Léon de LABORDE (1807 - 1869)

Citations

Cette lettre était un tissu d'ordures à faire trembler les plus abandonnés,, 61, 31 dans ABANDONNÉ, ÉE
Les connaisseurs crurent trouver, sous ce langage barbare [des Maximes des saints], un pur quiétisme, délié, affiné, 45, 14 dans AFFINÉ, ÉE
Mme de Montauban était une bossue, pleine de blanc, de rouge et de filets bleus, de parures et d'affiquets, 140, 43 dans AFFIQUET
Tant de bullettes pendantes à chaines d'or, tant de carquans, tant d'affiquetz, Émaux, p. 173 dans AFFIQUET
Un bacin à barbier, d'argent blanc, et est semé de cloz d'argent sur les bors, Émaux, p. 149 dans BASSIN
Un bacin d'argent avec la chaine, à mettre lampes, ib. dans BASSIN
À Roger de Paris, pour trois grans bacins d'arain, pour laver les piez, ib. dans BASSIN
Deux bacins d'or à laver les mains, à un esmail de rose ou [au] fons, esmailliez de France et semez de petits escussons de France sur les bords, ib. dans BASSIN
Un baston, appelé le baston au Lyon, et est fait en maniere de potence, et a, au bout du dist baston, une pointe d'argent, Émaux, p. 159 dans BÂTON
Deux bastons de cedre, garnis d'or, à deux pommeaux rons dessus, où, en l'un, a les armes de France et, en l'autre, de Mons. le Dalphin, ib. dans BÂTON
Un baston de ybenus aorné d'argent, pour l'office du chantre, ib. dans BÂTON
Un baston à seigner [bénir], qui a la teste d'une aigle de cassidoine, assise sur un pommel d'or esmaillé, et a ou bout une virole d'or à la pointe d'argent, ib. dans BÂTON
Un petit bastonnet d'ybenus, garni d'argent, à faire une couple à chien, Émaux, p. 161 dans BÂTONNET
M'en ving par la Feronnerie, après trouvé [je trouvai] la batterie [de cuisine], Émaux, p. 161 dans BATTERIE
Des bateurs d'or et d'argent en feuilles à parc ; et est leur mestier un des membres as orfevres, Émaux, p. 162 dans BATTEUR, EUSE
Pour faire deux couvertures à chevaux, l'une de bateure pour le tournoy, et l'autre de couture pour la guerre ; pour couldre et assembler le poille et faire la bordeure et bateure d'icelui, Émaux, p. 162 dans BATTURE
Deux besdaines d'airain pour servir à porter l'eaue des bains de madame la duchesse de Tourraine, Émaux, p. 162 dans BEDAINE
Une bedanne d'or, couvert, et à une demie poingnie et au dessus ung bouton garni ront, ib. dans BEDAINE
Un berseil à parer qui avoit esté paint et ordonné pour feu M. le Daulphin, Émaux, p. 164 dans BERCEAU
À Jehan Parchet, peintre, pour deux biers à berser, l'un grant et l'autre petit, par lui peins, Émaux, p. 164 dans BERCER
À Jehan le huchier, pour un berseil de bois d'Illande avec la bersouere faits par lui et livré, pour bersier Madame Jehanne de France, fille de Madame la Royne, ib. dans BERCER
Pour un vericle encerné en maniere de lunette, prisé XX francs, Compte du testament de la Royne Jehanne d'Évreux, Émaux, p. 163 dans BESICLES
Deux bericles dont l'un a le manche de bois, Inventaire de Charles V, ib. dans BESICLES
Un bericle rond, plat, environné de corne noire, ib. dans BESICLES
Ung bezicle en une queue d'or, ib. dans BESICLES
Une bericle, garnie le manche d'argent et au dessus du dict manche ung petit lion douré, pour lyre sur ung livre, Inventaire de Marguerite d'Autriche, n° 225, ib. dans BESICLES
Un cordon de chapeau, fait en façon de triomphe, où sont representées plusieurs figures de personnages et bestions, Émaux, p. 225 dans BESTION
Pour un chappel de bievre, fourré d'armines, Émaux, p. 206 dans BIÈVRE
Je vous prie nous envoyer ung jeu de billard et ung autre jeu que l'on nomme le trou madame, Émaux, p. 165 dans BILLARD
Une bille d'or, servant à chappes, garnye de plusieurs perles, de rubis et de dyamans, Émaux, p. 165 dans BILLE
Une brodure de touret, faicte à canettes, esmaillée de rouge, et à tous les bizeaulz y a des F couronnées, garnie de neuf tables de diamans, Émaux, p. 194 dans BISEAU
Troys chandeliers, dont l'un est à cuvecte et deux à boubesche, pesant ensemble neuf marcs, six gros d'argent, Émaux, p. 203 dans BOBÈCHE
Pour deux grans comptoirs et une cayere [chaise] tout de bois d'Yerlande, Émaux, p. 166 dans BOIS
Une boeste d'argent, à mettre pain à chanter, esmailliée dedans et dehors, pesant un marc, deux onces, Émaux, p. 168 dans BOÎTE
Pour faire et forgier la garnison d'argent pour une ceinture et une boiste à porter lettres, ib. dans BOÎTE
Une boiste d'argent endorré pur porter eynz [dans] un anel entour le col de un homme, ib. dans BOÎTE
Ung pot de bol armenicque prisé six escus, Émaux, p. 169 dans BOL ou BOLUS
À Huguelin de Champdivers, enlumineur de livres, pour sa paine et sallaire d'avoir enluminé par les bors et relié une grant heures pour monseigneur le duc de Thourraine, Émaux, p. 169 dans BORD
Un bougeoir d'argent doré, Inv. de Marie Stuart, Émaux, p. 170 dans BOUGEOIR
Un bougeoir à queue, un chandellier à tapisserie et un pot de chambre, le tout d'argent blanc, ib. dans BOUGEOIR
À Jehan Guerin en faveur de ce qu'il a apporté à madame des chandelles de bougye que envoyoit à ladite dame le comte de Beauvais, Émaux, p. 202 dans BOUGIE
Une très belle Bible, à deux fermouers d'argent, dorez, esmaillez de Adam et Eve, et cinq bullons de cuivre dorés sur chaque ais, Émaux, p. 170 dans BOULON
Un livre de mirouer des dames à deux fermouers de laton hachiez, et cinq bullons de mesmes sur chacune ais, tous plains, ib. dans BOULON
Une couppe d'argent, dorée, tortinée et boullongnée ; une couppe blanche, verrée et boullongnée, Émaux, p. 170 dans BOULONNER
Une bourse à pelles [perles] broudée, Émaux, p. 171 dans BOURSE
Pour une bourse de cerf à mectre les clefs de l'ostel de Neelle, ib. dans BOURSE
Pour broder, faire et estoffer la bourse au scel du secret du roy, ib. dans BOURSE
Macy qui fet les bouteilles, Émaux, p. 171 dans BOUTEILLE
Pour deux bouteilles de cuir, achetées à Londres pour Ms Philippe, ib. p. 172 dans BOUTEILLE
Deux petites bouteilles de voirre grivellé, garnies d'argent, à tout les tissus de soye, senz ferrure, ib. dans BOUTEILLE
Deux bouteilles d'argent esmaillées, ib. p. 171 dans BOUTEILLE
À Pierre Boudet, orfevre, pour vingt boutons d'or, pour une boutonneure à surcot, Émaux, p. 172 dans BOUTON
Quatre boutons en façon de lis esmailliez de blanc, où en chacun d'eux a un balay et trois perles, ib. dans BOUTON
Je veuil que, pour l'amour de moy, vous portez un bracelet d'or esmaillé à nos devises, Émaux, p. 172 dans BRACELET
Pour la façon d'un char branlant qui doit se faire pour madame la duchesse d'Orleans, Émaux, p. 208 dans BRANLANT, ANTE
Une bride à un tissu de rouge soye, à claus esmaillés, Émaux, p. 176 dans BRIDE
Tels y en avoit, dans la suite du duc de Bourgogne, leurs houches de velours brodées, et, en lieu de grosses resnes de leurs brides, chaisnes d'or, Émaux, p. 176 dans BRIDE
Quiconque est crieur à Paris, il peut aler en laquele taverne que il voudra et crier vin, por-tant qu'il y ait vin à broche, Émaux, p. 176 dans BROC
Toute maniere de vin qui sera vendu à broche, ib. dans BROC
Un chandelier à trois broches, par maniere de lys, Émaux, p. 203 dans BROCHE
Un estuy de cuir boully, garny de trois pignes, un mirouer et d'une broche pour pigner le chief de la dite dame, ib. dans BROCHE
Couteaulx à manches de brossin, Émaux, p. 232 dans BROUSSIN
Et encore valt uns buffès cinq sols u six à mettre en le [la] maison d'un borgois, Émaux, p. 178 dans BUFFET
La chambre estoit belle à bon escient, bien mise à point, et estoit le beau buffet garni d'espices, de confitures et de bon vin de plusieurs façons, Émaux, p. 178 dans BUFFET
Au milieu de la salle avoit ung buffet qui fut donné au roy, où y avoit linge non pareil de degré en degré, et y estoyent les richesses d'or et d'argent, qui appartiennent au buffet du roy, ib. dans BUFFET
Une burette à biberon de chappelle, pesant deux marcs, cinq onces, d'argent, Émaux, p. 178 dans BURETTE
Pour avoir rappareillié le cabas d'argent du roi nostre sire, c'est à savoir reffait de neuf les charnieres des deux costés de l'anse d'icelui cabas, Études sur les lettres, I, preuves, n. 216 dans CABAS
Ung petit cabinet faict en façon d'aumoires, Émaux, p. 180 dans CABINET
À Pierre Rossert, libraire demeurant à Paris, cinquante et une livres cinq sols tournoys, pour ung cabinet de cuir doré, à ouvrage moresque, ib. dans CABINET
Un saphir longuet, cabochon d'un costé, assis en une brochette d'or, Emaux, p. 180 dans CABOCHON
Un fermail d'or, garni d'un fin saphir taillié et de trois gros balais cabochons et de trois grosses perles, ib. dans CABOCHON
Pour ung cachet d'or, auquel il y a deux figures de relief esmaillées, Émaux, p. 181 dans CACHET
Pour ung cachet d'argent, à manche d'yvoire, pour servir à M. de Nevers à cachetter lettres de la royne, Émaux, p. 181 dans CACHETER
Un cadran d'or, à un estuy de brodeure, à fleurs de lys et deux boutons de perles, Émaux, p. 181 dans CADRAN
Un petit cadran d'argent, rond, esmaillié, en un estuy de cuir bien ouvré d'ymages, ib. dans CADRAN
Maistre Robert, faiseur de cadrans à Paris, ib. dans CADRAN
Calcidoine est une pierre palle et de couleur obscure, qui est ainsy comme moyenne entre la couleur du beril et de jacinte. Ceste pierre est engendrée de la rousée, si comme dient aulcuns, Émaux, p. 200 dans CALCÉDOINE
Un signet d'or à un cassidoine, où est taillie la teste d'une femme, ib. dans CALCÉDOINE
Cist veissiaus où men sanc meïs, Quant de men cors le requeillis, Calices apelez sera, le Roman de St-Graal, Émaux, p. 183 dans CALICE
Un tableau d'or ouquel il a un grans gamahieu assis sur bois, Émaux, p. 185 dans CAMAÏEU
Un lorain [courroie garnie de soie] semé de boutons dorés et de camahieus, ib. dans CAMAÏEU
Le camahieu qui aultrement est appelé oniche, ib. dans CAMAÏEU
Un camahieu, dont le champ est vermeil et a deux figures dessus à une beste assise en une verge toute plaine, ib. dans CAMAÏEU
Ung camail d'argent de l'ordre de monseigneur d'Orleans, pesant sept onces trois gros, Émaux, p. 192 dans CAMAIL
Un camail en façon de treliz, et est ledit camail cintré par-dessus de bossetes tant d'or que esmaillées de blanc et de rouge cler, ib. dans CAMAIL
Les cloches furent premiers trouvées en la region de Campanie, en françois nommée Champaigne, en la cité de Nole, et pour ce aucuns les claiment campanes, Émaux, p. 193 dans CAMPANE
Une paire de cousteaulx camus, à deux virolles d'argent, Émaux, p. 231 dans CAMUS, CAMUSE
Pour attacher les abillements de la grant carraque d'argent, dorée et esmaillée, qui a esté portée à Amiens ou voyage que le roy a fait au dit lieu pour le traittié de paix, Émaux, p. 195 dans CARAQUE
Un carcan, esmeraudé de perles et de rubis, Émaux, p. 195 dans CARCAN
Un coffre de cedre, coulleiz, environ lequel sunt dix pilliers d'or et une serrure, Émaux, p. 166 dans CÈDRE
Cedre vermeil est un fust que l'on vend sur les espiciers, et est dit cedre dont l'en fait manches à cousteaulx, ib. p. 166 dans CÈDRE
Charlemagne six espans avoit de seint, sans ce qui pendoit dehors la boucle de la ceinture, Émaux, p. 195 dans CEINTURE
Une ceinture d'or à charnieres et menues perles et à pierres, Émaux, p. 196 dans CEINTURE
Deux petites cornes de cerf volant garnies au bout d'argent doré, Émaux, p. 198 dans CERF-VOLANT
Un demy ceint d'or, qui fut à la royne Jeanne de Bourbon, assis sur un tissu noir, ouquel a une chainette à façon de fleurs de lis, Émaux. dans CHAÎNETTE
Une chayze de fer qui estoit garnie de veloux, Émaux, p. 200 dans CHAISE
Une chayze de Florance, ib. dans CHAISE
Une chayze de bois d'ouvraige de Naples, ib. dans CHAISE
Elle passa un lacet de sa robbe dans l'un bras de sa chaize, III, 152 dans CHAISE
Porté sur des brancars d'or, et assis dans une chaize d'or, IV, 26 dans CHAISE
Si ensepvelirent incontinent le corps du Seigneur, et le mirent en ung chaalit couvert d'un poille royé, Émaux, p. 198 dans CHÂLIT
Pour achatter de la paille pour mettre ès chaliz de monseigneur [le duc d'Orléans], pour ce que les gens du Roy en avoient osté les pailles, ib. dans CHÂLIT
Six chandeliers d'argent. en maniere d'un olifant, portant un chastel assis sur une terace esmailliée de vert, pesant environ quatre vingt deux marcs d'argent, Émaux, p. 202 dans CHANDELIER
Pour dix livres de chandelle de buef à veillier de nuict, Émaux, p. 202 dans CHANDELLE
Pour chandelle de cire et de suif, Émaux, p. 202 dans CHANDELLE
Ung chanfrain de cheval sur velours noir, de fil d'or de brodure, garny de huit grans tables de balays et d'un gros cabochon de balay et cent et douze perles branlans, Émaux, p. 204 dans CHANFREIN
Vesci une cantepleure qu'on puet faire en un hanap, Émaux, p. 204 dans CHANTEPLEURE
Une chantepleure d'argent verré, esmaillé par la panse, et a, au bout dessus, un esmail, Émaux, p. 204 dans CHANTEPLEURE
Deux burettes d'or, à mettre le vin et l'eaue à chanter, à la chapelle du roy nostre sire, Émaux, p. 179 dans CHANTER
Une boeste d'argent à mettre pain à chanter, ib. p. 168 dans CHANTER
Je n'ai cure de nul esmay, Je vueil cueillir la rose en may Et porte chappeaux de flourettes, De fleurs d'amours et violettes, Émaux, p. 206 dans CHAPEAU
À Guillaume du Moussay, coustellier du Roy, pour trois autres gaisnes garnies de couteaulx à manches de brossin, pour servir à chappeler le pain, Émaux, p. 232 dans CHAPELER
S'ot un chappelet de rosettes, De muguet et de violettes, Par cointise mis en son chief, Émaux, p. 206 dans CHAPELET
Le chapelet de fleurs que le connestable avoit sur la teste en servant à la table du roy, ib. p. 207 dans CHAPELET
Nul chapelier de fleurs ne peut, ne ne doit cueillir ou faire cueillir au jour de dimanche en ses courtils nulles herbes, nulles fleurs à chappeaulx faire, Émaux, 205 dans CHAPELIER, IÈRE
À Guillaume Arode, orfevre, pour argent doré par lui mis et employez en avoir fait et forgié quatre coplettes à charnieres, Émaux, p. 166 dans CHARNIÈRE
Uns tableaux d'argent doré, fermans à chernieres, où il y a plusieurs reliques, ib. p. 208 dans CHARNIÈRE
Li casse où li saintuaire ert, rendi si grant odor, que il sembla à tous que paradis fut ouvers, Émaux, p. 209 dans CHASSE
Pour l'ouvrage et faczon d'une chasse et fierte d'argent, verée et ouvrée à ymages de appoustres, à pinnacles et tabernacles pour mettre les reliques de Monsieur saint Mallou, ib. p. 209 dans CHASSE
Entour [le] chastelet vendoit on sel, fruit et herbes et aussi y faisoit on, tout l'an, chappeaux de diverses fleurs et verdeurs, Émaux, p. 207 dans CHÂTELET
Pour cinquante que rubis, que esmeraudes petites, pour mettre en cinquante chastons d'or ; lesquielx chastons furent baillés audit Nicholas Waquier pour mettre en sollers de broudeure qu'il fit pour le roy à la feste de l'Estoile, Émaux, p. 209 dans CHATON
Balais yssus de douze chastons d'or, ib. dans CHATON
Trois petits chattons d'or à queue, où sont deux tables de dyamant triangles, et au troisieme est une rosette de dyamant, ib. dans CHATON
Deux chauderons d'argent blanc, à mettre potaige, Émaux, 209 dans CHAUDRON
À Jehan de Richebourt, chauderonnier, pour un long coffre de boys ferré par dedans, tout au long et par dehors, Émaux, p. 202 dans CHAUDRONNIER, IÈRE
À Jehan de Saumur, cordouanier, pour avoir semelé des paires de chausses, au pris de six sous la paire, Émaux, 210 dans CHAUSSES
Ceux de Mortaigne n'avoient ni chausses, ni souliers au pied, II, II, 30 dans CHAUSSES
Deux pots dorez et esmaillez aux chauves soriz, pesant XXI marcs, Émaux, 211 dans CHAUVE-SOURIS
La cheminée estoit houssée comme en esté de fraillons ou de aucune chose vert, Émaux, p. 211 dans CHEMINÉE
Par cas c'estoit en esté, où l'on avoit mis des branches et feuilles dans la cheminée, ainsi qu'est la coustume de France, Émaux, p. 211 dans CHEMINÉE
Ung bon messel, couvert d'une chemise de drap de damas blanc semé de marguerites, Émaux, p. 213 dans CHEMISE
Unes chroniques de France, à deux fermoirs d'argent dorez, et ont une chemise de soye à queue, ib. p. 232 dans CHEMISE
Pour faire unes chemisectes aux petites heures du roy, Émaux, 211 dans CHEMISETTE
Pour quatre paires de chenetz de fer pour les chambres de la royne, Émaux, p. 211 dans CHENET
Une paire de chiennetz de fer, pesant chacun cinquante livres, Émaux, p. 212 dans CHENET
Une chesne de perles enfilées dans de l'or, avec des chiffres du Roy, esmaillée de gris, prisée cinq cens escus, Émaux, p. 213 dans CHIFFRE
Une grand chopine d'argent dorée, et est le biberon d'une teste qui baille et l'autre d'une femme, et est le fruitelet d'une seraine [sirène], Émaux, p. 213 dans CHOPINE
Une chopine toute esmailliée dedans et dehors, Émaux, p. 213 dans CHOPINE
Crisopace est une pierre d'Antioche. - Il est une aultre espece de crisopace en Ynde, qui est verde comme ung porret, Émaux, p. 213 dans CHRYSOPRASE
Ly donne cil communion.... Et puiz ly donne la sainte oille Qu'illec tenoit en sa chyboille, Émaux, p. 214 dans CIBOIRE
Ung grand cyboire d'argent doré, sans pié, pour mettre deux corpus domini, garni de pierres autour et au dessus ung petit crucifix, Émaux, p. 214 dans CIBOIRE
Deux cyboires : ung de cristal garny d'argent doré, de perles et roses de vermeilles, et l'autre de fonte bien doré, ib. dans CIBOIRE
À Jehan de Varsaignes, varlet de pied du duc [de Bretagne] pour porter, à l'abbaie de Bosquien, une jambe de cire pour le duc, Émaux, p. 215 dans CIRE
Pour payer un voeu de cire, pesant 45 livres, de la representation de Mme Anne de France, sa fille, qu'il [le roi] a fait offrir en juin devant l'image N. D. de Clery, ib. dans CIRE
Unes petites cisailles d'or, touttes plaines, pesant, à tous les annelez, une once d'or, Émaux, p. 216 dans CISAILLES
Deux cizailles d'argent, dorées, de la forge de Clermont, dont les bouts des manches sont de deux CC, ib. dans CISAILLES
Trois paeres de ciseaux, Émaux, p. 215 dans CISEAU
Uns ciseaux d'or pesans une once, neuf esterlins, ib. dans CISEAU
Une autre couppe, esmaillée par dehors à bestes sauvages et cizelée dedans, pesant neuf marcs, sept onces, quinze esterlins [d'argent], Émaux, p. 230 dans CISELER
Une petite boistelecte d'argent à meetre cyvecte, Émaux, p. 242 dans CIVETTE
Pour une cage pour mettre une civette nouvellement venue de Levant, ib. p. 243 dans CIVETTE
Une couppe plate, d'argent doré, à tout son couvercle, dont le pyé est faict à clervoises et lectres, Émaux, p. 216 dans CLAIRE-VOIE
Maistre Jehan Bernard, charpentier, pour faire un petit clocher en la grand chapelle [du Louvre] à pendre la clochette à sonner la messe, Émaux, p. 216 dans CLOCHETTE
Une clochette d'or dont le tenon est d'une fleur de lis, et poise, à tout le batant, un marc une once, ib. dans CLOCHETTE
Ceste clochette est faicte des biens de l'hotel Dieu, pour les habitans de la ville de Pois, et me fondit Andrieu Munier, 1582, Émaux, p. 217 dans CLOCHETTE
Pour son sallaire d'avoir esté offrir à l'eglise de Sainct-Esperit-lezRue deux coeurs d'or, Émaux, p. 217 dans COEUR
Laquelle tenoit entre ses deux mains ung coer, qui se ouvry à l'eure que le roy entra en ladite porte, et dedans ledit coer y avoit une fleur de lis signiffiant la loyaulté de la Cité, ib. p. 217 dans COEUR
Godefroy le Fevre, varlet de chambre et garde des coffres de monseigneur duc d'Orleans, Émaux, p. 219 dans COFFRE
Un coffret couvert de cuir, ferré bien et joliment. Un coffret de cristal, Émaux, p. 218 dans COFFRET
Un collier d'or, à dix neuf turterelles blanches, esmaillées, et sur la plus grant a un rubis, pesant sept onces six esterlins, Émaux, p. 220 dans COLLIER
Un autre collier d'argent, à sonnettes, pour un petit chien, ib. dans COLLIER
Un pot lavoir d'argent à une fuellie desus le couvercle, semeis d'escuchons et de compas esleveis, Émaux, p. 221 dans COMPAS
Un collier d'or à compas pour le roy, Émaux, p. 221 dans COMPAS
La pourtraicture de l'empereur moderne, Charles Ve de ce nom, tirée après le vif et faicte par compas, Émaux, p. 221 dans COMPAS
Une escriptoire de cuir copponée d'or à fleur de lys entaillée, Émaux, p. 222 dans COMPONÉ, ÉE
Un coquelicoq, tout droict sur ses piedz, dont le corps est d'une coquille de perle, pesant quatre marcs sept onces, Émaux, p. 223 dans COQUELICOT
Trois petits coquemars, à biberon, et au couvescle sont les armes de Monsr le Dauphin, Émaux, p. 223 dans COQUEMAR
Un petit coquemart d'argent blanc verré, et y a sur le couvescle un esmail rond, esmaillé de France, ib. dans COQUEMAR
Une coquille noire, de St Jacques, garnie d'or, et ung boton d'or au bout, Émaux, p. 223 dans COQUILLE
Deux peires de paternoster, l'un de coral, l'autre de geet, Émaux, p. 224 dans CORAIL
Un arbre de courail, à langues de serpent, ib. dans CORAIL
Courail croist en la mer rouge, et, tant comme il est couvert d'eau, c'est bois blanc et mol, mais si tost que il est hors de l'eaue et que il est touché de l'air, il rougist et devient pierre, ib. dans CORAIL
Une grant corbeille d'argent blanc, à quatre et à deux anneaux, Émaux, p. 225 dans CORBEILLE
La grant corbeille de l'aumosne, d'argent blanc, avec le baston, et est la dite corbeille ciselée des armes de France, ib. dans CORBEILLE
Une grande corbeille servant pour tirer le pain de dessus la table, ib. dans CORBEILLE
Un signet, où il a une corneline en laquelle a un lyon qui mangue une autre beste, assis sur une verge d'or, neellée à lettres et à deux estoilles aux deux côtés, à jour, Émaux, p. 227 dans CORNALINE
Un livre d'heures, escript en parchemin, enrichi de rubis et turquoises, couvert de deux grandes cornalynes, ib. dans CORNALINE
Item un arc de cor d'arbaleste ou prix de vingt sols, Émaux, p. 223 dans CORNE
Arbalestes de cor et d'if, ib. dans CORNE
Une cornemuse esmaillée, Émaux, p. 228 dans CORNEMUSE
Un cornet, garny d'argent, et est ledit cornet de cristal, pesant six marcs, Émaux, p. 228 dans CORNET
Un petit cornet d'argent blanc, à mettre encre, ib. dans CORNET
Un grant cornet de corne, garny d'argent doré, ib. dans CORNET
Ung petit cornet d'ivoire, garny d'or fin, que Ms. a fait prendre et achetter pour reclamer son esprivier, ib. dans CORNET
Et fineront, pour la sale, de deux ou trois couloueres pour gecter le gros relief comme souppes, pain trenché ou brisié, tranchouers, chars et telles choses, et deux seaulx pour gecter et recueillir brouets, sausses et choses coulans, Émaux, p. 230 dans COULOIR
Une coupe couverte, dorée et esmaillée, et au fonds de ladicte coupe a une ymage de saint Martin, Émaux, p. 230 dans COUPE
Une autre couppe où il a par dedans une fleur de lys enlevée, et est le couvescle semé d'esmaulx à un clocher par-dessus, ib. dans COUPE
Pour deux seaulx et une courge ferrez, pour porter l'eaue ès chambres de madame Ysabel et madame Jehanne de France, Émaux, p. 230 dans COURGE
Je Guillaume Tirel, maistre des garnisons de cuisine du roy, certifie à tous que j'ey baillé et fait bailler dix paires de costeaux aux personnes ci-dessus nommées, Émaux, p. 231 dans COUTEAU
Une paire de cousteaux à tranchier, c'est à sçavoir deux grands et un petit, à manche de lignum alloes, garnis d'or esmailliez de France, et a en chacun une perle au bout, ib. dans COUTEAU
Un gros cousteaul d'alemaigne, garni de six cousteaulx, une lyme et ung poinsson, et d'une forsetes, pendans à une courroye de fil blanc, à clouz de leton, ib. dans COUTEAU
Le vallet servant doibt mectre son pain et les trençoirs sur la table, et puis doibt tirer les cousteaux, et doigt asseoir les deux grans cousteaux, en baisant les manches, devant le lieu où le prince doibt estre assis, et doibt mettre les poinctes devers le prince en couvrant icelles pointes de la nappe qui est redoublée, et puis doibt mettre le manche vers le prince ; et les causes sont, que les grans couteaux se doivent retirer par l'escuyer trenchant, et pour ce sont les manches devers luy, et le petit couteau est tourné au contraire, pour ce que le prince s'en doibt ayder, ib. dans COUTEAU
Il avoit deux coutiaulx de bouchier c'on dit rousse, en une gaigne ; et estoit de ces lairges coustiaulx de quoy qu'ils escourchent les bestes c'on appelle rousses, ib. dans COUTEAU
Gaisne garnie de deux cousteaulx, à manches d'acier, faits à combats, pour servir à ouvrir les huistres en escaille, ib. dans COUTEAU
Madame ma mère vit que l'on servait madame la Dauphine à couvert, et madame la duchesse de Bourgogne point, Émaux, p. 232 dans COUVERT
Quand madame la duchesse mangeoit là où monsieur le Dauphin estoit, l'on ne la servoit point à couvert, et ne faisoit on pas d'essay devant elle, mais beuvoit en sa coupe sans couvrir, ib. dans COUVERT
Le gouvernement des princes françois [titre d'un livre], couvert de cuir blanc à queue, Émaux, p. 232 dans COUVRIR
Sept anneaulx, à pierres crapaudines, Émaux, p. 232 dans CRAPAUDINE
Une crapaudine assize en un annel, ib. dans CRAPAUDINE
Ung petit arbre d'or, nommé credence, garny de sept houppes de grands saphirs et deux petis et de huict langues serpentines, Émaux, p. 233 dans CRÉDENCE
Deux greilz, un trepied et une cremeille aux armes de monsieur le Dauphin, Émaux, p. 233 dans CRÉMAILLÈRE
Lanterne à carneaux, Émaux, p. 195 dans CRÉNEAU
Deux petits barils, à entonnoir de cristal, à mettre basme, Émaux, p. 234 dans CRISTAL
Cristal est une pierre reluysant et clere, qui a couleur de eaue, car elle est engendrée de nege ou de la glace endurcie par moultz de temps, ib. dans CRISTAL
Deux fourchettes d'argent dont le manche est de cristal, ib. dans CRISTAL
Un grant pot de cristal, à deux ances de mesmes, garny d'argent doré, Émaux, p. 234 dans CRISTAL
Ung hault gobelet de cristal ou de berique, en maniere de coupe, seant sur un pié d'or cizelé, ib. dans CRISTAL
Une petite saliere dont le corps est d'une maniere de cristal sur le vert, ib. dans CRISTAL
Ung eschequier d'argent garny d'eschez de cristal, ib. dans CRISTAL
Ung chapellet de cristal vert, faict en façon de glands, garny d'or, ib. dans CRISTAL
Une pierre de cristal, où est gravée la bataille de Pavie, aiant ung cercle d'or allentour, reposant sur une aultre pierre de cristal en columne de deux doigtz de long à huict quarrés, ib. p. 235 dans CRISTAL
Ung grand mirouer de cristal de roche, garny d'ebene, ib. dans CRISTAL
Ung voirre cristallin couvert, garny d'or, Émaux, p. 235 dans CRISTALLIN, INE
Autre plus petit estuy pour mettre une petite cuillier d'or de la royne, Émaux, p. 238 dans CUILLER, ou, suivant l'orthographe de quelques-uns, dit l'Académie, CUILLÈRE
Une petite cullier à nectoyer la langue, Émaux, p. 238 dans CUILLER, ou, suivant l'orthographe de quelques-uns, dit l'Académie, CUILLÈRE
Un cuir boli [sorte d'armure] a en son dos gité, Par desore ot un clavain afautré, Émaux, p. 239 dans CUIR
La carre du roi Phyon fut de cuir d'elephant bouilli, dont le tabernacle et la marcelle fu peint à collors et à vernis, ib. dans CUIR
Une courroye de cuir de lyon, sans nulle ferrure, Émaux, p. 241 dans CUIR
Une ceinture de cuir de lioun, harnessé d'or od camaeux, ib. p. 240 dans CUIR
Deux escrins de cuir boulli que il fit à la royne, l'un pour une nef d'argent, et l'autre pour un charriot d'argent qui porte une nef, ib. p. 239 dans CUIR
Un livre en un fourrel de quir bouli, ib. dans CUIR
Un livre couvert de cuir rouge à empreintes, ib. p. 240 dans CUIR
Un estuy de cuir noir, où il a quatre compas d'argent, ib. dans CUIR
Un grant livre couvert de cuir vermeil et empraint de plusieurs fers, ib. dans CUIR
Le service de la chappelle du Roy, couvert de cuir rouge marqueté, ib. dans CUIR
Deux grans chandeliers, fais à cul de lampe, et en icelui cul de lamppe avoit sept des plus grans miroirs qu'on troeuve, ayant chacun huit branches estoffées de feullages pour au bout de chacune branche mettre ung flambeau de cirre ardant, Émaux, p. 204 dans CUL ou CU
Ung cure-dent, onquel est mis en oeuvre ung diamant nommé la lozenge et une grosse pointe de dyamant et une grosse perle, Émaux, p. 242 dans CURE-DENT
Pour une douzaine de curoreilles d'ivoire, à deux sols piece, Émaux, p. 242 dans CURE-OREILLE
À Gilles Suramond, orfevre du Roy, pour ung estuif d'or garny d'un curedans et un cure-oreille, ib. dans CURE-OREILLE
Trois custodes de cuir, paintes d'or, où a en chacune custode deux fluetes d'yvoire que grandes que petites, Émaux, p. 242 dans CUSTODE
Une cuvette de bort [bois] d'Illande à faire les fons pour baptiser, Émaux, p. 167 dans CUVETTE
Ou dit estude [cabinet] avoit un escrin de cyprès marqueté et ferré d'argent, Émaux, p. 166 dans CYPRÈS
Les Turcs ayment à avoir leurs espées qu'ils nomment cimeterres, non pas aussi luisantes comme les notres, mais damasquinées, c'est à dire ternies de costé et d'autre : par quoy les armuriers sçavent detremper du sel armonniac et verd avec du vinaigre dedens quelque escuelle, où ils mettent la pointe du cimeterre : lequel estant tenu debout, laissent couler de ladicte mixture tout le long du jour par dessus ; car cela mange un peu le fer ou acier, suivant la veine qu'il trouve en longueur, qui luy donne bonne grace, d'autant qu'on le brunist par après pour estre plus plaisant à la vue, Émaux, p. 244 dans DAMASQUINER
Un damier dont les carrez sont de cristal, soubz lesquels y a des petites fleurs esmaillées, Émaux, p. 244 dans DAMIER
Ledit maistre Girart pour la façon de IIIJ damoiselles de fust, nettement ouvrées et paintes, à bon or bruni, à tenir les miroirs des dictes dames, à cause de leur dict atour, Émaux, p. 244 dans DAMOISELLE
Une desvidouere, une damoiselle et unes tables et un estui, ib. dans DAMOISELLE
Pointes de diamant, pierres qui, dans les parements à bossages, sont taillées à facettes comme des diamants, Émaux, p. 253 dans DIAMANT
Trois grantz rubis en aneaus, une amiraude, un diamant de grand pris en une boiste d'argent enamillé, qui fust trové sur ledit Pierre quant il fust pris, Émaux, p. 250 dans DIAMANT
Ceste pierre est si dure que elle n'est despecée ne par fer ne par feu ; ne elle n'est pas eschaufée. Toutesfoys elle est despecée par le sang du bouc quant il est chault et nouvel. Et des pieces qui en saillent on entaille et perce les aultres pierres, ib. p. 250 dans DIAMANT
Deux cc d'or, garnys d'un grand dyamant à huit costez, mis en ung oeul d'or esmaillé de blanc, ib. p. 251 dans DIAMANT
Seize dyamans de plusieurs tailles, ib. dans DIAMANT
Un annel d'un dyamant gros, de quatre losenges en la face dudit dyamant et de demies losenges par les costez dudit dyamant, ib. p. 254 dans DIAMANT
Un doittier de cinq dyamants en aneaulx d'or esmaillez, c'est assavoir un annel en façon de rabot, Émaux, p. 254 dans DOIGTIER
À Jacques Leblond, doreur graveur pour des esperons, Émaux, p. 254 dans DOREUR, EUSE
Doubles de voirines, pierre fine collée sur verre ou sur cristal de couleur, et ainsi doublée d'épaisseur, doublée aussi d'éclat, mais d'une manière factice et quelquefois frauduleuse, Émaux, p. 254 dans DOUBLE
Deux doubleaux [paires de vases] d'argent blanc, à mectre vin, Émaux, p. 254 dans DOUBLEAU
Six livres de dragées pour servir en un drageoir, Émaux, p. 255 dans DRAGÉE
Un drageoir d'or, à deux cuillers d'or, à donner espices, Émaux, p. 255 dans DRAGEOIR
Un grand dragoer d'argent doré, esmaillé dedens et dehors à tournois de seigneurs et de dames, ib. dans DRAGEOIR
Un grand drajouer qui chemine [c'est-à-dire roulant], garny de lapiz et de cristal, au bas du drajouer il y a une tortue, ib. p. 256 dans DRAGEOIR
Deux dreçoirs mis es chambres du roi [au Louvre], Émaux, p. 256 dans DRESSOIR
Un drechoir fermant à clef, ib. p. 257 dans DRESSOIR
Écume de mer, sorte de faïence ou de terre de pipe produite artificiellement de la manière suivante : on extrait de certaines carrières de la Crimée cette terre de pipe qu'on étend, qu'on agite et qu'on lave pendant plusieurs jours dans de grands bassins remplis d'eau ; on la broie et on la passe ensuite avec soin pour la purger de toutes matières étrangères, puis on la pétrit, et on en forme de petites masses qu'on fait bouillir dans du lait et ensuite dans de la cire mêlée à de l'huile de lin, Émaux, p. 259 dans ÉCUME
[Un anneau d'or] à lettres d'esmail qui luisoient, Et qui gardez-moi bien disoient, Émaux, p. 345 dans ÉMAIL
Un annel d'or dont la verge est esmailliée et y a escript en la verge : c'est mon desir, Émaux, p. 345 dans ÉMAILLER
Un esmouchoir de drap d'or, à fleur de lis, escartelé des armes de France et de Navarre, à un baston d'yvoire, Émaux, p. 300 dans ÉMOUCHOIR
Emprainte en plomb où est le visage de François de Carare en un costé, Emaux, p. 260 dans EMPREINTE
Un encrier d'argent doré, Émaux, p. 260 dans ENCRIER
Un encrier longuet, de cuivre argenté, à plusieurs ouvrages de la façon de Damas, dedans lequel a un canivet, le manche de bois, uns ciseaulx d'argent doré, esquelz a par dedans petiz ours et par dehors les armes de monseigneur, ib. p. 261 dans ENCRIER
Faire et forgier v chaatons, IX virolles à bestelettes et à feuilles enlevées, Émaux, p. 310 dans ENLEVER
Et y mist et assist plusieurs cristaux, pieces d'enlumineure de plusieurs devises, perles et autres pieces de pierreries, Émaux, p. 310 dans ENLUMINURE
En oultre nous plaist et voulons, que tous lesdit Juys et Juyves demourans en nostre dit royaume portent leur enseigne acoustumée au dessus de la ceinture et en lieu plus apparent, et sera ladicte enseigne du large du seel de nostre Chastellet de Paris ; et qui sera trouvé sens enseigne, il paiera vint solz parisis d'amende, Émaux, p. 262 dans ENSEIGNE
Il est permis aux filles de joie de la ville de Thoulouse de porter et vestir telles robes et chapperons comme elles vouldront, et entour l'un de leurs bras une ensaigne ou difference d'un jaretier ou lisiere de drap d'aultre couleur que la robe, ib. dans ENSEIGNE
Pour six sainctures et dix aulnes de rubant blanc, pour faire enseignes es livres, ib. dans ENSEIGNE
À Jehan Martin orfevre, demeurant à Boulongne, pour une enseigne ou ymage d'or faicte en la reverence de Nostre Dame de Boulongne, Émaux, p. 262 dans ENSEIGNE
Un coquelicoq, d'argent doré, dont le corps est d'une coquille de perle d'Orient, sur entablement à six pieds, pesant sept marcs et demy, Émaux, p. 223 dans ENTABLEMENT
Tassin Croix, Hannequin Godefroy et Jehan Duffle, entailleurs d'ymages, Émaux, p. 263 dans ENTAILLEUR
Environné de diverses et differentes habitations, par engins de souverains ouvriers ; enrichi de entailleures, paintures, armoiries et autres menueries plaisant à l'ueil, Émaux, p. 263 dans ENTAILLURE
Un carteron de longues espingles à la façon d'Angleterre, Émaux, p. 302 dans ÉPINGLE
Mme d'Estampes prend de pension, pour ses espingles, cinq cens livres, ib. p. 303 dans ÉPINGLE
Ung saphir encassé à jour, sur ung espingle d'or, garny de douze petites perles, Émaux, p. 303 dans ÉPINGLE
Une espreuve que l'on met sur la table du roi, Émaux, p. 303 dans ÉPREUVE
Pour avoir taillié et feru en estampe grans quantité de très petits bacins, Émaux, p. 307 dans ESTAMPE
Nul orfevre ne peut ouvrer à Paris d'argent, que il ne soit aussi bon comme esterlins ou meilleur, Émaux, p. 307 dans ESTERLIN
Pour sa peine et sallaire d'avoir garnye et estoffée une chaiere appellée faulx-desteuil, Émaux, p. 310 dans ÉTOFFER
Messire Thomas Channenne, chevalier trenchant du roy d'Engleterre, lequel est venu apporter l'estraine du roy d'Angleterre du jour de l'an, Émaux, p. 307 dans ÉTRENNE
Un grant estuy de cuir boully pour mettre et porter uns tableaux que a faiz Jehan d'Orleans, peintre et varlet de chambre du roi, Émaux, p. 308 dans ÉTUI
Le suppliant et Jehan Baudelot dirent qu'ilz iroient veoir dedens le bois, se l'on y trouveroit aucuns qui chassaissent aux cocq-Limoges, autrement nommez faisans, Émaux, 223 dans FAISAN
A Guillaume Tireverge, bouteiller, demourant à Paris, pour un estuy de cuir boulli, fauve, poisonné et armoié des dictes armes, Emaux, p 240 dans FAUVE
Une espée emmanchée de fer, garnie en fason de clef, nommée l'espée de Lancelot du Lac, et dit-on qu'elle est fée, Émaux, p. 482 dans FÉE
Feldspath aventuriné, dit aventurine orientale et pierre du soleil, variété du feldspath qui consiste dans le brillant d'une poussière dorée produite par des paillettes de mica dont elle est pointillée, Émaux, p. 310 dans FELDSPATH
Feldspath bleu, pierre d'un bleu de ciel pointillée de blanc, ib. dans FELDSPATH
Feldspath nacré, appelé aussi argentine, oeil de poisson, pierre de lune, variété qu'on trouve en Orient, dans l'île de Ceylan et au Saint-Gothard, ib. dans FELDSPATH
Feldspath opalin, appelé labrador dans le commerce, variété d'un gris foncé à reflets bleuâtres, rouges et orangés, et qui vient de la côte d'Amérique, ib. p. 311 dans FELDSPATH
Feldspath vert, dit pierre des Amazones et aussi vert céladon, pierre de couleur opaque vert tendre, semé de points blancs, qu'on tire des monts Ourals et du Groënland, ib. dans FELDSPATH
Autrefois, nom donné à des arcades, à des encadrements à jour en plein cintre ou en ogive selon la date ; quelquefois aussi à des niches de ces mêmes formes, Émaux, p. 311 dans FENÊTRAGE
Une croix d'or, et ou pied du croisillon est une ymage de Nostre Dame en un fenestrage, esmaillé d'azur, Émaux, p. 311 dans FENÊTRAGE
La cosmographie universelle de André Thevet, couverte de velin blanc, doré sur la tranche et à petit fer, estimé six livres, Inventaire de la royne Loyse douairière, Émaux, p. 312 dans FER
À Perin de Choisy, orfevre, pour l'argent et la façon de plusieurs fers d'argent à cuire [brûler, marquer] chevaux, Émaux, p. 311 dans FER
À Jehan Lessayeur, orfevre, pour un fer d'argent, par lui fait pour donner le feu aux faucons de ma dicte dame, ib. dans FER
Un plat d'argent blanc, signé de trois escussons, feruz sur le bort à armes, Émaux, p. 316 dans FÉRIR
Fermail signifiait, dans l'ancienne langue, une boîte : Un fermail d'or, faict à maniere d'un paon qui faict la roe, à pierres et à perles, Émaux, p. 312 dans FERMAIL
Fermant, volet qui, en se fermant, recouvre un tableau ou un miroir, Émaux, p. 313 dans FERMANT, ANTE
Il s'est dit plus particulièrement des agrafes qui fermaient les livres manuscrits, le parchemin exigeant une pression assez forte entre les ais de bois de la reliure, Émaux, p. 314 dans FERMOIR
Pluseurs bonnes gens qui estoient venuz au dit hostel pour eulx esbatre et mangier pain ferez [gaufres], ratons, crespes et autres choses, Émaux, p. 420 dans FERRER
Pour avoir mené de Lille à Valenciennes, en deux panniers, sur ung cheval, certains joyaux appartenant à monseigneur [le duc de Bourgogne] pour sur iceulx faire finances [emprunter dessus], Émaux, p. 317 dans FINANCE
Une fiole d'or, à mectre eau rose, assise sur une terrasse, esmaillée de vert et sur ladite terrasse deux loups et ou milieu de ladicte fiole deux mirouers garnis autour de XXIIII perles, Émaux, p. 317 dans FIOLE
Autrefois, bouteilles à panse évasée et plate, qu'on portait à l'aide de courroies, et qui, par cette raison, étaient enregistrées dans les inventaires avec les barils, Émaux, p. 317 dans FLACON
Deux flacons d'or à deux esmaux, à deux courroyes de soye ferrées d'or, Emaux, p. 318 dans FLACON
Les torches de cire qu'on portait à la main, et qu'on appelait flambeaux, ayant été diminuées de grosseur, entrèrent dans les grands chandeliers qu'on nomma dès lors chandeliers à flambeaux et, pour faire plus court, flambeaux, Émaux, p. 318 dans FLAMBEAU
Deux flasques d'argent, gaudronnées, moictié dorées et moitié blanches, Émaux, p. 318 dans FLASQUE
Une petite couronne d'or, à treize florons, et a, en chascun fleuron, une esmeraude contrefaitte, trois grosses perles et un grenat, Émaux, p. 198 dans FLEURON
Une grant fontaine, en guise d'un chastel, à pilliers de maçonnerie, à hommes à armes entour, avec le hanap et une quarte, semée d'esmaux, pesant neuf marcs, Émaux, p. 320 dans FONTAINE
Un anel d'or, à un saphir, lequel seint Dunstan forga de ses mayns, Émaux, p. 479 dans FORGER
Un fouet d'yvoire, à trois pommeaux d'or, esmaillés des armes de la royne Jeanne de Bourbon, à quatre chaiennes d'or, Émaux, p. 321 dans FOUET
Pour six grans fouez de nerfs de beuf, garniz de grosses sonnettes, delivrés aux varlès et gens de la chambre d'icelle dame [la royne] pour chasser les chiens, ib. dans FOUET
Une espée d'armes, garnie de fouet blanc, et au pommeau a une Nostre Dame d'un costé et ung souleil de l'autre nommée l'espée de victoire, ib. p. 482 dans FOUET
Trois furchestes d'argent pour mangier poires, Émaux, p. 322 dans FOURCHETTE
Quatre fourchettes d'argent, à manches de cristal, dedans un estui de cuir, Émaux, p. 323 dans FOURCHETTE
Pour avoir rappareillié une fourchette d'or, à prendre la souppe ou [au] vin, c'est assavoir refait l'un des fourcherons, Émaux, p. 323 dans FOURCHON
VI boutons ronds, en maniere de frezes d'or, semez de petitz saphirs et ballaysseaux, sur chacun une grosse perle, Émaux, p. 172 dans FRAISE
Manière de peindre qui consiste à enduire la muraille de mortier et à peindre sur cette surface encore fraîche avec des couleurs à l'eau, qui ne restent pas à la surface, mais qui pénètrent dans la muraille même ; de là l'expression de la peinture à frais, ou, comme l'écrivait Félibien à la fin du XVIIe siècle, à fraisque, fondant ensemble les expressions italienne et française, Émaux, p. 508, Peindre à fresque dans FRESQUE
À Badouyn, paintre, pour avoir vacqué tant à la façon des patrons des tapisseries, que à la façon et painture d'un tableau à frais, en façon de tapisserie, contre la muraille, Émaux, p. 508 dans FRESQUE
Branches laciées par maniere de frete [enlacées de manière, en se croisant diagonalement, à former des losanges], Émaux, p. 325 dans FRETTE
Un petit frontel de perles, Émaux, p. 325 dans FRONTEAU
Deux grandz fruitiers d'argent cizellé, vermeil doré, percé à jour, pesant trente-six marcs, Émaux, p. 326 dans FRUITIER, IÈRE
Un petit sac de toille, où il a plusieurs pierres pour faire fumigacions, Émaux, p. 326 dans FUMIGATION
Le fusil à aiguiser l'ostil, Émaux, p. 320 dans FUSIL
Quatre grans estendars sur chascuns desquels avait un grand fusil et la pierre qui y appartient, avec plusieurs flambes et estincelles selon la divise de Monseigneur, Émaux, p. 320 dans FUSIL
Le pont de fust de l'isle Nostre Dame, Émaux, p. 326 dans FÛT
L'on nous monstre icy volontiers les canons gaignez sur nous, et ne pouvons moins que de leur monstrer l'espée de Thalbot [M. de Boissize, ambassadeur en Angleterre, à M. de Villeroy], Émaux, p. 483 dans GAGNER
Pour une gaine entaillée à ymages d'or, Émaux, p. 327 dans GAÎNE
George de Vigne, gaaisnier et ouvrier d'estuis, Émaux, p. 328 dans GAÎNIER
Quarante huit boutons d'or pour deux paires de gants de chien, couvers de chevrotin, garnis au bout de IV boutons de perles, Émaux, p. 327 dans GANT
Uns autres petits gants à prelat, de broderie sur champ d'or, et sont tous plains à esmaux, et y faut plusieurs perles, ib. dans GANT
Pour un estuy de cuir boully armoyé, pour mettre un garde-mengier, Émaux, p. 327 dans GARDE-MANGER
Pour le sallaire d'avoir amené, en leurs brouettes, de l'ostel Michiel du Sablon en l'ostel du dit argentier, la somme de quatre mille livres tournois pour convertir et emploier au fait de la gesine de la dicte madame la royne, Émaux, p. 328 dans GÉSINE
Gibecière, espèce de bourse large et aplatie, dont les miniatures et la sculpture des XIIIe et XIVe siècles nous ont conservé les modèles, Émaux, p. 329 dans GIBECIÈRE
Une petite gibeciere de l'euvre d'Engleterre, Émaux, p. 329 dans GIBECIÈRE
Le corindon girasol des minéralogistes est une pierre fine, de la nature des opales, mais moins bien douée en qualités éclatantes, Émaux, p. 330 dans GIRASOL
Boule ronde surmontée d'une couronne, celle-ci d'une croix, symbole de la puissance souveraine, adoptée et portée avec cette signification par les empereurs romains depuis Caracalla, et par les empereurs de l'Orient et de l'Occident, Émaux, p. 331 dans GLOBE
Pour rappareiller un gobelet d'or, pour monseigneur d'Anjou, lequel gobelet estoit fait en maniere d'un tonnel et est assis sur un trepié de trois chiennes ; pour y mectre x perles, et IV esmeraudes et ij rubis, Émaux, p. 331 dans GOBELET
Pour un gobelet de cristal, à une anse sur le couvercle, à pierrerie, ib. dans GOBELET
Une pille de gobelets de fou [hêtre], où il en a dix en un estuy de fust, ib. p. 332 dans GOBELET
Ung grant godet, appellé aumosniere, de vielle façon, pesant IV marcs, Émaux, p. 332 dans GODET
Une nef d'argent, goderonnée, l'un des goderons d'argent et l'autre blancq, Émaux, p. 332 dans GODRON
Il avoit une fraise empesée et godronnée à gros godrons, au bout de laquelle il y avoit de belle et grande dentelle, les manchettes estoient godronnées de mesme, Émaux, p. 322 dans GODRONNER
Ung gorgerin de mailles d'or, garny de deux platines esmaillées, Émaux, p. 333 dans GORGERIN
Pour une piece platte d'argent doré, et en icelle avoir fait escrire et graver en lettres esmaillées : Rex Francorum...., Émaux, p. 345 dans GRAVER
Une gravouere [petit ustensile qui servait à faire la raie des cheveux] de cristal, garnie d'or, Émaux, p. 334 dans GRAVOIR
Un grant grenat, taillé en maniere d'une croix double, Émaux, p. 334 dans GRENAT
Dans le moyen âge, travail greneté, ou, substantivement, greneté, travail fin qui formait le fond des dessins ciselés en vignettes ; de là l'expression : greneté de vignetures, Émaux, p. 335 dans GRENETER
Un hanap d'or, ciselé à costes par dehors et l'aiguiere de mesme, ledit hanap greneté, Émaux, p. 335 dans GRENETER
Pour une coupe d'or semée de greneiz de pierreries, de perles et d'esmaux, Emaux, p. 334 dans GRÈNETIS
Item un oef de griffon, garnis d'argent, od [avec] pié et covercle, Émaux, p. 336 dans GRIFFON
Pour avoir fait et forgié un gril d'argent blanc pour servir en la cuisine du roy N. S., Émaux, p. 336 dans GRIL
Une hache à trois poinctes de dyamant, nommée la hache de messire Bertrand de Clasquin, Émaux, p. 483 dans HACHE
Pour avoir refait de neuf un bacin d'argent doré, haché sur le bord de l'Ave Maria, Émaux, p. 337 dans HACHER
Un petit gobelet d'or, hachié à couronnes tout autour, ib. dans HACHER
À Jehan d'Abeville, potier d'estaing et hacheur en orfavrerie, Émaux, p. 337 dans HACHEUR
[Hanap] Un vase à boire, en général une coupe, réservé, ce semble, au principal convive, et que le chevalier comme le poëte ont sans cesse à la bouche, l'un en le vidant en toute rencontre, l'autre en le chantant à toute occasion, Émaux, p. 337 dans HANAP
Un hanap d'or, godronné, esmaillé par dehors à ymages, qui sont lettres, et à couronnes par dessus, et a, on fruitelet, ung saphir et quatre perles, Émaux, p. 338 dans HANAP
Une grande croix d'or, ouvrée à oeuvre de Damas, en laquelle a du fust de la vraye croix, et en la herse a du clou dont fut cloué Nostre Seigneur en la croix, Émaux, p. 340 dans HERSE
Pour avoir refait tout de neuf un hochet d'argent, pour jouer et esbattre madame Jehanne de France, Émaux, p. 341 dans HOCHET
Ki velt faire le [la] maizon d'une ierloge vesent [voient] ci une que jo vi une fois, Émaux, p. 414 dans HORLOGE
Cestuy maistre Jehan des orloges a fait de son temps grandes oeuvres, entre lesquels oeuvres il a fait un instrument, par aucuns appelé sphere, ou orloge du mouvement du ciel : auquel instrument sont tous les mouvements des signes et des planetes - et est faite si soubtilement cette sphere que, nonobstant la multitude des roes, qui ne se pourroient nombrer bonnement sans defaire l'instrument, tout le mouvement d'icelle est gouverné par un tout seul contre-poids, Émaux, p. 414 dans HORLOGE
Un reloge d'argent tout entierement, sans fer, qui fut du roy Phelippe le Bel avec deux contrepoix d'argent emplis de plom, ib. p. 415 dans HORLOGE
Louis Carel, maistre faiseur de mouvemens d'orloige, Émaux, p. 416 dans HORLOGE
À nostre amé orlogeur, Pierre de Sainte Bealté, Émaux, p. 415 dans HORLOGER
Deux ceintures d'or de broderie qui sont assises sur l'espaulle senestre de deux houppelandes, Émaux, p. 196 dans HOUPPELANDE
En laquelle besongne, pour housser ladite chappelle et armoierie dessus dicte, a esté mis et employé par ledit Colart de Laon, paintre, sept pieces de cendaulx, Émaux, p. 341 dans HOUSSÉ, ÉE
En la chapelle, emprès l'estude du roy, fut trouvé en une husche les bijoux qui ensuivent, Émaux, p. 342 dans HUCHE
Images ouvrantes, images saintes, qui, en s'ouvrant comme un tableau à volet, découvrent dans l'intérieur même de leurs corps quelques sujets peints ou sculptés en rapport d'intention ou d'allusion avec le personnage, Émaux, p. 342 dans IMAGE
Une ymage de Notre Dame, qui clot et euvre, seant et tenant son enfant, à senestre de laquelle est une trinité à plusieurs saints et saintes, Émaux, p. 343 dans IMAGE
Ung petit ymage d'or de Nostre Dame, ouvrant par le ventre, ouquel est la Trinité dedans, garny en la poitrine d'un petit ruby, seant sur ung petit pié d'or, ib. p. 343 dans IMAGE
Après s'ensuit l'inventoire de plusieurs tableaux cy aprez exprimez estans en une chambre, prisiez par Jehan d'Orlians peintre, Émaux, p. 309 dans INVENTAIRE
Paternostres de perles et de jayet, où il y a XXXVI grosses perles et IX enseignaulx d'or, Émaux, p. 350 dans JAIS
Un hanap à couvercle de gest despecié, ib. 349 dans JAIS
Une jartiere, sur un tissu de soye inde, garny d'or, de perles, de diamans et de balaiz, Émaux, p. 348 dans JARRETIÈRE
Pour un quartier de satin azur, pour faire jarretieres à lier les chausses de la royne, ib. dans JARRETIÈRE
Un gobelet de jaspe roige [rouge], garny d'argent, et poise i marc, j once, Émaux, p. 348 dans JASPE
Deux bouteilles de jaspre noir, garnies d'argent doré, ib. p. 349 dans JASPE
Gectons de la chambre des comptes de Monseigneur le duc d'Orleans, Émaux, p. 328 dans JETON
Une jonchée à faire fourmages, Émaux, p. 351 dans JONCHÉE
À Jehan du Vivier orfevre pour avoir rappareillié un petit jouel d'or, fermant à charnieres, ouquel a dedens le sepulcre de Nostre Dame d'un costé et de l'autre costé l'image de Nostre Dame tenant son enfant, Émaux, p. 351 dans JOYAU
Le duc a un garde de joyaux et son aide, et est iceluy garde des joyaux fort privé du prince, car il a en ses mains un million d'or vaillant et sert à garder les deniers de l'espargne du prince, tous joyaux d'or et pierreries dont le duc est riche, Émaux, p. 352 dans JOYAU
Pour avoir lembroissié de neuf le comble de la chappelle où il a employé iije LXXV pieces de bort d'Yllande de vj piez de long chacune, qui lui a esté livré fendu et dolé, aux frais dudit seigneur [le duc d'Orléans], Émaux, p. 166 dans LAMBRISSER
Une lampe de voirre [verre], ouvrée en façon de damas, sans aucune garnison d'argent, Émaux, p. 354 dans LAMPE
Une lanterne d'argent doré, Émaux, p. 355 dans LANTERNE
Deux sallieres de lapis, avec leurs couvercles de mesme, garnies d'or, taillées et esmaillées de basse taille, prisées ensemble quatre-vingt escus, Émaux, p. 356 dans LAPIS ou LAPIS-LAZULI
La lave du Vésuve, étant continuellement mise en oeuvre par les bijoutiers italiens, est la plus connue, et on appelle toutes les laves, laves du Vésuve, Émaux, p. 357 dans LAVE
Un petit lavouer, c'est assavoir chaufette et bassin d'argent veré, et est le pied esmaillé à bestes, pesant iij marcs, once et demye, Émaux, p. 357 dans LAVOIR
Une layette de bois où sont reliques de sainte Catherine, de saint Laurens et de plusieurs autres saints, Émaux, p. 357 dans LAYETTE
Le chancellier de Bourgoingne a ordonné - que l'on feist faire bonnes layetes de bois de chaigne, et que en chascune layete feust fait ung brevet et inventoire particulier de toutes les lettres qui seront mises en icelle layette, ib. p. 357 dans LAYETTE
Plusieurs bouetes et layettes dedans lesquelles sont les pierreries, bagues et joyaulx de la dicte defuncte dame, Émaux, p. 358 dans LAYETTE
Une laichefruitte [d'argent blanc] et deux paeles à queue, Émaux, p. 354 dans LÈCHEFRITE
En cest roman ait six vingt et vi grosses lettres ymaginées, qui chascune costoit un florin, Émaux, p. 358 dans LETTRE
Une aiguiere de licorne, garnie d'or et de plusieurs petites perles entour, Émaux, p. 362 dans LICORNE
Une bien longue corne de licorne de sept piez e demi de long, ib. dans LICORNE
Une tousche, en quoy a esté mis une piece de lichorne, pour touschier la viande de Monseigneur, pesant une once d'argent blanc, ib. dans LICORNE
Pour lier [relier] les heures le roy et pour paindre dehors les armes de France, Émaux, p. 370 dans LIER
Feuillage de yeire, Émaux, p. 547 dans LIERRE
Pour tendre la tapisserie, netayer les sales, et coupper le lyarre qui tenoit à la grant salle, Émaux, p. 547 dans LIERRE
Dix lingoz d'or, grans et petiz, Émaux, p. 365 dans LINGOT
Le lit à parer est le lit de parade, et c'est à la fin du moyen âge, et surtout à l'époque de la renaissance, qu'il devint, par ses sculptures, ses incrustations et ses peintures, un véritable objet d'art, Émaux, p. 366 dans LIT
À mestre Girart d'Orliens, paintre, pour cause de la façon d'une litiere, Émaux, p. 366 dans LITIÈRE
Une litiere chevaucheresse que deux chevaux portoient, Émaux, p. 366 dans LITIÈRE
Lyeures des esmaux, Émaux, p. 370 dans LIURE
Un livre contrefait d'une piece de bois paincte, en semblance d'un livre, où il n'a nulles feuilles, ne riens escript, couvert de veluiau blanc, à deux fermaus d'argent dorez, Émaux, p. 367 dans LIVRE
Ces vêtements se distribuaient à certaines époques de l'année, les livraisons s'en faisaient régulièrement, depuis les princes du sang jusqu'aux plus infimes serviteurs ; on les appelait des robes [vêtement complet] de livrée, des draps de livrée, pièces d'étoffes destinées à servir d'habillement, des chapperons de livrée, Émaux, p. 367 dans LIVRÉE
Achat de peaulx de chamois pour faire certains sacs et habis de chamois, tant pour le roy nostre seigneur, comme pour plusieurs seigneurs de son sang et autres ses chambellans et serviteurs, à eulx donnés par le dit seigneur pour la livrée en ceste saison d'hiver, Émaux, p. 368 dans LIVRÉE
Item doit avoir une cote des dras des officiers, toutefois que Madame fera sa livrée, ib. dans LIVRÉE
Un livret quarré de deux grands lapis, enchassés en or esmaillé, dans lequel sont les portraicts du roy de France Henri III et de la royne sa femme, attaché à une chaine d'or faicte de leur chiffre, Ém. p. 368 dans LIVRET
Le duc a trois queux pour sa bouche, chascun compté par quatre moys ; et doibt le queux en sa cuisine commander, ordonner, et estre obey, et doibt avoir une chaiere en tel lieu, qu'il puist veoir et congnoistre tout ce que l'on faict en la dicte cuisine, et doibt avoir en sa main une grande louche de bois qui luy sert à deux fins, l'une pour assayer potaige et brouet, et l'autre pour chasser les enfans hors de la cuisine et ferir si besoing est, Émaux, p. 369 dans LOUCHE
Une loupe de saphir encerclée en or, Émaux, p. 369 dans LOUPE
Une mittre episcopale, toute semée de perles, garnie de grosses louppes de saphirs et autres meschantes pierres, Ém. p. 369 dans LOUPE
Deux grandz potz d'argent doré, appellez lumieres, pesans ensemble cinquante marcs, Émaux, p. 369 dans LUMIÈRE
Pour un vericle encerné en maniere de lunette, prisé XX francs, Émaux, p. 163 dans LUNETTE
Ung estuy de lunectes pour monseigneur le duc d'Orleans, ib. dans LUNETTE
Des lunettes d'or garnies de bericles, ib. dans LUNETTE
Un mirouer d'or, dont la lunette est perdue et de l'autre costé a une demoiselle cueillant fleurs en un jardin, ib. 369 dans LUNETTE
Pour dix paires de lunettes apportées à deux fois audit seigneur roy, audit lieu de Bar, dont y en avoit trois paires de cristal et les autres de beril, Émaux, p. 164 dans LUNETTE
Pilliers de maçonnerie qui boutent contre une tour, Émaux, p. 370 dans MAÇONNERIE
Un encensier d'or à façon de maçonnerie à VI pignons, ib. p. 371 dans MAÇONNERIE
Une croix d'argent doré, sur un pié de maçonnerie, à trois ars boutans, ib. dans MAÇONNERIE
Coeur et racine des différents bois employés pour faire des vases à boire, Émaux, p. 371 dans MADRE
Le mot madre s'étendit plus tard à tous les vases, quelle que fût la matière dont ils étaient faits, ib. dans MADRE
E puis prend un hanap de mazre ke la reine li duna, Ém. p. 372 dans MADRE
Une coupe de madre à pié d'argent, dorée, esmailliée, ib. p. 374 dans MADRE
Ouvrier qui faisait les vases en madre, et aussi l'officier qui conservait les madres, Émaux, p. 376 dans MADRINIER
Il y aura un madrinier qui servira de voires [verres] et de hanaps, et aura iij deniers de gages par jour pour toutes choses, Émaux, p. 376 dans MADRINIER
Deux grans livres de magique, escript en espaignol, l'un couvert d'une pel rouge, et l'autre d'une blanche pel sans aiz, Émaux, p. 370 dans MAGIQUE
Pour une maison Dieu dalée d'ivoire et d'ebeinne, garnie d'argent, Émaux, p. 377 dans MAISON
Ce sunt les parties Richart d'Arragon, coffrier : delivré à Regnaudin le Bourguignon, vallet de chambre de la royne, douze malles, c'est assavoir deux pour le lit de la royne, deux pour porter ses materaz, six pour la garderobbe et deux pour damoyselles, 40 sols pour piece vallent 24 livres, Émaux, p. 378 dans MALLE
La chemise saint Loys, dont il fault [manque] une manche.... et une cedule de parchemin.... escripte de la main de monseigneur saint Loys des enseignements qu'il envoya à sa fille, Émaux, p. 481 dans MANCHE
Quatre pieces de pierreries pour un manchon, Émaux, p. 378 dans MANCHON
Item pour le mande de merlans, Émaux, p. 379 dans MANDE
Une grande mande quarrée, pour mettre, chargier et amener par charroy treize tableaux de bois, Émaux, p. 379 dans MANDE
L'idée de préparer une planche de cuivre, de telle sorte qu'imprimée dans cet état, elle pût donner le plus beau noir velouté ; l'idée d'enlever ensuite le dessin par les clairs au moyen de racloirs qui, en usant la surface du cuivre, empêchaient le noir d'y adhérer ; la combinaison enfin qui consistait à prendre à rebours tous les procédés suivis jusqu'à ce jour, pour créer une reproduction de la nature mieux colorée et plus vivante ; cette invention mérite l'attention, et son inventeur quelque célébrité... ce genre de gravure appelé en France gravure en manière noire..., Hist. grav. en manière noire, p. 4 dans MANIÈRE
La gravure en manière noire a été inventée dans les trois années de 1637 à 1641 par un Allemand nommé Louis de Siegen, ib. p. 67 dans MANIÈRE
Deux manicles d'or couverts de rubis d'Inde, prisez ensemble cent escus, Émaux, p. 380 dans MANIQUE ou MANICLE
Une couppe d'argent dorée, où il y a ung mannequin dedens, Émaux, p. 380 dans MANNEQUIN
Ung petit manequin tirant une espine hors de son pied, fait de mabre [marbre] blanc, bien exquis [c'est la statue antique dite le Tireur d'épines], ib. dans MANNEQUIN
Deux flacons de marbre noir, Émaux, p. 380 dans MARBRE
Un coffre de bos paint au quel estoyent XXIII corporaux et une pierre de malbre à liscer lesdiz corporaux, ib. dans MARBRE
Cette pyrite ferrugineuse, qui ressemble au jargon, tient du cuivre, dont elle a parfois l'aspect ; elle raye le verre et fait feu sous le briquet ; les plus belles viennent de l'île d'Elbe, Émaux, p. 381 dans MARCASSITE
Ung aigle d'argent, doré en aulcunes parties, aiant entre les deux testes en hault une couronne imperialle et au milieu ung miroir de marquascite, donné à l'empereur par l'ambassadeur de Gennes, Émaux, p. 381 dans MARCASSITE
Table carrée sur laquelle des lignes partant des angles ou du milieu de chaque côté et se réunissant au centre, indiquaient la place que devaient occuper et la route que pouvaient suivre les marelles ou méreaux, Émaux, p. 381 dans MARELLE
Jehan Aysmes, qui avoit joué aux marelles à six tables, appelé le jeu de Saint Marry, Émaux, p. 381 dans MARELLE
À Guillemin Porquet, chauderonnier, pour un grand pot, appellé marmite, tenant deux seaulx d'eaue, Émaux, p. 382 dans MARMITE
Plus tard on fit venir ces mêmes peaux de la côte de Barbarie, et, plus particulièrement du Maroc ; de ce moment le cordouan [cuir, voy. CORDONNIER] fut appelé maroquin et maroquin du Levant, Émaux, p. 384 dans MAROQUIN
Une escriptoire, couverte de maroquin du Levant, dorée et argentée, ferrée d'argent, Émaux, p. 385 dans MAROQUIN
Cent esqueles d'argent merchez d'un egle, quarante uit saussers d'argent de divers merches, Émaux, p. 383 dans MARQUE
Que les maistres dudit mestier [des potiers d'étain] ne vendent.... aucun ouvrage plustot qu'il soit marché [marqué] de leur marc ou poinsson, Émaux, p. 383 dans MARQUE
Trois medalles dont les deux sont d'albastre et l'autre de bronze, lesquelles ledict seigneur a prinses et retenues pour en faire à son plaisir, et icelles faict mettre, assavoir, les deux d'albastre en son cabinet d'Amboyse, et l'autre de bronze en ses coffres, Ém. p. 386 dans MÉDAILLE
Trois medalles [médaillons] de bronze grandes comme le naturel, ib. dans MÉDAILLE
Les médaillons-portraits furent d'abord l'oeuvre des habiles orfévres, qui gravèrent les admirables sceaux des XIVe et XVe siècles ; la vogue s'en empara au commencement du XVIe siècle, Ém. p. 386 dans MÉDAILLON
Il y avait le ménestrel poëte et improvisateur, puis le ménestrel chantant, enfin le ménestrel joueur d'instrument ; il y avait les grands et les petits ménestrels, comme nous eûmes plus tard les grands et petits violons ; enfin, si je citais les instruments de musique, je parlerais d'un ménestrel de vielle, d'un ménestrel de harpe en 1360...., Émaux, p. 386 dans MÉNESTREL
À Gracieuse Alegre, menesterelle du pays d'Espagne, pour sa pension, Émaux, p. 386 dans MÉNESTREL
Ouvrage de menuiserie du dit mestier [le métier de serrurier], Émaux, p. 387 dans MENUISERIE
À Marcel Frerot, menusier, pour ung jeu de bille qu'il a faict en la salle du bal au chasteau de Blois, Émaux, p. 387 dans MENUISIER
Les six métiers de l'hôtel du roi comprenant la domesticité et l'administration des palais et des hôtels, c'était la paneterie, l'échansonnerie, l'écurie, la cuisine, la fruiterie et la fourrière ; celle-ci s'acquittait des menues dépenses, Émaux, p. 388 dans MÉTIER
Quatre chandeliers, appellez mestiers d'argent, Émaux, p. 388 dans MÉTIER
Depuis la plus haute antiquité, en Asie, jusqu'à la cour du régent, en France, jusqu'à nos jours dans le Levant, ces miroirs magiques sont en usage et en vogue mystérieuse, Émaux, p. 392 dans MIROIR
Un mirouer d'or, poinçonné dehors à lis, et dedans est une annonciation esmaillée sur le blanc, Émaux, p. 390 dans MIROIR
Un miroir ardent d'assier, tout rond, à deux bords dorez et entre deux ung cercle d'asur, l'envers dudit miroir tout doré, Émavx, p. 392 dans MIROIR
Monde d'or, quartz résinite (l'hydrophane des minéralogistes), connu des bijoutiers sous le nom d'oeil du monde ; sa qualité spongieuse lui permet d'absorber une quantité d'eau qui, en reflétant les couleurs du spectre solaire, lui donne le chatoiement de l'opale, Émaux, p. 396 dans MONDE
Quant à la restitution de l'escarboucle et monde d'or qu'avons presentement en nos mains pour gaige...., Émaux, p. 396 dans MONDE
Je, Jehan Hennequart, varlet de chambre et peintre de mon très redoubté seigneur M. S. le duc de Bourgongne, confesse avoir reçu .... pour avoir fait plusieurs patrons pour faire coings de nouvelles monnoies, au nombre de trente manieres, dont je fis quatre de couleurs, lesquels M. D. S. choisit entre les autres, Émaux, p. 396 dans MONNAIE
Entre lesquels murs [du Leuvre, dans les environs de la rue Froidmantel et de Champflori] est le montoir du roi et de la reine, Émaux, p. 396 dans MONTOIR
Anciennement, pièce de métal qui s'appliquait à l'extrémité de cette partie de la ceinture qu'on laissait pendre, après le noeud formé autour de la boucle, d'à peu près trente centimètres de longueur chez les hommes, chez les femmes jusqu'à terre, Émaux, p. 397 dans MORDANT
Pour faire et forgier la garnison toute blanche d'une espée dont l'alemelle estoit à fenestres, c'est assavoir faire la croix, le pommeil, la boucle et le mordant et un coipel, Émaux, p. 397 dans MORDANT
Neuf garnitures d'espées, d'or, avec leurs morgans et clotz, ib. p. 398 dans MORDANT
Pour avoir fait tailler et graver les armes de monseigneur et son mot sur ycelles vervelles, Émaux, p. 400 dans MOT
La première mention des mouches se trouve dans une pièce galante imprimée en 1655, Palais Mazarin, p. 318 dans MOUCHE
Pour ung sysiaux à moucher la chandelle, Émaux, p. 400 dans MOUCHER
À Jehan du Vivier, orfevre et varlet de chambre du roy, pour avoir rappareillié et mis à point un petit moulinet d'or, garni de perles et de balais petis, pour l'esbatement de madame Ysabel de France, Émaux, p. 395 dans MOULINET
Ung moustardier, le tout d'estaing, Émaux, p. 400 dans MOUTARDIER
Une pomme d'or pleine de musque, à une grosse perle au bout, garnie d'un gros bouton de perles et un dyamant, Émaux, p. 402 dans MUSC
Une belle pomme de must, qui se euvre par le milieu, ib. dans MUSC
Une nasse d'argent doré, garnie de son couvercle, pesant trente-quatre marcs, Émaux, p. 402 dans NASSE
se rapprochait minutieusement du véritable navire, Émaux, p. 403 dans NAVETTE
Une navette de cristal, garnie d'argent, dorée et esmeillée, à faire saliere.... Une autre navette de cristal à mettre encens, Émaux, p. 403 dans NAVETTE
La grant nef d'or, à deux angres [anges] sur les deux bouts, à iij escuçons esmailliez de France, dont les deux sont à iij fleurs de lys et les autres semez de fleurs de lys à vi lyons d'or qui la soustiennent, Émaux, p. 404 dans NEF
À Jehan Tarenne, changeur, pour avoir fait faire et forgier une grant nef d'argent doré, asise sur VI tigres, et est laditte nef esmaillée tout autour à oiseaux enlevez des armes de France, et aux deux bouts d'icelle nef sur deux terrasses a deux paons qui font la roue, esmaillées de leur couleur, Émaux, p. 404 dans NEF
Une noix d'Inde sur un pié d'argent, prisie VI lib., Émaux, p. 406 dans NOIX
Oeuvre de nonnain, un de ces ouvrages de patience tels qu'on n'en pouvait faire que dans la tranquillité du cloître, puis un genre de broderie qui en avait pris le nom, Émaux, p. 406 dans NONNAIN
Un escrinet de broderie de nonains, Émaux, p. 406 dans NONNE
Verre volcanique qui ressemble à du verre de bouteille ; il raie le verre, se change en émail gris à la chaleur du chalumeau, et fait feu sous le briquet ; la couleur en est verte foncée et noire ; on l'emploie en parures de deuil, comme le jais, auquel il est supérieur en dureté, en ténacité, en poli, Émaux, p. 407 dans OBSIDIANE ou OBSIDIENNE
Un annel d'acier, auquel a une pierre d'ueil de chat, Émaux, p. 407 dans OEIL
Un vaisselet d'argent à mangier oeufs, que donna à Monseigneur Mons r d'Estampes, Émaux, p. 424 dans OEUF
Une couppe d'un euf d'autruce, et est d'argent blanc, greneté dedans, ib. p. 407 dans OEUF
Je, Phelippe, fis une piece d'oevre à l'agueille, la non pareille que jamais on avoit veu : c'est assavoir que ce fut ung draps taillié et cousu ensemble, auquel draps y avoit plus de huit mil pieces de draps mises et jointes ensemble, toutes de biais et à laine, et sembloit à le veoir qu'il fut peint, tant estoit justement fait, Émaux, p. 408 dans OEUVRE
Dans le moyen âge, oiselets de Chypre, boules parfumées, faites en forme d'oiseaux, peut-être même recouvertes de plumages d'oiseaux, et qu'on crevait pour en répandre la poudre odorante, Émaux, p. 424 dans OISELET
Un poisson d'argent à mettre oyseletz de Chipre, pesant xii esterlins, Émaux, p. 425 dans OISELET
La transparence laiteuse de l'ongle sur la chair du doigt a été comparée par les anciens à l'effet produit par la couche de calcédoine, ou d'agate blanche sur la sardoine qui est l'agate brune rougeâtre ; de là son nom d'onyx qui, à la rigueur, n'est applicable qu'à la sardonyx, Émaux, p. 409 dans ONYX
Un signet où est dedans un onisse et un homme entaillé dedans, Émaux, p. 405 dans ONYX
En certaines fêtes doubles majeures on met devant le sanctuaire une herse appelée râtelier et onzaine parce qu'on y met onze cierges, Émaux, p. 340 dans ONZAINE
L'opale, moins dure que le cristal de roche, raye cependant le verre et se distingue par sa légèreté de toutes les pierres quartzeuses, Émaux, p. 409 dans OPALE
Or clinquant, or de Paris, clinquant d'or, fil de cuivre aplati en lame et employé, comme le fil d'or, pour lamer et broder les étoffes ; seulement l'or clinquant n'était porté que par les laquais, les bateleurs et les masques, Émaux, p. 411 dans OR
Or tremblant, feuilles d'or clinquant cousues sur des vêtements de mascarade, de manière à trembler au moindre mouvement, Émaux, p. 413 dans OR
Or trait, c'était de l'or ou de l'argent doré, étiré, et d'une grande ténuité, ib. dans OR
Le cent d'emeraudes, à or et sans or, Émaux, p. 410 dans OR
À Jehan de Lille, orfevre, pour XV esterlins d'or de touche à faire un collier pour le petit chiennet dudit seigneur [le roi], ib. p. 412 dans OR
À Mery Baudet, plumasseur, demourant à Tours, pour avoir garni d'or clinquant xxviii plumeaux pour mettre sur les salades des gens du duc [de Bretagne], ib. p. 411 dans OR
Une beste tout chargiée de fremailles et d'or tramblant, le plus dru que faire se peut, ib. p. 413 dans OR
Tous marchans... qui s'entremectront de vendre et faire vendre à Paris or et argent filé, fait à Gennes, que l'on appelle or et argent de Chippre, qui se vend en cannettes, seront tenus de vendre icelui or et argent entresuivant et autel [tel] dessoubz comme dessus, ib. p. 411 dans OR
L'introduction de l'orgue en Europe doit être placée suivant Éginhart en 757 ; à cette époque, Pépin reçut de l'empereur de Constantinople, avec d'autres présents, un orgue mécanique, Émaux, p. 418 dans ORGUE
Orpin, qui aultrement est appellé arsenic, est une vaine de terre qui a la couleur d'or, Émaux, p. 419 dans ORPIN
Un hault coffret, carré, ouvré d'os, noir et blanc, en façon de quoy on faict les selles, Émaux, p. 419 dans OS
Les statuts de ce métier prouvent qu'en 1397-1406, il y avait à Paris vingt-neuf oblayers qui pouvaient faire chacun, par jour, mille oublies de différentes espèces ; ils les débitaient dans les rues et les jouaient aux dés sur le coffret qui les contenait ; nous avons dans les marchands de macarons et de plaisirs les dernières lueurs de cet usage, Émaux, p. 421 dans OUBLIE
N'ot à l'autel que lui et Dieu qu'il sacrefie, Es mains tint le calisse et l'oublie à saisie, Émaux, p. 421 dans OUBLIE
Que nul ne puisse tenir ouvrouer ne estre ouvrier en la dicte ville de Paris ne ès forbours, se il ne scet faire en un jour au moins cinq cens de grans oublées, trois cens de supplication et deux cens d'estrées dudit mestier, bons et souffisans, et faire sa paste pour le dit ouvrage, Émaux, p. 421 dans OUBLIE
Un coffin à oublies, d'argent blanc, fermant à clé, à la devise de Monseigneur et armoyé de ses armes, ib. p. 421 dans OUBLIE
Ouvrage d'outre-mer, ouvrage fait dans ce goût oriental qui suivit les chrétiens en Europe à leur retour des croisades, que les fabriques de Venise entretinrent longtemps et que toutes les nations imitèrent, Émaux, p. 421 dans OUTRE
À Guillaume de Vandestat, orfevre, pour une cassete d'outremer garnie d'argent et une croixette d'or, Émaux, p. 422 dans OUTRE
Au moyen âge, ouvrages de Grèce, les objets d'art, vases d'église, croix, reliquaires et bijoux que rapportèrent de Constantinople les croisés, que contrefirent habilement les Vénitiens et les Génois, qu'imitèrent grossièrement parmi nous les artistes obligés, par leur médiocrité, à se consacrer à cette méchante besogne, Émaux, p. 422 dans OUVRAGE
Sept tableaux, esquelz a plusieurs ymages d'ouvrage de Grece, et sont garnis d'argent doré dudit ouvrage, et pendent chacun à un petit annel, Émaux, p. 423 dans OUVRAGE
Ung petit tableau d'or, en forme de table d'autel, fermant à deux ouvrans, au milieu duquel est, en esmaillure de basse taille, le crucifiement ; en l'ung des ouvrans la descente de Nostre Seigneur de la croix et à l'autre la resurrection, et au dehors sur les dits ouvrans est la flagellation et coronation de mesmes, et à l'autre costé est comment Nostre Seigneur porte sa croix, en ouvrage eslevé, Émaux, p. 314 dans OUVRANT, ANTE
Une boueste d'yvoire à mettre pain à chanter, garnie d'argent, Émaux, p. 426 dans PAIN
Deux burettes d'or à mettre le vin et l'eaue à chanter à la chapelle du roy nostre sire, Émaux, p. 426 dans PAIN
Un porte paix d'or, où il y a un angle [ange] tenant un crucifix, couvert par dessus d'un cristal, Émaux, p. 427 dans PAIX
Comme Martin chantoit la messe, Son hoste estoit de lepre plain, En baisant la paix eubt liesse, Car il fust gueri tout à plain, ib. p. 428 dans PAIX
Le duc a soixante deux archers pour son corp, ils ont tous les ans palletots d'orfavrerie richement chargez, Émaux, p. 429 dans PALETOT
Bougeoir en forme de petite pelle qu'on appelait aussi cuiller, parce qu'il servait à brûler des parfums, Émaux, p. 428 dans PALETTE
Une palette d'ivoire, dont le clo a mettre la chandelle est d'argent, Émaux, p. 428 dans PALETTE
Une palette à condongnac [cotignac], armoyée de France et de la royne Jeanne de Bourbon, ib. dans PALETTE
Une paire de panier fermant à clef, Émaux, p. 429 dans PANIER
Un chappel de plumes de paon, papillotées de papilloctes d'or, Émaux, p. 430 dans PAPILLOTE
Une robbe de satin noir, un bandage à l'entour decoupé à triangle garny de papillotes, ib. dans PAPILLOTE
Une paesle à une cuiller d'argent blanc pour faire papin, Émaux, p. 430 dans PAPIN
Pour son payement des gands perfumez qu'il faict presentement par recommandation du roi pour envoyer au roy d'Angleterre, Émaux, p. 431 dans PARFUMER
Pâte cuite, nom donné à des ouvrages du moyen âge ainsi faits : un orfévre modelait en cire un bas-relief de petite dimension, prenait une empreinte de cette cire dans un mastic résistant et moulait dans ce creux, autant de fois qu'il voulait, ce bas-relief dans une pâte qu'on faisait sécher au four et qu'on appliquait ensuite sur de petits coffrets de bois ; une dorure générale confondait la pâte avec le fond du coffret de bois et donnait à ce travail léger et facile l'apparence d'une oeuvre d'orfévrerie, Émaux, p. 431 dans PATE
Sept coffres, que grans que petiz, faitz de paste cuyte, à la mode d'Italie, bien ouvrez et dorez, Émaux, p. 432 dans PATE
Le plat dans lequel on offrait le pain, alors que l'on communiait sous les deux espèces, Émaux, p. 432 dans PATÈNE
Un calice d'argent doré, tout plain, où il a en la patene un Dieu qui monstre ses playes, esmaillié, Émaux, p. 432 dans PATÈNE
Unes patenostres esmailliées, pendans à une croix où il y a pierres et perles, Émaux, p. 433 dans PATENÔTRE
Il y avait à Paris [dans le moyen âge] trois corps de métiers qui, sous le nom de patenôtriers, fabriquaient les chapelets, Émaux, p. 432 dans PATENÔTRIER
Pour ferrer trois paires desdits patins pour aler sur la glace, VI sols, Émaux, p. 433 dans PATIN
Six paires de patins de plusieurs couleurs, prisés IX escus, Émaux, p. 433 dans PATIN
Pour plusieurs patrons qu'ils avoient fait faire en papier et parchemin pour aucuns ouvraiges que Monseigneur veult et a intention de faire faire en sa chapelle à Dijon, Ém. p. 434 dans PATRON
Pour avoir paint, en patron, la situation de la ville de Calais et icelle presentée à Monseigneur, ib. dans PATRON
À Jehan le huchier, demourant à Paris, pour le fust d'une chaiere à pignier le chef du roi nostre seigneur, Emaux, p. 310 dans PEIGNER
Plate peinture, se disait, au moyen âge, de ce qui se peignait sur mur, sur châssis ou sur toile, par opposition à la peinture appliquée sur ronde bosse, Émaux, p. 435 dans PEINTURE
Une pelote d'or à pendre à la ceinture, garnie de diamants, Émaux, p. 436 dans PELOTE
Bijou qui, comme nos médaillons, se portait au cou, Émaux, p. 436 dans PENT-À-COL
Une pierre appelée peridon, enchassée en or, Émaux, p. 436 dans PÉRIDOT
On recueille les perles les plus régulières dans l'avicule perlière, avicula margaritifera ; les plus belles nous viennent aujourd'hui de la mer des Indes, et particulièrement de l'île de Ceylan, Émaux, p. 437 dans PERLE
Perles de compte, perles assez grosses pour être comptées, trop petites pour être estimées selon leur grosseur, Émaux, p. 438 dans PERLE
Des merciers : nus ne nulle du dit mestier.... ne puet metre aucunes finnes pelles fausses, pelles blanches ne dorées, s'elles ne sont d'argent ; car telles euvres sont fausses, Émaux, p. 438 dans PERLE
Un grand baril de serpentin, garny d'argent doré, avec de petites perles de barocques et des roses de petits saphirs, Émaux, p. 437 dans PERLE
À Jehan Rousseley, marchand florentin, pour son paiement d'une bien grosse perle pucelle et non percée que le roy a achapté de luy, ib. p. 438 dans PERLE
De couleur bleue dans toutes les nuances, puisqu'on rencontre dans les textes ces étoffes dites de pers clair, azuré, etc., Émaux, p. 438 dans PERS, ERSE
En général cependant, d'un bleu foncé, tellement foncé même qu'il peut servir de tenture de deuil, ce que nous appelons le noir bleu, ib. dans PERS, ERSE
Draps pers et autres accoustumés estre tendus et mortuaires, Émaux, p. 438 dans PERS, ERSE
Un pié d'or à mettre un voirre [verre], et le couvescle de mesmes, à façon d'un soleil, et est le pommeau du pié garny de seize perles, Émaux, p. 439 dans PIED
Pierre sur cire, se disait des pierres fines, non montées, que l'on fixait, comme on le fait de nos jours, dans de la cire appliquée sur des feuilles de carton, Émaux, p. 441 dans PIERRE
Pour ce loyaument faire par les sermens que j'ai faits, je n'ay ne entens porter sur moy ne sur mon cheval paroles, pierres, herbes, charmes, Ordonn. de Philippe le Bel sur les duels. Cy après s'ensuyvent plusieurs pierres entaillées, lesquelles sont appelées pierres d'Israel, selon les saiges philosophes, les aucunes sont artificielles, c'est à dire qu'elles ont esté ouvrées, Émaux, p. 443 dans PIERRE
Une attache, qui fut à la royne Jehanne de Bourbon, garnie de pierres faulces, c'est assavoir doublaiz rouges et voirres verds, à xv troches de perles chacune de iiij perles, ib. p. 442 dans PIERRE
Une petite croix d'or, à pierres de voirre, ib. dans PIERRE
Une petite boeste où dedans sont pendans, à une chaisnette d'or chacune, deux pieres en or, bonnes contre le venin, c'est assavoir une petite teste de serpent noire, nommée lapis albazahan, et un autre petit osselet blanc quarré, ib. p. 445 dans PIERRE
Un grant tableau d'une pierre à toucher or, Émaux, p. 445 dans PIERRE
Un coc semé de perrerie, et une perle de Compiegne prisiée VII lib., Émaux p. 437 dans PIERRERIES
Pour une tenaille, une pincette et deux pelles de fer, Émaux, p. 449 dans PINCETTE
Une petite pinte d'argent, Émaux, p. 449 dans PINTE
Tige de métal ou bien une pierre, même un rubis, aussi long que l'épaisseur du parchemin, et auquel s'attachaient les sinets ; l'usage s'en est conservé pour les livres d'église jusqu'à nos jours, en prenant quelquefois le nom de registre, de tuyau à tourner les feuillets, et de pençoir, Émaux, p. 450 dans PIPE
Sorte de moulin, ancien joyau en forme de jouet d'enfant, Émaux, p. 452 dans PIROUETTE
Deux pirouettes d'or esmaillées de couleur, Émaux, p. 452 dans PIROUETTE
Douze plasetz de bois de noyer, dont six grands et six moyens, [Inventaire de Gabrielle d'Estrées], Émaux, p. 452 dans PLACET
Trois douzaines de grands plats d'or tous plains d'une façon, Émaux, p. 453 dans PLAT
Six grans plats d'argent dorez, à mettre viandes, à iij fleurs de lys sur les bords, ib. dans PLAT
Un grand sac.... garny de deux serrures fermans à clef et de platines et boucles de fer blanc, Émaux, p. 170 dans PLATINE
Une platine à mettre chandeille, d'argent blanc, ib. p. 453 dans PLATINE
Dans la langue du moyen âge, ouvrage plumeté, ou, substantivement, le plumeté, ouvrage fait en manière de plume, genre de travail qui, comme le pointillé, le greneté, le taillé, variait l'aspect des pièces d'orfévrerie d'or et d'argent, Émaux, p. 454 dans PLUMETÉ, ÉE
Un hanap d'or couvert, plumeté dehors, et l'aiguiere de mesme greneté dedans, Émaux, p. 454 dans PLUMETÉ, ÉE
Ung calice d'argent doré, en la platine duquel a cinq autres apoustres environnés d'un plumetis, Émaux, p. 454 dans PLUMETIS
Deux poignées d'argent, neellées de France, à porter la palme le jour de pasques flories, Ém. p. 455 dans POIGNÉE
Il est à Paris orfevre qui veut et qui faire le scet, pourtant qu'il soit tel esprouvé... de tenir et lever forge et d'avoir poinçon à contre-seing, Émaux, p. 383 dans POINÇON
Une couppe, à façon d'une cloche, poinçonnée à branche et à oyseaulx, Émaux, p. 455 dans POINÇONNER
Une poire d'or [petit flacon] à metire eaue roze, à un petit entonnoir d'or, Émaux, p. 455 dans POIRE
Une pomme d'argent à chauffer mains en hiver, Émaux, p. 456 dans POMME
Une pomme de cristal ronde à refroidir mains, ib. p. 455 dans POMME
Trois pommes rondes, d'or, à mectre senteurs, en chascune desquelles y a ung myrouer et ung caderan, Émaux, p. 456 dans POMME
Un tableau de pourcelaine, quarré, de plusieurs pieces, et ou milieu l'ymage de Nostre Dame, garny d'argent doré, à ouvrage d'oultremer, Émaux, p. 468 dans PORCELAINE
Uns petits tableaux carrez de pourcelaine où est entaillié un crucefiement Nostre Dame et St Jean, sans nulle garnison, ib. p. 469 dans PORCELAINE
Un plat fait de pourcelaine, sanz aucune garnison, estant dedans un estuy de cuir, non prisé pour ce qu'il a esté rompu en amenant de Bourges à Paris, ib. dans PORCELAINE
Une piece de pourcelaine pour faire un porte paix, en laquelle est le baptisement Nostre Seigneur, ib. dans PORCELAINE
Deux aultres esguieres d'une sorte de porcelayne bleue, ib. p. 470 dans PORCELAINE
Louis XII avait pris le porc-épic pour emblème avec la devise : cominus et eminus, de près et de loin, Ém. p. 457 dans PORC-ÉPIC
Une brochette de porc espy, garnie d'un pou [peu] d'or, ib. dans PORC-ÉPIC
Pour unes granz bouges de cuir, neufves, à porter argent sur un sommier, et pour unes autres petites bouges portatives, Émaux, p. 170 dans PORTATIF, IVE
Dans le moyen âge, pot de chambre, pot à eau servant dans une chambre de toilette, Émaux, p. 459 dans POT
Item un pot lavoir à ymaginettes, Émaux, p. 459 dans POT
Un petit pot à eau d'argent doré, Émaux, p. 460 dans POT
Deux pos d'arain à traire vaches, ib. dans POT
Deux grands pots d'argent, dorez et esmaillez à chauves souris, ib. p. 458 dans POT
Ung pot de chambre, ressemblant à cacydoine, estimé une livre, Émaux, p. 459 dans POT
J'ai entendu la messe dans le grand couvent de l'oasis des Lacs Natrons, ainsi appuyé sur une potence, Émaux, p. 460 dans POTENCE
Estoit si malade que il aloit toz jors à potences sous ses esseles, ne autrement il ne pooit aler, et sembloit que il eust le dos rompu, Émaux, p. 460 dans POTENCE
Lettres du roy, fixant les droits à percevoir sur les poteries de Beauvais, Émaux, p. 463 dans POTERIE
À Guillaume Herman, potier de terre, pour ung marmouset servant sur une grande fenestre à l'ostel de la salle du dit chastel [de Lille], Émaux, p. 462 dans POTIER
Un poudrier de porcelayne, garny d'argent, avec un cordon de soye grise et d'argent, avec son estuy, prisé x escus, Émaux, p. 464 dans POUDRIER
Item pour une poulie de cuivre qui sert pour une lampe d'argent en la dite volte, Émaux, p. 204 dans POULIE
Vesci une legiere poupée [dessin, modèle] d'uns estaus, Ém. p. 465 dans POUPÉE
À Robert de Varennes, brodeur et varlet de chambre du roy, pour poupées et mainages d'icelles pour la royne d'Angleterre...., Émaux, p. 465 dans POUPÉE
Pour la façon de certains pourpoints et joyaux qu'il fit faire pour le roy, pour son voyage de Saint-Omer, où le roy d'Angleterre devoit estre en personne, Émaux, p. 473 dans POURPOINT
Un hanap et une aiguiere d'or que le roy a fait acheter et presenter de par lui à l'empereur de Constantinople, Émaux, p. 474 dans PRÉSENTER
Uns tableaux de presme d'esmeraude, Émaux, p. 474 dans PRIME
Une grant prasme d'esmeraude, ib. dans PRIME
Je me saisy (qui fut le bon), Quand la voix me fut proferée, De la saincture de [du duc de] Bourbon Pour mieux calliffier le don ; Mais elle n'étoit pas ferrée, Émaux, p. 197 dans QUALIFIER
Une quarte dorée et esmaillée d'aymaux vers, à oiselès, avec l'aiguiere de meismes, pesant viij marcs, vi onces, Émaux, p. 475 dans QUARTE
Une autre couppe blanche, verrée [dorée au bord] à la devise de rabots [le rabot, devise de Jean sans Peur de Bourgogne], Comptes des ducs de Bourgogne, art. 2391 dans RABOT
Pour deux cent XXVI rabots pour donner aux gentilshommes de l'ostel de Monseigneur [le duc de Bourgogne] deux cent LXXIIIJ liv. XVe, Émaux, p. 368 dans RABOT
Un rangier d'or, esmaillié de blanc, les cornes d'or, Émaux, p. 477 dans RANGER ou RANGIER
Pour faire et forgier le tuyau du pié de la couppe saint Louys et le reburnir tout de nouvel, Émaux, p. 479 dans REBRUNIR
Les autres pieces dudit faudestueil [fauteuil] furent par ledit orfevre lavées, nestoiées, rebrunies, redorées et mises sus, Émaux, p. 310 dans REDORER
À Robin Garnier, coffrier, pour deux coffres de relais, fermans chacun à deux ferreures, ferrez et clouez ainsi qu'il appartient pour mettre et porter en chariot le linge de relaiz de Ms. le duc d'Orleans, Émaux, p. 477 dans RELAIS
Un angel d'argent doré qui tient en sa main une petite chapelle d'or où il y a plusieurs reliquaires, Émaux, p. 477 dans RELIQUAIRE
Un reliquaire de cristal, à façon de boiste, où il y a eu du lait Nostre Dame, garny d'or, ib. p. 478 dans RELIQUAIRE
Reliques d'affection, se disait d'objets que la piété filiale traitait comme des reliques ; c'étaient des souvenirs de famille légués par affection de génération en génération, Ém. p. 478 dans RELIQUE
À Jehan du Vivier orfevre et varlet de chambre du roy, pour avoir fait et forgié un petit reliquaire d'or pendant à une chayenne d'or, ouquel a de la vraye croix de Rodes et de plusieurs autres reliques, pour mettre et porter au col dudit seigneur, Émaux, p. 478 dans RELIQUE
À Pierre Pagant, mercier, pour trois pieces de drap de racamas achattées de luy pour faire le poille à faire la representation dudit deffunt [le comte d'Eu] baillée à Colart de Laon, paintre, demeurant à Paris, pour ce faire, Émaux, p. 484 dans REPRÉSENTATION
À André Mangot, orfevre de Tours, XXXVI livres pour employer à la dorure de partie d'une image d'argent que le roy a fait faire de sa representation pour donner à monseigneur de St Martin de Tours, Émaux, p. 485 dans REPRÉSENTATION
Pour avoir rappareillé et mis à point une couppe d'or pour le roy, appellée la couppe saint Loys, laquelle il a ressoudé, Émaux, p. 481 dans RESSOUDER
Dans le moyen âge, appartement retiré, réservé, cabinet privé où on faisait sa toilette et où on déposait les chaises de retrait, Émaux, p. 485 dans RETRAIT
Douze barilles d'eau roze de Damas mis ou retrait de la royne, Émaux, p. 485 dans RETRAIT
Un coustel à un vieil manche de rohart, Émaux, p. 486 dans ROHART
Dans la bijouterie du moyen âge, sorte de médaillon, Émaux, p. 486 dans ROSE
Une rose d'or, où est esmaillié le roy à genoux devant monseigneur saint Denis et l'evangiliste saint Jean, Émaux, p. 486 dans ROSE
Ung vaisseau d'argent doré, de forme ronde, de la longueur de près d'une aulne de Paris, dedans lequel estoit le roseau qui fut baillé à N. S. Jesus-Crist, quant Pilate dict aux Juifs : Ecce homo, Émaux, p. 478 dans ROSEAU
Un rosier d'or, à tenir en sa main.... et est la rose que le pape donne, le jour de la mi caresme, au plus noble, Émaux, p. 487 dans ROSIER
Ung arbre d'or, en maniere d'un rosier, où il y a au dessus une rose et dedens ung saphir, ib. p. 487 dans ROSIER
Ung rotissoir d'argent blanc, à rotir roties, armoié au milieu des armes de Monseigneur, Émaux, p. 487 dans RÔTISSOIRE
Jacques de Parvis et Jean Grosbois, huchiers, pour leur peine d'avoir dessemblé tous les bancs et deux roes qui estoient en la librairie du roy au palais, Émaux, p. 486 dans ROUE
Que tous Juifs, de quelque estat qu'il soient et en quelque terre qu'ils demourront dores-en-avant, porteront une grant rouelle bien notable, de la grandeur de notre grant seel, partie de rouge et de blanc et telle que l'on puisse bien appercevoir ou vestement dessus soit mantel, ou autre habit, en tel lieu qu'il ne la puissent musser, Émaux, p. 487 dans ROUELLE
Un roolleau d'argent doré pour eschauffer mains, Ém. p. 487 dans ROULEAU
Les touailles pour faire sachez à pain de bouche, Émaux, p. 488 dans SACHET
À Mery Baudet, plumasseur, demourant à Tours, pour avoir garni d'or clinquant XXVIII plumeaux pour mettre sur les salades des gens du duc [de Bretagne], Ém. p. 411 dans SALADE
Une saliere d'or, à ung ymage fait en façon de pucelle, et sont les deux sallerons de serpentine, Émaux, p. 491 dans SALERON
Dans le moyen âge, la salière, avec la nef, était, sur la table, la pièce importante, et ce rôle lui resta si tard, que François Ier, ayant sous la main le plus grand orfévre de l'Italie, ne sut mieux faire que de lui commander une salière, Emaux, p. 489 dans SALIÈRE
La salière servait aussi à faire l'épreuve ou l'essai des mets, et, à cet effet, elle était entourée de langues de serpent, ib. p. 489 dans SALIÈRE
La grande salliere, à façon d'une nef, que la ville de Paris donna au roy, Émaux, p. 490 dans SALIÈRE
Une salliere d'agathe, dont le couvercle est d'or, assise sur quatre roes d'or, en maniere d'un chariot, et au bout du moyeu de chacune roe a une perle, ib. dans SALIÈRE
La saliere doit être au milieu de la table, ib. dans SALIÈRE
Un saphir carré, très excellemment fin de couleur et de taille, assis à jour et à croisette sur une verge d'or greslette, Émaux, p. 492 dans SAPHIR
Demanda icellui Vincent quelle pierre c'estoit ; et icellui feu Jourdain respondi que c'estoit ung saphistrin d'Almaigne ou topasse, Émaux, p. 493 dans SAPHISTRIN
Une agate rubanée, c'est-à-dire une sardoine associée à une couche de chalcédoine et à une couche d'onyx, qui ne sont, comme elle, que des nuances de l'agate, devient une sardonyx et se prête admirablement au talent du graveur en camée, quand ses couches sont bien tranchées, ou à l'habileté du joaillier pour être taillée en vases et en coupes, quand les nuances de ses couches se fondent ensemble, Émaux, p. 493 dans SARDONYX
Lettres de Sarrasin et aussi lettres de Damas, inscriptions arabes imitées de celles qui décoraient les étoffes et les vases de métal ou de faïence émaillés, venus d'Orient, mais imitées avec une si complète ignorance de la langue qu'elles ne conservent des caractères arabes que la forme rudimentaire et comme l'apparence, Émaux, p. 493 dans SARRASIN
Oeuvre de Sarrasin se disait, au moyen âge, de tout ce qui avait un air oriental, y compris le grec ou, comme nous l'appelons, le byzantin, Émaux, p. 494 dans SARRASIN
Dans le moyen âge, l'office de saucier avait une certaine importance ; les attributions de cet officier domestique sont fixées par les ordonnances de l'hôtel ; il avait sous lui des clercs, varlets et galopins de saucerie, Émaux, p. 494 dans SAUCIER
Dans le moyen âge, les sauces se servaient à table, dans des pots appelés saucières, dont la forme se rapprochait de celle que nous avons conservée, Émaux, p. 494 dans SAUCIÈRE
Quatorze saussieres d'argent prisiées LXVII lib., Ém. p. 494 dans SAUCIÈRE
Une petite croix de bois en maniere d'un sautoer, laquelle est de la croix où saint Andry fu crucefié, Emaux, p. 478 dans SAUTOIR
À maistre Girart d'Orleans, peintre du roy, pour VI selles necessaires, feutrées et couvertes de cuir, Émaux, p. 496 dans SELLE
À Jehan de Troyes, sellier et varlet de chambre du roy NS. pour une riche selle de broderie à chevaucher, ib. 495 dans SELLE
Deux broches garnies de langues de serpent, Émaux, p. 497 dans SERPENT
L'ostel de Guillemin Sanguin, en la rue Bourbonnois, d'excellent edifice, où il a de sereures autant comme il a de jours en l'an, Émaux, p. 498 dans SERRURE
Nus [nul] serruriers ne peut faire clef à serrure, se la serreure n'est devant lui en son hostel, Émaux, p. 498 dans SERRURIER
Il puet estre serruriers à Paris qui veut, pour tant qu'il ait achaté le mestier du roy, 51 dans SERRURIER
Pour toille vermeille pour doubler une couverture du siege où le roy se agenoille, Émaux, p. 498 dans SIÉGE
Signaux, les gros grains qui forment les séparations entre les grains de chapelet, Émaux, p. 499 dans SIGNAL
Treize signaulx d'or, faiz à CC et à fusilz, pour mectre à patenostres, Émaux, p. 499 dans SIGNAL
Pour avoir signé et ourlé une douzaine de touailles de toille de Reins, pour servir en la chambre du roy, Émaux, p. 499 dans SIGNER
À Jehan Malin, orfevre, pour seigner, aus armes de monseigneur le duc, V douzaines d'escuelles et XII plas d'argent, ib. dans SIGNER
C'est le sinet du roy saint Loys [inscription de la bague de Louis IX, gravée en caractères du XIIIe siècle à l'époque de la canonisation du saint roi], Emaux, p. 500 dans SIGNET
Heures couvertes de brouderie et fretées de perles à un signeau d'un rubi et de deux grosses perles, Émaux, p. 499 dans SIGNET
Le signet du roi, qui est de la teste d'un roy, sans barbe, et est d'un fin ruby d'orient, et est celuy de quoy le roy scelle les lettres qu'il escrit de sa main, ib. p. 500 dans SIGNET
Depuis plus d'un siècle on laisse traîner sur les quais, dans les boutiques nomades de pauvres antiquaires, les pièces les plus intéressantes des peintres, ou bien, et ce n'est pas la moindre cause de destruction, on les destine à ce barbare amusement qui a déjà tant coûté à l'art, j'entends ce passe-temps qui consiste à découper en silhouette, pour coller, sur un fond blanc, des figures que l'artiste s'était donné bien de la peine à harmoniser avec le fond ; toutes les anciennes collections, surtout celles des anciennes cours, portent des traces de ces ravages, Hist. gravure en manière noire, p. 108 dans SILHOUETTE
Un animal émaillé de soi-même, c'est-à-dire de sa couleur naturelle ; un vase avec les anses de soi-même, c'est-à-dire prises dans la masse, Émaux, p. 502 dans SOI
Les souages étaient souvent verrés, c'est-à-dire qu'ils se détachaient par la dorure sur l'argent, Émaux, p. 501 dans SOUAGE
Une paire de bacins à laver, - et ont lesdits bacins souage par dessus au dehors pour les tenir, Ém. p. 501 dans SOUAGE
Cinq soufflets neufs, les aucuns ouvrez de taille [c'est-à-dire sculptés], Émaux, p. 502 dans SOUFFLET
Pour donner à Dago, le foul, en recompense de soufflets qui luy furent baillés en sa presence [du duc de Bretagne], un escu neuf, Émaux, p. 502 dans SOUFFLET
Aux souliers à pointes, dits à poulaine, succédèrent très rapidement, ainsi que la mode procède dans ses excès, les souliers camus, Émaux, p. 502 dans SOULIER
Souliers camuz, boufiz comme ung crapault, Émaux, p. 502 dans SOULIER
Le stuc était connu des anciens ; il fut réinventé au commencement du XIVe siècle en Italie, où le climat sollicite et protége cette manière commode et peu coûteuse d'orner l'intérieur et même l'extérieur des habitations, Émaux, p. 502 dans STUC
À Barthelemy de Miniato, paintre florentin, pour neuf mois entiers qu'il a vacqué à besongner pour le roy, ès ouvrage de stucq, Émaux, p. 502 dans STUC
Ceste Junon estoit faite d'estuc si blanc et si bien taillé, qu'il n'y avoit celluy qui ne le print pour vray marbre, ib. p. 502 dans STUC
En France, le stuc ne me semble pas avoir été introduit avant le XVIe siècle ; c'est François Ier qui l'appliqua à la décoration magnifique, mais un peu hâtive, de son château de Fontainebleau ; il fit venir des stucateurs d'Italie, et ces artistes apportèrent avec eux la chose et son nom, Émaux, p. 502 dans STUCATEUR
Couvercle d'argent surdoré et esmaillé, Émaux, p. 504 dans SURDORER
Unes tables d'argent à escripre, en cire, esmailliées par dehors, Émaux, p. 505 dans TABLE
Les tables où on escript, qui sont de fust, couvertes de cire verte ou de cire rouge ou noire, ib. dans TABLE
Une fort grant table de diamant, à plain fons, un peu longuet et escorné de deux coings, accompaigné d'une grosse perle en oeuf, qui est celluy que achepta le roy François premier et lui cousta soixante cinq mil escuz, Émaux, p. 504 dans TABLE
Au moyen âge, tableau ployant et ouvrant, tableau composé de deux, trois et jusqu'à cinq pièces, liées par des charnières et se repliant sur elles-mêmes, Émaux, p. 506 dans TABLEAU
Uns tableaux d'argent blanc, de la hautesse du soleil, en un estuy de cuir noir, Émaux, p. 506 dans TABLEAU
Uns tableaux de bois cloans de quatre pieces, et y a painct en l'un le roy Charles-Quint, le roy Jean son pere, l'empereur, son oncle, et Edouart, roy d'Angleterre, ib. p. 507 dans TABLEAU
Un tableau d'or rond, qui se euvre, et y a dedens un crucifix d'ivoire et une annonciation, et y a escript : il me tarde, ib. p. 507 dans TABLEAU
Quatre tableaux de painture ployans, esquels sont au vif les visages du roy Charles, de l'Empereur, du roy Jehan et de Edouart, roy d'Angleterre, ib. p. 506 dans TABLEAU
Uns tableaux de bois à pignons, en sept pieces, fais de painture, de la vie de monseigneur saint Laurens, et ou tableau du milieu a un crucifiement, Nostre Dame et saint Jehan aux costez, ib. p. 506 dans TABLEAU
Pour un estuy de cuir à mettre le tableau que monseigneur fait toujours mener avec lui, ib. p. 508 dans TABLEAU
À Jean le Roux, dit Picart, et Dominique Florentin, imagers, pour avoir fait vingt deux tableaux, façon de grotesques, dedans les compartiments faits de pierres cristallines, dedans lesquels il y a des masques faits de petits cailloux de diverses couleurs, ib. p. 508 dans TABLEAU
Une petite tablette d'argent à sçavoir les heures, hebergiée en un estuy de cuir, Émaux, p. 509 dans TABLETTE
Trois tablettes à escripre, ib. p. 505 dans TABLETTE
La rue de la tableterie où l'on faisait pignes, tables et autres ouvrages d'ivoire, Émaux, p. 509 dans TABLETTERIE
Un tablier de fust garny de jeux de tables et d'eschez, Émaux, p. 509 dans TABLIER
Ung tablier de marbre blanc et noir, bordé par dedens, ouvré tout autour à ymaiges de petiz enfans nuz, et est percié, entre le tablier et l'eschiquier, à mectre une petite layette de bois où sont les tables et eschecz de yvoire blanc et noir, ib. p. 510 dans TABLIER
Anciennement, taille-douce était un terme d'orfévrerie, et signifiait la gravure au burin et en hachure sur les pièces de vaisselle ; ni Robert Étienne, en 1539, ni Jean Nicot, en 1606, n'ont admis cette expression ; Monet, en 1635, la prend encore dans le sens de travail d'orfévrerie, sans application à l'expression : tailler en taille-douce ; c'est dans le XVIIe siècle seulement qu'on distingua, dans le commerce des estampes, les épreuves de la gravure en taille-douce de celles que fournissent les travaux de la pointe sèche, les eaux-fortes et les tailles de bois en relief, Émaux, p. 510 dans TAILLE
Uns tableaux d'ivoire, en deux pieces, où il y a plusieurs ymages de haute taille très deliéement ouvrées de plusieurs histoires, Émaux, p. 510 dans TAILLE
Tapis de haute lisse, tapisserie qu'on tendait sur les murs des appartements, véritables tableaux tissés sur une chaîne de chanvre avec des laines nuancées qui produisent, par la juxtaposition des couleurs, tous les effets et toutes les difficultés de la grande peinture ; les fils de la chaîne sont perpendiculaires, l'ouvrier travaille à l'envers ; la manufacture des Gobelins exécute exclusivement les tapisseries de haute lisse, Émaux, p. 511 dans TAPIS
Tapis de basse lisse, tapisseries dont on faisait les tentures, les coussins, et généralement tout l'ameublement d'une chambre ou salle de tapisserie ; c'est le même travail que la haute lisse ; seulement les dimensions en étant moins grandes permettent d'étendre horizontalement sur un métier les fils de la chaîne, et l'ouvrier travaille à l'endroit, son modèle devant lui ; la manufacture de Beauvais s'est conservé cette spécialité, ib. p. 511 dans TAPIS
Les tapis velus, appelez plus tard tapis de Turquie et façon de Turquie, sont formés, de même que le velours, de fils de laine, qui, après s'être noués autour de la chaîne, la dépassent en longues mèches juxtaposées ; ces mèches, coupées également à l'extrémité, offrent à l'oeil l'intérieur et le velu de la laine, ib. dans TAPIS
Tapis de muraille ; lorsqu'on cessa de joncher les salles, lorsque les tapis velus, presque tous de Turquie, eurent remplacé les herbes et les feuilles, on appela tapis de murailles les tapisseries à personnages qui les couvraient et qu'il fallait distinguer des autres tapis étendus sur le sol, ib. dans TAPIS
Pour douze tappis veluz du païs de Turquie, dont il y en a dix petits et deux moyens, Émaux, p. 513 dans TAPIS
À Pasquier Grenier, marchant tapissier, demourant à Tournay, pour plusieurs pieces de tapisserie, ouvrées de fil, de laine et de soye, garnies de toile, franges, cordes et rubans, contenant en tout vij cent aulnes ou environ ; c'est assavoir : six tapis de muraille, pour parer une salle, faiz et ouvrés de l'istoire du roy Assuere, Émaux, p. 512 dans TAPIS
Un tappis velu blanc, de l'ouvrage d'Espaigne, ib. p. 511 dans TAPIS
Que nuls orfevres ne puissent faire planches de boutons ferues en tas, qui ne se reviennent massives et toutes pleines, Statuts des orfévres de Paris, Émaux, p. 514 dans TAS
Une tasse d'or toute plaine à un petit souage et à un couvescle bien plat, Émaux, p. 514 dans TASSE
Cinq tasses d'argent faictes à cuers [de la vente des biens de J. Coeur], ib. p. 514 dans TASSE
Pour une tenaille, unes pincettes, et un tirtifeu, Émaux, p. 515 dans TENAILLE
Un petit barillet d'or, à mettre triacle, que le roy faict porter avec lui continuellement, Émaux, p. 527 dans THÉRIAQUE
Et devons savoir qu'il y a en l'eglise cinq manieres de cloches : c'est assavoir esquelles, timbres, noles, noletes et cloches : la cloche sonne en l'eglise, l'esquelle ou refectouer, le timbre ou cloistre, la nole ou choeur, la nolette en l'horloge, Émaux, p. 516 dans TIMBRE
Deux flacons d'or à tissus de soye esmailliez d'un escusson et d'un timbre des armes de M. le Dalphin, ib. p. 517 dans TIMBRE
Un très bel messel, bien escrit et bien enluminé, qui est pour le roy en son oratoire, à deux fermoirs d'or, hachiez à fleurs de lys, et les tiroirs des chainettes d'or à un petit lis au bout, Émaux, p. 516 dans TIROIR
Dans le moyen âge, le galon, le ruban, ou le morceau d'étoffe qui formaient le corps et la partie résistante d'une ceinture, d'une jarretière ou d'un tiroir de livre ; sur ce tissu on fixait, soit à l'aiguille, soit avec des clous, les pièces en or, quelquefois à charnières, gravées, niellées ou émaillées, qui en faisaient l'ornement et le prix ; alors le tissu était dit ferré d'or ou d'argent, Émaux, p. 517 dans TISSU
Un petit coffre denuit, de broderie d'or, doublé par dedans de satin, prisé xxx escus ; dans lequel s'est trouvé une thoillette de thoile d'or en broderie de mesme et son sac de nuit de mesme avec des franges et crespines à ladite thoillette et sac garny de ses houpes ; ladite thoilette et sac doublé de satin de Bruges, prisés ensemble xxx escus, Émaux, p. 516 dans TOILETTE
Pour une toilette jaulne pour envelopper une robbe à une nayne de ladicte dame [la reine], ib. dans TOILETTE
On appelait toilette la toile qui servait à envelopper des vêtements ou objets précieux, celle aussi qui contenait tout ce qui était nécessaire à l'ajustement d'une femme.... on étendait cette toile ou petite toile sur une table qui en prit le nom, ainsi que l'ensemble du vêtement qu'on ajustait devant elle, Émaux, p. 516 dans TOILETTE
Et ordonnons et prions'et commandons estroitement à nos executeurs, que eus ne mettent pas plus de cinquante livres tournois en toutes choses à fere tombe sur nostre cors, ne plus de trente livres tournois à faire tombe sur nostre cuer, Émaux, p. 517 dans TOMBE
À Thibaut de la Nasse, marguillier de Saint Innocent, pour dix tumbes dont l'on a faict marches en la grand viz [escalier] neuve dudit Louvre, achetée de li chaque tumbe, prise au cimetiere dudit Saint-Innocent, Émaux, p. 534 dans TOMBE
Y a forsbours moult grans [à Paris] comme se ce feust une ville à part, si y demeuroient ouvriers de divers mestiers, especiaulement bouchiers, tainturiers, ouvriers de tombes et de lames et autres, ib. p. 517 dans TOMBE
Dans le moyen âge, vase à boire en forme de petit tonneau, Émaux, p. 519 dans TONNELET
Pour redrecier et rebrunir le tonnelet d'argent ouquel maistre Jehan le fol du roi boit, Émaux, p. 519 dans TONNELET
La vraie topaze est un prisme à huit pans striés ; sa pesanteur spécifique est semblable à celle du diamant, elle est plus dure que le cristal de roche et que l'émeraude, moins dure que le rubis, Émaux, p. 519 dans TOPAZE
Une tocque de velours noir sur laquelle estoit le chappeau de conte fait de grosses perles orientales, Émaux, p. 207 dans TOQUE
Une bien petite fourchette d'or, à manche tortillié, pour mengier meures, Émaux, p. 324 dans TORTILLER
Anneau double qui empêche les jets d'un faucon ou toute autre courroie de s'embrouiller, Émaux, p. 520 dans TOURET
Un cor noir, dont les courroyes sont de cuir fauve accouplées à un touret, d'argent doré, Émaux, p. 520 dans TOURET
À maistre le Noir [architecte] pour visiter et solliciter les ouvriers, et leur faire les trez de la devise desdits ouvraiges, Émaux, p. 525 dans TRAIT
Unes heures couvertes de cuir vermeil empraint et doré sur tranche, Émaux, p. 520 dans TRANCHE
Dans le moyen âge, plaques de métal rondes, plus souvent oblongues, et quelquefois carrées, sur lesquelles l'écuyer tranchant, armé des couteaux à couper devant le roi, coupait les viandes ; il plaçait sur un second tranchoir de métal trois ou quatre tranchoirs faits de minces tranches d'un pain bis, fabriqué exprès à Corbeil, et sur cette sorte de coussin il déposait les morceaux de viandes bouillies ou rôties, d'abord pour le prince, ensuite pour ses convives, Émaux, p. 521 dans TRANCHOIR
Une tranchoire à pied plain et doré, poise 1 marc et VII onces, Émaux, p. 522 dans TRANCHOIR
La translucidité de l'émail, Not. des émaux du Louvre, t. I, p. 9 dans TRANSLUCIDITÉ
Dans le moyen âge, grillage qu'on mettait aux fenêtres pour cacher les femmes ; autour des monuments pour empêcher les passants d'approcher ; ou autour d'un cabinet de résidence royale pour interdire l'entrée aux rats et aux souris ; c'était aussi un moyen de garantir les riches verrières contre les cailloux des enfants, Émaux, p. 524 dans TREILLIS
À Jehan Galant, orphevre du roy commis à faire certains treillis d'argent que le roy avoit voué et ordonné estre fait et posé sur le tombeau de St Martin de Tours, Émaux, p. 524 dans TREILLIS
Paiement de certain treillis de fer mis autour de la maison du Plessis lez Tours, par ordre du roy, ib. dans TREILLIS
Une truquoise d'argent à casser noisette, Émaux, p. 529 dans TRICOISES
Les os et les dents fossiles, colorés par le phosphate de fer, deviennent des turquoises, Émaux, p. 529 dans TURQUOISE
Turquoise minérale, cuivre hydraté silicifère, pierre opaque, couleur bleu de ciel, d'une dureté à rayer le verre, d'une pesanteur spécifique de 2,45, Émaux, p. 530 dans TURQUOISE
Vers le Xe siècle, en même temps que les hosties étaient substituées au pain, les fidèles qui vinrent recevoir la communion, burent le vin, non plus à même le calice , mais en humant, au moyen d'un chalumeau ou tuyau, le liquide consacré, Émaux, p. 530 dans TUYAU
Une cuiller d'or et un tuyau d'or à administrer et recevoir le corps N S., Émaux, p. 530 dans TUYAU
Dans le moyen âge, vaisselle répond à l'idée qu'on se faisait encore, il y a soixante ans, du mot argenterie, c'est-à-dire une partie assez considérable de la fortune, qui flattait la vanité en temps prospère, et, en toutes circonstances, grandes et petites, parait aux difficultés pécuniaires, Émaux, p. 531 dans VAISSELLE
Au milieu d'icelle salle a esté fait un grant dreçoir pour parer et aorner de vaisselle.... et pour servir es autres jours ont esté faiz autres deux dreçoirs à l'un des costez de ladite salle pour semblablement mettre vaisselle de parement, Émaux, p. 532 dans VAISSELLE
Raoul, vallet à servir, Émaux, p. 533 dans VALET
À maistre Guillaume Brisetout, verrier, et, depuis que fu parti, à ses vallés, pour verrer une des formes de la croisée, Émaux, p. 533 dans VALET
Se aucun apprentis [d'orfévre] se rachepte de son maistre, il ne pourra tenir ne lever forge, se il n'a servi son maistre, ou autre, de ramenant de huit ans comme apprentis ou comme vallet servant, gaaignant argent, ib. dans VALET
Aux varlets de Johanne d'Eyck, Jean van Eyck paintre, pour don par monseigneur à eulx fait, quand mondit seigneur a esté en son hostel veoir certain ouvraige faict par ledit Johannes, Émaux, p. 533 dans VALET
Chaque époque ayant des méfaits de vandalisme à reprocher à sa devancière, et ne se sentant pas elle-même la conscience bien nette, on est tombé d'accord qu'on rejetterait le tout sur les Vandales, qui ne réclameront pas, Émaux, p. 533 dans VANDALISME
Un annel d'or.... et le porte le roy communement les vendredi, Émaux, p. 535 dans VENDREDI
La souplesse de la baguette ou verge, la facilité de la nouer en forme d'anneau a développé une autre acception, c'est le cercle de la bague distinct du chaton, c'est aussi l'anneau qui réunit les bagues, Émaux, p. 536 dans VERGE
Un annel où il a un ruby à jour et a en la verge un k et un y, Émaux, p. 536 dans VERGE
Deux grans bans pour ploier verges de arbalestres, et ung autre banc pour drechier lesdites verges, ib. dans VERGE
Pour achetter xviij verges à nettoyer robes, Émaux, p. 537 dans VERGE
Une boeste d'argent doré, pour mettre vernis à getter sur escripture, Ém. p. 537 dans VERNIS
Il paraît qu'au XVIe siècle le verre noir fit concurrence au jais et vint à la mode, Émaux, p. 537 dans VERRE
Une choppine de voirre rouge, garnie d'argent blanc, et poise un marc v onces, Émaux, p. 544 dans VERRE
Combien que tout voirre soit precieux, toutesfoys le blanc est le plus honorable qui en couleur approche du cristal, ib. dans VERRE
Un petit voire d'or, qui fut saint Loys, ib. p. 479 dans VERRE
Les François ayant, n'a pas longtemps, commencé à faire les verres crystallins, ont faict servir le sablon d'Estempes au lieu des cailloux du Tessin, que les ouvriers ont trouvé meilleur que ledict caillou de Pavie ; mais ils n'ont encore sceu inventer chose qui puisse servir au lieu de la susdicte cendre [la soude d'Égypte], Émaux, p. 539 dans VERRE
[Une dame] ayant un pendant d'oreille d'une corne d'abondance qui n'estoit que de verre noir, comme on les portoit alors, ib. p. 537 dans VERRE
Le dit Annieul dist que, ja soit ce qu'il fust voirrier, si ne poindoit il point et ne sçavoit poindre, Émaux, p. 538 dans VERRIER
À Estienne de Salles, verrier, pour deux lozenges de verre mises aux verrieres de la chambre du retrait dudit seigneur le roy, ib. dans VERRIER
Pour XX pieces de bois à faire cassiz de voirrieres de papiers servant aux fenestres des chambres, là où l'on fait lesdiz ouvrages, Émaux, p. 539 dans VERRIÈRE
Une image d'argent doré de sainct René, portant une verriere devant luy, Émaux, p. 539 dans VERRIÈRE
À Michiel Trouvé, verrier, demourant à Sainct-Maclou, pour la part et portion de l'eglise et de messeigneurs, pour les verrines du cancel de l'eglise, Émaux, p. 540 dans VERRINE
Pour xiij vervelles d'argent, dorées et esmaillées des armes de France, pour les faucons du roy, Émaux, p. 540 dans VERVELLE
Le roi mangeait souvent hors de chez lui, comme chez la reine, chez M le maréchal de Villeroy, son gouverneur, au palais Brion, où il faisait toujours porter une partie de sa viande, Émaux, p. 541 dans VIANDE
Le pain, qui est le principal et la plus noble viande pour sustentaccion de corps humain, Émaux, p. 541 dans VIANDE
Saciés bien que cis lions fu contrefais al vif, Émaux, p. 542 dans VIF, VIVE
Maistre Jehannet de Milan, peintre du duc de Milan, pour un tableau où sont tirés, au près du vif, le feu duc de Milan et son fils, Émaux, p. 542 dans VIF, VIVE
Maistre Conrard.... fera les pieces qui s'ensuyvent de sa main, assavoir les visaiges, mains et les vifs [marché passé avec Conrard, le sculpteur], Émaux, p. 542 dans VIF, VIVE
Ornement de feuilles de vignes qui couvrait les bordures des miniatures, dites alors vignetées, Émaux, p. 542 dans VIGNETURE
Une coupe d'or, poinçonnée, en façon de vingneture, et dedans ung petit esmail de marguerite, Émaux, p. 542 dans VIGNETURE
Un vinaigrier d'argent vermeil, doré, poisant un marc, quatre onces et demie, Émaux, p. 543 dans VINAIGRIER
Les carnations opaques, dont le ton violacé ne pouvait choquer des yeux habitués aux carnations également violaçantes des émaux de basse taille, Notice des émaux du Louvre, t. I, p. 125 dans VIOLACER
Cousteaulx à deux virolles d'argent doré, Émaux, p. 231 dans VIROLE
Un petit coustel tournant à vis, prisé x sols tournois, Émaux, p. 231 dans VIS
À Pietre, le paintre, pour XIIIe faulx visaiges et XIIIe barbes, Émaux, p. 543 dans VISAGE
Pour avoir victré deux croisées, Émaux, p. 543 dans VITRER
À Arnoul de la Poincte victrier, a esté paié sur la voirrerie de la chapelle de monseigneur, XXX livres. - à Geoffroy Masson, voirier, pour avoir victré deux croisées, Émaux, p. 543 dans VITRIER
Un veu d'or ouquel a une dame esmaillée qui tient un oisellet, Émaux, p. 541 dans VOEU
À Jehan Gallant, orfavre, demourant à Tours, pour dix marcs d'argent par luy mis et employé à faire ung veu, à faczon d'une jambe, que la dicte dame a donné et envoyé à N. D. du Carme de Rennes, ib. dans VOEU
Un petit fermail d'or, a un Y gregeois ou milieu, et autour a x perles, Émaux, p. 546 dans Y
Une orloge et un zodiacre de cuivre doré, Émaux, p. 548 dans ZODIAQUE