LA HARPE

Citations

J'ai rassemblé ces autres acceptions de que, parce que, s'agissant d'une particule d'un si grand usage, j'ai cru...., Tr. X, § 17 dans AGIR
Nos consuls, devant lui, cachaient l'aigle indignée, Coriol. I, 8 dans AIGLE
Les mauvais écrivains de Rome sentaient bien qu'il était plus aisé d'imiter la bouffissure des orateurs de l'Asie, que d'atteindre à l'éloquente simplicité de Démosthène, Cours de littér. t. II, p. 378 dans ATTEINDRE
Lisez, dans nos grands romans, les conversations amoureuses ; c'est un échafaudage de sentiments hors de nature, Cours de littér. t. VII, p. 194, dans POUGENS dans ÉCHAFAUDAGE
Nous avons en morale, pour évaluer les crimes, une autre échelle de proportion, Cours de littér. t. V, p. 232, Ledentu, 1825 dans ÉCHELLE
Il prétend que tout autre amour ne peut qu'affadir et efféminer Melpomène, Cours de littér. t. VII, p. 190 dans EFFÉMINER
Son style est le plus parfait modèle du mauvais goût ; c'est l'entortillage le plus fatigant, l'enluminure la plus fade, Corresp. t. III, p. 323, dans POUGENS, au mot entortillage. dans ENLUMINURE
Il n'est question que de ses discours académiques, sorte d'ouvrages toujours épluchés avec la dernière rigueur, Correspond. t. III, p. 200, dans POUGENS dans ÉPLUCHÉ, ÉE
Soyons vrais, de nos maux n'accusons que nous-mêmes, Warwick, v, 5 dans ÊTRE
C'est un vrai fouillis dans le goût des journées espagnoles de Lope de Vega et de Calderon, Corresp. t. IV, p. 122, dans POUGENS dans FOUILLIS
Nous étions trente et un, M. Bailly a eu quinze voix, et M. de Condorcet seize : Il a frisé la corde, disait M. d'Alembert, Corresp. t. III, p. 312, dans POUGENS dans FRISER
Je suis savant, je m'en pique, Et tout le monde le sait ; Je vis de métaphysique, De légumes et de lait ; J'ai reçu de la nature Une figure à bonbon : Ajoutez-y ma frisure, Et je suis monsieur Neigeon, Corresp. lett. 86 dans FRISURE
L'opéra [des Horaces] n'a pas été plus heureux, malgré la protection marquée que les gluckistes accordaient à l'élève de Gluck, Saliéri, auteur de la monstrueuse musique des Danaïdes, Correspondance, Lett. 238 dans GLUCKISTE
Le père Lemoine, dans son poëme de saint Louis, ne sait ni fondre ni graduer l'intérêt des événements et des situations, Cours, 2e part. liv. I dans GRADUER
Il est vrai qu'elle [Mme de Genlis] s'est mise à guerroyer fort gratuitement, et, qui pis est, fort maladroitement contre les philosophes, Corresp. t. IV, f° 63, dans POUGENS dans GUERROYER
Ceux qui pensent peu, s'occupant beaucoup des mots et cherchant des expressions extraordinaires, sont sujets à se guinder au delà du naturel, et donnent dans le ridicule et dans le phébus, Corresp. t. II, p. 308, dans POUGENS dans GUINDER
Des expressions ignobles dans la bouche d'un grand personnage sont des haillons qui couvrent un roi, Cours de littér. t. VII, p. 87, dans POUGENS dans HAILLON
Il me semble que c'était hier, et c'était cependant au commencement de 1788, Prédiction de Cazotte. dans HIER
Le philosophe Saint-Lambert, naturellement sévère et même un peu humoriste, Correspond. t. III, p. 393, dans POUGENS dans HUMORISTE
C'est absolument ce qu'on appelle un imbroglio, un canevas de l'ancien théâtre, Corresp. t. IV, p. 228, dans POUGENS dans IMBROGLIO ou, à la française, IMBROILLE
Pour soixante mille hommes, la seule inabondance est un danger, dans LAVEAUX dans INABONDANCE
Peindre Colomb et Gama touchant pour la première fois des rocs inabordés, dans LAVEAUX dans INABORDÉ, ÉE
Il est mort pour ne s'être pas abstenu de viande quand il fallait s'en abstenir ; c'est donc l'inabstinence de la viande qui l'a fait mourir, dans LAVEAUX dans INABSTINENCE
Il se peut qu'il y ait une nuance entre inamusant et ennuyeux, dans le Dict. de BESCHERELLE. dans INAMUSANT, ANTE
Les yeux inassoupis d'Argus, dans LAVEAUX dans INASSOUPI, IE
L'inconsistance des idées, du caractère, dans LAVEAUX dans INCONSISTANCE
Ne dirait-on pas bien, même en prose : Cette femme, abandonnée de tout le monde, gémit inconsolée dans la retraite obscure où ses malheurs l'ont forcée de se cacher ?, dans LAVEAUX dans INCONSOLÉ, ÉE
Le style est inégal, incorrect, inélégant, Corresp. littér. LXVI dans INÉLÉGANT, ANTE
Ils pénétrèrent jusque dans leurs retraites, et partout ils les trouvèrent inhostiles et bienveillants, dans le Dict. de POITEVIN. dans INHOSTILE
C'est [M. Cassandre, tragédie bourgeoise] une espèce de parade en style burlesquement tragique, où l'on emploie les tournures, les expressions, le galimatias, l'interponctuation extravagante, la pantomime puérile de tous les mauvais drames, Corresp. litt. Lett. X dans INTERPONCTUATION
Toute loi irrévoquée exige l'obéissance, dans LAVEAUX dans IRRÉVOQUÉ, ÉE
Elle [la cabale de Gluck] sentait bien que ce [l'Olympiade de Sacchini] serait un dangereux objet de comparaison pour la mélopée de Gluck, Corresp. littéraire, n° 76 dans MÉLOPÉE
Boileau disait qu'on entendait aux halles plus de métaphores en un jour qu'il n'y en a dans toute l'Énéide, Cours de littér. t. VI, p. 468, édit. DUPONT. dans MÉTAPHORE
On y voit [dans une pièce] un marquis ridicule, avantageux et poltron, sur lequel Regnard paraît avoir modelé celui du Joueur, Cours de litt. t. VIII, p. 290, dans POUGENS dans MODELER
La philosophie ayant fait main basse depuis longtemps sur tout cet oripeau mythologique, Cours de litt. t. IX, p. 85 dans ORIPEAU
Il [Boileau] nous apprit.... à éviter les tournures lâches, ou prosaïques, ou recherchées, les expressions parasites et les chevilles, Cours de littérat. t. IX, p. 8, dans POUGENS dans PARASITE
On ne pardonne point à qui nous fait rougir, Mélanie, III, 1 dans PARDONNER
Peut-être l'on préfère avec quelque plaisir L'orgueil de pardonner à l'orgueil de punir, Warwick, IV, 4 dans PARDONNER
Le parfilage est aujourd'hui l'espèce d'étrenne le plus à la mode, Correspond. t. II, p. 138, dans POUGENS dans PARFILAGE
Il est assez d'usage que les dames se donnent pour étrennes des bagatelles en tissu d'or qui leur servent à parfiler, Correspond. t. II, p. 192, dans POUGENS dans PARFILER
On n'a jamais parfilé des riens avec plus de soin et de prétention, Correspond. t. IV, p. 211 dans PARFILER
On ne peut pas dire de Tacite comme de Salluste, que ce n'est qu'un parleur de vertu, Cours de litt. t. v, p. 17 dans PARLEUR, EUSE
La scène.... où Patelin, à force de patelinage (car son nom est devenu celui d'un caractère), vient à bout d'attraper une pièce de drap, Cours de littér. t. VIII, p. 293, dans POUGENS dans PATELINAGE
Arrive tout de suite Juliette, pour dire en style de paysannerie...., Corresp. t. IV, p. 114, dans POUGENS dans PAYSANNERIE
Duclos parle beaucoup de ces sociétés de médisance où naquit ce qu'on nomme le persiflage, mot qui est de ce siècle, et qui date à peu près du temps où Duclos composait ses Considérations, et Gresset son Méchant, Notice sur Duclos. dans PERSIFLAGE
Ce livre [les Mémoires de Grammont] est le premier où l'on ait montré souvent cette sorte d'esprit qu'on a depuis appelé persiflage.... qui consiste à dire plaisamment les choses sérieuses, et sérieusement les choses frivoles, Cours de litt. t. IX, p. 481, dans POUGENS dans PERSIFLAGE
Combien peu ont assez de vie pour voir toute leur gloire et toute leur influence !, Éloge de Voltaire. dans PEU
Les deux volumes sont apparemment de quelque phrasier de collége qui ne sait pas qu'une histoire n'est pas une amplification de rhétorique, Correspondance littéraire, Lett. 186 dans PHRASIER
Si nous avons été affligés de voir Bossuet préconiser celle [persécution] de Louis XIV, nous en aimons davantage Fénelon, qui a osé la condamner, Cours de litt. t. IX, p. 408, dans POUGENS dans PRÉCONISER
Il [Dorat] lit dans les sociétés une comédie intitulée les Prôneurs ; c'est la satire de ceux qui ne l'ont pas prôné, Correspond. t. I, p. 203 dans PRÔNER
Racine est le premier qui ait su rassembler avec art les ressorts d'une intrigue tragique, Él. de Rac. dans QUI
Un vieux retors, tel que Clénard, Cours de litt. t. XIII, p. 417, dans POUGENS dans RETORS, ORSE
Partout l'enchaînement naturel des objets, dont l'un vous conduit à l'autre sans saccade, Cours de litt. t. X, p. 390 dans SACCADE
Pour soutenir ces superfétations lyriques, on ne manque pas de soutenir le spectacle par des ballets pantomimes, Corresp. t. v, p. 98 dans SUPERFÉTATION
Molé... a dénaturé la déclamation tragique, en y portant les tons tâtonnés, Corresp. t. II, p. 25 dans TÂTONNÉ, ÉE
Une voix qui serre le coeur, qui torture l'âme, Cours de litt. t. x, p. 10 dans TORTURER
Suivant les us et coutumes de la secte, Cours de litt. t. XIII, p. 449 dans US
Il [le P. Bouhours] est vétilleux sur les mots, et se trompe souvent sur les choses, Cours de litt. t. IX, p. 492 dans VÉTILLEUX, EUSE