DE LESCURE

Citations

Le temps était passé de ces frivoles mascarades, de ces androgynats artificiels, de ces jeux de théâtre et de roman que l'imagination libertine d'un temps de décadence avait applaudis dans Chérubin et goûtés plus secrètement dans Faublas, le Chevalier d'Eon, dans Journ. offic. 26 août 1875, p. 7247, 2e col. dans ANDROGYNAT
Le tutoiement populaire disparut des salons, et on y fit aussi la guerre à ces façons casernières qui s'étaient développées avec les goûts militaires, jusque dans la jeunesse, Montrond, dans Journ. offic. 22 janv. 1876, p. 652, 3e col. dans CASERNIER
Mme Geoffrin devait hériter de cette sollicitude [de Mme de Tencin, pour les habitués de son salon] en la prosaïsant ; et avec elle la littérature devait s'embourgeoiser tout à fait, Journ. offic. 28 oct. 1875, p. 8894, 3e col. dans EMBOURGEOISER
Rivarol quitta cette partie de la politique militante dont l'enjeu ne valait plus la chandelle, Journ. offic. 16 mai 1875, p. 3479, 2e col. dans JEU
Cet homme extraordinaire [Pierre 1er] et cet empire nouveau qui surgissaient météoriquement, en quelque sorte, des brumes obscures du Nord, Moniteur, 4 juin 1867 dans MÉTÉORIQUEMENT
Les carmélites elles-mêmes se mondanisaient, se sécularisaient quelque peu, quoiqu'elles ne reçussent point de pensionnaires, Journ. offic. 8 sept. 1875, p. 7669, 3e col. dans MONDANISER
Il y a des choses qu'on peut oser une première fois avec succès et qui réussissent à cause de leur nouveauté, de leur imprévu, qui, plagiées, réchauffées, échoueraient piteusement, Journ. offic. 28 oct. 1875, p. 8894, 3e col. dans PLAGIÉ, ÉE