Marguerite de Navarre, dite aussi de Valois, ou d'Angoulême, reine de Navarre (1492 - 1549)

Citations

La trop grande et indocte multitude des escrivains qui de jour en jour s'eleve en France, au grand deshonneur et abastardissement de nostre langue, III, 2, recto dans ABÂTARDISSEMENT
J'attends à ce soir M. de Villars et ma niece, lett. XCVII dans À
Pensant vous voir à ces pasques, ai attendu à vous escrire, lett. CVII dans À
Le comte de Carman, à ce que j'ai entendu, vous mene une bande de bons hommes et bien esperimentés, lett. CXIV dans À
Le roy de Navarre, lequel je pense estre à chemin...., lett. CXXIII dans À
Si est-ce qu'il se resolut d'en avoir raison, à peril que ce fust, Nouv. 44 dans À
Quand une personne est un peu interdite, c'est ce qu'on fait passer pour des absences d'esprit ; ce terme est fort en usage, BUFFET, Observ. p. 43, en 1668 dans ABSENCE
Dieu n'est point accepteur de personne, lequel elit ce qu'il veut, Nouv. 2 dans ACCEPTEUR
Nous accourcirons le temps à force d'honnestes propos, Nouv. 10 dans ACCOURCIR
C'est une merveille surprenante qu'elle [une dame] ait plus d'acquis à dix-huit années que celles qui ont trois fois son âge, BUFFET, Observ. p. 285 dans ACQUIS
Sachant que sa femme estoit retrouvée par l'admonition du bon archidiacre, Nouv. 61 dans ADMONITION
J'espère, si le temps s'adoulcist ou qu'elle fasse une pierre, que ce sera la guerison, Lettr. 40 dans ADOUCIR
Ceux qui connoissoient les adresses des chemins furent ceux qui eschapperent, Préf. dans ADRESSE
Son amant la connaissant de bonne lignée et sage, au reste de la faute que lui mesme avoit commise, ne voulut point adulterer ni estre cause ailleurs d'un mauvais mariage [il l'épousa], Nouv. 44 dans ADULTÉRER
Toutes fois, monseigneur, je la vois sans cesse affoiblir ; en sorte que, si je le vous celois, je ne vous serois telle que je suis, Lett. 99 dans AFFAIBLIR
Je m'en remets à vostre jugement, vous priant sans moquerie luy en vouloir conseiller ce qu'il en doit faire, sans regarder affection particuliere, Lett. 79 dans AFFECTION
Je vous prie de prendre ceste maison en telle affection que j'ay tousjours eue et ay la vostre, ib. 83 dans AFFECTION
Il n'y a homme, s'il est aimé d'une dame, mais qu'il sache poursuivre sagement et affectionnément...., Nouv. 9 dans AFFECTIONNÉMENT
Le plus affectionné serviteur et ami qu'elle ait, Nouv. IX dans AFFECTIONNER
Si vous avez ce que vous demandez, qui vous contraint d'en parler si affectueusement ?, Nouv. X dans AFFECTUEUSEMENT
Il n'y a amour si secrete, qui ne soit sue, ni petit chien si affeté [dressé] ni fait à la main, duquel on n'entende le japper, Nouv. LXX. dans AFFÉTÉ, ÉE
Je vous prie bien affectueusement luy donner en son dict affaire le meilleur ayde que vous pourrez, Lett. 80 dans AIDE
J'ay grant peur que sans vostre bonne aide et celle de Dieu, nous aurons bien affaire à sa fille, ib. 102 dans AIDE
Monseigneur, ainsin que je voulois commancer cette lectre, cele qu'il vous a pleu escripre par mon homme est arrivée, Lett. XXXVIII dans AINSI
Il rompit un ais qui estoit entre la chambre de sa maistresse et celle où il couchoit, Nouv. I dans AIS
Et de ma part, tant pour vostre aise que pour la nostre, il vous en prie autant que luy est possible, Lett. 1 dans AISE
Je sens vostre aise tel pour avoir Mme la Mareschale avecques vous, qu'il ne vous souvient de vos amys, ib. 2 dans AISE
Là, assis à nos aises, chacun dira quelque histoire, Nouv. Préface dans AISE
Vous en parlez bien à votre aise ; mais...., Nouv. 18 dans AISE
Elle vequit longtemps, par sa finesse fort à son aise ; - c'est un aise bien malheureux, dit Oisille, quand il est fondé sur le peché, ib. XXXIX. dans AISE
La bonne comtesse a esté très aise de veoir que le roy se porte bien, Lett. 38 dans AISE
Je suis bien aise que vous estes de mon opinion, Nouv. LXX. dans AISE
Au demeurant vous m'avez laissée en une compaignie tant aisée à vivre, que je n'ay encores ouy une seule parole que une seur ne deust dire à l'autre, Lett. XCVIII dans AISÉ, ÉE
Quant il demeure en ce païs, vous pouvez dormir en sureté, combien que l'on luy donne assez d'alarmes ; mais son bon sens prouvoit à tout, Lett. XCV dans ALARME
J'espere le trouver par dessa Tournon. Mais le grant seneschal luy doit donner à l'entour de Vienne quelques chasses qui le pourront retarder, Lett. XXXVI dans ALENTOUR ou À L'ENTOUR
Elle estoit aussi ennuyée du retour de son mari qu'elle avoit esté de son allée, Nouv. III dans ALLÉE
Quand il fut au bout de l'allée [du jardin], où nul ne les pouvoit voir, ibid. dans ALLÉE
Ne vous ennuyiés de souvent faire savoir comme il vous va à celle que toujours trouverés vostre, Lett. 3 dans ALLER
Et encores demain s'en va ma tante de Nemours en Savoye, ib. 8 dans ALLER
Je m'esclatay la peau dessus le genou de près d'ung empan, mais cela s'en va gary, ib. 47 dans ALLER
Et pensés, voyant vos affaires aller sy bien, en quel contentement et louange de Dieu s'en va priant pour vostre prosperité, vostre...., ib. 127 dans ALLER
Au pis aller je serois trop heureuse de mourir avec tant de vertueuses personnes, Lett. 127 dans ALLER
Si ne perdit elle point le coeur ni l'aller [la force de marcher], Nouv. LXI dans ALLER
L'empereur eust mieux fait de se asseurer par alliance avecques vous avant lesser joindre deux telles puissances ; car à peine accepterez vous ce que à l'heure vous demandiez, Lett. CX dans ALORS
Les maux que j'ay eus le me rendent si feible que je suis quelquefois huit jours sans le sentir et à l'heure desesperée de l'estre [en ceinte], ib. CXIX dans ALORS
En lieu d'amaigrir pour le jeune de caresme, elle estoit plus belle et plus fraische qu'à caresme-prenant, Nouv. XXX dans AMAIGRIR
Vous lui direz le contenu en une petite ame [billet] escripte de ma main, que vous trouverez en ceste lettre, ou la luy monstrerez, Lett. 149 dans ÂME
En ces bains-là demeurerent tous les malades, jusqu'à ce que, par leur amendement, ils connurent qu'ils s'en pouvoient retourner, Préf. dans AMENDEMENT
Puisque le bon traitement que je vous ai fait n'a pu servir à votre amendement, Nouv. VI dans AMENDEMENT
Il y a peu de paroles qui ne se puissent amender, mais la vie perdue ne se peut recouvrer, Nouv. X dans AMENDER
La medecine qu'elle lui bailloit pour amender sa douleur la lui rendoit beaucoup plus forte, ib. dans AMENDER
Il n'y a mefait ne crime qui ne se puisse amender ; mais après la mort, n'y a point d'amendement. - Comment sauriez-vous amender la honte ? dit Longarine, ib. XXXII dans AMENDER
Ce gentilhomme lui sembla n'estre point si riche, qu'il lui dust tenir fort d'avoir sa amie non plus que lui, Nouv. IX dans AMI, IE
Quoi, m'amie ? il n'est point un meilleur mari que le mien, ib. X dans AMI, IE
Quand il vouloit, il parloit à son amie, ib. XX dans AMI, IE
Il se retiroit en sa maison, où tant de compagnie l'alloit voir, que sa depense n'amoindrissoit guere en son menage, Nouv. LIX. dans AMOINDRIR
L'amour de la vie doit estre oubliée pour la bonne renommée, Lett. 55 dans AMOUR
Amour ne peult estre receu que de son semblable, ib. 137 dans AMOUR
Que jamais il n'avoit mangé si amoureux et si plaisant morceau que celui.... [le coeur d'un ennemi], Nouv. 51 dans AMOUREUX, EUSE
Plusieurs cherchoient fort sa bonne grace, les uns pour l'amour seulement, les autres pour l'anneau [mariage] ; car, outre sa beauté, elle estoit fort riche, Nouv. LIII dans ANNEAU
Le jeune homme voyant son apoint, dit à sa mere...., Nouv. XLIV dans APPOINT
Gardez-vous de faire comme l'araigne, qui convertit toutes les bonnes viandes en venin, Nouv. XXXVI dans ARAIGNÉE
Le mari avec sa arquebuse, et elle avec des pierres, se defendoient, Nouv. LXVII dans ARQUEBUSE
Ne vous arrestés pas à ce que vous voirés de luy, mais à son sçavoir et esperience que j'ai esprouvé bonnes, Lett. 122 dans ARRÊTER
À mon arriver en ce lieu, j'ai trouvé Carbon et sa compaignie, Lett. 115 dans ARRIVER
La crainte que chacun d'eux avoit de l'assemblée [accointance] du roi et de la damoiselle, Nouv. III dans ASSEMBLÉE
Je m'asseure que ne vouldriez permettre que telles traffiques eussent lieu envers le Roy, Lett. 141 dans ASSURER
Je m'attends bien qu'il y fera son devoir, et qu'il n'y obmettra rien, L. 72 dans ATTENDRE
J'estois bien fort mal, de mal de cueur et desvoyement d'estoumac, que j'attendois durer jusques à mercredi, qui est le bout de mon troisiesme mois, ib. 114 dans ATTENDRE
Pleust à Dieu que l'empereur s'essayast de passer le Rosne ! mais je croy qu'il ne l'entreprendra pas, ny aussy d'assaillir le camp, L. 127 dans AUSSI
Et puisque Parlamente ne l'a voulu nommer, aussi ferai-je, Nouv. X dans AUSSI
Entre autres, y en avoit une, qui.... et comme un malheureux souvent cherche l'autre, vint aborder cette pauvre damoiselle, Nouv. XX dans AUTRE
Mme la grant maistresse m'est venue avancer [hâter], disant que...., Lett. 59 dans AVANCER
Je me treuve maintenant plus saine et forte que je ne faisois par avant [ma fausse couche], Lett. 127 dans AVANT
L'empereur eust mieux fait de se asseurer par alliance avecques vous avant laisser joindre deux telles puissances, ib. 110 dans AVANT
Le bon homme Fabry m'a escript qu'il s'est trouvé ung peu mal à Bloys, avecques ce qu'on l'a voulu fascher par delà, Lett. 98 dans AVEC
Je desire grandement tenir avec moy ma petite niepce, ib. 118 dans AVEC
J'ai bon besoin de repos ; ce que je voys [vais] prendre hors d'avecques ma fille ; car elle est si endemenée que je ne saurois reposer auprès d'elle, ib. 67 dans AVEC
Et, le temps des avents venu, envoya en un couvent de cordeliers demander un prescheur, Nouv. XLI dans AVENT
Le predicateur, tout le long de l'avent, fit très bien son devoir, ib. dans AVENT
La passion plus aveuglante c'est l'amour, Nouv. LXVIII dans AVEUGLANT, ANTE
Amour est aveugle, lequel aveuglit de sorte que...., Nouv. IV dans AVEUGLER
En bonne foi, dit Emarsintte, j'avoue cette dame du tour qu'elle a fait, Nouv. LVIII dans AVOUER
Je suis fort aise que ce petit traité me présente l'occasion d'obliger les femmes à mépriser la bagatelle pour s'attacher aux choses les plus belles et les plus utiles, BUFFET, Observ. p. 174 dans BAGATELLE
Je l'ay veu en telle extremité de maladie et si bas que tout le monde estoit desesperé de sa vie, Lett. 47 dans BAS, BASSE
Et trouva sa pauvre femme si bas qu'elle avoit plus besoin de confession que de medecin, Nouv. LXXI dans BAS, BASSE
Au port à Coulon, près de Niort, y avoit une bateliere qui jour et nuit ne faisoit que passer un chacun, Nouv. v. dans BATELIER, IÈRE
Au battre faut l'amour, Nouv. XLVI dans BATTRE
Il n'est point besoing que vous prenez la peine de venir encores, pour les raisons que je vous manderai, Lett. 153 dans BESOIN
Lui, qui n'avait amour que bestial, Nouv. II dans BESTIAL, ALE
J'ay ung merveilleux regret d'avoir perdu le bien de les voir si tost que je le desirois, Lett. 84 dans BIEN
La plupart des hommes attendent à faire des biens [aumônes, bonnes oeuvres], lorsqu'ils se sentent assaillis de la mort, Nouv. LV dans BIEN
Bien que je sçay que ce qu'on estime bonnes nouvelles ne vous ont esté celées, si faut il que je vous die que...., Lett. 24 dans BIEN
Les affaires de bien en mieulx vont en amendant par la bonne et briefve delivrance de Messieurs, ib. 81 dans BIEN
Quant bien elle le voudroit, elle ne sauroit endurer la litiere, ib. 142 dans BIEN
Il n'avoit bien qu'il ne leur donnast, pour avoir part en leurs bienfaits [bonnes oeuvres], jeunes et disciplines, Nouv. XXX dans BIENFAIT
Blanc chapeau et chapeau blanc, est-ce pas tout un ?, Nouv. X dans BLANC
Et lui devint la couleur blesme, et les levres bleues, et les extremités froides, Nouv. LXX. dans BLÊME
Et lui devint la couleur bleme, et les levres bleues, et les extremités froides, Nouv. LXX. dans BLEU, BLEUE
Elle le pria de mettre son surcot en sa teste, et de bluter en son absence, afin que sa maistresse ouït toujours le bruit du bluteau, Nouv. LXIX dans BLUTEAU
La belle meschine [jeune fille], pour faire des pastés, blutoit de la farine, Nouv. XVII dans BLUTER
Maintenant je suis fort bien, et ay senti bouger mon enfant, Lett. 58 dans BOUGER
Je vous prie encores me mander si l'intention du roy est que je ne bouge d'avecques la royne, ib. 147 dans BOUGER
Elle n'a bougé de couchée [de son lit] depuis vostre partement, sinon ung jour ou deux qu'elle alla jusques en la garde-robe, ib. 46 dans BOUGER
Soyés seur que sy toust que je serai à bout de ma grosseur [grossesse], ne faudray vous en advertir, Lett. 82 dans BOUT
Mon nepveu, encore suis je sus bout ; quy m'ennuye plus que le mal que j'ay à passer ne me donne de crainte, ib. 83 dans BOUT
Il se voulut mettre sur le beau bout [faire l'aimable], Nouv. X dans BOUT
Il apprenoit à danser aux chambrieres de leans les branles de Gascogne, Nouv. XXVIII dans BRANLE
Elle se leva toute seule et print des brodequins et son manteau, Nouv. X dans BRODEQUIN
Et, après qu'il eut fermé la porte et osté sa robe et ses brodequins fourrés, s'en alla se mettre au lit, ib. XVIII dans BRODEQUIN
Il emportoit le bruit par-dessus ses compagnons, Nouv. X dans BRUIT
Il avoit eu le bruit d'estre plutost hardi et gentil compagnon que bon chrestien, ib. XII dans BRUIT
Cachez-vous en mon cabinet, et ne faites un seul bruit [le moindre bruit], ib. XXXVI dans BRUIT
Elle connoissoit le contraire du faux bruit que l'on donnoit aux François, car ils estoient plus sages...., ib. XI dans BRUIT
Voyant cette fille assez belle, pour une claire brune, Nouv. LIII dans BRUN, BRUNE
.... Où avec petites buschettes le secha le mieux qu'il put, Nouv. Préf. dans BÛCHETTE
Il lui bailla incontinent un bulletin, par la vertu duquel la porte lui fut ouverte et les chevaux baillés, Nouv. XI dans BULLETIN
Comme ne se souciant des choses de çà bas, Nouv. XLII dans ÇA
Sur le gazon et sous les verts sapins, Sous cabinets tout fleuris d'aubepins, Pour reposer Diane s'estoit mise, dans JAUBERT, Glossaire dans CABINET
Portant les deux cannettes en ses deux mains, couvertes d'une toile de soie...., Nouv. XI dans CANETTE
Un manteau de frese noire, qui estoit tout bordé de cannetille et d'or-frise bien richement, Nouv. XXIII dans CANNETILLE
Dejà estoit la mi-caresme, Nouv. XXX dans CARÊME
En lieu d'amaigrir pour le jeune de caresme, elle estoit plus belle et plus fraische qu'à caresme-prenant, Nouv. XXX dans CARÊME-PRENANT
Il lui dit qu'il n'en savoit point de meilleur que de jouer aux cents [piquet], Nouv. LIX. dans CENT
Le très fort a commandé à la mer cesser ses ondes, Lett. 20 dans CESSER
Elle ne cessa de me prescher et faire envers moy l'office de reconfort, ib. dans CESSER
Il faisoit fort bonne chere à une femme de chambre à chaperon, qu'elle avoit, Nouv. LIX dans CHAPERON
Pensant que, quand il entendroit cela, il se chastieroit de l'aimer tant, Nouv. I dans CHÂTIER
Si, après avoir parlé à lui, il ne se chastie, je le chastierai si bien, que les autres y prendront exemple, ib. LIII dans CHÂTIER
Ils font si bien les chatemites, quand ils veulent avoir quelque avantage sur quelqu'une, et sont de si attrayante maniere, Nouv. 46 dans CHATTEMITE
Le tout est que je laissay le roy faisant, dieu mercy, très bonne chere [en santé], et commençant bien à se fortifier, L. 46 dans CHÈRE
Le roy faict tousjours la chere que vous m'aviés promise, dont je sçay de plus en plus l'obligacion que j'ay à vous, ib. 140 dans CHÈRE
Combien qu'il eust entendu qu'en son absence le roi la cherissoit, si n'en put-il rien croire, Nouv. III dans CHÉRIR
Qu'il ne tarde plus à amener sa fille, car nous allons cheux M. Deschenais, où elle pourroit bien se rendre, L. 12 dans CHEZ
La chambriere ayant son surcot sur la teste (à la mode du pays, qui est fait comme un chremeau, mais il couvre tout le corps et les espaules par derriere)...., Nouv. LXIX. dans CHRÉMEAU
Le plus beau couple de la chrestienté, Nouv. X dans CHRÉTIENTÉ
Sachant que ou il mourroit cruellement, ou renonceroit la chrestienté, ib. X dans CHRÉTIENTÉ
Toutes les circonstances qui aggravent le peché, Nouv. XLI dans CIRCONSTANCE
La dame laissa la porte ouverte, et alluma de la clarté là dedans, parquoi la beauté de cette fille pouvoit estre vue plus clairement, Nouv. XVIII dans CLARTÉ
Et pendant le procès les bons maris demourerent en la prison, attendans la sentence diffinitive qui, pour le nombre infini d'eulx, en est taillée de demourer pendue au clou, Nouv. XCII dans CLOU
M. d'Orleans est cloué sur son livre et dit qu'il veut être saige, Lett. XXX dans CLOUER
Au coeur de l'hiver, Nouv. XXXVIII dans COEUR
Je crois que vous eussiez pris une chevre coiffée pour une belle fille, Nouv. VIII dans COIFFER
J'avanceray mes journées le plus qu'il me sera possible, combien que je ne puis faire grant nombre de lieues, Lett. 43 dans COMBIEN
Ce porteur vous dira combien de larmes de joye il a veu verser à ceste compaignie, ib. 84 dans COMBIEN
Plus je voys en avant, et plus je congnois combien je suis obligée à vous, ib. 126 dans COMBIEN
Ce qui n'a encores esté offert de nul serviteur, combien qu'il y en ait à qui il ne default que le bon vouloir, ib. 121 dans COMBIEN
Le gentilhomme voyant que c'estoient femmes, ne put pis faire, que de les commander à tous les diables, leur fermant la porte au visage, Nouv. XVI dans COMMANDER
Voici un terme des plus barbares ou bien des provinciaux tombent : ils diront : cet homme est riche comme tout ; il faut dire : est très riche, BUFFET, Observ. p. 75, en 1668 dans COMME
La passion de nostre Seigneur, dont la commemoration se faisoit en ces jours-là, Nouv. X dans COMMÉMORATION
Depuis mercredi, madame s'est trouvée beaulcoup plus mal qu'elle n'avoit esté despuis qu'elle a commencé à se lever, Lett. X dans COMMENCER
Vous m'avez laissée en une compaignie tant aisée à vivre que je n'ay encores oui une seule parole que une seur ne deust dire à l'aultre, L. XCVIII dans COMPAGNIE
Mon cousin, ce porteur vous sçaura bien au long compter de l'empeschement que j'ay eu jusques icy, L. 29 dans COMPTER
Vous ne vous repentirés d'avoir prochassé de l'honneur à ceulx desquels vous pouvés conter la maison la vostre mesmes, ib. 147 dans COMPTER
Il aimoit mieux gagner de l'argent, en le confortant en ses folies, que de faire office d'un bon serviteur, Nouv. XLII dans CONFORTER
Elle qui se consentoit d'estre trompée, Nouv. VII dans CONSENTIR
Son innocence la faisoit constamment parler, Nouv. LXX. dans CONSTAMMENT
Que jamais vous ne m'esloigniez de votre bonne grace, que vous me conteniez [conserviez] au degré où je suis, vous fiant en moi plus qu'en nul autre, Nouv. X dans CONTENIR
En quoy, oultre le service du maistre et de vostre debvoir, faictes chose dont le très grand maistre se contente [est content], L. 15 dans CONTENTER
Sy les Basques estoient aussy bonnes gens, je suis seure que vous vous en contenteriés [que vous en seriez content], ib. 115 dans CONTENTER
De sorte que, pour quelque bonne chere qu'elle lui fist, ne pour quelque contension qu'il eust, ne voulut fausser son serment, Nouv. XVIII dans CONTENTION
La continuation de la bonne santé de Madame, Lett. 21 dans CONTINUATION
S'il luy eust pleu que je feusse demourée avecques la royne, il sait bien que je n'ay affaire sy contraint que je n'eusse laissé, Lett. 147 dans CONTRAINDRE
J'avois du tout laissé le Creneche [le vin de Grenache] ; mais j'ay esté contrainte de le reprendre quant c'est venu sur le terme des trois mois, ib. 149 dans CONTRAINDRE
Et luy fault ung grand repous, qu'elle se contraint à prendre pour se fortifier, ib. 139 dans CONTRAINDRE
Elle envoya querir un bon lit garni de linceux, mante et contre-pointe, Nouv. XXXVIII dans CONTRE-POINTE
Il lui porta les cinq cens ducats dont ils avoient convenu ensemble, Nouv. LVI dans CONVENIR
Et ne savez-vous pas que la nature est coquine ? elle aimoit...., Nouv. XLIV dans COQUIN, INE
Elle faisoit response qu'elle ne le feroit jamais cocu ; mais oui bien, coquin [gueux, ruiné], ib. LIX. dans COQUIN, INE
Et que surtout il se gardast que son mari ne le vist aller aux cordeliers, Nouv. XXX dans CORDELIER
Il la trouva encore en la chapelle, si desesperée, que, s'il lui eut esté licite de se rendre cordeliere, elle y fut demeurée, ib. CXIV dans CORDELIER
Plusieurs garçons lui faisoient des cornes par derriere, en signe de moquerie, Nouv. III dans CORNE
Afin que, quand vos maris vous donneront les cornes de chevreuil, vous leur en donniez de cerf, ib. III dans CORNE
Il n'y a veneur qui ne prend plaisir à corner sa prise, ni amoureux d'avoir la gloire de sa victoire, Nouv. XLIX. dans CORNER
Aussi Jacques, au lieu de baisser la cotte verte à s'amie, lui baissa la cotte rouge, Nouv. XLIV dans COTTE
Battre très bien sa femme et la faire coucher en la couchette, et celle qu'il aimoit au grand lit, Nouv. XXXVII dans COUCHETTE
Le plus beau couple de la chrestienté, Nouv. X dans COUPLE
Une couple de beaux chevaux, ib. XXVI dans COUPLE
L'une des plus belles couples qui fust en la chrestienté, ib. X dans COUPLE
Je ne crains à vous donner de la peine, Lett. 119 dans CRAINDRE
Je ne crains vous recommander ung si homme de bien, ib. 120 dans CRAINDRE
Ma povre soeur faict un si très grant duel, que je crains bien sa santé, ib. 133 dans CRAINDRE
Je n'entends point parler de la dicte commission, qui me faict craindre qu'il y ait quelque empeschement, ib. 151 dans CRAINDRE
Le gentilhomme craignant sa vie s'il offensoit son maistre, et la damoiselle, son honneur, Nouv. XL. dans CRAINDRE
Et connoissant la verité dont la creance lui causoit plus de mal que la mort, Nouv. LXIV dans CRÉANCE
Je suis votre creature ; tout le bien et l'honneur que j'ai viennent de vous, Nouv. XI dans CRÉATURE
Et combien qu'il vist cette dame vefve, avec son crespe noir, Nouv. XVI dans CRÊPE
Les pauvres femmes se leverent à cri [en criant], tant estonnées de voir leur maistresse comme morte, Nouv. X dans CRI
Elle commença à crier au larron, tant que sa teste le pou voit porter, Nouv. LVIII dans CRIER
Ce n'a pas esté vous qui m'avez decelé, mais celui qui a la voix plus criante que le chien, et le coeur plusingrat que nulle beste, Nouv. LXX. dans CRIER
Je croy que, avant que recepvez ceste reponse, vous aurez du roy ce que avés demandé, L. 50 dans CROIRE
Je vous supplie le croire de ce que je l'ay prié vous dire, ib. 49 dans CROIRE
Parquoi, si vous aimez mavie, en sauvant votre conscience de crudelité, vous me la sauverez, Nouv. XXII dans CRUAUTÉ
Je pourrai bien avoir telle haine qu'elle vous cuira, Nouv. XLIII dans CUIRE
Ce n'estoit qu'un coeur, une maison, un lit, une table et une bourse d'eux deux, Nouv. XLVI dans DE
Si Dieu ne donne mieulx au roy de Navarre, j'ay peur que de 15 jours il ne soit prest à partir d'icy, Lett. 136 dans DE
Il ne s'aperçut de son bras, qui se desbanda ; et la playe...., Nouv. L. dans DÉBANDER
Mais en voyant cet amour decevable, Le temps m'a fait voir l'amour veritable, Nouv. XXIX. dans DÉCEVABLE
L'amour Qui fut pour moi trop doux et decevant, Nouv. XXIX. dans DÉCEVANT, ANTE
Las ! la pauvrette Toute seulette, Sans parler longtemps sera Echevelée, déconsolée, L'etrange cas pensera, Nouv. XIX. dans DÉCONSOLÉ, ÉE
Les medecins lui conseillerent de descoucher d'avec sa femme [de faire lit à part], Nouv. LIV dans DÉCOUCHER
Bref en ce que nous avons, ils defaillent, et, en ce que nous n'avons. ils abondent, Nouv. XXIX dans DÉFAILLIR
C'est de mettre la main à l'espée et à la bourse, quy n'a encores esté offert de nul serviteur, combien qu'il y en ait à qui ne deffault que le bon vouloir, Lett. 121 dans DÉFAILLIR
Et pour cette raison, defendoient les Hebreux, que, l'année que l'homme seroit marié, n'allast point à la guerre, Nouv. LXX. dans DÉFENDRE
Elle lui defendit de ne s'y trouver plus, ib. XX dans DÉFENDRE
L'avocat lui respondit, que à desjeuner il trouveroit assez, mais qu'il eust un desfrayeur, Nouv LII dans DÉFRAYEUR
Aussi, depuis qu'un homme est deshonté, à grande peine se peut-il amender, parce que la honte retire autant de gens du peché que la conscience, Nouv. XLI dans DÉHONTÉ, ÉE
Mais si vous n'estes à la court, et que le dict prothonotaire ait desjà tenu les dicts propos, il ne sera jà besoing que vous luy en parliez, Lett. 151 dans DÉJÀ
Elle envoya querir son frere pour l'emmener en son pays. et se delogea incontinent d'avecques sa soeur, Nouv. XLII dans DÉLOGER
Demanchez la croix, et du manche chassez-les au loin, Nouv. XLVI dans DÉMANCHER
Un homme qui se venge de son ennemi et le tue pour un dementir en est estimé plus gentil compagnon, Nouv. XLIII dans DÉMENTI
Connaissant l'iniquité du pere, qui laissoit moisir sa fille, de peur de demoisir ses escus, Nouv. 44 dans DÉMOISIR
Je n'eusse pas pensé d'avoir veu en tel temps tant de demonstracion d'amour et d'obeissance, Lett. XXXIII dans DÉMONSTRATION
Craignant que la demonstration qu'il avoit faite de son desir lui fist perdre la privauté qu'il avoit avec elle, Nouv. XXII dans DÉMONSTRATION
Quand Florinde se trouva seule après le departement de son serviteur, Nouv. 10 dans DÉPARTEMENT
Je ne me departirai pas de la forte opinion que j'ai, que...., Nouv. X dans DÉPARTIR
L'armée, je doubte, ne se departira sans guerre, Lett. 8 dans DÉPARTIR
Vous me ferez plaisir de me faire souvent savoir de vos nouvelles ; je feray revanche de vous despartir de celles d'icy, ib. 9 dans DÉPARTIR
Il me semble que vous avez tant participé en mon ennuy que je vous ferois tort sy je ne vous departois de ma consolation, ib. 146 dans DÉPARTIR
On la peut nommer despite, vindicative, opiniatre et muable, Nouv. 15 dans DÉPIT, ITE
J'ai un mari qui me fuit, qui me hait et me despite plus qu'une chambriere, Nouv. X dans DÉPITER
Peut-estre que le despris que dorenavant j'en ferai vous chastiera, Nouvell. VI dans DÉPRIS
Afin qu'il connoisse de combien vous desprisez [méprisez] sa folie, Nouv. IV dans DÉPRISER
Depuis au disner jusques au souper, une larme n'attendant l'aultre, elle ne cessa de me prescher, Lettre 20 dans DEPUIS
Depuis mercredy Madame s'est trouvée beaulcoup plus mal qu'elle n'avoit esté despuis qu'elle a commencé à se lever, ib. 40 dans DEPUIS
Je ne veux pour vous que maison soit deshonorée et les filles que j'ai eues de vous, desavancées, Nouv. XXXVI dans DÉSAVANCER
Il l'aimoit si desesperément, qu'un jour il ne se put tenir de lui en parler, Nouv. 11 dans DÉSESPÉRÉMENT
Je suis quelquefois huit jours sans le sentir [l'enfant] et à l'heure [alors] desesperée [n'espérant plus] de l'estre [enceinte], Lettre 119 dans DÉSESPÉRER
Tout le monde, fors moy seulement, estoit desesperé de sa vie, ib. 47 dans DÉSESPÉRER
Si par fortune cet anneau se perd, la femme est desestimée comme ayant donné sa foi à un autre qu'à son mari, Nouv. VIII dans DÉSESTIMER
Ce gentilhomme n'estoit refusé d'estre à son habiller et deshabiller, où toujours il voyoit occasion d'augmenter son affection, Nouv. IV dans DÉSHABILLER
Mais les dames, devant lesquelles elle parloit si deshonnestement, la condamnerent qu'elle y retourneroit, Nouv. LX. dans DÉSHONNÊTEMENT
Ce me seroit chose importable, et non moins deshonorable pour vous, Nouv. LIII dans DÉSHONORABLE
Voyant qu'elle estoit en danger d'un refus deshonorable, ib. LXX. dans DÉSHONORABLE
Et s'il luy estoit possible luy mesme y estre en personne, c'est le plus grand desir que pour ceste heure il faict, Lett. 14 dans DÉSIR
J'ay congneu de long temps à vous ung desir au soulagement des subjects du roy si grant, que...., ib. 159 dans DÉSIR
Je ne vous en diray plus pour ceste heure, sinon que je prie nostre seigneur vous donner l'aise que vous desire vostre etc., Lett. 2 dans DÉSIRER
Voyant une personne qui n'a pas sa gaieté ordinaire, on dira qu'elle est toute désorientée, le terme est fort bon, BUFFET, Observ. p. 40, 1668 dans DÉSORIENTÉ, ÉE
Lesquels sans gehenne et contrainte confesserent librement la dette, et fut leur procès fait et rapporté au roi, Nouv. I dans DETTE
Il s'en retourna à sa femme, à laquelle il confessa sa dette [sa faute, et combien il lui étoit obligé] ; et que, sans le moyen de cette grande douceur et bonté, il estoit impossible qu'il eust jamais laissé la vie qu'il menoit, ib. XXXVIII dans DETTE
Le secretaire fut si joyeux qu'encore qu'il eust la bouche parfaitement laide et grande en faisant de deux, la rendit si petite que l'on n'eust pas cuidé qu'il eust su mordre dedans le jambon, Nouv. XXVIII dans DEUX
Si toust que nous saurons vostre partement, nous gaignerons les devans, Lett. 113 dans DEVANT
Il estoit hier tout davant moy quant je vous dis adieu, ib. 122 dans DEVANT
Je vous ay cy devant faict bien ample responce à toutes vos lettres, ib. 151 dans DEVANT
Ils ont contraint les pouvres gens en porter plaincte à la justice par devant le seneschal de Beaucaire, ib. 159 dans DEVANT
M. de Soissons est parti, qui a porté à Mme la mareschalle une bonne lettre du roy, que lui mesme a devisée [dictée], Lett. 123 dans DEVISER
Tant que vous et madame avez esté icy, je prenois plus de plaisir à vous ouïr deviser de ce lieu que de le regarder, ib. LIV dans DEVISER
Laquelle en beauté et bonne grace ne devoit rien à son mari, Nouv. II dans DEVOIR
Toujours un pire diable met l'autre dehors [la plus violente passion l'emporte], Nouv. XXVI dans DIABLE
La beauté de la duchesse n'estoit que laideur et difformité au prix, Nouv. LXX dans DIFFORMITÉ
Elle commença à lui dire tous les propos qu'elle pensoit dignes [capables] de le retirer du lieu où il estoit, Nouv. LXIV dans DIGNE
Ce porteur a vu tout ce qui est digne d'escripre de ce pays, Lett. 166 dans DIGNE
Le bien de vous voir est digne d'oublier toute aultre chose pour y parvenir, ib. IX dans DIGNE
Si j'estoys digne d'estre crue sur ces affaires, ib. XCIV dans DIGNE
Je le vous envoie pour vous rendre conte de moy et de tout ce qui me semble digne de vous estre dit, ib. CXIX. dans DIGNE
J'ay faict ce que j'ay peu pour diligenter mon voyage, Lett. 30 dans DILIGENTER
Je vous prie vous diligenter en sorte que vous ne demeurés après le roi, ib. 113 dans DILIGENTER
Je voys [vais] coucher à Medine, où je pense trouver Brion, et ne fauldray à le vous diligenter, ib. 22 dans DILIGENTER
Elle s'entretint depuis la dînée jusqu'à la soupée, Nouv. X dans DÎNÉE
Ces grands orateurs romains qui avaient l'art de persuader ce qu'ils voulaient par la force et les charmes de leur bien-dire, BUFFET, Observ. p. 120, 1668 dans DIRE
Vous savés combien vostre paine est necessaire aux affaires dont vous portés le faix, et où vos amis vous trouvent bien à dire, Lett. 64 dans DIRE
Il n'y a nulle raison en leur affaire, j'espere les trouver bien toust ; je croy que leur diray leurs verités, ib. 114 dans DIRE
Il vous treuve tant à dire que vous diriés qu'il est tout seul, ib. 122 dans DIRE
Monseigneur, quant tout est dit [après tout], mon principal souci est de votre santé, ib. 24 dans DIRE
Ils jeunent et prennent de très grandes disciplines, Nouv. XXX dans DISCIPLINE
Les esprits que l'on estime les plus subtils et grands discoureurs...., Nouv. LI dans DISCOUREUR, EUSE
Et lui conta tout le discours [plan] de l'entreprise bien au long, Nouv. LIX. dans DISCOURS
Madame a fort bien reposé ceste nuict ; je continueray à vous escripre de sa disposition [santé], Lett. 68 dans DISPOSITION
Je vous prie dire que j'ay eu affaire aux plus grans dissimuleurs et gens où il se treuve aussy peu d'honneur qu'il est possible, Lett. 47 dans DISSIMULATEUR, TRICE
La dissimulation que vous faites d'estre tant chaste ne vous a de rien servi, Nouv. XXII dans DISSIMULATION
Et d'autant plus se declara après sa mort [d'un homme], qu'elle s'estoit dissimulée durant sa vie, Nouv. IX dans DISSIMULER
Si vous tiendrai-je ma promesse : c'est de jamais plus ne nous voir, après la divulgation de nostre amitié, Nouv. LXX. dans DIVULGATION
Quant l'occasion s'y donnera, vous connoistrés que vous n'avez point amé personnes ingrates, Lettre 170 dans DONNER
Le bruit que chacun lui donnoit d'estre l'un des plus adroits et hardis aux armes qui feust de son temps, Nouv. 4 dans DONNER
Puisque prenés la paine à m'escripre, dont me faictes ung merveilleux plaisir, Lett. 3 dans DONT
Encores me desplaist-il bien dont elle a sy peu de compaignie, craignant qu'elle s'ennuye, ib. dans DONT
Vous savés combien vostre paine est necessaire aux affaires dont vous portés le faix, ib. 64 dans DONT
On dit tant de bien de vostre justice que je ferois mal de le vous celer, saichant très bien que vous en donnés la gloire à celuy dont elle vient, ib. 126 dans DONT
Et n'oublia le demeurant de la poudre, sans y regarder dose, poids, ne mesure, Nouv. LXVIII dans DOSE
Qu'ils n'estoient pas suffisans pour l'entretenir la moitié de l'année ; et que, s'il ne plaisoit au roi lui en bailler la moitié au double, il seroit contraint de se retirer, Nouv. XVII dans DOUBLE
J'ai entreprins une chose impossible et qui peut, au lieu d'augmenter mon contentement, estre doublement de mon malheur, Nouv. IV dans DOUBLEMENT
Vous m'en avés escript si honnestement que jamais je n'en ay faict une seule doubte, Lett. 101 dans DOUTE
Je croy que vous ne doubtés pas que mille occasions ne nous oustent de ce monde, suivant la voulenté de celuy qui nous y mit, Lett. 55 dans DOUTER
Je me doubte d'estre au septiesme mois [de ma grossesse], qui y est, après l'huitiesme, le plus dangereux, ib. 77 dans DOUTER
Je pensoys aller digner à Amiens, mais me doubtant que j'y trouverois une poure maison bien desolée, je digneray icy, ib. 133 dans DOUTER
Vous advertir non seulement de ce que je say, mais de ce que je doubte, pour nous en conduire par vostre advis, ib. 121 dans DOUTER
La maladie du cardinal d'Armaignac est une fievre tierce, mais tant aigue, que ceux qui ne le congnoissent doubtent sa vie, ib. 140 dans DOUTER
Tant plus avant nous entrons en ce propos, et plus ces bons seigneurs ici draperont sur la tissure, et tous, à nos depens, Nouv. X dans DRAPER
Il se retourna vers la muraille comme pour faire de l'eau, et là rompit ses lettres, Nouv. XX dans EAU
Sans la joye de vous voir en telle santé que tous les votres doivent desirer, je n'eusse sceu porter cet esclair d'ung si grant bien si mal receu [la visite de son frère], Lett. CXXIX. dans ÉCLAIR
J'ay cuydé demourer pour une chuste que je feiz, où je m'esclatay la peau dessus le genoul de près d'un empan, Lett. 47 dans ÉCLATER
Elle perdit la raison, et, ne pouvant passer au long d'un banc, s'escoula au long d'une table et s'enfuit, Nouv. X dans ÉCOULER (S')
Amadour, ayant fait son effet de retirer ces deux corps, pensa si peu de luy qu'il se trouva environné d'un grand nombre de Maures, Nouv. X dans EFFET
Elle fut si très effrayée de peur, qu'elle demeura comme une statue sans sonner mot, Nouv. XXX dans EFFRAYER
Il ne voulut point offenser sa regle de vraie amitié, qui egale le prince et le pauvre, Nouv. XLII dans ÉGALER
Elle se mit à le frapper, mordre et egratigner, Nouv. IV dans ÉGRATIGNER
Mais il n'est pas heure de l'eslongnier [de la quitter], Lett. 3 dans ÉLOIGNER
J'ai prié le roy de Navarre, que l'on eslongnast de cette ville ceulx qui estoient au dit evesque, ib. 149 dans ÉLOIGNER
Il n'est nulle pire prison que d'ung corps en liberté eslongnant les lieux où son coeur est aresté, ib. 66 dans ÉLOIGNER
Si les formes des corps, qui sont substances intellectuelles, sont infuses dans les individus par un principe supérieur, duquel elles soient directement émanées...., BUFFET, Observ. p. 221, 1668 dans ÉMANER
Ce n'est doncques pas la beauté et l'embonpoint de votre chambriere, qui vous a fait trouver ce plaisir si agreable, Nouv. VIII dans EMBONPOINT
En toutes choses qu'il nous peult faire plaisir, il s'y employe comme pour lay mesmes, Lett. 112 dans EMPLOYER
Il falloit avoir les reins ceints, des pieds en ses souliers et une main en son baston. - Il se reprit incontinent : " Eh bien ! dit-il, des souliers en ses pieds, et un baston en sa main, ", Nouv.. X dans EN
Il n'est point besoing que vous prenez la peine de venir encores, pour les raisons que je vous manderay, Lett. 153 dans ENCORE
J'ay bon besoin de repous, ce que je voys [vais] prendre hors d'avecques ma fille, car elle est si endemenée que je ne sauroys repouser auprès d'elle, Lett. 67 dans ENDÉMENÉ, ÉE
Il est si feible [l'enfant] que je suis quelquefois huit jours sans le sentir, mais despuis quatre jours a bien enforcy son bougement, Lett. CXIX. dans ENFORCIR
Elle alla avec elle, portant un visage si pale et desfait, qu'elle estoit plus pour engendrer pitié que concupiscence, Nouv. XLII dans ENGENDRER
Vous pouvés penser combien la longueur de son mal luy ennuye, Lett. 143 dans ENNUYER
Ils s'entre-caresserent quelque peu, et puis se reunirent au promenoir, Nouv. XLIV dans ENTRE-CARESSER (S')
Pour l'obscurité de la chambre, ne les pouvoit connoistre ; parquoi, les entrevoyant bien pr0s l'un de l'autre, se print à crier...., Nouv. LXVI dans ENTREVOIR
Bien est vray que toute ma vie j'auray envie que je ne puis faire pour luy office pareil au vostre, Lett. XX dans ENVIE
Si vous avés envie que je vive, je vous prie, que je sache de vos nouvelles, ib. LXVII dans ENVIE
En chaire ne se doit tenir propos qui ne soit totalement à l'erudition de son prochain et l'honneur de Dieu, Nouv. X dans ÉRUDITION
Et pleust à Dieu que l'empereur s'essayast de passer le Rosne quand je suis icy !, Lett. 127 dans ESSAYER
Nous vous avons envoyé ce porteur, non pour essayer à consoler mon nepveu et vous, ib. 162 dans ESSAYER
Puisque vous le voulez, et moi aussi [je le veux bien], dit Longarine, Nouv. LVIII dans ET
Je commande sur peine d'inobedience et d'estre damnée eternellement que..., Nouv. XXII dans ÉTERNELLEMENT
J'ay aussy parlé à des personnes de gros estoffe, qui desirent que l'empereur allast en Italie, m'asseurant que bien toust seriez mis hors [délivré], Lett. XX dans ÉTOFFE
Estes vous encore à savoir que les femmes n'ont amour ni regret ?, Nouv. XXXII dans ÊTRE
Le pauvre gentilhomme ne savoit où il en estoit [qu'en penser], ib. LIII dans ÊTRE
Madame fust hyer disner aux Loges, dont elle s'est bien trouvée, Lett. 68 dans ÊTRE
Je feusse plus toust partie, n'eust esté la grant envie que j'avois de voir Chumbert, ib. 152 dans ÊTRE
Le cardinal d'Armaignac a esté à la mort, abandonné des medecins, ib. 142 dans ÊTRE
Il se mit sur un lit, où il evanouit plusieurs fois, Nouv. XXVI dans ÉVANOUIR (S')
Tant plus la drogue est precieuse, et moins se doit esventer [exposer à l'air], Nouv. LIII dans ÉVENTER
Pour eviter aux inconvenients, je vous prie, veuillez faire le vouloir du roy, Lett. 141 dans ÉVITER
J'avois ouï dire que la plupart des Italiens estoient sujets à trois vices par excellence, Nouv. LI dans EXCELLENCE
Et au partir, lui assignoit jour qu'il y devoit retourner, où, sans trop grandes excuses [motifs], n'avoit encore failli, Nouv. LXX dans EXCUSE
Vous suppliant escuzer la paine que vous donne à lire tant de fascheuses lettres, Lett. 72 dans EXCUSER
C'est grand dommage que je ne suis bien experimenté [mis à l'épreuve, apprécié] ; car, par faute de me connoître, je vois que vous avez mauvais jugement de moi, Nouv. LVI dans EXPÉRIMENTER
Cette beauté tant exquise, Nouv. x. dans EXQUIS, ISE
Je vous supplie, mais c'est de toute l'extremité de mon cueur, qu'il vous plese que souvent madame ait de vos nouvelles, Lett. XXXVI dans EXTRÉMITÉ
Il vous dira verité de plusieurs chouses dont je crains par lectre vous ennuyer, saichant bien les affaires que vous avez, qui ne sont pour estre faschés de petites chouses, Lett. CXIX. dans FÂCHER
Il desire chercher la vraie felicité et le facteur et source d'icelle, Nouv. XIX. dans FACTEUR
Je vois bien que, s'il avoit besoin d'excuses, ne lui faudriez d'avocat, Nouv. LXVI dans FAILLIR
Le travail des grans journées d'Espagne m'estoit plus portable que le repous de France, où la fantasie me tourmente plus que la peine, Lett. XXXVI dans FANTAISIE
Et continuerent longuement cette vie, sans qu'il s'aperçut jamais qui elle estoit, dont il entra en grande fantaisie [inquiétude], pensant...., Nouv. XLIII dans FANTAISIE
Pourquoi la terre ne s'ouvrit-elle pour engloutir ce fausseur de foi ?, Nouv. LXX. dans FAUSSEUR
Il se dépouilla de ses habillemens de palefrenier, osta son faux nez et sa fausse barbe, Nouv. XXVI dans FAUX, FAUSSE
N. S. faict tant de graces au roy, que jamais ne feut plus de besoing de favoriser aux poetes que maintenant, afin que tant de choses ne soient mises en oubly, Lett. 113 dans FAVORISER
N. S. veuille favoriser vostre bon vouloir, ib. 131 dans FAVORISER
Elle va feindre d'estre malade, Nouv. LXI dans FEINDRE
Le seigneur de Bonnivet, pour lui arracher son secret, feignit lui dire le sien, ib. IV dans FEINDRE
Elle va feindre d'estre malade et continuer si bien cette feinte, que...., Nouv. LXI dans FEINTE
Et aurons de quoy respondre aux aultres ou en feinte ou en verité, Lett. CXX. dans FEINTE
Les povres sots jurent qu'ils mettroient leur doigt au feu sans brusler, pour soutenir qu'elles sont femmes de bien, Nouv. XX dans FEU
Voilà une femme sans coeur, sans fiel et sans foie [bien patiente], Nouv. XXXVIII dans FOIE
Ce à quoi les plus hardis penseroient à deux fois, Nouv. XVI dans FOIS
Les plus courtes folies sont toujours les meilleures, Nouv. XX dans FOLIE
Il est bon quelquefois de forcer sa complexion pour le plaisir de ses amis, Lett. 78 dans FORCER
Madame a esté merveilleusement malade d'une forte colique. ....elle se trouve fort foible encores, Lett. 11 dans FORT, ORTE
Si j'entendoys aussi bien comme l'on peult vaincre par rigueur et audace ung coeur obstiné que vous faictes la passion de M. de Saint-Pol, je me feroys forte que le roy seroit obey, Lett. 104 dans FORT, ORTE
Au plus fort de son mal, il ne fait que parler et s'esbattre, ib. 84 dans FORT, ORTE
Si vous m'aimez autant que vous dites, je suis sure que, pour avoir ma bonne grace, rien ne vous sera fort [difficile] à faire, Nouv. XXIV dans FORT, ORTE
Combien que ce tapissier, par fortune de maladie, fust devenu sourd, Nouv. XLV dans FORTUNE
Ainsi ce pauvre frater [moine] commença à bruler par telle concupiscence, que...., Nouv. XXIII dans FRATER
Et ne s'habilloit plus que de noir, encore estoit-ce d'une frise beaucoup plus grosse qu'il ne la falloit à porter le deuil de sa femme, Nouv. x. dans FRISE
Eux, qui pour le travail du chemin n'estoient lassés, ne pour la froideur de l'eau refroidis...., Nouv. v. dans FROIDEUR
Son mari sentit une froidure d'estomac, Nouv. LXVIII dans FROIDURE
Je n'ai guere vu grand feu, de quoi ne vinst quelque fumée ; mais j'ai bien vu la fumée où il n'y avoit point de feu ; car aussi souvent est soupçonné par les mauvais le mal où il n'est point, comme là où il est, Nouv. VII dans FUMÉE
....En le laissant là furieusement [avec colère], s'en alla où estoit sa maistresse, Nouv. XLIII dans FURIEUSEMENT
Il lui dit qu'elle montast au galetas, Nouv. XXVII dans GALETAS
Et, lui tenant la main dessus mon coeur, laquelle estoit gantée...., Nouv. LVII dans GANTER
Il la cherissoit plus que de coutume et prenoit plus près garde sur elle, Nouv. X dans GARDE
Je ne me puis garder de vous escripre que...., Lett. 127 dans GARDER
Plust à Dieu que l'empereur s'essayast de passer le Rosne quant je suis icy ! j'entreprendrois bien sus ma vie, toute femme que je suis, de le garder de passer, et n'y a nul que vous qui me peust garder d'y estre, ib. 127 dans GARDER
Quoy qu'il y ait, je vous requiers garder vostre santé, et ne vous donnés tant de travail, et vous gardés d'aller veoir les malades, ib. 128 dans GARDER
Il fault que je vous confesse que j'ay mené une vie despuis que je partis, qui me contraindra garder pour aujourd'hui la chambre, ib. 146 dans GARDER
Brulant d'un feu, non clair comme celui du genievre, mais comme un gros charbon de forge, Nouv. XXVII dans GENIÈVRE
Elle se jeta à deux genoux devant son frere et lui dit...., Nouv. X dans GENOU
Sous quel geolier ou geoliere avez-vous esté si bien traité, que vous aimez tant votre prison ?, Nouv. XLIX. dans GEÔLIER
Gouyatte, combien veux-tu par mois de ton labeur ? [il s'agit d'un mari vêtu en chambrière et blutant, dont sa femme se moque], Nouv. LXIX. dans GOUJAT
Et pour toutes les gravités [griefs, difficultés] dont l'on m'a usé, a esté de me refuser de demourer en sa compaignie avecques troys femmes, Lett. 47 dans GRAVITÉ
J'avois du tout laissé le creneche ; mais j'ay esté contrainte de le reprendre, quant c'est venu sur le terme des trois mois [de grossesse], Lett. 149 dans GRENACHE
Laisse le gris [froc] et son austerité, Nouv. LXIV dans GRIS, ISE
Et quant à mon ventre, il ne fault point de grossir, et ne vous puis celer que je ne sente souvent bouger chouse qui a vie, Lett. CXIX. dans GROSSIR
.... et leur en faire gouster, non pas rosti, ains tout grouillant et fretillant, pour leur donner plus de plaisir, Nouv. X dans GROUILLER
On y mit un guet tel, que les pauvres gens, qui ne pensoient en nul mal, furent surpris, Nouv. XL. dans GUET
Il lui dit : ils sont trois heures après minuit passées, Nouv. LIII dans HEURE
Monseigneur, je vins arsoir [hier soir] en ce lieu de Monfrin, où est la compaignie du roy de Navarre, Lett. 27 dans HIER
M. d'Isernay, avant hier je reçus vos lettres du 18e de ce mois, auxquelles hier je vous fis responce, ib. 150 dans HIER
J'ai bon besoin de repos, ce que je voys [vais] prendre hors d'avecques ma fille, car elle ést si endemenée que je ne saurois reposer auprès d'elle, Lett. 67 dans HORS
La necessité qui m'a contrainte de venir en ce païs de Bretaigne a esté si pressée, que, si j'eusse failly d'huit jours, le seigneur et la dame de Blain estoient ruinés, Lett. XCIX. dans HUIT
On a fait ce qu'on a pu pour adoucir cet homme ; dans un terme plus nouveau, on dit : on a fait ce qu'on a pu pour l'humaniser, BUFFET, Observ. p. 36, 1668 dans HUMANISER
Ils [les paysans] n'ont point de dames gentes et parées que nous idolatrons, Nouv. XXIX. dans IDOLÂTRER
Afin d'ignorer la chose [de la cacher], elle et une de ses chambrieres, en qui elle se fioit, porterent le corps mort dedans la rue, Nouv. L. dans IGNORER
Ces grands parleurs qui se ruinent de réputation et se bannissent des cercles et des ruelles par l'intempérance et l'immodération de leur langue, BUFFET, Observ. p. 100 dans IMMODÉRATION
C'est bien l'extremité et comble de la folie, de se vouloir rendre de soi-meme impeccable et chercher si fort les occasions du peché, Nouv. XXX dans IMPECCABLE
Et tout ainsi qu'un sanglier, estant navré d'un espieu, court d'impetuosité contre celui qui a fait le coup...., Nouv. LXX. dans IMPÉTUOSITÉ
Une bien amante, bien requise, pressée et importunée, et toutefois femme de bien, victorieuse de son corps et de son ami, Nouv. IX dans IMPORTUNER
Il est vray, monseigneur, que si nos voisins sont tels qu'ils nous veulent faire croire, et que à l'improviste fissent icy une course ou à Bayonne, comme ils ont coustume, je n'en partirois que je ne leur fisse recevoir telle retraite qu'ils craindroient à venir jouer icy à leurs barres, Lett. XCII dans IMPROVISTE (À L')
Il y en a eu et encore y en a qui ont esté trompées, demeurant innocentes et incoupables de peché, Nouv. XLVII dans INCOUPABLE
Un palefrenier aussi laid, ord et infame que le gentilhomme estoit beau, honneste et aimable, Nouv. XX dans INFÂME
Le roy a ordonné que MM. de Bayf et Bagie viendroient par deçà avec commission d'informer sur le faict de M. Condom, Lett. 151 dans INFORMER
Je suis sur, dit Hircan, que je ne scandalise point l'innocent devant qui je parle, Nouv. LIX dans INNOCENT, ENTE
L'instance encommencée, ils se sont portez pour appelans en la court de parlement, Lett. 159 dans INSTANCE
Nous avons trouvé ceste despence estre insuportable, et qu'il seroit impossible de la continuer longuement pour n'avoir moyen d'y satisfaire, Lettres, 158 dans INSUPPORTABLE
Il y en a aucuns, desquels les premiers mouvements n'ont jamais d'intervalle, jusques à ce qu'ils aient mis en effet leur passion, Nouv. XXXVI dans INTERVALLE
Il chercha à la fin les invocations pour faire mourir la duchesse, Nouvelles, I dans INVOCATION
Et sur ce mot, je vous dis adieu, et c'est pour jamais !, Nouv. X dans JAMAIS
Qu'il lui feroit une telle peur que jamais il luy en souviendroit, ib. LIII dans JAMAIS
Bernard lui promit de lui donner le meilleur jambon de Basque [Bayonne] qu'il mangea jamais, Nouv. XXVIII dans JAMBON
Le petit chien commença à japper. - Il n'y a amour si secrete, qui ne soit sue, ni petit chien si affeté ni fait à la main, duquel on n'entende le japper, Nouv. LXX dans JAPPER
Je croy qu'ils se contenteront de la medecine qu'il a prise aujourd'hui, qui luy a ousté la jaulneur qui depuis trois jours lui estoit venue, Lett. 84 dans JAUNEUR
Et dessus les jointures des doigts, y avoit force diamants, Nouv. LVII dans JOINTURE
Je vous supplie que vous ne vous desesperiez point.... car il y a vingt quatre heures au jour, esquelles l'homme peut changer d'opinion, Nouv. XXXVII dans JOUR
Cet homme est joyeux, cette personne est joyeuse, ces anciens termes ne sont plus en usage dans le beau style, il faut dire gai ou de belle humeur, BUFFET, Observ. p. 58, 1668 dans JOYEUX, EUSE
Il me mena voir la roine sa soeur, où je demeuray jusques bien tart, Lett. 33 dans JUSQUE et JUSQUES
Nous n'arriverons jusques à demain au lieu où le roy de Navarre a deslibéré de faire son sejour, ib. 56 dans JUSQUE et JUSQUES
Madame se trouva hier bien foible, jusques à presque esvanouir, ib. 98 dans JUSQUE et JUSQUES
Sur cela, envoya querir la justice, entre les mains de la quelle elle les mit tous deux, Nouv. LVI dans JUSTICE
Despuis n'y a eu nul changement, et est la compaignie au mesme estat que la laissastes, Lett. 10 dans LAISSER
Je ne vous feray longue lettre, car je lairay à ce seur messaige à vous faire des contes des saiges et des foulx de ce monde, ib. 123 dans LAISSER
Madame, c'est bientost commencé de tourmenter un serviteur et le lapider, Nouv. X dans LAPIDER
La chose bien gardee est difficilement perdue, et l'abondance fait le larron, Nouv. X dans LARRON, ONNESSE
Et qui dit que le soupçon est amour, je lui nie, Nouv. XLVII dans LE, LA, LES
Je lui ai fait response qu'il chasse si bien ceulx qui sont au païs là où il est, qu'il les vous envoye au païs d'Anjou et du Mayne, Lett. 7 dans LE, LA, LES
Je vouldrois bien que Dieu me feist ceste grace d'avoir le pouvoir tel en vostre delivrance comme vous plaist le m'escripre, ib. 27 dans LE, LA, LES
Elle eut lettres du roy, par lesquelles lui estoit commandé la me amener. - Et me la vouloit amener à Lyon. - Mais je lui escripvis qu'elle la me gardast jusques à ce que je feusse au pays, ib. 111 dans LE, LA, LES
Estant arrivée à Limoges le lendemain, Longueval me bailla une lectre de vous, Lett. c. dans LENDEMAIN
Vostre amour peult plus en moy que tout le labeur que je saurois prendre à me rendre capable du bien que librement vous me donnez sans nulle deserte, sinon de la pareille affection de la quelle je le reçoy, Lett. CXXXVII dans LIBREMENT
Je ne laisse d'aller deux fois de jour par tous vos jardins et edifice, dont je me treuve, en lieu de lasse, fortifiée, Lettre LIV dans LIEU
Si la lieutenante et son mari le savoient, Nouv. XXXVIII dans LIEUTENANTE
Je trouve fort estrange que le seigneur de Chasteaubriand use de main mise [batte sa femme, Françoise de Foix, maîtresse de François 1er], Lett. 3 dans MAIN
Le sage a toujours une maladie ou un voyage en sa manche, pour s'en aider à sa necessité, Nouv. LXIII dans MANCHE
Parquoi, incontinent envoyer querir un bon lit garni de linceux, mante et contre-pointe, Nouv. XXXVIII dans MANTE
Elle estoit, longtemps y avoit, mariable, Nouv. XLIV dans MARIABLE
Il la battit à sang et à marque, Nouv. XLVI dans MARQUE
Ainsi fut enterrée cette martyre de chasteté, Nouv. 11 dans MARTYR, YRE
Il n'y a juste à qui il ne puisse meschoir, Nouv. LXII dans MÉCHOIR
Je ne vous puis pour ceste heure faire millieure aide, Lett. 126 dans MEILLEUR, EURE
Les millieurs visaiges, les millieurs propos monstrant l'envie qu'ils ont de vous faire service que l'on sçauroit souhaiter, ib. 127 dans MEILLEUR, EURE
Les plus courtes folies sont les meilleures, Nouv. XX dans MEILLEUR, EURE
Le meilleur des deux n'en vaut rien, ib. dans MEILLEUR, EURE
On dira : à même que cela arriva, BUFFET, Observ. p. 88, 1668 dans MÊME
Et à cause qu'il n'estoit de maison de mesme qu'elle, il n'osoit decouvrir son affection, Nouv. IX dans MÊME
Et sur ce propos, je supplie N. S. vous donner et à vostre mesnie toute consolation, Lett. 129 dans MÉNIE ou, par altération, MÉGNIE
M. Bayard m'a envoié une accoustumée mensonge que l'empereur a escripte au pape, dont je suis très aise, car les enfans peuvent estre juges de la verité, Lettre CXIV dans MENSONGE
Proprement merci est accorder la grace qu'on demande, Nouv. LVI dans MERCI
Dont plus que jamais je loue le createur, redoublant les mercis, comme il nous a redoublé nostre felicité, Lett. XXXIV dans MERCI
Le roy de Navarre me dit n'en avoir nul messaige ; et de moy, je n'en ay nulle lettre de vous ne de nul des vostres, Lett. 137 dans MESSAGE
Il fut amoureux d'une metayere qu'il avoit, et souvent partoit de Tours pour aller visiter sa metairie, Nouv. XXXVIII dans MÉTAIRIE
Un jour, il alla mener ses grands chevaux (dont il commençoit à bien savoir le mestier) en une grande place de la ville, Nouv. XLII dans MÉTIER
Jeune homme assez mettable en bonne compagnie, Nouv. XLIV dans METTABLE
Viens donc, ami, prendre ce qui est tien, Je suis à toi ; sois doncques du tout mien, Nouv. LXIV dans MIEN
Depuis, elle s'est tousjours portée de mieulx en mieulx, Lett. 11 dans MIEUX
Toute ceste compaignie se porte si bien, qu'il est impossible de mieulx, ib. dans MIEUX
Tel se mire qui n'est pas beau, et tel se baigne qui n'est pas net, Lett. 3 dans MIRER
Rolandine qui avoit esté toujours plus reprise de ses austerités que de ses mondanités, dit...., Nouv. XX dans MONDANITÉ
Elle s'adonna du tout au service divin, fuyant toute compagnie de mondaineté, ib. XXX dans MONDANITÉ
Laisser un si honneste gentilhomme pour un si vilain muletier, Nouv. XX dans MULETIER
Tel refuse qui après muse, Nouv. XLIV dans MUSER
Madame, l'honneur est né avec vous, car vous estes de si bonne maison, que pour estre reine ou emperiere ne sauriez augmenter votre noblesse, Nouv. 111 dans NAÎTRE
Vous savez bien que je ne vous dis oncques ny ne diray que verité, et vous congnoissez la neifveté de mon coeur et de mon affection, Lett. CVIII dans NAÏVETÉ
Et neanmoins qu'il menast la vie que je vous dis, si estoit il prince craignant et aimant Dieu, Nouv. XX dans NÉANMOINS
En la ville de Paris, il y avoit un avocat plus estimé que neuf hommes de son estat, Nouv. XX dans NEUF
Ses filles et sa race eussent à jamais porté cette note, Nouv. XXXVI dans NOTE
Il ne se fait rien de nouveau sous le soleil, Nouv. IV dans NOUVEAU ou, devant une voyelle ou une h muette, NOUVEL, NOUVELLE
Vous n'en avez jamais voulu parler à nul amy que vous ayiés, pour le luy faire entendre, Lett. 124 dans NUL, NULLE
Un jour, alla avec sa maistresse à l'observance [couvent de cordeliers] ouïr la grand messe, Nouv. XIX. dans OBSERVANCE
Pour lui montrer le peu d'occasion [sujet] qu'elle avoit de l'aimer, Nouv. X dans OCCASION
C'estoit un homme plein de mauvais vouloir, vu que, pour si peu d'occasion [chance de succès], il faisoit une si meschante entreprise, ib. XLI dans OCCASION
En quoy faisant, ferez ung euvre fort plaisant et agreable à Nostre Seigneur, Lett. 7 dans OEUVRE
Plus il va en avant, et mains [moins] il s'ennuye de faire vostre office, et mains le veult laisser faire à nuluy, Lett. 125 dans OFFICE
On a donné ordre que personne n'entre à nos offices, Lett. 149 dans OFFICE
Et voyant que le visage lui devenoit jaune, estimerent que c'estoit une opilation de foie, Nouv. L. dans OPILATION
Madame, j'ai tant fait par mes journées, que Pauline n'a plus d'opinion [jalousie] de vous, Nouv. X dans OPINION
Je vous supplie que vous ne vous desesperiez point ; car il y a vingt-quatre heures au jour, esquelles l'homme peut changer d'opinion, ib. XXXVII dans OPINION
Elle respondit que la vie et la fin de cette fille monstroient que jamais n'avoit eu opinion [pensée] à homme vivant, qu'à celui qu'elle aimoit plus que sa vie...., ib. XLII dans OPINION
Et disnoit et soupoit de si bonne heure qu'elle n'alloit plus à l'ordinaire des dames, Nouv. XX dans ORDINAIRE
J'espere que Dieu me donnera la grace de vous faire quelque service, au moins de ne rien gaster de la bonne ordre que jusques icy le roy de Navarre a tenue, Lett. 88 dans ORDRE
Je ne saurois faire escuse qui seult couvrir la faulte d'avoir receu ung si grant heur [la visite du roi] en si mauvais ordre, ib. 129 dans ORDRE
Elle faisoit conscience d'assister à une noce ou d'ouïr sonner d'orgues à une eglise, Nouv. XXX dans ORGUE
J'ay receu vostre lettre, par où j'ay sceu de vostre santé, Lett. 4 dans OU
J'ay eu affaire à gens où il se treuve aussy peu d'honneur qu'il est possible, ib. 47 dans OU
Celles que forte amour a fait oublier [s'oublier], Nouv. XLIX. dans OUBLIER
[Propositions de mariage] Pour tenter ces occasions, et afin de ne faire ouverture de choses dont nous puissions avoir regret, j'ay retins ledict Brodeau qui estoit sur son partement et que j'avois desjà despeché, Lett. 160 dans OUVERTURE
L'experience m'ouvrit les yeux et vis ce que je craignois plus que la mort, Nouv. XXXII dans OUVRIR
Elle, qui ne lui devoit rien, lui voulut soudain mettre la paille au devant et l'arrester, en l'assurant qu'elle n'aimoit et n'aimeroit jamais autre que son mari, Nouv. XI dans PAILLE
Il l'enveloppa si bien qu'il sembloit un petit pain de sucre, Nouv. LII dans PAIN
La vertu seroit mieux ; mais où elle defaut, se faut aider de l'hypocrisie, comme nous faisons de pantoufles, pour faire oublier notre petitesse, Nouv. LII dans PANTOUFLE
J'ay donné charge à ce porteur de passer par vous, pour vous dire bien au long toutes nouvelles, Lett. 112 dans PAR
J'ay escrypt par deux fois à Yzarnay l'estat de la maladie du roy de Navarre, ib. 136 dans PAR
Il commence à se pourmener par la chambre, ib. 138 dans PAR
Il n'estoit possible de faire parler [parlementer] par argent ne par menaces ceux qui gardoient la place, Nouv. XVIII dans PARLER
Le parler peu a toujours été très recommandable, BUFFET, Observ. p. 97, 1668 dans PARLER
Le trop parler est l'une des grandes incommodités qui puissent troubler les douceurs de la société, ib. p. 98 dans PARLER
L'on dit volentiers, dit Hircan, que les paroles ne sont jamais puantes, Nouv. LII dans PAROLE
L'extremeonction lui fut apportée par le curé et par elle reçue, avec plusieurs bons signes ; car à peine pouvoit elle avoir sa parole [parler], ib. LX. dans PAROLE
Si vostre bonne partie [femme, moitié] veoit la fin de ceste lettre, elle y trouvera mes recommandacions, Lett. 151 dans PARTIE
Je connois bien, depuis que je suis partie de vous, qu'il n'est nulle pire prison que d'ung corps eslongnant les lieux où son cueur est aresté, Lett. 66 dans PARTIR
Il avisa qu'elle n'avoit pas l'anneau qui jamais ne lui partoit du doigt, Nouv. VIII dans PARTIR
Il n'y a creature en ce monde qui passe en l'amour et affection envers vous vostre.... etc., Lett. 120 dans PASSER
Elles donnent à leurs maris infinité de passions [tourments], Nouv. XLVI dans PASSION
Il lui jura qu'elle ne pechoit point de l'aimer, et que l'eau benite pouvoit effacer un tel peccatile, Nouv. LXXII dans PECCADILLE
Vostre lettre par où j'ay sceu de vostre santé m'a esté ung merveilleux plaisir, pour autant que j'en estois en peyne, Lett. 4 dans PEINE
Madame a esté merveilleusement malade ; vous povez penser la paine et l'ennuy que ce nous a esté !, ib. 11 dans PEINE
Faictes sçavoir à madame toutes nouvelles de son fils, en la delivrance et santé duquel pend sa vie et consolacion, Lett. 25 dans PENDRE
Perdit le boire et le manger, Contes, p. 394, dans LACURNE dans PERDRE
Vous savez, monseigneur, que le plus grant bien ne desire que de faire chose qui la perpetue en vostre bonne grace, votre..., Lett. CXXIV dans PERPÉTUER
Le principal est de sa santé ; puisque Dieu la luy donne bonne, je vous prie, ne craignés d'ung petit temporiser, Lett. 35 dans PETIT, ITE
Puisque vous y estes [en Espagne auprès de François Ier prisonnier], je n'ai point de peur que tout n'aille bien, sinon que vous ne le puissiés garder d'aimer les dames espaignoles, Lett. 73 dans PEUR
Ceux qui ont tant loué leur Lucrece, l'eussent laissée du bout de la plume [au bout de la plume], pour escrire bien au long les vertus de celle-ci, Nouv. XLII dans PLUME
Madame se tint tellement satisfaicte des lettres que luy avez escriptes, qu'il est impossible de plus, Lett. 50 dans PLUS
Je vous prie luy presenter mes plus que très humbles recommandacions, ib. 52 dans PLUS
Que sauriez vous plus souhaiter, monseigneur ? que vouldriés plus davantage demander à Dieu en ce monde ?, ib. 131 dans PLUS
Vous vivez donc de foi et d'esperance, dit Nomerfide, comme le pluvier, du vent ? Vous estes bien aisé à nourrir, Nouv. XXXII dans PLUVIER
Ancienne et sage femme, autant qu'il en estoit point, Nouv. IV dans POINT
Et lui fit feste d'avoir la meilleure robe qu'il avoit point vue, ib. VIII dans POINT
Le travail des grans journées d'Espagne m'estoit plus portable [supportable] que le repous de France, où la fantaisie me tourmente plus que la peine, Lett. 36 dans PORTABLE
Il est vray, monseigneur, qu'il luy est impossible de porter plus la despense, car vous savez sa portée [ses ressources], Lett. XCV dans PORTÉE
Sy Dieu au bout des vingt et quatre heures n'eust diminué la fievre, son petit corps en avoit plus que sa portée, ib. CII dans PORTÉE
Voyant deux telles torces si près l'une de l'aultre, ung roy et ung empereur à une portée de canon près...., ib. CXXXIV dans PORTÉE
J'ay faict de diligence ce que la compaignie que je mene en a peu porter, Lett. 41 dans PORTER
Madame s'est bien portée jusques à ceste nuict qu'elle a eu peur d'avoir sa goutte, ib. 52 dans PORTER
Vous savés combien vostre paine est necessaire aux affaires dont vous portés le faix, ib. 64 dans PORTER
Le desir que j'ay de savoir comme se porte votre santé ne me laisse passer en ce lieu sans vous escripre, ib. 17 dans PORTER
De rechef je vous recommande cest affaire de mon possible, Lett. 53 dans POSSIBLE
Je me sens tenue à vous, qu'il n'est possible de plus, ib. 105 dans POSSIBLE
Pour une veufve estrangiere au pays, elle a fait plus que son possible, ib. 39 dans POSSIBLE
L'enfant, selon sa petitesse, aime les pommes, les poires, les poupées.... mais en croissant, aime les poupines vives [les femmes], Nouv. XIX. dans POUPÉE
Vous ne vous repentirés d'avoir prochassé de l'honneur à ceulx desquels vous pouvés conter la maison la vostre mesmes, Lett. 147 dans POURCHASSER
Je ne me suis peu garder d'envoyer ce porteur pour sçavoir de vos nouvelles, Lett. 95 dans POUVOIR
Un preau couvert de cerisiers et bien clos de haies de rosiers et de grosseillers fort hauts, Nouv. XLIV dans PRÉAU
Ouïr sermons et predications, Nouv. V dans PRÉDICATION
... Et l'assura qu'il prenoit sur sa vie qu'elle n'auroit plus mal, Nouv. X dans PRENDRE
C'est une chose quy vous touche de près, Lett. 124 dans PRÈS
L'abbaye d'Issouldun, en Berry, est de present vacante ou preste à vacquer par la mort de l'abbé dudict lieu, Lett. 86 dans PRÊT, ÊTE
Nous sommes icy prests à aller où vous voudrés, ib. 113 dans PRÊT, ÊTE
Ce que je me haste, est afin d'estre plus toust preste du retour, ib. 126 dans PRÊT, ÊTE
Je loue la bonté divine qui a prevenu au malheur où je m'en allois precipiter, en me montrant...., Nouv. x. dans PRÉVENIR
Madame est en parfaite santé, ayant du tout recouvert le manger, dormir et proumener, Lett. XXX dans PROMENER
Je vous promets que je l'ay veu en telle extremité de maladie et si bas, que je vous puis dire que tout le monde, fors moy seulement, estoit desesperé de sa vie, Lett. 47 dans PROMETTRE
Le Psalmiste dit que tout homme est menteur, Nouv. XX dans PSALMISTE
Je vous envoye ung saultier en françoys ; je supplie celuy par l'esprit duquel tous les psalmes sont composés...., Lett. 122 dans PSAUTIER
Quand je voy l'ennuy que l'on a de les perdre [ses fils], je me contente de n'en avoir point, Lett. 132 dans QUAND
En la cour d'un roi de France, nommé Charles, je ne dirai point le quantieme, pour l'honneur de celle dont je veux parler, Nouv. XLVIII dans QUANTIÈME
Je vous laisse à penser que, en lieu et avecques la compaignie qui y est, peult faire ou dire vostre cousine, Lett. 4 dans QUE
Ils ne sçavent que dire, ib. 35 dans QUE
Il y a si long temps que nous n'avons eu que malades icy, que je n'eusse sceu escripre que mauvaises nouvelles, Lett. XI dans QUE
Croyés que jamais je ne congneus que c'est d'ung frere que maintenant, ib. XXXIII dans QUE
J'espere, si le temps s'adoulcist ou qu'elle [la malade] fasse une pierre [un calcul], que ce sera la guerison, ib. XL. dans QUE
Mon cousin, quelque mine que l'on me fasse, si sont ils si estonnés, que ne savent que dire, Lett. XXX dans QUELQUE... QUE
J'espere que nous en irons tous ensemble, quy [ce qui] me fera fort grant plaisir, Lett. 97 dans QUI
Il leur seroit si difficile, que j'aime mieux les en quitter [dispenser], Nouv. XX dans QUITTER
Il estoit sujet à une grande douleur au-dessous de la racine des cheveux, Nouv. LIV dans RACINE
Le desir que j'ay continuellement de me ramentevoir en vostre bonne grace ne me peult souffrir passer nulle occasion sans prendre le bien de vous escripre, Lett. 63 dans RAMENTEVOIR
Je ne puis avoir plus grant bien que de penser fere chose qui me ramentoive à vostre bonne grace, ib. 39 dans RAMENTEVOIR
Les fermiers ne cessent journellement vexer mes subjects de infinis ranssonemens, pilleries, concussions, Lett. 159 dans RANÇONNEMENT
Les sens ne lui peuvent montrer que les choses visibles plus rapprochantes de la perfection, après quoi l'ame court, Nouv. XIX. dans RAPPROCHER
Mais jamais ne sut rien de sa contenance chose où pust rasseoir jugement, Nouv. X dans RASSEOIR
Ceux qui les traitent [les femmes] avec moins de rigueur, les comparent aux mules et aux chèvres, et font exactement convenir leurs humeurs capricieuses aux fougues de ces extravagants animaux ; à quoi ils ajoutent une multitude de rébus et de proverbes autant ridicules qu'ils sont indignes des femmes, BUFFET, Observ. p. 219, 1668 dans RÉBUS
J'espere que après tant de guerres et de fascheries que vous avez eues, qu'il [Dieu] vous donnera une ferme paix et heureux repous pour recompenser les ennuis et les travaulx que vous avez continuellement, Lett. CXLI dans RÉCOMPENSER
L'amour mal reconnu vous brusle, Nouv. LXX. M. A. dans RECONNAÎTRE
Les dames mesme ne se purent garder de rire, auxquelles il s'attacha d'autres propos recreatifs, Nouv. X dans RÉCRÉATIF, IVE
Il n'estoit pas de ceux qui laissoient tomber le bien en terre sans le recueillir, Nouv. XXVIII dans RECUEILLIR
On dit dans le beau style un régal de conversation, on nous donne un régal de musique, BUFFET, Observ. p. 36, 1668 dans RÉGAL
Congnoissant vostre cueur comme je foys, je suis seure que vous n'aurez regard à nul hazard, et que l'honneur vaincra tousjours en vous tous aultres regards et conseils que vous puissiez avoir, Lett. CXXXIII dans REGARD
En la chambre de la dame y avoit une fenestre qui n'estoit guere haute et regardoit dedans un petit jardin, Nouv. LIII dans REGARDER
Je aurois grant regret, sy ne venés ici avant la grant compaignie, Lett. 3 dans REGRET
Vous ne deveriés point avoir regret au temps passé, ib. IV dans REGRET
Le danger est icy sy grant, que je n'ouse escripre au roy ny à la roine, Lett. 96 dans REINE
La roine continue sa bonne santé, ib. dans REINE
Et lui defendit que jamais elle ne parlast à ce marchand, ou qu'elle la mettroit en religion, Nouv. VII dans RELIGION
Les docteurs disent que tel peché est plus remissible, pource que les premiers mouvemens ne sont pas en la puissance de l'homme, Nouv. XXXVI dans RÉMISSIBLE
L'affaire ne sut estre menée si secretement, que quelque valet ne le vit entrer là-dedans un jour de jeune, et le rendist [rapportât] au lieu où il ne fut celé à personne, Nouv. XX dans RENDRE
Vous priant faire si bonne chere et tant vous renforcer, que puissiez bien toust retourner vers elle, Lett. 13 dans RENFORCER
Jusques à ceste heure qu'elle commence à reposer, elle a esté vingt-quatre heures en extremité de douleurs du pied gauche, Lettre 15 dans REPOSER
Tout ce jour madame a fait bonne chere, se repousant sur son petit lict, ib. 52 dans REPOSER
L'asseurance que j'ay de vous me faict entierement repouser sur vostre promesse, ib. 58 dans REPOSER
Je vous supplie vous en repouzer sur moy, ib. 38 dans REPOSER
Vostre bonne grace est la resistance que je treuve en tous les ennuis que puis avoir, Lett. XLI dans RÉSISTANCE
Elle voyant qu'il n'y avoit point de resistance [moyen de résister], se jeta entre les bras de ce serviteur, Nouv. X dans RÉSISTANCE
L'on ne m'a fait manger que restaurants et les meilleures viandes que je mangeai jamais, Nouv. XLIX. dans RESTAURANT, ANTE
Madame a retenu ce porteur, jusques à ce qu'elle se trouve si bien que le savoir vous en fist contentement, Lett. XXXII dans RETENIR
Jamais Pantasilée ne feut receue en tel honneur, lequel procede de vous à qui je le retourne [renvoie], Lett. 127 dans RETOURNER
Vous pouvez estre seur que, sy vous estes malade, je retourneray à vous, ib. 128 dans RETOURNER
Avecques vostre lectre sa santé est retournée, et, combien qu'elle garde le lict, je n'y voy point de dangier de la lesser, ib. 104 dans RETOURNER
Elle le vit contre une muraille blanche, où reverberoit la clarté de la chandelle, Nouv. LIV dans RÉVERBÉRER
Je le laisse en sy bonne santé et ses affaires en sy bon train, que je ne puis esperer que ung heureux revoir, Lett. 125 dans REVOIR
L'on a belle envie de sçavoir si vous avez riens faict, Lett. 10 dans RIEN
Je partiray lundy pour vous mercier de tant de paine que vous prenés pour riens, ib. 54 dans RIEN
Je n'en ouse faire bruit, de peur que ce ne soit riens, ib. 57 dans RIEN
Celuy qui peult, s'il luy plest, faire estre de riens quelque chose, et de glace feu ardent, ib. 8 dans RIEN
Puisqu'il vous plest vous en fier à nous, nous n'aurons regard à riens particulier, mais seulement à vostre service, ib. 130 dans RIEN
Il n'est rien plus sot que celui qui pense estre fin, ne rien plus sage que celui qui connaît son rien [néant], Nouv. XXVIII dans RIEN
... et lui fit feste d'avoir trouvé la meilleure robe [amoureuse, fille de plaisir] qu'il avoit point vue, Nouv. VIII dans ROBE
Je vous ferai faire plus de signes de croix de ce que je sais des femmes, que l'on n'en fait à sacrer une eglise, Nouv. X dans SACRER
J'ay ung reume sy grant, que je n'en ouse saillir de la chambre, Lett. 57 dans SAILLIR
....pleurant avec une si grande amertume et saisissement de coeur, que la parole, sentiment et force lui defaillirent, Nouv. XIX. dans SAISISSEMENT
Il la battit à sang et à marque, Nouv. XLVI dans SANG
Son visage tout sanglant d'egratignures, Nouv. IV dans SANGLANT, ANTE
Mais sy se maine l'affaire dont tant vous m'avez asseurée, d'une sorte que, sans avoir [si je n'avais] la parole du roy et vostre promesse, j'aurois bien occasion de m'ennuyer, Lett. 100 dans SANS
Ils entendent bien que, sans [à moins de] avoir paix à vous, ils sont si mal que plus ne peuvent, ib. 27 dans SANS
Elle avoit pris une petite fille pour lui aider à savonner le linge de la reine, Nouv. LXI dans SAVONNER
Il ne faut point craindre à scandaliser [déshonorer] ceux qui scandalisent les autres, Nouv. XLI dans SCANDALISER
La seureté nous a apportée M. le prevost, sans nous laisser un seul scrupule de doubte de votre santé...., Lett. XXXIV dans SCRUPULE
Et pour ce que j'ay trouvé la faulte ne venir point d'eux, j'ay plus voulentiers mis peine de leur secourir, Lett. CIII dans SECOURIR
S'ils sont bons selon votre desir, vous les aimez bien ; s'ils font la moindre faute du monde, ils ont perdu le labeur de leur semaine par un samedi, Nouv. XXXVII dans SEMAINE
Si je vous disois que.... le sentement que vous avez du contraire me dementiroit, Lett. XXXIII dans SENTIMENT
Elle l'enterra le plus profond en terre qu'il lui fut possible ; si est-ce que les bestes en eurent incontinent le sentiment, qui vinrent manger la charogne, Nouv. LVII dans SENTIMENT
Le pere estoit si serrant [avare], qu'il lui sembloit que ce qu'il tenoit en une main, l'autre lui deroboit, Nouv. XLIV dans SERRER
Dans la ville d'Amboise demeuroit le serviteur d'une princesse, qui la servoit de valet de chambre, Nouv. XXVII dans SERVIR
Croyés que sy ce n'estoit le service que je sçay bien que vous faictes à Madame, je...., Lett. 3 dans SI
J'espere, si le temps s'adoulcist ou qu'elle [la reine malade] fasse une pierre, que ce sera la guerison, ib. XL. Pourquoy. dans SI
Je ne crains vous recommander ung si homme de bien, Lett. 120 dans SI
Quelque mine que l'on me fasse, si sont ils sy estonnés que ne sçavent que dire, ib. 34 dans SI
Monseigneur, je n'estimerai jamais temps perdu, sinon celui où je ne vous pourray fere service, Lett. CVIII dans SINON
Il la maria à un sommelier d'eschansonnerie de ce jeune prince.... elle se mit en pension chez sa soeur la sommeliere, Nouv. XLII dans SOMMELIER, IÈRE
Je vous prie supplier le roy que la chouse puisse sortir son effect, maintenant que l'occasion se y offre, Lett. 53 dans SORTIR
Mais, monseigneur, quant tout est dist, mon principal soucy est de vostre santé, Lett. XXIV dans SOUCI
Ce loyal serviteur, comme celui qui estoit soupçonneur et craintif du mal et dommage de son maistre, Nouv. XVII dans SOUPÇONNEUR
Vous avés eu beaucoup d'amys ; mais souvegnés vous que vous n'avés eu que une mere, Lett. 154 dans SOUVENIR
La premiere faute l'accuse tacitement d'un rapt pour le regard de la fille, et de subornation [tromperie] à l'endroit de la mere, Nouv. XLIV dans SUBORNATION
Ce jeune prince estoit fort sujet à son plaisir, Nouv. IV dans SUJET, ETTE
....Et n'entends pas que, pour un mot, soyons sujets [forcés] de vous croire, ib. LVII dans SUJET, ETTE
Sur ce, mon nepveu, je pry Dieu qu'il vous doint le bien que vous desire vostre...., Lett. 86 dans SUR
Mon nepveu, encore suis je sus bout [non accouchée], ib. 83 dans SUR
Avecques le secours que vous m'envoyriés, j'entreprendrois bien sur ma vie, toute femme que je suis, de le garder [Charles Quint] de passer, ib. 127 dans SUR
Je voy bien que le temps n'a point eu victoire sur vostre memoire, ib. 154 dans SUR
Tout ce que l'on peult faire est de garder ceste ville, car tout à l'entour n'y faict point seur [il s'agit de peste], Lett. 97 dans SÛR, ÛRE
Je suis seure que, mais que nous soyons en vostre bonne compaignie, nous ne saurons plas avoir de mal, ib. dans SÛR, ÛRE
Ainsin que je voulois commancer ceste lectre par ce sur messaiger, cele qu'il vous a pleu escripre est arrivée, ib. 38 dans SÛR, ÛRE
Je vous asseure que vos lettres m'ont donné beaucoup de plaisir de m'avoir donné seurté de la bonne santé du roy, Lett. 68 dans SÛRETÉ
Vous me ferez au surplus plaisir de me faire souvent savoir de vos nouvelles, Lett. 9 dans SURPLUS
Ce porteur vous dira le surplus et comme madame se porte bien de la goutte, ib. 77 dans SURPLUS
Je vous prie surtout, gardés vostre santé et me mandés comme elle se porte, Lett. 11 dans SURTOUT
Il ne sut si bien guetter qu'elle ne parlast encore à celui qu'elle aimoit en un lieu fort obscur et suspect, Nouv. X dans SUS-ORBITAIRE
La table de diamant grande et belle, dont l'anneau estoit esmaillé de noir, Nouv. XII dans TABLE
Je vous declarerai un secret, dont le taire me met en tel estat que vous voyez, Nouv. XI dans TAIRE
Je suis en merveilleux ennuy de ce que j'ay sceu qu'elle s'esbahit du tardement de mon retour, Lett. 57 dans TARDEMENT
Il me tarde tant que je ne vous voy, et tant et tant je le desire...., Lett. X dans TARDER
Si je le vous celois, je ne vous serois telle que je suis, Lett. 99 dans TEL, ELLE
Et croyez, que de ce cousté ne faillons de nous tenir sur nos gardes, car nous sommes souvent menassés, Lett. CIX dans TENIR
Le despit est la plus forte tentation de toutes les autres, Nouv. XVIII dans TENTATION
Tant plus nous entrons en ce propos, et plus ces bons seigneurs draperont sur la tissure et tous à nos depens, Nouv. XX dans TISSURE
Comme toutes choses dites à l'oreille sont preschées sur le toit quelque temps après, la verité fut connue, Nouv. VIII dans TOIT
Et ne vit rien qu'un tect à pourceaux, où il se traiua le mieux qu'il put, ib. XXIII dans TOIT
Tomber ou tumber, l'un et l'autre peuvent être reçus, étant en usage, BUFFET, Observ. p. 137 dans TOMBER
Je ferois tort à l'affecsion que je vous porte, si...., Lett. 63 dans TORT
J'experimente tant la bonne voulenté que vous portés à tout ce qui me touche, que je me fays tort quand je vous les recommande, ib. 117 dans TORT
Ce qui vous touche lui touche, et ceulx qui sont contre vous sont contre luy, Lett. 165 dans TOUCHER
J'entreprendrois bien sus ma vie, toute femme que je suis, de le garder de passer [Charles Quint], Lett. 127 dans TOUT, TOUTE
S'il plaisoit au roy entendre de M. de Lautrec comme les chouses vont, sans du tout croire ceulx qui de longtemps ont desiré ruiner la maison de Montferrat, ib. 59 dans TOUT, TOUTE
Il s'enfuit tout en chemise, Nouv. XL. dans TOUT, TOUTE
Robinet m'a dit comme il avoit porté par delà une nouvelle dont je ne l'ose advouer du tout ; toutes-fois les signes en sont sy apparents, que je la puis, ce me semble, esperer, Lett. 71 dans TOUTEFOIS
Avec une voix tremblante entre le desir et la crainte, Nouv. LXX. dans TREMBLER
Le jeune prince, duquel la mere estoit la tresoriere, n'avoit que ce peu d'argent pour tous ses menus plaisirs, Nouv. XLII dans TRÉSORIER
J'ai reçu les lettres que m'avez escriptes, par lesquelles j'ay congneu que vous estes trop meilleur parent que le roy de Navarre n'est bon mary, Lett. 76 dans TROP
Encore que nous trouvissions nos ennemis sans defense, Nouv. XI dans TROUVER
Et lui s'en alla en son logis pour reposer son travail, ce qu'il fit, de sorte que neuf heures du matin le trouverent au lit, ib. XI dans TROUVER
Si ma chambriere m'en eust fait autant, je me fusse levée, et lui eusse tué la chandelle sur le nez, Nouv. LIX. dans TUER
Sa femme commença à devenir l'une des plus belles femmes qui fust en France, Nouv. 15 dans UN, UNE
Vous me feriez tort sy vous n'usiez envers moy comme envers vostre mere, Lett. 126 dans USER
Ce n'est à moy à qui l'on doibt user telles bourdes, ib. 141 dans USER
Je vous prie, mon nepveu, en user [de mon mari] comme de vostre propre frere, ib. 165 dans USER
Je vouldroys qu'il venist chose à propos, où j'eusse povoir de me revencher de tant de plaisirs que chacun jour me faictes, Lett. 72 dans VENIR
Cuydant par ce moyen faire que leurs delits et forfaits ne viennissent en lumiere, ils se sont portez pour appelans, ib. 159 dans VENIR
Dimanche qui vient, ib. 36 dans VENIR
Il fut bien si estonné, qu'il eust voulu estre au ventre de sa mere, Nouv. VI dans VENTRE
Vous avez pris le secret sur votre vie, et sur votre vie tombera la punition, Nouv. LXX. dans VIE
Par vostre lectre j'ay receu une nouvelle vie, dont je vous proumets, Monseigneur, j'avois besoing, Lettre CIV dans VIE
Il m'a promis d'estre bien tost de retour ; et moy à luy, que, s'il vous servoit lealement, je ferois tant envers vous, que vous lui donneriez pour repouser sa vieillesse, Lett. CXX. dans VIEILLESSE
Un sepulcre fait de pierre à grands personnages elevés comme le vif, Nouv. LXV dans VIF, VIVE
Si quelquefois elle daignoit en passant prendre son vin [se rafraîchir], elle nous feroit plaisir et honneur, Nouv. XLIV dans VIN
Il oublia à visiter par lettres celle qui pour lui soutenoit tant de tribulations, Nouv. XX dans VISITER
Mais allons vivement [marchons vite], afin qu'il ne nous trouve sur notre larcin, Nouv. LII dans VIVEMENT
Elle entra en la religion de sainte Claire, où elle fut reçue et voilée, Nouv. XIX. dans VOILER
Je voudrois savoir à qui mademoiselle Oisille donnera sa voix [passera la parole]. - Je la donne, dit-elle, à Simontault, lequel, je sais bien, n'epargnera personne, Nouv. XXXII dans VOIX
Je ne suis point voulu passer oultre jusques à ceste heure, Lett. LVIII dans VOULOIR
Après l'avoir regardé si longuement, que le jour qui se couchoit en emportoit la vue avecques soy, elle...., Nouv. XLIII dans VUE
Lui assurant que la premiere fois qu'elle y parleroit [à un homme], qu'il la tueroit, Nouv. XX dans Y