LA MOTHE LE VAYER

Citations

Aux prairies, sur toutes à celles d'abbruvage [qu'on arrose], les fumiers de telle volaille sont de grande utilité, 98 dans ABREUVAGE
De plant enraciné et de semence s'edifie l'aluine ou absinthe appelé fort, 565 dans ABSINTHE
Absinthe romain ou pontique, marin et vulgaire, est dict aussi aluine pour sa grande amertume, comme celle de l'aloes ; aussi fort, c'est-à-dire fort amer ; sa graine tue les vers, 615 dans ABSINTHE
Des arbres qui aient suffisante force pour soutenir la vigne sans s'accabler eux-mesmes, 192 dans ACCABLER
Tel defaut nous contraint d'accourir aux medecins en la necessité, 885 dans ACCOURIR
La jument accoustumera l'asnon [s'habituera à le nourrir], 311 dans ACCOUTUMER
Il bordera ses allées d'arbres, de ceux qui seront de plus facile accroist, et de plus grand profit et plaisir, 16 dans ACCROÎT
Les nuisibles herbes s'accroissans parmi, au vide qu'elles y treuvent, le suffoquent, 113 dans ACCROÎTRE
Les plus communes sont aujourd'hui entre nous : arpents, journées, asnées, journaux, sesterées, acres, couples de boeufs, 10 dans ACRE
Amonition, p. 26 dans ADMONITION
Mucilage de gomme tragacanthe, 903 dans ADRAGANT ou ADRAGANTE
Tout bestail terrestre, aquatique et aerin, 488 dans AÉRIEN, ENNE
En cas d'afferme, que le seigneur accorde avec son fermier du prix du revenu de son bien, 57 dans AFFERME
Puis au laict sera ajoustée la pressure pour le cailler et affermir, 285 dans AFFERMIR
Le coing s'affermit à la chaleur du sirop, 865 dans AFFERMIR
Au temps des extremes froidures, il faudra aider à l'affermissement du laict par le feu, 284 dans AFFERMISSEMENT
.... Craincte de l'importun affermissement, auquel les meles [nèfles] sont sujettes, 868 dans AFFERMISSEMENT
Enterrés des grands vazes de terre ou de bois, jusques à la gueule fleurans le plan de la terre, 625 dans AFFLEURER
Qu'on se donne bien garde de les desdaigner de manger par trop de viande, comme cela avient quand desordonnement on les affourage, le trop leur ostant l'appetit, 282 dans AFFOURAGER
Ceux des quartiers de Bordeaux qui vendent le bois avec le vin ne se peinent que d'affranchir [purifier] leurs tonneaux neufs pour une seule fois, 205, etc. dans AFFRANCHIR
Mesme les beliers sont affranchis [purgés de mauvais goût] par le chastrement, bien que longuement ils aient servi à saillir les brebis, 222 dans AFFRANCHIR
Par divers moyens l'on parvient à tel affranchissement [purification des tonneaux], tels que ceux qui s'ensuivent, 205 dans AFFRANCHISSEMENT
Et suffit pour tout affranchissement [pour ôter le mauvais goût aux béliers] d'estordre les genitoires, puisqu'avec la force engendrante s'esteint de mesme la chaleur qui en rend mauvaise la chair, 223 dans AFFRANCHISSEMENT
Cest affranchissement se pratique à souhait est meuriers de tous aages.... sur les plus petits arbres de la bastardiere, 464 dans AFFRANCHISSEMENT
Le millet frit dans du miel affriandit les pigeons dans le colombier pour ne l'abandonner jamais, 400 dans AFFRIANDER
Les viandes aigres agassent les dents, p. 906 dans AGACER
Quelque bigearre et rebours que soit le lieu [emplacement], il se peut neantmoins ageancer, 18 dans AGENCER
Ainsi les brebis de la metairie empreignées les premieres, les premieres aussi aignelent elles, 318 dans AGNELER
Et encores que les meres aiment leurs petits, sera bon qu'ils demeurent ensemble les deux premiers jours de l'aignellement, 318 dans AGNELLEMENT ou AGNÈLEMENT
Pieges, agraffes, fosses, trapes, rets, ponts, amorces, 995 dans AGRAFE
C'est le moien descrit par Columelle, duquel se servoit Marc Columelle son oncle, sçavant agricole, pour rendre fertiles ses terres à grains et ses vignes, 71 dans AGRICOLE
Agripaume, appelée en latin cardiaca, vient sans nul soin, en lieux mal cultivés, 627 dans AGRIPAUME
Aigremoine est appelêe eupatorium, d'Eupator roi, qui le premier la mit en reputation, 612 dans AIGREMOINE
Touchant les poulailles estrangeres.... les poules d'eau, le heron, l'otarde, le hallebran, l'aigrete, 345 dans AIGRETTE
L'abandonnement où sont tous ceux qui manquent de fortune, p. 315 dans ABANDONNEMENT
Denys lui dit un jour [à Platon] que tous ses discours étaient de vieillards qui radotent ; et les vôtres, lui répliqua-t-il, sont de souverains qui tyrannisent ; ce qui a beaucoup plus de grâce en grec que nous ne lui en donnons en français, parce que l'allusion des mots ne s'y trouve pas, Vertu des païens, II, Platon dans ALLUSION
Sa métempsychose [de Platon], son animation du monde [dont il faisait un animal], Vertu des païens, II, Platon dans ANIMATION
Se peut-il rien concevoir de plus visionnaire et de plus cérébrin ?, Hom. acad. dans CÉRÉBRINE
Telasinus aime mieux être exilé comme philosophe que de vivre consulairement sous Domitien, Dialog. d'Orat. Tubero, t. II, p. 230 dans CONSULAIREMENT
Est-il possible que ni le point d'honneur, ni.... ne vous puissent démouvoir de cette oisiveté casanière ?, Dial. d'Oratius Tubero, t. I, Dial. III dans DÉMOUVOIR
Trouvez bon que, pour vous satisfaire, je ne me désoblige pas moi-même, Dial. d'Oratius Tubero, t. I, Lettre de l'autheur. dans DÉSOBLIGER
Ils [les chrétiens] crurent que l'intérêt de la religion les obligeait de le jeter [l'empereur Julien] dans la plus grande diffamation qui se pourrait, Vertu des païens, II, Julien dans DIFFAMATION
Je veux bien examiner avec vous le cours de ma vie, et considérer ensemblement si mes façons de faire..., Dial. d'Oratius Tubero, t. I, dial. IH. dans ENSEMBLEMENT
Un boiteux arrive plus tôt au but par le droit chemin, que le meilleur coureur du monde qui extravague, et s'égare d'autant plus qu'il va vite, Dial. d'Oratius Tubero, t. II, p. 53 dans EXTRAVAGUER
Certains vins.... ne pouvant souffrir le transport sans perdre leur principale saveur et générosité, Dial. d'Orat. Tubero, t. II, Lettre. dans GÉNÉROSITÉ
Afin que, son corps ne se trouvant plus, il fût sans difficulté pris pour un dieu, comme assez d'autres que le gentilisme a souvent consacrés après être ainsi disparus, Vertu des païens, II, Julien. dans GENTILISME
Ceux qui ont vécu dans le gentilisme, ib. I, État de la loi. dans GENTILISME
Il n'y a pas seulement de l'inhumanité, mais encore de l'immanité...., Dial. d'Orat. Tubero, t. II, p. 255 dans IMMANITÉ
Signes indicatoires et infaillibles, Dial. d'Orat. Tubero, t. II, p. 62 dans INDICATOIRE
Platon enseigne avec l'immortalité des âmes leur passage de corps en corps qu'elles doivent informer successivement, Vertu des païens, II, Platon dans INFORMER
Après avoir parlé insensément de celui [Aristote] qu'on a eu raison d'appeler le secrétaire de la nature, Vertu des païens, II, Aristote. dans INSENSÉMENT
Comme a fort bien répondu Sénèque à cette sorte d'instance [adressée à Épicure], Vertu des païens, II, Épicure. dans INSTANCE
Il [le sage des stoïciens] est invulnérable aux injures, Vertu des païens, II, Zénon. dans INVULNÉRABLE
L'occident, qui nous a donné le nouveau monde, nous fournit des témoignages irréprochables de ce que nous disons, que le christianisme n'a pas été prêché dès le temps des apôtres à toute la terre, Vertu des païens, I, État de la grâce. dans IRRÉPROCHABLE
C'est ce qui les a fait nommer zététiques et, plus particulièrement, sceptiques, qui sont des appellations synonymes qu'on leur a données presque indifféremment pour marque d'une irrésolution qui leur était particulière, Vertu des païens, II, Pyrrhon. dans IRRÉSOLUTION
Nous remarquerons qu'il [saint Augustin] a été persuadé de la vérité des lettres qui se voient de saint Paul à Sénèque, Vertu des païens, I, Avant-propos. dans LETTRE
Démocrite prit à son service Protagoras pour lui apprendre la philosophie, ayant reconnu son bel esprit à la ligature d'un fagot de bûchettes industrieusement arrangées, Dial. d'Orat. Tubero, t. II, p. 335 dans LIGATURE
Le plus beau linéament, à mon gré, de tout leur ouvrage [de Xénophon et de Platon] est celui par lequel ils nous expriment la fin de Socrate, Vertu des païens, II, Socrate. dans LINÉAMENT
La loi trompeuse de Mahomet, Vertu des païens, II, Zénon dans LOI
Ils [les païens vertueux] se sont laissé conduire à la lumière naturelle, aidée sans doute de la grâce, et, comme parle l'apôtre, ils ont été une loi vivante à eux-mêmes, ib. I, État de la loi dans LOI
Mais de se mettre au-dessus du trône du Tout-Puissant, il n'y a eu depuis Lucifer, comme je crois, que les stoïciens qui l'aient osé entreprendre, Vertu des païens, II, Zénon. dans LUCIFER
Apicius, lequel entra en désespoir de ne trouver qu'environ 250 000 écus dans ses coffres, dont il pût entretenir son luxe et sa gourmandise, Vertu des païens, II, Zénon. dans LUXE
[Le passage] de l'Épître aux Romains où saint Paul adapte à la parole de Dieu ce que David a dit métaphoriquement de celle des cieux, qui a été entendue de toute la terre, Vertu des païens, 1, État de la grâce. dans MÉTAPHORIQUEMENT
La métriopathie donne le tempérament à toutes nos passions, Dial. d'Orat. Tubero, t. II, p. 236 dans MÉTRIOPATHIE
Cette infâme passion d'avarice, que Diogène nommait la métropolitaine de tous les vices, Vertu des païens, II, Sénèque. dans MÉTROPOLITAIN, AINE
Salomon reconnaît la sagesse pour la plus muable ou la plus changeante chose de toutes les mobiles, Vertu des païens, II, Pyrrhon. dans MOBILE
[Auteurs] qui maintiennent qu'aucun infidèle ne doit être appelé vertueux, parce que son infidélité l'empêche de pouvoir produire des actions moralement bonnes et vertueuses, Vertu des payens, I, Avant-propos. dans MORALEMENT
Tous ses principes [d'Aristote] semblent favoriser la pernicieuse créance de la mortalité de l'âme, Vertu des païens, II, Aristote. dans MORTALITÉ
On veut qu'il [saint Augustin] n'ait point admis d'actions moyennes dans la morale, et qui ne fussent bonnes ou mauvaises, contre ce qu'enseigne l'école, qui en reconnaît d'indifférentes, Vertu des païens, I, avant-propos. dans MOYEN, ENNE
Ceux qui ont voulu mythologiser sur les fantaisies des poëtes..., Dial. d'Orat. Tubero, t. II, p. 302 dans MYTHOLOGISER
La personne qui en est prévenue [de la jalousie], s'ombrage de l'air qui touche la personne qu'elle aime..., Dial. d'Orat. Tubero, t. II, p. 388 dans OMBRAGER
Je n'ai jamais lu dans Sénèque le genre de mort d'un Allemand qui s'étrangla et s'étouffa de la plus orde manière du monde, la Promenade, dialogue I, p. 98, dans POUGENS dans ORD, ORDE
Nous n'allons jamais si vite qu'après un faux pas, la Promenade, dial. 2 dans PAS
Si Tertullien parlait bien quand il assurait des philosophes en général qu'ils étaient les patriarches des hérétiques, Vertu des païens, II, Aristote. dans PATRIARCHE
Ce qui obligea les Romains à l'adoration d'une Vénus toute chauve, reconnaissant que la pelade avait sa grâce et sa beauté, Dial. d'Orat. Tubero, t. I, p. 273, dans POUGENS dans PELADE
Passant par où quelqu'un des leurs a pissé, ils [les chiens] s'arrêtent tout court pour faire le même, Dial. d'Orat. Tubero, t. I, p. 287, dans POUGENS dans PISSER
C'est le propre d'une personne avisée de tirer profit de ses fautes passées, Dial. d'Or. Tub. t. II, p. 199, dans POUGENS dans PROFIT
Il [Pythagore] leur enjoignait [à ses disciples] de ne porter jamais la figure des dieux gravée sur des anneaux, ce qu'on a toujours pris pour une prohibition de révéler ce qu'il leur avait enseigné de la nature divine, Vertu des païens, II, Pythagore. dans PROHIBITION
Que tous les gentils se pouvaient sauver devant la publication de l'Évangile, en observant les seuls préceptes du droit naturel, Vertu des païens, I, État de la loi. dans PUBLICATION
La purgation qu'il [le blé] reçoit par le moyen du van, la Promenade, Dialog. 2 dans PURGATION
La torpille endort le bras sans être engourdie ; la pierre queux ou affiloire fait trancher le rasoir et ne tranche pas, Dial. d'Or. Tubero, t. II, p. 93, dans POUGENS dans QUEUX
À le bien prendre, la plus raffinée perfection a toujours quelque trait d'imperfection, Vertu des païens, II, Avant-propos. dans RAFFINÉ, ÉE
Sans doute qu'il [Sénèque] croyait qu'en ne disant rien d'incompatible.... il ne pouvait être blâmé au choix ni au ramas qu'il faisait des bonnes pensées de ceux qui avaient philosophé devant lui, sans s'engager servilement à toutes leurs fantaisies, Vertu des païens, II, Sénèque. dans RAMAS
Je me suis lassé de raturer inutilement les épreuves, la Promenade, dialogue 1 dans RATURER
Le miracle de la conversion ou rebroussement du Jourdain, Dial. d'Or. Tub. t. II, p. 194, dans POUGENS dans REBROUSSEMENT
Ce qui me fait rapporter au siècle de saint Thomas seulement cette réception générale du péripatétisme parmi les chrétiens.... c'est que...., Vertu des païens, II, Aristote. dans RÉCEPTION
Cela se recueille manifestement de ce qu'il [saint Thomas] croyait que l'Évangile eût été prêché par toute la terre dès le temps des apôtres, Vertu des païens, I, État de la grâce. dans RECUEILLIR
Les païens, gentils et idolâtres.... ne peuvent en nulle façon s'être rédimés de la peine du péché originel, Vertu des païens, I, État de la loi. dans RÉDIMER
Denys le tyran, régentant à Corinthe, Vertu des païens, II, Pythagore. dans RÉGENTER
Bien loin d'établir ses maximes avec obstination, il [Socrate] semble douter des choses les plus résolues, Vertu des païens, II, Socrate. dans RÉSOLU, UE
Voilà ce qui m'empêche de prononcer aussi résolutivement que d'autres font, pour la félicité éternelle d'Aristote, bien que je la lui souhaite d'autant plus ardemment que je me sens son redevable de la plus solide partie de mes études humaines, Vertu des païens, II, Aristote dans RÉSOLUTIVEMENT
Son texte [de saint Augustin] n'a pas le privilége d'être canonique ; il s'est bien rétracté lui-même de beaucoup de propositions, Vertu des païens, 1, Avant-propos. dans RÉTRACTER
C'est elle [l'âme] qui nous ride ou nous aplanit le front en un instant, selon ses mouvements intérieurs, Vertu des païens, II, Socrate. dans RIDER
Je trouve qu'on a eu raison de reprendre Érasme d'avoir osé écrire dans un de ses dialogues, qu'autant de fois qu'il lisait la belle fin de Socrate, il avait bien de la peine à s'empêcher de dire : ô saint Socrate, priez Dieu pour nous, Vertu des païens, II, Socrate. dans SAINT, AINTE
Pour combattre cette opinion de la salvation des gentils moyennant l'assistance de la grâce, Vertu des païens, I, État de la loi. dans SALVATION
Ils [les pyrrhoniens] se sont encore voulu aider de certaines façons de parler qui leur étaient particulières ; ce sont celles qu'on a nommées les voix de la sceptique, comme : je ne sais, cela peut être, je ne le comprends pas, etc., Vertu des païens, II, Pyrrhon dans SCEPTIQUE
Celui [Aristote] qu'on a eu raison d'appeler le secrétaire de la nature, vu qu'il semble qu'elle-même lui ait dicté ce qu'il a écrit de toutes ses opérations, Vertu des païens, II, Aristote dans SECRÉTAIRE
La sibilation de l's a donné de l'aversion à d'autres, la Promenade, Dialogue I dans SIBILATION
En interprétant sinistrement de certaines actions...., Vertu des païens, II, Diogène. dans SINISTREMENT
De quelle sorte un bon esprit se sait interroger et répondre socratiquement à lui-même, Dial. d'Orat. Tubero, t. II, p. 9 dans SOCRATIQUEMENT
Encore qu'ils ne solennisassent pas le jour du sabbat, Vertu des païens, I, État de la loi. dans SOLENNISER
Il vaut mieux être injurié du nom de songe-creux que de celui d'écervelé, Dial. d'Orat. Tub. t. I, p. 216 dans SONGE-CREUX
Sa volupté [d'Épicure] n'était point sordide ; il a vécu si sobrement que les Pères en font parfois honte aux chrétiens, Vertu des païens, II, Épicure. dans SORDIDE
[Comédie d'Aristophane] où Socrate soutenait qu'il n'y avait point d'autres dieux que le chaos, les nues et la langue, enseignait ensuite aux enfants à battre leurs pères, et puis était étranglé, et sa maison brûlée avec son sous-maître Chéréphon, Vertu des païens, II, Socrate. dans SOUS-MAÎTRE, ESSE
Puisqu'il n'y en a presque point eu [de philosophes] qui n'aient fait gloire de tirer leur savoir et, s'il faut ainsi dire, leur extraction spirituelle de ce grand homme [Socrate], Vertu des païens, II, Avant-propos. dans SPIRITUEL, ELLE
Ulysse, le premier de tous les statistes, devant revenir en ce monde, demande d'y vivre en homme privé, Dial d'Orat. Tubero, t. II, p. 243 dans STATISTE
Qui ne les prend [les Espagnols] aujourd'hui pour les plus grands statistes et les plus raffinés politiques qui vivent ?, ib. t. II, p. 281 dans STATISTE
Que cette proposition, qu'il n'y a rien de certain, n'est pas si absolument affirmative, qu'elle ne contienne en soi une tacite exception d'elle-même, Vertu des païens, II, Pyrrhon. dans TACITE
Comme il n'y a point de si beau corail qui n'ait sa tare, de si parfait diamant qui n'ait sa paille, Dial. d'Orat. Tubero, t. II, p. 142 dans TARE
Cicéron le taxe [Épicure] de cela [avoir méprisé les lettres] et particulièrement du peu d'estime qu'il faisait de la dialectique, Vertu des païens, II, Épicure. dans TAXER
Il [Épicure] fut le premier qui prononça courageusement ce qu'il en pensait [des dieux du paganisme], et qui osa publiquement ébranler, autant qu'il lui fut possible, les fondements de tous les temples de la Grèce, en déclamant contre la vanité du culte qui s'y exerçait, Vertu des païens, II, Épicure. dans TEMPLE
Celles qui ont les plus longues tétasses, la plus grande bouche, Dial. d'Or. Tub. t. I, p. 32 dans TÉTASSES
Les sceptiques ont inventé une topique particulière, et se sont servis de dix moyens avec lesquels ils examinent tout ce qu'on leur propose, Vertu des païens. II, Pyrrhon. dans TOPIQUE
Ils [les gentils] étaient si impertinents que de.... vouloir que Moïse eût été le transcripteur des inventions d'Hésiode et d'Homère, Vertu des païens, II, Platon. dans TRANSCRIPTEUR
Où il n'y a point de loi établie, ni de préceptes donnés, on ne saurait accuser personne de transgression, Vertu des païens, I, Droit de nature. dans TRANSGRESSION
Celle [philosophie] d'Epicure, ses pourceaux voluptueux, celle d'Aristote, ses scolastiques contentieux, qui ont si bien aujourd'hui le dessus du vent, Dial. d'Orat. Tub. t. I, p. 162 dans VENT
Le but que j'avais tant de peine à trouver dans la verdeur de mon âge, la Promenade, Dial. II dans VERDEUR
Saint Augustin dit au quatrième livre de la Cité de Dieu que la plupart des anciens ne définissaient point autrement la vertu que l'art de bien vivre.... le même propose ailleurs une autre définition de la vertu, qui est plus étendue, et dont saint Thomas s'est voulu servir, la nommant une bonne qualité qui fait bien vivre celui qui la possède, de laquelle personne ne peut mal user, et que nous tenons de la main de Dieu.... d'autres, comme Cicéron, l'ont nommée une constante disposition à bien faire et à suivre la raison, Vertu des païens, I, avant-propos. dans VERTU
Quoique je sois presque honteux de m'être tant arrêté à ces petites vétilles et minuties de grammaire, la Promenade, Dial. 1 dans VÉTILLE
Voler ceux [auteurs] de son siècle en s'appropriant leurs pensées et leurs productions, c'est tirer la laine au coin des rues, c'est voler les manteaux sur le Pont-Neuf, lettre citée par BAYLE, Dict. art. Éphores. dans VOLER
Après tout, une personne bien voulue a toujours de quoi vous contenter, Dial. d'Orat Tubero, t. II, p. 387 dans VOULU, UE
L'i final était trop simple et mal propre à recevoir l'ornement des paraphes ou bravoures dont la queue de l'y grec est susceptible, la Promenade, Dial. I dans Y
Le révérend père Petau, que je nomme volontiers à cause de sa grande doctrine, de son zèle à la religion...., Vertu des païens, II, Julien. dans ZÈLE