E. BLANCHARD

Citations

Dans le monde actuel se trouvent l'amphioxus, l'animal vertébré dont l'organisme est le plus imparfait, et les lamproies, qui occupent le dernier rang parmi les poissons, Rev. des Deux-Mondes, 1er oct. 1874, p. 612 dans AMPHIOXUS
Avec une joie inexprimable, il [Agassiz] observe les ébats du singulier poisson connu des zoologistes sous le nom d'anableps à quatre yeux ; les anableps ont la pupille divisée par un repli membraneux, et ainsi des yeux doubles qui permettent de voir à la fois dans l'air et dans l'eau, Rev. des Deux-Mondes, 1er août 1875, p. 562 dans ANABLEPS
De petits coléoptères carnassiers habitent des grottes obscures en quelques parties de l'Europe et de l'Amérique du Nord ; ils sont aveugles ; on les désigne sous le nom d'anophthalmes, Rev. des Deux-Mondes, 1er août 1874, p. 589 dans ANOPHTHALME
Des oiseaux du même type que ces oiseaux gigantesques, les aptéryx de la Nouvelle-Zélande, par exception réduits aux proportions des gallinacés, sont également des coureurs, Rev. des Deux-Mondes, 1er août, 1874, p. 587 dans APTÉRYX
Deux espèces sont particulièrement communes : l'atte noire (atta barbara) et l'atte maçonne (atta structor), plus petite et d'un brun rougeâtre assez clair, Rev. des Deux-Mondes, 15 oct. 1875, p. 788 dans ATTE
Nous avons les poules naines, très agréables d'aspect ; la race bantam, que l'on attribue au goût et aux soins des Japonais,..., Rev. des Deux-Mondes, 5 juin 1874, p. 859 dans BANTAM
Les barbes ou pigeons polonais sont du même groupe ; un bec court et large les distingue, Rev. des Deux-Mondes, 15 juin 1874, p. 854 dans BARBE
Dans l'eau s'agitaient des dytiques analogues à ceux de nos mares,... ainsi que des bélostomes, sortes de punaises aquatiques, Rev. des Deux-Mondes, 1er oct. 1874, p. 606 dans BÉLOSTOME
De son nom vulgaire, inspiré des fines rayures de ses ailes, l'espèce s'appelle la carte géographique (vanessa prorsa de son nom scientifique), Rev. des Deux-Mondes, 15 juin 1874, p. 850 dans CARTE
Des espèces de forme hémisphérique, des cassides, offrent l'éclat de l'or, Rev. des Deux-Mondes, 1er août 1874, p. 595 dans CASSIDE
Petit diptère, appartenant aux tipules, très abondant dans les eaux stagnantes, Rev. des Deux-Mondes, 1er oct. 1874, p. 606 dans CHIRONOME
Certains coléoptères, les chlamys, se font remarquer par des ciselures et des sculptures d'un caractère singulier, Rev. des Deux-Mondes, 1er août 1874, p. 595 dans CHLAMYS
Au lac Supérieur, on observe.... des espèces.... du genre des corégones, dont on cite, comme types bien connus, la féra du lac de Genève et le lavaret du lac du Bourget,..., Rev. des Deux-Mondes, 1er août 1875, p. 545 dans CORÉGONE
Des serpents peuvent être confondus avec des branches ; d'autres, les dendrophides de l'Inde, des îles de la Sonde ou des Moluques, ont des teintes vertes d'une ravissante fraîcheur, rehaussées par des marques blanches ou noires : une imitation de végétal, Rev. des Deux-Mondes, 1er août 1874, p. 594 dans DENDROPHIDE
D'autres [coqs et poules] se recommandent par une laide monstruosité : la présence d'un doigt supplémentaire ; c'est la race dorking, Rev. des Deux-Mondes, 15 juin 1874, p. 858 dans DORKING
En quelques parties de l'Amérique, il existe des serpents venimeux, des élaps, très élégamment colorés, Rev. des Deux-Mondes, 1er août 1876, p. 600 dans ÉLAPS
Il y a pourtant des mollusques sans coquille, par exemple les doris et les éolides, délicieuses créatures du monde de la mer ; la doris et l'éolide, pendant la période embryonnaire, ont une coquille, Rev. des Deux-Mondes, 1er août 1874, p. 605 dans ÉOLIDE
L'apparence d'une feuille morte se retrouve chez plusieurs espèces, et feuille-morte est devenu le nom vulgaire d'un gros papillon aux ailes dentelées, assez commun en France (lasiocampa quercifolia), Rev. des Deux-Mond. 1er août 1874, p. 596 dans FEUILLE-MORTE
Des poissons tels que les soles, les floundres, les plies, affectent la teinte du gravier, Rev. des Deux-Mondes, 1er août 1874, p. 594 dans FLOUNDRE
Voici les grosses-gorges au corps mince, fièrement campés sur les pattes ; ils ont une gorge volumineuse, et ils semblent trouver bonheur à l'enfler comme un ballon, Rev. des Deux-Mondes, 15 juin 1874, p. 854 dans GROSSE-GORGE
Dans l'Amérique du Sud, au milieu des parties boisées, abondent les héliconies, de charmants papillons d'espèces infiniment variées, Rev. des Deux-Mondes, 1er août 1874, p. 598 dans HÉLICONIE
Prouver d'une manière directe que seuls les glaciers polissent le fond et les parois de leur lit : on inégaliserait la roche sur un certain espace paraissant devoir être bientôt envahi par le glacier, et l'on jugerait de l'action le jour où il aurait abandonné la place, Rev. des Deux-Mondes, 1er juillet 1875, p. 25 dans INÉGALISER
Agassiz voulut ensuite abattre un angle du glacier, afin d'être sûr que la glace en progressant passerait infailliblement sur l'espace qu'on allait inégaliser, ib. p. 26 dans INÉGALISER
Viennent ensuite les jacobins, dont les plumes du cou relevées forment un capuchon, Rev. des Deux-Mondes, 15 juin 1874 p. 855 dans JACOBIN, INE
Les lépidodendrons, hauts de trente mètres, portant un léger feuillage, Journ. offic. 9 avril 1877, p. 2758, 3e col. dans LÉPIDODENDRON
Ces poissons étranges, les lépidostées, de nos jours si rares dans la nature, Rev. des Deux-Mond. 1er août 1875, p. 545 dans LÉPIDOSTÉE
Il y avait des ombellifères à Oeningen, et l'on retrouve les charançons (des lixes) qui fréquentaient ces fleurs, Rev. des Deux-Mond. 1er oct. 1874, p. 606 dans LIXE
Dans l'Europe centrale et dans l'Amérique du Nord vit la belle vanesse si connue des amateurs sous le nom de morio, Rev. des Deux-Mondes, 15 juin 1874, p. 848 dans MORIO
Dans l'une s'agitaient des dytiques analogues à ceux de nos mares,... ainsi que des nèpes et des bélostomes, sortes de punaises aquatiques, Rev. des Deux-Mondes, 1er oct. 1874, p. 6066 dans NÈPE
Au milieu de débris de roseaux et de diverses plantes aquatiques abondent les coquilles de limnées et de paludines, Rev. des Deux-Mondes, 1er oct. 1874, p. 607 dans PALUDINE
Parmi les arbres qui se développent vite et croissent facilement, nous mentionnerons.... quelques espèces d'eucalyptus, le paraiso et le peuplier italien, Journ. offic. 9 avril 1877, p. 2770, 1re col. dans PARAISO
Les phyllies habitent les parties méridionales de l'Inde, les îles de la Sonde, les Moluques.... il y a quelques années, des phyllies apportées à Paris vécurent plusieurs mois au jardin d'acclimatation du bois de Boulogne, causant la surprise des visiteurs, Rev. des Deux-Mondes, 1er août 1874, p. 594 dans PHYLLIE
Dans un genre très nombreux de lépidoptères, le blanc domine ; ce sont les piérides ou les papillons de chou, comme chacun les désigne, Rev. des Deux-Mondes, 1er août 1874, p. 598 dans PIÉRIDE
Son ouvrage [de M. Raulin] est le plus vaste et le plus complet qui existe sur la pluviométrie de la France, Journ. offic. 9 avril 1877, p. 2759, 3e col. dans PLUVIOMÉTRIE
Ces bizarres rhizocaulées aux tiges dressées et multipliées, soutenues par des myriades de radicelles, descendant de tous côtés et se frayant un passage à travers les feuilles, Rev. des Deux-Mondes, 1er oct. 1874, p. 609 dans RHIZOCAULÉES
Les sajous, ces gentils petits singes de l'Amérique du Sud..., Rev. des Deux-Mondes, 1er mai 1876, p. 107 dans SAJOU
Une roche argileuse qui constitue la base de toutes les petites collines et le sous-sol du terrain meuble, Rev. des Deux-Mondes, 15 mai 1871, p. 335 dans SOUS-SOL
Le takamaka, ainsi qu'on l'appelle dans les colonies,... fort estimé pour les constructions... ; du tronc, noirâtre et presque toujours crevassé, s'écoule une résine, Rev. des Deux-Mondes, 1er sept. 1872, p. 221 dans TAKAMAKA
Puis les tambours aux pattes emplumées, portant à la base du bec une touffe de plumes bouclées, Rev. des Deux-Mondes, 15 juin 1874, p. 855 dans TAMBOUR
Bois tambour, arbre qui croît à Madagascar, comme à Maurice, dans les forêts humides ; ses fleurs poussent en grappes sur le tronc et à l'origine des branches, ambora tambourissa, famille des monimiacées, Revue des Deux-Mondes, 1er sept. 1872, p. 219 dans TAMBOUR
Un arbre plein d'élégance... c'est le tanghin, l'arbre sinistre de Madagascar ; le fruit, un des plus redoutables poisons, a été le principal instrument des épreuves judiciaires et du plus grand nombre des crimes de la fameuse reine Ranavalona, Rev. des Deux-Mondes, 1er sept. 1872, p. 217 dans TANGHIN
Une bête d'allure singulière, c'est la fourmi erratique, ou mieux la tapinome, tapinoma erraticum, Rev. des Deux-Mondes, 15 oct. 1875, p. 804 dans TAPINOME
Des insectivores de l'Archipel Indien, les tupaïas, habiles à grimper sur les arbres, ont absolument la physionomie des écureuils, Rev. des Deux-Mondes, 1er août 1874, p. 600 dans TUPAÏA
En continuant la revue des volières, nous apercevons les turbits, pigeons à cravate ou pigeons hiboux, Rev. des Deux-Mondes, 15 juin 1874, p. 854 dans TURBIT
Le vahéa [de Madagascar] donne en quantité de la gomme élastique aussi bonne que celle du caoutchouc de la Guyane, Rev. des Deux-Mondes, 1er sept. 1872, p. 218 dans VAHÉA
Il y a les vanguiers, qui portent des quantités de fruits gros comme des pommes et bons à manger, Rev. des Deux-Mondes, 1er sept. 1872, p. 219 dans VANGUIER
Le vaquois comestible donne des grappes de fruits d'une saveur douce que les Malgaches tiennent en estime, Rev. des Deux-Mondes, 1er sept. 1872, p. 213 dans VAQUOIS
Le vontac, arbre rameux haut de trois à quatre mètres, portant des fruits de la grosseur des coings, revêtus d'une enveloppe dure, ayant une chair de saveur douce très prisée des Malgaches, Rev. des Deux-Mondes, 1er sept. 1872, p. 215 dans VONTAC
Sonnerat, le premier, a décrit le ravelana, l'arbre du voyageur, de nos jours presque poétisé par une sorte de légende, Rev. des Deux-Mondes, 1er juill. 1872, p. 73 dans VOYAGEUR, EUSE