les plus petits Jusqu'à ceux de grand aage, IV, 326 dans CRAINTIF, IVE
En espesseur la terre les surpasse [ces éléments], Et emporta la matiere plus crasse Du lourd monceau, IV, 13 dans CRASSE
Je vous supply de prendre, pour tout mets, Un cristalin miroir, que vous transmets, I, 373 dans CRISTALLIN, INE
Je croy en Dieu le pere tout-puissant.... Je croy la saincte et catholicque Eglise Estre des sainctz et des fideles une Vraye union, entre eux en tout commune.... Finalement croi la vie eternelle, IV, 342 dans CROIRE
Le chemin n'est ny fascheux, ny crotté, II, 29 dans CROTTER
À ce seul mot, un gros marteau carré Frappe tel coup contre un portal barré Qu'il fait crousler les tours du lieu infame, I, 253 dans CROULER
Saint Paul, estant de son dire croyable, I, 278 dans CROYABLE
Roses aussi de diverses couleurs, S'on ne les cueult, sans profiter perissent : Et s'on les cueult, les cueillans les cherissent, II, 288 dans CUEILLIR
Les forts chevaux qui de peur tresbuscherent, Culebutans tous ensemble, arracherent Leurs cols du joug, IV, 72 dans CULBUTER
Terre portoit les fruicts tost et à poinct Sans cultiver, IV, 17 dans CULTIVER
Et les vivans contens de la pasture Produicte alors sans labeur ne culture, IV, 17 dans CULTURE
Du Dieu vivant superbes adversaires, Qui monts sur monts s'efforcent cumuler, I, 271 dans CUMULER
Et si deliberay, Pour rencontrer cette dame pudique, De m'en aller au temple cupidique, dans LEROUX, Dict. comique. dans CUPIDIQUE
De Cupido le diadesme Est de roses un chapelet, I, 174 dans CUPIDON
On avait jadis le verbe cymbaler : Fuyez l'infâme inhumaine personne De qui le nom si mal cimbale et sonne Qu'abhorré est de toute oreille sainte, III, 54 dans CYMBALE
Mort ? ce dist-elle, enda, je n'en crois rien ; Je l'ay veu vif depuis ne sçais combien, III, p. 184 dans DA
Ne celui don n'est don d'aucune chose, Mais plustost dam [tourment], si ce mot dire j'ose, III, 315 dans DAM
Ce sera l'homme bien tenant, Fust à son dam, la foy promise, IV, 252 dans DAM
Je dy qu'il n'est desplaisir que plaisance, Veu que la fin n'en est que dampnement, III, 286 dans DAMNEMENT
Le pauvre Adam damné très justement Il a sauvé et sa posterité, IV, 346 dans DAMNER
Avez-vous donc les coeurs moins damoyseaux Qu'aspics, ne loups, et tels gentils oyseaux ?, II, 50 dans DAMOISEAU
Ô vous, dames et damoiselles, Que Dieu fist pour estre son temple, II, 204 dans DAMOISELLE
Heureuse mort, ton dard n'est que la clef Pour aller veoir Jesus-Christ nostre chef, I, 274 dans DARD
Et Cupido de sa darde, qui point, à tous humains fait la guerre mortelle, I, 191 dans DARD
Sa dextre main jecte et darde un brandon Qui brusle et ard, sans merci ne pardon, II, 280 dans DARDER
.... Qu'onc ne souffris homme de [que] moi plus grand, IV, 124 dans DE
.... à homme plein d'outrage N'est de besoing tenir aucun langage, IV, 128 dans DE
C'est de toy, Dieu très haut, De qui atendre faut Vray secours et defense, IV, 230 dans DE
.... Et qu'est-ce que de l'homme ? D'avoir daigné de luy te souvenir, IV, 240 dans DE
Lors à Dieu chanteray louange ; Car de chanter j'aurai de quoy [sujet], IV, 250 dans DE
.... Et vaincras ceux qui diront du contraire, IV, 295 dans DE
Or est ainsi qu'envie et ignorance Ensemble font volontiers demourance, Pour desbander [décocher] contre les vertueux, I, 282 dans DÉBANDER
Et [l'Amour] si avoit, afin que l'entendez, Son arc alors et ses yeux desbandez, I, 344 dans DÉBANDER
Desbander l'arc, ne guerit point la playe, II, 298 dans DÉBANDER
.... Là où on oit, par maniere d'esbat, Sur les beautez chacun jour maint debat, IV, 107 dans DÉBAT
Comme un grand asne desbaté, III, 229 dans DÉBÂTER
[Jupiter] De son grand chef fit bransler et debatre L'horrible poil, duquel, par son pouvoir, Fait terre et mer et estoilles mouvoir, IV, 21 dans DÉBATTRE
Mon cueur, pourquoi t'esbahis ores ? Pourquoi te desbats dedans moi ?, IV, 286 dans DÉBATTRE
Deboursement, II, 98 dans DÉBOURSEMENT
Mais pas ne suis assez vindicatif Pour un tel cueur si faux et deceptif, I, 360 dans DÉCEPTIF, IVE
Au lieu desquels entrerent flaterie, Deception, trahison, menterie, IV, 18 dans DÉCEPTION
Ne faisons pas tant des plaisans ; Partout il y a decevance, I, 211 dans DÉCEVANCE
Brief ce monde est une deception, Qui nous deçoit sous un très plaisant masque, I, 304 dans DÉCEVOIR
.... Fait dechiffrer tel noisif altercas Par ces crieurs, dont l'un soustient tout droict, Droict contre tort, l'autre tort contre droict, I, 248 dans DÉCHIFFRER
Mesmes de verge il le blesse et dessire, II, 266 dans DÉCHIRER
Sa force fond ainsi qu'au feu la cyre, Dont tout bon cueur barbe et cheveux descire, II, 271 dans DÉCHIRER
Laquelle [flèche] lors, pour me rendre confus, Il descocha sur mon coeur rudement, I, 160 dans DÉCOCHER
Mais je ne m'en puis descoiffer [de cet amour] ; Je pense que c'est un enfer Dont jamais je ne sortiray, I, 204 dans DÉCOIFFER
Mon ennemi s'en fuit battu, Desconfit de corps et courage, IV, 241 dans DÉCONFIRE
Il ne faut plus que je me desconforte, Si j'ai du mal, II, 389 dans DÉCONFORTER
Francs et loyaux autour d'elle vacquons, C'est son decore [il s'agit de Renée de France]...., II, 318 dans DÉCOR
Le roy aymant la decoration De son Paris, entr'autres biens ordonne Qu'on y bastisse avec proportion, III, 62 dans DÉCORATION
Villon, Cretin ont Paris decoré [illustré], III, 160 dans DÉCORER
Et cestui-là, qui sa teste descoeuvre, En plaiderie a fait un grand chef-d'oeuvre, I, 249 dans DÉCOUVRIR
Ô viateur, ne te desdaigne mye Veoir cest escript et piteuse omelie, V. 354 dans DÉDAIGNER
Freres, oyez, je vous pry, ma semonce, Et retenez ce que j'ay cy deduit, I, 304 dans DÉDUIRE
Tant plus avant ceste lettre lisoye, En aise grand tant plus me deduisoye, I, 372 dans DÉDUIRE
Si te promets que bien m'estoit advis, Que tout le bien du monde et le deduit N'estoit que dueil, II, 2 dans DÉDUIT
À toi mon defendeur, Sauveur et amandeur De ma vie mauvaise, IV, 259 dans DÉFENDEUR, ERESSE
Pour autant il [le vin] m'est defendu, Dont tous les jours m'en croist envie, VI, 261 dans DÉFENDRE
C'est de toy, Dieu très haut, De qui attendre faut Vray secours et defense, IV, 231 dans DÉFENSE
Car tu es mon tres seur Bouclier et defenseur, IV, 230 dans DÉFENSEUR
Là où elle est, n'y a rien defloré [flétri, fané], III, 301 dans DÉFLORER
.... Qu'il l'abattit [le serpent], et lui cassa le suc ; Garde n'avoit de dire en ce defroc [désastre, désordre] : Chantons Noel tant au soir qu'on desjuc [le moment où les poules descendent du juchoir, le matin], II, 256 dans DÉFROQUE
Ha, dit Catin, le grand desgel s'approche, III, 148 dans DÉGEL
Que dirai plus ? grandes tours submergées, Cachées sont sous les eaux desgorgées, IV, 27 dans DÉGORGER
Et [Io] s'efforçant lamenter, de sa gorge Un cri de vache et mugissant desgorge, IV, 47 dans DÉGORGER
Chantons Noel tant au soir qu'au desjuc, II, 256 dans DÉJUC
J'ay delaissé par les herbeux pastis Boeufs et brebis et leurs aigneaux petits, I, 313 dans DÉLAISSER
Aime la loy d'amour tant delectable, IV, 111 dans DÉLECTABLE
En Dieu sera ta delectation, IV, 277 dans DÉLECTATION
C'est le plaisir où il se delectoit, III, 307 dans DÉLECTER
Je ne m'enquiers point Qui vous delecte, ou qui vous point, Mais de ce qui doit delecter, IV, 158 dans DÉLECTER
Que ce fol monde hault et bas se demaine, Et qu'à son vueil il se tourne et tempeste, I, 305 dans DÉMENER (SE)
....Ains tellement ennuy le pourmenoit, Que sans repos piteux cris demenoit, I, 309 dans DÉMENER (SE)
Au bon vieux temps un train d'amour regnoit, Qui sans grand art et dons se demenoit, II, 21 dans DÉMENER (SE)
Et quant à l'advenir, De moy, dit-il, toute crainte demects, IV, 52 dans DÉMETTRE
.... Trois muis d'anneaux à Carthage transmis De très fin or, lesquels furent desmis Des doigts des morts, IV, 125 dans DÉMETTRE
Sentant la hart de cent pas à la ronde ; Au demeurant, le meilleur fils du monde, II, 93 dans DEMEURANT, ANTE
Ne pense pas, que l'amour et vrai zelle, Que te portons, jamais finisse et meure Pour ta trop longue et fascheuse demeure, II, 28 dans DEMEURE
Il est certain qu'au milieu d'elle Dieu fait sa demeure eternelle, IV, 91 dans DEMEURE
Que nous en chaut ? en douleur ils mourront, Et nos plaisirs tousjours nous demourront, I, 338 dans DEMEURER
Sur le beau temps ainsi tu partiras, Et en ton lieu regrets demoureront, II, 294 dans DEMEURER
Revenge n'en veux, ne demie, II, 243 dans DEMI, IE
Et comme on voit souvent l'obscure nue, Clere à moytié par celestes rayons, Ainsi nous est demy joie advenue, III, 77 dans DEMI, IE
Malgré leurs dens le neu est desnoué, II, 425 dans DÉNOUER
M'advertissans de la froide venue Du triste hyver, qui la terre desnue, I, 223 dans DÉNUER
Desnué d'esperance, II, 12 dans DÉNUER
S'elle estoit plus vieille d'un tiers, Je la prendrois plus volontiers, Car la depesche en seroit prompte, III, 178 dans DÉPÊCHE
Je la cognois, c'est une noire, Noire faite en despit des cieux, III, 94 dans DÉPIT
Quand il s'en va, son aller nous despite [chagrine], III, 20 dans DÉPITER
Mais ceste gent fut aspre et despiteuse, Blasmant les dieux, de meurdres convoiteuse, IV, 20 dans DÉPITEUX, EUSE
L'un va rithmant la Fere contre affaire, Et l'autre aussi frere contre desplaire, II, 208 dans DÉPLAIRE
Hors de sa trousse une sagette [il] tire De bois mortel, empenné de vengeance, Portant un fer forgé par desplaisance Au feu ardent de rigoureux refus, I, 160 dans DÉPLAISANCE
Je suis tant loing d'en estre en desplaisance, I, 303 dans DÉPLAISANCE
Amour a fait ma langue desployer, Et ma main dextre à t'escrire employer, I, 325 dans DÉPLOYER
Mais par defaut d'esprit celestiel, En t'aymant trop, tu me hays et deprimes, III, 284 dans DÉPRIMER
Dès lors retint et donna le droict nom De la pucelle à ses flustes rurales, IV, 51 dans DÈS
Le marinier qui prend terre et s'arreste, Pour la fureur de l'orage et tempeste, Desancre alors que les flots sont amis, II, 185 dans DÉSANCRER
.... Il me semble Que quant faux rapport desassemble Les amants qui sont assemblez, p. 318, dans LACURNE dans DÉSASSEMBLER
Dessous Bourbon fut son heur couronné ; Dessous Bourbon s'en va desavancé, I, 238 dans DÉSAVANCER
Toute la nuict je passay sans dormir Sur ce grand arbre.... et au matin.... Me descendy, triste, morne et pallie, II, 7 dans DESCENDRE
Lors montent [les marins] au ciel haut ; Puis aux gouffres descendent, IV, 318 dans DESCENDRE
Car [Dieu] terre adonc du ciel desempara, De terre aussi les eaux il separa, IV, 12 dans DÉSEMPARER
Du tout me veux desheriter De ton amour, car proufiter N'y pourrois pas par longue espace, II, 400 dans DÉSHÉRITER
Car j'ayme mieux dueil en obeissant, Que tout plaisir en desobeissant, I, 373 dans DÉSOBÉIR
Nostre repas deffaict, En desservant les metz à nous submiz, V, 353 dans DESSERVIR
Il chantoit bien la basse contre : Et les maris la malencontre, Quand les femmes font le dessus, II, 134 dans DESSUS
Dessus le soir, II, 131 dans DESSUS
Luy donnera, pour plus son cueur aiser, Quelque autre don par dessus le baiser, II, 279 dans DESSUS
Ne sçay si c'est par destination, Mais tant y a, que je croy, que fortune Desiroit fort de nous estre importune, I, 326 dans DESTINATION
Ce sont, pour vrai, choses determinées Par l'immuable arrest des destinées, I, 229 dans DESTINÉE
De fermeté le grand guidon suivrons, Le quel, pour vrai, fermeté a fait paindre De noir obscur, qui ne se peut destaindre, I, 338 dans DÉTEINDRE
Il n'est point de presteur, S'il veut prester, qui ne fasse un debteur, Ép. au roi pour avoir été dérobé. dans DETTEUR
Je me vois semblable à ceux qu'on devale au tombeau, Ps. 143 dans DÉVALER
Du manteau vert les prez se devestirent, III, 297 dans DÉVÊTIR
Là elle veoit une lumiere telle, Que, pour la veoir, mourir devrions vouloir, III, 301 dans DEVOIR
Amour a fait ma langue desployer, Et ma main dextre à t'escrire employer, I, 325 dans DEXTRE
Il me disoit en me tenant la dextre, II, 105 dans DEXTRE
Les dames sont comme un petit sion, Qui tousjours ploye à dextre et à senestre, II, 393 dans DEXTRE
L'aage me conduisoit Sans peur, ne soin, où le coeur me disoit, I, 216 dans DIRE
Et croyez à mon dire, ô charité, ô bonté indicible !, I, 265 dans DIRE
.... Pour vous certes, je treuve Facile chose à faire un impossible, Et fort aisée à dire un indicible, I, 359 dans DIRE
.... Quand tout est dit [après tout], en tous les lieux Où je voulois tourner les yeux, Tout me rioit...., IV, 181 dans DIRE
Mes livres tant beaux diseurs, IV, 165 dans DISEUR, EUSE
Puis que voulez que je poursuive, o sire, L'oeuvre royal du Pseautier commencé : .... D'y besongner me tiens pour dispensé [autorisé], IV, 206 dans DISPENSER
N'ai os qui n'ait la jointure dissoute, IV, 261 dans DISSOUDRE
Mais ceste vierge en voix mieux accordée Que orgues ne luz, chanta ce beau dicté, II, 263 dans DITTIER
Lui qui les eaux profondes En desert convertit, Et les sources des ondes Asseche et divertit, IV, 319 dans DIVERTIR
Dieu tout-puissant te doint pour t'etrenner Les quatre coins du monde à gouverner, Tout pour le bien de la ronde machine Que pour autant que sur tous en es digne, Épître au roi pour avoir été dérobé par son valet dans DOINT
Qui est celuy doncques si inhumain, Qu'en tout ennuy ne loue ce bon Pere ?, I, 297 dans DONC
Qui dira donc, qu'un seul cas fortuit Soit entre nous, il n'est pas bon chrestien, I, 299 dans DONC
Ma mignonne, Je vous donne Le bon jour, II, 114 dans DONNER
Je donrois quinze à l'Aretin, Et si gaignerois la partie, II, 140 dans DONNER
En maint bon lieu j'ay donné mainte chose, Que l'on prenoit, sans penser le donneur Pretendre rien du prenant que l'honneur, I, 401 dans DONNEUR, EUSE
Et n'has-tu pas ton franc arbitre Pour sortir d'ond tu es entré ?, I, 204 dans DONT
Je pense que c'est un enfer, Dont jamais je ne sortiray, ib. dans DONT
Anne, ma soeur, d'ont me vient le songer Qui toute nuit par devers vous me maine ?, III, 111 dans DONT
Un fascheux corps vestu d'un satin gras, Un satin gras doublé d'un fascheux corps, III, 84 dans DOUBLER
Chanter doucettement, II, 249 dans DOUCETTEMENT
Icy chez luy, où par devote emprise Fonda, bastit, et doua ceste eglise, III, 246 dans DOUER
Les fleuves doux, et les undes sallées, II, 58 dans DOUX, DOUCE
Nous sommes druz ; chagrin ne nous suit mye, II, 231 dans DRU, DRUE
Composons luy (je vous prie) un libelle, Qui pique dru, et qui morde à loisir...., II, 387 dans DRU, DRUE
Mais quelle durté est soubs vos peaux tant doucettes ?, III, 16 dans DURETÉ
Automne aussi, qui les membres tachés Avoit par tout de raisins escachés, IV, 58 dans ÉCACHER
Elle vous avoit puis après Mancherons d'escarlate verte, Robbe de pers large et ouverte, I, 201 dans ÉCARLATE
Nymphes adonc, pleurans eschevelées, IV, 68 dans ÉCHEVELÉ, ÉE
[Phebus] Pleure, et pleurant tant se despite et deult, Que plus au monde esclairer il ne veult, IV, 76 dans ÉCLAIRER
Hero tandis, qui des creneaux esclaire, De son manteau couvroit la lampe claire, IV, 116 dans ÉCLAIRER
La vertu propre en cestui cas, c'est force, Qui dueil abat et les tourmens efforce [leur ôte la force], I, 382 dans EFFORCER (S')
Foible suis pour te conquester Un chasteau de si grand effort, II, 240 dans EFFORT
Fossez profonds et murs de grans efforts N'environnoient encor villes ne forts, IV, 16 dans EFFORT
Tous les ruisseaux l'entrée de leurs sources Laschent à plein, et d'un cours effrené Tout à l'entour des grans mers ont tourné, IV, 27 dans EFFRÉNÉ, ÉE
...Si l'on prend à Jesus-Christ esgard, On verra bien qu'il est distinct du monde, I, 301 dans ÉGARD
Tout nostre esgard soit mis en lieux celeste, I, 305 dans ÉGARD
À ses enfans la pierre pour du pain Ne donne point ; mais sa benigne main Nous eslargit ce qui est necessaire, I, 297 dans ÉLARGIR
La noble Marguerite, Fleur d'eslite, III, 208 dans ÉLITE
Ell' n'en prendroit jamais, te di-je ; Car c'est une femme d'honneur, I, 207 dans ELLE
Et que veux-tu ? el' m'ayme bien, Je n'ai que faire de m'en plaindre, I, 210 dans ELLE
L'esloignement que de vous [loin de vous] je veux faire, N'est pour vouloir m'exempter et deffaire De vostre amour, encor moins du service, I, 357 dans ÉLOIGNEMENT
Besoin luy est d'eslongner la personne à qui son coeur enamouré se donne, I, 162 dans ÉLOIGNER
Pour t'en aller aux beaux champs elysées, dans MÉNAGE dans ÉLYSÉE
Quand Orpheus reviendroit d'elysée, ib. dans ÉLYSÉE
Vien, fusses-tu aux champs elysiens, dans MÉNAGE dans ÉLYSIENS
Devant l'autel, des cyprès singuliers Je vis fleurir soubz odeur embasmée, I, 175 dans EMBAUMER
D'un parler sainct, plein de deception, Le faux parjure est tousjours embouché, IV, 245 dans EMBOUCHER
Se leve, crache, esmeutit et se mouche, p. 379, dans LACURNE dans ÉMEUTIR
Mais je te prie, Tityre, compte moy, Qui est ce Dieu, qui t'a mis hors d'esmoy ?, IV, 3 dans ÉMOI
Les fondements des plus hautes montagnes Tous esbranlés s'esmurent grandement, IV, 253 dans ÉMOUVOIR
Les grans geants qui s'empeschent d'attaindre Jusques aux cieux pour nuire à Jupiter, III, 133 dans EMPÊCHER
Amour a fait ma langue desployer, Et ma main dextre à t'escrire employer, I, 325 dans EMPLOYER
Amy Gavan, on t'a fait le rapport Depuis un peu que j'estois trespassé : Je prie à Dieu que le deable m'emport S'il en est rien, ne si j'y ai pensé, III, 50 dans EMPORTER
.... Et de jour, pour plus d'infamie, Firent mon emprisonnement, II, 243 dans EMPRISONNEMENT
Besoin luy est d'eslongner la personne à qui son coeur enamouré se donne, I, 162 dans ÉNAMOURER
[Jésus] pendit en croix encloué pieds et mains, IV, 148 dans ENCLOUER
Le serviteur n'est de loyal affaire Prenant esbat, quand son seigneur endure, I, 298 dans ENDURER
Mais je ne m'en puis descoiffer ; Je pense que c'est un enfer Dont jamais je ne sortiray, I, 204 dans ENFER
Ne les riches maisons Avec leur gloire et enfumez blasons, III, 162 dans ENFUMER
Après cestui troisiesme succeda L'aage d'airain, qui les deux exceda D'engin mauvais, IV, 18 dans ENGIN
Si vous n'estes en bon poinct.... Quelque jour engresserez, III, 222 dans ENGRAISSER
Laissez à part vos vineuses tavernes, Museaux ardans, de rouge enluminez, II, 232 dans ENLUMINER
Petit ennuy un grand ennuy appaise ; Bref, sans ennui, trop fade seroit l'aise, I, 383 dans ENNUI
Telle ennuy cesseroit, I, 382 dans ENNUI
Veu que tous ceux qui le plus fort s'appuyent Sur leurs plaisirs, de leurs plaisirs s'ennuyent, I, 383 dans ENNUYER
.... Car chacun jour au camp sous leur enseigne Font exercice, et l'un à l'autre enseigne à tenir ordre et manier la picque, II, 20 dans ENSEIGNER
En obscure fosse [je] m'enserre, Comme ceux qui sont trespassez, IV, 337 dans ENSERRER
Tout ainsi qu'entente, Espoir et attente Nous avons en toi, IV, 274 dans ENTENTE
Tu me feras joye et liesse ouïr, Me revelant ma grace interinée : Lors sentiray croistre et se rejouïr Mes os, ma force, et vertu declinée, IV, 295 dans ENTÉRINER
Vous vous verrez hors la subjection Des infernaux, et de leurs entrefaites, I, 255 dans ENTREFAITES
Sçais tu pas bien qu'amour a de coustume D'entremesler ses plaisirs d'amertume ?, I, 340 dans ENTREMÊLER
J'entreprendrois voler jusqu'à la lune, III, 39 dans ENTREPRENDRE
Et furent les fols et hautains Comme feu d'espines esteints, IV, 328 dans ÉPINE
....Puis mourant dit adieu à ses enfants qui sur lui ont posée Cette epitaphe et la tombe arrosée, dans MÉNAGE, Rem. dans ÉPITAPHE
Ilz nourrissoient leurs grans troupeaux de songes, D'ergos, d'utrum, de quare, de mensonges, I, 276 dans ERGO
Les calamités des errants au desert, Ps. CVII dans ERRANT, ANTE
... à ma destre te sieds, Tant que t'aurai renversé et fait estre Tes ennemis le scabeau de tes pieds, IV, 321 dans ESCABEAU
Pour gouverner les esperitz loyaux, I, 162 dans ESPRIT
Car je suis tant, ô Pan, de deuil espris Que presque suis hors de tous mes esprits, I, 310 dans ESPRIT
Je l'aymerois mieux à l'essay, Avant qu'entrer en mariage, I, 203 dans ESSAI
Il te falloit un esprit poëtique, Non pas ma plume essorée et rustique, Pour te respondre...., II, 101 dans ESSORER
Quand je voy Barbe en habit bien duisant, Qui l'estomac blanc et poly descoeuvre...., III, 126 dans ESTOMAC
Tu y verras les oeuvres magnifiques De l'Eternel, IV, 208 dans ÉTERNEL, ELLE
Ses yeux perçans, qui de travers regardent, Incessamment estincellent et ardent, II, 279 dans ÉTINCELER
Tout habit gris est une cendre grise, Couvrant un feu qui tousjours estincelle, III, 126 dans ÉTINCELER
Ces oeuvres-là il reputa fient [fumier], Qui luy sembloyent auparavant si belles, Mais ce n'estoient que vaines estincelles, I, 78 dans ÉTINCELLE
Prestres et clercs, et gens de tous estophes, Hebreux et grecs, latins et philosophes, II, 216 dans ÉTOFFE
Pourtant, mon Dieu, parmi les gens estranges Te beniray en chantant tes louanges, IV, 256 dans ÉTRANGE
.... Pour tel mal estranger [chasser], Besoin luy est d'eslongner la personne, à qui son coeur enamouré se donne, 1, 162 dans ÉTRANGER
J'apperçois bien qu'amour est de nature estrange, .... Il se veut approcher quand de luy on s'estrange, VI, 262 dans ÉTRANGER
D'estre assis je n'ai plus d'envie : Il n'est que d'estre bien couché, II, 247 dans ÊTRE
Et fusse Helaine au gracieux maintien, Qui me vinst dire, amy, fais mon cueur tien, Je respondrois : point ne seray muable, II, 398 dans ÊTRE
Les fons du temple estoit une fontaine, Où decouroit un ruisseau argentin, I, 182 dans ÊTRE
Et recevoir vueillez aussi les gants, Que de bon cueur vous transmets pour l'estraine De l'an present, II, 73 dans ÉTRENNE
Mais par sus tout il mit son estudie à reparer son païs d'Arcadie, IV, 77 dans ÉTUDE
Hà, malheureux, vous vous estudiez à vous mocquer de...., IV, 251 dans ÉTUDIER
Las ! tu te tais, et aux miennes demandes Tu ne rens point responses reciproques ; Tant seulement aigres soupirs evoques Du coeur profond, IV, 48 dans ÉVOQUER
Puis je sens bien ma plume trop ruralle Pour exalter sa maison liberalle, II, 22 dans EXALTER
Voyez-le bien [mon coeur], il est, certes, exempt De faux penser, feintise ou trahison, I, 352 dans EXEMPT, EMPTE
Ce nonobstant, prendre n'exaucerai [je ne ferai l'éloge de prendre des dons] En mon escrit, et si confesseray, Que bien souvent, quand à femme l'on donne, Le refuser est chose honneste et bonne, I, 402 dans EXHAUSSER
L'oeil abaissé sur face extenuée, VI, 246 dans EXTÉNUER
L'un brusle et ard, l'autre est transi ; Qu'ai-je que faire d'estre ainsi ?, I, 212 dans FAIRE
Vautil pas mieux doncques que tu la comptes, Que d'endurer mille peines et hontes ? Certes si fait, I, 254 dans FAIRE
Cy dessous gist et loge en serre Ce très gentil fallot Jan Serre, p. 421, dans LACURNE dans FALOT, OTE
Entre les mains le mettrai d'une femme Qui appelée est renommée ou fame, I, 361 dans FÂME
Le long jeuner de tel façons les mine, Qu'à la parfin tomboient morts de famine, IV, 28 dans FAMINE
Et d'eau de fard son visage ne lave, IV, 148 dans FARD
Croyez de vray, que ma presente plainte N'est composée en courroux, ny en fainte ; Faindre n'est point le naturel de moy, I, 359 dans FEINTE
Incontinent, desloyalle femelle, Que j'aurai faict et escrit ton libelle, Entre les mains le mettray d'une femme Qui appellée est Renommée ou Fame, I, 361 dans FEMELLE
Mais quelle durté est soubs vos peaux tant doucettes ? Maint amant vous requiert ; respondez, femmelettes, III, 16 dans FEMMELETTE
La terre fend, et parmi ses fendaces La grand lueur jusqu'aux regions basses A penetré, IV, 70 dans FENDRE
Du bruit des voix tout l'air fendoit, IV, 291 dans FENDRE
.... Car d'aucun bien je ne fuz secouru De celle-là, pour qui j'estois feru, I, 160 dans FÉRIR
Tout doré est celuy [le trait] qui la procrée [l'amour], Et a ferrure aguë, clere et coincte, IV, 37 dans FERRURE
Vueilles aussi porter en chascun aage Perpetuel honneur de vert feuillage, IV, 43 dans FEUILLAGE
Là sur un lieu feutré d'herbe et de mousse...., IV, 78 dans FEUTRER
L'an vingt et sept, fevrier le froidureux...., III, 100 dans FÉVRIER
Tu crains, pour vrai, que mon affection Soit composée avecque fiction, I, 366 dans FICTION
Hymeneus, qui faict la fille femme, II, 289 dans FILLE
C'est trop souffert de peine et marrisson Pour le plaisir d'une jeune fillette, II, 237 dans FILLETTE
Laides et laids, visages deifiques, Filles et fils [garçons] en la fleur de jeunesse, I, 159 dans FILS
Le long jeuner de tel façon les mine, Qu'à la parfin tombent morts de famine, IV, 28 dans FIN
[Il] M'a ja fait maistresse passée [dans cette danse] De fine force, par mon ame, De me dire : tournez, madame, II, 110 dans FIN, FINE
Si en enfer il sçet quelques nouvelles De sa seurté, au fin fons il se fourre, III, 8 dans FIN, FINE
Si me voulez en donner une bonne [haquenée], Sçavez comment Marot l'acceptera ? D'aussi bon cueur comme la sienne [qui ne valait rien] il donne Au fin premier qui la demandera, III, 20 dans FIN, FINE
Finalement croi la vie eternelle, v, 342 dans FINALEMENT
.... Faisoit sonner chalumeaux, cornemuses Et flageolets, pour esveiller les muses, I, 166 dans FLAGEOLET
Fleur de quinze ans...., III, 104 dans FLEUR
[Molinet] aux vers fleuris, III, 305 dans FLEURIR
Plaise vous donc, noble fleuron royal...., II, 92 dans FLEURON
Jà le laurier te prepare couronne ; Jà le blanc lis dedans ton bers fleuronne, I, 228 dans FLEURONNÉ, ÉE
La grand cité triumphante en sçavoir..... Pleine d'esbats, et en paix florissante, IV, 97 dans FLORISSANT, ANTE
Le vent, s'il luy commande, Souffle tempestueux ; Et s'enfle en la mer grande Le flot impetueux, IV, 318 dans FLOT
....Et à flotte [troupe] petite De combatans, par moy fut desconfite.... Thebes cité antique, et ses vassaux, IV, 128 dans FLOTTE
.... Comme à ouyr la marine flotter Contre la rive...., I, 222 dans FLOTTER
Car tout rompu de cette impetueuse Emotion de la mer fluctueuse, IV, 120 dans FLUCTUEUX, EUSE
....car c'est celuy, par qui foisonnera Ton champ, ta vigne, et qui te donnera Plaisante loge entre sacrez ruisseaux, 1, 219 dans FOISONNER
Et dort la petite folastre Dessus la gorge d'alebastre De sa dame...., III, 152 dans FOLÂTRE
Qui voudra donc qu'à aimer je me fonde, Il faut premier que l'amour on refonde, II, 421 dans FONDER
Faible, failli, foulé, fasché, forclus, II, 12 dans FORCLORE
Autant comme il se povoit faire, Sans la loy chretienne forfaire, IV, 196 dans FORFAIRE
[Seigneur] Pardonnez-moi mon forfait, Car c'est un forfait extresme, IV, 267 dans FORFAIT
L'effet receu de tes premiers efforts, De tes hauts faits advenir nous faits forts, I, 236 dans FORT, ORTE
[Un homme si bas] Vous pourroit-il saluer hautement ? Fort lui seroit, car petite clochette A beau branler, avant qu'un haut son jecte, II, 90 dans FORT, ORTE
Tien-toy donc fort du seul Dieu triumphant...., III, 285 dans FORT, ORTE
Le Dieu, le fort, l'Eternel parlera, IV, 292 dans FORT, ORTE
Elles ont nez, et ne sauroient jouir D'odeur douce ne forte, IV, 325 dans FORT, ORTE
Le Dieu de Jacob c'est un fort Pour nous encontre tout effort, IV, 292 dans FORT, ORTE
.... Et des abus dont l'Eglise est fourrée, J'en parlerois, mais garde la bourrée, II, 52 dans FOURRER
[La terre était blanche] Par force espics plains de grain bel et franc, Prests à cueillir, IV, 17 dans FRANC, FRANCHE
....Ce qui est franc, s'y doit tenir Sans point vouloir serf devenir, IV, 190 dans FRANC, FRANCHE
Car quoique né de Paris je ne sois, Point je ne laisse à estre bon françois, II, 175 dans FRANÇAIS, AISE
Approche-toi, Charles, tant loing tu sois, Du magnanime et puissant roy françois, II, 303 dans FRANÇAIS, AISE
Ta langue brasse et fraudes et nuisances, IV, 293 dans FRAUDE
Certes tu es le plus cruel amant Qui onques fut, d'ainsi m'avoir fraudée, II, 5 dans FRAUDER
Tous deux aimons les livres frequenter, I, 369 dans FRÉQUENTER
L'an vingt et sept, fevrier le froidureux...., III, 100 dans FROIDUREUX, EUSE
Et pour l'ennuy, la froissure et l'ahan, IV, 71 dans FROISSURE
Las ! faudra-il qu'un gendarme impiteux Tienne ce champ tant culte et fructueux ?, IV, 6 dans FRUCTUEUX, EUSE
Et lors que plus jalousie se fume, Lors que Danger plus sa cholere allume, Et que Rapport plus se mect à blasmer, Lors se doit plus vraye amour enflammer, I, 349 dans FUMER
Ce que voyant le bon Jannot mon pere Voulut gaiger à Jaquet son compere, Contre un veau gras, deux aignelets bessons, Que quelque jour je ferois des chansons, I, 218 dans GAGER
Qui l'orroit plaindre aucune fois, On gageroit que c'est la voix De quelque dolente personne, III, 151 dans GAGER
Je fus.... Et fol jusqu'à la haute game, III, 227 dans GAMME
....Ains recevoir tout amiablement L'humble dieu gard' de vostre humble Clement, II, 187 dans GARDER
Mais pleust à Dieu (dit l'autre) qu'Astarot L'apportast saine, aussi-tost qu'un garrot, II, 29 dans GARROT
Monsieur l'abbé et monsieur son valet Sont faits égaux tous deux comme de cire ; L'un est grand fol, l'autre petit follet ; L'un veut railler, l'autre gaudir et rire, III, 63 dans GAUDIR (SE)
Souple et droite comme une gaule, I, 202 dans GAULE
C'est la geline, à qui l'on veut oster Tous ses poussins, et scorpions bouster Dessous son aisle, II, 318 dans GELINE
Si le franc coq, liberal de nature, N'est empesché avec sa gelinotte, Luy plaise entendre un chant que je lui notte, III, 48 dans GELINOTTE
La tourterelle en gemit et en mene Semblable dueil : et j'accorde à leurs chants, III, 298 dans GÉMIR
....Puis es cantons feu de genevre allument, Et leurs maisons esventent et perfument, III, 291 dans GENIÈVRE
Les vieilles gens tu rens fortes et vives : Les jeunes gens tu fais recreatives, à chasse, à vol, à tournois ententives Et esbats maints, II, 268 dans GENS
Par gens brutaux passés au gros tamis, V, 353 dans GENS
Bienheureuse est la gent qui n'est point morte Sans veoir premier vostre ferme unité, II, 311 dans GENT
Vostre gent corps de moy se part et emble, I, 341 dans GENT, ENTE
Resource des petis, Lumiere des gentils, Et d'Israel la gloire, IV, 340 dans GENTIL
Les deux Grebans au bien resonnant stile, Octavian à la veine gentile, III, 305 dans GENTIL, ILLE
Clerz et layz, nobles et gentilz Sont de nous deux [Adam et Eve] filles et filz, IV, 347 dans GENTIL, ILLE
Riche ne suis, certes je le confesse.... Mais je suis leu du peuple et gentillesse [et par la noblesse], III, 156 dans GENTILLESSE
Ne sçai où gist Heleine En qui beauté gisoit, Mais ici gist Heleine Où bonté reluisoit, III, 259 dans GÉSIR
Icy gerra, s'il n'est pendu, Ou si en la mer il ne tombe...., II, 135 dans GÉSIR
Les vitres sont de clair et fin cristal, Où peintes sont les gestes authentiques, I, 177 dans GESTES
Aucunefois aux fosses devalloye, Pour trouver là des gistes de fouines, Des herissons, ou des blanches hermines, I, 217 dans GÎTE
De vif esprit, de constance et sagesse C'en est l'enseigne, et le droit gonffanon, II, 363 dans GONFALON ou GONFANON
Bren, ma plume, n'en parlez plus.... Vous me feriez rendre ma gorge, III, 46 dans GORGE
Elle a tres bien ceste gorge d'albastre, Ce doux parler, ce cler tainct, ces beaux yeux, III, 78 dans GORGE
Grands chaines d'or, dont maint beau corps est ceint, I, 177 dans GRAND, ANDE
Il est vray : mais si peut-on faindre Aucunes fois une amytié, Qui n'est pas si grand la moytié Comme on la demontre par signes, II, 10 dans GRAND, ANDE
En si grand jeunesse, I, 210 dans GRAND, ANDE
Mais certes il se deult grammant De t'ouir irreveramment Parler d'une telle princesse, II, 201 dans GRANDEMENT
Un fascheux corps vestu d'un satin gras, Un satin gras doublé d'un fascheux corps, III, 84 dans GRAS, ASSE
Faisant regrets, Semblent Troyens de nuict surprins des Grez, II, 271 dans GREC, ECQUE
Ô grand' fortune ! o crevecueur trop gref, IV, 137 dans GRIEF, ÈVE
Dont tout à coup Phebus se repentit D'avoir juré, et du gref qu'il sentit Son chef luisant secoua plusieurs fois, IV, 59 dans GRIEF
Ainsi peu près au juge devisay, Et en parlant un griffon advisay, Qui de sa croche et ravissante pate Escrivoit là l'an, le jour et la date De ma prison, et ce qui pouvoit duyre à leur propos, pour me fascher et nuyre, l'Enfer, V. 454 dans GRIFFON, ONNE
C'est une chanson gringottée, La musique en est bien nottée, Ou l'assiette de la clef ment, II, 128 dans GRINGOTTER
Ta note Tant sotte Gringote [médit] De nous, III, 91 dans GRINGOTTER
Ventre saint gris, que tu es aise, I, 213 dans GRIS, ISE
J'ay bon vouloir, respond la teste grise, II, 299 dans GRIS, ISE
Quel visage eus-tu d'elle ? - Gris, I, 202 dans GRIS, ISE
Vray est, que yver foible, froid et grison Nuit à nature, et sa vertu reprime, III, 47 dans GRISON, ONNE
Vostre age est tant de graces guerdonné, Qu'à tous les coups un printemps estimable Pour vostre hiver seroit abandonné, III, 129 dans GUERDONNER
Celuy qui tire ainsi hors sa languette, Destruira brief quelcun, s'il ne s'en guette, I, 250 dans GUETTER
Si tu n'y mets grand ordre et bonnes guides, II, 37 dans GUIDE
Laisser faudra d'amour les petits dons, Pour suivre aux champs estendars et guydons, I, 328 dans GUIDON
Cependant on trouve aussi guillon : Là vint un postillon Qui m'aportoit guillon, Me suivant à la trace, à la seule parole D'une femme trop folle ; Maudite soit sa race !, II, 162 dans GUIGNON
Je qui souloye estre habile, Suis debile, Cassé de corps, pieds et mains, IV, 282 dans HABILE
Les hayes d'Allemaigne [sorte de danse], frisques, Passe pieds, bransles, tourdions, I, 189 dans HAIE
....Qui de tous maus seul la souslagera, De ses hai neux aussi la vengera, I, 300 dans HAINEUX, EUSE
....Car les hautbois l'ont bien chanté anuict, Et d'un accord et tout d'une allenée Ont appelé la bien heureuse nuict, II, 287 dans HALENÉE
....et prochain il est De ses talons, que jà de son alaine Ses beaux cheveux tous espars il aleine, IV, 41 dans HALENER
Une piteuse et lamentable harangue, I, 310 dans HARANGUE
Ainsi pour vray, que mon cueur et ma langue Disoient d'accord si piteuse harengue, III, 278 dans HARANGUE
Aux saules verts nos harpes nous pendismes, IV, 334 dans HARPE
Et plus cent fois me plaisoit d'ouyr dire : Pan, fais bon oeil à Robin le berger, Que veoir chez nous trois cents boeufz heberger, I, 222 dans HÉBERGER
J'apprins aussi, allant aux pasturages, à eviter les dangereux herbages, I, 220 dans HERBAGE
.... Et l'odorant amome d'Assyrie Sera commun comme herbe de prairie, I, 228 dans HERBE
Semblablement sur les menues herbettes, Vit pastoureaux garder leurs brebiettes, V, 61 dans HERBETTE
Petits ruisseaux y furent ondoyans, Tousjourz faisant autour des prez herbus Un doux murmure, I, 166 dans HERBU, UE
Aucune fois aux fosses devalloye Pour trouver là des gistes des fouines, Des herissons ou des blanches hermines, I, 217 dans HERMINE
Dieu vous doint la fortune et l'heur, Meilleur que n'a esté le mien, II, 188 dans HEUR
L'autr'hier le vy aussi sec, aussi palle, Comme sont ceux qu'au sepulchre on devalle, II, 212 dans HIER
Bacchus la vante, et dit qu'elle est seante, Et convenante à Noé le bon hom Pour en tailler la vigne en la saison, II, 352 dans HOMME
Taschoient l'un l'autre à se rendre defaits à coups de goy, de houlette et de fonde, III, 302 dans HOULETTE
Linge blanc, ceinture houppée, Le chapperon fait en poupée, I, 202 dans HOUPPER
Si quelqu'ennuy ne vient ramentevoir Le povre humain d'invoquer Dieu qui l'ame [l'aime]..., II, 266 dans HUMAIN, AINE
Mais humblement elle faisoit sans cesse Veux et offrandes à Venus la deesse, IV, 105 dans HUMBLEMENT
Je n'entendy que les voix très hydeuses, Et hurlemens de bestes dangereuses, II, 6 dans HURLEMENT
Mais je me doubte, et à ma fantaisie, Que là estoit cachée hypocrisie, I, 276 dans HYPOCRISIE
C'estoit jadis chose bien rare Que de voir un abbé ignare, IV, 168 dans IGNARE
Et puis formée l'a Au propre image et semblable effigie [des Dieux], IV, 16 dans IMAGE
Et tout ainsi immondes et crasseuses Comme le drap des femmes menstrueuses, I, 266 dans IMMONDE
Ce sont pour vrai choses determinées Par l'immuable arrest des destinées, I, 229 dans IMMUABLE
Comme metaux et pierres de valeurs, Incitemens à tous maux et malheurs, IV, 19 dans INCITEMENT
Ainsi sans cesse, à mal va incitant Par nouveaux arts mon cueur peu resistant, III, 312 dans INCITER
....Pour vous certes, je treuve Facile chose à faire un impossible, Et fort aisée à dire un indicible, I, 359 dans INDICIBLE
Quant au service, attendre affablement, Des metz serviz prendre à son indigence [besoin], V, 352 dans INDIGENCE
Mais l'incurable playe Par glaive faut toujours coupper à haste, Que la part saine elle n'infecte et gaste, IV, 21 dans INFECTER
Las ! par ma folle sotie M'est sortie Toute ceste infection, IV, 282 dans INFECTION
.... Si que de la douleur forte, Qu'au coeur porte, Je jette cris inhumains, IV, 282 dans INHUMAIN, AINE
Qui lors cogneust [eût connu] mon extresme tourment, Bien eust [eût eu] le coeur rempli d'inimitié, Si ma douleur ne l'eust meu à pitié, I, 160 dans INIMITIÉ
Innavigable gouffre, IV, 114 dans INNAVIGABLE
Tres chere soeur, si je sçavois où couche Vostre personne au jour des Innocens, De bon matin j'yrois à vostre couche..., Et si quelqu'un survenoit d'avanture, Semblant ferois de vous innocenter, III, 97 dans INNOCENT, ENTE
Quand Cicero parloit, il est certain Que, pour le son de son dire hautain, Des simples gens passoit l'intellective, I, 287 dans INTELLECTIF, IVE
Ivre comme une souppe, III, 68 dans IVRE
J'oy d'autre point le pivert jargonner, Siffler l'escoufle, et le butor tonner, I, 223 dans JARGONNER
Mais je veux bien au vray vous advertir, Que, longtemps a, il fut mis sous le jou De mariage au bas pays d'Anjou, II, 72 dans JOUG
Saint Paul estant de son dire croyable Dit : j'ay vescu des hommes incoulpable Jouxte la loy : n'ayant de Christ notice, I, 278 dans JOUXTE
Car tel est bien hault juché qu'on demonte, V, 355 dans JUCHER
J'avais un jour un valet de Gascogne... Pipeur, larron, jureur, blasphemateur, Ép. au Roy. dans JUREUR
En Dieu te fie, à bien faire labeure : La terre auras pour habitation, Et jouiras de rente vraye et seure, IV, 277 dans LABOURER
Elle vous avoit un corset D'un fin bleu, lassé d'un lasset, II, 201 dans LACET
Par temps, maladie ou souci, Laydeur les tire en sa nasselle ; Mais rien ne peut enlaidir celle Que servir sans fin je pretends, II, 277 dans LAIDEUR
Dont je perds cueur, et audace me laisse, Crainte me tient, doute me mene en laisse, II 13 dans LAISSER
Car, quoique né de Paris je ne sois, Point je ne laisse à estre bon François, II, 175 dans LAISSER
À dire vrai, je deviens vieille lame, II, 81 dans LAME
Delibera d'un assaut amoureux Rendre mon coeur pour une [dame] langoureux, I, 160 dans LANGOUREUX, EUSE
Dire vous veux maugré chacun langard, à l'arriver, doulcement, Dieu vous gard, II, 48 dans LANGUARD, ARDE
Foy n'y est rien, langues y sont cousteaux Par trop mesdire, I, 380 dans LANGUE
Celui [serpent] qui tire ainsi hors sa languette, Destruira brief quelcun, s'il ne s'en guette, I, 250 dans LANGUETTE
Refus, oubly, jalousie et langueur Suyvent amours, I, 340 dans LANGUEUR
Et ces beaux yeux clers et resplendissans, Qui m'ont navré, deviennent languissens, II, 274 dans LANGUISSANT, ANTE
Ils [les gens chargés de l'arrêter] vindrent à mon logement ; Lors ce va dire un gros paillard : Par la morbieu, voylà Clement ; Prenez-le, il a mangé le lard, II, 243 dans LARD
Car de bien faire tu es large à l'homme juste, o vrai sauveur, IV, 235 dans LARGE
Elle a de l'engin largement, II, 243 dans LARGEMENT
D'honneurs et dons te feront grands largesses, IV, 288 dans LARGESSE
J'aime trop mieulx le vous descrire en metre, Que pour le veoir aucun de vous soit mis En telle peine, I, 245 dans LE, LA, LES
En fin d'escrit, bien dire le te vueil, Pour adoucir l'aigreur de mon grant dueil, II, 35 dans LE, LA, LES
Ô roi François, tant qu'il te plaira, pers le ; Mais si le pers, tu perdras une perle, II, 118 dans LE, LA, LES
Par la mort bieu, voilà Clement, Prenez-le, il a mangé le lard, II, 128 dans LE, LA, LES
Mais pour boire de belle eau claire, Faites la boire à vostre chien, Frere Lubin ne le peut faire, II, 236 dans LE, LA, LES
La voici l'heureuse journée Que Dieu a faicte à plein desir, IV, 330 dans LE, LA, LES
...Je vous jure Que de ces livres la lecture Diminue merveilleusement à la femme l'entendement, IV, 164 dans LECTURE
Un jour devant il ne fit que pleuvoir, Et l'endemain claire fut la journée, III, 22 dans LENDEMAIN
Pere eternel qui nous ordonnes N'avoir souci du lendemain, IV, 344 dans LENDEMAIN
Grande levée de boucliers, p. 138, dans LACURNE dans LEVÉE
Leve le coeur, ouvre l'oreille, Peuple endurci, pour escouter, IV, 339 dans LEVER
Il a bien prins de moy une beccasse, Une perdrix, et un levraut aussi, II, 88 dans LEVRAUT
Incontinent, desloyalle femelle, Que j'auray faict et escrit ton libelle [ta satire], I, 361 dans LIBELLE
Desmenans joye sans bornes et sans lyce, V, 355 dans LICE
Que droit regne et justice ait lieu, Psaume 33 dans LIEU
Ainsi la mer [Dieu] borna, par tel compas, Que son limite elle ne pourra pas Outrepasser, IV, 312 dans LIMITE
Après aussi que le lymon tout frais Est eschauffé du soleil et ses rais, IV, 35 dans LIMON
Buvez des vins delicieux, Puis après entre deux lincieulx Allez reposer vostre teste, III, 195 dans LINCEUL
De tes chansons plus suis esmerveillé Qu'à escouter en la verte campagne Au frais matin le linot esveillé, dans JAUBERT, Gloss. dans LINOT
Arreste-toi, lisant, Ci-dessous est gisant.... Ce renommé Langeay, III, 263 dans LIRE
Jà le laurier te prepare couronne ; Jà le blanc lis dedans ton bers fleuronne, I, 228 dans LIS
Il faut que l'assaut je vous livre, IV, 156 dans LIVRER
Des lors retint et donna le droict nom De la pucelle à ses flustes rurales, IV, 51 dans LORS
Car lorsque femme à un amant conteste, Son contester signe d'amour atteste, IV, 110 dans LORSQUE
Ou, si voulez, à payer ce sera Quand vostre los et renom cessera, Ép. au roy. dans LOS
Je sçai que tu scez qu'elle est louche, Mais je te veux dire comment, III, 94 dans LOUCHE
Plus mordant qu'une louve, I, 251 dans LOUVE
Si n'est-il loup, louve, ne louveton.... Qui jamais eust sur moy la dent boutée, II, 50 dans LOUVETEAU
Et de faict je tiens tant de ly, III, 230 dans LUI
....Que celle à qui j'ai voué mon service, Non seulement n'a macule ne vice, III, 189 dans MACULE
Cil qui mieux aime par pitié Te faire don de la moitié Que prester le tout rondement, Il n'est point trop malgracieux ; Mais c'est signe qu'il aime mieux Perdre la moitié seulement, Épigr. sur un mauvais rendeur. dans MALGRACIEUX, EUSE
L'heur que j'avois s'est tourné en maleur : Malheureux est qui n'a aucun confort, II, 235 dans MALHEUR
Et resserrez vos blanches mammelettes, II, p. 258 dans MAMELETTE
Doux fut le vent, la mer paisible et coye, Le ciel partout cler se manifestoit, IV, 137 dans MANIFESTER
Lequel [Cupidon] pour son devis Au poing tenoit un arc riche tendu, Le pied marché et le bras estendu, Prest de lascher une fleche aiguisée, I, 170 dans MARCHER
Or des bestes que j'ay sus dites, Sagon, tu n'es des plus petites ; Combien que Sagon soit un mot Et le nom d'un petit marmot, le Valet contre Sagon. dans MARMOT
Quand il seroit ainsi merché, Il sera aisé à cognoistre, II, 47 dans MARQUER
Ainsi parloit mon cuer plein de martire, I, 340 dans MARTYRE
Amour trouva celle qui m'est amere... Bonjour, dit-il, bonjour, Venus ma mere ; Puis tout à coup il voit qu'il se mescompte, De Cupido et de sa dame. dans MÉCOMPTER (SE)
En seureté dormirai, Sans crainte de mesgarde, Ayant Dieu pour ma garde, IV, 230 dans MÉGARDE
Nous devisons, passant melancolie, Sur le chemin des Alpes d'Italie, II, 81 dans MÉLANCOLIE
En tous les tons et chants de bucoliques, En chants piteux, en chants melancoliques, I, 220 dans MÉLANCOLIQUE
Loix menaçans ne se gravoient en cuivre, IV, 16 dans MENAÇANT, ANTE
De moi n'aura mensonger ne buveur Bien ne faveur, IV, 308 dans MENSONGER, ÈRE
Au lieu desquels entrerent flaterie, Deception, trahison, menterie, IV, 18 dans MENTERIE
Et s'il te plaist, menu les briseras, Aussi aisé comme un vaisseau de terre, IV, 228 dans MENU, UE
Et n'est pas dit, que les dames qui prennent, Font toutes mal, et qu'en prenant mesprennent, I, 402 dans MÉPRENDRE (SE)
Que diray plus ? certes un tel aimer, C'est Dedalus volettant sur la mer, I, 193 dans MER
Mes beaux peres religieux, Vous disnez pour un grammercy, III, 66 dans MERCI
Rends à Plutarque, o Grec, un grand-mercy, III, 198 dans MERCI
Aller helas ! ne vous y vueillez mettre J'aime trop mieux le vous descrire en metre, I, 245 dans MÈTRE
Certes plus tost un bon pere desire Son fils blessé que meurdrier ou jureur, II, 266 dans MEURTRIER, IÈRE
Un gros prieur son petit fils baisoit, Et mignardoit au matin en sa couche, III, 64 dans MIGNARDER
Ma mignonne, Je vous donne Le bon jour, II, 114 dans MIGNON, ONNE
N'ayez pas peur, dames gentes, mignonnes, II, 233 dans MIGNON, ONNE
Ovidius, maistre Alain Charretier, Petrarque aussi, le roman de la Rose, Sont les messels, breviaire et pseautier Qu'en ce saint temple on lit en rime et prose, I, 184 dans MISSEL
On ne prend point de telz chats sans mitaines, V, 17 dans MITAINE
Dès qu'il la voit, il mitige et pallie Son parler aigre, I, 253 dans MITIGER
Et que je chante en mode pastorale. Ce que voudray de ma fluste rurale, IV, 2 dans MODE
Sur les autels couverts de parements Qui sont beaux lits à la mode ordinaire, I, 187 dans MODE
Reveille-moi, belle ; Mon coeur est tout endormy, Reveille le my, I, 197 dans MOI
S'en sa largesse il veut sa main estendre, Aimé sera tant du grand que du mendre, I, 153 dans MOINDRE
Tant d'esprits dont le moindre Sçait mieux que toi, louer et poindre [peindre], II, 200 dans MOINDRE
C'est le moindre de mon soucy, Que cette sapience, IV, 157 dans MOINDRE
Pourtant je veux, m'amie et mon desir..., I, 343 dans MON ou MA ou MES
Sus, louez Dieu, mon ame, en toute chose, IV, 308 dans MON ou MA ou MES
Respondez-moi, veu ceste foy constante, à sçavoir-mon, s'il nous laisse au besoing ?, I, 304 dans MON
Par maintes foys, et semblables conquestes, Plus que canons, ou foudroyans tempestes, [tu] Feis estonner du monde la monarche [Rome], IV, 125 dans MONARQUE
Dessus son throne est l'eternel monarque : Là haut assis il voit tout de ses yeux, IV, 246 dans MONARQUE
Ô vous, mondains, qui vivez en delices, Ne suivant point de Jesus Christ l'enseigne, I, 302 dans MONDAIN, AINE
Quant à celui qui en tout temps s'encline à se baigner dans la mondanité, I, 301 dans MONDANITÉ
Sçavez-vous bien comme on s'entretenoit, Vingt ans, trente ans ? cela duroit un monde, Au bon vieux temps, II, 121 dans MONDE
Hors du monde je me retire, III, 38 dans MONDE
Sus, sus, mon coeur, Dieu où tout bien abonde Te faut louer : louez le, tout le monde, IV, 315 dans MONDE
Ainsi s'en va Ledict valet... Et vous laissa monsieur dormir son saoul, Qui au resveil n'eut sceu finer d'un soul : Ce monsieur-là, sire, c'estoit moi-mesme, Épître au roi. dans MONSIEUR
Lorsque Maillart, juge d'enfer, menoit à Montfaucon Semblançay l'ame rendre, Épigr. sur la mort de Semblançay. dans MONTFAUCON
Les passans pelerins Alloient semans roses et romarins, Faisans de fleurs mainte belle montjoye, I, 164 dans MONT-JOIE
Et puis fortune en l'oreille me soufle, Qu'on ne prend point en court tels chats sans moufle, II, 91 dans MOUFLE
Mais la mort le ravit en sa jeunesse meure ; à maint homme qui vit, grand regret en demeure, III, 256 dans MÛR, ÛRE
De tel façon, que ce qui tant me nuit, Corromp du tout le nayf de ma muse, III, 274 dans NAÏF, IVE
Çà ce nez, que je le nasarde, Pour t'apprendre avec deux doigts Porter honneur à qui tu dois, Contre Sagon. dans NASARDER
En ses naseaux lui monta la fumée ; Feu aspre issoit de sa bouche allumée, IV, 254 dans NASEAU
Et jure comme un vieil sergent, Qu'on n'embrasse point son corps gent Pour neant, III, 177 dans NÉANT
Un doux nenny avec un doux sourire, Epigr. de ouy et nenny. dans NENNI
L'oyselleur des champs, Qui doucement fait chanter son sublet, Pour prendre au bric l'oyseau nyce et foiblet, I, 254 dans NICE
Di-moy l'amant qui, nouant [nageant] en la mer, Alloit, de nuist, les nopces consommer, Et le nocturne embrassement receu...., IV, 103 dans NOCTURNE
La belle Pucelle A un fils du ciel advoué ; Chantons noé, noé, noé, II, 324 dans NOËL
Des cordes à gios nouds, Pour lui lier jambes, pieds et genoux, II, 285 dans NOEUD
Maulgré leurs dens le neu est desnoué, II, 475 dans NOEUD
Puis print en main son baston plein de neudz, IV, 96 dans NOEUD
Ô nuict heureuse, o douce noire nuict ! Ta noireté aux amants point ne nuict, I, 353 dans NOIR, OIRE
Et, qui pis est, mon peché se presente, Incessamment noir et laid devant moi, IV, 294 dans NOIR, OIRE
Ne sçay lequel de toi ou de ta mere Me rend le plus de tristesse noirci, III, 295 dans NOIRCIR
Non seulement humaines creatures Chercherent bleds etautres nourritures, IV, 19 dans NOURRITURE
Comme douleurs de nouvel amassées Font souvenir des liesses passées...., I, 244 dans NOUVEAU ou, devant une voyelle ou une h muette, NOUVEL, NOUVELLE
Qui est ce duc venu nouvellement, En si bel ordre, et riche à l'advantage ?, II, 287 dans NOUVELLEMENT
Ta langue brasse et fraudes et nuisances, IV, 293 dans NUISANCE
Di moy l'amant qui, nouant [nageant] en la mer, Alloit, de nuict, les nopces consommer ; Et le nocturne embrassement receu, Qui d'Aurora ne fut onc apperceu, IV, 103 dans NUIT
Disant que nulle est sous la lune, Où tant de valeur soit comprise, III, 191 dans NUL, NULLE
Pourquoy ne faut nullement s'excuser, Mais envers lui [Dieu] nos delicts accuser, I, 267 dans NULLEMENT
[Ces pays] Furent submis en mon obeissance, IV, 128 dans OBÉISSANCE
Hypocrisie en a taillé l'habit, Dessous lequel tel pour sa mere pleure, Qui bien voudroit de son pere l'obit, III, 287 dans OBIT
Maistre et remettre, aussi cueurs et obscurs, Ce sont beaux mots : mais en rithme ils sont durs, II, 208 dans OBSCUR, URE
Puis le reprint [Dieu], quand par grefve achoison Un Ferrarois luy donna la poison, III, 258 dans OCCASION
[Décision, appréciation] Par quoy à toy en laisse l'achoison, Qui sçais où sont les termes de raison, IV, 133 dans OCCASION
Or pour purger ses oeuvres vicieux, Trouve l'en point un onguent precieux, I, 267 dans OEUVRE
Des qu'adversité nous offence, Dieu nous est apuy et defense, IV, 290 dans OFFENSER
De peur de se blesser, Ou bien de s'offencer, Qu'il marche petit pas, II, 164 dans OFFENSER
En refusant un offre presenté, I, 402 dans OFFRE
Oncques Thysbé, qui à la mort s'offrit Pour Pyramus, tant de mal ne souffrit, II, 7 dans OFFRIR
C'est toy qui maints de los très amples doues ; Mais endroit moy tu fais cignes les oues, II, 380 dans OIE
Et nous laissons, maugré nous, les doux champs Et nos pays ; toi oisif en l'umbrage, Fais resonner les foretz...., IV, 1 dans OISIF, IVE
Un cler ruisseau bruyant près de l'umbrage, III, 293 dans OMBRAGE
Mais sous bel ombre en chambre et galleries Nous pourmenans...., III, 162 dans OMBRE
Dont maintenant, qu'en est-il rien qu'ung umbre ?, III, 239 dans OMBRE
Boys umbreux, IV, 50 dans OMBREUX, EUSE
La nuit ombreuse, IV, 116 dans OMBREUX, EUSE
Les fleuves doux et les undes salées, II, 58 dans ONDE
Petits ruisseaux y furent ondoyans, Tousjours faisant autour des prez herbus Un doux murmure, I, 166 dans ONDOYANT, ANTE
De fuir l'amour qui m'oppresse Je n'ai pouvoir ne volonté, II, 245 dans OPPRESSER
Les povres gardera d'oppresse, Reboutant l'oppresseur, IV, 297 dans OPPRESSEUR
Si ont requis que chanter on la face, Disant qu'elle a l'organe mal seraine, II, 263 dans ORGANE
Accoustre et cein sur ta robuste cuisse Ton glaive aigu, qui est la resplandeur Et l'ornement de royalle grandeur, IV, 287 dans ORNEMENT
[Dieu] Du vent de sa bouche Fit ce qui attouche Et orne les cieux, dans ORNER
Pour au pays venir D'où [duquel] je n'ai sceu perdre le souvenir, II, 186 dans OU
D'où vient cela, belle, je vous supply, Que plus à moy ne vous recommandez ?, II, 338 dans OU
Maudit soit l'or où elle ha sa liesse !, II, 343 dans OU
À proprement entrelasser les clayes, Pour les parquets des ouailles fermer, I, 220 dans OUAILLE
Il a bien dit, je cognoy mes ouailles, Et elles moy, et ouvrent les oreilles Pour escouter ma divine parole, I, 264 dans OUAILLE
Et tant qu'ouy et nenny se dira, Par l'univers le monde me lira, II, 221 dans OUI
Je traversay les bois où a esté Ourson d'un ours en enfance allaicté, I, 290 dans OURSON
S'il veut rien faire de nouveau, Qu'il oeuvre hardiment en prose, II, 376 dans OUVRER
Puisque voulez en sa prairie paistre, I, 271 dans PAÎTRE
Mais cependant la palombe enrouée...., IV, 5 dans PALOMBE
Nous vous faisons prisonnier par le roy, II, 87 dans PAR
Ô puissant Pan, qui seul de toutes parts Vas conservant nos loges et nos parcs, I, 310 dans PARC
Mais si pour elle encores je chemine, Parmy les pieds je puisse estre pendu...., II, 237 dans PARMI
Quand d'un chascun la voix bruit et resonne En plein parquet [tribunal] ...., III, 163 dans PARQUET
Chacun soit adverti De faire comme moy ; Car d'aimer sans parti [sans retour], C'est un trop grand esmoy, II, 344 dans PARTI
[La terre] Fut divisée en bornes et partis Par mesureurs fins, cauts et deceptifs, IV, 19 dans PARTI
Le Tout-puissant, qui m'ouït plaindre, Mon parti tousjours tenir veut, IV, 328 dans PARTI
J'ay à soupper assez passablement Pommes, pruneaux, tout plein de bon fruictage, IV, 7 dans PASSABLEMENT
Les cheveux en passe-fillon, Et l'oeil gay en esmerillon, I, 202 dans PASSE-FILLON
Mais quand verrai que tu te passeras [vieilliras], Je cesseray ceste vengeance extresme, I, 365 dans PASSER
Maistresse passée [dans la danse], II, 110 dans PASSER
Las ! Il est mort, pleurez le, damoiselles, Le passereau de la jeune Maupas, III, 33 dans PASSEREAU
Ou à dicter quelque chanson ruralle, Pour la chanter en mode pastourale, I, 218 dans PASTORAL, ALE
Qu'à son regard la Muse pastoralle...., I, 223 dans PASTORAL, ALE
Le grand dieu Pan avec ses pastoureaux, I, 166 dans PASTOUREAU, ELLE
Je ne quiers pas, o bonté souveraine, Deux mille arpens de pastis en Touraine, Ne mille boeufs errants par les herbis, I, 225 dans PÂTIS
Le vieil Charon, grand nautonnier d'enfer, Bien eut à faire à gouverner sa peautre Pour celuy jour passer de rive en autre Tous les esprits...., IV, 129 dans PEAUTRE
...Ou escouter la musique et le bruit Des oyselets paincts de couleurs estranges, I, 328 dans PEINDRE
Tu peins ta barbe, amy Bruslard, c'est signe Que tu voudrois pour jeune estre tenu, III, 168 dans PEINDRE
Aux saules verts nos harpes nous pend smes, IV, 334 dans PENDRE
Certes mon cas pendoit [tenait] à peu de chose, V, 4 dans PENDRE
Nouvelle amour et nouveau pensement, II, 332 dans PENSEMENT
À tous humains certes est impossible, D'en perpetrer encor un si horrible [péché], IV, 149 dans PERPÉTRER
....Mais assez bon persuadeur [je] me tien, II, 192 dans PERSUADEUR
Pestifere alaine [de la mort], III, 291 dans PESTIFÈRE
La roide ruade, Prompte petarade...., III, 235 dans PÉTARADE
Ainsi peu près au juge devisay, I, 260 dans PEU
Bon cueur, bon corps, bonne phizionomie, Boire matin, fuïr noise et tanson, Enfants sans soucy. dans PHYSIONOMIE
Car vostre argent, très debonnaire prince, Sans point de faute est sujet à la pince [à être volé], II, 95 dans PINCE
J'avois un jour un valet de Gascongne.... Pipeur, larron, jureur, blasphemateur, Épître au roi. dans PIPEUR
L'un boit du bon, l'autre ne boit du pire, Épigr. de l'abbé et de son ralet. dans PIRE
Comme aux enfants est piteux un bon pere...., IV, 309 dans PITEUX, EUSE
L'un va plaignant ses gras boeufs delaisser, I, 311 dans PLAINDRE
Ne plain donc point de laisser mere et pere, IV, 290 dans PLAINDRE
Si me vient dire en plaincte bien dolente...., I, 339 dans PLAINTE
M'as-tu osté des plaisances mondaidaines... Pour me laisser en ce cruel repaire ?, II, 4 dans PLAISANCE
Ce que voyant, envie l'execrable Quasi pleura, n'y trouvant rien pleurable, IV, 97 dans PLEURABLE
Car qui d'amours ne veut prendre le ply...., I, 161 dans PLI
De tes habits les plis ne sentent qu'ambre, IV, 287 dans PLI
Par coups de poing soient meurdris et plombez, IV, 146 dans PLOMBER
Bienheureuse est la main qui la ploya [une lettre], I, 372 dans PLOYER
Bref il congneut que toute nation Ployoit soubs luy comme au vent le sion, I, 160 dans PLOYER
[Quant à vostre âge] Vous estes en la fleur ; et gage Que le plus de vos ans ne monte Qu'à dix et sept, IV, 176 dans PLUS
Tant et plus, II, 409 dans PLUS
Et cessez de plus me fascher, IV, 231 dans PLUS
Poetiser trop mieux que moy sçavez, Et pour certain meilleure grace avez, III, 52 dans POÉTISER
...Mais le cas viendroit mieux à point, Si je disois : adieu jeunesse ; Car la barbe grise me poinct, II, 189 dans POINDRE
Non que je sois ennuyé d'entreprendre D'avoir le fruit dont le desir me poinct, Épigr. de oui et nenny. dans POINDRE
D'une j'escri plus noble et mieux famée, Sans que son los en soit point deprimé, III, 93 dans POINT
Vous me disiez : non, vous ne l'aurez point, III, 107 dans POINT
Je sçay comment, point ne faut m'advertir, III, 109 dans POINT
Et quant au port [action de porter] du drap plus noir que meure, Hypocrisie en a taillé l'habit, III, 287 dans PORT
Possible n'est que bien t'excuser sceusses, II, 29 dans POSSIBLE
Là vint un postillon, Qui m'apportoit guillon, Me suivant à la trace,..., II, 162 dans POSTILLON
Mais je y receuz si grand coup de faucon, Qu'il me fallut soudain faire la poulle, Et m'en fuyr, de peur, hors de la foulle, II, 36 dans POULE
Dieu vous gard donc, mes dames tant poupines, II, 48 dans POUPIN, INE
Espoir m'admonesta de poursuyvir...., I, 167 dans POURSUIVRE
Paris, tu m'as fait maints alarmes, Jusqu'à me poursuivre à la mort, Epigrammes à la ville de Paris. dans POURSUIVRE
Il vient comme pluye agreable Tombant sur prez fauchez, IV, 298 dans PRÉ
En maint bon lieu j'ay donné mainte chose, Que l'on prenoit, sans penser le donneur Pretendre rien du prenant, que l'honneur, I, 401 dans PRENANT, ANTE
En maint bon lieu j'ai donné mainte chose, Que l'on prenoit, sans penser le donneur Pretendre rien du prenant que l'honneur, I, 401 dans PRENDRE
Tant m'ont pressé d'escrire, et me contraignent, Qu'il semble au vray, que plaisir elles preignent En mes propos...., II, 57 dans PRENDRE
Ainsi, peu près, au juge devisay, I, 260 dans PRÈS
...on void mainte qui brague, Qui beaucoup près n'est point si bonne bague, I, 405 dans PRÈS
Autres on voit de ceux ci separez, Auxquels douleur fait tousjours dure presse, I, 297 dans PRESSE
Et le festin, la pompe et l'assistance Surpasse en bien le triomphe et prestance, Qui fut jadis sur le mont Pelyon, II, 365 dans PRESTANCE
[Des épis] Prests à cueillir, IV, 17 dans PRÊT, ÊTE
Je ne dy pas, si voulez rien prester, Que ne le prenne : il n'est point de presteur (S'il veut prester) qui ne fasse un debteur, Ép. au roy. dans PRÊTEUR, EUSE
[L'enfant prodigue] Fut prevenu de son pere, et receu Benignement, dès qu'il l'eut apperceu, I, 265 dans PRÉVENIR
Nous vous faisons prisonnier par le roy, II, 87 dans PRISONNIER, IÈRE
[Les Muses] M'ont donné cueur, esvitant pour un poinct Prolixité, dire ce qui me poinct, II, 222 dans PROLIXITÉ
Me promis-tu en ma chambre parée, Quand te promis suivre jour et serée, De me laisser en ce bois en dormant ?, II, 5 dans PROMETTRE
D'autre costé, j'oy la bise arriver, Qui en soufflant me prononce l'hyver, I, 223 dans PRONONCER
Car quand il pleut, et [que] le soleil des cieux Ne reluit point, tout homme est soucieux, II, 399 dans QUAND
Tant en quatrins, dixains, rondeaux, ballades, II, 223 dans QUATRAIN
Mais, monseigneur, ce que demander j'ose, Des quatre pars n'est pas si grande chose, Ép. au Dauphin. dans QUATRE
La soeur du roy a la tierce partie ; Toy la quatriesme ; or ils donnent leurs droicts à ton mary...., II, 289 dans QUATRIÈME
Un grand vouloir de ne me souvenir D'homme que vive, I, 381 dans QUE
... Et que le mal qui en pourroit venir Ne pourroit pas tumber que sur la teste Du mal parlant, qui trop se monstra beste, I, 356 dans QUE
....Quel' rancune te touche ?, II, 5 dans QUEL, QUELLE
Car j'ay laissé Marion esplorée Dedans son parc, où l'humble pastorelle Fait (j'en suis seur) lamentable querelle [plainte], I, 313 dans QUERELLE
Pourtant, plaideurs aux amoureuses questes, Allez ailleurs presenter vos requestes, I, 388 dans QUÊTE
Tout vient à point qui peut attendre, II, 328 dans QUI
Il est assez maistre du corps, Qui a le cueur à sa commande, II, 331 dans QUI
Vous estes cil qui pouvez subvenir Facilement à mon cas et affaire, II, 370 dans QUI
Quiconque n'en sçait autre chose, Aussi peu qu'une taupe il voit, III, 264 dans QUICONQUE
Quand je serai plus garny de cliquaille [d'argent], Vous en aurez ; mais il vous faut attendre, II, 372 dans QUINCAILLE
Dieu gard enfin toute la fleur de lys, Lime et rabot des hommes mal polys, II, 192 dans RABOT
Mais il faut Ton deffaut Raboter Pour oster Les gros noeuds, II, 113 dans RABOTER
On nous dit que dedans Peronne Florenge a fait et feu et raige, II, 152 dans RAGE
Rane est latin ; escry donc autrefois Rayne en picard, ou grenouille en françois, VI, 96 dans RAINE
Sans estre ne raiz ne tondu, Incontinent on le fait moyne, I, 188 dans RAIRE
....D'or estoit le haut tour De chasque roue ; et l'ordre bel et gent De chascun ray fut estoffé d'argent, IV, 62 dans RAIS
Et rossignols au gay courage ....Chantent leur joly chant ramage, I, 117 dans RAMAGE
Portez rameaux parvenus à croissance, III, 302 dans RAMEAU
Tu le sçais bien, mais je te ramentoy, II, 293 dans RAMENTEVOIR
Il ne s'en faut que ramures et cors, Que vous, amans, ne soyez aussi bestes [que les cerfs], III, 149 dans RAMURE
Et ne convient que le los on me rase [enlever, faire perdre], D'avoir passé le haut mont de Caucase, IV, 129 dans RASER
Deucalion, comme moins estonné, R'asseure après, et doucement console La femme simple, avec telle parole, IV, 33 dans RASSURER
Adonc le rat, sans serpe ne cousteau, Y arriva joyeux et esbaudis, Et du lyon, pour vray, ne s'est gaudy, Mais despita chats, chates et chatons, Et prisa fort ratz, rates et ratons, Ép. à son ami Lyon. dans RATE
... Après ravine d'eau [grande pluie] Selon son veuil la gelée survint, III, 182 dans RAVINE
Et comme on voit souvent l'obscure nue Clere à moytié, par celestes rayons...., III, 77 dans RAYON
Ne cachez pas un cueur dur et rebelle Sous tel beauté, I, 352 dans REBELLE
Car en rebus de Picardie Une faux, une estrille, un veau, Cela fait estrille fauveau, dans le Dict. de RICHELET. dans RÉBUS
Finablement tout dit et recensé, Ce monde n'a de prudence une goutte, I, 296 dans RECENSER
Tu venois lors tout freschement De confesse et de recevoir [communier], p. 17, dans LACURNE dans RECEVOIR
Puis de quel' grace et avec quel plaisir Les recitoit en lieu, temps et loisir ! Non moins aimé eusses le reciteur Que l'oeuvre mesme ou le compositeur, III, 307 dans RÉCITEUR
Jusqu'à la mort, d'ame t'eusse clamée ; Mais un nouveau t'a si bien reclamée, Que tu ne veux qu'à son leurre venir, II, 400 dans RÉCLAMER
Et vous supply, m'amie et mon recours, Belle en qui gist ma mort, ou mon secours...., I, 353 dans RECOURS
Certes, amis, qui cherchez mon recours [salut]...., I, 260 dans RECOURS
Les loix des Grecz saiges et vertueuses, De deshonneur les jeunes accusoient, Quand au travail ou douleur recusoient, VI, 250 dans RÉCUSER
Donc puisqu'en vous joye et soulas redonde Durant les jours à rire convenables...., II, 258 dans REDONDER ou RÉDONDER
En te voyant toute venue en ça, à redoubler leur joye commença, II, 308 dans REDOUBLER
Là haut assis, il [Dieu] voit tout de ses yeux, Et son regard les humains note et marque, IV, 247 dans REGARD
Puis dit ainsi : loing de nous pour le moins, Sont à present regardeurs et tesmoings, IV, 80 dans REGARDEUR
Que le terme qui va devant, Volontiers regist le suivant, III, 58 dans RÉGIR
Lave moi, sire, et relave bien fort De ma commise iniquité mauvaise, IV, 294 dans RELAVER
Nous te remercions, nostre pere celeste, Du repas qu'avons pris, aussi de tout le reste, IV, 344 dans REMERCIER
Fort suis dolent, et regret me remord, II, 325 dans REMORDRE
Ce sont renards, qui sous simples habits Vont devorant les plus tendres brebis, I, 314 dans RENARD
Sur un mauvais rendeur, Épigr. dans RENDEUR, EUSE
C'est le heraut, qui nous a annoncé, Que Dieu avoit de tout poinct renoncé De se venger contre nous de l'injure Que lui avoit fait nostre ame parjure, I, 270 dans RENONCER
Mon cher enfant, tu n'as point merité Que te renonce [désavoue], IV, 58 dans RENONCER
J'ay pris plaisir d'ouïr les phantaisies De ceux qui sont en ce mortel repaire [ici-bas], I, 295 dans REPAIRE
Le bon vieillard, vrai confort des craintifs, à droit nommé repaisseur des chetifs, II, 15 dans REPAISSEUR
Un an y a, ou il s'en faut bien peu, Que par toi suis d'esperance repeu, I, 332 dans REPAÎTRE
Fy du repas, qui, en paix et repos, Ne sçait l'esprit avec le corps repaistre, III, 57 dans REPAÎTRE
Tu as tout seul ton boire et ton repas, III, 167 dans REPAS
Si respondant voulez, je le veux bien, Mon coeur respond et se met en ostaige, VI, 267 dans RÉPONDANT
Qui [ce qui] est souvent, et j'en repons, Pour les mauvais laisser les bons, IV, 195 dans RÉPONDRE
Si respondant voulez, je le veux bien, Mon coeur respond et se met en ostaige, VI, 267 dans RÉPONDRE
Et quant à moy, qui de ce te requiers, Je te promets n'estre point des derniers à te louer, I, 318 dans REQUÉRIR
Nous deux seuletz [Deucalion et Pyrrha] sommes tourbe du monde, Le residu possede mer profonde, IV, 31 dans RÉSIDU
Acoustre et cein sur ta robuste cuisse Ton glaive aigu, qui est la resplendeur Et l'ornement de royalle grandeur, IV, 287 dans RESPLENDEUR
....Que de tant plus son regne fleurira, Vostre Paris tant plus resplendira, II, 211 dans RESPLENDIR
Puis enfans et espouse L'ont mis en choeur de sa fondation, Où il attend ressuscitation, III, 247 dans RESSUSCITATION
....Le maigre à la fosse courant, Et dont la vie est hors de restaurant, IV, 263 dans RESTAURANT, ANTE
....Et de la chair la resurrection, IV, 342 dans RÉSURRECTION
L'orage retiré, Chacun joye demeine, IV, 319 dans RETIRER
Voyez-vous bien là ceste rose Qui s'est toute retraicte et close Vers le soir ?, IV, 173 dans RETRAIRE
Je ne veux point mespriser, Ne mesdire en ma revanche : Mais j'aime mieux estre blanche, II, 355 dans REVANCHE
Revenge-moi, pren la querelle De moi, Seigneur, par ta merci, IV, 285 dans REVANCHER
May qui portoit robe reverdissante, III, 98 dans REVERDIR
Et quand j'euz bien viré et reviré Dedans mon lict, et beaucoup souspiré, I, 356 dans REVIRER
Cele mort qui faict ainsi revivre N'est qu'un dormir...., II, 323 dans REVIVRE
Chantons, sautons, et dansons ric à ric ; Puis allons veoir l'enfant au pauvre nic [il s'agit de la naissance de l'Enfant Jésus], II, 255 dans RIC-À-RIC
Mais je trouve que c'est outrance Que l'un a trop, et l'autre rien, II, 133 dans RIEN
Ô viateur, pour t'abreger le compte, Ci gist un rien, là où tout triumpha, III, 262 dans RIEN
Ce grand Dieu redoute, Qui fit tout de rien, IV, 272 dans RIEN
[Une flèche] Portant un fer forgé par desplaisance Au feu ardent de rigoureux refus, I, 160 dans RIGOUREUX, EUSE
Que diray plus du combat rigoureux [de Pavie] ?, I, 326 dans RIGOUREUX, EUSE
Ton coeur est droit, quoi qu'il soit rigoureux, I, 366 dans RIGOUREUX, EUSE
Petrarque aussi, le Romant de la rose, Sont les messels, breviaire et psautier, Qu'en ce saint temple on list, en rithme et prose ; Et les leçons, que chanter on y ose, Ce sont rondeaux, ballades, virelais, Mots à plaisir, rithmes et triolets, I, 184 dans RIME
En m'esba tant je fais rondeaux en rithme ; Et en rithmant bien souvent je m'enrime, II, 32 dans RIMER
Et cestui-là plus antique qu'un roc, I, 251 dans ROC
Des roches haultaines, I, 222 dans ROCHE
....ce propos dur et triste En cest endroit rompray pour le present, II, 63 dans ROMPRE
L'eau distillant plus dru que d'ung rosaire De mes deux yeulx...., V, 356 dans ROSAIRE
Or ça, dit-il, tendre rousée, Vous ay-je faict du mal ainsi ?, III, 143 dans ROSÉE
Comme un rostisseur qui lave oye, III, 1 dans RÔTISSEUR, EUSE
À tout le moins vous y vueille esmouvoir Royal promesse, en qui toute asseurance Doit consister, II, 107 dans ROYAL, ALE
Tu as defait mes ennemis, Le meschant en ruine mis, IV, 241 dans RUINE
[Je veux qu'il] Soit de ma vie ruineur, Et mette à neant mon honneur, IV, 238 dans RUINEUR
Dessus, et près de ces ruisseaux courans, Les oiselets du ciel sont demourans, IV, 312 dans RUISSEAU
....[moi Annibal] Minai, et mis les rochers en rompture, Qui sont hauts murs massonnez par nature, IV, 125 dans RUPTURE
Desjà pourtant je faisois quelques nottes De chant rustique...., I, 216 dans RUSTIQUE
Ha rustre, II, 199 dans RUSTRE
De son bon gré ta gent bien disposée Au jour très saint de ton sacre courra, IV, 321 dans SACRE
Avec le gland qui leur tomboit à gré Du large chesne à Jupiter sacré, IV, 17 dans SACRER
Or des bestes que j'ai sus dictes, Sagon, tu n'es des plus petites : Combien que sagon soit un mot, Et le nom d'un petit marmot, II, 196 dans SAGOUIN
Zon dessus l'oeil, zon sur le groin, Zon sur le dos du sagouyn, II, 201 dans SAGOUIN
Que dirai plus ? Dieu est le salutaire Des bien-vivans...., IV, 280 dans SALUTAIRE
Car c'est le jour d'heureuse destinée Qui à Satan prepare affliction, Et aux mortels seure salvation, IV, 151 dans SALVATION
Donne-moi sauve assurance De tant d'ennemis inhumains, IV, 237 dans SAUF, AUVE
Mon beau printemps et mon esté Ont fait le saut par la fenestre, III, 138 dans SAUT
On reculle pour mieulx saulter, II, 150 dans SAUTER
Ce chariot par le ciel haut et large Saute et ressaute, et l'air le pousse et guide, IV, 65 dans SAUTER
Tant que le coeur de plaisir nous sautelle, II, 29 dans SAUTILLER
Ô combien lors ceux-là seront heureux, Qui se seront mis en sa sauvegarde !, IV, 229 dans SAUVEGARDE
Ô vrai sauveur, IV, 235 dans SAUVEUR
....Et a suivi long-temps chancellerie Sans profiter rien touchant sellerie ; Car vous savez que tout aquit sans seel Sert beaucoup moins qu'un potage sans sel, II, 83 dans SCEAU
Dites sans plus : il faut que le seelons [un brevet de pension].... Consideré que tant d'autres se seelent ; Mais si je touche argent par la scellure, Je benirai des fois plus de sept l'heur, Le chancelier, le seau et le seelleur, II, 83 dans SCELLEUR
Bref il congneut que toute nation Ployoit soubs luy comme au vent le sion, I, 160 dans SCION
Plusieurs ruisseaux tout à sec demourerent, III, 297 dans SEC, SÈCHE
Qu'en dictes-vous, quel dueil, quel ennuy est-ce, De veoir secher la fleur de tous noz champs ?, III, 298 dans SÉCHER
Les grans tresors, en lieu de secourir, Honteusement me menerent mourir, I, 393 dans SECOURIR
....Qui autrement diroit, Seroit menteur et seducteur inique, I, 269 dans SÉDUCTEUR, TRICE
Povres brebis, on vous a bien seduictes, I, 267 dans SÉDUIRE
Ce sont des loups, qui les troupeaux seduisent Du droict chemin, et à mal les induisent, I, 314 dans SÉDUIRE
Adieu aussi à toutes celles Qui embellissent ton sejour [Lyon], II, 188 dans SÉJOUR
Dictes pourquoy faites si longz sejours à me donner ce que tant veux cherir ?, II, 326 dans SÉJOUR
Autour de luy sont en ce beau sejour L'air et les mois, les siecles et le jour, IV, 57 dans SÉJOUR
....Combien qu'ils [mes chevaux] soient tout frais et de sejour, IV, 60 dans SÉJOUR
Frere Thibaut sejourné, gros et gras, III, 65 dans SÉJOURNER
Aucunes fois vers l'occident se tourne, Aucunes fois son oeil jette et sejourne Sur l'orient, IV, 66 dans SÉJOURNER
....Maugré les fortunes senestres, VI, 261 dans SÉNESTRE
Pensez qu'à Ambres bien sierroit, Ou à Carris, qui les verroit Combattre en ordre et equipage, L'un un valet et l'autre un page, VI, 54 dans SEOIR
Un critique dit là dessus : ....Mais si tu leur bailles ung eschec Du mot serroit, qui n'est mot grec, Et du latin n'a delivrance ; Parle françois, ou cloz le bec, Car serroit n'est receu en France, ib. VI, 94 dans SEOIR
Combien que lors ferme-amour avec elle De vrais subjets eust petite sequelle, I, 195 dans SÉQUELLE
Nombrer voulus tout par ordre et sequence Les tiens ayeulx, IV, 145 dans SÉQUENCE
On aura à vil prix la serge, J'en tends que le bagage on charge, II, 155 dans SERGE
Ou pas à pas le long des buissonnetz Allois cherchant les nids des chardonnetz, Ou des sereins, des pinsons ou lynotes, I, 217 dans SERIN, INE
Tu n'as cousteau, serpe, ne serpillon, Qui sceult coupper corde, ne cordillon...., II, 43 dans SERPE
La grand serpente au pole arctique emprainte, IV, 65 dans SERPENT
Et au talon un serpenteau la blesse, Dont languissoit comme une fleur cueillie, IV, 138 dans SERPENTEAU
Chantons la serpette ; Tous vignerons ont à elle recours, C'est leur secours pour tailler la vignette, II, 351 dans SERPETTE
....Et le mauvais en enfer tiendra serre, Fust le sien corps sous l'autel enserré, III, 289 dans SERRE
Amour me retient en servage, II, 329 dans SERVAGE
Faisant pour toy de corps, d'esprit et d'ame Ce que servant peut faire pour sa dame, I, 342 dans SERVANT
Adieu devises et caquets, Où plus y a de beau langage Que de serviette d'ouvrage, Et moins de vraie affection Que de dissimulation, II, 121 dans SERVIETTE
En ceste nuict le dieu d'amours resveille Ses serviteurs...., I, 353 dans SERVITEUR
Bref, on l'eust pris pour paradis terrestre, S'Eve et Adam dedans eussent esté, I, 168 dans SI
Mais si tu m'en eusses parlé, Ton affaire en fust mieux allé, I, 199 dans SI
Ô si tant vivre en ce monde je peusse, Qu'avant mourir loisir de chanter j'eusse Tes nobles faits..., I, 229 dans SI
La dame sans si [sans défaut], II, 319 dans SI
Qui sera morveux, si se mouche, IV, 153 dans SI
Se fait il plus rien de nouveau ? si fait, I, 198 dans SI
J'oy [j'entends] d'autre part le pivert jargonner, Siffler l'escouffle [milan] et le butor tonner, I, 223 dans SIFFLER
....Tous ces mots allechans Font souvenir de l'oyseleur des champs, Qui doucement fait chanter son sublet, Pour prendre au bric l'oiseau nyce et foiblet, I, 254 dans SIFFLET
En beau papier je sçay tant bien signer, S'il vous plaisoit, monseigneur, me finer Un cent d'escus...., VI, 258 dans SIGNER
... D'un tel propos la silence rompit, IV, 22 dans SILENCE
Je te rendray bon compte de ma vie, Depuis qu'à toy parlay l'autre serée : Ce soir fut court...., III, 134 dans SOIRÉE
Ô Pan, grand dieu, j'ay solide memoire Que...., I, 312 dans SOLIDE
Mais un franc coeur se doit à ce sommer [borner] D'estre content...., VI, 259 dans SOMMER
Et ayme mieux en s'amour avoir peine, Que sans s'amour avoir liesse plaine, II, 375 dans SON
Sy luy dirois la peine que j'endure Pour son amour, et elle orroit ma plaincte, I, 376 dans SON
Veillez, veillez pour pleurer cette perte : Ou, si dormez, en dormant songez-la ; Songez la mort, songez le tort qu'elle a, III, 299 dans SONGER
Las ! par ma folle sotie M'est sortie Toute cette infection, IV, 282 dans SORTIR
Qu'un gros sot en rimes compose Des vers par lesquels il me peint, III, 158 dans SOT, OTTE
Mais il y eut de la soucie : Voilà qui me trouble le sens, I, 186 dans SOUCI
De vos jardins arrachez le soucy, II, 296 dans SOUCI
Que vostre coeur tant noble et gracieux Chasse dehors tout ennui soucieux, I, 356 dans SOUCIEUX, EUSE
Car volontiers la chose precieuse Est mise à part en garde soucieuse, I, 276 dans SOUCIEUX, EUSE
Il n'y a cil qui son souhait ne fasse D'estre avec toi, II, 29 dans SOUHAIT
Chacun la veut, l'entretient, la souhaitte, I, 193 dans SOUHAITER
Ainsi la maison paternelle Ne vous fera brin de souilleure, Mais bien vous la rendrez meilleure, IV, 185 dans SOUILLURE
Et les forts vents qui parmi l'air souspirent, IV, 311 dans SOUPIRER
.... Mais le dieu supernel Sera des bons toujours la soutenance, Psaume 26 dans SOUTENANCE
Ayez donc souvenance, o tristes amoureux.... Qu'il faut craindre toujours et toujours esperer, VI, 262 dans SOUVENANCE
Le seigneur Dieu de nous souvenira, Plus que jamais Israel benira, IV, 326 dans SOUVENIR
Nous plorions melancoliques, Nous souvenans des malheurs de Sion, IV, 334 dans SOUVENIR
Souvienne-toi que chacun d'eux disoit : à sac, à sac, qu'elle soit embrasée, IV, 334 dans SOUVENIR
....avant qu'on te voye estre, Jerusalem, hors de mon souvenir, IV, 334 dans SOUVENIR
D'autre costé, du bien que je poursuis Le subvenir renforce mon martyre, VI, 263 dans SOUVENIR
Tout luysant d'or et d'escarboucles fines, Qui du cler feu en splendeur sont affines, IV, 56 dans SPLENDEUR
.... En ses levres habite Mortel venin qui cause mort subite, II, 281 dans SUBIT, ITE
Jusques à quand, o Pan grand et sublime, Laisseras-tu cette gent tant infime ?, I, 312 dans SUBLIME
Levay les yeux, et promptement je veis Du grand portail sur la sublimité Le corps tout nud et le gracieux vis De Cupido, I, 170 dans SUBLIMITÉ
Ce villain mot de concluer M'a fait d'ahan le front suer, 2, 196 dans SUER
Qui voudra donc suivre de Christ la trace.... Il fault premier qu'à soy-mesme renonce, I, 304 dans SUIVRE
.... Qui te fust consoleur Pour surporter maintenant ta douleur ?, IV, 31 dans SUPPORTER
Sur le printemps de ma jeunesse folle, Je ressemblois l'arondelle qui vole, I, 216 dans SUR
Et en feinte douceur Luy dit ainsi : vien ça, fais moi tout seur, Je te suppli, d'un tel crime et forfait, I, 253 dans SÛR, ÛRE
Dieu est ma garde seure, Ma haute tour et fondement, Sur lequel je m'asseure, IV, 305 dans SÛR, ÛRE
De ses plumes te couvrira, Seur seras sous son esle, IV, 305 dans SÛR, ÛRE
....D'Eglé, qui danse au son de l'harmonie, Quand elle voit les satyres suivans De Galathée, et de tous les sylvans, I, 256 dans SYLVAIN
Or m'ont les dieux celestes et terrestres Tout faict heureux, mesmement les silvestres, I, 222 dans SYLVESTRE
Joie entiere on ne peut avoir, Tandis que l'on est en ce monde, II, 110 dans TANDIS
Ne Papillon pas ne le point, Ne Thenot ne le tenne point, II, 174 dans TANNER
Ô puissant Pan, de ton hault lieu regarde Ces cas piteux, et à venir ne tarde Donner secours à tes simples brebis, I, 317 dans TARDER
Mais tu es Dieu pitoyable.... Tardif à estre irrité, IV, 304 dans TARDIF, IVE
Adieu à qui gueres ne chaut D'armer son tainct contre le chaut, II, 122 dans TEINT
Car fermeté c'est le noir par droicture, Pour ce que perdre il ne peut sa tainture, II, 31 dans TEINTURE
Cachant sa face, en laquelle luy monte Le sang vermeil, tesmoignage de honte, IV, 111 dans TÉMOIGNAGE
Puis dit ainsi : loing de nous pour le moins Sont à present regardeurs et tesmoings, IV, 80 dans TÉMOIN
Le vent, s'il luy commande, Souffle tempestueux, Et s'enfle en la mer grande Le flot impetueux, IV, 318 dans TEMPÊTUEUX, EUSE
... Ou trompe moy en me faisant entendre Qu'elle a le cueur bien ferme, et, fust-il tendre, I, 347 dans TENDRE
Ains, Seigneur, viens estendre Sur moi ta pitié tendre, IV, 235 dans TENDRE
Leur pied mesme s'est venu prendre Au filé qu'ils ont osé tendre, IV, 243 dans TENDRE
L'argent par terme [à diverses échéances] recueilly Peu de profit souvent ameine, III, 30 dans TERME
Vienne sur champs, mais avec son armée, Vous presenter la bataille termée, Il la perdra..., II, 305 dans TERMER
L'empereur est grand terrien, Plus grand que M. de Bourbon, II, 125 dans TERRIEN, IENNE
Tetin qui n'a rien que la peau, III, 42 dans TETIN
Les tetons mignars de la belle, III, 188 dans TETON
Ils dient tant que je croi que le tiers, En escrivant, fait rougir les papiers, I, 405 dans TIERS, ERCE
Non, une foys, mais par diverses tires, Avoit moqué grand nombre de satyres, IV, 50 dans TIRE
Ou à tissir, pour fromages former, Panier d'osier et fiscelles de jonc, I, 220 dans TISTRE
Luy estant vestu de longue togue, II, 303 dans TOGE
... quand jamais elle ne t'escriroit, Ja pour cela t'amour ne periroit, I, 325 dans TON
Et dont pour vray le moindre et le plus neuf Trouveroit bien à tondre sur un oeuf, I, 249 dans TONDRE
Sans estre raiz ne tondu, Incontinent on le fait moyne, I, 188 dans TONDRE
À tout le moins qu'il vous souvienne Des propos tenus en ce lieu, dans JAUBERT, Gloss. dans TOUT, TOUTE
Bacchus alors chappeau de treille avoit, Et arrivoit pour benistre la vigne, II, 352 dans TREILLE
L'autre [trait] dangereux plus que très , Porte un fer de plomb mal couché, Par la pointe tout rebouché, I, 169 dans TRÈS
Bien ignorante elle est d'estre enemie De la trilingue et docte academie, II, 166 dans TRILINGUE
Trencher du brave et du mauvais garson, Aller de nuict, sans faire aucun outrage, Se retirer, voilà le tripotage, II, 232 dans TRIPOTAGE
Des tristes tristeur [il] destournoit, Et l'homme aise en aise tenoit, III, 232 dans TRISTE
....or oste ceste laine, Et la toison que dessus toy je treuve, Il te convient vestir de robbe nuefve, I, 289 dans TROUVER
Approche toy, et te mets en ma place, III, 302 dans TU
Qu'avois-tu, mer, à t'enfuir soudain ?, IV, 324 dans TU
À ma dextre te sieds, IV, 321 dans TU
Au roy du ciel et du monde univers, I, 397 dans UNIVERS
Et tant qu'ouy et nenni se dira, Par l'univers le monde me lira, II, 221 dans UNIVERS
Pourquoy m'alleguez vous l'usage Et la coustume... ?, IV, 163 dans USAGE
Par ce qu'il n'est pas usité Ne commun, qu'une femme ou fille Sçaiche tant...., IV, 163 dans USITÉ, ÉE
Montagnes lors vindrent à redresser, Pareillement les vaux à s'abaisser.... Or, ce faisant, tu fais par monts et vaux Germer le foin pour juments et chevaux, IV, 312 dans VAL
Ne d'employer sa dextre valureuse à par escript ta louenge coucher, III, 12 dans VALEUREUX, EUSE
Tu fis descendre aux vallées les eaux, IV, 312 dans VALLÉE
Il estoit fils d'une Marrane, Comme tu es au demourant, Aussi vedel et ignorant, II, 197 dans VEAU
.... de tel façon, que de chanter la veine Devient en moy non point lasse ne vaine, Ains triste et lente...., I, 223 dans VEINE
Quant est de moy, vienne Helaine ou Venus, Viennent vers moi m'offrir leurs corps tous nuds ; Je leur diray : retirez-vous, deesses, I, 337 dans VÉNUS
Dedans son jardin verdelet, I, 174 dans VERDELET, ETTE
Et en tout temps le laurier cy verdoie, I, 259 dans VERDOYER
L'escorce vert, IV, 74 dans VERT, ERTE
L'escorce verte, IV, 75 dans VERT, ERTE
Veux-tu, vieille ridée, entendre Pour quoi je ne te puis aimer ? Amour, l'enfant mol, jeune et tendre, Toujours le vieil sang trouve amer ; Le vin nouveau fait animer Plus l'esprit que vieille boisson ; Et puis l'on n'oit bien estimer Que jeune chair et vieil poisson, III, 179 dans VIEIL ou VIEUX, VIEILLE
Il fut faict loup, et la marque conforme Retient encor de sa premiere forme ; Tel poil vieillard et tel frayeur de vis Encores a...., IV, 24 dans VIEILLARD
Ne fin papier, ne vierge parchemin, Pour mon propos escrire rien ne valent, I, 361 dans VIERGE
Car il n'affiert à garses diffamées User des droits de vierges bien famées, I, 362 dans VIERGE
Ces grosses villageoises, II, 75 dans VILLAGEOIS, OISE
...Ceux qui ont grand année De froment et bonne vinée, IV, 232 dans VINÉE
Laissez à part vos vineuses tavernes, Museaux ardans, de rouge enluminez, II, 232 dans VINEUX, EUSE
Ce ne sont pas vipereaux furieux, Ne basilics tuant les gens des yeux, 1, 250 dans VIPEREAU
Et quant j'euz bien viré et reviré Dedans mon lict, et beaucoup souspiré, I, 356 dans VIRER
En venerie et virginal noblesse, Elle ensuivoit Diane la deesse, IV, 50 dans VIRGINAL, ALE
Souvent tout n'est pas virginal Parmy ces vierges, IV, 186 dans VIRGINAL, ALE
.... Alors qu'en la maison royalle Du roy mon pere, à t'amye loyalle Parlementes d'elle tout vis à vis, II, 2 dans VIS-À-VIS
Prest de lascher une flesche aguisée, Sur le premier, fust fol ou entendu, Droit sur le coeur et sans prendre visée, I, 170 dans VISÉE
Regarder est très bon langage : Viser est plus agu du tiers ; De dire qu'il n'est en usage, J'en croy tous les arbalestriers ; Je demanderoie volontiers, Comme on diroit plus proprement : Un de ces deux haquebutiers Pour mal viser faut lourdement.... Viser vient du latin tout droit ; Visée en est une lisiere : Et par ailleurs viser faudroit, Pour bien m'atteindre à la visiere, III, 59 dans VISER
Mon Dieu, guide-moy et convoye.... Et dresse devant moy ta voye, Que ne fourvoye, IV, 234 dans VOIE
En y allant la corneille esvolée (Pour sçavoir tout) après luy est volée, IV, 84 dans VOLER
Le vent par coups ses membres descouvroit, Et voleter faisoit ses vestemens, IV, 40 dans VOLETER
Et votre amour [l'amour que je vous porte] m'excuse, Qui troubla tant mes douloureux esprits, I, 352 dans VOTRE
Où est l'ami que tant bon on reclame, Qui pour l'ami voulust bailler son ame ?, I, 265 dans VOULOIR
Compter vous vueil un debat qui m'esveille, I, 399 dans VOULOIR
Chante qui veut, balle qui veut baller ; Ce seul plaisir seulement je vousisse...., II, 393 dans VOULOIR
Elle vous avoit un corset...., I, 201 dans VOUS
Donc puis qu'amour m'a voulu arrester Pour vous servir, plaise vous me traiter, Comme voudriez vous-mesme estre traitée, Si vous estiez par amour arrestée, I, 351 dans VOUS
Et Samblançay fut si ferme vieillart, Que l'on cuidoit pour vray qu'il menast pendre à Monfaucon le lieutenant Maillart, Epigr. du lieutenant criminel et de Semblançay dans VRAI, AIE
Pour vraiement la maniere comprendre...., I, 295 dans VRAIMENT
L'italien, dont la faconde Passe les vulgaires [les langues vulgaires] du monde, III, 58 dans VULGAIRE
Zon dessus l'oeil, zon sur le groin, Zon sur le dos du Sagouyn, II, 201 dans ZON-ZON