Benjamin CONSTANT (1767 - 1830)

Citations

Chaque juge est un homme à moi, M. du S. E. dans À
Elle revint longtemps après ; J'étais à chanter sous la treille, Print. et Aut. dans À
Nous comparions notre France à la Grèce, Quand un pigeon vient s'abattre à nos pieds, Pig. dans ABATTRE
L'arbre sacré [de la liberté] sur ce concours immense Forme un abri de rameaux toujours verts, Lafay. dans ABRI
J'irais de la pastourelle Accompagner les chansons, Petit oiseau. dans ACCOMPAGNER
Que Dorval, à la roulette, à tout son or dise adieu, Homme rangé dans ADIEU
Adieu repos ; plaisirs adieu !, Charles VII dans ADIEU
Petite bonne agaçante et jolie, Célib. dans AGAÇANT, ANTE
Au salon ou sur la pelouse, Laure, jamais ne m'agacez, Passez, j. filles. dans AGACER
Il est mort [Satan] ! disent tous les moines ; On n'achètera plus d'agnus, Mort du Diable. dans AGNUS
Déjà le sort a soufflé dans les voiles, Déjà l'espoir prépare les agrès, Comm. de voy. dans AGRÈS
Qu'un fat soit l'aigle des salons, Qu'un docteur sente l'ambre...., Marotte. dans AIGLE
Cette crédulité était si accréditée que.... Des bruits trop répandus que la haine accrédite, Walstein, I, 4 dans ACCRÉDITER
Je sens que je me modérantise, et il faudra que vous me proposiez anodinement une petite contre-révolution pour me remettre à la hauteur des principes, Lett. à Mme de Charrière, 14 oct. 1794, dans SAINTE-BEUVE, Portraits littér. B. Constant et Mme de Charrière dans ANODINEMENT
Mansfeld eût échangé sans un destin fatal Le casque du guerrier contre un bandeau royal, Walst. IV, 6 dans ÉCHANGER
Ces éclats d'un courroux peut-être légitime, Walstein, III, 3 dans ÉCLAT
Du monarque lui-même il est fort écouté, Walstein, I, 1 dans ÉCOUTÉ, ÉE
Et ce peuple au mépris des traités solennels Par des chiens écumants chassé jusqu'aux autels, Walstein, IV, 5 dans ÉCUMANT, ANTE
Ils ne souffriront pas Qu'on ose en ma présence égarer leurs soldats, Walstein, II, 4 dans ÉGARER
Je n'irai point, changeant tout à coup de langage, Seigneur, d'un vain remords faire ici l'étalage, Walstein, II, 4 dans ÉTALAGE
Sa manière d'obliger [de M. de Charrière] est si unie et si immaniérée, qu'on croit toujours qu'il est tout simple d'abuser de ses bontés, Lett. à Mme de Charrière, dans SAINTE-BEUVE, Portraits littér. t. III, B Constant et Mme de Charrière. dans IMMANIÉRÉ, ÉE
Ah ! Wallstein de nous deux avait bien mérité, Wallstein, II, 8 dans MÉRITER
Je suis devenu tout à fait talliéniste [partisan de Tallien], et c'est avec plaisir que je vois le parti modéré prendre un ascendant décidé sur les jacobins.... je sens que je me modérantise, Lettre à Mme de Charrière, 14 oct. 1794, dans SAINTE-BEUVE, Portraits littér. B. Constant et Mme de Charrière dans MODÉRANTISER (SE)
Quand tous sont isolés, il n'y a que de la poussière ; quand l'orage arrive, la poussière est de la fange, De la Religion, préf. dans POUSSIÈRE
Des discussions publiques, des élections libres, des ministres responsables, la liberté de la presse, je veux tout cela.... la liberté de la presse surtout ; l'étouffer est absurde (Paroles de Napoléon en 1815), Lettres sur les Cent-Jours, II, 2 dans PRESSE
Je ne veux point faire sensation, je veux végétailler doucement, Lettre à Mme de Charrière, dans STE-BEUVE, Portraits littér t. III, B. Constant et Mme de Charrière dans VÉGÉTAILLER