DUMARSAIS

Citations

Lorsqu'un objet se présente à notre oeil.... il produit nécessairement des impressions que l'esprit ne peut s'empêcher de recevoir et de consigner en lui-même, Rais. Oeuvres, t. VI, p. 3, dans POUGENS dans CONSIGNER
Les consonnes ne sont entendues qu'avec l'air qui fait la voix ou voyelle, Mél. gramm. philos. Oeuvres, t. IV, p. 364, dans POUGENS. dans CONSONNE
Construction louche, C'est lorsque les mots sont placés de façon qu'ils semblent d'abord se rapporter à ce qui précède, pendant qu'ils se rapportent réellement à ce qui suit, Mél. gramm. phil. Oeuvres, t. V, p. 1, dans POUGENS dans CONSTRUCTION
Dites tant qu'il vous plaira que construction est destruction, vous n'avez que ce seul moyen pour entendre le sens d'un auteur, Invers. Oeuvres, t. III, p. 348, dans POUGENS dans CONSTRUCTION
Lorsque Claudius Pulcher, consul romain et général de l'armée romaine, fut envoyé contre les Carthaginois, on consulta les sacrés poulets, qui ne voulurent point manger ; le consul ordonna que, puisqu'ils ne voulaient pas manger, on les jetât dans la mer pour les faire boire, Mélang. gramm. phil. Oeuvres, t. V, p. 348, dans POUGENS. dans CONSULTER
L'empressement que l'on a à énoncer la pensée a donné lieu aux contractions et à l'ellipse dans toutes langues, Mél. gramm. phil. Oeuvres, t. V, p. 98 dans CONTRACTION
La lettre de convocation de l'empereur est adressée à saint Cyrille, patriarche d'Alexandrie, et aux métropolitains, Lib. Egl. gallic. part. II, max. 8 dans CONVOCATION
Crésus, roi de Lydie, fut un prince extrêmement riche, Tropes, antonomase. dans CRÉSUS
Molière dans le Malade imaginaire fait demander pourquoi l'opium fait dormir ? On répond que c'est parce qu'il a une vertu dormitive, où vous voyez que c'est répondre en termes différents la même chose que ce qui est en question, Logique, art. XIII, n° 3 dans DORMITIF, IVE
C'est en partie de la liberté que nos pères prenaient de donner des épithètes aux personnes qu'est venu l'usage des noms propres de famille, Mél. gramm. t. v, p. 228 dans ÉPITHÈTE
L'euphémisme est une figure par laquelle on déguise des idées désagréables, odieuses ou tristes, sous des noms qui ne sont point les noms propres de ces idées, Tropes, II, 15 dans EUPHÉMISME
Un ouvrier qui a fait la besogne pour laquelle on l'a fait venir, et qui n'attend plus que son payement pour se retirer, au lieu de dire payez-moi, dit par euphémisme : n'avez-vous plus rien à m'ordonner ?, ib. dans EUPHÉMISME
C'est le mécanisme des organes de la parole qui fait ajouter ces lettres euphoniques, sans quoi il y aurait un bâillement ou hiatus, t. v, p. 101 dans EUPHONIQUE
L'exclamation : c'est ainsi que saint Paul, après avoir parlé de ses faiblesses, s'écrie : Malheureux que je suis ! qui me délivrera de ce corps mortel ?, Oeuvres, t. v, p. 285 dans EXCLAMATION
L'hypotypose est un mot grec qui signifie image, tableau ; c'est lorsque, dans les descriptions, on peint les faits dont on parle comme si ce qu'on dit était actuellement devant les yeux, Tropes, II, 9 dans HYPOTYPOSE
Ce n'est point dans ce sens propre que Malherbe prenait le mot de masque lorsqu'il disait qu'à la cour il y avait plus de masques que de visages, Tropes, part. I, art. 6 dans MASQUE
Chaque phrase ou assemblage de mots qui forme un sens partiel dans une période, et qui a une certaine étendue, est appelée membre de la période, Oeuv. t. V, p. 51 dans MEMBRE
Les métropoles civiles ont été les métropoles ecclésiastiques, excepté en Afrique, où l'évêque le plus ancien de chaque province en devenait le métropolitain, Lib. égl. gall. part. 2e, max. 14 dans MÉTROPOLE
Selon les physiciens, ce qui est naturel, c'est ce qui se fait sans le ministère de l'art, par un enchaînement qui nous est inconnu de causes et d'effets, et qui dépend de cette force supérieure, de ce mécanisme inflexible qui ne prend conseil ni de notre volonté ni de nos intérêts, Oeuvr. t. III, p. 369 dans NATUREL, ELLE
L'on peut dire que chaque siècle a pu avoir ses critiques et son dictionnaire néologique, Tropes, 2e part. art. 3 dans NÉOLOGIQUE
Cet ordre par lequel la société subsiste est ce qu'on appelle le gouvernement de la société, Lib. Égl. gall. part. I, max. 1 dans ORDRE
À l'égard de la disposition des bénéfices, les papes se réservent, par une règle expresse, les églises patriarcales, les évêchés et autres bénéfices autrefois électifs, Lib. égal. gall. part. II, max. 19 dans PATRIARCAL, ALE
Il n'y a rien qui coûte moins à acquérir aujourd'hui que le nom de philosophe : une vie obscure et retirée, quelques dehors de sagesse, avec un peu de lecture, suffisent pour attirer ce nom à des personnes qui s'en honorent, Oeuv. t. VI, p. 25 dans PHILOSOPHE
La seconde condition sera peut-être la plus difficile, c'est que les maîtres sachent préparer leurs élèves aux règles dont nous parlons, Oeuv. t. I, p. 210 dans PRÉPARER
À l'égard de un, une, dans le sens de quelque ou certain, en latin quidam, c'est encore un adjectif prépositif, qui désigne un individu particulier, tiré d'une espèce, mais sans déterminer singulièrement quel est cet individu, si c'est Pierre ou Paul, Oeuvr. t. IV, p. 186 dans PRÉPOSITIF, IVE
Les prépositifs désignent des individus déterminés dans l'esprit de celui qui parle, Oeuvr. t. IV, p. 211 dans PRÉPOSITIF, IVE
Ainsi les prépositions suppléent au défaut des cas, et les cas emportent la valeur des prépositions, Oeuvr. t. III, p. 346 dans PRÉPOSITION
Il y en a [des mots] qui n'ont de racines ni ailleurs, ni dans la langue même, et ce sont là les vrais radicaux ; il y en a qui ont leurs racines dans une autre langue, mais qui sont eux-mêmes, dans la leur, racines d'un grand nombre de dérivés et de composés, Oeuvres, t. III, p. 214 dans RADICAL, ALE
Comme il arrivait rarement que les résignants vécussent vingt jours après la résignation, pour prévenir le danger qu'il y avait de perdre le bénéfice, les résignataires faisaient admettre secrètement en cour de Rome les résignations de leurs bénéfices qu'ils gardaient ensuite entre leurs mains pendant la vie du résignant, sans prendre possession du bénéfice, et ils ne faisaient paraître la résignation qu'après la mort du résignant, Lib. Égl. gallic. part. 2e, maxime 19 dans RÉSIGNANT
Comme nous saisissons aisément ce qui est simple et bien ordonné et que nous apercevons sans peine les rapports des parties qui font l'ensemble...., Oeuvr. t. V, p. 38 dans SAISIR
Le savoir fait partie du mérite personnel ; il mène souvent à la fortune, et est toujours d'une grande ressource dans l'adversité, Oeuv. t. I, p. 267 dans SAVOIR
La syllepse oratoire est une espèce de métaphore ou de comparaison, par laquelle un même mot est pris en deux sens dans la même phrase, Tropes, II, 11 dans SYLLEPSE
Ce qui fait en chaque langue que les mots excitent le sens que l'on veut faire naître dans l'esprit de ceux qui savent la langue, c'est ce qu'on appelle syntaxe, Oeuvres, t. v, p. 2 dans SYNTAXE
Il n'est peut-être pas aussi utile qu'on le pense de faire le thème en deux façons, Oeuv. t. III, p. 259 dans THÈME
Il ne faut pas croire que les tropes n'aient été inventés que par nécessité, à cause du défaut et de la disette des mots propres.... les hommes n'ont point consulté s'ils avaient ou s'ils n'avaient pas des termes propres pour exprimer leurs idées, ni si l'expression figurée serait plus agréable que l'expression propre ; ils ont suivi les mouvements de leur imagination et ce que leur inspirait le désir de faire sentir vivement aux autres ce qu'ils sentaient eux-mêmes vivement, Tropes, VII, 2 dans TROPE