Jean de LA FONTAINE (1621 - 1695)

Citations

L'abandonnement où sont tous ceux qui manquent de fortune, p. 315 dans ABANDONNEMENT
Il n'a pas de peine à se rendre, Fab. VIII, 7, 4 dans À
C'est bientôt le premier à prendre, Fab. VIII, 7 dans À
Les emportant aux dents, dans les bois se retirent, Fab. III, 13 dans À
À toute peine, il regagna le bord, ib. VI, 17 dans À
L'échange en était fait aux formes ordinaires, Fab. III, 13 dans À
Faire sa ronde ainsi qu'à l'ordinaire, ib. IV, 22 dans À
À qui cela ? à quoi bon ? à quelle fin ? à quelle utilité ?, Fab. II, 13 dans À
De taille à se défendre hardiment, Fab. I, 5 dans À
C'était une clameur à rendre les gens sourds, ib. VIII, 12 dans À
C'était bien dit à lui ; j'approuve sa prudence, Fab. III, 18 dans À
Eh bien ! gageons nous deux à qui plus tôt aura dégarni les épaules Du cavalier, Fab. VI, 3 dans À
Les deux jeunes bergères assises voyaient, à dix pas d'elles, cinq ou six chèvres, Psyché. dans À
L'un des trois jouvenceaux Se noya dès le port, allant à l'Amérique, Fab. XI, 8 dans À
De la force du coup pourtant il [le sanglier] s'abattit, Fab. VIII, 27 dans ABATTRE
Quant à vous, suivez Mars, ou l'amour, ou le prince ; Allez, venez, courez ; demeurez en province ; Prenez femme, abbaye, emploi, gouvernement ; Les gens en parleront, n'en doutez nullement, Fab. III, 1 dans ABBAYE
L'enchanteresse Nérie Fleurissait lors, et Circé Au prix d'elle en diablerie N'eût été qu'à l'Abc, Coupe ench. dans ABC
Je suis chose légère et semblable aux abeilles, A qui le bon Platon compare nos merveilles, Ép. à Huet. dans ABEILLE
Leur maître les rompit, Bien que de leurs abois ils perçassent les nues, Fab. XII, 23 dans ABOI
Son frère ayant couru mainte haute aventure, Mis maint cerf aux abois, maint sanglier abattu, Fab. VIII, 24 dans ABOI
Louis XIV réduisant l'hérésie aux derniers abois, Disc. à l'Acad. dans ABOI
Il semblait, à me voir, que je fusse aux abois, Épît. XXII, 19 dans ABOI
Réduire un esprit aux abois, Je vous prends sans verd, 3 dans ABOI
Objets charmants y sont en abondance, Rém. dans ABONDANCE
Et d'abondant la vache..., Jum. dans ABONDANT, ANTE
Après l'abord et l'ayant salué, Or. dans ABORD
Je l'étranglerai tout d'abord, Fab. I, 6 dans ABORD
Dans l'abord il se met au large, Fab. II, 9 dans ABORD
J'en ai, je crois, dit un mot dans l'abord, Berc. dans ABORD
Dans cet abord Joconde Voulut les envoyer dormir en l'autre monde, Joc. dans ABORD
Ils [les compagnons d'Ulysse] abordèrent un rivage Où la fille du Dieu du jour, Circé, tenait alors sa cour, Fab. XII, 1 dans ABORDER
Par une porte aboutissante aux champs, Or. dans ABOUTISSANT, ANTE
Mais, pour l'abregement de l'oeuvre, De point en point [je] le te descoeuvre, 923 dans ABRÉGEMENT
Pour abréger, la chose s'exécute, Rich. dans ABRÉGER
Il fallut se mettre à l'abri, Fiancée. dans ABRI
Encor si vous naissiez à l'abri du feuillage Dont je couvre le voisinage, Fab. I, 22 dans ABRI
L'absence est aussi bien un remède à la haine Qu'un appareil contre l'amour, Fab. X, 12 dans ABSENCE
Quand l'absurde est outré, l'on lui fait trop d'honneur De vouloir par raison combattre son erreur : Enchérir est plus court, sans s'échauffer la bile, Fab. IX, 1 dans ABSURDE
.... Me faites, vous et raison, Aucune declaration ; Ou de votre fait suis abus, Pour ce que dit avez dessus, 675 dans ABUSER
L'amant Eut à la fin accès chez sa maîtresse, Rem. dans ACCÈS
Mon sujet est petit, cet accessoire est grand, Fab. XII, 10 dans ACCESSOIRE
Lors de faire accointance, Contes, Fér. dans ACCOINTANCE
Et puis quant seroit appaisée La fumée et toute accoysée La mer...., 1028 dans ACCOISER
.... Sinon, qu'ils soient d'humeur accommodante, Cont. le Cal. dans ACCOMMODANT, ANTE
Un geai prit son plumage, Puis après se l'accommoda, Fab. IV, 8 dans ACCOMMODER
Mon père est près de m'accorder, Nic. dans ACCORDER
Vous m'êtes, en dormant, un peu triste apparu ; J'ai craint qu'il ne fût vrai ; je suis vite accouru. Ce maudit songe en est la cause, Fab. VIII, 11 dans ACCOURIR
Le pèlerin.... de horions laidement l'accoutra, Contes, coc. dans ACCOUTRER
L'accoutumance ainsi nous rend tout familier, Fab. IV, 10 dans ACCOUTUMANCE
La colère du roi, comme dit Salomon, Est terrible, et surtout celle du roi lion ; Mais ce cerf n'avait pas accoutumé de lire, Fab. VIII, 14 dans ACCOUTUMER
La beauté de l'infante était beaucoup accrue, Fiancée. dans ACCROÎTRE
Fureur d'accumuler, monstre de qui les yeux Regardent comme un point tous les bienfaits des dieux, Fab. VIII, 27 dans ACCUMULER
.... on cabale, on suscite Accusateurs et gens grevés par ses arrêts. De nos biens, disent-ils, il s'est fait un palais, Fab. X, 10 dans ACCUSATEUR, TRICE
Que l'ours s'acharne peu souvent Sur un corps qui ne vit, ne meut ni ne respire, Fab. V, 20 dans ACHARNER
Hispal fit achat d'un château, Fiancée. dans ACHAT
Au trépas Chaque moment de plaisir l'achemine, Mandrag. dans ACHEMINER
Un mal qui répand la terreur.... La peste, puisqu'il faut l'appeler par son nom, Capable d'enrichir en un jour l'Achéron, Fabl. VII, 1 dans ACHÉRON
Laisse-les, je te prie, achever leur repas, Fab. XII, 13 dans ACHEVER
Regarde d'où provient L'achoppement qui te retient, Fab. VI, 18 dans ACHOPPEMENT
Vous direz à Son Excellence que je lui suis acquis, Petit ch. dans ACQUIS, ISE
Que Castor et Pollux acquittassent le reste...., Fab. I, 14 dans ACQUITTER
Elle crut faire acte de repentante, Contes, Diable. dans ACTE
.... Faisant de cet ouvrage Une ample comédie à cent actes divers, Et dont la scène est l'univers, Fab. V, 1 dans ACTE
La faculté dit adieu là-dessus, Cont. Abb. mal. dans ADIEU
L'âge la fit déchoir : adieu tous les amants, Fab. VII, 5 dans ADIEU
Haranguez de méchants soldats ; Ils promettent de faire rage : Mais, au moindre danger, adieu tout leur courage, ib. IX, 19 dans ADIEU
Adieu mes nourrissons, si vous les rencontrez, ib. V, 18 dans ADIEU
Et si tu y veux adjouster Chose estrange, ou administrer Soulphre, sel, huyle, n'aultres riens, Pour voir, ton faict ne vaudra riens, 994 dans ADMINISTRER
Ce bel Adon était le nain du roi, Joc. dans ADON
Je chante dans ces vers les filles de Minée, Troupe aux arts de Pallas dès l'enfance adonnée, Filles de Minée. dans ADONNÉ, ÉE
S'il m'en restait un seul, j'adoucirais ma plainte, Fab. III, 6 dans ADOUCIR
Au factotum tu n'as qu'à t'adresser, Mazet. dans ADRESSER
Cela s'adresse à vous, esprits du dernier ordre, Fabl. V, 16 dans ADRESSER
Bien adresser n'est pas petite affaire, Fab. I, 17 dans ADRESSER
Ne soyez à la cour, si vous voulez y plaire, Ni fade adulateur ni parleur trop sincère, Fab. VII, 7 dans ADULATEUR, TRICE
Ces gens.... l'affadissaient, L'endormaient en contant leur flamme, Petit Ch. dans AFFADIR
J'ai quelque affaire Là dedans avec certain frère, Cord. dans AFFAIRE
Et conter pour conter me semble peu d'affaire, Fab. VI, 1 dans AFFAIRE
Mais le moindre grain de mil Serait bien mieux mon affaire, Fab. I, 20 dans AFFAIRE
Deux minutes feront l'affaire, Nic. dans AFFAIRE
Votre fille n'est point l'affaire d'un bigot, Tart. II, 2 dans AFFAIRE
C'est moi qui ferai votre affaire mieux que personne, Préc. Rid. 10 dans AFFAIRE
Je n'irais pas bien loin pour trouver mon affaire, Femmes sav. IV, 3 dans AFFAIRE
Vouliez ou non, elle aura son affaire, Rém. dans AFFAIRE
Chacun des deux partis y fit mal ses affaires, Fianc. dans AFFAIRE
.... se plaint qu'elle [mouche] agit seule et qu'elle a tout le soin ; Qu'aucun n'aide aux chevaux à se tirer d'affaire, Fab. VII, 9 dans AFFAIRE
Qu'en ce mois le manteau leur est fort nécessaire [aux voyageurs] ; Les Latins le nommaient douteux pour cette affaire, Fab. VI, 3 dans AFFAIRE
Qu'un lion d'un rat eut affaire...., Fab. II, 11 dans AFFAIRE
La république a bien affaire De gens qui ne dépensent rien !, Fab. VIII, 9 dans AFFAIRE
Un autre était muet et d'amoureuse affaire, Fianc. dans AFFAIRE
Sa femme était encor de bonne affaire, Berceau. dans AFFAIRE
Eut recours aux regards remplis d'afféterie, la Coupe dans AFFÉTERIE
Maître Mitis Pour la seconde fois les trompe et les affine, Fab. III, 18 dans AFFINER
Les affiquets, les habits à changer, Cal. dans AFFIQUET
Il m'a perdue, il m'a toute affolée, Papef. dans AFFOLER
Par votre foi, le Mogol est-il homme Que l'on osât de la sorte affronter ?, Mandr. dans AFFRONTER
Le hasard les [aigle et pie] assemble en un coin détourné ; L'agace eut peur ; mais l'aigle, ayant fort bien dîné, La rassure...., Fab. XII, 11 dans AGACE ou AGASSE
Le chat était souvent agacé par l'oiseau, Fab. XII, 2 dans AGACÉ, ÉE
Mais dès que le long âge Eut glacé le pauvre animal, La même cuisine alla mal, Fab. X, 4 dans AGE
Un homme de moyen âge, Et tirant sur le grison, Fab. I, 17 dans AGE
Je parle, je chemine : Je sens en moi certain agent ; Tout obéit dans ma machine à ce principe intelligent, Fab. X, 1 dans AGENT
Achevant son somme, Et les yeux encore aggravés, Ann. dans AGGRAVÉ, ÉE
Le temps avait agi, Matr. dans AGIR
Et moi loup j'en ferai scrupule.... Thibaut l'agnelet passera Sans qu'à la broche je le mette, Fab. X, 6 dans AGNELET
Nos hôtes agréeront les soins qui leur sont dus, Philém. et Bauc. dans AGRÉER
Pour gendre aussitôt le père l'agréa, la Coupe. dans AGRÉER
Et si de t'agréer je n'emporte le prix, J'aurai du moins l'honneur de l'avoir entrepris, Dédicace dans AGRÉER
Peu de gens Ont le don d'agréer infus avec la vie, Fab. IV, 5 dans AGRÉER
La dame avait un peu plus d'agrément, Quipr. dans AGRÉMENT
Notre cagot s'était mis aux aguets, Herm. dans AGUETS
Qu'à soi montrer ès parloirs aguimpées, Mazet. dans AGUIMPÉ, ÉE
Reposez-vous : usez du peu que nous avons ; L'aide des dieux a fait que nous le conservons, Phil. et Bau. dans AIDE
... je puis vous donner aide En ce besoin, Fais. dans AIDE
Hercule, lui dit-il, aide-moi ; si ton dos A porté la machine ronde, Ton bras peut me tirer d'ici.... Hercule veut qu'on se remue ; Puis il aide les gens...., Fab. VI, 18 dans AIDER
Le meuble et l'équipage aidaient bien à la chose, Fab. VII, 15 dans AIDER
[Il] Crut qu'il fallait s'aider de la peau du renard, Fab. III, 3 dans AIDER
On fit entendre à l'aigle enfin qu'elle avait tort, l'Aigle et l'Escar. dans AIGLE
De la gent marcassine et de la gent aiglonne, Fab. III, 6 dans AIGLON
Là cette belle apprit à manier l'aiguille, Coupe. dans AIGUILLE
Et pour conter tout de fil en aiguille, Aveux. dans AIGUILLE
leur beauté Aiguisait l'appétit, Tab. dans AIGUISER
Tu peux choisir, ou de manger trente aulx, Ou..., Pays. dans AIL
Sur les ailes du temps la tristesse s'envole, Fab. VI, 21 dans AILE
Mon esprit diminue, au lieu qu'à chaque instant On aperçoit le vôtre aller en augmentant : Il ne va pas, il court, il semble avoir des ailes, ib. XII, 1 dans AILE
Sa mère encor la tenait sous son aile, Aveux. dans AILE
Pour suppléer au défaut de l'aillade [repas d'ail], Pays. dans AILLADE
J'ai quelquefois aimé : je n'aurais pas alors Contre le Louvre et ses trésors...., Fab. IX, 2 dans AIMER
Ah ! si mon coeur osait encor se renflammer ! Ne sentirai-je plus de charme qui m'arrête ? Ai-je passé le temps d'aimer ?, ib. dans AIMER
L'invention des arts étant un droit d'aînesse, Nous devons l'apologue à l'ancienne Grèce, Fab III, 1 dans AÎNESSE
Ainsi dit, ainsi fait : les mains cessent de prendre, Fab. III, 2 dans AINSI
Croyons ce boeuf. - Croyons, dit la rampante bête. Ainsi dit, ainsi fait, ib. X, 2 dans AINSI
... Tous les enfants Qui sont passés entre vos dents, N'avaient-ils ni père ni mère ? Ils en avaient. - S'il est ainsi, Et qu'aucun de leur mort n'ait nos têtes rompues...., ib. X, 13 dans AINSI
L'onde était transparente ainsi qu'aux plus beaux jours, Fab. VII, 4 dans AINSI
C'est le coeur seul qui peut rendre tranquille ; Le coeur fait tout, le reste est inutile. Qu'ainsi ne soit, voyons d'autres états, dans AINSI
La table où l'on servit le champêtre repas Fut d'ais non façonnés à l'aide du compas, Philém. dans AIS
À son bel aise aura lieu de s'instruire, Mazet. dans AISE
On peut juger si Camille était aise, Court. dans AISE
Je ne veux pas que vous m'ajoutiez foi, Cal. dans AJOUTER
C'est un ajustement des mouches emprunté, Fab. IV, 3 dans AJUSTEMENT
Bien qu'au moins mal qu'il pût, il ajustât l'histoire, Le loup fut un sot de le croire, Fab. XI, 6 dans AJUSTER
Tel vêtu des armes d'Achille, Patrocle mit l'alarme au camp et dans la ville, Fab. XII, 9 dans ALARME
Oh ! dit-il, j'en fais faire autant Qu'on m'en fait faire ! ma présence Effraye aussi les gens ! je mets l'alarme au camp, ib. II, 14 dans ALARME
En cette alarme universelle, Fab. II, 9 dans ALARME
Il s'en allait Mettre l'alarme en tout le voisinage, Rém. dans ALARME
Celle-ci par ses cris mettait tout en alarme, Matr. dans ALARME
À son réveil il trouve L'attirail de la mort alentour de son corps, Fab. III, 7 dans ALENTOUR ou À L'ENTOUR
Le malheureux lion se déchire lui-même, Fait résonner sa queue à l'entour de ses flancs, ib. II, 9 dans ALENTOUR ou À L'ENTOUR
Il eût perdu son temps alentour de la dame, Coupe. dans ALENTOUR ou À L'ENTOUR
Alentour du muet toutes huit accoururent, Mazet. dans ALENTOUR ou À L'ENTOUR
Notre chat vit de loin Son rat qui se tenait alerte et sur ses gardes, Fab. VIII, 22 dans ALERTE
Arrive un troisième larron Qui saisit maître aliboron, Fab. I, 13 dans ALIBORON
Maître renard par l'odeur alléché, Fabl. I, 2 dans ALLÉCHÉ, ÉE
Chaque mère à sa bru l'alléguait pour patron, Matr. dans ALLÉGUER
Sans rien faire, alléguant l'exemple de Gaster, Fab. III, 2 dans ALLÉGUER
[Elle] va, vient, fait l'empressée, Fab. VII, 9 dans ALLER
Légère et court vêtue, elle allait à grands pas, ib. VII, 10 dans ALLER
Qu'à père André l'on aille de ce pas, Alix. dans ALLER
Qui n'allât de vie à trépas, Fab. III, 6 dans ALLER
La chose allant à se battre et à renverser la nacelle, si Caron n'eût mis le holà à coups d'aviron, Psyché, liv. II, p. 180 dans ALLER
La chose allait à bien par son soin diligent, Fabl. VII, 10 dans ALLER
Ainsi tout alla mal, Belph. dans ALLER
Puisqu'ainsi va, mettons-nous en prière, l'Herm. dans ALLER
Or est le cas allé d'autre façon, Cal. dans ALLER
Et vous verrez comme tout en ira, Rich. dans ALLER
Maître renard croyait qu'il en irait de même Que le jour qu'il tendit de semblables panneaux, Fab. XII, 23 dans ALLER
Qu'elle considère Que je me vas désaltérant...., Fab. I, 10 dans ALLER
Comme le nombre d'oeufs, grâce à la renommée, De bouche en bouche allait croissant...., Fab. VII, 12 dans ALLER
De telle sorte pourtant Que les fous vont l'emportant, La mesure en est plus pleine, ib. IX, 1 dans ALLER
Il y va tant de votre intérêt, Que...., Rich. dans ALLER
Il s'en va temps que je reprenne Un peu de force et d'haleine, Fabl. VI, Épilogue dans ALLER
Avec beaucoup de peines On s'en va la [la mort] chercher en des rives lointaines, Fab. VII, 12 dans ALLER
Jean s'en alla comme il était venu, Mangeant le fonds avec le revenu, dans ALLER
Plus le vase versait, moins il s'allait vidant, Phil. et Baucis dans ALLER
Le marchand voit s'il est de bon aloi [le cuvier], Cuv. dans ALOI
Forte femelle et d'assez bon aloi, Troq. dans ALOI
Quoi qu'il en soit, cet altercas Mit en combustion la salle et la cuisine, Fab. XII, 8 dans ALTERCAS
Buvons toute cette eau ; notre gorge altérée En viendra bien à bout, Fab. VIII, 25 dans ALTÉRÉ, ÉE
La diverse nourriture [éducation], Fortifiant en l'un [chien] cette heureuse nature, En l'autre l'altérant, Fab. VIII, 23 dans ALTÉRER
Il l'amadoue, elle le flatte, Fab. II, 18 dans AMADOUER
Car si ne fais purs corps et ame, Ja ne feras bonne amalgame, 460 dans AMALGAME
Amants, heureux amants, voulez-vous voyager ? Que ce soit aux rives prochaines, Fab. IX, 2 dans AMANT, ANTE
L'un se baissait déjà pour amasser la proie, Fabl. IX, 9 dans AMASSER
Son frère arrive et lui fait l'ambassade, Joconde. dans AMBASSADE
Tout petit prince a des ambassadeurs, Fab. I, 3 dans AMBASSADEUR
Le magnifique avait un cheval d'amble, Magn. dans AMBLE
... la dame, Qui riait sans doute en son âme, Fianc. dans ÂME
Il n'est âme vivante Qui ne pèche en ceci, Fab. IX, 11 dans ÂME
Mon bras, sur mon âme, Cal. dans ÂME
Me mettrait-on à l'amende ? Non, Cas. dans AMENDE
Le réveille-matin eut la gorge coupée ; Ce meurtre n'amenda nullement leur marché, Fab. V, 6 dans AMENDER
Qu'un ami véritable est une douce chose !, Fab. VIII, 11 dans AMI, IE
Chloris et moi nous nous aimions d'amour, Quipr. dans AMOUR
En un habit à donner de l'amour, Or. dans AMOUR
Outre que tant d'amour vous serait importune, Joconde. dans AMOUR
Le baiser d'amour fraternelle, Fab. II, 15 dans AMOUR
C'est à bon droit Que, seul entre les tiens, par amour singulière, Je t'ai toujours choyé...., ib. VIII, 22 dans AMOUR
Faut-il que l'amour-propre aveugle les esprits !, Fab. IV, 2 dans AMOUR
.... le pourpris .... estoit si bien entrepris D'arbres et fleurs et de ruisseaux Qui tant sont amoureux et beaux, Qu'onques mais les pareils ne vis ; Ce me sembloit un paradis, 92 dans AMOUREUX, EUSE
Du rapport d'un troupeau dont il vivait sans soins, Se contenta longtemps un voisin d'Amphitrite, Fabl. X, 2 dans AMPHITRITE
Une ample comédie à cent actes divers, Fab. V, 1 dans AMPLE
La gent maudite aussitôt poursuivit Tous les pigeons, en fit ample carnage, ib. VII, 8 dans AMPLE
J'en dirai quelque jour les raisons amplement, Fab. VII, 18 dans AMPLEMENT
Il broute, il se repose, Il s'amuse à toute autre chose, Fab. VI, 10 dans AMUSER
Le fermier vient, le prend, l'encage bien et beau, Le donne à ses enfants pour servir d'amusette, Fabl. II, 16 dans AMUSETTE
Sous le faix du fagot aussi bien que des ans, Fab. I, 16 dans AN
Approchez, je suis sourd, les ans en sont la cause, ib. VII, 16 dans AN
Nous devons l'apologue à l'ancienne Grèce, Fables, VIII, 1 dans ANCIEN, IENNE
Et que depuis cent ans sous l'abîme avaient vus Les anciens du vaste empire, Fab. VIII, 8 dans ANCIEN, IENNE
Si Peau d'âne m'était conté, J'y prendrais un plaisir extrême, Fab. VIII, 4 dans ÂNE
Va, tu n'es qu'un gros âne, Cuv. dans ÂNE
On dit qu'il parlait comme un ange, Pâté. dans ANGE
Pendant qu'on donne au maître l'anguillade, Lun. dans ANGUILLADE
Un ânier, son sceptre à la main, Fab. II, 10 dans ÂNIER, IÈRE
Plus Satan y touchait, moins l'annelure se lâchait, Ch. imp. dans ANNELURE
Jupiter eut jadis une ferme à donner ; Mercure en fit l'annonce et gens se présentèrent, Fab. VI, 4 dans ANNONCE
Anticipant tous les jours sur la somme, Belph. dans ANTICIPER
Dieu et raison Vous recommandent cette antienne, Pâté.... dans ANTIENNE
Tournebroches [chiens dressés à tourner la broche] par lui rendus communs en France Y font un corps à part, gens fuyant les hasards, Peuple antipode des Césars, Fab. VIII, 24 dans ANTIPODE
Comme homme simple et qui vis à l'antique, Orais. dans ANTIQUE
Je vous paîrai, lui dit-elle, Avant l'août, foi d'animal, Fab. I, 1 dans AOÛT
Remuez votre champ dès qu'on aura fait l'août, ib. V, 9 dans AOÛT
L'île fut lors donnée en apanage à Lucifer, Papef. dans APANAGE
.... Cadeaux, festins, bienfaits Apetissaient les fonds de l'ambassade, Belph. dans APETISSER
Tâche de l'aplatir à grands coups de marteau, Ch. imp. dans APLATIR
Si maints tableaux ne sont point apocryphes, Papef. dans APOCRYPHE
L'apologue est un don qui vient des immortels, Fabl. VII, à Mme de Montespan. dans APOLOGUE
J'ai, dit la bête chevaline, Une apostume sous le pied, Fabl. V, 8 dans APOSTUME
Grippeminaud le bon apôtre, Jetant des deux côtés la griffe en même temps, Mit les plaideurs d'accord en croquant l'un et l'autre, Fab. VII, 16 dans APÔTRE
Là, Cormoran le bon apôtre.... Vous les [poissons] prenait sans peine, ib. X, 4 dans APÔTRE
Il doit l'avoir gagné car c'est un bon apôtre, Orais. dans APÔTRE
Il apparaît de temps en temps des génies qui.... Votre digne moitié, couchée entre des fleurs, Tout près d'ici m'est apparue, Fab. VIII, 14 dans APPARAÎTRE
L'absence est aussi bien un remède à la haine Qu'un appareil contre l'amour, Fabl. X, 12 dans APPAREIL
Dans le four est mis l'appareil, Tu en doibz avoir un pareil, 781 dans APPAREIL
On peut juger avec grande apparence Que...., Rich. dans APPARENCE
Une troupe de nymphes la vint recevoir jusque par delà le perron ; et après une inclination très profonde, la plus apparente lui fit une espèce de compliment, Psyché, liv. I, p. 35 dans APPARENT, ENTE
Mais n'est-ce point assez célébrer notre belle ? Quand j'aurai dit les jeux, les ris et la sequelle, Les grâces, les amours, voilà fait à peu près ! - Vous pourrez dire encor les charmes, les attraits, Les appas, Clymène, 462 dans APPAS
.... ce blé couvrait d'un lacs Les menteurs et traîtres appas, Fab. IX, 2 dans APPAS
Si Votre Majesté Est curieuse de beauté, Qu'elle fasse venir mon frère ; Aux plus charmants il n'en doit guère.... Là-dessus Astolphe répond.... Voyons si nos beautés en seront amoureuses, Si ses appas le mettront en crédit, Joc. dans APPAS
Quand à quelques-uns [poissons] l'appât serait fatal, Mourir des mains d'Annette est un sort que j'envie, Fabl. X, 11 dans APPÂT
Amusez les rois par des songes, Flattez-les, payez-les d'agréables mensonges, Quelque indignation dont leur coeur soit rempli, Ils goberont l'appât, vous serez leur ami, ib. VIII, 19 dans APPÂT
Et ce beau cuisinier armé d'un grand couteau ? Reviendrais-tu pour cet appeau ?, Fab. VIII, 21 dans APPEAU
Quelque terrier, dit-il, a sauvé mon galant ; Mes chiens n'appellent point au delà des colonnes, Fab. XII, 23 dans APPELER
Mais quoi ! rien ne remplit Les vastes appétits d'un faiseur de conquêtes, Fab. VIII, 27 dans APPÉTIT
Fille pleine de suc et donnant appétit, Serv. dans APPÉTIT
On peut à moins gagner de l'appétit, Or. dans APPÉTIT
Ou de tout leur pouvoir, de tout leur appétit Dormaient les deux pauvres servantes, Fab. V, 6 dans APPÉTIT
Ainsi dit le renard, et flatteurs d'applaudir, Fabl. VII, 1 dans APPLAUDIR
Ceci peut s'appliquer à la grandeur royale, Fab. III, 2 dans APPLIQUER
Vous serez étonnés de voir qu'à tous moments Ils [les éléments] seront appointés contraire, Fab. XII, 8 dans APPOINTÉ, ÉE
Ces plaintes n'étaient rien au prix de l'embarras Où se trouva réduit l'appointeur des débats ; Aucun n'était content ; la sentence arbitrale à nul des deux ne convenait, Fab. XII, 28 dans APPOINTEUR
Si j'apprenais l'hébreu, les sciences, l'histoire, Fab. VIII, 25 dans APPRENDRE
Le plus jeune apprenti Est vieux routier...., Cuv. dans APPRENTI, IE
La république de Platon Ne serait rien que l'apprentie De cette famille amphibie, Fabl. X, 1 dans APPRENTI, IE
Et n'en étant qu'à son apprentissage, Psaut. dans APPRENTISSAGE
Propreté toucha seule aux apprêts du régal, Tabl. dans APPRÊT
Et fait.... Son compliment comme homme bien appris, Orais. dans APPRIS, SE
Tout doucement il vous l'apprivoisa, Herm. dans APPRIVOISER
Ce qui nous paraissait terrible et singulier S'apprivoise avec notre vue, Quand ce vient à la continue, Fab. IV, 10 dans APPRIVOISER
Un sage assez semblable au vieillard de Virgile, Homme égalant les rois, homme approchant des dieux, Fabl. XII, 20 dans APPROCHANT, ANTE
La nuit de plus était fort approchante, Orais. dans APPROCHANT, ANTE
Réduit à sentir de la faim les premières approches, Fianc. dans APPROCHE
Et tous, tant que nous sommes, Nous nous laissons tenter à l'approche des biens, Fab. VIII, 7 dans APPROCHE
Grippeminaud leur dit : Mes enfants, approchez, Fabl. VII, 16 dans APPROCHER
[L'hymen] y joint [à l'amour], dit Climène, une âpre jalousie, Filles de Min. dans ÂPRE
Tout auteur qui voudra vivre encore après lui [lui-même], Doit s'acquérir votre suffrage, Fab. VII, Dédic. dans APRÈS
Chacun se trompe ici-bas : On voit courir après l'ombre, Fab. VI, 17 dans APRÈS
Qui ne court après la fortune ?, ib. VII, 12 dans APRÈS
L'ange en après lui fait un long sermon, Fér. dans APRÈS
Tout vous est aquilon, tout me semble zéphyr, Fabl. I, 22 dans AQUILON
Il n'est rien, dit l'aragne, aux cases qui me plaise, Fab. III, 8 dans ARAGNE
La pauvre aragne n'ayant plus Que la tête et les pieds, artisans superflus, Se vit elle-même enlevée, ib. X, 7 dans ARAGNE
Ces plaintes n'étaient rien au prix de l'embarras Où se trouva réduit l'appointeur des débats ; Aucun n'était content ; la sentence arbitrale à nul des deux ne convenait, Fabl. XII, 28 dans ARBITRAL, ALE
C'est bien fait, dit le loup en soi-même fort triste ; Chacun à son métier doit toujours s'attacher ; Tu veux faire ici l'arboriste, Et ne fus jamais que boucher, Fabl. V, 8 dans ARBORISTE
Le troisième tomba d'un arbre Que lui-même il voulut enter, Fabl. XI, 8 dans ARBRE
De son arc toutefois il bande les ressorts, Fab. VIII, 27 dans ARC
Cependant un sanglier, monstre énorme et superbe, Tente encor notre archer, friand de tels morceaux, Fab. VIII, 27 dans ARCHER
C'étaient [chat et renard] deux vrais tartufs, deux archipatelins, Fab. IX, 14 dans ARCHI
C'étaient [le chat et le renard] deux vrais tartufs [sic], deux archipatelins, Fabl. IX, 14 dans ARCHIPATELIN
Haro ! la gorge m'ard, Paysan. dans ARDER ou ARDRE ou ARDOIR
Le stratagème Que le mari prit pour argent comptant, Berc. dans ARGENT
Le temps, qui toujours marche, avait pendant deux nuits Échancré selon l'ordinaire De l'astre au front d'argent la face circulaire, Fabl. XI, 6 dans ARGENT
Damon Établit des argus à l'entour de sa femme, Coupe. dans ARGUS
Que ce soir chacun soit en armes, Fianc. dans ARME
Tout avait dû tomber sous les célestes armes, Phil. et Baucis. dans ARME
L'enfant d'un air enjoué, Ayant un peu secoué Les pièces de son armure [son arc et ses flèches], l'Amour mouillé. dans ARMURE
Lieux que j'aimai toujours, ne pourrai-je jamais, Loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais ? Oh ! qui m'arrêtera sous vos sombres asiles !, Fab. XI, 14 dans ARRÊTER
Ah ! si mon coeur osait encor se renflammer ! Ne sentirai-je plus de charme qui m'arrête ? Ai-je passé l'âge d'aimer ?, Fab. IX, 2 dans ARRÊTER
Car pour moi j'ai certaine affaire Qui ne me permet pas d'arrêter en chemin, Fab. III, 5 dans ARRÊTER
Je ne puis arrêter Qu'un temps fort court, un mois, peut-être une semaine, Fab. VII, 6 dans ARRÊTER
Ces paroles Firent arrêter l'autre ; il recula d'un pas, Fab. X, 2 dans ARRÊTER
Chez ces gens pour toujours il se fût arrêté, Fab. VII, 6 dans ARRÊTER
Il ne se faut point arrêter Aux deux faits ambigus que je viens de conter, Fab. VIII, 16 dans ARRÊTER
Qui donna pour arrhes un baiser, Coupe. dans ARRHES
Arrière ceux dont la bouche Souffle le chaud et le froid, Fab. V, 7 dans ARRIÈRE
Il me reste à pourvoir un arrière-neveu, Fab. VIII, 1 dans ARRIÈRE-NEVEU
Eh bien ! défendez-vous au sage De se donner des soins pour le plaisir d'autrui ?, Fab. XI, 8 dans ARRIÈRE-NEVEU
Deux belles dames au cler vis, Semblables à filles de roy, Au regard de leur noble arroy, Vers moy s'en vindrent doulcement, 54 dans ARROI
Si j'arrondissais mes états ? Si je pouvais remplir mes coffres de ducats ? Si j'apprenais l'hébreu, les sciences, l'histoire, Tout cela c'est la mer à boire, Fabl. VIII, 25 dans ARRONDIR
Quand je racle votre cuvier, Et puis que je l'arrose, Cuv. dans ARROSER
Bains et parfums.... Vin du coucher, toute artillerie De Cupidon...., Orais. dans ARTILLERIE
L'artisan exprima si bien Le caractère de l'idole, Qu'on trouva qu'il ne manquait rien à Jupiter que la parole, Fab. IX, 6 dans ARTISAN
Un cerf, s'étant sauvé dans une étable à boeufs, Fut d'abord averti par eux Qu'il cherchât un meilleur asile, Fabl. IV, 21 dans ASILE ou ASYLE
Pendant cela le mauvais temps l'assaille De toutes parts, Orais. dans ASSAILLIR
... Notre engeance Prit pied sur cette indulgence.... Et l'assembleur de nuages Jura le Styx, et promit De former d'autres orages, Fab. VIII, 20 dans ASSEMBLEUR, EUSE
Près de la forteresse [il] Assied son camp, Mandr. dans ASSEOIR
L'auberge enfin de l'hyménée Lui fut pour maison assinée, Fabl. VI, 20 dans ASSIGNER
Surtout qu'il se souvînt de faire à l'assistance Un discours...., Fab. VI, 19 dans ASSISTANCE
Le renard dit, au nom de l'assistance : Prétendrais-tu nous gouverner encor ?, ib. VI, 6 dans ASSISTANCE
Dieu sait si les zéphirs, Peuple ami du démon, l'assistaient [le follet] dans sa tâche, Fabl. VII, 6 dans ASSISTER
Vers ses associés aussitôt elle envoie, Fab. I, 6 dans ASSOCIÉ, ÉE
Dispose de ma griffe, et sois en assurance ; Envers et contre tous je te protégerai, Fabl. VIII, 22 dans ASSURANCE
On vit tant d'assurance En son discours et dans tout son maintien Qu'on ne crut point qu'il se doutât de rien, Fabl. VIII, 18 dans ASSURANCE
Un sou, quand il est assuré, Vaut mieux que cinq en espérance, Fab. IV, 2 dans ASSURÉ, ÉE
Chacun de ses trois fils l'en assure en pleurant, Fabl. IV, 18 dans ASSURER
Car qui peut s'assurer d'être toujours heureux ?, Fab. V, 17 dans ASSURER
Un astrologue un jour se laissa choir Au fond d'un puits ; on lui dit : Pauvre bête, Tandis qu'à peine à tes pieds tu peux voir, Penses-tu lire au-dessus de ta tête ?, Fabl. II, 13 dans ASTROLOGUE
La négligence.... Pour cette fois fut sa dame d'atour, Orais. dans ATOUR
Certain chien.... S'était fait un collier du dîné de son maître.... Ce chien-ci donc étant de la sorte atourné, Fabl. VIII, 17 dans ATOURNÉ, ÉE
Bien blanchement atournée, Mandrag. dans ATOURNÉ, ÉE
En perilleuse aventure M'avez, amours, atorné, IV dans ATOURNER
L'autre [soeur de Psyché] avait des réparations à faire de tous les côtés ; le bain y fut employé, les chimistes, les atourneuses, Psyché, II, p. 151 dans ATOURNEUSE
On conclut Qu'il ne fallait s'attabler davantage, Rém. dans ATTABLER
Le seigneur d'un château.... Sans nulle attache et sans souci, Fianc. dans ATTACHE
Il avait à ses pieds maint volume, Et ne vit presque pas son ami s'avancer, Attaché selon sa coutume, Fab. VIII, 26 dans ATTACHÉ, ÉE
.... nous attachant à des récits Qui mènent à son gré les coeurs et les esprits, Fab. VII, dédic. dans ATTACHER
Mortellement atteint d'une flèche empennée, Un oiseau déplorait sa triste destinée, Fab. II, 6 dans ATTEINT, EINTE
Mais c'est mourir deux fois que subir tes atteintes, Fabl. III, 14 dans ATTEINTE
Femme sage, honnête et hors d'atteinte, Confid. dans ATTEINTE
L'attelage suait, soufflait, était rendu, Fabl. VII, 9 dans ATTELAGE
Le mur attenant de la porte, Berc. dans ATTENANT, ANTE
Mais attendons la fin, Fab. I, 21 dans ATTENDRE
Ne t'attends qu'à toi seul : c'est un commun proverbe, Fab. IV, 22 dans ATTENDRE
Toi donc, qui que tu sois, ô père de famille, T'attendre aux yeux d'autrui, quand tu dors, c'est erreur, ib. XI, 3 dans ATTENDRE
Ulysse en fit autant : On ne s'attendait guère De voir Ulysse en cette affaire, Fab. X, 3 dans ATTENDRE
Ces gens l'embarrassaient, L'attiédissaient...., Pet. chien. dans ATTIÉDIR
Tout est léger ; mais je crains que votre âme Ne s'attiédisse et s'endorme en sa flamme, Élégie, VI dans ATTIÉDIR
La vaisselle d'argent, les cuvettes, les brocs, Les esclaves de bouche, et, pour dire en deux mots, L'attirail de la goinfrerie, Fab. II, 20 dans ATTIRAIL
Il suffit qu'à la fin J'attrape le bout de l'année, Fabl. VIII, 2 dans ATTRAPER
D'esprit si doux et d'air tant attrayant, Berc. dans ATTRAYANT, ANTE
Mais ici point d'aubaine, ou si j'en ai quelqu'une, C'est de coups, Fab. VI, 11 dans AUBAINE
L'auberge enfin de l'hyménée Lui [à la discorde] fut pour maison assignée, Fab. VI, 20 dans AUBERGE
Aucuns des vins sont approuvés, Cas. dans AUCUN, UNE
Phèdre était si succinct qu'aucuns l'en ont blâmé, Fab. VI, 1 dans AUCUN, UNE
À pas un d'eux elle [couronne] ne convenait, Plusieurs avaient la tête trop menue, Aucuns trop grosse, aucuns même cornue, ib. VI, 6 dans AUCUN, UNE
Aucuns ont assuré comme chose constante, Fiancée. dans AUCUN, UNE
Elle eût beaucoup mieux fait De passer son chemin sans dire aucune chose, Fab. X, 3 dans AUCUN, UNE
J'ai vu beaucoup d'hymens, aucuns d'eux ne me tentent, Fab. VII, 2 dans AUCUN, UNE
Aucun n'est prophète chez soi, Fab. VIII, 26 dans AUCUN, UNE
Deux jours s'étaient passés sans qu'aucun vînt au puits, ib. XI, 6 dans AUCUN, UNE
.... Ils tombèrent enfin Sur ce qu'on dit de la vertu secrète De certains mots, caractères, brevets, Dont les aucuns ont de très bons effets, St-Julien dans AUCUN, UNE
On pourrait aucunement Souffrir ce défaut aux hommes, Fabl. IX, 1 dans AUCUNEMENT
Pour en connaître l'importance, Pour faire aucunement cadrer la pénitence, Cas. dans AUCUNEMENT
Qu'un vain scrupule à ma flamme s'oppose, Je ne le puis souffrir aucunement, Rondeau redoublé. dans AUCUNEMENT
La seconde commère Vint au-dessus de ce qu'elle entreprit, Gag. dans AU-DESSUS
Les augustins sont serviteurs du roi, Ball. dans AUGUSTINS
Les loups n'étaient pas gens qui donnassent l'aumône, Oies. dans AUMÔNE
Auparavant que sortir de la vie, Mul. dans AUPARAVANT
Si vous entrez partout, aussi font les profanes, Fab. IV, 3 dans AUSSI
Aussi faut-il donner à l'animal un point Que la plante après tout n'a point, Fab. X, 1 dans AUSSI
L'absence est aussi bien un remède à la haine Qu'un appareil contre l'amour, Fab. X, 2 dans AUSSI
Aussitôt fait que dit, Fab. VIII, 10 dans AUSSITÔT
Aussitôt que le char chemine, Elle [la mouche] s'en attribue uniquement la gloire, Fab. VII, 9 dans AUSSITÔT
Bon passe-port contre la dent, Contre la griffe tout autant, Fables, VI, 14 dans AUTANT
Quel esprit ne bat la campagne ? Autant les sages que les fous, Fabl. VII, 10 dans AUTANT
Ésope conte qu'un manant Charitable autant que peu sage, Fabl. VI, 13 dans AUTANT
J'ôte le superflu, dit l'autre, et l'abattant, Le reste en profite d'autant, Fabl. XII, 20 dans AUTANT
Tous trois burent d'autant, ib. II, 10 dans AUTANT
Grâce à l'auteur de l'univers, Fabl. II, 5 dans AUTEUR
Mais la pauvrette avait compté Sans l'autour aux serres cruelles, Fab. V, 17 dans AUTOUR
On se voit d'un autre oeil qu'on ne voit son prochain, Fab. I, 7 dans AUTRE
Puis-je autrement marcher que ne fait ma famille ? Veut-on que j'aille droit quand on y va tortu ?, Fab. XII, 10 dans AUTREMENT
Il est beaucoup de geais à deux pieds comme lui, Qui se parent souvent des dépouilles d'autrui, Fab. IV, 9 dans AUTRUI
Ils l'avalent des yeux [l'huître], du doigt ils se la montrent ; à l'égard de la dent il fallut contester, Fabl. IX, 9 dans AVALER
Une petite avance Qu'avait un toit, Orais. dans AVANCE
Lorsque l'on aime une déesse, Elle fait ces avances-là, Nic. dans AVANCE
Je n'aime point qu'on me fasse d'avance, Court. dans AVANCE
Dictes moy, dame noble et bonne, L'avance, si ferez l'aumosne, 872 dans AVANCE
Vous qui devez savoir les choses de la vie, Et que rien ne doit fuir en cet âge avancé, Fab. III, 1 dans AVANCÉ, ÉE
Avant qu'on l'ouvrît [la cédule], les amis du prince soutinrent que..., Vie d'Ésope dans AVANT
Avant que de partir, l'esprit dit à ses hôtes, Fab. VII, 6 dans AVANT
Fortune aveugle suit aveugle hardiesse : Le sage quelquefois fait bien d'exécuter, Avant que de donner le temps à la sagesse D'envisager le fait, et sans la consulter, Fab. X, 14 dans AVANT
Des charmes Qu'avant qu'être à Paris la belle n'avait pas...., Coupe. dans AVANT
Il est vrai que Tiennette a sur Jeanne De l'avantage, Troq. dans AVANTAGE
Dieu détruira le siècle au jour de sa fureur ; Un vaste embrasement sera l'avant-coureur, Ode VI dans AVANT-COUREUR
Blanche surtout et de taille avenante, Orais. dans AVENANT, ANTE
Même dispute avint entre deux voyageurs, Fables, IX, I dans AVENIR
Afin qu'il ne m'avienne De mal gîter, Orais. dans AVENIR
Dont il avint que...., Berc. dans AVENIR
Un rat plein d'embonpoint, gras et des mieux nourris, Et qui ne connaissait l'avent ni le carême, Fab. IV, 11 dans AVENT
Ils avaient fait gageure à qui des deux.... trouverait la meilleure aventure, Calend. dans AVENTURE
Cherchons notre aventure ailleurs, Fabl. VII, 12 dans AVENTURE
Son frère [le chien] ayant couru mainte haute aventure, Mis maint cerf aux abois, Fab. VIII, 23 dans AVENTURE
N'osant plus des miroirs éprouver l'aventure, Fab. I, 11 dans AVENTURE
Un loup survint à jeun, qui cherchait aventure, Fabl. I, 10 dans AVENTURE
Celle des trois Qui la première aurait quelque aventure, Rém. dans AVENTURE
Et pas un d'aventure N'aperçut ni cor ni ramure, Fab. IV, 21 dans AVENTURE
Le moindre vent qui d'aventure Fait rider la face de l'eau, ib. I, 22 dans AVENTURE
Qui, de le voir s'aventurant, Fabl. III, 4 dans AVENTURER
Le raisonneur parti, l'aventureux se lance, Les yeux clos, à travers cette eau, Fabl. X, 14 dans AVENTUREUX, EUSE
Seigneur aventurier, s'il te prend quelque envie De voir ce que n'a vu nul chevalier errant, Fab. X, 14 dans AVENTURIER, RIÈRE
Je t'ai fait voir tes camarades, Ou morts ou mourants ou malades. Qu'est-ce que tout cela qu'un avertissement ?, Fab. VIII, 1 dans AVERTISSEMENT
Il lui fut avis que le diable...., Ann. dans AVIS
Je devais, ce dis-tu, te donner quelque avis Qui te disposât à la chose : J'aurais trouvé ton testament tout fait, Fabl. VIII, 1 dans AVIS
[Le chat] Blanchit sa robe et s'enfarine.... Se niche et se blottit dans une huche ouverte ; Ce fut à lui bien avisé, Fab. III, 18 dans AVISÉ, ÉE
Or avisons aux lieux qu'il vous faut habiter, Fab. III, 8 dans AVISER
Qui vous a fait aviser de ce tour ?, Conf. dans AVISER
Le monarque des dieux s'avisa, pour bien faire...., Fab. II, 8 dans AVISER
Laisse-les venir ; je te les sacrifierai de la plus cruelle manière dont jamais femme se soit avisée, Psyché, liv. I, p. 64 dans AVISER
Deux mulets cheminaient, l'un d'avoine chargé...., Fab. I, 4 dans AVOINE ou AVEINE
Eh bien ! ne mangeons plus de chose ayant eu vie, Fab. X, 5 dans AVOIR
Ô vent donc, puisque vent y a, Viens dans les bras de notre belle, Fab. IX, 7 dans AVOIR
Je devais par la royauté Avoir commencé cet ouvrage [j'aurais dû.... commencer], Fabl. III, 2 dans AVOIR
Leurs desseins tôt conçus se sont tôt avortés, Ode v dans AVORTER
[Il] S'avise De le tancer : ah ! le petit babouin, Voyez, dit-il, où l'a mis sa sottise, Fabl. I, 19 dans BABOUIN
Vous cajolait la jeune bachelette, Cloch. dans BACHELETTE
Dans la Touraine, un jeune bachelier, Cloch. Vieux en ce sens. dans BACHELIER
Avec ses compagnons tout le jour badiner, Sauter, courir, se promener, Fab. VIII, 16 dans BADINER
Il se vit bafoué, Berné, sifflé, moqué, joué, Fab. X, 9 dans BAFOUÉ, ÉE
Jusque-là qu'en votre entretien La bagatelle a part ; le monde n'en croit rien, Fab. X, 1 dans BAGATELLE
La vieille fouille au bahut [prend le pain], Faucon. dans BAHUT
Une [huître] s'était ouverte, et, bâillant au soleil, Par un doux zéphyr réjouie...., Fab. IX, 8 dans BÂILLER
Donner, recevoir un baiser.... de prendre un baiser il forma le dessein, Fianc. dans BAISER
Eh bien baissons d'un ton, Fables, II, 1 dans BAISSER
Hispal par sa vaillance Tenait les choses en balance, Fianc. dans BALANCE
Le soleil dissipe la nue.... Sous son balandras fait qu'il sue, Fab. VI, 3 dans BALANDRAN ou BALANDRAS
Dame baleine était trop grosse, Fab. I, 7 dans BALEINE
Car il [le singe] parle, on l'entend, il sait danser, baller, Fab. IX, 3 dans BALLER
Il fut dansé, sauté, ballé, Joc. dans BALLER
Notre souffleur à gage Se gorge de vapeurs, s'enfle comme un ballon, Fab. VI, 3 dans BALLON
Minutolo s'y rend seul de sa bande, Rich. dans BANDE
De son arc toutefois il bande les ressorts, Fab. VIII, 27 dans BANDER
Gardez de faire aux égards banqueroute, Aveux. dans BANQUEROUTE
Humains, il vous faudrait encore à soixante ans Renvoyer chez les barbacoles, fabl. XII, 8 dans BARBACOLE
L'un.... taillait sa barbe, Court. dans BARBE
Lui déjà vieux barbon, elle jeune et jolie, Petit chien. dans BARBON
Ferma sa porte et se barricada, Diable. dans BARRICADER
Un marchand grec en certaine contrée Faisait trafic ; un bassa l'appuyait ; De quoi le Grec en bassa le payait, Non en marchand ; tant c'est chère denrée Qu'un protecteur...., Fabl. VIII, 18 dans BASSA
La fumée y pourvut, ainsi que les bassets [chasse du renard], Fabl. IX, 14 dans BASSET
Renaut n'en prit qu'une somme bastante, Orais. dans BASTANT, ANTE
Car ce n'est mercure vulgaire, Ne riens qui du bastard approche, 695 dans BÂTARD, ARDE
Votre serviteur Gille Tout fraîchement en cette ville.... Arrive en trois bateaux exprès pour vous parler, Fab. IX, 3 dans BATEAU
Comme le monde est à présent bâti !, Rich. dans BÂTI, IE
Notre homme ainsi bâti fut député des villes Que lave le Danube, Fabl. XI, 7 dans BÂTI, IE
Passe encor de bâtir, mais planter à cet âge !, Fables, II, 8 dans BÂTIR
Le pauvre homme bâtit Maint ombrage et mainte chimère, Coupe. dans BÂTIR
Damon changea de batterie, Coupe. dans BATTERIE
Le malheureux lion se déchire lui-même, Fait résonner sa queue à l'entour de ses flancs, Bat l'air qui n'en peut mais...., Fab. II, 9 dans BATTRE
A-t-on vu rimer de cette sorte ? Bourreau ! - Je m'en bats l'oeil, Ragot. IV, 7 dans BATTRE
Quel esprit ne bat la campagne ?, Fabl. VII, 10 dans BATTRE
Le baudet n'en peut plus...., Fables, III, 1 dans BAUDET
On n'est pas sitôt à la bavette, Qu'on trotte, qu'on raisonne, on devient grandelette, Coupe. dans BAVETTE
C'est l'image de ceux qui bâillent aux chimères, Fabl. II, 13 dans BAYER
Mais beaux et bons sangliers, daims et cerfs bons et beaux, Fabl. II, 19 dans BEAU ou BEL, BELLE
Pendant ce beau discours Seigneur loup étrangla le baudet sans remède, Fabl. VIII, 17 dans BEAU ou BEL, BELLE
Le chat et le renard comme beaux petits saints S'en allaient en pèlerinage, Fab. IX, 14 dans BEAU ou BEL, BELLE
Au beau premier lapidaire, ib. I, 20 dans BEAU ou BEL, BELLE
Que sa chatte en un beau matin, ib. II, 18 dans BEAU ou BEL, BELLE
Cet inconnu, dit-il, nous la vient donner belle D'insulter ainsi notre ami, Fables, XII, 2 dans BEAU ou BEL, BELLE
Pinuccio nous l'allait donner belle, Berc. dans BEAU ou BEL, BELLE
Le galant indigné de la manquer si belle, Fiancée. dans BEAU ou BEL, BELLE
Le seigneur fait frapper de plus belle, Paysan. dans BEAU ou BEL, BELLE
N'eût [Il] voulu pour beaucoup en être soulagé, Fab. I, 4 dans BEAUCOUP
.... Qui tâche en vain de lui clore le bec, Diable. dans BEC
Et quoi ? toujours pâtés au bec !, Pâté. dans BEC
Un sien valet avait pour femme Un petit bec assez mignon, Pâté dans BEC
[Mouches] Que ses enfants gloutons, d'un bec toujours ouvert, D'un ton demi-formé, bégayante couvée, Demandaient par des cris encor mal entendus, Fabl. X, 7 dans BÉGAYANT, ANTE
Préparait tout, lui faisait des béguins, Herm. dans BÉGUIN
La nation des belettes, Non plus que celle des chats, Ne veut aucun bien aux rats, Fabl. IV, 6 dans BELETTE
Un païen, qui sentait quelque peu le fagot, Et qui croyait en Dieu, pour user de ce mot, Par bénéfice d'inventaire, Fabl. IV, 19 dans BÉNÉFICE
Avec benigne entencion De rendre son pouvoir propice à cil qui querroit son service, 20 dans BÉNIN, IGNE
L'heure du berger sonne, Coupe. dans BERGER, ÈRE
Quelqu'un le reconnut ; il se vit bafoué, Berné, sifflé, moqué, joué, Fabl. IV, 9 dans BERNÉ, ÉE
Le fabricateur souverain Nous créa besaciers tous de même manière, Fables, I, 7 dans BESACIER
Le galant [le renard] pour toute besogne Avait un brouet clair ; il vivait chichement, Fabl. I, 18 dans BESOGNE
Ce ne serait à vous bien besogné, Faiseur. dans BESOGNÉ
Votre oraison vous fera bon besoin, Orais. dans BESOIN
La mouche en ce commun besoin Se plaint qu'elle agit seule, Fab. VII, 9 dans BESOIN
Prenez ces cent écus ; gardez-les avec soin, Pour vous en servir au besoin, Fab. VIII, 2 dans BESOIN
Comment voulez-vous que je croie Qu'un hibou pût jamais emporter cette proie ? Mon fils, en un besoin, eût pris le chat-huant, Fab. IX, 1 dans BESOIN
Nous le voyons en mainte bestiole...., Comment l'esp. dans BESTIOLE
Le pauvre bestion tous les jours déménage, Fab. III, 8 dans BESTION
La soeur de Philomèle, attentive à sa proie, Malgré le bestion happoit mouches dans l'air, ib. X, 7 dans BESTION
Les nonnes sont un étrange bétail, Mazet. dans BÉTAIL
Quelques imitateurs, sot bétail, je l'avoue, Suivent en vrais moutons le pasteur de Mantoue, A l'évêque d'Avranches. dans BÉTAIL
Chacun eût cru passer pour une bête, Fab. V, 1 dans BÊTE
Et ne sais bête au monde pire Que l'écolier, si ce n'est le pédant, Fab. IX, 5 dans BÊTE
Dans mon paillier rien ne m'était resté ; Depuis deux jours la bête a tout mangé, Faucon. dans BÊTE
La biberonne eut le bétail, Fab. II, 20 dans BIBERON, ONNE
Nous rendre dans le bien, de plaisirs incapables, Fabl. II, 13 dans BIEN
L'amour du bien public empêchait le repos ; Les chefs encourageaient chacun par leur exemple, Captivité de St. Malc. dans BIEN
La chose allait à bien par son soin diligent, Fabl. VII, 10 dans BIEN
Moyennant Dieu, l'enfant viendrait à bien, Herm. dans BIEN
Encor faut-il du temps pour mettre un coeur à bien, Joc. dans BIEN
Toute feinte est sujet de scrupule à des saints ; Ce qu'ils font pour un bien leur semble être une offense, Captivité de St-Malc. dans BIEN
Clitie avait aussi beaucoup de bien, Fauc. dans BIEN
Clitie à cinq cents pas de cette métairie Avait du bien, Fauc. dans BIEN
Le monarque des dieux s'avisa pour bien faire...., Fab. II, 8 dans BIEN
....La première, Qui, de le voir s'aventurant, Osa bien quitter sa tanière, Fabl. II, 4 dans BIEN
On hasarde de perdre en voulant trop gagner, Bien des gens y sont pris...., Fab. VII, 4 dans BIEN
Un dogue de qui l'ordinaire Était un pain entier ; il fallait bien et beau Donner cet animal au seigneur du village, Fab. VIII, 18 dans BIEN
Le lacs était tout prêt ; il n'y manquait qu'un homme ; Celui-ci se l'attache et se pend bien et beau, ib. IX, 16 dans BIEN
Le fermier vient, le prend, l'encage bien et beau, Le donne à ses enfants pour servir d'amusette, ib. II, 16 dans BIEN
Et bien qu'on soit, à ce qu'il semble, Beaucoup mieux seul qu'avec des sots, Fabl. VIII, 10 dans BIEN
[La grenouille] s'enfla si bien qu'elle creva, Fabl. I, 3 dans BIEN
Le lacs était usé ; si bien que de son aile, De ses pieds, de son bec, l'oiseau le rompt enfin, ib. IX, 2 dans BIEN
Et finir lui-même sa misère, Puisqu'aussi bien sans lui la faim le viendrait faire, Fabl. IX, 16 dans BIEN
Soyons bien buvants, bien mangeants : Nous devons à la mort de trois l'un en dix ans, Fabl. VI, 19 dans BIEN
Et vous, divinités aux hommes bienfaisantes, Qui tempérez les airs, qui régnez sur les plantes, Quinquina, II dans BIENFAISANT, ANTE
Prends donc en récompense Tout ce qui peut chez nous être à ta bienséance, Fabl. IX, 15 dans BIENSÉANCE
Notre défunt était en carrosse porté, Bien et dûment empaqueté, Et vêtu d'une robe, hélas ! qu'on nomme bière, Robe d'hiver, robe d'été Que les morts ne dépouillent guère, Fab. VII, 11 dans BIÈRE
Et si je meurs, il [le roi] veut avoir Un manchon de ma peau, tant elle est bigarrée, Fab. IX, 3 dans BIGARRÉ, ÉE
La bigarrure plaît ; partant chacun le vit [le léopard], Fab. IX, 3 dans BIGARRURE
Le but est un coeur fier ; la bille, un pauvre amant ; La passe et les billards, c'est ce que l'on pratique Pour toucher au plus tôt l'objet de son amour, à Mme de la Fayette, en lui envoyant un petit billard dans BILLARD
Ce billard est petit, ne l'en prisez pas moins; Je prouverai par bons témoins Qu'autrefois Vénus en fit faire Un tout semblable pour son fils ; Ce plaisir occupait les amours et les ris, à Mme de la Fayette. dans BILLARD
La bique allant remplir sa traînante mamelle, Fabl. IV, 14 dans BIQUE
Non sans dire à son biquet, Fabl. IV, 15 dans BIQUET
Cette maîtresse un tantet bise Rit à mes yeux, Pâté. dans BIS, BISE
[La cigale] ... Se trouva fort dépourvue Quand la bise fut venue, Fab. I, 1 dans BISE
Je n'ai qu'un tour dans mon bissac ; Mais je soutiens qu'il en vaut mille, Fabl. IX, 14 dans BISSAC
En un lieu que devait la déesse bizarre [la Fortune] Fréquenter sur tout autre ; et ce lieu c'est la cour, Fabl. VII, 12 dans BIZARRE
Selon que vous serez puissant ou misérable, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir, Fab. VII, 1 dans BLANC, BLANCHE
Et se faisant tout blanc de son épée, Diable. dans BLANC, BLANCHE
Faire des tours de toute sorte, Passer en des cerceaux : et le tout pour six blancs, Fabl. IX, 3 dans BLANC
Ô vous [femmes] dont la blancheur est souvent empruntée, Captivité de S. Malc. dans BLANCHEUR
Mais tout cela [ces avances] ne faisait que blanchir, Faucon. dans BLANCHIR
La main des Parques blêmes De vos jours et des miens se joue également, Fab. XI, 8 dans BLÊME
Un bloc de marbre était si beau Qu'un statuaire en fit l'emplette : Qu'en fera, dit-il, mon ciseau ? Sera-t-il dieu, table ou cuvette ?, Fabl. IX, 6 dans BLOC
Soyez beau, bien disant, ayez perruque blonde, Coupe. dans BLOND, BLONDE
Le blé, riche présent de la blonde Cérès, Fab. IX, 11 dans BLOND, BLONDE
Je lui donnai non le bon soir, Mais le bon jour ; La blonde aurore, En quittant le rivage maure, Nous avait à table trouvés, Lettres, XXXIII, au duc de Vendôme. dans BLOND, BLONDE
Je ne vous réponds pas qu'encor Je n'emploie un peu de votre or à payer la brune et la blonde ; Car tout peut aimer en ce monde, Lettres, XXXII, au duc de Vendôme. dans BLOND, BLONDE
Dès que vous sentirez approcher les blondins...., Petit chien. dans BLONDIN, INE
Jean lapin s'y blottit, Fab. II, 7 dans BLOTTIR (SE)
Toutes, pleines d'effroi, se blottissant, Herm. dans BLOTTIR (SE)
.... Notre maître Mitis, Pour la seconde fois, les trompe et les affine, Blanchit sa robe et s'enfarine ; Et, de la sorte déguisé, Se niche et se blottit dans une huche ouverte, Fab. III, 18 dans BLOTTIR (SE)
Les belouses, ce sont maint périlleux détours, Force pas dangereux où souvent de soi-même On va se précipiter, à Mme de Lafayette, en lui envoyant un petit billard dans BLOUSE
Soyons bien buvants, bien mangeants, Nous devons à la mort de trois l'un en dix ans, Fab. VI, 19 dans BOIRE
Un beau jour, après boire, Mazet. dans BOIRE
Si je pouvais remplir mes coffres de ducats ! Si j'apprenais l'hébreu, les sciences, l'histoire ! Tout cela c'est la mer à boire, Fab. VIII, 25 dans BOIRE
....N'eussent pas au marché fait vendre le dormir Comme le manger et le boire, Fabl. VIII, 2 dans BOIRE
Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois, Fabl. I, 2 dans BOIS
Un cerf se mirant autrefois Louait la beauté de son bois, Fabl. VI, 9 dans BOIS
On lui jeta les joyaux et la boîte, Conf. dans BOÎTE
Homère dit que, quand les bienheureux immortels virent Vulcain qui boitait dans leur maison, il leur prit un rire inextinguible, Psyché, I, p. 97 dans BOITER
Volontiers gens boiteux haïssent le logis, Fab. X, 3 dans BOITEUX, EUSE
Où maints rats assemblés Faisaient, aux frais de l'hôte, une entière bombance, Fabl. XII, 26 dans BOMBANCE
Ce roi vit un troupeau qui couvrait tous les champs, Bien broutant, en bon corps, rapportant tous les ans, Grâce aux soins du berger, de très notables sommes, Fabl. X, 10 dans BON, BONNE
Le conte est du bon temps, non du siècle où nous sommes, Fabl. X, 10 dans BON, BONNE
Par ma barbe ! dit l'autre, il est bon, et je loue Les gens bien sensés comme toi, Fabl. III, 5 dans BON, BONNE
En vain nous appelons mille gens à notre aide, Plus ils sont, plus il coûte, et je ne les tiens bons Qu'à manger leur part des moutons, Fabl. XI, 1 dans BON, BONNE
Ah ! maudit animal [chien] qui n'es bon qu'à noyer ! Que n'avertissais-tu dès l'abord du carnage ?, ib. II, 3 dans BON, BONNE
Il n'était fils de bonne mère Qui, les payant à qui mieux mieux [les vers], Pour ses ancêtres n'en fît faire, Fab. I, 14 dans BON, BONNE
Son père, un bon bourgeois, lui sans autre mérite, Fables, I, 14 dans BON, BONNE
Votre compassion, lui répondit l'arbuste, Part d'un bon naturel, Fab. I, 22 dans BON, BONNE
Ah ! vraiment je suis bonne De leur ouvrir ma porte ; Ils pensent que je suis Fort en peine de ma personne, Fab. VII, 5 dans BON, BONNE
.... Fallut deviner et prédire, Mettre à part force bon ducats, Fab. VII, 15 dans BON, BONNE
Vous me la donnez bonne, Magn. dans BON, BONNE
Quand le malheur ne serait bon Qu'à mettre un sot à la raison, Toujours serait-ce à juste cause Qu'on le dit bon à quelque chose, Fab. V, 7 dans BON, BONNE
Que le bon soit toujours camarade du beau, Dès demain je chercherai femme, Fab. VII, 2 dans BON
Au sein de ses amis répandre mille choses, Et, recherchant de tout les effets et les causes, Raisonner avec eux sur le bon, sur le beau, Lettres, XIX. dans BON
Tout fut secret, et quiconque eut du bon Par devers soi le garda sans rien dire, Berc. dans BON
Gasparin à Gulphar les prêta, Ce fut le bon, F. avare. dans BON
La friponne Veut dire : il y fait bon, Coupe. dans BON
Si dur que d'avoir fait out de bon le sévère, Court. dans BON
Comment tenir bon Contre ce dernier adversaire ?, Coupe. dans BON
Notre amante Lâche la bonde aux pleurs cette fois-là, Court. dans BONDE
Un voyageur Qui s'était muni par bonheur Contre les mauvais temps...., Fabl. VI, 3 dans BONHEUR
De bonheur pour elle, ces gens partirent presque aussitôt, Psyché, II, p. 118 dans BONHEUR
Mais, le voyant si sage et si fidèle, Le bonhommeau des coups se consola, Coc. dans BONHOMMEAU
Eh bonjour, monsieur du Corbeau !, Fabl. I, 2 dans BONJOUR
Lorsque je compare Les plaisirs de ce singe à ceux de cet avare, Je ne sais bonnement auquel donner le prix, Fab. XII, 3 dans BONNEMENT
Les voilà sans crédit, sans argent, sans ressources, Prêts à porter le bonnet vert, Fab. XII, 7 dans BONNET
L'affaire est consultée, et tous les avocats, Après avoir tourné le cas, Y jettent leur bonnet, se confessant vaincus, Fabl. II, 20 dans BONNET
On dit bon soir, Rem. dans BONSOIR
Et boquillons de perdre leur outil, Fab. V, 1 dans BOQUILLON
Vingt corsaires pourtant montèrent sur son bord, Fianc. dans BORD
Il n'était pas sur les bords du sommeil que...., Rem. dans BORD
Ce pont se posait sur deux gros cailloux qui servaient de bordages à l'eau en cet endroit-là, Psyché, II, p. 119 dans BORDAGE
Il n'y avait point d'autre chemin pour y aller qu'un petit sentier tout bordé de ronces, Psyché, II, p. 116 dans BORDÉ, ÉE
L'eau leur vient à la bouche, Vill. dans BOUCHE
Faire ici de la petite bouche Ne sert de rien, Cal. dans BOUCHE
Mais d'en ouvrir la bouche elle n'osa, Court. dans BOUCHE
Friande assez pour la bouche d'un roi, Rem. dans BOUCHE
Notre maître, poussé dans quelque bouge, Cand. dans BOUGE
Je n'ai bougé toute nuit d'auprès d'elle, Berc. dans BOUGER
Et mesurant les cieux sans bouger d'ici-bas, Il connaît l'univers et ne se connaît pas, Fabl. VIII, 26 dans BOUGER
Désormais je ne bouge et ferai cent fois mieux, ib. VII, 12 dans BOUGER
Après que les ruches sans miel N'eurent plus que la cire, on fit mainte bougie, Fab. IX, 12 dans BOUGIE
Le bougre avait juré de m'amuser six mois ; Il s'est trompé de deux...., Poésies mêlées, CLVI dans BOUGRE
Le moût surtout, lorsque le bon Silène, Bouillant encor, le puise à tasse pleine, Quinquina, II dans BOUILLANT, ANTE
Dès qu'un certain acide en notre corps domine, Tout fermente, tout bout, les esprits, les liqueurs, Quinquina, II dans BOUILLIR
Le jeune homme, inquiet, ardent, plein de courage, à peine se sentit des bouillons d'un tel âge, Qu'il soupira pour ce plaisir [la chasse], Fab. VIII, 16 dans BOUILLON
Il n'est pas question d'aller contre les vents Ni de bouleverser l'ordre des éléments, Florentin, 3 dans BOULEVERSER
Les témoins déposaient qu'autour de ces rayons Des animaux ailés, bourdonnants, un peu longs, De couleur fort tannée, et tels que des abeilles, Avaient longtemps paru, Fabl. I, 21 dans BOURDONNANT, ANTE
Ils habitaient un bourg plein de gens dont le coeur Joignait aux duretés un sentiment moqueur, Phil. et B. dans BOURG
Hé quoi ! charger ainsi cette pauvre bourrique, Fabl. III, 1 dans BOURRIQUE
Un homme n'ayant plus ni crédit ni ressource Et logeant le diable en sa bourse, C'est-à-dire n'y logeant rien, Fabl. IX, 16 dans BOURSE
Quatre Mathusalem bout à bout ne pourraient Mettre à fin ce qu'un seul désire, Fabl. VIII, 25 dans BOUT
Les cris.... qui.... Firent de bout en bout retentir les déserts, Psyché, I, p. 34 dans BOUT
Lise de bout en bout lui conte le mystère, Comment l'esprit, etc. dans BOUT
Lui dit de bout en bout toute la vérité, Ch. imp. dans BOUT
Contez-lui votre cas De bout en bout, Fais. dans BOUT
Momus, alors présent, reprit de bout en bout De nos deux envoyés les harangues frivoles, Quinquina, II dans BOUT
Mais je les veux avoir par le bon bout, Papef. dans BOUT
La cour ne se mit pas seule sur le bon bout ; Et le luxe passa jusqu'à la bourgeoisie ; Chacun fit de son mieux, ce n'était qu'or partout, Lettr. I dans BOUT
Peu de gens en leur estime Lui refusent le haut bout, Fabl. VIII, 13 dans BOUT
La moindre taupinée était mont à ses yeux ; Au bout de quelques jours le voyageur arrive...., Fabl. VIII, 9 dans BOUT
Les valets enrageaient, l'époux était à bout, Fabl. VII, 2 dans BOUT
Les Grecs.... Par mille assauts, par cent batailles, N'avaient pu mettre à bout cette fière cité, Fabl. II, 1 dans BOUT
Nous mettrons autant de coeurs à bout Que nous voudrons en entreprendre, Joc. dans BOUT
Le père, pour venir à bout D'une précaution sur qui roulait la vie De celui qu'il aimait...., Fabl. VIII, 16 dans BOUT
Je ne viendrais jamais à bout De nombrer les faveurs que l'amour leur envoie, Joc. dans BOUT
Un jour que celui-ci, plein du jus de la treille, Avait laissé ses sens au fond de la bouteille, Fab. III, 7 dans BOUTEILLE
Et l'autre.... Portait, comme on dit, les bouteilles, Fab. II, 10 dans BOUTEILLE
Vous qui de votre sort voulez être éclaircis, Consultez comme moi le démon de la treille ; Mon oracle est Bacchus quand j'ai quelques soucis, Et ma sibylle est la bouteille, Daphné, III, 8 dans BOUTEILLE
On composa trois lots : En l'un, les maisons de bouteille...., Fabl. II, 20 dans BOUTEILLE
.... Il se jette Sur l'arc qui se détend, et fait de la sagette Un nouveau mort : mon loup a les boyaux percés, Fab. VIII, 27 dans BOYAU
Il faut que l'on l'ait faite [la corde] De vrai boyau, l'odeur me le témoigne assez, ib. dans BOYAU
.... Non, non, c'est à vous [âne] de parler, à leurs orateurs [des hommes] de se taire ; Voilà les vrais braillards, Fab. XI, 15 dans BRAILLARD, ARDE
Et puis viens-t'en me braire, Viens me conter ta faim et ta douleur, Jum. dans BRAIRE
Il [l'homme] traite notre rire et nos discours de braire, Fabl. XI, 5 dans BRAIRE
Le ciel permit qu'un saule se trouva, Dont le branchage, après Dieu, le sauva, Fabl. I, 19 dans BRANCHAGE
Et le trio branché mourut contrit, Orais. dans BRANCHÉ, ÉE
On l'allait mettre entre les bras d'un rustre, Mandr. dans BRAS
Un chapelet.... Long d'une brasse et gros outre mesure, Herm. dans BRASSE
Méchante femme ! À ton mari tu brassais un tel tour, Coc. dans BRASSER
Sans qu'il se doute.... De ce qu'amour en dehors vous lui brasse, Cuv. dans BRASSER
N'ai-je pas bien servi dans cette occasion ? Dit l'âne en se donnant tout l'honneur de la chasse. - Oui, reprit le lion, c'est bravement crié, Fables, II, 19 dans BRAVEMENT
Cependant que mon front au Caucase pareil, Non content d'arrêter les rayons du soleil, Brave l'effort de la tempête, Fabl. I, 22 dans BRAVER
Bref, il en fut à grand'peine au douzième, le Paysan. dans BREF, BRÈVE
Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?, Fabl. I, 3 dans BREUVAGE
L'amoureuse Nérie Employa philtres et brevets, Coupe. dans BREVET
Un des maîtres de notre éloquence a cru que la contrainte de la poésie, jointe à la sévérité de notre langue, m'embarrassait en beaucoup d'endroits, et bannirait de la plupart de ces récits la brèveté qu'on peut fort bien appeler l'âme du conte, Fabl. Préface dans BRÈVETÉ
On ne trouvera pas ici l'élégance et l'extrême brèveté qui rendent Phèdre recommandable, ib. dans BRÈVETÉ
Le moine disait son bréviaire : Il prenait bien son temps, Fabl. VII, 9 dans BRÉVIAIRE
L'autre fit cent tours inutiles, Entra dans cent terriers, mit cent fois en défaut Tous les confrères de Brifaut, Fables, IX, 14 dans BRIFAUD ou BRIFAUT
L'hirondelle leur dit : Arrachez brin à brin Ce qu'a produit ce maudit grain, Fab. I, 8 dans BRIN
[Il] Lui dit : Eh ! parmi nous que venez-vous donc faire ? - Partager un brin d'herbe entre quelques fourmis, ib. XII, 21 dans BRIN
Ne t'attends pas que je t'aide un seul brin, Pap. dans BRIN
Sans qu'il se doute brin de ce que...., Cuv. dans BRIN
Il faut reprendre nos brisées, Lettr. à Mme de Sillery. dans BRISÉES
La vaisselle d'argent, les cuvettes, les brocs, Fabl. II, 27 dans BROC
Il vit des bergers pour leur rôt Mangeant un agneau cuit en broche, Fab. X, 6 dans BROCHE
Ma commère la carpe Avec le brochet son compère, Fabl. VII, 4 dans BROCHET
âmes de bronze, humains ! celui-là fut sans doute Armé de diamant, qui tenta cette route, Et le premier osa l'abîme défier !, Fabl. VII, 12 dans BRONZE
Le régal fut petit.... Le galant, pour toute besogne, Avait un brouet clair ; il vivait chichement ; Ce brouet fut par lui servi sur une assiette, Fab. I, 18 dans BROUET
Elles filaient si bien, que les soeurs filandières Ne faisaient que brouiller auprès de celles-ci, Fabl. V, 5 dans BROUILLER
La déesse Discorde ayant brouillé les dieux, Et fait un grand procès là-haut pour une pomme, Fabl. VI, 20 dans BROUILLER
Ce roi vit un troupeau qui courait tous les champs, Bien broutant, en bon corps, Fabl. X, 10 dans BROUTANT, ANTE
....le cerf hors de danger Broute sa bienfaitrice [la vigne] ; ingratitude extrême, Fabl. V, 15 dans BROUTER
Dès que les chèvres ont brouté, Certain esprit de liberté Leur fait chercher fortune...., Fabl. XII, 4 dans BROUTER
Un bruit qui courait d'elle en toutes ces provinces, Fianc. dans BRUIT
Force gens font du bruit en France ; Un équipage cavalier Fait les trois quarts de leur vaillance, Fabl. V, 21 dans BRUIT
Si je n'ai pas bon bruit, c'est à grand tort, Contes, 66 dans BRUIT
L'époux monte et fait bruit, Fais. dans BRUIT
La belle raison de quitter sa femme et de faire un si grand bruit !, Psyché, II, p. 140 dans BRUIT
Trois quidams bonnes gens et sans bruit...., Orais. dans BRUIT
La brûlure que cette lampe m'a faite, Psyché, I, p. 114 dans BRÛLURE
Hier au soir, sur la brune, Un chat-huant s'en vint votre fils enlever, Fabl. IX, 1 dans BRUN, BRUNE
Un pauvre bûcheron tout couvert de ramée, Sous le faix du fagot aussi bien que des ans Gémissant et courbé, marchait à pas pesants, Fab. I, 16 dans BÛCHERON
Tenez donc voici deux bûchettes : Accommodez-vous et tirez, Fab. III, 8 dans BÛCHETTE
Sottise Qui me fera donner du busque sur les doigts, Tabl. dans BUSC
Laissez-moi faire ; et le drôle et sa belle Verront beau jeu si la corde ne rompt ; Pensent-ils donc que je sois quelque buse [sotte] ?, Rich. dans BUSE
....Et quand il s'aperçoit Que leur fait n'est que bonne mine, Il leur applique un mot qu'un buste de héros Lui fit dire fort à propos, Fabl. IV, 14 dans BUSTE
Son coeur devint le but de tous les traits, Belph. dans BUT
Il [l'art de deviner] peut frapper au but une fois entre mille, Fabl. VIII, 16 dans BUT
Chacune vaut, en ce monde, son prix ; La mienne ira but à but pour la tienne, Troq. dans BUT
De but en blanc leur parler d'une affaire, Ce serait être maladroit, Joc. dans BUT
Si je suivais mon goût, je saurais où buter, Fabl. III, 1 dans BUTER
Il avait raison ; c'est folie De compter sur dix ans de vie ; Soyons bien buvants, bien mangeants, Nous devons à la mort de trois l'un en dix ans, Fab. VI, 19 dans BUVANT, ANTE
Un certain homme avait trois filles, Toutes trois de contraire humeur : Une buveuse, une coquette, La troisième, avare parfaite, Fab. II, 20 dans BUVEUR, EUSE
Çà et là ses regards en liberté couraient Où les portait leur fantaisie, Cas de consc. dans ÇA
Or çà, sire Grégoire, Que gagnez-vous par an ?, Fab. VIII, 2 dans ÇA
.... Tout est prévention, Cabale, entêtement, point ou peu de justice, Fabl. VII, 15 dans CABALE
Ici-bas maint talent n'est que pure grimace, Cabale, et certain art de se faire valoir Mieux su des ignorants que des gens de savoir, Fabl. XI, 5 dans CABALE
.... On cabale, on suscite Accusateurs et gens grevés par ses arrêts, Fab. X, 10 dans CABALER
Elle la prend au mot, se glisse en la cabane : Point de coup de balai qui l'oblige à changer, Fab. III, 8 dans CABANE
Ils virent à l'écart une étroite cabane, Demeure hospitalière, humble et chaste maison, Philémon. dans CABANE
Il dit au roi : Je sais, sire, une cache, Et ne crois pas qu'autre que moi la sache, Fab. VI, 6 dans CACHE
Sous un épais sourcil il avait l'oeil caché, Fabl. XI, 7 dans CACHÉ, ÉE
Les Jeus et les Ris, qu'il avait amenés à sa suite, se moquaient de lui en cachette et se faisaient signe du doigt que leur maître était attrapé, Psyché, I, p. 45 dans CACHETTE
C'est, dit-il, un cadavre ; ôtons-nous, car il sent, Fabl. V, 20 dans CADAVRE
Dieu me garde de feu et d'eau, De mauvais vin dans un cadeau, D'avoir rencontres importunes, De liseur de vers sans répit, De maîtresse ayant trop d'esprit...., Lettres, XX dans CADEAU
La chambre bien cadenassée Permettait de laisser l'argent sur le comptoir, Fabl. XII, 3 dans CADENASSÉ, ÉE
Un second lui succède [à l'aîné] et se met en posture, Mais en vain ; un cadet tente aussi l'aventure ; Tous perdirent leur temps, Fabl. IV, 18 dans CADET, CADETTE
Au demeurant, il faisait le cafard, Herm. dans CAFARD, CAFARDE
Nos gens sortent de cage, Rém. dans CAGE
Il faut aller massacrer ces cagots, Cord. dans CAGOT, OTE
Ce sont des contes plus étranges Qu'un renard qui cajole un corbeau sur sa voix, Fab. II, 1 dans CAJOLER
Il cajolait la jeune bachelette, Cloch. dans CAJOLER
Il passait les nuits et les jours à compter, calculer, supputer sans relâche ; Calculant, supputant, comptant comme à la tâche ; Car il trouvait toujours du mécompte à son fait, Fabl. XII, 3 dans CALCULER
On nous a dit entre autres merveilles que beaucoup de Limousines de la première bourgeoisie portent des chaperons de drap rose sèche sur des cales de velours noir, Lettres, v. dans CALE
Il s'éloigne des chiens, les renvoie aux calendes Et leur fait arpenter les landes, Fabl., VI, 10 dans CALENDES
Que le bon soit toujours camarade du beau, Dès demain je chercherai femme, Fab. VII, 2 dans CAMARADE
Je définis la cour un pays où les gens, Tristes, gais, prêts à tout, à tout indifférents, Sont ce qu'il plaît au prince, et, s'ils ne peuvent l'être, Tâchent au moins de le paraître ; Peuple caméléon, peuple singe du maître, Fab. VIII, 13 dans CAMÉLÉON
Oh ! dit-il, j'en fais faire autant Qu'on m'en fait faire ! ma présence Effraye aussi les gens ! je mets l'alarme au camp ! Et d'où me vient cette vaillance ?, Fables, II, 14 dans CAMP
Le bruit cesse, on se retire : Rats en campagne aussitôt, Fab. I, 9 dans CAMPAGNE
Quel esprit ne bat la campagne ? Qui ne fait châteaux en Espagne ?, Fab. VII, 10 dans CAMPAGNE
Puis comment pénétrer jusques à notre monde ? Comment percer des airs la campagne profonde ?, Fab. VIII, 16 dans CAMPAGNE
Quelqu'un n'a-t-il point vu Comme on dessine sur nature ? On vous campe une créature, Une ève ou quelque Adam...., Cas de consc. dans CAMPER
Le jeune homme Se campe en une église, Cand. dans CAMPER
Mais, ma mignonne, dites-moi, Vous campez-vous jamais sur la tête d'un roi, D'un empereur ou d'une belle ?, Fabl. IV, 3 dans CAMPER
L'aragne cependant se campe en un lambris, ib. III, 8 dans CAMPER
Madame votre fille est pleurante en un coin ; Monsieur votre neveu grommelle sur du foin, Camus en chien d'Artois d'avoir compté sans hôte, Je vous prends sans vert, 14 dans CAMUS, CAMUSE
Eh bien ! manger moutons, canaille, sotte espèce, Est-ce un péché ?, Fabl. VII, 1 dans CANAILLE
Travailler est le fait de la canaille, Papef. dans CANAILLE
.... Ah ! le petit babouin ! Voyez, dit-il, où l'a mis sa sottise ! Et puis prenez de tels fripons le soin ! Que les parents sont malheureux, qu'il faille Toujours veiller à semblable canaille !, Fabl. I, 19 dans CANAILLE
Mais un canal formé par une source pure, Se trouve en ces lieux écartés, Fabl. I, 11 dans CANAL
Cancres, hères et pauvres diables, Dont la condition est de mourir de faim, Fabl. I, 5 dans CANCRE
Et, quel que soit le but où tendent leurs desseins, Si la candeur n'y règne ainsi que l'innocence, Ce qu'ils font pour un bien leur semble être une offense, Captivité de St. Malc. dans CANDEUR
Mainte peste de cour fit tant par maint ressort, Que la candeur du juge, ainsi que son mérite, Furent suspects au prince...., Fabl. X, 10 dans CANDEUR
Elle n'avait au monde sa pareille à manier un canevas, Coupe. dans CANEVAS
Notre renard pressé par une faim canine, Fabl. XI, 6 dans CANIN, INE
Dans ce penser il se carrait, Recevant comme sien l'encens et les cantiques, Fab. V, 14 dans CANTIQUE
C'était à la campagne, Dans un certain canton de la basse Bretagne, Appelé Quimper-Corentin, Fab. VI, 18 dans CANTON
L'esprit malin riait sous cape, Belph. dans CAPE
Ne peut-il pas.... Rire sous cape de ces tours ?, Oies. dans CAPE
Capitaine renard allait de compagnie Avec son ami bouc des plus hauts encornés, Fabl. III, 5 dans CAPITAINE
Le chef de cette république Par caprice ou par politique, La changea bientôt de logis, Fab. VII, 6 dans CAPRICE
Je ne puis héberger cette capricieuse [la fortune], Fab. VII, 12 dans CAPRICIEUX, EUSE
C'est proprement un charme : il rend l'âme attentive, Ou plutôt il la tient captive, Nous attachant à des récits, VII, à Mme de Montespan. dans CAPTIF, IVE
Il captivait sa femme cependant, De ses cheveux voulait savoir le nombre, La faisait suivre en toute heure, en tous lieux, On ne s'avise pas.... dans CAPTIVER
Il dit sous son capuce...., Herm. dans CAPUCE
Un lion en passant rabattit leur caquet, Fabl. III, 10 dans CAQUET
De telles gens il est beaucoup Qui prendraient Vaugirard pour Rome, Et qui, caquetant au plus dru, Parlent de tout et n'ont rien vu, Fabl. IV, 7 dans CAQUETER
Vos pareils y sont misérables.... Car, quoi ! rien d'assuré ! point de franche lippée !, Fabl. I, 5 dans CAR
Et tous deux vous paierez l'amende : Car toi, loup, tu te plains quoiqu'on ne t'ait rien pris, ib. II, 3 dans CAR
C'est donc quelqu'un des tiens, Car vous ne m'épargnez guère, ib. I, 10 dans CAR
J'ai plus gagné que perdu ; Car d'hymen point de nouvelles, ib. I, 17 dans CAR
Les vieillards déploraient ces sévères destins ; Les animaux périr ! car encor les humains [passe encore pour les hommes qui avaient mérité de périr], Philémon et Bauc. dans CAR
Les si, les car, les contrats sont la porte Par où la noise entra dans l'univers, Belphég. dans CAR
Progné me vient enlever les morceaux Caracolant, frisant l'air et les eaux, Elle me prend mes mouches à ma porte, Fab. X, 7 dans CARACOLER
Enfin, quoique ignorante à vingt et trois carats, Elle passait pour un oracle, Fabl. VII, 15 dans CARAT
Tous quatre en chemin ils se mirent.... La caravane enfin rencontre en un passage Monseigneur le lion...., Fabl. IV, 12 dans CARAVANE
.... Os de poulets, os de pigeons ; Sans parler de mainte caresse, Fabl. I, 5 dans CARESSE
.... L'âne de la fable, Qui, pour se rendre plus aimable Et plus cher à son maître, alla le caresser, Fabl. IV, 5 dans CARESSER
Vos griffes la pourront blesser Quand vous voudrez la caresser, Fables, IV, 1 dans CARESSER
Boit son vin, caresse sa fille, ib. IV, 4 dans CARESSER
La gent maudite aussitôt poursuivit Tous les pigeons, en fit ample carnage, Fab. VII, 8 dans CARNAGE
Jamais de liberté, ni pour les pâturages, Ni d'autre part [des loups] pour les carnages, Fab. III, 13 dans CARNAGE
Sans qu'il lui fût.... fait seulement Grâce d'un carolus, Pays. dans CAROLUS
. Il côtoyait une rivière.... Ma commère la carpe y faisait mille tours Avec le brochet son compère, Fab. VII, 4 dans CARPE
Un carpeau qui n'était encore que fretin, Fabl. V, 3 dans CARPEAU
Quant tuit furent assemblé, prelat et autres personnes, et il furent revestu des aornemenz de sainte Eglise, et tapiz et carpites furent attendu...., ib. dans CARPETTE
Autrefois carpillon fretin Eut beau prêcher, il eut beau dire, On le mit dans la poêle à frire, Fab. IX, 10 dans CARPILLON
Garçon carré, robuste, Lun. dans CARRÉ, ÉE
Ce Dieu remplit ses fourneaux De deux sortes de carreaux, Fabl. VIII, 20 dans CARREAU
Le pis fut que l'on mit en piteux équipage Le pauvre potager : adieu planches, carreaux : Adieu chicorée et poireaux, Fab. IV, 4 dans CARREAU
Dans ce penser il se carrait, Recevant comme siens l'encens et les cantiques, Fabl. V, 14 dans CARRER
J'avais franchi les monts qui bornent cet état, Et trottais comme un jeune rat Qui cherche à se donner carrière, Fabl. VI, 6 dans CARRIÈRE
Croyez-vous que lui-même il fut homme à vous suivre, Si par votre trépas vous l'aviez prévenu ? Non, madame, il voudrait achever sa carrière, Matr. dans CARRIÈRE
Et mon homme d'avoir chiens, chevaux et carrosses, Fables, VII, 14 dans CARROSSE
Alaciel, qui de sa vie, Selon sa loi, n'avait bu vin, Goûta ce soir, par compagnie, De ce breuvage si divin.... Insensiblement fit carrousse, Fiancée. dans CARROUSSE
J'ai carte blanche là-dessus.... L'alla trouver, lui mit la carte blanche, Cal. dans CARTE
Il sut dans peu la carte du pays, Connut les bons et les méchants maris, Mandr. dans CARTE
En la quittant, Gulphar alla tout droit Conter ce cas, le corner par la ville, Le publier, le prêcher sur les toits, Avare. dans CAS
Ma commère, dit-elle, un cas est arrivé...., Fabl. VIII, 6 dans CAS
.... à moins que la figure Ne soit d'un éléphant nain, pygmée, avorton ; Auquel cas où l'honneur d'une telle aventure ?, ib. X, 14 dans CAS
Nous faisons cas du beau, nous méprisons l'utile, Fabl. VI, 9 dans CAS
As-tu pris garde ? il parlait d'un ton cas, Herm. Mot vieilli. dans CAS, CASSE
Un nombre infini de sources s'y précipitaient par cascades du haut du mont, Psyché, II, p. 117 dans CASCADE
Voyez-vous ces cases étroites Et ces palais si grands, si beaux, si bien dorés ?, Fabl. III, 8 dans CASE
[Le rat] va courir le pays, abandonne son trou ; Sitôt qu'il fut hors de sa case...., ib. VIII, 9 dans CASE
Une poutre cassa les jambes à l'athlète, Fabl. I, 14 dans CASSER
Avecque nous, si l'almanach ne ment, Les Castillans n'auront plus de castille ; Même au printemps, on doit de leur séjour Nous envoyer avec certaine fille [la reine Marie-Thérèse] Les jeux, les ris, les grâces et l'amour, Poésies mêlées, XI dans CASTILLE
Ils y construisent des travaux Qui des torrents grossis arrêtent le ravage, Et font communiquer l'un et l'autre rivage ; L'édifice résiste et dure en son entier : Après un lit de bois est un lit de mortier ; Chaque castor agit ; commune en est la tâche ; Le vieux y fait marcher le jeune sans relâche ; Maint maître d'oeuvre y court et tient haut le bâton ; La république de Platon Ne serait rien que l'apprentie De cette famille amphibie, Fabl. X, 1 dans CASTOR
Voilà tout fait et tout formé Un époux du grand catalogue, Cand. dans CATALOGUE
Cataplasme, Dieu sait ! les gens n'ont point de honte De faire aller le mal toujours de pis en pis, Fabl. III, 8 dans CATAPLASME
Comme vous êtes roi, vous ne considérez Qui ni quoi : rois et dieux mettent, quoi qu'on leur die, Tout en même catégorie, Fabl. V, 18 dans CATÉGORIE
S'étant fait raconter derechef Tout le catus, Psaut. Inusité. dans CATUS
Quand le malheur ne serait bon Qu'à mettre un sot à la raison, Toujours serait-ce à juste cause Qu'on le dit bon [le malheur] à quelque chose, Fabl. VI, 7 dans CAUSE
Or, ai-je dit un jeune homme, et pour cause, Car...., Mandr. dans CAUSE
Venez, singe ; parlez le premier, et pour cause, Fabl. I, 7 dans CAUSE
Devant certaine guêpe on traduisit la cause.... Depuis tantôt six mois que la cause est pendante, Nous voici comme aux premiers jours, Fabl. I, 21 dans CAUSE
Qu'il a fait un larcin de rôt ou de fromage, Égratigné quelqu'un, causé quelque dommage, Fabl. III, 18 dans CAUSER
Quel que soit le plaisir que cause la vengeance, C'est l'acheter trop cher...., ib. IV, 13 dans CAUSER
Je m'en tais, et ne veux leur causer nul ennui, ib. IV, 8 dans CAUSER
Cela causa leur malheur, ib. IV, 6 dans CAUSER
Le trop superbe équipage Peut souvent en un passage Causer du retardement, ib. IV, 6 dans CAUSER
Borée et le soleil virent un voyageur.... Eh bien ! gageons nous deux, Dit Phébus, sans tant de paroles, à qui plus tôt aura dégarni les épaules Du cavalier que nous voyons, Fabl. VI, 3 dans CAVALIER, IÈRE
Un équipage cavalier Fait les trois quarts de leur vaillance, Fabl. V, 21 dans CAVALIER, IÈRE
Il retourne chez lui ; dans sa cave il enterre L'argent et la joie à la fois, Fabl. VIII, 2 dans CAVE
Malgré ses yeux cavés et son visage blême, Joc. dans CAVÉ, ÉE
C'est proprement la caverne au lion, Orais. dans CAVERNE
C'est de vous que mes vers attendent tout leur prix, Fabl. VII, à Mme de Montespan. dans CE
C'était bien de chansons qu'alors il s'agissait, Fabl. VII, 9 dans CE
Qu'est-ce-là ? qu'est-ce-ci ? qu'y a-t-il là ? qu'y a-t-il ici ? Qu'est-ce là ? lui dit-il [le loup, en voyant le cou pelé du chien], Fabl. I, 5 dans CE
Qu'est-ce-ci ? dit-il à son monde ; Je trouve bien peu d'herbe en tous ces râteliers, ib. X, 21 dans CE
Qu'est-ce-ci ? mon char marche à souhait, ib. IV, 18 dans CE
Voyez ce que c'est d'avoir étudié, Jum. dans CE
Ce n'est pas de cela qu'il s'agit aujourd'hui, Fabl. V, 1 dans CE
C'est l'acheter trop cher que l'acheter d'un bien...., Fabl. IV, 13 dans CE
C'est là, ce m'a-t-il dit, le seul but où je tends, l'Eun. V, 3 dans CE
Je devais, ce dis-tu, te donner quelque avis, Qui te disposât à la chose, Fabl. VIII, 1 dans CE
Doux trésors, ce dit-il, chers gages, qui jamais N'attirâtes sur vous l'envie et le mensonge, ib. X, 10 dans CE
Quand ce vint à payer...., Belph. dans CE
Ce leur fut une erreur dont ils se repentirent, Fab. III, 2 dans CE
L'autre avait le nez fait de cette façon-là : C'était ceci, c'était cela, Fables, VII, 5 dans CECI
Caquet bon bec alors de jaser au plus dru, Sur ceci, sur cela, sur tout...., ib. XII, 11 dans CECI
Il lui fallut élargir sa ceinture, Lun. dans CEINTURE
Si dom coursie voulait Ne point celer sa maladie, Lui loup, gratis, le guérirait, V, 8 dans CELER
Les animaux périr ! Car encor les humains ! Tous avaient dû tomber sous les célestes armes, Phil. et Bauc. dans CÉLESTE
Que le plus coupable de nous Se sacrifie aux traits du céleste courroux, Fab. VII, 1 dans CÉLESTE
Quelle personne es-tu ? dit-il à ce fantôme. - La cellérière du royaume De Satan, reprit elle ; et je porte à manger à ceux qu'enclôt la tombe noire, Fabl. III, 7 dans CELLÉRIER, IÈRE
On verra qui sait faire avec un suc si doux Des cellules si bien bâties, Fab. I, 21 dans CELLULE
La folie et l'amour jouaient un jour ensemble ; Celui-ci n'était pas encor privé des yeux, Fabl. XII, 14 dans CELUI-CI
Vivaient le cygne et l'oison : Celui-là destiné pour les regards du maître ; Celui-ci pour son goût, ib. III, 8 dans CELUI-CI
Deux mulets cheminaient, l'un d'avoine chargé, L'autre portant l'argent de la gabelle ; Celui-ci glorieux d'une charge si belle, N'eût voulu pour beaucoup en être soulagé, Fabl. I, 3 dans CELUI-CI
La fortune pourtant habite en ces demeures ; Je la vois tous les jours entrer chez celui-ci, Chez celui-là...., Fabl. VII, 12 dans CELUI-CI
Il n'est enseignement pareil à celui-là, de fuir une tête éventée, Fabl. IX, 8 dans CELUI-CI
âmes de bronze, humains, celui-là fut sans doute Armé de diamant, qui tenta cette route, Et le premier osa l'abîme défier, Fabl. VII, 12 dans CELUI-CI
Notre galant vous lorgne une fillette, De celles-là que je viens d'exprimer, dans le Dict. de DOCHEZ. dans CELUI-CI
Brûlez votre recueil et faites-en des cendres, On ne s'avise. dans CENDRE
Tout babillard, tout censeur, tout pédant Se peut connaître au discours que j'avance, Fabl. I, 19 dans CENSEUR
Je vous arrête à cette rime, Dira mon censeur à l'instant.... Maudit censeur ! te tairas-tu ?, Fabl. II dans CENSEUR
Tels abus méritent censure, Fianc. dans CENSURE
Les compagnons d'Ulysse enfin se sont offerts ; Ils ont force pareils en ce bas univers, Gens à qui j'impose pour peine Votre censure et votre haine, Fabl. XII, 1 dans CENSURE
Socrate un jour faisant bâtir, Chacun censurait son ouvrage, Fab. IV, 17 dans CENSURER
Jupin les renvoya s'étant censurés tous, Du reste contents d'eux...., Fabl. I, 7 dans CENSURER
Après avoir tourné le cas En cent et cent mille manières, Fabl. II, 20 dans CENT
Vous reviendrez bientôt, je fais voeu cependant De dormir en vous attendant, Fabl. VII, 12 dans CEPENDANT
Quelqu'un aurait-il jamais cru Qu'un lion d'un rat eût affaire ? Cependant il avint...., Fabl. II, 11 dans CEPENDANT
Si vous fussiez tombé, l'on s'en fût pris à moi, Cependant c'était votre faute, ib. V, 11 dans CEPENDANT
Cependant que mon front au Caucase pareil Brave l'effort de la tempête, Fabl. I, 22 dans CEPENDANT
Cependant qu'ils sont en danger, ib. II, 13 dans CEPENDANT
.... Que ce chat exterminateur, Vrai cerbère, était craint une lieue à la ronde, Fabl. III, 18 dans CERBÈRE
Et, par plaisir, la tiare essayant.... Passa dedans ainsi qu'en un cerceau, Fabl. VI, 6 dans CERCEAU
Parcourant sans cesser un long cercle de peines, Qui, revenant sur soi, ramenait dans nos plaines Ce que Cérès nous donne et vend aux animaux, Fabl. X, 2 dans CERCLE
Sans cérémonie Il s'accommode, Court. dans CÉRÉMONIE
Volontiers, lui dit-il, car avec mes amis Je ne fais point cérémonie, Fab. I, 18 dans CÉRÉMONIE
Le blé, riche présent de la blonde Cérès, Trop touffu bien souvent épuise les guérets, Fabl. IX, 11 dans CÉRÈS
Dans le cristal d'une fontaine Un cerf se mirant autrefois Louait la beauté de son bois Et ne pouvait qu'avecque peine Souffrir ses jambes de fuseaux, Fabl. VI, 9 dans CERF
Quiconque est loup agisse en loup ; C'est le plus certain de beaucoup, Fabl. III, 3 dans CERTAIN, AINE
... Quand le mal est certain, La plainte ni la peur ne changent le destin, ib. VIII, 12 dans CERTAIN, AINE
Ils demandaient fort peu, certains que le secours Serait prêt dans quatre ou cinq jours, Fabl. VII, 3 dans CERTAIN, AINE
Certain cuvier dont on fait certain conte En fera foi...., le Cuv. dans CERTAIN, AINE
Les Levantins en leur légende Disent qu'un certain rat, las des soins d'ici-bas...., Fabl. VII, 3 dans CERTAIN, AINE
Certain ajustement, dites-vous, rend jolie, ib. IV, 3 dans CERTAIN, AINE
Certain loup aussi sot que le pêcheur fut sage, ib. IX, 10 dans CERTAIN, AINE
Parbleu ! dit le meunier, est bien fou du cerveau Qui prétend contenter tout le monde et son père, Fabl. III, 1 dans CERVEAU
Il [Démocrite] y joint les atomes, Enfants d'un cerveau creux, invisibles fantômes, ib. VIII, 26 dans CERVEAU
Le courroux lui montant au cerveau, Rém. dans CERVEAU
Belle tête [un buste], dit-il, mais de cervelle point ; Combien de grands seigneurs sont bustes en ce point !, Fabl. IV, 14 dans CERVELLE
Jupin en a bientôt la cervelle rompue, Fabl. III, 4 dans CERVELLE
Corrigez-vous, dira quelque sage cervelle, ib. II, 14 dans CERVELLE
Le vertueux Anselme à la sage cervelle, Pet. chien. dans CERVELLE
Elle eût à Job fait tourner la cervelle, Belph. dans CERVELLE
L'émotion lui tourna la cervelle, Rem. dans CERVELLE
L'amant, à force de rêver Sur les ordres nouveaux qu'il lui fallait trouver, Vit bientôt sa cervelle usée, Chose imposs. dans CERVELLE
Nulle liqueur au quina n'est contraire ; L'onde insipide et la cervoise amère, Tout s'en imbibe...., Quinquina, II dans CERVOISE
Ce chien.... Fut le premier César que la gent chienne ait eu, Fabl. VIII, 24 dans CÉSAR
Je viens, toute affaire cessante...., Fais. dans CESSANT, ANTE
L'esprit [le démon] s'en va, n'a point de cesse Qu'il n'ait mis le fil sous la presse, Ch. imp. dans CESSE
Point de cesse, point de relâche, Fab. V, 6 dans CESSE
Où sont-ils ces maris ? la race en est cessée, Coupe. dans CESSÉ, ÉE
Le bruit cesse, on se retire, Fabl. I, 9 dans CESSER
Cessez donc de tenir un langage si vain, ib. IV, 3 dans CESSER
Cettui me semble, à le voir, papimane, Papef. dans CETTUI
Cettui Richard était juge dans Pise, Cal. dans CETTUI
Et cettui lieu beaux pères frequentaient, Mazet. dans CETTUI
Chacun fut de l'avis de M. le doyen, Fabl. II, 2 dans CHACUN, CHACUNE
Ils allaient [deux rats] de leur oeuf manger chacun sa part, ib. X, 1 dans CHACUN, CHACUNE
Les nymphes n'étaient pas inutiles : elles préparaient les autres plaisirs, chacune selon son office, Psyché, I, p. 70 dans CHACUN, CHACUNE
Qu'aussitôt que chacune soeur [des trois], Fabl. II, 20 dans CHACUN, CHACUNE
Grâce à Dieu, je passe les nuits Sans chagrin, quoique en solitude.... Un an se passe, et deux, avec inquiétude : Le chagrin vient ensuite, Fabl. VII, 5 dans CHAGRIN
Tant de façons mettaient Pierre en chagrin, Jum. dans CHAGRIN
On le peint [l'Hercule gaulois] avec des chaînes qui lui sortent de la bouche, comme s'il eût entraîné les hommes par ses paroles, Lettr. XI dans CHAÎNE
De cette double proie L'oiseau se donne au coeur joie, Ayant de cette façon à souper chair et poisson, Fabl. IV, 11 dans CHAIR
Filles du sang royal ne se déclarent guères ; Tout se passe en leur coeur ; cela les fâche bien : Car elles sont de chair ainsi que les bergères, Fianc. dans CHAIR
L'enseigne fait la chalandise, Fabl. VII, 15 dans CHALANDISE
J'en suis d'avis, non pourtant qu'il m'en chaille, Gageure. dans CHALOIR
Car quant à moi, du plaisir ne me chaut, à moins qu'il soit mêlé d'un peu de peine, ib. dans CHALOIR
.... Que les vautours plus ne se chamaillèrent, Fab. VII, 8 dans CHAMAILLER
De son orgueil ses habits se sentaient ; Force brillants sur sa robe éclataient, La chamarrure avec la broderie, Court. dans CHAMARRURE
Ils [les savants] sont toujours logés à la troisième chambre, Vêtus au mois de juin comme au mois de décembre, Fabl. VIII, 19 dans CHAMBRE
Il était une vieille ayant deux chambrières : Elles filaient si bien...., Fabl. V, 6 dans CHAMBRIÈRE
Le premier qui vit un chameau S'enfuit à cet objet nouveau ; Le second approcha ; le troisième osa faire Un licou pour le dromadaire, Fabl. IV, 10 dans CHAMEAU
Remuez votre champ dès qu'on aura fait l'oût : Creusez, fouillez, bêchez, Fabl. V, 9 dans CHAMP
Si le possesseur de ces champs Vient.... Le possesseur du champ vient avecque son fils : Ces blés sont mûrs, dit-il, ib. IV, 22 dans CHAMP
Le lièvre et la perdrix, concitoyens d'un champ, Vivaient dans un état, ce semble, assez tranquille, ib. V, 17 dans CHAMP
Nous devons l'apologue à l'ancienne Grèce : Mais ce champ ne se peut tellement moissonner, Que les derniers venus n'y trouvent à glaner, Fabl. III, 1 dans CHAMP
L'innocence des champs est-elle votre fait ?, Fabl. VII, 2 dans CHAMP
Autrefois le rat de ville Invita le rat des champs, ib. I, 9 dans CHAMP
Tigres dans les forêts, alouettes aux champs, ib. IV, 22 dans CHAMP
Mangez ce grain, et croyez-moi. Les oiseaux se moquèrent d'elle : Ils trouvaient aux champs trop de quoi, Fabl. I, 8 dans CHAMP
D'un certain magister le rat tenait ces choses, Et les disait à travers champs, Fabl. VIII, 9 dans CHAMP
L'armée est assez forte Pour faire corps et battre aux champs, Coupe. dans CHAMP
Aurions-nous des hôtes plus doux, Si l'Allemagne entrait chez nous ? J'aime mieux les Turcs en campagne Que de voir nos vins de Champagne Profanés par des Allemands, Lett. XXIII dans CHAMPAGNE
La table où l'on servit le champêtre repas, Phil. et Bau. dans CHAMPÊTRE
Tandis que coups de poing trottaient, Et que nos champions songeaient à se défendre, Fabl. I, 13 dans CHAMPION
Je finis, et je vous souhaite Une victoire très complète, Chance à tous jeux, de la santé, Lettres, XXIII dans CHANCE
Au bout des deux souhaits, étant aussi chanceux Qu'ils étaient, et que sont tous ceux Qui souhaitent toujours...., Fabl. VII, 6 dans CHANCEUX, EUSE
Peu chanceux, et vous et moi, Nous n'avons eu de nos vies, Moi, l'encolure d'un roi, Ni vous celle, en bonne foi, D'un homme à deux abbayes, Lettres, XX dans CHANCEUX, EUSE
Je vous connais, objets doux et puissants ; Plus ne m'irai brûler à la chandelle, Diable. dans CHANDELLE
J'aime le change, à la bonne heure, Pâté. dans CHANGE
Fille qui n'eût de quoi rendre le change, Maz. dans CHANGE
Je voudrais.... savoir comment.... Caliste en use et lui rendre le change, Coupe. dans CHANGE
Que de raisonnements pour conserver ses jours ! Le retour sur ses pas, les malices, les tours, Et le change et cent stratagèmes, Fab. X, 1 dans CHANGE
Je crois voir Annibal qui, pressé des Romains, Met leur chef en défaut, ou leur donne le change, Fables, XII, 23 dans CHANGE
[Les pigeons] Au cou changeant, au coeur tendre et fidèle, Fabl. VII, 8 dans CHANGEANT, ANTE
Une condition meilleure Change en des noces ces transports, Fabl. VI, 21 dans CHANGER
Cependant l'humble toit devient temple, et ses murs Changent leur frêle enduit aux marbres les plus durs, Phil. et Bau. dans CHANGER
Plusieurs se sont trouvés qui, d'écharpe changeant, Aux dangers, ainsi qu'elle, ont souvent fait la figue, Fab. II, 5 dans CHANGER
Leur ennemi changea de note, Sur la robe du dieu fit tomber une crotte : Le dieu, la secouant, jeta les oeufs à bas, Fab. II, 8 dans CHANGER
Oh ! je ne saurais plus, dit-elle, y résister ; Changeons, ma soeur l'aragne, Fabl. III, 8 dans CHANGER
Point de coup de balai qui l'oblige [l'araignée] à changer, Fabl. III, 8 dans CHANGER
J'ai maints chapitres vus Qui pour néant se sont ainsi tenus, Chapitres non de rats mais chapitres de moines, Voire chapitres de chanoines, Fabl. II, 2 dans CHANOINE
Aucun n'aide aux chevaux à se tirer d'affaire.... Une femme chantait : C'était bien de chansons qu'alors il s'agissait, Fab. VII, 9 dans CHANSON
Le berger, qui par ses chansons Eût attiré des inhumaines, Crut, et crut mal, attirer des poissons, ib. X, 11 dans CHANSON
Ce que mon livre en dit doit passer pour chanson, Oies. dans CHANSON
Je le souffre aux écrits qui passent pour chanson, Fiancée. dans CHANSON
Les maux les plus cruels ne sont que des chansons Près de ceux...., Coupe. dans CHANSON
Plaisants repas, menus devis, Bon vin, chansonnettes jolies, Poésies mêlées, LXXI dans CHANSONNETTE
Le paon se plaignait à Junon : .... Le chant dont vous m'avez fait don Déplaît à toute la nature, Fab. II, 17 dans CHANT
[L'âne] Lève une corne tout usée.... Non sans accompagner, pour plus grand ornement, De son chant gracieux, cette action hardie, ib. IV, 5 dans CHANT
Une femme chantait : C'était bien de chansons qu'alors il s'agissait ! Dame mouche s'en va chanter à leurs oreilles, Fabl. VII, 9 dans CHANTER
Un savetier chantait du matin jusqu'au soir ; C'était merveille de le voir ; Merveille de l'ouïr ; il faisait des passages...., ib. dans CHANTER
Progné lui repartit [au rossignol] : Eh quoi ! cette musique Pour ne chanter qu'aux animaux, Fabl. III, 15 dans CHANTER
[L'âne] gambadant, chantant et broutant, ib. VI, 8 dans CHANTER
Dès que l'Aurore, dis-je, en son char remontait, Un misérable coq à point nommé chantait, ib. V, 6 dans CHANTER
La cigale ayant chanté Tout l'été, ib. I, 1 dans CHANTER
... Son vainqueur sur les toits S'alla percher et chanter sa victoire, Fabl. VII, 13 dans CHANTER
Quoi ! je mettrais, dit-il, un tel chanteur [le cygne] en soupe !, Fabl. III, 12 dans CHANTEUR, EUSE
De la chape à l'évêque, hélas ! ils se battaient, Joc. dans CHAPE
Il aurait volontiers écrit sur son chapeau : C'est moi qui suis Guillot, berger de ce troupeau, Fabl. III, 3 dans CHAPEAU
Notre bergère se prosterna devant l'image de la déesse, puis lui mit au bras un chapeau de fleurs, lesquelles elle venait de cueillir en courant et sans aucun choix, Psyché, II, p. 154 dans CHAPEAU
Un villageois avait à l'écart son logis ; Messer loup attendait chape-chute à la porte, Fabl. IV, 16 dans CHAPE-CHUTE
J'ai maints chapitres vus, Qui pour néant se sont ainsi tenus, Chapitres, non de rats, mais chapitres de moines, Voire chapitres de chanoines, Fabl. II, 2 dans CHAPITRE
Le demeurant des rats tint chapitre en un coin, ib. dans CHAPITRE
Toutes huit accoururent, Tinrent chapitre, Mazet. dans CHAPITRE
Aussitôt que le char chemine, Et qu'elle voit les gens marcher, Fabl. VII, 9 dans CHAR
Le phaéton d'une voiture à foin Vit son char embourbé, Fabl. VI, 18 dans CHAR
Un heurt survient : adieu le char ; Voilà messire Jean Chouart Qui du choc de son mort a la tête cassée, Fabl. VII, 11 dans CHAR
Il [l'âne] était alors dans un pré Dont l'herbe était fort à son gré ; Point de chardon pourtant, il s'en passa pour l'heure, Fabl VIII, 17 dans CHARDON
Celui-ci, glorieux d'une charge si belle, N'eût voulu pour beaucoup en être soulagé, Fabl. I, 4 dans CHARGE
Me fera-t-on porter double bât, double charge ?, ib. VI, 8 dans CHARGE
Deux mulets cheminaient, l'un d'avoine chargé...., Fabl. I, 4 dans CHARGÉ, ÉE
Et le pauvre baudet si chargé qu'il succombe, ib. VI, 16 dans CHARGÉ, ÉE
Le lion Chargé d'ans et pleurant son antique prouesse, Fabl. III, 14 dans CHARGÉ, ÉE
Eh quoi ! charger ainsi cette pauvre bourrique !, Fab. III, 1 dans CHARGER
À quoi bon charger votre vie Des soins d'un avenir qui n'est pas fait pour vous ?, Fab. XI, 8 dans CHARGER
Je suppose qu'un moine est toujours charitable, Fab. VII, 3 dans CHARITABLE
Il est bon d'être charitable : Mais envers qui ? c'est là le point, Fables, VI, 13 dans CHARITABLE
Sa femme lui a fait un beau charivari ! C'était pour faire un bon charivari, Berc. dans CHARIVARI
Le monde n'a jamais manqué de charlatans ; Cette science, de tout temps, Fut en professeurs très fertile, Fabl. VI, 19 dans CHARLATAN
Un démon.... Fit un charme si souverain Que...., Ch. imposs. dans CHARME
Mais c'était à l'insu de leurs parents cruels ; La défense est un charme, Filles de Minée. dans CHARME
C'est proprement un charme [l'apologue] ; il rend l'âme attentive, Ou plutôt il la tient captive, Nous attachant à des récits, Fabl. VII, Dédic. dans CHARME
Ne sentirai-je plus de charme qui m'arrête ? Ai-je passé le temps d'aimer ?, ib. IX, 2 dans CHARME
Le charpentier et le masson N'estudient que bien peu, non, Et si font aussi belle mine Qu'estudians en medecine, 337 dans CHARPENTIER
Pour venir au chartier embourbé dans ces lieux, Fabl. VI, 18 dans CHARRETIER, IÈRE
Le charton n'avait pas dessein De les mener voir Tabarin, Fabl. VIII, 12 dans CHARRETON ou CHARTON
Cette chartre est faite de façon Que...., Diable. dans CHARTRE
L'aigle donnait la chasse à maître Jean Lapin, Qui droit à son terrier s'enfuyait au plus vite, Fabl. II, 8 dans CHASSE
N'ai-je pas bien servi dans cette occasion, Dit l'âne en se donnant tout l'honneur de la chasse ?, ib. II, 19 dans CHASSE
Que me faudra-t-il faire ? Presque rien, dit le chien : donner la chasse aux gens Portant bâtons et mendiants, Flatter ceux du logis, à son maître complaire, Fabl. I, 5 dans CHASSE
Le pauvre gars.... puis après il fit chasse, Mazet. dans CHASSE
....de race Communément fille bâtarde chasse, Fér. dans CHASSER
L'homme qui list et rien n'entend, Semble au chasseur qui rien ne prend, 608 dans CHASSEUR, EUSE
Un homme chérissait éperdument sa chatte ; Il la trouvait mignonne et belle et délicate Qui miaulait d'un ton fort doux, Fab. II, 18 dans CHAT, CHATTE
La nation des belettes, Non plus que celle des chats, Ne veut aucun bien aux rats, ib. IV, 6 dans CHAT, CHATTE
Mon fils, dit la souris, ce doucet est un chat, Qui, sous son minois hypocrite, Contre toute ta parenté D'un malin vouloir est porté, ib. V, 5 dans CHAT, CHATTE
Quel esprit ne bat la campagne ? Qui ne fait châteaux en Espagne ?, Fabl. VII, 10 dans CHÂTEAU
Hier soir sur la brune Un chat-huant s'en vint votre fils emporter, Fabl. IX, 1 dans CHAT-HUANT
Une souris tomba du bec d'un chat-huant, Fabl. IX, 7 dans CHAT-HUANT
Sa soeur se croyant déjà entre les bras de l'Amour, chatouillée de ce témoignage de son mérite...., Psyché, liv. II dans CHATOUILLÉ, ÉE
Ce mets Lui chatouillait fort le palais, Pâté. dans CHATOUILLER
Dragon, gentil dragon, que te dirai-je encor Qui te chatouille et qui te plaise ?, Psyché, liv. II, p. 178 dans CHATOUILLER
Un chat faisant la chattemite, Un saint homme de chat, bien fourré, gros et gras, Fabl. VII, 16 dans CHATTEMITE
Ah ! ah ! dis-je, Alison, vous lisez des romans ; Et vous vous arrêtez à l'endroit de l'ermite ; Je crois qu'ainsi que vous, pleine d'enseignements, Oriane prêchait, faisant la chattemite, Ballade sur les romans. dans CHATTEMITE
Que faisiez-vous au temps chaud ?, Fab. I, 1 dans CHAUD, CHAUDE
Le Marseillais, Provençal un peu chaud, Quipr. dans CHAUD, CHAUDE
Arrière ceux dont la bouche Souffle le chaud et le froid, Fabl. V, 7 dans CHAUD, CHAUDE
Là-dessus Son épouse.... Lui présente un chaudeau propre pour Lucifer, Fabl. III, 7 dans CHAUDEAU
Un pauvre bûcheron tout couvert de ramée.... Marchait à pas pesants.... Et tâchait de gagner sa chaumine enfumée, Fabl. I, 16 dans CHAUMINE
Esprits ruraux volontiers sont jaloux, Et sur ce point à chausser difficiles, Fér. dans CHAUSSER
Il n'est tête chauve qui tienne, Fabl. I, 17 dans CHAUVE
Une chauve-souris donna tête baissée Dans un nid de belette...., Fabl. II, 5 dans CHAUVE-SOURIS
Je connais maint detteur [débiteur], qui n'est ni souris-chauve, Ni buisson, ni canard, ni dans tel cas tombé..., Fabl. XII, 7 dans CHAUVE-SOURIS
Notre prince a des dépendants, Qui, de leur chef, sont si puissants, Que chacun d'eux pourrait soudoyer une armée, Fabl. I, 12 dans CHEF
Venir à chef, venir à bout.... aucun d'eux ne put venir à chef De son dessein, Rém. dans CHEF
L'ambitieux, ou, si l'on veut, l'avare, S'en va par voie et par chemin, Fab. VII, 12 dans CHEMIN
Sans oser répliquer, en chemin se remirent, Fab. IV, 12 dans CHEMIN
Passez votre chemin, la fille, et m'en croyez, Fab. III, 1 dans CHEMIN
... tels traités allaient leur grand chemin, Troq. dans CHEMIN
Jouis. - Je le ferai. - Mais quand donc ? - Dès demain. - Hé ! mon ami, la mort te peut prendre en chemin, Fabl. VIII, 27 dans CHEMIN
Eux discourant, pour tromper le chemin, De chose et d'autre, ils tombèrent enfin Sur ce qu'on dit de la vertu secrète De certains mots...., Orais. dans CHEMIN
Au paradis allant au petit pas, On y parvient, quoi qu'Arnaud nous en die ; La volupté, sans cause il l'a bannie ; Veut-on monter sur les célestes tours ? Chemin pierreux est grande rêverie ; Escobar sait un chemin de velours, Ballade sur Escobar. dans CHEMIN
Ils s'y prirent tous trois par des routes diverses : Tous chemins vont à Rome ; ainsi nos concurrents Crurent pouvoir choisir des sentiers différents, Fabl. XII, 27 dans CHEMIN
Deux mulets cheminaient, l'un d'avoine chargé, L'autre portant l'argent de la gabelle, Fabl. I, 4 dans CHEMINER
Voyez-vous cette main qui par les airs chemine [la main du semeur qui lance le grain] ?, Fabl. I, 8 dans CHEMINER
Le chêne un jour dit au roseau : Vous avez bien sujet d'accuser la nature ; Un roitelet pour vous est un pesant fardeau, Fables, I, 22 dans CHÊNE
Quand la chènevière fut verte, L'hirondelle leur dit : Arrachez brin à brin Ce qu'a produit ce maudit grain, Ou soyez sûrs de votre perte, Fabl. I, 8 dans CHÈNEVIÈRE
Le renard dit au loup : Notre cher, pour tous mets J'ai souvent un vieux coq ou de maigres poulets, Fabl. XII, 9 dans CHER, CHÈRE
Le temps est cher en amour comme en guerre, Orais. dans CHER, CHÈRE
Lui dire Tous les noms des chercheurs de mondes inconnus Qui n'en étaient pas revenus, Fabl. VIII, 8 dans CHERCHEUR, EUSE
Quatre chercheurs de nouveaux mondes Presque nus, échappés à la fureur des ondes, ib. X, 16 dans CHERCHEUR, EUSE
Un chevalier errant grand chercheur d'aventures, Fianç. dans CHERCHEUR, EUSE
Faisant chère et vivant sur la bourse publique, Fabl. IV, 12 dans CHÈRE
Hélas ! que sert la bonne chère Quand on n'a pas la liberté ?, ib. IV, 3 dans CHÈRE
Je dois faire aujourd'hui bonne chère ou jamais, ib. VIII, 9 dans CHÈRE
La galante fit chère lie, Fabl. III, 17 dans CHÈRE
... lui-même ayant fait grand fracas, chère lie.... Il devint pauvre tout d'un coup, ib. VII, 14 dans CHÈRE
Jamais oeillade de dame, Propos flatteur et gracieux, Mot d'amitié ni doux sourire, Déifiant le pauvre sire, N'avaient fait soupçonner qu'il fût vraiment chéri, Fabl. IX, 15 dans CHÉRIR
Le monarque lui dit [au cerf] : Chétif hôte des bois, Tu ris ! tu ne suis pas ces gémissantes voix, Fab. VIII, 14 dans CHÉTIF, IVE
Il vint des partis d'importance, La belle les trouva trop chétifs de moitié, ib. VII, 5 dans CHÉTIF, IVE
Quand Crésus vit Ésope, il s'étonna qu'une si chétive créature lui eût été un si grand obstacle, Vie d'Ésope. dans CHÉTIF, IVE
.... La chétive pécore S'enfla si bien qu'elle creva, Fab. I, 3 dans CHÉTIF, IVE
Comme un chien qui fait fête Aux os qu'il voit n'être pas trop chétifs, Jum. dans CHÉTIF, IVE
J'ai, dit la bête chevaline, Une apostume sous le pied, Fabl. V, 8 dans CHEVALINE
En leurs greniers le blé, dans leurs caves les vins : Tout en crève ; comment ranger cette chevance ?, Fab. VII, 6 dans CHEVANCE
Et rendre sa chevance à lui-même sacrée, ib. IV, 20 dans CHEVANCE
Ces gens sont sur le point d'emporter leur chevance, Orais. dans CHEVANCE
Les mères, les maris me prendront aux cheveux, Pour dix ou douze contes bleus, Oies. dans CHEVEU
Dès que les chèvres ont brouté, Certain esprit de liberté Leur fait chercher fortune, Fabl. XII, 4 dans CHÈVRE
.... Heureux qui vit chez soi, De régler ses désirs faisant tout son emploi !, Fables, VII, 12 dans CHEZ
Chéri de tout le peuple, honoré chez le prince, Poly. IV, 3 dans CHEZ
Patte blanche est un point Chez les loups, comme on sait, rarement en usage, Fabl. IV, 15 dans CHEZ
Le chiaoux, homme de sens, Lui dit : Je sais par renommée Ce que chaque électeur peut de monde fournir, Fabl. I, 12 dans CHIAOUX
On en vient au partage, on conteste, on chicane, Fab. IV, 18 dans CHICANER
Qu'il est chiche ! Belle leçon pour les gens chiches, Fab. V, 13 dans CHICHE
La belle.... n'était chiche de ses regards, Nic. dans CHICHE
Le galant, pour toute besogne, Avait un brouet clair ; il vivait chichement, Fab. I, 18 dans CHICHEMENT
Le pis fut que l'on mit en piteux équipage Le pauvre potager ; adieu planches, carreaux ; Adieu chicorée et porreaux, Fabl. IV, 4 dans CHICORÉE
Ce chien, voyant sa proie en l'eau représentée, La quitta pour l'image et pensa se noyer, Fables, VI, 17 dans CHIEN, CHIENNE
Ce chien, parce qu'il est mignon, Vivra de pair à compagnon Avec monsieur, avec madame, ib. IV, 5 dans CHIEN, CHIENNE
Madame votre fille est pleurante en un coin, Monsieur votre neveu grommelle sur du foin, Camus en chiens d'Artois d'avoir compté sans hôte, Je vous prends sans vert, sc. 14 dans CHIEN, CHIENNE
Mais le mari rompait les chiens, Fér. dans CHIEN, CHIENNE
Une traîtresse voix bien souvent vous appelle ; Ne vous pressez donc nullement ; Ce n'était pas un sot, non, non, et croyez-m'en, Que le chien de Jean de Nivelle, Fabl. VIII, 21 dans CHIEN, CHIENNE
Son frère, ayant couru mainte haute aventure, Fut le premier César que la gent chienne ait eu, Fabl. VIII, 24 dans CHIENNE
On l'allait consulter sur chaque événement, Perdait-on un chiffon, avait-on un amant, Fab. VII, 15 dans CHIFFON
Ces fleurs Formaient le chiffre des soeurs, Tabl. dans CHIFFRE
Les chimères, le rien, tout est bon ; je soutiens Qu'il faut de tout aux entretiens ; C'est un parterre où Flore épand ses biens, Fabl. X, 1 dans CHIMÈRE
Revenons à l'histoire De ce spéculateur [astrologue] qui fut contraint de boire ; Outre la vanité de son art mensonger, C'est l'image de ceux qui bâillent aux chimères, Cependant qu'ils sont en danger Soit pour eux, soit pour leurs affaires, ib. II, 13 dans CHIMÈRE
Étant de ces gens-là qui sur les animaux Se font un chimérique empire, Fabl. VII, 1 dans CHIMÉRIQUE
L'autre [soeur de Psyché] avait des réparations à faire de tous les côtés ; le bain y fut employé, les chimistes, les atourneuses, Psyché, II, p. 151 dans CHIMISTE
Voilà messire Jean Chouart Qui du choc de son mort a la tête cassée ; Le paroissien en plomb entraîne son pasteur, Fabl. VII, 11 dans CHOC
Un jeune enfant dans l'eau se laissa choir En badinant sur les bords de la Seine, Fabl. I, 19 dans CHOIR
Hippocrate ne fait Choix de ses mots, Abb. mal. dans CHOIX
Celle-ci fit un choix qu'on n'aurait jamais cru, Se trouvant à la fin toute aise et toute heureuse De rencontrer un malotru, Fabl. VI, 5 dans CHOIX
Profitons, s'il se peut, d'un si fameux exemple ; Chômons ; c'est faire assez qu'aller de temple en temple, Rendre à chaque immortel les voeux qui lui sont dus, Filles de Minée. dans CHÔMER
Nous suons, nous peinons comme bêtes de somme ; Et pour qui ? pour lui seul : nous n'en profitons pas ; Notre soin n'aboutit qu'à fournir ses repas ; Chômons, c'est un métier qu'il veut nous faire apprendre, Fabl. III, 2 dans CHÔMER
Ne t'attends pas que je t'aide un seul brin, Ni que par moi ton labeur se consomme ; Je t'ai jà dit que j'étais gentilhomme, Né pour chômer et pour ne rien savoir, Papef. dans CHÔMER
Qu'on me révère et qu'on chôme ma fête, Diable. dans CHÔMER
Mais à quoi sert Bacchus qu'à causer des querelles ?... Et nous irons chômer la peste des humains !, Filles de Minée. dans CHÔMER
Vierge n'était, martyr et confesseur Qu'il ne chômât, Cal. dans CHÔMER
Tous les voisins chômèrent la défaite De ce démon, Papef. dans CHÔMER
Leur voisin le notaire Un jour de fête avec eux chopinait, Troq. dans CHOPINER
L'oiseau de Jupiter.... Choque de l'aile l'escarbot, Fabl. II, 8 dans CHOQUER
L'hippogriffe n'a rien qui me choque l'esprit, Coupe. dans CHOQUER
Un heurt survient : adieu le char ; Voilà messire Jean Chouart Qui du choc de son mort a la tête cassée, Fabl. VII, 11 dans CHOQUER
Ne point errer est chose au-dessus de mes forces, Ép. XVI dans CHOSE
Chose ne leur parut à tous plus salutaire, Fabl. II, 2 dans CHOSE
Vous qui devez savoir les choses de la vie, ib. III, 1 dans CHOSE
Qu'un ami véritable est une douce chose !, ib. VIII, 11 dans CHOSE
Moi cesser d'être amant ! et puis-je être autre chose ?, Élégie v. dans CHOSE
Un époux beau, bien fait, jeune et tout autre chose Que le défunt...., Fab. VI, 21 dans CHOSE
... Et semblable aux abeilles à qui le bon Platon compare nos merveilles, Je suis chose légère, et vole à tout sujet, Je vais de fleur en fleur et d'objet en objet, Épît. XVI dans CHOSE
L'homme au trésor caché, qu'Ésope nous propose, Servira d'exemple à la chose, Fabl. IV, 20 dans CHOSE
Je [la Mort] devais, ce dis-tu, te donner quelque avis Qui te disposât à la chose ; J'aurais trouvé ton testament tout fait, ib. VIII, 1 dans CHOSE
Rien n'est plus commun que le nom, Rien n'est plus rare que la chose, Fabl. IV, 17 dans CHOSE
Enfin, si dans mes vers je ne plais et n'instruis, Il ne tient pas à moi, c'est toujours quelque chose, Fabl. V, 1 dans CHOSE
Qu'est-ce là ? lui dit-il. - Rien. - Quoi ! rien ! - peu de chose, Fabl. I, 5 dans CHOSE
L'une voudra que tu plantes des choux ; L'autre voudra que ce soient des carottes, Mazet. dans CHOU
Cet homme, disent-ils, était planteur de choux ; Et le voilà devenu pape !, Fabl. VII, 12 dans CHOU
Le lièvre était gîté dessous un maître chou ; On le quête ; on le lance : il s'enfuit par un trou, ib. IV, 4 dans CHOU
Simple, ignorant, à tromper très facile, Bon gentilhomme et qui, dans son courroux, N'avait encor tonné que sur les choux, Papef. dans CHOU
À l'avenir Mazet serait choyé, Mazet. dans CHOYÉ, ÉE
Je t'ai toujours choyé, t'aimant comme mes yeux, Fabl. VIII, 22 dans CHOYER
Direz-vous : je suis sans chrétienne, Pâté. dans CHRÉTIEN, IENNE
Or me voilà d'un mal chu dans un autre, Orais. dans CHU, CHUE
Grand éclat de risée et grand chuchillement, Cand. dans CHUCHILLEMENT
J'avais prévu ma chute en montant sur le faîte, Fabl. X, 10 dans CHUTE
La nouvelle Babylone, orgueilleuse de ses trois cents triomphes, tombe d'une chute immense, ib. dans CHUTE
Point froid et point jaloux : notez ces deux points-ci, Fabl. VII, 5 dans CI
Tircis disait un jour à la jeune Amarante : Ah ! si vous connaissiez comme moi certain mal Qui nous plaît et qui nous enchante, Il n'est rien sous le ciel qui vous parût égal, Fabl. VIII, 13 dans CIEL
Et qui guide les cieux et leur course rapide ?, Fabl. X, 1 dans CIEL
Après que les ruches sans miel N'eurent plus que la cire, on fit mainte bougie ; Maint cierge aussi fut façonné, Fabl IX, 12 dans CIERGE
La cigale, ayant chanté Tout l'été, Se trouva fort dépourvue, Quand la bise fut venue, Fabl. I, 1 dans CIGALE
Compère le renard se mit un jour en frais, Et retint à dîner commère la cigogne, Fabl. I, 18 dans CIGOGNE
Il faut porter ta croix, goûter de ton calice, Couvrir son front de cendre et son corps d'un cilice, Captivité de St Malc. dans CILICE
Le passereau, moins circonspec, Lui donnait force coups de bec, Fabl. XII, 2 dans CIRCONSPECT, ECTE
Il fit.... circonstancier le fait très amplement, Cas. dans CIRCONSTANCIER
Le temps, qui toujours marche, avait, pendant deux nuits, Échancré selon l'ordinaire De l'astre au front d'argent l'image circulaire, Fabl. XI, 6 dans CIRCULAIRE
Le rat devait aussi renvoyer, pour bien faire, La belle au chat, le chat au chien, Le chien au loup ; par le moyen De cet argument circulaire, Pilpay jusqu'au soleil eût enfin remonté, Fabl. IX, 7 dans CIRCULAIRE
Envoyant de tous les côtés Une circulaire écriture Avec son [de la Majesté lionne] sceau...., Fabl. VII, 7 dans CIRCULAIRE
Votre jardin viendra comme de cire ; Descendez-y ; ne doutez du succès, Magn. dans CIRE
Tels dons étaient pour des dieux, Pour des rois voulais-je dire ; L'un et l'autre y vient de cire ; Je ne sais quel est le mieux, Cand. dans CIRE
Ils [les Bramins] ont en tête Que notre âme, au sortir d'un roi, Entre dans un ciron ou dans telle autre bête Qu'il plaît au sort : c'est là l'un des points de leur loi, Fabl. IX, 7 dans CIRON
Dame fourmi trouva le ciron trop petit, Se croyant, pour elle, un colosse, ib. I, 7 dans CIRON
Un bloc de marbre était si beau Qu'un statuaire en fit l'emplette ; Qu'en fera, dit-il, mon ciseau ? Sera-t-il dieu, table ou cuvette ?, Fabl. IX, 6 dans CISEAU
Cependant un sanglier, monstre énorme et superbe, Tente encor notre archer.... La Parque et ses ciseaux Avec peine y mordaient ; la déesse infernale Reprit à plusieurs fois l'heure au monstre fatale, Fabl. VIII, 27 dans CISEAU
Contre les assauts d'un renard Un arbre à des dindons servait de citadelle, Fabl. XII, 18 dans CITADELLE
Moi renoncer aux dons que je viens d'acquérir ! J'ai griffe et dents, et mets en pièces qui m'attaque : Je suis roi : deviendrai-je un citadin d'Ithaque ?, Fabl. XII, 1 dans CITADIN, INE
Le bruit cesse, on se retire : Rats en campagne aussitôt ; Et le citadin [le rat de ville] de dire : Achevons tout notre rôt, Fabl. I, 9 dans CITADIN, INE
Il vit son éléphant couché sur l'autre rive ; Il le prend, il l'emporte, au haut du mont arrive, Rencontre une esplanade, et puis une cité ; Un cri par l'éléphant est aussitôt jeté ; Le peuple aussitôt sort en armes, Fabl. X, 14 dans CITÉ
Cette dernière aurore éveillera les morts ; L'ange rassemblera les débris de nos corps ; Il les ira citer au fond de leur asile, Odes, VI, 8 dans CITER
Là-dessus il cita Virgile et Cicéron, Avec force traits de science, Fabl. IX, 5 dans CITER
Les citoyennes des étangs [les grenouilles], Fabl. VI, 12 dans CITOYEN, ENNE
Dieu fait bien ce qu'il fait ; sans en chercher la preuve En tout cet univers et l'aller parcourant, Dans les citrouilles je la treuve : Un villageois considérant Combien ce fruit est gros et sa tige menue : à quoi songeait, dit-il, l'auteur de tout cela ? Il a bien mal placé cette citrouille-là ! Eh parbleu ? je l'aurais pendue à l'un des chênes que voilà, Fabl. IX, 4 dans CITROUILLE
Autrefois le rat de ville Invita le rat des champs, D'une façon fort civile, à des reliefs d'ortolans, Fabl. I, 9 dans CIVIL, ILE
Voilà maint basset clabaudant ; Voilà notre renard au charnier se guindant, Fabl. XII, 23 dans CLABAUDER
Le long d'un clair ruisseau buvait une colombe, Fabl. II, 12 dans CLAIR, CLAIRE
Ils se vantent de voir fort clair en leurs affaires, Fiancée. dans CLAIR, CLAIRE
On faisait environ deux mille pas dans le bois, puis on rencontrait une clarière qui servait comme de parvis au temple, Psyché, II, p. 158 dans CLAIRIÈRE
Une montagne en mal d'enfant Jetait une clameur si haute Que chacun au bruit accourant Crut qu'elle accoucherait sans faute D'une cité plus grosse que Paris, Fabl. V, 10 dans CLAMEUR
Les grenouilles, se lassant De l'état démocratique, Par leurs clameurs firent tant Que Jupin les soumit au pouvoir monarchique, Fabl. III, 4 dans CLAMEUR
Un mariage clandestin, Fab. IV, 1 dans CLANDESTIN, INE
Il nous faudrait toutes Dans des couvents claquemurer, Aveux. dans CLAQUEMURER
Les noms et les vertus de ces clartés errantes Par qui sont nos destins et nos moeurs différentes, Fabl. XI, 4 dans CLARTÉ
Le possesseur du jardin Envoya faire plainte au maître de la classe ; Celui-ci vint, suivi d'un cortége d'enfants, Fabl. IX, 5 dans CLASSE
Un enfant alors dans ses classes, V, 11 dans CLASSE
La clef du coffre-fort et des coeurs, c'est la même ; Que si ce n'est celle des coeurs, C'est du moins celle des faveurs, Le petit chien. dans CLEF ou CLÉ
Caliste N'eut pas la clef des champs, qu'adieu les livres saints, Coupe. dans CLEF ou CLÉ
Les clefs de meute, parvenues à l'endroit où pour mort le traître se pendit, Remplirent l'air de cris, Fabl. XII, 23 dans CLEF ou CLÉ
Mais la despartie [séparation], sans doubte, Est la clef de nostre oeuvre toute, 654 dans CLEF ou CLÉ
Salomon qui grand clerc était, Joc. dans CLERC
Un loup quelque peu clerc prouva par sa harangue Qu'il fallait dévouer ce maudit animal, Fabl. VII, 1 dans CLERC
Point de clinquant, jupe simple et modeste, Orais. dans CLINQUANT
.... C'est grand' honte Qu'il faille voir ainsi clocher ce jeune fils, Fabl. III, 1 dans CLOCHER
Un vieux mur entr'ouvert séparait leurs maisons ; Le temps avait miné leurs antiques cloisons, Filles de Minée. dans CLOISON
Leurs cloîtrières excellences, Tabl. dans CLOÎTRIER
Mes gens s'en vont à trois piés Clopin-clopant comme ils peuvent, Fabl. V, 2 dans CLOPIN-CLOPANT
Quand Vulcain, clopinant, lui vint donner à boire, Fabl. XII, 12 dans CLOPINER
Là les mains ne sont closes Pour recevoir, Orais. dans CLOS, CLOSE
Que, pour courir à tous n'étant plus assez vert, Il se veut désormais tenir clos et couvert, Eunuque, V, 3 dans CLOS, CLOSE
Dans les visites qui sont faites Le renard se dispense et se tient clos et coi, Fabl. VIII, 3 dans CLOS, CLOSE
Quand elle entre en champ clos avec le dieu de Thrace, Tabl. dans CLOS, CLOSE
Sans dire quoi, car c'étaient lettres closes, Vill. dans CLOS, CLOSE
Ensemble nous mourrions en servant vos autels ; Clothon ferait d'un coup ce double sacrifice, Phil. et Bauc. dans CLOTHO ou CLOTHON
Ni le temps ni l'hymen n'éteignirent leur flamme ; Clothon prenait plaisir à filer cette trame, ib. dans CLOTHO ou CLOTHON
Eh quoi, seigneur, toujours nouveaux combats ? Toujours dangers ? vous ne croyez donc pas Pouvoir mourir ? tout meurt, tout héros passe ; Clothon ne peut vous faire d'autre grâce Que de filer vos jours plus lentement. Mais Clothon va toujours étourdiment, Poésies mêlées, XLI, à M. de Turenne dans CLOTHO ou CLOTHON
On lui donne maints clystères, Glout. dans CLYSTÈRE
Six forts chevaux tiraient un coche, Fab. VII, 9 dans COCHE
Après bien du travail le coche arrive en haut ; Respirons maintenant, dit la mouche aussitôt, ib. dans COCHE
Or, c'était un cochet dont notre souriceau Fit à sa mère le tableau, Fabl. VI, 5 dans COCHET
Rien n'échappa de leur colère, Ni moinillon ni béat père ; Robes, manteaux et capuchons, Tout fut brûlé comme cochons, Cord. dans COCHON
Je fus forcé par mon destin De reconnaître cocuage Pour un des dieux du mariage, Joc. dans COCUAGE
Il ne se forma plus de nouveau sang au coeur ; Chaque membre en souffrit ; les forces se perdirent, Fabl. III, 2 dans COEUR
Ils habitaient un bourg plein de gens dont le coeur Joignait aux duretés un sentiment moqueur, Phil. et Bauc. dans COEUR
Le bon coeur est chez vous compagnon du bon sens, Fabl. XII, 23 dans COEUR
C'est le coeur qui fait tout ; que la terre et que l'onde Apprêtent un repas pour les maîtres du monde, Ils lui préféreront les seuls présents du coeur, Phil. et Bauc. dans COEUR
Hyménée et l'Amour, par des désirs constants, Avaient uni leurs coeurs dès leur plus doux printemps, Phil. et Bauc. dans COEUR
Ah ! si mon coeur osait encor se renflammer !, Fabl. IX, 2 dans COEUR
Deux démons à leur gré partagent notre vie ; Je ne vois point de coeur qui ne leur sacrifie, Fabl. X, 10 dans COEUR
Amour enfin qui prit à coeur l'affaire, Coc. dans COEUR
Ce discours ébranla le coeur De notre imprudent voyageur ; Mais le désir de voir et l'humeur inquiète...., Fabl. IX, 2 dans COEUR
La clef du coffre-fort et des coeurs est la même, Le petit chien. dans COFFRE
Un bûcheron perdit son gagne-pain, C'est sa cognée...., Fabl. V, 1 dans COGNÉE
Le bon sire le souffre et se tient toujours coi, Fabl. III, 4 dans COI, COITE
Dans les visites qui sont faites, Le renard se dispense, et se tient clos et coi, ib. VIII, 3 dans COI, COITE
Tenez-vous coi, Rém. dans COI, COITE
Lors le manant les arrêtant tout coi [tout à coup], Vill. dans COI, COITE
Sur ce propos l'autre l'arrête coi, Serv. dans COI, COITE
Ces fertiles vallons, ces ombrages si cois, Joc. dans COI, COITE
Qui préférait à la pompe des villes Vos antres cois, vos chants simples et doux, Épître v. dans COI, COITE
Sur le coi de la nuit, Cloch. Locution qui vieillit. dans COI, COITE
Fille se coiffe volontiers D'amoureux à longue crinière, Fabl. IV, 1 dans COIFFER
L'inquiétude Dont Damon s'est coiffé si malheureusement, Coupe. dans COIFFER
Messire Jean.... La regardait toujours du coin de l'oeil, Jum. dans COIN
Avant que de parler du teint, Je devais vous avoir dépeint, Pour aller par ordre en l'affaire, La posture du dieu ; son col était penché ; C'est ainsi que le Somme en sa grotte est couché, Psyché, I, p. 83 dans COL
La colère du roi, comme dit Salomon, Est terrible, et surtout celle du roi lion, Fabl. VIII, 14 dans COLÈRE
Certain enfant qui sentait son collége, Doublement sot et doublement fripon Par le jeune âge et par le privilége Qu'ont les pédants de gâter la raison, Fabl. IX, 5 dans COLLÉGE
Entrer chez lui, le tenant au collet, Gag. dans COLLET
.... Le collier dont je suis attaché, De ce que vous voyez [le cou pelé] est peut-être la cause, Fabl. I, 5 dans COLLIER
Être franc du collier, se dit d'un homme sur qui l'on peut compter pour tout ce qui est action... tu n'es pas comme moi Franc du collier, Lun. dans COLLIER
Toute la bande des amours Revient au colombier ; les jeux, les ris, la danse, Ont aussi leur tour à la fin, Fabl. VI, 21 dans COLOMBIER
Il jugea qu'à son appétit Dame baleine était trop grosse ; Dame fourmi trouva le ciron trop petit, Se croyant, pour elle, un colosse, Fabl. I, 7 dans COLOSSE
La déroute fut entière, Quoi que pût faire Artarpax, Psicarpax, Meridarpax, Qui, tout couverts de poussière, Soutinrent assez longtemps Les efforts des combattants, Fabl. IV, 6 dans COMBATTANT
Deux taureaux combattaient à qui posséderait Une génisse avec l'empire, Fabl. II, 4 dans COMBATTRE
.... Combien en a-t-on vus Qui, du soir au matin, sont pauvres devenus Pour vouloir trop tôt être riches !, Fabl. V, 13 dans COMBIEN
Car de combien peut-on retarder le voyage ?, Fab. VIII, 1 dans COMBIEN
Prends ton pic, et me romps ce caillou qui te nuit ; Comble-moi cette ornière...., Fabl. VI, 18 dans COMBLER
Quoi qu'il en soit, cet altercas Mit en combustion la salle et la cuisine, Fabl. XII, 8 dans COMBUSTION
Une sorte de bras dont il s'élève en l'air Comme pour prendre sa volée, Fabl. VI, 5 dans COMME
Son chien dormait aussi, comme aussi sa musette, Fabl. III, 3 dans COMME
Comme si d'occuper ou plus ou moins de place Nous rendait, disait-il, plus ou moins importants, Fabl. VIII, 15 dans COMME
On ne savait comme en venir à bout, Court. dans COMME
Voici comme, à peu près, Ésope le raconte, Fabl. VI, 1 dans COMME
Je t'attraperai bien, dit-il [l'ours] ; et voici comme, Aussitôt fait que dit, ib. VIII, 10 dans COMME
Il se faut entr'aider, c'est la loi de nature. L'âne un jour pourtant s'en moqua, Et ne sais comme il y manqua : Car il est bonne créature, ib. VIII, 17 dans COMME
Et peu d'amis, même amis, Dieu sait comme, Faucon. dans COMME
Comme il fut sorti de Delphes et qu'il eut pris le chemin de la Phocide, Vie d'És. dans COMME
Un loup qui commençait d'avoir petite part...., Fabl. III, 1 dans COMMENCER
La renommée enfin commença de se plaindre, Fabl. VI, 20 dans COMMENCER
L'un qui se piquait d'être Commensal du jardin, l'autre de la maison, Fab. III, 12 dans COMMENSAL
Bertrand avec Raton, l'un singe, l'autre chat, Commensaux d'un logis, avaient un commun maître, ib. IX, 17 dans COMMENSAL
Et je sais que de moi tu médis l'an passé. - Comment l'aurais-je fait si je n'étais pas né ?, Fabl. I, 10 dans COMMENT
Un trafiquant de Perse, Chez son voisin, s'en allant en commerce, Mit en dépôt un cent de fer un jour, Fab. IX, 1 dans COMMERCE
Propos, agréables commerces, Où le hasard fournit cent matières diverses ; Jusque-là qu'en votre entretien La bagatelle a part...., Fabl. X. 1 dans COMMERCE
L'onde était transparente ainsi qu'aux plus beaux jours : Ma commère la carpe y faisait mille tours Avec le brochet son compère, Fabl. VII, 4 dans COMMÈRE
Dans le marais entrés, notre bonne commère S'efforce de tirer son hôte au fond de l'eau, Fab. IV, 11 dans COMMÈRE
Un voleur se hasarde D'enlever le dépôt commis aux soins du garde, Matr. d'Éph. dans COMMIS, ISE
.... Et leurs jambes [des souris] coupées Firent qu'il les mangeait à sa commodité, Aujourd'hui l'une et demain l'autre, Fabl. XI, 9 dans COMMODITÉ
Vos greniers [des fourmis] sont témoins que chacune de vous Tâche à contribuer au commun bien de tous, Captivité de St-Malc. dans COMMUN, UNE
Le simple sens commun nous tiendrait lieu de code, Fabl. I, 21 dans COMMUN, UNE
Rien n'est plus commun que ce nom [d'ami], Rien n'est plus rare que la chose, Fabl. IV, 17 dans COMMUN, UNE
Quand il en aurait eu [un sceptre, une couronne], ç'aurait été tout un : Le nez royal fut pris comme un nez du commun, Fabl. XII, 12 dans COMMUN, UNE
La commune s'allait séparer du sénat, Fab. III, 2 dans COMMUNE
Ses biens aux pauvres départis, Il s'en va seul sans compagnie, Oies. dans COMPAGNIE
En compagnie D'un sien ami, Berc. dans COMPAGNIE
.... Si notre compagnie, Lui dirent-ils, vous pouvait être à gré, Et qu'il vous plût achever cette traite Avecque nous, ce nous serait honneur, Orais. dans COMPAGNIE
Prête à mourir de compagnie, Matr. dans COMPAGNIE
Tu feras Que de ta fille il ait la compagnie, Herm. dans COMPAGNIE
Le bon coeur est chez vous compagnon du bon sens, Fabl. XII, 23 dans COMPAGNON
Il pouvait, sans sortir, contenter son envie, Avec ses compagnons tout le jour badiner, Sauter, courir, se promener, Fabl. VIII, 16 dans COMPAGNON
Comment, disait-il en son âme, Ce chien, parce qu'il est mignon, Vivra de pair à compagnon Avec monsieur, avec madame, Et j'aurai des coups de bâton !, Fabl. IV, 5 dans COMPAGNON
En son temps aux souris le compagnon chassa, Fabl. XI, 8 dans COMPAGNON
Jupiter dit un jour : Que tout ce qui respire S'en vienne comparaître aux pieds de ma grandeur, Fabl. I, 7 dans COMPARAÎTRE
Et se tu peux passer ce pas, Recorpore le par compas [proportion], En revenant au faict premier, 762 dans COMPAS
Votre compassion, lui répondit l'arbuste, Part d'un bon naturel ; mais quittez ce souci, Fabl. I, 22 dans COMPASSION
Compère le renard se mit un jour en frais, Et retint à dîner commère la cigogne, Fabl. I, 18 dans COMPÈRE
L'onde était transparente ainsi qu'aux plus beaux jours ; Ma commère la carpe y faisait mille tours Avec le brochet son compère, ib. VII, 4 dans COMPÈRE
J'avais prévu ma chute en montant sur le faîte ; Je m'y suis trop complu : mais qui n'a dans la tête Un petit grain d'ambition ?, Fab. X, 10 dans COMPLAIRE
Il fait à la donzelle Son compliment comme homme bien appris, Orais. dans COMPLIMENT
L'ours, très mauvais complimenteur, Lui dit : viens-t'en me voir...., Fabl. VIII, 10 dans COMPLIMENTEUR, EUSE
Je ne vois point de créature Se comporter modérément ; Il est certain tempérament Que le maître de la nature Veut que l'on garde en tout ; le fait-on ? nullement, Fabl. IX, 11 dans COMPORTER
Lui qui s'était jusque-là comporté En homme doux, Court. dans COMPORTER
Dissimulez pourtant, feignez, comportez-vous Comme frère en secret, en public comme époux, Captivité de St Malc. dans COMPORTER
Ni l'un ni l'autre n'avaient eu Le temps de composer leur mine et leur visage, Quipr. dans COMPOSER
Qu'il nous faudrait chercher un mont dans l'univers, Non pas double, mais triple, Clymène, 506 dans COMPOSITEUR
Ce temps [de la mort] embrasse tous les temps : Qu'on le partage en jours, en heures, en moments, Il n'en est point qu'il ne comprenne Dans le fatal tribut ; tous sont de son domaine, Fabl. VIII, 1 dans COMPRENDRE
Sa parenté prit pour argent comptant Un tel motif...., Diable. dans COMPTANT
Il avait du comptant, Et partant, Toutes voulaient lui plaire, Fabl. I, 17 dans COMPTANT
Que faut-il encore ? Force comptant, Rem. dans COMPTANT
Au compte de ces gens, Le marchand à sa peau devait faire fortune, Fabl. V, 20 dans COMPTE
Six de bon compte, Berc. dans COMPTE
L'une et l'autre trouva de la sorte son compte, Fab. III, 8 dans COMPTE
Cet hymen serait bien mon compte, Nic. dans COMPTE
Amour fait tant qu'enfin il a son compte, Cuv. dans COMPTE
Tout autre eût été mieux mon compte, Nic. dans COMPTE
Et dont alors on faisait plus de compte, Faucon. dans COMPTE
Et qui, faisant fléchir les plus superbes têtes, Comptera désormais ses jours par ses conquêtes, Fabl. Dédic. au Dauph. dans COMPTER
S'il n'avait entendu son compteur à la fin Mettre la clef dans la serrure, Les ducats auraient tous pris le même chemin, Fabl. XII, 3 dans COMPTEUR, EUSE
La chambre, bien cadenassée, Permettait de laisser l'argent sur le comptoir, Fabl. XII, 3 dans COMPTOIR
le buisson, le canard et la chauve-souris, Voyant tous trois qu'en leur pays Ils faisaient petite fortune, Vont trafiquer au loin, et font bourse commune ; Ils avaient des comptoirs, des facteurs, des agents, Fabl. XII, 7 dans COMPTOIR
Et n'ont beaucoup duré leurs sacriléges vies Après les vains projets qu'ils avaient concertés, Poésies mêlées, LXXIV dans CONCERTER
Soit afin que les belettes En [des aigrettes] conçussent plus de peur, Fabl. IV, 6 dans CONCEVOIR
Le conciliateur crut qu'il viendrait à bout De guérir cette folle et détestable envie [de plaider], Fab. XII, 28 dans CONCILIATEUR, TRICE
Il fuyait les cités, il ne cherchait que l'ombre, Vivait parmi les bois, concitoyen des ours, Filles de Min. dans CONCITOYEN, ENNE
Le lièvre et la perdrix, concitoyens d'un champ, Vivaient dans un état, ce semble, assez tranquille, Fab. V, 17 dans CONCITOYEN, ENNE
Bref tous conclurent à la mort, Cord. dans CONCLURE
La paix se conclut donc ; on donne des otages, Les loups, leurs louveteaux ; et les brebis, leurs chiens, Fabl. III, 13 dans CONCLURE
Ce premier point eut par fortune Malheureuse conclusion, Tabl. dans CONCLUSION
Conclusion qu'il ne la put fléchir, Faucon. dans CONCLUSION
Son fait [d'une devineresse] consistait en adresse ; Quelques termes de l'art, beaucoup de hardiesse, Du hasard quelquefois, tout cela concourait ; Tout cela bien souvent faisait crier miracle, Fabl. VII, 15 dans CONCOURIR
La reine des dieux serait bien aise de nuire à sa concurrente, Psych. liv. II, p. 157 dans CONCURRENT, ENTE
Tous chemins vont à Rome ; aussi nos concurrents Crurent pouvoir choisir des sentiers différents, Fabl. XII, 27 dans CONCURRENT, ENTE
On dit que Psyché lui dispute [à Venus] la prééminence des charmes ; c'est justement le moyen de la rendre furieuse ; sa concurrente fera fort bien de ne pas tomber entre ses mains, Psyché, II, p. 117 dans CONCURRENT, ENTE
Elle condescendit Aux volontés du capitaine, Fianc. dans CONDESCENDRE
Tous gens sont ainsi faits ; Notre condition jamais ne nous contente ; La pire est toujours la présente, Fab. VI, 11 dans CONDITION
Je vous la veux montrer, mais à condition, Cand. dans CONDITION
Que je ne dise rien qui doive être repris, Fabl. XI, 7 dans CONDUCTEUR, TRICE
Une musique de luths et de voix se fit entendre à l'un des coins du plafond, sans qu'on vît ni chantres ni instruments, musique aussi douce et aussi charmante que si Orphée et Amphion en eussent été les conducteurs, Psyché, I, p. 37 dans CONDUCTEUR, TRICE
Pourvu que l'honnêteté, la discrétion, la prudence soient conductrices de cette affaire, ib. II, p. 138 dans CONDUCTEUR, TRICE
Le bon sens et l'esprit, conducteurs du courage, Sont des Condés enfin l'ordinaire apanage, Lett. XX dans CONDUCTEUR, TRICE
Aucun chemin de fleurs ne conduit à la gloire, Fabl. X, 14 dans CONDUIRE
L'opération du baume irrita Vénus, à l'insu de qui la chose se conduisait, Psyché, II, p. 176 dans CONDUIRE
Le fils fut mis sous la conduite D'un précepteur, Contr. dans CONDUITE
Mais des yeux du Seigneur leur conduite éclairée Ne s'écartait jamais de la divine loi, Captivité de St Malc. dans CONDUITE
Près du prince Gygès eut assez de conduite, Cand. dans CONDUITE
Là Fédéric alla se confiner, Faucon. dans CONFINER
Il se va confiner aux lieux les plus cachés, Fabl. I, 11 dans CONFINER
Le pigeon profita du conflit des voleurs, S'envola, s'abattit auprès d'une masure, Fabl. IX, 2 dans CONFLIT
Parterres d'un dessin agréable et nouveau, Amphithéâtres, jets, tous au palais répondent Sans que de tant d'objets les beautés se confondent, Psyché, I, p. 104 dans CONFONDRE
Le médecin Tant-pis allait voir un malade Que visitait aussi son confrère Tant-mieux, Fab. V, 12 dans CONFRÈRE
Ceux que l'hymen fait de sa confrérie, Belph. dans CONFRÉRIE
L'époux n'aura dedans la confrérie Sitôt un pied que...., Papef. dans CONFRÉRIE
Le corbeau, honteux et confus, Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus, Fabl. I, 2 dans CONFUS, USE
Les oisillons, las de l'entendre, Se mirent à jaser aussi confusément Que faisaient les Troyens, quand la pauvre Cassandre Ouvrait la bouche seulement, Fabl. I, 8 dans CONFUSÉMENT
Rustic eût dû donner congé.... à semblable écolière, Diable. dans CONGÉ
Mais, dira-t-on, n'est-il en nulles guises D'heureux ménage ? après mûr examen, J'appelle un bon, voire un parfait hymen, Quand les conjoints se souffrent leurs sottises, Belph. dans CONJOINT, OINTE
Il [le bonheur] dépend d'une conjoncture De lieux, de personnes, de temps, Non des conjonctions de tous ces charlatans, Fabl. VIII, 16 dans CONJONCTION
Après ceste conjonction Se commence operation, De la quelle, si tu poursieux, Tu auras la gloire des cieux, 501 dans CONJONCTION
Il [le bonheur] dépend d'une conjoncture De lieux, de personnes, de temps, Non des conjonctions de tous ces charlatans, Fabl. VIII, 16 dans CONJONCTURE
Dès l'heure même on vous met en présence Notre démon et son conjurateur, Belph. dans CONJURATEUR
Qu'est-ce que Jupiter [planète] ? Un corps sans connaissance, Fabl. VIII, 16 dans CONNAISSANCE
Il favorise en roi ces hautes connaissances, Fabl. VII, 18 dans CONNAISSANCE
Après qu'on eut bien contesté, Répliqué, crié, tempêté, Le juge, instruit de leur malice, Leur dit : Je vous connais de longtemps, mes amis, Fab. II, 3 dans CONNAÎTRE
Si le mari ne s'était fait connaître, Elle en allait enfiler encor plus, Mari confess. dans CONNAÎTRE
et Phryné Non que Psyché ne pût se passer de ces choses [de toilette], elle n'était pas de ces conquérantes à qui il faut un peu d'aide, Psyché, I, p. 70 dans CONQUÉRANT
Mais quoi ? Rien ne remplit Les vastes appétits d'un faiseur de conquêtes, Fabl. VIII, 27 dans CONQUÊTE
La dernière main que met à sa beauté Une femme allant en conquête, Est un ajustement des mouches emprunté, Fabl. IV, 3 dans CONQUÊTE
Ne nous flattons donc point, voyons sans indulgence L'état de notre conscience, Fabl. VII, 1 dans CONSCIENCE
Alix fit conscience De n'avoir pas mieux gagné son argent, Quipr. dans CONSCIENCE
N'en faites point de conscience, Cord. dans CONSCIENCE
Loin de loger en nos maisons Ces deux filles du ciel, ces sages conseillères, Quinquina, II dans CONSEILLER, ÈRE
Les conseillers muets dont se servent nos dames, Fab. I, 11 dans CONSEILLER, ÈRE
Fait si bien qu'à la fin sa compagne consent De lui prêter sa hutte, Fabl. II, 7 dans CONSENTIR
Je laisserai beaucoup de petites choses où il fit paraître la vivacité de son esprit ; elles sont de trop peu de conséquence pour en informer la postérité, Vie d'Ésope dans CONSÉQUENCE
Plus d'une fois je me suis étonné Que ce qui fait la paix du mariage En est le point le moins considéré, Calendr. dans CONSIDÉRÉ, ÉE
Tout bien considéré, je te soutiens en somme Que scélérat pour scélérat, Il vaut mieux être un loup qu'un homme, Fabl. XII, 1 dans CONSIDÉRÉ, ÉE
Quiconque en pareil cas se croit haï des cieux, Qu'il considère Hécube, il rendra grâce aux dieux, Fabl. X, 13 dans CONSIDÉRER
Comme vous êtes roi, vous ne considérez Qui ni quoi ; rois et dieux mettent, quoi qu'on leur die, Tout en même catégorie, Fabl. V, 18 dans CONSIDÉRER
L'époux avait toujours considéré sa femme, Faucon. dans CONSIDÉRER
Son bonheur [d'un sage] consistait aux beautés d'un jardin, Fabl. XII, 20 dans CONSISTER
Là, son unique compagnie Consistait aux oiseaux, Oies. dans CONSISTER
Tant et tant fut ce discours répété Qu'enfin Satan dit en plein consistoire : Si ces gens-ci disent la vérité, Il est aisé d'augmenter notre gloire, Belph. dans CONSISTOIRE
Point du tout ; les consolateurs De ce triste devoir tout au long s'acquittèrent, Fabl. XII, 6 dans CONSOLATEUR, TRICE
Mais, sitôt qu'elle eut vu cette troupe enragée S'entrebattre elle-même et se percer les flancs, Elle se consola : ce sont leurs moeurs, dit-elle...., Fabl. X, 8 dans CONSOLER
En peu de jours il consomma l'affaire, Rem. dans CONSOMMER
L'ambition, l'envie, avec les consultants, Dans la succession entrent en même temps, Fabl. IV, 18 dans CONSULTANT
L'affaire est consultée ; et tous les avocats, Après avoir tourné le cas En cent et cent mille manières, Y jettent leur bonnet, se confessant vaincus, Fab. II, 20 dans CONSULTÉ, ÉE
Le sage quelquefois fait bien d'exécuter Avant que de donner le temps à la sagesse D'envisager le fait et sans la consulter, Fabl. X, 14 dans CONSULTER
Un païen qui sentait quelque peu le fagot, Et qui croyait en Dieu, pour user de ce mot, Par bénéfice d'inventaire, Alla consulter Apollon, Fables, IV, 19 dans CONSULTER
... Il [un diable] se pouvait tirer d'affliction Par ses bons tours et par son industrie, Mais non mourir ni revoir sa patrie, Qu'il n'eût ici consumé certain temps, Belph. dans CONSUMER
À l'aide, contadins, aux armes, dans le Dict. de BESCHERELLE. dans CONTADIN
Boccace en fait certain conte pour rire, Mazet. dans CONTE
Maudit censeur, te tairas-tu ? Ne saurai-je achever mon conte ?, Fab. II, 1 dans CONTE
Une morale nue apporte de l'ennui ; Le conte fait passer le précepte avec lui, ib. VI, 1 dans CONTE
Le conte est du bon temps, non du temps où nous sommes, ib. X, 10 dans CONTE
Jamais ce qu'on appelle un bon conte ne passe d'une main à l'autre sans recevoir quelque embellissement, Contes, Préf. du tome II dans CONTE
Les pères, les maris me prendront aux cheveux, Pour dix ou douze contes bleus !, Oies. dans CONTE
J'avais résolu de ne consentir à l'impression de ces contes qu'après que j'y pourrais joindre ceux de Boccace qui sont le plus à mon goût, Contes, préface du tome I dans CONTE
On m'en peut faire deux principales [objections] : l'une que ce livre est licencieux, l'autre qu'il n'épargne pas assez le beau sexe ; quant à la première, je dis hardiment que la nature du conte le voulait ainsi, étant une loi indispensable selon Horace et selon la raison et le sens commun de se conformer aux choses dont on écrit, ib. dans CONTE
Ce principe une fois posé, ce n'est pas une faute de jugement que d'entretenir les gens d'aujourd'hui de contes un peu libres, ib. dans CONTE
Je ne pèche pas non plus en cela contre la morale ; s'il y a quelque chose dans nos écrits qui puisse faire impression sur les âmes, ce n'est nullement la gaieté de ces contes ; je craindrais plutôt une douce mélancolie où les romans les plus chastes et les plus modestes sont très capables de nous plonger, ib. dans CONTE
Ce privilége [de changer le récit] cessera-t-il à l'égard des contes faits à plaisir, et faudra-t-il dorénavant avoir plus de respect pour le mensonge que les anciens n'en ont eu pour la vérité ?, Contes, préface du tome II dans CONTE
Pour vous mieux contempler, demeurez au désert ; Ainsi parla le solitaire ; Il fut cru, l'on suivit ce conseil salutaire, Fabl. XII, 27 dans CONTEMPLER
Il [le chat] est velouté comme nous [rats], Marqueté, longue queue, une humble contenance, Fab. VI, 5 dans CONTENANCE
Le sage y vit en paix [sous l'humble toit] et méprise le reste ; Content de ses douceurs, errant parmi les bois, Il regarde à ses pieds les favoris des rois, Phil. et Bauc. dans CONTENT, ENTE
Parbleu, dit le meunier, est bien fou du cerveau Qui prétend contenter tout le monde et son père, Fabl. III, 1 dans CONTENTER
Rien ne la contentait, rien n'était comme il faut : On se levait trop tard, on se levait trop tôt ; Puis du blanc, puis du noir, puis encore autre chose, Fabl. VII, 2 dans CONTENTER
Faites-vous contenter par ce couple céleste, Fabl. I, 14 dans CONTENTER
Cherchez.... Contentez-vous ; suivez votre humeur inquiète, Fabl. VII, 12 dans CONTENTER
Si Peau d'âne m'était conté, J'y prendrais un plaisir extrême, Fabl. VIII, 5 dans CONTER
Conte aux vents, conte au bois ses déplaisirs secrets, Filles de Minée. dans CONTER
Contons, mais contons bien, c'est le point principal, Oies. dans CONTER
Elle en aimait fort une [jeune fille] à qui l'on en contait, Fianc. dans CONTER
Aussitôt qu'à portée il vit les contestants.... Grippeminaud.... Mit les plaideurs d'accord en croquant l'un et l'autre, Fabl. VII, 16 dans CONTESTANT, ANTE
L'honneur de la [la ville naissante] nommer, entre eux deux contesté, Dépendait du présent de chaque déité, Filles de Minée. dans CONTESTÉ, ÉE
Procès pour le legs au présidial de Poitiers.... Le coeur de la dame fut contesté avec plus de chaleur encore, Lett. VI dans CONTESTER
La mouche et la fourmi contestaient de leur prix, Fabl. IV, 3 dans CONTESTER
Après qu'on eut bien contesté, Répliqué, crié, tempêté, Fabl. III, 2 dans CONTESTER
L'un d'eux était de ces conteurs Qui n'ont jamais rien vu qu'avec un microscope, Fabl. IX, 1 dans CONTEUR, EUSE
Elle en aimait fort une [jeune fille] à qui l'on en contait, Et le conteur était un gentilhomme De ce logis, bien fait et galant homme, Fianc. dans CONTEUR, EUSE
Payable quand chacune d'elles Ne posséderait plus sa contingente part, Fabl. II, 20 dans CONTINGENT, ENTE
Ce qui nous paraissait terrible et singulier, S'apprivoise avec notre vue, Quand ce vient à la continue, Fabl. IV, 10 dans CONTINU, UE
Quelle que soit la pente ou l'inclination Dont l'eau par sa course l'emporte [le corps d'une femme noyée], L'esprit de contradiction L'aura fait flotter d'autre sorte, Fabl. III, 16 dans CONTRADICTION
Un certain homme avait trois filles Toutes trois de contraire humeur, Fab. II, 20 dans CONTRAIRE
L'autre animal tout au contraire, Bien éloigné de nous mal faire, Fab. VI, 5 dans CONTRAIRE
Jupiter y consent ; contrat passé, notre homme...., Fabl. VI, 4 dans CONTRAT
Et contre la fortune ayant pris ce conseil, Fabl. VII, 12 dans CONTRE
Quant à l'humeur contredisante, Je ne sais s'il avait raison, Mais que cette humeur soit ou non Le défaut du sexe et sa pente...., Fabl. III, 16 dans CONTREDISANT, ANTE
Sans tant de contredits et d'interlocutoires, Et de fatras et de grimoires, Travaillons...., Fabl. I, 21 dans CONTREDIT
L'histoire.... est.... Un peu sujette à contredit, Coupe. dans CONTREDIT
.... Ces gens gais et joyeux Sont sur le point de partir leur chevance, Lorsqu'on les vient prier d'une autre danse [on vient les pendre] ; En contre-échange un pauvre malheureux S'en va périr selon toute apparence, Quand sous la main lui tombe une beauté...., Orais. dans CONTRE-ÉCHANGE
Il ne put du pasteur contrefaire la voix, Fabl. III, 3 dans CONTREFAIRE
Celle-ci [la chevrette], quittant sa retraite, Contrefait la boiteuse, et vient se présenter, Fabl. XII, 15 dans CONTREFAIRE
Le papelard contrefait l'étonné, Herm. dans CONTREFAIRE
Il contrefait le sot et le badin, Mazet. dans CONTREFAIRE
Que sert-il qu'on se contrefasse ? Prétendre ainsi changer est une illusion : L'on reprend sa première trace à la première occasion, Fabl. XII, 9 dans CONTREFAIRE
Prenez ma jupe et contrefaites-vous, Coc. dans CONTREFAIRE
Les gens avaient pris justement Le contre-pied du testament, Fabl. II, 20 dans CONTRE-PIED
Et sans contrevenir aux voeux d'un solitaire, L'exemple, le conseil et le travail des mains Me pouvaient rendre utile à des troupes de saints, Captivité de saint Malc. dans CONTREVENIR
Par ce moyen les mutins virent Que celui qu'ils croyaient oisif et paresseux à l'intérêt commun contribuait plus qu'eux, Fabl. III, 2 dans CONTRIBUER
Il n'était point d'étang dans tout le voisinage Qu'un cormoran n'eût mis à contribution, Fab. X, 4 dans CONTRIBUTION
Il semblait, à me voir, que je fusse aux abois ; Fieubet auprès de Gros-Bois Tient contenance moins contrite, Poésies mêlées, LXXI dans CONTRIT, ITE
Minutolo.... Comme en passant mit dessus le tapis.... Certain mari, certaines amourettes Qu'il controuva, sans personne nommer, Rich. dans CONTROUVER
Caliste eut liberté, selon le convenant, Coupe. dans CONVENANT
Nous ne conversons plus qu'avec des ours affreux, Fabl. XI, 7 dans CONVERSER
Car, par sa pesanteur plombasse, Se tient [le mercure] soubz terre en une masse, Nonobstant qu'elle est volative Et es aultres moult conversive, 446 dans CONVERSIF, IVE
Venez souper chez moi ; nous ferons bonne vie ; Les conviés sont gens choisis, Mes parents, mes meilleurs amis, Fabl. I, 14 dans CONVIÉ, ÉE
Cette part du récit s'adresse aux convoiteux ; L'avare aura pour lui le reste de l'exemple, Fabl. VIII, 27 dans CONVOITEUX, EUSE
La convoitise perdit l'un, L'autre périt par l'avarice, Fabl. VIII, 27 dans CONVOITISE
À grands coups de gaule Le pèlerin vous lui froissa l'épaule, De horions laidement l'accoutra, Jusqu'au logis ainsi le convoya, Coc. dans CONVOYER
Si j'excellais en l'art où je m'applique, Et que l'on pût tout réduire à nos sons, J'expliquerais par raison mécanique Le mouvement convulsif des frissons, Quinquina, I dans CONVULSIF, IVE
Si la copie vous plaît, que sera-ce de l'original ? [Un More] semble la copie D'un Ésope d'Éthiopie, Pet. chien. dans COPIE
Le vrai dormir ne fut fait que pour eux ; Nous n'en avons ici que la copie, Papef. dans COPIE
Deux coqs vivaient en paix ; une poule survint ; Et voilà la guerre allumée, Fabl. VII, 13 dans COQ
Un misérable coq à point nommé chantait, ib. V, 6 dans COQ
Sur la branche d'un arbre était en sentinelle Un vieux coq adroit et matois, ib. II, 15 dans COQ
Et s'il le dit, c'est un coquard, dans le Dict. de DOCHEZ. dans COQUARD
Il faisait le cafard, Se renfermait.... Dedans sa coque, Herm. dans COQUE
En gens coquets il [l'amour] change les Catons ; Par lui les loups deviennent des moutons, Courtis. dans COQUET, ETTE
Un moineau fort coquet Et le plus amoureux de toute la province Faisait aussi sa part des délices du prince, Fabl. X, 12 dans COQUET, ETTE
Son rival autour de la poule S'en revint faire le coquet, Fables, VII, 13 dans COQUET, ETTE
On nous voit tous pour l'ordinaire, Piller le survenant, nous jeter sur sa peau ; La coquette et l'auteur sont de ce caractère, Fab. I, 15 dans COQUET, ETTE
... Quand aux bois Le bruit des cors, celui des voix N'a donné nul relâche à la tremblante proie, Fabl. X, 1 dans COR
Maître corbeau, sur un arbre perché, Tenait en son bec un fromage, Fabl. I, 2 dans CORBEAU
Eh ! bonjour, monsieur du corbeau, Que vous êtes joli, que vous me semblez beau !, ib. dans CORBEAU
L'oiseau de Jupiter enlevant un mouton, Un corbeau témoin de l'affaire, Et plus faible de reins mais non pas moins glouton, En voulut sur l'heure autant faire, Fabl. II, 16 dans CORBEAU
....Un corbeau Tout à l'heure annonçait malheur à quelque oiseau, Fabl. IX, 2 dans CORBEAU
Commençons dans deux jours, et mangeons cependant La corde de cet arc : il faut que l'on l'ait faite De vrai boyau...., Fabl. VIII, 27 dans CORDE
Quoi ! dit-il, sans mourir je perdrai cette somme ! Je ne me pendrai pas ! Et vraiment si ferai, Ou de corde je manquerai, Fabl. IX, 16 dans CORDE
Celui-ci se l'attache [le lacs] et se pend bien et beau ; Ce qui le consola peut-être Fut qu'un autre eût, pour lui, fait les frais du cordeau, Fabl. IX, 16 dans CORDEAU
La bête scélérate à de certains cordons se tenait par la patte, Fabl. III, 8 dans CORDON
Qu'on soit bien fait, qu'on ait quelque talent ; Que les cordons de la bourse ne tiennent [ne soient pas fermés], Magn. dans CORDON
Lisez mon nom, vous le pouvez, messieurs ; Mon cordonnier l'a mis autour de ma semelle, Fabl. XII, 17 dans CORDONNIER, IÈRE
Le dorique sans fard, l'élégant ionique, Et le corinthien superbe et magnifique, L'un sur l'autre placés élèvent jusqu'aux cieux Ce pompeux édifice où tout charme les yeux, Psyché, I, p. 41 dans CORINTHIEN, IENNE
Le cormoran, le bon apôtre, Les ayant mis [les poissons] en un endroit Transparent, peu creux, fort étroit, Vous les prenait sans peine un jour l'un, un jour l'autre, Fabl. X, 4 dans CORMORAN
Un lièvre, apercevant l'ombre de ses oreilles, Craignit que quelque inquisiteur N'allât interpréter à cornes leur longueur, Ne les soutînt en tout à des cornes pareilles, Fabl. V, 4 dans CORNE
On les fera passer [les oreilles du lièvre] pour cornes, Dit l'animal craintif, et cornes de licornes, ib. dans CORNE
Voyant son maître en joie, il [l'âne] s'en vient lourdement, Lève une corne tout usée, La lui porte au menton fort amoureusement, Fab. IV, 5 dans CORNE
Hélas ! s'écria Ésope, les présages sont bien trompeurs ! moi qui ai vu deux corneilles, je suis battu ; et mon maître, qui n'en a vu qu'une, est prié de noce, Vie d'Ésope. dans CORNEILLE
Sans oublier la cornemuse, Fabl. III, 3 dans CORNEMUSE
Il continue et corne à toute outrance : Réveillez-vous...., Herm. dans CORNER
En la quittant, Gulphar alla tout droit Conter ce cas, le corner par la ville, F. av. dans CORNER
Quelqu'un qui bientôt En mille endroits cornera le mystère, Mandr. dans CORNER
Sans nuls atours qu'une simple cornette, Quipr. dans CORNETTE
La nuit venue, arrive le corneur, Herm. dans CORNEUR
Un animal cornu blessa de quelque coups Le lion, qui, plein de courroux...., Fabl. V, 4 dans CORNU, UE
Que dirait ce dernier sur ces exemples-ci ? Que [aux bêtes] la mémoire est corporelle, Fabl. X, 1 dans CORPOREL, ELLE
Son époux en cherchait le corps Pour lui rendre en cette aventure Les honneurs de la sépulture, Fabl. XIII, 16 dans CORPS
Je réponds de vous corps pour corps, Oies. dans CORPS
Ce roi vit un troupeau qui couvrait tous les champs, Bien broutant, en bon corps...., Fabl. X, 10 dans CORPS
J'aime les sobriquets qu'un corps de garde impose ; Ils conviennent toujours..., Ballade, sur le nom de Louis le Hardi dans CORPS
Les quolibets que je hasarde Sentent un peu le corps de garde, Lett. XXIII dans CORPS
Quelque garçon d'honnête corpulence, Mandr. dans CORPULENCE
Pour subvenir aux frais de l'entreprise, On lui donna mainte et mainte remise, Toutes à vue, et qu'en lieux différents Il pût toucher par des correspondants, Belph. dans CORRESPONDANT
Corrigez-vous, humains ; que le fruit de mes vers Soit l'usage réglé des dons de la nature, Quinquina, II dans CORRIGER
Eh ! la peur se corrige-t-elle ?, Fabl. II, 14 dans CORRIGER
Adieu donc ! Fi du plaisir Que la crainte peut corrompre, Fabl. I, 9 dans CORROMPRE
... Et l'animal de somme Passe du jardinier aux mains d'un corroyeur, VI, 11 dans CORROYEUR
L'animal chargé d'ans, vieux cerf, et de dix cors, En suppose un plus jeune et l'oblige par force...., Fabl. X, 1 dans CORS
Douce d'humeur, gentille de corsage, Psaut. dans CORSAGE
Cette drogue lui donnerait D'Éraste et l'air et le corsage, Coupe. dans CORSAGE
Du premier Amadis je vous offre l'image ; Il fut doux, gracieux, vaillant, de haut corsage, Poésies mêlées, LII dans CORSAGE
Triste oiseau le hibou, ronge-maille le rat, Dame belette au long corsage, Fabl. VIII dans CORSAGE
Un autre, mal pourvu des armes nécessaires, Fut enlevé par des corsaires, Fabl. VII, 14 dans CORSAIRE
Et toujours avait fait Avec honneur son métier de corsaire, Calendr. dans CORSAIRE
Et certain sein ne se reposant point, Allant, venant, sein qui pousse et repousse Certain corset en dépit d'Alibech, Diable. dans CORSET
Bacchus entre et sa cour, confus et long cortége...., Filles de Min. dans CORTÉGE
Celui-ci vint suivi d'un cortége d'enfants, Voilà le verger plein de gens Pires que le premier, Fabl. IX, 5 dans CORTÉGE
Sa femme, ses enfants, les soldats, les impôts, Le créancier et la corvée, Lui font d'un malheureux la peinture achevée, Fabl. I, 16 dans CORVÉE
Tantôt on les eût vus côte à côte nager, Tantôt courir sur l'onde et tantôt se plonger, Fabl. III, 12 dans COTE
Mais prompt, habile et diligent à saisir un certain argent, Somme aux inspecteurs échappée, Il a du côté de l'épée Mis, ce dit-on, quelques deniers, Lettres, XX dans CÔTÉ
[Le drôle] Prend à côté, pourvoit à ses affaires, Laisse son maître, à travers champs s'enfuit, Orais. dans CÔTÉ
Tout père frappe à côté, Fabl. VIII, 20 dans CÔTÉ
Le poëte d'abord parle de son héros ; Après en avoir dit ce qu'il pouvait en dire, Il se jette à côté, ib. I, 14 dans CÔTÉ
Légère et court-vêtue, elle allait à grands pas, Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile, Cotillon simple et souliers plats, Fabl. VII, 10 dans COTILLON
Certaine nièce assez proprette Et sa chambrière Pâquette Devaient avoir des cotillons, Fabl. VII, 11 dans COTILLON
À peine son menton S'était vêtu de son premier coton, Remède. dans COTON
Il [le héron] côtoyait une rivière, Fabl. VII, 4 dans CÔTOYER
On dit que ce bois que nous côtoyâmes fourmille de voleurs, Lettres, VI dans CÔTOYER
Le cygne avait fait son devoir, et les deux Sylvains le leur ; devoir de courir et rien davantage, hormis qu'ils dérobèrent à la suivante quelques baisers, lui donnèrent quelques brins de thym et de marjolaine, et peut-être la cotte verte, Psyché, II, p. 184 dans COTTE
Le héron au long bec emmanché d'un long cou, Fabl. VII, 4 dans COU ou COL
Son maître était jusqu'au cou dans les boues, Or. dans COU ou COL
Ma couardise est extrême D'avoir eu le moindre effroi, l'Amour mouillé. dans COUARDISE
.... Suffisamment instruit Que le plus beau couchant est voisin de la nuit, Poésies mêlées, Disc. à Mme de la Sablière. dans COUCHANT, ANTE
Et la couchée encore assez distante, Orais. dans COUCHÉE
.... Vous ennuyez-vous point De coucher toujours seul ? une esclave assez belle Était à mes côtés ; voulez-vous qu'on l'appelle ?, Fabl. VIII, 11 dans COUCHER
T'attendre aux yeux d'autrui, quand tu dors, c'est erreur ; Couche-toi le dernier, et vois fermer ta porte, Fabl. XI, 3 dans COUCHER
Tout est aux écoliers couchette et matelas, Fabl. V, 11 dans COUCHETTE
Son coucheur cette nuit se retourna cent fois, Gascon puni. dans COUCHEUR. EUSE
L'ébat qu'on prit sous la coudraie, Troq. dans COUDRAIE
Vous savez coudre avec encor plus d'art Peau de lion avec peau de renard, Poésies mêlées, XLII, à Turenne. dans COUDRE
J'ai suivi leur projet quant à l'événement, Y cousant en chemin quelque trait seulement, Fabl. VI, 1 dans COUDRE
Tiennette Qui par hasard dormait sous la coudrette, Troq. dans COUDRETTE
Malc aimait un ruisseau coulant entre des roches, Captivité de St Malc. dans COULER
Et, faisant succéder les effets aux paroles, Il m'a voulu couler dans la main cent pistoles, Florentin, 3 dans COULER
Je vous ai vu dans ce lieu vous couler, Mari conf. dans COULER
Le plumage tire sur le couleur de rose vers la racine, Psyché, liv. I, p. 13 dans COULEUR
Leur laine était d'un couleur de feu si vif qu'il éblouissait la vue, ib. II, p. 179 dans COULEUR
J'en dis ma coulpe et j'en suis tout honteux, Aveux. dans COULPE
Le cheval s'approchant lui donne un coup de pied, Le loup un coup de dent, le boeuf un coup de corne, Fabl. III, 14 dans COUP
Amour est un étrange maître ; Heureux qui peut ne le connaître Que par récit, lui ni ses coups, Fabl. IV, 1 dans COUP
Prête chacune à tenir coup aux gens, Mazet. dans COUP
[L'âne] Craignit qu'en perdant un moment Il ne perdît un coup de dent, Fabl. VIII, 17 dans COUP
La fortune se plaît à faire de ses coups, Fab. VII, 13 dans COUP
Quoi ! de tuer un homme auriez-vous conscience ? Loin que votre dessein vous fasse aimer d'Hortense, Ce coup augmentera sa haine, il est certain, Florentin, 3 dans COUP
Font quelques fois ensemble de bons coups, Herm. dans COUP
Ce discours porta coup et fit songer notre homme, Coupe. dans COUP
C'est à ce coup qu'il est bon de partir, Mes enfants...., Fabl. IV, 22 dans COUP
Mais le pauvret, ce coup, y laissa ses houseaux, ib. XII, 23 dans COUP
Vous ne bougerez pour ce coup, Cord. dans COUP
Un jour le cuisinier ayant bu trop d'un coup...., Fabl. III, 12 dans COUP
Imperceptiblement ensemble ils se rendront, Et malgré vos efforts, mon fils, ils se joindront ; C'est un coup sûr...., Florentin, 3 dans COUP
Et croyant entrer tout d'un coup, Fabl. IV, 15 dans COUP
Trois rendez-vous coup sur coup furent pris, Magn. dans COUP
Ô ma coignée ! ô ma pauvre coignée ! S'écriait-il, Jupiter, rends-la-moi ; Je tiendrai l'être encore un coup de toi, Fabl. V, 1 dans COUP
Certain couple d'amis en un bourg établi, Fabl. VII, 12 dans COUPLE
....Je vois qu'ils se soucient D'avoir chevaux à leur char attelés De même taille, et mêmes chiens couplés, Cal. dans COUPLÉ, ÉE
Acante ne se put tenir de réciter certains couplets de poésie que les autres se souvinrent d'avoir vus dans un ouvrage de sa façon, Psyché, I, p. 14 dans COUPLET
Je définis la cour un pays où les gens, Tristes, gais, prêts à tout, à tout indifférents, Sont ce qu'il plaît au prince, ou, s'ils ne peuvent l'être, Tâchent au moins de le paraître, Fabl. VIII, 14 dans COUR
Selon que vous serez puissant ou misérable, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir, Fabl. VII, 1 dans COUR
Mainte peste de cour fit tant, par maint ressort, Que la candeur du juge, ainsi que son mérite, Furent suspects au prince...., Fab. X, 10 dans COUR
Que ne lui vit-on pas donner Dans le temps qu'il tint cour plénière Pour une fête singulière ? Chantilly fut la scène..., Lettres, XX dans COUR
Messieurs les courtisans, cessez de vous détruire ; Faites, si vous pouvez, votre cour sans vous nuire, Fabl. VIII, 3 dans COUR
Elle [la belette] porta chez lui [le lapin] ses pénates un jour Qu'il était allé faire à l'aurore sa cour Parmi le thym et la rosée, VII, 16 dans COUR
Moi, j'en tiens cent louis [de Condé], chacun m'en fait la cour, Lett. XX dans COUR
Le loup en fait sa cour, daube au coucher du roi Son camarade absent...., Fabl. VIII, 3 dans COUR
Au moins, que les travaux, Les dangers, les soins du voyage Changent un peu votre courage, Fabl. IX, 2 dans COURAGE
La vraie épreuve du courage N'est que dans le danger que l'on touche du doigt, Fabl. VI, 2 dans COURAGE
Le climat est sans pluie ; on n'entend aux montagnes Bruire en ces lieux aucuns torrents ; En ces lieux nuls ruisseaux courants N'augmentent le tribut dont s'arrosent les plaines, Quinquina, II dans COURANT, ANTE
Et créer une rente Dès le décès du mort courante, Fabl. II, 20 dans COURANT, ANTE
Un agneau se désaltérait Dans le courant d'une onde pure, Fabl. I, 10 dans COURANT, ANTE
Un pauvre bûcheron tout couvert de ramée, Sous le faix du fagot aussi bien que des ans Gémissant et courbé, marchait à pas pesants, Fabl. I, 16 dans COURBÉ, ÉE
Quand l'eau courbe un bâton, ma raison le redresse, Fabl. VII, 18 dans COURBER
Vous avez jusqu'ici.... Résisté sans courber le dos ; Mais attendons la fin, Fabl. I, 22 dans COURBER
L'ombrage n'était pas le seul bien qu'il sût faire ; Il courbait sous les fruits, Fabl. X, 2 dans COURBER
Ils [des arbres] courbent sous le poids des offrandes sans nombre, Phil. et Bauc. dans COURBER
Déjà Phébus, voisin de ses moites retraites, Ne semble plus mener ses chevaux qu'à courbettes, Ragotin, I, 1 dans COURBETTE
.... Serviteur au portier, Dit-il, et de courir, Fabl. IX, 10 dans COURIR
Cela dit, maître loup s'enfuit et court encor, Fabl. I, 5 dans COURIR
Rien ne sert de courir, il faut partir à point ; Le lièvre et la tortue en sont un témoignage, Fabl. VI, 10 dans COURIR
Tu murmures, vieillard ! vois ces jeunes mourir, Vois-les marcher, vois-les courir à des morts, il est vrai, glorieuses et belles, Mais sûres cependant et quelquefois cruelles, Fabl. VIII, 1 dans COURIR
Mais, quelques jours après, le dieu l'attrapa bien, Envoyant un songe lui dire Qu'un tel trésor était en tel lieu ; l'homme au voeu Courut au trésor comme au feu, Fabl. IX, 13 dans COURIR
Qui ne court après la fortune ?, Fabl. VII, 12 dans COURIR
Que dirait-on si le bruit en courait ?, Mandr. dans COURIR
Cher compagnon, me veux-tu croire ? Courons ensemble le pays ; Tu sais médire, je sais boire : Nous ne manquerons point d'amis, Daphné, III, 10 dans COURIR
Son frère, ayant couru mainte haute aventure, Mis maint cerf aux abois, maint sanglier abattu, Fut le premier César que la gent chienne ait eu, Fabl. VIII, 24 dans COURIR
Notre héroïne se mit à rêver à ses aventures, particulièrement à celles de cette nuit ; ce n'étaient pas véritablement les plus étranges qu'elle eût courues, Psyché, I, p. 39 dans COURIR
À la fin le pauvre homme S'en courut chez celui qu'il ne réveillait plus, Fabl. VIII, 2 dans COURIR
L'associé des frais et du plaisir S'en court en haut, Quiproquo dans COURIR
Ce discours fut à peine proféré Que l'écoutant s'en court..., aveux dans COURIR
[Le milan] va tout droit imprimer sa griffe Sur le nez de Sa Majesté ! - Quoi ! sur le nez du roi ! - Du roi même en personne. - Il n'avait donc alors ni sceptre ni couronne ? - Quand il en aurait eu, ç'aurait été tout un, Fabl. XII, 12 dans COURONNE
L'anneau lui fut donné, Et maint bel écu couronné, Dont peu de temps après on la vit mariée, Joc. dans COURONNÉ, ÉE
Un aveu dont d'abord elle a paru contente Faute d'avoir le temps de s'en mettre en courroux, Fianc. dans COURROUX
Une rivière dont le cours, Image d'un sommeil doux, paisible et tranquille, Lui fit croire d'abord ce trajet fort facile, Fabl. VIII, 23 dans COURS
Désormais que ma muse, aussi bien que mes jours, Touche de son déclin l'inévitable cours, Poésies mêlées, LXIX. dans COURS
Rien n'eut cours ni crédit, Fabl. VII, 14 dans COURS
Si les bonnes gens vivent encore, ils ne sauraient être fort éloignés du dernier moment de leur course, Psyché, I, p. 63 dans COURSE
Il renonce aux courses ingrates, Revient en son pays, voit de loin ses pénates, Pleure de joie et dit : heureux qui vit chez soi, De régler ses désirs faisant tout son emploi !, Fabl. VII, 12 dans COURSE
Eh ! qui guide les cieux en leur course rapide ?, Fabl. X, 1 dans COURSE
Un ânier, son sceptre à la main, Menait en empereur romain Deux coursiers à longues oreilles, Fabl. II, 10 dans COURSIER
On l'eût pris de bien court à moins qu'il ne songeât à l'endroit où gisait cette somme enterrée, Fabl. IV, 20 dans COURT, COURTE
Leur amitié fut courte autant qu'elle était rare : Le sang les avait joints, l'intérêt les sépare, Fabl. IV, 18 dans COURT, COURTE
Il le prit en homme de courage, En galant homme, et, pour le faire court, En véritable homme de cour, Joc. dans COURT, COURTE
On lui dit, pour faire court, Qu'il mette ordre à ses affaires, Glout. dans COURT, COURTE
Qu'il serait pris ainsi qu'au trébuchet Et s'enfuirait avec sa courte honte, Confid. dans COURT, COURTE
Il faut qu'avec notre famille Nous prenions dès demain chacun une faucille ; C'est là notre plus court, Fabl. IV, 22 dans COURT, COURTE
Votre plus court est de ne dire mot, Rich. dans COURT, COURTE
Laissez un peu de temps agir la maladie ; Cela fait, tranchez court ; quelquefois un moment Est maître de toute une vie, Quinquina, II dans COURT, COURTE
Se trouvant court par celui-là ; C'est par l'esprit que je veux dire, Nic. dans COURT, COURTE
Si j'avais mis nos gens à bord [à terre] Sans argent et sans pierreries, Seraient-ils pas demeurés court ?, Fianc. dans COURT, COURTE
Il est bon que j'imite Phoebus qui, sur la fin du jour, Tombe d'ordinaire si court Qu'on dirait qu'il se précipite, Fianç. dans COURT, COURTE
Légère et court-vêtue...., Fabl. VII, 10 dans COURT, COURTE
Sinon, il consentait d'être en place publique Guindé, la hart au col, étranglé court et net, Fabl. VI, 19 dans COURT, COURTE
On le menace, on lui dit que sous peine D'être pendu, d'être mis haut et court En un gibet, il faut que sa puissance Se manifeste avant la fin du jour, Belph. dans COURT, COURTE
Il ne fut plus que messire tout court, Faucon. dans COURT, COURTE
Messieurs les courtisans, cessez de vous détruire ; Faites, si vous pouvez, votre cour sans vous nuire ; Le mal se rend chez vous au quadruple du bien, Fabl. VIII, 3 dans COURTISAN
Un âne accompagnait un cheval peu courtois, Fabl. VI, 16 dans COURTOIS, OISE
Garçon couru des filles, Herm. dans COURU, UE
Vous donnant des conseils de cousin à cousine, Il prétend vous tirer de vos égarements, Et par même moyen savoir vos sentiments, Florentin, I, 6 dans COUSIN, INE
Ces animaux vivaient entre eux comme cousins, Fabl. XII, 8 dans COUSIN, INE
Perrette sur sa tête ayant un pot au lait Bien posé sur un coussinet, Fabl. VII, 10 dans COUSSINET
Motus, bouche cousue, Jum. dans COUSU, UE
Son voisin au contraire, étant tout cousu d'or, Chantait peu, dormait moins encor, Fabl. VIII, 2 dans COUSU, UE
Monsieur le mort, j'aurai de vous Tant en argent, et tant en cire, Et tant en autres menus coûts, Fabl. VII, 11 dans COÛT
Point de tambours, force bons coutelas, Fianc. dans COUTELAS
En vain nous appelons mille gens à notre aide ; Plus ils sont, plus il coûte, et je ne les tiens bons Qu'à manger leur part de moutons, Fab. XI, 1 dans COÛTER
Mettez ce qu'il en coûte à plaider aujourd'hui ; Comptez ce qu'il en reste à beaucoup de familles, Fabl. IX, 9 dans COÛTER
L'autre [tonnerre] s'écarte en son cours ; Ce n'est qu'aux monts qu'il en coûte ; Bien souvent même il se perd, Fabl. VIII, 20 dans COÛTER
Et tout ce qu'en semblable cas On est en coutume de dire, Fiancée. dans COUTUME
Je suis coutumière De payer toute la première, Cord. dans COUTUMIER, IÈRE
Achetait un cent d'oeufs, faisait triple couvée, Fabl. VII, 10 dans COUVÉE
Notre alouette de retour Trouve en alarme sa couvée, ib. IV, 22 dans COUVÉE
.... Après qu'une personne, Bon gré, mal gré, s'est mise en un couvent, Mazet. dans COUVENT
Elle bâtit un nid, pond, couve et fait éclore, à la hâte ; le tout alla du mieux qu'il put, Fabl. IV, 22 dans COUVER
Telle prenait Goût à le voir et des yeux le couvait [un jouvenceau], Lui souriait, faisait la complaisante, Psaut. dans COUVER
Messire Jean Chouart couvait des yeux son mort, Comme si l'on eût dû lui ravir ce trésor, Fabl. VII, 1 dans COUVER
Gaillard corbeau disait en le couvant des yeux [un mouton] : Je ne sais qui fut ta nourrice, ib. II, 16 dans COUVER
Qu'en peu de jours il eut au fond de l'ermitage Le vivre et le couvert : que faut-il davantage ?, Fab. VII, 3 dans COUVERT
Mettre à couvert son honneur, Contr. dans COUVERT
Il entre [dans la rivière], et son cheval le met à couvert des voleurs, mais non de l'onde noire, Fabl. VIII, 23 dans COUVERT
La vieille.... met le couvert, Fauc. dans COUVERT
Sur un tapis de Turquie Le couvert se trouva mis ; Je laisse à penser la vie Que firent ces deux amis, Fabl. I, 9 dans COUVERT
Ayant sur soi ce nouveau couvre-chef, Psaut. dans COUVRE-CHEF
Quand de tels gens couvriront vos remparts, Je vous dirai : dormez, poëtes picards ; Devers la Somme on est en assurance ; Devers le Rhin tout va bien pour la France, Poésies mêlées, XLI dans COUVRIR
Tantôt couvrant sa marche et ses finesses, Conf. dans COUVRIR
Quel grain veux-tu répandre dans ces lieux ? Le manant dit : Monseigneur, pour le mieux, Je crois qu'il faut les couvrir de touselle, Car c'est un grain qui vient fort aisément, Papefig. dans COUVRIR
Vous ne sauriez faire Que cet enfant ne soit vous tout craché, Les deux amis dans CRACHÉ, ÉE
Cet animal est triste, et la crainte le ronge, Fabl. II, 14 dans CRAINTE
Cette crainte maudite M'empêche de dormir sinon les yeux ouverts, ib. dans CRAINTE
....Fi du plaisir Que la crainte peut corrompre, ib. I, 9 dans CRAINTE
La crainte est aux enfants la première leçon, Oies. dans CRAINTE
Il n'osait voyager, craintif au dernier point, Fabl. VIII, 9 dans CRAINTIF, IVE
Une Ève ou quelque Adam ; j'entends un objet nu ; Puis force gens, assis comme notre bergère, Font un crayon conforme à cet original, Cas. dans CRAYON
Bacchus et peut-être l'Amour L'occupent souvent tour à tour, Sans compter l'hydre créancière, Lett. XXIII dans CRÉANCIER, IÈRE
.... Les arbres et les plantes Sont devenus chez moi créatures parlantes, Fabl. II, 1 dans CRÉATURE
Et ne sais comme il y manqua [l'âne], Caril est bonne créature, ib. VIII, 17 dans CRÉATURE
Certaines gens qui ne s'acquièrent des amis que pour s'acquérir des suffrages par leurs moyens ; créatures de la cabale, bien différentes de cet Espagnol qui se piquait d'être fils de ses propres oeuvres, Contes, préface du 1er vol. dans CRÉATURE
Notre trio [de marchands] poussa maint regret inutile, Ou plutôt il n'en poussa point ; Le plus petit marchand est savant sur ce point : Pour sauver son crédit, il faut cacher sa perte, Fabl. XII, 7 dans CRÉDIT
Votre plaisir serait-il qu'à crédit J'en puisse avoir, non pas pour grosse somme ?, Comment l'espr. dans CRÉDIT
Quand cette femme aurait dit vrai Dans une chambre tapissée, On s'en serait moqué ; la vogue était passée Au galetas ; il avait le crédit, Fabl. VII, 15 dans CRÉDIT
La fable en son nom la demande ; Vous savez quel crédit ce mensonge a sur nous, Fabl. VII, dédic. dans CRÉDIT
Un fol allait criant par tous les carrefours Qu'il vendait la sagesse ; et les mortels crédules, De courir à l'achat...., Fabl. IX, 8 dans CRÉDULE
La gent qui porte crête au spectacle accourut, Fab. VII, 12 dans CRÊTE
.... Les Anglais pensent profondément ; Leur esprit, en cela, suit leur tempérament ; Creusant dans les sujets et forts d'expériences, Ils étendent partout l'empire des sciences, Fabl. XII, 23 dans CREUSER
L'aigle avait ses petits au haut d'un arbre creux, La laie au pied, la chatte entre les deux, Fabl. III, 6 dans CREUX, CREUSE
Trou ni fente ni crevasse Ne fut large assez pour eux ; Au lieu que la populace Entrait dans les moindres creux, Fabl. IV, 6 dans CREUX
.... La chétive pécore S'enfla si bien qu'elle creva, Fabl. I, 3 dans CREVER
.... L'abondance à pleines mains Verse en leurs coffres la finance, En leurs greniers le blé, dans leurs caves les vins : Tout en crève...., Fabl. VII, 6 dans CREVER
À leurs pieds aussitôt cent nuages crevèrent, Phil. et Bauc. dans CREVER
Il soupe, il crève ; on y court, On lui donne maints clystères, Glout. dans CREVER
Ils firent tant Qu'on les vit crever à l'instant, Fabl. VIII, 25 dans CREVER
Le roi des dieux ne sait auquel entendre ; Son fils Mercure aux criards vient encor, Fabl. V, 1 dans CRIARD, ARDE
S'il savait son affaire, Il crierait comme moi, Fabl. VIII, 12 dans CRIER
Elle alla crier famine Chez la fourmi sa voisine, Fabl. I, 1 dans CRIER
À ces mots on cria haro sur le baudet, Fabl. VII, 1 dans CRIER
Ô temps ! ô moeurs ! j'ai beau crier ; Tout le monde se fait payer, Fabl. XII, 6 dans CRIER
Hélas ! j'ai beau crier et me rendre incommode, L'ingratitude et les abus N'en seront pas moins à la mode, ib. XII, 16 dans CRIER
Le crieur des dieux est Mercure ; c'est un de ses cent métiers, Psyché, II, p. 146 dans CRIEUR, EUSE
Dès que Thétis chassait Phébus aux crins dorés, Fabl. V, 6 dans CRIN
Fille se coiffe volontiers D'amoureux à longue crinière [il s'agit du lion et d'amoureux comparables au lion], Fabl. IV, 1 dans CRINIÈRE
Dans le cristal d'une fontaine Un cerf se mirant autrefois Louait la beauté de son bois, Fabl. VI, 9 dans CRISTAL
Dans le cristal d'une onde pure, ib. dans CRISTAL
Critiquer gens, m'est, dit-il, fort nouveau ; Ce n'est mon fait, et toutefois, madame, Je vous dirai tout net que ce discours...., Court. dans CRITIQUER
Les critiqueurs sont un peuple sévère, Remède. dans CRITIQUEUR
Apprends-moi ton métier, camarade, de grâce ; Rends-moi le premier de ma race, Qui fournisse son croc de quelque mouton gras, Fabl. XII, 9 dans CROC
Bonne chasse, dit-il [le loup en apercevant un cheval], qui t'aurait à son croc, Fabl. V, 8 dans CROC
Amour n'avait, à son croc, de pucelle Dont il crût faire un aussi bon repas, Comment l'espr. dans CROC
Larmes de crocodile, yeux lascifs, doux langage, Soupirs, souris flatteurs, tout est mis en usage, Quand il s'agit d'attraper un amant, dans le Dict. de DOCHEZ. dans CROCODILE
Ô bienheureux soupirs, favorables moments, Où l'un et l'autre coeur, plein de doux sentiments, Aime et le dit et se fait croire !, Daphné, III, 4 dans CROIRE
Vous croyez donc qu'il faille avoir Beaucoup de peine à Rome en fait que d'aventures ?, Cand. dans CROIRE
À la première croisée de chemins qu'elle rencontra, Psyché, II, p. 146 dans CROISÉE
....La plupart sont déjà Aussi grandes que leurs mères ; Le croît m'en appartient, Fabl. IV, 12 dans CROÎT
Celui qu'ils craignaient fut le maître ; Proposez-vous d'avoir le lion pour ami, Si vous voulez le laisser croître, Fab. II, 1 dans CROÎTRE
Sans croix ne pile et n'ayant rien en somme Qu'un vieil habit...., Mazet. dans CROIX
Passe un certain croquant qui marchait les pieds nus ; Ce croquant par hasard portait une arbalète, Fabl. II, 12 dans CROQUANT
Le monarque des dieux leur envoie une grue Qui les croque, qui les tue, Qui les gobe à son plaisir, Fabl. III, 4 dans CROQUER
Croquons-les ; le galant ne fit pas à demi, ib. V, 18 dans CROQUER
.... Vous leur fîtes, seigneur, En les croquant, beaucoup d'honneur, ib. VII, 1 dans CROQUER
Aussitôt qu'à portée il vit les contestants, Grippeminaud, le bon apôtre, Jetant des deux côtés la griffe en même temps, Mit les plaideurs d'accord en croquant l'un et l'autre, ib. VII, 16 dans CROQUER
[Le jeune homme] Trop bien croyait, ces soeurs étant peu sages, Qu'il en pourrait croquer une en passant, Mazet. dans CROQUER
Par où le drôle en put croquer, Il en croqua ; femmes et filles, Nymphes, grisettes, ce qu'il put, Toutes étaient de bonne prise, Pâté. dans CROQUER
Un vieux renard.... Grand croqueur de poulets, grand preneur de lapins, Fabl. V, 5 dans CROQUEUR, EUSE
Un croqueur de femmes, un homme qui gagne facilement les bonnes grâces des femmes.... Tout le minois d'un vrai croqueur de nonnes, Lun. dans CROQUEUR, EUSE
[L'escarbot] Sur la robe du dieu fit tomber une crotte ; Le dieu, la secouant, jeta les oeufs à bas, Fabl. II, 8 dans CROTTE
L'amour est nu, mais il n'est pas crotté, Orais. dans CROTTÉ, ÉE
Je les compare à ces ambitieux Qui, monts sur monts, déclarèrent la guerre Aux immortels ; Jupin, croulant la terre, Les abîma sous des rochers affreux, Ballade au roi, 1684, Poésies mêlées, LVII dans CROULER
La princesse en croupe se met, Fiancée. dans CROUPE
L'homme.... mit son fils en croupe, Fabl. III, 1 dans CROUPE
Un double ennui Allait en croupe à la chasse avec lui, Fauc. dans CROUPE
Au fond des Lois croupit une eau dormante et sale ; Là, le monstre se plaît aux vapeurs qu'elle exhale, Adonis. dans CROUPIR
Que nos plaisirs passés augmentent nos supplices ! Qu'il est dur d'éprouver après tant de délices Les cruautés du sort !, Psyché, II, p. 133 dans CRUAUTÉ
Cornes cela ! vous me prenez pour cruche ! Ce sont oreilles que Dieu fit, Fabl. V, 4 dans CRUCHE
Va-t'en tout à l'heure à la fontaine de Jouvence, et m'en rapporte une cruchée d'eau, Psyché, II, p. 176 dans CRUCHÉE
Le ciel eut pour ses voeux une bonté cruelle, Fabl. VII, 17 dans CRUEL, ELLE
Soulagez mon tourment, disais-je à ma cruelle ; Ma mort vous ferait perdre un amant si fidèle Qu'il n'en est point de tel en l'empire amoureux, Poésies mêlées, XLV dans CRUEL, ELLE
Oui, pour vous, dit Cloris, qui passez cinquante ans... Car, pour vous découvrir le fond de ma pensée, Je me plais aux livres d'amour. Cloris eut quelque tort de parler si crûment, Ballade. dans CRÛMENT
Tel, comme dit Merlin, cuide engeigner autrui, Qui souvent s'engeigne soi-même, Fabl. IV, 11 dans CUIDER
Le beau corps, le beau cuir !, Roi Cand. dans CUIR
C'est bien le cuir plus doux !, Berc. dans CUIR
Elle [une fourrure] garantirait des froids les plus cuisants, Fabl. V, 20 dans CUISANT, ANTE
Dans sa retraite où le pauvre homme n'eut Pour le servir qu'une vieille édentée, Cuisine froide et fort peu fréquentée, Faucon. dans CUISINE
Jamais idole, quel qu'il fût, N'avait eu cuisine aussi grasse, Fabl. IV, 8 dans CUISINE
Un jour le cuisinier, ayant trop bu d'un coup, Prit pour oison le cygne, et, le tenant au cou, Il allait l'égorger, puis le mettre en potage, Fabl. III, 12 dans CUISINIER, IÈRE
À l'heure dite il courut au logis De la cigogne son hôtesse, Loua très fort sa politesse, Trouva le dîner cuit à point, Fabl. I, 18 dans CUIT, CUITE
Venus par le cuyvre entendon, Et aussi c'est mouit bien son nom, 415 dans CUIVRE
Je vois ces héros retournés Chez eux avec un pied de nez, Et le protecteur des rebelles Le cul à terre entre deux selles, Lettres, XXIII dans CUL ou CU
Qu'on me rende impotent, Cul-de-jatte, goutteux, manchot, pourvu qu'en somme Je vive, c'est assez, je suis plus que content, Fabl. I, 15 dans CUL ou CU
L'on mange peu ; l'on boit en récompense ; Quelques tonneaux sont mis sur cul, Fianc. dans CUL ou CU
Et les petits en même temps, Voletants, se culebutants, Fabl. IV, 22 dans CULBUTER
L'âne, qui goûtait fort l'autre façon d'aller, Se plaint en son patois ; le meunier n'en a cure, Fabl. III, 1 dans CURE
Tous deux [les médecins] s'étant trouvés différents pour la cure, Leur malade paya le tribut à nature, Fabl. V, 12 dans CURE
Un mort s'en allait tristement S'emparer de son dernier gîte ; Un curé s'en allait gaiement Enterrer ce mort au plus vite, Fabl. VII, 1 dans CURÉ
Il tombe en ce moment, La meute en fait curée ; il lui fut inutile De pleurer aux veneurs à sa mort arrivés, Fabl. V, 15 dans CURÉE
Eh ! qu'importe quel animal ? Dit l'un de ces mâtins, voilà toujours curée, Fabl. VIII, 25 dans CURÉE
[La grenouille] Prétend qu'elle en fera gorge chaude et curée, Fabl. IV, 11 dans CURÉE
Et le cheval qu'à l'herbe on avait mis, Assez peu curieux de semblables amis [le loup et le renard]...., Fabl. XII, 17 dans CURIEUX, EUSE
Vous voulez qu'on évite un soin trop curieux, Et des vains ornements l'effort ambitieux, Fabl. V, 1 dans CURIEUX, EUSE
.... Si Votre Majesté Est curieuse de beauté, Qu'elle fasse venir mon frère, Joc. dans CURIEUX, EUSE
Elle bénit mille fois le défaut du sexe, se sut très bon gré d'être curieuse, bien fâchée de n'avoir pas contrevenu dès le premier jour aux défenses qu'on lui avait faites et à ses serments, Psyché, I, p. 85 dans CURIEUX, EUSE
Imprudence, babil et sotte vanité, Et vaine curiosité Ont ensemble étroit parentage ; Ce sont enfants tous d'un lignage, Fabl. X, 3 dans CURIOSITÉ
Voilà Psyché fort embarrassée ! deux curiosités à la fois ! y a-t-il femme qui y résistât ?, Psyché, I, p. 63 dans CURIOSITÉ
L'appréhension, le dépit, la pitié, la colère, et le désespoir, la curiosité principalement ; tout ce qui porte à commettre quelque forfait et tout ce qui en détourne, s'empara du coeur de notre héroïne et en fit la scène de cent agitations différentes, Psyché, I, p. 82 dans CURIOSITÉ
Ces gens qui, leur boisson cuvée...., Fér. dans CUVÉ, ÉE
Là les vapeurs du vin nouveau Cuvèrent à loisir, Fabl. III, 7 dans CUVER
Un bloc de marbre était si beau Qu'un statuaire en fit emplette : Qu'en fera, dit-il, mon ciseau ? Sera-t-il dieu, table ou cuvette ?, Fabl. IX, 6 dans CUVETTE
Un jour le cuisinier, ayant trop bu d'un coup, Prit pour oison le cygne ; et, le tenant au cou, Il allait l'égorger, puis le mettre en potage ; L'autre, prêt à mourir, se plaint en son ramage, Fabl. III, 12 dans CYGNE
En amour da, non en guerre, Fér. dans DA
Je la vis [Cléopatre] l'autre jour aiguiser une dague, Ragotin, IV, 9 dans DAGUE
Il y [au patibulaire] viendra le drôle ! il y vint à son dam, Fab. XII, 23 dans DAM
C'est marché fait ; il est fol à son dam, Magnif. dans DAM
Rien ne pèse tant qu'un secret ; Le porter loin est difficile aux dames ; Et je sais même sur ce fait Bon nombre d'hommes qui sont femmes, Fabl. VIII, 6 dans DAME
Du palais d'un jeune lapin Dame belette, un beau matin, S'empara : c'est une rusée, Fabl. VII, 16 dans DAME
Damoiselle belette au corps long et fluet...., Fabl. III, 17 dans DAMOISELLE
Perrin Dandin arrive, ils le prennent pour juge, Fabl. IX, 9 dans DANDIN
Hé ! mon ami, tire-moi du danger, Tu feras après ta harangue, Fabl. I, 19 dans DANGER
Un orateur voyant sa patrie en danger Courut à la tribune...., ib. VIII, 4 dans DANGER
La vraie épreuve du courage N'est que dans le danger que l'on touche du doigt, ib. VI, 2 dans DANGER
Le trop d'attention qu'on a pour le danger Fait le plus souvent qu'on y tombe, ib. XII, 18 dans DANGER
Rien n'est si dangereux qu'un ignorant ami ; Mieux vaudrait un sage ennemi, Fabl. VIII, 10 dans DANGEREUX, EUSE
Les gens sans bruit sont dangereux ; Il n'en est pas ainsi des autres, Fabl. VIII, 23 dans DANGEREUX, EUSE
Je m'approche toutefois, Et de l'enfant je prends les doigts, Les réchauffe, et dans moi-même Je dis : pourquoi craindre tant ? Que peut-il ? c'est un enfant, l'Amour mouillé dans DANS
S'imagina qu'il ferait bien De se pendre.... Dans cette intention, une vieille masure Fut la scène où devait se passer l'aventure, Fabl. IX, 15 dans DANS
Vous chantiez ; j'en suis fort aise ; Eh bien ! dansez maintenant, Fabl. I, 1 dans DANSER
Il fut dansé, sauté, ballé, Joc. dans DANSER
Voyez si vous romprez ces dards liés ensemble ; Je vous expliquerai le noeud qui les rassemble, Fabl. IV, 18 dans DARD
Dans les visites qui sont faites Le renard se dispense et se tient clos et coi ; Le loup en fait sa cour, daube au coucher du roi Son camarade absent...., Fabl. VIII, 3 dans DAUBER
Messieurs les courtisans, cessez de vous détruire ; Faites, si vous pouvez, votre cour, sans vous nuire ; Le mal se rend chez vous au quadruple du bien ; Les daubeurs ont leur tour, d'une ou d'autre manière, Fabl. VIII, 3 dans DAUBEUR
Un navire en cet équipage Non loin d'Athènes fit naufrage ; Sans les dauphins tout eût péri ; Cet animal est fort ami De notre espèce ; en son histoire Pline le dit ; il le faut croire, Fabl. IV, 7 dans DAUPHIN
Il m'en souvient bien davantage, Fabl. III, 15 dans DAVANTAGE
Celui qui s'était vu Coridon ou Tircis Fut Pierrot, et rien davantage, ib. IV, 2 dans DAVANTAGE
Ce petit animal T'en avait-il fait davantage [de mal] ?, ib. VI, 15 dans DAVANTAGE
Tu n'as point l'air d'un donneur de breuvage ; Je n'en dis point là-dessus davantage, ib. VIII, 18 dans DAVANTAGE
Je rendrais mon ouvrage Capable de sentir, juger, rien davantage, Et juger imparfaitement, ib. X, 1 dans DAVANTAGE
Or bien, sans crier davantage, Rapportons-nous, dit-elle, à Raminagrobis, Fabl. VII, 16 dans DAVANTAGE
Qu'il éloignât l'enfant jusques à certain âge, Jusqu'à vingt ans, point davantage, ib. VIII, 16 dans DAVANTAGE
Un saint homme de chat bien fourré, gros et gras, Fabl. VII, 16 dans DE
Mais un fripon d'enfant (cet âge est sans pitié) Prit sa fronde, et du coup tua plus d'à moitié La volatile malheureuse, ib. IX, 2 dans DE
Il tardait à la dame D'y rencontrer son perfide d'époux, Richard. dans DE
De bonheur pour ce loup qui ne pouvait crier, Près de là passe une cigogne, Fabl. III, 9 dans DE
De bonheur pour elle ces gens partirent tout aussitôt, Psyché, II, p. 118 dans DE
Que ne l'émondait-on sans prendre la cognée ? De son tempérament il eût encor vécu, Fabl. X, 2 dans DE
Ce chasseur perce donc un gros de courtisans, Plein de zèle, échauffé, s'il le fut de sa vie, Fabl. XII, 12 dans DE
Ordre lui vient d'aller au fond de la Norvége, Prendre le soin d'une maison En tout temps couverte de neige ; Et d'Indou qu'il était on vous le fait Lapon, Fabl. VII, 6 dans DE
Elle tomba premièrement sur une pointe de rocher, et puis sur une autre, de roc en roc ; chacun d'eux emporta sa pièce ; de manière qu'elle arriva le plus joliment du monde au royaume de Proserpine, Psyché, II, p. 152 dans DE
Sottes de ne pas voir que le plus grand des soins...., Fabl. III, 6 dans DE
Un agneau se désaltérait Dans le courant.... Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?, Fabl. I, 10 dans DE
.... Et quoique des plus fins, Il n'avait pu donner d'atteinte à la volaille, Fabl. XI, 3 dans DE
Elle [la perdrix] fait la blessée et va traînant de l'aile, Fabl. X, 1 dans DE
Contemplant d'un lieu tranquille leur embarras, leurs afflictions, leurs malheurs, ni plus ni moins que les dieux considèrent de l'Olympe les misérables mortels, Psyché, I, p. 101 dans DE
Je devais par la royauté Avoir commencé mon ouvrage : à la voir d'un certain côté, Messer Gaster [l'estomac] en est l'image, Fabl. III, 2 dans DE
[Il] s'imagina qu'il ferait bien De se pendre et finir lui-même sa misère, Fabl. IX, 15 dans DE
Grenouilles aussitôt de sauter dans les ondes, Grenouilles de rentrer en leurs grottes profondes, Fabl. II, 14 dans DE
Les médiocres gens Vinrent se mettre sur les rangs ; Elle, de se moquer, Fabl. VII, 5 dans DE
L'épouse indiscrète et peu fine Sort du lit quand le jour fut à peine levé, Et de courir chez sa voisine, ib. VIII, 6 dans DE
Mais j'offre ce que j'ai ; l'ours l'accepte ; et d'aller ; Les voilà bons amis avant que d'arriver, ib. VIII, 10 dans DE
Le monarque des dieux leur envoie une grue, Qui les croque, qui les tue, Qui les gobe à son plaisir ; Et grenouilles de se plaindre, Et Jupin de leur dire...., ib. III, 4 dans DE
Ce portier du logis était un chien énorme, Expédiant les loups en forme ; Celui-ci s'en douta : serviteur au portier, Dit-il, et de courir ; il était fort agile...., ib. IX, 10 dans DE
Je sais quel est leur prix ; mais de les accepter, Je ne puis, et voudrais vous pouvoir écouter, Filles de Minée. dans DE
De dire si la compagnie Prit goût à la plaisanterie, J'en doute, ib. VIII, 8 dans DE
Or d'aller lui dire non, Sans quelque valable excuse, Ce n'est pas comme on en use, Fab. VIII, 13 dans DE
Comme si d'occuper ou plus ou moins de place Nous rendait, disait-il, plus ou moins importants, ib. VIII, 15 dans DE
De raconter quel sort les avait assemblés, Quoique sous divers points tous quatre ils fussent nés, C'est un récit de longue haleine, ib. X, 26 dans DE
Ses principaux soins sont de travailler pour la grandeur de son maître, Psyché, I, p. 105 dans DE
Je m'en rapporte à vous-même et vous demande si c'est une chose louable que de rire ; assurément ce n'en est pas une, non plus que de boire et de manger, Psyché, I, p. 101 dans DE
.... Mon voyage dépeint Vous sera d'un plaisir extrême, Fabl. IX, 2 dans DE
Il est de ceci comme d'une beauté excellente et d'une autre qui a des grâces : celle-ci plaît, mais l'autre ravit, Psyché, I, p. 102 dans DE
Voici de la façon que Descartes l'expose, Fabl. X, 1 dans DE
Ésope, pour toute punition, lui recommanda d'honorer les dieux et son prince ; se rendre terrible à ses ennemis, facile et commode aux autres, bien traiter sa femme, sans pourtant lui confier son secret ; parler peu et chasser de chez soi les babillards ; ne se point laisser abattre au malheur ; avoir soin du lendemain.... surtout n'être point envieux du bonheur ni de la vertu d'autrui, Vie d'Ésope dans DE
[Le lion redemandant son paquet dit :] Rendez-moi mon argent, j'en puis avoir affaire ; On déballe...., Fabl. IV, 12 dans DÉBALLER
Petits princes, videz vos débats entre vous ; De recourir aux rois vous seriez de grands fous ; Il ne les faut jamais engager dans vos guerres, Ni les faire entrer sur vos terres, Fabl. IV, 4 dans DÉBAT
Tout débattu, tout bien pesé, Les âmes des souris et les âmes des belles Sont très différentes entre elles, Fabl. IX, 7 dans DÉBATTU, UE
L'horloge, se vantant qu'elle était admirable, Disait : on ne voit rien qui me soit comparable.... Je marche sans débauche, afin d'apprendre aux gens Ce qu'ils ont d'heures, de moments, Pour employer à leur affaire, Oeuvres inédites, Paul Lacroix, édit. de 1863, p. 17 dans DÉBAUCHE
Il devait vous suffire Que votre premier roi fût débonnaire et doux, Fab. III, 4 dans DÉBONNAIRE
Car aux faveurs d'une belle il eut part Sans débourser, F. avare. dans DÉBOURSER
Elle s'approche, elle le déboutonne, Court. dans DÉBOUTONNER
Du débris d'un vieux vase, autre injure des ans, Phil. et Baucis. dans DÉBRIS
Si peu, que la moindre chose De son débris serait cause [serait cause que lui, pot de terre, serait brisé], Fabl. V, 2 dans DÉBRIS
Rien ne lui put débrouiller le mystère, Conf. dans DÉBROUILLER
Les voilà seuls, et, pour le faire court, En beau début, Orais. dans DÉBUT
Mes frères, leur dit-il [le cerf aux boeufs], ne me décelez pas ; Je vous enseignerai les pâtis les plus gras, Fabl. IV, 21 dans DÉCELER
Mais l'ouvrier vous a déçus ; Il avait liberté de feindre ; Avec plus de raison nous aurions le dessus, Si mes confrères [les lions] savaient peindre, Fabl. III, 10 dans DÉCEVOIR
À la fin, les trésors déchargés sur la plage Le tentèrent si bien qu'il vendit son troupeau, Trafiqua de l'argent, le mit entier sur l'eau, Fabl. IV, 2 dans DÉCHARGÉ, ÉE
Ésope prit le panier au pain : c'était le fardeau le plus pesant ; chacun crut qu'il l'avait fait par bêtise ; mais dès la dînée le panier fut entamé, et le Phrygien déchargé d'autant, Vie d'Ésope. dans DÉCHARGER
J'ai votre argent à madame rendu,.... Déchargez-en votre livre, F. avare. dans DÉCHARGER
Mercure, au lieu de donner celle-là [cognée], Leur en décharge un grand coup sur la tête, Fab. V, 1 dans DÉCHARGER
Mainte veuve pourtant fait la déchevelée, Qui...., Matr. dans DÉCHEVELÉ, ÉE
Le malheureux lion se déchire lui-même, Fabl. II, 9 dans DÉCHIRER
L'âge la fit déchoir, adieu tous les amants, Fabl. VII, 5 dans DÉCHOIR
Et comme celle-ci [aventure] déchet dans la peinture [perd à être peinte], La peinture déchet dans ma description, Tabl. dans DÉCHOIR
Ainsi parla le boeuf ; l'homme dit : faisons taire Cet ennuyeux déclamateur, Fabl. X, 2 dans DÉCLAMATEUR
Après mille ans et plus de guerre déclarée, Les loups firent la paix avecque les brebis, Fabl. III, 13 dans DÉCLARÉ, ÉE
Va-t'en, chétif insecte, excrément de la terre ! C'est en ces mots que le lion Parlait un jour au moucheron ; L'autre lui déclara la guerre, Fabl. II, 9 dans DÉCLARER
Et quant j'eus entendu nature, Qui de parler plus n'avoit cure Pour ses ouvrages declarer, Moult tendrement prins à pleurer, 861 dans DÉCLARER
Un chat.... Faisait de rats telle déconfiture Que l'on n'en voyait presque plus, Fabl. II, 2 dans DÉCONFITURE
La veuve dit, toute déconfortée...., Herm. dans DÉCONFORTÉ, ÉE
Le sanglier, rappelant les restes de sa vie, Vient à lui [archer], le découd, meurt vengé sur son corps, Fabl. VIII, 27 dans DÉCOUDRE
La feinte est un pays plein de terres désertes ; Tous les jours nos auteurs y font des découvertes, Fabl. III, 1 dans DÉCOUVERTE
Ce n'est pas là le moyen de terminer ma dispute et de découvrir qui a tort ou qui a raison, Psyché, I, p. 91 dans DÉCOUVRIR
Un lion décrépit, goutteux, n'en pouvant plus, Voulait que l'on trouvât remède à la vieillesse, Fabl. VIII, 3 dans DÉCRÉPIT, ITE
Gardez-vous de rien dédaigner, Surtout quand vous avez à peu près votre compte ; Bien des gens y sont pris...., Fabl. VII, 4 dans DÉDAIGNER
C'était ceci, c'était cela ; C'était tout ; car les précieuses Font dessus tout les dédaigneuses, Fabl. VII, 5 dans DÉDAIGNEUX, EUSE
Dans les dédales verts que formaient les halliers, Captivité de St Malc. dans DÉDALE
Vouloir tromper le ciel, c'est folie à la terre ; Le dédale des coeurs en ses détours n'enserre Rien qui ne soit d'abord éclairé par les dieux, Fabl. IV, 19 dans DÉDALE
Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l'héritage Que nous ont laissé nos parents, Un trésor est caché dedans, Fabl. V, 9 dans DEDANS
Et nouvel Empédocle, aux flammes condamné Par sa propre et pure folie, Il [le cierge] se lança dedans, ib. IX, 12 dans DEDANS
Socrate un jour faisant bâtir, Chacun censurait son ouvrage ; L'un trouvait les dedans, pour ne lui point mentir, Indignes d'un tel personnage, Fabl. IV, 16 dans DEDANS
Le sultan dormait lors, et dedans son domaine Chacun dormait aussi, Fabl. XI, 1 dans DEDANS
Tant il [chat] en avait mis dedans la sépulture, ib. II, 2 dans DEDANS
Pour secourir les siens dedans l'occasion, ib. III, 6 dans DEDANS
L'oracle était logé dedans un galetas, ib. VII, 15 dans DEDANS
De tous les animaux, l'homme a le plus de pente à se porter dedans l'excès, ib. IX, 11 dans DEDANS
On l'[le trésor] avait enterré dedans telle bourgade, ib. IX, 13 dans DEDANS
On nous veut attraper dedans cette écriture ; Ce sera quelque énigme à tromper un enfant, ib. X, 14 dans DEDANS
Vous ne sauriez ce coup vous en dédire, Mandr. dans DÉDIRE
Dom Bertrand [le singe] gagnerait près de certains esprits ; Les raisons en seraient trop longues à déduire, Fabl. XII, 3 dans DÉDUIRE
Il avait dans la terre une somme enfouie, Son coeur avec, n'ayant autre déduit Que d'y ruminer jour et nuit, Fabl. IV, 20 dans DÉDUIT
Déjà l'amante du Zéphire Et la déesse du matin, Oeuvres posth. dans DÉESSE
Le secret sans doute en est beau Pour la nature défaillante, Fabl. VIII, 3 dans DÉFAILLANT, ANTE
Le berger s'en défait [du bon chien], il prend trois chiens de taille à lui dépenser moins, mais à fuir la bataille, Fabl. VIII, 18 dans DÉFAIRE
Ceux-là sur une erreur, ceux-là sur un défaut, Fabl. IV, 18 dans DÉFAUT
Le fabricateur souverain Nous créa besaciers tous de même manière, Tant ceux du temps passé que du temps d'aujourd'hui ; Il fit pour nos défauts la poche de derrière, Et celle de devant pour les défauts d'autrui, ib. I, 7 dans DÉFAUT
Chacun a son défaut où toujours il revient ; Honte ni peur n'y remédie, ib. III, 7 dans DÉFAUT
Je vous défendrais de l'orage, Fabl. I, 22 dans DÉFENDRE
Défendez-vous [de la mort] par la grandeur, Alléguez la beauté, la vertu, la jeunesse, Fabl. VIII, 1 dans DÉFENDRE
... Je me dirai votre cousin, Et vous ne me rendrez aucune déférence, Joc. dans DÉFÉRENCE
Quand je suis seul, je fais au plus brave un défi ; Je m'écarte, je vais détrôner le Sophi, Fabl. VII, 10 dans DÉFI
Vous, favori ! vous, grand ! défiez-vous des rois ; Leur faveur est glissante, on s'y trompe, et le pire C'est qu'il en coûte cher...., Fabl. X, 10 dans DÉFIER
Je veux qu'à mon souper celle-ci [la tortue] me défraie, Fabl. XII, 15 dans DÉFRAYER
Donc à l'entour de cette métairie Défunt marquis [l'ex-marquis] s'en allait sans valets, Faucon. dans DÉFUNT, UNTE
On eut soin d'empêcher qu'une indigne maîtresse Ne fît en ses enfants dégénérer son sang, Fab. VIII, 23 dans DÉGÉNÉRER
L'animal dégourdi piqua son homme au bras, Fabl. X, 10 dans DÉGOURDI, IE
Mille dégoûts viendront, dit le prophète ermite ; Il en vint en effet, l'ermite n'eut pas tort ; Mainte peste de cour fit tant par maint ressort Que la candeur du juge, ainsi que son mérite, Furent suspects au prince...., Fabl. X, 10 dans DÉGOÛT
Le monarque irrité L'envoya chez Pluton faire le dégoûté, Fabl. VII, 7 dans DÉGOÛTÉ, ÉE
Elle en cornette, et dégrafant sa robe, Gageure. dans DÉGRAFER
Dégrafez-moi cet atour des dimanches, Jum. dans DÉGRAFER
Vous qui devez savoir les choses de la vie, Qui par tous ses degrés avez déjà passé, Et que rien ne doit fuir en cet âge avancé, Fabl. III, 1 dans DEGRÉ
Que sens-tu ? dis-le-moi ; parle sans déguiser, Fabl. VII, 7 dans DÉGUISER
Jamais oeillade de la dame, Propos flatteur et gracieux, Mot d'amitié, ni doux sourire, Déifiant le pauvre sire, N'avaient fait soupçonner qu'il fût vraiment chéri, Fabl. IX, 15 dans DÉIFIER
Elle jura par Pluton Que toute l'engeance humaine Serait bientôt du domaine Des déités de là-bas, Fabl. VIII, 20 dans DÉITÉ
Çà, déjeunons, dit-il : vos poulets sont-ils tendres ?, Fabl. IV, 4 dans DÉJEUNER
Par delà son désir, Eunuque, III, 4 dans DELÀ
.... Les fils vous retournent le champ Deçà, delà, partout...., Fabl. V, 9 dans DELÀ
Ne faut-il que délibérer, La cour en conseillers foisonne ; Est-il besoin d'exécuter, L'on ne rencontre plus personne, Fabl. II, 2 dans DÉLIBÉRER
Les délicats sont malheureux ; Rien ne saurait les satisfaire, Fabl. II, 1 dans DÉLICAT, ATE
L'un n'avait en l'esprit nulle délicatesse, Fabl. VII, 5 dans DÉLICATESSE
Sire, dit le renard, vous êtes trop bon roi, Vos scrupules font voir trop de délicatesse, Fabl. VII, 1 dans DÉLICATESSE
La déesse Discorde ayant brouillé les dieux.... On la fit déloger des cieux, Fabl. VI, 20 dans DÉLOGER
.... Elle sent chaque jour Déloger quelques ris, quelques jeux, puis l'amour, Fabl. VII, 5 dans DÉLOGER
Et les petits en même temps, Voletants, se culebutants, Délogèrent tous sans trompette, Fabl. IV, 22 dans DÉLOGER
Holà ! madame la belette, Que l'on déloge sans trompette ; Ou je vais avertir tous les rats du pays, Fabl. VII, 16 dans DÉLOGER
Pour Roderic on en fit la demande, Belph. dans DEMANDE
J'ai vu dans le palais une robe mal mise Gagner gros ; les gens l'avaient prise Pour maître tel qui traînait après soi Force écoutants ; demandez-moi pourquoi, Fabl. VIII, 15 dans DEMANDER
Le lion consent à cela, Tant son âme était aveuglée ; Sans dents ni griffes, le voilà Comme place démantelée, Fabl. IV, 1 dans DÉMANTELÉ, ÉE
Mais comment l'eût-on vue ? à peine la lumière Osait franchir du seuil la démarche première, Captivité de St Malc, V. 445 dans DÉMARCHE
Vous avez bien d'autres affaires à démêler que les débats Du lapin et de la belette, Fabl. VIII, 4 dans DÉMÊLER
Si vous teniez toujours votre bréviaire, Vous n'auriez rien à démêler ici, Psaut. dans DÉMÊLER
On écorche, on taille, on démembre Messire loup ; le monarque en soupa, Et de sa peau s'enveloppa, Fabl. VIII, 3 dans DÉMEMBRER
Toute la nuit tu cours, tu te démènes, Berc. dans DÉMENER (SE)
Il fut démis [de la royauté], et l'on tomba d'accord Qu'à peu de gens convient le diadème, Fabl. VI, 6 dans DÉMETTRE
Le demeurant des rats tint chapitre en un coin, Fabl. II, 2 dans DEMEURANT, ANTE
La vieille a soin du demeurant, Faucon. dans DEMEURANT, ANTE
Onc il ne fut plus forte dupe Que ce vieillard, bon homme au demeurant, Coc. dans DEMEURANT, ANTE
Au demeurant il était fort sensible à l'intérêt, aimait fort les présents, Magn. dans DEMEURANT, ANTE
Son temps venu, [il] ne fait longue demeure, Berc. dans DEMEURE
Sans plus longue demeure, Il lui dit en deux mots...., Fianç. dans DEMEURE
Vous êtes cause qu'en demeure Je me trouve présentement, Cord. dans DEMEURE
.... Le vieillard était Fou de sa femme, et fort peu la quittait, Sinon les jours qu'il allait à la chasse ; Son fauconnier, qui pour lors le suivait, Eût demeuré volontiers en sa place, Coc. dans DEMEURER
Une pluie acheva l'affaire : Il fallut se mettre à l'abri ; Je laisse à penser où ; le reste du mystère Au fond de l'antre est demeuré, Fianc. dans DEMEURER
Et faute de servir ce plat [des chardons] Rarement un festin demeure, Fabl. VIII, 17 dans DEMEURER
Bref, sans considérer censure ni demie, Je me plais aux livres d'amour, Ballade sur les romans. dans DEMI, IE
Croquons-les ; le galant n'en fit pas à demi, Fabl. V, 18 dans DEMI, IE
La belle mit son corset des bons jours, Son demi-ceint, ses pendants de velours, Herm. dans DEMI-CEINT
Les grenouilles, se lassant De l'état démocratique, Par leurs clameurs firent tant Que Jupin les soumit au pouvoir monarchique, Fabl. III, 4 dans DÉMOCRATIQUE
Deux démons à leur gré partagent notre vie, Et de son patrimoine ont chassé la raison.... J'appelle l'un amour et l'autre ambition, Fabl. X, 10 dans DÉMON
Dont Alibech non encor déniaisée...., Diable en enfer. dans DÉNIAISÉ, ÉE
Je crois voir en ceci l'image d'une ville Où l'on met les deniers à la merci des gens ; Échevins, prévôts des marchands, Tout fait sa main...., Fabl. VIII, 7 dans DENIER
Tu ne vends pas Comme tu veux tes herbes, ta denrée, Tes choux, tes aulx, enfin tout ton tracas, Jum. dans DENRÉE
Qu'entend ce rustre, et que nous veut-il dire ? S'écria lors une de nos sans dents, Lunettes. dans DENT
Dans ce penser il s'arme jusqu'aux dents, Gag. dans DENT
N'étant point de ces rats qui, les livres rongeants, Se font savants jusques aux dents, Fabl. VIII, 9 dans DENT
Au fond d'un antre sauvage Un satyre et ses enfants Allaient manger leur potage Et prendre l'écuelle aux dents, Fabl. V, 7 dans DENT
Un domestique accourt, l'avertit qu'à la porte Deux hommes demandaient à le voir promptement ; Il sort de table, et la cohorte N'en perd pas un seul coup de dent, Fabl. I, 14 dans DENT
[Il] Claque des dents, tremble et frissonne, Orais. dans DENT
Elle n'eût dit ces mots entre ses dents, Berc. dans DENT
Si quelqu'un desserre les dents, C'est un sot ; j'en conviens ; mais que faut-il donc faire ? Parler de loin ou bien se taire, Fabl. X, 2 dans DENT
Il [le rat] fit tant de pieds et de dents Qu'en peu de jours il eut au fond de l'hermitage Le vivre et le couvert, Fabl. VII, 2 dans DENT
Le moins qu'on peut laisser de prise aux dents d'autrui, C'est le mieux...., Fabl. X, 9 dans DENT
Sinon à belles dents Je te déchire, Rich. dans DENT
Le voilà sur les dents, Fabl. II, 9 dans DENT
L'incommoder, la mettre sur les dents, Mandr. dans DENT
Du jour n'avoie mengé des dents ; S'avoye grand soif et grand faim, 28 dans DENT
Alexandre, dénué de ces avantages, n'eût pas marchandé pour passer le Rubicon, et c'est en partie cette hardiesse qui lui a fait attribuer le surnaturel et le merveilleux, Lettres, XI dans DÉNUÉ, ÉE
Ses biens aux pauvres départis, Oies. dans DÉPARTI, IE
Entre autres denrées, ce marchand trafiquait d'esclaves ; si bien qu'allant à Éphèse pour se défaire de ceux qu'il avait, ce que chacun d'eux devait porter pour la commodité du voyage fut départi selon leur emploi et selon leurs forces, Vie d'Ésope dans DÉPARTIR
Eux venus, le lion par ses ongles compta, Et dit : nous sommes quatre à partager la proie ; Puis en autant de parts le cerf il dépeça, Fabl. I, 6 dans DÉPECER
Notre prince a des dépendants Qui, de leur chef, sont si puissants Que chacun d'eux pourrait soudoyer une armée, Fabl. I, 12 dans DÉPENDANT, ANTE
Apprenez que tout flatteur Vit aux dépens de celui qui l'écoute, Fabl. I, 2 dans DÉPENS
Gens de grosse dépense, Berc. dans DÉPENSE
Rustic voudrait être dépêtré d'elle, Diable. dans DÉPÊTRÉ, ÉE
Je ne me puis dépêtrer de cet homme, Coc. dans DÉPÊTRER
De grand dépit Richard elle interrompt, Rich. dans DÉPIT
Nérie honteuse et dépite, Coupe. dans DÉPIT, ITE
Nuit et jour à tout venant, Je chantais, ne vous déplaise, Fabl. I, 1 dans DÉPLAIRE
Ce fut alors, dame, ne vous déplaise, Que le courroux lui montant au cerveau...., Rémois. dans DÉPLAIRE
Tandis qu'elles cherchaient là-dessous du mystère, Passe un Mazet portant à la dépositaire Certain fardeau peu nécessaire, Tableau. dans DÉPOSITAIRE
Il est assez de geais à deux pieds comme lui Qui se parent souvent des dépouilles d'autrui Et que l'on nomme plagiaires, Fabl. IV, 9 dans DÉPOUILLE
La cigale.... Se trouva fort dépourvue Quand la bise fut venue, Fabl. I, 1 dans DÉPOURVU, UE
Le député vint donc, et fit cette harangue : Romains, et vous, sénat assis pour m'écouter...., Fabl. XI, 7 dans DÉPUTÉ
Cet homme ainsi bâti fut député des villes Que lave le Danube ; il n'était point d'asiles Où l'avarice des Romains Ne pénétrât alors et ne portât les mains, Fabl. XI, 7 dans DÉPUTER
L'erreur alla si loin qu'Abdère députa Vers Hippocrate, et l'invita à venir rétablir la raison du malade, Fabl. VIII, 26 dans DÉPUTER
On court, on s'assemble, on députe à l'oiseau : seigneur Cormoran, D'où vous vient cet avis ? Quel est votre garant ?, Fabl. X, 4 dans DÉPUTER
Le vent redouble ses efforts Et fait si bien qu'il déracine Celui de qui la tête au ciel était voisine Et dont les pieds touchaient à l'empire des morts, Fabl. I, 22 dans DÉRACINER
Les voilà donc derechef en chemin, Herm. dans DERECHEF
Me voilà saisi derechef D'étonnement et d'épouvante, Fabl. I, 12 dans DERECHEF
Mais ce champ ne se peut tellement moissonner Que les derniers venus n'y trouvent à glaner, Fabl. III, 1 dans DERNIER, IÈRE
Le docteur.... Se dérobe à sa furie, Contr. dans DÉROBER
....cet homme se dérobe D'avec sa femme, Serv. dans DÉROBER
.... ce logis avait sur le derrière De quoi pouvoir introduire l'ami, Gag. dans DERRIÈRE
Qui désigné-je, à votre avis, Par ce rat si peu secourable ? Un moine ? non, mais un dervis ; Je suppose qu'un moine est toujours charitable, Fabl. VII, 3 dans DERVICHE ou DERVIS
Les grands se font honneur dès lors qu'ils nous font grâce, Fabl. I, 14 dans DÈS
En vain de son train ordinaire On le [naturel] veut désaccoutumer : Quelque chose qu'on puisse faire, On ne saurait le réformer, Fabl. II, 18 dans DÉSACCOUTUMER
Un agneau se désaltérait Dans le courant d'une onde pure, Fabl. I, 10 dans DÉSALTÉRER
Voilà, dit Xantus, la pâtisserie la plus méchante que j'aie jamais mangée ; il faut brûler l'ouvrière [la femme de Xantus].... Attendez, dit le paysan, je m'en vais querir ma femme, on ne fera qu'un bûcher pour toutes les deux ; ce dernier trait désarçonna le philosophe, Vie d'Ésope. dans DÉSARÇONNER
Tu n'aurais pas à la légère Descendu dans ce puits, Fab. III, 5 dans DESCENDRE
Chiens, chasseurs, villageois s'assemblent pour sa perte.... C'est par là que de loups l'Angleterre est déserte, Fabl. X, 6 dans DÉSERT, ERTE
Ces irrésolutions et ces retours vers la vie qui font la peine de ceux qui meurent, et dont les plus désespérés ne sont pas exempts, Psyché, I, p. 109 dans DÉSESPÉRÉ, ÉE
Notre désespéré le [trésor] ramasse et l'emporte, Laisse là le licou, s'en retourne avec l'or, Fabl. IX, 16 dans DÉSESPÉRÉ, ÉE
Son maître était jusqu'au cou dans les boues.... Il acheva de se désespérer, Lorsque la neige, en lui donnant aux joues, Vint à flocons, et le vent qui fouettait, Orais. dans DÉSESPÉRER
De quelque désespoir qu'une âme soit atteinte, La douleur est toujours moins forte que la plainte, Matrone. dans DÉSESPOIR
Qui désigné-je à votre avis Par ce rat si peu secourable ?, Fabl. III, 7 dans DÉSIGNER
Chemin faisant, Hispal expliquait ses désirs Moitié par ses discours, moitié par ses soupirs, Fianc. dans DÉSIR
Son miroir lui disait : prenez vite un mari ; Je ne sais quel désir le lui disait aussi, Fabl. VII, 5 dans DÉSIR
Quatre Mathusalem bout à bout ne pourraient Mettre à fin ce qu'un seul désire, Fabl. VIII, 25 dans DÉSIRER
Désormais que ma muse, aussi bien que mes jours, Touche de son déclin l'inévitable cours, Et que de ma raison le flambeau va s'éteindre, Irai-je en consumer les restes à me plaindre ?, Poésies mêlées, LXIX. dans DÉSORMAIS
J'aurais bon le demander à Perrette, elle ne l'avouerait jamais, elle est trop dessalée, la Coupe enchantée, sc. 6 dans DESSALÉ, ÉE
Je sais qu'à la desserre Vous êtes dur ; j'en suis fâché pour vous, Pays. dans DESSERRE
Car, lâchant le bâton en desserrant les dents, Elle tombe...., Fabl. X, 3 dans DESSERRER
Si quelqu'un desserre les dents, C'est un sot, j'en conviens : mais que faut-il donc faire ? Parler de loin ou bien se taire, Fabl. X, 2 dans DESSERRER
.... Le cheval lui desserre [au loup] Un coup et haut le pied, Fabl. XII, 17 dans DESSERRER
Lui hors de table, on dessert au plus vite, Orais. dans DESSERVIR
À ce signe d'abord leurs yeux se dessillèrent, Phil. et Bauc. dans DESSILLER
Ce bloc enfariné ne me dit rien qui vaille, S'écria-t-il de loin au général des chats ; Je soupçonne dessous encor quelque machine, Fabl. III, 18 dans DESSOUS
Le lièvre était gîté dessous un maître chou, Fabl. IV, 4 dans DESSOUS
De tout ce que dessus j'argumente très bien Qu'ici-bas maint talent n'est que pure grimace, Fabl. XI, 5 dans DESSUS
.... Presque en arrivant Un pirate survient, prend le dessus du vent, Les attaque, les bat, Filles de Minée. dans DESSUS
.... Un vaisseau de corsaires, Ayant pris le dessus du vent, Les attaqua ; le combat fut sanglant, Fiancée. dans DESSUS
Avec plus de raison nous aurions le dessus, Si mes confrères [les lions] savaient peindre, Fabl. III, 10 dans DESSUS
Dont il avint qu'il sauta par-dessus Ces longs soupirs et tout ce vain martyre, Berc. dans DESSUS
Tandis qu'à peine à tes pieds tu peux voir, Penses-tu lire au-dessus de ta tête ?, Fabl. II, 13 dans DESSUS
Comme un mouton qui va dessus la foi d'autrui, Fabl. II, 10 dans DESSUS
C'était tout, car les précieuses Font dessus tout les dédaigneuses, ib. VII, 5 dans DESSUS
Qu'au livre du destin les mortels peuvent lire, Fabl. II, 13 dans DESTIN
Le bien nous le faisons, le mal c'est la fortune, On a toujours raison, le destin toujours tort, ib. VII, 14 dans DESTIN
....Quand le mal est certain, La plainte ni la peur ne changent le destin, ib. VIII, 12 dans DESTIN
On rencontre sa destinée Souvent par des chemins qu'on prend pour l'éviter, Fabl. VIII, 16 dans DESTINÉE
À la porte de la salle Ils entendirent du bruit ; Le rat de ville détale ; Son camarade le suit, Fabl. I, 9 dans DÉTALER
Il met sur pieds sa bête et la fait détaler, ib. III, 1 dans DÉTALER
.... Ami, je te conseille De fuir en attendant que ton maître s'éveille ; Il ne saurait tarder : détale vite, et cours, ib. VIII, 17 dans DÉTALER
Pour venir au chartier embourbé dans ces lieux, Le voilà qui déteste et jure de son mieux, Fabl. VI, 18 dans DÉTESTER
Au bout de quelques jours il détourne l'enfant Du perfide voisin, puis à souper convie Le père qui s'excuse et lui dit en pleurant : ....J'aimais un fils plus que ma vie.... On me l'a dérobé...., Fabl. IX, 1 dans DÉTOURNER
Quand des chiens étrangers passent en quelque endroit Qui n'est pas de leur détroit, Fabl. X, 15 dans DÉTROIT
Il faut de celui-ci conserver l'amitié, Ou s'efforcer de le détruire, Avant que la griffe et la dent Lui soit crue et qu'il soit en état de nous nuire, Fabl. XI, 1 dans DÉTRUIRE
Je vous fais un présent capable de me nuire ; Chez vous Quintilien s'en va tous nous détruire, Car enfin qui le suit ? qui de nous aujourd'hui S'égale aux anciens tant estimés chez lui ?, Poésies mêlées, LXX (à Huet, en lui envoyant un Quintilien) dans DÉTRUIRE
Messieurs les courtisans, cessez de vous détruire ; Faites, si vous pouvez, votre cour sans vous nuire, Fabl. VIII, 3 dans DÉTRUIRE
Je connais maint detteur, qui n'est ni souris-chauve, Ni buisson, ni canard, ni dans tel cas tombé...., Fabl. XII, 7 dans DETTEUR
Vous me semblez tous deux fatigués du voyage, Phil. et Bauc. dans DEUX
Le drôle, ayant vu de loin tout le cas.... Donne des deux, gagne devant la nuit Château-Guillaume...., Orais. dans DEUX
Puis [il] souffre un coup avec grande constance ; Au deux il dit...., Pays. dans DEUX
[Le malheureux] Prend le plus gros [ail], en pitié le regarde, Mange et rechigne.... Le premier passe, aussi fait le deuxième, Paysan. dans DEUXIÈME
Les services d'Hipal en ce même moment Lui reviennent devant la vue, Fiancée. dans DEVANT
Alix était fort neuve sur ce point ; Le trop d'esprit ne l'incommodait point.... La pauvre dame allait tout devant elle, Faiseur. dans DEVANT
Je ne vous dis ici que ce qu'a dit Voiture : L'ami de Mécénas, Horace, dans ses sons, L'avait dit devant lui ; devant eux la nature L'avait fait dire en cent façons, Poésies mêlées, LVIII dans DEVANT
De ce qu'on le faisait lever devant l'aurore, Fabl. VI, 11 dans DEVANT
Quelque accident fait-il que je rentre en moi-même, Je suis gros Jean comme devant, Fabl. VII, 10 dans DEVANT
Le père avait longtemps devant Cette fille légitimée...., Coupe. dans DEVANT
Devant que l'Amour fût le mari de Psyché, c'était son amant, Psyché, II, p. 136 dans DEVANT
Cependant devant qu'il fût nuit, Il arriva nouvel encombre, Fabl. IX, 19 dans DEVANT
Celle-ci prévoyait jusqu'aux moindres orages, Et devant qu'ils fussent éclos, Les annonçait aux matelots, ib. I, 8 dans DEVANT
Vous l'apprendrez devant qu'il soit demain, Psaut. dans DEVANT
Il lui demanda, devant que de l'acheter, à quoi il lui serait propre, Vie d'Ésope. dans DEVANT
Si devant que sortir des confins d'Italie, Joc. dans DEVANT
Autrement il mourrait devant qu'être à la ville, Fabl. VI, 16 dans DEVANT
Si, devant que mourir, la triste Bérénice Vous veut de son trépas laisser quelque vengeur, Bérén. IV, 5 dans DEVANT
Quand nous avons quelque différend ma soeur et moi, si je fais la froide et l'indifférente, elle me recherche ; si elle se tient sur son quant-à-moi, je vais au-devant, Psyché, II, p. 140 dans DEVANT
Et les sergents et les procès Et les créanciers à la porte Dès devant la pointe du jour, Fabl. XII, 7 dans DEVANT
Zoon n'aimant donc rien, ne s'aimant pas lui-même, Vit Iole endormie, et le voilà frappé ; Voilà son coeur développé...., Filles de Minée. dans DÉVELOPPÉ, ÉE
Mon âme en toute occasion Développe le vrai caché sous l'apparence, Fabl. VII, 18 dans DÉVELOPPER
Pour s'enfuir devers sa tanière, Fabl. II, 14 dans DEVERS
Il s'en allait devers Château-Guillaume, Orais. dans DEVERS
Il se rendra devers mon cabinet, Confid. dans DEVERS
J'ai des cavales en Égypte qui conçoivent au hennissement des chevaux qui sont devers Babylone, Vie d'Ésope. dans DEVERS
Tout fut secret ; et quiconque eut du bon, Par devers soi le garda sans rien dire, Berc. dans DEVERS
Moi, devine ! on se moque ; Eh ! messieurs, sais-je lire ?, Fabl. VII, 15 dans DEVIN, INE
Quoiqu'ignorante à vingt et deux carats, Et logée en un galetas, Une devineresse avait empli sa bourse, Fabl. VII, 15 dans DEVINEUR, ERESSE
Chez la devineuse on courait Pour se faire annoncer ce que l'on désirait, Fabl. VII, 15 dans DEVINEUR, ERESSE
Un jour qu'ils étaient en devis, Rich. dans DEVIS
Le trépas vient tout guérir ; Mais ne bougeons d'où nous sommes ; Plutôt souffrir que mourir, C'est la devise des hommes, Fabl. I, 16 dans DEVISE
Diversité c'est ma devise, Pâté. dans DEVISE
Si votre majesté Est curieuse de beauté, Qu'elle fasse venir mon frère : Aux plus charmants il n'en doit guère, Joc. dans DEVOIR
Chacun fit son devoir de dire à l'affligée...., Matr. dans DEVOIR
Ils avaient lu qu'en amour on soupire ; Ils tâchaient donc d'en faire leur devoir, Rém. dans DEVOIR
Ils sont à nous dévolus par l'édit, Papef. dans DÉVOLU, UE
Des soucis dévorants c'est l'éternel asile, Phil. et Bauc. dans DÉVORANT, ANTE
Il dévore des yeux et du coeur cent beautés, Scam. dans DÉVORER
Il avait gens à sa dévotion, Fér. dans DÉVOTION
Le portier est personne Entièrement à ma dévotion, Comm. l'espr. dans DÉVOTION
L'histoire nous apprend qu'en de tels accidents On fait de pareils dévouements, Fabl. VII, 1 dans DÉVOUEMENT, ou comme quelques-uns écrivent, dit l'Académie, DÉVOÛMENT
Un loup quelque peu clerc prouva par sa harangue Qu'il fallait dévouer ce maudit animal, Ce pelé, ce ga leux, d'où venait tout le mal, Fabl. VII, 1 dans DÉVOUER
Un homme n'ayant plus ni crédit ni ressource, Et logeant le diable en sa bourse, C'est-à-dire n'y logeant rien, Fabl. IX, 16 dans DIABLE
Il faudra, si je veux, Que le manteau s'en aille au diable, Fabl. VI, 3 dans DIABLE
Il envoya les marquisats au diable, Faucon. dans DIABLE
Pour satisfaire au lot du diableteau...., Papef. dans DIABLETEAU
Est-ce assez, dites-moi ? N'y suis-je point encore ? - Nenni. - M'y voilà donc ? - Point du tout. - M'y voilà ? - Vous n'en approchez point, Fabl. I, 3 dans DIALOGISME
Croyez-vous que vos dents impriment leurs outrages Sur tant de beaux ouvrages ? Ils sont pour vous d'airain, d'acier, de diamant, Fabl. V, 16 dans DIAMANT
Ämes de bronze, humains, celui-là fut sans doute Armé de diamant, qui tenta cette route, Et le premier osa l'abîme défier, ib. VII, 12 dans DIAMANT
Un pré Tout bordé de ruisseaux et de fleurs diapré, Fabl. IV, 12 dans DIAPRÉ, ÉE
Un manant lui coupa [au loup] le pied droit et la tête ; Le seigneur du village à sa porte les mit, Et ce dicton picard à l'entour fut écrit...., Fabl. IV, 16 dans DICTON
Belles comtés, Beaux marquisats de Dieu qu'il possédait, Faucon. dans DIEU
La femme, neuve sur ce cas Ainsi que sur mainte autre affaire, Crut la chose et promit ses grands dieux de se taire, Fabl. VIII, 6 dans DIEU
Magdeleine.... jurait ses grands dieux De...., Jum. dans DIEU
Le récit précédent suffit Pour montrer que le peuple est juge récusable ; En quel sens est donc véritable Ce que j'ai lu dans certain lieu, Que sa voix est la voix de Dieu ?, Fabl. VIII, 26 dans DIEU
Qu'est-ce que Jupiter ? un corps sans connaissance. D'où vient donc que son influence Agit différemment sur ces deux hommes-ci ?, Fabl. VIII, 16 dans DIFFÉREMMENT
Quand nous avons quelque différend ma soeur et moi, Psyché, II, p. 140 dans DIFFÉREND
Entre deux bourgeois d'une ville S'émut jadis un différend, Fabl. VIII, 19 dans DIFFÉREND
L'aigle, reine des airs, avec Margot la pie Différentes d'humeur, de langage et d'esprit, Et d'habit, Traversaient un bout de prairie, Fabl. XII, 11 dans DIFFÉRENT, ENTE
Hélas ! qu'il est déchu de ce bonheur suprême ! Que vous le trouveriez différent de lui-même !, Poésies mêlées, XXVIII dans DIFFÉRENT, ENTE
Ne soyons pas si difficiles ; Les plus accommodants, ce sont les plus habiles, Fabl. VII, 4 dans DIFFICILE
.... Et je tiens, quant à moi, Que tous tels sorts sont recettes frivoles ; Frivoles sont, c'est sans difficulté, Or. dans DIFFICULTÉ
On ne saurait dire si Ésope eut sujet de remercier la nature ou bien de se plaindre d'elle ; car, en le douant d'un très bel esprit, elle le fit naître difforme et laid de visage, Vie d'Ésope. dans DIFFORME
Le père lui laissa digérer sa disgrâce, Fabl. VI, 21 dans DIGÉRER
Il faut user de diligence extrême, Orais. dans DILIGENCE
Le berger plut au roi par ses soins diligents : Tu mérites, dit-il, d'être pasteur de gens, Fabl. X, 10 dans DILIGENT, ENTE
Notre galant s'étant diligenté Se retira...., Mul. dans DILIGENTER
Nous laissant dîmer sur un bien Qui ne vous coûte presque rien, Cord. dans DÎMER
Mon esprit diminue, au lieu qu'à chaque instant On aperçoit le vôtre aller en augmentant, Fabl. XII, 1 dans DIMINUER
.... La voilà donc compagne De certaines Phillis qui gardent les dindons, Fabl. VII, 2 dans DINDON
Contre les assauts d'un renard Un arbre à des dindons servait de citadelle, ib. XII, 18 dans DINDON
La lune, alors luisant, semblait contre le sire [le renard] Vouloir favoriser la dindonnière gent, Fabl. XII, 18 dans DINDONNIER, IÈRE
Mais dès la dînée le panier [aux provisions] fut entamé, Vie d'Ésope. dans DÎNÉE
Compère le renard se mit un jour en frais, Et retint à dîner commère la cigogne, Fabl. I, 18 dans DÎNER
L'oiseau n'est plus, vous en avez dîné, Faucon. dans DÎNER
Mais cependant il a honte, il enrage De n'avoir pas chez soi pour lui donner Tant seulement un malheureux dîner, Fauc. dans DÎNER ou DÎNÉ
À l'heure dite, il courut au logis De la cigogne son hôtesse, Loua très fort sa politesse, Trouva le dîner cuit à point, Fabl. I, 18 dans DÎNER ou DÎNÉ
Pleins d'appétit et beaux dîneurs, Cord. dans DÎNEUR
Le bonhomme disait : ce sont là jeux de prince ; Mais on le laissait dire...., Fabl. IV, 4 dans DIRE
Quiconque ne voit guère N'a guère à dire aussi, Fabl. IX, 2 dans DIRE
Qu'est ceci ? s'écria le mangeur de moutons : Dire d'un, puis d'un autre ! est-ce ainsi que l'on traite Les gens faits comme moi ?, Fabl. IV, 16 dans DIRE
Soyez beau, bien disant, Coupe. dans DIRE
Qu'en dites-vous ? Que dira-t-on de vous ? Alléguant un grand rhume : il ne pouvoit que dire, Sans odorat...., Fab. VII, 7 dans DIRE
Cela faisait que le bon sire Ne savait tantôt plus qu'y dire, Ann. dans DIRE
D'abord, dit-il, j'allais tout doucement Auprès du lit écouter si le sire S'approcherait, et s'il en voudrait dire, Mandr. dans DIRE
Qui dit Sillery dit tout ; Peu de gens en leur estime Lui refusent le haut bout, Fabl. VIII, 13 dans DIRE
Cette dernière femme eut beau faire, eut beau dire : Moi devine ! on se moque ; eh ! messieurs, sais-je lire ? .... Point de raisons : fallut deviner et prédire, Fabl. VII, 15 dans DIRE
Gardez-vous.... d'ouvrir.... que l'on ne vous die...., Fabl. IV, 15 dans DIRE
.... rois et dieux mettent, quoi qu'on leur die, Tout en même catégorie, ib. V, 18 dans DIRE
Et puisqu'il faut que je le die, Rien où l'on soit moins préparé, ib. VIII, 1 dans DIRE
Quiconque aime le die !, Court. dans DIRE
Tous les gens querelleurs, jusqu'aux moindres mâtins, Au dire de chacun étaient de petits saints, Fabl. VII, 1 dans DIRE
Le disciple [le renard voulant devenir loup] aussitôt droit au coq s'en alla, Jetant bas sa robe de classe, Oubliant les brebis, les leçons, le régent, Fabl. IX, 12 dans DISCIPLE
La discorde a toujours régné dans l'univers ; Notre monde en fournit mille exemples divers, Fabl. XII, 8 dans DISCORDE
La déesse Discorde ayant brouillé les dieux, Et fait un grand procès là-haut pour une pomme, On la fit déloger des cieux ; Chez l'animal qu'on appelle homme, On la reçut à bras ouverts, Fabl. VI, 20 dans DISCORDE
Eux discourant, pour tromper le chemin, De chose et d'autre...., Or. dans DISCOURIR
Est-ce à moi que l'on tient de semblables discours ? Tu gagnerais autant à parler à des sourds, Fabl. XII, 5 dans DISCOURS
.... Ce discours un peu fort Doit commencer à vous déplaire, Fabl. XI, 7 dans DISCOURS
En sage et discrète personne Maître chat excusait ces jeux, Fabl. XII, 2 dans DISCRET, ÈTE
Je t'apprendrai, dit en soi-même le Phrygien, à spécifier ce que tu souhaites, sans t'en remettre à la discrétion d'un esclave, Vie d'Ésope. dans DISCRÉTION
Le vainqueur l'eut à sa discrétion, Mandr. dans DISCRÉTION
Elle [la belette] sortait de maladie ; Là vivant à discrétion, La galante fit chère lie, Fabl. III, 17 dans DISCRÉTION
Il le conte au docteur ; discrétion française Est chose outre nature et d'un trop grand effort, Roi Candaule. dans DISCRÉTION
Un charlatan se vantait d'être En éloquence un si grand maître Qu'il rendrait disert un badaud, Fabl. VI, 19 dans DISERT, ERTE
Dieu ne créa que pour les sots Les méchants diseurs de bons mots, Fabl. VIII, 8 dans DISEUR, EUSE
.... consulter, Sur le sort de sa géniture, Les diseurs de bonne aventure, Fabl. VIII, 16 dans DISEUR, EUSE
Il consultait matrones, charlatans, Diseurs de mots, experts sur cette affaire, Mandrag. dans DISEUR, EUSE
À Rome on ne lit point Boccace sans dispense, Ball. sur les romans. dans DISPENSE
Quant à son temps, bien sut le dispenser : Deux parts en fit, dont il soulait passer L'une à dormir et l'autre à ne rien faire, Son épitaphe faite par lui-même dans DISPENSER
Dans les visites qui sont faites Le renard se dispense et se tient clos et coi, Fabl. III, 3 dans DISPENSER
Il suivit à la fin de plus sages conseils ; Au lieu de ses amours il servit sa patrie ; Son prince disposa du reste de sa vie, Poésies mêlées, 53 dans DISPOSER
Le chemin étant long et partant ennuyeux, Pour l'accourcir ils disputèrent, Fabl. IX, 14 dans DISPUTER
Quoi ! vous ne savez pas Que le rhinocéros me dispute le pas ?, Fabl. XII, 21 dans DISPUTER
Ce réseau me retient ; ma vie est en tes mains ; Viens dissoudre ces noeuds, Fabl. VIII, 22 dans DISSOUDRE
À l'heure dite, il courut au logis De la cigogne son hôtesse, Fab. I, 18 dans DIT, DITE
Tout en tout est divers ; ôtez-vous de l'esprit Qu'aucun être ait été composé sur le vôtre, Fabl. IX, 12 dans DIVERS, ERSE
Du reste, en quoi répond au sort toujours divers Ce train toujours égal dont marche l'univers ?, ib. II, 13 dans DIVERS, ERSE
Ô combien l'homme est inconstant, divers, Faible, léger, tenant mal sa parole !, Cloch. dans DIVERS, ERSE
Eh bien ! dit Xantus, qui prétendait l'attraper, achète-moi demain [pour un repas] ce qu'il y a de pire ; ces mêmes personnes viendront chez moi, et je veux diversifier [faire servir d'autres mets], Vie d'Ésope. dans DIVERSIFIER
Diversité c'est ma devise, Pâté. dans DIVERSITÉ
.... Ce n'est pas sur l'habit Que la diversité me plaît, c'est dans l'esprit, Fabl. IX, 3 dans DIVERSITÉ
Ni l'or ni la grandeur ne nous rendent heureux ; Ces deux divinités n'accordent à nos voeux Que des biens peu certains, des plaisirs peu tranquilles, Phil. et Baucis dans DIVINITÉ
Tenez toujours divisés les méchants ; La sûreté du reste de la terre Dépend de là...., Fables, VII, 8 dans DIVISÉ, ÉE
Que le bon soit toujours camarade du beau.... Mais comme le divorce entre eux n'est pas nouveau, Fabl. VII, 2 dans DIVORCE
....C'est folie De compter sur dix ans de vie, Fabl. VI, 19 dans DIX
Que fit-il ? le besoin, docteur en stratagème, Lui fournit celui-ci...., Fabl. X, 4 dans DOCTEUR
Ce loup rencontre un dogue aussi puissant que beau, Fabl. I, 5 dans DOGUE
D'abord avec son haleine Il se réchauffe les doigts, Fables, V, 7 dans DOIGT
Notre légiste eût mis son doigt au feu Que son épouse était toujours fidèle, Cal. dans DOIGT
Les trois en ont regret et se mordent les doigts, Mazet. dans DOIGT
Atis ne vaut pas seulement un doigt du personnage [il lui est très inférieur], Petit chien dans DOIGT
Un mouchoir noir, de deux grands doigts trop court, Or. dans DOIGT
Au passage d'un pont ou sur le bord d'un dois, Lett. XIX. dans DOIT ou DOIS
Il en faisait sa plainte une nuit ; un voleur Interrompit la doléance, Fabl. IX, 15 dans DOLÉANCE
...La trop dolente mère Fit dans l'abord force larmes couler, Fauc. dans DOLENT, ENTE
Dom pourceau criait en chemin...., Fabl. VIII, 12 dans DOM
Ce temps [de la mort], hélas ! embrasse tous les temps : Qu'on le partage en jours, en heures, en moments, Il n'en est point qu'il ne comprenne Dans le fatal tribut ; tous sont de son domaine, Fabl. VIII, 1 dans DOMAINE
Elle [Alecton] jura par Pluton Que toute l'engeance humaine Serait bientôt du domaine Des déités de là-bas, Fabl. VIII, 20 dans DOMAINE
La vertu De tout exemple domestique Est universelle et s'applique En bien, en mal, en tout ; fait des sages, des sots, Beaucoup plus de ceux-ci...., Fabl. XII, 10 dans DOMESTIQUE
Heureux de ne devoir à pas un domestique Le plaisir ou le gré des soins qu'ils se rendaient, Phil. et Bauc. dans DOMESTIQUE
Bon gentilhomme et qui, dans son courroux, N'avait encor tonné que sur les choux, Plus ne savait apporter de dommage, Papef. dans DOMMAGE
Tous délais y font du dommage, Nic. dans DOMMAGE
Ils mirent en commun le gain et le dommage, Fab. I, 6 dans DOMMAGE
Rien ne resta qu'une ferme au pauvre homme, Et peu d'amis, même amis Dieu sait comme ; Le plus zélé de tous se contenta, Comme chacun, de dire : c'est dommage, Fauc. dans DOMMAGE
C'est dommage, Garo, que tu n'es point entré Au conseil de celui que prêche ton curé, Fabl. IX, 4 dans DOMMAGE
Son bois [d'un cerf], dommageable ornement, L'arrêtant à chaque moment...., Fabl. VI, 9 dans DOMMAGEABLE
Puissent mes vers mériter tant de grâce Que d'être offerts au dompteur des humains [Louis XIV], Accompagnés d'un mot de votre bouche, Poésies mêlées, LI, À Mme de Fontanges. dans DOMPTEUR
Car de prêter, à moins que sur bons gages, Point de nouvelle ; on oublia les dons, Et le mérite, et les belles raisons De Frédéric, et sa première vie, Fauc. dans DON
Le linge orné de fleurs fut couvert, pour tout mets, D'un peu de lait, de fruits et des dons de Cérès, Phil. et Baucis. dans DON
Chômons : c'est faire assez qu'aller de temple en temple Rendre à chaque immortel les voeux qui lui sont dus ; Les jours donnés aux dieux ne sont jamais perdus, Filles de Minée. dans DONNÉ, ÉE
Vous joignez aux bienfaits un air si gracieux Qu'on ne vit jamais dans le monde De roi qui donnât plus ni qui sût donner mieux, Poésies mêlées, LIV, Fiesque au roi. dans DONNER
Ce qu'on donne aux méchants toujours on le regrette ; Pour tirer d'eux ce qu'on leur prête, Il faut qu'on en vienne aux coups, Fabl. II, 7 dans DONNER
.... l'âne en se donnant tout l'honneur de la chasse, Fabl. II, 19 dans DONNER
De façon que le philosophe fut obligé de donner les mains, Vie d'Ésope. dans DONNER
Que fait-il [un petit chien] ? il donne la patte, Puis aussitôt il est baisé, Fab. IV, 5 dans DONNER
Cet inconnu, dit-il, nous la vient donner belle D'insulter ainsi notre ami, Fabl. XII, 2 dans DONNER
L'aigle donnait la chasse à maître Jean lapin, Fabl. II, 8 dans DONNER
Nos femmes, ce dit-il, nous en ont donné d'une, Joc. dans DONNER
À travers champs s'enfuit, donne des deux, Or. dans DONNER
Donnez-vous, ne vous donnez pas, Ce sera toujours même affaire ; Pour qui ménagez-vous les trésors de l'amour ?, Petit chien. dans DONNER
À tous époux Dieu doint pareille joie, Diable. dans DONNER
De tous côtés lui vient des donneurs de recette, Fabl. VIII, 3 dans DONNEUR, EUSE
Mots dorés en amour font tout, Pâté. dans DORÉ, ÉE
La pilule, à vrai dire, était assez amère ; Mais il sut la dorer, et, pour me satisfaire, D'un bon contrat de quatre mille écus Il augmenta la dot...., Contrat. dans DORER
Le dormeur s'éveilla, tant il en [de son songe] fut surpris, Fab. XI, 4 dans DORMEUR, EUSE
Pinuce au même instant Fait le dormeur, Berc. dans DORMEUR, EUSE
Guillot, le vrai Guillot, étendu sur l'herbette, Dormait alors profondément, Fabl. III, 3 dans DORMIR
Cette réflexion embarrassant notre homme, On ne dort pas, dit-il, quand on a tant d'esprit, ib. IX, 4 dans DORMIR
T'attendre aux yeux d'autrui, quand tu dors, c'est erreur, ib. XI, 3 dans DORMIR
Je ne dormirai point sous de riches lambris ; Mais voit-on que le somme en perde de son prix ?, ib. XI, 4 dans DORMIR
.... Je lui conseille De dormir, s'il se peut, d'un et d'autre côté, Coupe. dans DORMIR
Certain jaloux ne dormant que d'un oeil, On ne s'avise.... dans DORMIR
Cette crainte maudite M'empêche de dormir sinon les yeux ouverts, Fabl. II, 14 dans DORMIR
Le long dormir est exclu de ce lieu, Papef. dans DORMIR
Que les soins de la Providence N'eussent pas au marché fait vendre le dormir Comme le manger et le boire, Fabl. VIII, 2 dans DORMIR
Les sages quelquefois, ainsi que l'écrevisse, Marchent à reculons, tournent le dos au port, Fabl. XII, 10 dans DOS
Les commis de la douane remirent généreusement à Xantus le sou pour livre, Vie d'Ésope. dans DOUANE
C'est bien raison qu'au double on le leur rende, Rém. dans DOUBLE
Les accusateurs d'Ésope furent punis doublement, pour leur gourmandise et leur méchanceté, Vie d'Ésope. dans DOUBLEMENT
Un jour donc l'animal, qui ne songeait qu'à nuire, Détachait du monceau tantôt quelque doublon, Un jacobus, un ducaton, Et puis quelque noble à la rose, Fabl. XII, 3 dans DOUBLON
La fortune passa, l'éveilla doucement, Et lui dit : mon mignon, je vous sauve la vie, Fabl. V, 11 dans DOUCEMENT
Mon fils, dit la souris, ce doucet est un chat, Fabl. VI, 5 dans DOUCET, ETTE
Elle en tomba d'accord, promit quelques douceurs, Fiancée. dans DOUCEUR
Plus fait douceur que violence, Fabl. VI, 3 dans DOUCEUR
On ne saurait dire si Ésope eut sujet de remercier la nature ou bien de se plaindre d'elle ; car, en le douant d'un très bel esprit, elle le fit naître difforme et laid de visage, Vie d'Ésope dans DOUER
Livrer Psyché aux désirs d'un monstre ? y avait-il de la justice à cela ? aussi les parents de la belle doutèrent longtemps s'ils obéiraient, Psyché, I, p. 30 dans DOUTER
Il [le lièvre] était douteux, inquiet, Un souffle, une ombre, un rien tout lui donnait la fièvre, Fabl. II, 14 dans DOUTEUX, EUSE
Ainsi, dans les dangers qui nous suivent en croupe, Le doux parler ne nuit de rien, Fabl. III, 12 dans DOUX, DOUCE
Tout ce qui naît de doux en l'amoureux empire, Adonis. dans DOUX, DOUCE
Ni loups ni renards n'épiaient La douce et l'innocente proie, Fabl. VII, 1 dans DOUX, DOUCE
On va mieux quand on va doux, Cord. dans DOUX, DOUCE
J'ai vu, dit-il, un chou plus grand qu'une maison ; Et moi, dit l'autre, un pot aussi grand qu'une église. Le premier se moquant, l'autre reprit : Tout doux ; On le fit pour cuire vos choux, Fabl. IX, 1 dans DOUX, DOUCE
Le demeurant des rats tint chapitre en un coin Sur la nécessité présente ; Dès l'abord, leur doyen, personne fort prudente, Opina qu'il fallait, et plus tôt que plus tard, Attacher un grelot au cou de Rodilart, Fabl. II, 2 dans DOYEN
Quand un autre dragon, qui n'avait qu'un seul chef Et bien plus d'une queue...., Fabl. I, 12 dans DRAGON
Le meilleur de ce conte Entre deux draps pour Renaud se passa, Orais. dans DRAP
On fait dresser un appareil de pompe funèbre pour satisfaire à chaque point de l'oracle, Psyché, I, p. 32 dans DRESSER
Blanc, poli, bien formé, de taille haute et drette, Cas de consc. dans DRET, DRETTE
On trouva qu'il ne valait rien [le raisonnement du chien] ; On vous sangla le pauvre drille [chien], Fabl. XI, 3 dans DRILLE
Mère écrevisse un jour à sa fille disoit : Comme tu vas, bon Dieu ! ne peux-tu marcher droit ?, Fabl. XII, 10 dans DROIT, DROITE
Chez le marchand tout droit il s'en alla, Fabl. VIII, 18 dans DROIT, DROITE
La [chatte] perfide descend tout droit à l'endroit Où la laie était en gésine, Fabl. III, 6 dans DROIT, DROITE
Une autre voix allant si droit au coeur, Belph. dans DROIT, DROITE
[Je] Leur ai dit la langueur Dont votre majesté craint à bon droit la suite, Fabl. VIII, 3 dans DROIT
C'est à bon droit que l'on condamne à Rome L'évêque d'Ypre, auteur de vains débats, Ball. sur Escobar. dans DROIT
Au bout de quelque temps l'homme va voir son or ; Il ne retrouva que le gîte, Soupçonnant à bon droit son compère...., Fabl. X, 5 dans DROIT
Si la belle Plus que de droit ne se montrait cruelle, Orais. dans DROIT
La seconde [part] par droit me doit échoir encor, Fabl. I, 6 dans DROIT
L'invention des arts étant un droit d'aînesse, Fabl. III, 1 dans DROIT
Je prends droit là-dessus contre le bramin même, Fabl. IX, 7 dans DROIT
Sur tous ses compagnons Atropos et Neptune Recueillirent leur droit...., Fabl. VII, 14 dans DROIT
Ce brouet fut par lui servi sur une assiette ; La cigogne au long bec n'en put attraper miette, Et le drôle eut lapé le tout en un moment, Fabl. I, 18 dans DRÔLE
Le loup.... Revient voir si son chien n'est pas meilleur à prendre ; Mais le drôle était au logis, ib. IX, 10 dans DRÔLE
De telles gens il est beaucoup Qui prendraient Vaugirard pour Rome, Et qui, caquetant au plus dru, Parlent de tout et n'ont rien VU, Fabl. IV, 7 dans DRU, DRUE
Caquet-bon-bec alors de jaser au plus dru, Sur ceci, sur cela, sur tout, ib. XII, 11 dans DRU, DRUE
Le noeud du mariage Damne aussi dru qu'aucuns autres états, Belph. dans DRU, DRUE
Je te promets à ce printemps Une petite camusette, Friponne, drue et joliette, Avec qui l'on t'enfermera ; Puis s'en démêle qui pourra, Poésies mêlées, XXXII, pour Mignon, chien de Son Altesse royale dans DRU, DRUE
Malgré moi l'on m'a jointe avec vous, Vous vieux penard, moi fille jeune et drue, Cal. dans DRU, DRUE
Lucrèce jeune et drue et bien taillée, Mandr. dans DRU, DRUE
La fillette était drue, honnête toutefois, Cas. dans DRU, DRUE
Peut-être qu'il eut peur De perdre, outre son dû, le gré de sa louange, Fabl. I, 14 dans
Un homme accumulait ; on sait que cette erreur Va souvent jusqu'à la fureur ; Celui-ci ne songeait que ducats et pistoles, Fabl. XII, 3 dans DUCAT
Mais le moindre ducaton Ferait bien mieux mon affaire, Fabl. I, 20 dans DUCATON
Genre de mort qui ne duit pas à gens peu curieux de goûter le trépas, Fabl. IX, 16 dans DUIRE
.... Choisissez des tons un peu moins hauts ; Horace en a de tous ; voyez ceux qui vous duisent, Clymène, Comédie. dans DUIRE
Tout duit aux gens heureux, Rém. dans DUIRE
Un personnage Dûment atteint de cocuage, Coupe. dans DÛMENT
Notre défunt était en carrosse porté, Bien et dûment empaqueté, Fabl. VII, 11 dans DÛMENT
Ne point mentir, être content du sien, C'est le plus sûr ; cependant on s'occupe à dire faux pour attraper du bien ; Que sert cela ? Jupiter n'est pas dupe, Fabl. V, 1 dans DUPE
Un philosophe assure Que toujours par leurs sens les hommes sont dupés, Fabl. VII, 18 dans DUPÉ, ÉE
Pauvre ignorant ! et que prétends-tu faire ? Tu te prends à plus dur que toi, Fabl. V, 16 dans DUR, DURE
Nos termes sont pareils par leur courte durée, Fabl. XI, 8 dans DURÉE
Ne pouvant plus durer en tel tourment, Rich. dans DURER
Tant se la mit le drôle en la cervelle, Que dans sa peau peu ni point ne durait, Coc. dans DURER
Ils habitaient un bourg plein de gens dont le coeur Joignait aux duretés un sentiment moqueur, Phil. et Baucis. dans DURETÉ
Par ce moyen, vous verrez s'il tient eau, Cuv. dans EAU
N'allez point à l'eau chez un autre, Pâté. dans EAU
Pour vos ébats nous nourrirons nos filles, Berc. dans ÉBAT
L'ébattement pourrait nous en être agréable, Vous plaît-il de l'avoir ? eh bien, gageons nous deux, Fabl. VI, 3 dans ÉBATTEMENT
La gazelle s'allait ébattre innocemment, Fabl. XII, 15 dans ÉBATTRE (S')
Agréez que ma muse Achève un jour cette ébauche confuse, Fabl. XII, 15 dans ÉBAUCHE
Mais, pour mon frère l'ours, on ne l'a qu'ébauché, Fabl. I, 7 dans ÉBAUCHER
Un jour dans son jardin il vit notre écolier Qui, grimpant sans égard sur un arbre fruitier, Gâtait jusqu'aux boutons, douce et frêle espérance ; Même il ébranchait l'arbre...., Fabl. IX, 5 dans ÉBRANCHER
Lorsque Psyché alla à cette fontaine, le monstre se réjouissait au soleil, qui tantôt dorait ses écailles, tantôt les faisait paraître de cent couleurs, Psyché, II, 177 dans ÉCAILLE
Tenez, la cour vous donne à chacun une écaille, Fabl. IX, 9 dans ÉCAILLE
Notre homme écarte et ses as et ses rois, Coupe. dans ÉCARTER
Quand je suis seul, je fais au plus brave un défi ; Je m'écarte, je vais détrôner le sofi ; On m'élit roi, mon peuple m'aime, Fabl. VII, 10 dans ÉCARTER
Amour, dit la soeur de Psyché, me voilà venue ; notre étourdie de cadette m'a assurée que tu voulais m'épouser.... je me doutais bien que tu la répudierais pour l'amour de moi ; car c'est une écervelée, Psyché, II, p. 151 dans ÉCERVELÉ, ÉE
Le temps, qui toujours marche, avait pendant deux nuits Échancré, selon l'ordinaire, De l'astre au front d'argent la face circulaire, Fabl. XI, 6 dans ÉCHANCRER
Quelle consolation pour eux [mes parents] que d'apprendre combien je suis pourvue richement ; et si, avant que d'entrer dans la tombe, ils voyaient au moins un échantillon des douceurs et des avantages dont je jouis !, Psyché, I, p. 63 dans ÉCHANTILLON
Lucrèce était échappée aux blondins, Mandr. dans ÉCHAPPÉ, ÉE
Les pauvres gens n'avaient de leur amour, Encor joui, sinon par échappées, Gag. dans ÉCHAPPÉE
N'en dois-je point garder ? donc il faut avoir soin De le nourrir [ce peuple de souris] sans qu'il échappe, Fabl. XI, 9 dans ÉCHAPPER
La volatile échappe à sa tremblante main, Phil. et Bauc. dans ÉCHAPPER
Plusieurs se sont trouvés qui, d'écharpe changeant, Au danger, ainsi qu'elle [la chauve-souris], ont fait souvent la figue, Fabl. II, 5 dans ÉCHARPE
La plupart de ces princes.... Vont s'échauder en des provinces Pour le profit de quelque roi, Fabl. IX, 17 dans ÉCHAUDER
De parole en parole le différend s'échauffa jusqu'à tel point que la femme demanda son bien et voulut se retirer chez ses parents, Vie d'Ésope. dans ÉCHAUFFER
Le mois a trente jours ; jusqu'à cette échéance Jeûnerons-nous, par votre foi ?, Fabl. X, 16 dans ÉCHÉANCE
Et si de quelque échec notre faute est suivie, Nous disons injures au sort, Fabl. VII, 14 dans ÉCHEC
S'il [le roi] ne le veut [avancer des fonds], afin d'y satisfaire, Aux échevins on dira franchement : L'argent surtout est chose nécessaire, Ballade à Fouquet pour faire obtenir à Château-Thierry une subvention à l'effet de réparer le pont dans ÉCHEVIN
Le long de ton échine Je grimperai premièrement, Fabl. III, 5 dans ÉCHINE
L'animal à longue échine [la belette], ib. IV, 6 dans ÉCHINE
On vous happe notre homme, On vous l'échine, on vous l'assomme, Fabl. XII, 22 dans ÉCHINER
La longue [paille] échet sans faute au défendeur, Juge. dans ÉCHOIR
L'avis de celui-ci fut d'abord trouvé bon Par les trois échoués aux bords de l'Amérique, Fabl. X, 16 dans ÉCHOUÉ, ÉE
Fédéric échoua Contre ce roc [ce coeur insensible] et le nez s'y cassa, Faucon. dans ÉCHOUER
.... les lieux Honorés par les pas, éclairés par les yeux De l'aimable et jeune bergère Pour qui, sous le fils de Cythère, Je servis, engagé par mes premiers serments, Fabl. IX, 2 dans ÉCLAIRÉ, ÉE
Le dédale des coeurs en ses détours n'enserre Rien qui ne soit d'abord éclairé par les dieux, Fabl. IV, 19 dans ÉCLAIRÉ, ÉE
Je l'allais aborder, quand d'un son plein d'éclat L'autre m'a fait prendre la fuite, Fabl. VI, 5 dans ÉCLAT
Ces paroles à quoi Gelaste ne s'attendait point, et qui firent faire un petit éclat de risée, l'interdirent un peu, Psyché, I, p. 89 dans ÉCLAT
L'hôte s'étant levé commence à faire éclat, Berc. dans ÉCLAT
Mais je suis bonne et ne veux point d'éclat, Gag. dans ÉCLAT
Jeune et belle, elle avait sous ses pleurs de l'éclat, Matr. dans ÉCLAT
Comme Anselme vivait avec assez d'éclat, Petit chien. dans ÉCLAT
Le roi n'éclata point ; les cris sont indécents à la majesté souveraine, Fabl. XII, 12 dans ÉCLATER
À ce propos le galant éclata, Rich. dans ÉCLATER
De ces dards joints ensemble un seul ne s'éclata, Fabl. IV, 18 dans ÉCLATER
Le premier qui les vit de rire s'éclata, Fabl. III, 1 dans ÉCLATER
Les nonnains s'éclatent de rire, Tabl. dans ÉCLATER
Que fait-il ? il s'éclipse, il part, Pet. chien. dans ÉCLIPSER
Elle bâtit un nid, pond, couve, fait éclore À la hâte ; le tout alla du mieux qu'il put, Fabl. IV, 22 dans ÉCLORE
Le noble poursuivit : Moi je sais le blason ; j'en veux tenir école, Fabl. X, 16 dans ÉCOLE
Je hais les pièces d'éloquence Hors de leur place et qui n'ont point de fin ; Et ne sais bête au monde pire Que l'écolier, si ce n'est le pédant, Fabl. IX, 5 dans ÉCOLIER, IÈRE
Éconduire un lion rarement se pratique, Fabl. IV, 12 dans ÉCONDUIRE
Du temps de la Fontaine on disait l'écorce du kin : Ce dieu, dis-je, touché de l'humaine misère, Produisit un remède au plus grand de nos maux : C'est l'écorce du kin, seconde panacée ; Loin des peuples connus Apollon l'a placée, Quinquina, I dans ÉCORCE
Je veux être Écorché vif si...., Gag. dans ÉCORCHER
Le beau sexe était sauvage ; Il ne l'est plus maintenant ; Et des louanges pareilles De nos dames d'à présent N'écorchent point les oreilles, Cand. dans ÉCORCHER
Comme ils [les rats] pouvaient gagner leur habitation, L'écornifleur [le renard] étant à demi-quart de lieue, Fabl. X, 1 dans ÉCORNIFLEUR, EUSE
Il n'arrive rien dans le monde Qu'il ne faille qu'elle en réponde [la Fortune] ; Nous la faisons de tous écots, Fabl. V, 11 dans ÉCOT
À ces mots il se fit une telle huée, Que le pauvre écourté ne put être entendu, Fabl. V, 5 dans ÉCOURTÉ, ÉE
Il ne faut jamais dire aux gens : Écoutez un bon mot, oyez une merveille ; Savez-vous si les écoutants En feront une estime à la vôtre pareille ?, Fabl. XI, 9 dans ÉCOUTANT, ANTE
J'ai vu dans le palais une robe mal mise Gagner gros ; les gens l'avaient prise Pour maître tel, qui traînait après soi Force écoutants...., Fabl. VII, 15 dans ÉCOUTANT, ANTE
Ayant, dis-je, du temps de reste pour brouter, Pour dormir et pour écouter D'où vient le vent, il laisse la tortue...., Fabl. VI, 10 dans ÉCOUTER
Je suis bien bon, dit-il, d'écouter ces gens-là, Fabl. X, 2 dans ÉCOUTER
Les sages quelquefois, ainsi que l'écrevisse, Marchent à reculons, tournent le dos au port, Fabl. XII, 10 dans ÉCREVISSE
Mère écrevisse un jour à sa fille disoit : Comme tu vas, bon Dieu ! ne peux-tu marcher droit ?, ib. dans ÉCREVISSE
Le plus vieux au garçon s'écria tant qu'il put, Fabl. III, 1 dans ÉCRIER (S')
Alison dit ces mots avec tant de chaleur, Que je crus qu'elle était en vertus accomplie ; Mais ses péchés écrits tombèrent par malheur ; Elle n'y prit pas garde, Ballade sur les livres d'amour dans ÉCRIT, ITE
Le financier.... Lui dit : je vous veux mettre aujourd'hui sur le trône ; Prenez ces cent écus ; gardez-les avec soin, Pour vous en servir au besoin, Fabl. VIII, 2 dans ÉCU
Au fond d'un antre sauvage Un satyre et ses enfants Allaient manger leur potage Et prendre l'écuelle aux dents, Fabl. V, 7 dans ÉCUELLE
Le quadrupède écume, et son oeil étincelle, Fabl. II, 9 dans ÉCUMER
Les beaux esprits auraient suivi leurs exemples [de financiers bâtissant], si ce n'était qu'ils ne sont pas grands édificateurs, comme dit Voiture, Lett. à sa femme, 5 sept. 1663 dans ÉDIFICATEUR
Cette union [des chiens et des chats] si douce et presque fraternelle Édifiait tous les voisins, Fabl. XII, 8 dans ÉDIFIER
Renaud n'était si neuf qu'il ne vît bien Que l'oraison de monsieur Saint-Julien Ferait effet, et qu'il aurait bon gîte, Orais. dans EFFET
[Il] était homme d'effet, Cal. dans EFFET
....Damon sous ce feint personnage Pourrait voir si Caliste en viendrait à l'effet, Coupe. dans EFFET
Le dieu qui fait aimer prit son temps ; il tira Deux traits de son carquois ; de l'un il entama Le soldat jusqu'au vif ; l'autre effleura la dame, Matr. dans EFFLEURER
Le renard en louant l'effort de la sculpture, Fabl. IV, 14 dans EFFORT
L'effort de l'eau rompit la digue.... Mon front, au Caucase pareil,.... Brave l'effort de la tempête, Fabl. I, 22 dans EFFORT
Et des vains ornements l'effort ambitieux, ib. V, 1 dans EFFORT
Ceci peut s'appliquer à la grandeur royale ; Elle reçoit et donne, et la chose est égale ; Tout travaille pour elle, et réciproquement Tout tire d'elle l'aliment, Fabl. III, 2 dans ÉGAL, ALE
Il n'est bien sous le ciel qui vous parût égal, ib. VIII, 13 dans ÉGAL, ALE
Du reste, en quoi répond au sort divers Ce train toujours égal dont marche l'univers ?, Fabl. II, 13 dans ÉGAL, ALE
Ne nous associons qu'avecque nos égaux, Fabl. V, 2 dans ÉGAL, ALE
....La main des Parques blêmes De vos jours et des miens se joue également, Fabl. XI, 8 dans ÉGALEMENT
Envieuse [la grenouille], s'étend, et s'enfle et se travaille Pour égaler l'animal [le boeuf] en grosseur, Fabl. I, 3 dans ÉGALER
Ils l'avalent des yeux [l'huître], du doigt ils se la montrent, À l'égard de la dent il fallut contester, Fabl. IX, 9 dans ÉGARD
C'est par cette raison qu'égayant leur esprit Nombre de gens fameux en ce genre ont écrit, Fabl. VI, 1 dans ÉGAYER
Que Pallas les défende et vienne en leur faveur Opposer son égide à ma juste fureur, Filles de Minée. dans ÉGIDE
Pour l'accourcir [le chemin] ils disputèrent.... Nos pèlerins s'égosillèrent, Fabl. IX, 14 dans ÉGOSILLER (S')
On en fait maint repas, Dont maint voisin s'éjouit d'être, Fabl. IV, 21 dans ÉJOUIR (S')
Il partit comme un trait, mais les élans qu'il fit Furent vains...., Fabl. VI, 10 dans ÉLAN
Il en aurait dit davantage ; Mais le chat, sortant de sa cage, Lui fit voir en moins d'un instant Qu'un rat n'est pas un éléphant, Fabl. VIII, 15 dans ÉLÉPHANT
L'éléphant repartit : Quoi ! vous ne savez pas.... Qu'Éléphantide a guerre avecque Rhinocère, Fabl. XII, 21 dans ÉLÉPHANTIDE
Il m'est, disait-elle, facile D'élever des poulets autour de ma maison, Fabl. VII, 10 dans ÉLEVER
Alcithoé ma soeur, attachant vos esprits, Des tragiques amours vous a conté l'élite, Filles de Minée. dans ÉLITE
Ma commère, il vous faut purger Avec quatre grains d'ellébore, Fabl. VI, 10 dans ELLÉBORE
L'immense éloignement [des planètes], le point et sa vitesse, Celle aussi de nos passions, Permettent-ils à leur faiblesse [des astrologues] De suivre pas à pas toutes nos actions ?, Fabl. VIII, 16 dans ÉLOIGNEMENT
Je hais les pièces d'éloquence Hors de leur place et qui n'ont pas de fin, Fabl. IX, 5 dans ÉLOQUENCE
À ces mots, il se couche ; et chacun, étonné, Admire le grand coeur, le bon sens, l'éloquence Du sauvage ainsi prosterné, Fabl. XI, 7 dans ÉLOQUENCE
Il [Jupiter] part avec son fils, le dieu de l'éloquence, Phil. et Bauc. dans ÉLOQUENCE
Jadis certain Mogol vit en songe un vizir Aux champs élysiens possesseur d'un plaisir Aussi pur qu'infini tant en prix qu'en durée, Fabl. XI, 4 dans ÉLYSIENS
Une tête empanachée N'est pas petit embarras, Fabl. IV, 6 dans EMBARRAS
Vous n'êtes point embarrassée De le croire, ni moi...., Fabl. X, 1 dans EMBARRASSÉ, ÉE
Et fussiez-vous embâtonnés, Jamais vous n'en seriez les maîtres, Fabl. II, 18 dans EMBÂTONNER
Le loup donc l'aborde humblement [un dogue], Entre en propos et lui fait compliment Sur son embonpoint qu'il admire, Fabl. I, 5 dans EMBONPOINT
Car il [Pégase] est gai de sa nature, Fringant, délicat d'embouchure, t. VI, p. 135, éd. Walckenaer dans EMBOUCHURE
En un vase à long col et d'étroite embouchure, Fabl. I, 18 dans EMBOUCHURE
Le phaéton d'une voiture à foin Vit son char embourbé, Fabl. VI, 18 dans EMBOURBÉ, ÉE
Thémis n'avait point travaillé, De mémoire de singe, à fait plus embrouillé, Fabl. II, 3 dans EMBROUILLÉ, ÉE
Mars autrefois mit tout l'air en émute ; Certain sujet fit naître la dispute, Fabl. VII, 8 dans ÉMEUTE
Grande est l'émute ; On court, on s'assemble, on dispute, ib. X, 4 dans ÉMEUTE
Le héron au long bec emmanché d'un long cou, Fabl. VII, 4 dans EMMANCHÉ, ÉE
Un bûcheron venait de rompre ou d'égarer Le bois dont il avait emmanché sa cognée, Fabl. XII, 16 dans EMMANCHER
Que ne l'émondait-on sans prendre la cognée ?, Fabl. X, 2 dans ÉMONDER
....Qui, la serpe en main, De ses arbres à fruit retranchait l'inutile, Ébranchait, émondait, ôtait ceci, cela, Corrigeant partout la nature, ib. XII, 20 dans ÉMONDER
Il se sentit émoucher les épaules, Paysan dans ÉMOUCHER
L'ours.... Faisant son principal métier D'être bon émoucheur, écartait du visage De son ami dormant ce parasite aité Que nous avons mouche appelé, Fabl. VIII, 10 dans ÉMOUCHEUR
L'orateur recourut à ces figures violentes Qui savent exciter les âmes les plus lentes ; Il fit parler les morts, tonna, dit ce qu'il put ; Le vent emporta tout, personne ne s'émut, Fabl. VIII, 4 dans ÉMOUVOIR
Le jeune homme s'émeut voyant peint un lion : Ah ! monstre ! cria-t-il, c'est toi qui me fais vivre Dans l'ombre et dans les fers, Fabl. VIII, 16 dans ÉMOUVOIR
Entre deux bourgeois d'une ville, S'émut jadis un différend, Fabl. VIII, 19 dans ÉMOUVOIR
Une tête empanachée N'est pas petit embarras, Fabl. IV, 6 dans EMPANACHÉ, ÉE
Notre défunt était en carrosse porté, Bien et dûment empaqueté, Fabl. VII, 11 dans EMPAQUETÉ, ÉE
Vous lui empâterez [à Cerbère] ses trois gueules en lui jetant dans chacune une de vos boules de cire, Psyché, II, p. 190 dans EMPATER
Jeunes coeurs sont bien empêchés À tenir leurs desirs cachés, Fianc. dans EMPÊCHÉ, ÉE
Un point sans plus tenait le galant empêché, Fabl. IV, 11 dans EMPÊCHÉ, ÉE
Introduirai-je un roi qu'entre ses favoris Elle [fortune] respecte seul, roi qui fixe sa roue, Qui n'est point empêché d'un monde d'ennemis ?, ib. IV, 12 dans EMPÊCHÉ, ÉE
Le Romain se retire, Bien empêché de ce secret, Joc. dans EMPÊCHÉ, ÉE
Qui fut bien empêchée ? Ce fut Clitie, Faucon. dans EMPÊCHÉ, ÉE
....il y fit des fagots dont la vente Empêcha qu'un long jeûne à la fin ne fît tant Qu'ils allassent là-bas exercer leur talent, Fabl. X, 16 dans EMPÊCHER
Mortellement atteint d'une flèche empennée, Fabl. II, 5 dans EMPENNÉ, ÉE
....sa toison Était d'une épaisseur extrême.... Elle empêtra si bien les serres du corbeau Que le pauvre animal ne put faire retraite, Fabl. II, 16 dans EMPÊTRER
C'est une Madelaine du Titian, grosse et grasse et fort agréable, comme aux premiers jours de sa pénitence, auparavant que le jeûne eût commencé d'empiéter sur elle, t. VI, p. 415, édit. Walcken. dans EMPIÉTER
Et quant au berger, l'on peut dire Qu'il était digne de tous maux, Étant de ces gens-là qui sur les animaux Se font un chimérique empire, Fabl. VII 1 dans EMPIRE
Un envoyé du grand seigneur Préférait, dit l'histoire, un jour, chez l'empereur, Les forces de son maître à celles de l'Empire, Fabl. I, 12 dans EMPIRE
Autrefois l'éléphant et le rhinocéros, En dispute du pas et des droits de l'empire, Voulurent terminer la querelle en champ clos, Fabl. XII, 21 dans EMPIRE
Deux taureaux combattaient à qui posséderait Une génisse avec l'empire, ib. II, 4 dans EMPIRE
Qui n'eût ri ? quant à moi, Je n'en eusse quitté ma part pour un empire, Fabl. XII, 12 dans EMPIRE
Pour moi [rat] j'ai déjà vu le maritime empire, Fabl. VIII, 9 dans EMPIRE
Le vent redouble ses efforts, Et fait si bien qu'il déracine Celui de qui la tête au ciel était voisine, Et dont les pieds touchaient à l'empire des morts, Fabl. I, 22 dans EMPIRE
Son mari donc se trouvant en emplette, Fais. dans EMPLETTE
La dame était de bonne emplette encore, Berc. dans EMPLETTE
Un bloc de marbre était si beau Qu'un statuaire en fit emplette, Fabl. IX, 6 dans EMPLETTE
Tout allait bien, quand leur emplette, En passant par certains endroits, Remplis d'écueils et fort étroits Et de trajet fort difficile, Alla toute emballée au fond des magasins Qui du Tartare sont voisins, Fabl. XII, 7 dans EMPLETTE
Heureux qui vit chez soi, De régler ses désirs faisant tout son emploi !, Fabl. VII, 12 dans EMPLOI
Quand pourront les François Se donner, comme vous, entiers à ces emplois ? Mars nous fait recueillir d'amples moissons de gloire, ib. VII, 18 dans EMPLOI
De semblables discours rebutaient l'appointeur [de procès] ; Il court aux hôpitaux, va voir leur directeur ; Tous deux ne recueillant que plainte et que murmure, Affligés et contraints de quitter ces emplois, Vont confier leur peine au silence des bois, ib. XII, 27 dans EMPLOI
Ce n'est pas qu'un emploi ne doive être souffert : Puisqu'on plaide et qu'on meurt et qu'on devient malade, Il faut des médecins, il faut des avocats, ib. dans EMPLOI
[Il] Était prêtre de Flore ; Il l'était de Pomone encore ; Ces deux emplois sont beaux, ib. VIII, 10 dans EMPLOI
Il n'est pas toujours bon d'avoir un haut emploi, Fabl. I, 4 dans EMPLOI
Il employa à mettre en vers ces fables les derniers moments de sa vie, Fabl. Préface dans EMPLOYER
Et moi, reprit Hercule à la peau de lion, [je serai] Son maître à surmonter les vices, à dompter les transports, monstres empoisonneurs, Fabl. XI, 2 dans EMPOISONNEUR, EUSE
Ulysse y court et dit : L'empoisonneuse coupe A son remède encore et je viens vous l'offrir [à ses compagnons], ib. XII, 1 dans EMPOISONNEUR, EUSE
Celui-ci sur son concurrent Voulait emporter l'avantage, Fabl. VIII, 19 dans EMPORTER
Et si de t'agréer je n'emporte le prix, J'aurai du moins l'honneur de l'avoir entrepris, Fabl. Au dauphin. dans EMPORTER
Un limier le fait partir, Il tâche à se garantir, Dans les forêts il s'emporte, Fabl. VI, 9 dans EMPORTER
Commençons par ce corps d'albâtre dont mon fils a publié les merveilles et qu'il appelle le temple de la blancheur ; prenez vos scions, filles de la nuit, et me l'empourprez si bien que cette blancheur ne trouve pas même un asile en son propre temple, Psyché, II, p. 173 dans EMPOURPRER
Certaines gens, faisant les empressés, S'introduisent dans les affaires ; Ils font partout les nécessaires, Et, partout importuns, devraient être chassés, Fabl. VII, 9 dans EMPRESSÉ, ÉE
Dit-elle à cette emprunteuse ?, Fabl. I, 1 dans EMPRUNTEUR, EUSE
Il court de mer en mer, aborde en lieu sauvage, Filles de Minée. dans EN
Tout en parlant de la sorte, Un limier le fit partir [le cerf], Fabl. VI, 5 dans EN
Ellipse particulière qui a lieu quand, après avoir employé un mode, on en prend subitement un autre que n'admet pas la construction ordinaire ; comme dans cette phrase : Ainsi dit le renard et flatteurs d'applaudir, Fabl. VII, 1 dans ÉNALLAGE
Le berger vient, le prend [un corbeau], l'encage bien et beau, Le donne à ses enfants pour servir d'amusette, Fabl. II, 16 dans ENCAGER
Mais vous avez cent fois notre encens refusé, Fabl. X, 1 dans ENCENS
L'autre jour, suivant à la trace Deux ânes qui, prenant tour à tour l'encensoir, Se louaient tour à tour, comme c'est la manière, Fabl. XI, 5 dans ENCENSOIR
Qui ne prendrait ceci pour un enchantement ?, Fabl. 11, 1 dans ENCHANTEMENT
Il se croit être en un enchantement, Magn. dans ENCHANTEMENT
.... Est-ce la mode Que baudet aille à l'aise et meunier s'incommode ? Qui de l'âne ou du maître est fait pour se lasser ? Je conseille à ces gens de le faire enchâsser, Fabl. III, 1 dans ENCHÂSSER
Quand l'absurde est outré, l'on lui fait trop d'honneur De vouloir par raison combattre son erreur ; Enchérir est plus court, sans s'échauffer la bile, Fabl. IX, 1 dans ENCHÉRIR
Enchérissez sur les tendresses Que vous eûtes pour lui, Fiancée. dans ENCHÉRIR
À ceux qu'enclôt la tombe noire, Fabl. III, 7 dans ENCLORE
Quand on eut du palais de ces filles du ciel [abeilles] Enlevé l'ambroisie en leurs chambres enclose, Fabl. IX, 12 dans ENCLOS, OSE
Perrette, sur sa tête, ayant un pot au lait, Bien posé sur un coussinet, Prétendait arriver sans encombre à la ville, Fabl. VII, 10 dans ENCOMBRE
Cependant, devant qu'il fût nuit, Il arriva nouvel encombre : Un loup parut, ib. IX, 19 dans ENCOMBRE
On poursuivit la chose encommencée, Fais. dans ENCOMMENCER
Cela dit, maître loup s'enfuit et court encor, Fabl. I, 5 dans ENCORE
Et les encore, enfin tout le phoebé, Comment l'esprit. dans ENCORE
Il suit sa pointe, et d'encor en encor...., Comment l'esprit. dans ENCORE
Encor n'usa-t-il pas de toute sa puissance, Fabl. VI, 3 dans ENCORE
Un seul arbre s'offrit, tel encor que l'orage Maltraita le pigeon en dépit du feuillage, ib. IX, 2 dans ENCORE
Les vieillards déploraient ces sévères destins ; Les animaux périr ! car encor les humains, Tous avaient dû tomber sous les célestes armes, Phil. et Baucis. dans ENCORE
Encor si la saison s'avançait davantage ! Attendez les zéphyrs ; qui vous presse ?, Fabl. IX, 2 dans ENCORE
On a peur de le voir encor qu'on le désire, Fabl. VIII, 13 dans ENCORE
Encor que le pouvoir au désir ne réponde, Nos hôtes agréeront les soins qui leur sont dus, Phil. et Bauc. dans ENCORE
Avec son ami bouc des plus haut encornés, Fabl. III, 5 dans ENCORNÉ, ÉE
Messire Bon se couvrit d'une jupe, S'encorneta, Coc. dans ENCORNETER
Ce discours fut à peine proféré, Que l'écoutant s'encourt et tout outré...., les Aveux indiscrets. dans ENCOURIR (S')
Il déjeune très bien, ainsi fait sa famille, Chiens, chevaux et valets, tous gens bien endentés, Fabl. IV, 4 dans ENDENTÉ, ÉE
Il s'habille en berger, endosse un hoqueton, Fabl. III, 3 dans ENDOSSER
Bien plus, si pour un sou d'orage en quelque endroit S'amassait d'une ou d'autre sorte, L'homme en avait sa part, et sa bourse en souffroit, Fabl. IV, 8 dans ENDROIT
Toujours hautaine et rude en son endroit, Faucon. dans ENDROIT
Regarde d'où provient L'achoppement qui te retient ; Ôte d'autour de chaque roue Ce malheureux mortier, cette maudite boue Qui jusqu'à l'essieu les enduit, Fabl. VI, 18 dans ENDUIRE
J'ai regret que ce mot soit trop vieux aujourd'hui ; Il m'a toujours semblé d'une énergie extrême, Fabl. IV, 11 dans ÉNERGIE
Arrivant le décès De l'enfançon, Faucon. Mot vieilli. dans ENFANÇON
Une montagne en mal d'enfant Jetait une clameur si haute...., Fabl. V, 10 dans ENFANT
Au surplus bon enfant, sot, je ne le dis pas, Contr. dans ENFANT
Des enfants de Japhet toujours une moitié Fournira des armes à l'autre, Fabl. II, 6 dans ENFANT
Les arts sont les enfants de la nécessité, le Quinquina, ch. II dans ENFANT
Ce bloc enfariné ne me dit rien qui vaille, S'écria-t-il de loin au général des chats, Fabl. III, 18 dans ENFARINÉ, ÉE
[Le chat] Blanchit sa robe, s'enfarine ; Et de la sorte déguisé, Se niche et se blottit dans une huche ouverte, Fabl. III, 18 dans ENFARINER
Le lendemain notre amant se déguise Et s'enfarine en vrai garçon meunier, Mandrag. dans ENFARINER
Quand un plaideur s'en vient m'enfiler son procès, Quelque cause aussitôt m'épargne un mal de tête, l'Eun. v, 2 dans ENFILER
Si le mari ne s'était fait connaître, Elle en allait enfiler beaucoup plus ; Courte n'était, pour sûr, la kyrielle, Mari confess. dans ENFILER
L'homme est ainsi bâti : quand un sujet l'enflamme, L'impossibilité disparaît à son âme, Fabl. VIII, 25 dans ENFLAMMER
Une grenouille vit un boeuf Qui lui sembla de belle taille ; Elle qui n'était pas grosse en tout comme un oeuf, Envieuse, s'étend, et s'enfle et se travaille, Fabl. I, 3 dans ENFLER
Et dans le lit l'une et l'autre enfoncée Ne laissa pas de l'entendre fort bien, Herm. dans ENFONCÉ, ÉE
Le vieillard couchait en une enfonçure du rocher, sans autre tapis de pied qu'un peu de mousse, Psyché, II, p. 122 dans ENFONÇURE
Il avait dans la terre une somme enfouie, Son coeur avec ; n'ayant d'autre déduit Que d'y ruminer jour et nuit, Fabl. IV, 20 dans ENFOUIR
Ils vont enfouir le trésor, ib. X, 5 dans ENFOUIR
Il retint tout chez lui [l'argent qu'il avait caché en terre], résolu de jouir, Plus n'entasser, plus n'enfouir, Fabl. X, 5 dans ENFOUIR
L'enfouisseur et son compère, Fabl. x, 5 dans ENFOUISSEUR
Vite, fuis-t'en, Lunet. dans ENFUIR (S')
....Le prince tout à l'heure Veut qu'on aille enfumer renard dans sa demeure, Fabl. VIII, 3 dans ENFUMER
Ne trouvez pas mauvais Qu'en ces fables aussi j'entremêle des traits De certaine philosophie Subtile, engageante, hardie, Fabl. X, 1 dans ENGAGEANT, ANTE
Du temps que les bêtes parlaient, Les lions entre autres voulaient être admis dans notre alliance ; Pourquoi non, puisque leur engeance Valait la nôtre en ce temps-là ?, Fabl. IV, 1 dans ENGEANCE
Ils y perdirent peu, puisque l'humaine engeance En aurait aussi bien croqué sa bonne part, ib. x, 4 dans ENGEANCE
Elle jura par Pluton Que toute l'engeance humaine Serait bientôt du domaine Des déités de là-bas, ib. VIII, 20 dans ENGEANCE
Babillard, censeur et pédant, Sont en plus grand nombre qu'on pense ; Chacun des trois fait un peuple fort grand ; Le Créateur en a béni l'engeance, Fabl. I, 19 dans ENGEANCE
Tel, comme dit Merlin, cuide [pense] engeigner autrui, Qui souvent s'engeigne soi-même ; J'ai regret que ce mot soit trop vieux aujourd'hui ; Il m'a toujours semblé d'une énergie extrême, Fabl. IV, 11 dans ENGEIGNER
Il les engea de petits Mazillons, Desquels on fit de petits moinillons, Mazet. dans ENGER
De là naîtront engins à vous envelopper, Fabl. I, 8 dans ENGIN
Le porc à s'engraisser coûtera peu de son, Fabl. VII, 10 dans ENGRAISSER
Ensuite de cela, le roi fit venir d'Héliopolis trois personnages d'esprit subtil et savant en questions énigmatiques, Vie d'Ésope dans ÉNIGMATIQUE
[Vénus] Dont les yeux enivrés par des charmes puissants Attachaient au héros leurs regards languissants, Adonis. dans ENIVRÉ, ÉE
Il hante la taverne et souvent il s'enivre, Fabl. XII, 19 dans ENIVRER
Sage ou non, je parie encore ; Ainsi fut fait ; et de tous deux On mit près du but les enjeux, Fabl. VI, 10 dans ENJEU
Pour un âne enlevé deux voleurs se battaient, Fabl. I, 13 dans ENLEVÉ, ÉE
Notre ennemi, c'est notre maître, Je vous le dis en bon français, Fabl. VI, 8 dans ENNEMI, IE
Entre nos ennemis Les plus à craindre sont souvent les plus petits, ib. II, 9 dans ENNEMI, IE
Rien n'est si dangereux qu'un ignorant ami ; Mieux vaudrait un sage ennemi, ib. VIII, 10 dans ENNEMI, IE
Cependant un sanglier, monstre énorme et superbe, Tente encor notre archer, friand de tels morceaux, Fabl. VIII, 27 dans ÉNORME
Elle représenta l'énormité du cas [le coup qui avait privé de la vue l'Amour] ; Son fils sans un bâton ne pourrait faire un pas, Fabl. XII, 14 dans ÉNORMITÉ
Mais s'il n'eut ces mots sur la langue, Il les eut dans le coeur, il me persuada, à tort, à droit me demanda Du doux, du tendre et semblables sornettes, Petits mots, jargons d'amourettes, Confits au miel ; bref il m'enquinauda, Poésies mêlées, XLVI dans ENQUINAUDER
On sait assez que le destin Adresse là les gens quand il veut qu'on enrage, Fabl. VI, 18 dans ENRAGER
Les valets enrageaient, l'époux était à bout, ib. VII, 2 dans ENRAGER
La peste.... Capable d'enrichir en un jour l'Achéron, Fabl. VII, 1 dans ENRICHIR
Le valet d'Antoine : N'ayez pas peur, je vais vous percer la bedaine. - Antoine : Arrête, il ne faut pas ensanglanter la scène, La règle le défend, Ragotin, IV, 9 dans ENSANGLANTER
Les témoins déposaient qu'autour de ces rayons Des animaux ailés, bourdonnants, un peu longs, De couleur fort tannée, et tels que des abeilles, Avaient longtemps paru ; mais quoi ? dans les frelons Ces enseignes étaient pareilles, Fabl. I, 21 dans ENSEIGNE
L'enseigne fait la chalandise, Fabl. VII, 15 dans ENSEIGNE
Voyez si vous romprez ces dards liés ensemble ; Je vous expliquerai le noeud qui les rassemble, Fabl. IV, 18 dans ENSEMBLE
Hélas ! dit Philémon, si votre main puissante Voulait favoriser jusqu'au bout deux mortels, Ensemble nous mourrions en servant vos autels, Phil. et Baucis. dans ENSEMBLE
Le dédale des coeurs en ses détours n'enserre Rien qui ne soit d'abord éclairé par les dieux, Fabl. IV, 19 dans ENSERRER
Il retourne chez lui, dans la cave il enserre L'argent et la joie à la fois, ib. VIII, 8 dans ENSERRER
L'avare rarement finit ses jours sans pleurs ; Il a le moins de part au trésor qu'il enserre, Thésaurisant pour les voleurs, Pour ses parents ou pour la terre, ib. IX, 16 dans ENSERRER
Il ne se trouvera point que j'aie employé ni afféterie ni paroles ensorcelantes, Psyché, II, p. 155 dans ENSORCELANT, ANTE
Ne cherchez plus, leur dit-il, d'autre cause ; C'est ce poirier, il est ensorcelé, Gageure. dans ENSORCELÉ, ÉE
Que le moins entaché se moque un peu de vous, Coupe ench. dans ENTACHÉ, ÉE
Sur chaque côté du plinthe étaient entaillés ces mots...., Psyché, II, p. 158 dans ENTAILLÉ, ÉE
De l'un [dard] il [l'Amour] entama Le soldat jusqu'au vif, l'autre effleura la dame, Matr. d'Éph. dans ENTAMER
L'usage seulement fait la possession, Je demande à ces gens de qui la passion Est d'entasser toujours, mettre somme sur somme, Quel avantage ils ont que n'ait pas un autre homme, Fabl. IV, 20 dans ENTASSER
Et je n'entasse guère Un jour sur l'autre, ib. VIII, 2 dans ENTASSER
Ce sont morceaux de rochers Entés les uns sur les autres Et qui font dire aux cochers De terribles patenôtres, Lettres à sa femme, 19 sept. 1663 dans ENTÉ, ÉE
Ce visage d'Éthiopienne enté sur un corps de Grecque semblait quelque chose de fort étrange, Psyché, II, 211 dans ENTÉ, ÉE
L'oiseau chasseur lui dit [au chapon] : ton peu d'entendement Me rend tout étonné ; vous n'êtes que racaille, Fabl. VIII, 21 dans ENTENDEMENT
Si apprens donc à bien entendre, Pour quoy tu ne puisses reprendre Les livres ne les bons facteurs, Lesquelz sont parfaicts entendeurs, 612 dans ENTENDEUR
Comment l'entend monsieur mon hôte ? Dit-elle, et de quel droit me donner comme il fait ?, Fiancée. dans ENTENDRE
Bonhomme, c'est ce coup qu'il faut, vous m'entendez, Qu'il faut fouiller à l'escarcelle, Fabl. IV, 4 dans ENTENDRE
Chacun sait quelle est mon entente, Pâté dans ENTENTE
Ma prière parvint aux temples étoilés, Parut devant sa face [de Dieu], et fut entérinée D'un mot qui fit trembler les citoyens ailés, t. VI, p. 47, éd. Walckenaër. dans ENTÉRINER
Un mort s'en allait tristement S'emparer de son dernier gîte ; Un curé s'en allait gaiement Enterrer ce mort au plus vite, Fabl. VII, 11 dans ENTERRER
Cette honte qu'aurait le silence enterrée, Court le pays, et vit du vacarme qu'il fait, Coupe. dans ENTERRER
La dame s'enterrait ainsi toute vivante, Matr. dans ENTERRER
Je chéris l'Arioste et j'estime le Tasse, Plein de Machiavel, entêté de Bocace, J'en parle si souvent qu'on en est étourdi, Poésies mêlées, LXX. dans ENTÊTÉ, ÉE
Écoutez, n'allez pas vous entêter de ce petit vilain-là, Coupe enchant. sc. 12 dans ENTÊTER
Quand pourront les neuf soeurs, loin des cours et des villes, M'occuper tout entier, et m'apprendre des cieux Les divers mouvements inconnus à nos yeux !, Fabl. XI, 4 dans ENTIER, IÈRE
À ce reproche l'assemblée, Par l'apologue réveillée, Se donne entière à l'orateur, Fabl. VIII, 3 dans ENTIER, IÈRE
Il se faut entr'aider, c'est la loi de nature, Fabl. VIII, 17 dans ENTR'AIDER (S')
Je descends, nous pourrons nous entre-baiser tous, Fabl. II, 15 dans ENTRE-BAISER (S')
Les femmes S'entre-disaient en leurs menus devis...., Troq. dans ENTRE-DIRE (S')
Tous deux s'étaient entre-donné la foi, Gag. dans ENTRE-DONNER (S')
L'ennemi vint sur l'entrefaite, Fabl. VI, 8 dans ENTREFAITES
Le mal est que dans l'an s'entremêlent des jours Qu'il faut chômer ; on nous ruine en fêtes, Fabl. VIII, 2 dans ENTREMÊLER
Car quand l'amour d'un et d'autre côté Veut s'entremettre, et prend part à l'affaire, Rich. dans ENTREMETTRE (S')
C'est un dessein très dangereux Que d'entreprendre de te plaire, Fab. II, 1 dans ENTREPRENDRE
Es-tu né pour ma fille ? - Hélas ! non ; car le vent Me [le nuage] chasse à son plaisir de contrée en contrée ; Je n'entreprendrai point sur les droits de Borée, Fabl. IX, 7 dans ENTREPRENDRE
Ce cousin entreprend de changer une femme !... Et quel est donc ce sot entrepreneur ?, le Florentin, 3 dans ENTREPRENEUR, EUSE
Tant qu'à passer s'entre-pressant chacune, l'Abb. mal. dans ENTRE-PRESSER (S')
Le lion dans sa tête avait une entreprise, Fabl. v, 19 dans ENTREPRISE
Le voleur [le renard] tourne tant qu'il entre au lieu guetté, Le dépeuple, remplit de meurtres la cité, Fabl. XI, 3 dans ENTRER
Pour se sauver de la pluie Entre un passant morfondu ; Au brouet on le convie ; Il n'était pas attendu, Fabl. v, 7 dans ENTRER
Entre en propos et lui fait compliment...., Fabl. I, 5 dans ENTRER
J'ai lu maître Louis [Arioste] mille fois en ma vie, Et même quelquefois j'entre en tentation Lorsque l'ermite trouve Angélique endormie, Ball. sur les romans. dans ENTRER
Celle [l'inhumanité] que vos prêteurs ont sur nous exercée N'entre qu'à peine en la pensée, Fabl. XI, 7 dans ENTRER
Voilà ce que j'en ai appris par votre oncle qui dit avoir entré dans les chambres, t. VI, p. 370, édit. WALCKENAER. dans ENTRER
Notre sort en [de nos actions] dépend ; sa course entre-suivie Ne va, non plus que nous, jamais d'un même pas, Fabl. VIII, 16 dans ENTRE-SUIVI, IE
Douze lustres et plus ont roulé sur ta vie ; De soixante soleils la course entresuivie Ne t'a pas vu goûter un instant de repos, Poésies mêlées, LXIX. dans ENTRE-SUIVI, IE
Dès lors qu'un endroit [de la levée de la Loire] se dément [détériore], On le rétablit tout à l'heure ; La moindre brèche n'y demeure, Sans qu'on y touche incessamment, Et pour cet entretènement, Unique obstacle à tels ravages, Chacun a son département, t. VI, p. 388, édit. WALCKENAER. dans ENTRETÈNEMENT
On ne sut pas longtemps à Rome Cette éloquence entretenir, Fabl. XI, 7 dans ENTRETENIR
Certain marquis l'entretenait, Orais. dans ENTRETENIR
Il lui prit aussi envie de voyager et d'aller par le monde s'entretenir avec ceux que l'on appelait philosophes, Vie d'Ésope. dans ENTRETENIR
La bagatelle, la science, Les chimères, le rien, tout est bon ; je soutiens Qu'il faut de tout aux entretiens, Fabl. x, 1 dans ENTRETIEN
Comme il joignait à la sagesse La mine d'un héros et le doux entretien, Il fit tant que l'enchanteresse Prit un autre poison peu différent du sien, Fabl. XII, 1 dans ENTRETIEN
Amour, tu perdis Troie ! et c'est de toi que vint Cette querelle envenimée, Fabl. VII, 13 dans ENVENIMÉ, ÉE
Il est bon d'être charitable ; Mais envers qui ? c'est là le point, Fabl. VI, 13 dans ENVERS
Dispose de ma griffe et sois en assurance ; Envers et contre tous je te protégerai, Fabl. VIII, 22 dans ENVERS
Un noyau vint frapper Harpagème au visage, Il leur dit de n'y plus retourner davantage ; Eux sans daigner l'ouïr, et jetant à l'envi, Cet agaçant noyau de plusieurs fut suivi, le Florentin, sc. 8 dans ENVI (À L')
L'envie leur ouvrait les yeux ; c'est un démon qui ne laisse rien échapper, et qui tire conséquence de toutes choses aussi bien que la jalousie, Psyché, I, p. 72 dans ENVIE
Sans pouvoir satisfaire à leurs vaines envies, Fabl. III, 12 dans ENVIE
Adieu, si de ma vie Je vous rappelle et qu'il m'en prenne envie, Fabl. VII, 2 dans ENVIE
Pour un mouton pourri, pour quelque chien hargneux Dont j'aurai passé mon envie, Fabl. x, 6 dans ENVIE
Nul mets n'excitait leur envie, Fabl. VII, 1 dans ENVIE
La dureté du coeur et l'erreur envieillie [chez les protestants], t. VI, p. 508, édit. Walckenaer. dans ENVIEILLI, IE
Nos envieuses se confirmaient dans leur mécontentement et leur dessein, Psyché, I, p. 74 dans ENVIEUX, EUSE
C'est-à-dire environ le temps Que tout aime, Fabl. IV, 22 dans ENVIRON
Le quadrupède écume, et son oeil étincelle ; Il rugit ; on se cache, on tremble à l'environ, Fabl. II, 9 dans ENVIRONS
C'est aussi l'artifice De ceux qui, pour couvrir quelque puissant effort, Envisagent un point directement contraire, Et font vers ce lieu-là courir leur adversaire, Fabl. XII, 10 dans ENVISAGER
Le sage quelquefois fait bien d'exécuter Avant que de donner le temps à la sagesse D'envisager le fait et sans la consulter, Fabl. X, 14 dans ENVISAGER
Ceux qui, d'un oeil cruel envisageant ma vie, Voyaient d'un oeil jaloux mon pouvoir souverain, Poésies mêlées, LXXIV dans ENVISAGER
On fait beaucoup de bruit et puis on se console ; Sur les ailes du temps la tristesse s'envole, Fabl. VI, 21 dans ENVOLER (S')
La Fontaine a employé de cette façon le participe ; emploi qui est rare : Le vôtre [opéra] est plein de grands événements, Gens envoyés peupler les monuments, Beaucoup d'effets, de fureur martiale, Poésies mêlées, à Turenne, XLII dans ENVOYÉ, ÉE
Je l'envoyerais ainsi qu'elle est venue, Serv. dans ENVOYER
L'eau qui reste en l'éolipyle Ne se refroidit pas quand il devient moins plein ; L'airain soufflant fait voir que la liqueur enclose Augmente de chaleur, déchue en quantité, Quinquina, II dans ÉOLIPYLE
Je ne sais d'homme nécessaire Que celui dont le luxe épand beaucoup de bien, Fabl. VIII, 19 dans ÉPANDRE
C'est un parterre où Flore épand ses biens, ib. x, 1 dans ÉPANDRE
En superfluités s'épandant d'ordinaire, Et poussant trop abondamment, Il [le blé] ôte à son fruit l'aliment, Fabl. IX, 11 dans ÉPANDRE
Quelques restes de feu sous la cendre épandus...., Phil. et Bauc. dans ÉPANDU, UE
Une voix sortit de la nue, Écho redit ces mots dans les airs épandus, Fabl. XII, 27 dans ÉPANDU, UE
Les injustices des pervers Servent souvent d'excuse aux nôtres ; Telle est la loi de l'univers : Si tu veux qu'on t'épargne, épargne aussi les autres, Fabl. VI, 15 dans ÉPARGNER
Car vous ne m'épargnez guère, Vous, vos bergers et vos chiens, Fabl. I, 10 dans ÉPARGNER
Rien d'assuré, point de franche lippée ; Tout à la pointe de l'épée, Fabl. I, 5 dans ÉPÉE
Mais prompt, habile, diligent à saisir un certain argent, Somme aux inspecteurs échappée, Il a du côté de l'épée Mis, ce dit-on, quelques deniers, Lett. XX dans ÉPÉE
Le cerf est reconnu, chacun prend un épieu ; Chacun donne un coup à la bête, Fabl. IV, 21 dans ÉPIEU
Il nous faudrait mille personnes Pour éplucher tout ce canton [en arracher tout le chanvre], Fabl. I, 8 dans ÉPLUCHER
Femmes aussi trompent assez souvent, Il ne les faut éplucher trop avant, Troq. dans ÉPLUCHER
Grand éplucheur, clairvoyant à merveilles, Capable enfin de pénétrer dans tout, Belphégor. dans ÉPLUCHEUR, EUSE
Camarade épongier [l'âne chargé d'éponges] prit exemple sur lui [l'âne chargé de sel], Comme un mouton qui va dessus la foi d'autrui, Fabl. II, 10 dans ÉPONGIER
Son épousé la faisait dame, Nic. dans ÉPOUSÉ, ÉE
L'épouvante est au nid plus forte que jamais, Fabl. III, 20 dans ÉPOUVANTE
La perte d'un époux ne va pas sans soupir, Fabl. VI, 21 dans ÉPOUX, OUSE
Vénus était assise dans une conque en l'état d'une personne qui viendrait de se baigner et qui ne ferait que sortir de l'eau ; une des Grâces lui épreignait les cheveux encore tout mouillés, Psyché, II, p. 166 dans ÉPREINDRE
La vraie épreuve du courage N'est que dans le danger que l'on touche du doigt ; Tel le cherchait, dit-il, qui, changeant de langage, S'enfuit aussitôt qu'il le voit, Fabl. VI, 2 dans ÉPREUVE
S'étant choisis l'un et l'autre à l'épreuve, Cal. dans ÉPREUVE
Nous n'avons pas les yeux à l'épreuve des belles, Ni les mains à celle de l'or, Fabl. VIII, 7 dans ÉPREUVE
....Les deux troupes, éprises D'ardent courroux, n'épargnaient nuls moyens, Fabl. VII, 8 dans ÉPRIS, ISE
Les longs ouvrages me font peur : Loin d'épuiser une matière, On n'en doit prendre que la fleur, Fabl. VI, Épilogue. dans ÉPUISER
Le trop superbe équipage Peut souvent en un passage Causer du retardement, Fabl. IV, 6 dans ÉQUIPAGE
Le pis fut que l'on mit en piteux équipage Le jardin...., Fabl. IV, 4 dans ÉQUIPAGE
Ma fille est nonne, ergo c'est une sainte, Mazet. dans ERGO
Nous devons tous tant que nous sommes Ériger en divinité Le sage par qui fut ce bel art [l'apologue] inventé, Fabl. VII, dédic. dans ÉRIGER
Aucuns à coups de pierre Poursuivirent le dieu qui s'enfuit à grand'erre, Scam. dans ERRE
Les sceaux que portait fièrement La chancelière haquenée, Qui chancela si bien qu'en fut presque errenée, t. VI, p. 461, édit. WALCKENAER. dans ERRENÉ, ÉE
L'humble toit est exempt d'un tribut si funeste ; Le sage y vit en paix et méprise le reste ; Content de ses douceurs, errant parmi les bois...., Phil. et Bauc. dans ERRER
Ses chagrins le rendaient pourtant méconnaissable, Un oeil indifférent à le voir eût erré, Filles de Min. dans ERRER
Très lourdement il errait en cela, Cal. dans ERRER
Chacun songe en veillant.... Une flatteuse erreur emporte alors nos âmes ; Tout le bien du monde est à nous, Fabl. VII, 9 dans ERREUR
Elle semblait raser les airs à la manière Que les dieux marchent dans Homère ; Ceci n'est-il point trop savant ? Des éruditions la cour est ennemie, Même on les voit assez souvent Rebuter par l'Académie, Poésies mêlées, LXV dans ÉRUDITION
Le lion, pour bien gouverner, Voulant apprendre la morale, Se fit un beau jour amener Le singe maître ès arts chez la gent animale, Fabl. XI, 5 dans ÈS
Un tapis tout usé couvrit deux escabelles, Phil. et Bauc. dans ESCABELLE
Des ministres du dieu les escadrons flottants [les vents, les nuages] Entraînèrent sans choix animaux, habitants, Phil. et Baucis. dans ESCADRON
Il va donner au château l'escalade, Fiancée. dans ESCALADE
Le trou de l'escarbot se rencontre en chemin, Fabl. II, 8 dans ESCARBOT
Quand la gent escarbote Est en quartier d'hiver, et, comme la marmotte, Se cache et ne voit point le jour, Fabl. II, 8 dans ESCARBOT
Mainte pistole se glissait Dans l'escarcelle de notre homme, Ch. imp. dans ESCARCELLE
Pour tout carquois, d'une large escarcelle En ce pays le dieu d'amour se sert, Rich. dans ESCARCELLE
Bon homme, c'est ce coup.... Qu'il faut fouiller à l'escarcelle, Fabl. IV, 4 dans ESCARCELLE
Le luxe et la folie enflèrent son trésor ; Bref, il plut dans son escarcelle, Fabl. VII, 14 dans ESCARCELLE
Le pauvre loup dans cet esclandre, Empêché par son hoqueton, Ne peut fuir ni se défendre, Fabl. III, 3 dans ESCLANDRE
Quand on n'a qu'un endroit à défendre On le munit de peur d'esclandre, ib. X, 9 dans ESCLANDRE
Ce n'est coup sûr encontre tous esclandres, On ne s'avise dans ESCLANDRE
La fortune lui trame en secret cette esclandre, Fianç. dans ESCLANDRE
C'est à bon droit que l'on condamne à Rome L'évêque d'Ypre [Jansénius] auteur de vains débats ; Ses sectateurs nous défendent en somme Tous les plaisirs que l'on goûte ici-bas ; En paradis allant au petit pas, On y parvient, quoi qu'Arnauld nous en die ; La volupté sans cause il a bannie ; Veut-on monter sur les célestes tours ? Chemin pierreux est grande rêverie ; Escobar sait un chemin de velours, Ballade sur Escobar. dans ESCOBAR
La princesse partit pour Garbe en grande escorte, Fiancée. dans ESCORTE
L'un s'escrimait du bec, l'autre jouait des pattes, Fabl. XII, 2 dans ESCRIMER
À femme avare galant escroc, Conte. dans ESCROC
....Raton avec sa patte... Tire un marron, puis deux, et puis trois en escroque, Fabl. IX, 17 dans ESCROQUER
Le drôle fit un trait de franc soudard ; Car aux faveurs d'une belle il eut part Sans débourser, escroquant la chrétienne, À femme avare dans ESCROQUER
Quoi moi ! quoi ces gens-là ! l'on radote, je pense, à moi les proposer [pour maris] ! hélas ! ils font pitié : Voyez un peu la belle espèce !, Fabl. VII, 5 dans ESPÈCE
Une espèce comme celle-là [Langlée] dans une cour y est assez bien ; pour deux, c'en serait beaucoup trop, 95, 233 dans ESPÈCE
.... Notre écolier Qui, grimpant sans égard sur un arbre fruitier, Gâtait jusqu'aux boutons, douce et frêle espérance, Fabl. IX, 5 dans ESPÉRANCE
Il le prend, il l'emporte [éléphant de pierre], au haut du mont arrive, Rencontre une esplanade et puis une cité, Fabl. x, 14 dans ESPLANADE
Quittez le long espoir et les vastes pensées, Fabl. XI, 8 dans ESPOIR
Lâcher ce qu'on a dans la main, Sous espoir de grosse aventure, Est imprudence toute pure, Fabl. IX, 10 dans ESPOIR
Il n'était bruit aux champs comme à la ville Que d'un manant qui chassait les esprits, Belph. dans ESPRIT
L'hôtesse.... Soutient toujours qu'il revient des esprits, Rém. dans ESPRIT
L'hôtesse, étant alors sans chambrière, Court à la cave, et, de peur des esprits, Mène avec soi madame Simonette, ib. dans ESPRIT
Un esprit vit en nous et meut tous les ressorts, Fabl. x, 1 dans ESPRIT
Enfin il se trahit lui-même Par les esprits sortant de son corps échauffé ; Miraut, sur leur odeur ayant philosophé, Conclut que c'est son lièvre...., Fabl. v, 17 dans ESPRIT
Tout en tout est divers ; ôtez-vous de l'esprit Qu'aucun être ait été composé sur le vôtre, Fabl. IX, 12 dans ESPRIT
C'est une radoteuse, elle a perdu l'esprit, Fabl. x, 2 dans ESPRIT
Mon esprit diminue, au lieu qu'à chaque instant On aperçoit le vôtre aller en augmentant, Fabl. XII, 1 dans ESPRIT
Comment l'esprit vient aux filles, Titre d'un de ses contes. dans ESPRIT
Cette fureur mit la compassion Dans les esprits d'une autre nation [les pigeons] Au cou changeant, au coeur tendre et fidèle, Fabl. VII, 8 dans ESPRIT
Les petits, en toute affaire, Esquivent fort aisément ; Les grands ne le peuvent faire, Fabl. IV, 6 dans ESQUIVER
Le lion sort et vient d'un pas agile, Le fanfaron aussitôt d'esquiver, ib. VI, 2 dans ESQUIVER
Avant que la nitée Se trouvât assez forte encor Pour voler et prendre l'essor, Fab. IV, 22 dans ESSOR
L'aube du jour arrive, et d'amis point du tout ; L'alouette à l'essor, le maître s'en vient faire Sa ronde...., Fabl. IV, 22 dans ESSOR
Pourquoi, me dira-t-on, nous ramener toujours Cette cassette ? est-ce une circonstance Qui soit de si grande importance ? Oui, selon mon avis ; on va voir si j'ai tort ; Je ne prends point ici l'essor, Ni n'affecte de railleries, Fianc. dans ESSOR
Fort essoufflé d'avoir couru, Nic. dans ESSOUFFLÉ, ÉE
Plus d'une fois essuyant les dangers Des pirates, des vents, du calme et des rochers, Fabl. VII, 12 dans ESSUYER
Maint estafier accourt : on vous happe notre homme, On vous l'échine, on vous l'assomme, Fabl. XII, 22 dans ESTAFIER
Adonc je regarday l'entrée Du jardin qui estoit fermée ; Mais comme ma vue estima, Zephirus tost la defferma, 15 dans ESTIMER
Vénus [dans un tableau] a le casque en tête et une longue estocade, Lett. à sa femme, 12 sept. 1663 dans ESTOCADE
En cet estrif la servante tomba, Serv. dans ESTRIF
Pendant l'étrif, D'un ton plaintif [je] Dis chose telle, Poésies mêlées, V dans ESTRIF
[Le lion] Peut à peine rugir, par l'âge estropié, Fabl. III, 14 dans ESTROPIÉ, ÉE
À son souper, un glouton Commande que l'on apprête Pour lui seul un esturgeon ; Il n'en laissa que la tête, le Glouton. dans ESTURGEON
Le sage est ménager du temps et des paroles, Fabl. VIII, 26 dans ET
Vous-même en deviendriez, je le gage, amoureux ; On ne s'en peut sauver, et fût-on tout de glace, l'Eunuque, v, 4 dans ET
....Tout établissement Vient tard et dure peu, Fabl. XI, 8 dans ÉTABLISSEMENT
Sur l'animal à triple étage [un éléphant] Une sultane de renom, Son chien, son chat et sa guenon, Son perroquet, sa vieille et toute sa maison, S'en allait en pèlerinage, Fabl. VIII, 15 dans ÉTAGE
Mars pour le fer, et pour l'estain Entendons Jupiter le sain, 417 dans ÉTAIN
On vit un étalage De corps sanglants et de carnage, Fabl. XI, 3 dans ÉTALAGE
Par ce trait de magnificence Le prince à ses sujets étalait sa puissance, Fabl. VII, 7 dans ÉTALER
Ils tombèrent sur la morale ; Il n'est pas besoin que j'étale Tout ce que l'un et l'autre [Hippocrate et Démocrite] dit, Fabl. VIII, 26 dans ÉTALER
Tout passait par son étamine, Cand. dans ÉTAMINE
Faites état que la magnificence Ne consista que...., Diable. dans ÉTAT
Faites état qu'il ne lui manquait rien, Aveux. dans ÉTAT
Mon arc est en bon état, Mais ton coeur est bien malade, Imitation d'Anacréon. dans ÉTAT
Et j'en serai plus libre et bien plus en état, Fabl. IV, 12 dans ÉTAT
Il se piqua pour certaine femelle De haut état, Magn. dans ÉTAT
Je devrais dans ton sang éteindre ce forfait, Coupe. dans ÉTEINDRE
Et si tu veux m'en croire, Tu l'étendras tout plat, Fabl. VIII, 17 dans ÉTENDRE
Le prince s'étendit sur le malheur des grands, Fabl. x, 16 dans ÉTENDRE
Sur le bord d'un puits très profond Dormait étendu de son long Un enfant alors dans ses classes, Fabl. v, 11 dans ÉTENDU, UE
Il [le vent] accourait, un mont en chemin l'arrêta ; L'éteuf passant à celui-là, Il le renvoie et dit...., Fabl. IX, 7 dans ÉTEUF
Aurait-il [Dieu] imprimé sur le front des étoiles Ce que la nuit des temps enferme dans ses voiles ?, Fabl. II, 13 dans ÉTOILE
[Les gens] S'étonnaient de voir que Martin Chassât les lions au moulin, Fabl. v, 21 dans ÉTONNER
Vous êtes pris ; ne vous montrez donc pas ; C'est le moyen d'étouffer cette affaire, Rémois. dans ÉTOUFFER
Le drôle avait étoupé la clochette, Clochette. dans ÉTOUPER
Sainte n'était.... Qui de ses voeux n'eût la tête étourdie, Mandr. dans ÉTOURDI, IE
Entre les pattes d'un lion Un rat sortit de terre assez à l'étourdie, Fabl. II, 11 dans ÉTOURDI, IE
Cloton ne peut vous faire d'autre grâce Que de filer vos jours très lentement ; Mais Cloton va toujours étourdiment, Épît. à Turenne dans ÉTOURDIMENT
Messire Jean est-ce quelqu'un d'étrange ?, Jument. dans ÉTRANGE
Peu de nos chants, peu de nos vers, Par un encens flatteur, amusent l'univers Et se font écouter des nations étranges, Fabl. XII, 23 dans ÉTRANGE
Et par messieurs les paons plumé d'étrange sorte [le geai], Fabl. IV, 9 dans ÉTRANGE
Le moineau du voisin viendra manger le nôtre ! Non, de par tous les chats ! entrant lors au combat, Il croque l'étranger...., Fabl. XII, 2 dans ÉTRANGER, ÈRE
Sinon, il consentait d'être en place publique Guindé, la hart au col, étranglé court et net, Fabl. VI, 19 dans ÉTRANGLER
Pour un mot quelquefois vous vous étranglez tous ; Ne vous êtes-vous pas l'un à l'autre des loups ?, Fabl. XII, 1 dans ÉTRANGLER
Son pays le crut fou [Démocrite] ; petits esprits ! mais quoi ! Aucun n'est prophète chez soi ; Ces gens étaient les fous, Démocrite le sage, Fabl. VIII, 26 dans ÊTRE
Pourquoi cette ruine ? était-il d'homme sage De mutiler ainsi ces pauvres habitants [arbres fruitiers] ?, Fabl. XII, 20 dans ÊTRE
Hé parbleu ! je l'aurais pendue [citrouille] à l'un des chênes que voilà ; C'eût été justement l'affaire, Fabl. IX, 4 dans ÊTRE
On résolut sa mort, fût-il coupable ou non, Fabl. x, 2 dans ÊTRE
.... [l'ours] Vivait seul et caché ; Il fût devenu fou ; la raison d'ordinaire N'habite pas longtemps chez les gens séquestrés, Fabl. VIII, 10 dans ÊTRE
Chez ces gens pour toujours il [le follet] se fût arrêté, Fabl. VII, 6 dans ÊTRE
Tout en tout est divers ; ôtez-vous de l'esprit Qu'aucun être ait été composé sur le vôtre, Fabl. IX, 12 dans ÊTRE
On pourrait voir chaque chose réduite En son état, s'il arrivait qu'un jour L'autre [le maître] devînt l'intendant à son tour ; Car, regagnant ce qu'il eut étant maître, Ils reprendraient tous deux leur premier être, Belph. dans ÊTRE
....Si je t'apprends la guise Et le moyen d'être un jour plus content Qu'un petit roi, sans te tourmenter tant, Que me veux-tu donner pour mes étrennes ?, Jument. dans ÉTRENNE
Vous savez bien comme on est à l'étroit Dans ce logis..., Berc. dans ÉTROIT, OITE
La nation des belettes, Non plus que celle des chats, Ne veut aucun bien aux rats ; Et sans les portes étrètes De leurs habitations...., Fabl. IV, 6 dans ÉTROIT, OITE
Damoiselle belette au corps long et fluet Entra dans un grenier par un trou fort étreit, ib. III, 17 dans ÉTROIT, OITE
De son étui la couronne est tirée ; Dans une chartre un dragon la gardait, Fabl. VI, 6 dans ÉTUI
Dindenaut prisait moins ses moutons qu'eux leurs ours, Fabl. v, 20 dans EUX
Les serments des gascons Passent peu pour mots d'Évangile, Gasc. dans ÉVANGILE
Ce diable était des gens de l'Évangile, Simple, ignorant, à tromper très facile, Papef. dans ÉVANGILE
Que ce secret ne soit point éventé, Aveux. dans ÉVENTÉ, ÉE
Il n'est enseignement pareil à celui-là de fuir une tête éventée, Fabl. IX, 8 dans ÉVENTÉ, ÉE
Quand un chien, maudit instrument Du plaisir barbare des hommes, Vint sur l'herbe éventer les traces de ses pas [la gazelle], Fabl. XII, 15 dans ÉVENTER
Dryope la première évente sa demeure [du sanglier], Adonis, v. 340 dans ÉVENTER
Il laisse la tortue, Elle part, elle s'évertue, Fabl. VI, 10 dans ÉVERTUER (S')
Philémon reconnut ce miracle évident, Phil. et Baucis. dans ÉVIDENT, ENTE
Le parlement évoque à soi l'affaire, Troq. dans ÉVOQUER
Bien fait et beau par excellence, Pet. chien. dans EXCELLENCE
Si le ciel t'eût, dit-il, donné par excellence Autant de jugement que de barbe au menton, Fabl. III, 5 dans EXCELLENCE
Les humains sont plaisants de prétendre exceller Par-dessus nous !...., Fabl. XI, 5 dans EXCELLER
Je ne connais rhéteur ni maître ès arts Tel que l'amour : il excelle en bien dire, Confid. dans EXCELLER
Sur les plus fins je prétends qu'il excelle, ib. dans EXCELLER
Toujours il va d'un excès dans un autre, Mandr. dans EXCÈS
Et, flatteur excessif, il loua la colère Et la griffe du prince, et l'antre, et cette odeur, Fabl. VII, 7 dans EXCESSIF, IVE
Corrigeant partout la nature, Excessive à payer ses soins avec usure, Fabl. XII, 20 dans EXCESSIF, IVE
Nul mets n'excitait leur envie, Fabl. VII, 1 dans EXCITER
Ce fut beaucoup de déplaisir à Psyché de se voir excluse d'un asile où elle aurait cru être mieux venue qu'en pas un autre qui fût au monde, Psyché, II, p. 156 dans EXCLU, UE
Va-t'en, chétif insecte, excrément de la terre, Fabl. II, 9 dans EXCRÉMENT
Lors pour sortir elle prend une excuse, Rich. dans EXCUSE
Je vous demande excuse, a-t-il dit, et j'ai tort, Ragotin, II, 11 dans EXCUSE
Tout l'Érèbe entendit cette belle homicide S'excuser au berger qui ne daigna l'ouïr, Non plus qu'Ajax, Ulysse et Didon son perfide, Fabl. XII, 24 dans EXCUSER
Ne faut-il que délibérer, La cour en conseillers foisonne ; Est-il besoin d'exécuter, L'on n'y rencontre plus personne, Fabl. II, 2 dans EXÉCUTER
Le sage quelquefois fait bien d'exécuter, Avant que de donner le temps à la sagesse D'examiner le fait, ib. x, 14 dans EXÉCUTER
L'édit du prince s'exécute, Fabl. VI, 14 dans EXÉCUTER
Le dieu qu'on nomme Amour n'est pas exempt d'aimer ; à son flambeau quelquefois il se brûle, Psyché, I, p. 22 dans EXEMPT, EMPTE
Le sage vit exempt d'un tribut si funeste [l'ambition], Philém. et Baucis. dans EXEMPT, EMPTE
Un loup rempli d'humanité.... Fit un jour sur sa cruauté, Quoiqu'il ne l'exerçât que par nécessité, Une réflexion profonde, Fabl. x, 6 dans EXERCER
[Térée qui] Exerça sa fureur sur vos divins appas, ib. III, 15 dans EXERCER
La guerre aussi s'exerce en son empire [de l'Amour], Confid. dans EXERCER
Le démon des combats vint troubler l'univers ; Un pays contesté par des peuples divers Engagea Télamon dans un dur exercice, Filles de Minée. dans EXERCICE
Le trop d'expédients peut gâter une affaire.... N'en ayons qu'un, mais qu'il soit bon, Fabl. IX, 14 dans EXPÉDIENT
De prime abord sont par la bonne dame Expédiés tous les péchés menus, Mari conf. dans EXPÉDIER
Ce portier du logis était un chien énorme, Expédiant les loups en forme, Fabl. IX, 10 dans EXPÉDIER
Eh ! messieurs, laissez-moi mourir ; Permettez qu'en forme commune La parque m'expédie, et finissez vos pleurs, Fabl. XII, 6 dans EXPÉDIER
Une jeune souris de peu d'expérience Crut fléchir un vieux chat...., Fabl. XII, 5 dans EXPÉRIENCE
Elle est experte au fait dont il s'agit, Comm. l'esprit. dans EXPERT, PERTE
Les assaillants.... Étaient les plus experts en l'art de massacrer, Fiancée. dans EXPERT, PERTE
Il renferme toujours son conte en quatre vers : Bien ou mal, je le laisse à juger aux experts, Fabl. VI, 1 dans EXPERT, PERTE
Dans un chemin montant, sablonneux, malaisé, Et de tous les côtés au soleil exposé, Fabl. VII, 9 dans EXPOSÉ, ÉE
Cependant des humains presque les quatre parts S'exposent hardiment au plus grand des hasards, Fabl. VII, 2 dans EXPOSER
La maison de la ville et les meubles exquis, Fabl. II, 20 dans EXQUIS, ISE
Même beauté, tant soit exquise, Rassasie et soûle à la fin, Pâté. dans EXQUIS, ISE
La joie de Psyché fut grande, si l'on doit appeler joie ce qui est proprement extase ; encore ce mot est-il faible, et n'exprime pas la moindre partie du plaisir que reçut la belle, Psyché, I, p. 85 dans EXTASE
....Ce chat exterminateur, Vrai cerbère, était craint une lieue à la ronde, Fabl. III, 18 dans EXTERMINATEUR, TRICE
Elle [l'aigle] menaça Jupiter D'abandonner sa cour, d'aller vivre au désert, Avec mainte autre extravagance, Fabl. II, 8 dans EXTRAVAGANCE
Et dans ce bourg une veuve fort sage Qui demeurait tout à l'extrémité, Herm. dans EXTRÉMITÉ
L'apologue est composé de deux parties, dont on peut appeler l'une le corps, l'autre l'âme ; le corps est la fable ; l'âme, la moralité, Fabl. Préface dans FABLE
Aristote n'admet dans la fable que les animaux, ib. dans FABLE
Les fables ne sont pas ce qu'elles semblent être ; Le plus simple animal nous y tient lieu de maître, ib. VI, 1 dans FABLE
Stratagème inouï [le cheval de Troie], qui des fabricateurs Paya la constance et la peine, Fabl. II, 1 dans FABRICATEUR, TRICE
Le fabricateur souverain Nous créa besaciers tous de même manière, Fab. I, 7 dans FABRICATEUR, TRICE
La parabole est-elle autre chose que l'apologue, c'est-à-dire un exemple fabuleux et qui s'insinue avec d'autant plus de facilité et d'effet qu'il est plus commun et plus familier ?, Fables, préface. dans FABULEUX, EUSE
Cette règle [ne mettre dans les fables que des animaux] est moins de nécessité que de bienséance, puisque ni Ésope ni Phèdre ni aucun des fabulistes ne l'a gardée, Fabl. Préf. dans FABULISTE
Le moindre vent qui d'aventure Fait rider la face de l'eau Vous oblige à baisser la tête, Fabl. I, 22 dans FACE
Vis-à-vis l'un de l'autre, en parlant de deux personnes qui ont le visage tourné l'une vers l'autre.... Chacun d'eux devint statue et marbre dur ; Le couple infortuné face à face repose, Filles de Minée. dans FACE
Les enfants n'ont l'âme occupée Que du continuel souci Qu'on ne fâche pas leur poupée, Fabl. IX, 6 dans FÂCHER
Ligurio, qui de la faciende Et du complot avait toujours été, Mandrag. dans FACIENDE
....Saluez ces pénates d'argile ; Jamais le ciel ne fut aux humains si facile Que quand Jupiter même était de simple bois, Phil. et Bauc. dans FACILE
Monsieur le mort, laissez-nous faire ; On vous en donnera de toutes les façons ; Il ne s'agit que du salaire, Fabl. VII, 11 dans FAÇON
Bien fait et beau, d'agréable façon, Aveux. dans FAÇON
La femme fit quelque peu de façons, Rém. dans FAÇON
Ah ! je vous connais, lui dis-je, Ingrat et cruel garçon ; Faut-il que qui vous oblige, Soit traité de la façon ?, Amour mouillé. dans FAÇON
Il [le héron] l'ouvrit [le bec] pour bien moins ; tout alla de façon Qu'il ne vit plus aucun poisson, Fabl. VII, 4 dans FAÇON
La table où l'on servit le champêtre repas Fut d'ais non façonnés à l'aide du compas, Phil. et Bauc. dans FAÇONNÉ, ÉE
[Le buisson, le canard et la chauve-souris] Ils avaient des comptoirs, des facteurs, des agents Non moins soigneux qu'intelligents, Fables, XII, 7 dans FACTEUR
Cela peut être cause Que le pater avec le factoton N'auront de toi ni crainte, ni soupçon, Mazet. dans FACTOTUM
Des peines près de qui le plaisir des monarques Est ennuyeux et fade...., Fabl. VIII, 13 dans FADE
Un païen qui sentait quelque peu le fagot, Et qui croyait en Dieu, pour user de ce mot, Par bénéfice d'inventaire, Alla consulter Apollon, Fabl. IV, 19 dans FAGOT
Un mois durant, le roi tiendrait Cour plénière, dont l'ouverture Devait être un fort grand festin, Suivi des tours de fagotin, Fabl. VII, 7 dans FAGOTIN
Pas n'y faudrai, lui repartit la dame, Coc. dans FAILLIR
Deux jours après, la commère ne faut De mettre un fil, Gag. dans FAILLIR
Tour ni détour, ruse ni stratagème Ne vous faudront, Cuv. dans FAILLIR
Pas ne faillit dedans sa conjecture, Mal. dans FAILLIR
Ai-je failli de me payer moi-même ?, Rich. dans FAILLIR
Ne te donna-t-on pas des avis, quand la cause Du marcher et du mouvement Quand les esprits, le sentiment, Quand tout faillit en toi, Fabl. VIII, 1 dans FAILLIR
La faim détruisit tout, Fabl. III, 6 dans FAIM
....Saluez ces pénates d'argile ; Jamais le ciel ne fut aux humains si facile Que quand Jupiter même était de simple bois ; Depuis qu'on l'a fait d'or, il est sourd à nos voix, Phil. et Bauc. dans FAIRE
Tu feras après ta harangue, Fabl. I, 19 dans FAIRE
Et d'Indou qu'il était on vous le fait Lapon, Fab. VII, 6 dans FAIRE
Il [le loup] s'habille en berger, endosse un hoqueton, Fait sa houlette d'un bâton, ib. III, 3 dans FAIRE
Veux-tu le réserver [le bien] Pour un âge et des temps qui n'en ont plus que faire ?, Fabl. X, 5 dans FAIRE
L'oiseleur repartit : Ce petit animal T'en avait-il fait davantage ?, Fab. VI, 15 dans FAIRE
Qu'il n'est griffe ni dent en la bête irritée Qui de la mettre en sang ne fasse son devoir, Fabl. II, 9 dans FAIRE
Voyez ces animaux, faites comparaison De leurs beautés avec les vôtres, Fabl. I, 7 dans FAIRE
Tandis que ce nigaud, comme un évêque assis, Fait le veau sur son âne et pense être bien sage, Fabl. III, 1 dans FAIRE
Elle [mouche] s'en attribue uniquement la gloire, Va, vient, fait l'empressée, Fabl. VII, 9 dans FAIRE
L'autre plus froid que n'est un marbre Se couche sur le nez, fait le mort, tient son vent, Fab. v, 20 dans FAIRE
Un tel aveu vous surprend et vous touche ; Mais faire ici de la petite bouche Ne sert de rien...., Calendrier. dans FAIRE
Rien n'y font les soupçons, F. avare dans FAIRE
Le marchand fit son chantre mille écus, et son grammairien trois mille, Vie d'Ésope. dans FAIRE
Chemin faisant, il vit le cou du chien pelé, Fabl. I, 5 dans FAIRE
Mais bientôt il le prit en homme de courage, En galant homme et, pour le faire court, En véritable homme de cour, Joc. dans FAIRE
L'aigle et le chat-huant leurs querelles cessèrent, Et firent tant qu'ils s'embrassèrent, Fabl. v, 18 dans FAIRE
Une autre la suivit, une autre en fit autant, Fabl. III, 4 dans FAIRE
Qui voulant en faire à sa tête, Fabl. II, 10 dans FAIRE
De par le roi des animaux Fut fait savoir à ses vassaux, Fabl. VI, 14 dans FAIRE
Le cerf ne pleura point, comment eût-il pu faire ? Cette mort le vengeait ; la reine avait jadis Étranglé sa femme et son fils, Fabl. VIII, 14 dans FAIRE
.... Étant donc la donzelle Prête à bien faire, Orais. dans FAIRE
Et fit très sagement de changer de logis, Fabl. III, 8 dans FAIRE
[Les oisillons] Se mirent à jaser aussi confusément Que faisaient les Troyens quand la pauvre Cassandre Ouvrait la bouche seulement, Fabl. I, 8 dans FAIRE
Ce baudet-ci m'occupe autant Que cent monarques pourraient faire, ib. VI, 11 dans FAIRE
Il fait meilleur chez nous, Fabl. IV, 13 dans FAIRE
La fille crût, se fit ; on pouvait déjà voir Hausser et baisser son mouchoir, Coupe dans FAIRE
Faites-vous contenter par ce couple céleste, Fabl. I, 14 dans FAIRE
Si le mari ne se fût fait connaître, Elle en allait enfiler beaucoup plus, Mari conf. dans FAIRE
Voyez si vous romprez ces dards liés ensemble.... Tous perdirent leur temps, le faisceau résista, Fabl. IV, 18 dans FAISCEAU
Mais quoi ! rien ne remplit Les vastes appétits d'un faiseur de conquêtes, Fabl. VIII, 27 dans FAISEUR, EUSE
Je pourrais décider, car ce droit m'appartient ; Mais rapportons-nous-en. - Soit fait, dit le reptile, Fabl. X, 2 dans FAIT, AITE
Bien fait de corps, Mandr. dans FAIT, AITE
Le sort avait raison, tous gens sont ainsi faits ; Notre condition jamais ne nous contente, Fabl. VI, 11 dans FAIT, AITE
Dire d'un, puis d'un autre, est-ce ainsi que l'on traite Les gens faits comme moi ? me prend-on pour un sot ?, ib. IV, 16 dans FAIT, AITE
Qui de l'âne ou du maître est fait pour se lasser, Fab. III, 1 dans FAIT, AITE
.... Notre galant n'étale Un long narré ; mais vient d'abord au fait, Magn. dans FAIT
Quelqu'autre te dira d'une plus forte voix Les faits de tes aïeux et les vertus des rois, Fabl. Dédicace. dans FAIT
Et je sais même sur ce fait [garder un secret] Bon nombre d'hommes qui sont femmes, Fabl. VIII, 6 dans FAIT
Si vous, maître et fermier, à qui touche le fait, Dormez sans avoir soin que la porte soit close, Voulez-vous que moi, chien...., ib. XI, 3 dans FAIT
Chez la devineuse on courait Pour se faire annoncer ce que l'on désirait : Son fait consistait en adresse, Quelques termes de l'art, beaucoup de hardiesse, Fabl. VII, 15 dans FAIT
La cave et le grenier, Du fait des soeurs maintes choses apprirent, Mazet. dans FAIT
En raisonnant sur le fait des nonnains, ib. dans FAIT
Critiquer gens m'est fort nouveau, Ce n'est mon fait, Court. dans FAIT
Chacun son fait, nul n'a tout en partage, Mul. dans FAIT
Pour le pauvre frère Girard, Il avait eu son fait à part, Cord. dans FAIT
Son fait, dit-on, consiste en des pierres de prix : Un grand coffre en est plein, Fabl. X, 10 dans FAIT
Le malheureux n'osant presque répondre, Court au magot, et dit : c'est tout mon fait, Paysan. dans FAIT
L'autre était passé maître en fait de tromperies, Fabl. III, 5 dans FAIT
L'un des deux compagnons grimpe au faîte d'un arbre, Fabl. V, 20 dans FAÎTE
La rage alors se trouve à son faîte montée, Fabl. II, 9 dans FAÎTE
J'avais prévu ma chute en montant sur le faîte ; Je m'y suis trop complu ; mais qui n'a dans la tête Un petit grain d'ambition ?, Fabl. X, 10 dans FAÎTE
Sous le faix du fagot aussi bien que des ans, Fabl. I, 16 dans FAIX
Tant qu'il vit sous le faix mourir son camarade, ib. VI, 16 dans FAIX
Il nous faudrait mille personnes Pour éplucher tout ce canton, Fabl. I, 8 dans FALLOIR
Peu s'en fallut que le soleil Ne rebroussât d'horreur vers le manoir liquide, Fabl. XI, 3 dans FALLOIR
D'éveiller ces amants, il ne le fallait pas, Joc. dans FALLOIR
Rien ne la contentait, rien n'était comme il faut, Fabl. VII, 2 dans FALLOIR
Quand on prend comme il faut cet accident fatal, Coupe. dans FALLOIR
Le premier qui vit un chameau S'enfuit à cet objet nouveau ; Le second approcha ; le troisième osa faire Un licou pour le dromadaire ; L'accoutumance ainsi nous rend tout familier, Fabl. IV, 10 dans FAMILIER, IÈRE
Riche suffisamment et de bonne famille, Contr. dans FAMILLE
Pinucio, jeune homme de famille, Berc. dans FAMILLE
Elle [la cigale] alla crier famine Chez la fourmi sa voisine, Fabl. I, 1 dans FAMINE
Mais qui pourrait souffrir un âne fanfaron ?, Fabl. II, 9 dans FANFARON, ONNE
Ce qu'un enfant a dans la fantaisie, Faucon. dans FANTAISIE
Un boeuf est plus puissant que toi ; Je le mène à ma fantaisie, Fabl. II, 9 dans FANTAISIE
Mère lionne avait perdu son faon ; Un chasseur l'avait pris, Fab. X, 13 dans FAON
Le récit en farce en fut fait ; On l'appela le pot au lait, Fabl. VII, 10 dans FARCE
Le premier qui les vit, de rire s'éclata ; Quelle farce, dit-il, vont jouer ces gens-là ?, Fabl. III, 1 dans FARCE
Ésope prit le panier au pain ; c'était le fardeau le plus pesant ; chacun crut qu'il l'avait fait par bêtise ; mais, dès la dînée, le panier fut entamé, et le Phrygien déchargé d'autant, Vie d'Ésope dans FARDEAU
Moitié de ce fardeau ne vous sera que jeu, Fabl. VI, 16 dans FARDEAU
Ce bloc enfariné ne me dit rien qui vaille, S'écria-t-il de loin au général des chats ; Je soupçonne dessous encor quelque machine ; Rien ne te sert d'être farine ; Car, quand tu serais sac, je n'approcherais pas, Fabl. III, 18 dans FARINE
Toujours un peu de faste entre parmi nos pleurs, Matrone. dans FASTE
Vous me semblez tous deux fatigués du voyage ; Reposez-vous, usez du peu que nous avons, Phil. et Bauc. dans FATIGUÉ, ÉE
Certain fou poursuivait à coups de pierre un sage, Le sage.... lui dit.... reçois cet écu ; Tu fatigues assez pour gagner davantage, Fabl. XII, 22 dans FATIGUER
Sans tant de contredits et d'interlocutoires, Et de fatras et de grimoires, Travaillons...., Fabl. I, 21 dans FATRAS
Ces blés sont mûrs, dit-il, allez chez nos amis Les prier que chacun apportant sa faucille...., Fabl. IV, 22 dans FAUCILLE
Si tu voyais mettre à la broche Tous les jours autant de faucons Que j'y vois mettre de chapons, Tu ne me ferais pas un semblable reproche, Fabl. VIII, 21 dans FAUCON
Damon.... Ne pouvait se résoudre à fausser la promesse D'être fidèle à sa moitié, Coupe. dans FAUSSER
Cela fit faire une plaisante faute à cet ami...., Berc. dans FAUTE
Gens trop heureux font toujours quelque faute, ib. dans FAUTE
Or le laissons, il n'en viendra pas faute [l'on n'en aura pas besoin], Papef. Cambyse s'en revint à Thèbes avec faute d'un grand nombre de ses gens, p. L. COUR. Trad. d'Hérod. dans FAUTE
L'une de lui sourire au retour ne fit faute, Remois. dans FAUTE
Les gens du pays des fables Donnent ordinairement Noms et titres agréables Assez libéralement.... Horace n'y faisait faute, Cas de consc. dans FAUTE
Et faute de servir ce plat [chardons], Rarement un festin demeure, Fabl. VIII, 17 dans FAUTE
Une montagne en mal d'enfant Jetait une clameur si haute Que chacun au bruit accourant Crut qu'elle accoucherait sans faute D'une cité plus grosse que Paris, Fabl. v, 10 dans FAUTE
[Le vulgaire] Mettant de faux milieux entre la chose et lui, Et mesurant par soi ce qu'il voit en autrui, Fabl. VIII, 26 dans FAUX, FAUSSE
À mon mari, dit la fausse femelle, Mari conf. dans FAUX, FAUSSE
Il se vantait à faux et ne possédait rien, Gasc. dans FAUX, FAUSSE
Car aux faveurs d'une belle il eut part, F. avare. dans FAVEUR
On lui faisait toujours quelque faveur, Orais. dans FAVEUR
Protégez désormais le livre favori Par qui j'ose espérer une seconde vie, Fabl. VII, Dédicace. dans FAVORI, ITE
L'humble toit est exempt d'un tribut si funeste [les soucis de l'ambition] ; Le sage y vit en paix et méprise le reste ; Content de ses douceurs, errant parmi les bois, Il regarde à ses pieds les favoris des rois, Ph. et Bauc. dans FAVORI, ITE
Dans les fébricitants, il n'est rien qui ne pèche ; Le palais se noircit et la langue se sèche, Quinquina, I dans FÉBRICITANT, ANTE
La centaurée en qui le ciel a mis Quelque âpreté, quelque force astringente, Non d'un tel prix ni de l'autre approchante [du quinquina], Mais quelquefois fébrifuge certain, Quinquina, II dans FÉBRIFUGE
Un nom qui.... Fait honneur à la France, en grands noms plus féconde Qu'aucun climat de l'univers, Fabl. X, 14 dans FÉCOND, ONDE
La feinte est un pays plein de terres désertes, Tous les jours nos auteurs y font des découvertes, Fabl. III, 1 dans FEINTE
Le conte fait passer le précepte avec lui ; En ces sortes de feinte il faut instruire et plaire, ib. VI, 1 dans FEINTE
Ainsi montraient leurs coeurs félons Les Saüls et les Absalons, Quand tu les as soumis à celui qui t'adore, Poésies mêlées, LXXIV dans FÉLON, ONNE
À peine il est entré que les cruelles dents Et les ongles félons [de la lionne] s'impriment dans ses flancs, Captivité de St Malc. dans FÉLON, ONNE
Le père mort, les trois femelles Courent au testament, sans attendre plus tard, Fabl. II, 20 dans FEMELLE
Le galetas devint l'antre de la sibylle ; L'autre femelle avait achalandé ce lieu, ib. VII, 15 dans FEMELLE
Cette passion Était crue avec l'âge au coeur des deux femelles, Matr. dans FEMELLE
Abusé fut par le malin esprit, Qu'il épousa sous féminin visage, XIV dans FÉMININ, INE
Je ne suis pas de ceux qui disent, ce n'est rien, C'est une femme qui se noie ; Je dis que c'est beaucoup ; et ce sexe vaut bien Que nous le regrettions, puisqu'il fait notre joie, Fabl III, 16 dans FEMME
Que le bon soit toujours camarade du beau, Dès demain je chercherai femme, Fabl. VII, 2 dans FEMME
Rien ne pèse tant qu'un secret ; Le porter loin est difficile aux dames ; Et je sais même sur ce fait Bon nombre d'hommes qui sont femmes, Fabl. VIII, 6 dans FEMME
Le biquet soupçonneux regarde par la fente [de la porte], Fabl. IV, 15 dans FENTE
Pour faire mettre un fer à sa monture, Orais. dans FER
Mainte vigile et maint jour fériable, Cal. dans FÉRIABLE
Toute en férie il mettait la semaine, Cal. dans FÉRIE
....Il nous faut, Sans coup férir, rattraper notre somme, Savet. dans FÉRIR
Sitôt qu'il crut son fils ferme dans son devoir, Oies. dans FERME
Anacréon et les gens de sa sorte, Comme Waller, Saint-Évremont et moi, Ne se feront jamais fermer la porte ; Qui n'admettrait Anacréon chez soi ? Qui bannirait Waller et la Fontaine ?, Lett. XVIII dans FERMER
Que si le loup t'atteint, casse-lui la mâchoire ; On t'a ferré de neuf...., Fabl. VIII, 17 dans FERRER
Il [le chat] se fût fait un grand scrupule D'armer de pointes sa férule, Fabl. XII, 2 dans FÉRULE
Alibech fut festinée en grand' pompe, Diable. dans FESTINÉ, ÉE
Il vient : l'on festine, l'on mange, Fabl. I, 14 dans FESTINER
Le mal est que dans l'an s'entremêlent des jours Qu'il faut chômer ; on nous ruine en fêtes ; L'une fait tort à l'autre ; et monsieur le curé De quelque nouveau saint charge toujours son prône, Fabl. VIII, 2 dans FÊTE
Quand j'en rencontre [des serpents] sur mes pas, Je leur fais de pareilles fêtes [je les écrase], Petit chien. dans FÊTE
....Comme un chien qui fait fête Aux os qu'il voit n'être pas trop chétifs, Jument. dans FÊTE
Il le [un oiseau] croit en son pot, et déjà lui fait fête, Fabl. II, 12 dans FÊTE
Pendant que celle-ci [la fourmi], chétive et misérable, Vit trois jours d'un fétu qu'elle a traîné chez soi, Fabl. IV, 3 dans FÉTU
Je craindrais que la cajolerie Ne mît le feu dans la maison, Oies. dans FEU
Faites-en les feux dès ce soir, Fabl. II, 15 dans FEU
En mettre mon doigt au feu, Nic. dans FEU
Vous autres héros seriez bien fâchés qu'on vous laissât vivre tranquillement ; vous croyez être demeurés au coin du feu, à moins que vous ne vous alliez brûler sur le mont Oeta, de même que fit Hercule, Lett. XXIV dans FEU
Une épouse fringante et jeune et dans son feu, Coupe. dans FEU
L'homme est de glace aux vérités ; Il est de feu pour les mensonges, Fabl. IX, 6 dans FEU
La dame dit : Regardez si j'ai point Quelque habit d'homme encor dans mon armoire ; Car feu monsieur en doit avoir laissé, Orais. dans FEU, FEUE
[Oiseaux] Qui sous la feuillée, Par leur exemple, et leurs sons éclatants, Font que Vénus est en nous réveillée, Fabl. VII, 8 dans FEUILLÉE
Il fondait là-dessus l'achat d'une feuillette Du meilleur vin des environs, Fabl. VII, 11 dans FEUILLETTE
À la pauvrette il ne fit nulle grâce Du talion, rendant à son époux Fève pour pois et pain blanc pour fouace, Faiseur. dans FÈVE
Adieu donc ; fi du plaisir Que la crainte peut corrompre !, Fabl. I, 9 dans FI
La fois premiere est fiançaille, Et la seconde l'espousaille, 593 dans FIANÇAILLES
Notre malheureux [pigeon] qui, traînant la ficelle Et les morceaux du lacs qui l'avait attrapé, Semblait un forçat échappé, Fabl. IX, 2 dans FICELLE
La belle était pour les gens fiers, Fabl. IV, 1 dans FIER, IÈRE
Certaine fille un peu trop fière Prétendait trouver un mari...., ib. VII, 5 dans FIER, IÈRE
Ses amours qu'un rival tout fier de sa défaite Possédait à ses yeux, Fabl. VII, 13 dans FIER, IÈRE
Et ce dicton picard en l'entour fut écrit : Biaux chires leups, n'écoutez mie Mère tenchent chen fieux qui crie, Fabl. IV, 16 dans FIEUX
Un souffle, une ombre, un rien, tout lui donnait la fièvre, Fabl. II, 14 dans FIÈVRE
Plusieurs se sont trouvés qui, d'écharpe changeant, Aux dangers, ainsi qu'elle, ont souvent fait la figue, Fabl. II, 5 dans FIGUE
L'orateur recourut à ces figures violentes Qui savent exciter les âmes les plus lentes ; Il fit parler les morts, tonna, dit ce qu'il put, Fabl. VIII, 4 dans FIGURE
Contre ses fins cet homme en premier lieu Va de droit fil, Troq dans FIL
Suivez le fil de la rivière, Fabl. III, 16 dans FIL
Ainsi.... Se plaignait l'araignée autrefois tapissière, Et qui, lors étant filandière, Prétendait enlacer tout insecte volant, Fabl. X, 7 dans FILANDIÈRE
Elles filaient si bien que les soeurs filandières Ne faisaient que brouiller au prix de celles-ci, Fabl. V, 5 dans FILANDIÈRE
Les vertus devraient être soeurs, Ainsi que les vices sont frères ; Dès que l'un de ceux-ci s'empare de nos coeurs, Tous viennent à la file...., Fabl. VIII, 25 dans FILE
Et quand il [le Styx] est franchi, les filles du destin Filent aux habitants une nuit sans matin, Psyché, II, p. 192 dans FILER
Ma destinée Ou de fillage ou d'hyménée, Fiancée. dans FILLAGE
Fille se coiffe volontiers D'amoureux à longue crinière, Fabl. IV, 1 dans FILLE
Passez votre chemin, la fille, et m'en croyez, Fabl. III, 1 dans FILLE
D'un tel combat le prince est spectateur ; Chacun y court ; n'est fils de bonne mère Qui, pour le voir, ne quitte toute affaire, Belph. dans FILS
Bien disant et beau fils, Tabl. dans FILS
Je hais les pièces d'éloquence Hors de leur place et qui n'ont point de fin, Fabl. IX, 5 dans FIN
Avant la fin de la journée, Ils [les oeufs] montaient à plus d'un cent, Fabl. VIII, 6 dans FIN
Comment gagner les confidents d'amours.... Jusques au chien : tout y fait quand on aime ; Tout tend aux fins, Mandr. dans FIN
Parlez au diable, employez la magie, Vous ne détournerez nul être de sa fin, Fabl. IX, 7 dans FIN
En fin finale, une certaine enflure La contraignit d'allonger sa ceinture, Hermite. dans FIN
En toute chose il faut considérer la fin, Fables, III, 5 dans FIN
Près de Rouen, pays de sapience, Gens pesant l'air, fine fleur de Normands, le Remède. dans FIN, FINE
Étienne vit toute fine seulette Près d'un ruisseau sa défunte Tiennette [qui n'était plus sa femme], Troqueurs. dans FIN, FINE
L'épouse indiscrète et peu fine, Fabl. VIII, 6 dans FIN, FINE
Un pince-maille avait tant amassé Qu'il ne savait où loger sa finance, Fabl. x, 5 dans FINANCE
Vous qui dédiez à messieurs les gens de finance De méchants livres bien payés, Fabl. VIII, 19 dans FINANCE
Le savetier alors en chantant s'éveillait ; Et le financier se plaignait Que les soins de la Providence N'eussent pas au marché fait vendre le dormir, Fabl VIII, 2 dans FINANCIER
J'ai quelquefois aimé ; je n'aurais pas alors Contre le Louvre et ses trésors, Contre le firmament et la voûte céleste, Changé les bois, changé les lieux...., Fabl. IX, 2 dans FIRMAMENT
.... L'ennemi se présentant, Comme il en voulait à l'argent, Sur le mulet du fisc une troupe se jette, Le saisit au frein et l'arrête, Fab. I, 4 dans FISC
D'huyle tu as mestier moult grant, Sans luy ne feras faict flagrant, (1413). dans FLAGRANT, ANTE
Les coursiers de Phébus aux flambantes narines, Psyché, I, p. 20 dans FLAMBANT, ANTE
Flattez-les [les rois], payez-les d'agréables mensonges, Fabl. VIII, 14 dans FLATTER
Messieurs de cour, adieu ; Suivez jusques au bout une ombre qui vous flatte, Fabl. VII, 12 dans FLATTER
La jeunesse se flatte et croit tout obtenir, Fabl. XII, 5 dans FLATTER
....Sa sotte flatterie Eut un mauvais succès, Fabl. VII, 7 dans FLATTERIE
Apprenez que tout flatteur Vit aux dépens de celui qui l'écoute, Fabl. I, 2 dans FLATTEUR, EUSE
L'argent sut donc fléchir ce coeur inexorable, Coupe. dans FLÉCHIR
Cent autres passions, des sages condamnées, Ont pris comme à l'envi la fleur de mes années, Poésies mêlées, LXIX. dans FLEUR
Bornons ici notre carrière ; Les longs ouvrages me font peur ; Loin d'épuiser une matière, On n'en doit prendre que la fleur, Fabl. VI, Épil. dans FLEUR
Fine fleur de Normand [un Normand plus Normand que tous les autres], Rem. dans FLEUR
Des gens qui sèmeront l'argent et la fleurette, Joconde. dans FLEURETTE
En beaux louis se content les fleurettes, F. avare. dans FLEURETTE
Non que j'assemble tous les jours Barbe fleurie et les amours, Lettres, XXIII dans FLEURI, IE
Un vieillard sur son âne aperçut en passant Un pré plein d'herbe et fleurissant, Fab. VI, 8 dans FLEURISSANT, ANTE
Plus beau fleuron n'est en votre couronne, Belph. dans FLEURON
La neige vint à flocons, Orais. dans FLOCON
Votre grandeur voit tomber ici-bas [dans les enfers], Non par flocons, mais menus comme pluie, Ceux que l'hymen fait de sa confrérie, Belph. dans FLOCON
Damoiselle belette au corps long et flouet, Fabl. III, 17 dans FLOUET, ETTE
Damoiselle belette au corps long et fluet, Fabl. III, 17 dans FLUET, ETTE
Avec beaucoup de foi le traité s'exécute, Fianc. dans FOI
Foi de peuple d'honneur ils lui promirent tous De ne bouger non plus qu'un terme, Fabl. IX, 19 dans FOI
Quel autre art de penser Aristote et sa suite Enseignent-ils, par votre foi ?, ib. XI, 9 dans FOI
De te garder la foi du mariage, Rich. dans FOI
Le plus sage s'endort sur la foi des zéphyrs, Él. aux nymphes de Vaux. dans FOI
Venez, divin mortel, sa [de Démocrite] folie est extrême ; Hippocrate n'eut pas trop de foi pour ces gens, Fabl. VIII, 26 dans FOI
Beaucoup de gens ont une ferme foi Pour les brevets...., Orais. dans FOI
Monsieur s'en va chopiner, cependant Qu'on se tourmente ici le corps et l'âme ; Il faut agir sans cesse en l'attendant.... Voyez un peu, le galant a bon foie ; Je suis d'avis qu'on laisse à tel mari Telle moitié...., Cuv. dans FOIE
Foin du loup et de sa race !, Fabl. IV, 15 dans FOIN
J'étais en train de rire ; Foin de la messagère et de son compliment !, Eunuq. IV, 9 dans FOIN
Ah çà ! une fois, deux fois, en voulez-vous, n'en voulez-vous pas ? La Beauce avait jadis des monts en abondance.... Et messieurs les Orléanois Dirent au Sort, tous d'une voix, Une fois, deux fois et trois fois, Qu'il eût à leur ôter la peine De monter, de descendre et remonter encor, Lettre VII dans FOIS
Il la retrouve [sa femme] en bonne compagnie, Dansant, sautant, menant joyeuse vie, Et des muguets avec elle à foison, Mari conf. dans FOISON
Or, une certaine année Qu'il en était à foison [des rats], Leur roi nommé Ratapon Mit en campagne une armée, Fabl. IV, 6 dans FOISON
Ne faut-il que délibérer, La cour en conseillers foisonne, Fabl. II, 2 dans FOISONNER
.... C'est folie De compter sur dix ans de vie, Fabl. VI, 19 dans FOLIE
Le résultat de la suprême cour Fut de condamner la Folie [qui d'un coup avait rendu aveugle l'Amour] à servir de guide à l'Amour, Fabl. XII, 14 dans FOLIE
Avec quelqu'un as-tu fait la folie ?, Lunettes. dans FOLIE
Il est au Mogol des follets Qui font l'office de valets, Fabl. VII, 5 dans FOLLET, ETTE
Que notre âme au sortir d'un roi Entre dans un ciron ou dans telle autre bête.... Sur un tel fondement le bramin crut bien faire De prier un sorcier qu'il logeât la souris, Fabl. IX, 7 dans FONDEMENT
Je pourrais fonder ce prologue Sur gens de tous états...., Fabl. VII, 14 dans FONDER
Les coeurs que l'on croyait de glace Se fondent tous à leur abord, Joc. dans FONDRE
Jean s'en alla comme il était venu, Mangeant son fonds avec son revenu, Épitaphe. dans FONDS
Travaillez, prenez de la peine ; C'est le fonds qui manque le moins, Fabl. v, 9 dans FONDS
Remettez pour le mieux ces deux vers à la fonte, Fab. II, 1 dans FONTE
[Il] Vit notre malheureux, qui, traînant la ficelle Et les morceaux du lacs qui l'avait attrapé, Semblait un forçat échappé, Fabl. IX, 2 dans FORÇAT
Le sort, sans respecter ni son sang, ni sa gloire, Le fit être forçat aussitôt qu'il fut pris, Filles de Minée. dans FORÇAT
Patience et longueur de temps Font plus que force ni que rage, Fabl. II, 11 dans FORCE
.... Force n'a point de loi ; S'accommoder à tout est chose nécessaire, Fianç. dans FORCE
Force lui fut de quitter la maison, Mazet. dans FORCE
De la force du coup pourtant il s'abattit, Fabl. VIII, 27 dans FORCE
Le printemps par malheur était lors en sa force, Fiancée dans FORCE
Peu de jasmin d'Espagne et force serpolet, Fabl. IV, 4 dans FORCE
Pour moi, satisfaisant mes appétits gloutons, J'ai dévoré force moutons, Fabl. VII, 1 dans FORCE
Je mets aussi sur la scène Des trompeurs, des scélérats, Des tyrans et des ingrats, Mainte imprudente pécore, Force sots, force flatteurs, ib. IX, 1 dans FORCE
Un pâtre, à ses brebis trouvant quelque mécompte, Voulut à toute force attraper le larron, Fabl. VI, 1 dans FORCE
Il veut à toute force être au nombre des sots [maris trompés], Coupe. dans FORCE
À toute force enfin elle se résolut, Fabl. IV, 22 dans FORCE
Ne forçons point notre talent ; Nous ne ferions rien avec grâce, Fabl. IV, 5 dans FORCER
Le loup déjà se forge une félicité...., Fabl. I, 5 dans FORGER
Plus d'une fille a forligné ; le diable Est bien subtil...., Aveux dans FORLIGNER
....De sa forme il [chaque animal] se loua très fort, Fabl. I, 7 dans FORME
Là-dessus, au fond des forêts, Le loup l'emporte et puis le mange Sans autre forme de procès, Fabl. I, 10 dans FORME
Ces devoirs.... Qu'elle endurait seulement pour la forme, Mandr. dans FORME
La dame était de gracieux maintien.... Somme qu'enfin il ne lui manquait rien, Fors que d'avoir un ami digne d'elle, Coc. dans FORS
Le mal d'autrui ne me tourmente en rien, Fors excepté ce qui touche au compère, Fais. dans FORS
La raison du plus fort est toujours la meilleure, Fabl. I, 10 dans FORT, ORTE
Que reste-t-il ? le plus fort en est fait, Rich. dans FORT, ORTE
Que j'y courrais, et tout de mon plus fort, Herm. dans FORT, ORTE
La fortune.... Il n'arrive rien dans le monde Qu'il ne faille qu'elle en réponde ; Nous la faisons de tous écots, Fabl. V, 11 dans FORTUNE
Qui ne court après la fortune ?, ib. VII, 12 dans FORTUNE
Mais que vous sert votre mérite ? La fortune a-t-elle des yeux ?, ib. dans FORTUNE
Fortune, qui nous fais passer devant les yeux Des dignités, des biens que jusqu'au bout du monde On suit sans que l'effet aux promesses réponde, Désormais je ne bouge et ferai cent fois mieux, ib. dans FORTUNE
Fortune aveugle suit aveugle hardiesse, ib. X, 14 dans FORTUNE
Est-on sot, étourdi, prend-on mal ses mesures, On pense en être quitte en accusant le sort ; Bref, la fortune a toujours tort, ib. v, 11 dans FORTUNE
Il lit au front de ceux qu'un vain luxe environne, Que la fortune vend ce qu'on croit qu'elle donne, Phil. et Bauc. dans FORTUNE
Témoignez seulement que vous cherchez fortune, Cand. dans FORTUNE
Comme elle disait ces mots, Le loup, de fortune, passe, Fables, IV, 15 dans FORTUNE
Lors de mon coin vous me verrez sortir Incontinent, de crainte de fortune, Sav. dans FORTUNE
Quant au surplus des fortunes humaines, Les biens, les maux, les plaisirs et les peines...., Belphégor. dans FORTUNE
Si sa fortune était petite, Elle était sûre tout au moins, Fabl. IV, 2 dans FORTUNE
Le lait tombe ; adieu veau, vache, cochon, couvée ; La dame de ces biens, quittant d'un oeil marri Sa fortune ainsi répandue...., ib. VII, 10 dans FORTUNE
....Est bien fou du cerveau Qui prétend contenter tout le monde et son père, Fabl. III, 1 dans FOU ou FOL, FOLLE
Tu te prends à plus dur que toi, Petit serpent à tête folle, ib. V, 16 dans FOU ou FOL, FOLLE
Le lion dit, pensant rugir : Je n'ai pas la tête si folle ; Moi renoncer aux dons que je viens d'acquérir !, ib. XII, 1 dans FOU ou FOL, FOLLE
Jamais auprès des fous ne te mets à portée ; Je ne te puis donner un plus sage conseil, Fabl. IX, 8 dans FOU ou FOL, FOLLE
Pauvres gens, je les plains, car on a pour les fous Plus de pitié que de courroux, Fabl. VII, 12 dans FOU ou FOL, FOLLE
Un fol allait criant par tous les carrefours Qu'il vendait la sagesse, Fabl. IX, 8 dans FOU ou FOL, FOLLE
Rendant fèves pour pois et pain blanc pour fouace, Faiseur. dans FOUACE
Ce propos fut à la pauvre Constance Un coup de foudre...., Court. dans FOUDRE
Je suis donc un foudre de guerre ?, Fabl. II, 14 dans FOUDRE
Au bord de quelque bois sur un arbre je grimpe, Et, nouveau Jupiter, du haut de cet olympe, Je foudroie à discrétion Un lapin qui n'y pensait guère, Fabl. X, 15 dans FOUDROYER
Il acheva de se désespérer, Lorsque la neige, en lui donnant aux joues, Vint à flocons, et le vent qui fouettait, Orais. dans FOUETTER
C'est à ce coup.... Qu'il faut fouiller à l'escarcelle, Fabl. IV, 4 dans FOUILLER
Le chat dit au renard : fouille en ton sac, ami ; Cherche en ta cervelle matoise, Fabl. IX, 14 dans FOUILLER
Voyez-vous à nos pieds fouir incessamment Cette maudite laie et creuser une mine ?, Fabl. III, 6 dans FOUIR
Des malheurs qui sont sortis De la boîte de Pandore, Celui qu'à meilleur droit tout l'univers abhorre, C'est la fourbe, à mon avis, Fabl. III, 6 dans FOURBE
Un chien de cour l'arrête [le loup] ; épieux et fourches-fières L'ajustent de toutes manières, Fables, IV, 16 dans FOURCHE-FIÈRE
La fourmi n'est pas prêteuse, C'est là son moindre défaut, Fabl. I, 1 dans FOURMI
Un du peuple [des fourmis] étant mort, notre saint le contemple En forme de convoi soigneusement porté Hors les toits fourmillants de l'avare cité, Captivité de St Malc. dans FOURMILLANT, ANTE
Notre soin n'aboutit qu'à fournir ses repas, Fabl. III, 2 dans FOURNIR
Bien que j'abrégeasse mon récit, il nous fournit d'entretien jusqu'au château, Songe de Vaux, fragment VII dans FOURNIR
Les voilà tous deux arrivés Devant sa majesté fourrée, Fabl. VII, 16 dans FOURRÉ, ÉE
Ce loup rencontre un dogue aussi puissant que beau, Gras, poli, qui s'était fourvoyé par mégarde, Fabl. I, 5 dans FOURVOYER
Ce Dieu remplit ses fourneaux De deux sortes de carreaux : L'un jamais ne se fourvoie ; Et c'est celui que toujours L'Olympe en corps nous envoie, Fabl. VIII, 20 dans FOURVOYER
Avec grand bruit et grand fracas Un torrent tombait des montagnes, Fabl. VIII, 23 dans FRACAS
[Il] Prétend qu'on le sépare [de sa femme] et fait bien du fracas, Contr. dans FRACAS
Et lui-même ayant fait grand fracas, chère lie, Mis beaucoup en plaisirs en bâtiments beaucoup, Il devint pauvre tout d'un coup, Fabl. VII, 14 dans FRACAS
Il abandonne au sort la fragile innocence, Captivité de St Malc. dans FRAGILE
Votre serviteur Gille.... Tout fraîchement en cette ville Arrive en trois bateaux exprès pour vous parler, Fabl. IX, 3 dans FRAÎCHEMENT
Les loups mangent gloutonnement ; Un loup donc étant de frairie Se pressa, dit-on, tellement Qu'il en pensa perdre la vie, Fabl. III, 9 dans FRAIRIE
Ayant l'idée encor fraîche des deux, Psaut. dans FRAIS, FRAÎCHE
Séjour du frais, véritable patrie Des zéphyrs..., Fabl. IV, 12 dans FRAIS, FRAÎCHE
Solitude, où je trouve une douceur secrète, Lieux que j'aimai toujours, ne pourrai-je jamais, Loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais !, ib. XI, 4 dans FRAIS, FRAÎCHE
Pour subvenir aux frais de l'entreprise, Belph. dans FRAIS
Compère le renard se mit un jour en frais, Fabl. I, 18 dans FRAIS
Sur nouveaux frais attrapons nos époux, Gag. dans FRAIS
Échappé Non pas franc, car pour gage il y laissa sa queue, Fabl. v, 5 dans FRANC, FRANCHE
S'il en peut sortir franc, c'est à lui beaucoup faire, Cand. dans FRANC, FRANCHE
Car quoi ! rien d'assuré ! point de franche lippée ! Tout à la pointe de l'épée, Fabl. I, 5 dans FRANC, FRANCHE
Notre ennemi, c'est notre maître : Je vous le dis en bon français, Fabl. VI, 8 dans FRANÇAIS, AISE
On y fait l'homme d'importance, Et l'on n'est souvent qu'un bourgeois, C'est proprement le mal françois, Fabl. VIII, 15 dans FRANÇAIS, AISE
Eh ! oui, oui, vous autres grosses dames, vous n'allez point tout d'abord à la franquette, la Coupe enchantée, sc. 2 dans FRANQUETTE
Toutpère frappe à côté, Fabl. VIII, 20 dans FRAPPER
Mercure frappe, on ouvre ; aussitôt Philémon Vient au-devant des dieux et leur tient ce langage, Phil. et Bauc. dans FRAPPER
L'un alléguait que l'héritage Était frayant et rude, et l'autre un autre si, Fabl. VI, 4 dans FRAYANT, ANTE
Même l'on dit que l'ouvrier [le statuaire] Eut à peine achevé l'image, Qu'on le vit frémir le premier Et redouter son propre ouvrage, Fabl. IX, 6 dans FRÉMIR
Il fréquentait chez le compère Pierre, Jum. dans FRÉQUENTER
Bons bourgeois, du temps de nos pères, S'avisaient tard d'être bons frères ; Ils n'apprenaient cette leçon Qu'ayant de la barbe au menton, Nic. dans FRÈRE
Les vertus devraient être soeurs, Ainsi que les vices sont frères, Fabl. VIII, 25 dans FRÈRE
Telle censure Ne fut si sûre Qu'elle espérait ; De ma fressure Dame luxure Jà s'emparait, Poésies mêlées, V dans FRESSURE
Un vaisseau mal frété périt au premier vent, Fabl. VII, 14 dans FRÉTÉ, ÉE
Un carpeau qui n'était encore que fretin Fut pris par un pêcheur au bord d'une rivière, Fabl. V, 3 dans FRETIN
Il se réjouissait à l'odeur de la viande, Mise en menus morceaux et qu'il croyait friande, Fabl. I, 18 dans FRIAND, ANDE
Votre ordinaire est donc trop peu friand à votre goût... ?, Gag. dans FRIAND, ANDE
Cependant un sanglier, monstre énorme et superbe, Tente encor notre archer friand de tels morceaux, Fabl. VIII, 27 dans FRIAND, ANDE
Au bout de quelque temps que messieurs les louvats Se virent loups parfaits et friands de tuerie, Fabl. III, 13 dans FRIAND, ANDE
.... Qui hait les présents ? Tous les humains en sont friands, Petit chien. dans FRIAND, ANDE
Cependant on fricasse, on se rue en cuisine, Fabl. IV, 4 dans FRICASSER
Sans fruit aucun [il] vendit et fricassa Tout son avoir...., Fauc. dans FRICASSER
La dame était jeune, fringante et belle, Magn. dans FRINGANT, ANTE
Mais un fripon d'enfant (cet âge est sans pitié) Prit sa fronde et du coup tua plus d'à moitié La volatile malheureuse, Fabl. IX, 9 dans FRIPON, ONNE
....Chastes sont les oreilles, Encor que les yeux soient fripons, Tabl. dans FRIPON, ONNE
Je suis d'avis que le friponneau fasse Tel compliment à des femmes d'honneur !, Coc. dans FRIPONNEAU
Poisson, mon bel ami, qui faites le prêcheur.... Dès ce soir on vous fera frire, Fabl. V, 3 dans FRIRE
Tout se mit à brouter les bois du voisinage ; La pitance du cerf en déchut de beaucoup ; Il ne trouva plus rien à frire, Fabl. XII, 6 dans FRIRE
Progné me vient enlever les morceaux, Caracolant, frisant l'air et les eaux, Elle me prend mes mouches à ma porte, Fabl. X, 7 dans FRISER
Dix jeunes femmes.... Frisques, gaillardes, attrayantes, Cord. dans FRISQUE
....Il n'en peut presque plus, Transi de froid, immobile, perclus, Claque des dents, se plaint, tremble et frissonne, Orais. dans FRISSONNER
Le sage est ménager du temps et des paroles ; Ayant donc mis à part les entretiens frivoles...., Fabl. VIII, 26 dans FRIVOLE
L'animal [le peuple d'Athènes] aux têtes frivoles, Étant fait à ces traits, ne daignait l'écouter, Fabl. VIII, 4 dans FRIVOLE
Quand nous avons quelque différend, ma soeur et moi, si je fais la froide et l'indifférente, elle me recherche ; si elle se tient sur son quant à moi, je vais au-devant, Psyché, II, p. 140 dans FROID, OIDE
Ne plaise aux dieux que je couche Avec vous sous même toit ! Arrière ceux dont la bouche Souffle le chaud et le froid !, Fabl. v, 7 dans FROID
....Un pauvre souffreteux Se plaint là-bas ; le froid est rigoureux, Orais. dans FROID
À grands coups de gaule Le pèlerin vous lui froisse une épaule, Coc. dans FROISSER
Maître corbeau sur un arbre perché Tenait en son bec un fromage, Fabl. I, 2 dans FROMAGE
Apprenez que tout flatteur Vit aux dépens de celui qui l'écoute ; Cette leçon vaut bien un fromage sans doute, ib. dans FROMAGE
Quant aux volontés souveraines De celui qui fait tout et rien qu'avec dessein, Qui les sait que lui seul ? comment lire en son sein ? Aurait-il imprimé sur le front des étoiles Ce que la nuit des temps enferme dans ses voiles ?, Fabl. II, 13 dans FRONT
Il lit au front de ceux qu'un vain luxe environne Que la fortune vend ce qu'on croit qu'elle donne, Phil. et Bauc. dans FRONT
De quel front s'en aller le voir et lui parler ?, Faucon. dans FRONT
De votre nom j'orne le frontispice Des derniers vers que ma muse a polis, Belph. dans FRONTISPICE
Dont les morceaux sont frottés de moutarde, Pays. dans FROTTÉ, ÉE
Car, au nom des dieux, je vous prie Quel fruit de ce labeur pensez-vous recueillir ?, Fabl. VIII, 11 dans FRUIT
Il dit que tout arbre infertile Lui semblait un arbre inutile ; Qu'il ne voulait plus en souffrir, Et qu'il était résolu de remplir Son jardin de fruitiers, pour enrichir sa table, Oeuvres inédites, publiées par Lacroix, 1863, p. 25 dans FRUITIER, IÈRE
Vous qui devez savoir les choses de la vie, Et que rien ne doit fuir en cet âge avancé, Fabl. III, 1 dans FUIR
C'est l'ordinaire de ceux qui ont tort et qui connaissent leur faible, de chercher des fuites, Psyché, I, p. 90 dans FUITE
[Le cerf]... ne pouvait qu'avecque peine Souffrir ses jambes de fuseaux, Fabl. VI, 9 dans FUSEAU
Le bruit des cors, celui des voix N'a donné nul relâche à la fuyante proie, Fabl. X, 1 dans FUYANT, ANTE
Deux mulets cheminaient, l'un d'avoine chargé, L'autre portant l'argent de la gabelle, Fabl. I, 4 dans GABELLE
Échappé Non pas franc, car pour gage il y laissa sa queue, Fabl. v, 5 dans GAGE
Gageons, dit celle-ci, que vous n'atteindrez point Sitôt que moi ce but, Fables, VI, 10 dans GAGER
Elle [la royauté] fait subsister l'artisan de ses peines, Enrichit le marchand, gage le magistrat, Fabl. III, 2 dans GAGER
Je fais gageure Qu'il n'est mortel...., Joc. dans GAGEURE
Ils avaient fait gageure à qui des deux aurait plus de bonheur [à la pêche], Cal. dans GAGEURE
Eux introduits, croyant ville gagnée, les Rem. dans GAGNÉ, ÉE
Un bûcheron perdit son gagne-pain, C'est sa cognée...., Fabl. v, 1 dans GAGNE-PAIN
J'ai vu dans le palais une robe mal mise Gagner gros...., Fabl. VII, 15 dans GAGNER
....Or çà, sire Grégoire, Que gagnez-vous par an ?, ib. VIII, 2 dans GAGNER
On hasarde de perdre en voulant trop gagner, Fabl. VII, 4 dans GAGNER
L'avarice perd tout en voulant tout gagner, Fabl. v, 13 dans GAGNER
Le galant aussitôt Tire ses grègues, gagne au haut, Mal content de son stratagème, Fabl. II, 15 dans GAGNER
Donc Bertrand [le singe] gagnerait près de certains esprits, Fabl. XII, 3 dans GAGNER
Deux siens voisins se laissèrent leurrer à l'entretien libre et gai de la dame, les Remois. dans GAI, GAIE
Un mort s'en allait tristement S'emparer de son dernier gîte ; Un curé s'en allait gaiement Enterrer ce mort au plus vite, Fabl. VII, 11 dans GAIEMENT ou GAÎMENT
Nos gaillards pèlerins.... Au gué d'une rivière à la fin arrivèrent, Fabl. II, 10 dans GAILLARD, ARDE
Dit avec un ton de rieur Le gaillard savetier, ib. II, 8 dans GAILLARD, ARDE
Et vous la belle au dessein si gaillard, Gag. dans GAILLARD, ARDE
Il risque de nouveau le gain qu'il avait fait ; Mais rien, pour cette fois, ne lui vint à souhait, Fabl. VII, 14 dans GAIN
Ne forçons point notre talent ; Nous ne ferions rien avec grâce ; Jamais un lourdaud, quoi qu'il fasse, Ne saurait passer pour galant, Fabl. IV, 5 dans GALANT, ANTE
Mon principal but est toujours de plaire ; pour en venir là, je considère le goût du siècle ; or, après plusieurs expériences, il m'a semblé que ce goût se porte au galant et à la plaisanterie, Psyché, préface. dans GALANT, ANTE
Mais quand il le vit, le galant N'en donna que le tiers, Fabl. I, 14 dans GALANT, ANTE
Déjà dans son esprit la galande le croque, Fabl. IV, 11 dans GALANT, ANTE
Belle servante et mari vert galant, Gag. dans GALANT, ANTE
Égratigner : ....à vous je reviendrai, Maître Phlipot, et tant vous galerai, Que ne jouerez ces tours de votre vie ; à coups de griffe il faut que nous voyions Lequel aura de nous deux belle amie, Diable pap. dans GALER
[Le cygne et l'oison] Des fossés du jardin faisant leurs galeries, Tantôt on les eût vus côte à côte nager, Tantôt courir sur l'onde...., Fabl. III, 12 dans GALERIE
Enfin, quoique ignorante à vingt et trois karats, Elle passait pour un oracle ; L'oracle était logé dedans un galetas, Fabl. VII, 15 dans GALETAS
Un loup quelque peu clerc prouva par sa harangue Qu'il fallait dévouer ce maudit animal, Ce pelé, ce galeux d'où venait tout leur mal, Fabl. VII, 1 dans GALEUX, EUSE
Le bien de notre amant s'en va le grand galop, Pet. chien. dans GALOP
Amour fit une gambade, Et le petit scélérat Me dit : pauvre camarade, Mon arc est en bon état, Mais ton coeur est bien malade, Imit. d'Anacréon. dans GAMBADE
Pas ne finit mère abbesse sa gamme Sans sermonner et tempêter beaucoup, Psaut. dans GAMME
Force lui fut qu'elle changeât de gamme, Mari conf. dans GAMME
Croyant par là les galants hors de gamme, On ne s'avise.... dans GAMME
Tout vous rit, votre femme est souple comme un gant, Coupe. dans GANT
....C'était pièce assez fine Pour en devoir l'exemple à d'autres gens ; J'ai grand regret de n'en avoir les gants, Troq. dans GANT
Mainte fille a perdu ses gants, Et femme au retour s'est trouvée, Qui ne sait la plupart du temps Comme la chose est arrivée, Fianc. dans GANT
Elle [la fortune] est prise à garant de toutes aventures, Fabl. v, 11 dans GARANT, ANTE
Par ce moyen Ésope se garantit ; ses accusateurs furent punis doublement, pour leur gourmandise et pour leur méchanceté, Vie d'Ésope. dans GARANTIR
Tant les chiens faisaient bonne garde, Fabl. I, 5 dans GARDE
Défions-nous du sort et prenons garde à nous Après le gain d'une bataille, Fabl. VII, 12 dans GARDE
Un pont portatif.... c'était un tronc à demi pourri avec deux bâtons de saule pour garde-fous, Psyché, II, p. 119 dans GARDE-FOU
Gardez le froc, Herm. dans GARDER
Nice se peut vanter d'être homme à qui l'on n'en donne à garder, Mandr. dans GARDER
Dieu nous gard' de plus grand' fortune !, Pâté. dans GARDER
Dieu gard'de mal femme qui jeûne !, Diable. dans GARDER
Gardez-vous de rien dédaigner, Surtout quand vous avez à peu près votre compte, Fabl. VII, 4 dans GARDER
Le peuple des souris croît que c'est châtiment.... Enfin qu'on a pendu le mauvais garnement, Fabl. III, 18 dans GARNEMENT
Que Jupiter était en garouage ; De quoi Junon était en grande rage, dans LE ROUX, Dict. comique. dans GAROUAGE
Certain renard gascon, d'autres disent normand, Fabl. III, 11 dans GASCON, ONNE
L'homme eut peur ; mais comment esquiver et que faire ? Se tirer en gascon d'une semblable affaire Est le mieux ; il sut donc dissimuler sa peur, Fabl. VIII, 10 dans GASCON, ONNE
Je devais par la royauté Avoir commencé mon ouvrage ; à le voir d'un certain côté Messer Gaster en est l'image, Fabl. III, 2 dans GASTER
....Voilà mon loup par terre, Mal en point, sanglant et gâté, Fabl. XII, 17 dans GÂTÉ, ÉE
Ils firent tous ripaille, Chacun d'eux eut part au gâteau, Fabl. VIII, 7 dans GÂTEAU
Le moins de gens qu'on peut à l'entour du gâteau, C'est le droit du jeu, c'est l'affaire, ib. X, 15 dans GÂTEAU
Son discours dura tant que la maudite engeance Eut le temps de gâter en cent lieux le jardin, Fabl. IX, 5 dans GÂTER
Il disait bien, car on n'avait jeté Cette immondice et la dame gâté, Qu'afin qu'elle eût quelque valable excuse Pour éloigner son dragon quelque temps, On ne s'avise jamais de tout.. dans GÂTER
Notre concitoyen, disaient-ils en pleurant, Perd l'esprit, la lecture a gâté Démocrite, Fabl. VIII, 26 dans GÂTER
Tu peux choisir, ou de manger trente aulx, Ou de souffrir trente bons coups de gaules, Bien appliqués sur tes larges épaules...., Paysan. dans GAULE
Nuls traits à découvert n'auront ici de place ; Tout y sera voilé, mais de gaze, et si bien Que je crois qu'on n'en perdra rien, Tabl. dans GAZE
Au gazouillis des ruisseaux de ces bois, Fér. dans GAZOUILLIS
Un paon muait ; un geai prit son plumage, Puis après se l'accommoda... Il est beaucoup de geais à deux pieds comme lui Qui se parent souvent des dépouilles d'autrui, Fabl. IV, 9 dans GEAI
Tu ris ! tu ne suis pas ces gémissantes voix !, Fabl. VIII, 14 dans GÉMISSANT, ANTE
Il est bon de s'accommoder à son sujet ; mais il est encore meilleur de s'accommoder à son génie, Psyché, I, p. 88 dans GÉNIE
Deux taureaux combattaient à qui posséderait Une génisse avec l'empire ; Une grenouille en soupirait, Fabl. II, 4 dans GÉNISSE
Quand la mère apaisant sa chère géniture, Fabl. IV, 16 dans GÉNITURE
L'autre vit où tendait cette feinte aventure : Il rendit le fer au marchand, Qui lui rendit sa géniture, ib. IX, 1 dans GÉNITURE
....Cent secrets, Entre autres un pour avoir géniture, Mandr. dans GÉNITURE
Il advint qu'au hibou Dieu donna géniture, Fabl. v, 18 dans GÉNITURE
J'irais plus haut peut-être au temple de mémoire, Si dans un genre seul j'avais usé mes jours, Poésies mêlées, LXIX dans GENRE
Les Germains comme eux deviendront Gens de rapine et d'avarice, Fabl. XI, 7 dans GENS
Plus telles gens sont pleins, moins ils sont importuns, Fabl. XII, 13 dans GENS
Telles gens n'ont pas fait la moitié de leur course, ib. III, 6 dans GENS
Elle ne manque incontinent de dire à son mari l'amour des deux bourgeois, Tous deux gens sots, tous deux gens à sornettes, Remois. dans GENS
Les autres animaux, créatures plus douces, Bonnes gens, s'étonnaient qu'il criât au secours, Fabl. VIII, 12 dans GENS
Y a-t-il encore au monde des Voitures et des Malherbes ? bonnes gens, je ne vous puis voir, comme dit maître François dans son livre, Lett. XXIV dans GENS
Ne seraient-ce point mes parents ? .... si les bonnes gens vivent encore, ils ne sauraient être fort éloignés du dernier moment de leur course, Psyché, I, p. 63 dans GENS
Presque rien, dit le chien, donner la chasse aux gens, Fabl. I, 5 dans GENS
Il ne faut jamais dire aux gens : Écoutez un bon mot, oyez une merveille, ib. XI, 9 dans GENS
....Le chat grippe-fromage, Triste oiseau le hibou, ronge-maille le rat, Dame belette au long corsage, Toutes gens d'esprit scélérat, Hantaient le tronc pourri d'un pin vieux et sauvage, Fabl. VIII, 22 dans GENS
Avint qu'un soir Camille régala De jeunes gens, Court. dans GENS
Vive la gent qui fend les airs !, Fabl. II, 5 dans GENT
La gent trotte-menu s'en vient chercher sa perte, ib. III, 18 dans GENT
Longtemps entre nos coqs le combat se maintint.... La gent qui porte crête au spectacle accourut, ib. VII, 13 dans GENT
Ne t'attends pas que je t'aide un seul brin, Ni que par moi ton labeur se consomme ; Je t'ai jà dit que j'étais gentilhomme, Né pour chômer et pour ne rien savoir, Pagefig. dans GENTILHOMME
De travailler pour lui [l'estomac] les membres se lassant, Chacun d'eux résolut de vivre en gentilhomme, Fab. III, 2 dans GENTILHOMME
La valvule [du coeur]... Geôlière peu soigneuse à fermer la prison, Laisse enfin échapper la matière inquiète, Quinquina, I dans GEÔLIÈRE
Qu'avez-vous appris aux Germains ?, Fabl. XI, 7 dans GERMAIN, AINE
Sous ce tombeau gisent Plaute et Térence ; Et cependant le seul Molière y gît, Épit. de Molière. dans GÉSIR
A l'endroit où gisait cette somme enterrée, Fabl. IV, 20 dans GÉSIR
N'ayant autre oeuvre, autre emploi, penser autre, Que de chercher où gisaient les bons vins, Fer. dans GÉSIR
La difficulté Ne gissait pas à plaire à cette belle, Berc. dans GÉSIR
Le gibier du lion, ce ne sont pas moineaux, Fabl. II, 19 dans GIBIER
Le roi des animaux se mit un jour en tête De giboyer ; il célébrait sa fête, Fabl. II, 19 dans GIBOYER
Quoique son camarade [médecin Tant-pis] Soutînt que le gisant irait voir ses aïeux, Fabl. v, 12 dans GISANT, ANTE
L'aigle donnait la chasse à maître Jean Lapin, Qui droit à son terrier s'enfuyait au plus vite ; Le trou de l'escarbot se rencontre en chemin ; Je laisse à penser si ce gîte Était sûr ; mais où mieux ? Jean Lapin s'y blottit, Fabl. II, 8 dans GÎTE
Un mort s'en allait tristement S'emparer de son dernier gîte, ib. VII, 11 dans GÎTE
Mon frère a-t-il tout ce qu'il veut : Bon soupé, bon gîte et le reste ?, Fabl. IX, 2 dans GÎTE
....Il craint avec raison Qu'il n'ait ce coup, malgré son oraison, Très mauvais gîte...., Orais. dans GÎTE
Un lièvre en son gîte songeait ; Car que faire en un gîte, à moins que l'on ne songe ?, Fabl. II, 14 dans GÎTE
Afin qu'il ne m'avienne De mal gîter...., Orais. dans GÎTER
Même chez lui [un aubergiste] rarement on gîtait, Berc. dans GÎTER
Il fait, dit-elle, un temps froid comme glace, Court. dans GLACE
L'homme est de glace aux vérités ; Il est de feu pour le mensonge, Fabl. IX, 6 dans GLACE
Sous un chêne aussitôt il va prendre son somme ; Un gland tombe : le nez du dormeur en pâtit, Fabl. IX, 4 dans GLAND
Mais ce champ ne se peut tellement moissonner, Que les derniers venus n'y trouvent à glaner, Fabl. III, 1 dans GLANER
Vous favori ! vous grand ! défiez-vous des rois ; Leur faveur est glissante, on s'y trompe, et le pire C'est qu'il en coûte cher...., Fabl. x, 10 dans GLISSANT, ANTE
.... Dans le lit il se glisse En grand silence...., Mandr. dans GLISSER
Aucun chemin de fleurs ne conduit à la gloire, Fabl. X, 14 dans GLOIRE
Celui-ci [le mulet] glorieux d'une charge si belle, Fabl. I, 4 dans GLORIEUX, EUSE
Faisons donc quelques récits Qu'elle déchiffre sans glose, Fabl. VIII, 13 dans GLOSE
Au temps que le sexe vivait Dans l'ignorance et ne savait Gloser encor sur l'Évangile, Temps à coter fort difficile, Cord. dans GLOSER
Glosa sur l'éléphant, dit qu'on pourrait encor Ajouter à sa queue, ôter à ses oreilles, Fabl. I, 7 dans GLOSER
C'est un paillard, c'est un mâtin Qui tout dévore, Happe tout, serre tout ; il a triple gosier, Donnez-lui, fourrez-lui, le glout demande encore, Poésies mêlées, XLVI dans GLOUT
Chasse des soldats gloutons La troupe fière et hagarde Qui mange tous mes moutons Et bat celui qui les garde, Poés. mêlées, XVII dans GLOUTON, ONNE
Pour moi, satisfaisant mes appétits gloutons, J'ai dévoré force moutons, Fabl. VII, 1 dans GLOUTON, ONNE
Nous voulons, dirent-ils, étouffer le glouton Qui nous a pris Robin-mouton, Fabl. IX, 19 dans GLOUTON, ONNE
Les loups mangent gloutonnement, Fabl. III, 9 dans GLOUTONNEMENT
Une grue Qui les croque, qui les tue, Qui les gobe à son plaisir, Fabl. III, 4 dans GOBER
Nous en savons plus d'un, dit-il en les gobant ; C'est tour de vieille guerre...., ib. III, 18 dans GOBER
L'un jure foi de roi, l'autre foi de hibou, Qu'ils ne se goberaient leurs petits, peu ni prou, ib. V, 18 dans GOBER
Quoi ! toujours il me manquera Quelqu'un de ce peuple imbécile ! Toujours le loup m'en gobera, ib. IX, 19 dans GOBER
Amusez les rois par des songes.... Ils goberont l'appât, vous serez leur ami, Fabl. VIII, 14 dans GOBER
Celui qui le premier a pu l'apercevoir [l'huître] En sera le gobeur ; l'autre le verra faire, Fabl. IX, 9 dans GOBEUR, EUSE
Cela ne plut pas au valet, Qui, les ayant pris sur le fait, à sa moitié chanta goguette, Pâté. dans GOGUETTES
La vaisselle d'argent, les cuvettes, les brocs, Les magasins de malvoisie, Les esclaves de bouche, et, pour dire en deux mots, L'attirail de la goinfrerie, Fabl. II, 20 dans GOINFRERIE
Haro ! la gorge m'ard, Tôt ! tôt, dit-il, que l'on m'apporte à boire, Paysan. dans GORGE
Notre bonne commère S'efforce de tirer son hôte au fond de l'eau, Contre le droit des gens, contre la foi jurée, Prétend qu'elle en fera gorge chaude et curée, Fabl. IV, 11 dans GORGE
Un pirate à nos yeux se gorge de butin, Fianç. dans GORGER
Témoin maître Mouflar armé d'un gorgerin ; Du reste ayant d'oreille autant que sur ma main, Un loup n'eût su par où le prendre, Fabl. X, 9 dans GORGERIN
Un os lui demeura bien avant au gosier.... Voilà l'opératrice aussitôt en besogne ; Elle retira l'os, puis, pour un si bon tour, Elle demanda son salaire. - Vous riez, ma bonne commère ; Quoi ! ce n'est pas encor beaucoup D'avoir de mon gosier retiré votre cou, Fabl. III, 9 dans GOSIER
Mieux vaut goujat debout qu'empereur enterré, Matr. dans GOUJAT
La tanche rebutée, il trouva du goujon ; Du goujon, c'est bien là le dîner d'un héron !, Fabl. VII, 4 dans GOUJON
Ce maudit animal vient prendre sa goulée, Matin et soir, dit-il, et des piéges se rit, Fabl. IV, 4 dans GOULÉE
Il s'en allait.... battre sa femme.... Et témoigner qu'il n'avait les bras gourds, Rémois. dans GOURD, OURDE
Le chien se pique d'être Soigneux et fidèle à son maître, Mais il est sot, il est gourmand, Fabl. VIII, 25 dans GOURMAND, ANDE
Si je suivais mon goût, je saurais où buter, Fabl. III, 1 dans GOÛT
Ils ne prenaient aucun goût à la chose, Rem. dans GOÛT
L'époux goûta quelque peu ces raisons, Rémois. dans GOÛTER
L'âne, qui goûtait fort l'autre façon d'aller, Se plaint en son patois...., Fabl. III, 1 dans GOÛTER
Lieux que j'aimais toujours, ne pourrai-je jamais, Loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais ?, Fabl. XI, 4 dans GOÛTER
Je vous promets qu'il n'en laissera goutte [d'un breuvage], Mandr. dans GOUTTE
...J'avoue en bonne foi Que mon esprit d'abord n'y voyait goutte, Confid. dans GOUTTE
Goutte bien tracassée Est, dit-on, à demi pansée, Fabl. III, 8 dans GOUTTE
Prétendrais-tu nous gouverner encor, Ne sachant pas te conduire toi-même ?, Fabl. VI, 6 dans GOUVERNER
Le lion, pour bien gouverner, Voulant apprendre la morale, Se fit un beau jour amener Le singe, maître ès arts chez la gent animale, Fabl. XI, 5 dans GOUVERNER
Et la grâce plus belle encor que la beauté, Adonis. dans GRÂCE
Pleine d'appas, jeune et de bonne grâce, Or. dans GRÂCE
Il [son habit de bergère] avait une telle grâce sur elle, que, si son ennemie l'eût vue avec cet habit, elle [Vénus] lui en aurait donné un de déesse en la place, Psyché, t. II, p. 154 dans GRÂCE
La qualité d'ambassadeur Peut-elle s'abaisser à des contes vulgaires ? Vous puis-je offrir mes vers et leurs grâces légères ?, Fabl. VIII, 4 dans GRÂCE
La médiocrité [fortune médiocre] revient, on lui fait place ; Avec elle ils rentrent en grâce, Fabl. VII, 6 dans GRÂCE
On lui dit qu'au Japon La fortune pour lors distribuait ses grâces, Fabl. VII, 12 dans GRÂCE
Le pédant, de sa grâce, Accrut le mal en amenant Cette jeunesse mal instruite, Fabl. IX, 5 dans GRÂCE
Comme le nombre d'oeufs, grâce à la renommée, De bouche en bouche allait toujours croissant, Fabl. VIII, 6 dans GRÂCE
Je la crois fine [une perle], dit-il, Mais le moindre grain de mil Ferait bien mieux mon affaire, Fabl I, 20 dans GRAIN
Ce fut mal raisonné : Ce cierge ne savait grain de philosophie, Fabl. IX, 12 dans GRAIN
Nous ne nous prisons pas, tout petits que nous sommes, D'un grain moins que les éléphants, Fabl. VIII, 15 dans GRAIN
Petit poisson deviendra grand, Pourvu que Dieu lui prête vie, Fabl. v, 3 dans GRAND, ANDE
êtes-vous d'Athènes la grande ?, Fabl. IV, 7 dans GRAND, ANDE
En grand'cérémonie, la Femme confesseur. dans GRAND, ANDE
Quand trois filles passant, l'une dit : C'est grand'honte Qu'il faille voir ainsi clocher ce jeune fils, Fabl. III, 1 dans GRAND, ANDE
La pauvre femme eut si grand'peur Qu'elle chercha quelque assurance Entre les bras de son époux, Fabl. IX, 15 dans GRAND, ANDE
Ayant sans cesse et le père et la mère, Et la grand'soeur avec le petit frère, De ses deniers mariant la grand'soeur, Et du petit payant le précepteur, Belph. dans GRAND, ANDE
Hélas ! on voit que de tout temps Les petits ont pâti des sottises des grands, Fabl. II, 4 dans GRAND, ANDE
Les grands pour la plupart sont masques de théâtre ; Leur apparence impose au vulgaire idolâtre, ib. IV, 14 dans GRAND, ANDE
Vous, favori ! vous, grand, défiez-vous des rois ; Leur faveur est glissante : on s'y trompe, et le pire, C'est qu'il en coûte cher...., ib. x, 10 dans GRAND, ANDE
Le temps coule, on n'est pas sitôt à la buvette, Qu'on trotte, qu'on raisonne, on devient grandelette, Puis grande tout à fait, Coupe. dans GRANDELET, ETTE
Ni l'or ni la grandeur ne nous rendent heureux, Phil. et Baucis. dans GRANDEUR
Vous.... Ferez monter aux grandeurs tous les vôtres, Herm. dans GRANDEUR
S'ils [mes vers] osent quelquefois prendre un air de grandeur, Seront-ils point traités par vous de téméraires ?, Fabl. VIII, 4 dans GRANDEUR
Sire Jupin, dit-il, prends mon voeu, le voilà ; C'est un parfum de boeuf que ta grandeur respire, Fabl. IX, 13 dans GRANDEUR
Il ne tiendra qu'à vous, beau sire, D'être aussi gras que moi, Fabl. I, 5 dans GRAS, ASSE
Peu de gens, que le ciel cbérit et gratifie, Ont le don d'agréer infus avec la vie, Fabl. IV, 5 dans GRATIFIER
Pleurez, Amours, gens de Cythère ; Celle que Vénus votre mère Gratifiait de maints beaux dons, Va passer des jours un peu longs, Lett. XXII dans GRATIFIER
Gratis est mort, plus d'amour sans payer ; En beaux louis se content les fleurettes, F. avare dans GRATIS
....La belle en ses traverses.... Changea huit fois de chevalier ; Il ne faut pas pour cela qu'on l'accuse ; Ce n'était après tout que bonne intention, Gratitude ou compassion, Crainte de pis, honnête excuse, Fianc. dans GRATITUDE
Ces ânes, non contents de s'être ainsi grattés, S'en allèrent dans les cités L'un l'autre se prôner, Fabl. XI, 5 dans GRATTER
....Le seigneur fait frapper de plus belle, Juge des coups et tient sa gravité, Paysan. dans GRAVITÉ
Un lion de haut parentage.... Rencontra bergère à son gré, Fabl. IV, 1 dans GRÉ
Si notre compagnie, Lui disent-ils, vous pouvait être à gré, Or. dans GRÉ
Peut-être qu'il eut peur De perdre, outre son dû, le gré de sa louange, Fabl. I, 14 dans GRÉ
Que cette suite de travaux Pour récompense avait, de tous tant que nous sommes, Force coups, peu de gré, ib. X, 2 dans GRÉ
Heureux de ne devoir à pas un domestique Le plaisir ou le gré des soins qu'ils se rendaient, Phil. et Baucis. dans GRÉ
La belle se sut gré de tous ces sentiments, Fabl. VII, 5 dans GRÉ
.... Le galant aussitôt Tire ses grègues, gagne au haut, Fabl. II, 25 dans GRÈGUE
Sa médisante humeur, grand obstacle aux faveurs.... Avait de ce galant souvent grêlé l'espoir, Fiancée. dans GRÊLER
Dès l'abord leur doyen [des rats], personne fort prudente, Opina qu'il fallait, et plus tôt que plus tard, Attacher un grelot au cou de Rodilard, Fabl. II, 2 dans GRELOT
La difficulté fut d'attacher le grelot ; L'un dit : je n'y vais point, je ne suis pas si sot, ib. dans GRELOT
Une grenouille vit un boeuf Qui lui sembla de belle taille ; Elle, qui n'était pas grosse en tout comme un oeuf...., Fab. I, 3 dans GRENOUILLE
Il s'en alla passer sur le bord d'un étang ; Grenouilles aussitôt de sauter dans les ondes, Grenouilles de rentrer en leurs grottes profondes, ib. II, 14 dans GRENOUILLE
Les reines des étangs, grenouilles veux-je dire (Car que coûte-t-il d'appeler Les choses par noms honorables ?), ib. XII, 24 dans GRENOUILLE
....On cabale, on suscite Accusateurs et gens grevés par ses arrêts : De nos biens, dirent-ils, il s'est fait un palais, Fabl. X, 10 dans GREVÉ, ÉE
Grippeminaud, le bon apôtre, Jetant des deux côtés la griffe en même temps, Mit les plaideurs d'accord en croquant l'un et l'autre, Fabl. VII, 16 dans GRIFFE
Allons tirer notre voisine D'entre les griffes du mâtin, Fiancée. dans GRIFFE
La femme du pondeur s'en retourne chez elle ; L'autre grille déjà d'en conter la nouvelle, Fabl. VIII, 6 dans GRILLER
Et, par plaisir, la tiare essayant, Il fit autour force grimaceries, Tours de souplesse et mille singeries, Fabl. VI, 6 dans GRIMACERIE
Sans tant de contredits et d'interlocutoires Et de fatras et de grimoires, Travaillons, les frelons et nous, Fabl. I, 21 dans GRIMOIRE
Rien ne peut arrêter cet animal grimpant [la chèvre], Fabl. XII, 4 dans GRIMPANT, ANTE
Au bord de quelque bois sur un arbre je grimpe, Et, nouveau Jupiter, du haut de cet olympe Je foudroie à discrétion Un lapin qui n'y pensait guère, Fabl. x, 15 dans GRIMPER
... Maudit coq, tu mourras ! Comme elles l'avaient dit, la bête fut grippée, Fabl. V, 6 dans GRIPPÉ, ÉE
Quatre animaux divers, le chat grippe-fromage, Triste oiseau le hibou...., Fabl. VIII, 22 dans GRIPPE-FROMAGE
Les voilà tous deux arrivés, Devant sa majesté fourrée ; Grippeminaud leur dit : mes enfants, approchez, Fabl. VII, 16 dans GRIPPEMINAUD
Un homme entre les deux âges Et tirant sur le grison, Fabl. I, 17 dans GRISON, ONNE
Et le grison se rue Au travers de l'herbe menue, Fabl. VI, 8 dans GRISON, ONNE
en grosseur, Fabl. I, 3 dans GROS, OSSE
Ceux du loup [ses parents], gros messieurs, l'ont fait apprendre à lire, Fabl. XII, 17 dans GROS, OSSE
Qui parmi ses parents Pouvait compter les plus gros de la ville, Cal. dans GROS, OSSE
Ce que je sais, c'est qu'aux grosses paroles On en vient sur un rien, plus des trois quarts du temps, Fabl. XII, 8 dans GROS, OSSE
J'ai vu dans le palais une robe mal mise Ganer gros...., Fabl. VII, 15 dans GROS, OSSE
Quelque accident fait-il que je rentre en moi-même, Je suis Gros-Jean comme devant, Fabl. VII, 10 dans GROS-JEAN
Elle [la grenouille].... Envieuse s'étend et s'enfle et se travaille Pour égaler l'animal [le boeuf] en grosseur, Fabl. I, 3 dans GROSSEUR
Remplissez l'air de cris en vos grottes profondes, Pleurez, nymphes de Vaux, faites croître vos ondes, Élég. pour Fouquet. dans GROTTE
Nos deux messieurs le regardant, Fabl. IX, 9 dans GRUGER
Au lieu qu'on nous mange, on nous gruge, On nous mine par des longueurs, Fabl. I, 21 dans GRUGER
Une sultane de renom, Son chien, son chat et sa guenon, Son perroquet...., Fabl. VIII, 15 dans GUENON
L'exemple est un dangereux leurre : Tous les mangeurs de gens ne sont pas grands seigneurs ; Où la guêpe a passé, le moucheron demeure, Fabl. II, 16 dans GUÊPE
Je reviendrai dans peu conter de point en point Mes aventures à mon frère ; Je le désennuierai ; quiconque ne voit guère N'a guère à dire aussi...., Fabl. IX, 2 dans GUÈRE ou GUÈRES
Guère ne mit a déclarer sa flamme, Coc. dans GUÈRE ou GUÈRES
La victoire balança ; Plus d'un guéret s'engraissa Du sang de plus d'une bande, Fabl. IV, 6 dans GUÉRET
Le trépas vient tout guérir ; Mais ne bougeons d'où nous sommes ; Plutôt souffrir que mourir, C'est la devise des hommes, Fabl. I, 16 dans GUÉRIR
Petits princes, videz vos débats entre vous : De recourir aux rois vous seriez de grands fous ; Il ne les faut jamais engager dans vos guerres, Ni les faire entrer sur vos terres, Fabl. IV, 4 dans GUERRE
Le lion dans sa tête avait une entreprise : Il tint conseil de guerre, envoya ses prévôts...., Fabl. V, 19 dans GUERRE
Comment ! des animaux qui tremblent devant moi ! Je suis donc un foudre de guerre !, Fabl. II, 14 dans GUERRE
Le lion s'en allant en guerre, Fabl. V, 19 dans GUERRE
Nous en savons plus d'un, dit-il, en les gobant ; C'est tour de vieille guerre...., Fabl. III, 18 dans GUERRE
Louis [le dauphin fils de Louis XIV] le bien nommé, c'est Louis le Hardi ; D'un pareil nom de guerre on traitait les neuf preux, Poésies mêlées, LXIV (ballade sur le nom de Louis le Hardi) dans GUERRE
Le Magnifique était un nom de guerre, Magn. dans GUERRE
Deux coqs vivaient en paix : une poule survint, Et voilà la guerre allumée, Fabl. VII, 13 dans GUERRE
Il faut faire aux méchants guerre continuelle ; La paix est fort bonne de soi ; J'en conviens, mais de quoi sert-elle Avec des ennemis sans foi ?, ib. III, 13 dans GUERRE
Tenez entre eux divisés les méchants ; La sûreté du reste de la terre Dépend de là : semez entre eux la guerre, Ou vous n'aurez avec eux nulle paix, ib. VII, 8 dans GUERRE
Un mal qui répand la terreur,... La peste, puisqu'il faut l'appeler par son nom, Faisait aux animaux la guerre, Fabl. VII, 1 dans GUERRE
Une compagne y devait faire Le guet autour de nos amants, Nic. dans GUET
Tout le jour il avait l'oeil au guet...., Fabl. VIII, 2 dans GUET
Gardez-vous sur votre vie D'ouvrir que l'on ne vous die Pour enseigne et mot du guet : Foin du loup et de sa race, Fabl. IV, 15 dans GUET
Le voleur tourne tant qu'il entre au lieu guetté, Fabl. XI, 3 dans GUETTÉ, ÉE
Une souris craignait un chat Qui dès longtemps la guettait au passage, Fabl. XII, 25 dans GUETTER
Le loup et le renard sont d'étranges voisins ! Je ne bâtirai point autour de leur demeure ; Ce dernier guettait à toute heure Les poules d'un fermier...., ib. XI, 3 dans GUETTER
Dans la gueule en travers on lui passe [à la tortue] un bâton, Fabl. X, 3 dans GUEULE
Les chiens du lieu, n'ayant en tête Qu'un intérêt de gueule, à cris, à coups de dents Vous accompagnent ces passants [les chiens étrangers], Fab. X, 15 dans GUEULE
Diogène là-bas est aussi riche qu'eux [ceux qui entassent], Et l'avare ici-haut, comme lui, vit en gueux, Fabl. IV, 20 dans GUEUX, EUSE
....Et la guide nouvelle, Qui ne voyait, au grand jour, Pas plus clair que dans un four, Donnait tantôt contre un marbre, Contre un passant, contre un arbre, Fabl. VII, 17 dans GUIDE
Sinon il consentait d'être en place publique Guindé la hart au col, étranglé court et net, Fabl. VI, 19 dans GUINDÉ, ÉE
Le lion dans sa tête avait une entreprise : il tint conseil de guerre, envoya ses prévôts ; Fit avertir les animaux : Tous furent du dessein, chacun selon sa guise, Fabl. v, 19 dans GUISE
Le sage l'aura fait [un éléphant de pierre] par tel art et de guise Qu'on le pourra porter peut-être quatre pas, Fabl. X, 14 dans GUISE
Faisant gagner marchands de toutes guises, Faucon. dans GUISE
Le lendemain notre amant se déguise, Et s'enfarine en vrai garçon meunier, Un faux menton, barbe d'étrange guise, Mieux ne pouvait se métamorphoser, Mandrag. dans GUISE
Simple, jeunette et d'assez bonne guise, Fais. dans GUISE
Tu prétends être fort habile ; En sais-tu tant que moi ? j'ai cent ruses au sac, Fabl. IX, 14 dans HABILE
Il s'habille en berger, endosse un hoqueton, Fait sa houlette d'un bâton, Fabl. III, 3 dans HABILLER
Quoique son habit [de Psyché] fût de deuil, c'était aussi un habit de noces, chargé de diamants en beaucoup d'endroits, et qui avait consumé deux années du revenu de son père, Psyché, II, p. 141 dans HABIT
Le deuil n'est bien souvent que changement d'habits, Coupe. dans HABIT
Un bourg était autour, ennemi des autels, Gens barbares, gens durs, habitacle d'impies, Phil. et Baucis. dans HABITACLE
L'amant et lui, comme étant gens d'étude, Avaient entre eux lié quelque habitude, Mandr. dans HABITUDE
L'absence est aussi bien un remède à la haine Qu'un appareil contre l'amour, Fabl. X, 12 dans HAINE
Il avait femme, et belle et jeune encor, Ferme surtout ; le hâle avait fait tort à son visage, et non à sa personne, Jument. dans HÂLE
[Éléphant de pierre] Le porter, d'une haleine, au sommet de ce mont Qui menace les cieux de son superbe front, Fabl. X, 14 dans HALEINE
Quelques restes de feu sous la cendre épandus, D'un souffle haletant par Baucis s'allumèrent, Phil. et Baucis. dans HALETANT, ANTE
Ces gens [les Allemands] ont des hanaps trop grands ; Notre nectar veut d'autres verres, Lett. XXIII dans HANAP
Je hante les palais, je m'assieds à ta table, Fabl. IV, 3 dans HANTER
Quatre animaux divers, le chat grippe-fromage, Triste oiseau le hibou, ronge-maille le rat, Dame belette au long corsage, Toutes gens d'esprit scélérat, Hantaient le tronc pourri d'un pin vieux et sauvage, ib. VIII, 22 dans HANTER
Dieu ne fit la sagesse Pour les cerveaux qui hantent les neuf soeurs, Cloch. dans HANTER
Tout est fin diamant aux mains d'un habile homme ; Tout devient happelourde entre les mains d'un sot, dans le Dict. de BESCHERELLE. dans HAPPELOURDE
Maint estafier accourt : on vous happe notre homme, On vous l'échine, on vous l'assomme, Fabl. XII, 22 dans HAPPER
À ces mots, le premier il [le chien] vous happe un morceau, Fabl. VIII, 7 dans HAPPER
Mon galant [le loup] ne songeait qu'à bien prendre son temps, Afin de happer son malade, ib. V, 8 dans HAPPER
Le député vint donc et fit cette harangue : Romains, et vous, sénat, assis pour m'écouter, Fabl. XI, 7 dans HARANGUE
Eh ! mon ami, tire-moi du danger ; Tu feras après ta harangue, Fabl. I, 19 dans HARANGUE
....Notre époux Fit cette harangue à la belle, Pet. chien. dans HARANGUE
Si je m'étais trouvé plus près Des harangueurs et des harangues, Vous auriez en vers quelques traits De ce qu'ont dit ces doctes langues, Lett. 1 dans HARANGUEUR
Un avorton de mouche en cent lieux le harcèle [le lion], Fabl. II, 9 dans HARCELER
Un de nos fantassins, très bon nomenclateur, Du titre de hardi baptisant Monseigneur [le fils de Louis XIV], Le fera sous ce nom distinguer dans l'histoire, Poésies mêlées, LXIV dans HARDI, IE
Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?, Fabl. I, 10 dans HARDI, IE
Fortune aveugle suit aveugle hardiesse, Fabl. X, 14 dans HARDIESSE
Eh ! madame.... Si votre esprit est si hargneux Que le monde qui ne demeure Qu'un moment avec vous.... Est déjà lassé de vous voir, Fabl. VII, 2 dans HARGNEUX, EUSE
Le tout pour un âne rogneux, Pour un mouton pourri, pour quelque chien hargneux Dont j'aurai passé mon envie, Fabl. X, 5 dans HARGNEUX, EUSE
Don Mathéo suait dans son harnois, Pressait, priait, conjurait avec larmes, Belph. dans HARNAIS ou HARNOIS
À ces mots on cria haro sur le baudet, Fabl. VII, 1 dans HARO
Guindé la hart au col, étranglé court et net, Fabl. VI, 19 dans HART
Je crains en ce cas pour leur peau [de mes enfants] ; C'est hasard si je les conserve, Fabl. V, 18 dans HASARD
Le prince grec [Ulysse] au loup va proposer l'affaire : Il lui dit, au hasard d'un semblable refus : Camarade...., Fabl. XII, 1 dans HASARD
À peine ils touchent le port, Qu'ils vont hasarder encor Même vent, même naufrage, Fabl. X, 15 dans HASARDER
Soit que, près du rivage, Il n'osât pas hasarder davantage, Cal. dans HASARDER
Elle bâtit un nid, pond, couve et fait éclore à la hâte...., Fabl. IV, 22 dans HÂTE
....Il laisse la tortue Aller son train de sénateur ; Elle part, elle s'évertue, Elle se hâte avec lenteur, Fabl. VI, 10 dans HÂTER
Moitié secours des dieux, moitié peur, se hâtant, Sur un mont assez proche enfin ils arrivèrent, Phil. et Baucis. dans HÂTER
[Un gigot] Accompagné de maint et maint pigeon, L'un au hâtier, les autres au chaudron, Rem. dans HÂTIER
Après quelques moments haussant un peu la voix : Dans Thèbes, reprit-elle, on conte qu'autrefois...., Filles de Minée. dans HAUSSER
Une montagne en mal d'enfant Jetait une clameur si haute...., Fabl. V, 10 dans HAUT, AUTE
Il n'est pas toujours bon d'avoir un haut emploi, Fabl. I, 4 dans HAUT, AUTE
Le galant aussitôt Tire ses grègues, gagne au haut, Fabl. II, 15 dans HAUT, AUTE
Et cette autre personne honnête Crierait tout du haut de sa tête, Fabl. VIII, 12 dans HAUT, AUTE
...Sous peine D'être pendu, d'être mis haut et court En un gibet..., Belph. dans HAUT, AUTE
Et le pauvre voleur, ne trouvant plus son gage, Pensa tomber de sa hauteur, Fabl. X, 5 dans HAUTEUR
Chez les loups qu'hébergeait ce lieu peu fréquenté, Pet. chien. dans HÉBERGER
....d'où vient qu'aussi Je ne puis héberger cette capricieuse [la Fortune] ?, Fabl. VII, 12 dans HÉBERGER
Un jour se passe et deux sans d'autre nourriture Que ses profonds soupirs, que ses fréquents hélas, Matr. dans HÉLAS
La gent qui porte crête au spectacle [le combat des deux coqs] accourut ; Plus d'une Hélène au beau plumage Fut le prix du vainqueur...., Fabl. VII, 13 dans HÉLÈNE
Un rossignol tomba dans ses mains [du milan] par malheur, Le héraut du printemps lui demande la vie, Fabl. IX, 18 dans HÉRAUT
Un certain loup, dans la saison Que les tièdes zéphyrs ont l'herbe rajeunie, Fabl. V, 8 dans HERBE
Mais las ! étant pris à la piste, Il jure qu'il est arboriste, le Songe, stances écrites en 1616. Tu veux faire ici l'arboriste, Et ne fus jamais que boucher, Fabl. V, 8 (dans toutes les éditions données par lui) dans HERBORISTE
Vos pareils y sont misérables, Cancres, hères et pauvres diables, Fabl. I, 5 dans HÈRE
Un villageois, un hère, un pauvre diable, Faucon. dans HÈRE
Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l'héritage Que nous ont laissé nos parents ; Un trésor est caché dedans, Fabl. V, 9 dans HÉRITAGE
Un jour, sur ses longs pieds, allait je ne sais où Le héron au long bec emmanché d'un long cou, Fabl. VII, 4 dans HÉRON
Il vivait de régime et mangeait à ses heures, Fabl. VII, 4 dans HEURE
Son ami.... Prend heure avec elle au matin, Nic. dans HEURE
...Et ce lieu c'est la cour ; Là donc pour quelque temps il fixe son séjour, Se trouvant au coucher, au lever, à ces heures Que l'on sait être les meilleures, Fabl. VII, 12 dans HEURE
Humeur friponne Chez la pouponne Se glissa lors en tapinois ; Son oeil me dit en son patois : Berger, berger, ton heure sonne, Poésies mêlées, V dans HEURE
Je ne dis pas que tout à l'heure Une condition meilleure Change en des noces ces transports, Fabl. VI, 21 dans HEURE
Eh ! madame, reprit son époux tout à l'heure, Si votre esprit est si hargneux..., ib. VII, 2 dans HEURE
Un corbeau, témoin de l'affaire.... En voulut sur l'heure autant faire, Fabl. II, 16 dans HEURE
Le Japon ne fut pas plus heureux à cet homme Que le Mogol l'avait été, Fabl. VII, 12 dans HEUREUX, EUSE
Ni l'or ni la grandeur ne nous rendent heureux, Phil. et Bauc. dans HEUREUX, EUSE
Amants, heureux amants, voulez-vous voyager ? Que ce soit aux rives prochaines, Fabl. IX, 2 dans HEUREUX, EUSE
Un heurt survient ; adieu le char, Fabl. VII, 11 dans HEURT
L'un [rat] se mit sur le dos, prit l'oeuf entre ses bras ; Puis, malgré quelques heurts et quelques mauvais pas, L'autre le traîna par la queue, ib. X, 1 dans HEURT
L'un [l'aigle] jura foi de roi, l'autre foi de hibou, Qu'ils ne se goberaient leurs petits peu ni prou, Fabl. V, 18 dans HIBOU
On abattit un pin pour son antiquité, Vieux palais d'un hibou, triste et sombre retraite De l'oiseau qu'Atropos prend pour son interprète, ib. XI, 9 dans HIBOU
Absent d'hier au soir, l'Eunuque, III, 7 dans HIER
Une hirondelle en ses voyages Avait beaucoup appris, Fabl. I, 8 dans HIRONDELLE
Autrefois Progné l'hirondelle De sa demeure s'écarta, Et loin des villes s'emporta Dans un bois où chantait la pauvre Philomèle, ib. III, 15 dans HIRONDELLE
Son fils prétendait pour cela Qu'on le dût mettre dans l'histoire, Fabl. VI, 7 dans HISTOIRE
Si j'apprenais l'hébreu, les sciences, l'histoire, ib. VIII, 25 dans HISTOIRE
Ne parlez point, vous gâteriez l'histoire, Rich. dans HISTOIRE
On y met notre tête [des loups] à prix ; Il n'est hobereau qui ne fasse Contre nous tels bans publier, Fabl. X, 5 dans HOBEREAU
Bonne chasse, dit-il, qui l'aurait à son croc ! Ah ! que n'es-tu mouton ; car tu me serais hoc, Fabl. V, 8 dans HOC
La chose allait à se battre et à renverser la nacelle, si Charon n'eût mis le holà à coups d'aviron, Psyché, II, p. 191 dans HOLÀ
Tout l'Érèbe entendit cette belle homicide S'excuser au berger qui ne daigna l'ouïr, Fabl. XII, 26 dans HOMICIDE
À mes attraits chacun rendait hommage, Court. dans HOMMAGE
Un saint homme de chat, bien fourré, gros et gras, Arbitre expert en tous les cas, Fabl. VII, 16 dans HOMME
Homme de bien, qui voyez tant de choses, Voyez-vous point mon veau ? dites-le-moi, le Villageois. dans HOMME
On y fait l'homme d'importance Et l'on n'est souvent qu'un bourgeois, Fabl. VIII, 15 dans HOMME
Aldobrandin était homme à présents, Magn. dans HOMME
...Neherbal n'était homme à cela près..., Diable en enfer. dans HOMME
Et le second qu'il tâta d'aventure Était son homme, Mulet. dans HOMME
Le bon hommeau des coups se consola, Coc. dans HOMMEAU
Il n'est pas sûr qu'Honesta ne fît rien ; Ces prudes-là nous en font bien accroire, Belph. dans HONESTA
Le père dit que madame Honesta, C'était son nom, avait eu jusques-là Force partis...., ib. dans HONESTA
Ce qu'ils avaient de linge plus honnête, Faucon. dans HONNÊTE
Son sexe et l'hospitalité De la part de ces coqs, peuple à l'amour porté, Lui faisaient espérer beaucoup d'honnêteté, Fabl. X, 8 dans HONNÊTETÉ
Nourris ensemble et compagnons d'école ; C'était beaucoup d'honneur au jeune perroquet ; Car l'enfant était prince et le père monarque, Fabl. X, 12 dans HONNEUR
Ce nous serait honneur, Or. dans HONNEUR
Vous leur fîtes, seigneur, En les croquant [les moutons], beaucoup d'honneur, Fabl. VII, 1 dans HONNEUR
Avoir l'honneur de, venir à bout de...., faire que.... [L'assemblée] Se donne entière à l'orateur, Un trait de fable en eut l'honneur, Fabl. VIII, 4 dans HONNEUR
À son honneur elle en sortit, Fiancée. dans HONNEUR
Quoi ! ne tient-il qu'à honnir des familles ? Pour vos ébats nous nourrirons nos filles ?, Berc. dans HONNIR
Les reines des étangs, grenouilles veux-je dire, Car que coûte-t-il d'appeler Les choses par noms honorables ?, Fabl. XII, 24 dans HONORABLE
....Les lieux Honorés par les pas, éclairés par les yeux De l'aimable jeune bergère Pour qui, sous le fils de Cythère, Je servis, engagé par mes premiers serments, Fab. IX, 2 dans HONORÉ, ÉE
....C'est grand'honte Qu'il faille voir ainsi clocher ce jeune fils, Fabl. III, 1 dans HONTE
La belle enfin découvre un pied dont la blancheur Aurait fait honte à Galathée, Scam. dans HONTE
Bartholomée ayant ses hontes bues, le Calendr. dans HONTE
....Soit que, sentant son cas, Simone encor n'ait toute honte bue, Richard. dans HONTE
Il lui fallut à jeun retourner au logis, Honteux comme un renard qu'une poule aurait pris, Fabl. I, 18 dans HONTEUX, EUSE
Le corbeau honteux et confus Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus, ib. I, 2 dans HONTEUX, EUSE
Le second de nos saints choisit les hôpitaux ; Je le loue, et le soin de soulager les maux Est une charité que je préfère aux autres, Fabl. XII, 27 dans HÔPITAL
[Le pot de fer et le pot de terre] L'un contre l'autre jetés Au moindre hoquet qu'ils trouvent, Fabl. V, 2 dans HOQUET
Il s'habille en berger, endosse un hoqueton, Fabl. III, 3 dans HOQUETON
On court à l'horlogeur ; elle [l'horloge] demande en grâce Qu'il la tire de ce malheur, Oeuvres inédites publiées par Paul Lacroix (1863), p. 17 dans HORLOGER
Charlatans, faiseurs d'horoscope, Quittez les cours des princes de l'Europe, Emmenez avec vous les souffleurs tout d'un temps ; Vous ne méritez pas plus de foi que ces gens, Fabl. II, 13 dans HOROSCOPE
Vous ne changerez point, écoutez Calliope [Bourbon-Conti] ; Elle a pour votre hymen dressé cet horoscope, Poésies mêlées, 62 dans HOROSCOPE
....Sur le haut du jour, Nulle des soeurs ne faisait long séjour Hors le logis, Mazet. dans HORS
Les malades d'alors étant tels que les nôtres, Donnaient de l'exercice au pauvre hospitalier, Fabl. XII, 27 dans HOSPITALIER, IÈRE
Ils virent à l'écart une étroite cabane, Demeure hospitalière, humble et chaste maison, Phil. et Baucis. dans HOSPITALIER, IÈRE
Ô dieux hospitaliers, que vois-je ici paraître ? Dit l'animal chassé du paternel logis, Fabl. VII, 16 dans HOSPITALIER, IÈRE
Du céleste courroux tous furent les hosties, Phil. et B. dans HOSTIE
Et que peu de beaux corps, hôtes d'une belle âme, Assemblent l'un et l'autre point, Fabl. VII, 2 dans HÔTE, ESSE
....Notre bonne commère [la grenouille] S'efforce de tirer son hôte au fond de l'eau, Fabl. IV, 11 dans HÔTE, ESSE
La folle inquiétude en ses plaisirs légère, Des lieux où l'on la porte hôtesse passagère, Élégie V dans HÔTE, ESSE
L'inconstance d'une âme en ses plaisirs légère, Inquiète et partout hôtesse passagère, Poésies mêlées, LXIX. dans HÔTE, ESSE
Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois, Fabl. I, 2 dans HÔTE, ESSE
....Tantôt fendre du bois, Tantôt fouir, houer...., Fabl. III, 8 dans HOUER
Il [le loup] s'habille en berger, endosse un hoqueton, Fait sa houlette d'un bâton, Sans oublier la cornemuse, Fabl. III, 3 dans HOULETTE
Sous sa houppelande Logeait le coeur d'un dangereux paillard, Herm. dans HOUPPELANDE
Mais le pauvret, ce coup, y laissa ses houseaux, Fabl. XII, 23 dans HOUSEAUX
Se niche et se blottit dans une huche ouverte, Fabl. III, 18 dans HUCHE
À ces mots il se fit une telle huée Que le pauvre écourté ne put être entendu, Fabl. v, 5 dans HUÉE
L'autre jour, touchant cette affaire, Le chevalier de Silleri, En parlant de ce pape-ci [qui tenait le parti des puissances protestantes], Souhaitait pour la paix publique Qu'il se fût rendu catholique, Et le roi Jacques [d'Angleterre] huguenot ; Je trouve assez bon ce bon mot, Lett. XXIII dans HUGUENOT, OTE
Vous serez le parrain, dès hui je vous en prie, Mandr. dans HUI
Dans dix mois d'hui, je vous fais père enfin, ib. dans HUI
On frappe à l'huis, Rém. dans HUIS
Voulut sortir et ne put ouvrir l'huis, Berc. dans HUIS
Deux portes sont au coeur ; chacune a sa valvule ; Le sang, source de vie, est par l'une introduit ; L'autre huissière permet qu'il sorte et qu'il circule, Quinquina, I dans HUISSIER
Un jour deux pèlerins sur le sable rencontrent Une huître que le flot y venait d'apporter, Fabl. II, 9 dans HUÎTRE
L'huître est pour le juge ; Les écailles pour les plaideurs, ib. I, 21 dans HUÎTRE
Cependant l'humble toit devient temple, et ses murs Changent leur frêle enduit aux marbres les plus durs, Philém. et Baucis. dans HUMBLE
Ni l'or ni la grandeur ne nous rendent heureux ; Ces deux divinités n'accordent à nos voeux Que des biens peu certains, des plaisirs peu tranquilles ; Des soucis dévorants c'est l'éternel asile.... L'humble toit est exempt d'un tribut si funeste, Phil. et Baucis. dans HUMBLE
Par un doux zéphyr réjouie [l'huître], Humait l'air, respirait, était épanouie, Fabl. VIII, 9 dans HUMER
Un certain homme avait trois filles, Toutes trois de contraire humeur, Fabl. II, 20 dans HUMEUR
Mais le désir de voir et l'humeur inquiète L'emportèrent enfin, ib. IX, 2 dans HUMEUR
Là, par un saint motif et non par humeur noire, Notre ermite nouveau..., Oies. dans HUMEUR
Mais vous [roseau] naissez le plus souvent Sur les humides bords des royaumes du vent, Fabl. I, 22 dans HUMIDE
Qu'il fait ici d'humidité ! Foin, votre habit sera gâté, Nic. dans HUMIDITÉ
[Le lion] Ayant courage, intelligence Et belle hure outre cela, Fabl. IV, 1 dans HURE
Il avait fait un fort ample recueil De tous les tours que le sexe sait faire ; Pauvre ignorant ! comme si cette affaire N'était un hydre, à parler franchement, dans HYDRE
J'ai vu beaucoup d'hymens, aucuns d'eux ne me tentent, Fabl. VII, 2 dans HYMEN
Hyménée et l'Amour, par des désirs constants, Avaient uni leurs coeurs dès leur plus doux printemps, Phil. et Baucis. dans HYMÉNÉE
Jamais la dame la plus belle Ne charma tant son favori Que fait cette épouse nouvelle Son hypocondre de mari, Fabl. II, 18 dans HYPOCONDRE
Ce doucet.... sous son minois hypocrite Contre toute ta parenté D'un malin vouloir est porté, Fabl. VI, 5 dans HYPOCRITE
Notre ermite Les renvoya, fit le bon hypocrite, Herm. dans HYPOCRITE
Les Levantins en leur légende Disent qu'un certain rat, las des soins d'ici-bas, Fabl. VII, 3 dans ICI
Mes amis, dit le solitaire, Les choses d'ici-bas ne me regardent plus, ib. dans ICI
Diogène là-bas est aussi riche qu'eux [les thésauriseurs], Et l'avare ici-haut comme lui vit en gueux, Fabl. IV, 20 dans ICI
Et n'avait rien que Pinuce en l'idée, Berc. dans IDÉE
Ils rejetèrent cette friponnerie sur Ésope, ne croyant pas qu'il se pût jamais justifier, tant il était bègue et paraissait idiot !, Vie d'Ésope. dans IDIOT, OTE
Pauvres gens ! idiots ! couple ignorant et rustre, Fabl. III, 1 dans IDIOT, OTE
Les grands pour la plupart sont masques de théâtre, Leur apparence impose au vulgaire idolâtre, Fabl. IV, 4 dans IDOLÂTRE
Jamais idole, quel qu'il fût, N'avait eu cuisine si grasse, Fabl. IV, 8 dans IDOLE
Enfin, quoique ignorante à vingt et trois carats, Elle passait pour un oracle, Fabl. VII, 15 dans IGNORANT, ANTE
D'un magistrat ignorant C'est la robe qu'on salue, Fabl. V, 14 dans IGNORANT, ANTE
Tout cela ne convient qu'à nous. - Il ne convient pas à vous-même, Repartit le vieillard..., Fabl. XI, 8 dans IL, au singulier, ILS, au pluriel
Iris, je vous louerais ; il n'est que trop aisé, Fabl. X, 1 dans IL, au singulier, ILS, au pluriel
Un [cierge] d'eux voyant la terre en brique au feu durcie Vaincre l'effort des ans, il eut la même envie, Fabl. IX, 12 dans IL, au singulier, ILS, au pluriel
Là, en ce lieu là Notez qu'illec avec deux autres femmes De son bourgeois l'épouse était aussi, Serv. dans ILLEC
De pareilles erreurs Ne produisent jamais que d'illustres malheurs, Fabl. X, 10 dans ILLUSTRE
....Certain âge accompli, Le vase est imbibé, l'étoffe a pris son pli, Fabl. II, 18 dans IMBIBÉ, ÉE
Estant à resolution Faire dois embibition, 756 dans IMBIBITION
N'attendez rien de bon du peuple imitateur, Fabl. XII, 19 dans IMITATEUR, TRICE
Quelques imitateurs, sot bétail, je l'avoue, Suivent en vrais moutons le pasteur de Mantoue, Poésies mêlées, LXX. dans IMITATEUR, TRICE
Mon imitation n'est point un esclavage ; Je ne prends que l'idée et les tours et les lois Que nos maîtres suivaient eux-mêmes autrefois, Poésies mêlées, LXX dans IMITATION
L'immense éloignement [des astres], Fabl. VIII, 16 dans IMMENSE
Il disait bien; car on n'avait jeté Cette immondice et la dame gâté Que pour qu'elle eût quelque valable excuse Pour éloigner son dragon quelque temps, On ne s'avise Jamais de tout. dans IMMONDICE
L'apologue est un don qui vient des immortels, Fabl. VII, à Mme de Montespan. dans IMMORTEL, ELLE
Veuillent les immortels, conducteurs de ma langue, Que Je ne dise rien qui doive être repris !, Fabl. XI, 7 dans IMMORTEL, ELLE
L'organe étant plus fort, la raison percerait Les ténèbres de la matière, Qui toujours envelopperait L'autre âme [l'âme commune aux bêtes et à l'homme] imparfaite et grossière, Fabl. X, 1 dans IMPARFAIT, AITE
Ces mots remplis d'impertinence Eurent le sort qu'ils méritaient, Fabl. VIII, 19 dans IMPERTINENCE
La jeunesse se flatte et croit tout obtenir ; La vieillesse est impitoyable, Fabl. XII, 5 dans IMPITOYABLE
Il vint des partis d'importance : La belle les trouva trop chétifs de moitié, Fabl. VII, 5 dans IMPORTANCE
Couche-toi le dernier, et vois fermer ta porte ; Et, si quelque affaire t'importe, Ne la fais pas par procureur, Fabl. XI, 3 dans IMPORTER
Il importe si bien, que de tous vos repas Je ne veux en aucune sorte, Fabl. I, 5 dans IMPORTER
Ainsi certaines gens faisant les empressés S'introduisent dans les affaires ; Ils font partout les nécessaires, Et, partout importuns, devraient être chassés, Fabl. VII, 9 dans IMPORTUN, UNE
Je voudrais être en lieu d'où je pusse aisément Contempler la foule importune De ceux qui cherchent vainement Cette fille du sort [la fortune] de royaume en royaume, ib. VII, 12 dans IMPORTUN, UNE
ôtez-nous de ces biens l'affluence importune, Dirent-ils l'un et l'autre, Fabl. VII, 6 dans IMPORTUN, UNE
Par des voeux importuns nous fatiguons les dieux, Fabl. VIII, 5 dans IMPORTUN, UNE
L'homme est ainsi bâti : quand un sujet l'enflamme, L'impossibilité disparaît à son âme, Fabl. VIII, 25 dans IMPOSSIBILITÉ
Alléguer l'impossible aux rois, c'est un abus, Fabl. VIII, 3 dans IMPOSSIBLE
Semblable à ces amants trompés par le sommeil, Qui rappellent en vain, pendant la nuit obscure, Le souvenir confus d'une douce imposture, Adonis. dans IMPOSTURE
L'objet la frappe [la bête] en un endroit ; Ce lieu frappé s'en va tout droit, Selon nous, au voisin en porter la nouvelle ; Le sens de proche en proche aussitôt la reçoit ; L'impression se fait : mais comment se fait-elle ?, Fabl. X, 1 dans IMPRESSION
Les maudites femmes s'étaient proposé de tenter toutes sortes de moyens pour engager leur soeur à se perdre, soit en lui donnant de mauvaises impressions de son mari, soit...., Psyché, I, 71 dans IMPRESSION
Quant aux volontés souveraines De celui qui fait tout et rien qu'avec dessein, Qui les sait que lui seul ? comment lire en son sein ? Aurait-il imprimé sur le front des étoiles Ce que la nuit des temps enferme dans ses voiles ?, Fabl. II, 13 dans IMPRIMER
Une lionne vient, monstre imprimant la crainte, les Filles de Minée. dans IMPRIMER
....Lâcher ce qu'on a dans la main, Sous espoir de grosse aventure, Est imprudence toute pure, Fabl. IX, 10 dans IMPRUDENCE
Imprudence, babil et sotte vanité, Et vaine curiosité Ont ensemble étroit parentage, ib. X, S. dans IMPRUDENCE
Après force voeux impuissants, Le héros dit : puisqu'en cette aventure Mourir nous est chose si sûre, Fianc. dans IMPUISSANT, ANTE
Mais je sais que chacun impute, en cas pareil, Son bonheur à son industrie ; Et, si de quelqu'échec notre faute est suivie, Nous disons injures au sort, Fabl. III, 14 dans IMPUTER
Je crains, sire, dit-il, qu'un rapport peu sincère Ne m'ait à mépris imputé D'avoir différé cet hommage, Fabl. VIII, 3 dans IMPUTER
Quand l'aigle sut l'inadvertance, Fabl. II, 8 dans INADVERTANCE
Psyché leur fit [à des jeunes filles] un petit compliment ; à quoi elles répondirent par l'incarnat qui leur monta aussitôt aux joues, Psyché, II, p. 121 dans INCARNAT, ATE
Il semble que le ciel sur tous tant que nous sommes Soit obligé d'avoir incessamment les yeux, Fabl. VIII, 5 dans INCESSAMMENT
Ces pensers incitaient la reine à la vengeance, Cand. dans INCITER
Parmi de certains coqs incivils, peu galants, Toujours en noise et turbulents, Une perdrix était nourrie, Fabl. X, 7 dans INCIVIL, ILE
La prière, dit-il, n'en est pas incivile, Fabl. VI, 16 dans INCIVIL, ILE
Sommes-nous, dit-il, en Provence ? Quel amas d'arbres toujours verts Triomphe ici de l'inclémence Des aquilons et des hivers ?, Psyché, I, p. 14 dans INCLÉMENCE
Le coeur de la fille Inclinait trop pour notre jouvenceau, Remède. dans INCLINER
La dame Pour l'autre emploi inclinait dans son âme, Remois. dans INCLINER
....De tout inconnu le sage se méfie, Fabl. XII, 17 dans INCONNU, UE
On dit qu'on est inconsolable : On le dit ; mais il n'en est rien, Fabl. II, 21 dans INCONSOLABLE
Et si ses traits [de l'Amour] ont eu la force d'entamer Les coeurs de Pluton et d'Hercule, Il n'est pas inconvénient Qu'étant aveugle, étourdi, téméraire, Il se blesse en les maniant, Psyché, I, p. 22 dans INCONVÉNIENT, ENTE
....Qui [chat et renard] des frais du voyage, Croquant mainte volaille, escroquant maint fromage, S'indemnisaient à qui mieux mieux, Fabl. IX, 14 dans INDEMNISER
Son âme se maintint toujours libre et indépendante de la fortune, Vie d'Ésope. dans INDÉPENDANT, ANTE
Dès que la mère eut indice certain De sa grossesse...., Herm. dans INDICE
Sévigné, de qui les attraits Servent aux grâces de modèle, Et qui naquîtes toute belle à votre indifférence près, Fabl. IV, 1 dans INDIFFÉRENCE
Je définis la cour un pays où les gens, Tristes, gais, prêts à tout, à tout indifférents, Sont ce qu'il plaît au maître, Fabl. VIII, 14 dans INDIFFÉRENT, ENTE
ôtez-nous de ces biens l'affluence impotune, Dirent-ils l'un et l'autre : heureux les indigents !, Fabl. VII, 6 dans INDIGENT, ENTE
À ces mots il se livre Aux transports violents de l'indignation, Fabl. VIII, 16 dans INDIGNATION
J'ai beau te le crier, mon zèle est indiscret, Le plus semblable aux morts meurt le plus à regret, Fabl. VIII, 1 dans INDISCRET, ÈTE
....Elle [la tortue] eût beaucoup mieux fait De passer son chemin sans dire aucune chose ; Car, lâchant le bâton en desserrant les dents, Elle tombe, elle crève aux pieds des regardants ; Son indiscrétion de sa perte fut cause, Fabl. X, 3 dans INDISCRÉTION
Et ne t'attends de m'induire à luxure, Coc. dans INDUIRE
Tout domestique en trompant un mari Pense gagner indulgence plénière, Gag. dans INDULGENCE
Et ne sais pas comme il ne vient de Rome Permission de troquer en hymen.... Peut-être un jour nous l'obtiendrons, amen, Ainsi soit-il ; semblable indult en France Viendrait fort bien, Troq. dans INDULT
Quelques lieux inégaux [dans la lune] de loin font cet effet, Fabl. VII, 18 dans INÉGAL, ALE
[L'astrologie] Pour nous faire éviter des maux inévitables ?, Fabl. II, 13 dans INÉVITABLE
Caliste enfin l'inexpugnable Commença d'écouter raison, Coupe. dans INEXPUGNABLE
Ô Paix ! infante des cieux, Toi que tout heur accompagne, Viens vite embellir ces lieux Avec l'infante d'Espagne, Ode II dans INFANT, ANTE
Les Muses m'ont appris que l'enfance du monde, Simple, sans passions, en désirs inféconde...., Quinquina, II dans INFÉCOND, ONDE
Tous les jours sa clarté [du soleil] succède à l'ombre noire, Sans que nous en puissions autre chose inférer Que la nécessité de luire et d'éclairer, Fabl. II, 13 dans INFÉRER
J'infère de ce conte Que la plus forte passion C'est la peur, ib. IX, 15 dans INFÉRER
.... La parque et ses ciseaux Avec peine y mordaient ; la déesse infernale Reprit à plusieurs fois l'heure au monstre fatale, Fabl. VIII, 27 dans INFERNAL, LE
Les parents de l'athlète étaient gens inconnus, Son père un bon bourgeois, lui sans autre mérite ; Matière infertile et petite, Fab. I, 14 dans INFERTILE
Beau filz, il te convient apprendre à congnoistre les sept metaux Dont le mercure est principaux, Leurs forces, leurs infirmitez, Et variables qualitez, 1413 dans INFIRMITÉ
Peu de gens que le ciel chérit et gratifie Ont le don d'agréer infus avec la vie, Fabl. IV, 5 dans INFUS, USE
Son récit ingénu redoubla la pitié Dans les coeurs prévenus d'une juste amitié, Filles de Minée. dans INGÉNU, UE
Xanthus en aperçut une [inscription] qu'il ne put entendre, quoiqu'il demeurât longtemps à en chercher l'explication ; elle était composée des premières lettres de certains mots ; le philosophe avoua ingénument que cela passait son esprit, Vie d'Ésope. dans INGÉNUMENT
Ce qui lui fit conclure en somme Qu'il avait à grand tort son village quitté ; Il renonce aux courses ingrates, Fabl. VII, 12 dans INGRAT, ATE
Allez, vous êtes une ingrate, Ne tombez jamais sous ma patte, Fabl. III, 9 dans INGRAT, ATE
Quant aux ingrats, il n'en est point Qui ne meure enfin misérable, ib. VI, 13 dans INGRAT, ATE
Hélas ! j'ai beau crier et me rendre incommode ; L'ingratitude et les abus N'en seront pas moins à la mode, Fabl. XII, 16 dans INGRATITUDE
Baucis en égala les appuis chancelants [de la table] Du débris d'un vieux vase, autre injure des ans, Ph. et Bauc. dans INJURE
Veuillent les immortels, conducteurs de ma langue, Que je ne dise rien qui doivent être repris ! Sans leur aide, il ne peut entrer dans les esprits Que tout mal et toute injustice, Fabl. XI, 7 dans INJUSTICE
Mais le désir de voir et l'humeur inquiète L'emportèrent enfin, Fabl. IX, 2 dans INQUIET, ÈTE
L'un [le chat] doux, benin et gracieux, Et l'autre [le coq] turbulent et plein d'inquiétude, Fabl. VI, 5 dans INQUIÉTUDE
Ce degré, c'est la fièvre ; à l'égard des retours à certaine heure, à certains jours, C'est un point inscrutable...., Quinquina, I dans INSCRUTABLE
Que tout aime à présent ; l'insensible n'est plus, Fabl. XII, 26 dans INSENSIBLE
Et par cet apologue insigne entre les fables, Fabl. III, 2 dans INSIGNE
Ses soins ne purent faire Qu'elle échappât au temps, cet insigne larron, Fabl. VII, 5 dans INSIGNE
Ce fut un sot en son temps très insigne, Mandr. dans INSIGNE
Le bouquet fait, il commence à louer L'assortiment, tâche à s'insinuer ; S'insinuer, en fait de chambrière, C'est proprement couler la main au sein, Servante. dans INSINUER
Tout vainqueur insolent à sa perte travaille, Fabl. VII, 13 dans INSOLENT, ENTE
Ainsy est science donnée De Dieu et en l'homme inspirée, 308 dans INSPIRER
Nous n'écoutons d'instincts que ceux qui sont les nôtres, Et ne croyons le mal que quand il est venu, Fabl. I, 8 dans INSTINCT
Nous [hommes] agissons tout autrement [que les animaux] : La volonté nous détermine, Non l'objet, ni l'instinct, Fabl. X, 1 dans INSTINCT
Jupiter cependant voulut le faire instruire [son fils], Fabl. XI, 2 dans INSTRUIRE
Force gens ont été l'instrument de leur mal, Candaule. dans INSTRUMENT
Mais c'était à l'insu de leurs parents cruels ; La défense est un charme, Filles de Minée. dans INSU (À L')
Je ne suis point d'intelligence Avecque mes regards peut-être un peu trop prompts, Fabl. VII, 18 dans INTELLIGENCE
Amour même, dit-on, fut de l'intelligence, Cand. dans INTELLIGENCE
Je parle, je chemine : Je sens en moi certain agent ; Tout obéit dans ma machine à ce principe intelligent, Fabl. X, 1 dans INTELLIGENT, ENTE
Un intendant ? qu'est-ce que cette chose ? Je définis cet être un animal Qui, comme on dit, sait pêcher en eau trouble ; Et plus le bien de son maître va mal, Plus le sien croît, plus son profit redouble, Belph. dans INTENDANT
Ce recours à l'oiseau ne fut pas inutile, Jupiter intercède, Phil. et Baucis. dans INTERCÉDER
Je vous payerai, lui dit-elle, Avant l'oût, foi d'animal, Intérêt et principal, Fabl. I, 1 dans INTÉRÊT
C'est un fouet. - C'est un serpent ! vous dis-je ; à me tant tourmenter quel intérêt m'oblige ?, Fabl. X, 10 dans INTÉRÊT
Le sang les avait joints, l'intérêt les sépare, Fab. IV, 18 dans INTÉRÊT
Si j'osais ajouter au mot de l'interprète [du songe], J'inspirerais ici l'amour de la retraite, Fabl. XI, 4 dans INTERPRÉTE
Un lièvre, apercevant l'ombre de ses oreilles, Craignit que quelque inquisiteur N'allât interpréter à cornes leur longueur, Fabl. V, 4 dans INTERPRÉTER
Mais rien ne vient m'interrompre ; Je mange tout à loisir, Fabl. I, 9 dans INTERROMPRE
Un de nos deux amis sort du lit en alarme, Il court chez son intime, éveille les valets, Fabl. VIII, 11 dans INTIME
Et que le plus petit de la race mortelle, à chaque pas qu'il fait, à chaque bagatelle, Doive intriguer l'Olympe et tous ses citoyens, Fabl. VIII, 5 dans INTRIGUER
Ainsi certaines gens faisant les empressés S'introduisent dans les affaires..., Et, partout importuns, devraient être chassés, Fabl. VII, 9 dans INTRODUIRE
Il n'est rien d'inutile aux personnes de sens, Fabl. V, 19 dans INUTILE
De ses arbres à fruit [le sage] retranchait l'inutile, Fabl. XII, 20 dans INUTILE
[Il] Blâmait les visites secrètes, Frondait l'attirail des coquettes, Et contre un monde de recettes Et de moyens de plaire aux yeux Invectivait tout de son mieux, Anneau. dans INVECTIVER
Et qui croyait en Dieu, pour user de ce mot, Par bénéfice d'inventaire, Fabl. IV, 19 dans INVENTAIRE
L'invention des arts étant un droit d'aînesse, Nous devons l'apologue à l'ancienne Grèce, Fabl. III, 1 dans INVENTION
Quand j'aurais en naissant reçu de Calliope Les dons qu'à ses amants cette Muse a promis, Je les consacrerais aux mensonges d'Ésope... On peut donner du lustre à leurs inventions, Fabl. II, 1 dans INVENTION
Quand quelque dieu, voyant ses bontés négligées, Nous fait sentir son ire, un autre n'y peut rien, Fill. de Minée. dans IRE
Iris, je vous louerais ; il n'est que trop aisé : Mais vous avez cent fois notre encens refusé, En cela peu semblable au reste des mortelles, Fabl. X, I dans IRIS
Et, malgré le héros de Jupiter issu [Alexandre], Fabl. IV, 12 dans ISSU, UE
Tant et si bien qu'en ayez bonne issue, Fais. dans ISSUE
Te nettoyer en ce saint purgatoire ; Ton âme un jour plus blanche que l'ivoire En sortira...., Féronde. dans IVOIRE
Je l'ai jà dit d'autre façon, Pâté. dans
[Le loup] S'en allait l'emporter [le chien] ; le chien représenta Sa maigreur : jà ne plaise à votre seigneurie De me prendre en cet état-là, Fabl. IX, 10 dans
Je le crois ; mais d'en mettre jà Mon doigt au feu, ma foi je n'ose, Nic. dans
[Le singe] Détachait du monceau tantôt quelque doublon, Un jacobus, un ducaton, Fabl. XII, 3 dans JACOBUS
La génisse, la chèvre et leur soeur la brebis, Avec un fier lion, seigneur du voisinage, Firent société, dit-on, au temps jadis, Et mirent en commun le gain et le dommage, Fabl. I, 6 dans JADIS
Ô triste jalousie, ô passion amère, Filles de Minée. dans JALOUSIE
Anne ne craignait rien, des saules la couvraient, Comme eût fait une jalousie, Cas de consc. dans JALOUSIE
Vous n'avez qu'à choisir, car chacun est jaloux De l'honneur d'être votre époux, Fabl. IX, 7 dans JALOUX, OUSE
....C'est ton humeur mutine, Et trop jalouse et déplaisante à Dieu, Qui te retient pour mille ans en ce lieu [purgatoire], Féronde. dans JALOUX, OUSE
De pareilles erreurs Ne produisent jamais que d'illustres malheurs, Fabl. X, 10 dans JAMAIS
Un cerf se mirant autrefois Louait la beauté de son bois, Et ne pouvait qu'avecque peine Souffrir ses jambes de fuseaux, Fabl. VI, 9 dans JAMBE
Véritable vautour que le fils de Japet Représente enchaîné sur son triste sommet, Phil. et Baucis. dans JAPET
Des enfants de Japet, toujours une moitié Fournira des armes à l'autre, Fabl. II, 6 dans JAPET
Son bonheur consistait aux beautés d'un jardin ; Le Scythe l'y trouva qui, la serpe à la main...., Fabl. XII, 20 dans JARDIN
Vos fruits [des orangers de Versailles] aux écorces solides Sont un véritable trésor ; Et le jardin des Hespérides N'avait point d'autres pommes d'or, Psyché, I, p. 14 dans JARDIN
Un amateur de jardinage, Demi-bourgeois, demi-manant, Possédait en certain village Un jardin assez propre et le clos attenant, Fabl. IV, 4 dans JARDINAGE
Le langage d'amour était jargon pour elle, Coupe. dans JARGON
Comme si, par devers l'Inde, on eût eu dans l'esprit La sotte vanité de ce jargon frivole [le blason] !, Fabl. X, 16 dans JARGON
Les oisillons, las de l'entendre, Se mirent à jaser aussi confusément Que faisaient les Troyens quand la pauvre Cassandre Ouvrait la bouche seulement, Fabl. I, 8 dans JASER
Caquet bon bec alors de jaser au plus dru Sur ceci, sur cela, sur tout...., ib. XII, 11 dans JASER
Jasmins dont un air doux s'exhale, Fleurs que les vents n'ont pu ternir, Aminte en blancheur vous égale, Et vous m'en faites souvenir, Psyché, I, p. 14 dans JASMIN
Il [un rat] laisse là le champ, le grain et la javelle, Fabl. VIII, 9 dans JAVELLE
Quand le moment viendra d'aller trouver les morts, J'aurai vécu sans soins, et mourrai sans remords, Fabl. XI, 4 dans JE
Jean lapin allégua la coutume et l'usage, Fabl. VII, 16 dans JEAN
Quelque accident fait-il que je rentre en moi-même, Je suis Gros-Jean comme devant, Fabl. VII, 10 dans JEAN
Après qu'il eut brouté, trotté, fait tous ses tours, Jeannot lapin retourne aux souterrains séjours, Fabl. VII, 16 dans JEANNOT
Je vais jeter en sable à toi ce petit coup, Ragotin, II, 7 dans JETER
Le bon homme disait : ce sont là jeux de prince, Fabl. IV, 4 dans JEU
Moitié de ce fardeau ne vous sera que jeu, Fabl. VI, 16 dans JEU
Il entretint les dieux, non point sur la fortune, Sur ses jeux, sur la pompe et la grandeur des rois, Phil. et Baucis. dans JEU
Toute la bande des Amours Revient au colombier ; les Jeux, les Ris, la danse Ont aussi leur tour à la fin, Fabl. VI, 21 dans JEU
Le chagrin vient ensuite ; elle sent chaque jour Déloger quelques Ris, quelques Jeux, puis l'Amour, ib. VII, 5 dans JEU
À ce discours, fouets de rentrer en jeu, Lun. dans JEU
Ce qui leur fit mettre en jeu cette feinte, Gag. dans JEU
Mon cousin Jupiter, dit-il, verra dans peu Un assez beau combat, de son trône suprême : Toute sa cour verra beau jeu, Fabl. XII, 21 dans JEU
Toutes verront beau jeu, Lun. dans JEU
Tire-moi ces marrons ; si Dieu m'avait fait naître Propre à tirer marrons du feu, Certes marrons verraient beau jeu, Fables, IX, 15 dans JEU
[Je] trottais comme un jeune rat, Qui cherche à se donner carrière, Fabl. VI, 5 dans JEUNE
Tu murmures, vieillard ! vois ces jeunes mourir, Vois-les marcher, vois-les courir à des morts, il est vrai, glorieuses et belles, Mais sûres cependant et quelquefois cruelles, Fabl. VIII, 1 dans JEUNE
La jeunesse se flatte et croit tout obtenir, Fabl. XII, 5 dans JEUNESSE
Le malheur fut qu'elle était trop jeunette, Cloch. dans JEUNET, ETTE
Le jeûneur maudit son sort, Fiancée. dans JEÛNEUR, EUSE
À ces mots le corbeau ne se sent pas de joie, Fabl. I, 2 dans JOIE
L'un se baissait déjà pour amasser la proie ; L'autre le pousse et dit : il est bon de savoir Qui de nous en aura la joie, Fabl. IX, 9 dans JOIE
Ni qu'en ma chambre une fille de joie Passe la nuit, Court. dans JOIE
C'est mon trésor que l'on m'a pris. - Votre trésor ! où pris ? - Tout joignant cette pierre, Fabl. IV, 20 dans JOIGNANT, ANTE
Ils habitaient un bourg plein de gens dont le coeur Joignait aux duretés un sentiment moqueur, Phil. et Baucis. dans JOINDRE
Soyez joints, mes enfants ; que l'amour vous accorde, Fabl. IV, 18 dans JOINT, OINTE
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !, Fabl. I, 2 dans JOLI, IE
.... L'un, sur un roc assis, Chantait aux vents ses amoureux soucis, Et, pour charmer la nymphe joliette, Taillait sa barbe...., Courtis. dans JOLIET, ETTE
La principale jonchée Fut donc des principaux rats, Fabl. IV, 6 dans JONCHÉE
Cinq ou six fleurs dont la table est jonchée, Faucon. dans JONCHER
Le galant donc.... vous investit Lucrèce, Qui ne manqua de faire la tigresse à l'ordinaire, et l'envoyer jouer, Mandr. dans JOUER
Même on lui dit qu'il jouera, s'il est sage, à ces gens-là quelque méchant parti, Fabl. VIII, 18 dans JOUER
Mais assemblons tous les rats d'alentour ; Je lui pourrai jouer d'un mauvais tour [au chat], Fabl. XII, 25 dans JOUER
Ces deux rivaux un jour ensemble se jouants, Comme il arrive aux jeunes gens, Fabl. X, 12 dans JOUER
Le jeune prince alors se jouerait de ma muse Comme le chat de la souris, Fabl. XII, 5 dans JOUER
.... Ce malheureux attendait, Pour jouir de son bien, une seconde vie, Fabl. IV, 20 dans JOUIR
L'homme, sourd à ma voix comme à celle du sage, Ne dira-t-il jamais : c'est assez, jouissons ?, Fabl. VIII, 27 dans JOUIR
[Un mari] Bien qu'il fût jouissant, se croyait malheureux, Fabl. IX, 15 dans JOUISSANT, ANTE
Là, cormoran le bon apôtre.... Vous les prenait [les poissons] sans peine, un jour l'un, un jour l'autre, Fabl. X, 4 dans JOUR
Le chêne un jour dit au roseau : Vous avez bien sujet d'accuser la nature, Fabl. I, 22 dans JOUR
Approche-t-il du but, quitte-t-il ce séjour, Rien ne trouble sa fin, c'est le soir d'un beau jour, Phil. et Baucis. dans JOUR
La belle mit son corset des bons jours, Herm. dans JOUR
... Or bien, répliqua l'autre, Gageons un peu quel sera le meilleur, Pour ce jourd'hui, de mon gîte ou du vôtre, Or. dans JOUR
Aux journaux de Hollande il nous fallut passer, Je ne sais plus sur quoi ; mais on fit leur critique.... Tout faiseur de journaux doit tribut au malin, Lett. XI dans JOURNAL
D'autres fois Psyché se divertissait à entendre un défi de rossignols, ou à voir un combat naval de cygnes, des tournois et des joutes de poissons, Psyché, I, p. 55 dans JOUTE
Là sourdait une eau qui avait la propriété de rajeunir ; c'est ce qu'on appelle encore aujourd'hui la fontaine de Jouvence ; dans les premiers temps du monde, il était libre à tous les mortels d'y aller puiser ; l'abus qu'ils firent de ce trésor obligea les dieux de leur en ôter l'usage, Psyché, II, p. 176 dans JOUVENCE
Les jeux, les ris, la danse Ont aussi leur tour à la fin ; On se plonge soir et matin Dans la fontaine de Jouvence, Fabl. VI, 21 dans JOUVENCE
Passe encor de bâtir ; mais planter à cet âge, Disaient trois jouvenceaux, enfants du voisinage, Fabl. XI, 8 dans JOUVENCEAU, ELLE
Le juge prétendait qu'à tort et à travers On ne saurait manquer, condamnant un pervers, Fabl. II, 3 dans JUGE
Garde-toi, tant que tu vivras, De juger les gens sur la mine, Fabl. VI, 5 dans JUGER
Il ne faut pas juger les gens par l'apparence, ib. XI, 7 dans JUGER
....Voici pourtant un conte Où l'oraison de monsieur saint Julien À Renaud d'Ast produisit un grand bien, Orais. dans JULIEN (SAINT-)
L'un d'eux porte le sceptre, et l'autre la houlette ; Jupiter le voulait ainsi ; Qu'est-ce que Jupiter ? un corps sans connaissance ; D'où vient donc que son influence Agit différemment sur ces deux hommes-ci ?, Fabl. VIII, 16 dans JUPITER
Et l'assembleur de nuages Jura le Styx, et promit De former d'autres orages, Fabl. VIII, 20 dans JURER
Je jure les puissances De l'Olympe et du Styx, il en sera parlé, Fabl. XI, 3 dans JURER
...je vous jure ma foi qu'invoquer saints...., Orais. dans JURER
Le voilà qui déteste et jure de son mieux, Fabl. VI, 18 dans JURER
Un père eut pour toute lignée Un fils qu'il aima trop, jusques à consulter.... Les diseurs de bonne aventure, Fabl. VIII, 16 dans JUSQUE et JUSQUES
Je ne crois point que la nature Se soit lié les mains et nous les lie encor Jusqu'au point de marquer dans les cieux notre sort, Fabl. VIII, 16 dans JUSQUE et JUSQUES
Il n'est beauté dans nos écrits Dont vous ne connaissiez jusques aux moindres traces, Fables, dédic. à Mme de MONTESPAN. dans JUSQUE et JUSQUES
Il est de toute justice de faire, ou qu'on fasse.... Car on doit souhaiter, selon toute justice, Que le plus coupable périsse, Fabl. VII, 1 dans JUSTICE
Si le mari ne se fût fait connaître, Elle en allait enfiler beaucoup plus [de ses infidélités] ; Courte n'était, pour sûr, la kyrielle, Mari conf. dans KYRIELLE
Mercure, au lieu de donner celle-là [coignée], Leur en décharge un grand coup sur la tête, Fabl. V, 1 dans
Ce monseigneur du lion-là Fut parent de Caligula, ib. VII, 7 dans
....Le boeuf vient à pas lents ; Quand il eut ruminé tout le cas en sa tête, Il dit que du labeur des ans Pour nous seuls il portait les soins les plus pesants, Fabl. X, 2 dans LABEUR
Un octogénaire plantait.... Quel fruit de ce labeur pouvez-vous recueillir ?, ib. XI, 8 dans LABEUR
Un riche laboureur, sentant sa mort prochaine, Fabl. V, 9 dans LABOUREUR
Assis près d'un ruisseau, Les labyrinthes d'un cerveau L'occupaient [Démocrite], Fabl. VIII, 26 dans LABYRINTHE
Un vieillard sur son âne aperçut en passant Un pré plein d'herbe et florissant, Il y lâche sa bête...., Fabl. VI, 8 dans LÂCHER
Petit poisson deviendra grand, Pourvu que Dieu lui prête vie ; Mais le lâcher en attendant, Je tiens pour moi que c'est folie : Car de le rattraper il n'est pas trop certain, Fabl. V, 3 dans LÂCHER
Lâcher ce qu'on a dans la main Sous espoir de grosse aventure Est imprudence toute pure, ib. IX, 10 dans LÂCHER
L'autre, qui s'en doutait, lui lâche une ruade, Fabl. V, 8 dans LÂCHER
Mais surtout certain Grec renchérit et se pique D'une élégance laconique, Fabl. VI, 1 dans LACONIQUE
Le lacs était usé ; si bien que, de son aile, De ses pieds, de son bec, l'oiseau le rompt enfin, Fabl. IX, 2 dans LACS
Il y vole, il est pris ; ce blé couvrait d'un lacs Les menteurs et traîtres appas, ib. dans LACS
Piége, embarras dont on a de la peine à se tirer.... Et souffrir qu'un enfant Des lacs d'un vieux routier se sauve en triomphant, l'Eunuque, III, 1 dans LACS
On ne saurait dire si Ésope eut sujet de remercier la nature, ou bien de se plaindre d'elle ; car, en le douant d'un très bel esprit, elle le fit naître difforme et laid de visage, Vie d'Ésope. dans LAID, AIDE
Ce ne fut tout : car à grands coups de gaule Le pèlerin vous lui froisse une épaule, De horions laidement l'accoutra, Coc. dans LAIDEMENT
Voyez-vous à nos pieds fouir incessamment Cette maudite laie et creuser une mine ? C'est pour déraciner le chêne assurément, Fabl. III, 6 dans LAIE
Les revoilà sur l'onde [à la nage] ainsi qu'auparavant, La cassette en laisse suivant, Et le nageur poussé du vent De roc en roc portant la belle, Fianc. dans LAISSE
Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l'héritage Que nous ont laissé nos parents : Un trésor est caché dedans, Fabl. V, 9 dans LAISSER
Sur un tapis de Turquie Le couvert se trouva mis, Je laisse à penser la vie Que firent ces deux amis, Fabl. I, 9 dans LAISSER
Voilà nos gens rejoints ; et je laisse à juger De combien de plaisirs ils payèrent leurs peines, ib. IX, 2 dans LAISSER
L'eau ne laissa pas d'agir et de mettre en évidence les figues toutes crues encore et toutes vermeilles, Vie d'Ésope. dans LAISSER
Laissez dire les sots : le savoir a son prix, Fabl. VIII, 19 dans LAISSER
Perrette [qui avait un pot au lait sur sa tête] là-dessus saute aussi transportée ; Le lait tombe ; adieu, veau, vache, cochon, couvée, Fabl. VII, 10 dans LAIT
Notre laitière ainsi troussée Comptait déjà dans sa pensée Tout le prix de son lait, Fab. VII, 10 dans LAITIER, IÈRE
Il avait de plant vif fermé cette étendue ; Là croissait à plaisir l'oseille et la laitue, Fables, IV, 2 dans LAITUE
Le chaume devient or, tout brille en ce pourpris ; Tous ces événements sont peints sur le lambris, Phil. et B. dans LAMBRIS
Je ne dormirai point sous de riches lambris ; Mais voit-on que le somme en perde de son prix ?, Fabl. XI, 4 dans LAMBRIS
....Soeur Agnès qui n'était de ce lieu La moins sensée, au reste bonne lame, Abb. mal. dans LAME
....Ah ! ah ! sire Grégoire, Vous avez soif ! je crois qu'en vos repas Vous humectez volontiers le lampas, Paysan. dans LAMPAS
Il [le lièvre] s'éloigne des chiens, les renvoie aux calendes, Et leur fait arpenter les landes, Fabl. VI, 10 dans LANDE
Cependant jusqu'ici d'un langage nouveau J'ai fait parler le loup et répondre l'agneau, Fabl. II, 1 dans LANGAGE
Maître Renard par l'odeur alléché Lui tint à peu près ce langage, Fabl. I, 2 dans LANGAGE
Notre voisine est languarde et méchante, Servante. dans LANGUARD, ARDE
Je tondis de ce pré la largeur de ma langue, Fabl. VII, 1 dans LANGUE
Il n'acheta que des langues, lesquelles il fit accommoder à toutes les sauces ; l'entrée, le second, l'entremets, tout ne fut que langues, Vie d'Ésope. dans LANGUE
Que ne sait point ourdir une langue traîtresse ?, Fabl. III, 6 dans LANGUE
Je supplie avant tout les dieux de m'assister ; Fassent les immortels, conducteurs de ma langue, Que je ne dise rien qui doive être repris, ib. XI, 7 dans LANGUE
Disant que la langue est la pire chose qui soit au monde ; c'est la mère de tous les débats, la nourrice des procès, la source des divisions et des guerres, Vie d'Ésope. dans LANGUE
Ce brouet fut par lui servi sur une assiette ; La cigogne au long bec n'en put attraper miette, Et le drôle eut lapé le tout en un moment, Fabl. I, 18 dans LAPER
Un jour un coq détourna Une perle qu'il donna Au beau premier lapidaire, Fabl. I, 20 dans LAPIDAIRE
[Après un coup de feu] Je vois fuir aussitôt toute la nation Des lapins qui, sur la bruyère, L'oeil éveillé, l'oreille au guet, S'égayaient et de thym parfumaient leur banquet, Fabl. X, 15 dans LAPIN, INE
L'aigle donnait la chasse à maître Jean lapin, Qui droit à son terrier s'enfuyait au plus vite, Fabl. II, 8 dans LAPIN, INE
Ordre lui vient [à un follet] d'aller au fond de la Norvége Prendre le soin d'une maison En tout temps couverte de neige, Et d'Indou qu'il était on vous le fait Lapon, Fabl. VII, 6 dans LAPON, ONE
Un rat hôte d'un champ, rat de peu de cervelle, Des lares paternels un jour se trouva soûl, Fabl. VIII, 9 dans LARE
Pour profiter de sa largesse [du follet qui accordait trois souhaits], Ils demandèrent la sagesse ; C'est un trésor qui n'embarrasse point, Fabl. VII, 6 dans LARGESSE
Laridon et César, frères dont l'origine Venait de chiens fameux, beaux, bien faits et hardis, à deux maîtres divers échus au temps jadis, Hantaient l'un les forêts et l'autre la cuisine, Fabl. VIII, 24 dans LARIDON
Faute de cultiver la nature et ses dons, Oh ! combien de Césars deviendront Laridons !, ib. dans LARIDON
....Ses soins ne purent faire Qu'elle échappât au temps, cet insigne larron, Fabl. VII, 5 dans LARRON, ONNESSE
Il y court [à Surate] ; les mers étaient lasses De le porter, Fabl. VII, 12 dans LAS, LASSE
De travailler pour lui [l'estomac] les membres se lassant, Fabl. III, 2 dans LASSER
L'onde tiède, on lava les pieds des voyageurs, Philém. et Bauc. dans LAVER
Les père et mère ont pour objet le bien, Cal. dans LE, LA, LES
Miracle, criait-on ; venez voir dans les nues Passer la reine des tortues ; La reine ! vraiment oui : je la suis en effet, Fabl. X, 3 dans LE, LA, LES
Si c'est effacer les sujets de haine que vous avez contre moi, que de vous recevoir pour ma fille, je veux bien que vous la soyez, Psyché, II, p. 212 dans LE, LA, LES
Il lui faut pour son honneur Contrefaire la furie ; Celle-ci la fut vraiment, Cand. (l'édit. de Walkenaer a le). dans LE, LA, LES
Voyons-le avec Ésope en un sujet semblable, Fabl. VI, 1 dans LE, LA, LES
Et n'était bruit qu'il se trouvât léans Fille...., Mazet. dans LÉANS
Un frère Jean, novice de léans, Fér. dans LÉANS
....L'épouse de léans, à dire vrai, recevait bien les gens, Mandr. dans LÉANS
Certain ours montagnard, ours à demi léché, Fabl. VIII, 10 dans LÉCHÉ, ÉE
Toute sa personne velue Représentait un ours, mais un ours mal léché, ib. XI, 7 dans LÉCHÉ, ÉE
Mon opéra, tout simple et n'étant, sans spectacle, Qu'un ours qui vient de naître, et non encor léché, Oeuvres diverses, Épître XI dans LÉCHÉ, ÉE
Que le juge se hâte ; N'a-t-il point assez léché l'ours ?, Fabl. I, 21 dans LÉCHER
Le pasteur était à côté [du cercueil], Et récitait, à l'ordinaire, Maintes dévotes oraisons, Et des psaumes et des leçons, Et des versets et des répons, Fabl. VII, 11 dans LEÇON
Apprenez que tout flatteur Vit aux dépens de celui qui l'écoute ; Cette leçon vaut bien un fromage sans doute, Fabl. I, 2 dans LEÇON
Notre concitoyen, disaient-ils en pleurant, Perd l'esprit ; la lecture a gâté Démocrite, Fabl. VIII, 26 dans LECTURE
Il attend maître Gille, et le trouve un peu lent à lui présenter sa créance ; Maître Gille enfin en passant Va saluer Son Excellence ; L'autre était préparé sur la légation : Mais pas un mot...., Fabl. XII, 21 dans LÉGATION
Les Levantins en leur légende Disent qu'un certain rat, las des soins d'ici-bas, Dans un fromage de Hollande Se retira loin du tracas, Fabl. VII, 2 dans LÉGENDE
Que la terre te soit légère, Ô épouse digne de retourner à la vie et de recouvrer un jour le bien que tu as perdu, Inscription tirée de Boissard. dans LÉGER, ÈRE
Je suis chose légère et vole à tout sujet, Je vais de fleur en fleur et d'objet en objet, Poésies mêlées, LXIX. dans LÉGER, ÈRE
Légère et court vêtue, elle allait à grands pas, Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile, Cotillon simple et souliers plats, Fabl. VII, 10 dans LÉGER, ÈRE
Les amants sont toujours de légère croyance : S'ils pouvaient conserver un rayon de prudence !, Filles de Minée. dans LÉGER, ÈRE
Ses repas [de l'aigle] ne sont point repas à la légère, Fabl. V, 18 dans LÉGER, ÈRE
Tu n'aurais pas, à la légère, Descendu dans ce puits, Fabl. III, 5 dans LÉGER, ÈRE
Ah ! Climène, j'ai cru vos yeux trop de léger, Poésies mêlées, XXXVII dans LÉGER, ÈRE
Vous saurez que le père avait longtemps devant Cette fille légitimée, Coupe. dans LÉGITIMER
Il mourut, et son testament N'était plein que de legs qui l'auraient consolée, Si les biens réparaient la perte d'un mari Amoureux autant que chéri, Matrone. dans LEGS
.... Il [le lièvre] laisse la tortue Aller son train de sénateur ; Elle part, elle s'évertue, Elle se hâte avec lenteur, Fabl. VI, 10 dans LENTEUR
Le singe avec le léopard Gagnaient de l'argent à la foire ; Ils affichaient chacun à part ; L'un d'eux disait : Messieurs, mon mérite et ma gloire Sont connus en bon lieu, le roi m'a voulu voir, Et, si je meurs, il veut avoir Un manchon de ma peau, tant elle est bigarrée, Pleine de taches, marquetée, Et vergetée et mouchetée, Fabl. IX, 3 dans LÉOPARD
Ajustement moins superbe que leste, Or. dans LESTE
Son maître le rappelle et crie et se tourmente, Lui présente le leurre et le poing, mais en vain, Fabl. XII, 12 dans LEURRE
L'exemple est un dangereux leurre, Fabl. II, 16 dans LEURRE
....Un jeune homme, après avoir en France Étudié, s'en revint à Florence Aussi leurré qu'aucun de par de là, Mandr. dans LEURRÉ, ÉE
Tu m'allègues le sort : prétends-tu, par ta foi, Me leurrer de l'appât d'un profane langage ?, Fabl. X, 12 dans LEURRER
Deux siens voisins se laissèrent leurrer à l'entretien libre et gai de la dame, Rem. dans LEURRER
Arrière les humeurs, qu'elles pèchent ou non ; La fièvre est un levain qui subsiste sans elles, Quinquina, II dans LEVAIN
Les Levantins en leur légende Disent qu'un certain rat, las des soins d'ici-bas...., Fabl. VII, 3 dans LEVANTIN, INE
.... Est-il juste qu'on meure Au pied levé ? dit-il ; attendez quelque peu, Fabl. VIII, 1 dans LEVÉ, ÉE
Quoique, pendant tout l'an, libéral il [l'arbre] nous donne Ou des fleurs au printemps, ou du fruit en automne, Fabl. X, 2 dans LIBÉRAL, ALE
Il choisit une nuit libérale en pavots, Fabl. XI, 3 dans LIBÉRAL, ALE
.... Le rat dit : idiot ! Moi, ton [du chat] libérateur ! je ne suis pas si sot, Fabl. VIII, 22 dans LIBÉRATEUR, TRICE
Une lice étant sur son terme, Fab. II, 7 dans LICE
Cornes cela ! vous me prenez pour cruche ; Ce sont oreilles que Dieu fit. - On les fera passer pour cornes, Dit l'animal craintif, et cornes de licornes, Fabl. V, 4 dans LICORNE
Le premier qui vit un chameau S'enfuit à cet objet nouveau ; Le second s'approcha, le troisième osa faire Un licou pour le dromadaire, Fabl. IV, 10 dans LICOU
Il y porte une corde, et veut avec un clou Au haut d'un certain mur attacher le licou, Fabl. IX, 14 dans LICOU
Là, vivant à discrétion, La galande fit chère lie, Fabl. III, 17 dans LIE
Je ne crois pas que la nature Se soit lié les mains [par les destinées et les astres] et nous les lie encor..., Fabl. VIII, 16 dans LIER
Le vautour s'en allait le lier [le pigeon], quand des nues Fond à son tour un aigle aux ailes étendues, Fabl. IX, 2 dans LIER
L'âge liait une amitié sincère Entre ces gens ; les deux pères s'aimaient, Fabl. X, 12 dans LIER
Aux noces d'un tyran tout le peuple en liesse Noyait son souci dans les pots, Fabl. VI, 11 dans LIESSE
Soyez-vous à vous-même un monde toujours beau, Toujours divers, toujours nouveau, Tenez-vous lieu de tout, comptez pour rien le reste, Fabl. IX, 2 dans LIEU
On tient toujours du lieu dont on vient..., Fabl. IX, 7 dans LIEU
Jupiter eut un fils qui, se sentant du lieu Dont il tirait son origine...., ib. X, 2 dans LIEU
Un vieux renard, mais des plus fins.... Sentant son renard d'une lieue, Fabl. V, 5 dans LIEUE
Un lièvre en son gîte songeait ; Car que faire en un gîte, à moins que l'on ne songe ?, Fabl. II, 14 dans LIÈVRE
Notre lièvre n'avait que quatre pas à faire, J'entends de ceux qu'il fait lorsque, près d'être atteint, Il s'éloigne des chiens, les renvoie aux calendes, ib. VI, 10 dans LIÈVRE
Les animaux et toute espèce lige De son seul appétit...., Fabl. IV, 12 dans LIGE
Imprudence, babil et sotte vanité, Et vaine curiosité, Ont ensemble étroit parentage ; Ce sont enfants tous d'un lignage, Fabl. X, 3 dans LIGNAGE
Quand l'enfer eut produit la goutte et l'araignée : Mes filles, leur dit-il, vous pouvez vous vanter D'être pour l'humaine lignée Également à redouter, Fabl. III, 8 dans LIGNÉE
Un père eut pour toute lignée Un fils qu'il aima trop, ib. VIII, 16 dans LIGNÉE
Le sage dit selon les gens : Vive le roi, vive la Ligue, Fabl. II, 5 dans LIGUE
La faim le [le héron] prit ; il fut tout heureux et tout aise De rencontrer un limaçon, Fabl. VII, 3 dans LIMAÇON
On conte qu'un serpent, voisin d'un horloger, Entra dans sa boutique, et, cherchant à manger, N'y rencontra pour tout potage Qu'une lime d'acier qu'il se mit à ronger, Fabl. V, 16 dans LIME
[Au temps d'Adam] ...avec rien on montait un ménage : Il ne fallait matelas ni linceul ; Même le lit n'était pas nécessaire ; Ce temps n'est plus ; hymen qui marchait seul..., Herm. dans LINCEUL
Le linge orné de fleurs fut couvert pour tous mets D'un peu de lait, de fruits et des dons de Cérès, Phil. et Baucis. dans LINGE
Les zéphyres avaient détourné de dessus son sein une partie du linomple qui le couvrait, Songe de Vaux. dans LINOMPLE
Le malheureux lion se déchire lui-même, Fait résonner sa queue à l'entour de ses flancs, Bat l'air qui n'en peut mais...., Fabl. II, 9 dans LION, ONNE
Le lion, terreur des forêts, Chargé d'ans, et pleurant son antique prouesse, Fut enfin attaqué par ses propres sujets, Devenus forts par sa faiblesse, ib. III, 14 dans LION, ONNE
Le lionceau devint vrai lion ; le tocsin Sonne aussitôt sur lui ; l'alarme se promène De toutes parts...., Fabl. XI, 1 dans LIONCEAU
Car, quoi ! rien d'assuré ! point de franche lippée !, Fabl. I, 5 dans LIPPÉE
Un more très lippu, très hideux, très vilain S'offre aux regards du juge...., Pet. chien. dans LIPPU, UE
Deux seaux alternativement Puisaient le liquide élément, Fabl. XI, 6 dans LIQUIDE
Il lit au front de ceux qu'un vain luxe environne, Que la fortune vend ce qu'on croit qu'elle donne, Phil. et Baucis. dans LIRE
Le roi qui faisait lit à part, Mul. dans LIT
Chacun couché, pour la belle on mettait Un lit de camp, Berc. dans LIT
L'édifice résiste et dure en son entier : Après un lit de bois est un lit de mortier ; Chaque castor agit ; commune en est la tâche, Fabl. X, 1 dans LIT
Hâte-toi, mon ami, tu n'as pas tant à vivre ; Je te rebats ce mot, car il vaut tout un livre, Fabl. VIII, 27 dans LIVRE
L'attaquer, le mettre en quartiers, Sire loup l'eût fait volontiers ; Mais il fallait livrer bataille, Et le mâtin était de taille à se défendre hardiment, Fabl. I, 5 dans LIVRER
Son miroir lui disait : prenez vite un mari ; Je ne sais quel désir le lui disait aussi : Le désir peut loger chez une précieuse, Fabl. VII, 5 dans LOGER
Un homme n'ayant plus ni crédit ni ressource, Et logeant le diable en sa bourse, C'est-à-dire n'y logeant rien, Fab. IX, 16 dans LOGER
Une de ces femmes Put en son coeur loger d'honnêtes flammes, Court. dans LOGER
C'était un beau sujet de guerre Qu'un logis où lui-même il n'entrait qu'en rampant, Fabl. VII, 16 dans LOGIS
Ce sont, dit-il, leurs lois qui m'ont de ce logis Rendu maître et seigneur, et qui de père en fils L'ont de Pierre à Simon, puis à moi Jean transmis, ib. V, 16 dans LOGIS
Volontiers gens boiteux haïssent le logis, ib. X, 3 dans LOGIS
Il lui fallut à jeun retourner au logis, Honteux comme un renard qu'une poule aurait pris, Fabl. I, 18 dans LOGIS
Depuis qu'il est des lois, l'homme pour ses péchés Se condamne à plaider la moitié de sa vie, Fabl. XII, 27 dans LOI
Il se faut entr'aider, c'est la loi de nature, Fabl. VIII, 17 dans LOI
Qu'eût fait Alaciel ? force n'a point de loi, Fiancée. dans LOI
Je vois de loin, j'atteins de même, Fabl. IV, 19 dans LOIN
J'en sais beaucoup de par le monde à qui ceci conviendrait bien : De loin, c'est quelque chose ; et de près, ce n'est rien, ib. IV, 10 dans LOIN
Celui-ci, loin de tourner le dos, Veut vendre au moins sa vie, et mourir en héros, Fabl. X, 14 dans LOIN
On voyait en lointain une ville naissante, Filles de Minée. dans LOINTAIN, AINE
Mais rien ne vient m'interrompre ; Je mange tout à loisir, Fabl. I, 9 dans LOISIR
Un jour, sur ses longs pieds, allait je ne sais où Le héron au long bec emmanché d'un long cou, Fabl. VII, 4 dans LONG, ONGUE
L'autre [la Discorde], diligente, Courait vite aux débats, et prévenait la paix ; Faisait d'une étincelle un feu long à s'éteindre, Fabl. VI, 20 dans LONG, ONGUE
Quittez le long espoir et les vastes pensées, Fabl. XI, 8 dans LONG, ONGUE
La colombe l'entend, part et tire de long, Fabl. II, 12 dans LONG, ONGUE
....Les consolateurs De ce triste devoir tout au long s'acquittèrent, Fabl. XII, 6 dans LONG, ONGUE
Le long d'un clair ruisseau buvait une colombe, Fabl. II, 12 dans LONG, ONGUE
N'a pas longtemps, de Rome revenait Certain cadet...., Coc. dans LONGTEMPS
Le juge, instruit de leur malice, Leur dit : je vous connais de longtemps, mes amis, Fabl. II, 3 dans LONGTEMPS
Patience et longueur de temps Font plus que force ni que rage, Fables, II, 11 dans LONGUEUR
...On nous mange, on nous gruge, On nous mine par des longueurs, Fabl. I, 21 dans LONGUEUR
Point de courroux, messieurs, ....mon lopin me suffit, Faites votre profit du reste, Fabl. VIII, 7 dans LOPIN
La bique, allant remplir sa traînante mamelle.... Ferma sa porte au loquet, Fabl. IV, 15 dans LOQUET
Mathéo tremble et lorgne la finance, Belph. dans LORGNER
Maintenant il faut que j'appuie Ce que j'avançai lors, de quelque trait encor, Fabl. IX, 10 dans LORS
La harangue fut vaine ; Le sultan dormait lors, et dedans son domaine Chacun dormait aussi, bêtes, gens...., ib. XI, 1 dans LORS
La liberté, les bois, suivre leur appétit, C'était leurs délices suprêmes : Tous renonçaient au los des belles actions, Fabl. XII, 1 dans LOS
Vendôme, consentez au los que j'en attends [de mes vers] ; Faites-moi triompher de l'envie et du temps, Phil. et Baucis. dans LOS
Puisse le tout, ô charmante Philis [Champmeslé], Aller si loin que votre los franchisse La nuit des temps...., Belph. dans LOS
La chose ainsi réglée, on composa trois lots ; En l'un les maisons de bouteille, Les buffets dressés sous la treille, La vaisselle d'argent, les cuvettes, les brocs, Fabl. II, 20 dans LOT
Je ne voudrais pour aucune de vous, Qui vous vantez d'être si bien loties, Avoir troqué de galant ni d'époux, Gag. dans LOTI, IE
Ce breuvage vanté par le peuple rimeur, Ce nectar que l'on sert au maître du tonnerre, Et dont nous enivrons tous les dieux de la terre, C'est la louange, Fabl. X, 1 dans LOUANGE
Il ne trouve partout que médiocrité, Louanges du désert et de la pauvreté, C'étaient-là ses magnificences, ib. X, 10 dans LOUANGE
Bon villageois, à qui pour toute terre, Pour tout domaine et pour tous revenus, Dieu ne donna que ses deux bras tout nus, Et son louchet...., Jument. dans LOUCHET
La bonne dame habille en chambrière Le jouvenceau, qui vient pour se louer, la Gageure. dans LOUER
On ne peut trop louer trois sortes de personnes : Les dieux, sa maîtresse et son roi, Fabl. I, 14 dans LOUER
Le singe approuva fort cette sévérité, Et, flatteur excessif, Il loua la colère Et la griffe du prince, et l'antre et cette odeur, ib. VII, 7 dans LOUER
L'autre jour, suivant à la trace Deux ânes, qui, prenant tour à tour l'encensoir, Se louaient tour à tour, comme c'est la manière, Fabl. XI, 5 dans LOUER
Pour un qui s'en louera, dix mille s'en plaindront, Fabl. IV, 2 dans LOUER
Je ne parle point des campements et des marches, bien qu'en cet article seul je trouve de quoi donner à M. le Prince [Condé], je n'oserais dire la préférence [sur Alexandre et César], encore que j'en sois tenté, mais la concurrence du moins, et en cela je crois être un loueur modeste, Lett. XI dans LOUEUR, EUSE
Gratis est mort ; plus d'amour sans payer ; En beaux louis se content les fleurettes, à femme avare. dans LOUIS
L'hôtesse, ayant reconnu son erreur, Tint quelque temps le loup par les oreilles, Berc. dans LOUP
Quiconque est loup agisse en loup ; C'est le plus certain de beaucoup, Fabl. III, 3 dans LOUP
Ne forçons point notre talent ; Nous ne ferions rien avec grâce ; Jamais un lourdaud, quoi qu'il fasse, Ne saurait passer pour galant, Fabl. IV, 5 dans LOURDAUD, AUDE
Au bout de quelque temps que messieurs les louvats Se virent loups parfaits, Fabl. III, 13 dans LOUVAT
Le prince [le lion] à ses sujets étalait sa puissance ; En son louvre il les invita ; Quel louvre ! un vrai charnier, dont l'odeur se porta D'abord au nez des gens, Fabl. VII, 7 dans LOUVRE
Tout est pour eux [les amants] bon gîte et bon logis, Sans regarder si c'est Louvre ou cabane, Cuv. dans LOUVRE
Toute peine, dit-on, est digne de loyer, Fabl. XII, 22 dans LOYER
Et, sans considérer quel sera le loyer D'une action de ce mérite, Fabl. VI, 13 dans LOYER
L'ombrage n'était pas le seul bien qu'il [l'arbre] sût faire ; Il courbait sous les fruits, cependant pour salaire Un rustre l'abattait, c'était là son loyer, ib. X, 2 dans LOYER
Laissez mon voile, esprit de Lucifer, Psaut. dans LUCIFER
Lucifer, chef des infernales cours, Pour éviter les traits de ta furie, Escobar sait un chemin de velours, Ballade sur Escobar. dans LUCIFER
Si don coursier voulait.... Lui loup, gratis, le guérirait, Fabl. V, 8 dans LUI
Notre chien.... Voulut avoir sa part ; et, lui sage, il leur dit : Point de courroux, messieurs, mon lopin me suffit, ib. VIII, 7 dans LUI
Le temps qui détruit tout, respectant votre appui, Me laissera franchir les ans dans cet ouvrage ; Tout auteur qui voudra vivre encore après lui Doit s'acquérir votre suffrage, Fabl. à Mme de Montespan. dans LUI
La lune, alors luisant, semblait contre le sire, Vouloir favoriser la dindonnière gent, Fabl. XII, 18 dans LUIRE
Prendre la lune aux dents serait moins difficile, Cand. dans LUNE
La lunettière [la femme portant lunettes], Lun. dans LUNETTIER
On peut donner du lustre à leurs inventions [des anciens] ; On le peut, je l'essaie ; un plus savant le fasse, Fabl. II, 1 dans LUSTRE
Pâleur.... dont la cause était telle, Qu'elle donnait du lustre à notre belle, Court. dans LUSTRE
Puis cet homme et son fils le portent [l'âne] comme un lustre, Fabl. III, 1 dans LUSTRE
Notre ami monsieur le luiton, Ch. imposs. dans LUTIN
Que leur exemple [de Castor et de Pollux] était aux lutteurs glorieux, Fabl. I, 14 dans LUTTEUR
Il lit au front de ceux qu'un vain luxe environne Que la Fortune vend ce qu'on croit qu'elle donne, Phil. et Baucis. dans LUXE
Lynx envers nos pareils et taupes envers nous, Fabl. I, 7 dans LYNX
Malherbe avec Racan parmi les choeurs des anges, Là-haut de l'Éternel célébrant les louanges, Ont emporté leur lyre, Épître VIII dans LYRE
Elle [l'alouette] avait évité la perfide machine [un piége], Fabl. VI, 15 dans MACHINE
Ils [les cartésiens] disent donc Que la bête est une machine.... Telle est la montre qui chemine à pas toujours égaux, aveugle et sans dessein, Fabl. X, 1 dans MACHINE
En est-il un plus pauvre en la machine ronde ?, Fabl. I, 16 dans MACHINE
Lui-même ouvrit ce coffre et rendit bien surpris Tous les machineurs d'impostures, Fabl. X, 10 dans MACHINEUR
....Il faudra qu'on pâtisse Du combat qu'a causé madame la génisse, Fabl. II, 4 dans MADAME
Comment ! disait-il [l'âne].... Ce chien, parce qu'il est mignon, Vivra de pair à compagnon Avec monsieur, avec madame, Et j'aurai des coups de bâton !, Fabl. IV, 3 dans MADAME
Un renard, jeune encor, quoique des plus madrés, Vit le premier cheval qu'il eût vu de sa vie, Fabl. XII, 17 dans MADRÉ, ÉE
À la Saint-Jean, je promets madrigaux, Courts et troussés et de taille mignonne ; Longue lecture en été n'est pas bonne, Poés. mêlées, IX dans MADRIGAL
La voilà, pour conclusion, Grasse, mafflue et rebondie, Fabl. III, 17 dans MAFFLÉ, ÉE et MAFFLU, UE
Parlez au diable, employez la magie ; Vous ne détournerez nul être de sa fin, Fabl. IX, 7 dans MAGIE
Pour moi, j'ai déjà vu le maritime empire, J'ai passé les déserts, mais nous n'y bûmes point ; D'un certain magister le rat tenait ces choses..., Fabl. VIII, 9 dans MAGISTER
D'un magistrat ignorant C'est la robe qu'on salue, Fabl. V, 14 dans MAGISTRAT
Il [le roi] ne trouva partout que médiocrité, Louanges du désert et de la pauvreté ; C'étaient là ses magnificences [du berger devenu ministre], Fabl. X, 10 dans MAGNIFICENCE
Le magnifique était un nom de guerre Qu'on lui donna ; bien l'avait mérité, Magn. dans MAGNIFIQUE
Vous parlez magnifiquement De cinq ou six contes d'enfant, Fabl. II, 1 dans MAGNIFIQUEMENT
Notre magot prit pour ce coup Le nom d'un port pour un nom d'homme, Fabl. IV, 7 dans MAGOT
Le malheureux, n'osant presque répondre, Court au magot, et dit : c'est tout mon fait, Paysan. dans MAGOT
Vous êtes maigre entrée, il faut maigre sortir, III, 17 dans MAIGRE
Ce lion fut pris dans des rets Dont ses rugissements ne le purent défaire ; Sire rat accourut, et fit tant par ses dents Qu'une maille rongée emporta tout l'ouvrage, Fabl. II, 8 dans MAILLE
De nouveauté dans mon fait il n'est maille, Juge. dans MAILLE
Tendrons plus que maillés et beaux par excellence, Fér. dans MAILLÉ, ÉE
Et grâce aux dons de la nature, La main est le plus sûr et le plus prompt secours, Fabl. X, 16 dans MAIN
Elle donna les mains par pénitence, Mandr. dans MAIN
Je crois voir en ceci l'image d'une ville Où l'on met les deniers à la merci des gens, Échevins, prévôt des marchands : Tout fait sa main ; le plus habile Donne aux autres l'exemple, et c'est un passe-temps De leur voir nettoyer un monceau de pistoles, Fabl. VIII, 7 dans MAIN
Les voleurs ne sont pas Gens honteux ni fort délicats : Celui-ci fit sa main, ib. IX, 15 dans MAIN
À pleines mains il vous jetait l'argent, Faucon. dans MAIN
Du reste [un chien, dont les oreilles sont coupées] ayant d'oreille autant que sur ma main, Un loup n'eût su par où le prendre, Fabl. X, 9 dans MAIN
Et la dernière main que met à sa beauté Une femme allant en conquête, C'est un ajustement des mouches emprunté, Fabl. IV, 3 dans MAIN
Elle [l'alouette] avait évité la perfide machine, Lorsque, se rencontrant sous la main de l'oiseau, Elle sent son ongle...., Fabl. VI, 15 dans MAIN
Un rossignol tomba dans ses mains [du milan] par malheur, ib. IX, 18 dans MAIN
Maint voisin charitable entretient ses ennuis, Filles de Min. dans MAINT, MAINTE
Moyennant quoi, votre salaire Sera force reliefs de toutes les façons, Os de poulets, os de pigeons, Sans parler de mainte caresse, Fabl. I, 5 dans MAINT, MAINTE
J'ai maints chapitres vus Qui pour néant se sont ainsi tenus, Fabl. II, 2 dans MAINT, MAINTE
Princes et rois et la tourbe menue Jetaient maint pleur, poussaient maint et maint cri, Belph. dans MAINT, MAINTE
Elle [la grandeur royale].... Maintient le laboureur, donne paie au soldat, Fabl. III, 2 dans MAINTENIR
La dame était de gracieux maintien, Coc. dans MAINTIEN
Un mien cousin est juge maire, Fabl. IV, 7 dans MAIRE
Le malheureux lion.... Bat l'air qui n'en peut mais, Fabl. II, 9 dans MAIS
[Le vent] Siffle, souffle, tempête, et brise en son passage Maint toit qui n'en peut mais, fait périr maint bateau, ib. VI, 3 dans MAIS
Sacrifiant à sa mélancolie Mainte perdrix qui, las ! ne pouvait mais Des cruautés de madame Clitie, Faucon. dans MAIS
J'aurai beau protester ; mon dire et mes raisons Iront aux Petites-Maisons, Fabl. V, 4 dans MAISON
L'île fut lors donnée en apanage à Lucifer ; c'est sa maison des champs, Papef. dans MAISON
Flatter ceux du logis, à son maître complaire, Fabl. I, 5 dans MAÎTRE
Jean Lapin allégua la coutume et l'usage : Ce sont, dit-il, leurs lois qui m'ont de ce logis Rendu maître et seigneur, ib. VII, 16 dans MAÎTRE
On frappe à l'huis ; le logis aux verrous Était fermé ; la femme à la fenêtre Court en disant : celui-là frappe en maître : Serait-ce point par malheur mon époux ?, Rémois. dans MAÎTRE
Mais quand nous serions rois, que donner à des dieux ? C'est le coeur qui fait tout : que la terre et que l'onde Apprêtent un repas pour les maîtres du monde, Phil. et Bauc. dans MAÎTRE
Du palais d'un jeune lapin, Dame belette, un beau matin, S'empara : c'est une rusée ; Le maître étant absent, ce lui fut chose aisée, Fabl. VII, 16 dans MAÎTRE
Il n'est, pour voir, que l'oeil du maître, Fabl. IV, 21 dans MAÎTRE
Le lion, pour bien gouverner, Voulant apprendre la morale, Se fit un beau jour amener Le singe, maître ès arts chez la gent animale, Fabl. XI, 5 dans MAÎTRE
Par cet endroit passe un maître d'école, Fabl. I, 19 dans MAÎTRE
Mais il faut réserver à d'autres cet emploi [de vous louer, Mme de Montespan] ; Et d'un plus grand maître [Louis XIV] que moi Votre louange est le partage, Fabl. VII, à Mme de Montespan. dans MAÎTRE
Celui-ci ne voyait pas plus loin que son nez ; L'autre était passé maître en fait de tromperie, Fabl. III, 5 dans MAÎTRE
Que l'on m'amène un âne, un âne renforcé, Je le rendrai maître passé, ib. VI, 19 dans MAÎTRE
Ô toi qui peins d'une façon galante, Maître passé dans Cythère et Paphos, Imit. dans MAÎTRE
Le vieux [castor] y fait marcher le jeune sans relâche ; Maint maître d'oeuvre y court, et tient haut le bâton, Fabl. X, 1 dans MAÎTRE
J'ai vu dans le palais une robe mal mise Gagner gros ; les gens l'avaient prise Pour maître tel, qui traînait après soi Force écoutants, Fabl. VII, 15 dans MAÎTRE
Un jour, au coin du feu, nos deux maîtres fripons Regardaient rôtir des marrons, Fabl. IX, 17 dans MAÎTRE
Oh ! combien de Césars deviendront Laridons !, Fabl. VIII, 24 dans MAJUSCULE
....Quand le mal est certain, La plainte ni la peur ne change le destin, Fabl. VIII, 12 dans MAL, ALE
Une montagne en mal d'enfant, Fabl. V, 10 dans MAL, ALE
Le mal est que dans l'an s'entremêlent des jours Qu'il faut chômer..., Fabl. VIII, 20 dans MAL, ALE
Est-on sot, étourdi, prend-on mal ses mesures, On pense en être quitte en accusant son sort, Fabl. V, 11 dans MAL, ALE
Bien qu'au moins mal qu'il pût il ajustât l'histoire, Le loup fut un sot de le croire, ib. XI, 6 dans MAL, ALE
Amour fit une gambade, Et le petit scélérat Me dit : pauvre camarade, Mon arc est en bon état, Mais ton coeur est bien malade, Imit. d'Anacréon. dans MALADE
Le médecin Tant-pis allait voir un malade Que visitait aussi son confrère Tant-mieux, Fabl. V, 12 dans MALADE
Ils [deux médecins] triomphaient encor sur cette maladie : L'un disait : il est mort, je l'avais bien prévu ; S'il m'eût cru, disait l'autre, il serait plein de vie, Fabl. V, 12 dans MALADIE
S'il en faut faire autant afin que l'on me flatte, Cela n'est pas bien malaisé, Fabl. IV, 5 dans MALAISÉ, ÉE
Dans un chemin montant, sablonneux, malaisé, Et de tous les côtés au soleil exposé, Fabl. VII, 9 dans MALAISÉ, ÉE
Tiennette n'a ni suros ni malandre, Troq. dans MALANDRE
Le galant [le renard] aussitôt Tire ses grègues, gagne au haut, Malcontent de son stratagème, Fabl. II, 15 dans MALCONTENT, ENTE
Mazet était beau mâle, Mazet. dans MÂLE
Pour empêcher que son fils N'ait comme lui le même malencombre, la Coupe enchantée, sc. 1 dans MALENCOMBRE
Le cheval lui desserre Un coup ; et haut le pied ; voilà mon loup par terre, Mal-en-point, sanglant et gâté, Fabl. XII, 17 dans MAL-EN-POINT
Bertrand avec Raton, l'un singe et l'autre chat, Commensaux d'un logis, avaient un commun maître ; D'animaux malfaisants c'était un très bon plat, Fabl. IX, 17 dans MALFAISANT, ANTE
Princesse des oiseaux, il vous est fort facile D'enlever malgré moi ce pauvre malheureux, Fabl. II, 8 dans MALGRÉ
Enfin, n'en pouvant plus d'efforts et de douleur, Il met bas son fagot, il songe à son malheur, Fabl. I, 16 dans MALHEUR
Un petit bout d'oreille échappé par malheur Découvrit la fourbe et l'erreur, Fabl. V, 21 dans MALHEUR
Quand le malheur ne serait bon Qu'à mettre un sot à la raison, Toujours serait-ce à juste cause Qu'on le dit bon à quelque chose, Fabl. VI, 7 dans MALHEUR
Je crains, dit-il, les ruses du malin, Herm. dans MALIN, MALIGNE
Il a un malin vouloir, il a du malin vouloir contre moi.... Ce doucet est un chat Qui, sous son minois hypocrite, Contre toute ta parenté, D'un malin vouloir est porté, Fabl. VI, 5 dans MALIN, MALIGNE
L'un et l'autre vaisseau Malmené du combat...., Fiancée. dans MALMENÉ, ÉE
Se trouvant à la fin tout aise et tout heureuse De rencontrer un malotru, Fabl. VII, 5 dans MALOTRU, UE
La bique allant remplir sa traînante mamelle, Fabl. IV, 15 dans MAMELLE
Ésope conte qu'un manant, Charitable autant que peu sage, Un jour d'hiver se promenant à l'entour de son héritage, Aperçut un serpent sur la neige étendu, Fabl. VI, 13 dans MANANT
Un amateur de jardinage Demi bourgeois, demi manant, ib. IV, 4 dans MANANT
L'homme enfin la prie humblement [la forêt] De lui laisser tout doucement Emporter une unique branche, Afin de faire un autre manche, Fabl. XII, 16 dans MANCHE
Et si je meurs, il [le roi] veut avoir Un manchon de ma peau [la peau du léopard], tant elle est bigarrée, Fabl. IX, 3 dans MANCHON
Il manda donc par députés Ses vassaux de toute nature, Fabl. VII, 7 dans MANDER
Celui-ci [le roi lion] parmi chaque espèce Manda des médecins, ib. VIII, 3 dans MANDER
L'autre [le cheval], qui s'en doutait, lui lâche [au loup] une ruade Qui vous lui met en marmelade Les mandibules et les dents, Fabl. V, 8 dans MANDIBULE
Vengez la reine, immolez tous Ce traître à ses augustes mânes, Fabl. VIII, 14 dans MÂNES
Soyons bien buvants, bien mangeants, Nous devons à la mort de trois l'un en dix ans, Fabl. VI, 19 dans MANGEANT, ANTE
Manger l'herbe d'autrui ! quel crime abominable !, Fabl. VII, 1 dans MANGER
Qu'importe qui vous mange, homme ou loup ? toute panse Me paraît une à cet égard, ib. X, 4 dans MANGER
Dedans l'esprit il me vint aussitôt De l'étrangler, de lui manger la vue, Coc. dans MANGER
Messire Jean, est-ce quelqu'un d'étrange [étranger] ? Que craignez-vous ? hé quoi ! qu'il ne vous mange ?, Jument. dans MANGER
Jean s'en alla comme il était venu, Mangeant le fonds avec le revenu, Épitaphe. dans MANGER
Et ce financier se plaignait Que les soins de la Providence N'eussent pas au marché fait vendre le dormir, Comme le manger et le boire, Fabl. VIII, 2 dans MANGER
J'ai des fruits, j'ai du lait : ce n'est peut-être pas De nosseigneurs les ours le manger ordinaire, ib. VIII, 10 dans MANGER
Par lui [l'amour] les loups deviennent des moutons ; Il fait si bien que l'on n'est plus le même, Témoin Hercule, et témoin Polyphême, Mangeur de gens...., Court. dans MANGEUR, EUSE
Il leur apprit à leurs dépens, Que l'on ne doit jamais avoir de confiance En ceux qui sont mangeurs de gens, Fabl. X, 4 dans MANGEUR, EUSE
Nous ne trouvons que trop de mangeurs ici-bas ; Les uns sont courtisans, les autres magistrats, ib. XII, 13 dans MANGEUR, EUSE
....Or çà je t'apprendrai Les mots, la guise et toute la manière Par où jument bien faite et poulinière Auras de jour, belle femme la nuit, Jument. dans MANIÈRE
Après que le milan, manifeste voleur, Eut répandu l'alarme en tout le voisinage, Fabl. IX, 18 dans MANIFESTE
Peu s'en fallut que le soleil Ne rebroussât d'horreur vers le manoir liquide, Fabl. XI, 3 dans MANOIR
Le lacs était tout prêt ; il n'y manquait qu'un homme, Fabl. IX, 16 dans MANQUER
L'artisan exprima si bien Le caractère de l'idole, Qu'on trouva qu'il ne manquait rien à Jupiter que la parole, Fabl. IX, 6 dans MANQUER
....Tout lui manque à la fois, Les sens et les esprits, aussi bien que la voix, Filles de Min. dans MANQUER
Il se jette à côté, se met sur le propos De Castor et Pollux ; ne manque pas d'écrire Que leur exemple était aux lutteurs glorieux, Fabl. I, 13 dans MANQUER
Le juge prétendait qu'à tort et à travers On ne saurait manquer condamnant un pervers, Fabl. II, 2 dans MANQUER
Les vertus devraient être soeurs, Ainsi que les vices sont frères ; Dès que l'un de ceux-ci s'empare de nos coeurs, Tous viennent à la file ; il ne s'en manque guères, Fabl. VIII, 25 dans MANQUER
Bon manteau bien doublé, bonne étoffe bien forte, Fabl. VI, 3 dans MANTEAU
Un ignorant hérita D'un manuscrit qu'il porta Chez son voisin le libraire : Je crois, dit-il, qu'il est bon, Mais le moindre ducaton Serait bien mieux mon affaire, Fabl. I, 20 dans MANUSCRIT, ITE
Un rat plein d'embonpoint, gras et des mieux nourris, Et qui ne connaissait l'avent ni le carême, Sur le bord d'un marais égayait ses esprits, Fabl. IV, 11 dans MARAIS
Peuple hérétique et maran, Virelai sur les Hollandais. dans MARANE
Cependant l'humble toit devient temple ; et ses murs Changent leur frêle enduit aux marbres les plus durs, Phil. et Baucis. dans MARBRE
Un bloc de marbre était si beau Qu'un statuaire en fit l'emplette : Qu'en fera, dit-il, mon ciseau ? Sera-t-il dieu, table ou cuvette ?, Fabl. IX, 6 dans MARBRE
L'un des deux compagnons grimpe au faîte d'un arbre ; L'autre, plus froid que n'est un marbre, Se couche sur le nez, fait le mort, tient son vent, Fabl. V, 20 dans MARBRE
Hispal haranguait de façon Qu'il aurait échauffé des marbres, Fiancée. dans MARBRE
De la gent marcassine et de la gent aiglonne, Fabl. III, 6 dans MARCASSIN
Le plus petit marchand est savant sur ce point : Pour sauver son crédit, il faut cacher sa perte, Fabl. XII, 7 dans MARCHAND, ANDE
Quand vous seriez impératrice, Je vous dis que ce pèlerin A de quoi marchander non pas une mortelle, Mais la déesse la plus belle, Petit chien. dans MARCHANDER
Çà, dépêchons : c'est par trop marchander, Jum. dans MARCHANDER
Sire Guillaume, allant en marchandise...., Fais. dans MARCHANDISE
Et le financier se plaignait Que les soins de la Providence N'eussent pas au marché fait vendre le dormir, Comme le manger et le boire, Fabl. VIII, 2 dans MARCHÉ
Il est force gens comme lui, Qui prétendent n'agir que pour leur propre compte, Et qui font le marché d'autrui, Fabl. VIII, 13 dans MARCHÉ
Ce meurtre [du coq] n'amenda nullement leur marché [des servantes] ; Notre couple au contraire, à peine était couché Que la vieille craignant de laisser passer l'heure...., Fabl. V, 6 dans MARCHÉ
....Le maître et la servante ayant fait leur marché, Gag. dans MARCHÉ
Il [un mulet] marchait d'un pas relevé, Et faisait sonner sa sonnette, Fabl. I, 4 dans MARCHER
L'archer Voit le long d'un sillon une perdrix marcher, ib. VIII, 27 dans MARCHER
Le temps, qui toujours marche, avait pendant deux nuits Échancré, selon l'ordinaire, De l'astre au front d'argent la face circulaire, Fabl. XI, 6 dans MARCHER
Ne te donna-t-on pas des avis, quand la cause Du marcher et du mouvement, Quand les esprits, le sentiment, Quand tout faillit en toi ?, Fabl. VIII, 1 dans MARCHER
Un rat des plus petits voyait un éléphant Des plus gros, et raillait le marcher un peu lent De la bête de haut parage, Fabl. VIII, 15 dans MARCHER
Elle [la grenouille] allégua pourtant les délices du bain, La curiosité, le plaisir du voyage, Cent raretés à voir le long du marécage, Fabl. IV, 11 dans MARÉCAGE
....La gent marécageuse, Gent fort sotte et fort peureuse, S'alla cacher sous les eaux, Fabl. III, 4 dans MARÉCAGEUX, EUSE
Là croissait à plaisir l'oseille et la laitue, De quoi faire à Margot pour sa fête un bouquet, Fabl. IV, 2 dans MARGOT
L'aigle, reine des airs, avec margot la pie.... Traversaient un bout de prairie, Fabl. XII, 11 dans MARGOT
Certaine fille un peu trop fière Prétendait trouver un mari, Jeune, bien fait et beau, d'agréable manière, Point froid et point jaloux : notez ces deux points-ci, Fabl. VII, 5 dans MARI
Un homme de moyen âge Et tirant sur le grison Jugea qu'il était saison De songer au mariage ; Il avait du comptant, Et partant De quoi choisir ; toutes voulaient lui plaire, Fabl. I, 17 dans MARIAGE
Une avait pris un peintre en mariage, Rém. dans MARIAGE
Nous y voyons pratiquer cet usage, Demi-amour et demi-mariage, Table d'attente, avant-goût de l'hymen, Rém. dans MARIAGE
Pour moi, j'ai déjà vu le maritime empire, Fabl. VIII, 9 dans MARITIME
Le sort, ami du marjolet, Écarte ainsi toutes les détestables, Lun. dans MARJOLET
L'autre.... lui lâche une ruade Qui vous lui met en marmelade Les mandibules et les dents, Fabl. V, 8 dans MARMELADE
Et nous les réduirons [les loups et autres carnassiers] Aux mets de l'âge d'or autant que nous pourrons ! Ils n'auront ni croc ni marmite !, Fabl. X, 6 dans MARMITE
....Un certain marmiton Nomma celui-ci [chien] Laridon, Fabl. VIII, 24 dans MARMITON
Que, quelque jour, ce beau marmot Vienne au bois cueillir la noisette...., Fabl. IV, 16 dans MARMOT
Il n'est marmot osant crier, Que du loup aussitôt la mère ne menace, ib. X, 6 dans MARMOT
Faites-bien mes recommandations à notre marmot, et dites-lui que peut-être j'amènerai de ce pays-là quelque beau petit chaperon [petite fille] pour le faire jouer, Lettre V, à sa femme. dans MARMOT
....Quand la race escarbote Est en quartier d'hiver, et, comme la marmotte, Se cache et ne voit point le jour, Fabl. II, 8 dans MARMOTTE
Faisons au galant une marque, Pour le pouvoir demain connaître mieux, Mul. dans MARQUE
Appétit tel qu'Alibech avait crainte Que quelque jour son fruit n'en fût marqué, Diable. dans MARQUÉ, ÉE
Il tourne à l'entour du troupeau, Marque entre cent moutons le plus gras, le plus beau, Fabl. II, 16 dans MARQUER
Il [le roi] veut avoir Un manchon de ma peau, tant elle est bigarrée, Pleine de taches, marquetée, Fabl. IX, 3 dans MARQUETÉ, ÉE
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs ; Tout petit prince a des ambassadeurs ; Tout marquis veut avoir des pages, Fabl. I, 3 dans MARQUIS
De là les monts chacun veut être comte, Ici marquis, baron peut-être ailleurs, Fauc. dans MARQUIS
Et moi de tous les trois [frères] j'ai tiré de l'argent ; Le premier est, je crois, marquis, le second comte, Et l'autre chevalier, les Trois frères rivaux, sc. 1 dans MARQUIS
Chevalier, dites-vous ; oh ! ne vous en déplaise, Vous serez bien comtesse. - Elle comtesse, bon ! Elle sera marquise, ib. sc. 9 dans MARQUIS
La dame de ces biens, quittant d'un oeil marri Sa fortune ainsi répandue, Fabl. VIII, 10 dans MARRI, IE
Tire-moi ces marrons ; si Dieu m'avait fait naître Propre à tirer marrons du feu, Certes marrons verraient beau jeu, Fabl. IX, 17 dans MARRON
Oh ! oh ! quelle caresse et quelle mélodie ! Dit le maître aussitôt, holà, Martin-bâton ! Martin-bâton accourt, l'âne change de ton, Fabl. IV, 5 dans MARTIN-BÂTON
Un petit bout d'oreille échappé par malheur Découvrit la fourbe et l'erreur ; Martin fit alors son office, ib. V, 21 dans MARTIN-BÂTON
....Et d'un commun martyre Tous deux brûlaient, sans oser se le dire, Fiancée. dans MARTYRE
....Oh ! oh ! monsieur notre barbon, Notre législateur, notre homme d'ambassade, Vous êtes, à cet âge, homme de mascarade !, Petit chien. dans MASCARADE
Les grands, pour la plupart, sont masques de théâtre ; Leur apparence impose au vulgaire idolâtre, Fabl. IV, 14 dans MASQUE
De pilastres massifs les cloisons revêtues En moins de deux instants s'élèvent jusqu'aux nues, Phil. et Bauc. dans MASSIF, IVE
Pour tuer une puce, il voulait obliger Ces dieux [Jupiter et Hercule] à lui prêter leur foudre et leur massue, Fabl. VIII, 5 dans MASSUE
Le pigeon profita du conflit des voleurs, S'envola, s'abattit auprès d'une masure, Fabl. IX, 2 dans MASURE
Sur nos deux mers nos matelots, Quelqu'inconstants que soient les flots, Sauront ménager pour nos voiles L'aide des vents et des étoiles, Lett. XXIV dans MATELOT
Le sort se plaît à dispenser les choses De la façon ; c'est tout mal ou tout bien ; Dans ses faveurs il n'a point de mesures ; Dans son courroux de même il n'omet rien Pour nous mater...., Orais. dans MATER
Quatre Mathusalem bout à bout ne pourraient Mettre à fin ce qu'un seul désire, Fabl. VIII, 25 dans MATHUSALEM
Je subtiliserais un morceau de matière, Que l'on ne pourrait plus concevoir sans effort, Quintessence d'atome, extrait de la lumière, Je ne sais quoi plus vif et plus mobile encor Que le feu...., Fabl. X, 1 dans MATIÈRE
Pendant ces derniers temps, combien en a-t-on vus Qui du soir au matin sont pauvres devenus Pour vouloir trop tôt être riches !, Fabl. V, 13 dans MATIN
Notre homme, un beau matin, Va chercher compagnie, Fabl. VIII, 10 dans MATIN
...j'ai le roi des maris... Il ne faut pas se lever trop matin, Pour lui prouver que trois et deux font quatre, Gag. dans MATIN
Mais il fallait livrer bataille, Et le mâtin était de taille à se défendre hardiment, Fabl. I, 5 dans MATIN
Tous les gens querelleurs jusqu'aux simples mâtins, Au dire de chacun, étaient de petits saints, ib. VII, 1 dans MATIN
Souffrirons-nous, braves gens que nous sommes, Qu'un pirate à nos yeux se gorge de butin, Qu'il traite comme esclave une beauté divine ? Allons tirer notre voisine D'entre les griffes du mâtin, Fianc. dans MATIN
Anténor, le premier, sort des bras du sommeil, Et vient au rendez-vous attendre le soleil ; La déesse des bois n'est point si matinale, Adonis. dans MATINAL, ALE
Lui berger pour plus de ménage Aurait deux ou trois mâtineaux, Qui, lui dépensant moins, veilleraient aux troupeaux Bien mieux que cette bête seule, Fabl. VIII, 13 dans MÂTINEAU
Tant lui donna du retour de matines...., Herm. dans MATINES
Les coqs, lui disait-il, ont beau chanter matin, Je suis plus matineux encore, Fabl. VII, 11 dans MATINEUX, EUSE
Un vieux coq adroit et matois, Fabl. II, 15 dans MATOIS, OISE
Le chat dit au renard : fouille en ton sac, ami ; Cherche en ta cervelle matoise Un stratagème sûr, Fabl. IX, 14 dans MATOIS, OISE
Mais d'où vient qu'au renard Ésope accorde un point, C'est d'exceller en tours pleins de matoiserie ?, Fabl. XI, 6 dans MATOISERIE
Chaque rat rentre dans son trou : Et, si quelqu'un en sort, gare encor le matou, Fabl. XII, 26 dans MATOU
Il prit pour héritière.... Iole qui mouilla de pleurs son mausolée, Filles de Minée. dans MAUSOLÉE
Un renard, son voisin, d'assez mauvaise vie, Fabl. II, 3 dans MAUVAIS, AISE
On ne peut trop louer trois sortes de personnes, Les dieux, sa maîtresse et son roi ; Malherbe le disait, j'y souscris quant à moi ; Ce sont maximes toujours bonnes, Fabl. I, 14 dans MAXIME
Prends ton pic, et me romps ce caillou qui te nuit ; Comble-moi cette ornière...., Fabl. VI, 18 dans ME
Ce n'était pas un sot, non, non, et croyez-m'en Que le chien de Jean de Nivelle, Fabl. VIII, 21 dans ME
Voilà, dit-il [Xanthus], la pâtisserie la plus méchante que j'ai jamais mangée ; il faut brûler l'ouvrière, car elle ne fera de sa vie rien qui vaille, Vie d'Ésope. dans MÉCHANT, ANTE
Et vous, qui dédiez à messieurs les gens de finance De méchants livres bien payés, Fabl. VIII, 19 dans MÉCHANT, ANTE
Le ciel eut pour ces voeux une bonté cruelle ; Souvent sa complaisance a de méchants effets, Fabl. VII, 17 dans MÉCHANT, ANTE
Ce qu'on donne aux méchants toujours on le regrette, Fabl. II, 7 dans MÉCHANT, ANTE
Il faut faire aux méchants guerre continuelle, ib. III, 13 dans MÉCHANT, ANTE
Tenez entre eux divisés les méchants ; La sûreté du reste de la terre Dépend de là ; semez entre eux la guerre, Ou vous n'aurez avec eux nulle paix, ib. VII, 8 dans MÉCHANT, ANTE
Le pis de leur méchef Fut qu'aucun d'eux ne put venir à chef De son dessein, Rémois. dans MÉCHEF
Car il trouvait toujours du mécompte à son fait, Fabl. XII, 3 dans MÉCOMPTE
S'il ne l'eût dite [l'oraison de Saint-Julien], il eût trouvé mécompte à son argent, et mal passé la nuit, Orais. dans MÉCOMPTE
On en pourra gloser, on en pourra mécroire, Fiancée. dans MÉCROIRE
Mais il ne faut telles choses mécroire, Aveux. dans MÉCROIRE
Puisqu'on plaide, et qu'on meurt, et qu'on devient malade, Il faut des médecins, il faut des avocats, Fabl. XII, 27 dans MÉDECIN
L'autre [la goutte] tout au rebours, voyant les palais pleins De ces gens nommés médecins, Ne crut pas y pouvoir demeurer à son aise, ib. III, 8 dans MÉDECIN
Le médecin Tant-pis visitait un malade Que visitait aussi son confrère Tant-mieux, ib. V, 12 dans MÉDECIN
Celui-ci [le lion] parmi chaque espèce Mande des médecins ; il en est de tous arts ; Médecins au lion viennent de toutes parts, Fabl. VIII, 3 dans MÉDECIN
Il en coûte à qui vous réclame, Médecins du corps et de l'âme, Fabl. XII, 6 dans MÉDECIN
Elle employa sa médiation Pour accorder une telle querelle, Fabl. VII, 8 dans MÉDIATION
Retirez-vous, trésors ; fuyez : et toi, déesse, Mère du bon esprit, compagne du repos, Ô médiocrité, reviens vite !, Fabl. VII, 6 dans MÉDIOCRITÉ
Il était expérimenté, Et savait que la méfiance Est mère de la sûreté, Fabl. III, 18 dans MÉFIANCE
Ce loup rencontre un dogue aussi puissant que beau, Gras, poli, qui s'était fourvoyé par mégarde, Fabl. I, 5 dans MÉGARDE
À Tisiphone et Mégère Il [Mercure] préféra, dit-on, L'impitoyable Alecton [pour punir les hommes], Fabl. VIII, 20 dans MÉGÈRE
Il est bon de parler et meilleur de se taire, Fabl. VIII, 10 dans MEILLEUR, EURE
Il fondait là-dessus l'achat d'une feuillette Du meilleur vin des environs, Fabl. VII, 11 dans MEILLEUR, EURE
La raison du plus fort est toujours la meilleure, ib. I, 10 dans MEILLEUR, EURE
Et fait tirer du meilleur cependant, Orais. dans MEILLEUR, EURE
Non pas cela, dit l'homme, il fait meilleur chez nous, Fabl. IV, 13 dans MEILLEUR, EURE
Je n'irai, par monts ni par vaux, M'exposer au vent, à la pluie ; Je vivrai sans mélancolie, Fabl. IV, 3 dans MÉLANCOLIE
Le mélancolique animal [lièvre].... Entend un léger bruit ; ce lui fut un signal Pour s'enfuir devers sa tanière, Fabl. II, 14 dans MÉLANCOLIQUE
J'aime le jeu, l'amour, les livres, la musique, La ville et la campagne, enfin tout ; il n'est rien Qui ne me soit souverain bien, Jusqu'au sombre plaisir d'un coeur mélancolique, Psyché, II, p. 217 dans MÉLANCOLIQUE
Trouvant un bien fort grand, mais fort mêlé d'affaires, Fabl. IV, 18 dans MÊLÉ, ÉE
Il fallut que l'amour Se mêlât seul de ses affaires, Coupe. dans MÊLER
L'on se guérit ; l'on guérit sa monture, Soit du farcin, soit de la mémarchure, Orais. dans MÉMARCHURE
De travailler pour lui [l'estomac] les membres se lassant, Chacun d'eux résolut de vivre en gentilhomme, Sans rien faire...., Fabl. III, 2 dans MEMBRE
Il voit au feu le membre Accompagné de maint et maint pigeon, Rém. dans MEMBRE
Ta femme, étant jument forte et membrue, Ira plus vite, Jument. dans MEMBRU, UE
Une chèvre, un mouton, avec un cochon gras, Montés sur même char s'en allaient à la foire, Fabl. VIII, 12 dans MÊME
Et, par même moyen, savoir vos sentiments, Florentin. SC. 7 dans MÊME
Sa bonté toujours même est encor dans sa fleur, l'Eunuque, I, 1 dans MÊME
Même il m'est arrivé quelquefois de manger Le berger, Fabl. VII, 1 dans MÊME
Ami, dit-il, je sais que tu me quittes ; Même l'on veut que j'en craigne les suites, ib. VIII, 18 dans MÊME
Même l'on dit que l'ouvrier Eut à peine achevé l'image Qu'on le vit frémir le premier Et redouter son propre ouvrage, ib. IX. 6 dans MÊME
....Vous voyez Ce que nous possédons, et nous-même à vos pieds, Filles de Minée. dans MÊME
Assurément de mémoire on l'a fait [mon portrait], Confid. dans MÉMOIRE
Certain jeune garçon De Lamporech, si j'ai bonne mémoire, Mazet. dans MÉMOIRE
Mais vous, madame, à qui ressemblez-vous ? À nul objet, et je n'ai point mémoire D'en avoir vu qui m'ait semblé si doux, Orais. dans MÉMOIRE
Vous en avez, j'en ai bonne mémoire, ib. dans MÉMOIRE
Thémis n'avait point travaillé, De mémoire de singe, à fait plus embrouillé, Fabl. II, 3 dans MÉMOIRE
Ésope le menaça que ses mauvais traitements seraient sus, Vie d'Ésope. dans MENACER
Un tonnelier et sa femme Nanon Entretenaient un ménage assez mince, Cuv. dans MENAGE
Car avec rien on montait un ménage, Herm. dans MENAGE
Lui, berger, pour plus de ménage Aurait deux ou trois mâtineaux Qui, lui dépensant moins, veilleraient aux troupeaux, Fabl. VIII, 18 dans MENAGE
Certain riche bourgeois s'étant mis en ménage, Contr. dans MENAGE
Lorsqu'on met une fille en ménage, Cal. dans MENAGE
À votre père ai-je dit ce secret ? En avons-nous fait plus mauvais ménage ?, Aveux. dans MENAGE
L'escarbot indigné Vole au nid de l'oiseau, fracasse, en son absence, Ses oeufs, ses tendres oeufs, sa plus douce espérance.... L'aigle étant de retour et voyant ce ménage Remplit le ciel de cris, Fabl. II, 8 dans MENAGE
L'éléphant devait sur son dos Porter l'attirail nécessaire,... L'ours s'apprêter pour les assauts ; Le renard ménager de secrètes pratiques ; Et le singe amuser l'ennemi par ses tours, Fabl. V, 19 dans MÉNAGER
Le sage est ménager du temps et des paroles, Fabl. VIII, 26 dans MÉNAGER, ÈRE
La ménagère eut les coiffeuses, Fabl. II, 20 dans MÉNAGER, ÈRE
....Des moindres moments Bons ménagers furent nos deux amants, Gag. dans MÉNAGER, ÈRE
Mais violent dans ses désirs, Et grand ménager de soupirs, Fianc. dans MÉNAGER, ÈRE
Mais tu sais bien que notre ménagère Est la plus belle...., Troq. dans MÉNAGER, ÈRE
Le charton n'avait pas dessein De les mener voir Tabarin, Fabl. VIII, 12 dans MENER
Menons-en une [oie] en notre bois, J'aurai soin de la faire paître, Oies. dans MENER
Les père et mère et toute la mégnie, Aveux. dans MÉNIE ou, par altération, MÉGNIE
L'homme est de glace aux vérités ; Il est de feu pour le mensonge, Fabl. IX, 6 dans MENSONGE
Le mensonge et les vers de tout temps sont amis, Fabl. II, 1 dans MENSONGE
Amusez les rois par des songes, Flattez-les, payez-les d'agréables mensonges, Fabl. VIII, 14 dans MENSONGE
Outre la vanité de son art mensonger [l'astrologie], Fabl. II, 13 dans MENSONGER, ÈRE
Et même qui mentirait Comme Ésope et comme Homère, Un vrai menteur ne serait, Fabl. IX, 1 dans MENTEUR, EUSE
Sans mentir, si votre ramage Se rapporte à votre plumage, Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois, Fabl. I, 2 dans MENTIR
Celle-ci donc ne fit mentir le mot, Fér. dans MENTIR
Son menton nourrissait une barbe touffue, Fabl. XI, 7 dans MENTON
Les hommes en ces lieux ont tous barbe au menton, Fianc. dans MENTON
Monsieur le mort, j'aurai de vous Tant en argent, et tant en cire, Et tant en autre menus coûts, Fabl. VII, 11 dans MENU, UE
Je vous disais de cet ardent désir Tout le menu...., Magn. dans MENU, UE
....Un cabinet Dont la cloison n'était que de menuiserie, Joc. dans MENUISERIE
De l'aller voir Amour n'eut à mépris, Cuvier. dans MÉPRIS
Si j'apprenais l'hébreu, les sciences, l'histoire, Tout cela c'est la mer à boire ; Mais rien à l'homme ne suffit, Fabl. VIII, 25 dans MER
Conclusion, que Renaud sur la place Obtint le don d'amoureuse merci, Orais. dans MERCI
Merci de moi, lui dit la mère, Tu mangeras mon fils ? l'ai-je fait à dessein Qu'il assouvisse un jour ta faim ?, Fabl. IV, 16 dans MERCI
Le dauphin dit : bien grand merci, Fabl. IV, 7 dans MERCI
Bien grand merci du soin, Mandr. dans MERCI
Renaud dit à Damon : grand merci de la coupe, Coupe. dans MERCI
....Est-ce un sujet pourquoi Vous fassiez sonner vos mérites ?, Fabl. IV, 3 dans MÉRITE
Et sans considérer quel sera le loyer D'une action de ce mérite, Fabl. VI, 13 dans MÉRITE
On cherche les rieurs ; et moi je les évite ; Cet art veut sur tout autre un suprême mérite, Fabl. VIII, 8 dans MÉRITE
Il ne faut jamais dire aux gens : Ecoutez un bon mot, oyez une merveille ; Savez-vous si les écoutants En feront une estime à la vôtre pareille ?, Fabl. XI, 9 dans MERVEILLE
Paroles font en amour des merveilles, Orais. dans MERVEILLE
C'était merveille de le voir, Merveille de l'ouïr..., Fabl. VIII, 2 dans MERVEILLE
[Il] Court à son compagnon, lui dit que c'est merveille Qu'il n'ait eu seulement que la peur pour tout mal, Fabl. V, 20 dans MERVEILLE
On en disait merveilles, Faucon. dans MERVEILLE
Ce fut un passe-temps de l'entendre conter Monts et merveilles de la dame, Fiancée. dans MERVEILLE
Cette vallée.... ceinte de coteaux merveilleusement agréables, Psyché, II, p. 151 dans MERVEILLEUSEMENT
Je ne sais qui fut ta nourrice ; Mais ton corps me paraît en merveilleux état, Fabl. II, 16 dans MERVEILLEUX, EUSE
Toi qui crois tout savoir, merveilleux Furetière, Épigr. contre Furetière. dans MERVEILLEUX, EUSE
Car, étant [un dogue] de nature à piller ses pareils, mainte mésaventure L'aurait fait retourner chez lui, Avec cette partie [l'oreille] en cent lieux altérée, Fabl. X, 9 dans MÉSAVENTURE
La fille d'un roi aller ainsi seule ! car, pour être femme d'un dieu, ce n'était pas une qualité qui dût faire trouver de la messéance en la chose ; les déesses vont et viennent comme il leur plaît, Psyché, II, p. 141 dans MESSÉANCE
L'âne à messer Lion fit office de cor, Fabl. II, 19 dans MESSER
Je devais par la royauté Avoir commencé mon ouvrage : à la voir d'un certain côté, Messer Gaster en est l'image, ib. III, 2 dans MESSER
Messer loup attendait chape-chute à la porte, ib. IV, 16 dans MESSER
Un heurt survint ; adieu le char ; Voilà messire Jean Chouart Qui du choc de son mort a la tête cassée, Fabl. VII, 11 dans MESSIRE
Messire rat promit soudain, Fabl. IV, 11 dans MESSIRE
Est-on sot, étourdi, prend-on mal ses mesures, On pense en être quitte en accusant son sort, Fabl. V, 11 dans MESURE
Rompez-lui toutes ses mesures, Fiancée. dans MESURE
Les sept planetes que j'ay dict, Accomparons sans contredit Aux sept metaulx venans de terre Qui tous sont faicts d'une matiere, 408 dans MÉTAL
Quatre siéges boiteux, un manche de balai ; Tout sentait son sabbat et sa métamorphose, Fabl. VII, 15 dans MÉTAMORPHOSE
Mieux ne pouvait se métamorphoser, Mandr. dans MÉTAMORPHOSER
Il semblait qu'il n'agît que par réminiscence, Et qu'il eût autrefois fait le métier d'amant, Tant il le fit parfaitement, Fabl. XI, 2 dans MÉTIER
Un citoyen du Mans, chapon de son métier, Fabl. VIII, 21 dans MÉTIER
Fortune nous jouant un tour de son métier, Quipr. dans MÉTIER
Qu'aperçois-je ? dit-il, c'est quelque victuaille ; Et, si je ne me trompe à la couleur du mets, Je dois faire aujourd'hui bonne chère ou jamais, Fabl. VIII, 9 dans METS
Le renard dit au loup : notre cher, pour tout mets J'ai souvent un vieux coq, ou de maigres poulets, ib. XII, 9 dans METS
Le linge orné de fleurs fut couvert, pour tout mets, D'un peu de lait, de fruits et des dons de Cérès, Phil. et Bauc. dans METS
Ces mets, nous l'avouons, sont peu délicieux, ib. dans METS
Le mets [tanches] ne lui plut pas [au héron] ; il s'attendait à mieux, Fabl. VII, 3 dans METS
Ce que chez vous nous voyons estimer N'est pas un roi qui ne sait point aimer, C'est un mortel qui sait mettre sa vie Pour son ami...., Fabl. XII, 15 dans METTRE
Si dans son composé quelqu'un trouve à redire, Il peut le déclarer sans peur, Je mettrai remède à la chose, Fabl. I, 7 dans METTRE
L'attaquer, le mettre en quartiers, Sire loup l'eût fait volontiers, Fabl. I, 5 dans METTRE
Le chien mit bas la proie Pour la défendre mieux, n'en étant plus chargé, Fabl. VIII, 7 dans METTRE
Sire, répond l'agneau, que Votre Majesté Ne se mette pas en colère, Fabl. I, 10 dans METTRE
Femme n'était qui ne s'en mît, Cord. dans METTRE
Les dix ans expirés, matière plus profonde Se mit sur le tapis...., Oies. dans METTRE
D'autres secrets se mettent en usage, Comm. l'espr. dans METTRE
J'ai lu dans quelque endroit qu'un meunier et son fils... Allaient vendre leur âne, Fabl. III, 1 dans MEUNIER, IÈRE
Son nez meurtri le force à changer de langage, Fabl. IX, 4 dans MEURTRI, IE
Les clefs de meute, parvenues à l'endroit où pour mort le traître se pendit, Remplirent l'air de cris...., Fabl. XII, 23 dans MEUTE
Quelle apparence Qu'il en mévienne en effet, moi présent ?, Magnif. dans MÉVENIR
Pour fournir au projet que forme un seul esprit, Il faudrait quatre corps ; encor loin d'y suffire, à mi-chemin je crois que tous demeureraient, Fabl. VIII, 25 dans MI
Un homme chérissait éperdument sa chatte ; Il la trouvait mignonne et belle et délicate, Qui miaulait d'un ton fort doux, Fabl. II, 18 dans MIAULER
....Il était peu de gens Qui ne lui donnassent la miche, Oies. dans MICHE
L'un d'eux était de ces conteurs Qui n'ont jamais rien vu qu'avec un microscope ; Tout est géant chez eux..., Fabl. IX, 1 dans MICROSCOPE
Le refus des frelons fit voir Que cet art passait leur savoir, Et la guêpe adjugea le miel à leurs parties, Fabl. I, 21 dans MIEL
Tant bien sut dire et prêcher, que la dame, Séchant ses yeux, rassérénant son âme, Plus doux que miel à la fin écouta, Richard. dans MIEL
Tircis eut beau prêcher ; ses paroles miellées S'en étant aux vents envolées...., Fabl. X, 11 dans MIELLÉ, ÉE
Il m'est mort un mien frère, Fabl. XII, 9 dans MIEN
Si j'ajoute du mien à son invention, C'est pour peindre nos moeurs, et non point par envie, Fables, IV, 18 dans MIEN
Voici le fait, quiconque en soit l'auteur ; J'y mets du mien selon les occurrences, Serv. dans MIEN
La cigogne au long bec n'en put attraper miette [du brouet servi par le renard], Fabl. I, 18 dans MIETTE
Est-ce bien s'expliquer ? - Des mieux, et nettement, l'Eunuque, V, 5 dans MIEUX
Si mieux n'aime la mère en créer une rente, Fabl. II, 20 dans MIEUX
Le moins qu'on peut laisser de prise aux dents d'autrui, C'est le mieux...., Fabl. X, 9 dans MIEUX
On lui dit [à Jupiter] qu'il était père ; Et qu'il laissât, pour le mieux, à quelqu'un des autres dieux, D'autres tonnerres à faire, Fabl. VIII, 20 dans MIEUX
Puisqu'on le veut ainsi, je ferai de mon mieux, Tabl. dans MIEUX
Tenez pour sûr qu'il y fit de son mieux, Fér. dans MIEUX
Elle bâtit un nid, pond, couve, et fait éclore à la hâte ; le tout alla du mieux qu'il put, Fabl. IV, 22 dans MIEUX
La fortune passa, l'éveilla doucement, Lui disant : mon mignon, je vous sauve la vie, Fabl. V, II dans MIGNON, ONNE
Mais, ma mignonne, dites-moi, Vous campez-vous jamais sur la tête d'un roi [la mouche à la fourmi] ?, Fabl. IV, 3 dans MIGNON, ONNE
Tout vous rit ; votre femme est souple comme un gant ; Et vous pourriez avoir vingt mignonnes en ville, Qu'on n'en sonnerait pas deux mots en tout un an, Coupe. dans MIGNON, ONNE
Un milan qui dans l'air planait, faisait la ronde, Voit d'en haut le pauvret [un rat] se débattant sur l'onde, Fabl. IV, 11 dans MILAN
[le vulgaire] Mettant de faux milieux entre la chose et lui, Et mesurant par soi ce qu'il voit en autrui, Fabl. VIII, 26 dans MILIEU
Après mille ans et plus de guerre déclarée, Fabl. III, 13 dans MILLE
Garde-toi, tant que tu vivras, De juger des gens sur la mine, Fabl. VI, 5 dans MINE
Ce muletier était homme de mine, Mul. dans MINE
Il n'est pas jusqu'à Rocollet Qui ne fût sur sa bonne mine, Lett. à M. Fouquet, 26 août 1660 dans MINE
Vous n'avez pas, ce lui dit-elle, La mine de vous en aller à Saint-Jacques de Compostelle, Pet. chien. dans MINE
L'ours bouche sa narine ; Il se fût bien passé de faire cette mine, Fabl. VII, 7 dans MINE
La fille alors ne fut pas assez fine, Elle n'avait qu'à tenir bonne mine, Remède. dans MINE
Ô papelards ! qu'on se prend à vos mines !, Herm. dans MINE
Au lieu qu'on nous mange, on nous gruge, On nous mine par des longueurs, Fabl. I, 21 dans MINER
Ce mal dont la peur vous mine et vous consume, Coupe. dans MINER
Couleur vermeille et visage replet, Taille non pas de quelque mingrelet, Papef. dans MINGRELET
Essuyant les dangers Des pirates, des vents, du calme et des rochers, Ministres de la mort, Fabl. VII, 12 dans MINISTRE
Ce doucet est un chat, Qui, sous son minois hypocrite..., Fabl. VI, 5 dans MINOIS
Ce n'est pour faire au miracle crier, F. avare. dans MIRACLE
Miracle ! criait-on ; venez voir par les nues Passer la reine des tortues, Fabl. X, 3 dans MIRACLE
Il sait notre langue à miracle, Oeuv. posth. dans LE ROUX, Dict. comique dans MIRACLE
....Fût-il diable, Miraut, En dépit de ses tours, l'attrapera bientôt, Fabl. IV, 4 dans MIRAUT
Plus je regarde et mire ta personne, Lun. dans MIRER
Dans le cristal d'une fontaine Un cerf se mirant autrefois Louait la beauté de son bois, Fabl. VI, 9 dans MIRER
Tout passa par ses mains [de la propreté], et le vin et la glace, Et les carafes de cristal ; On s'y serait miré...., Tabl. dans MIRER
Un gentilhomme Jeune, bien fait, et des mieux mis de Rome, Court. dans MIS, MISE
Ils avaient des comptoirs, des facteurs, des agents, Des registres exacts de mise et de recette, Fabl. XII, 7 dans MISE
Garçon bien fait, beau parleur et de mise, Gag. dans MISE
Selon que vous serez puissant ou misérable, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir, Fabl. VII, 1 dans MISÉRABLE
Misérables humains, ceci s'adresse à vous, Fabl. X, 13 dans MISÉRABLE
Il ne se faut jamais moquer des misérables ; Car qui peut s'assurer d'être toujours heureux ?, Fabl. V, 17 dans MISÉRABLE
.... Enfin la porte s'ouvre ; Mais ce ne fut d'un bon miséréré, Erm. dans MISÉRÉRÉ
Notre maître Mitis Pour la seconde fois les trompe et les affine [les souris], Fabl. III, 18 dans MITIS
Même on dit qu'il suivit la mode de son maître, Pâté. dans MODE
Si mon oeuvre n'est point un assez bon modèle, J'ai du moins ouvert le chemin ; D'autres pourront y mettre une dernière main, Fabl. XI, Épilogue dans MODÈLE
Je ne vois point de créature Se comporter modérément, Fabl. IX, 11 dans MODÉRÉMENT
Jupiter ne tarda guère à modérer son transport, Fabl. VIII, 20 dans MODÉRER
Ô temps, ô moeurs ! j'ai beau crier, Tout le monde se fait payer, Fabl. XII, 6 dans MOEURS
Le grand Mogol l'avait avec succès Depuis deux ans éprouvé sur sa femme, Contes, Mandr. dans MOGOL (GRAND)
Vous moquez-vous d'en douter seulement ? Par votre foi, le Mogor est-il homme Que l'on osât de la sorte affronter ?, Contes, Mandr. (dans l'édition originale ; dans les autres, Mogor est changé en Mogol) dans MOGOL (GRAND)
Quand nous avons quelque différend, ma soeur et moi, si je fais la froide et l'indifférente, elle me recherche ; si elle se tient sur son quant-à-moi, je vais au-devant, Psyché, II, p. 140 dans MOI
Jamais la moindre grâce, Ni le moindre regard, le moindre mot enfin Ne lui fut accordé par ce coeur inhumain, Fabl. XII, 26 dans MOINDRE
....Je m'aviserais sur le tard d'être cause Que la moindre de vous commît le moindre mal !, Oies. dans MOINDRE
Le gibier du lion, ce ne sont pas moineaux, Fabl. II, 19 dans MOINEAU
Desquels on fit de petits moinillons, Mazet. dans MOINILLON
Quant au but principal qu'Ésope s'y propose, J'y tombe au moins mal que je puis, Fabl. V, 1 dans MOINS
Et je crois qu'à moins on s'effraie, Fabl. I, 12 dans MOINS
Toute puissance est faible à moins que d'être unie, Fabl. IV, 18 dans MOINS
Un lièvre en son gîte songeait (Car que faire en un gîte à moins que l'on ne songe ?), Fabl. II, 14 dans MOINS
À moins qu'il soit mêlé d'un peu de peine, Gag. dans MOINS
Eux trois [protecteurs] voulaient moins de reconnaissance Qu'à ce marchand il n'en coûtait pour un, Fabl. VIII, 18 dans MOINS
Il faut qu'avec notre famille Nous prenions dès demain chacun une faucille ; C'est là notre plus court ; et nous achèverons Notre moisson quand nous pourrons, Fabl. IV, 22 dans MOISSON
Pour corriger le blé, Dieu permit aux moutons De retrancher l'excès des prodigues moissons, Fabl. IX, 11 dans MOISSON
Mars nous fait recueillir d'amples moissons de gloire ; C'est à nos ennemis de craindre les combats, à nous de les chercher, certains que la victoire, Amante de Louis, suivra partout ses pas, Fabl. VII, 18 dans MOISSON
Des enfants de Japet toujours une moitié Fournira des armes à l'autre, Fabl. II, 6 dans MOITIÉ
Votre digne moitié, couchée entre des fleurs, Tout près d'ici m'est apparrue, Fabl. VIII, 14 dans MOITIÉ
....Or c'étaient les moitiés De nos galants, Rém. dans MOITIÉ
[L'enfant] Prit la fronde, et du coup tua plus d'à moitié La volatile malheureuse, Fabl. IX, 2 dans MOITIÉ
Le moindre bruit que l'on peut faire Est le plus sûr de la moitié, Joc. dans MOITIÉ
J'étais couché mollement, Et contre mon ordinaire Je dormais tranquillement, l'Amour mouillé, Imit. d'Anacréon. dans MOLLEMENT
... Est-il aucun moment Qui vous puisse assurer d'un second seulement ?, Fabl. XI, 8 dans MOMENT
Pinucio comptait les moments de la nuit, Berc. dans MOMENT
Quand ils sont près d'un bon moment, L'inconstante [la fortune] aussitôt échappe à leur désirs, Fabl. VII, 12 dans MOMENT
Nos deux époux, à ce que dit l'histoire, Sans disputer n'étaient pas un moment, Belph. dans MOMENT
Et le drôle eut lappé le tout en un moment, Fabl. I, 16 dans MOMENT
Il [le chat] y tombe [dans un piége] en danger de mourir ; Et mon chat de crier, Fabl. VIII, 22 dans MON ou MA ou MES
Et ce jus [de mandragore], Pris par la femme, opère beaucoup plus Que ne fit onc nulle ombre monacale, Mandrag. dans MONACAL, ALE
Les grenouilles, se lassant De l'état démocratique, Par leurs clameurs firent tant Que Jupin les soumit au pouvoir monarchique, Fabl. III, 4 dans MONARCHIQUE
Quoi ! d'un enfant monaut J'accoucherais...., Fais. dans MONAUT
Un jour donc l'animal [singe] qui ne cherchait qu'à nuire, Détachait du monceau tantôt quelque doublon, Un jacobus, un ducaton, Fabl. XII, 3 dans MONCEAU
Ouvrez-la [la montre] ; lisez dans son sein ; Mainte roue y tient lieu de tout l'esprit du monde, Fabl. X, 1 dans MONDE
Tout au monde est mêlé d'amertume et de charmes, Fabl. III, 1 dans MONDE
La signora mit au monde une fille, Herm. dans MONDE
Soyez-vous l'un à l'autre [deux amants] un monde toujours beau, Toujours divers, toujours nouveau, Fabl. IX, 2 dans MONDE
Le monde est vieux, dit-on ; je le crois ; cependant Il le faut amuser encor comme un enfant, Fabl. VIII, 4 dans MONDE
Apaisez le lion : seul il passe en puissance Ce monde d'alliés vivant sur notre bien, Fabl. XI, 1 dans MONDE
Être servi par un monde d'esclaves, l'Eunuque, II, 1 dans MONDE
Contre un monde de recettes, Ann. dans MONDE
Là-dessus le maître entre et vient faire sa ronde : Qu'est ceci, dit-il à son monde ?, Fabl. IV, 21 dans MONDE
Que de filles, Ô dieux ! mes pièces de monnoie Ont produites !..., Fabl. IV, 12 dans MONNAIE
....Les simples monseigneurs N'étaient d'un rang digne de ses faveurs, Courtis. amour. dans MONSEIGNEUR
Mon bon monsieur, Apprenez que tout flatteur Vit aux dépens de celui qui l'écoute, Fabl. I, 2 dans MONSIEUR
Femmes, filles, valets, gros messieurs, tout enfin, Allait, comme autrefois demander son destin, Fabl. VII, 15 dans MONSIEUR
Ceux [les parents] du loup, gros messieurs, l'ont fait apprendre à lire, ib. XII, 17 dans MONSIEUR
Monsieur ne songe à rien, monsieur dépense tout, Monsieur court, monsieur se repose.... Elle en dit tant, que monsieur à la fin Vous la renvoie à la campagne, Fabl. VII, 2 dans MONSIEUR
Où l'oraison de monsieur saint Julien à Renaud d'Ast produisit un grand bien, Orais. dans MONSIEUR
Mais enfin il les sut engager à lui servir d'un monstre [poisson] assez vieux pour lui dire Tous les noms des chercheurs de mondes inconnus, Fabl. VIII, 8 dans MONSTRE
La moindre taupinée était mont à ses yeux, Fabl. VIII, 9 dans MONT
La mer promet monts et merveilles, Fabl. IV, 2 dans MONT
Une montagne en mal d'enfant Jetait une clameur si haute, Que chacun, au bruit accourant, Crut qu'elle accoucherait, sans faute, D'une cité plus grosse que Paris : Elle accoucha d'une souris, Fabl. V, 10 dans MONTAGNE
Dans un chemin montant, sablonneux, malaisé, Fabl. VII, 9 dans MONTANT, ANTE
Il monte en haut, et fait à la donzelle Son compliment, comme homme bien appris, Orais. dans MONTER
Ce fut alors, dame ! ne vous déplaise, Que, le courroux lui montant au cerveau, Il s'en allait, enfonçant son chapeau, Mettre l'alarme en tout le voisinage, Rémois. dans MONTER
Ainsi Richard.... Vécut longtemps, et fit force bon tours, Dont celui-ci peut passer à la montre, Richard Minutolo. dans MONTRE
Sur le montreur d'appas tomba toute la haine [le roi Candaule qui avait montré à Gygès sa femme au bain], Cand. dans MONTREUR, EUSE
La lune nulle part n'a sa surface unie, Montueuse en des lieux, en d'autres aplanie, Fabl. VII, 18 dans MONTUEUX, EUSE
Mais la dame voulait paître encore ses yeux Du trésor qu'enfermait la bière, Froide dépouille et pourtant chère ; C'était là le seul aliment Qu'elle prit en ce monument, Matrone. dans MONUMENT
Quelqu'un le reconnut [le geai], il se vit bafoué, Berné, sifflé, moqué, joué, Et par messieurs les paons plumé d'étrange sorte, Fabl. IV, 9 dans MOQUÉ, ÉE
On crut qu'il se moquait ; on sourit, mais à tort, Fabl. IV, 18 dans MOQUER (SE)
Xanthus avait une femme de goût assez délicat, et à qui toutes sortes de gens ne plaisaient pas ; si bien que de lui aller présenter sérieusement son nouvel esclave [Ésope], il n'y avait pas d'apparence, à moins qu'il ne la voulût mettre en colère et se faire moquer de lui, Vie d'Esope. dans MOQUER (SE)
Une morale nue apporte de l'ennui ; Le conte fait passer le précepte avec lui, Fabl. VI, 1 dans MORALE
Nous sommes tous d'Athène en ce point ; et moi-même, Au moment que je fais cette moralité...., Fabl. VIII, 4 dans MORALITÉ
On vous met le premier à table ; C'est pour vous la place d'honneur, Pour vous le morceau du seigneur, Coupe. dans MORCEAU
Minutolo.... Comme en passant mit dessus le tapis Certain mari.... Et fit si bien que madame Catelle Entre en soupçon, prend le morceau pour elle, Minut. dans MORCEAU
Je sais que la vengeance Est un morceau de roi, car vous [rois] vivez en dieux, Fabl. X, 12 dans MORCEAU
Mordant ses lèvres de dépit, Nic. dans MORDRE
La Parque et ses ciseaux Avec peine y mordaient [sur le sanglier] ; la déesse infernale Reprit à plusieurs fois l'heure au monstre fatale, Fabl. VIII, 27 dans MORDRE
Esprits du dernier ordre, Qui, n'étant bons à rien, cherchez sur tout à mordre...., Fabl. V, 16 dans MORDRE
La vogue [d'une devineresse] était passée Au galetas ; il avait le crédit ; L'autre femme se morfondit, Fabl. VII, 15 dans MORFONDRE
Un amant qui sans lui se serait morfondu, Coupe. dans MORFONDRE
Pour se sauver de la pluie, Entre un passant morfondu, Fabl. V, 7 dans MORFONDU, UE
L'air devenu serein, il part tout morfondu, Sèche du mieux qu'il peut son corps chargé de pluie, ib. IX, 2 dans MORFONDU, UE
Ouvrez, dit-il, je suis nu ; Moi, charitable et bonhomme, J'ouvre au pauvre morfondu, Autre imit. d'Anacr. dans MORFONDU, UE
Le malheureux lion, languissant, triste et morne, Fabl. III, 14 dans MORNE
Mais je dors moins que ne fait un proscrit, Moi, dont l'Orphée était le dieu Morphée, Lett. XIX, à St-Evremond. dans MORPHÉE
Mort ou vif, lui dit-il, montre-nous ton moineau, Fabl. IV, 19 dans MORT, ORTE
Monsieur le mort, laissez-nous faire, On vous en donnera de toutes les façons, Il ne s'agit que du salaire ; Messire Jean Chouart couvait des yeux son mort, Fabl. VII, 11 dans MORT, MORTE
Se couche sur le nez, fait le mort, tient son vent, Fabl. V, 20 dans MORT, MORTE
La mort ne surprend point le sage, Il est toujours prêt à partir, Fabl. VIII, 1 dans MORT
Défendez-vous par la grandeur ; Alléguez la beauté, la vertu, la jeunesse ; La mort ravit tout sans pudeur, ib. dans MORT
La Mort crut, en venant, l'obliger en effet, Fabl. I, 15 dans MORT
Un mourant qui comptait plus de cent ans de vie, Se plaignait à la Mort que précipitamment Elle le contraignait de partir tout à l'heure, ib. VIII, 1 dans MORT
Descartes, ce mortel dont on eût fait un dieu, Fabl. X, 1 dans MORTEL, ELLE
Mortellement atteint d'une flèche empennée, Un oiseau déplorait sa triste destinée, Fabl. II, 6 dans MORTELLEMENT
L'autre reprit : il vous faut un remède, Demain matin, nous en dirons deux mots, Remède. dans MOT
Chacun lui dit son mot cette fois-là, Papef. dans MOT
Tu m'en diras quelques mots dans deux jours, Troq. dans MOT
Dieu ne créa que pour les sots Les méchants diseurs de bons mots, Fabl. VIII, 8 dans MOT
Qui pense finement et s'exprime avec grâce Fait tout passer ; car tout passe ; Je l'ai cent fois éprouvé, Quand le mot est bien trouvé, Tabl. dans MOT
Janot, à qui Richard avait donné le mot, Rich. dans MOT
Comme si toutes deux s'étaient donné le mot, Tabl. dans MOT
Riotes entre amants sont jeux pour la plupart ; Vous les trouverez tous bâtis sur ce modèle ; Un mot les met au champ, demi-mot les rappelle, l'Eunuque, V, 2 dans MOT
Phèdre enchérit souvent [sur Ésope] par un motif de gloire, Fabl. IV, 18 dans MOTIF
....L'une voudra du mou, L'autre du dur...., Mazet. dans MOU, MOLLE
Les mouches de cour sont chassées ; Les mouchards sont pendus : et vous mourrez de faim, De froid, de langueur, de misère, Quand Phébus régnera sur un autre hémisphère, Fabl. IV, 3 dans MOUCHARD
Et la dernière main que met à sa beauté Une femme allant en conquête, C'est un ajustement des mouches emprunté, Fabl. IV, 3 dans MOUCHE
Dame mouche s'en va chanter à leurs oreilles, Et fait cent sottises pareilles, ib. VII, 9 dans MOUCHE
Aux traces de son sang un vieux hôte des bois, Renard fin, subtil et matois, Blessé par des chasseurs et tombé dans la fange, Autrefois attira ce parasite ailé Que nous avons mouche appelé, ib. XII, 13 dans MOUCHE
Les mouches de cour sont chassées, Fabl. IV, 3 dans MOUCHE
Nomme-t-on pas aussi mouches les parasites ?, Fabl. IV, 3 dans MOUCHE
Va-t'en, chétif insecte, excrément de la terre ; C'est en ces mots que le lion Parlait un jour au moucheron, Fabl. II, 9 dans MOUCHERON
Où la guêpe a passé, le moucheron demeure, ib. II, 16 dans MOUCHERON
Il [le roi] veut avoir Un manchon de ma peau, tant elle est bigarrée, Pleine de taches, marquetée, Et vergetée et mouchetée, Fabl. IX, 3 dans MOUCHETÉ, ÉE
[Le seigneur] Auprès de lui la fait asseoir [la fille du jardinier], Prend une main, un bras, lève un coin de mouchoir ; Toutes sottises dont la belle Se défend avec grand respect, Fabl. IV, 4 dans MOUCHOIR
Ainsi criait Mouflard, jeune dogue, Fabl. X, 9 dans MOUFLARD, ARDE
Qu'il eût du chaud, du froid, du beau temps, de la bise, Enfin du sec et du mouillé, Fabl. VI, 4 dans MOUILLÉ, ÉE
Il [le mulet] eût cru s'abaisser servant un médecin ; Étant devenu vieux, on le mit au moulin, Fabl. VI, 7 dans MOULIN
Un mourant qui comptait plus de cent ans de vie Se plaignait à la Mort que précipitamment Elle le contraignait de partir tout à l'heure Sans avoir fait son testament, Fabl. VIII, 1 dans MOURANT, ANTE
Ô douce volupté, sans qui dès notre enfance Le vivre et le mourir nous deviendraient égaux, Psyché, II, p. 215 dans MOURIR
On les eût vus sur la mousse, Lui, sa femme et maint petit ; Ils n'avaient tapis ni housse, Mais tous fort bon appétit, Fabl. V, 7 dans MOUSSE
Un financier viendra Qui sous votre moustache enlèvera la belle, Coupe. dans MOUSTACHE
Le moût surtout, lorsque le bon Silène Bouillant encor le puise à tasse pleine...., Quinquina, II dans MOÛT
Puis au moûtier le couple s'alla rendre, Gag. dans MOÛTIER
Il tourne à l'entour du troupeau, Marque entre cent moutons le plus gras, le plus beau, Fabl. II, 16 dans MOUTON
Eh bien ! manger moutons, canaille, sotte espèce, Est-ce un péché ?, Fabl. VII, 1 dans MOUTON
Quelques imitateurs, sot bétail, je l'avoue, Suivent en vrais moutons le pasteur de Mantoue, Poés. mêl. LXX. dans MOUTON
Par lui [l'amour] les loups deviennent des moutons, Court. dans MOUTON
La moutonnière créature Pesait plus qu'un fromage, Fabl. II, 16 dans MOUTONNIER, IÈRE
Qu'un seul mouton se jette à la rivière, Vous ne verrez nulle âme moutonnière Rester au bord : toutes feront le saut, Abb. mal. dans MOUTONNIER, IÈRE
Sur un corps qui ne vit, ne meut ni ne respire, Fabl. V, 20 dans MOUVOIR
J'ai vu les gens Mouvoir deux questions...., Quiproq. dans MOUVOIR
Par ce moyen les mutins virent Que celui qu'ils croyaient oisif et paresseux à l'intérêt commun contribuait plus qu'eux, Fabl. III, 2 dans MOYEN
Et sans s'incommoder, moyennant ce partage...., Fabl. III, 6 dans MOYENNANT
Moyennant quoi, votre salaire Sera force reliefs de toutes les façons, ib. I, 5 dans MOYENNANT
Le soleil avait pris son char le plus éclatant et ses habits les plus magnifiques ; Il semblait qu'il se fût paré Pour plaire aux filles de Nérée ; Dans un nuage bigarré Il se coucha cette soirée ; L'air était peint de cent couleurs ; Jamais parterre plein de fleurs N'eut tant de sortes de muances, les Amours de Psyché, fin de la 2e partie dans MUANCE
Puisque un cartésien s'obstine à traiter ce hibou de montre, de machine, Quel ressort lui pouvait donner Le conseil de tronquer un peuple mis en mue ?, Fabl. XI, 9 dans MUE
C'est donc cela que tu te tiens en mue, Fais le malade, et te plains tous les jours, Te réservant sans doute à tes amours ?, Richard. dans MUE
Un paon muait ; un geai prit son plumage, Puis après se l'accommoda, Fabl. IV, 9 dans MUER
Le malheureux n'osant presque répondre Court au mugot, et dit : c'est tout mon fait, Paysan, éd. de Lyon, 1679 (l'édition de 1669, Amsterd. a au magots, sic). dans MUGOT
La bonne dame et le jeune muguet, Gag. dans MUGUET
Le mulet d'un prélat se piquait de noblesse, Et ne parlait incessamment Que de sa mère la jument, Dont il contait mainte prouesse, Fabl. VI, 7 dans MULET
Cet homme [à Athènes] par son testament, Selon les lois municipales, Leur laissa tout son bien, Fabl. II, 20 dans MUNICIPAL, ALE
Borée et le soleil virent un voyageur Qui s'était muni par bonheur Contre le mauvais temps, Fabl. VI, 3 dans MUNIR
Je vais citer un prince aimé de la victoire ; Son nom seul est un mur à l'empire ottoman [contre l'empire ottoman], Fabl. X, 1 dans MUR
Des raisins, mûrs apparemment Et couverts d'une peau vermeille, Fabl. III, 11 dans MÛR, ÛRE
Deux veuves sur son coeur eurent le plus de part, L'une encor verte, et l'autre un peu bien mûre, Fabl. I, 17 dans MÛR, ÛRE
Chambre murée, étroite place, Quelque peu d'air pour toute grâce [prison de Fouquet à Amboise], Lett. à sa femme, 5 sept. 1663 dans MURÉ, ÉE
Les nymphes d'alentour lui donnèrent des larmes, Et du sang des amants teignirent par des charmes Le fruit d'un mûrier proche, et blanc jusqu'à ce jour, Filles de Minée. dans MÛRIER
Tel refuse qui après muse, Stances en vieux lang. dans MUSER
On y vit des lambeaux, L'habit d'un gardeur de troupeaux.... Et, je pense, aussi sa musette, Fabl. X, 10 dans MUSETTE
Le milan alors lui réplique : Vraiment, nous voici bien ; lorsque je suis à jeun, Tu me viens parler de musique, Fabl. IX, 18 dans MUSIQUE
Qu'ai-je fait pour me voir ainsi Mutilé par mon propre maître ?, Fabl. X, 9 dans MUTILÉ, ÉE
Et n'entendait aux façons du pasteur Mystère aucun...., Jum. dans MYSTÈRE
Tout est mystère dans l'amour, Ses flèches, son carquois, son bandeau, son enfance, Fabl. XII, 14 dans MYSTÈRE
Harpagême revint essoufflé, tout en nage, Florentin, 9 dans NAGE
L'autre bête.... Dans un trou se précipita, Revint sur l'eau, puis échappa ; Car au bout de quelques nagées Tout son sel se fondit, Fabl. II, 10 dans NAGÉE
Tantôt on les eût vus côte à côte nager [deux oiseaux d'eau], Tantôt courir sur l'onde et tantôt se plonger, Fabl. III, 12 dans NAGER
Il nageait quelque peu, mais il fallait de l'aide, ib. IV, 11 dans NAGER
L'ombre avec la lumière y peut tracer souvent [dans une lunette astronomique] Un homme, un boeuf, un éléphant : Naguère l'Angleterre y vit chose pareille, Fabl. VII, 18 dans NAGUÈRE ou NAGUÈRES
Le grand désir de vous voir un enfant Vous transportait naguère d'allégresse, Mandrag. dans NAGUÈRE ou NAGUÈRES
Une couleur de roses... avait... Rehaussé de son teint la naïve blancheur, Climène, Comédie. dans NAÏF, IVE
Le financier riant de sa naïveté, Fabl. VIII, 2 dans NAÏVETÉ
Que fait notre Narcisse ? il se va confiner Aux lieux les plus cachés qu'il peut imaginer, Fabl. I, 11 dans NARCISSE
Nargue de ceux qui me faisaient la guerre, Mandr. dans NARGUE
.... L'ours boucha sa narine ; Il se fût bien passé de faire cette mine ; Sa grimace déplut ; le monarque irrité L'envoya chez Pluton faire le dégoûté, Fabl. VII, 7 dans NARINE
Maint vieux chat, fin, subtil et narquois, Et d'ailleurs en voulant à toute cette race, Les guetta, les prit, fit main basse, Fabl. XII, 8 dans NARQUOIS, OISE
Notre galant n'étale un long narré, Magn. dans NARRÉ
La nation des belettes, Non plus que celle des chats, Ne veut aucun bien aux rats, Fabl. IV, 6 dans NATION
L'ingrate, pour le jour de sa nativité, Joignait aux fleurs de sa beauté Les trésors des jardins et des vertes campagnes, Fabl. XII, 26 dans NATIVITÉ
Plus d'un naturaliste a cru Que les esprits nitreux d'un ferment prétendu Faisaient croître le Nil...., Quinquina, II dans NATURALISTE
Tous deux [les médecins] s'étant trouvés différents pour la cure, Leur malade paya le tribut à nature, Fabl. V, 12 dans NATURE
Il se faut entr'aider ; c'est la loi de nature, Fabl. VIII, 17 dans NATURE
Quelqu'un n'a-t-il point vu Comme on dessine sur nature ?, Cas. dans NATURE
Tu ressembles aux naturels Malheureux, grossiers et stupides ; On n'en peut tirer rien qu'avecque le bâton, Plus je te remplissais, plus mes mains étaient vides, Fabl. IV, 8 dans NATUREL, ELLE
Tant le naturel a de force ! Il se moque de tout.... Qu'on lui ferme la porte au nez, Il reviendra par les fenêtres, ib. II, 18 dans NATUREL, ELLE
Il vendit son troupeau, Trafiqua de l'argent, le mit entier sur l'eau ; Cet argent périt par naufrage, Fabl. IV, 2 dans NAUFRAGE
Me voici rembarqué sur la mer amoureuse, Moi pour qui tant de fois elle fut malheureuse, Qui ne suis pas encor du naufrage essuyé, Poésies mêlées, XXXVI dans NAUFRAGE
Façon de naviger nouvelle, Fiancée. dans NAVIGUER
L'un dit : je n'y vais point, je ne suis pas si sot ; L'autre : je ne saurais, Fabl. II, 2 dans NE
L'âne appelle aussitôt le chien à son secours : Le chien ne bouge et dit...., Fabl. VIII, 17 dans NE
Tiens cette bague, et ne la lâche, Ann. dans NE
Tout fut mis en morceaux ; un seul n'en échappa, Fabl. III, 13 dans NE
Il n'est demeure plus secrète, ib. X, 4 dans NE
Chose n'est ici plus commune : Le bien nous le faisons, le mal, c'est la fortune, ib. VII, 14 dans NE
Je vous porterai tous, L'un après l'autre, en ma retraite ; Nul que Dieu seul et moi n'en connaît les chemins, Fabl. X, 4 dans NE
On se voit d'un autre oeil qu'on ne voit son prochain, Fabl. I, 7 dans NE
Les autres n'ont pour un seul adversaire, Mazet. dans NE
Le ciel permet-il pas d'aimer ou de haïr ?, Daphné, II, 5 dans NE
Il ne saura qui, quoi, n'en quelle part, N'en quel logis...., Mandr. dans NE
On n'avait vu, ne lu, n'ouï conter...., le Diable de Papefig. dans NE
Si l'état le pire Est le néant, je ne sais point De néant plus complet qu'un coeur froid à ce point, Filles de Minée. dans NÉANT
....J'ai maints chapitres vus, Qui pour néant se sont ainsi tenus ; Chapitres, non de rats, mais chapitres de moines, Voire chapitres de chanoines, Fabl. II, 2 dans NÉANT
Ainsi certaines gens, faisant les empressés, S'introduisent dans les affaires ; Ils font partout les nécessaires, Et, partout importuns, devraient être chassés, Fabl. VII, 9 dans NÉCESSAIRE
S'assure-t-on sur l'alliance Qu'a faite la nécessité ?, Fabl. VIII, 22 dans NÉCESSITÉ
Nécessité l'ingénieuse Leur fournit une invention, ib. X, 1 dans NÉCESSITÉ
On élève en leur place Une chapelle au dieu, père du vrai nectar, Filles de Minée. dans NECTAR
Ce breuvage vanté par le peuple rimeur, Le nectar, que l'on sert au maître du tonnerre, Et dont nous enivrons tous les dieux de la terre ; C'est la louange...., Fabl. x, 1 dans NECTAR
La négligence, à mon gré si requise, Pour cette fois fut sa dame d'atour, Orais. dans NÉGLIGENCE
Est-ce assez ? dites-moi, n'y suis-je point encore ? - Nenni. - M'y voici donc ? - Point du tout...., Fabl. I, 3 dans NENNI
Nenni da, non ; je prétends..., Mazet. dans NENNI
Que d'être pur et net de tout péché...., Mazet. dans NET, ETTE,
Un quart voleur survient, qui les accorde net, Fabl. I, 13 dans NET, ETTE,
Le seigneur dit : payez donc cent écus Net et comptant...., Pays. dans NET, ETTE,
Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net, Fabl. VII, 1 dans NET, ETTE,
Échevins, prévôt des marchands, Tout fait sa main : le plus habile Donne aux autres l'exemple, et c'est un passe-temps De leur voir nettoyer un monceau de pistoles, Fabl. VIII, 7 dans NETTOYER
Il faut d'aucuns péchés Te nettoyer en ce saint purgatoire, Fér. dans NETTOYER
[Un oeuf] Frais et nouveau pondu : gardez bien de le dire, On m'appellerait poule.... La femme neuve sur ce cas, Ainsi que sur mainte autre affaire, Crut la chose..., Fabl. VIII, 6 dans NEUF, EUVE
Renaud n'était si neuf qu'il ne vît bien..., Orais. dans NEUF, EUVE
Garçon très neuf, hors sa boutique, Nic. dans NEUF, EUVE
Pourquoi n'ont pas péri ces tristes monuments ? Faut-il qu'à nos neveux j'en raconte l'histoire ?, Adonis. dans NEVEU
Mes arrière-neveux me devront cet ombrage ; Eh bien ! défendez-vous au sage De se donner des soins pour le plaisir d'autrui ?, Fabl. XI, 8 dans NEVEU
Celui-ci ne voyait pas plus loin que son nez, L'autre était passé maître en fait de tromperie, Fabl. III, 5 dans NEZ
Elle tint bon, Frédéric échoua Près de ce roc, et le nez s'y cassa, Faucon. dans NEZ
La belette avait mis le nez à la fenêtre : Ô dieux hospitaliers, que vois-je ici paraître ? Dit l'animal chassé du paternel logis, Fabl. VII, 16 dans NEZ
[Les souris] Mettent le nez à l'air, montrent un peu la tête, Puis rentrent dans leurs nids à rats, ib. III, 18 dans NEZ
Mouillé, fangeux, ayant au nez la bise, Orais. dans NEZ
La fille enfin met le nez hors des draps, Herm. dans NEZ
Elle écoute un amant, elle en fait un mari ; Le tout au nez du mort qu'elle avait tant chéri, Matrone d'Éph. dans NEZ
Ils n'avaient tapis ni housse, Mais tous fort bon appétit, Fabl. V, 7 dans NI
Je ne décrirai point ni leur douleur amère, Ni les pleurs de Psyché, ni les cris de sa mère Qui du fond des rochers renvoyés dans les airs...., Psyché, I, p. 34 dans NI
Ni mon grenier ni mon armoire Ne se remplit à babiller, Fabl. IV, 3 dans NI
Ni l'or ni la grandeur ne nous rendent heureux, Phil. et Baucis. dans NI
Un apprenti marchand était, Qu'avec droit Nicaise on nommait ; Garçon très neuf hors sa boutique Et quelque peu d'arithmétique ; Garçon novice dans les tours Qui se pratiquent en amours, Nicaise. dans NICAISE
Tant ne fut nice, encor que nice fût, Madame Alix, que le jeu ne lui plût, Fais. dans NICE
En mille endroits nichait l'amour, Tabl. dans NICHER
Notre maître Mitis.... Blanchit sa robe et s'enfarine, Et, de la sorte déguisé, Se niche et se blottit dans une huche ouverte, Fabl. III, 18 dans NICHER
Se fait petit, se serre, au bord [du lit] se va nicher, Gascon puni. dans NICHER
Elle bâtit un nid, pond, couve et fait éclore à la hâte ; le tout alla du mieux qu'il put, Fabl. III, 20 dans NID
Il y fit tant de tours [au lieu où son trésor était enfoui] qu'un fossoyeur le vit, Se douta du dépôt, l'enleva sans rien dire ; Notre avare un beau jour ne trouva que le nid, Fabl. IV, 20 dans NID
Toutes... [les souris] rentrent dans leurs nids à rats, Fabl. III, 18 dans NID
Les blés d'alentour mûrs avant que la nitée Se trouvât assez forte encor, Fabl. IV, 22 dans NITÉE
Si l'on croit cet auteur, certain bouillonnement Par le nitre causé fait ce débordement [du Nil], Quinquina, II dans NITRE
Plus d'un naturaliste a cru Que les esprits nitreux d'un ferment prétendu Faisaient croître le Nil...., Quinquina, II dans NITREUX, EUSE
Vous vous souviendrez bien et beau Qu'à chaque bout est une place Grande, carrée et de niveau..., Lettres, VIII dans NIVEAU
Je passerai sous silence les raretés de ces deux chapelles, et je m'arrêterai seulement à un Saint-Jérôme tout de pièces rapportées, la plupart grandes comme des têtes d'épingles.... j'admirai non-seulement l'artifice, mais la patience de l'ouvrier : Et dans l'art de niveler L'auteur de Saint-Jérôme Devait sans doute exceller Sur tous les gens du royaume, Lett. à sa femme, 12 sept. 1663 dans NIVELER
Je voudrais pour comble de nivèlerie, qu'un autre entreprît de compter les pièces qui le composent [un Saint-Jérôme en mosaïque] ; mais ne passerais-je pas moi-même pour un nivelier de tant m'arrêter à ce Saint-Jérôme ?, Lett. à sa femme, 12 sept. 1663 dans NIVÈLERIE
Ne passerais-je pas moi-même pour un nivelier de tant m'arrêter à ce Saint-Jérôme [en mosaïque] ?, Lett. à sa femme, 12 sept. 1663 dans NIVELIER
[Le singe] Détachait du monceau, tantôt quelque doublon, Un jacobus, un ducaton, Et puis quelque noble à la rose, Fabl. XII, 3 dans NOBLE
Aux noces d'un tyran tout le peuple en liesse Noyait son souci dans les pots, Fabl. VI, 12 dans NOCE
Mon maître marie Sa fille unique, et vous jugez Qu'étant de noce, il faut malgré moi que j'engraisse, Fabl. IX, 10 dans NOCE
L'argent seul aujourd'hui forme les plus beaux noeuds, Contr. dans NOEUD
Il entre [dans une rivière], et son cheval le met à couvert des voleurs, mais non de l'onde noire ; Tous deux au Styx allèrent boire, Fabl. VIII, 23 dans NOIR, OIRE
Gagnez Janot, donnez-lui cent ducats ; Il vous mettra dedans la chambre noire ; Non pour jeûner, comme vous pouvez croire, Richard Minutolo. dans NOIR, OIRE
Selon que vous serez puissant ou misérable, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir, Fabl. VII, 1 dans NOIR, OIRE
Sur le que si, que non, tous deux [chat et renard] étant ainsi, Une meute apaisa la noise, Fabl. IX, 14 dans NOISE
Parmi certains coqs incivils, peu galants, Toujours en noise et turbulents, Une perdrix était nourrie, ib. X, 8 dans NOISE
Les si, les car, les contrats sont la porte Par où la noise entra dans l'univers : N'espérons pas que jamais elle en sorte, Belph. dans NOISE
Puis les baisers, et puis la noix confite, Orais. dans NOIX
Elle avait nom Philis, son voisin Eurylas, Gascon. dans NOM
Je veux qu'il [un ornement] ait nom mouche ; est-ce un sujet pourquoi, Vous [mouche] fassiez sonner vos mérites ?, Fabl. IV, 5 dans NOM
Un carpeau, qui n'était encore que fretin, Fut pris par un pêcheur au bord d'une rivière : Tout fait nombre, dit l'homme, en voyant son butin, Fabl. V, 3 dans NOMBRE
Je ne viendrais jamais à bout De nombrer les faveurs que l'amour leur envoie, Joc. dans NOMBRER
Dieu par sa bonté profonde, Un beau jour mit dans le monde Apollon son serviteur, Et l'y mit justement comme Adam le nomenclateur, Lui disant : te voilà, nomme, Cas de consc. dans NOMENCLATEUR
Un de nos fantassins, très bon nomenclateur, Du titre de hardi baptisant Monseigneur [le fils de Louis XIV], Le fera sous ce nom distinguer dans l'histoire, Poésies mêlées, LXIV dans NOMENCLATEUR
Nonnes, souffrez pour la dernière fois Qu'en ce recueil malgré moi je vous place, Psautier. dans NONNE
L'aigle fondant sur lui nonobstant cet asile, Fabl. II, 8 dans NONOBSTANT
Chez ces gens pour toujours il [le follet] se fût arrêté, Nonobstant la légèreté à ses pareils si naturelle, ib. VII, 6 dans NONOBSTANT
Colette entra dans des peurs nonpareilles, le Berceau. dans NONPAREIL, EILLE
Bien est-il vrai qu'auprès d'une beauté Paroles ont des vertus nonpareilles, Orais. dans NONPAREIL, EILLE
Ce cas n'arrive pas quelquefois en cent ans ; C'est le non-plus-ultra de la fauconnerie, Fabl. XII, 12 dans NON-PLUS-ULTRA ou NEC-PLUS-ULTRA
Du bout de l'horizon accourt avec furie Le plus terrible des enfants Que le nord eût portés jusque-là dans ses flancs, Fabl. I, 22 dans NORD
Certain renard gascon, d'autres disent normand, Mourant presque de faim, vit au haut d'une treille Des raisins mûrs apparemment, Fabl. III, 11 dans NORMAND, ANDE
Ne soyez à la cour, si vous voulez y plaire, Ni fade adulateur, ni parleur trop sincère ; Et tâchez quelquefois de répondre en Normand, Fabl. VII, 7 dans NORMAND, ANDE
Le Normand et demi [un chapon du Mans] laissait les gens crier, Fabl. VIII, 21 dans NORMAND, ANDE
Quand vous parlez, c'est dit notable, Coupe. dans NOTABLE
À soeur Agnès.... Il fit apprendre une semblable note, Mazet. dans NOTE
C'est toujours même note et pareil entretien, Fabl. VI, 21 dans NOTE
Certains fille un peu trop fière Prétendait trouver un mari.... Point froid et point jaloux ; notez ces deux points-ci, Fabl. VII, 5 dans NOTER
Toutes deux firent tant, que notre tête grise...., Fabl. I, 17 dans NOTRE
Nos deux époux suivaient, ne marchant qu'avec peine, Philém. et Baucis. dans NOTRE
Voilà comment s'y prit notre assiégeant, Magn. dans NOTRE
Quand je ferai, disait-elle, ce tour, Qui l'ira dire ? il n'y va rien du nôtre, Orais. dans NOTRE
Je ne sais qui fut ta nourrice ; Mais ton corps me paraît en merveilleux état, Fabl. II, 16 dans NOURRICE
Son menton nourrissait une barbe touffue ; Toute sa personne velue Représentait un ours, mais un ours mal léché, Fabl. XI, 7 dans NOURRIR
Et, sans s'incommoder, moyennant ce partage, Mères et nourrissons faisaient leur tripotage, Fabl. III, 6 dans NOURRISSON
J'ai rang parmi les nourrissons Qui sont chers aux doctes pucelles, Et souvent j'ose, en mes chansons, Célébrer des rois et des belles, Lett. XVI dans NOURRISSON
Mais la diverse nourriture Fortifiant en l'un [chien] cette heureuse nature, En l'autre l'altérant...., Fabl. VIII, 2 dans NOURRITURE
Calliope : Tu devrais l'obliger, pour l'honneur de ton temple, D'aimer ainsi que nous - Uranie : Les Muses n'aiment pas. - Calliope : Et qui les en soupçonne ? Ce nous n'est pas pour nous ; je parle, en la personne Du sexe en général, des dévotes d'amour, Climène, comédie. dans NOUS
Amants, heureux amants, voulez-vous voyager ? Que ce soit aux rives prochaines ; Soyez-vous l'un à l'autre un monde toujours beau, Toujours divers, toujours nouveau, Fabl. IX, 2 dans NOUVEAU ou, devant une voyelle ou une h muette, NOUVEL, NOUVELLE
Ayant parlé de cette sorte, Le nouveau saint ferma sa porte, Fabl. VII, 3 dans NOUVEAU ou, devant une voyelle ou une h muette, NOUVEL, NOUVELLE
La priant de lui prêter Quelque grain pour subsister Jusqu'à la saison nouvelle, Fabl. I, 1 dans NOUVEAU ou, devant une voyelle ou une h muette, NOUVEL, NOUVELLE
Qu'y a-t-il de nouveau ? Mais surtout évitez Les traits que tant de fois l'églogue a répétés ; Il me faut du nouveau, n'en fût-il plus au monde, Climène, comédie. dans NOUVEAU ou, devant une voyelle ou une h muette, NOUVEL, NOUVELLE
L'autre grille déjà de conter la nouvelle ; Elle va la répandre en plus de dix endroits, Fabl. VIII, 6 dans NOUVELLE
Je vous rends, leur dit-il, mille grâces, les belles, Qui m'avez si bien tondu ; J'ai plus gagné que perdu ; Car d'hymen point de nouvelles, Fabl. I, 17 dans NOUVELLE
Il n'était si novice Qu'il ne connût les gens à la façon, Court. dans NOVICE
N'était novice en semblables affaires, ib. dans NOVICE
Ah ! maudit animal qui n'est bon qu'à noyer, Fabl. XI, 3 dans NOYER
Aux noces d'un tyran tout le peuple en liesse Noyait son souci dans les pots, Fabl. VI, 12 dans NOYER
Il noya de pleurs l'une des mains de Psyché, Psyché, II, p. 206 dans NOYER
Je ne suis pas de ceux qui disent : ce n'est rien ; C'est une femme qui se noie ; Je dis que c'est beaucoup, Fabl. III, 16 dans NOYER
Ô vous, tristes plaisirs, où leur âme se noie, Vains et derniers efforts d'une imparfaite joie, Moments pour qui le sort rend leurs voeux superflus, Délicieux moments, vous ne reviendrez plus, Adonis. dans NOYER
Une morale nue apporte de l'ennui, Fabl. VI, 1 dans NU, NUE
Le jeune homme tombé des nues Demandait : qu'est-ce là ?, Oies. dans NUE
Richard, tombé des nues, Fut tout heureux de pouvoir s'en aller, Cal. dans NUE
Toi que l'on voit porter à l'entour de ton col Un arc-en-ciel nué de cent sortes de soies, Fabl. II, 17 dans NUÉ, ÉE
Messieurs les courtisans, cessez de vous détruire ; Faites, si vous pouvez, votre cour sans vous nuire, Fabl. VIII, 3 dans NUIRE
Une chose nuisit pourtant à ces cheveux, Ce fut la beauté du visage, Pysché, I, p. 84 dans NUIRE
Soit lorsque le soleil rentre dans sa carrière, Et que, n'étant plus nuit, il n'est pas encor jour, Fabl. X, 14 dans NUIT
Ma retraite, Nul que Dieu seul et moi n'en connaît les chemins, Fabl. X, 4 dans NUL, NULLE
Prenez femme, abbaye, emploi, gouvernement : Le monde en parlera, n'en doutez nullement, Fabl. III, 1 dans NULLEMENT
Il n'était lors de Paris jusqu'à Rome Galant qui sût si bien le numéro, Rich. dans NUMÉRO
Une nymphe en habit de reine, Belle, majestueuse et d'un regard charmant, Vint s'offrir tout d'un coup aux yeux du pauvre amant Qui rêvait alors à sa peine, Petit chien. dans NYMPHE
Car du métier de nymphe me couvrir, On n'en est plus dès le moment qu'on aime, Courtis. dans NYMPHE
[Le cerf se mirant dans une fontaine]... ne pouvait qu'avecque peine Souffrir ses jambes de fuseaux, Dont il voyait l'objet se perdre dans les eaux, Fabl. VI, 9 dans OBJET
....Il fallait de l'argent ; On en prit d'un prince obligeant, Fabl. IV, 12 dans OBLIGEANT, ANTE,
....Garde que ce convoi, Quand je vais chez les dieux, ne t'oblige à des larmes, Fabl. VIII, 14 dans OBLIGER
Mais enfin, je l'ai vu, vu de mes yeux, vous dis-je ; Et ne vois rien qui vous oblige D'en douter un moment après ce que je dis, Fabl. IX, 1 dans OBLIGER
L'esprit dit à ses hôtes : On m'oblige de vous quitter, Fabl. VII, 6 dans OBLIGER
Pour tuer une puce, il voulait obliger Les dieux à lui prêter leur foudre et leur massue, ib. VIII, 5 dans OBLIGER
Que ces castors ne soient qu'un corps vide d'esprit, Jamais on ne pourra m'obliger à le croire, ib. X, 1 dans OBLIGER
Il faut autant qu'on peut obliger tout le monde ; On a souvent besoin d'un plus petit que soi, Fabl. II, 11 dans OBLIGER
Obligez-moi de n'en rien dire, Fabl. III, 6 dans OBLIGER
La fourmi le pique au talon ; Le vilain retourne la tête ; La colombe l'entend, part, et tire de long ; Le soupé du croquant avec elle s'envole ; Point de pigeon pour une obole, Fabl. II, 12 dans OBOLE
Tu te prends à plus dur que toi, Petit serpent à tête folle ; Plutôt que d'emporter de moi Seulement le quart d'une obole, Tu te romprais toutes les dents, Fabl. V, 16 dans OBOLE
Il [le lion] fit avertir sa province Que les obsèques se feraient En tel jour, en tel lieu ; ses prévôts y seraient Pour régler la cérémonie Et pour placer la compagnie, Fabl. VIII, 14 dans OBSÈQUES
Quand Crésus vit Ésope, il s'étonna qu'une si chétive créature lui eût été un si grand obstacle, Vie d'Ésope. dans OBSTACLE
Plus l'obstacle était grand, plus fort fut le désir, Fabl. VIII, 16 dans OBSTACLE
La jeunesse se flatte et croit tout obtenir, Fabl. XII, 5 dans OBTENIR
L'âne vint à son tour et dit : j'ai souvenance Qu'en un pré de moines passant, La faim, l'occasion, l'herbe tendre et, je pense, Quelque diable aussi me poussant, Je tondis de ce pré la largeur de ma langue, Fabl. VII, 1 dans OCCASION
Mais ce que vaut l'occasion, Vous l'ignorez, allez l'apprendre, Nicaise. dans OCCASION
La dame au nez pointu répondit que la terre Était au premier occupant, Fabl. VII, 16 dans OCCUPANT, ANTE
Le premier occupant, est-ce une loi plus sage [que l'hérédité] ?, ib. dans OCCUPANT, ANTE
On n'en voyait point d'occupés à chercher le soutien d'une mourante vie, Fabl. VII, 1 dans OCCUPÉ, ÉE
Une nuit que chacun s'occupait au sommeil, Fabl. VIII, 11 dans OCCUPER
J'y mets du mien [dans les Contes] selon les occurrences, la Servante. dans OCCURRENCE
Passe encor de bâtir, mais planter à cet âge ! Disaient trois jouvenceaux, enfants du voisinage, Assurément il radotait, Fabl. XI, 8 dans OCTOGÉNAIRE
Quelle loi En [du terrier] a pour toujours fait l'octroi à Jean fils ou neveu de Pierre ?..., Fabl. VII, 16 dans OCTROI
Jean amoureux de la jeune Perrette, Ayant en vain auprès d'elle employé Soupirs, serments, doux jargon d'amourette, Sans que jamais rien lui fût octroyé, Promettre. dans OCTROYER
[Chez le chat] Un modeste regard et pourtant l'oeil luisant, Fabl. VI, 5 dans OEIL
Je t'ai toujours choyé, t'aimant comme mes yeux, Fabl. VIII, 22 dans OEIL
Messire Jean Chouart couvait des yeux son mort, Comme si l'on eût dû lui ravir ce trésor, Fabl. VII, 11 dans OEIL
Il a toujours la vue Dessus cet os et le ronge des yeux, Jum. dans OEIL
On se voit d'un autre oeil qu'on ne voit son prochain, Fabl. I, 7 dans OEIL
Il captivait [tenait captive] sa femme cependant, De ses cheveux voulait savoir le nombre, La faisait suivre à toute heure, en tous lieux, Par une vieille au corps tout rempli d'yeux, Qui la quittait aussi peu que son ombre, On ne s'avise. dans OEIL
....L'homme aux cent yeux n'a pas fait sa revue ; Je crains fort pour toi sa venue, Fabl. IV, 2 dans OEIL
Tout le jour, il avait l'oeil au guet ; et la nuit, Si quelque chat faisait du bruit, Le chat prenait l'argent, Fabl. VIII, 2 dans OEIL
J'y tiendrai l'oeil, Magnif. dans OEIL
Nous avons beau sur ce sexe avoir l'oeil...., On ne s'av. dans OEIL
Il n'est pour voir que l'oeil du maître ; Quant à moi, j'y mettrais encor l'oeil de l'amant, Fabl. IV, 21 dans OEIL
Chacun à sa chacune But en faisant de l'oeil...., Cas. dans OEIL
J'aperçois le soleil, quelle en est la figure ? Ici-bas ce grand corps n'a que trois pieds de tour ; Mais, si je le voyais là-haut dans son séjour, Que serait-ce à mes yeux que l'oeil de la nature ?, Fabl. VII, 18 dans OEIL
Puis ce coin d'oeil, par son langage doux, Rompt, à mon sens, quelque peu le silence : J'y lis ceci...., Magnifique. dans OEIL
Croit-il que je le logerai chez moi pour ses beaux yeux ! J'étais réduit.... à vous servir sans plus pour vos beaux yeux, Rich. dans OEIL
Pinucio, sur l'avis de Colette, Marque de l'oeil comme la chambre est faite, Berc. dans OEIL
La belle avait de quoi mettre un Gascon aux cieux : Des attraits par-dessus les yeux, Gasc. puni. dans OEIL
Jamais oeillade de la dame, Propos flatteur et gracieux, Mot d'amitié ni doux sourire, Déifiant le pauvre sire, N'avaient fait soupçonner qu'il fût vraiment chéri, Fabl. IX, 15 dans OEILLADE
Elle [la grenouille] qui n'était pas grosse en tout comme un oeuf, Fabl. I, 3 dans OEUF
Notre laitière ainsi troussée Comptait déjà dans sa pensée Tout le prix de son lait, en employait l'argent, Achetait un cent d'oeufs, faisait triple couvée, ib. VII, 10 dans OEUF
Si mon oeuvre n'est point un assez bon modèle, J'ai du moins ouvert le chemin ; D'autres pourront y mettre une dernière main, Fabl. XI, Épilogue. dans OEUVRE
À l'oeuvre on connaît l'artisan, Fabl. I, 21 dans OEUVRE
Si maint oeuvre de moi, solide autant que beau, Peut tirer un héros de la nuit du tombeau, Songe de Vaux, Fragm. 2 dans OEUVRE
Quelle morale puis-je inférer de ce fait ? Sans cela, toute fable est un oeuvre imparfait, Fabl. XII, 2 dans OEUVRE
Si votre main puissante Voulait favoriser jusqu'au bout deux mortels, Ensemble nous mourrions en servant vos autels ; Clothon ferait d'un coup ce double sacrifice ; D'autres mains nous rendraient un vain et triste office, Phil. et Bauc. dans OFFICE
L'âne à messer lion fit office de cor, Fabl. II, 19 dans OFFICE
Tirons au sort, c'est la justice, Deux pailles en feront l'office, Joc. dans OFFICE
Vous me rendrez un merveilleux office, Mandr. dans OFFICE
Oh ! Oh ! quelle caresse ! et quelle mélodie ! Dit le maître aussitôt, Fabl. IV, 5 dans OH
Menu détail, baisers donnés et pris ; La petite-oie ; enfin ce qu'on appelle En bon français les préludes d'amour, Orais. dans OIE
Ces extrêmes Agnès Sont oiseaux qu'on ne vit jamais, Tabl. dans OISEAU
La dame Simonne, Le rare oiseau !, Rich. dans OISEAU
L'escarbot intercède, et dit : Princesse des oiseaux...., Fabl. II, 8 dans OISEAU
L'oiseau de Jupiter, sans répondre un seul mot, Choque de l'aile l'escarbot, Fabl. II, 8 dans OISEAU
Connaissez-vous les miens [enfants] ? dit l'oiseau de Minerve, Fabl. V, 18 dans OISEAU
Dès qu'il [le chasseur] voit l'oiseau de Vénus, Il le croit en son pot et déjà lui fait fête, Fabl. II, 12 dans OISEAU
L'oiseleur repartit : Ce petit animal T'en avait-il fait davantage ?, Fabl. VI, 15 dans OISELEUR
Celui-ci ne songeait que ducats et pistoles ; Quand ces biens sont oisifs, je tiens qu'ils sont frivoles, Fabl. XII, 3 dans OISIF, IVE
Un manant au miroir prenait des oisillons, Fabl. VI, 15 dans OISILLON
Lise n'était qu'un véritable oison, Comment l'espr. dans OISON
La tortue enlevée.... Justement au milieu de l'un et l'autre oison, Fabl. X, 3 dans OISON
Mes arrière-neveux me devront cet ombrage, Fabl. XI, 8 dans OMBRAGE
Et déjà les vallons Voyaient l'ombre en croissant tomber du haut des monts, Phil. et Bauc. dans OMBRE
Tout ce que l'homme fait, il le fait à leurs yeux [des dieux], Même les actions que dans l'ombre il croit faire, Fabl. IV, 19 dans OMBRE
Chacun s'en aperçut ; car d'enfermer sous l'ombre Une telle aise, le moyen,..., Pet. ch. dans OMBRE
[Il] La faisait suivre [sa femme] à toute heure, en tous lieux, Par une vieille.... Qui la quittait aussi peu que son ombre, On ne s'avise. dans OMBRE
Chacun se trompe ici-bas ; On voit courir après l'ombre Tant de fous qu'on n'en sait pas La plupart du temps le nombre, Fabl. VI, 17 dans OMBRE
Onc il ne fut plus forte dupe Que ce vieillard, bon homme au demeurant, Coc. dans ONC ou ONQUES
Tant et tant fut.... Dit d'oraisons, qu'on vit du purgatoire L'âme sortir, légère et n'ayant pas Once de chair, Fér. dans ONCE
Il [le bois de quinquina] est ondé d'aurore ; on en pourrait orner Les maisons où le luxe a droit de dominer, Quinquina, II dans ONDÉ, ÉE
Tout cet orgueil [du coq vainqueur] périt sous l'ongle du vautour, Fabl. VII, 13 dans ONGLE
Eux venus, le lion par ses ongles compta, ib. I, 6 dans ONGLE
Cependant plusieurs le faisaient féminin : Elle [l'alouette] sent son ongle maline [de l'autour], Fabl. VI, 15 dans ONGLE
Voilà l'opératrice aussitôt en besogne ; Elle retira l'os, Fabl. III, 9 dans OPÉRATEUR, TRICE
Dès l'abord leur doyen [des rats], personne fort prudente, Opina qu'il fallait, et plus tôt que plus tard, Attacher un grelot au cou de Rodilard, Fabl. II, 1 dans OPINER
Chacun opine à la vengeance, Cord. dans OPINER
C'est souvent du hasard que naît l'opinion, Et c'est l'opinion qui fait toujours la vogue, Fabl. VII, 15 dans OPINION
...On ne voit sous les cieux Nul animal, nul être, aucune créature Qui n'ait son opposé ; c'est la loi de nature, Fabl. XII, 8 dans OPPOSÉ, ÉE
J'oppose quelquefois, par une double image, Le vice à la vertu, la sottise au bon sens, Les agneaux aux loups ravissants, Fabl. V, 1 dans OPPOSER
En quelque lieu qu'allât cette engeance maudite, Le miroir se plaçait toujours à l'opposite, Psyché, II, p. 193 dans OPPOSITE
.... Faisant ore un tendon, Ore un repli, puis quelque cartilage, Fais. dans OR
Ores ce sont suppôts de sainte Église, Cloch. dans OR
Comble-moi cette ornière ; as-tu fait ? Oui, dit l'homme. Or bien je vas t'aider, dit la voix, prends ton fouet, Fabl. VI, 18 dans OR
Or ai-je été prolixe sur ce cas, Fér. dans OR
Or, faites-en, nymphes, votre profit, Court. dans OR
En son hôtel il fait venir Le chanteur, et lui dit : Or çà, sire Grégoire, Que gagnez-vous par an ?, Fabl. VIII, 2 dans OR
Nous n'avons pas les yeux à l'épreuve des belles, Ni les mains à celle de l'or, Fabl. VIII, 7 dans OR
Son voisin au contraire était tout cousu d'or, Fabl. VIII, 4 dans OR
La Parque à filets d'or n'ourdira point ma vie, Fabl. XI, 4 dans OR
Ni l'or ni la grandeur ne nous rendent heureux, Phil. et Baucis. dans OR
Si ce qu'on dit d'Ésope est vrai, C'était l'oracle de la Grèce ; Lui seul avait plus de sagesse Que tout l'aréopage...., Fabl. II, 20 dans ORACLE
En gens coquets il [l'amour] change les Catons, Par lui les sots deviennent des oracles, Court. dans ORACLE
Une humeur franche et libre et le don d'être amie Malgré Jupiter même et les temps orageux, Fabl. XII, 23 dans ORAGEUX, EUSE
Orangers, arbres que j'adore, Que vos parfums me semblent doux ! Est-il dans l'empire de Flore Rien d'agréable comme vous ?, Psyché, I, p. 14 dans ORANGER
....L'orateur recourut à ces figures violentes Qui savent exciter les âmes les plus lentes, Fabl. VIII, 4 dans ORATEUR
Un soir, il aperçut La lune au fonds d'un puits : l'orbiculaire image Lui parut un ample fromage, Fabl. XI, 6 dans ORBICULAIRE
Le cas parut étrange et contre l'ordinaire : Minos en ces deux morts semblait s'être mépris, Fabl. XI, 4 dans ORDINAIRE
Contre mon ordinaire Je dormais tranquillement, Imit. d'Anacr. dans ORDINAIRE
Un sien ami, voyant ces somptueux repas, Lui dit : et d'où vient donc un si bon ordinaire ?, Fabl. VII, 14 dans ORDINAIRE
Un dogue de qui l'ordinaire Était un pain entier, ib. VIII, 18 dans ORDINAIRE
Deux perroquets, l'un père et l'autre fils, Du rôt d'un roi faisaient leur ordinaire, ib. X, 12 dans ORDINAIRE
Je voudrais bien Que, content de votre ordinaire, Vous ne goûtassiez plus au mien, Pâté. dans ORDINAIRE
Le pasteur était à côté [du mort], Et récitait à l'ordinaire Maintes dévotes oraisons, Fabl. VII, 11 dans ORDINAIRE
....On nous voit tous, pour l'ordinaire, Piller le survenant, nous jeter sur sa peau, Fabl. X, 15 dans ORDINAIRE
Nous y mettrons bon ordre, Mandr. dans ORDRE
Ceci s'adresse à vous, esprits du dernier ordre, Fabl. V, 16 dans ORDRE
Un ânier, son sceptre à la main, Menait, en empereur romain, Deux coursiers à longues oreilles [ânes], Fabl. II, 10 dans OREILLE
Un lièvre, apercevant l'ombre de ses oreilles, ib. V, 4 dans OREILLE
Un petit bout d'oreille échappé par malheur Découvrit la fourbe et l'erreur, ib. V, 21 dans OREILLE
....Censeurs, je vous conseille De dormir comme moi sur l'une et l'autre oreille, Oies. dans OREILLE
Il lui fallut à jeun retourner au logis, Honteux comme un renard qu'une poule aurait pris, Serrant la queue et portant bas l'oreille, Fabl. I, 18 dans OREILLE
Les murs ayant des oreilles, dit-on, Quipr. dans OREILLE
D'où vient donc que ce corps si bien organisé Ne put obliger son hôtesse De s'unir au soleil ? un rat eut sa tendresse, Fabl. IX, 7 dans ORGANISÉ, ÉE
Un Florentin, nommé le Magnifique, La possédait [la libéralité], en propre original, Magn. dans ORIGINAL, ALE
Laridon et César, frères dont l'origine Venait de chiens fameux, beaux, bien faits et hardis, Fabl. VIII, 23 dans ORIGINE
Le linge orné de fleurs fut couvert pour tous mets D'un peu de lait, de fruits et des dons de Cérès, Phil. et Bauc. dans ORNÉ, ÉE
Tous [les anciens fabulistes] ont fui l'ornement et le trop d'étendue, Fabl. VI, 2 dans ORNEMENT
Il [l'arbre] servait de refuge Contre le chaud, la pluie et la fureur des vents, Pour nous seuls il ornait les jardins et les champs, Fabl. X, 2 dans ORNER
Prends ton pic, et me romps ce caillou qui te nuit, Comble-moi cette ornière, Fabl. VI, 18 dans ORNIÈRE
Elle [la goutte] prend l'autre lot, y plante le piquet [dans une cabane], S'étend à son plaisir sur l'orteil d'un pauvre homme, Fabl. III, S. dans ORTEIL
Autrefois le rat de ville Invita le rat des champs, D'une façon fort civile, à des reliefs d'ortolans, Fabl. I, 9 dans ORTOLAN
Un os lui demeura bien avant au gosier ; De bonheur pour ce loup, qui ne pouvait crier, Près de là passe une cigogne ; Il lui fait signe, elle accourt ; Voilà l'opératrice aussitôt en besogne ; Elle retira l'os...., Fabl. III, 9 dans OS
Il se maintient cocu, du moins de la pensée, S'il ne l'est en chair et en os, Coupe. dans OS
Un loup n'avait que les os et la peau, Tant les chiens faisaient bonne garde, Fabl. I, 5 dans OS
Là croissait à plaisir l'oseille et la laitue, Fabl. IV, 4 dans OSEILLE
Apollon, irrité contre le fier Atride, Joncha son camp de morts ; on vit presque détruit L'ost des Grecs ; et ce fut l'ouvrage d'une nuit, Fabl. XI, 3 dans OST
L'ost du peuple bêlant crut voir cinquante loups ; Chien, berger et troupeau, tout fuit vers le village, ib. XII, 9 dans OST
La mer fit rempart aux Hébreux, Noyant les peuples ténébreux De l'ost aux têtes sacriléges, Poésies mêlées, LXXIV dans OST
Tout en tout est divers : ôtez-vous de l'esprit Qu'aucun être ait été composé sur le vôtre, Fabl. IX, 12 dans ÔTER
C'est, dit-il, un cadavre ; ôtons-nous, car il sent, Fabl. V, 20 dans ÔTER
Je vous enseignerai par là Ce que c'est qu'une fausse ou véritable gloire, Fabl. IV, 3 dans OU
Avant l'affaire, Le roi, l'âne ou moi, nous mourrons, Fabl. VI, 19 dans OU
Un jour, sur ses longs pieds, allait je ne sais où Le héron au long bec emmanché d'un long cou, Fabl. VII, 4 dans OU
Et, puisqu'il faut que je le die, Rien où l'on soit moins préparé, Fabl. VIII, 1 dans OU
La mort ne surprend point le sage ; Il est toujours prêt à partir, S'étant su lui-même avertir Du temps où l'on se doit résoudre à ce passage, Fabl. VIII, 1 dans OU
Et le premier instant où les enfants des rois Ouvrent les yeux à la lumière, ib. dans OU
Et la nature A mis dans chaque créature Quelque grain d'une masse où puisent les esprits : J'entends les esprits corps et pétris de matière, ib. X, 15 dans OU
Chacun a son défaut où toujours il revient, Fabl. III, 7 dans OU
Favorisez les jeux où mon esprit s'amuse, ib. VII, Dédicace. dans OU
Pauvres gens qui n'ont pas l'esprit De garder du loup leur ouaille, Cand. dans OUAILLE
Qui fut bien pris ? ce fut la feinte ouaille [homme déguisé en femme], Lun. dans OUAILLE
Le proverbe est bon, selon moi, Que qui l'oue a mangé du roi, Cent ans après en rend les plumes, Lett. XX dans OUE
Il ne sait que par ouï-dire Ce que c'est que la cour, Fabl. VII, 12 dans OUÏ-DIRE
Quand tout faillit en toi, plus de goût, plus d'ouïe, Fabl. VIII, 1 dans OUÏE
Aussitôt on ouït d'une commune voix Se plaindre de leur destinée Les citoyennes des étangs, Fabl. VI, 12 dans OUÏR
Quel charme de s'ouïr louer par une bouche Qui, même sans s'ouvrir, nous enchante et nous touche ?, Filles de Minée. dans OUÏR
Il ne faut jamais dire aux gens : Écoutez un bon mot, oyez une merveille, Fabl. XI, 9 dans OUÏR
Voilà sa toile ourdie, Voilà des moucherons de pris, Fabl. III, 8 dans OURDI, IE
La ruse la mieux ourdie Peut nuire à son inventeur : Et souvent la perfidie Retourne sur son auteur, Fabl. IV, 11 dans OURDI, IE
La Parque à filets d'or n'ourdira point ma vie, Je ne dormirai point sous de riches lambris ; Mais voit-on que le somme en perde de son prix ?, Fabl. XI, 4 dans OURDIR
Que ne sait point ourdir une langue traîtresse Par sa pernicieuse adresse !, Fabl. III, 6 dans OURDIR
Nul animal n'avait affaire Dans ces lieux que l'ours habitait ; Si bien que, tout ours qu'il était, Il vint à s'ennuyer de cette triste vie, Fabl. VIII, 10 dans OURS
Certain ours montagnard, ours à demi léché, Fabl. VIII, 10 dans OURS
Son menton nourrissait une barbe touffue ; Toute sa personne velue Représentait un ours, mais un ours mal léché, ib. XI, 7 dans OURS
Il est temps désormais que le juge se hâte ; N'a-t-il pas assez léché l'ours ?, Fabl. I, 21 dans OURS
Deux compagnons pressés d'argent à leur voisin fourreur vendirent La peau d'un ours encor vivant, Mais qu'ils tueraient bientôt, du moins à ce qu'ils dirent, Fabl. V, 20 dans OURS
Il m'a dit qu'il ne faut jamais Vendre la peau de l'ours qu'on ne l'ait mis par terre, ib. dans OURS
Bien fait de corps, mais ours quant à l'esprit, Court. dans OURS
Je vous paierai, lui dit-elle, Avant l'oût, foi d'animal, Fabl. I, 1 dans OÛT
Esprits du dernier ordre.... Croyez-vous que vos dents impriment leurs outrages Sur tant de beaux ouvrages ?, Fabl. V, 16 dans OUTRAGE
Il m'a dit.... Qu'il se devait contre Votre Excellence, Battre tantôt, et battre à toute outrance, Papef. dans OUTRANCE
Discrétion française est chose outre nature, Cand. dans OUTRE
Il est bon de parler et meilleur de se taire ; Mais tous deux sont mauvais alors qu'ils sont outrés, Fabl. VIII, 10 dans OUTRÉ, ÉE
Quand l'absurde est outré, l'on lui fait trop d'honneur De vouloir par raison combattre son erreur, ib. IX, 1 dans OUTRÉ, ÉE
L'impossibilité disparaît à son âme [de l'homme] ; Combien fait-il de voeux, combien fait-il de pas, S'outrant pour acquérir des biens et de la gloire !, Fabl. VIII, 25 dans OUTRER
Ce beau calendrier Rouge partout, et sans nul jour ouvrable, Cal. dans OUVRABLE
Les longs ouvrages me font peur, Fabl. VI, Épilog. dans OUVRAGE
Tant fut ouvré que...., Faiseur. dans OUVRER
À ces mots le corbeau ne se sent pas de joie, Et, pour montrer sa belle voix, Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie, Fabl. I, 2 dans OUVRIR
Ô gens durs, vous n'ouvrez vos logis ni vos coeurs, Phil. et Bauc. dans OUVRIR
Du goujon ! c'est bien là le dîner d'un héron ! J'ouvrirais pour si peu le bec ! aux dieux ne plaise ! Il l'ouvrit pour bien moins, Fabl. VII, 3 dans OUVRIR
J'ouvre l'esprit, et rends le sexe habile à se garder de ces piéges divers, Scam. dans OUVRIR
L'orient venait de s'ouvrir, Fianc. dans OUVRIR
Il leur tomba du ciel un roi tout pacifique, Fabl. III, 4 dans PACIFIQUE
Tout petit prince a des ambassadeurs ; Tout marquis veut avoir des pages, Fabl. I, 3 dans PAGE
Elle le fit de moitié plus jeune, d'une beauté délicate, et non plus un Mars, mais un Adonis qui ne ferait que sortir de page, Psyché, I, p. 75 dans PAGE
Un païen qui sentait quelque peu le fagot Et qui croyait en Dieu, pour user de ce mot, Par bénéfice d'inventaire, Alla consulter Apollon, Fabl. IV, 19 dans PAÏEN, ENNE
Qu'Apollon s'exprime en païen, Trouve-t-on cela fort étrange ?, Lettres, XXIV dans PAÏEN, ENNE
Deux forts paillards ont chacun un bâton Qu'ils font tomber par poids et par mesure, En observant la cadence et le ton, Paysan. dans PAILLARD, ARDE
Sous sa houpelande Logeait le coeur d'un dangereux paillard, Herm. dans PAILLARD, ARDE
Maint d'entre vous souvent juge au hasard, Sans que pour ce tire à la courte paille, Juge. dans PAILLE
En mon pailler rien ne m'était resté, Depuis deux jours la bête a tout mangé, Faucon dans PAILLER
Boccace n'est le seul qui me fournit.... Il est bien vrai que ce divin esprit Plus que pas un me donne de pratique ; Mais, comme il faut manger de plus d'un pain, Je puise encore en un vieux magasin, Servante. dans PAIN
En l'amoureuse loi, Pain qu'on dérobe et qu'on mange en cachette Vaut mieux que pain qu'on cuit et qu'on achète, Troqueurs. dans PAIN
Chaque jour amène son pain, Fabl. VIII, 2 dans PAIN
Ainsi que vous pleine d'enseignements, Oricène [la maîtresse d'Amadis] prêchait, faisant la chatte-mitte ; Après mille façons, cette bonne hypocrite, Un pain sur la fournée emprunta, dit l'auteur : Pour un petit poupon l'on sait qu'elle en fut quitte, Oeuvres diverses, Ballade sur les romans (1667) dans PAIN
Elles [deux chèvres] avaient la gloire De compter dans leur race, à ce que dit l'histoire, L'une certaine chèvre au mérite sans pair...., Fabl. XII, 4 dans PAIR, AIRE
Paris sans pair n'avait en son enceinte Rien dont les yeux semblassent si ravis Que de la belle, aimable et jeune Aminte, Aveux indiscrets. dans PAIR, AIRE
Ce chien, parce qu'il est mignon, Vivra de pair à compagnon Avec monsieur, avec madame !, Fabl. IV, 5 dans PAIR, AIRE
Si je résiste à chose si gentille, J'atteins le comble et me tire du pair, Diable. dans PAIR, AIRE
Mais la dame voulait paître encore ses yeux Du trésor qu'enfermait la bière, Matr. d'Éphèse. dans PAÎTRE
La bique allant remplir sa traînante mamelle Et paître l'herbe nouvelle, Fabl. IV, 15 dans PAÎTRE
Quand quelque dieu, voyant ses bontés négligées, Nous fait sentir son ire, un autre n'y peut rien ; L'Olympe s'entretient en paix par ce moyen, Filles de Min. dans PAIX
Deux coqs vivaient en paix : une poule survint, Et voilà la guerre allumée, Fabl. VII, 13 dans PAIX
Son nom était Atis, son métier paladin, Petit chien dans PALADIN
Elle tomba plus d'à demi pâmée, Rich. dans PÂMÉ, ÉE
....Ici pâma de joie Des mortels le plus heureux, Fianc. dans PÂMER
même sens Le Gascon se pâme à ce bruit, Gasc. dans PÂMER
La queue en panache étalée, Fabl. VI, 5 dans PANACHE
Ce pauvre cygne achève son destin ; Ne lui donnez plus rien qu'un petit de panade, Car il est mort, autant vaut, Fragm. du Songe de Vaux. dans PANADE
Est-ce à toi [paon] d'envier la voix du rossignol.... Qui te panades, qui déploies Une si riche queue et qui semble à nos yeux La boutique d'un lapidaire ?, Fabl. II, 17 dans PANADER (SE)
Un paon muait : un geai prit son plumage.... Puis parmi d'autres paons tout fier se panada, Croyant être un beau personnage, ib. IV, 9 dans PANADER (SE)
Petit chapeau, jupon, panetière, houlette, Fabl. x, 10 dans PANETIÈRE
Cher compagnon, baisse-toi, je te prie : Je prendrai mon dîner dans le panier au pain, Fabl. VIII, 17 dans PANIER
Et les lièvres sujets à des terreurs paniques, Fabl. v, 19 dans PANIQUE
Montre-nous ton moineau, Et ne me tends plus de panneau, Fabl. IV, 19 dans PANNEAU
Dans mes propres panneaux j'ai donné, j'en enrage, Florent. I, 12 dans PANNEAU
Qu'importe qui vous mange, homme ou loup ? toute panse Me paraît une à cet égard ; Un jour plus tôt, un jour plus tard, Ce n'est pas grande différence, Fabl. x, 4 dans PANSE
.... Me voilà bien surprise ; J'ai passé par ici depuis cinq ou six jours. Un rat, qui la voyait en peine, Lui dit : vous aviez lors la panse bien moins pleine, ib. III, 17 dans PANSE
Un paon muait, un geai prit son plumage, Fabl. IV, 9 dans PAON
Ô papelards, qu'on se trompe à vos mines !, Herm. dans PAPELARD
Dès qu'il [le loup] la voit partie [la chèvre], il contrefait son ton ; Et d'une voix papelarde Il demande qu'on ouvre, en disant foin du loup, Fabl. IV, 15 dans PAPELARD
Nous vîmes que son fait était papelardie, Ballade sur les romans. dans PAPELARDIE
Papillon du Parnasse et semblable aux abeilles, Je suis chose légère et vole à tout sujet ; Je vais de fleur en fleur et d'objet en objet, Poés. mêl. LXIX dans PAPILLON
Je voudrais qu'à cet âge On sortît de la vie ainsi que d'un banquet, Remerciant son hôte, et qu'on fit son paquet, Fabl. VIII, 1 dans PAQUET
Sus ! sus ! courons aux armes !... Chacun [des rats] se met en équipage ; Chacun met dans son sac un morceau de fromage, Chacun promet enfin de risquer le paquet, Fabl. XII, 25 dans PAQUET
Il [l'âne] allait par pays, accompagné du chien, Fabl. VIII, 17 dans PAR
Le bruit s'en répandit par tout le voisinage, VII, 13 dans PAR
Par ma barbe, dit l'autre...., Fabl. III, 5 dans PAR
.... Nous la saurons dompter, Moi par écrire, et vous par réciter, Belph. dans PAR
Mais ne confondons point, par trop approfondir, Leurs affaires avec les vôtres, Fabl. III, 17 dans PAR
Le lendemain, tout le jour se passa à raisonner et par-ci et par-là Sur cette voix et sur cette rencontre, Herm. dans PAR
De par le roi des animaux.... Fut fait savoir à ses vassaux...., Fabl. VI, 14 dans PAR (DE)
Je n'ai jamais appris que ma croix de par Dieu, Fabl. VII, 15 dans PAR (DE)
Féronde était un sot de par le monde, Riche manant, ayant soin du tracas, Féronde. dans PAR (DE)
Un rat.... raillait le marcher un peu lent De la bête de haut parage [un éléphant], Fabl. VIII, 15 dans PARAGE
Anne, puisqu'ainsi va, passait dans son village Pour la perle et le parangon, Cas. dans PARANGON
Par ce parangon des présents Il croyait sa fortune faite, Fabl. XII, 12 dans PARANGON
Nomme-t-on pas aussi mouches les parasites ?, Fabl. IV, 3 dans PARASITE
Ce parasite ailé Que nous avons mouche appelé, Fabl. XII, 11 dans PARASITE
Parbleu, dit le meunier, est bien fou du cerveau, Qui prétend contenter tout le monde et son père, Fabl. III, 1 dans PARBLEU
Tous parcs étaient vergers du temps de nos ancêtres ; Tous vergers sont faits parcs ; le savoir de ces maîtres Change en jardins royaux ceux des simples bourgeois, Psyché, I, p. 104 dans PARC
En second lieu il trompe une cruelle, Et croit gagner les pardons en cela, Richard. dans PARDON
Il n'allait pas quérir pardons à Rome, Quand il pouvait en rencontrer plus près, Gageure. dans PARDON
On n'osa trop approfondir Du tigre ni de l'ours ni des autres puissances Les moins pardonnables offenses, Fabl. VII, 1 dans PARDONNABLE
Lynx envers nos pareils, et taupes envers nous, Nous nous pardonnons tout et rien aux autres hommes, Fabl. I, 7 dans PARDONNER
Nos termes sont pareils par leur courte durée ; Qui de nous des clartés de la voûte azurée Doit jouir le dernier ?, Fabl. XI, 8 dans PAREIL, EILLE
Tu te trouverais mal d'un pareil stratagème ; Je vois de loin, j'atteins de même, Fabl. IV, 19 dans PAREIL, EILLE
Quittez les bois, vous ferez bien : Vos pareils y sont misérables, Fabl. I, 5 dans PAREIL, EILLE
Il lui fallut à jeun retourner au logis.... Serrant la queue et portant bas l'oreille : Trompeurs, c'est pour vous que j'écris, Attendez-vous à la pareille, Fabl. I, 18 dans PAREIL, EILLE
Il prend donc les menus [poissons], puis leur parle à l'oreille ; Et puis il feint à la pareille D'écouter leur réponse, Fabl. VIII, 8 dans PAREIL, EILLE
Il n'est meilleur ami ni parent que soi-même, Fabl. IV, 22 dans PARENT
Un lion de haut parentage Et passant par un certain pré Rencontra bergère à son gré, Fabl. IV, 1 dans PARENTAGE
Impudence, babil et sotte vanité, Et vaine curiosité, Ont ensemble étroit parentage, Ce sont enfants tous d'un lignage, Fabl. x, 3 dans PARENTAGE
Pour comble, enfin, Roderic épousa La parenté de madame Honesta, Belphégor. dans PARENTÉ
Il est assez de geais à deux pieds comme lui Qui se parent souvent des dépouilles d'autrui Et que l'on nomme plagiaires, Fabl. IV, 9 dans PARER
Orangers, arbres que j'adore, Que vos parfums me semblent doux !, Psyché, I, p. 14 dans PARFUM
Nous mettrons donc cette cause au pari, Poursuivit-il, si l'avez agréable, Orais. dans PARI
Gageons un peu quel sera le meilleur, Pour ce jourd'hui, de mon gîte ou du vôtre.... Le parieur ayant changé de voix : Ça, descendez, dit-il, mon gentilhomme, Orais. dans PARIEUR
Les arbres et les plantes Sont devenus chez moi créatures parlantes, Fabl. II, 1 dans PARLANT, ANTE
À peine Mars se présenta Que la belle parlementa, Fragm. du songe de Vaux. dans PARLEMENTER
Il veut parler, l'écorce a sa langue pressée, Philém. et Baucis. dans PARLER
Les jardins parlent peu si ce n'est dans mon livre, Fabl. VIII, 10 dans PARLER
Il est bon de parler, et meilleur de se taire ; Mais tous deux sont mauvais alors qu'ils sont outrés, Fabl. VIII, 10 dans PARLER
D'un langage nouveau J'ai fait parler le loup, et répondre l'agneau, ib. II, 1 dans PARLER
Ne pas louer son siècle est parler à des sourds, Épître à Huet. dans PARLER
Gardez bien de le dire ; On m'appellerait poule ; enfin n'en parlez pas, Fabl. VIII, 6 dans PARLER
Le compagnon ne put rien tirer d'elle Qu'il ne parlât, F. avare dans PARLER
Prenez femme, abbaye, emploi, gouvernement : Les gens en parleront, n'en doutez nullement, Fabl. III, 1 dans PARLER
Car tout parle dans l'univers ; Il n'est rien qui n'ait son langage, Fabl. XI, Épilogue. dans PARLER
Ainsi, dans les dangers qui nous suivent en croupe, Le doux parler ne nuit de rien, Fabl. III, 12 dans PARLER
Ne soyez à la cour, si vous voulez y plaire, Ni fade adulateur, ni parleur trop sincère, Fabl. VII, 7 dans PARLEUR, EUSE
Leur grand valet près d'eux était debout, Garçon bien fait, beau parleur et de mise, Et qui faisait les servantes trotter, Gageure. dans PARLEUR, EUSE
Par écrit Le sénat demanda ce qu'avait dit cet homme, Pour servir de modèle aux parleurs à venir, Fabl. XI, 7 dans PARLEUR, EUSE
Ses cris sont superflus, L'oiseau parleur est déjà dans la barque, Pour dire mieux l'oiseau ne parlant plus..., Fabl. x, 12 dans PARLEUR, EUSE
Sultan léopard autrefois Eut, ce dit-on, par mainte aubaine, Force boeufs dans ses prés, force cerfs dans ses bois, Force moutons parmi la plaine, Fabl. XI, 1 dans PARMI
Mais ce livre [des destins] qu'Homère et les siens ont chanté, Qu'est-ce, que le hasard parmi l'antiquité, Et parmi nous la Providence ?, Fabl. II, 13 dans PARMI
Ces deux emplois sont beaux ; mais je voudrais parmi Quelque doux et discret ami, Fabl. VIII, 10 dans PARMI
Mais je ne me crois pas si chéri du Parnasse, Que de savoir encor toutes ces fictions, Fabl. II, 1 dans PARNASSE
Quoique, ainsi que la pie, il faille dans ces lieux Porter habit de deux paroisses, Fabl. XII, 11 dans PAROISSE
Bien est-il vrai qu'auprès d'une beauté Paroles ont des vertus non pareilles ; Paroles font en amour des merveilles, Orais. dans PAROLE
L'artisan exprima si bien Le caractère de l'idole, Qu'on trouva qu'il ne manquait rien à Jupiter que la parole, Fabl. IX, 6 dans PAROLE
Introduisons celui Qui porte de sa part [de Jupiter] aux belles la parole, Fabl. v, 1 dans PAROLE
Le lendemain elle le régala Tout de son mieux en femme de parole, F. av. dans PAROLE
Ce que je sais, c'est qu'aux grosses paroles On en vient sur un rien plus des trois quarts du temps, Fabl. XII, 8 dans PAROLE
Nos vieux romans, en leur style plaisant, Nomment cela paroles de présent, Remède dans PAROLE
.... La main des Parques blêmes De vos jours et des miens se joue également, Fabl. XI, 8 dans PARQUE
La Parque à filets d'or n'ourdira point ma vie : Je ne dormirai point sous de riches lambris, ib. XI, 4 dans PARQUE
Que mon fils soit enlevé par la Parque, Ou que le ciel le rende à mes souhaits, Fauc. dans PARQUE
Cependant des humains presque les quatre parts S'exposent hardiment au plus grand des hasards [le mariage] ; Les quatre parts aussi des humains se repentent, Fabl. VII, 2 dans PART
Et ce toit faisait part D'une maison voisine du rempart, Or. dans PART
Le lion par ses ongles compta, Et dit : nous sommes quatre à partager la proie ; Puis en autant de parts le cerf il dépeça, Fabl. I, 6 dans PART
Non loin de là certain vieillard S'ennuyait aussi de sa part, Fabl. VIII, 10 dans PART
Deux chèvres donc s'émancipant ....Quittèrent les bas prés, chacune de sa part, L'une vers l'autre allait pour quelque bon hasard, ib. XII, 4 dans PART
....Partant chacun le vit [le léopard], Mais ce fut bientôt fait, bientôt chacun sortit. Le singe de sa part disait : venez de grâce, Venez, messieurs, je fais cent tours de passe-passe, IX, 3 dans PART
Notre avare habitait un lieu dont Amphitrite Défendait aux voleurs de toutes parts l'abord, Fabl. XII, 3 dans PART
Elle eût de part en part Percé son coeur, Court. dans PART
Pendant ces mots l'époux gronde à part soi, Jument dans PART
.... Le repos, trésor si précieux, Qu'on en faisait jadis le partage des dieux, Fabl. VII, 12 dans PARTAGE
Les uns ont la grandeur et la force en partage, Fabl. II, 17 dans PARTAGE
Eux venus, le lion par ses ongles compta, Et dit : nous sommes quatre à partager la proie, Fabl. I, 6 dans PARTAGER
J'ai servi deux tyrans ; Un vain bruit et l'amour ont partagé mes ans, Poésies mêlées, LXIX. dans PARTAGER
L'or se peut partager, mais non pas la louange ; Le plus grand orateur, quand ce serait un ange, Ne contenterait pas, en semblables desseins, Deux belles, deux héros, deux auteurs, ni deux saints, Lettre XVIII dans PARTAGER
Il avait du comptant, Et partant De quoi choisir...., Fabl. I, 17 dans PARTANT
Les tourterelles se fuyaient ; Plus d'amour, partant plus de joie, ib. VII, 1 dans PARTANT
L'air était peint de cent couleurs : Jamais parterre plein de fleurs N'eut tant de sortes de nuances, Psyché, II, p. 218 dans PARTERRE
L'on ferait au Scamandre un très méchant parti, Scam. dans PARTI
Il vint des partis d'importance ; La belle les trouva trop chétifs de moitié, Fabl. VII, 5 dans PARTI
....Madame Honesta, C'était son nom, avait eu jusque-là Force partis...., Belph. dans PARTI
Sa gouvernante, Qui du secret n'était participante, Rem. dans PARTICIPANT, ANTE
De la particulariser en détail [la ville d'Orléans dont il avait donné une description générale], je vous ennuierais, Lett. à sa femme, 30 août 1663 dans PARTICULARISER
La sotte vanité nous est particulière, Fabl. VIII, 15 dans PARTICULIER, ÈRE
Anselme étant parti, tout aussitôt Argie S'en alla demeurer aux champs ; Et tout aussitôt les amants De l'aller voir firent partie, Pet. ch. dans PARTIE
Je vous en déferai [d'un lièvre qui faisait du dégât dans un jardin], bon homme, sur ma vie. - Et quand ? - Et dès demain, sans tarder plus longtemps. La partie ainsi faite, il vient avec ses gens, Fabl. IV, 4 dans PARTIE
Si bien qu'un jour qu'ils étaient en devis, Minutolo, pour lors de la partie, Comme en passant mit dessus le tapis Certains propos de certaines coquettes, Richard. dans PARTIE
Un loup disait que l'on l'avait volé : Un renard, son voisin, d'assez mauvaise vie, Pour ce prétendu vol par lui fut appelé ; Devant le singe il fut plaidé, Non point par avocats, mais par chaque partie, Fabl. II, 3 dans PARTIE
...Ces gens, gais et joyeux, Sont sur le point de partir leur chevance, Orais. dans PARTIR
La colombe l'entend, part, et tire de long, Fabl. II, 12 dans PARTIR
Il [le lièvre] partit comme un trait ; mais les élans qu'il fit Furent vains...., ib. VI, 10 dans PARTIR
Rien ne sert de courir ; il faut partir à point, Fabl. VI, 10 dans PARTIR
Votre compassion.... Part d'un bon naturel, Fabl. I, 22 dans PARTIR
Quelque gros partisan m'achètera bien cher, Fabl. V, 3 dans PARTISAN
Un jour qu'assis tous deux dans les sacrés parvis, Ils contaient cette histoire aux pèlerins ravis, Phil. et Baucis. dans PARVIS
Légère et court vêtue, elle allait à grands pas, Fabl. VII, 10 dans PAS
Les pas empreints sur la poussière Par ceux qui s'en vont faire au malade leur cour, Tous, sans exception, regardent sa tanière, Pas un ne marque de retour, Fabl. VI, 14 dans PAS
Nous avons changé de méthode, Jodelet n'est plus à la mode, Et maintenant il ne faut pas Quitter la nature d'un pas, Oeuv. div. Lettre à Maucroix, relat. d'une fête à Vaux. dans PAS
J'ai sur les bras une dame jolie à qui je dois faire franchir le pas, Papefig. dans PAS
....Autrefois entre elles [deux chèvres] Il survint de grands débats Pour le pas, Fabl. VII, 17 dans PAS
Autrefois l'éléphant et le rhinocéros, En dispute du pas et des droits de l'empire, ib. XII, 21 dans PAS
Ainsi s'avançaient pas à pas, Nez à nez nos aventurières, Fabl. XII, 4 dans PAS
Enseigne-moi, de grâce, De mon voleur, lui dit-il, la maison ; Que de ce pas je me fasse raison, Fabl. VI, 2 dans PAS
Et tout d'un pas s'en va trouver Janot, Rich. dans PAS
Fit-il pas mieux que de se plaindre ?, Fabl. III, 11 dans PAS
Nomme-t-on pas aussi mouches les parasites ?, ib. IV, 3 dans PAS
Vos fréquentes passades, Joutes, tournois, devises, sérénades, M'ont avant vous déclaré votre amour, Magn. dans PASSADE
Le trop superbe équipage Peut souvent en un passage Causer du retardement, Fabl. IV, 6 dans PASSAGE
Un savetier chantait du matin jusqu'au soir, C'était merveilles de le voir ; Merveilles de l'ouïr, il faisait des passages...., Fabl. VIII, 2 dans PASSAGE
Et je sais que de moi tu médis l'an passé, Fabl. I, 10 dans PASSÉ, ÉE
Ce sont des feux bientôt passés Que ceux qui ne sont point dans leur cours traversés, Fiancée. dans PASSÉ, ÉE
Et moi, maître passé, quand j'attrape un vieux coq, Je suis au comble de la joie !, Fabl. XI, 3 dans PASSÉ, ÉE
L'autre [le renard] était passé maître en fait de tromperie, ib. III, 5 dans PASSÉ, ÉE
Et l'autre [charlatan] affiche par la ville Qu'il est un passe-Cicéron, Fabl. VI, 19 dans PASSE-CICÉRON
Le singe, de sa part, disait : Venez, de grâce ; Venez, messieurs : je fais cent tours de passe-passe, Fabl. IX, 3 dans PASSE-PASSE
L'aveugle enfant joueur de passe-passe [l'Amour], Quipr. dans PASSE-PASSE
Quand un autre dragon, qui n'avait qu'un seul chef, Et bien plus d'une queue, à passer se présente, Fabl. I, 12 dans PASSER
Creusez, fouillez, bêchez ; ne laissez nulle place Où la main ne passe et repasse, Fabl. v, 9 dans PASSER
Passez, passez sur les perfections, Il n'est pas question de vanter son mérite, Florent. I, 8 dans PASSER
Une morale nue apporte de l'ennui : Le conte fait passer le précepte avec lui, Fabl. VI, 1 dans PASSER
Qui pense finement et s'exprime avec grâce Fait tout passer ; car tout passe ; Je l'ai cent fois éprouvé, Tabl. dans PASSER
Un octogénaire plantait : Passe encor de bâtir, mais planter à cet âge...., Fabl. XI, 8 dans PASSER
Ce n'est pas en passant qu'on traite cette chose, Coupe. dans PASSER
Passez votre chemin, la fille, et m'en croyez, Fabl. III, 1 dans PASSER
Quant à son temps, bien sut le dispenser, Deux parts en fit, dont il soulait passer L'une à dormir et l'autre à ne rien faire, Son épitaphe. dans PASSER
Pâques vint, et ce fut un nouvel embarras, Anne, faisant passer ses péchés en revue, Comme un passe-volant mit en un coin ce cas, Cas de consc. dans PASSE-VOLANT
Les morts sont donc heureux ? ce n'est point mon avis ; Je veux des passions, et, si l'état le pire Est le néant, je ne sais point De néant plus complet qu'un coeur froid à ce point, Filles de Minée. dans PASSION
Quelques imitateurs, sot bétail, je l'avoue, Suivent en vrais moutons le pasteur de Mantoue, Poésies mêlées, LXX dans PASTEUR
Mais tout cela n'est rien au prix Des mulets de Son Éminence ; Leur attirail doit avoir coûté cher ; Ils se suivaient en file ainsi que patenôtres, Lettres, I dans PATENÔTRE
Le secret même encor se répéta Par le Pater, Comment l'esprit. dans PATER
Ô dieux hospitaliers, que vois-je ici paraître ? Dit l'animal chassé du paternel logis, Fabl. VII, 15 dans PATERNEL, ELLE
Le scélérat [renard]... Passa près d'un patibulaire ; Là, des animaux ravissants, Blaireaux, renards, hiboux.... Pour l'exemple pendus...., Fabl. XII, 23 dans PATIBULAIRE
Car de mettre au patibulaire Le corps d'un mari tant aimé, Ce n'était pas peut-être une si grande affaire, Matr. dans PATIBULAIRE
Patience et longueur de temps Font plus que force ni que rage, Fabl. II, 11 dans PATIENCE
Hélas ! on voit que de tout temps Les petits ont pâti des sottises des grands, Fabl. II, 4 dans PÂTIR
Sous un chêne aussitôt il va prendre son somme, Un gland tombe : le nez du dormeur en pâtit, Fabl. IX, 4 dans PÂTIR
Mes frères, leur dit-il, ne me décelez pas : Je vous enseignerai les pâtis les plus gras, Fabl. IV, 21 dans PÂTIS
Voilà, dit Xanthus, la pâtisserie la plus méchante que j'aie jamais mangée, Vie d'Ésope. dans PÂTISSERIE
L'âne, qui goûtait fort l'autre façon d'aller, Se plaint en son patois, Fabl. III, 1 dans PATOIS
On entendit, à son exemple, Rugir en leur patois messieurs les courtisans, ib. VIII, 14 dans PATOIS
Autant qu'un patriarche il vous faudrait vieillir, Fabl. XI, 8 dans PATRIARCHE
Chaque mère à sa bru l'alléguait pour patron, Matrone. dans PATRON
La bête scélérate à de certains cordons se tenait par la patte, Fabl. III, 18 dans PATTE
....Favori [un chien] Danse et tend la patte au mari, Petit chien. dans PATTE
Montrez-moi patte blanche, ou je n'ouvrirai point, Fabl. IV, 15 dans PATTE
Allez, vous êtes une ingrate ; Ne tombez jamais sous ma patte, Fabl. III, 9 dans PATTE
[Le chat et le renard] Deux francs patte-pelus qui, des frais du voyage, Croquant mainte volaille, escroquant maints fromages, S'indemnisaient à qui mieux mieux, Fabl. IX, 14 dans PATTE-PELU, UE
De façon qu'un beau soir qu'il était en pâture, Notre aigle aperçut d'aventure.... Deux petits monstres fort hideux, Fabl. v, 18 dans PÂTURE
Et le premier instant où les enfants des rois Ouvrent les yeux à la lumière Est celui qui vient quelquefois Fermer pour toujours leur paupière, Fabl. VIII, 1 dans PAUPIÈRE
Un milan, qui dans l'air planait, faisait la ronde, Voit d'en haut le pauvret se débattant sur l'onde, Fabl. IV, 11 dans PAUVRET, ETTE
Le fidèle émoucheur Vous empoigne un pavé, le lance avec roideur, Fabl. VIII, 10 dans PAVÉ
Il choisit une nuit libérale en pavots ; Chacun était plongé dans un profond repos, Fabl. XI, 3 dans PAVOT
En donnant à leur mère tant, Payable quand chacune d'elles Ne posséderait plus sa contingente part, Fabl. II, 20 dans PAYABLE
Je vous payerai, lui dit-elle, Avant l'oût, foi d'animal, Intérêt et principal, Fabl. I, 1 dans PAYER
Tous deux [les médecins] s'étant trouvés différents pour la cure, Leur malade paya le tribut à nature, Fables, V, 12 dans PAYER
Grande dispute à qui la première payera, Cord. dans PAYER
C'était un roi qui payait mal ; Il n'est pas le seul en l'histoire, Fragm. du songe de Vaux. dans PAYER
Il enferme sa femme en une tour carrée, Lui va soir et matin reprocher son forfait ; Cette honte qu'aurait le silence enterrée, Court le pays et vit du vacarme qu'il fait, Coupe. dans PAYS
Va, déloyal, va-t'en, je te le dis : Je suis bien sotte et bien de mon pays De te garder la foi de mariage, Richard. dans PAYS
Je définis la cour un pays où les gens, Tristes, gais, prêts à tout, à tout indifférents, Sont ce qu'il plaît au prince, ou, s'ils ne peuvent l'être, Tâchent au moins de le paraître, Fables, VIII, 14 dans PAYS
Un paysan son seigneur offensa ; L'histoire dit que c'était bagatelle ; Et toutefois ce seigneur le tança Fort rudement ; ce n'est chose nouvelle, Paysan. dans PAYSAN, SANNE
gouffre, banc ni rocher, n'exigea de péage D'aucun de ses ballots, Fabl. VII, 14 dans PÉAGE
Un loup n'avait que les os et la peau, Tant les chiens faisaient bonne garde, Fabl. I, 5 dans PEAU
Tant pis, reprit le triste oiseau, Je crains en ce cas pour leur peau [de mes enfants], Fabl. V, 18 dans PEAU
On nous voit tous pour l'ordinaire Piller le survenant, nous jeter sur sa peau, ib. X, 15 dans PEAU
....Il veut avoir Un manchon de ma peau, tant elle est bigarrée, Et vergetée, et mouchetée, Fabl. IX, 3 dans PEAU
La pesanteur des peaux [chez un tanneur] et leur mauvaise odeur Eurent bientôt choqué l'impertinente bête [un âne], ib. VI, 11 dans PEAU
Si Peau d'âne m'était conté, J'y prendrais un plaisir extrême, Fabl. VIII, 4 dans PEAU
Sa peccadille [de l'âne qui avait mangé un peu d'herbe] fut jugée un cas pendable, Fabl. VII, 1 dans PECCADILLE
Arrière les humeurs, qu'elles pèchent ou non ; La fièvre est un levain qui subsiste sans elles, Quinquina, II dans PÉCHER
De tels regrets Pourraient pécher par leur excès, Matr. dans PÉCHER
Le maître de ce lieu dans huit jours pêchera, Fabl. X, 4 dans PÊCHER
Un carpeau qui n'était encore que fretin, Fut pris par un pêcheur au bord d'une rivière, Fabl. V, 3 dans PÊCHEUR
La chétive pécore [une grenouille] S'enfla si bien qu'elle creva, Fabl. I, 3 dans PÉCORE
Plein de courroux et vide de pécune, Léger d'argent et chargé de rancune, Papefig. dans PÉCUNE
Et ne sais bête au monde pire Que l'écolier, si ce n'est le pédant, Fabl. IX, 5 dans PÉDANT
Avec plus de raison nous [lions] aurions le dessus [sur les hommes], Si mes confrères savaient peindre, Fabl. III, 10 dans PEINDRE
Ses chagrins le rendaient pourtant méconnaissable.... Tant la peine et l'amour l'avaient défiguré !, Filles de Minée. dans PEINE
Voilà nos gens rejoints ; et je laisse à penser De combien de plaisirs ils payèrent leurs peines, Fabl. IX, 2 dans PEINE
....Que sent-on [dans l'amour] ? Des peines près de qui le plaisir des monarques Est ennuyeux et fade : on s'oublie, on se plaît Toute seule en une forêt, Fabl. VIII, 13 dans PEINE
Travaillez, prenez de la peine, C'est le fonds qui manque le moins, Fabl. V, 9 dans PEINE
Toute peine, dit-on, est digne de loyer, ib. XII, 22 dans PEINE
Viens donc ; et de ce bien, ô douce volupté, Veux-tu savoir au vrai la mesure certaine ? Il m'en faut tout au moins un siècle bien compté, Car trente ans, ce n'est pas la peine, Psyché, II, p. 217 dans PEINE
Nous suons, nous peinons comme bêtes de somme, Fabl. III, 2 dans PEINER
Chemin faisant, il vit le cou du chien pelé, Fabl. I, 5 dans PELÉ, ÉE
Un loup quelque peu clerc prouva par sa harangue Qu'il fallait dévouer ce maudit animal, Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout leur mal, Fabl. VII, 1 dans PELÉ, ÉE
Marché fait, les oiseaux forgent une machine Pour transporter la pèlerine [tortue qui voulait voir le pays], Fabl. X, 3 dans PÈLERIN, INE
Nos gaillards pèlerins, Par monts, par vaux et par chemins, Au gué d'une rivière à la fin arrivèrent, Fabl. II, 10 dans PÈLERIN, INE
Le chat et le renard, comme beaux petits saints, S'en allaient en pèlerinage, Fabl. IX, 14 dans PÈLERINAGE
La penaille, ensemble enfermée, Fut en peu d'heures consumée, Cordel. dans PENAILLE
Vous, vieux penard, moi, fille jeune, Cal. dans PENARD
Que quand Jupiter même était de simple bois, Phil. et Baucis. dans PÉNATES
Il renonce aux courses ingrates, Revient en son pays, voit de loin ses pénates, Fabl. VII, 12 dans PÉNATES
Là, s'il est quelque lieu sans route et sans chemins, Un rocher, quelque mont pendant en précipices, Fabl. XII, 4 dans PENDANT, ANTE
De grâce, à quoi bon tout ceci ? Dit une abeille fort prudente ; Depuis tantôt six mois que la cause est pendante, Nous voici comme au premier jour, Fabl. I, 21 dans PENDANT, ANTE
La belle mit son corset des beaux jours, Son demi-ceint, ses pendants de velours, Hermite. dans PENDANT, ANTE
C'est qu'on pende aux créneaux haut et court le corsaire, Fianc. dans PENDRE
Le procès pend et pendra de la sorte Encor longtemps, comme l'on peut juger, Gageure. dans PENDRE
Le galant fait le mort, et du haut d'un plancher Se pend la tête en bas, Fabl. III, 18 dans PENDRE
Les Anglais pensent profondément ; ....Vos gens à pénétrer l'emportent sur les autres, Fabl. XII, 23 dans PÉNÉTRER
Une honnête femme se devait contenter du mari que les dieux lui avaient donné, de quelque façon qu'il fût fait, et ne pas pénétrer plus avant qu'il ne plaisait à ce mari qu'elle pénétrât ?, Psyché, II, p. 149 dans PÉNÉTRER
L'un et l'autre se dit adieu de la pensée, Philém. et Bauc. dans PENSÉE
À quoi bon charger votre vie Des soins d'un avenir qui n'est pas fait pour vous ? Ne songez désormais qu'à vos erreurs passées ; Quittez le long espoir et les vastes pensées, Fabl. XI, 8 dans PENSÉE
Dont Teudelingue entra par plusieurs fois En pensement...., Mul. dans PENSEMENT
Quant au surplus, je le laisse à penser, Rich. dans PENSER
Je laisse à penser la vie Que firent ces deux amis, Fabl. I, 9 dans PENSER
....Les Anglais pensent profondément ; Leur esprit, en cela, suit leur tempérament ; Creusant dans les sujets et forts d'expériences, Ils étendent partout l'empire des sciences, Fabl. XII, 23 dans PENSER
Le plus âne des trois n'est pas celui qu'on pense, Fabl. III, 1 dans PENSER
Comme un enfant penses-tu me traiter ?, Rich. dans PENSER
Elle ravit sans y penser : que fait-elle lorsqu'elle y pense ?, Lett. XX dans PENSER
Ce chien, voyant sa proie en l'eau représentée, La quitta pour l'image, et pensa se noyer, Fabl. VI, 17 dans PENSER
Comme ils se confiaient leurs pensers et leurs soins, Fabl. III, 1 dans PENSER
Viviers et réservoirs lui [au cormoran] payaient pension, Fabl. X, 4 dans PENSION
Quelle que soit la pente et l'inclination Dont l'eau par sa course l'emporte, Fabl. III, 16 dans PENTE
Quant à l'humeur contredisante, Je ne sais s'il avait raison, Mais que cette humeur soit ou non Le défaut du sexe et sa pente...., Fabl. III, 16 dans PENTE
Le mulet, en se défendant, Se sent percé de coups, il gémit, il soupire, Fabl. I, 4 dans PERCÉ, ÉE
[Le vieux de la montagne].... leur faisait donner du paradis Un avant-goût à leur sens perceptible, Fér. dans PERCEPTIBLE
D'où vient donc que son influence [d'une planète] Agit différemment sur ces deux hommes-ci ? Puis comment pénétrer jusques à notre monde ? Comment percer des airs la campagne profonde ? Percer Mars, le soleil, et des vides sans fin ?, Fabl. VIII, 16 dans PERCER
Cependant un faucon sur sa perche voyait Notre Manseau qui s'enfuyait, Fabl. VIII, 21 dans PERCHE
Maître corbeau, sur un arbre perché, Tenait en son bec un fromage, Fabl. I, 2 dans PERCHÉ, CHÉE
L'énormité du fait le rendit si confus, Que d'abord tous ses sens demeurèrent perclus, Joc. dans PERCLUS, USE
Croyez-moi, vous n'y perdrez rien, Fianc. dans PERDRE
Qui va, qui vient, qui court, qui perd ses pas, Magn. dans PERDRE
Je ne dormirai point sous de riches lambris : Mais voit-on que le somme en perde de son prix ?, Fabl. XI, 4 dans PERDRE
Elle gémit en vain ; sa plainte au vent se perd, Fabl. II, 8 dans PERDRE
Le lièvre et la perdrix, concitoyens d'un champ, Fabl. v, 17 dans PERDRIX
Tout père frappe à côté, Fabl. VIII, 20 dans PÈRE
Ce sont, dit-il, leurs lois qui m'ont de ce logis Rendu maître et seigneur, et qui, de père en fils, L'ont, de Pierre à Simon, puis à moi Jean, transmis, Fabl. VII, 16 dans PÈRE
La ruse la mieux ourdie Peut nuire à son inventeur, Et souvent la perfidie Retourne sur son auteur, Fabl. IV, 11 dans PERFIDIE
Aux grands périls tel a pu se soustraire, Qui périt pour la moindre affaire, Fabl. II, 9 dans PÉRIL
La période est longue, il faut reprendre haleine, Fabl. II, 1 dans PÉRIODE
Un jour un coq détourna Une perle qu'il donna Au beau premier lapidaire : Je la crois fine, dit-il ; Mais le moindre grain de mil Ferait bien mieux mon affaire, Fabl. I, 20 dans PERLE
Les permuteurs [ceux qui avaient troqué leurs femmes] ne pouvaient bonnement Exécuter un pareil changement Dans ce village à moins que de scandale, Troq. dans PERMUTEUR
Deux avocats qui ne s'accordaient point Rendaient perplex un juge de province, Juge dans PERPLEXE
Perrin Dandin arrive : ils le prennent pour juge ; Perrin fort gravement ouvre l'huître et la gruge, Fabl. IX, 9 dans PERRIN DANDIN
Les premières [jeunes filles] portaient force présents divers ; Tout le reste entourait la déesse aux yeux pers, Filles de Minée. dans PERS, ERSE
Cela [changer de pays] ne nous délivra pas des amants ; ceux de la contrée étaient plus persécutants que les autres, Psyché, II, p. 128 dans PERSÉCUTANT, ANTE
Se croire un personnage est fort commun en France, Fabl. VIII, 15 dans PERSONNAGE
Un loup qui commençait d'avoir petite part Aux brebis de son voisinage, Crut qu'il fallait s'aider de la peau du renard, Et faire un nouveau personnage, Fabl. III, 3 dans PERSONNAGE
Entre la veuve d'une année Et la veuve d'une journée La différence est grande ; on ne croirait jamais Que ce fût la même personne ; L'une fait fuir les gens, et l'autre a mille attraits, Fabl. VI, 21 dans PERSONNE
En sage et discrète personne Maître chat excusait ces jeux, ib. XII, 2 dans PERSONNE
[L'argent] Fait taire chiens, et, quand il veut, servantes, Et, quand il veut, les rend plus éloquentes Que Cicéron, et mieux persuadantes, Faucon. dans PERSUADANT, ANTE
La perte d'un époux ne va point sans soupirs, Fabl. VI, 21 dans PERTE
Dans le pertuis mettant un long cornet, Herm. dans PERTUIS
À ces mots l'animal pervers (C'est le serpent que je veux dire, Et non l'homme : on pourrait aisément s'y tromper), Fabl. X, 2 dans PERVERS, ERSE
Les injustices des pervers Servent souvent d'excuse aux nôtres, Fabl. VI, 15 dans PERVERS, ERSE
Acante, le public à vos vers applaudit ; C'est quelque chose, mais la gloire Ne compte pas toujours les voix, Elle les pèse quelquefois, Lett. XII dans PESER
Si je te vois jamais regarder cette porte, M'entends-tu ? tu sauras ce que pèse ma main, l'Eunuque, v, 5 dans PESER
Rien ne pèse tant qu'un secret ; Le porter loin est difficile aux dames ; Et je sais même sur ce fait Bon nombre d'hommes qui sont femmes, Fabl. VIII, 6 dans PESER
Un mal qui répand la terreur, Mal que le ciel en sa fureur Inventa pour punir les crimes de la terre, La peste (puisqu'il faut l'appeler par son nom), Fabl. VII, 1 dans PESTE
Mainte peste de cour fit tant, par maint ressort, Que la candeur du juge, ainsi que son mérite, Furent suspects au prince...., Fabl. X, 10 dans PESTE
Pour venir au chartier embourbé dans ces lieux, Le voilà qui déteste et jure de son mieux, Pestant en sa fureur extrême Tantôt contre les trous, puis contre ses chevaux, Contre son char, contre lui-même, Fabl. VI, 18 dans PESTER
Moitié de ce fardeau ne vous sera que jeu ; Le cheval refusa, fit une pétarade, Fabl. VI, 16 dans PÉTARADE
Entre nos ennemis Les plus à craindre sont souvent les plus petits, Fabl. II, 9 dans PETIT, ITE
Petit poisson deviendra grand, Pourvu que Dieu lui prête vie, ib. V, 3 dans PETIT, ITE
Nous [rats] ne nous prisons pas, tout petits que nous sommes, D'un grain moins que les éléphants, ib. VIII, 15 dans PETIT, ITE
Se fait petit, se serre, Gasc. dans PETIT, ITE
Mais près de ces grands noms [les anciens] notre gloire est petite, Épître à Huet. dans PETIT, ITE
Tout petit prince a des ambassadeurs, Fabl. I, 3 dans PETIT, ITE
On a souvent besoin d'un plus petit que soi, ib. II, 12 dans PETIT, ITE
Hélas ! on voit que de tout temps Les petits ont pâti des sottises des grands, Fabl. II, 4 dans PETIT, ITE
Ne lui donnez plus rien qu'un petit de panade ; Car il est mort, autant vaut, Songe de Vaux, 4e fragm. dans PETIT, ITE
Notre docteur régalait sa moitié Petitement ; enfin c'était pitié, Calendr. dans PETITEMENT
...La nature a mis dans chaque créature Quelque grain d'une masse où puisent les esprits ; J'entends les esprits-corps et pétris de matière, Fabl. X, 15 dans PÉTRI, IE
Morceaux pétrifiés, coquillage, croissance, Caprices infinis du hasard et des eaux, Reparaissent aux yeux plus brillants et plus beaux, Psyché, I, 18 dans PÉTRIFIÉ, ÉE
Quand un moineau du voisinage S'en vint les visiter, et se fit compagnon Du pétulant pierrot et du sage raton, Fabl. XII, 2 dans PÉTULANT, ANTE
Quand je dis point, je veux dire très peu ; Encor ce peu lui donnait de la peine, Calendr. dans PEU
Le peu qu'il en restait, n'osant quitter son trou, Ne trouvait à manger que le quart de son soûl, Fabl. II, 2 dans PEU
L'une [femme] encor verte, et l'autre un peu bien mûre, Fabl. I, 17 dans PEU
...un personnage Lourd et de peu..., Mandr. dans PEU
Quand on l'ignore [qu'une femme est infidèle], ce n'est rien ; Quand on le sait, c'est peu de chose, Coupe enchant. dans PEU
Je reviendrai dans peu conter de point en point Mes aventures à mon frère, Fabl. IX, 2 dans PEU
Un païen qui sentait quelque peu le fagot, Fabl. IV, 19 dans PEU
Est-il juste qu'on meure Au pied levé ? dit-il [le centenaire] : attendez quelque peu, ib. VIII, 1 dans PEU
Et si j'ai sur ce point Acquis tant soit peu d'habitude, Fabl. XI, 4 dans PEU
Je m'écarte, je vais détrôner le sophi ; On m'élit roi, mon peuple m'aime, Fabl. VII, 10 dans PEUPLE
Corrigez-vous, dira quelque sage cervelle. Eh la peur se corrige-t-elle ?, Fabl. II, 14 dans PEUR
Il leur cria d'un ton à faire peur...., Herm. dans PEUR
Les gens de naturel peureux Sont, disait-il, bien malheureux, Fabl. II, 14 dans PEUREUX, EUSE
Le phaéton d'une voiture à foin Vit son char embourbé, Fabl. VI, 18 dans PHAÉTON
Et ce trésor à part créé [l'âme] Suivrait parmi les airs les célestes phalanges, Fabl. X, 1 dans PHALANGE
Et les encore, enfin tout le phébé, Comment l'esprit. dans PHÉBÉ
Eh bien ! gageons nous deux [le soleil et le vent], Dit Phébus, sans tant de paroles, à qui plus tôt aura dégarni les épaules Du cavalier que nous voyons, Fabl. VI, 3 dans PHÉBUS
Sans mentir, si votre ramage Se rapporte à votre plumage, Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois, Fabl. I, 2 dans PHÉNIX
Des forêts où chante en tout temps Philomèle, honneur des bocages, De qui le règne, en nos ombrages, Naît et meurt avec le printemps, Psyché, I, p. 47 dans PHILOMÈLE
Enfin il [le lièvre] se trahit lui-même Par les esprits sortant de son corps échauffé ; Miraut, sur leur odeur ayant philosophé, Conclut que c'est son lièvre, Fabl. v, 17 dans PHILOSOPHER
Pour venir à ses fins, l'amoureuse Nérie Employa philtres et brevets, Coupe. dans PHILTRE
Je sais de qui procède cette piaffe, Serv. dans PIAFFE
Prends ton pic, et me romps ce caillou qui te nuit, Fabl. VI, 18 dans PIC
Qui ne fait châteaux en Espagne ? Picrochole, Pyrrhus, la laitière, enfin tous, Autant les sages que les fous, Fabl. VII, 10 dans PICROCHOLE
L'aigle, reine des airs, avec Margot la pie, Différentes d'humeur, de langage et d'esprit, Et d'habit, Traversaient un bout de prairie, Fabl. XII, 11 dans PIE
Ingrat ne suis, son nom [de Mme de Sévigné] serait piéça De là le ciel, si l'on m'en voulait croire, Poés. mêlées, XX dans PIÉÇA
Sa mère... Vit qu'il manquait une pièce au troupeau, Cloch. dans PIÈCE
Je hais les pièces d'éloquence Hors de leur place, et qui n'ont point de fin, Fabl. IX, 5 dans PIÈCE
Ce ne fut pas sans la garder bonne à Ésope, qui tous les jours faisait de nouvelles pièces à son maître, Vie d'Ésope. dans PIÈCE
Part demeure sur pied, en la même posture, Fianc. dans PIED
Ils n'avaient pas le pied hors de la chambre Que..., Rém. dans PIED
Malgré tant de dangers, l'une de ces personnes [deux chèvres] Pose un pied sur la planche, et l'autre en fait autant, Fabl. XII, 4 dans PIED
Du pied du mur enfin il s'approcha, Orais. dans PIED
Laissez-leur prendre un pied chez vous, Ils en auront bientôt pris quatre, Fabl. II, 7 dans PIED
Tout père frappe à côté ; Qu'arriva-t-il ? notre engeance Prit pied sur cette indulgence, Fabl. VIII, 20 dans PIED
....Pour elle sa tendresse Devint bonne amitié ; sur ce pied notre amant L'allait voir fort assidûment, Pet. chien. dans PIED
....Ils lui prirent en somme Chapeau, casaque, habit, bourse et cheval, Bottes aussi : vous n'aurez tant de mal D'aller à pied, lui dirent les perfides, Or. dans PIED
Un vieux renard, mais des plus fins, Grand croqueur de poulets, grand preneur de lapins.... Fut enfin au piége attrapé, Fabl. v, 5 dans PIÉGE
Certain fou poursuivait à coups de pierre un sage, Fabl. XII, 22 dans PIERRE
Son fait, dit-on, consiste en des pierres de prix : Un grand coffre en est plein, fermé de dix serrures, Fabl. X, 10 dans PIERRE
Celui qui s'était vu Corydon ou Tircis Fut Pierrot et rien davantage, Fabl. IV, 2 dans PIERROT
Quand un moineau du voisinage S'en vint les visiter, et se fit compagnon Du pétulant pierrot et du sage raton, Fabl. XII, 2 dans PIERROT
Si le pieux y règne, on n'en a point banni Du profane innocent le mérite infini, Poésies mêlées, XXXIX. dans PIEUX, EUSE
Deux pigeons s'aimaient d'amour tendre ; L'un d'eux, s'ennuyant au logis, Fut assez fou pour entreprendre Un voyage en lointain pays, Fabl. IX, 2 dans PIGEON
Et puis, quand le chasseur croit que son chien la pille, Elle [la perdrix] lui dit adieu...., Fabl. X, 1 dans PILLER
.... Car étant de nature à piller ses pareils, mainte mésaventure L'aurait fait retourner chez lui Avec cette partie [oreilles] en cent lieux altérée, ib. X, 9 dans PILLER
On nous voit tous, pour l'ordinaire, Piller le survenant, nous jeter sur sa peau, Fabl. X, 15 dans PILLER
La pilule, à vrai dire, était assez amère, Contr. dans PILULE
Hortense : [Le voir] Toujours incommodé, toujours tremblant d'effroi, C'était, je vous l'avoue, un grand plaisir pour moi. - Harpagesme, à part : Quelle pilule !, Florentin, I, 8 dans PILULE
Du doigt les serre, il avait bonne pince, Juge. dans PINCE
Un pince-maille avait tant amassé, Qu'il ne savait où loger sa finance, Fabl. x, 5 dans PINCE-MAILLE
[Elle] Le pinçait, lui venait sourire, Sur les yeux lui mettait la main, Sur le pied lui marchait enfin, Nicaise. dans PINCER
Notre amante.... coupe ses habits, Corps piqué d'or, garnitures de prix, Courtis. dans PIQUÉ, ÉE
Les plaisirs défendus n'auront rien qui vous pique, Coupe. dans PIQUER
Il se piqua pour certaine femelle De haut état..., Magnif. dans PIQUER
S'il se fût piqué d'elle, Court. dans PIQUER
Le mulet d'un prélat se piquait de noblesse, Fabl. VI, 7 dans PIQUER
Parmi les animaux le chien se pique d'être Soigneux et fidèle à son maître, ib. VIII, 25 dans PIQUER
Notre condition jamais ne nous contente ; La pire est toujours la présente, Fabl. VI, 11 dans PIRE
Au pis aller, l'argent le fera taire, Mandr. dans PIS
Quelque plume y périt, et le pis du destin Fut qu'un certain vautour à la serre cruelle Vit notre malheureux [pigeon]...., Fabl. IX, 2 dans PIS
Ce fut là le pis de l'aventure, Or. dans PIS
....Les gens n'ont point de honte De faire aller le mal toujours de pis en pis, Fabl. III, 8 dans PIS
Certain chien, qui portait la pitance au logis, Fabl. VIII, 7 dans PITANCE
Ce pitaud doit valoir, pour le point souhaité Bachelier et docteur ensemble.... Le coquin, lourd d'ailleurs et très court en esprit, Tabl. dans PITAUD, AUDE
Un loup vit en passant ce spectacle piteux [quatre corps étendus], Fabl. VIII, 27 dans PITEUX, EUSE
Mais un fripon d'enfant, cet âge est sans pitié, Prit sa fronde...., Fabl. IX, 2 dans PITIÉ
Je veux vous prouver que la pitié est le mouvement le plus agréable de tous ; votre erreur provient de ce que vous confondez ce mouvement avec la douleur, Psyché, I, p. 100 dans PITIÉ
Pauvres gens, je les plains ; car on a pour les fous Plus de pitié que de courroux, Fabl. VII, 12 dans PITIÉ
Un bûcheron perdit son gagne-pain... Ce fut pitié là-dessus de l'entendre, Fabl. V, 1 dans PITIÉ
Tantôt je peins en un récit La sotte vanité jointe avecque l'envie, Deux pivots sur qui roule aujourd'hui notre vie, Fabl. v, 1 dans PIVOT
À ces mots La médiocrité revient ; on lui fait place, Fabl. VII, 6 dans PLACE
Puisque vous ne touchiez jamais à cet argent, Mettez une pierre à la place ; Elle vous vaudra tout autant, Fabl. IV, 20 dans PLACE
Zoon plaisait aux yeux ; mais ce n'est pas assez ; Son peu d'esprit, son humeur sombre Rendaient ses talents mal placés, Filles de Minée. dans PLACÉ, ÉE
Nous fatiguons le ciel à force de placets, Fabl. VI, 11 dans PLACET
Tel on voit qu'un lion, roi de l'ardente plage, De sang et de meurtre altéré, Porte sur les chasseurs un regard assuré, Lett. XX dans PLAGE
Il est assez de geais à deux pieds comme lui Qui se parent souvent des dépouilles d'autrui, Et que l'on nomme plagiaires, Fabl. IV, 9 dans PLAGIAIRE
Depuis qu'il est des lois, l'homme pour ses péchés Se condamne à plaider la moitié de sa vie, Fabl. XII, 27 dans PLAIDER
Au lieu qu'on nous mange, on nous gruge, On nous mine par des longueurs ; On fait tant, à la fin, que l'huître est pour le juge, Les écailles pour les plaideurs, Fabl. I, 21 dans PLAIDEUR, EUSE
Mettez ce qu'il en coûte à plaider aujourd'hui ; Comptez ce qu'il en reste à beaucoup de familles ; Vous verrez que Perrin tire l'argent à lui, Et ne laisse aux plaideurs que le sac et les quilles, ib. IX, 9 dans PLAIDEUR, EUSE
s'enfuit par un trou, Non pas trou, mais trouée, horrible et large plaie Que l'on fit à la pauvre haie, Fabl. IV, 4 dans PLAIE
La mouche, en ce commun besoin, Se plaint qu'elle agit seule et qu'elle a tout le soin, Fabl. VII, 9 dans PLAINDRE
Respirons maintenant, dit la mouche aussitôt ; J'ai tant fait que nos gens sont enfin dans la plaine, Fabl. VII, 9 dans PLAINE
De quelque désespoir qu'une âme soit atteinte, La douleur est toujours moins forte que la plainte, Matrone. dans PLAINTE
Je n'entends résonner que des plaintes frivoles, Fabl. X, 13 dans PLAINTE
La fortune se plaît à faire de ces coups, Fabl. VII, 13 dans PLAIRE
Et cette erreur extrême Est un mal que chacun se plaît d'entretenir, Fabl. I, 11 dans PLAIRE
Il en est peu qui fort souvent Ne se plaisent d'entendre dire Qu'au livre du destin les mortels peuvent lire, ib. II, 13 dans PLAIRE
Les humains sont plaisants de prétendre exceller Par-dessus nous [ânes] !, Fabl. XI, 5 dans PLAISANT, ANTE
Prince, j'aurais voulu vous choisir un sujet Où je pusse mêler le plaisant à l'utile, Fabl. XII, 1 dans PLAISANT, ANTE
Fi du plaisir Que la crainte peut corrompre, Fabl. I, 9 dans PLAISIR
Mais quoi ! si l'amour n'assaisonne Les plaisirs que l'hymen nous donne, Je ne vois pas qu'on en soit mieux, Fabl. IX, 15 dans PLAISIR
C'était plaisir d'observer leurs efforts ; C'était pitié de voir tomber les morts, Fabl. VII, 8 dans PLAISIR
Un ruisseau se rencontre, et pour pont une planche, Fabl. XII, 4 dans PLANCHE
Aussitôt un autour planant sur les sillons Descend des airs, fond et se jette Sur celle [alouette] qui chantait, quoique près du tombeau, Fabl. VI, 15 dans PLANER
Il avait de plant vif semé cette étendue, Fabl. IV, 4 dans PLANT
J'ai passé plus avant ; les arbres et les plantes Sont devenus chez moi créatures parlantes, Fabl. II, 1 dans PLANTE
Un octogénaire plantait ; Passe encor de bâtir, mais planter à cet âge !, Fabl. XI, 8 dans PLANTER
Cet homme, disent-ils, était planteur de choux, Et le voilà devenu pape, Fabl. VII, 12 dans PLANTEUR
Perrette.... Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile, Cotillon simple et souliers plats, Fabl. VII, 10 dans PLAT, ATE
...Casse-lui la mâchoire [au loup] ; On t'a ferré de neuf ; et, si tu me veux croire, Tu l'étendras tout plat, Fabl. VIII, 17 dans PLAT, ATE
[L'ours compagnon d'Ulysse] Je vis libre, content, sans nul soin qui me presse ; Et te dis tout net et tout plat : Je ne veux point changer d'état, Fabl. XII, 1 dans PLAT, ATE
[Le petit poisson au pêcheur] Au lieu qu'il vous en faut chercher Peut-être encor cent de ma taille Pour faire un plat : quel plat ? croyez-moi, rien qui vaille, Fabl. V, 3 dans PLAT
D'animaux malfaisants c'était un très bon plat [le chat et le singe], Fabl. IX, 17 dans PLAT
Même au besoin, notre ami Pellisson Me pleigera d'un couplet de chanson, Poés. mêlées, IX dans PLEIGER
Nous ne trouvons que trop de mangeurs ici-bas : Ceux-ci sont courtisans, ceux-là sont magistrats... Plus telles gens sont pleins, moins ils sont importuns, Fabl. XII, 13 dans PLEIN, EINE
Ils eurent bonne année, Pleine moisson, pleine vinée, Fabl. VI, 4 dans PLEIN, EINE
L'écrit portait Qu'un mois durant le roi tiendrait Cour plénière, dont l'ouverture Devait être un fort grand festin, Fabl. VII, 7 dans PLÉNIER, IÈRE
Princes et rois et la tourbe menue Jetaient maint pleur, poussaient maint et maint cri, Belphég. dans PLEUR
Savante en l'art des pleurs, comme en l'art de mentir, l'Eunuque, I, 1 dans PLEUR
Et pleurés du vieillard, il grava sur leur marbre Ce que je viens de raconter, Fabl. XI, 8 dans PLEURÉ, ÉE
Le loup déjà se forge une félicité Qui le fait pleurer de tendresse, I, 5 dans PLEURER
En cet endroit où il [Homère] fait pleurer Achille et Priam, l'un du souvenir de Patrocle, l'autre de la mort du dernier de ses enfants, il dit qu'ils se soûlent de ce plaisir, il les fait jouir du pleurer comme si c'était quelque chose de délicieux, Psyché, I, p. 96 dans PLEURER
La meute en fait curée : il lui fut inutile De pleurer aux veneurs à sa mort arrivés, Fabl. v, 15 dans PLEURER
Le peuple vautour, Au bec retors, à la tranchante serre, Pour un chien mort se fit, dit-on, la guerre : Il plut du sang ; je n'exagère point, Fabl. VII, 8 dans PLEUVOIR
D'où cet enfant est-il plu [d'où vient-il, d'où est-il tombé] ?, Lun. dans PLEUVOIR
Notre homme Tranche du roi des airs, pleut, vente, et fait en somme Un climat pour lui seul, Fabl. VI, 4 dans PLEUVOIR
Les biens et les honneurs pleuvaient sur sa personne, Petit chien. dans PLEUVOIR
Il [le naturel] se moque de tout ; certain âge accompli, Le vase est imbibé, l'étoffe a pris son pli, Fabl. III, 18 dans PLI
Les vents me sont moins qu'à vous redoutables ; Je plie et ne romps pas, Fabl. I, 22 dans PLIER
L'arbre tient bon ; le roseau plie, ib. dans PLIER
Sur chaque côté du plinthe, Psyché, II, p. 158 dans PLINTHE
Un heurt survient : adieu le char ; Voilà messire Jean Chouart Qui du choc de son mort a la tête cassée ; Le paroissien en plomb entraîne son pasteur, Fabl. VII, 11 dans PLOMB
Le personnage Jette son plomb sur messer Nicia, Mandr. dans PLOMB
Il la [la Fortune] trouve assise à la porte De son ami plongé dans un profond sommeil, Fabl. VII, 12 dans PLONGÉ, ÉE
On se plonge soir et matin Dans la fontaine de Jouvence, Fabl. VI, 21 dans PLONGER
Il part tout morfondu, Sèche le mieux qu'il peut son corps chargé de pluie, Fabl. IX, 2 dans PLUIE
Qui fait l'oiseau ? c'est le plumage, Fabl. II, 5 dans PLUMAGE
Un paon muait ; un geai prit son plumage, Puis après se l'accommoda, ib. IV, 9 dans PLUMAGE
Féronde.... Riche manant, ayant soin du tracas, Dîmes et cens, revenus et ménage D'un abbé blanc ; j'en sais de ce plumage Qui valent bien les noirs à mon avis, Féronde. dans PLUMAGE
Mais les seigneurs sur leur tête Ayant chacun un plumail...., Fabl. IV, 6 dans PLUMAIL
du pitaud le corps ne fut pas fait de plume, Tabl. dans PLUME
Qu'un homme soit plumé par des coquettes, Ce n'est pour faire au miracle crier, Femme avare. dans PLUMER
Et toujours le plumet aura la préférence ; Ce fut donc le guerrier qu'on aima mieux choisir, Fragm. du songe de Vaux. dans PLUMET
Après mille ans et plus de guerre déclarée, Fabl. III, 13 dans PLUS
Qu'on me rende impotent, Cul-de-jatte, goutteux, manchot, pourvu qu'en somme Je vive ; c'est assez, je suis plus que content, Fabl. I, 15 dans PLUS
Mais un fripon d'enfant (cet âge est sans pitié) Prit sa fronde et du coup tua plus d'à moitié La volatile malheureuse, Fabl. IX, 2 dans PLUS
Nos deux furies entendirent plus d'à demi ces paroles, Psyché, I, p. 76 dans PLUS
Le plus semblable aux morts meurt le plus à regret, Fabl. VIII, 1 dans PLUS
Mais c'eût été le temple de la Grèce Pour qui j'eusse eu plus de dévotion, la Vénus Callipyge. dans PLUS
Car je puis Rendre trois souhaits accomplis ; Trois sans plus, Fabl. VII, 6 dans PLUS
Restait, sans plus, d'y disposer sa femme, Mandr. dans PLUS
Elle [la Fortune] s'en divertit : Plus le tour est bizarre, et plus elle est contente, Fabl. IX, 16 dans PLUS
Ses plus proches voisins Ne s'en sentaient non plus que les Américains, Fabl. VI, 4 dans PLUS
Opina qu'il fallait, et plus tôt que plus tard, Attacher un grelot au cou de Rodillard, Fabl. II, 2 dans PLUS
La Parque et ses ciseaux Avec peine y mordaient ; la déesse infernale Reprit à plusieurs fois l'heure au monstre fatale, Fabl. VIII, 27 dans PLUSIEURS
Vous me voulez chat en poche donner, Troq. dans POCHE
Autrefois carpillon fretin Eut beau prêcher, il eut beau dire, On le mit dans la poêle à frire, Fabl. IX, 10 dans POÊLE
Même précaution nuisit au poëte Eschyle, Fabl. VIII, 16 dans POËTE
Lui porte à la gorge un poignard, Cord. dans POIGNARD
Et son poil hérissé [d'un sanglier] semble de toutes parts Présenter au chasseur une forêt de dards, Adonis. dans POIL
Un beau jeune garçon, Frais, délicat et sans poil au menton, Gag. dans POIL
Des gens de tous états, de tout poil, de tout âge, Coupe. dans POIL
Tandis qu'Alaciel à l'aide d'un poinçon Faisait semblant d'écrire sur les arbres, Fiancée. dans POINÇON
Quel taon vous point ?, Gag. dans POINDRE
Le jour venant à poindre, Berc. dans POINDRE
L'état où nous voyons l'Europe Mérite que du moins quelqu'un d'eux [astrologues] l'ait prévu : Que ne l'a-t-il donc dit ? mais nul d'eux ne l'a su ; L'immense éloignement, le point et sa vitesse, Celle aussi de nos passions, Permettent-ils à leur faiblesse De suivre pas à pas toutes nos actions ?, Fabl. VIII, 16 dans POINT
Peu de gens, que le ciel chérit et gratifie, Ont le don d'agréer infus avec la vie : C'est un point qu'il leur faut laisser, Fabl. IV, 5 dans POINT
Rien de trop est un point Dont on parle sans cesse, et qu'on n'observe point, ib. IX, 11 dans POINT
Et que peu de beaux corps, hôtes d'une belle âme, Assemblent l'un et l'autre point, ib. VII, 2 dans POINT
Eh ! qu'importe quel animal ? ...Le point est de l'avoir ; car le trajet est grand, Fabl. VIII, 25 dans POINT
Un cocu se pouvait-il faire Par la volonté seule, et sans venir au point ?, Coupe. dans POINT
Avoir mis à ce point une beauté si fière !, Court. dans POINT
Voilà mon loup par terre, Mal en point, sanglant et gâté, Fabl. XII, 17 dans POINT
Grande de taille, en bon point, jeune et fraîche, Cal. dans POINT
Je ne crois point que la nature Se soit lié les mains et nous les lie encor Jusqu'au point de marquer dans les cieux notre sort, Fabl. VIII, 16 dans POINT
Quand il voulut partir et qu'il fut sur le point, Ils demandèrent la sagesse ; C'est un trésor qui n'embarrasse point, Fabl. VII, 6 dans POINT
D'une faveur en une autre il passa.... Tant que la belle, après un peu d'effort, Vient à son point, et le drôle en dispose, Rich. dans POINT
Rien ne sert de courir : il faut partir à point, Fabl. VI, 10 dans POINT
Nul n'est ici, nous avons tout à point, Mazet. dans POINT
Trouva le dîner cuit à point, Fabl. I, 18 dans POINT
Nous nous rencontrons tout à point, Dit-il, et nous voici compagnons de voyage, Fabl. IV, 12 dans POINT
Un misérable coq à point nommé chantait, Fabl. v, 6 dans POINT
Certes, dit-il, mon père était un pauvre sire ; Il n'osait voyager, craintif au dernier point, Fabl. VIII, 9 dans POINT
Quand je dis point, je veux dire très peu, Calendr. dans POINT
S'ils osent quelquefois prendre un air de grandeur, Seront-ils point traités par vous de téméraires ?, Fabl. VIII, 4 dans POINT
Vous ennuyez-vous point De coucher toujours seul ?, ib. VIII, 11 dans POINT
Point de courroux, messieurs ; mon lopin me suffit, Fabl. VIII, 7 dans POINT
Il en vit s'arrêter à des combats d'enfants, et point à ses paroles, Fabl. VIII, 4 dans POINT
Point de franche lippée ! Tout à la pointe de l'épée !, Fabl. I, 5 dans POINTE
Avançant un pied, puis un autre, et prenant bien garde à les poser par mesure, comme si elle eût marché sur des pointes de diamants, Psyché, I, 83 dans POINTE
La dame au nez pointu [la belette] répondit que la terre Était au premier occupant, Fabl. VII, 16 dans POINTU, UE
Jupiter leur parut avec ces noirs sourcils Qui font trembler les cieux sur leurs pôles assis, Phil. et Bauc. dans PÔLE
Ce loup rencontre un dogue aussi puissant que beau, Gras, poli, qui s'était fourvoyé par mégarde, Fabl. I, 5 dans POLI, IE
Il n'est, je le vois bien si poltron sur la terre Qui ne puisse trouver un plus poltron que soi, Fabl. II, 14 dans POLTRON, ONNE
Ma couardise est extrême D'avoir eu le moindre effroi ; Que serait-ce si chez moi J'avais reçu Polyphème ?, l'Amour mouillé. dans POLYPHÈME
Il [Escobar] ne dit pas qu'on peut tuer un homme Qui sans raison nous tient en altercas, Pour un fétu ou bien pour une pomme, Mais qu'on le peut pour quatre ou cinq ducats, Ballade sur Escobar. dans POMME
Vos fruits [des orangers] aux écorces solides Sont un véritable trésor, Et le jardin des Hespérides N'avait point d'autres pommes d'or, Psyché, I, p. 14 dans POMME
On épousa Fédéric en [avec] grand'pompe, Faucon dans POMPE
... Celui dont la poule, à ce que dit la fable, Pondait tous les jours un oeuf d'or, Fabl. V, 13 dans PONDRE
En même nid furent pondre tous deux, Deux amis. dans PONDRE
Quoi ! j'accouche d'un oeuf ! - D'un oeuf ? - Oui, le voilà Frais et nouveau pondu, Fabl. VIII, 5 dans PONDU, UE
Le porc à l'engraisser coûtera peu de son, Fabl. VII, 10 dans PORC
Dans le temps que le porc revient à soi, l'archer Voit le long des sillons une perdrix marcher, Fabl. VIII, 27 dans PORC
Sur tous ses compagnons Atropos et Neptune Recueillirent leurs droits, tandis que la Fortune Prenait soin d'amener son marchand à bon port, Fabl. VII, 14 dans PORT
Afin que l'aventure.... aille à bon port, Mandr. dans PORT
Ne reconnaît-on pas en cela les humains ? Dispersés par quelque orage, à peine ils touchent le port, Qu'ils vont hasarder encor Même vent, même naufrage, Fabl. X, 15 dans PORT
Par ce point-là je n'entends, quant à moi, Tours ni portaux...., Rém. dans PORTAIL
T'attendre aux yeux d'autrui, quand tu dors, c'est erreur : Couche-toi le dernier, et vois fermer ta porte, Fabl. XI, 3 dans PORTE
Qu'on lui [au naturel] ferme la porte au nez, Il reviendra par la fenêtre, Fabl. III, 18 dans PORTE
Trois saints également jaloux de leur salut, Portés d'un même esprit, tendaient à même but, Fabl. XII, 27 dans PORTÉ, ÉE
Ce doucet est un chat Qui.... Contre toute ta parenté D'un mauvais vouloir est porté, ib. VI, 5 dans PORTÉ, ÉE
Et d'un porte-bourdon je le pourrais souffrir, Petit chien. dans PORTE-BOURDON
Jamais auprès des fous ne te mets à portée ; Je ne te puis donner un plus sage conseil, Fabl. IX, 8 dans PORTÉE
Il dit que du labeur des ans Pour nous seuls il portait les soins les plus pesants, Fabl. X, 2 dans PORTER
Quand il fut question de porter ce tribut [une somme d'argent], Le mulet et l'âne s'offrirent, Assistés du cheval ainsi que du chameau, Fabl. IV, 12 dans PORTER
Donner la chasse aux gens Portants bâtons et mendiants, Fabl. I, 5 dans PORTER
La gent qui porte crête au spectacle accourut, Fabl. VII, 13 dans PORTER
Quel Louvre ! un vrai charnier dont l'odeur se porta D'abord au nez des gens, Fabl. VII, 7 dans PORTER
Quand l'animal porte-sonnette, [un milan] ....Avec ses ongles tout d'acier, Prend le nez du chasseur...., Fabl. XII, 12 dans PORTE-SONNETTE
Cet homme, par son testament.... Leur laissa tout son bien par portions égales, Fabl. II, 20 dans PORTION
Il la retira [Psyché] du gouffre, et, lui faisant prendre un autre chemin que celui qu'elle avait choisi, il l'éloigna de ces lieux funestes, et l'alla poser avec ses habits sur les bords d'un fleuve, Psyché, II, p. 110 dans POSER
Tellement possédée de son excessive douleur, qu'elle demeura longtemps les yeux attachés à terre sans se connaître, Psyché, II, p. 108 dans POSSÉDÉ, ÉE
J'ai quelque beauté, je suis jeune ; il n'y a qu'un moment que je possédais le plus agréable de tous les dieux, et je vas mourir !, Psyché, II, p. 109 dans POSSÉDER
Un Gascon pour s'être vanté De posséder certaine belle, Gasc. dans POSSÉDER
Ne possédait pas l'or ; mais l'or le possédait, Fabl. IV, 20 dans POSSÉDER
Jadis certain Mogol vit en songe un vizir Aux champs élysiens possesseur d'un plaisir Aussi pur qu'infini tant en prix qu'en durée, Fabl. XI, 4 dans POSSESSEUR
L'usage seulement fait la possession, Fabl. IV, 20 dans POSSESSION
.... Notre mort (Au moins de nos enfants, car c'est tout un aux mères) Ne tardera possible guères, Fabl. III, 6 dans POSSIBLE
Ne me retarde point de grâce ; Je dois faire aujourd'hui vingt postes sans manquer, Fabl. II, 15 dans POSTE
Gaillardement six postes se sont faites, Berc. dans POSTE
Le lion le posta [l'âne], le couvrit de ramée, Lui commanda de braire, Fabl. II, 19 dans POSTER
L'époux pour sien le fruit posthume tint, Fér. dans POSTHUME
Souris de revenir, femme [chatte métamorphosée] d'être en posture, Fabl. II, 18 dans POSTURE
Perrette, sur sa tête ayant un pot au lait Bien posé sur un coussinet, Prétendait arriver sans encombre à la ville, Fabl. VII, 10 dans POT
On continua de vider les pots ; Xanthus s'en donna jusqu'à perdre la raison et à se vanter qu'il boirait la mer, Vie d'Ésope. dans POT
.... Tout le peuple en liesse Noyait son souci dans les pots, Fabl. VI, 12 dans POT
Le pot de terre en souffre et n'eut pas fait cent pas Que par son compagnon il fut mis en éclats, Fabl. V, 2 dans POT
Adieu chicorée et porreaux, Adieu de quoi mettre au potage, Fabl. IV, 4 dans POTAGE
Il allait l'égorger [le cygne], puis le mettre en potage, Fabl. III, 12 dans POTAGE
Quelque grabat, du pain pour tout potage, Féronde. dans POTAGE
On mit en piteux équipage Le pauvre potager : adieu planches, carreaux, Fabl. IV, 4 dans POTAGER, ÈRE
Son camarade et lui trouvèrent un poteau, Ayant au haut cet écriteau...., Fabl. X, 14 dans POTEAU
Et dès ce soir donner la potion, Mandr. dans POTION
Fils n'ayant pas pour un pouce de vie, Faucon. dans POUCE
Le rustre en paix chez soi Vous fait argent de tout, convertit en monnaie Ses chapons, sa poulaille ; il en a même au croc, Fabl. II, 3 dans POULAILLE
L'avarice perd tout en voulant tout gagner ; Je ne veux, pour le témoigner, Que celui dont la poule, à ce que dit la fable, Pondait tous les jours un oeuf d'or, Fabl. V, 13 dans POULE
La, déjeunons, dit-il ; vos poulets sont-ils tendres ?, Fabl. IV, 4 dans POULET
Il m'est, disait-elle, facile D'élever des poulets autour de ma maison ; Le renard sera bien habile, S'il ne m'en laisse assez pour avoir un cochon, ib. VII, 10 dans POULET
Pinucio resta sans pouls, sans voix, Berc. dans POULS
Les enfants n'ont l'âme occupée Que du continuel souci Qu'on ne fâche point leur poupée, Fabl. IX, 6 dans POUPÉE
Quand lui verrai-je un poupon sur le sein ?, Mandr. dans POUPON
... Vivaient le cygne et l'oison : Celui-là destiné pour les regards du maître ; Celui-ci pour son goût, Fabl. III, 12 dans POUR
On abattit un pin pour son antiquité, Fabl. XI, 9 dans POUR
Pour un pauvre animal, Grenouilles, à mon sens, ne raisonnaient pas mal, Fabl. VI, 12 dans POUR
Moins d'ennemis attaquent leur pudeur [des femmes du monde] ; les autres [les cloîtrées] n'ont pour un seul adversaire : Tentation, fille d'oisiveté...., Mazet. dans POUR
Et mort pour mort, toujours mieux lui valait, Auparavant que sortir de la vie, Éprouver tout et tenter le hasard, Muletier. dans POUR
Tout bien considéré, je te soutiens en somme, Que, scélérat pour scélérat, Il vaut mieux être un loup qu'un homme, Fabl. XII, 1 dans POUR
Et comment est-il possible, reprit Ésope, que vos juments entendent de si loin nos chevaux hennir, et conçoivent pour les entendre ?, Vie d'Ésope. dans POUR
Dom pourceau criait en chemin, Comme s'il avait eu cent bouchers à ses trousses, Fabl. VIII, 12 dans POURCEAU
Et, n'étant homme en tel pourchas nouveau, Guère ne mit à déclarer sa flamme, Coc. dans POURCHAS
Longs pourparlers avecque son amant, Berc. dans POURPARLER
De pilastres massifs les cloisons revêtues En moins de deux instants s'élèvent jusqu'aux nues ; Le chaume devient or, tout brille en ce pourpris, Phil. et Bauc. dans POURPRIS
J'ai vu dans le palais une robe mal mise Gagner gros : les gens l'avaient prise Pour maître tel, qui traînait après soi Force écoutants ; demandez-moi pourquoi, Fabl. VII, 15 dans POURQUOI
Est-ce un sujet pourquoi Vous fassiez sonner vos mérites ?, Fabl. IV, 3 dans POURQUOI
Voyez ces animaux, faites comparaison De leurs beautés avec les vôtres ; êtes-vous satisfait ? Moi, dit-il, pourquoi non ?, Fabl. I, 7 dans POURQUOI
Qui pourvoira de nous au dîner de demain ?, Fabl. x, 16 dans POURVOIR
Il me reste à pourvoir un arrière-neveu, Fabl. VIII, 1 dans POURVOIR
Pourvoyez-vous de quelque autre compère, Mandr. dans POURVOIR
L'Époux ne voulut point pousser plus loin la chose, Coupe. dans POUSSER
La faim, l'occasion, l'herbe tendre et, je pense, Quelque diable aussi me poussant, Fabl. VII, 1 dans POUSSER
Mais ce champ ne se peut tellement moissonner, Que les derniers venus n'y trouvent à glaner, Fabl. III, 1 dans POUVOIR
Enfin, n'en pouvant plus d'effort et de douleur, Il met bas son fagot, Fabl. I, 16 dans POUVOIR
À peine tenait-elle à terre, n'en pouvant plus qu'elle ne fût seule pour donner un libre cours à sa joie, Psyché. II, p. 150 dans POUVOIR
Le malheureux lion se déchire lui-même, .... Bat l'air qui n'en peut mais, Fabl. II, 9 dans POUVOIR
Le renard ménager de secrètes pratiques, Fabl. v, 19 dans PRATIQUE
Après les compliments et d'une et d'autre part, Comme entre grands il se pratique, Fabl. XI, 1 dans PRATIQUER
Borée et le Soleil virent un voyageur Qui s'était muni par bonheur Contre le mauvais temps ; on entrait dans l'automne, Quand la précaution aux voyageurs est bonne, Fabl. VI, 3 dans PRÉCAUTION
Frère André ne marchanda point, Et lui fit ce beau petit prêche, Cordel. dans PRÊCHE
Poisson, mon bel ami, qui faites le prêcheur, Vous irez dans la poêle, et vous aurez beau dire, Dès ce soir on vous fera frire, Fabl. v, 3 dans PRÊCHEUR
C'était ceci, c'était cela ; C'était tout ; car les précieuses Font dessus tout les dédaigneuses, Fabl. VII, 5 dans PRÉCIEUSE
Sa préciosité changea lors de langage, Fabl. VII, 5 dans PRÉCIOSITÉ
Un mourant qui comptait plus de cent ans de vie, Se plaignait à la mort que précipitamment Elle le contraignait de partir tout à l'heure, Fabl. VIII, 1 dans PRÉCIPITAMMENT
Qu'il plaise donc, dit l'autre, à vos bontés Que les aulx soient sur les coups précomptés, Paysan. dans PRÉCOMPTER
Point de raisons : fallut deviner et prédire, Fabl. VII, 15 dans PRÉDIRE
L'âne se prélassant marche seul devant eux [le meunier et son fils], Fabl. III, 1 dans PRÉLASSER (SE)
Or c'était un soliveau, De qui la gravité fit peur à la première [grenouille] Qui, de le voir s'aventurant, Osa bien quitter sa tanière, Fabl. III, 4 dans PREMIER, IÈRE
Laridon [chien] négligé témoignait sa tendresse à l'objet le premier passant, Fabl. VIII, 24 dans PREMIER, IÈRE
Un jour, un coq détourna Une perle qu'il donna Au beau premier lapidaire, Fabl. I, 20 dans PREMIER, IÈRE
Cléopâtre et Cassandre [romans] Entre les beaux premiers doivent être rangés, Ballade. dans PREMIER, IÈRE
Il vit son éléphant couché sur l'autre rive ; Il le prend, il l'emporte, au haut du mont arrive, Fabl. x, 14 dans PRENDRE
Tel est pris qui croyait prendre, Fabl. VIII, 9 dans PRENDRE
Un manant au miroir prenait des oisillons, ib. VI, 15 dans PRENDRE
Là, cormoran, le bon apôtre.... Vous les prenait sans peine [les poissons], un jour l'un, un jour l'autre, ib. X, 4 dans PRENDRE
Honteux comme un renard qu'une poule aurait pris, ib. I, 18 dans PRENDRE
Pour une qu'amour prend par l'âme, Il en prend mille par les yeux, Nicaise. dans PRENDRE
Y prendre, prendre à cela, c'est-à-dire prendre quelqu'un dans une occupation, dans une circonstance, dans un état d'esprit indiqués par le contexte du discours Le corbeau, honteux et confus, Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus, Fabl. 1, 2 dans PRENDRE
Quant à vous, suivez Mars, ou l'amour, ou le prince ; ...Prenez femme, abbaye, emploi, gouvernement, Les gens en parleront, n'en doutez nullement, Fabl. III, 1 dans PRENDRE
Dois-je dans la province établir mon séjour, Prendre emploi dans l'armée, ou bien charge à la cour ?, Fabl. III, 1 dans PRENDRE
Ainsi chacune prit son inclination, ib. II, 20 dans PRENDRE
Ils [les loups] vous prennent le temps que dans la bergerie Messieurs les bergers n'étaient pas, Fabl. III, 13 dans PRENDRE
Dans l'abord il [le moucheron] se met au large, Puis prend son temps, fond sur le cou Du lion qu'il rend presque fou, Fabl. II, 6 dans PRENDRE
Un jour le cuisinier, ayant trop bu d'un coup, Prit pour oison le cygne, Fabl. III, 12 dans PRENDRE
Travaillez, prenez de la peine, C'est le fonds qui manque le moins, Fabl. v, 9 dans PRENDRE
Laissez-leur prendre un pied chez vous, Ils en auront bientôt pris quatre, Fabl. II, 8 dans PRENDRE
Il en prit aux uns comme aux autres : Maint oisillon se vit esclave retenu, Fabl. I, 8 dans PRENDRE
.... Ce conseil ne plut pas ; Il en prit mal ; et force états Voisins du sultan en pâtirent, ib. XI, 1 dans PRENDRE
Et bien qu'il fût d'humeur Douce, traitable, à se prendre facile, Constance n'eut sitôt l'amour au coeur, Que la voilà craintive devenue, Courtis. amour. dans PRENDRE
Tu te prends à plus dur que toi, Petit serpent à tête folle, Fabl. V, 16 dans PRENDRE
Si vous fussiez tombé, l'on s'en fût pris à moi, Fabl. V, 11 dans PRENDRE
D'abord il s'y prit mal, puis un peu mieux, puis bien ; Puis enfin il n'y manqua rien, Fabl. XII, 9 dans PRENDRE
Le feu se prit au coeur d'un muletier, Mulet. dans PRENDRE
La raison de douter était tous les cadeaux, Bijoux donnés, et des plus beaux : Qui prend se vend, Poés. mêlées, VI dans PRENDRE
Un vieux renard, mais des plus fins, Grand croqueur de poulets, grand preneur de lapins, Fabl. v, 5 dans PRENEUR, EUSE
Louis lui-même, effroi de tant de princes, Preneur de murs, subjugueur de provinces, Poésies mêlées, XLII dans PRENEUR, EUSE
Sur ce sujet, sans être préparé, Il triomphait, Jum. dans PRÉPARÉ, ÉE
Le mari vint sur le soir, avec une mélancolie extraordinaire, et qui lui devait être un pressentiment de ce qui se préparait contre lui, Psyché, I, p. 82 dans PRÉPARER
Sévigné, de qui les attraits Servent aux Grâces de modèle, Et qui naquîtes toute belle, à votre indifférence près, Fabl. IV, 1 dans PRÈS
Un vieillard près d'aller où la mort l'appelait, Fabl. IV, 18 dans PRÈS
Comme on ne connaît l'importance d'une action que quand on est près de l'exécuter, Psyché, I, p. 82 dans PRÈS
Croyez-moi, plus j'y pense, et moins je puis douter Que sur vous son courroux [d'Athalie] ne soit près d'éclater, Ath. I, 1 dans PRÈS
Le faucon est léger, l'aigle est plein de courage, Le corbeau sert pour le présage, Fabl. II, 17 dans PRÉSAGE
Je vous touche, et sens bien que vous avez une bouche, un nez, des yeux, un visage, tout cela proportionné comme il faut.... mais, jusqu'à ce que j'en sois assurée, cette présence de corps dont vous me parlez est présence d'esprit pour moi, Psyché, I, p. 53 dans PRÉSENCE
Notre condition jamais ne nous contente ; La pire est toujours la présente, Fabl. VI, 11 dans PRÉSENT, ENTE
Le prince tout à l'heure Veut qu'on aille enfumer renard dans sa demeure, Qu'on le fasse venir : il vient, est présenté...., Fabl. VIII, 3 dans PRÉSENTÉ, ÉE
Ce repas fait, il [Perrin Dandin] dit d'un ton de président : Tenez, la cour vous donne à chacun une écaille, Fabl. IX, 9 dans PRÉSIDENT
Aurions-nous bien le coeur et les mains assez pures Pour présider ici sur les honneurs divins ?, Phil. et Baucis. dans PRESIDER
Le bruit de ses beautés, sa sagesse, son bien, Mais le bien plus que tout y fit mettre la presse, Coupe. dans PRESSE
Et vous voilà, tant vous avez de presse, Découragé sans attendre un moment, Mandr. dans PRESSE
Il veut parler, l'écorce a sa langue pressée, Phil. et Bauc. dans PRESSER
Un seul vit des voleurs, et, se sentant presser, Il mit entre eux et lui cette onde menaçante, Fabl. VIII, 23 dans PRESSER
Alix malade et se sentant presser, Alix. dans PRESSER
La mort ne surprend point le sage, Il est toujours prêt à partir, Fabl. VIII, 1 dans PRÊT, ÊTE
Je définis la cour un pays où les gens, Tristes, gais, prêts à tout, à tout indifférents, Sont ce qu'il plaît au prince, ib. VIII, 14 dans PRÊT, ÊTE
L'oiseau, prêt à mourir, se plaint en son ramage, Fabl. III, 12 dans PRÊT, ÊTE
Psyché était honteuse de son peu d'amour, toute prête de réparer cette faute, si son mari le souhaitait, et quand même il ne le souhaiterait pas, Psyché, I, p. 85 dans PRÊT, ÊTE
Il tenait un moineau, dit-on, Prêt d'étouffer la pauvre bête, Ou de la lâcher aussitôt Pour mettre Apollon en défaut, Fabl. IV, 19 dans PRÊT, ÊTE
En rêvant à la visite qu'elle était prête de recevoir, Psyché, I, p. 68 dans PRÊT, ÊTE
Comme le plus vaillant, je prétends la troisième [part], Fabl. I, 6 dans PRÉTENDRE
Une mouche survient, et des chevaux s'approche, Prétend les animer par son bourdonnement, Fabl. VII, 9 dans PRÉTENDRE
Le compère aussitôt va remettre en sa place L'argent volé, prétendant bien Tout reprendre à la fois, sans qu'il y manquât rien, ib. x, 5 dans PRÉTENDRE
Petit poisson deviendra grand, Pourvu que Dieu lui prête vie, Fabl. V, 3 dans PRÊTER
Pour tirer d'eux ce qu'on leur prête, Il faut que l'on en vienne aux coups, Fabl. II, 7 dans PRÊTER
La fourmi n'est pas prêteuse, Fabl. I, 1 dans PRÊTEUR, EUSE
Sa femme.... prétextait ses allées et venues Des soins divers de cet économat, Féronde. dans PRÉTEXTER
Chose que ne font guère Celles qui sont prêtresses de Vénus, Court. dans PRÊTRESSE
....Il jouera, s'il est sage, à ces gens-là quelque méchant parti, Les prévenant, les chargeant d'un message Pour Mahomet...., Fabl. VIII, 18 dans PRÉVENIR
Le lion dans sa tête avait une entreprise : Il tint conseil de guerre, envoya ses prevôts, Fabl. v, 19 dans PRÉVÔT
Quand le mal est certain, La plainte ni la peur ne changent le destin ; Et le moins prévoyant est toujours le plus sage, Fabl. VIII, 12 dans PRÉVOYANT, ANTE
De prime abord sont par la bonne dame Expédiés tous les péchés menus, Mari conf. dans PRIME
Restait sans plus d'y disposer la femme : De prime face elle crut qu'on riait, Mandrag. dans PRIME
Je définis la cour un pays où les gens, Tristes, gais, prêts à tout, à tout indifférents, Sont ce qu'il plaît au prince, Fabl. VIII, 14 dans PRINCE
Tout petit prince a des ambassadeurs, Tout marquis veut avoir des pages, Fabl. I, 3 dans PRINCE
Le bon homme disait : ce sont là jeux de prince, Mais on le laissait dire, Fabl. IV, 4 dans PRINCE
Intérêt et principal, Fabl. I, 1 dans PRINCIPAL, ALE
Une pourtant [alouette] Avait laissé passer la moitié d'un printemps Sans goûter le plaisir des amours printanières, Fabl. IV, 22 dans PRINTANIER, IÈRE
Dans les lacs de la chèvre un cerf se trouva pris, Fabl. I, 8 dans PRIS, ISE
La mort fit lâcher prise au géant pourfendu, Fianc. dans PRISE
Notre féal, vous lâchez trop tôt prise, Magn. dans PRISE
Le moins qu'on peut laisser de prise aux dents d'autrui, C'est le mieux...., Fabl. X, 9 dans PRISE
Car mieux vaut, tout prisé, Cornes gagner que perdre ses oreilles, Faiseur. dans PRISÉ, ÉE
Les parents de la belle Surent priser son mérite et son zèle [de l'amant], Rem. dans PRISER
Nous ne nous prisons pas, tout petits que nous sommes, D'un grain moins que les éléphants, Fabl. VIII, 15 dans PRISER
Mettez un prix à la pauvre captive, Je le payerai...., Cal. dans PRIX
Corps piqué d'or, garnitures de prix, Court. dans PRIX
Enfin, qu'on doit tenir notre art en quelque prix, Fabl. I, 14 dans PRIX
Certain Mogol vit en songe un vizir Aux champs Élysiens possesseur d'un plaisir Aussi pur qu'infini tant en prix qu'en durée, Fabl. XI, 4 dans PRIX
Et si de t'agréer je n'emporte le prix, J'aurai du moins l'honneur de l'avoir entrepris, Dédic. des fables au Dauphin. dans PRIX
La mort aux rats, les souricières N'étaient que jeux au prix de lui [un chat], Fabl. III, 18 dans PRIX
Il n'était ambre, il n'était fleur Qui ne fût ail au prix, Fabl. VII, 7 dans PRIX
Et quant aux merveilles Dont votre divin chant [de l'âne] vient frapper les oreilles, Philomèle est, au prix, novice dans cet art, ib. XI, 5 dans PRIX
Le loup l'emporte, et puis le mange Sans autre forme de procès, Fabl. I, 10 dans PROCÈS
À ces mots, l'ours s'en va dans la forêt prochaine, Fabl. V, 20 dans PROCHAIN, AINE
Le renard étant proche : or ça, lui dit le sire, Que sens-tu ?, Fabl. VII, 7 dans PROCHE
Couche-toi le dernier et vois fermer ta porte, Et, si quelque affaire t'importe, Ne la fais pas par procureur, Fabl. XI, 3 dans PROCUREUR
Quoi ! vous osez, dit-elle, à mes yeux vous produire ?, Fabl. II, 5 dans PRODUIRE
L'amitié modéra leurs feux sans les détruire, Et par des traits d'amour sut encor se produire, Phil. et Bauc. dans PRODUIRE
Le monarque lui dit : Chétif hôte des bois.... Nous n'appliquerons point sur tes membres profanes Nos sacrés ongles, Fabl. VIII, 14 dans PROFANE
Si vous entrez partout, ainsi font les profanes, Fabl. IV, 3 dans PROFANE
Le monde n'a jamais manqué de charlatans : Cette science, de tout temps, Fut en professeurs très fertile, Fabl. VI, 19 dans PROFESSEUR
Une nuit que chacun s'occupait au sommeil, Et mettait à profit l'absence du soleil, Fabl. VIII, 11 dans PROFIT
Le héron en [du brochet et de la carpe] eût fait aisément son profit, Fabl. VII, 4 dans PROFIT
.... Mon lopin me suffit, Faites votre profit du reste, Fabl. VIII, 7 dans PROFIT
Or faites-en votre profit, Court. dans PROFIT
J'ai profité dans Voiture ; Et Marot, par sa lecture, M'a fort aidé, j'en conviens, Lettres, XIX. dans PROFITER
Les gens de naturel peureux Sont, disait-il, bien malheureux : Ils ne sauraient manger morceau qui leur profite, Fabl. II, 14 dans PROFITER
Si l'onde Est rapide autant que profonde, Fabl. X, 14 dans PROFOND, ONDE
Dans un profond ennui ce lièvre se plongeait, Fabl. II, 14 dans PROFOND, ONDE
Un rat.... Dans un fromage de Hollande Se retira loin du tracas ; La solitude était profonde, Fabl. VII, 3 dans PROFOND, ONDE
....les Anglais pensent profondément ; Leur esprit, en cela, suit leur tempérament, Fabl. XII, 23 dans PROFONDÉMENT
Il dormait à la manière d'un dieu, c'est-à-dire profondément, penché nonchalamment sur un oreiller, un bras sur la tête, l'autre bras tombant sur le bord du lit, Psyché, I, p. 85 dans PROFONDÉMENT
Avec grand bruit et grand fracas Un torrent tombait des montagnes.... Ce n'était que menace et bruit sans profondeur, Fabl. VIII, 23 dans PROFONDEUR
Autrefois Progné, l'hirondelle, De sa demeure s'écarta, Fabl. III, 15 dans PROGNÉ
Progné me vient enlever les morceaux, Caracolant, frisant l'air et les eaux ; Elle me prend mes mouches à ma porte, ib. X, 7 dans PROGNÉ
Nous sommes quatre à partager la proie, Fabl. I, 6 dans PROIE
Ni loups, ni renards n'épiaient La douce et l'innocente proie, ib. VII, 1 dans PROIE
Le chien mit bas la proie Pour la défendre mieux, n'en étant plus chargé, Fabl. VIII, 7 dans PROIE
À ce nouveau venu la voilà [une femme] donc en proie, Fianc. dans PROIE
De votre esprit que nul autre n'égale, Prince, ma muse tient tout entier ce projet : Vous m'avez donné le sujet, Le dialogue et la morale, Fabl. XII, 9 dans PROJET
Or ai-je été prolixe sur ce cas, Fer. dans PROLIXE
L'endroit parut suspect aux voleurs ; de façon Qu'à notre prometteur l'un dit : mon camarade, Tu te moques de nous...., Fabl. IX, 13 dans PROMETTEUR, EUSE
Je me figure un auteur Qui dit : Je chanterai la guerre Que firent les Titans au maître du tonnerre ; C'est promettre beaucoup ; mais qu'en sort-il souvent ? Du vent, Fabl. V, 10 dans PROMETTRE
Un brin d'herbe dans l'eau par elle [la colombe] étant jeté, Ce fut un promontoire où la fourmi arrive, Fabl. II, 12 dans PROMONTOIRE
Il prophétisait vrai, Fabl. III, 18 dans PROPHÉTISER
Quelle proportion de mes pieds à ma tête ! Disait-il [le cerf] en voyant leur ombre avec douleur, Fabl. VI, 9 dans PROPORTION
Il [Simonide] se jette à côté, se met sur le propos De Castor et Pollux...., Fabl. I, 14 dans PROPOS
Le loup donc l'aborde humblement, Entre en propos...., ib. I, 5 dans PROPOS
Dans le moment qu'ils tenaient ces propos, Le lion sort et vient d'un pas agile, Fabl. VI, 2 dans PROPOS
C'est la louange, Iris ; vous ne la goûtez point ; D'autres propos chez vous récompensent ce point : Propos, agréables commerces, Où le hasard fournit cent matières diverses, ib. x, 1 dans PROPOS
Notre commun repos Me doit mettre au-dessus de tous les vains propos, Filles de Minée. dans PROPOS
Il [le renard] leur applique un mot qu'un buste de héros Lui fit dire fort à propos, Fabl. IV, 14 dans PROPOS
À quel propos toute cette éloquence ?, Court. dans PROPOS
Cette difficulté vaut bien qu'on la propose, Fabl. VIII, 11 dans PROPOSER
Le sage Ésope dans ses fables Nous en donne un exemple ou deux ; Celui qu'en ces vers je propose, Et les siens, ce sont même chose, Fabl. V, 17 dans PROPOSER
Proposez-vous de voir tout ce corps si charmant Comme un beau marbre seulement, Candaule. dans PROPOSER
Quoi ! moi ! quoi ! ces gens-là ? l'on radote, je pense ; à moi les proposer [en mariage] ! hélas ! ils font pitié, Fabl. VII, 5 dans PROPOSER
Proprement, toute notre vie Est le curé Chouart qui sur son mort comptait, Et la fable du pot au lait, Fabl. VII, 11 dans PROPREMENT
C'est proprement un charme [la fable], ib. VII, à Mme de Montespan. dans PROPREMENT
Voilà le précipice où l'ont enfin jeté Les attraits enchanteurs de la prospérité, Élégie pour M. Fouquet. dans PROSPÉRITÉ
À ces mots il se couche ; et chacun étonné Admire le grand coeur, le bon sens, l'éloquence Du sauvage ainsi prosterné, Fabl. XI, 7 dans PROSTERNÉ, ÉE
Le protestant de madame Clitie N'eut du crédit qu'autant qu'il eut du fonds, Faucon. dans PROTESTANT
J'aurai beau protester ; mon dire et mes raisons Iront aux Petites-Maisons, Fabl. V, 4 dans PROTESTER
Prou de pardons il avait rapporté [de Rome], De vertus peu ; chose assez ordinaire, Coc. dans PROU
L'un jura foi de roi, l'autre foi de hibou, Qu'ils ne se goberaient leurs petits peu ni prou, Fabl. v, 18 dans PROU
Buvez : bon prou vous fasse, Pays. dans PROU
Le lion, terreur des forêts, Chargé d'ans et pleurant son antique prouesse, Fabl. III, 14 dans PROUESSE
Il avait vu sortir gibier de toute sorte ... Régiments de dindons, enfin bonne provende, Fabl. IV, 16 dans PROVENDE
Ne t'attends qu'à toi seul ; c'est un commun proverbe, Fabl. IV, 22 dans PROVERBE
Concluons que la Providence Sait ce qu'il nous faut mieux que nous, Fabl. VI, 4 dans PROVIDENCE
.... Ceci montre aux provinces Que, tout compté, mieux vaut, en bonne foi, S'abandonner à quelque puissant roi, Que s'appuyer de plusieurs petits princes, Fabl. VIII, 18 dans PROVINCE
Dois-je dans la province établir mon séjour ?, Fabl. III, 1 dans PROVINCE
Le peintre reste avec madame Alis, Provinciale assez belle et bien faite, Rémois. dans PROVINCIAL, ALE
Quand ils [des madrigaux] sont bons, en ce cas, tout prud'homme Les prend au poids au lieu de les compter, Poésies mêlées, XVI dans PRUD'HOMME
D'elle descendent ceux de la Prudoterie, Antique et célèbre maison, Matr. d'Éph. dans PRUDOTERIE
Voyant une femelle... il baissait la prunelle, Herm. dans PRUNELLE
Oui, ce beau fils, ce tourneur de prunelle, Je vous prends sans vert, sc. 1 dans PRUNELLE
À certain voile aux nonnes familier, Nommé pour lors entre elles leur psautier, Psautier. dans PSAUTIER
Ils étaient de ceux-là qui vivent Sur le public, et, craignent peu les coups, Fabl. VIII, 7 dans PUBLIC, IQUE
Ô vous ! dont le public emporte tous les soins, Magistrats, princes et ministres, ib. XII, 27 dans PUBLIC, IQUE
Un sot par une puce eut l'épaule mordue, Fabl. VIII, 5 dans PUCE
Pour tuer une puce il voulait obliger Ces dieux à lui prêter leur foudre et leur massue, ib. dans PUCE
Je la tiens pucelle sans faute, Et si pucelle qu'il n'est rien De plus puceau que cette belle, Joc. dans PUCEAU
On choisit cent pucelles, Toutes sachant broder, aussi sages que belles, Filles de Minée. dans PUCELLE
Elle tombe, et, tombant, range ses vêtements ; Dernier trait de pudeur même aux derniers moments, Filles de Minée. dans PUDEUR
Il [l'ami] cherche vos besoins au fond de votre coeur ; Il vous épargne la pudeur De les lui découvrir vous-même, Fabl. VIII, 11 dans PUDEUR
Vous.... Qui ne pûtes jamais écouter sans pudeur La louange la plus permise, ib. X, 15 dans PUDEUR
D'où vient que son influence [de Jupiter] Agit différemment sur ces deux hommes-ci ? Puis comment pénétrer jusques à notre monde ? Comment percer des airs la campagne profonde ?, Fabl. VIII, 16 dans PUIS
Puisqu'on plaide et qu'on meurt et qu'on devient malade, Il faut des médecins, il faut des avocats, Fabl. XII, 27 dans PUISQUE
Toute puissance est faible à moins que d'être unie, Fabl. IV, 18 dans PUISSANCE
Après cela doutez de la puissance Des oraisons...., Or. dans PUISSANCE
Notre prince a des dépendants Qui, de leur chef, sont si puissants Que chacun d'eux pourrait soudoyer une armée, Fabl. I, 12 dans PUISSANT, ANTE
Penses-tu, lui dit-il, que ton titre de roi Me fasse peur ni me soucie ? Un boeuf est plus puissant que toi [lion], Fabl. II, 9 dans PUISSANT, ANTE
[Des gens voyant au loin un objet flotter sur l'eau] Ne purent s'empêcher de dire Que c'était un puissant navire, ib. IV, 10 dans PUISSANT, ANTE
Sur le bord d'un puits très profond Dormait, étendu de son long, Un enfant alors dans ses classes, Fabl. V, 11 dans PUITS
Un astrologue un jour se laissa choir Au fond d'un puits...., ib. II, 13 dans PUITS
Ayant plein puits de ces douceurs, Pâté. dans PUITS
Les alouettes font leur nid Dans les blés quand ils sont en herbe, C'est-à-dire environ le temps Que tout aime et que tout pullule dans le monde, Fabl. IV, 22 dans PULLULER
Le pauvre Ésope se jeta aux pieds de son maître, et, se faisant entendre du mieux qu'il put, témoigna qu'il demandait pour toute grâce qu'on sursît de quelques moments sa punition, Vie d'Ésope dans PUNITION
Aurions-nous bien le coeur et les mains assez pures Pour présider ici sur les honneurs divins, Et prêtres vous offrir les voeux des pèlerins ?, Phil. et Baucis. dans PUR, URE
Une femme à Paris faisait la pythonisse ; On l'allait consulter sur chaque événement, Fabl. VII, 15 dans PYTHONISSE
Le quadrupède [un lion] écume, et son oeil étincelle, Fabl. II, 9 dans QUADRUPÈDE
Messieurs les courtisans, cessez de vous détruire ; Faites, si vous pouvez, votre cour sans vous nuire ; Le mal se rend chez vous au quadruple du bien, Fabl. VIII, 3 dans QUADRUPLE
Toute profession s'estime dans son coeur, Traite les autres d'ignorantes, Les qualifie impertinentes, Fabl.XI, 5 dans QUALIFIER
Amour ! amour ! quand tu nous tiens, On peut bien dire : adieu prudence, Fabl. IV, 1 dans QUAND
Quand ? dans quel temps ? Quand la marierons-nous, quand aurons-nous des gendres ?, Fabl. IV, 4 dans QUAND
Quand le malheur ne serait bon Qu'à mettre un sot à la raison, Toujours serait-ce à juste cause Qu'on le dit bon à quelque chose, Fabl. VI, 7 dans QUAND
Il n'est, pour voir, que l'oeil du maître ; Quant à moi, j'y mettrais encor l'oeil de l'amant, Fabl. IV, 21 dans QUANT
Et quel était le personnage Qui gardait tant son quant-à-moi ?, Joc. dans QUANT
Quand nous avons quelque différent ma soeur et moi, si je fais la froide et l'indifférente, elle me recherche ; si elle se tient sur son quant-à-moi, je vas au-devant, Psyché, II, p. 140 dans QUANT
Quand le discours est froid, dormez-vous pas aussi ? Quarante beaux esprits certifieront ceci ; Nous sommes tout autant, qui dormons comme d'autres Aux ouvrages d'autrui, quelquefois même aux nôtres ; Que cela soit dit entre nous, Lett. XVII dans QUARANTE
Un quart voleur survient, qui les accorde net En se saisissant du baudet, Fabl. I, 13 dans QUART, ARTE
Au quart [au quatrième coup de bâton], il fait une horrible grimace, Pays. dans QUART, ARTE
Le peu qu'il en restait [de rats] n'osait quitter son trou, Ne trouvant à manger que le quart de son soûl, Fabl. II, 2 dans QUART
Ce que je sais, c'est qu'aux grosses paroles On en vient, sur un rien, plus des trois quarts du temps, Fabl. XII, 8 dans QUART
L'écornifleur étant à demi-quart de lieue, Fabl. X, 1 dans QUART
L'attaquer [un chien], le mettre en quartiers, Sire loup l'eût fait volontiers, Fabl. I, 5 dans QUARTIER
Un sien amant étant lors de quartier, Gag. dans QUARTIER
Vivant de rapt, faisant peu de quartier, Cal. dans QUARTIER
Notre petit maître est un chercheur de midi à quatorze heures ; il a toujours le nez fourré partout, Coupe enchant. sc. 1 dans QUATORZE
Nous sommes quatre à partager la proie, Fabl. I, 6 dans QUATRE
Sur le pauvre arbre ils se mettent à quatre, Gag. dans QUATRE
Si quelqu'une de vous touche à la quatrième [part], Fabl. I, 6 dans QUATRIÈME
L'autre aussitôt de s'excuser, Alléguant un grand rhume ; il ne pouvait que dire Sans odorat...., Fabl. VII, 7 dans QUE
Les traits du visage très beaux et si bien proportionnés qu'on n'y trouvait que reprendre, Psyché, II, p. 163 dans QUE
Ne sachant que conjecturer du dessein de son mari, ni à quelle mort se résoudre, ib. II, p. 112 dans QUE
Madame, je suis votre soeur, autrefois l'épouse de Cupidon, maintenant esclave, et ne sachant presque que devenir, ib. p. 148 dans QUE
Disant qu'il ferait que sage De garder le coin du feu, Fabl. V, 2 dans QUE
Il ne sait que par ouï dire Ce que c'est que la cour, la mer, et ton empire, Fortune...., Fabl. VII, 12 dans QUE
Et que pourra faire un époux Que vous voulez qui soit jour et nuit avec vous ?, Fabl. VII, 2 dans QUE
Sur les éloges que l'envie Doit avouer qui vous sont dus, Vous ne voulez pas qu'on appuie, ib. VIII, 4 dans QUE
Qu'est ceci ? dit-il à son monde ; Je trouve bien peu d'herbe en tous ces râteliers, Fabl. IV, 21 dans QUE
Que devenir ? Mais quand nous serions rois, que donner à des dieux ?, Phil. et Bauc. dans QUE
Le héraut du printemps lui [au milan] demanda la vie : Aussi bien, que manger en qui n'a que le son ?, Fabl. IX, 18 dans QUE
Qu'est-ce là ? lui dit-il - Rien. - Quoi ! rien ! - Peu de chose, Fabl. I, 5 dans QUE
Qu'est-ce que tout cela, qu'un avertissement... ?, Fabl. VIII, 1 dans QUE
Que fais-tu, Jupiter, que du haut de la nue Tu n'en perdes la race [des puces], afin de me venger ?, Fabl. VIII, 5 dans QUE
Les ruines d'une maison Se peuvent réparer : que n'est cet avantage Pour les ruines du visage ?, Fabl. VIII, 5 dans QUE
Le jour suivant, que les vapeurs de Bacchus furent dissipées, Xanthus fut extrêmement surpris de ne plus trouver son anneau, Vie d'Ésope. dans QUE
Il perdit la voix Du moment qu'il gagna ce qui cause nos peines [l'argent], Fabl. VIII, 2 dans QUE
Et moi-même Au moment que je fais cette moralité...., ib. VIII, 4 dans QUE
Du temps que les bêtes parlaient, ib. IV, 1 dans QUE
Un certain loup, dans la saison Que les tièdes zéphyrs ont l'herbe rajeunie, Et que les animaux quittent tous la maison, ib. V, 8 dans QUE
C'est dommage, Garo, que tu n'es point entré Au conseil de celui que prêche ton curé, Fabl. IX, 4 dans QUE
....Je t'ai déjà dit que j'étais gentilhomme, Né pour chômer et pour ne rien savoir, Papefig. dans QUE
Mais que tous, tant que nous sommes, Nous mentions, grand et petit, Si quelque autre l'avait dit, Je soutiendrais le contraire, Fabl. IX, 1 dans QUE
Que le bon soit toujours camarade du beau, Dès demain je chercherai femme, ib. VII, 2 dans QUE
Il n'est meilleur ami ni parent que soi-même, Fabl. IV, 22 dans QUE
La volatile malheureuse.... Droit au logis s'en retourna : Que bien, que mal elle arriva Sans autre aventure fâcheuse, Fabl. IX, 2 dans QUE
C'est de vous que mes vers attendent tout leur prix.... Eh ! qui connaît que vous les beautés et les grâces ?, Fabl. VII, Dédic. à Mme de Montespan. dans QUE
Détale vite et cours ; Que si ce loup t'atteint, casse-lui la mâchoire, Fabl. VIII, 17 dans QUE
C'est de vous que mes vers attendent tout leur prix, Fabl. VII, à Mme de Montespan. dans QUE
S'il [l'enfant] n'a l'oiseau, c'est fait que de sa vie, Fauc. dans QUE
Ce n'est pas ce qu'on croit que d'entrer chez les dieux : Cet honneur a souvent de mortelles angoisses, Fabl. XII, 11 dans QUE
C'est l'acheter trop cher que l'acheter d'un bien Sans qui les autres ne sont rien, Fabl. IV, 13 dans QUE
Tant c'est chère denrée Qu'un protecteur !, Fabl. VIII, 18 dans QUE
Sur le que si, que non tous deux étant ainsi, Fabl. IX, 14 dans QUE
On la reçut [la Discorde] à bras ouverts, Elle et que si que non, son frère, Avecque tien et mien, son père, ib. VI, 20 dans QUE
Moins d'ennemis attaquent leur pudeur [des femmes du monde] ; Les autres [les cloîtrées] n'ont pour un seul adversaire : Tentation, fille d'oisiveté !, Mazet. dans QUE
Au reste, égalant les plus belles, Et surpassant les plus cruelles, N'ayant trait qui ne plût, pas même en ses rigueurs : Quelle l'eût-on trouvée au fort de ses faveurs !, Fabl. XIII, 26 dans QUEL, QUELLE
Quel charme de s'ouïr louer par une bouche Qui, même sans s'ouvrir, nous enchante et nous touche !, Fill. de Minée. dans QUEL, QUELLE
À quelque temps de là, la cigogne le prie, Fabl. I, 18 dans QUELQUE
Un loup, quelque peu clerc, prouva par sa harangue Qu'il fallait dévouer ce maudit animal, Fabl. VII, 1 dans QUELQUE
Quelque méchantes et quelque dignes de punition qu'elles fussent, Psyché, II, p. 145 dans QUELQUE... QUE
À ce plaisant objet si quelqu'une recule, Cette quelqu'une dissimule, Tabl. dans QUELQU'UN, UNE
Amour, tu perdis Troie ; et c'est de toi que vint Cette querelle envenimée Où du sang des dieux même on vit le Xanthe teint, Fabl. VII, 13 dans QUERELLE
Tous les gens querelleurs, jusqu'aux simples mâtins, Au dire de chacun étaient le petits saints, Fabl. VII, 1 dans QUERELLEUR, EUSE
Figurez-vous la question qu'au sire On donna lors, Lun. dans QUESTION
Ils conviennent de prix et se mettent en quête [de l'ours, pour en avoir la peau], Fabl. V, 20 dans QUÊTE
Le lièvre était gîté dessous un maître chou ; On le quête, on le tance...., Fabl. IV, 4 dans QUÊTER
Le malheureux lion se déchire lui-même, Fait résonner sa queue à l'entour de ses flancs, Bat l'air qui n'en peut mais...., Fabl. II, 9 dans QUEUE
Un vieux renard.... fut enfin au piége attrapé ; Par grand hasard en étant échappé, Non pas franc, car pour gage il y laissa sa queue, ib. V, 5 dans QUEUE
Il lui fallut à jeun retourner au logis, Honteux comme un renard qu'une poule aurait pris, Serrant la queue et portant bas l'oreille, ib. I, 18 dans QUEUE
Oiseau jaloux, Toi.... qui déploies Une si riche queue, Fabl. II, 17 dans QUEUE
Le serpent a deux parties.... Tête et queue.... ....La tête avait toujours marché devant la queue ; La queue au ciel se plaignit, Fabl. VII, 17 dans QUEUE
Turenne est là ; l'on n'y doit craindre rien ; Vous dormirez, ses soldats dorment bien, Non pas toujours ; tel a mis mainte lieue Entre eux et lui, qui les voit à sa queue, Poésies mêlées, XLI dans QUEUE
Le serpent a deux parties Du genre humain ennemies, Tête et queue...., Fabl. VII, 17 dans QUEUE
Deux pivots sur qui roule aujourd'hui notre vie, Fabl. V, 1 dans QUI
...Un bien [la liberté] Sans qui les autres ne sont rien, ib. IV, 13 dans QUI
Si le maître des dieux assez souvent s'ennuie, Lui qui gouverne l'univers, J'en puis bien faire autant, moi qu'on sait qui le sers, Fabl. XII, 11 dans QUI
De tels secrets je ne me pique, Comme homme simple et qui vit à l'antique, Or. dans QUI
Un loup survint à jeun, qui cherchait aventure, Fabl. I, 10 dans QUI
Comme eux [Ésope, Homère] ne ment pas qui veut, Fabl. IX, 1 dans QUI
Qui dit prude, il dit laide, Or. dans QUI
Un loup.... Aperçut un cheval qu'on avait mis au vert ; Je laisse à penser quelle joie : Bonne chasse, dit-il, qui l'aurait à son croc, Fabl. V, 8 dans QUI
Toi donc, qui que tu sois, ô père de famille ....T'attendre aux yeux d'autrui quand tu dors, c'est erreur, Fabl. XI, 3 dans QUI
Quiconque, en pareil cas, se croit haï des cieux, Qu'il considère Hécube, il rendra grâce aux dieux, Fabl. X, 13 dans QUICONQUE
L'âne, se prélassant, marche seul devant eux ; Un quidam les rencontre, et dit : est-ce la mode Que baudet aille à l'aise, et meunier s'incommode ?, Fabl. III, 1 dans QUIDAM
Ils allaient de leur oeuf manger chacun sa part, Quand un quidam parut ; c'était maître renard, ib. X, 1 dans QUIDAM
Il était un quidam dont je tairai le nom, Coupe. dans QUIDAM
On reçoit ici les femmes comme un chien dans un jeu de quilles, coupe enchantée (comédie), sc. 1 dans QUILLE
Et toi que le quina guérit si promptement, Colbert, je ne dois point te taire, Quinquina, II dans QUINA
Nous lui devons Condé.... Le quin fera longtemps durer ses destinées, ib. dans QUINA
Faut-il que vous trouviez étrange Que les chats-huants d'un pays Où le quintal de fer par un seul rat se mange, Enlèvent un garçon pesant un demi-cent ?, Fabl. IX, 1 dans QUINTAL
Je subtiliserais un morceau de matière, Que l'on ne pourrait plus concevoir sans effort, Quintessence d'atome, extrait de la lumière, Fabl. X, 1 dans QUINTESSENCE
....Plus je contemple Ces fruits [gland, citrouille] ainsi placés, plus il semble à Garo Que l'on a fait un quiproquo, Fabl. IX, 4 dans QUIPROQUO
Prétendez-vous.... en demeurer quitte à si bon marché ?, Berc. dans QUITTE
Qui n'eût ri ? quant à moi, Je n'en eusse quitté ma part pour un empire, Fabl. XII, 12 dans QUITTER
Flatter ceux du logis, à son maître complaire ; Moyennant quoi votre salaire Sera force reliefs de toutes les façons, Fabl. I, 5 dans QUOI
Un marchand grec en certaine contrée Faisait trafic ; un bassa l'appuyait, De quoi le Grec en bassa le payait, ib. VIII, 18 dans QUOI
Il [renard] relevait sa queue, il la faisait briller, Et cent mille autres badinages, Pendant quoi nul dindon n'eût osé sommeiller, ib. XII, 18 dans QUOI
Est-ce un sujet pour quoi Vous fassiez sonner vos mérites ?, Fabl. IV, 3 dans QUOI
Comme vous êtes roi, vous ne considérez Qui ni quoi...., Fabl. V, 18 dans QUOI
Là, cette femme [une devineresse] emplit sa bourse, Et, sans avoir d'autre ressource, Gagne de quoi donner un rang à son mari, Fabl. VII, 15 dans QUOI
Ils trouvaient aux champs trop de quoi, Fabl. I, 8 dans QUOI
Son pays le crut fou, petits esprits ! mais quoi ! Aucun n'est prophète chez soi, Fabl. VIII, 26 dans QUOI
Après maints quolibets coup sur coup renvoyés, Fabl. III, 1 dans QUOLIBET
Qu'est-ce donc ? voici bien, monsieur, du rabat-joie, Je vous prends sans vert, sc. 14 dans RABAT-JOIE
La racaille dans des trous.... Se sauva sans grand travail, Fabl. IV, 6 dans RACAILLE
Ton peu d'entendement Me rend tout étonné : vous n'êtes que racaille, Gens grossiers, sans esprit, à qui l'on n'apprend rien, ib. VIII, 21 dans RACAILLE
On connaît les premiers [Socrate, Ésope] : quant à l'autre, voici Le personnage en raccourci, Fabl. XI, 7 dans RACCOURCI, IE
Çà, que je racle un peu de tous côtés Votre cuvier, et puis que je l'arrose, Cuvier. dans RACLER
Un octogénaire plantait ; Passe encor de bâtir, mais planter à cet âge ! Disaient trois jouvenceaux enfants du voisinage ; Assurément il radotait, Fabl. XI, 8 dans RADOTER
Quoi ! moi ! quoi ! ces gens-là ! l'on radote, je pense ; à moi les proposer ! hélas ! ils font pitié, Fabl. VII, 5 dans RADOTER
L'homme.... Dit au serpent : faut-il croire ce qu'elle [la vache] dit ? C'est une radoteuse, elle a perdu l'esprit, Fabl. X, 2 dans RADOTEUR, EUSE
Ayant su raffiner sur l'amour conjugal, Matr. dans RAFFINER
Ils débarquèrent tous Au port de Joppe, et là se rafraîchirent, Fianc. dans RAFRAÎCHIR
Patience et longueur de temps Font plus que force ni que rage, Fabl. II, 11 dans RAGE
Il [le coq] aiguisait son bec, battait l'air et ses flancs, Et, s'exerçant contre les vents, S'armait d'une jalouse rage, ib. VII, 13 dans RAGE
Le vent, la pluie et l'orage Contre l'enfant faisaient rage, Imitat. d'Anacr. dans RAGE
Battre sa femme, et dire au peintre rage, Rém. dans RAGE
....je m'étonne Que d'un mets si plein de bonté Vous soyez si tôt dégoûté ; Ne vous ai-je pas ouï dire Que c'était votre grand ragoût ?, Pâté. dans RAGOÛT
Cet homme se raillait assez hors de saison, Fabl. III, 16 dans RAILLER
Mais tout ceci passait la raillerie, Court. dans RAILLERIE
Combien de fois la lune a leurs pas éclairés, Et, couvrant de ses rais l'émail d'une prairie, Les a vus à l'envi fouler l'herbe fleurie !, Adonis. dans RAIS
Certain renard gascon, d'autres disent normand, Mourant presque de faim, vit, au haut d'une treille, Des raisins mûrs apparemment Et couverts d'une peau vermeille, Fabl. III, 11 dans RAISIN
Caliste enfin l'inexpugnable Commença d'écouter raison, Coupe. dans RAISON
Quand le malheur ne serait bon Qu'à mettre un sot à la raison, Fabl. VI, 7 dans RAISON
[La dame] Fut un longtemps si dure et si cruelle, Que Minutol n'en sut tirer raison, Rich. dans RAISON
Au fils de Jupiter on dit qu'ils se plaignirent, Et n'en eurent point de raison, Fabl. IV, 12 dans RAISON
On fit raison, le vin ne dura guère, Rém. dans RAISON
Tous trois burent d'autant : l'ânier et le grison Firent à l'éponge raison [burent autant que l'éponge, se noyèrent], Fabl. II, 10 dans RAISON
La raison du plus fort est toujours la meilleure, Fabl. I, 10 dans RAISON
Une jeune souris, de peu d'expérience, Crut fléchir un vieux chat, implorant sa clémence, Et payant de raisons le Raminagrobis...., Fabl. XII, 5 dans RAISON
Le porc à s'engraisser coûtera peu de son, Il était, quand je l'eus, de grosseur raisonnable, Fabl. VII, 10 dans RAISONNABLE
L'animal chargé d'ans, vieux cerf, et de dix cors, En suppose un plus jeune, et l'oblige par force à présenter aux chiens une nouvelle amorce ; Que de raisonnements pour conserver ses jours !, Fabl. X, 1 dans RAISONNEMENT
Voyons si dans mes vers je l'aurai rajeunie [cette nouvelle], Matr. dans RAJEUNIR
Sans mentir, si votre ramage Se rapporte à votre plumage, Fabl. I, 2 dans RAMAGE
L'oiseau [le cygne], prêt à mourir, se plaint en son ramage, ib. III, 12 dans RAMAGE
Un pauvre bûcheron, tout couvert de ramée, Fabl. I, 16 dans RAMÉE
Et par cet apologue.... [Ménénius] Les ramena dans leur devoir, Fabl. III, 2 dans RAMENER
Or bien, sans crier davantage, Rapportons-nous, dit-elle, à Raminagrobis ; C'était un chat vivant comme un dévot ermite...., Fabl. VII, 16 dans RAMINAGROBIS ou ROMINAGROBIS
Une jeune souris, de peu d'expérience, Crut fléchir un vieux chat, implorant sa clémence, Et payant de raisons le Raminagrobis, Fabl. XII, 5 dans RAMINAGROBIS ou ROMINAGROBIS
En face d'un parterre au palais opposé, Est un amphithéâtre en rampes divisé, Psyché, I, p. 103 dans RAMPE
C'était un beau sujet de guerre Qu'un logis où lui-même il n'entrait qu'en rampant !, Fabl. VII, 16 dans RAMPER
Les valets font cent tours, L'intendant même ; et pas un d'aventure N'aperçut ni cor, ni ramure, Ni cerf enfin, Fabl. IV, 21 dans RAMURE
L'hiver survint avec grande furie, Monceaux de neige et grands randons de pluie, Poésies mêlées, XXVII dans RANDON
Elle tombe, et, tombant, range ses vêtements, Dernier trait de pudeur même aux derniers moments, Filles de Minée. dans RANGER
Et si la plus sévère à nos voeux ne se range, Joc. dans RANGER
À la rangette L'amour les prend, Dans une plaine, Dans un couvert, L'un sans mitaine, L'autre sans vert, Je vous prends sans vert, sc. 9 dans RANGETTE
L'un des deux chevaliers saigna du nez : si l'onde Est rapide autant que profonde, Dit-il...., Fabl. X, 14 dans RAPIDE
Les Germains, comme eux [Romains], deviendront Gens de rapine et d'avarice, Fabl. XI, 7 dans RAPINE
Du rapport d'un troupeau dont il vivait sans soins, Se contenta longtemps un voisin d'Amphitrite, Fabl. IV, 2 dans RAPPORT
Et la philosophie Dit vrai quand elle dit que les sens tromperont, Tant que sur leur rapport les hommes jugeront, Fabl. VII, 18 dans RAPPORT
S'ils [les amants] pouvaient conserver un rayon de prudence (Je demande un grand point, la prudence en amour !), Ils seraient aux rapports insensibles et sourds, Filles de Minée. dans RAPPORT
Sans mentir, si votre ramage Se rapporte à votre plumage, Fabl. I, 2 dans RAPPORTER
Soit fait, dit le reptile, Fabl. X, 2 dans RAPPORTER
Rapportons-nous, dit-elle, à Raminagrobis, Fabl. VII, 16 dans RAPPORTER
Je me rapporte de cela à quiconque a passé par là, Fianc. dans RAPPORTER
Je me rapporte aux yeux d'une ourse, mes amours, Fabl. XII, 1 dans RAPPORTER
Que l'autre usage ait la raison pour soi, Je m'en rapporte, Féronde. dans RAPPORTER
Ce que les champs, les vergers et les bois Ont de plus innocent, de plus doux, de plus rare, Phil. et Baucis. dans RARE
On l'allait voir par rareté, Matrone. dans RARETÉ
L'herbe l'aurait portée ; une fleur n'aurait pas Reçu l'empreinte de ses pas ; Elle semblait raser les airs, à la manière Que les dieux marchent dans Homère, Poés. mêl. LXV dans RASER
Même beauté, tant soit exquise, Rassasie et soûle à la fin, Pâté. dans RASSASIER
Tant bien sut dire et prêcher, que la dame, Séchant ses yeux, rassérénant son âme, Plus doux que miel à la fin écouta, Richard. dans RASSÉRÉNER
Les planches qu'on suspend sur un léger appui, La mort aux rats, les souricières, N'étaient que jeux auprès de lui [un chat], Fabl. III, 18 dans RAT
Quelques rates, dit-on, répandirent des larmes, Fabl. XII, 2 dans RATE
C'était un maître rat Dont la rateuse seigneurie S'était logée en bonne hôtellerie, Fabl. XII, 26 dans RATEUSE
Bertrand avec Raton, l'un singe et l'autre chat, Fabl. IX, 17 dans RATON
Ils allaient en terre étrangère Chercher quelques secours contre le peuple chat ; Ratopolis était bloquée, Fabl. VII, 3 dans RATOPOLIS
Défendez-vous par la grandeur ; Alléguez la beauté, la vertu, la jeunesse ; La mort ravit tout sans pudeur, Fabl. VIII, 1 dans RAVIR
Hâte-toi, mon ami, tu n'as pas tant à vivre ; Je te rebats ce mot ; car il vaut tout un livre, Fabl. VIII, 27 dans REBATTRE
S'il est un conte usé, commun et rebattu, Matr. dans REBATTU, UE
La voilà, pour conclusion, Grasse, maflue et rebondie, Fabl. III, 17 dans REBONDI, IE
Ils usent leurs souliers, et conservent leur âne ! Nicolas, au rebours ; car, quand il va voir Jeanne, Il monte sur sa bête, et la chanson le dit, Fabl. III, 1 dans REBOURS
Tout au rebours de la bonne donzelle, Gag. dans REBOURS
Peu s'en fallut que le soleil Ne rebroussât d'horreur vers le manoir liquide, Fabl. XI, 3 dans REBROUSSER
Il est vrai, son humeur a rebuté la mienne, Florent. I, 8 dans REBUTER
Pardonnez-moi, si j'ai quelque soupçon, Que cet habit dont vous êtes vêtue, En vous voilant, soit receleur d'appas, Poés. mêlées, XX dans RECELEUR, EUSE
Cette recette [pour avoir des enfants] est une médecine, Mandr. dans RECETTE
Tous tels sorts sont recettes frivoles, Orais. dans RECETTE
Témoigner en tel cas un peu de désespoir Est quelquefois une bonne recette, Fiancée. dans RECETTE
Ceci peut s'appliquer à la grandeur royale, Elle reçoit et donne, et la chose est égale, Fabl. III, 2 dans RECEVOIR
C'est, dit-il, afin de m'aider à recharger ce bois, Fabl. I, 16 dans RECHARGER
Et, sans considérer quel sera le loyer D'une action de ce mérite, Il l'étend [le serpent engourdi de froid] le long du foyer, Le réchauffe, le ressuscite, Fabl. VI, 13 dans RÉCHAUFFER
De petits monstres fort hideux, Rechignés, un air triste, une voix de Mégère [les enfants du hibou], Fabl. V, 18 dans RECHIGNÉ, ÉE
Le malheureux.... Mange [un ail] et rechigne ainsi que fait un chat Dont les morceaux sont frottés de moutarde, Paysan. dans RECHIGNER
Tant sur ce point mes vers font de rechutes !, Lun. dans RECHUTE
Il trouva son sujet plein de récits tout nus, Fabl. I, 14 dans RÉCIT
....Je suis encor d'avis Que nous rendions le temps moins long par des récits, Filles de Minée. dans RÉCIT
Les choses d'ici-bas ne me regardent plus ; En quoi peut un pauvre reclus Vous assister ? que peut-il faire Que de prier le ciel qu'il vous aide en ceci ?, Fabl. VII, 3 dans RECLUS, USE
L'on mange peu, l'on boit en récompense, Fianc. Vous faites valoir. dans RÉCOMPENSE
C'est la louange, Iris, vous ne la goûtez point ; D'autres propos chez vous récompensent ce point, Fabl. X, 1 dans RÉCOMPENSER
Quand elle fut dans la tour et qu'elle se présenta à la porte, les épines qui la bouchaient et qui s'étaient d'elles-mêmes détournées pour laisser passer Psyché la première fois, ne la reconnaissant plus [elle était devenue noire], l'arrêtèrent, Psyché, II, p. 200 dans RECONNAÎTRE
Petits princes, videz vos débats entre vous ; De recourir aux rois vous seriez de grands fous, Fabl. IV, 4 dans RECOURIR
Lui qui n'était novice au métier d'assiégeant, Eut recours à son sac de ruses scélérates, Fabl. X, 18 dans RECOURS
Le maître ne trouva de recours qu'à crier Contre ses gens, son chien : c'est l'ordinaire usage, Fabl. XI, 3 dans RECOURS
Les pleurs furent son seul recours, Coupe. dans RECOURS
Le soleil dissipe la nue, Récrée et puis pénètre enfin le cavalier, Fabl. VI, 3 dans RECRÉER
Le galant se récrie Comme la dame était jeune et jolie, Confid. dans RÉCRIER (SE)
Car, au nom des dieux, je vous prie, Quel fruit de ce labeur pouvez-vous recueillir ?, Fabl. XI, 8 dans RECUEILLIR
Avant le coup demandez la cédule : De la donner je ne crois qu'il recule, Sav. dans RECULER
Les sages quelquefois, ainsi que l'écrevisse, Marchant à reculons, tournent le dos au port, Fabl. XII, 10 dans RECULONS (À)
Le récit précédent suffit Pour montrer que le peuple est juge récusable, Fabl. VIII, 26 dans RÉCUSABLE
L'autre deux fois ne se le fait redire, Lun. dans REDIRE
Rediseurs, espions, gens à l'air gracieux, Fabl. XII, 11 dans REDISEUR, EUSE
Et tu pourras à Paphos et Cythère De cette Iris refaire une Vénus, Imitat. d'Anacréon. dans REFAIRE
Le refrain fut d'offrir sa personne et son bras, Fianc. dans REFRAIN
L'un [souffler froid] refroidit mon potage ; L'autre [souffler chaud] réchauffe ma main, Fabl. V, 7 dans REFROIDIR
N'a - t - on point de présent à faire, Point de pourpre à donner, c'est en vain qu'on espère Quelque refuge aux lois..., Fabl. XI, 7 dans REFUGE
La rivière devint tout à coup agitée ; à toute peine il [le chien] regagna le bord, Fabl. VI, 17 dans REGAGNER
Le régal fut fort honnête ; Rien ne manquait au festin, Fabl. I, 9 dans RÉGAL
Notre héroïne lui demanda s'il trouverait bon qu'elle le régalât de quelques présents, Psyché, t. I, p. 62 dans RÉGALER
Avint qu'un soir Camille régala De jeunes gens...., Court. dans RÉGALER
Quatre fois l'an, de grâce spéciale, Notre docteur régalait sa moitié, Calendr. dans RÉGALER
Incessamment Constance le regarde [un jeune homme] ; Et puis soupirs et puis regards nouveaux, Courtis. dans REGARD
Un modeste regard, et pourtant l'oeil luisant [chez le chat], Fab. VI, 5 dans REGARD
Ce n'est pas sur l'habit Que la diversité me plaît ; c'est dans l'esprit : L'une fournit toujours des choses agréables ; L'autre, en moins d'un moment, lasse les regardants, Fabl. IX, 3 dans REGARDANT, ANTE
Sans oser de longtemps regarder au visage Celui qu'elles [les grenouilles] croyaient être un géant nouveau, Fabl. III, 4 dans REGARDER
Les pas empreints sur la poussière Par ceux qui s'en vont faire au malade leur cour, Tous, sans exception, regardent sa tanière ; Pas un ne marque de retour, Fabl. VI, 14 dans REGARDER
Mes amis, dit le solitaire, Les choses d'ici-bas ne me regardent plus, Fabl. VII, 3 dans REGARDER
Il se faut bien regarder, reprit la cadette ; comment ferait-on autrement pour s'ajuster comme il faut ?, Pysché, II, p. 135 dans REGARDER
Mais il [le héron] crut mieux faire d'attendre Qu'il eût un peu plus d'appétit : Il vivait de régime, et mangeait à ses heures, Fabl. VII, 4 dans RÉGIME
Quand reginglettes et réseaux Attraperont petits oiseaux, Fabl. I, 8 dans REGINGLETTE
Comment ranger cette chevance ? Quels registres, quels soins, quel temps il leur fallut !, Fabl. VII, 6 dans REGISTRE
Votre goût a servi de règle à mon ouvrage, Fabl. V, 1 dans RÈGLE
Heureux qui vit chez soi, De régler ses désirs faisant tout son emploi !, Fabl. VII, 12 dans RÉGLER
J'ai regret, disait-il, à mon premier seigneur, Fabl. VI, 11 dans REGRET
Ce qu'on donne aux méchants, toujours on le regrette, Fabl. II, 7 dans REGRETTER
Le renard seul regretta son suffrage [donné au singe pour être roi], Sans toutefois montrer son sentiment, Fabl. VI, 6 dans REGRETTER
Il [le bouc] descend [dans le puits] ; et son poids, emportant l'autre part [l'autre seau], Reguinde en haut maître Renard, Fabl. XI, 6 dans REGUINDER
Et dans son coeur déjà se proposait De rehausser le linge de la fille, Gag. dans REHAUSSER
L'époux.... Fit si bien par sa jalousie Qu'il rehaussa de prix celle-là qui d'ailleurs Méritait de se voir servie Par les plus beaux et les meilleurs, Pet. chien. dans REHAUSSER
Je [moi mouche] rehausse d'un teint la blancheur naturelle, Fabl. IV, 3 dans REHAUSSER
Gélaste : Vous allez là [au théâtre] pour vous réjouir, et vous y trouvez un homme qui pleure.... est-ce ainsi que l'on doit contenter ceux qui vont là pour se réjouir ? - Ariste : Ne dites point qu'ils y vont pour se réjouir ; dites qu'ils y sont pour se divertir, Psyché, I, p. 95 dans RÉJOUIR
Pour moi, j'ai résolu de poursuivre ma tâche ; Se donne qui voudra, ce jour-ci, du relâche, Filles de Minée. dans RELÂCHE
Quand aux bois Le bruit des cors, celui des voix, N'a donné nul relâche à la fuyante proie, Fabl. X, 1 dans RELÂCHE
Le docteur, un beau jour le voyant sombre et triste, Lui dit : notre féal, vous voilà de relais, Candaule. dans RELAIS
Il marchait d'un pas relevé, Et faisait sonner sa sonnette, Fabl. I, 4 dans RELEVÉ, ÉE
Une tapisserie relevée d'or, Psyché, I, p. 42 dans RELEVÉ, ÉE
Sur le tympan du fronton se voyait la naissance de Cythérée en figures de haut relief ; elle était assise dans une conque, Psyché, II, p. 166 dans RELIEF
Moyennant quoi votre salaire Sera force reliefs de toutes les façons, Fabl. I, 5 dans RELIEF
Autrefois le rat de ville Invita le rat des champs, D'une façon fort civile, à des reliefs d'ortolans, Fabl. I, 9 dans RELIEF
Un baudet chargé de reliques S'imagina qu'on l'adorait ; Dans ce penser il se carrait, Recevant comme siens l'encens et les cantiques, Fabl. V, 14 dans RELIQUE
....C'est [l'amour-propre] le père, C'est l'auteur de tous les défauts Que l'on remarque aux animaux, Fabl. XI, 5 dans REMARQUER
Me voici rembarqué sur la mer amoureuse, Poésies mêlées, 36 dans REMBARQUÉ, ÉE
Vous alliez lors rembarrer le Lorrain, Poésies mêlées, 42, à Turenne. dans REMBARRER
Plus je vous vois, plus je crois voir aussi L'air et le port, les yeux, la remembrance De mon époux ; que Dieu lui fasse paix !, Orais. dans REMEMBRANCE
Les Jeux et les Ris firent connaissance avec elle d'abord, sans se la remettre, admirant les grâces de sa personne, sa taille, ses traits, Psyché, II, p. 211 dans REMETTRE
Il semblait qu'il n'agît que par réminiscence, Et qu'il eût autrefois fait le métier d'amant, Tant il le fit parfaitement !, Fabl. XI, 2 dans RÉMINISCENCE
Pour subvenir aux frais de l'entreprise, On lui donna mainte et mainte remise, Toutes à vue, et qu'en lieux différents Il pût toucher par des correspondants, Belphégor. dans REMISE
Le clerc non plus ne fit du sien [de son salaire] remise, Troq. dans REMISE
Voyez, disait Vénus, ces ruisseaux et leur course ; Ainsi jamais le temps ne remonte à sa source, Adonis. dans REMONTER
Je vous suis fort obligé de ce que vous me dispensez de vous en faire d'autres [remontrances] à l'avenir ; c'est là tout à fait mon compte ; je n'ai nullement le caractère de Bastien le remontreur ; c'est un quolibet, Lett. XXVI dans REMONTREUR
Quand le moment viendra d'aller trouver les morts, J'aurai vécu sans soins, et mourrai sans remords, Fabl. XI, 4 dans REMORDS
Un certain coin remparé de fumier, Belph. dans REMPARÉ, ÉE
Qu'il n'y avait remède que d'entrer Au corps des gens, et de s'y remparer, D'y tenir bon...., Belph. dans REMPARER (SE)
Le voile n'est le rempart le plus sûr Contre l'amour, Mazet. dans REMPART
Remuez votre champ dès qu'on aura fait l'oût ; Creusez, fouillez, bêchez...., Fabl. V, 9 dans REMUER
Donnez-nous, dit ce peuple, un roi qui se remue, Fabl. III, 4 dans REMUER
Hercule veut qu'on se remue, Puis il aide les gens, Fabl. VI, 18 dans REMUER
Honteux comme un renard qu'une poule aurait pris, Fabl. I, 18 dans RENARD
Certain renard gascon, d'autres disent normand, Mourant presque de faim, vit au haut d'une treille Des raisins mûrs apparemment Et couverts d'une peau vermeille, ib. III, 11 dans RENARD
Mais d'où vient qu'au renard Ésope accorde un point, C'est d'exceller en tours pleins de matoiserie ?, ib. XI, 6 dans RENARD
Je crois voir Annibal, qui, pressé des Romains, Met leurs chefs en défaut ou leur donne le change, Et sait en vieux renard s'échapper de leurs mains, Fabl. XII, 23 dans RENARD
Mais sur tout certain Grec renchérit et se pique D'une élégance laconique, Fabl. VI, 1 dans RENCHÉRIR
Faibles gens, dit le père, il faut que je vous montre Ce que ma force peut en semblable rencontre, Fabl. IV, 18 dans RENCONTRE
On rencontre sa destinée Souvent par des chemins qu'on prend pour l'éviter, Fabl. VIII, 16 dans RENCONTRER
Si j'étais rencontrée de quelqu'un qui ne me trouvât pas à son gré, Psyché, I, p. 135 dans RENCONTRER
Je sais qu'il est difficile d'y aborder [en un lieu] ; mais cela n'est point impossible ; Psyché n'a point d'ailes, ni nous non plus ; nous nous y rencontrons cependant, Psyché, II, p. 135 dans RENCONTRER
Si on lisait dans le coeur du maître [Louis XIV], je crois que l'on y verrait qu'il estime plus les hommages de M. le Prince [Condé] que ceux que lui pourrait rendre tout le reste de l'univers, Lett. XI dans RENDRE
Les témoignages de valeur qu'il [Alexandre] y rendit vont au delà de toute l'imagination, Lett. XI dans RENDRE
Il pleut, le soleil luit, et l'écharpe d'Iris Rend ceux qui sortent avertis Qu'en ces mois le manteau leur est fort nécessaire, Fabl. VI, 3 dans RENDRE
Tandis que le héros admire Cythérée, Elle rend par ces mots son âme rassurée, Adonis. dans RENDRE
Puis je rendrai de vous un très bon compte à l'avenir, et vous jure ma foi Que nuit et jour vous serez près de moi, Gag. dans RENDRE
Elle s'attache à l'orteil dès le soir Un brin de fil qui rendait à la porte De la maison...., Gag. dans RENDRE
Le mal se rend chez vous au centuple du bien, Fabl. VIII, 3 dans RENDRE
Une jeune ingénue en ce lieu se vint rendre, Et goûter la fraîcheur sur ces bords toujours verts, Scamandre. dans RENDRE
Ce chétif animal [grenouille] Qui voulut en grosseur au boeuf se rendre égal, Fabl. V, 1 dans RENDRE
Vers le Levant, le Vieil de la Montagne Se rendit craint par un moyen nouveau, Fér. dans RENDRE
Je me rends, dit-elle, Psyché ; oubliez le mal que je vous ai fait, Psyché, II, p. 212 dans RENDRE
L'équipage suait, soufflait, était rendu, Fabl. VII, 8 dans RENDU, UE
Le poëte avait l'air d'un rendu ; Comment d'un rendu ? d'un ermite, Poésies mêlées, LXXI dans RENDU, UE
Ah ! si mon coeur osait encor se renflammer !, Fabl. IX, 2 dans RENFLAMMER
Que l'on m'amène un âne, un âne renforcé, Fabl. VI, 19 dans RENFORCÉ, ÉE
Les vents sourds à ses cris renforcent leur haleine, Adonis. dans RENFORCER
On en chanta Te Deum à renfort, Fér. dans RENFORT
Renfort de joie ; on s'en trouva si bien, Qu'encore un coup on pratiqua la ruse, Gageure. dans RENFORT
Chacun rendit par là sa douleur rengrégée, Matrone. dans RENGRÉGÉ, ÉE
Prenez le titre [d'une terre noble, d'un fief], et laissez-moi la rente, Fauc. dans RENTE
Ah ! si jamais je rentre dans la vie...., Féronde. dans RENTRER
Quelque accident fait-il que je rentre en moi-même, Je suis Gros-Jean comme devant, Fabl. VII, 10 dans RENTRER
Jamais soupçon, ombrage et jalousie Ne rentreront dans mon maudit esprit, Fér. dans RENTRER
Chacun repaît, le soir étant venu ; L'on mange peu, l'on boit en récompense, Fiancée. dans REPAÎTRE
D'abord je me repus d'espérances frivoles, Psyché, II, p. 197 dans REPAÎTRE
Baucis en répandit en secret quelques larmes, Phil et Bauc. dans RÉPANDRE
L'argent répare toute chose, Scamandre. dans REPARER
Les ruines d'une maison Se peuvent réparer ; que n'est cet avantage Pour les ruines du visage !, Fabl. VII, 5 dans REPARER
Le mari repart, sans songer : Tu ne leur portes point à boire ?, Fabl. III, 7 dans REPARTIR
La table où l'on servit le champêtre repas, Fut d'ais non façonnés à l'aide du compas, Phil. et Bauc. dans REPAS
Creusez, fouillez, bêchez, ne laissez nulle place Où la main ne passe et repasse, Fabl. V, 9 dans REPASSER
Tel Adonis repense à l'heur qu'il a perdu, Adonis. dans REPENSER
Il s'en retourne, il rumine, il repense, Confid. dans REPENSER
La chambrière.... Ne se le fait pas deux fois répéter, Gag. dans RÉPÉTER
Partant, lecteurs, si quelqu'un se présente à vos regards, ayant face riante, Couleur vermeille et visage replet, Papef. dans REPLET, ÈTE
Il [le serpent] lève un peu la tête, et puis siffle aussitôt, Puis fait un long repli, Fabl. VI, 13 dans REPLI
Mais le plus bel objet c'est la Loire sans doute ; On la voit rarement s'écarter de sa route, Elle a peu de replis dans son cours mesuré, Lett. 7 dans REPLI
Un jour que la beauté d'un ruisseau l'avait attirée, elle se laissa conduire insensiblement aux replis de l'onde, Psyché, I, p. 48 dans REPLI
Le dauphin rit, tourne la tête, Et, le magot considéré, Il s'aperçoit qu'il n'a tiré Du fond des eaux rien qu'une bête ; Il l'y replonge...., Fabl. IV, 7 dans REPLONGER
Le sommeil eut encore une fois pitié d'elle ; il la replongea dans les charmes de ses pavots, Psyché, I, p. 39 dans REPLONGER
Clymène ayant enfin reployé son ouvrage, Filles de Minée. dans REPLOYER
Ne soyez à la cour, si vous voulez y plaire, Ni fade adulateur, ni parleur trop sincère, Et tâchez quelquefois de répondre en Normand, Fabl. VII, 7 dans RÉPONDRE
La bergère.... répondit mal à tant de passion, Cloch. dans RÉPONDRE
Encor que le pouvoir au désir ne réponde, Nos hôtes agréeront les soins qui leur sont dus, Phil. et Bauc. dans RÉPONDRE
Le pasteur était à côté, Et récitait, à l'ordinaire, Maints dévotes oraisons.... Et des versets et des répons, Fabl. VII, 11 dans RÉPONS
Dieu voulut enfin que le carrosse [la diligence] passât ; point de moines, mais en récompense trois femmes, un marchand qui ne disait mot, et un notaire qui chantait toujours et qui chantait très mal ; il reportait en son pays quatre volumes de chansons, Lettres, 6 dans REPORTER
Le repos ? le repos, trésor si précieux Qu'on en faisait jadis le partage des dieux, Fabl. VII, 12 dans REPOS
Vous me semblez tous deux fatigués du voyage ; Reposez-vous ; usez du peu que nous avons, Phil. et Bauc. dans REPOSER
Chacun se dit ami ; mais fou qui s'y repose, Fabl. IV, 17 dans REPOSER
Et le nageur poussé du vent, De roc en roc portant la belle.... Avec l'aide du ciel et de ces reposoirs.... Hispal, n'en pouvant plus, de faim, de lassitude.... Prit terre à la dixième traite, Fianc. dans REPOSOIR
Veuillent les immortels conducteurs de ma langue Que je ne dise rien qui doive être repris !, Fabl. XI, 7 dans REPRENDRE
Laissons, reprit Iris, cette triste pensée, Filles de Minée. dans REPRENDRE
Alors, par droit de représailles, Anne dit au prêtre outragé...., Cas de consc. dans REPRÉSAILLE
[Le loup] S'en allait l'emporter [le chien] ; le chien représenta Sa maigreur : jà ne plaise à votre seigneurie De me prendre en cet état-là, Fabl. IX, 10 dans REPRÉSENTER
La gent reptile et toute son espèce, Petit chien. dans REPTILE
Eux repus, tout s'endort, les petits et la mère, Fabl. IV, 22 dans REPU, UE
Allons, vieillard, et sans réplique ; Il n'importe à la république Que tu fasses ton testament, Fabl. VIII, 1 dans RÉPUBLIQUE
L'autre, afin de monter aux grandes dignités, Dans les emplois de Mars servant la république, ib. XI, 8 dans RÉPUBLIQUE
Car si le soleil se pique, Il le leur fera sentir ; La république aquatique [les grenouilles] Pourrait bien s'en repentir, Fabl. XII, 24 dans RÉPUBLIQUE
Il dit : ouvrez ; faut-il tant vous requerre ?, Ball. des Augustins. dans REQUÉRIR
Jeunesse n'a les soins qui sont requis, Cloch. dans REQUIS, ISE
Ce réseau me retient ; ma vie est en tes mains, Fabl. VIII, 22 dans RÉSEAU
N'avez-vous pas quelque coin de réserve ?, Berc. dans RÉSERVE
Sa maîtresse eut d'abord quelque dispute Avec Janot, qui fit le réservé, Rich. dans RÉSERVÉ, ÉE
Encore un autre mort faisait sa résidence Non loin de ce tombeau...., Matrone. dans RÉSIDENCE
Vous avez jusqu'ici Contre leurs coups épouvantables [des tempêtes] Résisté sans courber le dos, Fabl. I, 22 dans RÉSISTER
Il retint tout chez lui, résolu de jouir, Plus n'entasser, plus n'enfouir, Fabl. X, 5 dans RÉSOLU, UE
Le prince aux cris s'abandonna, Et tout son antre en résonna, Fabl. VIII, 14 dans RÉSONNER
Le malheureux lion se déchire lui-même, Fait résonner sa queue à l'entour de ses flancs, Fabl. II, 9 dans RÉSONNER
Le marché ne tint pas ; il fallut le résoudre, Fabl. V, 20 dans RÉSOUDRE
Cette femme résout De hasarder l'incivile requête, Faucon. dans RÉSOUDRE
À quoi me résoudrai-je ? il est temps que j'y pense, Fabl. III, 1 dans RÉSOUDRE
La mort ne surprend point le sage : Il est toujours prêt à partir, S'étant su lui-même avertir Du temps où l'on se doit résoudre à ce passage, ib. VIII, 1 dans RÉSOUDRE
À toute force enfin elle se résolut D'imiter la nature, et d'être mère encore, Fabl. IV, 22 dans RÉSOUDRE
Même un singe en cette occurrence, Profitant de la ressemblance [avec l'homme], Lui pensa [au dauphin] devoir son salut, Fabl. IV, 7 dans RESSEMBLANCE
On dirait qu'un esprit anime mille corps ; C'est bien là [à la cour] que les gens sont de simples ressorts, Fabl. VIII, 14 dans RESSORT
Ils [les stoïciens] ôtent à nos coeurs le principal ressort, Ils font cesser de vivre avant que l'on soit mort, Fabl. XII, 20 dans RESSORT
[Le renard] Feignit vouloir gravir, se guinda sur ses pattes, Puis contrefit le mort, puis le ressuscité, Fabl. XII, 18 dans RESSUSCITÉ, ÉE
Le pendu [un chat qui semblait pendu et mort] ressuscite, et, sur ses pieds tombant, Attrape les plus paresseuses [souris], Fabl. III, 18 dans RESSUSCITER
Le sanglier, rappelant les restes de sa vie, Vient à lui [archer], le découd, meurt vengé sur son corps, Fabl. VIII, 27 dans RESTE
Hélas ! dirai-je, il pleut : Mon frère a-t-il tout ce qu'il veut, Bon souper, bon gîte et le reste ?, Fabl. IX, 2 dans RESTE
C'est une chaussée qui suit les bords de la Loire et retient cette rivière dans son lit, Lettres, 7 dans RETENIR
Quiconque a beaucoup vu Peut avoir beaucoup retenu, Fabl. I, 8 dans RETENIR
Quoi ! ce n'est pas encor beaucoup D'avoir de mon gosier retiré votre cou !, Fabl. III, 9 dans RETIRER
[Il] Dit qu'on l'avait retiré du tombeau, Conte son cas, reprend force et courage, Orais. dans RETIRER
Ma fille me pria de demander pour récompense de mes services qu'il me fût permis de me retirer, Psyché, II, p. 128 dans RETIRER
Nous nous retirâmes au désert, avec peu de suite, sans équipage, n'emportant que quelques livres, afin que notre fuite fût plus secrète, Psyché, II, p. 128 dans RETIRER
S'il est vrai que la Justice se soit retirée parmi eux [les dieux], Psyché, II, p. 155 dans RETIRER
....Mais le peuple vautour Au bec retors, à la tranchante serre, Fabl. VII, 8 dans RETORS, ORSE
....C'est ligne circulaire Et courbe que ceci ; je t'ordonne d'en faire Ligne droite et sans nuls retours, Ch. imp. dans RETOUR
Ces irrésolutions et ces retours vers la vie qui font la peine de ceux qui meurent, et dont les plus désespérés ne sont pas exempts, Psyché, II, p. 109 dans RETOUR
Craignez [Romains].... que.... [le ciel] mettant dans nos mains par un juste retour Les armes dont se sert sa vengeance sévère, Il ne vous fasse en sa colère Nos esclaves à votre tour, Fabl. XI, 7 dans RETOUR
Il ne songeait plus qu'à Psyché ; Psyché devait faire son unique joie ; résolutions d'un nouvel amour ; les maris ont de ces retours, mais ils les font peu durer, Psyché, II, p. 202 dans RETOUR
Que me donnerez-vous de retour, en retour ? Sera-ce trop s'il donne son mulet Pour le retour ?, Troq. dans RETOUR
Le père mort, les fils vous retournent le champ Deçà, delà, partout ; si bien qu'au bout de l'an Il en rapporta davantage, Fabl. V, 9 dans RETOURNER
Car le manant avec peine et sueur La retournait [la terre] et faisait son labeur, Papefig. dans RETOURNER
Il lui fallut à jeun retourner au logis, Honteux comme un renard qu'une poule aurait pris, Fabl. I, 18 dans RETOURNER
Et souvent la perfidie Retourne sur son auteur, Fabl. IV, 11 dans RETOURNER
Guillot, sachant ce don, L'avait fait rétracter pour plus d'une raison, Cas. dans RÉTRACTER
Si j'osais ajouter au mot de l'interprète, J'inspirerais ici l'amour de la retraite, Fabl. XI, 4 dans RETRAITE
La retraite que nous choisîmes était fort cachée, Psyché, II, p. 128 dans RETRAITE
La racaille dans les trous Trouva sa retraite prête, Fabl. IV, 6 dans RETRAITE
Le Scythe l'y trouva [un sage dans son jardin] qui, la serpe à la main, De ses arbres à fruit retranchait l'inutile, Ébranchait, émondait...., Fabl. XII, 20 dans RETRANCHER
Compère Gille eut regret à sa soute ; Il ne voulut retroquer toutefois, Troq. dans RETROQUER
Pendant qu'à la plumer l'autour est occupé, Lui même sous les rets demeure enveloppé, Fabl. VI, 15 dans RETS
Un rets d'acier par ses mains [de Vulcain] est forgé ; Ce fut Momus, qui, je pense, en fut cause, Fragm. du songe de Vaux. dans RETS
Quand vous [mari] perdez au jeu, l'on [l'amant de votre femme] vous donne revanche ; Même votre homme écarte et ses as et ses rois, Coupe enchantée. dans REVANCHE
Je veux d'un si bon tour Me revancher..., Fais. dans REVANCHER
....à son réveil il treuve L'attirail de la mort alentour de son corps, Fabl. III, 7 dans RÉVEIL
Le réveille-matin eut la gorge coupée, Fabl. V, 6 dans RÉVEILLE-MATIN
Il [un bûcheron] n'avait pas des outils à revendre ; Sur celui-ci [la cognée] roulait tout son avoir, Fabl. V, 1 dans REVENDRE
Souris de revenir, femme d'être en posture [pour les guetter], Fabl. II, 18 dans REVENIR
Qu'il y revienne de sa vie, Disait l'autre, il aura son tour, Tabl. dans REVENIR
Chacun a son défaut, où toujours il revient, Fabl. III, 7 dans REVENIR
Elle revient enfin ; Clothon pour l'amour d'elle Laisse à Pyrame ouvrir sa mourante prunelle, Fill. de Minée. dans REVENIR
Jean s'en alla comme il était venu, Mangeant son fonds avec son revenu, Épitaphe. dans REVENU
Qu'Archiménide vienne, il aura son paquet, Fût-il plus révérend cent fois qu'il ne nous semble, l'Eunuque, V, 2 dans RÉVÉREND, ENDE
....ôtez d'entre les hommes La simple foi, le meilleur est ôté ; Nous nous jetons, pauvres gens que nous sommes, Dans les procès en prenant le revers, Belph. dans REVERS
Le héros d'un revers coupe en deux l'animal, Fianc. dans REVERS
....Celui dont l'art industrieux Des trésors d'Amphitrite a revêtu ces lieux, Psyché, I, p. 17 dans REVÊTIR
Certaine fille.... Noble d'ailleurs, mais d'un orgueil extrême, Et d'autant plus que de quelque vertu Un tel orgueil paraissait revêtu, Belph. dans REVÊTU, UE
Trois jours n'étaient passés entièrement, Que revoici chez Alis notre belle, Confid. dans REVOICI
Les revoilà sur l'onde ainsi qu'auparavant, Fianc. dans REVOICI
Le corbeau donc vole et revole, Fabl. XII, 15 dans REVOLER
Mais quoi ! l'homme aux cent yeux n'a pas fait sa revue, Fabl. IV, 21 dans REVUE
Anne faisant passer ses péchés en revue, Cas. dans REVUE
Satan.... Faisait passer ses sujets en revue, Belph. dans REVUE
L'éléphant repartit : quoi ! vous ne savez pas Que le Rhinocéros me dispute le pas, Qu'Éléphantide a guerre avecque Rhinocère ?, Fabl. XII, 21 dans RHINOCÈRE
Nous attendrons le retour des feuilles et celui de ma santé ; autrement, il me faudrait chercher en litière les aventures ; on m'appellerait le chevalier du rhumatisme ; nom qui, ce me semble, ne convient guère à un chevalier errant, Lett. XIX. dans RHUMATISME
L'autre aussitôt de s'excuser, Alléguant un grand rhume : il ne pouvait que dire Sans odorat, Fabl. VII, 7 dans RHUME
Pendant ces derniers temps combien en a-t-on vus Qui du soir au matin sont pauvres devenus, Pour vouloir trop tôt être riches !, Fabl. V, 13 dans RICHE
....un de ces tableaux Sur lesquels on met des rideaux, Tabl. dans RIDEAU
Le moindre vent qui d'aventure Fait rider la face de l'eau Vous oblige à baisser la tête, Fabl. I, 22 dans RIDER
Voulez-vous que moi, chien, qui n'ai rien à la chose, Sans aucun intérêt je perde le repos ?, Fabl. XI, 3 dans RIEN
Je ne suis pas de ceux qui disent : ce n'est rien, C'est une femme qui se noie, Fabl. III, 10 dans RIEN
Quant à son temps, bien le sut dispenser : Deux parts en fit, dont il soulait passer L'une à dormir et l'autre à ne rien faire, Épitaphe. dans RIEN
Il [le dauphin] s'aperçoit qu'il n'a tiré Du fond des eaux rien qu'une bête, Fabl. IV, 7 dans RIEN
L'artisan exprima si bien Le caractère de l'idole, Qu'on trouva qu'il ne manquait rien à Jupiter que la parole, ib. IX, 6 dans RIEN
Un songe, un rien, tout lui [à l'ami] fait peur, Quand il s'agit de ce qu'il aime, Fabl. VIII, 11 dans RIEN
La bagatelle, la science, Les chimères, le rien, tout est bon ; je soutiens Qu'il faut de tout aux entretiens, Fabl. X, 1 dans RIEN
Ma foi, monsieur, Dit avec un ton de rieur Le gaillard savetier, ce n'est pas ma manière De compter de la sorte, Fabl. VIII, 2 dans RIEUR, EUSE
On cherche les rieurs et moi je les évite, Fabl. VIII, 8 dans RIEUR, EUSE
Certain conte, Que j'ai rimé comme vous allez voir, Mazet. dans RIMER
Ce breuvage vanté par le peuple rimeur, Le nectar...., Fabl. X, 1 dans RIMEUR
Riottes entre amants sont jeux pour la plupart, l'Eunuque, V, 2 dans RIOTTE
Ils [les chiens] firent tous ripaille, Chacun d'eux eut part au gâteau, Fabl. VIII, 7 dans RIPAILLE
Qu'un pape rie, en bonne foi, Je n'ose l'assurer ; mais je tiendrais un roi Bien malheureux s'il n'osait rire, Fabl. XII, 12 dans RIRE
Vienne l'an neuf, ballade est destinée ; Qui rit ce jour, il rit tout l'année ; Or la ballade a cela, ce dit-on, Qu'elle fait rire, ou ne vaut un bouton, Poésies mêl. IX dans RIRE
Que dirais-je des traits où les Ris sont logés, Des yeux aux brillantes merveilles... ?, Psyché, I, p. 84 dans RIS
Il risqua de nouveau le gain qu'il avait fait, Fabl. VII, 14 dans RISQUER
Je n'en dois rien [de ma fortune] qu'à moi, qu'à mes soins, qu'au talent De risquer à propos, et bien placer l'argent, Fabl. VII, 14 dans RISQUER
Ils [les arbres] iront assez tôt border le noir rivage, Fabl. XII, 20 dans RIVAGE
Un homme qui s'aimait sans avoir de rivaux Passait dans son esprit pour le plus beau du monde, Fabl. I, 11 dans RIVAL, ALE
Ces deux rivaux d'Horace [Racan et Malherbe], héritiers de sa lyre, Fabl. III, 1 dans RIVAL, ALE
Que je peigne en mes vers quelque rive fleurie, Fabl. XI, 4 dans RIVE
Amants, heureux amants, voulez-vous voyager ? Que ce soit aux rives prochaines, Fabl. IX, 2 dans RIVE
Il rencontra sur son passage Une rivière dont le cours, Image d'un sommeil doux, paisible et tranquille, Lui fit croire d'abord ce trajet fort facile, Fabl. VIII, 23 dans RIVIÈRE
Notre défunt était en carrosse porté, Bien et dûment empaqueté, Et vêtu d'une robe, hélas ! qu'on nomme bière, Robe d'hiver, robe d'été, Que les morts ne dépouillent guère, Fabl. VII, 11 dans ROBE
Messire loup vous servira, S'il vous plaît, de robe de chambre, Fabl. VIII, 3 dans ROBE
D'un magistrat ignorant, c'est la robe qu'on salue, Fabl. V, 14 dans ROBE
Elle était fille à bien armer un lit.... Ce qu'on appelle en français bonne robe, Servante. dans ROBE
Ils m'ont laissé ravir notre pauvre Robin, Robin mouton, qui par la ville Me suivait pour un peu de pain, Fabl. IX, 19 dans ROBIN
Menez-la sur un roc, au haut d'une montagne, En des lieux où l'attend le monstre son époux, Psyché, I, p. 30 dans ROC
Caliste était un roc, rien n'émouvait la belle, Coupe. dans ROC
Elle [une dame] tint bon ; Frédéric échoua Contre ce roc, et le nez s'y cassa, Faucon. dans ROC
Six masques de rocaille, à grotesque figure, Songes de l'art, démons bizarrement forgés...., Psyché, I, p. 17 dans ROCAILLE
Un chat nommé Rodilardus, Fabl. II, 2 dans RODILARD ou RODILARDUS
Dès l'abord, leur doyen [des rats], personne fort prudente, Opina qu'il fallait, et plus tôt que plus tard, Attacher un grelot au cou de Rodilard, ib. II, 2 dans RODILARD ou RODILARDUS
Oserai-je jamais me roffrir à sa vue ?, Cruche. dans ROFFRIR
Permettez donc [vous, lion] qu'à chaque patte On vous les rogne [les ongles] ; et pour les dents Qu'on vous les lime en même temps, Fabl. IV, 1 dans ROGNER
Le tout pour un âne rogneux, Pour un mouton pourri, pour quelque chien hargneux Dont j'aurai passé mon envie, Fabl. X, 6 dans ROGNEUX, EUSE
....Tout compté, mieux vaut en bonne foi S'abandonner à quelque puissant roi, Que s'appuyer de plusieurs petits princes, Fabl. VIII, 18 dans ROI
Défiez-vous des rois ; Leur faveur est glissante ; on s'y trompe ; et le pire, C'est qu'il en coûte cher...., ib. X, 10 dans ROI
Le perroquet dit : sire roi, Crois-tu qu'après un tel outrage Je me doive fier à toi ?, ib. X, 12 dans ROI
....Je sais que la vengeance Est un morceau du roi ; car vous vivez en dieux, Fabl. X, 12 dans ROI
Ma foi, Colette est un morceau de roi, Berc. dans ROI
J'ai le roi des maris, Il n'en est pas de meilleur dans Paris, Gag. dans ROI
De par le roi des animaux, Qui dans son antre était malade, Fut fait savoir à ses vassaux, Que chaque espèce en ambassade Envoyât gens le visiter, Fabl. VI, 14 dans ROI
Et non moins bon archer que mauvais raisonneur, Roide mort étendu sur la place il le couche, Fabl. VIII, 10 dans ROIDE ou RAIDE
Le fidèle émoucheur Vous empoigne un pavé, le lance avec roideur, Casse la tête à l'homme en écrasant la mouche...., Fabl. VIII, 10 dans ROIDEUR ou RAIDEUR
Un roitelet pour vous [roseau] est un pesant fardeau, Fabl. I, 22 dans ROITELET
Ses compagnons jouaient chacun un rôle, Fér. dans RÔLE
Homme, dieux, animaux, tout y fait quelque rôle [dans l'apologue], Fabl. V, 1 dans RÔLE
Il continue à jouer son rôlet, Serv. dans RÔLET
La belle lui fit Un long roman de son histoire, Fianc. dans ROMAN
N'a pas longtemps de Rome revenait Certain cadet qui n'y profita guère, Coc. dans ROME
Voyez si vous romprez ces dards liés ensemble, Fables, IV, 18 dans ROMPRE
Les clefs de meute parvenues à l'endroit où pour mort le traître se pendit, Remplirent l'air de cris : leur maître les rompit, Bien que de leurs abois ils perçassent les nues, Fabl. XII, 23 dans ROMPRE
Mais le mari, qui se doutait du tour, Rompait les chiens, ne manquant au retour D'imposer mains sur Mme Féronde, Féronde. dans ROMPRE
Les vents me sont moins qu'à vous [chêne] redoutables ; Je [le roseau] plie et ne romps pas, Fabl. I, 22 dans ROMPRE
....Quatre, c'est compte rond, Psaut. dans ROND, ONDE
Les lieux que j'ai dépeints, le canal, le rond d'eau, Parterres d'un dessin agréable et nouveau, Psyché, I, p. 104 dans ROND
[Le mari] Hors la maison fait le guet et la ronde, Gag. dans RONDE
Là-dessus le maître entre et vient faire sa ronde, Fabl. IV, 12 dans RONDE
J'ai lu, dis-je, en certain auteur Que ce chat exterminateur, Vrai cerbère, était craint une lieue à la ronde, Fabl. III, 18 dans RONDE
Ronge-maille (le rat eut à bon droit ce nom) Coupe les noeuds des lacs...., Fabl. XII, 15 dans RONGE-MAILLE
N'étant pas de ces rats qui les livres rongeants, Se font savants jusques aux dents, Fabl. VIII, 9 dans RONGER
Cet animal [le lièvre] est triste, et la crainte le ronge, Fabl. II, 14 dans RONGER
Gens que l'on pend sont sur des lits de roses [à côté de certaines souffrances], Or. dans ROSE
Incontinent l'Aurore aux doigts de rose Ayant ouvert les portes d'orient, Remède. dans ROSE
Le chêne un jour dit au roseau : Vous avez bien sujet d'accuser la nature ; Un roitelet pour vous est un pesant fardeau, Fabl. I, 22 dans ROSEAU
Un appui de roseau soulageait leurs vieux ans, Phil. et Baucis. dans ROSEAU
Un jour Qu'il [le lapin] était allé faire à l'Aurore sa cour Parmi le thym et la rosée, Fabl. VII, 16 dans ROSÉE
Le bruit cesse, on se retire ; Rats en campagne aussitôt ; Et le citadin de dire : Achevons tout notre rôt, Fabl. I, 9 dans RÔT
Deux perroquets, l'un père et l'autre fils, Du rôt d'un roi faisaient leur ordinaire, ib. X, 12 dans RÔT
Nos deux maîtres fripons Regardaient rôtir des marrons, Fabl. IX, 17 dans RÔTIR
Mainte roue y tient lieu [dans une montre] de tout l'esprit du monde ; La première y meut la seconde ; Une troisième suit : elle sonne à la fin, Fabl. X, 1 dans ROUE
Elle rougit, et n'en fut que plus belle, Confid. dans ROUGIR
Douze lustres et plus ont roulé sur ta vie, Poés. mêl. LXIX. dans ROULER
....Le roussin d'Arcadie Craignit qu'en perdant un moment Il ne perdît un coup de dent, Fabl. VIII, 17 dans ROUSSIN
Le sultan fit venir son visir le renard, Vieux routier et bon politique, Fabl. XI, 1 dans ROUTIER
Un rat sans plus s'abstient d'aller flairer autour ; C'était un vieux routier ; il savait plus d'un tour ; Même il avait perdu sa queue à la bataille, ib. III, 18 dans ROUTIER
L'autre [le cheval].... lui lance [au loup] une ruade Qui vous lui met en marmelade Les mandibules et les dents, Fables, V, 8 dans RUADE
Je ne suis pas à jeter dans la rue, Gag. dans RUE
Cependant on fricasse, on se rue en cuisine, Fabl. IV, 4 dans RUER
Le quadrupède écume, et son oeil étincelle ; Il rugit ; on se cache, on tremble à l'environ, Fabl. II, 9 dans RUGIR
Les ruines d'une maison Se peuvent réparer : que n'est cet avantage Pour les ruines du visage !, Fabl. VII, 5 dans RUINE
....Le Scythe alors lui demanda [au jardinier qui taillait ses arbres] : Pourquoi cette ruine : était-il d'homme sage De mutiler ainsi ces pauvres habitants ?, Fabl. XII, 20 dans RUINE
Le boeuf vint à pas lents ; Quand il eut ruminé tout le cas en sa tête, Il dit que du labeur des ans Pour nous seuls il portait les soins les plus pesants, Fabl. X, 2 dans RUMINER
Il avait dans la terre une somme enfouie, Son coeur avec, n'ayant d'autre déduit Que d'y ruminer jour et nuit, Fabl. IV, 20 dans RUMINER
Esprits ruraux volontiers sont jaloux, Féronde. dans RURAL, ALE
La ruse la mieux ourdie Peut nuire à son inventeur Et souvent la perfidie Retourne sur son auteur, Fabl. IV, 11 dans RUSE
Tu prétends être fort habile ; En sais-tu tant que moi ? j'ai cent ruses au sac, ib. IX, 14 dans RUSE
Du palais d'un jeune lapin Dame belette un beau matin S'empara ; c'est une rusée, Fabl. VII, 16 dans RUSÉ, ÉE
....Il faut ruser pour avoir cette proie ; Rusons donc...., Fabl. V, 8 dans RUSER
Eh quoi ! cette musique [de Philomèle] Pour ne chanter qu'aux animaux, Tout au plus à quelque rustique !, Fabl. III, 15 dans RUSTIQUE
Pendant tout le sabbat qu'il [le chat] fit avec sa dame, Fables II, 2 dans SABBAT
D'Édesse à Béroé sont de vastes sablons, Capt. de St-Malc. dans SABLON
Dans un chemin montant, sablonneux, malaisé, Fabl. VII, 9 dans SABLONNEUX, EUSE
Mettez ce qu'il en coûte à plaider aujourd'hui.... Vous verrez que Perrin tire l'argent à lui, Et ne laisse aux plaideurs que le sac et les quilles, Fabl. IX, 9 dans SAC
Le chat dit au renard Fouille en ton sac, ami, Fabl. IX, 14 dans SAC
La jeune saccageait les poils blancs à son tour, Fabl. I, 17 dans SACCAGER
Si votre esprit [M. Barillon, ambassadeur] plein de souplesse.... Peut adoucir les coeurs et détourner ce coup [la guerre], Je vous sacrifierai cent moutons : c'est beaucoup Pour un habitant du Parnasse, Fabl. VIII, 4 dans SACRIFIER
Que le plus coupable de nous Se sacrifie aux traits du céleste courroux, Fabl. VII, 1 dans SACRIFIER
Tandis que ce nigaud, comme un évêque assis, Fait le veau sur son âne et pense être bien sage, Fabl. III, 1 dans SAGE
La mort ne surprend point le sage ; Il est toujours prêt à partir, Fabl. VIII, 1 dans SAGE
Le sage est ménager du temps et des paroles, ib. VIII, 26 dans SAGE
[Il] vit en certains lieux Un sage assez semblable au vieillard de Virgile, Homme égalant les rois, homme approchant des dieux, Et, comme ces derniers, satisfait et tranquille, ib. XII, 20 dans SAGE
Il [loup] se jette Sur l'arc qui se détend, et fait de la sagette Un nouveau mort : mon loup a les boyaux percés, Fabl. VIII, 27 dans SAGETTE ou SAETTE
Le porter [l'éléphant de pierre], d'une haleine, au sommet de ce mont Qui menace les cieux de son superbe front ; L'un des deux chevaliers saigna du nez...., Fabl. X, 14 dans SAIGNER
Mais à quoi sert Bacchus, qu'à causer des querelles, Affaiblir les plus sains, enlaidir les plus belles ?, Filles de Min. dans SAIN, AINE
Louis XI y est enterré [à Cléry] ; on le voit à genoux sur son tombeau.... le bon apôtre de roi fait là le saint homme, et est bien mieux pris que quand le Bourguignon le mena à Liége, Lett. VII dans SAINT, AINTE
....On nous ruine en fêtes ; L'une fait tort à l'autre, et monsieur le curé De quelque nouveau saint charge toujours son prône, Fabl. VIII, 2 dans SAINT, AINTE
Tous les gens querelleurs, jusqu'aux simples mâtins, Au dire de chacun étaient de petits saints, Fabl. VII, 1 dans SAINT, AINTE
Le chat et le renard, comme beaux petits saints, S'en allaient en pèlerinage, ib. IX, 14 dans SAINT, AINTE
Besoin n'était que Votre Sainteté, Ce lui dit-on, traversât ces campagnes, Diable. dans SAINTETÉ
....Le greffe tient bon, Quand une fois il est saisi des choses, Or. dans SAISI, IE
Un homme de moyen âge, Et tirant sur le grison, Jugea qu'il était saison De songer au mariage, Fabl. I, 17 dans SAISON
Cet homme se raillait assez hors de saison, Fabl. III, 16 dans SAISON
Elle [la cigogne] retira l'os [du gosier du loup], puis pour un si bon tour Elle demanda son salaire, Fabl. III, 9 dans SALAIRE
[Le serpent réchauffé] Puis tâche à faire un saut Contre son bienfaiteur, son sauveur et son père. Ingrat, dit le manant, voilà donc mon salaire !, Fabl. VI, 13 dans SALAIRE
....Cet altercas Mit en combustion la salle et la cuisine, Fabl. XII, 8 dans SALLE
Saluez ces pénates d'argile, Philém. et Baucis. dans SALUER
Ce discours fut à peine proféré, Que l'écoutant s'encourt, et, tout outré, Trouve du bât la sangle et se l'attache, Puis va criant partout : je suis sanglé, Aveux. dans SANGLÉ, ÉE
Mais, [ce raisonnement] n'étant que d'un simple chien, On trouva qu'il ne valait rien ; On vous sangla le pauvre drille, Fabl. XI, 3 dans SANGLER
Cependant un sanglier, monstre énorme et superbe, Tente encor notre archer...., Fabl. VIII, 27 dans SANGLIER
Eh bien ! gageons tous deux, Dit Phébus, sans tant de paroles, Fabl. VI, 3 dans SANS
La gent trotte-menu s'en vient chercher sa perte : Un rat, sans plus, s'abstient d'aller flairer autour, Fabl. III, 18 dans SANS
Des dignités, des biens que jusqu'au bout du monde On suit, sans que l'effet aux promesses réponde, Fabl. VII, 12 dans SANS
Je rendrais mon ouvrage Capable de sentir, juger, rien davantage, Et juger imparfaitement, Sans qu'un singe jamais fît le moindre argument, Fabl. X, 1 dans SANS
Le compère aussitôt va remettre en sa place L'argent volé ; prétendant bien Tout reprendre à la fois sans qu'il y manquât rien, ib. X, 15 dans SANS
Sans que je crains de commettre Géronte, Je poserais tantôt un si bon guet, Qu'il serait pris ainsi qu'au trébuchet, Confid. dans SANS
S'écria lors une de nos sans-dents, Lun. dans SANS-DENT
Votre pâté, dès qu'il parut, Ramena les santés, et fit naître l'envie De boire à Chloris, à Sylvie, Lett. XIV, à M. Simon dans SANTÉ
On but encore à la santé de l'hôte, Rem. dans SANTÉ
Le poëte avait l'air d'un rendu ; Comment ! d'un rendu ? d'un hermite, D'un santoron, d'un Santena, Poésies mêlées, LXXI dans SANTORON
Près de Rouen, pays de sapience, Troq. dans SAPIENCE
Près du Mans donc, pays de sapience, Remède. dans SAPIENCE
Un jour Satan, monarque des enfers, Faisait passer ses sujets en revue, Belph. dans SATAN
Un sage assez semblable au vieillard de Virgile, Homme égalant les rois, homme approchant des dieux, Et, comme ces derniers, satisfait et tranquille, Fabl. XII, 20 dans SATISFAIT, AITE
Au fond d'un antre sauvage, Un satyre et ses enfants Allaient manger leur potage Et prendre l'écuelle aux dents, Fabl. V, 7 dans SATYRE
Tout vilain cas, dit-elle, est reniable ; Ces serments vains et peu dignes de foi Mériteraient qu'on vous fît votre sauce, Confid. dans SAUCE
Le ciel permit qu'un saule se trouva, Dont le branchage après Dieu le sauva [un enfant tombé à l'eau], Fabl. I, 19 dans SAULE
Ce n'est mon goût ; je ne veux de plein saut Prendre la ville, aimant mieux l'escalade, Fér. dans SAUT
La penaille, ensemble enfermée, Fut en peu d'heure consumée, Les maris sautant à l'entour, Cordel. dans SAUTER
Cependant la Fontaine l'a conjugué avec le verbe être ; ce qui n'est plus usité : ....sa joie amoureuse N'ose éclater ; soyez sûr qu'à mon cou, Si j'étais seul, elle serait sautée, Calend. dans SAUTER
Il fait trois serpents de deux coups, ....L'insecte, sautillant, cherche à se réunir, Fabl. VI, 13 dans SAUTILLER
De ce gaillard entretien La reine n'entendit rien ; Elle l'eût pris pour outrage ; Car en ce siècle ignorant Le beau sexe était sauvage, Cand. dans SAUVAGE
Peu de prudence eurent les pauvres gens [les pigeons] D'accommoder [de concilier] un peuple si sauvage [les vautours], Fabl. VII, 8 dans SAUVAGE
N'étant point de ces rats qui, les livres rongeants, Se font savants jusques aux dents, Fabl. VIII, 9 dans SAVANT, ANTE
Un savetier chantait du matin jusqu'au soir, Fabl. VIII, 2 dans SAVETIER
Nous en savons plus d'un, dit-il en les gobant ; C'est tour de vieille guerre ; et vos cavernes creuses Ne vous sauveront pas, je vous en avertis, Fabl. III, 18 dans SAVOIR
Je leur savais bien dire, et m'attirais la haine De tous ces gens si peu soigneux, Fabl. VII, 2 dans SAVOIR
L'un dit : je n'y vas point : je ne suis pas si sot ; L'autre : je ne saurais...., Fabl. II, 2 dans SAVOIR
Laissez dire les sots : le savoir a son prix, Fabl. VIII, 19 dans SAVOIR
Le regard de travers, nez tortu, grosse lèvre, [il] Portait sayon de poil de chèvre Et ceinture de joncs marins, Fabl. XI, 7 dans SAYON
Le galant [un chat] fait le mort, et du haut d'un plancher Se pend la tête en bas ; la bête scélérate à de certains cordons se tenait par la patte, Fabl. III, 18 dans SCÉLÉRAT, ATE
Faisant de cet ouvrage [ses Fables] Une ample comédie à cent actes divers, Et dont la scène est l'univers, Fabl. V, 1 dans SCÈNE
Je mets aussi sur la scène Des trompeurs, des scélérats, Des tyrans et des ingrats, Mainte imprudente pécore, Force sots, force flatteurs, Fabl. IX, 1 dans SCÈNE
L'août arrivé, la touzelle est sciée, Papef. dans SCIER
Commençons par ce corps d'albâtre qu'il [l'Amour] appelle le temple de la blancheur ; prenez vos scions, filles de la Nuit, et me l'empourprez si bien [le corps de Psyché], que cette blancheur ne trouve pas même un asile en son propre temple, Psyché, II, p. 173 dans SCION
Vos scrupules font voir trop de délicatesse, Fabl. VII, 1 dans SCRUPULE
Oh ! oh ! dit-il [le loup], je me reproche Le sang de cette gent : voilà ses gardiens S'en repaissant eux et leurs chiens ; Et moi, loup, j'en ferai scrupule !, Fabl. X, 6 dans SCRUPULE
C'était un buste creux et plus grand que nature ; Le renard, en louant l'effort de la sculpture : Belle tête, dit-il, mais de cervelle point. Combien de grands seigneurs sont bustes en ce point !, Fabl. IV, 14 dans SCULPTURE
Faut-il que vous trouviez étrange Que les chats-huants d'un pays Où le quintal de fer par un seul rat se mange, Enlèvent un garçon pesant un demi-cent ?, Fabl. IX, 1 dans SE
Il se faut entr'aider ; c'est la loi de nature, Fabl. VIII, 17 dans SE
En son séant ; l'hôte s'étant levé, Berc. dans SÉANT
La mieux séante et la plus jeune d'ans De la cité...., Cal. dans SÉANT, ANTE
Deux seaux alternativement Puisaient le liquide élément, Fabl. XI, 6 dans SEAU
Qu'il eût du chaud, du froid, du beau temps, de la bise, Enfin du sec et du mouillé, Fabl. VI, 4 dans SEC, SÈCHE
Pâtés tous les jours de ma vie ! J'aimerais mieux du pain tout sec, Pâté d'anguille. dans SEC, SÈCHE
Pour lui les plus beaux jours sont de secondes nuits, Poés. mêlées, XVIII, Élégie pour Fouquet. dans SECOND, ONDE
Leur fureur n'a point de seconde, Tabl. dans SECOND, ONDE
[Chez Marie-Thérèse], de fort beaux cheveux blonds, Une vive blancheur, les plus beaux yeux du monde, Et d'autres appas sans seconds D'une personne sans seconde, Lett. I dans SECOND, ONDE
Dans ce monde il se faut l'un l'autre secourir, Fabl. VI, 16 dans SECOURIR
Il ne faut pas tant d'art pour conserver ses jours ; Et, grâce aux dons de la nature, La main est le plus sûr et le plus prompt secours, Fabl. X, 16 dans SECOURS
Rien ne pèse tant qu'un secret : Le porter loin est difficile aux dames : Et je sais même sur ce fait Bon nombre d'hommes qui sont femmes, Fabl. VIII, 6 dans SECRET
En use en grand seigneur, S'épuise en dons, Belph. dans SEIGNEUR
Comme Janot n'est pas fort grand seigneur, Pour cent écus vous lui ferez tout dire, Rich. dans SEIGNEUR
Volontiers où soupçon séjourne..., Coupe. dans SÉJOURNER
Selon que vous serez puissant ou misérable, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir, Fabl. VII, 1 dans SELON
....Ce sont quatre semaines, Si je sais compter, toutes pleines, Fabl. VIII, 27 dans SEMAINE
Du titre de clément rendez-le [Louis XIV] ambitieux ; C'est par là que les rois sont semblables aux dieux, Poésies mêlées, 28 dans SEMBLABLE
Mon cordonnier l'a mis [mon nom] autour de ma semelle, Fabl. XII, 17 dans SEMELLE
Ulysse fit à tous [les compagnons changés en bêtes] une même semonce [de reprendre la forme humaine], Fabl. XII, 1 dans SEMONCE
De tous côtés se trouvant assaillie, Elle se rend aux semonces d'amour, Orais. dans SEMONCE
Son hôte n'eut pas la peine De le semondre deux fois, Fabl. V, 7 dans SEMONDRE
Romains, et vous sénat assis pour m'écouter...., Fabl. XI, 7 dans SÉNAT
Ayant, dis-je, du temps de reste pour brouter, Pour dormir et pour écouter D'où vient le vent, il laisse la tortue Aller son train de sénateur, Fabl. VI, 10 dans SÉNATEUR
Pendant qu'un philosophe assure Que toujours par les sens les hommes sont dupés, Un autre philosophe jure Qu'ils ne nous ont jamais trompés, Fabl. VII, 18 dans SENS
Mais aussi, si l'on rectifie L'image de l'objet sur son éloignement, Sur le milieu qui l'environne, Sur l'organe et sur l'instrument, Les sens ne tromperont personne, ib. dans SENS
Ils s'enivraient, perdaient sens et raison, Fér. dans SENS
Le peuple s'étonna comme il se pouvait faire Qu'un homme seul eût plus de sens Qu'une multitude de gens, Fabl. II, 20 dans SENS
Il avait du bon sens ; le reste vient ensuite, Fabl. X, 10 dans SENS
Sur la branche d'un arbre était en sentinelle Un vieux coq adroit et matois, Fabl. II, 15 dans SENTINELLE
[l'alouette] ....avertit ses enfants D'être toujours au guet et faire sentinelle, Fabl. IV, 22 dans SENTINELLE
Que sens-tu ? dis-le moi : parle sans déguiser, Fabl. VII, 7 dans SENTIR
Il me sentait venir de cent pas à la ronde, ib. IX, 19 dans SENTIR
....Je l'ai vue avant vous [l'huître], sur ma vie. - Eh bien ! vous l'avez vue, et moi je l'ai sentie, ib. IX, 9 dans SENTIR
C'est, dit-il, un cadavre, ôtons-nous, car il sent, Fabl. V, 20 dans SENTIR
Un vieux renard, mais des plus fins, Sentant son renard d'une lieue, Fabl. V, 5 dans SENTIR
Quatre siéges boiteux [chez une devineresse], un manche de balai, Tout sentait son sabbat et sa métamorphose, ib. VII, 15 dans SENTIR
Cybèle est vieille, Junon de mauvaise humeur ; Cérès sent sa divinité de province, et n'a nullement l'air de cour, Psyché, II, p. 214 dans SENTIR
À ces mots le corbeau ne se sent pas de joie, Fabl. I, 2 dans SENTIR
De son orgueil ses habits se sentaient, Court. dans SENTIR
Il la fit seoir, Court. dans SEOIR
L'heure du souper étant venue, chevaliers et dames se furent seoir à leurs tables assez mal servies, Oeuv. Lett. à Mme de la Fontaine, 30 août 1663 dans SEOIR
Le sang les avait joints ; l'intérêt les sépare, Fabl. IV, 18 dans SÉPARER
Car la saison approchait de septembre, Mois où le froid et le chaud sont douteux, Remède. dans SEPTEMBRE
Reçut une blessure Qui le mit dans la sépulture, Fiancée. dans SÉPULTURE
Fuyez le monde et sa séquelle, Soeur Jeanne. dans SÉQUELLE
La raison d'ordinaire N'habite pas longtemps chez les gens séquestrés, Fabl. VIII, 10 dans SÉQUESTRÉ, ÉE
Certains saints, Pour mieux vaquer à leurs pieux desseins, Se séquestraient, vivaient comme des anges, Diable. dans SÉQUESTRER
Il semble que ce soit Un sergent de bataille allant en chaque endroit Faire avancer ses gens et hâter la victoire, Fabl. VII, 9 dans SERGENT
Et vous lui fait un beau sermon Pour l'exhorter à patience, Fabl. III, 5 dans SERMON
La voix manquant à notre sermonneuse, Psaut. dans SERMONNEUR
Quittez-moi votre serpe, instrument de dommage...., Fabl. XII, 20 dans SERPE
On conte qu'un serpent voisin d'un horloger.... Entra dans sa boutique, et, cherchant à manger, N'y rencontra pour tout potage Qu'une lime d'acier qu'il se mit à ronger, Fabl. V, 16 dans SERPENT
Dragon, gentil dragon, à la gorge béante, Je suis messagère des dieux ; Ils m'ont envoyée en ces lieux T'annoncer que bientôt une jeune serpente Et qui change au soleil de couleur comme toi, Viendra partager ton emploi, Psyché, II, p. 178 dans SERPENTE
Là croissaient à plaisir l'oseille et la laitue.... Peu de jasmin d'Espagne, et force serpolet, Fabl. IV, 4 dans SERPOLET
Mais la pauvrette [l'alouette] avait compté Sans l'autour aux serres cruelles, Fabl. V, 17 dans SERRE
Le peuple vautour, Au bec retors, à la tranchante serre, Fabl. VII, 8 dans SERRE
Il lui fallut à jeun retourner au logis.... Serrant la queue et portant bas l'oreille, Fabl. I, 18 dans SERRER
Si je vivais dessous votre servage Comme autrefois...., Rich. dans SERVAGE
La vieille n'avait point de plus pressant souci Que de distribuer aux servantes leur tâche, Fabl. V, 6 dans SERVANTE
Elle est, monsieur, fort à votre service, Bais. dans SERVICE
Votre goût a servi de règle à mon ouvrage, Fabl. V, 1 dans SERVIR
Puis on avait pour son argent, Avec un bon soufflet, un fil long de deux brasses ; La plupart s'en fâchaient, mais que leur servait-il ? C'étaient les plus moqués, Fabl. IX, 8 dans SERVIR
Ami, reviens chez moi : que nous sert de pleurer ? Haine, vengeance et deuil, laissons tout à la porte, ib. X, 12 dans SERVIR
Rien ne lui servit de se défendre avec ses armes ordinaires, et de raconter des apologues : les Delphiens s'en moquèrent, Vie d'Ésope. dans SERVIR
Rien ne sert de courir : il faut partir à point, Fabl. VI, 10 dans SERVIR
Votre serviteur Gille, Cousin et gendre de Bertrand, Singe du pape en son vivant, Fabl. IX, 3 dans SERVITEUR
Serviteur au portier, Dit-il, et de courir, Fabl. IX, 10 dans SERVITEUR
On devient grandelette, Puis grande tout à fait, et puis le serviteur, Coupe. dans SERVITEUR
Quand je suis seul, je fais au plus brave un défi, Fabl. VII, 10 dans SEUL, EULE
Mille logis y sont, un seul ne s'ouvre aux Dieux, Phil. et Bauc. dans SEUL, EULE
Moins d'ennemis attaquent leur pudeur [des femmes du monde] ; Les autres [les cloîtrées] n'ont pour un seul adversaire : Tentation, fille d'oisiveté...., Mazet. dans SEUL, EULE
Car en ce siècle ignorant Le beau sexe était sauvage ; Il ne l'est plus maintenant, Cand. dans SEXE
Sage s'il eût remis une légère offense, Fabl. IV, 13 dans SI
Si j'arrondissais mes États ! Si je pouvais remplir mes coffres de ducats ! Si j'apprenais l'hébreu, les sciences, l'histoire ! Tout cela c'est la mer à boire, Fabl. VIII, 25 dans SI
Ils s'aiment jusqu'au bout, malgré l'effort des ans ; Ah ! si.... mais autre part j'ai porté mes présents, Phil. et Bauc. dans SI
Ce chasseur perce donc un gros de courtisans, Plein de zèle, échauffé, s'il le fut de sa vie, Fabl. XII, 12 dans SI
Elle redevient rose, Oeillet, aurore, et si quelque autre chose De plus riant se peut imaginer, Abbesse. dans SI
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère, Fabl. I, 10 dans SI
L'un alléguait que l'héritage Était frayant et rude, et l'autre un autre si, Fabl. VI, 4 dans SI
Les si, les car, les contrats sont la porte, Par où la noise entra dans l'univers, Belph. dans SI
Il ne faut pas toujours être si délicat, Fabl. VIII, 17 dans SI
Celui-ci [Eunus adopté par Ésope] le paya d'ingratitude, et fut si méchant que de souiller le lit de son bienfaiteur, Vie d'Ésope. dans SI
Mais je ne me crois pas si chéri du Parnasse, Que de savoir orner toutes ces fictions, Fabl. II, 1 dans SI
Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?, Fabl. I, 10 dans SI
Nul animal n'avait affaire Dans les lieux que l'ours habitait, Si bien que, tout ours qu'il était, Il vint à s'ennuyer, Fabl. VIII, 10 dans SI
Quoi ! dit-il, sans mourir, je perdrai cette somme ! Je ne me pendrai pas ! eh ! vraiment si ferai, Ou de corde je manquerai, Fabl. IX, 16 dans SI
Eux de recommencer la dispute à l'envi Sur le que si, que non ; tous deux étant ainsi, Une meute apaisa la noise, Fabl. IX, 14 dans SI
On la [la Discorde] reçut à bras ouverts, Elle et que-si-que-non son frère, ib. VI, 20 dans SI
On m'a pourvu d'un coeur peu content de soi-même, Inquiet et fécond en nouvelles amours ; Il aime à s'engager, mais non pas pour toujours ; Si faut-il une fois brûler d'un feu durable, Élég. III dans SI
Je te la rends dans peu, dit Satan, favorable, Mais par tel si, qu'au lieu qu'on obéit au diable, Quand il a fait ce plaisir-là, à tes commandements le diable obéira, Ch. imposs. dans SI
Dans ce penser, il [l'âne] se carrait, Recevant comme siens l'encens et les cantiques, Fabl. V, 14 dans SIEN, SIENNE
Dieu prodigue ses biens à ceux qui font voeu d'être siens, Fabl. VII, 3 dans SIEN, SIENNE
Un sien ami, voyant ces somptueux repas, Lui dit...., Fabl. VII, 14 dans SIEN, SIENNE
Ne point mentir, être content du sien, C'est le plus sûr...., Fabl. V, I dans SIEN, SIENNE
Son raisonnement [au chien] pouvait être Fort bon dans la bouche d'un maître ; Mais, n'étant que d'un simple chien, On trouva qu'il ne valait rien, Fabl. XI, 3 dans SIMPLE
Il vient à pas comptés, Se dit écolier d'Hippocrate, Qu'il connaît les vertus et les propriétés De tous les simples de ces prés, Fabl. V, 8 dans SIMPLE
Le lion, pour bien gouverner, Voulant apprendre la morale, Se fit un beau jour amener Le singe, maître ès arts chez la gent animale, Fabl. XI, 5 dans SINGE
[Les courtisans] Peuple caméléon, peuple singe du maître, Fabl. VIII, 14 dans SINGE
Il fit autour force grimaceries, Tours de souplesse et mille singeries, Fabl. VI, 6 dans SINGERIE
Ce qui nous paraissait terrible et singulier, S'apprivoise avec notre vue, Quand ce vient à la continue, Fabl. IV, 10 dans SINGULIER, IÈRE
Le perroquet dit : sire roi, Crois-tu qu'après un tel outrage Je me doive fier à toi ?, Fabl. X, 12 dans SIRE
Le bon sire [le roi Soliveau] le souffre, et se tient toujours coi, ib. III, 4 dans SIRE
Il [le roi] vous l'écrit, c'est beaucoup que d'écrire Pour un roi tel qu'est le roi notre sire, Poésies mêlées, LXXII dans SIRE
Puis en autant de parts le cerf il [le lion] dépeça, Prit pour lui la première en qualité de sire, Fabl. I, 6 dans SIRE
Car chacun sait que vous méprisez l'or ; J'en fais grand cas ; aussi fait sire Pierre, Et sire Paul, enfin toute la terre : Toute la terre a peut-être raison, Poés. mêl. LXXII dans SIRE
Quand l'animal porte-sonnette, Sauvage encore et tout grossier, Avec ses ongles tout d'acier Prend le nez du chasseur, happe le pauvre sire ; Lui de crier, chacun de rire, Fabl. XII, 12 dans SIRE
Sans compter, ronde ou non, la somme plut au sire, Fabl. IX, 16 dans SIRE
Sans être gascon, je puis dire Que je suis un merveilleux sire, Cand. dans SIRE
Certes, dit-il [un rat], mon père était un pauvre sire ; Il n'osait voyager, craintif au dernier point, Fabl. VIII, 9 dans SIRE
Or çà, sire Grégoire, Que gagnez-vous par an ?, Fabl. VIII, 2 dans SIRE
Gageons, dit celle-ci [la tortue], que vous n'atteindrez pas Sitôt que moi ce but.- Sitôt ! êtes-vous sage ? Répartit l'animal léger [le lièvre], Fabl. VI, 10 dans SITÔT
Mais, sitôt qu'elle [la perdrix] eut vu cette troupe [les coqs] enragée S'entre-battre elle-même et se percer les flancs, Elle se consola...., Fabl. X, 8 dans SITÔT
J'aime les sobriquets qu'un corps de garde impose ; Ils conviennent toujours ; et quant à moi je di : Louis [Monseigneur, le fils de Louis XIV] le bien nommé, c'est Louis le Hardi, Poésies mêlées, LXIV dans SOBRIQUET
La génisse, la chèvre et leur soeur la brebis Avec un fier lion, seigneur du voisinage, Firent société, dit-on, au temps jadis, Et mirent en commun le gain et le dommage, Fabl. I, 6 dans SOCIÉTÉ
Dieu ne fit la sagesse Pour les cerveaux qui hantent les noeuf Soeurs, Clochette. dans SOEUR
Cette nuit eut des soeurs et même en très bon nombre, Petit chien. dans SOEUR
Quand je suis seul, je fais au plus brave un défi ; Je m'écarte, je vais détrôner le sophi ; On m'élit roi, mon peuple m'aime, Fabl. VII, 10 dans SOFI ou SOPHI
Aucun n'est prophète chez soi, Fabl. VIII, 26 dans SOI
Heureux qui vit chez soi, De régler ses désirs faisant tout son emploi !, Fabl. VII, 12 dans SOI
On a souvent besoin d'un plus petit que soi, Fabl. II, 11 dans SOI
Il n'est meilleur ami ni parent que soi-même, ib. IV, 22 dans SOI
Cette diversité dont on vous parle tant, Mon voisin léopard l'a sur soi seulement : Moi je l'ai dans l'esprit, Fabl. IX, 3 dans SOI
Tant ne songeaient au service divin, Qu'à soi montrer...., Mazet. dans SOI
Rien, rien, dit-il : à cela j'ai soigné, Faiseur. dans SOIGNER
Soigne, avant de l'offrir, qu'il soit bien ajusté, Eunuque, III, 3 dans SOIGNER
La chose allait à bien par son soin diligent, Fabl. VII, 10 dans SOIN
Pour toi l'astre du jour prend des soins superflus [tu es aveugle, et le soleil luit en vain], Fabl. VIII, 1 dans SOIN
Eh bien, défendez-vous au sage De se donner des soins pour le plaisir d'autrui ?, ib. XI, 8 dans SOIN
[Le chat vit] Son rat qui se tenait alerte et sur ses gardes ; Ah ! mon frère, dit-il, viens m'embrasser ; ton soin Me fait injure..., Fabl. VIII, 22 dans SOIN
À quoi bon charger votre vie Des soins d'un avenir qui n'est pas fait pour vous ?, ib. XI, 8 dans SOIN
Je suis en soin de ce qu'elle put dire à ses parents...., Diable en enfer dans SOIN
Changer de lieu, dit-il. - Comment le ferons-nous ? - N'en soyez point en soin : je vous porterai tous, Fabl. X, 4 dans SOIN
Ô vous pour qui les dieux ont des soins si pressants, Bourbon, Conti...., Fabl. XII, 25 dans SOIN
Combien en [de gens] a-t-on vus Qui du soir au matin sont pauvres devenus, Pour vouloir trop tôt être riches ?, Fabl. V, 13 dans SOIR
[Le sage] Approche-t-il du but, quitte-t-il ce séjour, Rien ne trouble sa fin, c'est le soir d'un beau jour, Phil. et Bauc. dans SOIR
Plein de courroux et vide de pécune, Léger d'argent et chargé de rancune, Il va trouver le manant qui riait Avec sa femme et se solaciait, Papef. dans SOLACIER
Haranguez de méchants soldats ; Ils promettront de faire rage ; Mais au moindre danger adieu tout leur courage ; Votre exemple et vos cris ne les retiendront pas, Fabl. IX, 19 dans SOLDAT
Là, sous d'âpres rochers, près d'une source pure, Lieu respecté des vents, ignoré du soleil, Fabl. XII, 27 dans SOLEIL
Douze lustres et plus ont roulé sur ta vie [de toi, la Fontaine] ; De soixante soleils la course entre-suivie Ne t'a pas fait goûter un moment de repos, Poés. mél. LXIX. dans SOLEIL
Solennités et lois n'empêchent pas Qu'avec l'hymen Amour n'ait des débats, Belph. dans SOLENNITÉ
Des solides plaisirs je n'ai suivi que l'ombre, Poés. mêl. LXIX. dans SOLIDE
Mes amis, dit le solitaire, Les choses d'ici-bas ne me regardent plus ; En quoi peut un pauvre reclus Vous assister ? que peut-il faire ?, Fabl. VIII, 3 dans SOLITAIRE
Solitude où je trouve une douceur secrète, Lieux que j'aimai toujours, ne pourrai-je jamais, Loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais !, Fabl. XI, 4 dans SOLITUDE
Or c'était [le roi envoyé par Jupiter] un soliveau, De qui la gravité fit peur à la première [grenouille] Qui, de le voir s'aventurant, Osa bien quitter sa tanière, Fabl. III, 4 dans SOLIVEAU
Leur amitié, leur bien, leur pouvoir, tout m'invite à prendre le parti dont je vous sollicite, Filles de Minée. dans SOLLICITER
Oh ! qui m'arrêtera sous vos sombres asiles !, Fabl. XI, 4 dans SOMBRE
Et nous avons passé tout ce temps en récits Capables d'affliger les plus sombres esprits, Fill. de Minée. dans SOMBRE
Zoon plaisait aux yeux.... Son peu d'esprit, son humeur sombre Rendaient ces talents mal placés, Filles de Minée. dans SOMBRE
Il avait dans la terre une somme enfouie, Son coeur avec, n'ayant autre déduit Que d'y ruminer jour et nuit, Fabl. IV, 20 dans SOMME
Anticipant tous les jours sur la somme Qu'il [Belphégor] ne devait dépenser qu'en dix ans, Belph. dans SOMME
Ce qui lui fit conclure en somme Qu'il avait à grand tort son village quitté, Fabl. VII, 12 dans SOMME
Somme, qu'enfin il ne lui manquait rien, Coc. dans SOMME
Le Sort, de sa plainte touché, Lui [à l'âne] donne un autre maître, et l'animal de somme Passe du jardinier aux mains d'un corroyeur, Fabl. VI, 9 dans SOMME
À la fin le pauvre homme S'en courut chez celui qu'il ne réveillait plus : Rendez-moi, lui dit-il, mes chansons et mon somme, Et reprenez vos cent écus, Fabl. VIII, 2 dans SOMME
Je ne dormirai point sous de riches lambris ; Mais voit-on que le somme en perde de son prix ?, ib. XI, 4 dans SOMME
Belle nécessité d'interrompre mon somme !, ib. VI, 11 dans SOMME
Ces pavots qu'ici-bas pour leur suc on renomme, Tout fraîchement cueillis dans les jardins du Somme, Songe de Vaux, Fragm. 7 dans SOMME
Sous un chêne aussitôt il va prendre son somme, Fabl. IX, 4 dans SOMME
La nuit revient, et l'une et l'autre était Au premier somme..., Herm. dans SOMME
Une nuit que chacun s'occupait au sommeil, Et mettait à profit l'absence du soleil, Fabl. VIII, 9 dans SOMMEIL
J'ai toujours cru et je le crois encore, que le sommeil est une chose invincible, Psyché, II, p. 121 dans SOMMEIL
Il élevait sa queue, il la faisait briller, Et cent mille autres badinages, Pendant quoi nul dindon n'eût osé sommeiller, Fabl. XII, 18 dans SOMMEILLER
[L'or et les grandeurs] Véritables vautours que le fils de Japet Représente enchaîné sur son triste sommet, Phil. et Bauc. dans SOMMET
Un sien ami, voyant ces somptueux repas, Fabl. VII, 14 dans SOMPTUEUX, EUSE
Un vieux renard, mais des plus fins,.... Sentant son renard d'une lieue, Fabl. V, 5 dans SON
Le porc à s'engraisser coûtera peu de son, Fabl. VII, 10 dans SON
Chacun songe en veillant ; il n'est rien de plus doux ; Une flatteuse erreur emporte alors nos âmes, Fabl. VII, 10 dans SONGER
Un lièvre en son gîte songeait ; Car que faire en un gîte à moins que l'on ne songe ?, ib. II, 14 dans SONGER
Je ne songerai plus que rencontre funeste, Que faucons, que réseaux, Fabl. IX, 2 dans SONGER
Jadis certain Mogol vit en songe.... Le même songeur vit en une autre contrée Un hermite entouré de feu, Fabl. XI, 4 dans SONGEUR
Il marchait d'un pas relevé, Et faisait sonner sa sonnette, Fabl. I, 4 dans SONNER
Est-ce un sujet pourquoi Vous fassiez sonner vos mérites ?, Fabl. IV, 3 dans SONNER
Comme il sonna la charge, il sonne la victoire, Fabl. II, 9 dans SONNER
Il [un mulet] marchait d'un pas relevé, Et faisait sonner sa sonnette, Fabl. I, 4 dans SONNETTE
Le sorcier en fit une fille [de la chatte] De l'âge de quinze ans, et telle et si gentille, Que le fils de Priam pour elle aurait tenté Plus encor qu'il ne fit pour la grecque beauté, Fabl. IX, 7 dans SORCIER, IÈRE
Tous deux gens sots, tous deux gens à sornettes, Rémois. dans SORNETTE
Défions-nous du sort, et prenons garde à nous Après le gain d'une bataille, Fabl. VII, 13 dans SORT
Le Sort, de sa plainte touché, Lui donne un autre maître, Fabl. VI, 9 dans SORT
Est-on sot, étourdi, prend-on mal ses mesures, On pense en être quitte en accusant son sort, Fabl. V, 11 dans SORT
Je ne crois point que la nature Se soit lié les mains et nous les lie encor Jusqu'au point de marquer dans les cieux notre sort, ib. VIII, 16 dans SORT
Aucun ne leur ouvrit sa bourse [aux trois animaux commerçants] ; Et le sort principal, et les gros intérêts, Et les sergents, et les procès, Et le créancier à la porte Dès devant la pointe du jour...., Fabl. XII, 7 dans SORT
Un âge sortable au vôtre, l'Eunuque, IV, 1 dans SORTABLE
Toutes deux de même sang, Traitez-nous de même sorte, Fabl. VII, 17 dans SORTE
Ayant parlé de cette sorte, Le nouveau saint ferma sa porte, ib. VII, 3 dans SORTE
Il ne se fit prier [d'être roi] que de la bonne sorte, Fabl. X, 14 dans SORTE
Elle sortait de maladie ; Là, vivant à discrétion, La galande fit chère lie, Fabl. III, 17 dans SORTIR
On peut, par des raisons du monde et de famille, Par de certains désirs, et pour sortir de fille, Une fois en sa vie arborer ce lien [mariage], Je vous prends sans vert, sc. 6 dans SORTIR
Je voudrais qu'à cet âge [la vieillesse] On sortît de la vie ainsi que d'un banquet, Fabl. VIII, 1 dans SORTIR
L'époux, sortant quelque peu de colère, Fais. dans SORTIR
Ce n'est pas tout de boire, il faut sortir d'ici [un puits], Fabl. III, 5 dans SORTIR
Chacun admira l'expédient que Xanthus avait trouvé pour sortir, à son honneur, d'un si mauvais pas, Vie d'Ésope. dans SORTIR
Cependant il avint qu'au sortir des forêts Ce lion fut pris dans des rets, Fabl. II, 11 dans SORTIR
Je n'y vas point, je ne suis pas si sot, Fabl. II, 2 dans SOT, OTTE
Quand le malheur ne serait bon Qu'à mettre un sot à la raison, Toujours serait-ce à juste cause Qu'on le dit bon à quelque chose, Fabl. VII, 7 dans SOT, OTTE
La sotte vanité nous est particulière ; Les Espagnols sont vains, mais d'une autre manière : Leur orgueil me semble, en un mot, Beaucoup plus fou, mais pas si sot, Fabl. VIII, 15 dans SOT, OTTE
Il veut, à toute force, être au nombre des sots ; Il se maintient cocu...., Coupe. dans SOT, OTTE
Dame mouche s'en va chanter à leurs oreilles, Et fait cent sottises pareilles, Fabl. VII, 9 dans SOTTISE
Hélas ! on voit que, de tout temps, Les petits ont pâti des sottises des grands, ib. II, 4 dans SOTTISE
Celles qui font quelque sottise, Oies. dans SOTTISE
Qu'un sou, quand il est assuré, Vaut mieux que cinq en espérance, Fabl. IV, 2 dans SOU
Bien plus, si pour un sou d'orage en quelque endroit S'amassait d'une ou d'autre sorte, L'homme en avait sa part, Fabl. IV, 8 dans SOU
Votre compassion, lui répondit l'arbuste, Part d'un bon naturel ; mais quittez ce souci, Fabl. I, 22 dans SOUCI
Aux noces d'un tyran tout le peuple en liesse Noyait son souci dans les pots, ib. IV, 12 dans SOUCI
En quoi peut un pauvre reclus Vous assister ? que peut-il faire Que de prier le ciel qu'il vous aide en ceci ? J'espère qu'il aura de vous quelque souci, ib. VII, 3 dans SOUCI
Les enfants n'ont l'âme occupée Que du continuel souci Qu'on ne fâche point leur poupée, ib. IX, 6 dans SOUCI
Des soucis dévorants c'est [la richesse] l'éternel asile, Phil. et Bauc. dans SOUCI
Penses-tu, lui dit-il [le moucheron au lion], que ton titre de roi Me fasse peur ni me soucie ?, Fabl. II, 9 dans SOUCIER
Les beautés du sublime... enlèvent l'âme, et se font sentir à tout le monde avec la soudaineté des éclairs, Psyché, I, p. 102 dans SOUDAINETÉ
Le drôle fit un trait de franc soudart ; Car aux faveurs d'une belle il eut part, Sans débourser, escroquant la chrétienne, Femme avare. dans SOUDARD ou SOUDART
Les rois d'alors [du temps d'Ésope] s'envoyaient les uns aux autres des problèmes à soudre sur toutes sortes de matières, Fabl. Vie d'Ésope dans SOUDRE
Adam, parrain banal de toutes les familles, Adam, dis-je, par qui chaque nom fut ourdi, N'y rencontrait pas mieux que nos braves soudrilles, Poésies mêlées, Sur un sobriquet donné à Monseigneur par les soldats dans SOUDRILLE
Quelques restes de feu sous la cendre épandus D'un souffle haletant par Baucis s'allumèrent, Phil. et Bauc. dans SOUFFLE
D'abord avec son haleine Il se réchauffe les doigts ; Puis sur le mets qu'on lui donne, Délicat, il souffle aussi, Fabl. V, 7 dans SOUFFLER
L'attelage suait, soufflait, était rendu, Fabl. VII, 9 dans SOUFFLER
Arrière ceux dont la bouche Souffle le chaud et le froid, Fabl. V, 7 dans SOUFFLER
Charlatans, faiseurs d'horoscope, Quittez les cours des princes de l'Europe ; Emmenez avec vous les souffleurs tout d'un temps, Fabl. II, 13 dans SOUFFLEUR, EUSE
....un pauvre souffreteux.... Se plaint là-bas, Orais. dans SOUFFRETEUX, EUSE
Ce n'est pas qu'un emploi ne doive être souffert, Fabl. XII, 27 dans SOUFFRIR
On pourrait aucunement Souffrir ce défaut aux hommes, ib. IX, 1 dans SOUFFRIR
Le trépas vient tout guérir ; Mais ne bougeons d'où nous sommes : Plutôt souffrir que mourir, C'est la devise des hommes, Fabl. I, 16 dans SOUFFRIR
Ce prince [d'Auvergne] a dans Château Thierri Passé deux mois et davantage ; Rien de meilleur, rien de plus sage Et de plus selon mes souhaits Parmi les grands ne fut jamais, Poés. mêl. 33 dans SOUHAIT
Formez trois souhaits ; car je puis Rendre trois souhaits accomplis, Trois sans plus...., Fabl. VII, 6 dans SOUHAIT
Mais rien pour cette fois ne lui vint à souhait, Fabl. VII, 14 dans SOUHAIT
Qu'est ceci ? mon char marche à souhait !, ib. VI, 18 dans SOUHAIT
Souhaiter, ce n'est pas une peine Étrange et nouvelle aux humains, Fabl. VII, 6 dans SOUHAITER
Laisse-les [des mouches], je te prie, achever leur repas, Ces animaux sont soûls ; une troupe nouvelle Viendrait fondre sur moi, plus âpre et plus cruelle, Fabl. XII, 13 dans SOÛL, OÛLE
M'en voilà soûl, reprit le sire, Et quoi toujours pâtés au bec !, Pâté d'anguille. dans SOÛL, OÛLE
Si leurs désirs [des d'Albret] n'en sont contents, Et que plus haut leur âme aspire, Je serai le premier à dire Qu'ils auront tort, et que les coeurs Ne sont jamais soûls de grandeurs, Poés. mêl. 33 dans SOÛL, OÛLE
Au bout de la semaine, ayant dîné son soûl, Elle entend quelque bruit, veut sortir par le trou, Fabl. III, 17 dans SOÛL, OÛLE
Car au bout de quelques nagées, Tout son sel se fondit si bien, Que le baudet [l'âne chargé de sel] ne sentit rien Sur ses épaules soulagées, Fabl. II, 10 dans SOULAGÉ, ÉE
Celui-ci [mulet], glorieux d'une charge si belle, N'eût voulu pour beaucoup en être soulagé, Fabl. I, 4 dans SOULAGER
Chaque époux, s'attachant auprès de sa moitié, Vécut en grand soulas, en paix, en amitié, Le plus heureux, le plus content du monde, Joc. dans SOULAS
Même beauté, tant soit exquise, Rassasie et soûle à la fin, Pâté. dans SOÛLER
En cet endroit où il [Homère] fait pleurer Achille et Priam.... il dit qu'ils se soûlent de ce plaisir, Psyché, I, p. 96 dans SOÛLER
Légère et court vêtue, elle allait à grands pas, Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile, Cotillon simple et souliers plats, Fabl VII, 10 dans SOULIER
Quant à son temps.... Deux parts en fit, dont il soulait passer L'une à dormir et l'autre à ne rien faire, Épît. dans SOULOIR
Somme qu'enfin la soute du mulet Fut accordée [le mulet fut donné pour soulte d'échange], Troq. dans SOULTE ou SOUTE
Quoi ! je mettrais, dit-il, un tel chanteur [un cygne] en soupe !, Fabl. III, 12 dans SOUPE
Que fait autour de notre porte Cette soupirante cohorte ?, Petit chien. dans SOUPIRANT, ANTE
Le jeune homme, inquiet, ardent, plein de courage, à peine se sentit des bouillons d'un tel âge Qu'il soupira pour ce plaisir [la chasse], Fabl. VIII, 16 dans SOUPIRER
Et lui jouer quelque tour de souplesse, Femme av. dans SOUPLESSE
Sous un sourcil épais il avait l'oeil caché, Fabl. XI, 7 dans SOURCIL
Jupiter leur parut avec ses noirs sourcils, Qui font trembler les cieux sur leurs pôles assis, Phil. et Bauc. dans SOURCIL
Je tiendrais un roi Bien malheureux s'il n'osait rire ; C'est le plaisir des dieux ; malgré son noir sourcil, Jupiter et le peuple immortel rit aussi, Fabl. XII, 12 dans SOURCIL
Mes enfants, approchez, Approchez ; je suis sourd, les ans en sont la cause, Fabl. VII, 16 dans SOURD, SOURDE
C'était une clameur à rendre les gens sourds, ib. VIII, 12 dans SOURD, SOURDE
De ces dieux qui sont sourds bien qu'ayant des oreilles, Fabl. IV, 8 dans SOURD, SOURDE
Le roussin d'Arcadie Craignit qu'en perdant un moment Il ne perdît un coup de dent ; Il fit longtemps la sourde oreille ; Enfin il répondit, Fabl. VIII, 14 dans SOURD, SOURDE
Il [le ciel] devrait être sourd aux aveugles souhaits, Fabl. VII, 17 dans SOURD, SOURDE
Là sourdait une eau qui avait la propriété de rajeunir : c'est ce qu'on appelle encore aujourd'hui la fontaine de Jouvence, Psyché, II, p. 176 dans SOURDRE
Un souriceau tout jeune et qui n'avait rien vu, Fabl. VI, 5 dans SOURICEAU
Les planches qu'on suspend sur un léger appui, La mort aux rats, les souricières, N'étaient que jeux au prix de lui [Rodilard], Fabl. III, 18 dans SOURICIÈRE
Mais la perte la plus grande Tomba presque en tous endroits Sur le peuple souriquois, Fabl. IV, 6 dans SOURIQUOIS, OISE
Une jeune souris de peu d'expérience Crut fléchir un vieux chat, implorant sa clémence, Fabl. XII, 5 dans SOURIS
Dois-je représenter en mes vers une belle Qui, douce en apparence et toutefois cruelle, Va se jouant des coeurs que ses charmes ont pris, Comme le chat de la souris ?, ib. XII, 5 dans SOURIS
Je connais maint detteur qui n'est ni souris-chauve, Ni buisson, ni canard, ni dans tel cas tombé, Mais simple grand seigneur qui chaque jour se sauve Par un escalier dérobé, Fabl. XII, 7 dans SOURIS-CHAUVE
Sous promesse de bien traiter Les députés, eux et leur suite, Fabl. VI, 14 dans SOUS
Je fis voir que lâcher ce qu'on a dans la main, Sous espoir de grosse aventure, Est imprudence toute pure, ib. 10 dans SOUS
Malherbe le disait : j'y souscris, quant à moi, Fabl. I, 14 dans SOUSCRIRE
Aux grands périls tel a pu se soustraire, Qui périt pour la moindre affaire, Fabl. II, 9 dans SOUSTRAIRE
On n'en voyait point d'occupés à chercher le soutien d'une mourante vie, Fabl. VII, 1 dans SOUTIEN
L'âne vint à son tour, et dit : j'ai souvenance Qu'en un pré de moines passant...., Fabl. VII, 1 dans SOUVENANCE
Sur ce propos, d'un conte il me souvient, Fabl. III, 7 dans SOUVENIR
Je ne me souviens point que vous soyez venue, Depuis le temps de Thrace, habiter parmi nous, Fabl. III, 15 dans SOUVENIR
Ce qu'on ne voudrait pas, souvent il le faut faire, Fianc. dans SOUVENT
Que le monde, dit-il [le rat], est grand et spacieux ! Voilà les Apennins et voici le Caucase !, Fabl. VIII, 9 dans SPACIEUX, EUSE
Il.... se met sur le propos De Castor et Pollux.... Élève leurs combats, spécifiant les lieux Où ces frères s'étaient signalés davantage, Fabl. I, 14 dans SPÉCIFIER
Revenons à l'histoire De ce spéculateur qui fut contraint de boire [astrologue tombé dans un puits], Fabl. II, 13 dans SPÉCULATEUR, TRICE
Au haut de chaque rampe un sphinx aux larges flancs Se laisse entortiller de fleurs par des enfants, Psyché, I, p. 103 dans SPHINX
Un bloc de marbre était si beau, Qu'un statuaire en fit l'emplette, Fabl. IX, 6 dans STATUAIRE
Quelques uns ont écrit (mais ce fait est peu sûr) Que chacun d'eux devint statue et marbre dur, Filles de Minée. dans STATUE
On exposait une peinture Où l'artisan avait tracé Un lion d'immense stature Par un seul homme terrassé, Fabl. III, 10 dans STATURE
Le roi des animaux se mit un jour en tête De giboyer ; il célébrait sa fête.... Pour réussir dans cette affaire, Il se servit du ministère De l'âne à la voix de stentor, Fabl. II, 19 dans STENTOR
Stérilité régnait en mariage Pendant cet an...., Fér. dans STÉRILITÉ
Ce Scythe [qui taillait sans raison les arbres] exprime bien Un indiscret stoïcien, Fabl. XII, 20 dans STOÏCIEN, IENNE
Prends soin de bien styler notre homme, Eunuque, I, 5 dans STYLER
Et tout plaisir tranquille N'est d'ordinaire un plaisir de marquis : Plus il est su, plus il leur semble exquis, Orais. dans SU, UE
Une fille de joie Passe la nuit au su de tous mes gens, Court. dans SU
Louis lui-même, effroi de tant de princes, Preneur de murs, subjugueur de provinces, Poésies mêlées, XLII dans SUBJUGUEUR
Soit qu'étant plein de chaleur et d'esprit [le vin], Il le sublime [le quinquina] et donne à sa nature D'autres degrés qu'une simple teinture, Quinquina, II dans SUBLIMER
Un mot suborneur, Faucon. dans SUBORNEUR, EUSE
La priant [la fourmi] de lui prêter [à elle cigale] Quelque grain pour subsister Jusqu'à la saison nouvelle, Fabl. I, 1 dans SUBSISTER
Comment ! ce peuple [Athéniens], qui se pique D'être le plus subtil des peuples d'aujourd'hui A si mal entendu la volonté suprême Du testateur !, Fabl. JJ, 20 dans SUBTIL, ILE
Je subtiliserais un morceau de matière [pour en faire l'âme des bêtes], Fabl. x, 1 dans SUBTILISER
Des portions d'humeur grossière, Quelquefois compagnes du sang, Le suivent dans le coeur, sans pouvoir en passant Se subtiliser de manière Qu'il naisse des esprits...., Quinquina, I dans SUBTILISER
Phèdre était si succinct qu'aucuns l'en ont blâmé, Fabl. VI, 1 dans SUCCINCT, INCTE
Hier je mis chez Cloris en train de discourir Sur le fait des romans Alison la sucrée, Ball. sur les romans, en 1667 dans SUCRÉ, ÉE
L'attelage suait, soufflait, était rendu, Fabl. VII, 8 dans SUER
Thémis n'avait point travaillé, De mémoire de singe, à fait plus embrouillé ; Le magistrat suait en son lit de justice, Fabl. II, 3 dans SUER
Si votre femme de sa grâce Ne vous donne aucun suffragant, Coupe. dans SUFFRAGANT
Epoux, quand ils sont sages, Ne prennent garde à ces menus suffrages, Rémois. dans SUFFRAGE
Hymen.... Mène à présent à sa suite un notaire, Herm. dans SUITE
On m'a faite, Dieu merci, Sa soeur et non sa suivante, Fabl. VII, 17 dans SUIVANT, ANTE
Robin mouton qui par la ville Me suivait pour un peu de pain, Et qui m'aurait suivi jusques au bout du monde, Fabl. IX, 19 dans SUIVRE
Le coeur suit aisément l'esprit, Fabl. IX, 6 dans SUIVRE
Quant à vous, suivez Mars, ou l'Amour, ou le prince, Fabl. III, 1 dans SUIVRE
Le monarque lui dit : Chétif hôte des bois, Tu ris, tu ne suis pas ces gémissantes voix !, Fabl. VIII, 14 dans SUIVRE
C'était à vous de suivre, au vieillard de monter [sur l'âne], Fabl. III, 1 dans SUIVRE
Le monarque prudent et sage De ses moindres sujets sait tirer quelque usage, Fabl. v, 19 dans SUJET, ETTE
L'homme est ainsi bâti : quand un sujet l'enflamme, L'impossibilité disparaît de son âme, Fabl. VIII, 25 dans SUJET
Papillon du Parnasse, et semblable aux abeilles, Je suis chose légère et vole à tout sujet, Poésies mêlées, LXIX. dans SUJET
De maints tournois elle fut le sujet, Faucon. dans SUJET
Cependant un sanglier, monstre énorme et superbe, Tente encor notre archer...., Fabl. VIII, 27 dans SUPERBE
Et de peur de supercherie, [l'ours] Le tourne [un homme faisant le mort], le retourne, approche son museau, Fabl. v, 20 dans SUPERCHERIE
Le blé, riche présent de la blonde Cérès, Trop touffu, bien souvent épuise les guérets, En superfluités s'épandant d'ordinaire, Fabl. IX, 11 dans SUPERFLUITÉ
Suppléez au peu d'art que le ciel mit en moi ; Vous-mêmes peignez-vous cet amant hors de soi, Filles de Minée. dans SUPPLÉER
Encore, assure-t-on, si l'histoire en est crue, Qu'en un de ses supports le temps l'avait rompue [une table], Phil. et Baucis. dans SUPPORT
.... Et supposé qu'on la puisse passer [l'onde rapide], Pourquoi de l'éléphant s'aller embarrasser ?, Fabl. x, 14 dans SUPPOSÉ, ÉE
Qui désigné-je à votre avis Par ce rat si peu secourable ? Un moine ? non, mais un dervis ; Je suppose qu'un moine est toujours charitable, Fabl. VII, 3 dans SUPPOSER
L'animal chargé d'ans, vieux cerf et de dix cors, En suppose un plus jeune et l'oblige par force à présenter aux chiens une nouvelle amorce, Fabl. x, 1 dans SUPPOSER
Un suppôt de Bacchus Altérait sa santé, son esprit et sa bourse, Fabl. III, 7 dans SUPPÔT
L'un des plus grands suppôts de l'empire amoureux Consumait en regrets la fleur de sa jeunesse, Joc. dans SUPPÔT
Amour, par son savoir suprême, Ne l'eut pas fait amant qu'il en fit un héros, Filles de Minée. dans SUPRÊME
Maître corbeau, sur un arbre perché, Tenait dans son bec un fromage, Fabl. I, 2 dans SUR
À ces mots, sur un arbre il grimpa bel et bien, ib. IX, 14 dans SUR
Le long d'un clair ruisseau buvait une colombe, Quand sur l'eau se penchant une fourmis y tombe, Fabl. II, 12 dans SUR
Et, pleurés du vieillard, il grava sur leur marbre Ce que je viens de raconter, Fabl. XI, 8 dans SUR
Après maints quolibets coup sur coup renvoyés, Fabl. III, 1 dans SUR
Mes petits sont mignons, Beaux, bien faits et jolis sur tous leurs compagnons, Fabl. v, 18 dans SUR
[Loi de nature] Qui veut qu'on trouve son semblable Beau, bien fait et sur tous aimable, ib. dans SUR
En un lieu que devait la déesse bizarre [la Fortune] Fréquenter sur tout autre ; et ce lieu, c'est la cour, ib. VII, 12 dans SUR
Il a beaucoup d'endroits fort champêtres, et c'est ce que j'aime sur toutes choses, Lett. à Mme de la Fontaine, 25 août 1663 dans SUR
Mais aussi, si l'on rectifie L'image de l'objet sur son éloignement, Fabl. VII, 18 dans SUR
ôtez-vous de l'esprit Qu'aucun être ait été composé sur le vôtre, Fabl. IX, 12 dans SUR
Ce n'est point ma manière De compter de la sorte ; et je n'entasse guère Un jour sur l'autre, Fabl. VIII, 2 dans SUR
Gardez-vous, sur votre vie, D'ouvrir que l'on ne vous die Pour enseigne et mot du guet : Foin du loup et de sa race, Fabl. IV, 15 dans SUR
Ne point mentir, être content du sien, C'est le plus sûr, Fabl. v, 1 dans SÛR, ÛRE
C'était un javelot toujours sûr de ses coups, Filles de Minée. dans SÛR, ÛRE
Courte n'était, pour sûr, la kyrielle, Mari confess. dans SÛR, ÛRE
Dans le temps que le porc revient à soi, l'archer Voit le long d'un sillon une perdrix marcher ; Surcroît chétif aux autres têtes, Fabl. VIII, 27 dans SURCROÎT
Deux sûretés valent mieux qu'une, Et le trop en cela ne fut jamais perdu, Fabl. IV, 15 dans SÛRETÉ
Il était expérimenté, Et savait que la méfiance Est mère de la sûreté, Fabl. III, 18 dans SÛRETÉ
À madame la surintendante [Fouquet] sur la naissance de son dernier fils à Fontainebleau, Poés. mêlées, XIX. dans SURINTENDANTE
Tiennette n'a ni suros ni malandre, Troq. dans SUROS
La mort ne surprend point le sage ; Il est toujours prêt à partir, Fabl. VIII, 1 dans SURPRENDRE
Le pauvre Ésope se jeta aux pieds de son maître, et, se faisant entendre du mieux qu'il put, il témoigna qu'il demandait pour toute grâce qu'on sursît de quelques moments sa punition, Vie d'Ésope. dans SURSEOIR
On nous voit tous pour l'ordinaire Piller le survenant, nous jeter sur sa peau, Fabl. x, 15 dans SURVENANT, ANTE
Un agneau se désaltérait Dans le courant d'une onde pure ; Un loup survient à jeun, qui cherchait aventure, Fabl. I, 10 dans SURVENIR
Chacun dit : il est vrai, sus ! sus ! courons aux armes !, Fabl. XII, 25 dans SUS
Mon fils, dit le docteur, il n'est point de partie Susceptible de tant de maux [que le pied du cheval], Fabl. v, 8 dans SUSCEPTIBLE
On lui lia les pieds, on vous le suspendit, Fabl. III, 1 dans SUSPENDRE
On demeura surpris : Cela suspendit les esprits, Fabl. VIII, 8 dans SUSPENDRE
À pas tremblants et suspendus Elle arrive enfin où repose Son époux aux bras étendus, Psyché, I, p. 83 dans SUSPENDU, UE
Il aura ce qu'il faut pour sustenter son corps, Fér. dans SUSTENTER
Sa personne étant ainsi faite [le loup habillé en berger], Et ses pieds de devant posés sur sa houlette, Guillot le sycophante approche doucement, Fabl. III, 3 dans SYCOPHANTE
[Serpent réchauffé] Symbole des ingrats !, Fabl. X, 2 dans SYMBOLE
Un modeste regard, et pourtant l'oeil luisant ; Je le crois fort sympathisant Avec messieurs les rats, Fabl. VI, 5 dans SYMPATHISER
Le charton n'avait pas dessein De les mener voir Tabarin, Fabl. VIII, 12 dans TABARIN
La table où l'on servit le champêtre repas Fut d'ais non façonnés à l'aide du compas, Philém. et Baucis. dans TABLE
Jupin pour chaque état mit deux tables au monde ; L'adroit, le vigilant et le fort sont assis à la première ; et les petits Mangent leur reste à la seconde, Fabl. x, 7 dans TABLE
On met sur table, et le doyen prend place, Cas. dans TABLE
Il sort de table, et la cohorte N'en perd pas un seul coup de dent, Fabl. I, 14 dans TABLE
Une nuit qu'ayant tenu table Et bu force vin nouveau, Anneau. dans TABLE
Vous vous croyez considérable ; Mais dites-moi, tenez-vous table ?, Fabl. VIII, 19 dans TABLE
Et comme ce logis, plein de magnificences, Abondait partout en tableaux, Et que la laine et les pinceaux Traçaient de tous côtés chasses et paysages.., Fabl. VIII, 16 dans TABLEAU
Le roi m'a voulu voir [moi, léopard], Et, si je meurs, il veut avoir Un manchon de ma peau : tant elle est bigarrée, Pleine de taches, marquetée, Fabl. IX, 3 dans TACHE
Je définis la cour un pays où les gens.... Sont ce qu'il plaît au prince, ou, s'ils ne peuvent l'être, Tâchent au moins de le paraître, Fabl. VIII, 14 dans TACHER
Voilà des raisons solides et qui méritent qu'on y réponde ; il faut y tâcher, Pysché, I, p. 99 dans TACHER
Et le mâtin était de taille à se défendre hardiment, Fabl. I, 5 dans TAILLE
Une grenouille vit un boeuf Qui lui sembla de belle taille, Fabl. I, 3 dans TAILLE
Si le seul Lysippe Fut digne de mouler l'héritier de Philippe, Si nul autre sculpteur ne le tailla que lui, Lett. XI dans TAILLER
Des taillis les plus hauts mon front atteint le faîte ; Mes pieds ne me font point d'honneur, Fabl. VI, 9 dans TAILLIS
Il est bon de parler et meilleur de se taire ; Mais tous deux sont mauvais alors qu'ils sont outrés, Fabl. VIII, 10 dans TAIRE
Si tant de mères [qui ont perdu leurs enfants] se sont tues, Que ne vous taisez-vous aussi ?, Fabl. x, 13 dans TAIRE
La femme.... Crut la chose, et promit ses grands dieux de se taire, Fabl. VIII, 6 dans TAIRE
Il est assez de geais à deux pieds.... Je m'en tais, et ne veux leur causer nul ennui, Fabl. IV, 9 dans TAIRE
Vous connaissez mon bien, mon talent, ma naissance, Fabl. III, 1 dans TALENT
Ne forçons point notre talent ; Nous ne ferions rien avec grâce, ib. IV, 5 dans TALENT
[Un chevalier] .... que de vieux talismans Firent chercher fortune au pays des romans, Fabl. x, 14 dans TALISMAN
Les voilà devenus ours, lions, éléphants, Les uns sous une masse énorme, Les autres sous une autre forme ; Il s'en vit de petits : exemplum ut talpa, Fabl. XII, 1 dans TALPA
L'enfant lui crie : au secours ! je péris ; Le magister, se tournant à ses cris, D'un ton fort grave à contretemps s'avise De le tancer...., Fabl. I, 19 dans TANCER
Biaux chires leups, n'écoutez mie Mère tenchent chen fieu qui crie, Fabl. IV, 16 dans TANCER
L'oiseau [le héron], S'approchant du bord, vit sur l'eau Des tanches qui sortaient du fond de ces demeures, Fabl. VII, 4 dans TANCHE
Tandis la vieille a soin du demeurant, Faucon. dans TANDIS
Les pas empreints sur la poussière.... Tous, sans exception, regardent sa tanière [du lion], Fabl. VI, 14 dans TANIÈRE
Un d'eux, le plus hardi, mais non pas le plus sage, Promit d'en rendre tant [de la ferme], Fabl. VI, 4 dans TANT
Cet homme par son testament, Selon les lois municipales, Leur laissa [à ses filles] tout son bien par portions égales, En donnant à leur mère tant, ib. II, 20 dans TANT
L'un, c'était le marchand, savait l'arithmétique : à tant par mois, dit-il, je donnerai leçon, ib. x, 16 dans TANT
Vous voyez mon logis ; si vous me vouliez faire Tant d'honneur que d'y prendre un champêtre repas, Fabl. VIII, 10 dans TANT
Les grenouilles.... Par leurs clameurs firent tant Que Jupin les soumit au pouvoir monarchique, Fabl. III, 4 dans TANT
J'ai tant fait que nos gens sont enfin dans la plaine, ib. VII, 9 dans TANT
Quatre animaux divers.... Toutes gens d'esprit scélérat, Hantaient le tronc pourri d'un pin vieux et sauvage ; Tant y furent, qu'un soir à l'entour de ce pin L'homme tendit ses rets, Fabl. VIII, 22 dans TANT
Et tous tant que nous sommes Nous nous laissons tenter à l'approche des biens, Fabl. VIII, 7 dans TANT
Toutes sottises dont la belle Se défend avec grand respect, Tant qu'au père à la fin cela devint suspect, Fabl. IV, 4 dans TANT
Le médecin Tant-pis allait voir un malade Que visitait aussi son confrère Tant-mieux, Fabl. v, 12 dans TANT
Le bien n'est bien qu'en tant que l'on s'en peut défaire ; Sans cela c'est un mal, Fabl. x, 5 dans TANT
À tant se tut ; Richard, tombé des nues, Fut tout heureux de pouvoir s'en aller, Calendr. dans TANT
Quand ils [des madrigaux] sont bons, en ce cas tout prudhomme Les prend au poids, au lieu de les compter ; Sont-ils méchants, tant moindre en est la somme, Et tant plus tôt on s'en doit contenter, Poésies, mêl. XVI dans TANT
De n'avoir pas chez soi pour lui donner Tant seulement un malheureux dîner, Faucon. dans TANT
Tantale aux eaux du Styx portait en vain sa bouche, Toujours proche d'un bien que jamais il ne touche, Pysché, II, p. 193 dans TANTALE
On se fait une idole De trésors, ou de gloire, ou d'un plaisir frivole ; Tantales obstinés, nous ne portons les yeux Que sur ce qui nous est interdit par les cieux, Poésies mêlées, LXIX dans TANTALE
Cette maîtresse un tantet bise Rit à mes yeux ; pourquoi cela ?, Pâté. dans TANTET
Vous en verrez tantôt la suite en nos lambris, Phil. et Baucis. dans TANTÔT
Le corps n'est tantôt plus que feuillage et que bois, Ph. et Bauc. dans TANTÔT
Ma soeur, lui dit Progné, comment vous portez-vous ? Voici tantôt mille ans que l'on ne vous a vue, Fabl. III, 15 dans TANTÔT
De grâce, à quoi bon tout ceci ? Dit une abeille fort prudente ; Depuis tantôt six mois que la cause est pendante...., Fabl. I, 21 dans TANTÔT
Tantôt on les eût vus côte à côte nager, Tantôt courir sur l'onde et tantôt se plonger, Fabl. III, 12 dans TANTÔT
Eh bien ! que gagnez-vous, dites-moi, par journée ? - Tantôt plus, tantôt moins, ib. VIII, 2 dans TANTÔT
La pauvre amante approche en tapinois, Courtis. dans TAPINOIS, OISE
À ces mots sort de l'antre un lion grand et fort ; Le pâtre se tapit, et dit à demi-mort...., Fabl. VI, 1 dans TAPIR (SE)
Sur un tapis de Turquie, Le couvert se trouva mis, Fabl. I, 9 dans TAPIS
Quand cette femme [une devineresse] aurait dit vrai Dans une chambre tapissée, Fabl. VII, 15 dans TAPISSÉ, ÉE
Au reste elle n'avait au monde sa pareille à manier un canevas, Filait mieux que Clothon, brodait mieux que Pallas, Tapissait mieux qu'Arachne...., Coupe. dans TAPISSER
Ainsi ....Se plaignait l'araignée autrefois tapissière, Et qui lors, étant filandière, Prétendait enlacer tout insecte volant, Fabl. x, 7 dans TAPISSIER, IÈRE
Le corbeau, honteux et confus, Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus, Fabl. I, 2 dans TARD
On se levait trop tard, on se couchait trop tôt, ib. VII, 2 dans TARD
Ce fertile sujet ne tarira jamais, Contr. dans TARIR
C'étaient [chat et renard] deux vrais tartufs, deux archipatelins, Fabl. IX, 14 dans TARTUFE
À toi, compère ; et de prendre la tasse, Et de trinquer...., Troq. dans TASSE
Jupiter, s'il était malade, Reprendrait l'appétit en tâtant d'un tel mets, Fabl. XI, 6 dans TÂTER
Lynx envers nos pareils, et taupes envers nous, Nous nous pardonnons tout, et rien aux autres hommes, Fabl. I, 7 dans TAUPE
La moindre taupinée était mont à ses yeux, Fabl. VIII, 9 dans TAUPINÉE ou TAUPINIÈRE
Deux taureaux combattaient à qui posséderait Une génisse avec l'empire, Fabl. II, 4 dans TAUREAU
Il hante la taverne, et souvent il s'enivre, Fabl. XII, 19 dans TAVERNE
La première [roue] y meut la seconde ; Une troisième suit : elle [la montre] sonne à la fin ; Au dire de ces gens, la bête est toute telle, Fabl. x, 1 dans TEL, ELLE
Tel fruit, tel arbre, pour bien faire, Fabl. IX, 4 dans TEL, ELLE
Ils [les brames] ont en tête Que notre âme, au sortir d'un roi, Entre dans un ciron ou dans telle autre bête Qu'il plaît au sort, Fabl. IX, 7 dans TEL, ELLE
Mais, après quelques jours, le dieu l'attrapa bien, Envoyant un songe lui dire Qu'un trésor était en tel lieu, ib. IX, 13 dans TEL, ELLE
J'ai vu dans le palais une robe mal mise Gagner gros ; les gens l'avaient prise Pour maître un tel, qui traînait après soi Force écoutants...., VII, 15 dans TEL, ELLE
C'est de ces coups Qu'Amour fait ; témoin telle et telle ; Mais ceci soit dit entre nous, Fabl. IX, 7 dans TEL, ELLE
Et puis nous y pouvons apprendre Que tel est pris qui croyait prendre, Fabl. VIII, 9 dans TEL, ELLE
Force gens ont été l'instrument de leur mal ; Candaule en est un témoignage, Cand. dans TÉMOIGNAGE
Le pauvre Ésope se jeta aux pieds de son maître ; et, se faisant entendre du mieux qu'il put, il témoigna qu'il demandait pour toute grâce qu'on sursît de quelques moments sa punition, Vie d'Ésope. dans TÉMOIGNER
Le présent conte en est un bon témoin, Mul. dans TÉMOIN
Mais il [le chien] est sot, il est gourmand : Témoin ces deux mâtins qui dans l'éloignement Virent un âne mort, Fabl. VIII, 25 dans TÉMOIN
Un riche laboureur, sentant sa fin prochaine, Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins, Fabl. v, 9 dans TÉMOIN
Que ne l'émondait-on, sans prendre la cognée [pour l'abattre] ? De son tempérament il eût encore vécu, Fabl. x, 1 dans TEMPÉRAMENT
Les Anglais pensent profondément ; Leur esprit en cela suit leur tempérament ; Creusant dans les sujets et forts d'expériences, Ils étendent partout l'empire des sciences, Fabl. XII, 23 dans TEMPÉRAMENT
.... Mais, quoi qu'on fasse, Propos, conseil, enseignement, Rien ne change un tempérament, ib. VIII, 16 dans TEMPÉRAMENT
Je ne vois point de créature Se comporter modérément ; Il est certain tempérament Que le maître de la nature Veut que l'on garde en tout, Fabl. IX, 11 dans TEMPÉRAMENT
J'avais besoin d'un caractère nouveau [le style], et qui fût mêlé de tous ceux-là [familier, élégant, héroïque] ; il me le fallait réduire dans un juste tempérament ; j'ai cherché ce tempérament avec un grand soin, Psyché, Préf. dans TEMPÉRAMENT
Leur troupe n'était pas encore accoutumée à la tempête de sa voix, Fabl. II, 19 dans TEMPÊTE
J'irais plus haut peut-être au temple de Mémoire, Si, dans un genre seul, j'avais usé mes jours, Poésies mêlées, LXIX. dans TEMPLE
Le temps marche toujours ; ni force ni prière, Sacrifices ni voeux n'allongent la carrière, Poésies mêlées, LXIX. dans TEMPS
Patience et longueur de temps Font plus que force ni que rage, Fabl. II, 11 dans TEMPS
Sur les ailes du temps la tristesse s'envole ; Le temps ramène les plaisirs, Fabl. VI, 21 dans TEMPS
Ses soins ne purent faire Qu'elle échappât au temps, cet insigne larron, ib. VII, 5 dans TEMPS
Il s'en va temps que je reprenne Un peu de forces et d'haleine, Fabl. Épilogue. dans TEMPS
Je n'ai que vingt ans, Et, comme toi, je n'ai pas fait mon temps, Mazet. dans TEMPS
La génisse, la chèvre et leur soeur la brebis, Avec un fier lion, seigneur du voisinage, Firent société, dit-on, au temps jadis, Fabl. I, 6 dans TEMPS
Du temps que les bêtes parlaient, Fabl. IV, 1 dans TEMPS
Ce fut un sot, en son temps, très insigne, Mandragore. dans TEMPS
Aucun n'aide aux chevaux à se tirer d'affaire ; Le moine disait son bréviaire : Il prenait bien son temps !, Fabl. VII, 9 dans TEMPS
Le malheureux prend son temps que Damon...., Coupe. dans TEMPS
Dans l'abord il [le moucheron] se met au large, Puis prend son temps, fond sur le cou Du lion qu'il rend presque fou, Fabl. II, 9 dans TEMPS
Que faisiez-vous au temps chaud ? Dit-elle à cette emprunteuse, Fabl. I, 1 dans TEMPS
....certain soir qu'il faisait un temps fort brun, Berc. dans TEMPS
Emmenez avec vous les souffleurs [alchimistes] tout d'un temps, Fabl. II, 13 dans TEMPS
L'autre vit où tendait cette feinte aventure ; If rendit le fer au marchand, Qui lui rendit sa géniture, Fabl. IX, 1 dans TENDRE
Il ne nous reste plus Que notre chambre où deux lits sont tendus, Berc. dans TENDU, UE
Bartholomé, ayant ses hontes bues, Ne se fit pas tenir pour demeurer, Calend. dans TENIR
Tenez toujours divisés les méchants, Fabl. VII, 8 dans TENIR
Le lion tint conseil, et dit : mes chers amis...., Fabl. VII, 1 dans TENIR
L'écrit portait Qu'un mois durant le roi tiendrait Cour plénière...., ib. VII, 7 dans TENIR
En cela j'ai pour guides Tous les maîtres de l'art, et tiens qu'il faut laisser Dans les plus beaux sujets quelque chose à penser, Fabl. x, 15 dans TENIR
Le magistrat, tenant à mépris et irrévérence cette réponse, le fit mener en prison, Vie d'Ésope. dans TENIR
Mais il n'a pas prévu Que je saurais souffler de sorte Qu'il n'est bouton qui tienne...., Fabl. VI, 3 dans TENIR
Il ne tiendra qu'à vous, beau sire, D'être aussi gras que moi, lui repartit le chien, Fabl. I, 5 dans TENIR
Vous auriez pu sans peine y puiser [à une somme d'argent] à toute heure. - à toute heure ! bons dieux ! ne tient-il qu'à cela ? L'argent vient-il comme il s'en va ?, ib. IV, 20 dans TENIR
Enfin, si dans ces vers je ne plais et n'instruis, Il ne tient pas à moi ; c'est toujours quelque chose, ib. v, 1 dans TENIR
Déjà l'armée est assez forte Pour faire corps et battre aux champs ; La voilà tantôt qui menace Gouverneurs de petite place, Et leur dit qu'ils seront pendus, Si de tenir ils ont l'audace, Coupe. dans TENIR
L'arbre tient bon ; le roseau plie, Fabl. I, 22 dans TENIR
Tant pis pour vous : c'est justement le cas, Vous en tenez, ma commère, ma mie, Serv. dans TENIR
Chacun le dit, et chacun s'en tint là, Fauc. dans TENIR
Quand nous avons quelque différend, ma soeur et moi, si je fais la froide et l'indifférente, elle me recherche ; si elle se tient sur son quant-à-moi, je vas au-devant, Pysché, II, p. 140 dans TENIR
Acante ne se peut tenir de réciter certains couplets de poésie, Psyché, I, p. 13 dans TENIR
Votre mari ne se tiendra jamais Qu'à sa maison des champs, je vous l'assure, Tantôt il n'aille éprouver sa monture, Magnif. dans TENIR
L'arbre tombant, ils seront dévorés ; Qu'ils s'en tiennent pour assurés, Fabl. III, 6 dans TENIR
Un tiens vaut, ce dit-on, mieux que deux tu l'auras : L'un est sûr ; l'autre ne l'est pas, Fabl. v, 3 dans TENIR
J'ai tenté les moyens d'acquérir son suffrage, Fabl. V, 1 dans TENTER
L'autre [le renard] fit cent tours inutiles.... Partout il tenta des asiles, Et ce fut partout sans succès, Fabl. IX, 14 dans TENTER
Comme on ne lui laissait argent ni pierrerie, Le geôlier fut fidèle, elle eut beau le tenter, Coupe. dans TENTER
Cependant un sanglier, monstre énorme et superbe, Tente encor notre archer, friand de tels morceaux, Fabl. VIII, 27 dans TENTER
Par son mari chère tenue Tout de même qu'auparavant, Coupe. dans TENU, NUE
Un jeune hermite était tenu pour saint, Herm. dans TENU, NUE
Foi de peuple d'honneur, ils lui promirent tous De ne bouger non plus qu'un terme, Fabl. IX, 19 dans TERME
Nos termes sont pareils par leur courte durée ; Qui de nous des clartés de la voûte azurée Doit jouir le dernier ?, Fabl. XI, 8 dans TERME
Une lice étant sur son terme, Fabl. II, 7 dans TERME
Un lion d'immense stature Par un seul homme terrassé, Fabl. III, 10 dans TERRASSÉ, ÉE
Votre discours me donne une terrible envie De connaître ce frère : amenez-le-nous donc, Joc. dans TERRIBLE
Clitie avait aussi beaucoup de bien, Son mari même était grand terrien, Fauc. dans TERRIEN, IENNE
Voici pourtant un cas où tout l'honneur échut à l'hôte des terriers...., Fabl. XI, 6 dans TERRIER
Et reniant Mahom, Jupin et Tarvagant, Fianc. dans TERVAGANT
[La Mort au vieillard] J'aurais trouvé ton testament tout fait, Ton petit-fils pourvu, ton bâtiment parfait, Fabl. VIII, 1 dans TESTAMENT
[Deux femmes] L'allaient quelquefois testonnant, C'est-à-dire ajustant sa tête, Fabl. I, 17 dans TESTONNER
[La mouche à la fourmi] Puis allez-moi rompre la tête De vos greniers..., Fabl. IV, 3 dans TÊTE
Il crierait, comme moi, du haut de son gosier ; Et cette autre personne honnête Crierait tout du haut de sa tête, Fabl. VIII, 12 dans TÊTE
J'en vois marcher tête levée, Qui n'iraient pas ainsi, j'ose vous l'assurer, Si sur le bout du nez tache pouvait montrer Que telle chose est arrivée, Petit chien. dans TÊTE
Une chauve-souris donna tête baissée Dans un nid de belette, Fabl. II, 5 dans TÊTE
Belle tête, dit-il, mais de cervelle point, Fabl. IV, 14 dans TÊTE
Apollon reconnut ce qu'il [un consultant] avait en tête, Fabl. IV, 9 dans TÊTE
J'avais prévu ma chute en montant sur le faîte ; Je m'y suis trop complu ; mais qui n'a dans la tête Un petit grain d'ambition ?, ib. x, 10 dans TÊTE
Tu te prends à plus dur que toi, Petit serpent à tête folle, ib. v, 16 dans TÊTE
Mais que dorénavant on me blâme, on me loue, Qu'on dise quelque chose, ou qu'on ne dise rien, J'en veux faire à ma tête ; il le fit et fit bien, Fabl. III, 1 dans TÊTE
Comment l'aurais-je fait si je n'étais pas né ? Reprit l'agneau ; je tette encor ma mère, Fabl. I, 10 dans TETER ou TÉTER
Je reviens à mon texte : il faut que l'on jouisse, Fabl. VIII, 27 dans TEXTE
Les grands pour la plupart sont masques de théâtre, Fabl. IV, 14 dans THÉÂTRE
Il [l'avare] a le mains de part au trésor qu'il enserre, Thésaurisant pour les voleurs, Fabl. IX, 16 dans THÉSAURISER
Je vois fuir aussitôt toute la nation Des lapins, qui, sur la bruyère, L'oeil éveillé, l'oreille au guet, S'égayaient, et de thym parfumaient leur banquet, Fabl. x, 15 dans THYM
Un certain loup dans la saison Que les tièdes zéphirs ont l'herbe rajeunie, Fabl. v, 8 dans TIÈDE
Rome donc eut naguère un maître dans cet art Qui du tien et du mien tire son origine, Candaule. dans TIEN
Chez l'animal qu'on appelle homme, On la reçut [la Discorde] à bras ouverts, Elle et que-si-que-non son frère, Avecque tien et mien son père, Fabl. VI, 20 dans TIEN
Le premier [ail] passe ; ainsi fait le deuxième ; Au tiers il dit : que le diable y ait part !, Pays. dans TIERS, ERCE
Homme qui hors de là faisait le goguenard ; Tout passait par son étamine ; Aux dépens du tiers et du quart Il se divertissait...., Candaule. dans TIERS, ERCE
...Lucrèce Qui ne manqua de faire la tigresse, Mandr. dans TIGRE et TIGRESSE
Les trompes et les cors font un tel tintamarre Que le bonhomme est étonné, Fabl. IV, 4 dans TINTAMARRE
Parmi ce spectacle si rare [d'un feu d'artifice], Figure-toi le tintamarre, Le fracas et les sifflements Qu'on entendait à tous moments, Oeuvres diverses, t. II, p. 302 dans TINTAMARRE
Il n'a pas un moment de repos en sa vie ; Si l'oreille lui tinte, ô dieux ! tout est perdu, Coupe. dans TINTER
Le corbeau part à tire-d'aile ; Il aperçoit de loin l'imprudente gazelle Prise au piége et se tourmentant, Fabl. XII, 15 dans TIRE-D'AILE
Dans un chemin montant, sablonneux, malaisé.... Six forts chevaux tiraient un coche, Fabl. VII, 9 dans TIRER
Il fait tirer du meilleur [vin] cependant, Orais. dans TIRER
Le galant aussitôt Tire ses grègues, gagne au haut, Mal content de son stratagème, Fabl. II, 15 dans TIRER
Eh ! mon ami, tire-moi du danger ; Tu feras après ta harangue, Fabl. I, 19 dans TIRER
On exposait une peinture Où l'artisan avait tracé Un lion d'immense stature Par un seul homme terrassé ; Les regardants en tiraient gloire, Fabl. III, 10 dans TIRER
La colombe l'entend, part et tire de long, Fabl. II, 12 dans TIRER
Tenez donc, voici deux bûchettes ; Accommodez-vous, ou tirez, Fabl. III, 8 dans TIRER
L'autre aussitôt de s'excuser, Alléguant un grand rhume : il ne pouvait que dire Sans odorat ; bref, il s'en tire, Fabl. VII, 7 dans TIRER
L'une pourtant des tireuses de vin De lui sourire au retour ne fit faute, Rémois. dans TIREUR, EUSE
Un long tissu de fleurs, ornant sa tresse blonde, Adonis. dans TISSU
Autre toile tissue [par l'araignée], autre coup de balai, Fabl. III, 8 dans TISSU, UE
Elle a tissu elle-même cette toile.... L'accable de baisers, et pour comble lui donne Un bracelet de façon fort mignonne, En lui disant : il est de mes cheveux, Je l'ai tissu, Joc. dans TISTRE
L'aragne cependant se campe en un lambris.... Travaille à demeurer : voilà sa toile ourdie, Voilà des moucherons de pris, Fabl. III, 8 dans TOILE
En la quittant, Gulphar alla tout droit Conter ce cas, le corner par la ville, Le publier, le prêcher sur les toits, à femme avare. dans TOIT
Cependant l'humble toit devient temple, et ses murs Changent leur frêle enduit aux marbres les plus durs, Phil. et Baucis. dans TOIT
L'humble toit est exempt d'un tribut si funeste [les soucis des grandeurs], ib. dans TOIT
Sous un chêne aussitôt il va prendre son somme ; Un gland tombe : le nez du dormeur en pâtit, Fabl. IX, 4 dans TOMBER
Oh ! oh ! dit-il, je saigne ! et que serait-ce donc, S'il fût tombé de l'arbre une masse plus lourde ?, Fabl. IX, 4 dans TOMBER
C'est un méchant ; il me tint l'autre fois Propos d'amour, dont je fus si surprise Que je pensai tomber tout de mon haut, Coc. dans TOMBER
Allez, vous êtes une ingrate : Ne tombez jamais sous ma patte, Fabl. III, 9 dans TOMBER
Le trop d'attention qu'on a pour le danger Fait le plus souvent qu'on y tombe, Fabl. XII, 18 dans TOMBER
Et puisque nous voici tombés sur ce sujet, Fabl. IV, 10 dans TOMBER
Ayant donc mis à part les entretiens frivoles, Et beaucoup raisonné sur l'homme et sur l'esprit, Ils tombèrent sur la morale, ib. VIII, 26 dans TOMBER
Quant au principal but qu'Ésope se propose, J'y tombe au moins mal que je puis, Fabl. V, I dans TOMBER
Le rieur alors, d'un ton sage, Dit...., Fabl. VIII, 8 dans TON
Je tondis de ce pré la largeur de ma langue, Fabl. VII, 1 dans TONDRE
Un mari, de ceux-là que l'on perd sans pleurer, Vieux barbon qui laissait d'écus plein une tonne, Gascon. dans TONNE
Le maître de ces lieux en ordonne autrement ; Il nous prend avec des tonnelles, Nous loge avec des coqs et nous coupe les ailes, Fabl. X, 8 dans TONNELLE
[Un jeune diable... ] Et qui n'avait encor tonné que sur les choux, Papef. dans TONNER
Il sera dieu ; même je veux Qu'il ait en sa main un tonnerre, Fabl. IX, 6 dans TONNERRE
Toque au lieu de chapeau, haut-de-chausse troussé : La barbe seulement demeure au personnage [il s'agit d'un homme qui s'habille en page], Petit chien dans TOQUE
Voit son faucon, lui tord le cou, le plume, Fauc. dans TORDRE
Avec grand bruit et grand fracas Un torrent tombait des montagnes, Fabl. VIII, 23 dans TORRENT
La belle [une veuve] avait un père, homme prudent et sage ; Il laissa le torrent couler ; à la fin, pour la consoler...., Fabl. VI, 21 dans TORRENT
C'est un torrent ; qu'y faire ? il faut qu'il ait son cours ; Cela fut et sera toujours, Fabl. VII, 15 dans TORRENT
Le juge prétendait qu'à tort et à travers On ne saurait manquer condamnant un pervers, Fabl. II, 3 dans TORT
Le regard de travers, nez tortu, grosse lèvre, Fabl. XI, 7 dans TORTU, UE
Puis-je autrement marcher que ne fait ma famille ? Veut-on que j'aille droit quand on y va tortu ?, Fabl. XII, 10 dans TORTU, UE
Il laisse la tortue Aller son train de sénateur ; Elle part, elle s'évertue : Elle se hâte avec lenteur, Fabl. VI, 10 dans TORTUE
De là ils montèrent à l'habitation du vieillard par des degrés et par des perrons qui n'avaient point eu d'autre architecte que la nature ; aussi tenaient-ils un peu du toscan, pour en dire la vérité, Psyché, II, p. 120 dans TOSCAN, ANE
[Il] Opina qu'il fallait, et plus tôt que plus tard, Attacher un grelot...., Fabl. II, 2 dans TÔT
J'étais touché des fleurs, des doux sons, des beaux jours, Élégie, IV dans TOUCHER
Le vent redouble ses efforts, Et fait si bien qu'il déracine Celui de qui la tête au ciel était voisine Et dont les pieds touchaient à l'empire des morts, Fabl. I, 22 dans TOUCHER
Puisque vous ne touchez jamais à cet argent, Fabl. IV, 20 dans TOUCHER
Voyez un peu, dirait-on qu'il y touche ?, Gag. dans TOUCHER
[Homme] qui ne soit pourtant Mal fait de corps, ni par trop dégoûtant, Ni d'un toucher si rude et si sauvage, Mandrag. dans TOUCHER
Le blé, riche présent de la blonde Cérès, Trop touffu bien souvent épuise les guérets, Fabl. IX, 11 dans TOUFFU, UE
Son menton nourrissait une barbe touffue, ib. XI, 7 dans TOUFFU, UE
Et le premier instant où les enfants des rois Ouvrent les yeux à la lumière Est celui qui vient quelquefois Fermer pour toujours leur paupière, Fabl. VIII, 1 dans TOUJOURS
Un toupet de cheveux Lui fut coupé, droit vers le front du sire, Muletier. dans TOUPET
Lui [l'Amour] un enfant ! on ne considérait donc pas qu'il terrassait les Hercules, et qu'il n'avait jamais eu d'autres toupies que leurs coeurs, Psyché, II, p. 181 dans TOUPIE
Tout charmait, tout était fait au tour, Tabl. dans TOUR
En moins d'un tour de main cela s'accomplissait, Chose imp. dans TOUR
Il y fit tant de tours [au lieu où son argent était enfoui] qu'un fossoyeur le vit, Fabl. IV, 20 dans TOUR
L'onde était transparente ainsi qu'aux plus beaux jours ; Ma commère la carpe y faisait mille tours, Avec le brochet son compère, ib. VII, 4 dans TOUR
Mon mari s'en va faire Un tour aux champs, Rém. dans TOUR
Il parle, il danse, il fait cent tours, Pet. chien. dans TOUR
Et le singe amuser l'ennemi par ses tours, Fabl. v, 19 dans TOUR
Le singe de sa part disait : venez, de grâce, Venez, messieurs ; je fais cent tours de passe-passe, ib. IX, 3 dans TOUR
Elle [la cigogne] retira l'os [du gosier du loup] ; puis pour un si bon tour Elle demanda son salaire, Fabl. III, 9 dans TOUR
... toute l'artillerie De Cupidon, non pas le langoureux, Mais celui-là qui n'a fait en sa vie Que de bons tours, le patron des heureux, Orais. dans TOUR
C'était un vieux routier, il savait plus d'un tour, Fabl. III, 18 dans TOUR
Princes et rois, et la tourbe menue, Belph. dans TOURBE
Dès que Thétis chassait Phébus aux crins dorés, Tourets entraient en jeu, fuseaux étaient tirés, Fabl. v, 6 dans TOURET
Tous deux, par un cas surprenant Se rencontrent en un tournant, Fabl. VIII, 10 dans TOURNANT
Mille gens bien tournés s'offrirent à mes yeux, Qui de me plaire tous prirent un soin extrême, Florent. I, 8 dans TOURNÉ, ÉE
Il peupla tout de son engeance : Tournebroches par lui rendus communs en France, Y font un corps à part, Fabl. VIII, 24 dans TOURNEBROCHE
Par tant d'endroits tourna sa femme Qu'il apprit que...., Cordel. dans TOURNER
À la fin, elles la tournèrent de tant de côtés, que la pauvre épouse avoua la chose comme elle était, Psyché, I, p. 75 dans TOURNER
Elle fait tant, tourne tant son amie Que...., Comm. l'espr. dans TOURNER
Et tous les avocats, Après avoir tourné le cas En cent et cent mille manières, Y jettent leur bonnet, Fabl. II, 20 dans TOURNER
Quelle maison [un terrier] pour lui ! l'on y tournait à peine, Fabl. IV, 17 dans TOURNER
Jupiter eut jadis une ferme à donner ; Mercure en fit l'annonce, et gens se présentèrent, Firent des offres, écoutèrent : Ce ne fut pas sans bien tourner ; L'un alléguait que l'héritage...., Fabl. VI, 4 dans TOURNER
Puis je tiens inutile De tant tourner, il n'est que d'aller droit, Magn. dans TOURNER
Hippocrate ne fait Choix de ses mots, et tant tourner ne sait, Abb. dans TOURNER
Le pèlerin, sans tant tourner, lui dit...., Pet. chien. dans TOURNER
Que nous sert cette queue ? il faut qu'on se la coupe.... Votre avis est fort bon, dit quelqu'un de la troupe ; Mais tournez-vous, de grâce ; et l'on vous répondra, Fabl. v, 5 dans TOURNER
Oui, ce beau fils, ce tourneur de prunelles, Je vous prends sans vert, SC. 1 dans TOURNEUR
Les tourterelles se fuyaient ; Plus d'amour, partant plus de joie, Fabl. VII, 1 dans TOURTERELLE
Je crois qu'il faut les couvrir [les champs] de touselle ; Car c'est un grain qui vient fort aisément, Papef. dans TOUSELLE
Ayant toussé pour se nettoyer la voix, il commença par ces vers, Psyché, I, p. 22 dans TOUSSER
Puis tousserez afin de m'avertir ; Mais haut et clair, et plutôt deux fois qu'une, Savetier. dans TOUSSER
Je suis content si j'ai cette dernière [cognée de fer]. - Tu les auras, dit le dieu, toutes trois [les cognées d'or, de fer et d'argent], Fabl. v, 1 dans TOUT, TOUTE
Tout dieu veut aux humains se faire reconnaître, Fill. de Minée dans TOUT, TOUTE
Je crois qu'en ce temps-ci On eût fait au Scamandre un très méchant parti : En ce temps-là semblables crimes S'excusaient aisément ; tous temps, toutes maximes, Scamandre. dans TOUT, TOUTE
Auprès de lui la fait asseoir, Prend une main, un bras.... Toutes sottises dont la belle Se défend avec grand respect, Fabl. IV, 4 dans TOUT, TOUTE
Nous la faisons de tous écots [la Fortune], Elle est prise à garant de toutes aventures, Fabl. v, 11 dans TOUT, TOUTE
Sans leur aide [des dieux], il ne peut entrer dans les esprits Que tout mal et toute injustice, ib. XI, 7 dans TOUT, TOUTE
Et le drôle eut lapé le tout en un moment, Fabl. I, 18 dans TOUT, TOUTE
Qui dit Sillery dit tout ; Peu de gens en leur estime Lui refusent le haut bout, Fabl. VIII, 13 dans TOUT, TOUTE
Quoiqu'il n'eût guère vu d'autres gens qu'un ermite, Son troupeau, ses mâtins, le loup, et puis c'est tout, Fabl. x, 10 dans TOUT, TOUTE
Ce n'est pas tout de boire, il faut sortir d'ici, Fabl. III, 5 dans TOUT, TOUTE
Ceci montre aux provinces Que, tout compté, mieux vaut en bonne foi S'abandonner à quelque puissant roi, Que s'appuyer de plusieurs petits princes, Fabl. VIII, 19 dans TOUT, TOUTE
Tout débattu, tout bien pesé, Les âmes des souris et les âmes des belles Sont très différentes entre elles, ib. IX, 7 dans TOUT, TOUTE
L'aube du jour arrive, et d'amis point du tout, Fabl. IV, 22 dans TOUT, TOUTE
Il leur tomba du ciel un roi tout pacifique, Fabl. III, 4 dans TOUT, TOUTE
Il fut tout heureux et tout aise De rencontrer un limaçon, ib. VII, 4 dans TOUT, TOUTE
Par un exemple tout égal, ib. X, 1 dans TOUT, TOUTE
Notre mort (Au moins de nos enfants, car c'est tout un aux mères), Fabl. III, 6 dans TOUT, TOUTE
Sévigné.... qui naquîtes toute belle, à votre indifférence près, Fabl. IV, 1 dans TOUT, TOUTE
D'un loup écorché vif appliquez-vous la peau Toute chaude et toute fumante, ib. VIII, 3 dans TOUT, TOUTE
Le diable était tout yeux et tout oreilles, Belphég. dans TOUT, TOUTE
Votre trésor ! où pris ? - Tout joignant cette pierre, Fabl. IV, 20 dans TOUT, TOUTE
Mettez une pierre à la place, Elle vous vaudra tout autant, ib. IV, 20 dans TOUT, TOUTE
Joignez-y quelque boeuf : choisissez pour ce don Tout le plus gras du pâturage, Fabl. XI, 1 dans TOUT, TOUTE
Si bien que, tout ours qu'il était, Il vint à s'ennuyer de cette triste vie, Fabl. VIII, 10 dans TOUT, TOUTE
Tes choux, tes aulx, enfin tout ton tracas, Jum. dans TRACAS
Les Levantins en leur légende Disent qu'un certain rat, las des soins d'ici-bas, Dans un fromage de Hollande Se retira loin du tracas, Fabl. VII, 3 dans TRACAS
Les deux nonnains n'oublièrent la trace Du cabinet, Mazet. dans TRACE
Son char [de Vénus], qui trace en l'air de longs traits de lumière, A bientôt achevé l'amoureuse carrière, Adonis. dans TRACER
Devant certaine guêpe on traduisit la cause, Fabl. I, 21 dans TRADUIRE
Un marchand grec en certaine contrée Faisait trafic..., Fabl. VIII, 18 dans TRAFIC
Un trafiquant sur mer, par bonheur, s'enrichit, Fabl. VII, 14 dans TRAFIQUANT
Il vendit son troupeau, Trafiqua de l'argent, le mit entier sur l'eau, Fabl. IV, 2 dans TRAFIQUER
De plus, que Melpomène Souvent, sans déroger, trafique de sa peine, Fabl. I, 14 dans TRAFIQUER
Aussi voyons-nous qu'on se sert indifféremment de ce mot de comédie, pour qualifier tous les divertissements du théâtre ; on n'a jamais dit : les tragédiens, ni allons à la tragédie, Psyché, I, p. 92 dans TRAGÉDIEN, IENNE
Il laisse la tortue Aller son train de sénateur, Fabl. VI, 10 dans TRAIN
Du reste, en quoi répond au sort toujours divers Ce train toujours égal dont marche l'univers ?, Fabl. II, 13 dans TRAIN
on se remit en train, Rém. dans TRAIN
Grosse maison, grand train, nombre de gens, Belph. dans TRAIN
L'époux voyant quel train prenait l'affaire, Rém. dans TRAIN
Voilà le train du monde et de ses sectateurs ; On s'y sert du bienfait contre les bienfaiteurs, Fabl XII, 16 dans TRAIN
La bique, allant remplir sa traînante mamelle, Et paître l'herbe nouvelle, Ferma la porte au loquet, Fabl. IV, 15 dans TRAÎNANT, ANTE
Voyez un peu ! monsieur notre pasteur Veut de sa grâce à ce traîne-malheur Montrer de quoi finir notre misère, Jument. dans TRAÎNE-MALHEUR
Car comment sauver l'oeuf ? le bien empaqueter ; Puis des pieds de devant ensemble le porter, Ou le rouler, ou le traîner, C'était chose impossible, Fabl. x, 1 dans TRAÎNER
L'un [rat] se mit sur le dos, prit l'oeuf entre ses bras.... L'autre le traîna par la queue, ib. x, 1 dans TRAÎNER
Moi me taire ? moi malheureuse ! Ah ! j'ai perdu mon fils ! il me faudra traîner Une vieillesse douloureuse, Fabl. x, 13 dans TRAÎNER
Elle [la perdrix] fait la blessée, et va traînant de l'aile, Fabl. X, 1 dans TRAÎNER
Quand il [lièvre] vit Que l'autre [tortue] touchait presque au bout de la carrière, Il partit comme un trait ; mais les élans qu'il fit Furent vains, Fabl. VI, 10 dans TRAIT
Ne considérez point des traits qui périront ; C'est terre que cela ; les vers les mangeront, Coupe. dans TRAIT
L'amitié modéra leurs feux sans les détruire, Et par des traits d'amour sut encor se produire, Phil. et Baucis. dans TRAIT
Le drôle fit un trait de franc soudard, F. av. dans TRAIT
La feinte est un pays plein de terres désertes ; Tous les jours nos auteurs y font des découvertes ; Je t'en veux dire un trait assez bien inventé, Fabl. III, 1 dans TRAIT
Non qu'il faille bannir certains traits délicats, Fabl. v, 1 dans TRAIT
Le prince y prend plaisir ; car ils [les fous] donnent toujours Quelque trait aux fripons, aux sots, aux ridicules, Fabl. IX, 8 dans TRAIT
Il fallut se résoudre à partir de ces lieux.... Après huit jours de traite, un vaisseau de corsaires, Ayant pris le dessus du vent, Les attaqua...., Fianc. dans TRAITE
Adieu, dit le renard, ma traite est longue à faire, Fabl. II, 15 dans TRAITE
[Il] Ronfle toujours, fait la nuit d'une traite, Gasc. dans TRAITE
Jamais mon zèle et ma persévérance N'ont eu de vous que mauvais traitements, Rich. dans TRAITEMENT
Dire d'un, puis d'un autre, est-ce ainsi que l'on traite Les gens faits comme moi ?, Fabl. IV, 16 dans TRAITER
Deux médecins le traitèrent, de sorte Que sa douleur eut un terme assez court ; L'un fut le temps et l'autre fut l'amour, Fauc. dans TRAITER
Oh ! oh ! dit-il, voilà bonne cuisine ! Qui traitez-vous ?, Rém. dans TRAITER
Une traîtresse voix bien souvent vous appelle ; Ne vous pressez donc nullement, Fabl. VIII, 21 dans TRAÎTRE, ESSE
Ce blé couvrait d'un lacs Les menteurs et traîtres appâts, Fabl. IX, 2 dans TRAÎTRE, ESSE
Le seul Ulysse en échappa [des piéges de Circé] ; Il sut se défier de la liqueur traîtresse, Fabl. XII, 1 dans TRAÎTRE, ESSE
Notre homme Tranche du roi des airs, pleut, vente, et fait en somme Un climat pour lui seul, Fabl. VI, 4 dans TRANCHER
Un sage assez semblable au vieillard de Virgile, Homme égalant les rois, homme approchant des dieux, Et, comme ces derniers, satisfait et tranquille, Fabl. XII, 20 dans TRANQUILLE
Transi, gelé, perclus, immobile, rendu, N'ayant pas à vivre un quart d'heure, Fabl. VI, 13 dans TRANSI, IE
Or me voici d'un mal chu dans un autre ; Je transissais, je brûle maintenant, Orais. dans TRANSIR
Le bruit, l'éclat de l'eau, sa blancheur transparente, D'un voile de cristal alors peu différente, Psyché, I, p. 18 dans TRANSPARENT, ENTE
Si d'ailleurs quelque endroit, plein chez eux [les anciens] d'excellence, Peut entrer dans mes vers sans nulle violence, Je l'y transporte...., Poésies mêlées, LXX. dans TRANSPORTER
D'argent, point de caché ; mais le père fut sage De leur montrer avant sa mort Que le travail est un trésor, Fabl. v, 9 dans TRAVAIL
Tout vainqueur insolent à sa perte travaille, Fabl. VII, 13 dans TRAVAILLER
Elle [la grenouille] qui n'était pas grosse en tout comme un oeuf, Envieuse, s'étend, et s'enfle, et se travaille Pour égaler l'animal [un boeuf] en grosseur, Fabl. I, 3 dans TRAVAILLER
Hé quoi ! dit-il, cette canaille Se moque impunément de moi ! Je vais, je viens, je me travaille, J'imagine cent tours, Fabl. XI, 3 dans TRAVAILLER
Elle va donc en travers se placer [dans le lit] Aux pieds du sire, Court. dans TRAVERS
Les trois filles de l'Achéron ne lui répondirent rien, et se contentèrent de la regarder de travers, Psyché, II, p. 171 dans TRAVERS
Et le grison se rue Au travers de l'herbe menue, Fabl. VI, 8 dans TRAVERS
À travers champs, au hasard [L'homme d'Horace] Disant le bien, le mal à travers champs, Fabl. XII, 11 dans TRAVERS
Nos deux travesties se trouvèrent en leurs nouveaux accoutrements, comme si Psyché n'eût fait toute sa vie autre chose qu'être bergère, et la bergère qu'être princesse, Psyché, II, p. 142 dans TRAVESTI, IE
Faire des faux pas dans la conduite. Dont la beauté fit trébucher Rustic..., Diable dans TRÉBUCHER
Cette personne enfin sur l'herbe tendre Est trébuchée, Serv. dans TRÉBUCHER
Il dit au loup par un treillis : Ami, je vais sortir ; et, si tu veux attendre, Le portier du logis et moi Nous serons tout à l'heure à toi, Fabl. IX, 10 dans TREILLIS
Quand Psyché se vit dans les airs, en si mauvaise compagnie que celle-là [les Furies], un tremblement la saisit ; ses cheveux se hérissèrent, Psyché, II, p. 171 dans TREMBLEMENT
Un passant lui demande [à un enfouisseur] à quel sujet ses cris. - C'est mon trésor que l'on m'a pris, Fabl. IV, 20 dans TRÉSOR
Le père fut sage De leur montrer avant sa mort Que le travail est un trésor, Fabl. v, 9 dans TRÉSOR
Après divers avis on résout, on conclut D'envoyer hommage et tribut [à Alexandre], Fabl. IV, 12 dans TRIBUT
Ni l'or ni la grandeur ne nous rendent heureux.... Des soucis dévorants c'est l'éternel asile.... L'humble toit est exempt d'un tribut si funeste, Phil. et Bauc. dans TRIBUT
Je vois, je vois, c'est une tricherie De votre époux, Magn. dans TRICHERIE
À toi, compère, et de prendre la tasse, Et de trinquer...., Troq. dans TRINQUER
... les trois frères Trouvent un bien fort grand, mais fort mêlé d'affaires ; Un créancier saisit, un voisin fait procès ; D'abord notre trio s'en tire avec succès, Fabl. IV, 18 dans TRIO
Beau trio de baudets !, Fabl. III, 1 dans TRIO
Le trio branché Mourut contrit et fort bien confessé, Orais. dans TRIO
Sur cette assurance, elle [Vénus] s'en alla à Cythère en équipage de triomphante, Psyché, I, p. 26 dans TRIOMPHANT, ANTE
On va conter en triomphe la chose, Psaut. dans TRIOMPHE
Et, d'autre part aussi, sa charmante moitié Triomphait d'être inconsolable, Joconde. dans TRIOMPHER
Les triples Géryons, les hydres, les harpies, Psyché, II, p. 192 dans TRIPLE
Les gens trouvaient.... Les meilleurs vins de la machine ronde, Dont ne manquaient encor de s'enivrer, Et de leurs sens perdre l'entier usage ; On les faisait aussitôt reporter Au premier lieu ; de tout ce tripotage Qu'arrivait-il ?, Fér. dans TRIPOTAGE
Mères et nourrissons faisaient leur tripotage, Fabl. III, 6 dans TRIPOTAGE
L'un [l'aigle] jura foi de roi, l'autre foi de hibou, Qu'ils ne se goberaient leurs petits peu ni prou ; Connaissez-vous les miens, dit l'oiseau de Minerve ; Non, dit l'aigle ; tant pis, reprit le triste oiseau, Fabl. v, 18 dans TRISTE
Un mort s'en allait tristement S'emparer de son dernier gîte, Fabl. VII, 11 dans TRISTEMENT
On fait beaucoup de bruit [après la mort d'un mari], et puis on se console ; Sur les ailes du temps la tristesse s'envole, Fabl. VI, 21 dans TRISTESSE
Volontiers je paie en gambades, J'ai huit ou dix trivelinades Que je sais sur mon doigt, Poésies, le Florentin. dans TRIVELINADE
Mais que dire du troc que la Fortune fit... ? Cette déesse inconstante Se mit alors en esprit De voir un homme se pendre ; Et celui qui se pendit S'y devait le moins attendre, Fabl. IX, 16 dans TROC
Pour un âne enlevé deux voleurs se battaient.... Arrive un troisième larron Qui saisit maître Aliboron, Fabl. I, 13 dans TROISIÈME
Vouloir tromper le ciel, c'est folie à la terre, Fabl. IV, 19 dans TROMPER
Mes yeux, moyennant ce secours [du toucher], Ne me trompent jamais en mo mentant toujours, Fabl. VII, 18 dans TROMPER
Pendant qu'un philosophe assure Que toujours par leurs sens les hommes sont dupés, Un autre philosophe jure Qu'ils ne nous ont jamais trompés, ib. dans TROMPER
Lui discourant, pour tromper le chemin, De chose et d'autre...., Orais. dans TROMPER
L'autre [le renard] était passé maître en fait de tromperie, Fabl. III, 5 dans TROMPERIE
Les gens qu'avait envoyés Vénus pour se saisir d'elle [Psyché], ayant rendu à leur reine un fort mauvais compte de leur recherche, cette déesse ne trouva point d'autre expédient que de faire trompeter sa rivale, Psyché, II, p. 146 dans TROMPETER
Holà ! madame la belette, Que l'on déloge sans trompette, Ou je vais avertir tous les rats du pays, Fabl. VII, 16 dans TROMPETTE
Car c'est double plaisir de tromper le trompeur, Fabl. II, 15 dans TROMPEUR, EUSE
Il ôte de chez lui les branches les plus belles, Il tronque son verger contre toute raison, Fabl. XII, 20 dans TRONQUER
Le trop d'expédients peut gâter une affaire.... N'en ayons qu'un, mais qu'il soit bon, Fabl. IX, 14 dans TROP
Voilà les pauvres gens Malheureux par trop de fortune, Fabl. VII, 6 dans TROP
Gens trop heureux font toujours quelque faute, Berceau. dans TROP
Rien de trop est un point Dont on parle sans cesse, et qu'on n'observe point, Fabl. IX, 11 dans TROP
Ne peut-on point en faire un [contrat] où les gens Troquent de femme ainsi que de monture ?, Troq. dans TROQUER
...Nos gens Sont grands troqueurs ; Dieu nous créa changeants, Troq. dans TROQUEUR, EUSE
La gent trotte-menu [les souris] s'en vient chercher sa perte, Fabl. III, 8 dans TROTTE-MENU
J'avais franchi les monts qui bornent cet État, Et trottais comme un jeune rat Qui cherche à se donner carrière, Fabl. VI, 5 dans TROTTER
Garçon bien fait.... Et qui faisait les servantes trotter, Gag. dans TROTTER
Pour un âne enlevé deux voleurs se battaient.... Tandis que coups de poing trottaient...., Fabl. I, 13 dans TROTTER
Trou, ni fente, ni crevasse Ne fut large assez pour eux [les rats empanachés], Au lieu que la populace Entrait dans le moindre creux, Fabl. IV, 6 dans TROU
Ma foi, vous êtes, vous, un vrai trouble-ménage, les Trois frères rivaux, sc. 8 dans TROUBLE-MÉNAGE
Approche-t-il du but, quitte-t-il ce séjour, Rien ne trouble sa fin ; c'est le soir d'un beau jour, Phil. et Bauc. dans TROUBLER
Rien ne manquait au festin ; Mais quelqu'un troubla la fête, Pendant qu'ils étaient en train, Fabl. I, 9 dans TROUBLER
Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?, Fabl. I, 10 dans TROUBLER
Il [le lièvre] s'enfuit par un trou, Non pas trou, mais trouée, horrible et large plaie Que l'on fit à la pauvre haie, Fabl. IV, 4 dans TROUÉE
Dom pourceau criait en chemin, Comme s'il avait eu cent bouchers à ses trousses, Fabl. VIII, 12 dans TROUSSE
Sous ma fenêtre il passe incessamment ; Je ne saurais faire un pas seulement Que je ne l'aie aussitôt à mes trousses, Confid. dans TROUSSE
Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile, Cotillon simple et souliers plats ; Notre laitière ainsi troussée...., Fabl. VII, 10 dans TROUSSÉ, ÉE
Qu'est devenu Doris ? - Il a troussé bagage, l'Eunuque, IV, 3 dans TROUSSER
Quant à la somme de la veuve, Voici, leur dirent-ils, ce que le conseil treuve, Fabl. II, 20 dans TROUVER
C'est ainsi que ma muse, aux bords d'une onde pure, Traduisait en langue des dieux Tout ce que disent sous les cieux Tant d'êtres empruntant la voix do la nature ; Truchement de peuples divers, Je les faisais servir d'acteurs en mon ouvrage, Fabl. XI, Épil. dans TRUCHEMAN ou TRUCHEMENT
Ses regards, truchements de l'ardeur qui la touche, Adonis. dans TRUCHEMAN ou TRUCHEMENT
Aide-toi, le ciel t'aidera, Fabl. VI, 18 dans TU
Le jeune homme s'émeut, voyant peint un lion : Ah ! monstre ! cria-t-il, c'est toi qui me fais vivre Dans l'ombre et dans les fers !, Fabl. VIII, 16 dans TU
...S'il fallait condamner Tous les ingrats qui sont au monde, à qui pourrait-on pardonner ? Toi-même tu te fais ton procès...., Fabl. x, 2 dans TU
J'en goûterai désormais, attens-t'y, Cuv. dans TU
Ne vous ai-je pas dit, cervelle ignorante, que ce fils est le tu autem du sujet pourquoi on reçoit ici les femmes comme un chien dans un jeu de quilles, la Coupe enchantée, sc. 1 dans TU AUTEM
Lorsque deux animaux m'ont arrêté les yeux : L'un doux, benin et gracieux, Et l'autre turbulent et plein d'inquiétude, Fabl. VI, 5 dans TURBULENT, ENTE
Non sans écureuils et turquets, Ni, je pense, sans perroquets, Lett. à Mme de la Fontaine, 5 sept. 1663 dans TURQUET
Aux noces d'un tyran, tout le peuple en liesse Noyait son souci dans les pots, Fabl. VI, 12 dans TYRAN
Un orateur, voyant sa patrie en danger, Courut à la tribune ; et, d'un art tyrannique, Voulant forcer les coeurs dans une république, Il parla fortement sur le commun salut, Fabl. VIII, 4 dans TYRANNIQUE
Ne vous étonnez pas qu'il donne pour modèle à des ultramontains un auteur sans brillants ; Tout peuple peut avoir du goût et du bon sens, Poésies mêlées, LXX. dans ULTRAMONTAIN, AINE
La fortune a, dit-on, des temples à Surate ; Allons là ; ce fut un de dire et s'embarquer, Fabl. VII, 12 dans UN, UNE
Elle grimpa chez l'aigle, et lui dit : notre mort (Au moins de nos enfants, car c'est tout un aux mères) Ne tardera possible guères, Fabl. III, 6 dans UN, UNE
[L'oiseau] Va tout droit imprimer sa griffe Sur le nez de sa majesté. - Quoi ! sur le nez du roi ! - Du roi même en personne. - Il n'avait donc alors ni sceptre ni couronne ? - Quand il en aurait eu, ç'aurait été tout un, Fabl. XII, 12 dans UN, UNE
Vous rappelez en moi la souvenance D'un qui s'est vu mon unique souci, Orais. dans UN, UNE
Une avait pris un peintre en mariage, Rémois. dans UN, UNE
Soyons bien buvants, bien mangeants, Nous devons à la mort de trois l'un en dix ans, Fabl. VI, 19 dans UN, UNE
Un paon muait, un geai prit son plumage, Fabl. IV, 9 dans UN, UNE
Un songe, un rien, tout lui fait peur, Quand il s'agit de ce qu'il aime, ib. VIII, 11 dans UN, UNE
À demeurer chez soi l'une et l'autre s'obstine, Fabl. III, 6 dans UN, UNE
Dire d'un, puis d'un autre ; est-ce ainsi que l'on traite Les gens faits comme moi ?, Fabl. IV, 16 dans UN, UNE
En ce monde il se faut l'un l'autre secourir, Fabl. VI, 16 dans UN, UNE
Heureux de ne devoir à pas un domestique Le plaisir ou le gré des soins qu'ils se rendaient, Phil. et Bauc. dans UN, UNE
Pas un seul ne fut épargné, Fabl. II, 8 dans UN, UNE
Il se trouva que, sur tous essayée, à pas un d'eux elle [la couronne] ne convenait, ib. VI, 6 dans UN, UNE
Pas un seul petit morceau De mouche ou de vermisseau, Fabl. I, 1 dans UN, UNE
Plus d'un guéret s'engraissa Du sang de plus d'une bande, Fabl. IV, 6 dans UN, UNE
Nous en savons plus d'un, dit-il en les gobant, C'est tour de vieille guerre, Fabl. III, 18 dans UN, UNE
Toute puissance est faible, à moins que d'être unie, Fabl. IV, 18 dans UNI, IE
En mesurant les cieux sans bouger d'ici-bas, Il [Démocrite] connaît l'univers et ne se connaît pas, Fabl. VIII, 26 dans UNIVERS
Tout se trouvait en eux, hormis ce que les hommes Font marcher avant tout dans le siècle où nous sommes : Ce sont les biens, c'est l'or, mérite universel, Filles de Minée. dans UNIVERSEL, ELLE
Selon les us de l'île de Cythère, Rem. dans US
Du beau monde avait quelque usage, Contr. dans USAGE
Vous me semblez tous deux fatigués du voyage ; Reposez-vous : usez du peu que nous avons, Phil. et Bauc. dans USER
La colombe aussitôt usa de charité, Fabl. II, 12 dans USER
Ne cherchez point cette déesse [la Fortune], Elle vous cherchera : son sexe en use ainsi, Fabl. VII, 12 dans USER
Dont pour toute ustensile Pierre faisait subsister sa famille, Jum. dans USTENSILE
Nous faisons cas du beau, nous méprisons l'utile, Et le beau souvent nous détruit, Fabl. VI, 9 dans UTILE
Celle-ci [une veuve] faisait un vacarme, Un bruit et des regrets à percer tous les coeurs, Matr. d'Éph. dans VACARME
La nuit, ni son obscurité, Son silence et ses autres charmes De la reine des bois [la lionne qui avait perdu son petit] n'arrêtaient les vacarmes, Fabl. X, 13 dans VACARME
Et qui m'empêchera de mettre en notre étable, Vu le prix dont il est [le cochon vendu], une vache et son veau ?, Fabl. VII, 10 dans VACHE
Force gens font du bruit en France .... Un équipage cavalier Fait les trois quarts de leur vaillance, Fabl. V, 21 dans VAILLANCE
Je suis à vous ; disposez de mes peines ; Car vous savez que c'est tout mon vaillant, Jum. dans VAILLANT
La fortune se plaît à faire de ces coups ; Tout vainqueur insolent à sa perte travaille, Fabl. VII, 13 dans VAINQUEUR
L'on va, l'on vient, les valets font cent tours, Fabl. IV, 21 dans VALET
Et déjà les vallons Voyaient l'ombre en croissant tomber du haut des monts, Philém. et Baucis. dans VALLON
Qui d'eux aimait le mieux ; que t'en semble, lecteur ? Cette difficulté vaut bien qu'on la propose, Fabl. II, 4 dans VALOIR
Mieux vaut goujat debout qu'empereur enterré, Matrone. dans VALOIR
Deux portes sont au coeur ; chacune a sa valvule, Quinquina, I dans VALVULE
Là Mégère punit les langues indiscrètes, Surtout ceux qui, tachés du plus noir des forfaits, Se sont vantés d'un bien qu'on ne leur fit jamais, Psyché, II, p. 194 dans VANTER
Comme l'ours en un jour ne disait pas deux mots, L'homme pouvait sans bruit vaquer à son ouvrage, Fabl. VIII, 10 dans VAQUER
Il forme le dessein De s'en aller le lendemain Au lieu de l'écolier, et, sous ce personnage, Convaincre sa moitié, lui faire un vasselage Dont il fût à jamais parlé, Candaule. dans VASSELAGE
Ô belles, évitez Le fond des bois et leur vaste silence, Clochette. dans VASTE
Ne songez [vieillard] désormais qu'à vos erreurs passées, Quittez le long espoir et les vastes pensées, Fabl. XI, 8 dans VASTE
Il perdit un vaisseau, Et vit aller le commerce à vau-l'eau, Belph. dans VAU-L'EAU
Des soucis dévorants c'est [la richesse] l'éternel asile ; Véritables vautours, que le fils de Japet Représente, enchaîné sur son triste sommet, Phil. et Baucis. dans VAUTOUR
Je ne crains point la cruelle longueur D'une prison où le sort vous oublie, Ni les vautours de la mélancolie, Poés. mêlées, XLIII dans VAUTOUR
Il [un sanglier] s'y vautre sans cesse, et chérit un séjour Jusqu'alors ignoré des mortels et du jour, Adonis. dans VAUTRER
Et le grison se rue Au travers de l'herbe menue, Se vautrant, grattant et frottant, Gambadant, chantant et broutant, Fabl. VI, 8 dans VAUTRER
Et qui m'empêchera de mettre en notre étable Une vache et son veau ?, Fabl. VII, 10 dans VEAU
Tandis que ce nigaud, comme un évêque assis, Fait le veau sur son âne, et pense être bien sage, Fabl. III, 1 dans VEAU
Ces animaux, dit-il, sont germains du renard ; Jamais la guerre avec tant d'art Ne s'est faite parmi les hommes, Non pas même au siècle où nous sommes, Corps-de-garde avancé, vedettes, espions, Embuscades...., Fabl. X, I dans VEDETTE
Votre amour étant pure, encor que véhémente, Je vous suivrai partout, Filles de Minée. dans VÉHÉMENT, ENTE
Le sang, véhicule fluide Des esprits ainsi corrompus, Quinquina, I dans VÉHICULE
J'y nourrissais encor les désirs sans espoir, Les soins toujours veillants, le chagrin toujours noir, Poésies mêlées, XXXVIII dans VEILLANT, ANTE
Veut-on monter sur les célestes tours, Chemin pierreux est grande rêverie ; Escobar sait un chemin de velours, Ball. sur Escobar. dans VELOURS
Avec cet animal qui m'a semblé si doux : Il est velouté comme nous [rats], Fabl. VI, 5 dans VELOUTÉ, ÉE
Son menton nourrissait une barbe touffue ; Toute sa personne velue Représentait un ours, mais un ours mal léché, Fables, XI, 7 dans VELU, UE
Nuit et jour à tout venant Je chantais, ne vous déplaise, Fabl. I, 1 dans VENANT, ANTE
Messire Jean, c'était certain curé Qui prêchait peu, sinon sur la vendange, Jum. dans VENDANGE
Le valet.... Vendiqua son bien...., Pâté. dans VENDIQUER
Un promoteur intervient pour le siége Épiscopal, et vendique le cas, Troq. dans VENDIQUER
Deux compagnons presses d'argent à leur voisin fourreur vendirent La peau d'un ours encor vivant, Mais qu'ils tueraient bientôt, du moins à ce qu'ils dirent, Fabl. v, 20 dans VENDRE
Il [le sage] lit au front de ceux qu'un vain luxe environne, Que la fortune vend ce qu'on croit qu'elle donne, Phil. et Bauc. dans VENDRE
Le peuple aussitôt sort en armes ; Tout autre aventurier, au bruit de ces alarmes, Aurait fui ; celui-ci, loin de tourner le dos, Veut vendre au moins sa vie et mourir en héros, Fabl. X, 14 dans VENDRE
Et le cheval, qu'à l'herbe on avait mis, Assez peu curieux de semblables amis [loup, renard], Fut presque sur le point d'enfiler la venelle, Fabl. XII, 17 dans VENELLE
Les veneurs, pour ce coup, croyaient leurs chiens en faute, Fabl. v, 15 dans VENEUR
Mes chiens n'appellent point au delà des colonnes Où sont tant d'honnêtes personnes [animaux malfaisants pendus] ; Il y viendra, le drôle ! il y vint, à son dam, Fabl. XII, 23 dans VENIR
Jean s'en alla comme il était venu, Mangeant le fonds avec le revenu, Son épit. faite par lui-même. dans VENIR
Le corbeau sert pour le présage ; La corneille avertit des malheurs à venir, Fabl. II, 17 dans VENIR
Et par écrit Le sénat demanda ce qu'avait dit cet homme, Pour servir de modèle aux parleurs à venir, ib. XI, 7 dans VENIR
Ce galetas qui de rien ne nous sert Lui viendra bien, Orais. dans VENIR
Si faudra-t-il qu'elle y vienne pourtant, Magn. dans VENIR
Le pis de leur méchef Fut qu'aucun d'eux ne put venir à chef De son dessein...., Rémois. dans VENIR
Par ce moyen la seconde commère Vint au-dessus de ce qu'elle entreprit, Gageure. dans VENIR
L'ours, porté d'un même dessein, Venait de quitter sa montagne, Fabl. VIII, 10 dans VENIR
Un jour, au dévot personnage Des députés du peuple rat S'en vinrent demander quelque aumône légère, Fabl. VII, 3 dans VENIR
L'ours, très mauvais complimenteur, Lui dit : viens-t'en me voir, ib. VIII, 10 dans VENIR
Laisse-moi fuir ; cesse de rire De l'indocilité qui me fait envoler, Lorsque d'un ton si doux, on s'en vient m'appeler, ib. VIII, 21 dans VENIR
Hier au soir, sur la brume, Un chat-huant s'en vint votre fils enlever, ib. IX, 1 dans VENIR
Le vent redouble ses efforts, Et fait si bien qu'il déracine Celui de qui la tête au ciel était voisine, Et dont les pieds touchaient à l'empire des morts, Fabl. I, 22 dans VENT
L'un, sur un roc assis, Chantait aux vents ses amoureux soucis, Court. dans VENT
Il va trouver sa femme, Met la fleurette au vent, Coupe. dans VENT
Mais un jour que les vents, retenant leur haleine, Laissaient paisiblement aborder les vaisseaux, Fabl. IV, 2 dans VENT
Il fait voile, il vogue, il a bon vent, Fianc. dans VENT
L'un des deux compagnons grimpe au faîte d'un arbre ; L'autre, plus froid que n'est un marbre, Se couche sur le nez, fait le mort, tient son vent, Fabl. v, 20 dans VENT
Je vous conseille auparavant De reprendre un peu votre vent, Nic. dans VENT
Ayant eu le vent des beautés.... Qu'en sa voisine on disait être, Fianc. dans VENT
Amour est mort ; le pauvre compagnon Fut enterré sur les bords du Lignon ; Nous n'en avons ici ni vent ni voie, Rém. dans VENT
C'est promettre beaucoup, mais qu'en sort-il souvent ? Du vent, Fabl. v, 10 dans VENT
.... Contrat passé [avec Jupiter], notre homme Tranche du roi des airs, pleut, vente, et fait en somme Un climat pour lui seul...., Fabl. VI, 4 dans VENTER
Parmi les gens de lui les mieux venus, Jum. dans VENU, UE
... le jeune homme Se campe en une église où venait tous les jours La fleur et l'élite de Rome, Des Grâces, des Vénus, avec un grand concours D'Amours, C'est-à-dire, en chrétien, beaucoup d'anges femelles, Candaule. dans VÉNUS
Son esprit, sa beauté, sa taille, sa personne ne touchaient point, faute de vénus qui donnât le sel à ces choses ; Myrtis, au contraire, excellait en ce point-là.... il n'y avait si petit endroit sur elle qui n'eût sa vénus, et plutôt deux qu'une, outre celle qui animait tout le corps en général, Psyché, II, p. 163 dans VÉNUS
L'architecte s'était servi de l'ordre ionique à cause de son élégance ; de tout cela il résultait une vénus que je ne saurais vous dépeindre, ib. p. 166 dans VÉNUS
Là [dans un temple] quelques auteurs avaient envoyé des offrandes pour reconnaissance de la vénus que leur avait départie le ciel, ib. p. 167 dans VÉNUS
Fier et farouche objet toujours courant aux bois, Toujours sautant aux prés, dansant sur la verdure, Fabl. XII, 26 dans VERDURE
Il tronque son verger contre toute raison, Sans observer temps ni saison, Fabl. XII, 20 dans VERGER
Il veut avoir Un manchon de ma peau ; tant elle est bigarrée, Pleine de taches, marquetée, Et vergetée, et mouchetée, Fabl. IX, 3 dans VERGETÉ, ÉE
Qu'un ami véritable est une douce chose !, Fabl. VIII, 11 dans VÉRITABLE
Elle rougit : chose que ne font guère Celles qui sont prêtresses de Vénus ; Le vermillon leur vient d'autre manière, Courtis. amour. dans VERMILLON
Pas un seul petit morceau De mouche ou de vermisseau, Fabl. I, 1 dans VERMISSEAU
Plus le vase versait, moins il s'allait vidant, Phil. et Bauc. dans VERSER
[Les astres ont pour effet] De verser sur les corps certaines influences, Fabl. II, 13 dans VERSER
Avint un jour qu'un de ces beaux messieurs Vit un manant rusé, des plus trompeurs, Verser un champ..., Papefig. dans VERSER
Chacun forge des vers ; mais, pour la poésie, Cette Princesse est morte, aucun ne s'en soucie ; Avec un peu de rime on va vous fabriquer Cent versificateurs en un jour sans manquer, Climène, comédie. dans VERSIFICATEUR
Ils [des raisins] sont trop verts, dit-il [le renard], et bons pour des goujats, Fabl. III, II dans VERT, ERTE
Deux veuves sur son coeur eurent le plus de part : L'une encor verte, et l'autre un peu bien mûre, Fabl. I, 17 dans VERT, ERTE
Un loup, dis-je, au sortir des rigueurs de l'hiver, Aperçut un cheval qu'on avait mis au vert, Fabl. v, 8 dans VERT, ERTE
Ce mai [l'arbre] nous avertit qu'il faut songer au vert. - Vous y jouez donc. - Oui. - Gardez d'être attrapée, Je vous prends sans vert, SC. 8 dans VERT, ERTE
Et, bien qu'animal sans vertu, Il [l'âne couvert de la peau du lion] faisait trembler tout le monde, Fabl. v, 21 dans VERTU
Cette femme, aussitôt, fine, adroite, hautaine, Saura mettre à profit votre peu de vertu, Et triompher de vous, vous voyant abattu, Eunuque, I, 1 dans VERTU
Les vertus devraient être soeurs, Ainsi que les vices sont frères, Fabl. VIII, 25 dans VERTU
je vous arrête à cette rime ; Je ne la tiens pas légitime Ni d'une assez grande vertu, Fabl. II, 1 dans VERTU
Vous portez en tous lieux la joie et les plaisirs ; Allez en des climats inconnus aux zéphirs ; Les champs se vêtiront de roses, Lett. XVIII dans VÊTIR
Légère et court vêtue, elle allait à grands pas, Fabl. VII, 10 dans VÊTU, UE
Entre la veuve d'une année Et la veuve d'une journée La différence est grande.... L'une fait fuir les gens, et l'autre a mille attraits, Fabl. VI, 21 dans VEUF, VEUVE
Il se réjouissait à l'odeur de la viande Mise en menus morceaux et qu'il croyait friande, Fabl. I, 18 dans VIANDE
De son vice-gérant [l'amant de sa femme] il [un mari] apprend tous les soins, Petit chien. dans VICE-GÉRANT
Son vainqueur [un coq] sur les toits S'alla percher, et chanter sa victoire, Fabl. VII, 13 dans VICTOIRE
Qu'aperçois-je ! dit-il ; c'est quelque victuaille ! Et, si je ne me trompe à la couleur du mets, Je dois faire aujourd'hui bonne chère, ou jamais, Fabl. VIII, 9 dans VICTUAILLE
Je suis victus, je le confesse, Chose imposs. dans VICTUS
Comment percer des airs la campagne profonde ? Percer Mars, le soleil et des vides sans fin ?, Fabl. VIII, 16 dans VIDE
Petits princes, videz vos débats entre vous ; De recourir aux rois vous seriez de grands fous, Fabl. IV, 4 dans VIDER
Plus le vase versait, moins il s'allait vidant, Phil. et Bauc. dans VIDER
En ce cas-là volontiers gagerai, Reprit Guillaume, et j'y mettrais ma vie, Orais. dans VIE
Petit poisson deviendra grand, Pourvu que Dieu lui prête vie, Fabl. v, 3 dans VIE
Venez souper chez moi ; nous ferons bonne vie, Fabl. I, 14 dans VIE
La galande fit chère lie, Mangea, rongea : Dieu sait la vie, ib. III, 17 dans VIE
Dansant, chantant, menant joyeuse vie, Mari confess. dans VIE
Mais vous-même, à propos, Vous avez fait tantôt une terrible vie, Joc. dans VIE
Dieu sait la vie.... elle tance Isabeau, Cloch. dans VIE
Il [un enfant malade] dit qu'il veut seulement le faucon De Frédéric, pleure et mène une vie à faire gens de bon coeur détester, Faucon. dans VIE
Je vous en déferai, bon homme, sur ma vie, Fabl. IV, 4 dans VIE
Gardez-vous sur votre vie, D'ouvrir que l'on ne vous die, Pour enseigne et mot du guet : Foin du loup et de sa race, Fabl. IV, 15 dans VIE
C'était un vieux routier, il savait plus d'un tour, Fabl. III, 18 dans VIEIL ou VIEUX, VIEILLE
Vers le Levant, le Vieil de la montagne Se rendit craint par un moyen nouveau, Féronde. dans VIEIL ou VIEUX, VIEILLE
Vieillard, lui dit la Mort, je ne t'ai point surpris ; Tu te plains sans raison de mon impatience, Fabl. VIII, 1 dans VIEILLARD
Calendrier des vieillards, prétextes tirés du repos des fêtes par un vieux mari à l'égard de sa jeune femme, Calendr. dans VIEILLARD
La jeunesse se flatte, et croit tout obtenir ; La vieillesse est impitoyable, Fabl. XII, 5 dans VIEILLESSE
D'un loup écorché vif appliquez-vous la peau Toute chaude et toute fumante, Fabl. VIII, 3 dans VIF, VIVE
Jusques au vif il voulut la blesser, Court. dans VIF, VIVE
Partant, madame, en un mot comme en mille, Votre beauté jusqu'au vif m'a touché, Magn. dans VIF, VIVE
...Ce couple si charmant, Toujours d'accord, de plus en plus s'aimant... Se promettait la vigne de l'abbé, Aveux indiscrets. dans VIGNE
Perrette, sur sa tête ayant un pot au lait Bien posé sur un coussinet, Prétendait arriver sans encombre à la ville, Fabl. VII, 10 dans VILLE
Messieurs de ville eurent en vérité bonne part de l'honneur en cette illustre fête, Lettres, I, à Fouquet. dans VILLE
Ils eurent bonne année, Pleine moisson, pleine vinée, Fabl. VI, 4 dans VINÉE
Enfin, quoique ignorante à vingt et trois carats, Elle passait pour un oracle, Fabl. VII, 15 dans VINGT
Si je suis dieu, vous cesserez de m'aimer, ou du moins vous ne m'aimerez plus avec tant d'ardeur ; car il s'en faut bien qu'on aime les dieux aussi violemment que les hommes, Psyché, I, p. 54 dans VIOLEMMENT
Que n'ose et que ne peut l'amitié violente !, Fabl. XII, 15 dans VIOLENT, ENTE
Elle s'emploie quelquefois pour remplacer le verbe qui est sous-entendu dans le second membre de la phrase : On a toujours raison ; le destin, toujours tort, Fabl. VII, 14 dans VIRGULE
Le compagnon ne visait à l'argent, Mazet. dans VISER
Comme ils sont logés vison-visu, ils se tarabustent toujours sur le chapitre de leurs femmes, Coupe ench. sc. 6 dans VISON VISU
Tu [lièvre] te vantais d'être si vite ; Qu'as-tu fait de tes pieds ?, Fabl. v, 17 dans VITE
Un mort s'en allait tristement S'emparer de son dernier gîte ; Un curé s'en allait gaiement Enterrer ce mort au plus vite, Fabl. VII, 11 dans VITE
Tant de brigands infectent la province, Que l'on ne sait à quoi songe le prince De les souffrir ; mais quoi ! les mal vivants Seront toujours...., Orais. dans VIVANT, ANTE
Au décès d'un lion, En son vivant prince de la contrée, Fabl. VI, 6 dans VIVANT, ANTE
Viviers et réservoirs lui payaient pension [à un cormoran], Fabl. x, 4 dans VIVIER
Mécénas fut un galant homme ; Il a dit quelque part : qu'on me rende impotent, Cul-de-jatte, goutteux, manchot, pourvu qu'en somme Je vive, c'est assez, je suis plus que content, Fabl. I, 15 dans VIVRE
L'homme, sourd à ma voix comme à celle du sage, Ne dira-t-il jamais : c'est assez, jouissons ? Hâte-toi, mon ami, tu n'as pas tant à vivre, ib. VIII, 27 dans VIVRE
Contre de telles gens [les stoïciens, qui ôtent les passions], quant à moi, je réclame : Ils ôtent à nos coeurs le principal ressort ; Ils font cesser de vivre avant que l'on soit mort, Fabl. XII, 20 dans VIVRE
On ne vit ni d'air ni d'amour, Fianc. dans VIVRE
Il vivait de régime et mangeait à ses heures, Fabl. VII, 4 dans VIVRE
Apprenez que tout flatteur Vit aux dépens de celui qui l'écoute, Fabl. I, 2 dans VIVRE
Je sais que la vengeance Est un morceau de roi ; car vous vivez en dieux, Fabl. X, 12 dans VIVRE
Chacun d'eux résolut de vivre en gentilhomme, Sans rien faire, Fabl. III, 2 dans VIVRE
Le sage dit selon les gens : Vive le roi ! Vive la ligue !, Fabl. II, 5 dans VIVRE
Vive le vin ! Vivent les sots pour donner de l'esprit !, Comm. l'espr. dans VIVRE
Ô douce volupté, sans qui dès notre enfance Le vivre et le mourir nous deviendraient égaux, Psyché, II, p. 215 dans VIVRE
Il fit tant, de pieds et de dents, Qu'en peu de jours il eut au fond de l'ermitage Le vivre et le couvert : que faut-il davantage ?, Fabl. VII, 3 dans VIVRE
Sire Jupin, dit-il, prends mon voeu ; le voilà, Fabl. IX, 13 dans VOEU
Par des voeux importuns nous fatiguons les dieux, Souvent pour des sujets même indignes des hommes, Fabl. VIII, 5 dans VOEU
C'est souvent du hasard que naît l'opinion, Et c'est l'opinion qui fait toujours la vogue, Fabl. VII, 15 dans VOGUE
Lorsque sur cette mer [de la fortune] on vogue à pleines voiles, Qu'on croit avoir pour soi le vent et les étoiles, Il est bien malaisé de régler ses désirs, Élég. pour Fouquet. dans VOGUER
Nous voici bien ! Quelle chose, quelle sottise nous dit-on là ! Vraiment, nous voici bien ! lorsque je suis à jeun, Tu me viens parler de musique !, Fabl. IX, 18 dans VOICI
Mais voici bien une autre fête, ib. III, 28 dans VOICI
M'y voici donc ? - Point du tout...., Fabl. I, 3 dans VOICI
Comme te voilà fait ! je t'ai vu si joli ! Ah ! vraiment, nous y voici, Reprit l'ours à sa manière ; Comme me voilà fait ! comme doit être un ours, Fabl. XII, 1 dans VOICI
Leur bagage étant prêt.... Nos galants se mettent en voie, Joc. dans VOIE
L'ambitieux, ou, si l'on veut, l'avare, S'en va par voie et par chemin, Fabl VII, 12 dans VOIE
[Le cerf] a mis ses efforts à confondre et brouiller la voie, Fabl. x, 1 dans VOIE
Laisse là tes moutons, viens conduire des hommes ; Je te fais juge souverain : Voilà notre berger la balance à la main, Fabl. x, 10 dans VOILÀ
Le voyageur s'éloigne : et voilà qu'un nuage L'oblige de chercher retraite en quelque lieu, Fabl. IX, 2 dans VOILÀ
Et puis voilà de ma dévotion ; Voilà mes saints, Diable. dans VOILÀ
Mais enfin je l'ai vu, vu de mes yeux, vous dis-je, Fabl. IX, 1 dans VOIR
Je vois de loin, j'atteins de même, Fabl. IV, 19 dans VOIR
Un astrologue un jour se laissa choir Au fond d'un puits ; on lui dit : pauvre bête, Tandis qu'à peine à tes pieds tu peux voir, Penses-tu lire au-dessus de ta tête ?, ib. II, 13 dans VOIR
Ni le désir de voir, ni celui d'être vue Ne me font visiter une cour inconnue, Psyché, II, p. 196 dans VOIR
De telles gens il est beaucoup Qui prendraient Vaugirard pour Rome, Et qui, caquetant au plus dru, Parlent de tout et n'ont rien vu, Fabl. IV, 7 dans VOIR
Quiconque ne voit guère, N'a guère à dire aussi, Fabl. IX, 2 dans VOIR
Quiconque a beaucoup vu Peut avoir beaucoup retenu, ib. I, 8 dans VOIR
On se voit d'un autre oeil qu'on ne voit son prochain, Fabl. I, 7 dans VOIR
Chapitres, non de rats, mais chapitres de moines, Voire chapitres de chanoines, Fabl. II, 2 dans VOIRE
Résolue de demeurer veuve, voire de mourir plutôt que de tenter un second hasard, Psyché, II, p. 128 dans VOIRE
Qui nous a fait recevoir parmi nous Cette voirie ?, Psaut. dans VOIRIE
Le vent redouble ses efforts, Et fait si bien qu'il déracine Celui de qui la tête au ciel était voisine, Fabl. I, 22 dans VOISIN, INE
Le phaéton d'une voiture à foin Vit son char embourbé, Fabl. VI, 18 dans VOITURE
Du baudet, en cette aventure, On lui fit [au cheval] porter la voiture, Et la peau par-dessus encor, Fabl. VI, 16 dans VOITURE
Nous vous voiturerons par l'air en Amérique, Fabl. x, 3 dans VOITURER
Une traîtresse voix bien souvent nous appelle, Fabl. VIII, 21 dans VOIX
À ces mots le corbeau ne se sent pas de joie ; Et, pour montrer sa belle voix, Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie, Fabl. I, 2 dans VOIX
.... Quand aux bois Le bruit des cors, celui des voix N'a donné nul relâche à la tremblante proie, Fabl. x, 1 dans VOIX
...Ceux qui cherchent vainement Cette fille du Sort [la Fortune] de royaume en royaume, Fidèles courtisans d'un volage fantôme, Fabl. VII, 12 dans VOLAGE
Dans une ménagerie De volatiles remplie, Fabl. III, 12 dans VOLATILE
La volatile échappe à sa tremblante main ; Entre les pieds des dieux elle cherche un asile, Phil. et Bauc. dans VOLATILE
Mais un fripon d'enfant (cet âge est sans pitié) Prit sa fronde, et d'un coup tua plus d'à moitié La volatile malheureuse, Fabl. IX, 2 dans VOLATILE
Nous croyons après Pythagore, Qu'avec les animaux de forme nous changeons, Tantôt milans, tantôt pigeons, Tantôt humains, puis volatilles, Ayant dans les airs leurs familles, Fabl. XII, 12 dans VOLATILLE
Je suis chose légère et vole à tout sujet ; Je vais de fleur en fleur et d'objet en objet, Poésies mêlées, LXIX. dans VOLER
Mal prend aux volereaux de faire les voleurs, Fabl. II, 16 dans VOLEREAU
Et les petits, en même temps, Voletants, se culebutants, Délogèrent tous sans trompette, Fabl. IV, 22 dans VOLETER
La volonté nous détermine, Non l'objet ni l'instinct ; je parle, je chemine, Je sens en moi certain agent ; Tout obéit dans ma machine à ce principe intelligent, Fabl. X, 1 dans VOLONTÉ
Volontiers on fait cas d'une terre étrangère ; Volontiers gens boiteux haïssent le logis, Fabl. X, 3 dans VOLONTIERS
Ô douce volupté, sans qui dès notre enfance Le vivre et le mourir nous deviendraient égaux ; Aimant universel de tous les animaux, Que tu sais attirer avecque violence ! Par toi tout se meut ici-bas, Psyché, II, p. 215 dans VOLUPTÉ
Volupté, volupté qui fut jadis maîtresse Du plus bel esprit de la Grèce [Épicure], Psyché, II, p. 216 dans VOLUPTÉ
Messire Damon, je suis vôtre ; Commandez-moi tout, hors ce point, Coupe. dans VÔTRE (LE) ou VÔTRE (LA)
La Parque à filets d'or n'ourdira pas ma vie, Je ne dormirai point sous de riches lambris ; Mais voit-on que le somme en perde de son prix ?... Je lui voue au désert de nouveaux sacrifices, Fabl. XI, 4 dans VOUER
Stérilité régnait en mariage.... Encor bien que léans On se vouât pour obtenir enfants, Féronde. dans VOUER
[Louis XIV] Voulant la paix, quoiqu'il fasse la guerre Avec succès, depuis plus de trente ans, Poés. mêlées, LXXII dans VOULOIR
Quand l'ennemi se présentant, Comme il en voulait à l'argent, Sur le mulet du fisc une troupe se jette, Fabl. I, 4 dans VOULOIR
Ce doucet est un chat, Qui, sous son minois hypocrite, Contre toute ta parenté D'un malin vouloir est porté, Fabl. VI, 5 dans VOULOIR
De vos malins vouloirs voilà la digne issue, Florentin, sc. 14 dans VOULOIR
Plein d'un juste courroux, Il vous prend sa cognée, il vous tranche la bête, Fabl. VI, 13 dans VOUS
Le rustre, en paix chez soi, Vous fait argent de tout, convertit en monnaie Ses chapons, sa poulaille,...., ib. XI, 3 dans VOUS
Vous me semblez tous deux fatigués du voyage, Phil. et Bauc. dans VOYAGE
Le mari fait seul le voyage, Fabl. VI, 21 dans VOYAGE
Il lui prit aussi envie [à Ésope] de voyager et d'aller par le monde, s'entretenant de diverses choses avec ceux que l'on appelait philosophes, Vie d'Ésope. dans VOYAGER
Certes, dit-il, mon père était un pauvre sire ; Il n'osait voyager, craintif au dernier point, Fabl. VIII, 9 dans VOYAGER
Amants, heureux amants, voulez-vous voyager, Que ce soit aux rives prochaines, ib. IX, 2 dans VOYAGER
La vraie épreuve de courage N'est que dans le danger que l'on touche du doigt, Fabl. VI, 2 dans VRAI, AIE
Mon âme en toute occasion Développe le vrai caché sous l'apparence, Fabl. VII, 18 dans VRAI, AIE
Il n'appartient qu'aux ouvrages vraiment solides et d'une souveraine beauté, d'être bien reçus de tous les esprits et dans tous les siècles, Contes, Préface dans VRAIMENT
Miracle ! criait-on ; venez voir dans les rues Passer la reine des tortues. - La reine ? vraiment oui, je la suis en effet, Fabl. x, 3 dans VRAIMENT
Et qui m'empêchera de mettre en notre étable, Vu le prix dont il [porc] est, une vache et son veau ?, Fabl. VII, 10 dans VU, UE
Les services d'Hispal en ce même moment Lui reviennent devant la vue, Fianc. dans VUE
La troupe des chasseurs, au héros accourue, Par des cris redoublés lui fait ouvrir la vue, Adonis. dans VUE
Dedans l'esprit il me vint aussitôt, De l'étrangler, de lui manger la vue, Coc. dans VUE
Grâces à Dieu, je crois avoir de quoi Donner encore à quelqu'un dans la vue, Gag. dans VUE
Mais si du dieu nommé Vulcan Vous suivez la bannière...., Coupe. dans VULCAIN
Que j'ai toujours haï les pensers du vulgaire ! Qu'il me semble profane, injuste, téméraire !, Fabl. VIII, 26 dans VULGAIRE
Elle.... [la grenouille] se travaille Pour égaler l'animal [le boeuf] en grosseur, Disant : regardez bien, ma soeur : Est-ce assez, dites-moi? n'y suis-je point encore? , -N, enni. - M'y voici donc? - Point du tout. - M'y voilà, Fabl. I, 3 dans Y
Elle [Psyché] se sentit enlever en l'air ; d'abord elle se tint pour perdue.... c'était le Zéphire qui incontinent la tira de peine et lui dit l'ordre qu'il avait de l'enlever de la sorte, Psyché, I, p. 35 dans ZÉPHIRE ou ZÉPHYR
Tout vous est aquilon [à vous roseau] ; tout me semble zéphyr [à moi chêne], Fabl. I, 22 dans ZÉPHIRE ou ZÉPHYR
.... dans la saison Que les tièdes zéphyrs ont l'herbe rajeunie, ib. v, 8 dans ZÉPHIRE ou ZÉPHYR