J. BRUYANT

Citations

Ainsy ces quatre m'atraperent, Et me batirent et fraperent, Ménagier, t. II, p. 5 dans ATTRAPER
Ains suis si blaffard et si fade, Qu'il semble qu'aie esté malade, dans Ménagier, t. II, p. 6 dans BLAFARD, ARDE
Les yeulx chacieux, pleins d'ordure, dans Ménagier, t. II, p. 6 dans CHASSIEUX, EUSE
À tout [avec] leur congregation, Dont je ne fais pas mention, dans Ménagier, t. II, p. 10 dans CONGRÉGATION
Iceste copulation Faicte sans generation Et sans droicte necessité, dans Ménagier, t. II, p. 16 dans COPULATION
Soies courtois et debonnaire, Comme uns homs estrait de bonne aire, dans Ménagier, t. II, p. 11 dans DÉBONNAIRE
Qui s'enyvre, il se desnourrist, Car tout le foie se pourrist, dans Ménagier, t. II, p. 14 dans ENIVRER
Gourmandie l'une [troupe] conduit ; Avec lui [elle] sont en son conduit Yvresse, oultrage, lecherie, dans Ménagier, t. II, p. 13 dans GOURMANDISE
Une femme.... Have estoit et eschevellée, Desesperance ert [était] appellée, dans Ménagier, t. II, p. 7 dans HÂVE
Tu languiroies en tel peine, Que tu n'auroies cuer ne vaine Qui voulsist entendre à rien faire, dans Ménagier, t. II, p. 14 dans LANGUIR
Par le col me print sans mot dire, De fort estraindre se pena, Là lourdement [laidement] me demena, dans Ménagier, t. II, p. 5 dans LOURDEMENT
Cellui qui la porte gardoit, Qui moult fellement regardoit, Moult lourdement me print à dire : Qu'est-ce, que voulez-vous, beau sire ? Voulezvous entrer sans congié ?, ib. t. Il, p. 35 dans LOURDEMENT
Car qui de soussi a la paine, En lui a santé maladive, dans Ménagier, t. II, p. 6 dans MALADIF, IVE
Un grand villain, plus noirs que meure [mûre], Qui avoit à non desconfort, à manier me print moult fort, Et me fist ma peine doubler, dans Ménagier, t. II, p. 6 dans MANIER
Cil chemin a nom diligence ; Pavés est de perseverance, dans Ménagier, t. II, p. 17 dans PAVER
Regart si est trop perçant chose, Toute plaisance y est enclose, dans Ménagier, t. II, p. 14 dans PERÇANT, ANTE
Il ne me chault qu'il en aviengne ; Qui ne pourra ploier, si brise, dans Ménagier, t. II, p. 7 dans PLIER
À tels ezcusans respondrayje Briefment, sans prolongation, dans Ménagier, t. II, p. 15 dans PROLONGATION
Et si ne dois nul temps ruer De ta bouche male parole, dans Ménagier, t. II, p. 16 dans RUER
Com fait le sain [graisse] en la paelle, Qui par force de feu sautelle, dans Ménagier, t. II, p. 6 dans SAUTILLER
Et prent avec toi abstinence Et sobrieté sa compaigne, dans Ménagier, t. II, p. 13 dans SOBRIÉTÉ
Moult estoit de laide figure, Soussy fu par nom appellés, dans Ménagier, t. II, p. 6 dans SOUCI
Mielx vault estre en tort cras et aise, Qu'en droit chetif et à malaise, dans Ménagier, t. II, p. 217 dans TORT