DECOURCHAMP

Citations

Je me fais habiller, selon mon âge, en mère bobie, Souv. de la marq. de Créquy, III, III dans BOBI ou BOBIE
Il [le fils du régent].... brèche-dent, caliborgnon, punais, Souven. de la marquise de Créquy, t. III, ch. 5 dans CALIBORGNE ou CALIBORGNON
J'avais compté sur le bon effet de mes contasseries, Souv. de la marquise de Créquy, t. I, XVII. dans CONTASSERIE
Monsieur [le comte de Provence] n'a jamais rien écrit qui vaille cette lettre ; et je vais la faire copier pour vous donner une idée de la manière de ces dames et de ce que nous appelions le crébillonage amarivaudé, Souvenirs de la marquise de Créquy, III, 3 dans CRÉBILLONNAGE
Heureux celui dont la tendresse.... nous la déchanoinisera !, Souv. de la marq. de Créquy, II, 6 dans DÉCHANOINISER
Me voilà sans brillants ni perles.... au milieu de cette foule enrubannée et même endiamantée, Souv. de la marquise de Créquy, III, III dans ENDIAMANTÉ, ÉE
Il est vraiment d'une géronterie sans pareille, Souv. de la marq. de Créquy, II, 6 dans GÉRONTERIE
D'abord elle se trouve dans certains auteurs : Le roi n'y perdit pas ses droits, comme de juste, Souv. de la marq. de Créquy, t. I, VI dans JUSTE
Ah ! c'est un lecturier de l'abbé Desfontaines et de cet exécrable Fréron [c'est Voltaire qui est censé parler], Souv. de la marq. de Créquy, III, 4 dans LECTURIER
Il [M. de Giac] pinçait de la mandoline en se pinçant la bouche et jouant des prunelles, Souvenirs de la marquise de Créqui, t. II, ch. 1 dans MANDOLINE
Il en était de même de la soupe aux pois chiches qui se fabriquait chez le saint diacre [le diacre Paris], où tous ses disciples allaient écumer la marmite à tour de rôle, Souvenirs de la marquise de Créquy, t. III, ch. 2 dans MARMITE
Il ne faut pas croire que nos rois puissent créer à volonté des duchés, des marquisats ou des comtés héréditaires, Souvenirs de la marquise de Créquy, t. IV, ch. 1 dans MARQUISAT
Alors c'étaient des discussions interminables où M. Necker avait la sagesse et la dignité de n'intervenir jamais autrement que par un sourire important, ou par quelque mot oraculeux, Souvenirs de la marquise de Créquy, t. III, p. 93 dans ORACULEUX, EUSE
Tous ces cardinaux romains, italiens, français, germains et castillans, zélés ou politiques, se trouvaient encore partagés, non pas en factions.... mais par une autre division toute naturelle et toute chrétienne, en cardinaux papabili et papegianti, c'est-à-dire papables et papifiants, Souvenirs de la marquise de Créquy, t. II, ch. 6 dans PAPABLE
Les autres [maîtresses de maisons] se contentèrent de faire ajuster au haut de leurs dossiers une bande de taffetas qui reçut l'élégante et délicate appellation de paragraisse, Souvenirs de la marquise de Créquy, t. VI, ch. 13 dans PARAGRAISSE
Aussitôt qu'ils [les convulsionnaires de Saint-Médard] le voyaient arriver [le chevalier de Folard] dans leur cimetière ou dans leur galetas, les cris pharamineux, les bonds, les sauts de carpe et les contorsions y centuplaient d'ardeur et d'activité frénétique, Souv. de la marquise de Créquy, II, 11 dans PHARAMINEUX, EUSE
Vous dire ce que ces pauvres femmes se laissaient mettre sur la tête.... ce serait impossible à cause du désordonné, de l'informe et de l'inexplicable configuration de tous ces gazillons chiffonnés qu'on appelait des poufs, Souvenirs de la marquise de Créquy, t. VI, ch. 13 dans POUF
Votre éminentissime grand maître [de Malte] eut la bonté de m'investir de la dignité priorissale du royaume de Majorque, Souvenirs de la marquise de Créquy, t. IV, ch. 4 dans PRIORISSALE
Les tripotages, ou, si l'on veut, les intrigues politiques du Palais-Royal n'étaient pas étrangères à ces jongleries profanatoires [des jansénistes et des convulsionnaires], Souvenirs de la marq. de Créquy, t. IV, ch. 4 dans PROFANATOIRE
Les dames de Forbin [Provençales] qui parlaient toutes à la fois, et provencialisaient avec un air d'assurance et de sécurité merveilleuse, Souv. de Mme de Créquy, t. II, p. 104 dans PROVENCIALISER
Ils [les Talleyrand] avaient en guise de maître d'hôtel une sorte de maître Jacques qui s'en allait tous les jours chercher leur provende à la desserte des tables royales, Souv. de la marquise de Créquy, t. I, ch. VIII dans PROVENDE
Il [le fils du Régent] avait toujours été nigaud, bigot, maniaque et souffreteux, brèche-dent, caliborgnon, punais, Souv. de la marq. de Créquy, t. III, ch. 5 dans PUNAIS, AISE
À l'exception des bisques à la purée de petits crabes, des timbales aux oeufs de caille et des glaces au pain bis tranchées de glaces au beurre frais, je vous puis assurer qu'on n'a rien inventé qui fût satisfaisant ni distingué, Souv. de la marq. de Créqui, t. IV, ch. 6 dans PURÉE
Il est né de bonne condition, mais non pas de qualité, Souven. de la marq. de Créquy, t. II, ch. 6 dans QUALITÉ
Je vous préviens que tous les quesnellistes en sont restés là, Souv de la marq. de Créquy, II, 5 dans QUESNELLISTE
Je vous ai déjà dit que les femmes avaient repris l'usage des sacs à ouvrage que les antiquaires appellent réticules, attendu que ceux des dames romaines étaient formés en filet de réseau ; mais les bourgeoises qui les portent disent toujours des ridicules, Souvenirs de la marquise de Créquy, t. IX, ch. V. dans RÉTICULE
Rissoles de boeuf à la purée de noisette, Souv. de la marq. de Créquy, t. IV, ch. 6 dans RISSOLE
Je n'aime que les beaux pays et les anciens châteaux, poursuivit-il en ruchonnant, Souvenirs de la marquise de Créquy, II, v. dans RUCHONNER
Le petit Nicolet, sapajou de Mme de Pompadour, avait dérobé ce billet et l'avait jeté par la fenêtre, Souvenirs de la marquise de Créquy, t. III, chap. 6 dans SAPAJOU
Les vieilles gens disaient que la cour de la reine Christine de Suède était une merveille de bienséance en comparaison de cette sauvagerie tartare [la cour de Russie sous Pierre le Grand], Souven. marq. de Créquy, t. II, ch. 1 dans SAUVAGERIE
C'est à dater de la mort de Louis XV que le véritable savoir gastronomique et, par conséquent, la science du cuisinier s'en sont allés dégringolant, Souvenirs de la marquise de Créquy, t. IV, ch. 6 dans SAVOIR
On voit dans les dispensaires du XVIe siècle qu'on servait à la table de François Ier des cervelles de faisans, des langues de carpes et des foies de lottes étuvés au vin d'Espagne, Souvenirs de la marquise de Créquy, t. IV, ch. VI. dans SERVIR
On n'a jamais rien appris de certain sur les premières années de ce thaumaturge [Cagliostro], Souv. de la marq. de Créquy, t. IV, eh. v. dans THAUMATURGE
Ledit Goupilleau n'était pas même un de ces roturiers du tiers frisé qui savaient marcher les pieds en dehors, Souv. de la marq. de Créqui, t. VII, chap. 4 dans TIERS, ERCE