H. FLICHE

Citations

Nom provincial de l'érable champêtre, Man. de botan. forest. p. 250, Nancy, 1873 dans AZERAILLE
Il [le chaudron, maladie du sapin] résulte d'un arrêt de séve qui se manifeste à l'origine par un rameau déformé qu'on appelle, dans les Vosges, balai de sorcier, Man. de Botan. forest. p. 281, Nancy, 1873 dans BALAI
On appelle résine molle la partie fluide réunie dans les augets ; galipot, la portion solidifiée le long des quarres et pure des débris d'écorce ; barras, le galipot impur obtenu en raclant les quarres, Manuel de botan. forest. p. 308, Nancy, 1873 dans BARRAS
Sorbier domestique.... fruit en forme de poire, de trois centimètres environ de longueur, d'abord vert ou rougeâtre, puis brun, pulpeux, acidulé, vineux à l'état de blossissement, Man. de botan. forest. p. 271, Nancy, 1873 dans BLOSSISSEMENT
On ne résine pas le pin sylvestre, mais les délinquants extraient quelquefois, de la tige d'arbres encore sur pied, du bois exceptionnellement imprégné de résine, connu sous le nom de bois gras et servant à allumer le feu, Man. de botan. forest. p. 298, Nancy, 1873 dans BOIS
Maladie du sapin qui consiste en un renflement de la tige, très souvent en partie dépouillée de son écorce, siége d'un écoulement séveux, Manuel de bot. forest. p. 280, Nancy, 1873 dans CHAUDRON
Chêne occidental, connu sous le nom de corsier... fournit du liége complétement semblable à celui du chêne liége, Manuel de bot. forestière, p. 200, Nancy, 1873 dans CORCIER
Cette dérivation est prouvée par le passage suivant : L'enlèvement de ce premier liége qu'on appelle dans la pratique le liége mâle, d'où le nom de démasclage donné à l'opération elle-même, est nécessaire pour obtenir des produits utiles, Manuel de botan. forest. Nancy, 1873, p. 198 dans DÉMASCLAGE
Le kilo [de graines d'épicéa] en renferme 160 000 fraîches et désailées, Man. de bot. forestière, p. 296, Nancy, 1873 dans DÉSAILER
Orme diffus.... grand arbre à écorce d'abord lisse, puis écailleuse, caduque, d'un brun jaunâtre, enfin gerçurée, Man. de bot. forest. p. 245, Nancy, 1873 dans GERÇURÉ, ÉE
On ouvre dans l'écorce [du pin maritime] une première entaille ou quarre de 10 centimètres de large, Manuel de bot. forestière, p. 307, Nancy, 1873 dans QUARRE
Les trous creusés en terre à la base des surlés, Man. de bot. forest. p. 304, Nancy, 1873 dans SURLÉ
On lui préfère [à l'alisier blanc] son congénère, l'alisier torminal, à cause de ses dimensions plus fortes, Man. de botan. forestière, p. 267, Nancy, 1873 dans TORMINAL, ALE