FAVART

Citations

Un air vif, étourdi, décidé, Soliman II, II, 11 dans DÉCIDÉ, ÉE
Moi, te voyant en peine, je défais ton lacet, Annette et Lubin, sc. VII dans DÉFAIRE
Alain, le sot Alain a dégourdi Nicette, Cherch. d'esprit, sc. 21 dans DÉGOURDIR
Oh ! que ne viennent-ils, comme nous, deux à deux Habiter ici des cabanes !, Annette et Lubin, sc. 3 dans DEUX
Tu ne feras plus le dragon, belle brunette, Cherch. d'esprit, sc. 12 dans DRAGON
....Depuis plus d'un jour Je l'étudie et je l'examine ; C'est bien la plus drôle de mine !, Soliman, II, I, 1 dans DRÔLE
Un vrai monstre amphibie, un triste épouvantail, Soliman II, I, 10 dans ÉPOUVANTAIL
Mais, mais, je vous trouve excellent ! Et de vos volontés voilà donc le ministre ?, Soliman II, I, 10 dans EXCELLENT, ENTE
Placez-vous ; comment donc ? elle a de la figure, Soliman II, I, 6 dans FIGURE
Il faut égayer le repas ; Point de flegme espagnol ; vive l'étourderie, Soliman II, II, 13 dans FLEGME
De son teint la fleur naïve, Toujours fraîche, toujours vive, Confond les efforts de l'art, Ninette, I, 2 dans FLEUR
Quand j'ai bien folâtré, je me livre au repos, Ninette, I, 4 dans FOLÂTRER
Tout à la bonne franquette se partagera, Cherch. d'esprit, sc. 3 dans FRANQUETTE
Hom ! si vous le payez pour vous faire haïr, Il ne vous vole pas ses gages, Soliman II, I, 10 dans GAGE
Ne nous gâtez point Soliman, Soliman, II, II, 14 dans GÂTER
Il dit.... que nous serons la cause Que dans ce pays-ci les vignes gèleront, Annette et Lubin, sc. 7 dans GELER
Faut-il grasseyer ? quelquefois cela ne sied pas mal, Ninette, II, 3 dans GRASSEYER
Où la gaîté n'est que grimace, Où le plaisir n'est que du bruit, Ninette, II, 8 dans GRIMACE
Je vais faire le guet ; Qu'il est doux de garder ce qu'on aime !, Cherch. d'esprit, 16 dans GUET
L'amitié dort, la haine veille, Soliman II, II, 3 dans HAINE
Ne sois donc pas si honteuse, Annette, redresse-toi, Annette et Lubin, sc. 10 dans HONTEUX, EUSE
Il a le ton bien imposant, il a besoin d'une leçon nouvelle, Soliman II, I, 11 dans IMPOSANT, ANTE
L'indifférence est le sommeil de l'âme, Soliman II, III, 9 dans INDIFFÉRENCE
Quel jeu de physionomie ! qu'il a de feu dans le regard !, Soliman II, I, 10 dans JEU
Laissez faire : j'arrangerai tout cela joliment, Soliman II, II, 5 dans JOLIMENT
Et que nous dînions aux bougies ; Leur éclat nous suffit ; il répand à l'entour Ce demi-jour si doux qui convient à l'amour, Soliman II, II, 8 dans JOUR
Quitte après tout pour la détruire, Dès que nous y trouverons jour, Soliman II, II, 7 dans JOUR
La louange vous embarrasse ; La craindre c'est la mériter, Soliman II, I, 5 dans LOUANGE
Que nous demande ce vieux singe, Ce marabout coiffé de linge ?, Soliman, II, 2 dans MARABOUT
Tu fais la mitouche hors de saison, Cherch. d'esprit, sc. 12 dans SAINTE-MITOUCHE ou plus simplement MITOUCHE
Et je mugis des vers en étouffant ma voix, Acajou, I, 4 dans MUGIR
Pour être heureux faut-il tant de mystères ?, Ninette, II, 19 dans MYSTÈRE
Vos travers, vos écarts, vos propos négligés Établissent les droits de leur impertinence, Soliman II, II, 14 dans NÉGLIGÉ, ÉE
Ah ! qui jamais aurait pu dire Que ce petit nez retroussé Changerait les loix d'un empire ?, Soliman II, III, 13 dans NEZ
Son nez en l'air semble narguer l'amour, Soliman II, I, 1 dans NEZ
Ces lits où la mollesse S'unit avec les maux, Nourrissent la paresse, Sans donner le repos, Annette et Lubin. sc. 8 dans NOURRIR
Nouvel objet, nouveau désir, Soliman II, I, 7 dans NOUVEAU ou, devant une voyelle ou une h muette, NOUVEL, NOUVELLE
Jeune et novice encore, J'aime de bonne foi, Annette et Lubin, 7 dans NOVICE
Un obstacle en amour est un attrait de plus, Ninette, II, 5 dans OBSTACLE
Eh ! bien, prenez la peine, mon cher seigneur, de chasser à l'instant cet oiseau de mauvais augure, Soliman II, I, 10 dans OISEAU
Vous êtes Grand Seigneur, et moi je suis jolie, On peut aller de pair, Soliman II, II, 3 dans PAIR, AIRE
Ces Pyrrhus, ces Brutus en perruque, en chapeau, En paniers de baleine, et couverts d'oripeau, Acajou, I, 4 dans PANIER
Il ne voit rien que par tes yeux, Il n'entend que par tes oreilles, Soliman II, II, 12 dans PAR
Quand il fallait aplanir les chemins, Piocher, bêcher et faire des levées, Annette et Lubin, 16 dans PIOCHER
Tiens, tiens, prends cette bague Et ma montre d'or fin Et de l'argent tout plein, Annette et Lubin, SC. 3 dans PLEIN, EINE
De deux bras potelés les contours gracieux, Soliman II, II, 1 dans POTELÉ, ÉE
Ils m'ont quasiment écrasé ; je suis brisé, Ninette, II, 9 dans QUASIMENT
En toute occasion rabaisse mes rivales, Soliman II, II, 11 dans RABAISSER
Nous n'aurons plus.... de ces antiques décorations que l'on rebarbouillait périodiquement, Lett. au comte de Durazzo, directeur des théâtres impériaux à Vienne, à propos de l'incendie de l'Opéra, en avril 1763 dans REBARBOUILLER
Courage, allons ; j'aime assez les querelles : C'est un revenant-bon pour moi, Soliman II, II, 12 dans REVENANT-BON
Un général, fût-il un prince, Fond sur l'ennemi et vous le rince, (1750), dans LARCHEY, Excentricités. dans RINCER
Et ce sont des cabales, Des trames, des caquets ; enfin c'est un sabbat !, Soliman II, I, 1 dans SABBAT
Fermez aussi le potager ; Si vous n'y prenez garde, ils vont tout saccager, Minette, I, 1 dans SACCAGER
Mon coeur à les imiter Aussi s'empresse, Et je le sens sauter, Sautiller sans cesse, Ninette, I, 4 dans SAUTILLER
Ma chère Annette, Toi si jeunette, Tu vas seulette !, Annette et Lubin, sc. 2 dans SEULET, ETTE
Tout versificateur doit savoir à propos Toiser une pensée et combiner des mots, Acajou, I, 4 dans TOISER
Lubin est d'une figure Qui met tout le monde en train, Annette et Lubin, 1 dans TRAIN
Osmin, fais avertir l'intendant des cuisines Que je traite ici le sultan ; Que la chère soit des plus fines, Et que l'on nous serve à l'instant, Soliman II, II, 5 dans TRAITER
Quand on sait travailler, on craint peu la misère, Annette et Lubin, 8 dans TRAVAILLER
Ce trouble intéressant, ce désordre ingénu, Soliman II, I, 4 dans TROUBLE
Aux femmes du sérail je donne la volée, Soliman II, III, 10 dans VOLÉE