DESMAHIS

Citations

Si du reste de ma jeunesse Je puis jouir en liberté Et consacrer à la mollesse Des jours filés par la santé, Poés. p. 56, dans POUGENS dans FILÉ, ÉE
L'oeil a peine à suivre ses traces [du mercure] ; Mais quand ce métal est fixé, Il fait qu'on se voit dans nos glaces, Poésies, p. 95, dans POUGENS dans FIXÉ, ÉE
Les grâces en petit corset, Les ris avec leur air follet, Poés. p. 127, dans POUGENS dans FOLLET, ETTE
Le dieu de tous les arts, l'ingénieux Voltaire, A formé mon esprit, et vous mon caractère, Poésies, p. 23, dans POUGENS dans FORMER
Avec plus de plaisir la galante Ninon...., Poésies, p. 99, dans POUGENS dans GALANT, ANTE
Nos sottises, nos ridicules. S'échappent en mille globules, C'est le vif argent dispersé, Poésies, p. 95, dans POUGENS dans GLOBULE
Des premiers feux de notre aurore Au crépuscule de nos jours Il est un intervalle encore Que doivent remplir les amours, Poés. p. 41, dans POUGENS dans INTERVALLE
Mais j'ai trouvé dans cette cour L'intrigue au lieu de l'art de plaire, L'intérêt au lieu du désir, La débauche au lieu du plaisir, Le scandale au lieu du mystère, Poés. p. 92 dans LIEU
Je puis dans sa course légère Arrêter le temps qui nous fuit, Et, loin du tumulte et du bruit, Dans l'indolence littéraire, Voir couler mollement des jours...., Oeuvres, p. 30 dans LITTÉRAIRE
Les bruyants états de Cythère S'y tenaient sur la fin du jour : De tous les frères de l'amour, Il n'y manquait que le mystère, Poés. p. 116, dans POUGENS dans MYSTÈRE
Et nous ordonne la raison, Comme il ferait un narcotique, Poésies, p. 122, dans POUGENS dans NARCOTIQUE
.... La négligence aimable Et des Courtin et des Chaulieu, Poésies, p. 32, dans POUGENS dans NÉGLIGENCE
Abrége ton récit, et sache désormais Qu'à jour nommé je n'arrive jamais, l'Impertinent, sc. 2 dans NOMMÉ, ÉE
Et d'un goût peu constant, d'un esprit trop volage Arrêter le papillonage Et fixer l'instabilité, Poésies, p. 25, dans POUGENS dans PAPILLONAGE
À parler sentiment son mérite consiste, l'Impertinent, sc. 2 dans PARLER
Il pèse tous ses mots, mesure tous ses pas, l'Impertinent, sc. 5 dans PESER
Que, de ce jour, pour lui ma porte est défendue, l'Impatient, sc. 18 dans PORTE
Mercredi je cours à la pièce nouvelle ; Tout le monde était pour, et moi j'étais contre elle, l'Impertin. SC. 3 dans POUR
Ayez une aventure, on vous en prête cent, l'Impert. sc. 3 dans PRÊTER
Tandis qu'au sein de la mollesse, Fuyant la table ouverte et le souper prié, Poésies, p. 100, dans POUGENS dans PRIÉ, ÉE
Vous avez donc des projets sur la nièce ?, l'Impert. SC. 2 dans PROJET
Je venais de quitter ; elle, d'être quittée ; Et nous nous sommes pris je ne sais trop comment, l'Impertinent, sc. 2 dans QUITTER
Il change l'amour en dédain, Donne au mépris un air affable, Fait quitter Adonis pour écouter Vulcain ; Il mène au bal celui que la foi tyrannise ; Celui qui ne croit point, il le mène à l'église ; Ce monstre est le respect humain, Poés. p. 98, dans POUGENS dans RESPECT
La retraite sans solitude, Avec le repos sans ennui, Poésies, p. 129, dans POUGENS dans RETRAITE
Quand on peut trouver qui nous aime, L'amour est toujours de saison, Poésies, p. 41, dans POUGENS dans SAISON
Si ses armes sont la satire, Mon bouclier c'est le mépris, Poés. p. 23, dans POUGENS dans SATIRE
Le souvenir est l'ombre des plaisirs, Poés. p. 36, dans POUGENS dans SOUVENIR
[Un critique] Recueillant de petits suffrages, Et s'appesantissant sur de petits ouvrages, Croit dicter les arrêts de la postérité, Poés. p. 87, dans POUGENS dans SUFFRAGE
Il préféra le loisir délectable D'un philosophe aussi sage qu'aimable Au faux éclat d'un monde vernissé, Poésies, p. 36 dans VERNISSÉ, ÉE
Est-il rien, dans le vrai, qui ne fasse causer ?, l'Impertinent, sc. 3 dans VRAI, AIE