MACHAULT

Citations

Il a tenu et tient le party des dicts d'Orleans et leurs complices.... s'est absenté de nostre dite ville de Paris, Lettres de confiscation de 1411, p. 74 dans ABSENTER (S')
Et la dicte sentence veue par les clercs, furent tous d'oppinion qu'elle se adaptoit contre le duc de Bourgoigne, Geste des nobles, p. 140 dans ADAPTER
Son jugement [de Dieu] est un abisme ; N'est homs qui en sache la disme, p. 97 dans ABÎME
David li prophete jadis, Quant il voloit apaisier l'ire De Dieu, il acordoit sa lire, Dont il harpoit si proprement, p. 9 dans ACCORDER
Dous penser et bonne esperance Li font avoir douce plaisance, Et li amenistrent matiere Dont il fait à plus lie chiere Que cils qui vit dolentement, p. 10 dans ADMINISTRER
Et se tu veus dire que tu ne Es mie subgès de fortune, Et que ta grant attrasion [descendance] Afranchist ta condition, p. 96 dans AFFRANCHIR
Mais devant lui m'ageloinguay, p. 20 dans AGENOUILLER (S')
S'ot en milieu un arbrissel, De fleurs et de feuilles si bel, Si bel, si gent, si aggreable...., p. 12 dans AGRÉABLE
Où chascuns fu, ce m'est avis, à point honnourez et servis Aussi de vin et de viande, Com corps et appetit demande, p. 87 dans APPÉTIT
Car chascuns d'iaulx [eux] selon l'acort De son instrument, sans descort, Pipe, souffle, muse, naquaire, Taboure, et quanque l'on peut faire De doit, de penne et de l'archet, p. 87 dans ARCHET
... toute l'armée Que l'eglise avoit ordenée, dans Hist. de Chypre, t. I, p. 239 dans ARMÉE
Tu qui vues avoir mon cheval, Je te di qu'amont et aval, Sans faillir, au tiers pas s'arreste, p. 80 dans ARRÊTER
.... S'elle [la ville] est de bonne gent garnie, D'engiens et d'autre artillerie ; Car se de ce avoit deffaut, On la porroit penre d'assaut, p. 114 dans ASSAUT
Plourez, dames, plourez vostre servant, Qui toudis ay mis mon cuer et m'entente, Corps et penser et desir en servant L'onneur de vous, que Diex gart et augmente, p. 57 dans AUGMENTER
Et si me voy de mort en aventure, Se Diex et vous ne me prenez en cure, p. 57 dans AVENTURE
Car mes voloirs à ce s'avive, Ne dou faire ne seray jà lassez, Tant qu'en ce mond vous plaira que je vive, p. 4 dans AVIVER
Quant il ha servi longuement Et obeï desiramment, Jà soit ce qu'en bonespoir vive, Adès desirs en lui s'avive, p. 29 dans AVIVER
.... fors seulement desir qui ne me lait pas durer de vous veoir ; et sur ce ay fait une balade, laquelle je vous envoie enclouse en ces presentes, p. 136 dans BALLADE
Et si [j'] avoie des esbattemens biau cop ; car, en tout le chemin, on ne faisoit que chanter et veoir dames et damoiselles, p. 147 dans BEAUCOUP
Et comment que li fers tranchans En soit, devers les fins amans Si n'est mie li cops mortels ; Ainsois le tesmoigne pour tel Que nulz n'en voit la blesseüre, p. 23 dans BLESSURE
Mais ce qui plus va mon mal empirant, C'est ce que bien à mon borgne oeil parçoy, Qu'à court de roy chascuns y est pour soy, p. 90 dans BORGNE
Et en sa dextre main tenoit Un dart qui bien estoit ferré, Et en l'autre avoit un brandon De feu que gettoit grant randon, p. 15 dans BRANDON
Mais le fer ardant de la fleche, Qui le cuer toudis art et seche, Sache certainement qu'il art Et bruist par si soubtil art, Qu'il n'i pert [paraît] tache ne arsure, p. 84 dans BROUIR
Si que ces tempestes cesserent, Mais tels brumes i engendrerent, Telz ordures et telz fumées, Qui ne furent gueres amées, p. 72 dans BRUME
....Diex fu engrans [courroucé] De penre [prendre] crueuse vengeance, Si que tantost, sans plus attendre, Pour justice et vengeance prendre, Fist la mort issir de sa cage, Pleine de foursen et de raige, p. 73 dans CAGE
Et certes se ne me cassez Ces trois.... [ne me privez de ces trois], p. 4 dans CASSER
En tel doleur sont cil qui sont jalous, Qu'il vauroit [vaudrait] miex, cent contre un, estre cous, p. 58 dans CENT
Et si tenoit une herminette Trop gracieuse et trop doucette à une chainnette d'or fin, p. 46 dans CHAÎNETTE
Si tu sens que tes ennemis Viengne, prie tous tes amis Et fait tantost ton mandement.... Mais garde le contremander : Car li contremant du royaume Ont fait ardoir maint toit de chaume, p. 108 dans CHAUME
J'aime une fleur qui s'euvre et qui s'encline Vers le soleil, de jour quant il chemine, p. 123 dans CHEMINER
Mais je te veil dire et aprendre Que, pour resprendre ta chemise, Ne mes ton heritage en mise, p. 109 dans CHEMISE
Vostre ymage richement parée et mise haut du chevet de mon lit, p. 144 dans CHEVET
Honneur est grains, richesse est paille ; Donc qui a honneur, il est riches ; N'il ne doit or prisier deux chiches, p. 102 dans CHICHE
On trouve dans un poëte du XIVe siècle : .... plus de cent, Voire de mil tout à un sible L'apeloient le roy paisible, p. 106 dans CIBLE
Se tu pues sentir ou veoir Que tes ennemis asseoir En bourc, en chastel ou en ville Te veillent, aie tant de guille Qu'adès aies la clef des chans, p. 113 dans CLEF ou CLÉ
Mais viez pechiez et vielles debtes Font à Dieu compter à clignettes, C'est à dire qu'il n'i voit goute, p. 115 dans CLIGNE-MUSETTE
Car tuit estoient mal traitié ; Boces avoient et grans clos Dont on moroit...., p. 73 dans CLOU
.... Tu sembles l'oisel de proie, Qui vuet le cuer tant seulement ; Se le cuer has tant seulement, Aras le corps et la chevance, p. 111 dans COEUR
Aussi fu l'estoile comée [comata, à chevelure], En semblance de feu couée, Qui de feu et d'occision Faisoit pronostication, p. 68 dans COMÈTE
Et s'il est que desconfis soies Et que tes gens mors et pris voies, Jà soit ce que li cuer t'en vueille, Garde que ton oeil ne s'en meuille : Car c'est maniere de commere, Qui doit plourer l'ame sa mere, p. 110 dans COMMÈRE
Je puis trop bien ma dame comparer à l'ymage que fist Pymalion ; Qu'adès la prie [je la prie], et rien ne me respont, p. 60 dans COMPARER
Assez rueve [demande] qui se complaint, p. 79 dans COMPLAINDRE
Et se tu veus dire que tu ne les mie subgès de fortune, Et que ta grant attraction [descendance] Afranchist ta condition..., p. 96 dans CONDITION
Et que tu t'armes volentiers ; Car c'est tes souverains mestiers ; N'autre honneur, n'autre science Qu'armes, dames et conscience, p. 117 dans CONSCIENCE
Très dous pensers en li empraint, Par sa force et par sa contrainte, De ce qu'il vuet amer l'emprainte, p. 26 dans CONTRAINTE
Se tu sens que tes ennemis Viengne, prie tous tes amis, Et fay tantost ton mandement ; Mais garde le contremander ; Car li contremant d'un royaume Ont fait ardoir maint toit de chaume, p. 108 dans CONTREMANDER
Quant vous arés vostre livre, si le gardés chierement ; car je n'en ai nulle copie, et je seroie courreciés, s'il estoit perdus, p. 149 dans COPIE
Et tant qu'une fois entr'oÿ Cornemuses, trompes, naquaires Et d'instrumens plus de sept paires, p. 76 dans CORNEMUSE
Je vous pri, s'il y ha aucunes choses à corrigier dans le livre, que vous y faites enseignes [marques], p. 148 dans CORRIGER
Car l'air qui estoit nes et purs, Fu ors et vils, noirs et obscurs, Si que de sa corruption Heurent les gens oppinion Que corrompu en devenoient, p. 72 dans CORRUPTION
Quant on ot chanté tout à trait, Chascuns ala à son retrait, Qui dut son corset devestir Pour le sercot ouvert vestir, p. 86 dans CORSET
Et ainsi [le feu d'amour] se queuve et engendre, Com li charbons desouz la cendre, p. 85 dans COUVER
Ou avoir robes curieuses, Joiaus, deniers, chevaus, destriers Dont d'or fin fussent li estriers, p. 96 dans CURIEUX, EUSE
Et en sa dextre main tenoit un dart qui bien estoit ferré de fer tranchant et aceré, p. 15 dans DARD
Et m'esperance est morte sans retour, Quant souvenirs me monstre à descouvert Qu'en lieu de bleu, dame, vous vestez vert, p. 56 dans DÉCOUVRIR
Mais quant vos cuers m'escondit, Vos dous regars s'i mesle et l'en desdit Si doucement que plus en gré reçoy Vostre refus que d'une autre l'ottroy, p. 62 dans DÉDIRE
Mais s'il advient qu'il [mon cheval] se defferre, Dix hommes faut quant on le ferre, p. 81 dans DÉFERRER
Dou memoire des hommes degradez Et des livres où il ha esté mis, Maudis de Dieu, de tous sains et dampnez.... puist estre li mois de mars, p. 130 dans DÉGRADER
N'est-ce pas chose plus honourable Que tu voies devant ta table Tes chevaliers, tes escuiers Vestis ensamble en ordenance à la bonne guise de France, Que ce qu'il soient en tel guise Que chascun ainsi se desguise ?, p. 120 dans DÉGUISER
Et quant je sui tout vostre sans demi, p. 54 dans DEMI, IE
Nulz ne faisoit les chans arer, Les blez soier, les vignes faire, Qui en donnast [quand on en donnerait] triple salaire, Non certes pour un denier vint ; Tant estoient mort [dans la peste noire]...., p. 75 dans DENIER
Je puis faire d'un fol un sage, Se je le met en mon servage ; Car nulz n'iert jà si desapris, Se je le preing, ne soit apris De sens, d'onneur, de courtoisie, p. 18 dans DÉSAPPRENDRE
Des autres mois soit [mars] desjoins et ostez Et de nature oubliez et haïs, p. 130 dans DISJOINDRE
Trop est crueux li maulz de jalousie, Et trop greveux qui en est entrepris, p. 58 dans JALOUSIE
Là vi je d'amour la maistrie, Car j'estoie come une souche Delez madame en ceste couche, p. 49 dans SOUCHE