J. DE CONDET

Citations

De pierdre et de gaaingnier ierent [ils étaient] Coustumier, pour çou peu plorerent ; Car si fais est li mestiers d'armes, p. 76 dans COUTUMIER, IÈRE
Moult est la science mauvaise, Qui n'est moustrée [montrée] ne desploiie, p. 101 dans DÉPLOYER
.... Et si t'enfourme [conduis-toi de telle manière], K'orguel de ton cuer desrachinnes, p. 158 dans DÉRACINER
Li lions en a teil despit Qu'il li ceurt [court] sus sans nul respit, Et si l'estranle et le deveure, p. 10 dans DÉVORER
Car par ses grans outraiges [dépenses excessives] il giete Lui et sa femme en grant disette, p. 132 dans DISETTE
A son douch regard et al vis [visage], p. 107 dans DOUX, DOUCE
Tels cols [coups] es hiaumes se donnerent, Les lances volent par esclas, p. 32 dans ÉCLAT
Car il [un roi] estoit de si grant iestre [être], Et si redoutés et si fors, Et si grans estoit ses esforz [son armée], p. 149 dans EFFORT
Une demoisielle.... Qui plus iert [était] qu'esmerillons cointe, p. 38 dans ÉMERILLON
Puis c'orgieux [orgueil] ou [au] cuer s'enracinne, p. 107 dans ENRACINER
Par la mort qui tout met à fin, Et qui nos cars [chairs] mort et endame, p. 104 dans ENTAMER
Et elles se sont espautrées Au rire...., p. 173 dans ÉPAUFRURE
[Le sang] Mout petit apriès estanca, v. 364 dans ÉTANCHER
Vous serés mout boins amparliers [avocat], Pour parole monstrer en court ; Vos mot sont ataignant et court ; Et se vous un fieltre [chapeau] euïssiez, Mout bien siermonner seuïssiez Ensement que cil questeur font, p. 110 dans FEUTRE
Et laidement en iert [était] repris Partout ù cius [ce] fais iert repris [redit] ; Cascuns pour ce fait moult gloza, p. 14 dans GLOSER
Car uns proverbes nous raconte, Que tels cuide vengier son honte, Qui l'acroist, et ensi avient, p. 35 dans HONTE
On ne doit mies trop reprendre Aucun fol, s'on li voit emprendre Par ynnorance aucunne cose, p. 169 dans IGNORANCE
Car il estoit jouere as dés, p. 131 dans JOUEUR, EUSE
C'est très grascieuse labeurs, p. 173 dans LABEUR
En moi n'a pas tant de levain Qui mon cuer faice [fasse] si lever, K'à tel sens le puisse eslever, p. 102 dans LEVAIN
Quant vint au magnificat dire, En cantant oÿ ce vier [verset] lire : Deposuit potentes de sede...., p. 149 dans MAGNIFICAT
Jehans de Condet, qui estoit De son maisnage [d'un comte] et qui viestoit Des robes de ses esquiiers, p. 93 dans MENAGE
Courtois et larges de donner.... Tout son meule [il] aleuwe [alloue, donne] et despent, p. 117 dans MEUBLE
Je n'en ai mies à plenté [abondance], Biax ostes, fait-il, Dieu mierci, p. 79 dans MIE
En negligence son temps use Cieus [celui] qui son sens ne fait apiert [manifeste], p. 101 dans NÉGLIGENCE
De toute boinne gent s'acointe, Si iert [sera] deboinnaires et frans, Et dous et humles et offrans, p. 103 dans OFFRIR
Car à ce fait ici doivent prince et baron Avoir certain conseil et bonne avision : Car autant lor en pent au nez ou au menton Guesclin. 10565. Que savez-vous que il vous pent, Bielle dame, devant vos ieuls [il s'agit du haut de chausse que l'abbesse avait mis par mégarde sur sa tête en place de couvre-chef] ?, p. 174 dans PENDRE
Vous serés mout boins amparliers [avocat].... Car mout savés parler parfont Ensement que cil quester [avocats] font, p. 110 dans QUESTEUR
Rices bourgois emparentés Qui em boinne ville ies rentés, Soies preudons de bonne vie, p. 182 dans RENTER
La dame moult senée et sage De malades sot [sur] tout l'usage ; De lui garder fu en grant songne, p. 87 dans SOIN
Compaigne, c'est nos visiteres [notre visiteur, le visiteur du couvent], p. 175 dans VISITEUR, EUSE
Mais, sachiés, de cheste okoison Le blamoit moult tous ses vinages, t. II, p. 2 dans VOISINAGE