JEAN D'AUTON

Citations

Le bourreau lui banda les yeulx ; puis, de luy-mesmes, se meist à genouils, et estendit le col sur le chappus, Annales de Louis XII, p. 230, dans LACURNE dans CHAPUT
Trop chauffer cuit, trop parler nuit, Annales de Louis XII, ms. f° 119, dans LACURNE dans CHAUFFER
Le troisieme jour du mois de fevrier, un chevaucheur d'escurie [sorte de courrier du roi] fut deposé de son office, et sur un echafault par un des autres chevaucheurs luy feut arraché l'esmail royal, et luy banny du royaume de France, pour avoir falsifié les lectres du roy, Annales de Louis XII, p. 147, dans LACURNE dans CHEVAUCHEUR
Les Genevois [Génois] commencerent à sonner leur assault de trompetes et gros tabourins, à grand bruit de cris et tumulte de peuple et avec grand nombre d'eschelles, pavois, manteaulx, chevretes et autres choses necessaires pour donner assaults, Annales de Louis XII, p. 121, dans LACURNE dans CHEVRETTE
On a dit cithariser pour jouer de la guitare : Vous, Orpheus, tant bien citharizant, Annales de Louis XII, ms. f° 131, dans LACURNE dans CITHARE
Se retirerent tous comme connins [lapins] au clappyer, Annales de Louis XII, ms. f° 90, dans LACURNE dans CLAPIER
Le très glorieulx clavier [porteclefs] de paradys, sainct Pierre l'apostre de Jesucrist, Annales de Louis XII, ms. f° 56, dans LACURNE dans CLAVIER
Un college de religieux de l'observance de St Dominique, Annales de Louis XII, p. 107. dans LACURNE dans COLLÉGE
Le quel [un joueur de tambourin], apres que il eut soufflé en la fluste, se meit en corner en gobelet [boire], et nettoyer la vaisselle [manger], Annales de Louis XII, p. 222, dans LACURNE dans CORNER
Chargez, compaignons, chargez vos ennemys, et commencez le hust ; car le premier coup vault deux, Ann. de Louis XII, ms. f° 74, dans LACURNE dans COUP
J'ayme mieulx mourir l'espée au poing à la deffense de la muraille pour le service du roy, que languir en mon list le couvrechief en la teste, pour naturelle mort attendre, Ann. de Louis XII, ms. f° 27, dans LACURNE dans COUVRE-CHEF
La lance lui feit voler du poing, et meit son cheval du cul, lequel fut puissant et se releva, Annales de Louis XII, p. 147, dans LACURNE dans CUL ou CU
Voyant tant de drap d'or [tant de seigneurs] monter, Annales de Louis XII, p. 149, dans LACURNE dans DRAP
Lessez les fleurs, o deesses napées, Et appellez les fontalles nayades, Et aux forests de verdure drapées Allez querir satires et dryades, Annales de Louis XII, ms. f° 131, dans LACURNE dans DRAPER
Ainsi, à divers tours de vieille guerre, les endommageoit, et conduisoit tellement ses entreprises que sur ses ennemis avoit tousjours eschec à l'advantage, Annales de Louis XII, p. 134, dans LACURNE dans ÉCHEC
S'arresterent au pied des degrez de l'eschelle [escalier] par où l'on monte en la salle du chasteau, Annales de Louis XII, p. 314, dans LACURNE dans ÉCHELLE
Elles furent appelées climacides, comme qui diroit eschelieres, pour autant qu'elles se courboient à quatre pieds et faisoient eschelles de leur dos aux femmes des princes et des roys, Com. disc. le flatt. 7 dans ÉCHELLE
Jà la nuyt estoit si obscure qu'on ne voyoit combattre que à l'esclair du feu de l'artillerie, qui tiroit si très menu que tonnerre n'eust là esté ouy, Annales de Louis XII, ms. dans LACURNE dans ÉCLAIR
Le seigneur de Monique, qui estoit en la meslée, enhardioit ses gens, en donnant à tour de bras, Annales de Louis XII, 1506-1507, dans LACURNE dans ENHARDIR
Estoient logez à l'enseigne de l'estoile [en plein air], Annales de Louis XII, dans LACURNE dans ÉTOILE
Au branle du navire et au flot des vagues de la mer, l'eaue entroit dedans par la passée, tout à flac, Ann. de Louis XII, p. 352, dans LACURNE dans FLAC
Iceulx canons furent là assis et foncez par dessus [garnis d'un plancher], en maniere que toute l'autre artillerye et les gens de pied y passerent tous seurement, Annales de Louis XII, ms. f° 60, dans LACURNE dans FONCER
Manda au comte de Dunoys par ung gentilhomme des siens, que si le temps n'estoit forcené, que de sa part il garderoit bien le passage contre tous les Espaignols, Annales de Louis XII, ms. f° 43, dans LACURNE dans FORCENÉ, ÉE
À combles barques et pleines gabarres luy feurent en barbe gens armez, Ann. de Louis XII, p. 26, dans LACURNE dans GABARE
[La cathédrale de Gênes] où fut par les chanoines de là après la messe monstré le riche vaisseau smaragdin, c'est à sçavoir le precieux plat au quel nostre seigneur Jésus-Christ mangea avec ses apostres le jour de la cene ; et est celuy plat qu'on appelle le saint graal, le quel, selon dire commun de Gennes, fut là apporté par les Genevois l'an mille cent un, et fut pris en la sainte cité de Hierusalem en la maniere que vous orrez, Ann. de Louis XII, p. 112, dans LACURNE dans GRAAL (SAINT)
Approcherent la dite galere des François et tant qu'ils aborderent et commencerent à eulx gripper aux cordes et monter pour cuider entrer dedans, Annales de Louis XII, mss. f° 27, dans LACURNE dans GRIPPER
Un grand portail faict et entaillé à menue imagerie de marbre blanc et bis, Annales de Louis XII, p. 116, dans LACURNE dans IMAGERIE
France, France fut là dedans à voix commune mise en cry, et les portes de la ville, malgré les Espaignols, ouvertes aux François, et à grand tumulte toute la commune insultée [révoltée] contreles Espaignols, Annales de Louis XII, p. 56, dans LACURNE dans INSULTER
La conclusion feut d'envoier devers le roy, pour l'advertir de l'insurrection du peuple, qui avoit ainsi tué et chassé les nobles de la ville de Gennes, Annales de Louis XII, p. 53, dans LACURNE dans INSURRECTION
Le bastion que le seigneur de Milho, avec quelques autres capitaines de gens de pied et trois mille laquais françois, eut en garde, Annales de Louis XII, p. 160, dans LACURNE dans LAQUAIS
La quelle chasse est close et fermée soubz le loquet de douze clefs gardées par douze des plus suffisans citoyens de Gennes, Ann. de Louis XII, p. 119, dans LACURNE dans LOQUET
Le roy preint la royne d'Arragon à la haulte main [par la main droite], et dit à Gonsales : prenez la royne à l'austre costé, Annales de Louis XII, p. 313, dans LACURNE dans MAIN
Ceulx de la ville ne s'esmeurent de tant que ils feissent saillie, escarmouche, ou meute de guerre sur les François, mais se tiendrent là tous cois, Ann. de Louis XII, p. 28, dans LACURNE dans MEUTE
Tant furent les murailles rompues et atterrées, que par les capitaines et maistres canoniers français fut dit que passée suffisante y avoit pour donner un assault, Annales de Louis XII, p. 43, dans LACURNE dans PASSÉE
Avec batteaux attachez l'un à l'autre, bien foncez et ancrez au fonds de l'eaue, fait le comte de Ligny ponter [jeter un pont sur] icelle riviere, qui moult estoit large et profonde, Annales de Louis XII, p. 43, dans LACURNE dans PONTER
Au siege envoyerent des vins poussés tant aigres et reboullis que nul n'en pouvoit boire, Annales de Louis XII, p. 142, dans LACURNE dans REBOUILLIR
Les Genevois [Génois] s'efforçoient à relais [en se relayant] de gaigner la place, Annales de Louis XII, p. 78, dans LACURNE dans RELAIS
Pour obvier à ce [la révolte des Génois], le roy leur avoit laissé dedans leur ville si forte main armée, qu'ils n'eussent osé toussir, Ann. de Louis XII, p. 247, dans LACURNE dans TOUSSER
Le chasteau ne se voulut de premiere venue rendre, ains attendit à mettre le siege et asseoir l'artillerie ; et, voyans que c'estoit à tout [tout de bon], parlementerent et se rendirent, Ann. de Louis XII, p. 179. dans LACURNE dans TOUT, TOUTE
Lesquels, après bien drinquer, s'entreprirent de paroles par les chemins, Ann. de Louis XII, 1506 et 1507 dans TRINQUER