DE BRACH

Citations

Quelle hardiesse te meut, o jeune adolescent royal, ne quelle fiance presumes tu de mettre la mayn aux nymphes, dans PALSG. p. 351 dans ADOLESCENT, ENTE
En beauté c'est un Adon ; En amour un Cupidon, Oeuvr. t. II, p. 46 dans ADON
Ils baiseront la terre où vos piez marcheront, Ils iront après vous, ils vous adoreront, Leurs cueurs seront bruslants aus rais de votre flame, Olimpe. dans ADORER
Je te commande De tes freres et soeurs aymablement traiter, Oeuv. t. I, p. 218 dans AIMABLEMENT
Un brave scadron l'accompagne D'autres freslons qui, bavolant, Font en l'air comme un camp volant, Poëmes, f° 36 de l'édit. originale. dans BAVOLER
Le flot muable.... qui fut bers de Venus, Oeuv. t. I, p. 253 dans BERS
À divers jours, Saturne, plein d'emoi, Chagrinement nos esprits tyrannise, Oeuv. t. I, p. 46 dans CHAGRINEMENT
Le beurre crémeux, t. II, p. 162 dans CRÉMEUX, EUSE
...sans que, flatteusement, Il loue une beauté sous un faux jugement, Oeuv. t. I, p. 166 dans FLATTEUSEMENT
J'ay passé des enfers le fleuve irrepassable, Poëmes, f° 210, verso. dans IRREPASSABLE
Et jà son oeil languide à voir le jour commence, Hierusalem, f° 69, recto dans LANGUIDE
Enfin il recognoist, et dict à vois languide..., ib. f° 70, recto dans LANGUIDE
N'orras tu point un enfant qui t'appelle mam-ma... ?, Imitations, f° 4, recto. dans MAMAN
Petits clins d'yeux, petits mots et courroux, Petits desdains et rebuttemants dous, Imit. f° 55, verso. dans REBUTEMENT
Mais quoi ! tout aussitost encore il resommeille, t. II, p. 179 dans RESOMMEILLER
Le son des hauts-bois et sacqueboutes, jouans le branle de Cupidon, Poemes, 181, verso. dans SAQUEBUTE
Si, juges souverains, les cieux ont ordonné Le subvertissement de notre pauvre France, Oeuv. t. II, p. 152 dans SUBVERTISSEMENT
Tu ris une naissance, et je pleure un trespas ; Mais nous faillons tous deux, Oeuv. t. II, p. 38 dans TOUT, TOUTE
Comme souvent il fait [l'Amour], lorsque trompeusement...., Oeuv. t. I, p. 250 dans TROMPEUSEMENT
....Tes carmes [vers] Sont les truchemans de ton coeur, Oeuv. t. I, p. 314 dans TRUCHEMAN ou TRUCHEMENT
Il m'estoit bien facheux de me resoudre à prendre Le chemin de l'exil... Le royaume laisser que j'allais attendant, Pour, pauvre et sans moyens, aller vagabondant, Hierusalem, f° 33, recto. dans VAGABONDER
À cette perpetuité d'amour, je voue une viduité perpetuelle, Oeuvr. t. II, p. XCIX. dans VIDUITÉ