René DESCARTES (1596 - 1650)

Citations

Cherchant rompre le dit voyage à leur pouvoir [autant qu'ils pouvaient], V, 17 dans À
Il pourroit sembler au lecteur que je disse ces choses pour quelque haine particuliere que j'aurois à eux, VII, 11 dans À
Ceste povre et jeune princesse, car ainsi se povoit elle bien appeller, non point seulement pour la perte qui.... mais à se trouver entre les mains des persecuteurs de sa maison, V, 17 dans À
Et n'estoient point les trous entre les barreaux plus grans que à y bouter ung bras à son aise, IV, 9 dans À
À peu de defense fut desconfit le dit duc et mis en fuite, V, 3 dans À
La quelle chose lui fut à très grant prejudice et desplaisir, V, 7 dans À
Et aux paroles d'hommes insensés il delibera d'attendre la fortune, V, 8 dans À
La joie fut très grande au roi de se veoir au dessus de tous ceux qu'il hayoit [haïssait], V, 12 dans À
À ceste cause tindrent conseil les dits Pisans, VII, 7 dans À
Au temps que le roi Henri regnoit, I, 2 dans À
Ce povre rey de Portugal, qui estoit très bon et juste, mist à son imagination qu'il yroit devers le duc de Bourgogne, V, 17 dans À
À toute diligence, I, 3 dans À
Il se mettoit à chemin, I, 3 dans À
Il avoit esté dit que l'on se reposeroit deux fois au chemin pour donner haleine aux gens de pied, I, 3 dans À
Les autres ont trop d'amour à leurs biens, à leurs femmes et à leurs enfants, IV, 11 dans À
Il avoit eu à espouse et à femme la soeur du dit roi Ferrand, VII, 11 dans À
Ceulx qui sont aux grans auctoritez vers les princes doivent beaucoup craindre...., III, 11 dans À
Les langages dont ils devront user à ceux qui les enquerront, I, 9 dans À
Il estoit né et marié au dit pays de Guyenne, II, 15 dans À
À ceste fois, III, 7 dans À
Il sembloit que ses ennemis fussent aveugles et abestis, VIII, 4 dans ABÊTIR
Le feu roi que Dieu absolve, VII, Prol. dans ABSOUDRE
Et avec telles mensonges se abusent bien aucuneffois les maistres, II, 2 dans ABUSER
On abusoit le roi quand on lui conseilloit entreprendre ceste guerre, III, 2 dans ABUSER
Et se trouva un cordelier forgé qui de lui-même prit debat au dit frere Hieronime [Savonarole], l'appellant heretique et abuseur de peuple, VIII, 19 dans ABUSEUR
Plusieurs femmes d'estat dont autreffois il avoit eu grant privaulté et grant accointance, III, 7 dans ACCOINTANCE
Le dit prince de Salerne fut à Venise, parce qu'il y avoit grant accointance, VII, 1 dans ACCOINTANCE
C'est de se acointer et approcher de lui gens vertueux et honnestes, II, 3 dans ACCOINTER (S')
En passant par Lyon il s'accointa d'un medecin appellé maistre Simon de Pavie, IV, 13 dans ACCOINTER (S')
Tout fut acordé et acompli, III, 11 dans ACCOMPLIR
Leur capitaine saillit dehors à seureté pour cuider composer, il ne peut accorder, III, 9 dans ACCORDER
Et le marquis s'y accorda et son oncle y contredit, VIII, 6 dans ACCORDER
Et si l'on dit que par là.... je m'accorderai assez que ung jeune roy le fist, VI, 13 dans ACCORDER
Disant au dit duc que ceulx qui estoient en Bretaigne pourroient bien acorder sans lui...., II, 5 dans ACCORDER
Quelque deux mille lances.... qui n'estoient point si bien acoustrez que ceulx de dedans Paris pour la longue paix qu'ils avoient eue, I, 8 dans ACCOUTRER
Les mieulx parés et acoustrez qui pourroient estre, II, 4 dans ACCOUTRER
Luy fist faire quatre grosses nefz qu'il luy fist acoustrer au port de la Vere [Hollande], III, 6 dans ACCOUTRER
C'est chose assez accoustumée que...., Prol. dans ACCOUTUMER
Car ainsi estoit-il accoustumé de parler, I, 3 dans ACCOUTUMER
Les Suisses ont tant acoustumé l'argent dont ils avoient petite connoissance par avant, que...., VI, 4 dans ACCOUTUMER
Naturellement la plus part des gens ont l'oeil ou à s'accroistre ou à se saulver, I, 9 dans ACCROÎTRE
Il combattoit pour gens qui ne l'accreurent jamais, pour service qu'il leur fist, VIII, 9 dans ACCROÎTRE
Les ennemys qu'il avoit lui mesme acquis à son advenement au royaulme, I, 10 dans ACQUÉRIR
Il n'est pas apparant qu'il se fust mis en peril pour si peu de choses, où il ne povoit avoir acquest ne nulle gloire, V, 1 dans ACQUÊT
Pour ne s'estre bien acquité à la reformation de l'Eglise comme il devoit...., VIII, 2 dans ACQUITTER
On en feroit un livre [des punitions de Dieu sur les princes] et de grande admiration, VIII, 17 dans ADMIRATION
Et [Louis XI] dit au dit herault plusieurs autres raisons pour admonester le roy d'Angleterre de prendre appoinctement avecques lui, IV, 5 dans ADMONÉTER ou ADMONESTER
Il n'estoit adoncques riens dont il eust si grant crainte que de perdre son auctorité, VI, 7 dans ADONC
Adonné à tous les plaisirs, V, 18 dans ADONNER (S')
Et si ne sçavoit le duc de Bourgongne adouber [arranger] avec eux le fait du connestable, IV, 6 dans ADOUBER
Le chemin est tel que la nature l'a fait, et n'y a a rien adoubé, VIII, 5 dans ADOUBER
Et lui fut adoubée sa playe, qu'il avoit au col, I, 4 dans ADOUBER
Plusieurs lettres adressantes à Monseigneur de Normandie, II, 9 dans ADRESSANT, ANTE
L'evesque qui avoit esté esleu, qui estoit la partie adverse de cellui que soutenoit le duc de Bourgogne, IV, 1 dans ADVERSE
Tant pour adversité [opposition] des meurs et conditions que pour les violences...., VI, 3 dans ADVERSITÉ
Nous sommes affoibliz de toute foi et loyauté les uns envers les autres, II, 6 dans AFFAIBLIR
Il y eut plus affaire à les renvoyer qu'à les appeler, I, 2 dans AFFAIRE
Congnoissant que le roy d'Angleterre l'avoit fort desiré, il sembloit bien que s'il [le duc de Charolois] en avoit affaire, qu'il le gaigneroit des siens, I, 5 dans AFFAIRE
Son maistre ou ung prince de qui on a affaire, III, 2 dans AFFAIRE
Monseigneur Charles de France et Monseigneur de Charolois estoient à une fenestre et parloient eulx deux de très grant affection, I, 5 dans AFFECTION
Ces parolles d'appoinctement plaisoient au roy et audit conte de Charolois comme je luy ay ouy compter depuis, et si affectueusement parloient d'achever le demourant qu'ils ne regardoient point où ilz alloient, I, 13 dans AFFECTUEUSEMENT
C'est ung très beau roy. Il ayme fort les femmes. Il pourroit trouver quelque affettée à Paris qui luy pourroit bien dire tant de belles parolles qu'elle luy feroit envye de revenir, IV, 10 dans AFFÉTÉ, ÉE
Luy sembloit [au roy] que son pays [du duc de Bourbon] estoit foible et que tantost l'auroit affolé, I, 2 dans AFFOLER
Et affuterent grant nombre d'artillerie, I, 9 dans AFFÛTER
L'ancien aage du duc Philippe lui fist endurer ce pacienment, I, 2 dans AGE
Estant en assez jeune aage, IV, 9 dans AGE
Et aussi le Roy l'avoit bien agreable, et si me sembloit necessaire, VIII, 9 dans AGRÉABLE
Et si avoit [le duc de Normandie] son partage en bonne valleur, car il prenoit tailles et aydes, et n'y avoit le roy riens que son hommage et ressort, II, 15 dans AIDE
Le roy et son conseil monstroient de luy vouloir aider, VII, 1 dans AIDER
Les choses qui se pratiquaient aux siècles passés, Méth. dans À
Ces vapeurs peuvent causer un vent d'abas, Météor. 7 dans ABAT ou ABAS
Je ne promets pas aux autres de les satisfaire de prime abord, Préf. dans ABORD
Plusieurs sons mêlés ensemble seront accordants ou discordants, l'Homme dans ACCORDANT, ANTE
N'ayant lieu entre les sons accordants que par accident...., Mus. dans ACCORDANT, ANTE
Il est impossible qu'ils soient accordants avec toutes les diverses opinions des hommes, Méth. 6 dans ACCORDANT, ANTE
S'il arrive que ce muscle s'accourcit, Pass. 7 dans ACCOURCIR
La connaissance des premiers principes n'a pas accoutumé d'être appelée science, Rép. 2 dans ACCOUTUMER
Un enfant ayant fait une addition suivant ses règles, Méth. dans ADDITION
La même cause a fait que la veine nommée adipeuse s'est haussée, Foetus, 4 dans ADIPEUX, EUSE
Ils deviennent peu à peu admiratifs, Pass. 78 dans ADMIRATIF, IVE,
Il n'y a aucune affinité entre cette émotion et le désir, Médit. 6 dans AFFINITÉ
Afin de juger plus sainement, et que nous ne pensions pas que..., Méth. dans AFIN
Bien que l'agent et le patient soient fort différents, Pass. I, 1 dans AGENT
Ce mariage aurait agréé à toute la famille, si.... La voix de l'homme nous agrée plus que les autres, Mus. dans AGRÉER
Appliquant l'attention de mon esprit à l'aire qu'ils renferment, Médit. 6 dans AIRE
Il est aisé à remarquer que cette altération est sentie, Pass. I, 33 dans AISÉ, ÉE
Les huiles qu'on fait passer plusieurs fois à l'alambic sont plus aisées à distiller, Foetus, 2 dans ALAMBIC
Rendre le corps si léger, si allègre, L'homme. dans ALLÈGRE
En faisant amas de plusieurs expériences, Méth. dans AMAS
C'est l'amour, jointe à la tristesse, qui cause la plupart des larmes, Pass. 117 dans AMOUR
J'estimais fort l'éloquence, et j'étais amoureux de la poésie, Méth. I, 9 dans AMOUREUX, EUSE
J'ai suivi la voie analytique dans mes méditations, Rép. 2 dans ANALYTIQUE
Ce qui répugne apertement aux lois de la nature, Lettres à Mersenne, 15 septembre 1632 dans APERTEMENT
Il n'y aurait point d'apparence qu'un particulier fît...., Méth. dans APPARENCE
On ne laisse pas quelquefois d'avoir bon appétit, Pass. 100 dans APPÉTIT
Ce n'est pas assez d'avoir l'esprit bon ; mais le principal est de l'appliquer bien, Méth. 1 dans APPLIQUER
Suivant une ligne qui est moins approchante de la droite, Monde, 9 dans APPROCHANT, ANTE
Les sciences ne sont point si approchantes de la vérité que les simples raisonnements, Méth. dans APPROCHANT, ANTE
Les en ôter, afin d'y en remettre par après d'autres meilleurs, Arith. dans APRÈS
Ces ardents ou feux follets qui s'y jouent, Météor. 7 dans ARDENT, ENTE
La superficie extérieure de la peau qu'on nomme l'arrière-faix, Foetus, 5 dans ARRIÈRE-FAIX
La grande artère qui en voie ses branches par tout le corps, Méth. 5 dans ARTÈRE
La veine artérieuse, qui a été ainsi mal nommée, Méth. 5 dans ARTÉRIEUX, EUSE
Je n'y trouvais guère de quoi m'assurer, Méth. dans ASSURER
L'algèbre est si astreinte à la considération des figures, Méth. 2, 5 dans ASTREINT, EINTE
Ne s'attachant [ne faisant attention] qu'à l'étroite signification d'efficient, Rép. 1 dans ATTACHER
Avant d'avoir attendri sa vue en se tenant en un lieu obscur, Diopt. 9 dans ATTENDRIR
N'ayant aucun emploi qu'à passer une vie douce et innocente, Méth. dans AUCUN, UNE
N'ayant aucuns soins ni passions qui me troublassent, Méth. II, 1 dans AUCUN, UNE
Auparavant que j'examine cela plus soigneusement, Médit. 3 dans AUPARAVANT
D'autant qu'elle est la seule chose qui nous rend hommes, Méth. I, 2 dans AUTANT
Il y a autant de divers cieux comme il y a d'étoiles, Monde, 8 dans AUTANT
D'autant plus soigneusement j'examine ces choses, d'autant plus clairement je connais qu'elles sont vraies, Médit. 3 dans AUTANT
Des spéculations qui ne lui sont d'autre conséquence, sinon qu'il en tirera vanité, Méth. 1 dans AUTRE
Je n'ai pu rien avancer par un long discours, Rép. 2 dans AVANCER
J'y remarque tant de choses à mon avantage, que..., Lett. 1 dans AVANTAGE
N'y ayant qu'une vérité de chaque chose, Méth. 2 dans AVOIR
Un mouvement de la main qu'on appelle batterie, Musique. dans BATTERIE
Un peu plus plate ou plus voûtée, selon qu'il est de besoin, L'homme. dans BESOIN
Pour s'accoutumer à regarder de ce biais toutes les choses, Méth. 3 dans BIAIS
Je vois de quel biais on se doit prendre à faire...., Méth. dans BIAIS
Les parties des eaux aigres s'y coulent de biais, L'homme. dans BIAIS
Dont le cerveau est offusqué par les noires vapeurs de la bile, Médit. 1 dans BILE
L'idée du nombre infini diffère du nombre binaire, Rép. 2 dans BINAIRE
Divisé par un binôme, Géom. 3 dans BINÔME
On me blâme de ce que.... Je ne vois pas pourquoi l'on me blâme d'obscurité, Rép. 3 dans BLÂMER
Je fermerai les yeux, je boucherai mes oreilles, Médit. 3 dans BOUCHER
La grande artère qui envoie ses branches par tout le corps, Méth. 5, 6 dans BRANCHE
Elles ont dû se mouvoir du même branle que la matière du ciel, Monde, 9 dans BRANLE
Cette tête que je branle n'est point assoupie, Méd. I dans BRANLER
Je ne saurais aucunement approuver ces humeurs brouillonnes et inquiètes qui, n'étant appelées ni par leur naissance ni par leur fortune au maniement des affaires politiques, ne laissent pas d'y faire toujours en idée quelque réformation, Méth. 2, 3 dans BROUILLON, ONNE
Ils se convertissent en bruine ou gelée blanche, Météor. 6 dans BRUINE
Il y a tant de gens qui se laissent entraîner à leurs appétits brutaux, dans BRUTAL, ALE
De toutes les figures c'est la ronde qui est la plus capable, c'est-à-dire qui a le plus de superficie, Météor. 5 dans CAPABLE
Les branches qu'on nomme les carotides sont fort étroites, Foetus, 3 dans CAROTIDE
Très utiles pour la théorie de la catoptrique, Géom. 2 dans CATOPTRIQUE
Combien les anciens se sont abusés en leur catoptrique, Diopt. 6 dans CATOPTRIQUE
La veine cave, qui est le principal réceptacle du sang, Méth. 5 dans CAVE
La faute que les logiciens nomment un cercle, Méth. VI, 10 dans CERCLE
Je serais bien aise de faire voir toute la chaîne des autres vérités, Méth. dans CHAÎNE
Qu'ils se fassent montrer les deux chambres ou concavités qui y sont [dans le coeur], Méth. 5 dans CHAMBRE
Officiers qui ont eu charge de prendre garde aux bâtiments, Méth. ? dans CHARGE
Ils récitent force prières, ils portent les cheveux courts, Pass. 190 dans CHEVEU
Les comètes ou chevrons de feu qu'on voit quelquefois dans le ciel, Météor. 7 dans CHEVRON
Si je veux penser à un chiliogone, Médit. 6 dans CHILIOGONE
Les petits tissus nommés choroïdes, Foet. 4 dans CHOROÏDE
Il est rarement arrivé qu'on m'ait objecté quelque chose que je n'eusse point du tout prévue, Méth. 6, 5 dans CHOSE
J'admire qu'il ne se soit ci-devant trouvé personne qui ait remarqué, Foetus, 2 dans CI
Ceux qui ont ci-devant recherché la vérité, Méth. 2, 11 dans CI
Je prétendais autant qu'aucun autre à gagner le ciel, Mét. I, 11 dans CIEL
Bien qu'ils aient imaginé la cissoïde, Géom. 2 dans CISSOÏDE
Le suc des raisins noirs se convertit en vin clairet, L'homme. dans CLAIRET
Selon les diverses façons que l'organiste remue les doigts sur le clavier, L'homme. dans CLAVIER
La générosité étant comme la clef des autres vertus, Pass. 161 dans CLEF ou CLÉ
La coction, comment se ferait-elle dans l'estomac ?, Méth. 5, 8 dans COCTION
Recommander la cause de Dieu à ceux qui en ont toujours été les plus fermes colonnes, Épît. dans COLONNE
Ce n'est pas tant le mouvement comme l'action qu'il faut prendre, Diopt. 1 dans COMME
Le coeur qui n'était encore que commencé à former, Foetus, 4 dans COMMENCÉ, ÉE
Sans y employer que fort peu de pièces à comparaison de la multitude des OS, Méth. 5, 9 dans COMPARAISON
Employés par les jardiniers dans les compartiments de leurs parterres, Diopt. 8 dans COMPARTIMENT
Ces anciennes cités sont ordinairement si mal compassées, Méth. 2, I dans COMPASSÉ, ÉE
Il s'en sert à compasser la broderie de quelque parterre, Diopt. 8 dans COMPASSER
J'ai expliqué comment cela peut compatir avec la bonté de Dieu, Rép. II dans COMPATIR
Par ma nature, j'entends la complexion de toutes les choses que Dieu m'a données, Médit. 6, 10 dans COMPLEXION
L'autre se fait par synthèse ou composition, Rép. 2 dans COMPOSITION
À ce compte, ils en auraient plus qu'aucun de nous, Méthode, 5, 9 dans COMPTE
Où se forme la petite glande nommée conarium, Foetus, 4 dans CONARIUM
Les animaux qui ont deux concavités dans le coeur, foetus, 2 dans CONCAVITÉ
Pour me servir des termes de l'école, dans leur concept formel, Médit. 6 dans CONCEPT
Bien qu'ils aient examiné la conchoïde, Géom. 2 dans CONCHOÏDE
[Ces choses] dépendent du concours de deux causes, Médit. 4 dans CONCOURS
Je ne me sentais pas de condition qui m'obligeât à faire un métier de la science, Méth. 1, 13 dans CONDITION
Qu'il y en ait de plus petites, on le peut conjecturer, Monde, 3 dans CONJECTURER
Il avait fondu les filets de glace qui les conjoignaient, Météor. 6 dans CONJOINDRE
Votre pensée qui ne peut conjoindre les idées qui se contrarient, Rép. 2 dans CONJOINDRE
Quoique j'aie un corps auquel je suis étroitement conjoint, Méd. VI dans CONJOINT, OINTE
Encore que toutes ces choses soient connexes entre elles, Rép. 2 dans CONNEXE
Elles sont toutes consécutives l'une à l'autre, l'Homme. dans CONSÉCUTIF, IVE
Il sera difficile d'en proposer aucunes qui soient de conséquence, Préf. dans CONSÉQUENCE
Déclaration que je sais bien ne pouvoir servir à me rendre considérable dans le monde, Méth. 6 dans CONSIDÉRABLE
Tout ce qui tombe sous la considération des géomètres, Géom. 3 dans CONSIDÉRATION
Il faut tenir pour constant que cette proposition est vraie, Médit. II dans CONSTANT, ANTE
Vous dites des choses qui se contrarient, Rép. 2 dans CONTRARIER
Pour Deu [je] vous prie, ne vous cuntraliez, ib. dans CONTRARIER
Les corps qui envoient des rayons contre les yeux des regardants, Monde, 15 dans CONTRE
Disposés à faire que la lumière qui donne de contre s'y amortisse, Diopt. 5 dans CONTRE
Chacune fait réfléchir une partie des rayons qui donnent de contre, Météor. 5 dans CONTRE
La contre-taille ou haute-contre est opposée à la taille, Mus. dans CONTRE-TAILLE
Trois arts qui semblaient devoir contribuer quelque chose à mon dessein, Méth. dans CONTRIBUER
Plusieurs questions qui sont en controverse entre les doctes, Méth. 5 dans CONTROVERSE
Je pense convenir avec tous les théologiens, Rep. 2 dans CONVENIR
Ni l'honneur, ni le gain n'étaient suffisants à me convier à les apprendre, Méth. dans CONVIER
Elles ont formé les veines qu'on nomme coronaires, Foetus, 4 dans CORONAIRE
La nature intelligente est distincte de la corporelle, Méth. dans CORPOREL, ELLE
On dresse les chiens couchants en telle sorte que...., Pass. I, 50 dans COUCHANT, ANTE
Quelques-unes des plus coulantes parties du sang, Méth. 5 dans COULANT, ANTE
Elles n'arrivent pas à leur dernier degré de perfection du premier coup, Diopt. 1 dans COUP
Le sang des veines y entre si à coup et en si grande quantité que...., Pass. 122 dans COUP
Selon que ce froid vient plus lentement ou plus à coup, Météor. 5 dans COUP
Ils la touchent en biaisant de leur raquette, ce qu'ils nomment couper, Diopt. 5 dans COUPER
Encore que son mouvement se fasse en ligne courbe, Monde, 7 dans COURBE
Quelques-uns faisaient déjà courre le bruit que j'en étais venu à bout, Méth. dans COURRE
Les bateaux qui suivent le cours d'une rivière, Monde, 10 dans COURS
Pour servir à ceux qui ont la vue courte, Diopt. 2 dans COURT, COURTE
Ils sont toujours parfaitement courtois envers un chacun, Pass. 146 dans COURTOIS, OISE
Plus librement que je n'ai de coutume, Ép. dans COUTUME
Lorsqu'il est jaloux de son trésor et qu'il le couve des yeux, Pass. 169 dans COUVER
L'air calme couve une pluie, Météor. 2 dans COUVER
Les opinions que j'avais reçues en ma créance, Méth. dans CRÉANCE
Ces parties se criblant dans les petites branches des carotides, Foetus, 3 dans CRIBLER
Dont la surface est un peu crispée par le souffle de quelque vent, Monde, 15 dans CRISPÉ, ÉE
La figure de l'humeur qu'on nomme l'humeur cristalline, l'Homme. dans CRISTALLIN, INE
Lorsqu'on laisse cuver les vins nouveaux sous la râpe...., Méth. 5 dans CUVER
Quoique je ne fisse pas profession de mépriser la gloire en cynique...., Méth. dans CYNIQUE
Sans m'obliger à déclarer davantage de mes principes, Méth. 6 dans DAVANTAGE
Toutefois cette décision est en contradiction avec l'usage des meilleurs écrivains : Ils peuvent avancer beaucoup davantage que ceux qui courent, Méth. dans DAVANTAGE
L'agrément est institué de la nature pour représenter la jouissance, Pass. 90 dans DE
De quand est cette lettre ? Effets qui diffèrent quand la lune est pleine de quand elle est nouvelle, Monde, 12 dans DE
Une portion de cette liberté durait encore dans le XVIIe siècle ; témoin ces exemples : La puissance de bien juger et distinguer le vrai d'avec le faux, Méth. dans DE
Les plus fermes bâtiments tombent enfin en décadence, Monde, 3 dans DÉCADENCE
Il lui serait très malaisé d'en déchiffrer la vérité, Méth. 6 dans DÉCHIFFRER
Que ceux [les rayons] qui viendront ne se décroisent point à la sortie, Dioptr. 7 dans DÉCROISER
Je ne veux pas me défaillir tant à moi-même que de donner sujet à ceux qui me survivront de me reprocher...., Méth. 6 dans DÉFAILLIR
Ces personnes à qui je défère, Méth. 6 dans DÉFÉRER
Au jugement que je fais de moi-même, je tâche de toujours pencher vers le côté de la défiance plutôt que vers celui de la présomption, Méth. I, 3 dans DÉFIANCE
Comme, en abattant un vieux logis, on en réserve ordinairement les démolitions pour servir à en bâtir un nouveau, Méth. III, 6 dans DÉMOLITION
Le dernier précepte était de faire partout des dénombrements si entiers et des revues si générales, que je fusse assuré de ne rien omettre, Méth. II, 10 dans DÉNOMBREMENT
Toutes les choses qui dénotent quelque imperfection, Médit. 3 dans DÉNOTER
Quelquefois en dépit que j'en aie, Médit. 2 dans DÉPIT
Leurs six petites poches [des cavités du coeur] se referment, et les cinq de la veine cave et de l'artère veineuse se rouvrent et donnent passage à deux autres gouttes qui font derechef enfler le coeur, Méth. V, 6 dans DERECHEF
Dès aussitôt que je comprends quelque chose...., Médit. 5 dans DÈS
Il ne les désarrange pas pour cela, Météor. 6 dans DÉSARRANGER
Ma troisième maxime était de tâcher toujours plutôt à me vaincre que la fortune, et à changer mes désirs que l'ordre du monde, et généralement de m'accoutumer à croire qu'il n'y a rien qui soit entièrement en notre pouvoir que nos pensées, Méth. III, 4 dans DÉSIR
Non que je désapprouvasse les lois, qui, pour remédier à l'inconstance des esprits faibles, permettent, lorsqu'on a quelque bon dessein, qu'on fasse des voeux ou des contrats qui obligent à y persévérer, Méth. III, 2 dans DESSEIN
Il n'y a point d'apparence qu'un particulier fît dessein de réformer un État, en y changeant tout dès le fondement et en le renversant pour le redresser, Méth. II, 2 dans DESSEIN
Depuis que j'ai fait dessein de douter de toutes choses...., Médit. 4 dans DESSEIN
La deuxième objection n'est qu'une supposition manifestement fausse, Réponse aux instances de Gassendi, 4 dans DEUXIÈME
Le sang.... est plus subtil et plus vif, et plus chaud après en être sorti [du coeur], c'est-à-dire étant dans les artères, qu'il n'est un peu devant que d'y entrer, c'est-à-dire étant dans les veines, Méth. 5, 8 dans DEVANT
On peut aussi avoir de la dévotion pour son prince, Pass. 83 dans DÉVOTION
Vous coupez dextrement les trois peaux qui l'enveloppent, Diopt. 5 dans DEXTREMENT
Les poumons que les muscles du diaphragme peuvent presser, Pass. 107 dans DIAPHRAGME
Y étant poussé par la diastole, il passe dans les veines, Foetus, 4 dans DIASTOLE
Les difficultés qui pouvaient m'être faites par les athées, Rép. II dans DIFFICULTÉ
Je ne présume pas tant de moi que de croire pouvoir prévoir tout ce qui pourra faire de la difficulté à un chacun, Médit. Préf. 10 dans DIFFICULTÉ
Qui sont comme des diminutifs de la foudre, Météor. 7 dans DIMINUTIF, IVE
Ces choses appartiennent plutôt à la médecine que non pas à la dioptrique, Diopt. 7 dans DIOPTRIQUE
La première et principale cause pourquoi on n'a pu entendre assez clairement aucune des choses qui se sont dites de Dieu et de l'âme, Rép. II, 4 dans DIRE
Ils n'ont pas besoin que je leur die rien davantage, Méth. 6 dans DIRE
Encore qu'on die que la foi a pour objet des choses obscures, Rép. II, 36 dans DIRE
Ce point B est pris à discrétion dans l'ellipse, Diopt. 8 dans DISCRÉTION
Ces neuf années s'écoulèrent avant que j'eusse pris aucun parti touchant les difficultés qui ont coutume d'être disputées entre les doctes, Méth. III, 7 dans DISPUTÉ, ÉE
Je crois que c'est principalement en ceci [être content de son sort] que consistait le secret de ces philosophes qui ont pu autrefois se soustraire à l'empire de la fortune, et, malgré les douleurs et la pauvreté, disputer de la félicité avec leurs dieux, Méth III, 4 dans DISPUTER
L'action qui convertit le suc des viandes en sang n'est-elle pas aisée à connaître, si on considère qu'il se distille, en passant et repassant par le coeur, plus de cent ou deux cents fois en chaque jour ?, Méth. V, 8 dans DISTILLER
Les autres ne feraient que divertir votre attention, Diopt. 3 dans DIVERTIR
Ce cours d'études au bout duquel on a coutume d'être reçu au rang des doctes, Méth. I, 6 dans DOCTE
Une balle se réfléchit quand elle donne contre la muraille, Monde, 14 dans DONNER
Elle se meut un peu plus vite ; dont la raison est évidente, Météor. 1 dans DONT
Non que j'imitasse pour cela les sceptiques, qui ne doutent que pour douter, et affectent d'être toujours irrésolus, Méth. III, 6 dans DOUTER
D'onaîtront deux consonnances, une douzième et une quinte, Mus. dans DOUZIÈME
Des animaux, les uns sont plus faciles à dresser que les autres, Méth. V, 9 dans DRESSER
Tirer une Diane ou une Minerve hors d'un bloc de marbre qui n'est point encore ébauché, Méth. II, 6 dans ÉBAUCHÉ, ÉE
Parmi la foule d'un grand peuple fort actif et plus soigneux de ses propres affaires que curieux de celles d'autrui, j'ai pu vivre aussi solitaire et retiré que dans les déserts les plus écartés, Méth. III, 7 dans ÉCARTÉ, ÉE
La poussière qu'on jette sur une pirouette pendant qu'elle tourne s'en écarte aussitôt, Monde, X dans ÉCARTER
La surprise est cause qu'on s'éclate de rire, Pass. 178 dans ÉCLATER
En ouvrant les écluses du coeur, elle fait que le sang circule plus vite, Pass. 115 dans ÉCLUSE
Réformer le corps des sciences ou l'ordre établi dans les écoles pour les enseigner, Méth. II, 2 dans ÉCOLE
Il me semblait n'avoir fait autre profit, en tâchant de m'instruire, sinon que j'avais découvert de plus en plus mon ignorance ; et j'étais en l'une des plus célèbres écoles de l'Europe, où je pensais qu'il devait y avoir de savants hommes, s'il y en avait en aucun endroit de la terre, ib. I, 6 dans ÉCOLE
J'userai, s'il vous plaît, librement des mots de l'école, Méth. IV, 4 dans ÉCOLE
J'ai tâché de trouver en général les principes ou premières causes de tout ce qui est ou qui peut être dans le monde.... j'ai examiné quels étaient les premiers et plus ordinaires effets qu'on pouvait déduire de ces causes, Méth. VI, 3 dans EFFET
Pour les volontaires qui, par curiosité ou désir d'apprendre, s'offriraient peut-être de lui aider, outre qu'ils ont pour l'ordinaire plus de promesses que d'effet, Méth. VI, 7 dans EFFET
Ceux qui désirent en général le bien des hommes, c'est-à-dire tous ceux qui sont en effet vertueux, et non point par faux-semblant ni seulement par opinion, Méth. VI, 3 dans EFFET
Cette liqueur s'y subtilise, s'y élabore, y acquiert la forme du sang, L'homme. dans ÉLABORER
Les flûtes étant embouchées et remplies de vent, Mus. dans EMBOUCHÉ, ÉE
Il est vrai qu'elles [certaines qualités, l'étendue, la figure, la situation et le mouvement] ne sont point formellement en moi, puisque je ne suis qu'une chose qui pense ; mais, parce que ce sont seulement de certains modes de la substance et que je suis moi-même une substance, il semble qu'elles puissent être contenues en moi éminemment, Médit. III, 14 dans ÉMINEMMENT
On prend plaisir à se sentir émouvoir à toutes sortes de passions, Pass. 94 dans ÉMOUVOIR
Ayant des figures fort irrégulières et empêchantes, Monde, 8 dans EMPÊCHANT, ANTE
Leurs parties intérieures [des flocons de neige] se resserrent et se condensent, après que les extérieures sont tellement endurcies et engelées par le froid qu'elles ne les peuvent suivre, Météor. 6 dans ENGELER
Si parmi ces exhalaisons il y en a qui sont grasses et ensoufrées...., Météor. 7 dans ENSOUFRÉ, ÉE
Ceux qui sont entachés d'envie, Pass. 184 dans ENTACHÉ, ÉE
Nous pouvons bien imaginer distinctement une tête de lion entée sur le corps d'une chèvre, sans qu'il faille conclure pour cela qu'il y ait au monde une chimère, Mèth. IV, 8 dans ENTÉ, ÉE
Notre imagination ni nos sens ne nous sauraient jamais assurer d'aucune chose si notre entendement n'y intervient, Méth. IV, 6 dans ENTENDEMENT
S'entonnant dans les tuyaux de cheminée, Météor. 7 dans ENTONNER
Ayant considéré combien un même homme, avec son même esprit, étant nourri dès son enfance entre des Français ou des Allemands, devient différent de ce qu'il serait s'il avait toujours vécu avec des Chinois ou des cannibales, Méth. II, 4 dans ENTRE
Sans pouvoir se plier pour s'entre-céder, Météor. 3 dans ENTRE-CÉDER (S')
Ce qui fait que ces rayons s'entre-croisent, Dioptr. 7 dans ENTRE-CROISER
Vous la sentirez chaude dans les entre-deux de vos doigts, Météor. 2 dans ENTRE-DEUX
Parties de la vapeur qui s'entre-rencontrent, Météor. 5 dans ENTRE-RENCONTRER (S')
La respiration n'est pas moins nécessaire à l'entretènement de ce feu, l'Homme. dans ENTRETÈNEMENT
Le commencement de l'hiver m'arrêta en un quartier où, ne trouvant aucune conversation qui me divertît, je demeurais tout le jour enfermé seul dans un poêle où j'avais le loisir de m'entretenir de mes pensées, Méth. II, 1 dans ENTRETENIR
Les parcelles de glace, étant poussées les unes contre les autres par les vents, s'entre-touchent sans s'unir pour cela tout à fait, Météor. 6 dans ENTRE-TOUCHER (S')
La sécheresse du gosier nous fait envie de boire, Méd. 6 dans ENVIE
Une petite glande située environ le milieu de la substance, l'Homme. dans ENVIRON
Je me souviens d'avoir vu environ le mois de mai...., Météor. 7 dans ENVIRON
Si quelquefois le feu s'éprend en ces corps, Météor. 2 dans ÉPRENDRE (S')
En tirant la racine d'une équation cubique, Géom. 1 dans ÉQUATION
L'erreur n'est pas une pure négation, c'est-à-dire n'est pas le simple défaut ou manquement de quelque perfection qui n'est point due, mais c'est une privation de quelque connaissance que je devrais avoir, Médit. IV, 4 dans ERREUR
Un monde que je ferai naître dans les espaces imaginaires, Monde, 6 dans ESPACE
Ce qu'il y a de plus remarquable, c'est la génération des esprits animaux, qui sont comme un vent très subtil, ou plutôt comme une flamme très pure et très vive, qui, montant continuellement en grande abondance du coeur dans le cerveau, se va rendre de là par les nerfs dans les muscles et donne le mouvement à tous les membres, Méth. v, 8 dans ESPRIT
L'esprit dépend si fort du tempérament et de la disposition des organes des corps, que, s'il est possible de trouver quelque moyen qui rende communément les hommes plus sages et plus habiles qu'ils n'ont été jusqu'ici, je crois que c'est dans la médecine qu'il faut le chercher, Méth. VI, 2 dans ESPRIT
N'y a-t-il point quelque Dieu qui me met en l'esprit ces pensées ?, Médit. II, 3 dans ESPRIT
Je n'ai jamais fait beaucoup d'état des choses qui venaient de mon esprit, Méth. VI, 2 dans ESPRIT
Bien que j'aie expliqué mes opinions à des personnes de très bon esprit et qui, pendant que je leur parlais, semblaient les entendre fort distinctement, ib. VI, 6 dans ESPRIT
Lorsque j'ai voulu descendre aux choses qui étaient plus particulières, il s'en est tant présenté à moi de diverses, que je n'ai pas cru qu'il fût possible à l'esprit humain de distinguer les formes ou espèces de corps qui sont sur la terre, si ce n'est qu'on vienne au-devant des causes par les effets et qu'on se serve de plusieurs expériences particulières, Méth. VI, 3 dans ESPRIT
Communiquer au public le peu que j'aurais trouvé, et convier les bons esprits à tâcher de passer plus outre, en contribuant, chacun selon son inclination et son pouvoir, aux expériences qu'il faudrait faire, Méth. VI, 2 dans ESPRIT
Ils [les philosophes anciens] élèvent fort haut les vertus, et les font paraître estimables par-dessus toutes les choses qui sont au monde, Méth. I, 10 dans ESTIMABLE
Quoique je ne fisse pas profession de mépriser la gloire en cynique, je faisais néanmoins fort peu d'état de celle que je n'espérais point pouvoir acquérir qu'à faux titres, Méth. I, 13 dans ÉTAT
Il ne me semble pas aussi que vous prouviez rien contre moi en disant que l'idée de Dieu qui est en nous n'est qu'un être de raison ; car cela n'est pas vrai, si par un être de raison l'on entend une chose qui n'est point, mais seulement si toutes les opérations de l'entendement sont prises pour des êtres de raison, c'est-à-dire pour des êtres qui partent de la raison, auquel sens tout ce monde peut aussi être appelé un être de raison divine, c'est-à-dire un être créé par un simple acte de l'entendement divin, Rép. II, 10 dans ÊTRE
Qui servent à élargir et à étrécir les entrées, Pass. I, 15 dans ÉTRÉCIR
J'estimais fort l'éloquence, et j'étais amoureux de la poésie ; mais je pensais que l'une et l'autre étaient des dons de l'esprit plutôt que des fruits de l'étude, Méth. I, 9 dans ÉTUDE
Sitôt que j'eus achevé tout ce cours d'études, au bout duquel on a coutume d'être reçu au rang des doctes, Méth. I, 6 dans ÉTUDE
La lecture de tous les bons livres est comme une conversation avec les plus honnêtes gens des siècles passés qui en ont été les auteurs, et même une conversation étudiée en laquelle ils ne nous découvrent que les meilleures de leurs pensées, Méth. I, 6 dans ÉTUDIÉ, ÉE
J'avais un peu étudié, étant plus jeune, entre les parties de la philosophie, à la logique, et, entre les mathématiques, à l'analyse des géomètres et à l'algèbre, Méth. II, 6 dans ÉTUDIER
De cela même que je pensais à douter de la vérité des autres choses, il suivait très évidemment et très certainement que j'étais, Méth. IV, 2 dans ÉVIDEMMENT
Si quel qu'un pouvait apprendre en un jour à jouer du luth excellemment, Méth. VI, 11 dans EXCELLEMMENT
On ne peut pas dire qu'elle soit en quelqu'une de ses parties à l'exclusion des autres, Pass. 29 dans EXCLUSION
Je ne vois pas comment on pourrait l'excuser [Dieu] de tromperie, si en effet ces idées [des objets extérieurs] étaient produites par d'autres causes que par des choses corporelles, Médit. VI, 9 dans EXCUSER
Encore que les raisons pour lesquelles je l'avais prise [la résolution de publier un livre] fussent très fortes, mon inclination, qui m'a toujours fait haïr le métier de faire des livres, m'en fit incontinent trouver assez d'autres pour m'en excuser, Méth. VI, 1 dans EXCUSER
La sueur vient quand on fait de l'exercice, Pass. 129 dans EXERCICE
S'il y en a qui nient qu'ils aient des idées distinctes de l'esprit et du corps.... sur ce qu'ils n'ont jamais expérimenté d'avoir été sans corps, Rép. II, 6 dans EXPÉRIMENTER
J'expérimente déjà que ma connaissance s'augmente et se perfectionne peu à peu, Médit. III, 19 dans EXPÉRIMENTER
Entre plusieurs opinions également reçues [pour la conduite de la vie], je ne choisissais que les plus modérées, tant à cause que ce sont toujours les plus commodes pour la pratique et vraisemblablement les meilleures, comme aussi afin de me détourner moins du vrai chemin, en cas que je faillisse, que si, ayant choisi l'un des extrêmes, c'eût été l'autre qu'il eût fallu suivre, Méth. III, 2 dans EXTRÊME
J'y avais montré quelle doit être la fabrique des nerfs et des muscles du corps humain, Méth. v, 9 dans FABRIQUE
Tout de même que les peintres, ne pouvant également bien représenter dans un tableau plat toutes les diverses faces d'un corps solide, en choisissent une des principales, Méth. v, 2 dans FACE
Revenant à examiner l'idée que j'avais d'un être parfait, je trouvais que l'existence y était comprise en même façon qu'il est compris en celle d'un triangle que ses trois angles sont égaux à deux droits, Méth. IV, 5 dans FAÇON
Accoutumés à ne rien considérer qu'en s'imaginant, qui est une façon de penser particulière pour les choses matérielles, ib. IV, 6 dans FAÇON
J'ai tâché d'expliquer celles [les expériences] qui faisaient le plus à mon sujet, Diopt. 2 dans FAIRE
C'est lui [l'amour] qui sert de matière aux faiseurs de romans et aux poëtes, Pass. 90 dans FAISEUR, EUSE
Il n'y a point d'animal tant parfait et tant heureusement né qu'il puisse être, qui fasse le semblable [qui parle comme l'homme] ; ce qui n'arrive pas de ce qu'ils ont faute d'organe, Méth. v, 9 dans FAUTE
Il est manifeste que, nonobstant la souveraine bonté de Dieu, la nature de l'homme, en tant qu'il est composé de l'esprit et du corps, ne peut qu'elle ne soit quelquefois fautive et trompeuse, Médit. VI, 22 dans FAUTIF, IVE
Il est nécessaire de feindre qu'il [Dieu] soit trompeur, si nous voulons révoquer en doute les choses que nous concevons clairement, Rép. II, 29 dans FEINDRE
Et parce que cela ne se peut pas même feindre...., Rép. II, 29 dans FEINDRE
Avec combien peu de fidélité rapportez-vous mes paroles, lorsque vous feignez que j'ai dit...., Rép. aux cinquièmes object. 42 dans FIDÉLITÉ
Qu'ils [les lecteurs] repassent si longtemps et si souvent cette considération [l'incertitude des sens] en leur esprit, qu'enfin ils acquièrent l'habitude de ne plus se fier si fort en leurs sens, Rép. aux secondes object. 67 dans FIER
On sentira qu'à toutes les fois que le coeur s'accourcira, il pressera le doigt, Foetus. dans FOIS
Par une chose complète, je n'entends autre chose qu'une substance revêtue de formes ou d'attributs qui suffisent pour me faire connaître qu'elle est une substance, Rép. aux quatre object. 11 dans FORME
Il n'y a que dans les jugements que se puisse rencontrer la vraie et formelle fausseté ; il se peut néanmoins trouver dans les idées une certaine fausseté matérielle, à savoir lorsqu'elles représentent ce qui n'est rien comme si c'était quelque chose, Médit. III, 13 dans FORMEL, ELLE
Dans la notion que nous avons de ces facultés [d'imaginer et de sentir], ou, pour me servir des termes de l'école, dans leur concept formel, elles enferment quelque sorte d'intellection, Médit. VI, 9 dans FORMEL, ELLE
La couleur, la dureté, la figure, etc. n'appartiennent point à la raison formelle de la cire, c'est-à-dire qu'on peut concevoir tout ce qui se trouve nécessairement dans la cire sans avoir besoin pour cela de penser à elles, Rép. aux 3es object. 13 dans FORMEL, ELLE
Cette vérité [que le néant ne peut rien produire] n'est pas seulement claire et évidente dans les effets qui ont cette réalité que les philosophes appellent actuelle ou formelle, mais aussi dans les idées où l'on considère seulement la réalité qu'ils nomment objective, Médit. III, 11 dans FORMEL, ELLE
Je comprends fort bien que l'être objectif d'une idée ne peut être produit par un être qui existe seulement en puissance (lequel, à proprement parler, n'est rien), mais seulement par un être formel ou actuel, ib. 19 dans FORMEL, ELLE
Il faut nécessairement qu'elle [la cause de l'idée] soit en quelque substance différente de moi, dans laquelle toute la réalité qui est objectivement dans les idées.... soit contenue formellement ou éminemment ; et cette substance est ou un corps, c'est-à-dire une nature corporelle dans laquelle est contenu formellement et en effet tout ce qui est objectivement et par représentation dans ces idées, Médit. VI, 9 dans FORMELLEMENT
Les mêmes choses sont dites être formellement dans les objets des idées quand elles sont en eux telles que nous les concevons ; et elles sont dites y être éminemment quand elles n'y sont pas à la vérité telles, mais qu'elles sont si grandes qu'elles peuvent suppléer à ce défaut par leur excellence, Rép. aux 2es object. 60 dans FORMELLEMENT
Je trouve en moi deux idées du soleil toutes diverses : l'une tire son origine des sens.... par laquelle il me paraît extrêmement petit ; l'autre est prise des raisons de l'astronomie.... ou est formée par moi-même de quelque sorte que ce puisse être, par laquelle il me paraît plusieurs fois plus grand que toute la terre, Médit. III, 9 dans FORMER
Peut-être qu'il y a en moi quelque faculté ou puissance propre à produire ces idées [des corps] sans l'aide d'aucunes choses extérieures, comme en effet il m'a toujours semblé jusques ici que, lorsque je dors, elles se forment ainsi en moi sans l'aide des objets qu'elles représentent, Médit. III, 9 dans FORMER
Les chirurgiens, qui, ayant lié le bras médiocrement fort, au-dessus de l'endroit où ils ouvrent la veine, font que le sang en sort plus abondamment que s'ils ne l'avaient point lié, Méth. V, 7 dans FORT, ORTE
La volonté seule ou la liberté du franc arbitre que j'expérimente en moi être si grande que je ne conçois point l'idée d'aucune autre plus ample, Médit. IV, 7 dans FRANC, FRANCHE
Ils la touchent [la paume] en biaisant de leur raquette, ce qu'ils nomment couper ou friser, Diopt. 1 dans FRISER
Elles s'allaient rencontrer de front l'une l'autre, Monde, 8 dans FRONT
Ceux qui ont la fortune chez eux ont raison de demeurer tous autour d'elle ; mais ceux de la maison desquels elle est fugitive...., Lett. à Élisabeth, t. IX, p. 372, éd. COUSIN. dans FUGITIF, IVE
Ils veulent soutenir, au dédit de ce que l'on voudra, que c'est une chose impossible [que les bêtes n'aient point de pensée].... ce n'est point la coutume d'en venir aux gageures que lorsque les preuves nous manquent, Rép. aux 6es object. 5 dans GAGEURE
La puissance de la nature est si ample et si vaste, ces principes sont si simples et si généraux...., Méth. VI, 3 dans GÉNÉRAL, ALE
Vous ne prouvez rien contre moi en disant que l'unité de toutes les perfections qui sont en Dieu est formée de la même façon que l'unité générique et celle des autres universaux, Rép. aux sec. objec. 21 dans GÉNÉRIQUE
L'unité générique n'ajoute rien de réel à la nature de chaque individu, ib. dans GÉNÉRIQUE
Un médecin d'Angleterre [Harvey], auquel il faut donner la louange d'avoir rompu la glace en cet endroit [la circulation du sang], et d'être le premier qui a enseigné...., Méth. v, 7 dans GLACE
Trois sortes de glaires ou humeurs extrêmement claires, l'Homme. dans GLAIRE
Un homme remue la langue, pousse son haleine, Monde, 1 dans HALEINE
Je ne craindrai pas de dire que je pense avoir eu beaucoup d'heur de m'être rencontré dès ma jeunesse en certains chemins qui m'ont conduit à des considérations et des maximes dont j'ai formé une méthode..., Méth. I, 3 dans HEUR
Si j'ai ci-devant trouvé quelques vérités dans les sciences..., je puis dire que ce ne sont que des suites et des dépendances de cinq ou six principales difficultés que j'ai surmontées, et que je compte pour autant de batailles où j'ai eu l'heur de mon côté, ib. VI, 4 dans HEUR
Ne proposant cet écrit [Discours de la Méthode] que comme une histoire ou, si vous l'aimez mieux, comme une fable, en laquelle, parmi quelques exemples qu'on peut imiter, on en trouvera peut-être aussi plusieurs autres qu'on aura raison de ne pas suivre, j'espère qu'il sera utile à quelques-uns sans être nuisible à personne, et que tous me sauront gré de ma franchise, Méth. I, 5 dans HISTOIRE
Je ne laisse pas de recevoir une extrême satisfaction du progrès que je pense avoir déjà fait en la recherche de la vérité, et de concevoir de telles espérances pour l'avenir que si, entre les occupations des hommes purement hommes, il y en a quelqu'une qui soit solidement bonne et importante, j'ose croire que c'est celle que j'ai choisie, Méth. I, 3 dans HOMME
Il n'y a point d'hommes si hébétés et si stupides, qu'ils ne soient capables d'arranger ensemble diverses paroles et d'en composer un discours, Méth. V, 9 dans HOMME
La lecture de tous les bons livres est comme une conversation avec les honnêtes gens des siècles passés, qui en ont été les auteurs, Méth. I, 7 dans HONNÊTE
Je dois rejeter tous les doutes de ces jours passés, comme hyperboliques et ridicules, particulièrement cette incertitude si générale touchant le sommeil, que je ne pouvais distinguer de la veille, Médit. VI, 23 dans HYPERBOLIQUE
Après avoir traversé le verre hyperbolique, Dioptr. 8 dans HYPERBOLIQUE
Je serais bien aise de poursuivre et de faire voir ici toute la chaîne des autres vérités que j'ai déduites de ces premières, Méth. V, I dans ICI
Je me résolus de laisser tout ce monde ici à leurs disputes, Méth. V, 2 dans ICI
Par le nom d'idée j'entends cette forme de chacune de nos pensées par la perception immédiate de laquelle nous avons connaissance de ces mêmes pensées, Rép. aux secondes obj. 58 dans IDÉE
Ayant appris dès le collège qu'on ne saurait rien imaginer de si étrange et si peu croyable, qu'il n'ait été dit par quelqu'un des philosophes, Méth. II, 4 dans IL, au singulier, ILS, au pluriel
Les histoires les plus fidèles, si elles ne changent ni n'augmentent la valeur des choses pour les rendre plus dignes d'être lues, au moins omettent-elles presque toujours les plus basses et moins illustres circonstances, Méth. I, 8 dans ILLUSTRE
Il fallait.... que je rejetasse comme absolument faux tout ce en quoi je pourrais imaginer le moindre doute, afin de voir s'il ne resterait point après cela quelque chose en ma créance qui fût entièrement indubitable, Méth. IV, 1 dans IMAGINER
Il est évident qu'il n'y a pas moins de répugnance que la fausseté ou l'imperfection procède de Dieu en tant que telle, qu'il y en a que la vérité ou la perfection procède du néant, Méth. IV, 7 dans IMPERFECTION
N'est-ce pas un argument infaillible et très certain d'imperfection en ma connaissance, de ce qu'elle s'accroît peu à peu et qu'elle s'augmente par degrés ?, Médit. III, 19 dans IMPERFECTION
Les fins [des choses] sont toutes également cachées dans l'abîme imperscrutable de sa sagesse [de Dieu], Rép. aux cinquièmes object. 46 dans IMPERSCRUTABLE
Je ne m'arrête pas à réfuter les lieux où vous me faites parler impertinemment, parce qu'il me suffit d'avoir une fois averti le lecteur que vous ne gardez pas toute la fidélité qui est due au rapport des paroles d'autrui, Rép. aux cinquièmes object. 15 dans IMPERTINEMMENT
Toute impossibilité, ou, s'il m'est permis de me servir ici du mot de l'école, toute implicance consiste seulement en notre concept ou pensée, qui ne peut conjoindre les idées qui se contrarient les unes les autres, Rép. aux secondes obj. 42 dans IMPLICANCE
Encore que nous ne concevions Dieu que très imparfaitement, cela n'empêche pas qu'il ne soit certain que sa nature est possible, ou qu'elle n'implique point, Rép. aux secondes objec. 42 dans IMPLIQUER
Je prendrai garde soigneusement de ne recevoir en ma croyance aucune fausseté, et préparerai si bien mon esprit à toutes les ruses de ce grand trompeur [un mauvais génie], que, pour puissant et rusé qu'il soit, il ne me pourra jamais rien imposer, Médit. I, 11 dans IMPOSER
De sorte que désormais il faut que je prenne soigneusement garde de ne prendre pas imprudemment quelque autre chose pour moi, Méditat. II, 4 dans IMPRUDEMMENT
Ceux qui ne travaillent pas tant à bien concevoir une chose qu'à l'impugner et contredire, Rép. aux cinquièmes object. 18 dans IMPUGNER
Ici notre auteur promet de n'impugner les opinions de personne, mais seulement de répondre aux questions..., Remarques sur les septièmes objections, 2 dans IMPUGNER
Jusques à cette heure, ce n'a point été par un jugement certain et prémédité, mais seulement par une aveugle et téméraire impulsion, que j'ai cru qu'il y avait des choses hors de moi et différentes de mon être, Médit. III, 9 dans IMPULSION
Le désir de vengeance et la colère les incite à courir inconsidérément...., Pass. 211 dans INCITER
Les peuples qui, ayant été autrefois demi-sauvages et ne s'étant civilisés que peu à peu, n'ont fait leurs lois qu'à mesure que l'incommodité des crimes et des querelles les y a contraints, Méth. II, 1 dans INCOMMODITÉ
Pour avoir une idée vraie de l'infini, il ne doit en aucune façon être compris, d'autant que l'incompréhensibilité même est contenue dans la raison formelle de l'infini, Rép. aux 5es object. 33 dans INCOMPRÉHENSIBILITÉ
Sachant que ma nature est extrêmement faible et limitée et que celle de Dieu au contraire est immense, incompréhensible et infinie, Médit. IV, 5 dans INCOMPRÉHENSIBLE
Ces choses que je suppose n'être point, parce qu'elles me sont inconnues, 2e médit. 6 dans INCONNU, UE
Je suis contraint d'avouer qu'il n'y a rien de tout ce que je croyais autrefois être véritable dont je ne puisse en quelque façon douter ; et cela, non point par inconsidération ou légèreté, mais pour des raisons très fortes et mûrement considérées, 1re médit. 8 dans INCONSIDÉRATION
Et ceci fut capable dès lors de me délivrer de tous les repentirs et les remords qui ont coutume d'agiter les consciences de ces esprits faibles et chancelants qui se laissent aller inconstamment à pratiquer comme bonnes les choses qu'ils jugent après être mauvaises, Méth. III, 3 dans INCONSTAMMENT
Je mets ici la distinction entre l'indéfini et l'infini ; et il n'y a rien que je nomme proprement infini, sinon ce en quoi de toutes parts je ne rencontre point de limites, auquel sens Dieu seul est infini ; mais pour les choses où sous quelque considération seulement je ne vois point de fin, comme la multitude des nombres..., je les appelle indéfinies et non pas infinies, parce que de toutes parts elles ne sont pas sans fin ni sans limites, Rép. aux 1es obj. 10 dans INDÉFINI, IE
M'étant proposé l'objet des géomètres, que je concevais comme un corps continu ou un espace indéfiniment étendu en longueur, largeur et hauteur ou profondeur, Méthode, IV, 5 dans INDÉFINIMENT
Vous savez quel vous êtes indéterminément et confusément, mais non pas déterminément et clairement, Rem. aux 7es obj. 44 dans INDÉTERMINÉMENT
Cette indifférence que je sens lorsque je ne suis point emporté vers un côté plutôt que vers un autre par le poids d'aucune raison, est le plus bas degré de la liberté, Médit. IV, 7 dans INDIFFÉRENCE
Lorsqu'on a quelque bon dessein, ou même quelque dessein qui n'est qu'indifférent, Méth. III, 2 dans INDIFFÉRENT, ENTE
Autrement [c'est-à-dire si tout ne dépendait pas de Dieu], il n'aurait pas été tout à fait indifférent à créer les chose qu'il a créées, Rép. aux 6es obj. 13 dans INDIFFÉRENT, ENTE
Les essences des choses sont indivisibles ; car l'idée représente l'essence de la chose, à laquelle si on ajoute ou diminue quoi que ce soit, elle devient aussitôt l'idée d'une autre chose, Rép. aux 5es object. 39 dans INDIVISIBLE
La vérité consistant dans un indivisible, il peut arriver que ce que nous ne croyons pas être tout à fait certain, pour probable qu'il nous paraisse, soit néanmoins absolument faux, Rem. sur les 7es obj. 67 dans INDIVISIBLE
Quoiqu'en matière de morale ce soit quelquefois une chose pieuse de considérer quelle fin nous pouvons conjecturer que Dieu s'est proposée au gouvernement de l'univers, certainement en physique, où toutes choses doivent être appuyées de solides pensées, cela serait inepte, Rép. aux 5es object. 46 dans INEPTE
En la bouche d'une personne qui agirait sérieusement, elles [des paroles] seraient ineptes et ridicules, Remarq. sur les 7es object. 40 dans INEPTE
D'où [le sol s'affaissant] s'ensuit la ruine infaillible et inespérée de tout l'édifice, Rem. sur les 7es obj. 58 dans INESPÉRÉ, ÉE
Je ne voulais pas inférer de toutes ces choses que le monde ait été créé en la façon que je proposais, Méth. V, 3 dans INFÉRER
Mon entendement, qui est fini, ne peut comprendre l'infini, Rép. aux 1res obj. 5 dans INFINI, IE
En recherchant les pères de mes pères, je ne pourrais pas continuer ce progrès à l'infini, Rép. aux 1res obj. 5 dans INFINI, IE
Il tombe encore innocemment dans la même faute.... aussi est-ce un bon homme, Rem. sur les 7e object. 7 dans INNOCEMMENT
Messieurs les régents sont si animés contre moi à cause des innocents Principes de physique qu'ils ont vus, et si en colère de ce qu'ils n'y trouvent aucun prétexte pour me calomnier, Lett. à Chanut, 34, du t. 1er de l'éd. de 1724 dans INNOCENT, ENTE
L'on ne doit pas dire.... qu'il n'est point nécessaire de penser que toutes les figures de quatre côtés se peuvent inscrire dans le cercle, mais que, supposé que j'aie cette pensée, je suis contraint d'avouer que le rhombe y peut être inscrit, puisque c'est une figure de quatre côtés ; et ainsi je serai contraint d'avouer une chose fausse, Médit. V, 5 dans INSCRIRE
L'unité, la simplicité ou l'inséparabilité de toutes les choses qui sont en Dieu est une des principales perfections que je conçois être en lui, Médit. III, 22 dans INSÉPARABILITÉ
Idées... jointes ensemble et inséparables, Méd. III, 22 dans INSÉPARABLE
La bonne institution sert beaucoup pour corriger les défauts de la naissance, Pass. 161 dans INSTITUTION
Je me trouvais embarrassé de tant de doutes et d'erreurs, qu'il me semblait n'avoir fait autre profit, en tâchant de m'instruire, sinon que j'avais découvert de plus en plus mon ignorance, Méth. I, 6 dans INSTRUIRE
Je remarque la différence qui est entre l'imagination et la pure intellection ou conception, Médit. VI, 1 dans INTELLECTION
Je demande de quelle façon ce philosophe [Hobbes] tire l'intellection de Dieu des choses extérieures, Troisièmes objections, 53 dans INTELLECTION
Préparer les esprits des lecteurs a considérer les choses intellectuelles, et les distinguer des corporelles, Troisièmes objections : 2 dans INTELLECTUEL, ELLE
Lesquels, non contents de savoir tout ce qui est intelligiblement expliqué dans leur auteur, veulent outre cela y trouver la solution de plusieurs difficultés dont il ne dit rien et auxquelles il n'a peut-être jamais pensé, Méth. VI, 6 dans INTELLIGIBLEMENT
Voici des exemples : Les petits filets que je vous ai dit venir du plus intérieur du cerveau, l'Homme, 4 dans INTÉRIEUR, EURE
Les couleurs de l'iris qui ont été ici expliquées, Météor. 8 dans IRIS
Pendant que chacun tâche de vaincre [dans une discussion], on s'exerce bien plus à faire valoir la vraisemblance qu'à peser les raisons de part et d'autre ; et ceux qui ont été longtemps bons avocats ne sont pas pour cela par après les meilleurs juges, Méth. VI, 5 dans JUGE
Au reste, j'en suis maintenant là que je vois, ce me semble, assez bien de quel biais on se doit prendre à...., Méth. VI, 3 dans
Ouvrant ceux de ces pores qui regardent vers là, l'Homme. dans
Concevez sa superficie [du cerveau, du côté des ventricules], comme un reseuil [réseau] ou lacis assez épais, l'Homme. dans LACIS
Celle [la fâcheuse nouvelle] qui m'a le plus vivement touché a été la maladie de Votre Altesse ; et, bien que j'en aie aussi appris la guérison, il ne laisse pas d'en rester encore des marques de tristesse en mon esprit, Lett. à la princ. Palatine, 27 du 1er vol. édit. de 1724 dans LAISSER
Le zèle extrême que j'ai pour elle [Votre Altesse] est cause que je me suis laissé emporter à ce discours, Lett. à la Princ. Palatine, 28 du t. 1er de l'éd. de 1724 dans LAISSER
Les âmes vulgaires se laissent aller à leurs passions, et ne sont heureuses ou malheureuses que selon que les choses qui leur surviennent sont agréables ou déplaisantes, Lett. à la Princ. Palatine, 28 du t. Ier de l'éd. de 1724 dans LAISSER
Quelques matières qui ne lairraient pas de faire voir assez clairement ce que je puis ou ne puis pas dans les sciences, Méth. VI, 9 dans LAISSER
J'ai été nourri aux lettres dès mon enfance, et, pour ce qu'on me persuadait que par leur moyen on pouvait acquérir une connaissance claire et assurée de tout ce qui est utile à la vie, j'avais un extrême désir de les apprendre, Méth. I, 6 dans LETTRE
Et certainement il [un critique] est tout à fait libéral à faire le dénombrement de mes fautes, Remarques sur les 7es object. 67 dans LIBÉRAL, ALE
Ils [les sectateurs de tel ou tel philosophie] sont comme le lierre, qui ne tend point à monter plus haut que les arbres qui le soutiennent, et même souvent qui redescend après qu'il est parvenu jusques à leur faîte, Méth. VI, 6 dans LIERRE
Les mots de lieu et d'espace ne signifient rien qui diffère véritablement du corps que nous disons être en quelque lieu, et nous marquent seulement sa grandeur, sa figure, et comment il est situé entre les autres corps, Principes, II, 13 dans LIEU
Toutefois le lieu et l'espace sont différents en leurs noms, parce que le lieu nous marque plus expressément la situation que la grandeur ou la figure, et qu'au contraire nous pensons plutôt à celles-ci lorsqu'on nous parle de l'espace, ib. 14 dans LIEU
Il faut marquer d'un trait de plume les lieux où l'on trouvera de la difficulté, et continuer de lire sans interruption jusqu'à la fin, Principes, préface, 10 dans LIEU
....Farre par ce moyen que, si ces balles [réfléchies contre un corps dur] n'ont eu auparavant qu'un simple mouvement droit, elles en perdent une partie et en acquièrent, au lieu, un circulaire, Dioptr. 1 dans LIEU
Les anciens ont fort bien remarqué qu'entre les problèmes de géométrie, les uns sont plans, les autres solides et les autres linéaires, c'est-à-dire que les uns peuvent être construits en ne traçant que des lignes droites et des cercles, au lieu que...., Géom. 2 dans LINÉAIRE
Et me résolvant de ne chercher plus d'autre science que celle qui se pourrait trouver en moi-même ou bien dans le grand livre du monde, Méth. I, 14 dans LIVRE
Comme ce n'est pas assez, avant de commencer à rebâtir le logis où l'on demeure, que de l'abattre et de faire provision de matériaux et d'architectes, mais qu'il faut aussi s'être pourvu de quelque autre où on puisse être logé commodément pendant le temps qu'on y travaillera, Méth. III, 1 dans LOGIS
Je me tiendrai toujours plus obligé à ceux par la faveur desquels je jouirai sans empêchement de mon loisir, que je ne serais à ceux qui m'offriraient les plus honorables emplois de la terre, Méth. VI, 12 dans LOISIR
Parce qu'il est malaisé de se défaire si promptement d'une opinion à laquelle on est accoutumé de longue main, Méd. II, 13 dans LONG, ONGUE
Un médecin d'Angleterre [Hervey] auquel il faut donner la louange d'avoir le premier enseigné qu'il y a plusieurs petits passages aux extrémités des artères, par où le sang qu'elles reçoivent du coeur entre dans les petites branches des veines, Méth. V, 7 dans LOUANGE
Méditations.... trop stériles et indignes d'avoir été mises en lumière, Rép. aux 2es objections, 3 dans LUMIÈRE
Il y a environ trente ans qu'un nommé Jacques Metius, de la ville d'Alcmar en Hollande.... ayant plusieurs verres de diverses formes.... les appliqua si heureusement au bout d'un tuyau, que la première des lunettes en fut composée, Dioptr. I dans LUNETTE
Ces merveilleuses lunettes qui, n'étant en usage que depuis peu, nous ont déjà découvert de nouveaux astres dans le ciel, et d'autres nouveaux objets dans la terre en plus grand nombre que ne sont ceux que nous y avions vus auparavant, ib. dans LUNETTE
Considérant la machine du corps humain comme ayant été formée de Dieu pour avoir en soi tous les mouvements qui ont coutume d'y être, Médit. VI, 16 dans MACHINE
Je l'ai démontré [un principe].... et partant je ne vois pas ce que vous pourriez désirer de plus pour donner les mains, ainsi que vous avez promis, Rép. aux 2es obj. 11 dans MAIN
Lorsque ce savant théologien me dit qu'il y a de l'équivoque en ces paroles un pur rien, il semble avoir voulu m'avertir de celle que je viens tout maintenant de remarquer, Rép. aux prem. obj. 4 dans MAINTENANT
Se garder de malfaire, Pass. 158 dans MALFAIRE
Je ne saurais aucunement approuver ces humeurs brouillonnes et inquiètes qui, n'étant appelées ni par leur naissance ni par leur fortune au maniement des affaires publiques, ne laissent pas d'y faire toujours en idée quelque nouvelle réformation, Méth. II, 3 dans MANIEMENT
L'aversion qu'on a des médecines, Pass. 107 dans MÉDECINE
La méditation que je fis hier m'a rempli l'esprit de tant de doutes qu'il n'est plus désormais en ma puissance de les oublier, Médit. II, 1 dans MÉDITATION
Ceux qui y penseront sérieusement [à une proposition], et qui voudront avec moi prendre la peine d'y méditer, Rép. II, 11 dans MÉDITER
Je ne conseillerai jamais à personne de le lire, sinon à ceux qui voudront avec moi méditer sérieusement, et qui pourront détacher leur esprit du commerce des sens, Médit. préface, 9 dans MÉDITER
La nature m'enseigne par ces sentiments de douleur, de faim, de soif, que je ne suis pas seulement logé dans mon corps ainsi qu'un pilote en son navire, mais outre cela que je lui suis conjoint très étroitement et tellement confondu et mêlé que je compose comme un seul tout avec lui, Médit. VI, 12 dans MÊLÉ, ÉE
Ceux qui se mêlent de donner des préceptes, se doivent estimer plus habiles que ceux auxquels ils les donnent, Méth. I, 5 dans MÊLER
C'est quasi le même de ceux qui découvrent peu à peu la vérité dans les sciences, que de ceux qui, commençant à devenir riches, ont moins de peine à faire de grandes acquisitions qu'ils n'ont eu auparavant, étant plus pauvres, à en faire de beaucoup moindres, Méth. VI, 4 dans MÊME
Les considérant comme d'autres soi-mêmes, Pass. 82 dans MÊME
Ce n'est pas merveille, s'il faut une force assez sensible, Mondes, 3 dans MERVEILLE
Veines qu'Asellius a découvertes depuis peu dans le mesentère, Foetus, 4 dans MÉSENTÈRE
C'est une chose très remarquable que tous les métaphysiciens s'accordent unanimement dans la description qu'ils font des attributs de Dieu, Rép. aux 2mes obj. 16 dans MÉTAPHYSICIEN
J'estime que cela [ne pas se fier aux sens] est nécessaire pour se rendre capable de connaître la vérité des choses métaphysiques, lesquelles ne dépendent point des sens, Rép. aux secondes object. 67 dans MÉTAPHYSIQUE
....Que je n'eusse auparavant employé assez de temps à faire le projet de l'ouvrage que j'entreprenais, et à chercher la vraie méthode pour parvenir à la connaissance de toutes les choses dont mon esprit serait capable, Méth. II, 5 dans MÉTHODE
Mon dessein n'est pas d'enseigner ici la méthode que chacun doit suivre pour bien conduire sa raison, mais seulement de faire voir en quelle sorte j'ai tâché de conduire la mienne, ib. I, 5 dans MÉTHODE
Il y a des hommes qui font la même mine lorsqu'ils pleurent que les autres lorsqu'ils rient, Pass. 113 dans MINE
Il est bon de savoir quelque chose des moeurs de divers peuples, afin de juger des nôtres plus sainement, et que nous ne pensions pas que tout ce qui est contre nos modes soit ridicule et contre raison, ainsi qu'ont coutume de faire ceux qui n'ont rien vu, Méth. I, 8 dans MOEURS
Un certain mauvais génie, non moins rusé et trompeur que puissant, Médit. I, 10 dans MOINS
À tout le moins il est en ma puissance de suspendre mon jugement, Méd. I, 10 dans MOINS
On sent une chaleur moite et étouffante, Météor. 7 dans MOITE
Que nous avons nommé le monstre de l'octave, ou une octave défectueuse, Mus. dans MONSTRE
Une montre lorsqu'elle est montée, Pass. I, 6 dans MONTER
C'est ce vent [avec la pluie] qui est cause que, lorsque les hirondelles volent bas, elles nous avertissent de la pluie ; car il fait descendre certains moucherons dont elles vivent, qui ont coutume de prendre l'essor et de s'égayer au haut de l'air quand il fait beau, Méteor. 7 dans MOUCHERON
Ceux qui savent combien de divers automates ou machines mouvantes l'industrie des hommes peut faire, sans y employer que fort peu de pièces...., Méth. V, 9 dans MOUVANT, ANTE
Tout mon dessein ne tendait qu'à m'assurer et à rejeter la terre mouvante et le sable pour trouver le roc ou l'argile, Méthode, III, 6 dans MOUVANT, ANTE
Quoiqu'il y ait des espaces dans lesquels je ne trouve rien qui excite et meuve mes sens, Médit. VI, 14 dans MOUVOIR
Pendant qu'elles [les parties d'eau] ne s'y meuvent [dans les grains de sel] que moyennement vite, Météor. 3 dans MOYENNEMENT
L'ordre qui montre le plus naturellement de tous en quelle sorte elles [des lignes, dans un problème de géométrie] dépendent mutuellement les unes des autres, Géom. I dans MUTUELLEMENT
Si je pensais à un myriogone ou à quelque autre figure de beaucoup de côtés, Médit. VI, 2 dans MYRIOGONE
Au lieu de cette philosophie spéculative qu'on enseigne dans les écoles, on en peut trouver une pratique, par laquelle, connaissant la force et les actions du feu, de l'eau, de l'air, des astres, des cieux et de tous les autres corps qui nous environnent aussi distinctement que nous connaissons les divers métiers de nos artisans, nous les pourrions employer en même façon à tous les usages auxquels ils sont propres, et ainsi nous rendre comme maîtres et possesseurs de la nature, Méth. VI, 2 dans NATURE
Je dois définir ce que j'entends proprement, lorsque je dis que la nature m'enseigne quelque chose ; car je prends ici la nature en une signification plus resserrée que lorsque je l'appelle un assemblage ou une complexion de toutes les choses que Dieu m'a données, Médit. VI, 14 dans NATURE
Ils n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont, Méth. I, 1 dans NE
Il ne se présente pas seulement à ma pensée une réelle et positive idée de Dieu, mais aussi, pour ainsi parler, une certaine idée négative du néant ; et je suis placé comme un milieu entre Dieu et le néant, Médit. IV, 3 dans NÉGATIF, IVE
J'ai souvent souhaité d'avoir la pensée aussi prompte, ou l'imagination aussi nette et distincte, ou la mémoire aussi ample et aussi présente que quelques autres, Méth. I, 2 dans NET, ETTE,
Je ne pouvais mieux faire que d'entreprendre une bonne fois de les [opinions reçues] en ôter [de mon esprit], afin d'y en remettre par après ou d'autres meilleures, ou bien les mêmes, lorsque je les aurais ajustées au niveau de la raison, Méth. II, 2 dans NIVEAU
Ayant succinctement accordé les choses qu'il a jugées être suffisamment démontrées, il est venu au noeud de la difficulté, qui est de savoir ce qu'il faut ici entendre par le nom d'idée, Rép. aux 1res obj. 2 dans NOEUD
Les corps qu'on nomme noirs, lesquels n'ont point d'autre couleur que les ténèbres, Dioptr. I dans NOIR, OIRE
Certains insensés dont le cerveau est tellement troublé et offusqué par les noires vapeurs de la bile...., Médit. I, 3 dans NOIR, OIRE
Toutes les fois que je fais l'addition de deux et de trois, ou je nombre les côtés d'un carré, Médit. I, 8 dans NOMBRER
De cela seul que j'aperçois que je ne puis jamais, en nombrant, arriver au plus grand de tous les nombres, et que de là je connais qu'il y a quelque chose, en matière de nombrer, qui surpasse mes forces, Rép. aux 2es obj. 19 dans NOMBRER
Ainsi qu'on voit que les têtes, un peu après être coupées, se remuent encore et mordent la terre, nonobstant qu'elles ne soient plus animées, Méth. v, 9 dans NONOBSTANT
J'ai été nourri aux lettres dès mon enfance, Méth. I, 6 dans NOURRIR
Par la réalité objective d'une idée, j'entends l'entité ou l'être de la chose représentée par cette idée, en tant que cette entité est dans l'idée ; car tout ce que nous concevons comme étant dans les objets des idées, tout cela est objectivement ou par représentation dans les idées mêmes, Rép. aux 2er object. 59 dans OBJECTIF, IVE
Les idées qui me représentent des substances sont sans doute quelque chose de plus [que des façons de penser], et contiennent en soi, pour ainsi parler, plus de réalité objective, Médit. III, 10 dans OBJECTIF, IVE
Pour imparfaite que soit cette façon d'être par laquelle une chose est objectivement ou par représentation dans l'entendement par son idée...., 3e Médit. 11 dans OBJECTIVEMENT
Je parle de l'idée qui n'est jamais hors de l'entendement, et au respect de laquelle être objectivement ne signifie autre chose qu'être dans l'entendement en la manière que les objets ont coutume d'y être, Rép. aux prem. objections, 3 dans OBJECTIVEMENT
Tout ce qui est objectivement et par représentation dans les idées, 6e médit. 9 dans OBJECTIVEMENT
Les images des objets ne se forment pas seulement ainsi au fond de l'oeil, mais elles passent encore au delà jusques au cerveau, Dioptr. V dans OBJET
J'étais alors en Allemagne, où l'occasion des guerres qui n'y sont pas encore finies m'avait appelé, Méth. II, 1 dans OCCASION
L'octave est la première de toutes les consonnances et celle qui, après l'unisson, est la plus aisément aperçue par l'oreille, Musique, De l'octave. dans OCTAVE
On peut voir à l'oeil qu'il y a dans le foie quantité de veines, Pass. 108 dans OEIL
Pour les volontaires qui, par curiosité ou désir d'apprendre, s'offriraient peut-être de lui aider...., Méth. VI, 7 dans OFFRIR
Je me délivrais peu à peu de beaucoup d'erreurs qui peuvent offusquer notre lumière naturelle, Méth. I, 14 dans OFFUSQUER
Tout de même que les peintres, ne pouvant également bien représenter dans un tableau plat toutes les diverses faces d'un corps solide, en choisissent une des principales, qu'ils mettent seule vers le jour, et, ombrageant les autres, ne les font paraître qu'autant qu'on les peut voir en la regardant...., Méth. V, 2 dans OMBRAGER
Pour ombrager un peu toutes ces choses et pouvoir dire ce que j'en pense, Méth. V, 2 dans OMBRAGER
Chaque coup de tonnerre est suivi d'une ondée de pluie, Météor. 7 dans ONDÉE
L'ondoiement que causent les vents [aux flocons de neige], Météor. 6 dans ONDOIEMENT
Tous ceux qui sont en effet vertueux, et non point par faux semblant ni seulement par opinion, Méth. VI, 3 dans OPINION
Bien qu'il y ait eu quantité de bons esprits qui ont fort cultivé cette matière [l'étude de la lumière], et ont trouvé à son occasion plusieurs choses en l'optique qui valent mieux que ce que nous en avaient laissé les anciens, Dioptr. I dans OPTIQUE
Ces deux dernières [l'artère veineuse et la veine cave] s'élargissent avant que d'entrer dans le coeur, et y font comme deux bourses nommées les oreilles du coeur, Méth. V, 5 dans OREILLE
Selon les diverses façons que l'organiste remue les doigts sur le clavier...., l'Homme. dans ORGANISTE
Pour les mauvaises doctrines, je pensais déjà connaître assez ce qu'elles valaient pour n'être plus sujet à être trompé ni par les impostures d'un magicien, ni par les artifices ou la vanterie d'aucun de ceux qui font profession de savoir plus qu'ils ne savent, Méth. I, 13 dans OU
Si j'ois maintenant quelque bruit, si je vois ce soleil, Méd. III, 7 dans OUÏR
Je veux que cet avort de mon esprit, semblable, par le peu de politesse qu'il a, aux petits ourseaux qui ne font que de naître...., Musique. dans OURSEAU
Convier les bons esprits à tâcher de passer plus outre, Méth. VI, 2 dans OUTRE
L'ouverture de l'artère veineuse étant en ovale à cause du lieu où elle se rencontre, Méth. V, 5 dans OVALE
Ils ne peuvent s'empêcher de pâmer ou de pleurer, Pass. 211 dans PÂMER
On tombe en pâmoison...., Pass. 122 dans PÂMOISON
Je veux que cet avorton de mon esprit.... vous aille trouver.... à condition, s'il vous plaît, que, l'ayant enseveli parmi vos pancartes dans le coin de votre cabinet...., Mus. dans PANCARTE
Souvent les choses qui m'ont semblé vraies lorsque j'ai commencé à les concevoir, m'ont paru fausses lorsque je les ai voulu mettre sur le papier, Méth. VI, 4 dans PAPIER
Il y a des hommes qui se méprennent en raisonnant, même touchant les plus simples matières de géométrie, et y font des paralogismes, Méth. IV, 1 dans PARALOGISME
Diviser chacune des difficultés que j'examinerais, en autant de parcelles qu'il se pourrait, et qu'il serait requis pour les mieux résoudre, Méth. II, 8 dans PARCELLE
Servir à parfaire le cercle de leur mouvement [des planètes], Monde, 4 dans PARFAIRE
Toutes les choses, généralement parlant, qui sont comprises dans l'objet de la géométrie spéculative, Médit. VI, 9 dans PARLER
Le bon sens est la chose la mieux partagée, car chacun pense en être si bien pourvu que...., Méth. I, 1 dans PARTAGÉ, ÉE
Jamais mon dessein ne s'est étendu plus avant que de tâcher à réformer mes propres pensées.... ceux que Dieu a mieux partagés de ses grâces auront peut-être des desseins plus relevés, Méth. II, 3 dans PARTAGER
Participer s'est employé activement, avec le sens de avoir en participation : Ce peu que je participais de l'être parfait, Méth. IV, 4 dans PARTICIPER
Je n'eus pas dessein pour cela de tâcher d'apprendre toutes ces sciences particulières qu'on nomme communément mathématiques, Méth. II, 11 dans PARTICULIER, ÈRE
Pour mon particulier, je me promettais de perfectionner de plus en plus mes jugements, Méth. III, 2 dans PARTICULIER, ÈRE
Et particulièrement je mettais entre les excès toutes les promesses par lesquelles on retranche quelque chose de sa liberté, Méth. III, 2 dans PARTICULIÈREMENT
Elle peut passer toute ou partie dans un corps, Monde, 3 dans PARTIE
S'il était autrement situé au respect de l'oeil qu'il n'est pas, l'Homme. dans PAS
La courtoisie de cet adversaire me jette dans un passage assez difficile et capable d'attirer sur moi l'envie et la jalousie de plusieurs, Rép. aux 1res object. 5 dans PASSAGE
Je passe et repasse toutes ces choses en mon esprit, Médit. II, 5 dans PASSER
Bien que l'agent et le patient soient souvent fort différents, Pass. I, 1 dans PATIENT, ENTE
Il insulte superbement au vaincu, et, comme un grave pédagogue, me prenant pour un de ses petits écoliers, il me tance aigrement, Remarques sur les 7es object. 55 dans PÉDAGOGUE
On peut aisément remarquer en ceux qu'on appelle pédants, qu'elle [la philosophie commune] les rend moins capables de raison qu'ils ne seraient s'ils ne l'avaient jamais apprise, Principes, préface, 15 dans PÉDANT
Il est bien vrai que le concile de Latran a défini qu'on pouvait peindre les anges...., Rép. aux 6es object. 5 dans PEINDRE
Ayant ainsi vu cette peinture dans l'oeil d'un animal mort, Diopt. v. dans PEINTURE
Par le nom de pensée je comprends tout ce qui est tellement en nous que nous l'apercevons immédiatement par nous-mêmes et en avons une connaissance intérieure ; ainsi toutes les opérations de la volonté, de l'entendement, de l'imagination et des sens sont des pensées, Rép. aux secondes obj. 57 dans PENSÉE
J'ai souvent souhaité d'avoir la pensée aussi prompte, ou l'imagination aussi nette, ou la mémoire aussi ample ou aussi présente que quelques autres, Méth. I, 2 dans PENSÉE
Je pris garde que, pendant que je voulais ainsi penser que tout était faux, il fallait nécessairement que moi qui le pensais fusse quelque chose ; et, remarquant que cette vérité : je pense, donc je suis, était si ferme et si assurée, que toutes les plus extravagantes suppositions des sceptiques n'étaient pas capables de l'ébranler, je jugeai que je pouvais la recevoir sans scrupule pour le premier principe de la philosophie que je cherchais, Méth. IV, 1 dans PENSER
Qu'ils sachent que toutes les autres choses dont ils se pensent peut-être plus assurés, comme d'avoir un corps, sont moins certaines [que la notion de Dieu], Méth. IV, 7 dans PENSER
Je m'avisai de considérer que souvent il n'y a pas tant de perfection dans les ouvrages composés de plusieurs pièces et faits de la main de divers maîtres qu'en ceux auxquels un seul a travaillé, Méth. II, 1 dans PERFECTION
Pour connaître la nature de Dieu autant que la mienne en était capable, je n'avais qu'à considérer, de toutes les choses dont je trouvais en moi quelque idée, si c'était perfection ou non de la posséder ; et j'étais assuré qu'aucune de celles qui marquaient quelque imperfection n'était en lui, mais que toutes les autres y étaient, Méth. IV, 4 dans PERFECTION
Je me promettais de perfectionner de plus en plus mes jugements, Méth. III, 2 dans PERFECTIONNER
Trois lignes droites perpendiculaires sur C E, Diopt. 2 dans PERPENDICULAIRE
L'exemple des tableaux de perspective montre combien il est facile de s'y tromper, l'Homme. dans PERSPECTIVE
Il n'y a personne qui ne sache que, par ce mot une clarté dans l'entendement, on entend une clarté ou perspicuïté de connaissance que tous ceux-là n'ont peut-être pas qui pensent l'avoir, Rép. aux trois. object. 69 dans PERSPICUÏTÉ
Je ne dirai rien de la philosophie, sinon que, voyant qu'elle a été cultivée par les plus excellents esprits qui aient vécu depuis plusieurs siècles, et que néanmoins il ne s'y trouve encore aucune chose dont on ne dispute et par conséquent qui ne soit douteuse, je n'avais point assez de présomption pour espérer d'y rencontrer mieux que les autres, Méth. I, 12 dans PHILOSOPHIE
Ces neuf années s'écoulèrent avant que j'eusse pris aucun parti touchant les difficultés qui ont coutume d'être disputées entre les doctes, ni commencé à chercher les fondements d'aucune philosophie plus certaine que la vulgaire, ib. III, 7 dans PHILOSOPHIE
Le son aigu et élevé a besoin, pour être formé, ou d'une haleine beaucoup plus forte, si c'est une voix, ou d'un pincement plus sec et plus vigoureux, s'il est fait sur des cordes, que le son bas et grave, Musique, Des degrés. dans PINCEMENT
La poussière que l'on jette sur une pirouette pendant qu'elle tourne, Monde, 11 dans PIROUETTE
Et si cela est, le problème est plan, Géom. 3 dans PLAN, ANE
L'élevant un peu haut, puis le laissant descendre tout plat, Météor. 7 dans PLAT, ATE
En quoi consiste le rire et le pleurer, L'homme. dans PLEURER
Deux petites lames élevées à plomb, Diopt. dans PLOMB
En sorte qu'elle ne descende pas tout droit et à plomb, Monde, 11 dans PLOMB
Les envieux ont ordinairement le teint plombé, Pass. 184 dans PLOMBÉ, ÉE
La pluralité des voix n'est pas une preuve qui vaille rien pour les vérités un peu malaisées à découvrir, à cause qu'il est bien plus vraisemblable qu'un homme seul les ait rencontrées que tout un peuple, Méth. II, 4 dans PLURALITÉ
Chacun pense en être si bien pourvu [du bon sens], que ceux mêmes qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont, Méth. I, 1 dans PLUS
Et d'autant plus longuement et soigneusement j'examine ces choses, d'autant plus clairement et distinctement je connais qu'elles sont vraies, Médit. III, 12 dans PLUS
Ces avantages [les perfections de Dieu] sont si grands et si éminents que, plus attentivement je les considère, et moins je me persuade que l'idée que j'en ai puisse tirer son origine de moi seul, Médit. III, 15 dans PLUS
N'ayant, par bonheur, aucuns soins ni passions qui me troublassent, je demeurais tout le jour enfermé seul dans un poêle, où j'avais tout le loisir de m'entretenir de mes pensées, Méth. II, 1 dans POÊLE ou POILE
Archimède, pour tirer le globe terrestre de sa place et le transporter en un autre lieu, ne demandait rien qu'un point qui fût ferme et immobile, Médit. II, 1 dans POINT
Si nous avions eu l'usage de notre raison dès le point de notre naissance, Méth. II, 1 dans POINT
D'autant que les parties des sels entrent de pointe et sans se plier, l'Homme. dans POINTE
Les grandes prospérités éblouissent et enivrent souvent de telle sorte qu'elles possèdent plutôt ceux qui les ont, qu'elles ne sont possédées par eux, Lett. à Élisabeth, t. IX, p. 206, éd. COUSIN. dans POSSÉDER
Une philosophie pratique par laquelle, connaissant la force et les actions du feu, de l'eau, de l'air, des astres, des cieux et de tous les autres corps qui nous environnent.... nous les pourrions employer en même façon à tous les usages auxquels ils sont propres, et ainsi nous rendre comme maîtres et possesseurs de la nature, Méth. VI, 2 dans POSSESSEUR
J'ai été nourri aux lettres dès mon enfance ; et, pource qu'on me persuadait que, par leur moyen, on pouvait acquérir une connaissance claire et assurée de tout ce qui est utile à la vie, j'avais un extrême désir de les apprendre, Méth. I, 6 dans POURCE QUE
Je ne laissais pas de poursuivre en mon dessein, Méth. III, 6 dans POURSUIVRE
Commençant dès lors à ne compter pour rien les miennes propres [opinions], à cause que je les voulais remettre toutes à l'examen, j'étais assuré de ne pouvoir mieux que de suivre celle des mieux sensés, Méth. III, 2 dans POUVOIR
Au lieu de cette philosophie spéculative qu'on enseigne dans les écoles, on en peut trouver une pratique, par laquelle connaissant la force et les actions du feu, de l'eau, de l'air..., Méth. VI, 2 dans PRATIQUE
Je me réservais de temps en temps quelques heures que j'employais à la pratiquer [ma méthode] en des difficultés de mathématique, Méth. III, 6 dans PRATIQUER
Monter peu à peu comme par degrés jusques à la connaissance des plus composés [objets], et supposant même de l'ordre entre ceux qui ne se précèdent point naturellement les uns les autres, Méth. II, 9 dans PRÉCÉDER
Ces nombres [4 et 8] ne sont pas nombres premiers entre eux, Mus. du nombre. dans PREMIER, IÈRE
Si on lui demande [à l'athée] d'où il a pris que cette exclusion de tous les autres êtres appartient à la nature de l'infini...., Rép. aux secondes obj. 25 dans PRENDRE
Encore que peut-être il y en ait plusieurs qui, lorsqu'ils considèrent la préordination de Dieu, ne peuvent comprendre comment notre liberté peut subsister et s'accorder avec elle...., Rép. aux trois. object. 64 dans PRÉORDINATION
Le remords présuppose le doute, Pass. 177 dans PRÉSUPPOSER
J'ai tâché de trouver en général les principes ou premières causes de tout ce qui est ou qui peut être dans le monde, sans rien considérer pour cet effet que Dieu seul qui l'a créé, ni les tirer d'ailleurs que de certaines semences de vérités qui sont naturellement en nos âmes, Méth. VI, 3 dans PRINCIPE
Anciennes cités, si mal compassées au prix de ces places régulières qu'un ingénieur trace à sa fantaisie dans une plaine, Méth. II, 1 dans PRIX
La loi qui nous oblige à procurer autant qu'il est en nous le bien général de tous les hommes, Méth. VI, 2 dans PROCURER
On ne peut pas feindre que peut-être plusieurs causes ont ensemble concouru en partie à ma production, Médit. III, 22 dans PRODUCTION
Un père et un frère qui ont fait profession des mathématiques, Dioptr. 1 dans PROFESSION
Afin de ne perdre aucune occasion de profiter au public, si j'en suis capable, Méth. VI, 4 dans PROFITER
Je ne laissais pas de profiter en la connaissance de la vérité, Méth. III, 6 dans PROFITER
Et il est très manifeste qu'en cela [la cause qui a produit l'homme être pensant] il ne peut y avoir de progrès à l'infini, vu qu'il ne s'agit pas tant ici de la cause qui m'a produit autrefois comme de celle qui me conserve présentement, Médit. III, 21 dans PROGRÈS
Que je n'eusse auparavant employé assez de temps à faire le projet de l'ouvrage que j'entreprenais, Méth. II, 5 dans PROJET
Comme ce n'est pas assez, avant de commencer à rebâtir le logis où on demeure, que de l'abattre et de faire provision de matériaux et d'architectes, Méth. III, 1 dans PROVISION
Afin que je ne demeurasse point irrésolu en mes actions, pendant que la raison m'obligeait de l'être en mes jugements, je me formal une morale par provision qui ne consistait qu'en trois ou quatre maximes...., Méth. III, 1 dans PROVISION
Ceux qui ne le feront pas [qui ne se souviendront pas de ce qu'ils auront lu au commencement] tomberont en des difficultés auxquelles ils verront puis après que j'aurai satisfait, Rép. aux 2es object. 47 dans PUIS
Peut-être qu'il y a en moi quelque faculté ou puissance propre à produire ces idées sans l'aide d'aucunes choses extérieures, Méd. III, 9 dans PUISSANCE
Mais peut-être aussi que je suis quelque chose de plus que je ne me l'imagine, et que toutes les perfections que j'attribue à la nature d'un Dieu sont en quelque façon en moi en puissance, quoiqu'elles ne se produisent pas encore et ne se fassent point paraître par leurs actions, Médit. III, 19 dans PUISSANCE
On vous a rapporté, dites-vous, que je vais au prêche des calvinistes ; c'est une calomnie très pure, Lett. 33 dans PUR, URE
Toutes fois et quantes qu'il s'y trouve plusieurs gouttes d'eau, Météor. 8 dans QUANT, ANTE
De la quarte : cette consonnance est la plus malheureuse de toutes, et jamais on ne la fait entrer dans la musique, si ce n'est par accident et avec l'appui des autres, Musique, de la quarte. dans QUARTE
Il vaut mieux prendre quartier que de s'exposer à une mort certaine, Pass. 211 dans QUARTIER
Je pensai.... que je ne devais point entreprendre d'en venir à bout [établir des principes de la philosophie], que je n'eusse atteint un âge bien plus mûr que celui de vingt-trois ans que j'avais alors, Méth. II, 13 dans QUE
Combien de divers automates ou machines mouvantes l'industrie des hommes peut faire, sans y employer que fort peu de pièces !, Méth. V, 9 dans QUE
Non que pour cela j'osasse entreprendre d'abord d'examiner toutes celles difficultés] qui se présenteraient, Méth II, 13 dans QUE
Les quatre querres ou côtés qui joignent ces quatre faces, Météor. 3 dans QUERRE
Elle y coupe la courbe à angles droits, qui est ce qu'il fallait faire, Géom. 2 dans QUI
Si on en pince une [des cordes du luth], celles qui sont plus élevées qu'elle d'une octave ou d'une quinte tremblent et résonnent d'elles-mêmes, Musique, Consonnances. dans QUINTE
La pensée, qui est la raison commune en laquelle les actes intellectuels conviennent, diffère totalement de l'extension, qui est la raison commune des actes corporels, Rép. aux troisièmes object. X dans RAISON
Un de ces feux sans lumière que je ne concevais point d'autre nature que celui qui fait bouillir les vins nouveaux lorsqu'on les laisse cuver sur la râpe, Méth. V, 4 dans RÂPE
La fidélité, qui est due au rapport des paroles d'autrui, Rép. aux 5es object. 15 dans RAPPORT
Il n'y a pas moyen de concevoir autrement un corps rare, Monde, 4 dans RARE
C'est cette seule raréfaction du sang qui est cause du mouvement du coeur, Foetus, 2 dans RARÉFACTION
Ces gouttes [le flot de sang qui entre dans le coeur à chaque dilatation] se raréfient et se dilatent à cause de la chaleur qu'elles y trouvent, Méth. V, 6 dans RARÉFIER
L'eau de pluie, lorsqu'on la laisse rasseoir en quelque vase, Météor. 7 dans RASSEOIR
Le premier [précepte] était de ne recevoir jamais aucune chose pour vraie que je ne la connusse évidemment être telle, Méth. II, 7 dans RECEVOIR
Que, pour toutes les opinions que j'avais reçues jusques alors en ma créance, je ne pouvais mieux faire que d'entreprendre une bonne fois de les ôter, afin d'y en remettre...., ib. II, 2 dans RECEVOIR
Ils [les rayons] se croisent, puis se recroisent de rechef, Dioptr. VIII dans RECROISER
La cendre qui est recuite et entassée dans le foyer, Météor. 6 dans RECUIT, UITE
Chacune [des petites parties des corps terrestres] pourrait être redivisée en une infinité de façons, Météor. 1 dans REDIVISER
Il est vrai que nous ne voyons point qu'on jette par terre toutes les maisons d'une ville pour le seul dessein de les refaire d'autre façon, et d'en rendre les rues plus belles, Méth. II, 2 dans REFAIRE
Comment la lumière se réfléchissait des planètes et des comètes vers la terre, Méth. V, 2 dans REFLÉCHIR
J'entrepris.... d'ajouter quelque chose du soleil et des étoiles fixes, à cause qu'elle [la lumière] en procède presque toute ; des planètes, des comètes et de la terre, à cause qu'elles la font réfléchir, Méth. V, 2 dans REFLÉCHIR
Après y avoir fait assez de réflexion [à certaines lois de Dieu], Méth. V, 1 dans RÉFLEXION
Pour ce qui touche les moeurs, chacun abonde si fort en son sens, qu'il se pourrait trouver autant de réformateurs que de têtes, Méth. VI, 2 dans RÉFORMATEUR, TRICE
Je ne saurais aucunement approuver ces humeurs inquiètes et brouillonnes, qui, n'étant appelées ni par leur naissance ni par leur fortune au maniement des affaires publiques, ne laissent pas d'y faire toujours en idée quelque réformation, Méth. II, 3 dans RÉFORMATION
Je me persuadai qu'il n'y aurait véritablement point d'apparence qu'un particulier fît dessein de réformer un État, en y changeant tout dès le fondement, et en le renversant pour le redresser ; ni même aussi de réformer le corps des sciences ou l'ordre établi dans les écoles pour les enseigner, Méth. II, 2 dans REFORMER
Jamais mon dessein ne s'est étendu plus avant que de tâcher à réformer mes propres pensées, et de bâtir dans un fonds qui est tout à moi, Méth. II, 3 dans REFORMER
La balle souffre réfraction, quand elle entre obliquement dans l'eau, Monde, 14 dans RÉFRACTION
Les astronomes calculent mal la quantité des réfractions des cieux, Monde, 9 dans RÉFRACTION
Je ne laisse pas d'être bien aise d'avoir rencontré avec saint Augustin, quand ce ne serait que pour fermer la bouche aux petits esprits qui ont tâché de regabeler sur ce principe, Corresp. édit. COUSIN, t. VIII, p. 421 dans REGABELER
[Penser que] tout ce qui manque de nous réussir est, au regard de nous, absolument impossible, Méth. III, 4 dans REGARD
Les corps qui envoient des rayons contre les yeux des regardants, Monde, 15 dans REGARDANT, ANTE
Toutefois, en y regardant un peu de près, je reconnais que cela ne peut être, Médit. III, 19 dans REGARDER
Le peu de liqueur...... s'y regela [dans la neige] tout aussitôt, Météor. 6 dans REGELER
Lorsque je relâche quelque chose de mon attention, Médit. III, 20 dans RELÂCHER
J'employai le reste de ma jeunesse à fréquenter des gens de diverses humeurs et conditions, à recueillir diverses expériences, à m'éprouver moi-même dans les rencontres que la fortune me proposait, Méth. I, 14 dans RENCONTRE
Je n'ai quasi jamais rencontré aucun censeur de mes opinions qui ne me semblât ou moins rigoureux ou moins équitable que moi-même, Méth. VI, 5 dans RENCONTRER
Il est certain que ce qui me reste encore à découvrir est, de soi, plus difficile et plus caché que ce que j'ai pu ci-devant rencontrer, ib. VI, 6 dans RENCONTRER
Je ne dirai rien de la philosophie, sinon que, voyant qu'elle a été cultivée par les plus excellents esprits qui aient vécu depuis plusieurs siècles, et que néanmoins il ne s'y trouve encore aucune chose dont on ne dispute, et par conséquent qui ne soit douteuse, je n'avais point assez de présomption pour espérer d'y rencontrer mieux que les autres, Méth. I, 12 dans RENCONTRER
Que si les artisans ne peuvent sitôt exécuter l'invention qui est expliquée en la Dioptrique.... je ne m'étonnerais pas moins s'ils rencontraient du premier coup, que si quelqu'un pouvait apprendre en un jour à jouer du luth, ib. VI, 11 dans RENCONTRER
Ce n'est que par hasard qu'il a rencontré à dire quelque chose d'approchant de la vérité, Foetus, 2 dans RENCONTRER
Il n'y aurait véritablement point d'apparence qu'un particulier fît dessein de réformer un État, en y changeant tout dès les fondements, et en le renversant pour le redresser, Méth. II, 2 dans RENVERSER
Tout ce que vous alléguez ici, ne me semble pas tant des objections que quelques murmures qui n'ont pas besoin de repartie, Rép. aux 5es. object. 14 dans REPARTIE
Repassant mon esprit sur tous les objets qui s'étaient jamais présentés à mes sens, Méth. VI, 3 dans REPASSER
Il me reste beaucoup d'autres choses à examiner touchant les attributs de Dieu et touchant ma propre nature, c'est - à - dire celle de mon esprit ; mais j'en reprendrai peut-être une autre fois la recherche, Médit. V, 1 dans REPRENDRE
Ce que vous dites touchant le progrès à l'infini, à savoir qu'il n'y a point de répugnance qu'il y ait un tel progrès...., Rép. aux 5es object. 37 dans RÉPUGNANCE
Choses qui sont répugnantes à la raison, Diopt. 4 dans RÉPUGNANT, ANTE
Dieu étant le souverain être, il est aussi nécessairement le souverain bien et la souveraine vérité, et, partant, il répugne que quelque chose vienne de lui qui tende positivement à la fausseté, Rép. aux secondes object. 28 dans RÉPUGNER
Diviser chacune des difficultés que j'examinerais, en autant de parcelles qu'il se pourrait et qu'il serait requis pour les mieux résoudre, Méth. II, 8 dans REQUÉRIR
J'expérimentais qu'elles [les choses extérieures] se présentaient sans que mon consentement y fût repuis, Médit. VI, 5 dans REQUÉRIR
Ce qui est requis à une proposition pour être vraie, Méth. IV, 3 dans REQUIS, ISE
Si l'on pense que plus un corps peut résister, plus il soit capable d'arrêter le mouvement, Monde, 7 dans RÉSISTER
La manière de démontrer est double, l'une se fait par l'analyse ou résolution, et l'autre par la synthèse ou composition, Rép. aux secondes obj. 51 dans RÉSOLUTION
Le bruit se doit mieux entendre à cause de la résonnance de l'air, Météor. 7 dans RÉSONNANCE
L'idée au respect de laquelle être objectivement ne signifie autre chose que...., Rép. aux premières object. 3 dans RESPECT
Lorsque cette situation s'est restituée, Foetus, 5 dans RESTITUER
La rétention ou l'empreinte de ces idées dans la mémoire, De l'homme. dans RÉTENTION
Ces petites branches d'artères qu'on a nommées le rets admirable, Foetus, 4 dans RETS
Ayant appris comme chose très assurée que le chemin du ciel n'est pas moins ouvert aux plus ignorants qu'aux plus doctes, et que les vérités révélées qui y conduisent sont au-dessus de notre intelligence, Méth. I, II dans RÉVÉLÉ, ÉE
Cette boule étant fort ronde, il peut arriver que, lorsqu'elle est poussée un peu fort par les deux R et T, elle se revire en pirouettant autour de l'essieu, Météor. VIII dans REVIRER
Je m'avisai de faire une revue sur les diverses occupations qu'ont les hommes en cette vie, pour tâcher à faire choix de la meilleure, Méth. III, 5 dans REVUE
Le dernier [précepte était] de faire partout des dénombrements si entiers et des revues si générales que je fusse assuré de ne rien omettre, ib. II, 10 dans REVUE
Ceux qui ont le raisonnement le plus fort.... peuvent toujours le mieux persuader ce qu'ils proposent, encore qu'ils ne parlassent que bas-breton et qu'ils n'eussent jamais appris de rhétorique, Méth. I, 9 dans RHÉTORIQUE
Il n'est point nécessaire de penser que toutes les figures de quatre côtés se peuvent inscrire dans le cercle, mais que, supposant que j'aie cette pensée, je suis contraint d'avouer que le rhombe y peut être inscrit, puisque c'est une figure de quatre côtés ; et ainsi je serai contraint d'avouer une chose fausse, Médit. V, 5 dans RHOMBE
Elle ne peut de rien profiter ni aussi de rien nuire, Diopt. 9 dans RIEN
Il se rencontre beaucoup d'autres choses desquelles on ne peut raisonnablement douter, quoique nous ne les connaissions que par le moyen des sens ; par exemple que je suis ici, assis auprès du feu, vêtu d'une robe de chambre, ayant ce papier entre les mains, Médit. I, 3 dans ROBE
Un tas d'anguilles toutes sèches et roi des de froid sur le rivage, Météor. I dans ROIDE ou RAIDE
Je ne le saurais pas mettre [un principe] par force en l'esprit de ceux qui ne liront mes Méditations que comme un roman, pour se désennuyer et sans y avoir grande attention, Rép. II, 11 dans ROMAN
En toutes les neuf années suivantes, je ne fis autre chose que rouler çà et là dans le monde, tâchant d'y être spectateur plutôt qu'acteur en toutes les comédies qui s'y jouent, Méth. III, 6 dans ROULER
Plusieurs expériences ont ruiné toute la créance que j'avais ajoutée à mes sens, Médit. VI, 6 dans RUINER
Je pensai qu'il valait mieux que j'examinasse seulement ces proportions en général, et sans les supposer que dans les sujets qui serviraient à m'en rendre la connaissance plus aisée, Méth. II, 11 dans SANS
Sachant combien de divers automates ou machines mouvantes l'industrie des hommes peut faire, sans y employer que fort peu de pièces, ib. V, 9 dans SANS
Vapeurs... auxquelles je restreindrai le nom d'exhalaisons, à cause que je n'en sache point de plus propre, Météor. 2 dans SAVOIR
Nous n'en trouverons [des corps] que deux.... qui puissent être comptés parmi les principales parties [du monde], c'est à savoir le soleil et les étoiles, Monde, 5 dans SAVOIR
Il ne s'est osé prendre qu'aux premiers rudiments de cet art et aux choses qui se présentent d'elles-mêmes, Remarques sur les 7es object. 58 dans SE
.... la raison du secret pour faire de la glace en été, qui est l'un des plus beaux que sachent les curieux, encore qu'il ne soit pas des plus rares ; ils mettent du sel mêlé avec une égale quantité de neige ou de glace pilée tout autour d'un vase plein d'eau douce ; et, sans autre artifice, à mesure que ce sel et cette neige se fondent ensemble, l'eau qui est enfermée dans le vase devient glace, Météores, III dans SEL
Ces deux idées que je conçois du soleil [sa petitesse apparente et sa grandeur réelle] ne peuvent pas être toutes deux semblables au même soleil ; et la raison me fait croire que celle qui vient immédiatement de son apparence est celle qui lui est le plus dissemblable, Médit. III, 9 dans SEMBLABLE
Il n'y a point d'autre animal [que l'homme], tant parfait et tant heureusement né qu'il puisse être, qui fasse le semblable [qui parle], Méth. V, 9 dans SEMBLABLE
Comme de mouvoir le coeur, de digérer les viandes, et semblables, Foetus, 1 dans SEMBLABLE
De cela seul que Dieu m'a créé, il est fort croyable qu'il m'a en quelque façon produit à son image et semblance, Médit. III, 24 dans SEMBLANCE
La puissance de bien juger et distinguer le vrai d'avec le faux, qui est proprement ce qu'on nomme le bon sens ou la raison, est naturellement égale en tous les hommes, Méth. I, 1 dans SENS
Pour ce qui touche les moeurs, chacun abonde si fort en son sens, qu'il se pourrait trouver autant de réformateurs que de têtes, Méth. VI, 2 dans SENS
Les marbres et les métaux se sentent plus froids que le bois, Météores, I dans SENTIR
Les vapeurs ou sérosités du sang, Foetus, 5 dans SÉROSITÉ
J'ai cru qu'il ne serait pas contre le devoir d'un philosophe, si je faisais voir...., Épit. dans SI
Je ne me repais pas de pensées si vaines que de m'imaginer...., Méth. VI, 7 dans SI
Une figure, si régulière soit-elle, n'est pas agréable à la vue lorsque..., Musique, choses à remarquer. dans SI
si est-ce que Me trompe qui pourra ; si est-ce qu'il ne saurait jamais faire que je ne sois rien, tandis que je penserai être quelque chose, Méd. III, 3 dans SI
Ce conduit qu'on nomme le sifflet, par où entre l'air de la respiration, Méth. V, 5 dans SIFFLET
Cela me fait souvenir d'une invention pour faire paraître des signes dans le ciel, Météor. dans SIGNE
Qu'est-ce que solliciter un juge, sinon douter de sa probité ? Je ne dirai rien de la philosophie, sinon que, voyant qu'elle a été cultivée par les plus excellents esprits qui aient vécu depuis plusieurs siècles, et que néanmoins il ne s'y trouve aucune chose dont on ne dispute, je n'avais point assez de présomption pour espérer d'y rencontrer mieux que les autres, Méth. I, 12 dans SINON
Ce qui me contentait le plus de cette méthode était que par elle j'étais assuré d'user en tout de ma raison, sinon parfaitement, au moins le mieux qu'il fût en mon pouvoir, ib. II, 13 dans SINON
Sinon que je n'ai pas envie de m'arrêter, j'ajouterais...., Météor. 3 dans SINON
Il est, de soi, si évident que c'est moi qui doute, qui entends et qui désire...., Médit. II, 7 dans SOI
Je dors ici dix heures toutes les nuits, et sans que jamais aucun soin me réveille, Lett. à Balzac, 29 mars 1631 dans SOIN
Les propriétés du son les plus remarquables sont deux, savoir, ses différences considérées par rapport au temps ou à la durée, et par rapport à la force ou à l'intensité du son considéré en tant que grave ou aigu, Musique, objet. dans SON
Cette eau extrêmement forte qui peut soudre l'or, Météor. 3 dans SOUDRE
Ces dissonances qui se souffrent dans le rapport de plusieurs voix ou instruments, Musique, diversité des sons dans SOUFFRIR
Pour moi, je n'ai jamais présumé que mon esprit fût en rien plus parfait que ceux du commun ; même j'ai souvent souhaité d'avoir la pensée aussi prompte, ou l'imagination aussi nette et distincte que quelques autres, Méth. I, 2 dans SOUHAITER
Ces philosophes [les stoïciens] qui ont pu autrefois se soustraire de l'empire de la fortune, et, malgré les douleurs et la pauvreté, disputer de la félicité avec leurs dieux, Méth. III, 4 dans SOUSTRAIRE
Comme si tout à coup j'étais tombé dans une eau très profonde, je suis tellement surpris que je ne puis ni assurer mes pieds dans le fond, ni nager pour me soutenir au-dessus, Méd. II, 1 dans SOUTENIR
Il n'y a point d'hommes si hébétés et si stupides, sans en excepter même les insensés, qu'ils ne soient capables d'arranger ensemble diverses paroles et d'en composer un discours, Méth. v, 9 dans STUPIDE
Toute chose dans laquelle réside immédiatement comme dans un sujet, ou par laquelle existe quelque chose que nous apercevons, c'est-à-dire quelque propriété, qualité ou attribut dont nous avons en nous une réelle idée, s'appelle substance, Rép. aux secondes object. 61 dans SUBSTANCE
Ces anciennes cités, qui, n'ayant été au commencement que des bourgades, sont devenues, par succession de temps, de grandes villes, Méth. II, 1 dans SUCCESSION
Si une pierre se meut suivant le cercle marqué AB, Monde, 7 dans SUIVANT
Aristote et ses suivants, Pass. 195 dans SUIVANT, ANTE
Pour l'ordinaire la joie suit du chatouillement [des sens], Pass. 94 dans SUIVRE
Lorsqu'il est question d'une certitude métaphysique, on ne peut nier que ce ne soit assez de sujet pour n'en être pas entièrement assuré [de l'existence des corps], que d'avoir pris garde qu'on peut s'imaginer, étant endormi, qu'on a un autre corps, Méth. IV, 6 dans SUJET
Sitôt que l'âge me permit de sortir de la sujétion de mes précepteurs, Méth. I, 14 dans SUJÉTION
Certaine lumière intérieure, de laquelle Dieu nous ayant surnaturellement éclairés...., Rép. aux 2es object. 38 dans SURNATURELLEMENT
Le carré du carré ou le sursolide, Géom. 1 dans SURSOLIDE
La vertu ne sympathise pas tant avec la passion que fait le vice, Pass. 160 dans SYMPATHISER
La syncope se fait lorsque, dans une partie, la fin d'une note est entendue en même temps que le commencement d'une note de la partie opposée, Musique, manière de composer. dans SYNCOPE
La manière de démontrer est double : l'une se fait par l'analyse ou résolution, et l'autre par la synthèse ou composition, Rép. aux secondes obj. 51 dans SYNTHÈSE
La synthèse, par une voie toute différente [de l'analyse], et comme en examinant les causes par leurs effets, bien que la preuve qu'elle contient soit souvent aussi des effets par les causes, démontre à la vérité clairement ce qui est contenu en ses conclusions, et se sert d'une longue suite de définitions, de demandes, d'axiomes, de théorèmes et de problèmes, afin que, si on lui nie quelques conséquences, elle fasse voir comment elles sont contenues dans les antécédents... ; mais elle ne donne pas comme l'autre une entière satisfaction à l'esprit de ceux qui désirent d'apprendre, parce qu'elle n'enseigne pas la méthode par laquelle la chose a été inventée, ib. 53 dans SYNTHÈSE
Si quelqu'un pouvait apprendre en un jour à jouer du luth excellemment, par cela seul qu'on lui aurait donné de la tablature qui serait bonne, Méth. VI, 11 dans TABLATURE
Figure semblable à celle d'un diamant taillé en table, Météor. 3 dans TABLE
Pour ce qui regarde le conseil que vous me donnez de disposer mes raisons selon la méthode des géomètres.... je vous dirai ici en quelle façon j'ai déjà tâché ci-devant de la suivre, et comment j'y tâcherai encore ci-après, Rép. aux sec. obj. 48 dans TACHER
Les tailles-douces n'étant faites que d'un peu d'encre, Dioptr. 4 dans TAILLE
Dont le fer doit être talué des deux côtés, Dioptr. 10 dans TALUTER
On dit qu'un tambour couvert d'une peau de brebis ne résonne point et perd entièrement le son lorsque l'on frappe sur un autre tambour couvert d'une peau de loup, Mus. Objet. dans TAMBOUR
Arracher le consentement du lecteur, tant obstiné et opiniâtre qu'il puisse être, Rép. aux secondes obj. 53 dans TANT
Je suis assuré que ces façons de penser que j'appelle sentiments et imaginations, en tant seulement qu'elles sont des façons de penser, résident et se rencontrent certainement en moi, Méd. III, 1 dans TANT
L'ordre que j'ai tenu en ceci a été tel : premièrement j'ai tâché de trouver..., Méth. VI, 2 dans TEL, ELLE
La réputation telle quelle qu'ils [mes livres] me pourraient acquérir, Méth. VI, 4 dans TEL, ELLE
La puissance, telle qu'elle soit, qui fait continuer le mouvement, Diopt. 2 dans TEL, ELLE
Il [l'arc-en-ciel] ne procède que de la façon que les rayons de la lumière agissent contre ces gouttes [d'eau], et de là tendent vers nos yeux, Météor. 8 dans TENDRE
Les esprits continuent à se mouvoir d'une même teneur dans le cerveau, Pass. 160 dans TENEUR
Le chemin que je tiens pour les expliquer [les questions de Dieu et de l'âme], Médit. préf. 1 dans TENIR
L'ordre que j'ai tenu en ceci a été tel : premièrement...., Méth. VI, 3 dans TENIR
Les jugements de ceux que j'ai tenus pour mes amis, Méth. VI, 5 dans TENIR
Il n'y a rien autre chose par quoi nos sens soient touchés que cette seule superficie qui est le terme des dimensions du corps qui est senti ou aperçu par les sens, Rép. aux 4es obj. 71 dans TERME
Par le corps, j'entends tout ce qui peut être terminé par quelque figure, qui peut être compris en quelque lieu, et remplir un espace en telle sorte que tout autre corps en soit exclus, Médit. II, 1 dans TERMINER
L'idée que nous avons de l'entendement divin ne me semble point différer de celle que nous avons de notre propre entendement, sinon seulement comme l'idée d'un nombre infini diffère du nombre binaire ou du ternaire, Rép. aux 2es obj. 14 dans TERNAIRE
J'aperçois terre enfin, et je me hâte de gagner le rivage, Musique, Des modes. dans TERRE
Quoique je ne fisse pas profession de mépriser la gloire en cynique, je faisais néanmoins fort peu d'état de celle que je n'espérais point pouvoir acquérir qu'à faux titres, Méth. I, 13 dans TITRE
J'ai déjà touché ces deux questions [de Dieu et de l'âme humaine] dans le discours français que Je mis en lumière, en l'année 1637, touchant la méthode, Médit. Préf. dans TOUCHER
Les grands chemins qui tournoient entre des montagnes, Méth. II, 2 dans TOURNOYER
Entendre clairement et distinctement qu'une chose est telle qu'on ne peut du tout point y rencontrer de limites, c'est clairement entendre qu'elle est infinie, Rép. aux 1res obj. 10 dans TOUT, TOUTE
Il est certain que l'action par laquelle maintenant il [Dieu] le conserve [le monde] est toute la même que celle par laquelle il l'a créé, Méth. v, 7 dans TOUT, TOUTE
Une substance infinie.... toute-connaissante, Médit. III, 15 dans TOUT-CONNAISSANT
Par le nom de Dieu, j'entends une substance infinie, éternelle, immuable, indépendante, toute-connaissante, toute-puissante, Médit. III, 15 dans TOUT-PUISSANT et TOUTEPUISSANTE
La tragédie d'Angleterre [l'exécution de Charles Ier], Lett. à Élisabeth, Rev. Germ. t. XXXI, p. 82 dans TRAGÉDIE
Il est à propos que je tâche ici tout d'un train de l'expliquer, Dioptr. 2 dans TRAIN
Après avoir suffisamment reconnu les sentiments des hommes, j'entreprends derechef de traiter de Dieu et de l'âme humaine, Médit. Préf. 9 dans TRAITER
Exposer ce que je concevais de la lumière ; puis, à son occasion, ajouter quelque chose du soleil et des étoiles fixes, à cause qu'elle en procède presque toute ; des cieux, à cause qu'ils la transmettent, Méth. v, 2 dans TRANSMETTRE
Cette transmutation de cendres en verre me semblant être aussi admirable qu'aucune autre qui se fasse en la nature, Méth. v, 2 dans TRANSMUTATION
Tous les corps qui sont sur la terre, ou colorés, ou transparents, ou lumineux, Méth. v, 2 dans TRANSPARENT, ENTE
Ces travades que les mariniers craignent tant en leurs grands voyages, particulièrement un peu au delà du cap de Bonne-Espérance, Météor. 7 dans TRAVADE
Pour le côté et le traversant..., Géom. 2 dans TRAVERSANT, ANTE
Celle [mesure en musique] qui est carrée ou qui se résout toujours en parties égales est plus lente et moins vive que celle qu'on bat en triplat, ou qui est composée de trois temps, Musique, nombre et temps. dans TRIPLAT
Ils [les hommes qui ne philosophent pas] considèrent l'un et l'autre [le corps et l'âme] comme une seule chose, c'est-à-dire ils conçoivent leur union ; car concevoir l'union qui est entre deux choses, c'est les concevoir comme une seule, Lett. à la princ. palatine, 30e du t. Ier de l'éd. de 1724 dans UNION
Vous ne pouvez rien contre moi en disant que l'idée de l'unité de toutes les perfections qui sont en Dieu est formée de la même façon que l'unité générique et celle des autres universaux, Rép. aux 2es object. 21 dans UNIVERSAUX
Aucunes des choses que nous concevons être en Dieu et en nous et que nous considérons en lui par parties et comme si elles étaient distinctes à cause de la faiblesse de notre entendement, ne conviennent à Dieu et à nous, en la façon qu'on nomme univoque dans les écoles, Rép. aux 2es obj. 15 dans UNIVOQUE
Mon esprit est un vagabond qui se plaît à s'égarer, et qui ne saurait encore souffrir qu'on le retienne dans les justes bornes de la vérité, Méd. II, 8 dans VAGABOND, ONDE
Par le vaisseau qu'on nomme la veine artérieuse, Pass. I, 7 dans VAISSEAU
Certaines petites portes ou valvules que les anatomistes ont remarquées le long de nos veines, l'Hom. dans VALVULE
Je ne suis point cet assemblage de membres que l'on appelle le corps humain, je ne suis point un air délié et pénétrant répandu dans tous ces membres, je ne suis point un vent, un souffle, une vapeur, Méd. II, 5 dans VAPEUR
Sans mettre en lui [corps] au commencement aucune âme raisonnable, ni aucune autre chose pour y servir d'âme végétante ou sensitive, Méth. v, 4 dans VÉGÉTANT, ANTE
La veine artérieuse qui a été ainsi mal nommée, pour ce que c'est en effet une artère, laquelle, prenant son origine du coeur, se divise en plusieurs branches qui vont se répandre partout dans les poumons, Méth. v, 5 dans VEINE
L'artère veineuse, qui a été mal nommée, à cause qu'elle n'est autre chose qu'une veine, laquelle vient des poumons, Méth. v, 5 dans VEINEUX, EUSE
Ayant vu, depuis un an et demi, la vélitation qu'il avait écrite contre moi, Remarques sur les 7es object. I dans VÉLITATION
Les païens avaient de la vénération pour des bois, des fontaines, Pass. 162 dans VÉNÉRATION
Les enfants, pendant qu'ils sont renfermés au ventre de leur mère, Méth. v, 8 dans VENTRE
Ouvrant ceux de ces pores qui regardent vers là [de ce côté], l'Homme. dans VERS
Les parties du sang qui, étant les plus agitées et les plus pénétrantes, sont les plus propres à composer ces esprits, se vont rendre plutôt vers le cerveau que vers ailleurs, Méth. v, 8 dans VERS
Ceux qui ne sont point versés en l'anatomie, Méth. v, 5 dans VERSÉ, ÉE
Ayant ouvert la poitrine d'un animal vif, Foetus, 2 dans VIF, VIVE
Celui [feu sans lumière] qui échauffe le foin lorsqu'on l'a renfermé avant qu'il fût sec, ou qui fait bouillir les vins nouveaux lorsqu'on les laisse cuver sur la râpe, Méth. v, 4 dans VIN
Puis, ayant fait une briève description des parties de l'oeil, je dirai particulièrement en quelle sorte se fait la vision, Dioptr. I dans VISION
Le pouls est plus vite qu'à l'ordinaire, Pass. 99 dans VITE
Votre esprit sera délivré de toutes ces petites images voltigeantes par l'air, nommées des espèces intentionnelles, qui travaillent tant l'imagination des philosophes, Dioptr. I dans VOLTIGEANT, ANTE
Les raisons sont aisées à déduire, et elles seront plus vôtres, si...., Diopt. 5 dans VÔTRE (LE) ou VÔTRE (LA)
Une infinité de corps qui pourraient y être [sur la terre], si c'eût été le vouloir de Dieu de les y mettre, Méth. VI, 3 dans VOULOIR
J'employai le reste de ma jeunesse à voyager, à voir des cours et des armées, à fréquenter des gens de diverses humeurs et conditions, Méth. I, 14 dans VOYAGER
Je savais que.... la philosophie donne moyen de parler vraisemblablement de toutes choses, et se faire admirer des moins savants, Méth. I, 7 dans VRAISEMBLABLEMENT
S'ils veulent savoir parler de toutes choses et acquérir la réputation d'être doctes, ils y parviendront plus aisément en se contentant de la vraisemblance, qui peut être trouvée sans grande peine en toutes sortes de matières, qu'en cherchant la vérité, qui ne se découvre que peu à peu en quelques-unes, et qui, lorsqu'il est question de parler des autres, oblige à confesser franchement qu'on les ignore, Méth. VI, 6 dans VRAISEMBLANCE
Toute la conduite de notre vie dépend de nos sens, entre lesquels celui de la vue étant le plus universel et le plus noble, il n'y a point de doute que les inventions qui servent à augmenter sa puissance ne soient des plus utiles qui puissent être, Dioptr. I dans VUE
Pour toutes les opinions que j'avais reçues jusques alors en ma créance, je ne pouvais mieux faire que d'entreprendre une bonne fois de les en ôter, afin d'y en remettre par après ou d'autres meilleures ou bien les mêmes..., Méth. II, 2 dans Y