Etienne Bonnot de CONDILLAC (1715 - 1780)

Citations

Cette prétendue règle, à la prendre sans restriction, est évidemment fausse, Prosod. fr. dans À
Les thérapeutes abandonnent leurs biens à leurs parents ou à leurs amis ; ils quittent leurs pères, leurs mères ; ils renoncent à tous les attachements terrestres, dans ABANDONNER
Tous les esprits sont conséquents, on le dit du moins, mais les philosophes semblent prouver le contraire, Art de rais. V, 1 dans CONSÉQUENT, ENTE
Un premier jugement en fit naître un second, et bientôt on en fit sans nombre ; l'analogie conduisit d'erreurs en erreurs, parce qu'on était conséquent, Logique, II, 3 dans CONSÉQUENT, ENTE
Les matières premières qu'on travaille dans les manufactures passent par bien des artisans et par bien des marchands, avant d'arriver aux consommateurs ; et à chaque artisan, à chaque marchand, elles prennent un accroissement de prix, parce qu'il faut remplacer successivement les taxes qui ont été payées, Comm. gouvern. part. II, chap. 8 dans CONSOMMATEUR
L'impôt sur l'industrie.... diminue nécessairement la consommation, et, en diminuant la consommation, il empêche la reproduction ; il tend donc à détériorer l'agriculture, Comm. gouv. part. I, ch. 28 dans CONSOMMATION
La France trouvera de l'avantage dans la vente de ses grains, si, ne se bornant pas à vendre à ceux qui consomment chez elle, elle vend encore à ceux qui consomment dans les États où il lui est permis d'importer, Comm. gouv. part. I, ch. 29 dans CONSOMMER
C'est en élevant l'âme et non en la consternant qu'on doit nous porter au bien, Étud. hist. t. XXI, p. 185, dans POUGENS dans CONSTERNER
Le partage des trois pouvoirs constitue proprement ce qu'on nomme république, comme la réunion des trois pouvoirs constitue ce qu'on nomme monarchie, Hist. anc. Lois, ch. II dans CONSTITUER
La netteté du discours dépend surtout des constructions, c'est-à-dire de l'arrangement des mots, Art d'écrire, liv. I, Oeuvres, t. VII, p. 4, dans POUGENS. dans CONSTRUCTION
Toutes les phrases, construites les unes pour les autres, marquent sensiblement la liaison et la gradation des pensées, Art d'écrire. Oeuvres, t. VII, p. 1, dans POUGENS dans CONSTRUIT, UITE
On faisait comme on avait toujours fait : on consultait l'usage, et on n'imaginait pas encore de chercher dans des principes généraux ce que les peuples se doivent les uns aux autres, Hist. anc. Lois, ch. I dans CONSULTER
Certains livres de dévotion, écrits par des imaginations fortes et contagieuses, Art de penser, part. I, ch. 5 dans CONTAGIEUX, EUSE
Il naît encore une opération de la liaison que l'attention met entre nos idées, c'est la contemplation : elle consiste à conserver, sans interruption, la perception, le nom ou les circonstances d'un objet qui vient de disparaître, Conn. hum. sect. II, ch. 2 dans CONTEMPLATION
Lorsque deux nombres ne se mesurent pas réciproquement, on les peut comparer à un troisième, qui, étant contenu un certain nombre de fois dans l'un et dans l'autre, est la mesure commune des deux, Langue du calcul, I, 5 dans CONTENU, UE
Spinosa voudrait prouver que, si nous jugeons qu'il y a des choses contingentes, ce n'est que par ignorance, Traité des syst. ch. 10 dans CONTINGENT, ENTE
Une partie de l'étendue est un continu formé par la contiguïté d'autres parties étendues, Trait. sens ext. Oeuvres, t. III, p. 30, dans POUGENS. dans CONTINU, UE
J'appellerai ces sortes d'idées intellectuelles simplement idées, pour les distinguer des autres que je continuerai de nommer sensations, Trait. sens. part. II, ch. 8 dans CONTINUER
Lorsqu'une fois nous avons contracté ces habitudes, nous agissons sans pouvoir observer les jugements qui les accompagnent, Trait. sensat. part. 4e, Oeuvres, t. III, p. 350, dans POUGENS. dans CONTRACTER
Un seul moi, formé de deux principes sentants, l'un simple, l'autre étendu, est une contradiction manifeste, Trait. anim. ch. 2 dans CONTRADICTION
On trouve de pareilles contradictions chez tous les peuples ; elles sont un effet des circonstances qui, sans qu'on le remarque, introduisent, d'âge en âge, des usages et des opinions contradictoires, Hist. anc. III, 5 dans CONTRADICTION
En fait d'administration, on concilie souvent les contradictoires, Comm. gouv. part. II, ch. 8 dans CONTRADICTOIRE
Aussi l'orateur la rejette-t-il [une action secondaire] à la fin comme dans la partie fuyante ; elle n'est là que pour contraster, pour faire ressortir davantage l'action principale, Art d'écr. II, 14 dans CONTRASTER
Leur art était bien méprisable ; ils se vantaient de deux choses : l'une, de parler sans préparation sur toutes sortes de sujets ; l'autre, de soutenir indifféremment le pour et le contre, Hist. anc. III, 17 dans CONTRE
Il fallut répandre, sur toutes les frontières, des troupes pour empêcher la contre-bande qu'on n'empêchait pas, Comm. gouv. part. 2, ch. 5 dans CONTREBANDE
Les négociants, qui faisaient cette fraude, se nommaient contrebandiers, Comm. gouv. part. 2, ch. 5 dans CONTREBANDIER, IÈRE
Les rapports que nous y trouvons [entre les idées] établissent entre elles des liaisons très propres à augmenter et à fortifier la mémoire, l'imagination, et, par contre-coup, la réflexion, Conn. hum. sect. 2, ch. 6 dans CONTRE-COUP
On contrefait aisément une démarche contrainte, on copie difficilement celle qui est naturelle, Art d'écrire, II, 11 dans CONTREFAIRE
Le vrai moyen de faire contribuer tout le monde, c'était de mettre des impôts sur les consommations, Comm. Gouv. part. II, ch. 8 dans CONTRIBUER
Jamais un Anglais ne conviendra que son gouvernement ne soit pas le plus parfait que les hommes aient imaginé, Études hist. part. III, ch. 1 dans CONVENIR
Les conditions que ces conventions renferment sont les premières lois des sociétés ; on les peut nommer lois naturelles, Hist. anc. I, 6 dans CONVENTION
C'est surtout dans le second siècle [de l'ère chrétienne] qu'il faut rechercher les motifs de conversion des savants et des gens du monde, parce que c'est alors qu'ils sont venus en foule dans l'Église, Hist. anc. XV, 10 dans CONVERSION
Dans les deux gouvernements dont j'ai d'abord parlé on manque de mouvement ; dans la démocratie il est continuel et souvent convulsif, Études hist. I, 7 dans CONVULSIF, IVE
Quoique nous soyons encore bien éloignés de connaître tout le mécanisme de l'oeil, nous savons cependant que la cornée est plus ou moins convexe, Conn. hum. sect. 6 dans CORNÉE
On donnait le nom de cornu à cet argument-ci : Vous avez ce que vous n'avez pas perdu ; or vous n'avez pas perdu des cornes ; donc vous avez des cornes, Hist. anc. III, 18 dans CORNU, UE
Les corps ne sont figurés, mobiles, etc. que parce qu'ils sont étendus, Gramm. Précis des leçons préliminaires, art. 4 dans CORPS
Il paraît que les Asiatiques ont été des siècles avant de savoir diviser une armée en différents corps, Hist. anc. I, 18 dans CORPS
Il est aisé d'être plus correct que Fénelon, mais il est difficile de penser mieux que lui, Art d'écrire, III, 2 dans CORRECT, ECTE
Si je pense à une figure de mille côtés et à une de neuf cent quatre-vingt-dix-neuf, ce n'est pas par des perceptions que je les distingue, ce n'est que par les noms que je leur ai donnés, Conn. hum. sect. II, ch. 2 dans CÔTÉ
Cette multitude, qui a peu de besoins, est presque nue ou est vêtue de coton, c'est-à-dire d'un produit si abondant qu'un arpent peut fournir de quoi habiller trois ou quatre cents personnes, Comm. gouv. part. I, ch. 25 dans COTON
Le gouvernement portera coup à l'agriculture et au commerce, toutes les fois qu'il entreprendra de fixer le prix des denrées, Comm. gouv. part. I, ch. 4 dans COUP
Au lieu de gouverner par les lois, ils veulent étonner par des coups d'État, Étud. hist. part. I, ch. 4 dans COUP
Après avoir distribué des coupes aux convives et fait des libations, on apportait le premier service qui commençait ordinairement par des oeufs frais, et on finissait le second par des fruits, d'où est venue l'expression ab ovo usque ad mala, pour dire du commencement à la fin, Hist. anc. XI, 3 dans COUPE
La philosophie peut éclairer ; mais d'une âme faible elle n'en saurait faire une âme forte ; il y a bien des sortes de courages, Hist. anc. II, 10 dans COURAGE
Le vrai courage est une confiance éclairée que rien ne trouble, ib. II, 11 dans COURAGE
Alors, pour lui donner une idée de la géométrie des courbes, on lui fit lire un traité fort élémentaire des sections coniques ; et, quand il eut acquis ces notions, il entendit sans effort le livre de M. Trabaud sur le mouvement et sur l'équilibre, Gramm. Motif des études, Oeuvres, t. V, p. CXLVII, dans POUGENS. dans COURBE
De toutes les opérations que nous avons décrites, il en résulte une qui, pour ainsi dire, couronne l'entendement, c'est la raison, Conn. hum. sect. II, ch. 11 dans COURONNER
Puisque le change, dans son cours, éprouve nécessairement des hausses et des baisses alternatives, il est évident que les marchands, tour à tour, donneront tantôt une plus grande somme pour une plus petite, tantôt une plus petite pour une plus grande, Comm. gouv. I, 17 dans COURS
Espérer, c'est se flatter de la jouissance d'un bien ; craindre, c'est se voir menacé d'un mal, Traité sens. part. I, ch. 3, § 8 dans CRAINDRE
Quand la Russie prenait une forme nouvelle sous ses mains créatrices [de Pierre Ier], Études hist. part. III, ch. 2 dans CRÉATEUR, TRICE
Selon Platon, Dieu ne crée rien, il ne meut rien ; il règle seulement autant qu'il le peut le mouvement que la matière a déjà par elle-même, Hist. anc. III, 19 dans CRÉER
On créa une seconde compagnie, une troisième, plusieurs successivement ; et le gouvernement, qui se faisait une habitude d'en créer, croyait toujours qu'il lui était avantageux d'en créer encore, Comm. gouv. part. 2e, ch. 17 dans CRÉER
Quant aux cris naturels, l'homme les formera aussitôt qu'il éprouvera les sentiments auxquels ils sont affectés, Conn. humaines, sect. II, ch. 4 dans CRI
Les cris naturels introduisent nécessairement l'usage des inflexions violentes, puisque différents sentiments ont pour signe le même son varié sur différents tons ; ah, par exemple, selon la manière dont il est prononcé, exprime l'admiration, la douleur, le plaisir...., ib. part. 2e, sect. 1re, ch. 2 dans CRI
Quoiqu'il n'y ait qu'un cri contre ceux qui ont l'imprudence de jouer, sans s'être informés de la valeur des jetons, chacun peut impunément parler sans avoir appris la valeur des mots, Traité des syst. ch. 18 dans CRI
La Suède éprouva au dedans les vexations les plus criantes et perdit au dehors une partie de sa réputation, Étud. hist. part. IIe, ch. 6 dans CRIANT, ANTE
Il est certain que le cristallin s'avance ou se recule, afin que les rayons de lumière viennent précisément se réunir sur la rétine, Conn. hum. sect. 6 dans CRISTALLIN, INE
J'ajouterai même, et notre expérience le prouve, que les bons critiques ne viennent que longtemps après les bons philosophes, Hist. anc. XI, 2 dans CRITIQUE
Ainsi de nouvelles erreurs entretiennent dans des erreurs anciennes ; et on croit à toutes avec d'autant plus de confiance, qu'on croit à un plus grand nombre, Hist. anc. III, 3 dans CROIRE
Depuis les Perses nous voyons croître le luxe en Asie et, par conséquent, les dépenses ; mais nous ne voyons pas croître les richesses prises pour la masse des denrées et des matières premières, Hist. anc. Lois, ch. 9 dans CROÎTRE
On ne croirait pas ces choses, si tout n'était pas croyable de la part d'un homme en démence qui voulait passer pour Dieu, Hist. anc. II, 10 dans CROYABLE
Un cube est un solide dont la base, la hauteur et la profondeur sont égales, Lang. calc. I, 6 dans CUBE
Si on multiplie quatre par deux, le produit huit prend le nom de cube, parce qu'il est en effet la mesure d'un cube, c'est-à-dire d'un solide qui aurait deux de base, deux de hauteur, deux de profondeur, ib. dans CUBE
On juge avec raison que, lorsqu'une nation n'est recherchée ni dans sa nourriture, ni dans son habillement, ni dans son logement, il suffit, pour la faire subsister dans l'abondance et dans l'aisance, d'employer le quart des citoyens aux travaux journaliers de la cultivation et des arts grossiers, Comm. gouv. part. I, ch. 26 dans CULTIVATION
Tout terrain qui n'est pas cultivé appartient également à tous les hommes, Hist. anc. Lois, ch. 15 dans CULTIVÉ, ÉE
Il semble souvent que nous soyons plus curieux de montrer que nous savons beaucoup de choses, que de faire voir que nous savons bien celles que nous traitons, Art d'écr. IV, 1 dans CURIEUX, EUSE
Les astrologues n'avaient garde de rechercher une précision qui aurait rendu leur art impraticable ; et ceux qui les consultaient, curieux qu'on leur dît l'avenir, étaient contents, pourvu qu'on leur prédît quelque chose, Traité des syst. ch. 5 dans CURIEUX, EUSE
La curiosité n'est que le désir de quelque chose de nouveau ; et ce désir ne peut naître que lorsqu'on a déjà fait des découvertes, et qu'on croit avoir des moyens pour en faire encore, Trait. sens. part. II, ch. 7 dans CURIOSITÉ
Les railleries, les satires, les invectives furent leurs armes, et ils ne ménagèrent personne ; voilà le caractère d'esprit qui était commun à tous les cyniques, Hist. anc. III, 18 dans CYNIQUE
Tout dégénère et surtout les vertus portées à l'excès ; d'ailleurs, comme il est plus aisé de les contrefaire, cette secte parut appeler à elle tous ceux qui, sans mérite, furent ambitieux de se faire un nom ; les cyniques passèrent donc du mépris des vices au mépris des moeurs et des bienséances ; ils devinrent impudents, ils mirent la sagesse à ne rougir de rien, ib. dans CYNIQUE
Né à Thèbes, avec de grands biens, Cratès les abandonna pour se dévouer au cynisme, Hist. anc. III, 18 dans CYNISME
Diogène, d'une imagination plus ardente et plus propre, s'il est possible, à l'enthousiasme, perfectionna le cynisme, c'est-à-dire qu'il renchérit sur les excès de son maître, ib. dans CYNISME
La volupté, à laquelle les cyrénaïques rapportaient tout, n'était qu'un plaisir de sensation ; et, pour en jouir, ils se livraient à tout ce qui peut faire une impression vive et agréable, Hist. anc. III, 25 dans CYRÉNAÏQUE
Ce sont tous les sons qui peuvent être engendrés de cette harmonie, variés et combinés dans le mouvement qui caractérise chaque passion, Connaiss. hum. part. II, sect. I, ch. 6 dans ENGENDRER
La vue s'enrichit aux dépens du toucher, Traité des sens, III, 4 dans ENRICHIR
On rapporte que le poëte Livius Andronicus, qui jouait dans une de ses pièces, s'étant enroué à répéter plusieurs fois des endroits que le peuple avait goûtés, fit trouver bon qu'un esclave récitât les vers tandis qu'il ferait lui-même les gestes, Conn. hum. II, I, 4 dans ENROUER
Il y a dans le discours deux choses, la liaison et l'ensemble, Gramm. I, 27 dans ENSEMBLE
Ces siècles qu'il serait si avantageux de connaître sont ensevelis dans une profonde obscurité, Études hist. part. I, Introduction. dans ENSEVELI, IE
Les Manichéens ont, de tout temps, entassé principes sur principes, absurdités sur absurdités, Traité des syst. chap. 2 dans ENTASSER
L'âme est une entéléchie, c'est-à-dire autant qu'on peut conjecturer, le principe actif de tout ce qui se produit en nous, Hist. anc. liv. III, ch. 21 dans ENTÉLÉCHIE
Comme l'oreille entend les sons, l'âme entend les idées, et on dit l'entendement de l'âme, Gramm. Précis des leç. prélim. art. 2 dans ENTENDEMENT
L'entendement n'est que la collection ou la combinaison des opérations de l'âme, Connaiss. hum. section 2e, ch. 8 dans ENTENDEMENT
On n'entend jamais mieux que lorsqu'on entend sans secours étrangers, Log. t. XXII, p. 188, dans POUGENS dans ENTENDRE
Il est bien plus commode de supposer dans les choses une réalité dont on regarde les mots comme les véritables signes ; d'entendre par les noms homme, animal, etc. une entité qui détermine et distingue ces choses, que de faire attention à toutes les idées simples qui peuvent leur appartenir, Conn. hum. sect. 5, Oeuvr. t. I, p. 227, dans POUGENS. dans ENTITÉ
Continuellement assaillis par des idées sensibles et des idées intellectuelles, nous sommes entraînés des unes aux autres, Art de pens. II, 3 dans ENTRAÎNÉ, ÉE
Si le destin entraîne celui qui résiste, il ne fait que guider celui qui veut, Hist. anc. III, 22 dans ENTRAÎNER
Il y a eu un temps où la conversation était soutenue par un discours entremêlé de mots et d'actions, Conn. hum. part. II, sect. 1 dans ENTREMÊLÉ, ÉE
Qu'on réfléchisse sur la situation de la France : faite pour être l'entrepôt du Nord et du Midi, pourrait-elle craindre de manquer ou d'acheter cher ?, Comm. gouv. 1, 29 dans ENTREPÔT
Veut-on établir une manufacture ? un homme riche ou une compagnie fournit les fonds, un entrepreneur la conduit et des ouvriers travaillent sous sa direction, Comm. gouv. part. I, ch. 12 dans ENTREPRENEUR, EUSE
La plupart de ceux qui nous entourent, nous entretiennent dans des préjugés qui leur sont communs et que souvent ils nous ont donnés, Art de pens. II, 1 dans ENTRETENIR
Après avoir bâti Alexandrie, il quitta l'Égypte et passa en Assyrie, où il joignit Darius aux environs d'Arbelles, Hist. anc. II, 10 dans ENVIRONS
La vue, privée des secours du tact, n'envoie à l'âme que des modifications simples qu'on nomme couleurs, Trait. sens. Extr. rais. Oeuvres, t. III, p. 33, dans POUGENS. dans ENVOYER
Les éons sont les substances divines qui en [de Dieu] émanent plus immédiatement ; ils sont les uns actifs, les autres passifs ; ils sont de différent sexe : il n'y en a qu'un certain nombre, Hist. anc. XV, 5 dans ÉON
En général, il ne faut pas multiplier les épithètes sans nécessité ; car tout mot qui n'est pas nécessaire nuit à la liaison, Art d'écrire, I, 5 dans ÉPITHÈTE
Lorsque le soleil est dans l'équateur, le jour doit être égal à la nuit, puisqu'il décrit au-dessus de l'horizon une partie de cercle égale à celle qu'il décrit au-dessous, voilà pourquoi on donne à l'équateur le nom d'équinoxial, Art de raison. v, 4 dans ÉQUINOXIAL, ALE
Son entrée [de Séleucus] à Babylone après une victoire devint une ère commune à presque toutes les nations de l'Asie ; c'est ce qu'on nomme l'ère des Séleucides, Hist. anc. II, 11 dans ÈRE
C'est aux manufactures érigées dans les villes à produire une circulation générale parmi toutes nos cités, Comm. gouv. II, 2 dans ÉRIGÉ, ÉE
Lorsqu'on voit les peuplades qui erraient commencer à se fixer, ce changement doit être moins regardé comme les premiers temps des sociétés civiles que comme les derniers de la vie errante, Hist. anc. I, ch. 14 dans ERRANT, ANTE
La route qu'il [Locke] ouvre est si souvent escarpée qu'on a autant de peine à aller à la vérité, sur ses traces, qu'à ne pas s'égarer sur celles de Malebranche, Traité des syst. ch. 7 dans ESCARPÉ, ÉE
Les espaces parcourus sont entre eux comme les produits du temps par la vitesse, c'est ce qu'on exprime encore en disant qu'ils sont en raison composée du temps par la vitesse, Art de rais. II, 3 dans ESPACE
Noble et roturier sont des espèces par rapport à homme ; et homme, qui est un genre par rapport à noble et roturier, est une espèce par rapport à animal, Gramm. préc. de leç. prél. art. 1er, Oeuvres, t. v, p. LXXVIII, dans POUGENS. dans ESPÈCE
Un esprit faux est un esprit très borné : c'est un esprit qui n'a pas contracté l'habitude d'embrasser un grand nombre d'idées ; vous voyez par là qu'il doit souvent en laisser échapper les rapports, Art d'écr. I, 1 dans ESPRIT
On s'essayera à chaque fois qu'une occasion fera sentir le besoin de s'essayer, et, parce qu'alors on aura quelque intérêt à savoir faire, on fera mieux ; voilà un conseil qui ne sera pas désagréable aux paresseux et qui sera utile à tous, Lang. calc. II, 11 dans ESSAYER
Lorsqu'on s'obstine à disputer sur les essences, il arrive qu'on ne sait plus ce que les choses sont, Art d'écr. IV, 5 dans ESSENCE
L'essence seconde suffit pour prouver que deux substances diffèrent, mais elle ne suffit pas pour mesurer avec précision la différence qui est entre elles, Art de raisonner, I, 3 dans ESSENCE
En distinguant ses idées, on considère quelquefois, comme entièrement séparées de leur sujet, les qualités qui lui sont le plus essentielles ; c'est ce qu'on appelle plus particulièrement abstraire, Conn. hum. sect. II, ch. 6 dans ESSENTIEL, ELLE
Par condescendance pour la délicatesse timorée du roi, il fut ordonné qu'en cas de refus de sa part, on suppléerait à sa signature par une estampille qui l'imiterait, Étud. hist. II, 6 dans ESTAMPILLE
Ignore-t-on l'imperfection des méthodes par lesquelles on mesure le chemin qu'a fait un vaisseau, et on juge du lieu où il est ; et les estimations nautiques ne sont-elles pas sujettes à bien des erreurs ?, Art de rais. v, 8 dans ESTIMATION
Les questions bien établies sont des questions résolues, Oeuvres, t. III, p. 28, dans POUGENS dans ÉTABLI, IE
La notion de l'étendue dépouillée de toutes ses difficultés et prise par le côté le plus clair, n'est que l'idée de plusieurs êtres qui nous paraissent les uns hors des autres, Conn. hum. I, 2 dans ÉTENDUE
Thalès plaçait la terre au centre du monde, il la croyait sphérique, il a pensé que les étoiles ne sont pas d'une autre substance, Hist. anc. III, 14 dans ÉTOILE
Il ne faut que des substantifs pour nommer tous les objets dont nous pouvons parler ; il ne faut que des adjectifs pour en exprimer toutes les qualités ; enfin il ne faut que le seul verbe être pour prononcer tous nos jugements, Gramm. I, 13 dans ÊTRE
La tragédie ne représente pas les hommes tels que nous les voyons dans la société ; elle peint un naturel d'un ordre différent, un naturel plus étudié, plus mesuré, plus égal, Art d'écr. IV, 5 dans ÉTUDIÉ, ÉE
Il faut étudier pour s'instruire. Mais comment faut-il étudier ? c'est une chose qu'on ignore assez communément, Lang. calc. I, 12 dans ÉTUDIER
Le peu d'uniformité dans les mesures met continuellement dans la nécessité de faire des évaluations, Lang. calc. I, 13 dans ÉVALUATION
Les deux exemples que j'ai apportés dans ce chapitre sont plus que suffisants pour faire concevoir que l'évidence de raison consiste uniquement dans l'identité, Art de rais. I, 1 dans ÉVIDENCE
Il m'est évident que les sensations de couleur ne sont, pour mon âme, que différentes manières de se sentir : ce ne sont que ses propres modifications, Art de rais. I, 6 dans ÉVIDENT, ENTE
Si les idées des mathématiciens sont exactes, c'est qu'elles sont l'ouvrage de l'algèbre et de l'analyse, Conn. hum. sect. II, ch. 7 dans EXACT, ACTE
Il me parut qu'on pouvait raisonner en métaphysique et en morale avec autant d'exactitude qu'en géométrie, Conn. hum. Introd. dans EXACTITUDE
S'il y a des peuples qui aiment les expressions exagérées, ce n'est pas parce qu'elles sont fausses, c'est parce qu'elles les remuent ; mais rien n'empêche d'allier l'exactitude avec la force ; le style est donc susceptible d'une beauté réelle, Art d'écr. II, 15 dans EXAGÉRÉ, ÉE
Je me borne à l'examen de quelques questions qui me paraissent les plus importantes, Études hist. part. I, ch. 8 dans EXAMEN
Vous voyez par là que plus l'ellipse est excentrique, plus la vitesse varie de l'aphélie au périhélie, Art de rais. III, 5 dans EXCENTRIQUE
Quelquefois le langage des sentiments est rapide ; c'est une exclamation qui tient lieu d'une phrase entière, Art d'écr. II, 12 dans EXCLAMATION
Par rapport au monde sensible, elles [les idées] sont l'exemplaire que Dieu a consulté lorsqu'il l'a voulu produire ; elles sont un monde intelligible, Hist. anc. III, 19 dans EXEMPLAIRE
J'ajouterai encore que, si un exemple est nécessaire pour faire entendre une pensée, ce n'est pas par la pensée qu'il faut commencer comme on fait communément, c'est par l'exemple, Art d'écr. IV, 2 dans EXEMPLE
La noblesse était exempte d'une partie des taxes ; cette exemption absurde...., Comm. gouv. part. II, ch. 11 dans EXEMPTION
Un esprit exercé voit, dans un sujet qu'il médite, une multitude de rapports que nous n'apercevons pas ; comme les yeux exercés d'un grand peintre démêlent en un moment, dans un paysage, une multitude de choses que nous voyons avec lui et qui cependant nous échappent, Log. I, 2 dans EXERCÉ, ÉE
Pour eux, cesser de vivre, c'était cesser d'exister ; et la mort n'était pas plus une peine qu'une récompense, Hist. anc. XI, 5 dans EXISTER
Les Phocéens, assiégés les premiers, se défendirent avec courage ; il s'expatrièrent pour éviter le joug, s'embarquant avec leurs femmes, leurs enfants, leurs effets, et n'abandonnant aux Perses qu'une ville déserte, Hist. anc. II, 1 dans EXPATRIER
Le phénomène de l'eau qui s'élève au-dessus de son niveau dans une pompe aspirante ne pouvait être expliqué par les philosophes anciens, Traité des syst. ch. 16 dans EXPLIQUER
Tel est l'avantage de l'exploitation des terres sur l'exploitation des mines, Comm. gouv. II, 10 dans EXPLOITATION
Plus on exportera, plus nos blés auront de prix ; plus ils auront de prix, plus il y aura de bénéfice pour le cultivateur ; plus il y aura de bénéfice pour le cultivateur, plus il cultivera, et plus il cultivera, plus l'agriculture sera florissante : il faut donc encourager l'exportation, Comm. gouv. II, 12 dans EXPORTATION
On jugea qu'il ne fallait point de prohibition ni de défense permanente soit d'exporter, soit d'importer, mais qu'il fallait tour à tour permettre et défendre l'exportation et l'importation suivant les circonstances ; ce parti parut le plus sage, et cependant il l'était le moins, ib. dans EXPORTATION
Que, dans tous les gouvernements, on protége également les travaux de toute espèce, et que, sans restriction, sans interruption, on permette d'exporter et d'importer les choses même les plus nécessaires ; alors toutes les nations seront riches, et leurs richesses respectives seront en raison de la fertilité du sol et de l'industrie des habitants, Comm. gouv. I, 29 dans EXPORTER
Cette province, nous l'avons supposé, s'est aussi interdit tout commerce extérieur ; elle ne peut donc pas exporter : ses blés seront donc à un prix d'autant plus bas, qu'elle en a plus et qu'il lui en faut moins, ib. I, 20 dans EXPORTER
On additionne les exposants pour multiplier une lettre élevée à une puissance par cette même lettre élevée à une autre puissance, ou à la même, Lang. calc. II, 6 dans EXPOSANT, ANTE
Quel est le visage le plus propre à l'expression ? c'est celui qui, pour la forme des traits et par les rapports qu'ils ont entre eux, s'altère suivant la vivacité des passions et la nuance des sentiments ; ajoutez-y la régularité, et supposez encore que, dans son état habituel, il ne montre que des sentiments qui ont droit de plaire, vous joindrez à l'expression les grâces et la beauté, Art d'écrire, II, 15 dans EXPRESSION
Il faut remarquer que toute expression d'une division à faire est identique avec l'expression de son quotient, Lang. calc. I, 7 dans EXPRESSION
Nous jugeons naturellement de la peine qu'un écrivain a eue à s'exprimer par celle que nous avons à l'entendre, Art de penser, II, 7 dans EXPRIMER
La politique des monarques de l'Asie était d'exterminer pour commander, Hist. anc. Lois, chap. 8 dans EXTERMINER
Dans toute proportion arithmétique, la somme des extrêmes est égale à la somme des moyens ; dans toute proportion géométrique le produit des extrêmes est égal au produit des moyens, Lang. calc. I, 12 dans EXTRÊME
On trouve la différence entre ces deux mots bien marquée dans cette phrase : On a vu ou cru voir les moyens qui la rendent féconde [la terre] ; on a essayé de la rendre fertile en la cultivant, Hist. anc. III, 3 dans FÉCOND, ONDE
On fut fondé de regarder...., Gramm. II, 10 dans FONDÉ, ÉE
Lorsque, par la réflexion, on a remarqué les qualités par où les objets diffèrent, on peut, par la même réflexion, rassembler dans un seul les qualités qui sont séparées dans plusieurs ; c'est ainsi qu'un poëte se fait, par exemple, l'idée d'un héros qui n'a jamais existé ; alors les idées qu'on se fait sont des images qui n'ont de réalité que dans l'esprit ; et la réflexion qui fait ces images prend le nom d'imagination, Logique, I, 7 dans IMAGINATION
imaginée par M. du Marsais, est sans doute la meilleure méthode pour enseigner une langue ; or, c'est précisément la méthode que suit un enfant qui apprend la langue de ses pères, Gramm. Motif des leç. prél. Oeuv. t. V, p. LIII, dans POUGENS. dans INTERLINÉAIRE
Rien ne lie mieux que la précision, Art d'écr. I, 11 dans LIER
Il ne faut pas se contenter de comparer toutes les actions des bêtes à ces mouvements que nous faisons, dit-on, machinalement, comme si ce mot machinalement expliquait tout, Trait. anim. II, 5 dans MACHINALEMENT
Le peuple, accoutumé par la crainte et par l'exemple des grands à obéir machinalement, ne sait plus s'il est de la même espèce qu'eux, et croit enfin que sa situation déplorable est son état naturel, Étud. hist. 1re part. ch. 7 dans MACHINALEMENT
Un paysan du pays allemand, dans le canton de Berne, est persuadé, sans orgueil, que les magistrats ne sont que ses gens d'affaires, Étud. hist. II, 2 dans MAGISTRAT
Les magistratures à vie s'exercent toujours avec une sorte de nonchalance peu favorable au bien public, Ét. hist. II, 6 dans MAGISTRATURE
Platon lui-même parle si magnifiquement de Dieu, qu'on croit souvent entendre un chrétien, Hist. anc. XV, 7 dans MAGNIFIQUEMENT
La main a cet avantage, qu'elle ne peut manier un objet qu'elle ne remarque l'étendue et l'ensemble des parties qui le composent, Trait. sens, II, 8 dans MAIN
Alors ils se forcent la main, et ils servent le public malgré eux, Comm. gouv. I, 22 dans MAIN
Ce gouvernement renfermait un germe de factions ; il tendait à l'anarchie, et l'autorité devait passer continuellement d'une main dans une autre, Hist. anc. I, 13 dans MAIN
Le plaisir et la douleur, voilà donc nos premiers maîtres ; ils nous éclairent parce qu'ils nous avertissent si nous jugeons bien ou si nous jugeons mal, Log. I, 1 dans MAÎTRE
En quelque nombre que soient les artisans et les marchands, il faut que tout renchérisse, parce qu'il faut que les maîtrises et les communautés retrouvent toujours de quoi renouveler les fonds communs qu'elles dissipent, Comm. gouv. II, 6 dans MAÎTRISE
C'est déjà un bien que de dissiper ce malaise, Hist. anc. III, 26 dans MALAISE
Les cartésiens croient aux idées innées ; les malebranchistes s'imaginent voir tout en Dieu ; et les sectateurs de Locke disent n'avoir que des sensations, Art. de rais. I, 4 dans MALEBRANCHISTE
L'écrivain qui a du génie ne se conduit pas ainsi : plus il a l'esprit supérieur, plus il aperçoit de variété dans les choses ; il en saisit le vrai caractère, et il a autant de manières différentes qu'il a de sujets à traiter, Art d'écr. Oeuv. t. VII, p. 288, dans POUGENS dans MANIÈRE
Elle [une peuplade fixée dans le lieu qu'elle cultive] n'est donc pas dans un état de pauvreté, elle est plutôt dans un état de manquement, qu'on me permette ce mot : celui de privation ne rendrait pas ma pensée ; car nous nous privons des choses que nous avons, ou que nous pouvons avoir, et que nous connaissons ; au lieu que nous n'avons pas celles dont nous manquons, souvent même nous ne les connaissons pas, Comm. gouv. I, 7 dans MANQUEMENT
Lorsque les manufactures jouissent, dans un royaume, d'une liberté entière, elles se multiplient à proportion du besoin ; il n'en est pas de même lorsqu'elles appartiennent à une compagnie exclusive, Comm. gouv. II, 17 dans MANUFACTURE
En chargeant un roi héréditaire de la manutention des lois et de toute l'administration au dedans et au dehors, la Suède avait à craindre de voir monter sur le trône un prince faible ou violent, sans caractère ou opiniâtre, d'un esprit louche ou trop borné, Ét. hist. II, 6 dans MANUTENTION
Ce concours et le lieu où il se fait se nomment marché, parce que les marchés s'y proposent et concluent, Comm. gouv. I, 4 dans MARCHÉ
Les prix ne peuvent se régler que dans les marchés, parce que c'est là seulement que les citoyens rassemblés peuvent, en comparant l'intérêt qu'ils ont à faire des échanges, juger de la valeur des choses relatives à leurs besoins, Comm. gouv. I, 4 dans MARCHÉ
Tel était vraisemblablement le sort d'un enfant d'environ dix ans, qui vivait parmi les ours, et qu'on trouva en 1694, dans les forêts qui confinent la Lithuanie et la Russie ; il ne donnait aucune marque de raison, marchait sur ses pieds et sur ses mains, n'avait aucun langage et formait des sons qui ne ressemblaient en rien à ceux d'un homme, Traité sens, IV, 7 dans MARCHER
Les fidèles alors y jouissaient de la paix, marchant dans la crainte du Seigneur et s'édifiant mutuellement, Hist. anc. XV, 5 dans MARCHER
Lorsqu'on raisonne ainsi, on ne paraît s'occuper que du matériel du discours, ce qui arrive quelquefois aux grammairiens, Gramm. II, 13 dans MATÉRIEL, ELLE
C'est le coton qui fournit toutes les matières premières ; mais telle matière première qui, entre ses mains [du cultivateur], serait inutile et sans valeur, devient utile et acquiert une valeur, lorsque l'artisan a trouvé le moyen de la faire servir aux usages de la société, Comm. gouv. I, 7 dans MATIÈRE
Si nous cessons de penser à la substance des corps comme étant actuellement colorée et figurée, et que nous ne la considérions que comme quelque chose de mobile, de divisible, d'impénétrable, et d'une étendue indéterminée, nous aurons l'idée de la matière, Conn. hum. II, II, 2 dans MATIÈRE
Une maxime ou un principe est un jugement dont la vérité est fondée sur le raisonnement ou sur l'expérience, Art d'écrire, II, 9 dans MAXIME
Les maximes sont d'un grand usage en morale et en politique : elles expriment la profondeur de celui qui écrit, parce qu'elles supposent souvent beaucoup d'expérience, de réflexions fines et de grandes lectures, ib. dans MAXIME
On est fâché de voir qu'il [Aristote] s'arrête plus sur le mécanisme du raisonnement [dans sa Logique] que sur le raisonnement même, Hist. anc. III, 21 dans MÉCANISME
On a avancé qu'en parlant de soi-même, on dit plutôt se défier que se méfier ; cela n'est pas fondé ; et il n'y a rien à dire à cette phrase-ci : On pourrait conclure de là que la philosophie consiste plus à nous méfier assez de nous-mêmes pour éviter toutes les occasions où notre esprit peut être frappé, qu'à nous flatter que nous serons toujours les maîtres d'éviter les inquiétudes dont l'imagination peut être cause, Traité des syst. ch. 5 dans MÉFIER (SE)
Plus les expressions seront simples, plus il nous sera facile de saisir le rapport d un membre de cette comparaison à l'autre, Lang. calc. I, 14 dans MEMBRE
La mémoire n'est que la sensation transformée, Traité sens. ext. rais. Oeuv. t. III, p. 17, dans POUGENS. dans MÉMOIRE
La mémoire est une suite d'idées qui forment une espèce de chaîne, ib. t. II, p. 20 dans MÉMOIRE
Je ne parle pas de ceux qui sont à la mendicité, et dont plusieurs n'y ont été réduits que par les fautes du gouvernement même, Comm. gouv. II, 8 dans MENDICITÉ
Ceux qui n'en trouveront pas [du travail] mendieront ou voleront ; ceux qui en trouveront, forcés à se donner au rabais, subsisteront misérablement, Comm. gouv. II, 8 dans MENDIER
Toute la sphère des étoiles fixes paraît tourner, d'occident en orient, autour d'un axe mené par les pôles de l'écliptique, Art de rais. V, 5 dans MENÉ, ÉE
Il suppose que l'esprit fait des propositions mentales dans lesquelles il joint ou sépare les idées sans l'intervention des mots, Conn. hum. IV, 2 dans MENTAL, ALE
Je crois que les méprises où je fais voir que vous êtes tombé me dispensent d'entrer dans de plus grands détails, Lett. à l'aut. des lett. à un Améric. dans MÉPRISE
Tous les méridiens sont considérés comme des cercles de longitude, parce que les différentes longitudes se mesurent d'un méridien à l'autre, Art de rais. V, 5 dans MÉRIDIEN
Le choix du premier méridien est indifférent ; les Français le font passer par l'île de Fer, les Hollandais par le pic de Ténériffe, et chaque astronome par le lieu d'où il fait ses observations, Art de rais. V, 2 dans MÉRIDIEN
Si, pour faire un système, on peut poser toutes sortes de principes, prendre les plus absurdes comme les plus évidents, et faire une complication de causes sans raison, quel mérite peut-il y avoir dans des ouvrages de cette espèce ?, Traité des syst. ch. 3 dans MÉRITE
C'est surtout sur le siècle de Thésée que les Grecs se sont plu à répandre un merveilleux qui fait connaître leur esprit et leur caractère, Hist. anc. I, 13 dans MERVEILLEUX, EUSE
Lorsque l'argent eut été pris pour mesure commune des valeurs, il fut également naturel de juger qu'on donnait, dans les échanges, valeur égale pour valeur égale, toutes les fois que les choses qu'on échangeait étaient estimées égales en valeur chacune à une même quantité d'argent, Comm. gouv. I, 15 dans MESURE
Mesurer, c'est appliquer successivement sur toutes les parties d'une grandeur une grandeur déterminée, Art de rais. I, 2 dans MESURER
Chercher des rapports ou mesurer, c'est la même chose, Log. I, 5 dans MESURER
En devenant monnaie, les métaux n'ont pas cessé d'être marchandise ; ils ont une empreinte de plus et une nouvelle dénomination ; mais ils sont toujours ce qu'ils étaient, et ils n'auraient pas une valeur comme monnaie s'ils ne continuaient pas d'en avoir une comme marchandise, Comm. gouv. I, 14 dans MÉTAL
La science qui contribue le plus à rendre l'esprit lumineux, précis et étendu, et qui, par conséquent, doit le préparer à l'étude de toutes les autres, c'est la métaphysique, Conn. hum. Introd. dans MÉTAPHYSIQUE
Faut-il s'étonner qu'avec des télescopes on ait découvert les satellites de Jupiter ? or une bonne méthode est un télescope avec lequel on voit ce qui échappait à l'oeil nu, Lang. calc. I, 16 dans MÉTHODE
C'est ainsi qu'en construisant différemment la balance, notre bras soulèvera des corps qu'il n'aurait pu remuer : les machines sont pour les bras ce que les méthodes sont pour l'esprit, Art de rais. II, 7 dans MÉTHODE
Heureusement pour eux [les astrologues], on a de tout temps été persuadé que nous ne sommes dans le cours de la vie que ce que nous sommes nés, Traité des syst. ch. 5 dans NAÎTRE
D'une foule de brigands ou d'esclaves fugitifs à qui Romulus avait ouvert un asile, vous voyez naître les maîtres du monde, Étud. hist. I, 1 dans NAÎTRE
Les expressions nature naturée et nature naturante sont si heureuses et si énergiques qu'il eût été dommage que Spinosa ne les eût pas employées, Traité des syst. ch. 10 dans NATURANT, ANTE
Le langage d'un esprit cultivé est naturel, quoique bien différent du langage d'un esprit sans culture, Art d'écr. IV, 5 dans NATUREL, ELLE
En général, il suffit d'observer qu'il y a dans la poésie autant de naturels que de genres, Art d'écr. IV, 5 dans NATUREL, ELLE
L'art entre plus ou moins dans ce que nous nommons naturel ; tantôt il ne craint pas de paraître, tantôt il semble se cacher ; il se montre plus dans une ode que dans une épître, dans un poëme épique que dans une fable, ib. dans NATUREL, ELLE
Lorsque nous disons que Racine, Despréaux, Bossuet et Mme de Sévigné écrivent naturellement, nous sommes portés à prendre ce mot dans un sens absolu, comme si le naturel était le même dans tous les genres, Art d'écr. IV, 5 dans NATURELLEMENT
Sous Néchao, des Phéniciens avaient fait une navigation encore plus étonnante ; car, après s'être embarqués sur la mer Rouge, ils avaient fait le tour de l'Afrique, et ils étaient revenus dans la Méditerranée par le détroit de Gibraltar, Hist. anc. I, 18 dans NAVIGATION
Les fruits tels que la terre les produit par sa seule fécondité, sont de première nécessité pour un sauvage, Comm. gouv. I, 7 dans NÉCESSITÉ
Les arts multiplient les choses de seconde nécessité, ils les perfectionnent, Comm. gouv. I, 2 dans NÉCESSITÉ
Il n'y a personne qui ne tire quelquefois de son propre fonds des pensées qu'il ne doit qu'à lui, quoique peut-être elles ne soient pas neuves, Conn. hum. II, 2, 3 dans NEUF, EUVE
Ni le jour, ni les ténèbres, ni le bruit, ni le silence, rien ne peut mettre obstacle à l'esprit d'un homme qui sait penser, Art de penser, 2e part. ch. 3 dans NI
Comment ce désordre pourrait-il avoir lieu dans un pays où le commerce, seul moyen de se procurer de l'aisance, baisse et se relève alternativement d'une province à l'autre, et entretient partout les richesses à peu près au même niveau, ou tend continuellement à les y ramener ?, Comm. gouv. II, 3 dans NIVEAU
Je pourrais ajouter que les premiers noms des animaux en imitèrent vraisemblablement le cri ; remarque qui convient également à ceux qui furent donnés aux vents, aux rivières et à tout ce qui fait quelque bruit, Conn. hum. II, I, 2 dans NOM
Il y a des philosophes qui ont pensé que les noms de la langue primitive exprimaient la nature même des choses ; ils raisonnaient sans doute d'après des principes semblables à ceux que je viens d'exposer, et ils se trompaient, Gramm. I, 2 dans NOM
Tout nom propre est déterminé par lui-même ; l'article lui est donc inutile, et on dira César, Alexandre, Gramm. II, 14 dans NOM
Il n'y a, si je puis m'exprimer ainsi, que des un, un, un, et les nombres ne sont que dans des noms que nous avons faits pour notre usage, Langue calc. I, 4 dans NOMBRE
Dans le calcul des grands nombres, la multiplication est bien longue, la division l'est plus encore, et il serait commode de n'avoir à faire que des additions et des soustractions, ib. II, 19 dans NOMBRE
Considérer les nombres d'une manière générale ou comme applicables à tous les objets de l'univers, c'est la même chose que de ne les appliquer à aucun de ces objets en particulier ; c'est la même chose que les abstraire ou les séparer de ces objets pour les considérer à part, Langue calc. I, 4 dans NOMBRE
Il ne faut pas se faire illusion en s'imaginant que les idées des nombres séparés de leurs signes soient quelque chose de clair et de déterminé, Art de penser, I, 6 dans NOMBRE
Alors se présentaient ceux qui aspiraient aux charges, accompagnés de leurs amis qui les recommandaient, et ayant à leur gauche des nomenclateurs qui leur disaient le nom et le surnom des passants, Hist. anc. XI, 3 dans NOMENCLATEUR
La dispute entre ces deux sectes [les nominaux et les réalistes] fut si vive qu'on en vint aux mains en Allemagne, et qu'en France Louis XI crut devoir défendre la lecture des livres nominaux ; ainsi l'autorité sévit contre ceux qui avaient raison : l'autorité ne raisonne pas, Art de pens. I, 8 dans NOMINAL, ALE
Nous lûmes le traité de la sphère de M. de Maupertuis, son voyage au nord, tout ce qu'il a écrit sur le système du monde, Gramm. Motif des étud. Oeuv. t. V, p. CXL, dans POUGENS dans NORD
Il est constant que les Grecs et les Romains notaient leur déclamation, et qu'ils l'accompagnaient d'un instrument, Conn. hum. II, I, 3 dans NOTER
C'est sans doute pour ces sortes de sons que Molière avait imaginé des notes, mais le projet de noter le reste de la déclamation est impossible, ib. II, I, 6 dans NOTER
Quoique notre déclamation ne puisse pas se noter, il me semble qu'on pourrait en quelque sorte la fixer ; il suffirait qu'un musicien ait assez de goût pour observer, dans le chant, à peu près les mêmes proportions que la voix suit dans la déclamation, Conn. hum. II, I, 6 dans NOTER
En mathématique et en physique, les notions ont cet avantage, qu'ayant une fois été déterminées, elles ne varient plus ; mais, en morale, elles se transforment de tant de manières, qu'il est rare que les hommes sachent les saisir avec précision, Art de pens. II, 2 dans NOTION
Si les notions que nous sommes capables d'acquérir, ne sont, comme je l'ai fait voir, que différentes collections d'idées simples que l'expérience nous a fait rassembler, Art de penser, II, 5 dans NOTION
Un philosophe serait bien savant, s'il voyait tout ce qui est dans les notions communes, Lang. calc. I, 15 dans NOTION
Nous ne concevons pas qu'on puisse avoir d'autres idées que les nôtres, parce que nous n'en avons jamais eu d'autres nous-mêmes, Art de pens. II, 1 dans NOTRE
Il est probable que des comètes tombent dans le soleil ; les newtoniens conjecturent même que cela arrive, et ils le croient nécessaire pour nourrir cet astre, qui s'épuiserait insensiblement, puisqu'en répandant la lumière il perd continuellement de sa substance, Art de rais. III, 5 dans NOURRIR
Mme de Maintenon, qui blâmait Louis XIV, le laissait faire et l'a même excité plus d'une fois à être sévère ; elle nourrissait donc en lui des défauts qu'elle condamnait, Art d'écrire, II, 5 dans NOURRIR
Partirons-nous demain ? Soit que nous nous élevions, pour parler métaphoriquement, jusque dans les cieux ; soit que nous descendions dans les abîmes, nous ne sortons point de nous-mêmes ; et ce n'est jamais que notre propre pensée que nous apercevons, Conn. hum. I, 1 dans NOUS
L'expérience ne permet pas aux hommes d'ignorer combien ils se nuiraient, si chacun, voulant s'occuper de son bonheur aux dépens de celui des autres, pensait que toute action est suffisamment bonne dès qu'elle procure un bien physique à celui qui agit, Trait. anim. part. 2e, ch. 7 dans NUIRE
Tout numérateur est un dividende, et tout dénominateur est un diviseur, Lang. calc. I, 7 dans NUMÉRATEUR
Il [M. de Keralio] lui enseigna les mathématiques ; après lui avoir fait observer comment se fait la numération, il lui fit comprendre que la manière dont on procède dans les quatre opérations de l'arithmétique, n'est qu'une conséquence de la manière dont se fait la numération même, Gramm. Motif des étud. Oeuv. t. V, p. CXLVII, dans POUGENS dans NUMÉRATION
C'est ainsi qu'obéissant aux deux forces combinées, ce corps descendra comme il est monté, c'est-à-dire de diagonale en diagonale, jusqu'au point le plus bas, Art de rais. III, 1 dans OBÉIR
On objectait à Galilée que, si la terre tournait sur son axe de l'ouest à l'est, un projectile poussé perpendiculairement à l'horizon ne tomberait pas au point d'où il se serait élevé, mais qu'il tomberait plus ou moins vers l'ouest...., Art de rais. III, 1 dans OBJECTER
Le premier objet de ceux qui imaginèrent les hiéroglyphes, fut de conserver la mémoire des événements, et de faire connaître les lois, les règlements, et tout ce qui a rapport aux matières civiles, Conn. hum. II, I, 13 dans OBJET
L'objet est un accessoire du verbe ; il doit le suivre immédiatement, ou du moins il n'en peut être séparé que par des modifications mêmes du verbe, Gramm. II, 26 dans OBJET
Le vrai moyen d'écrire d'une manière obscure, c'est de ne faire qu'une phrase où il en faut plusieurs, ou d'en faire plusieurs où il n'en faut qu'une, Art d'écr. III, 3 dans OBSCUR, URE
Il n'y a point de vertu, quelque obscure qu'elle soit, qui ne soit utile et nécessaire au bonheur de la société, Ét. hist. III, 4 dans OBSCUR, URE
Ces sortes d'abstractions [notions abstraites réalisées] ont infiniment obscurci tout ce qu'on a écrit sur la liberté, question où bien des plumes ne paraissent l'être exercées que pour l'obscurcir davantage, Conn. hum. sect. 5 dans OBSCURCIR
L'obscurité et la confusion des mots viennent de ce que nous leur donnons trop ou trop peu d'étendue, ou même de ce que nous nous en servons, sans leur avoir attaché d'idée, Conn. hum. II, II, 2 dans OBSCURITÉ
Si nous observons bien, nous découvrons des phénomènes, nous les voyons, comme une suite de causes et d'effets, former différents systèmes ; et nous nous faisons des idées exactes de quelques parties du grand tout, Log. I, 5 dans OBSERVER
La nature a indiqué aux premiers hommes l'unique méthode des découvertes, puisqu'elle les a mis dans la nécessité d'observer, Gramm. Disc. prélim. dans OBSERVER
Ils députèrent à Lacédémone pour obtenir la paix, à quelque prix que ce fût, et ils ne l'obtinrent pas, Hist. anc. II, 5 dans OBTENIR
L'occupation fait paraître tous les jours courts et les années longues ; les jours courts, parce que nous ne faisons pas attention au temps dont les révolutions solaires font la mesure ; les années longues, parce que nous nous les rappelons par une suite de choses qui supposent une durée considérable, Traité sens, III, 7 dans OCCUPATION
Pourquoi Dieu ne pourrait-il pas s'occuper de la manière dont se doit plier l'aile d'un scarabée ? comment se plierait cette aile si Dieu ne s'en occupait pas ?, Trait. anim. ch. 6 dans OCCUPER
Locke convint avec lui [M. Molinet] qu'un aveugle-né dont les yeux s'ouvriraient à la lumière, ne distinguerait pas à la vue un globe d'un cube, Traité des sens, I, II, 1 dans OEIL
La république d'Achaïe était, par sa constitution, peu propre à soutenir une guerre offensive, Hist. anc. II, 12 dans OFFENSIF, IVE
Un office qu'il [le souverain] vend est proprement un emprunt dont il paye l'intérêt sous le nom de gages, Comm. gouv. II, 11 dans OFFICE
La manière dont la religion s'est répandue est le principal objet qui s'offre dans les trois premiers siècles, Hist. anc. XV, préambule. dans OFFRIR
L'ombre de la terre, ainsi que celle de la lune, est conique, parce que le diamètre du soleil est plus grand que celui de ces planètes, Art de rais. V, 9 dans OMBRE
Si, faisant passer la lumière d'une bougie par un petit trou, vous placez à un pied de distance la surface A d'un pouce carré, cette surface jettera sur B qui est à deux pieds, une ombre de quatre pouces carrés ; sur E qui est à trois pieds, une ombre de neuf pouces ; sur D qui est à quatre pieds, une ombre de seize pouces ; sur cinq, une ombre de 25 ; sur six, une ombre de 36 ; en un mot l'ombre augmentera comme le carré des distances, id. III, 3 dans OMBRE
On trouva de grandes difficultés à donner des noms aux opérations de l'âme, parce qu'on est naturellement peu propre à refléchir sur soi-même, Conn. hum. I, I, 9 dans OPÉRATION
Les coupables ne sauraient se soustraire à tout châtiment ; ils sont punis par le jugement que le public porte de leur conduite ; ainsi l'opinion est une loi qui statue sur les actions dont la loi civile ne prend pas connaissance, Hist. anc. Lois, ch. 11 dans OPINION
Thémistocle mourut dans ces circonstances, lorsque le roi de Perse songeait à l'opposer à Cimon, Hist. anc. II, 3 dans OPPOSER
Au lieu de mettre de l'opposition dans les mots, il faut quelquefois la laisser uniquement dans les sentiments qui se contrastent ; c'est avec ce discernement qu'on fait usage des antithèses, Art d'écrire, II, 5 dans OPPOSITION
L'or, l'argent et le cuivre sont les premiers métaux que les hommes ont connus ; on les trouvait souvent à la surface de la terre sans les avoir cherchés, Comm. gouv. I, 13 dans OR
Au Japon, l'or est à l'argent comme un à huit, tandis qu'il est en Europe comme un à quatorze et demi ou comme un à quinze, ib. I, 19 dans OR
Une pythie monte sur le trépied, des prophètes l'entourent, ils recueillent les mots qui lui échappent, les interprètent, les mettent en vers, et on a des oracles ; ainsi s'est établi l'oracle de Delphes, le plus célèbre de la Grèce, Hist. anc. I, 12 dans ORACLE
Si les prêtres étaient mariés avant leur ordination, il leur était permis de garder leurs femmes ; mais, dès qu'une fois ils avaient été ordonnés, il ne leur était plus permis de se marier, Hist. anc. XV, 9 dans ORDONNÉ, ÉE
L'ordre nous plaît, la raison m'en paraît bien simple : c'est qu'il rapproche les choses, qu'il les lie, et que, par ce moyen, facilitant l'exercice des opérations de l'âme, il nous met en état de remarquer sans peine les rapports qu'il nous est important d'apercevoir dans les objets qui nous touchent, Conn. hum. II, II, 4 dans ORDRE
Le défaut d'ordre ne plaît que par intervalles, et il n'y a point de règles pour en assurer le succès ; Montaigne est donc bien heureux d'avoir réussi, et l'on serait bien hardi de vouloir l'imiter, ib. dans ORDRE
Il y avait trois ordres parmi les Gaulois : les druides, les chevaliers et le peuple, Hist. anc. III, 8 dans ORDRE
Exercez-vous donc sans maître ; ne le pouvez-vous pas ? restez dans l'ignorance, c'est un oreiller assez doux pour bien des têtes, Lang. calc. II, 5 dans OREILLER
Il est évident que vous sentez un objet que vous touchez, comme si votre âme était dans votre main ; que vous sentez un objet que vous voyez, comme si votre âme était dans vos yeux ; et qu'en un mot, toutes vos sensations paraissent être dans les organes, qui n'en sont que la cause occasionnelle, Art. de rais. I, 6 dans ORGANE
Le succès des génies les mieux organisés dépend tout à fait du progrès du langage pour le siècle où ils vivent, Conn. hum. II, II, 15 dans ORGANISÉ, ÉE
Il y a longtemps qu'on dit que toutes nos connaissances sont originaires des sens ; cependant les péripatéticiens étaient si éloignés de connaître cette vérité que, malgré l'esprit que plusieurs d'entre eux avaient en partage, ils ne l'ont jamais su développer, et qu'après plusieurs siècles, c'était encore une découverte à faire, Oeuv. t. III, p. 5, dans POUGENS dans ORIGINAIRE
Dans le système des idées originaires des sens, rien n'est si frivole que de raisonner sur la nature des choses : nous ne devons étudier que les rapports qu'elles ont à nous ; c'est tout ce que les sens peuvent nous apprendre, Art de penser, I, 11 dans ORIGINAIRE
L'opinion la plus singulière d'Anaximandre est d'avoir pensé qu'originairement les hommes ont été poissons, Hist. anc. III, 14 dans ORIGINAIREMENT
Le moyen le plus simple pour juger quelle langue excelle dans un plus grand nombre de genres, ce serait de compter les auteurs originaux de chacune, Connais. hum. II, I, 15 dans ORIGINAL, ALE
Si ce philosophe [Descartes] n'avait pas été prévenu pour les idées innées, il aurait vu que l'unique moyen de se faire un nouveau fond de connaissances était de détruire les idées mêmes, pour les reprendre à leur origine, c'est-à-dire aux sensations, Art de penser, II, 5 dans ORIGINE
Toutes choses d'ailleurs égales, un pendule plus long oscille plus lentement, Art de rais. V, 8 dans OSCILLER
Dans tout discours il y a une idée par où l'on doit commencer, une par où l'on doit finir, et d'autres par où l'on doit passer ; la ligne est tracée ; tout ce qui s'en écarte est superflu, Art d'écr. III, 4 dans OU
Son empire [de l'imagination] finit où celui de l'analyse commence, Conn. hum. II, 10 dans OU
Nous avons vu la doctrine de Socrate, conservée par Phédon, accommodée aux moeurs du temps par Aristippe, et outrée par Antisthène, Hist. anc. III, 18 dans OUTRÉ, ÉE
D'une foule de brigands ou esclaves fugitifs à qui Romulus avait ouvert un asile, vous voyez naître les maîtres du monde, Étud. hist. I, 1 dans OUVRIR
Des ports commodes semblaient leur ouvrir la mer, Hist. anc. I, 9 dans OUVRIR
Si vous voulez conserver la paix, soyez toujours prêts à faire la guerre avec avantage : maxime usée dans les livres, et inconnue dans la pratique, Étud. hist. I, 5 dans PAIX
Quelque temps après, les jeux panathéniens commencèrent à Athènes sous Erichthonius, Hist. anc. I, 12 dans PANATHÉNIEN, IENNE
Il y a des peuples pantomimes ; il y en a qui semblent n'avoir jamais connu que le langage des sons articulés, Art d'écr. II, 15 dans PANTOMIME
On apprit qu'il n'en est pas des papiers qui ont une valeur fictive, comme de l'or et de l'argent qui ont une valeur réelle, Comm. gouv. II, 11 dans PAPIER
Les divinités qui habitaient les astres étaient des parcelles de cet esprit universel ; elles descendaient quelquefois sur la terre ; elles s'y montraient sous une forme humaine, Hist. anc. III, 5 dans PARCELLE
Un mobile parcourt une diagonale, lorsqu'il est mû par deux forces dont les directions font un angle, Art de rais. III, 2 dans PARCOURIR
Le mouvement que je fais est déterminé par un principe qui sent ; mon semblable se meut ; il y a donc en lui un pareil principe, Art de rais. IV, 3 dans PAREIL, EILLE
Ce sont des vices qui ont paré le mal que pouvaient faire d'autres vices, Étud. hist. II, 2 dans PARER
Éclairé par les fautes où l'on est tombé, il ne se contente pas de parer à quelques inconvénients, Hist. anc. Lois, ch. 16 dans PARER
Penser devient un art, et cet art est l'art de parler, Gramm. Disc. prél. Oeuv. t. v, p. XL. dans PARLER
Après avoir entendu, avec quelque peine, un langage qui parle plus aux oreilles qu'aux yeux, nous en sentirons mieux les avantages d'un langage qui parle plus aux yeux qu'aux oreilles, Lang. calc : II, 16 dans PARLER
Parler affaires, c'est en faire son unique objet ; au lieu que parler d'affaires n'exclut pas tout autre objet dont on voudrait parler par occasion, Gramm. I, 13 dans PARLER
Ce partage de l'empire d'Alexandre fut fait vingt-trois ans après la mort de ce conquérant, Hist. anc. II, 11 dans PARTAGE
La notion la plus parfaite que nous puissions avoir de la divinité n'est pas infinie ; elle ne renferme, comme toute idée complexe, qu'un certain nombre d'idées partielles, Traité anim. II, 6 dans PARTIEL, ELLE
Il n'y a que l'expérience qui puisse l'accoutumer [l'homme] à juger de la distance qui est entre lui et l'endroit d'où part le bruit, Conn. hum. sect. 6 dans PARTIR
Cela fait voir combien, en philosophie, le plus petit pas est difficile à faire, Art de penser, part. I, 13 dans PAS
Le cardinal de Polignac, parlant du miracle de saint Denis, appuyait beaucoup sur ce qu'il y a deux lieues de Paris à Saint-Denis : Monseigneur, dit une femme d'esprit, il n'y a que le premier pas qui coûte, Art d'écr. II, 10 dans PAS
La seconde campagne se passa comme la première : Athènes parut sur terre sans défense contre Sparte, comme Sparte fut sur mer sans défense contre Athènes, Hist. anc. II, 5 dans PASSER
Notre langue ne peut rien substituer à de pareils éléments [les finales passives du latin] ; elle n'a donc point de verbe passif ; en effet c'est avec les participes du passé, joints aux différentes formes du verbe être, que nous traduisons les verbes passifs du latin, Gramm. II, 10 dans PASSIF, IVE
Les Scythes étaient des peuples pasteurs, qui, sans demeure fixe, erraient dans de vastes pays incultes, Hist. anc. I, 18 dans PASTEUR
Les rois [d'Angleterre] passèrent les bornes prescrites à leur autorité ; ils se firent de nouvelles prérogatives ; et, sans qu'ils s'en aperçussent, les Anglais se préparaient à supporter patiemment le despotisme de Henri VIII, Étud. hist. 2e part. Oeuv. t. XXI, p. 246, dans POUGENS. dans PATIEMMENT
Partout il se forma de ces patriciens orgueilleux qui trouvaient étrange que la nature eût daigné accorder à des plébéiens des poumons pour respirer, une bouche pour parler et des yeux pour voir, Études hist. I, 3 dans PATRICIEN, IENNE
On n'avait en Suède aucune idée de nos seigneuries patrimoniales ; les titres de comtes et de barons y sont modernes, ils sont personnels, et non pas attachés à des possessions, Étud. hist. II, 6 dans PATRIMONIAL, ALE
Apercevoir par où un raisonnement pèche, Conn. hum. II, 7 dans PÉCHER
Il [l'aveugle de Cheselden] apercevait tous les objets pêle-mêle et dans la plus grande confusion, et il ne les distinguait point, quelque différentes qu'en fussent la forme et la grandeur, Traité sens, III, 5 dans PÊLE-MÊLE
Les corps paraissent se mouvoir dans une étendue que nous jugeons immobile ; nous imaginons cette étendue pénétrable : l'espace emporte donc l'idée de pénétrabilité avec celle d'immobilité, Trait. des syst. 8 dans PÉNÉTRABILITÉ
La pénétration suppose qu'on est capable d'assez d'attention, de réflexion et d'analyse, pour percer jusques dans l'intérieur des choses ; et la profondeur, qu'on les creuse au point d'en développer tous les ressorts et qu'on voit d'où elles viennent, ce qu'elles sont et ce qu'elles deviennent, Conn. hum. II, 11 dans PÉNÉTRATION
Il fallait subir une pénitence publique pour obtenir la rémission des crimes commis après avoir été baptisé, Histoire anc. XV, 9 dans PÉNITENCE
J'appelle pensée tout ce que l'âme éprouve, soit par des impressions étrangères, soit par l'usage qu'elle fait de sa réflexion, Conn. hum. III, 16 dans PENSÉE
Ils ont pensé avant de chercher comment on pense ; il fallait même qu'il s'écoulât des siècles pour faire soupçonner que la pensée peut être assujettie à des lois ; et aujourd'hui le plus grand nombre pense encore sans former de pareils soupçons, Log. obj. de cet ouv. dans PENSER
Donner son attention, se ressouvenir, imaginer, comparer, juger, réfléchir, sont des manières de penser qui appartiennent à l'entendement, Tr. anim. II, 10 dans PENSER
Dans la première partie de cet ouvrage, nous avons expliqué la génération des idées ; dans la seconde, nous avons fait voir comment on doit conduire son esprit : c'est tout ce que renferme l'art de penser, Art de pens. II, 7 dans PENSER
[Epicure] a su démêler deux choses dans nos sensations : la perception qui est toujours vraie, parce qu'elle n'assure que ce que nous sentons ; le jugement qui peut être faux, lorsque, d'après nos perceptions, nous jugeons de ce que les choses sont en elles-mêmes, Hist. anc. III, 25 dans PERCEPTION
Bossuet connaissait parfaitement la coupe du style ; quelquefois il va rapidement par une suite de phrases très courtes ; d'autres fois ses périodes sont d'une grande page, et elles ne sont pas trop longues, parce que tous les membres en sont distincts et sans embarras, Art d'écr. III, 3 dans PÉRIODE
Dans une période, tous les membres doivent être distincts et liés les uns aux autres ; quand ces conditions ne sont pas remplies, ce n'est plus qu'un assemblage confus de plusieurs phrases, ib. I, 9 dans PÉRIODE
Une période bien faite est appelée une période arrondie, ib. dans PÉRIODE
Le texte hébreu fait cette période [l'intervalle entre la création et le déluge] de 1656 ans, le samaritain de 1307, et la version grecque des Septante de 2242, Hist. anc. I, 1 dans PÉRIODE
Il y a des écrivains qui, affectant le style périodique, confondent les longues phrases avec les périodes ; leurs phrases sont d'une longueur insupportable ; on croit qu'elles vont finir, et elles recommencent sans permettre le plus léger repos, Art d'écr. III, 3 dans PÉRIODIQUE
La règle est que, quand on veut exprimer une même chose par plusieurs périphrases, il faut que les images soient dans une certaine gradation, qu'elles ajoutent successivement les unes aux autres, et que tout ce qu'elles expriment convienne également, non-seulement à la chose dont on parle, mais encore à ce qu'on en dit, Art d'écr. II, 3 dans PÉRIPHRASE
Elles [les âmes] ne sont pas non plus détruites à la mort ; mais, chacune continuant à être unie à son premier corps, elles conservent leur personnalité, et passent à un état plus parfait que celui qu'elles quittent, Traité des syst. ch. 8 dans PERSONNALITÉ
C'est une chose bien étonnante qu'on soit parvenu à peser en quelque sorte les corps célestes ; mais croiriez-vous qu'on détermine à peu près le poids qu'auraient sur la surface de Saturne et celle de Jupiter les corps que nous pesons sur notre globe ?, Art de rais. III, 10 dans PESER
Lycurgue, qui n'a été le législateur que d'une petite ville, Ét. hist. III, 5 dans PETIT, ITE
on verrait les règles s'établir peu à peu, Gramm. I, 8 dans PEU
Depuis la guerre de Troie, la Grèce fut barbare, ou à peu près, jusqu'à Solon, Hist. anc. III, 12 dans PEU
Ceux qui la peuplent avec des calculs n'ont pas songé qu'il fallait pourvoir à la nourriture des habitants, Hist. anc. I, 1 dans PEUPLER
Il [Alexandre] immola secrètement des victimes à la Peur : il invoqua Jupiter, Minerve et la Victoire, Hist. anc. II, 10 dans PEUR
Pour découvrir des phénomènes, il ne suffit pas toujours d'observer ; il faut encore employer des moyens propres à les rapprocher, à les dégager de tout ce qui les cache, à les mettre à portée de notre vue, Art de rais. I, 8 dans PHÉNOMÈNE
Phocion était à la fois grand capitaine et grand homme d'État, phénomène auquel dans ce siècle on n'était plus accoutumé, Hist. anc. II, 9 dans PHÉNOMÈNE
Ce sentiment [que les bêtes ont de l'intelligence] est celui du vulgaire : il n'est combattu que par des philosophes, c'est-à-dire par des hommes qui d'ordinaire aiment mieux une absurdité qu'ils imaginent, qu'une vérité que tout le monde adopte, Traité des anim. part. 2 dans PHILOSOPHE
La philosophie est un océan, et les philosophes ne sont souvent que des pilotes, dont les naufrages nous font connaître les écueils que nous devons éviter, Art de rais. IV, 2 dans PHILOSOPHIE
Le code s'étendit comme l'empire [romain], et devint un assemblage de pièces mal assorties, Hist. anc. XI, 4 dans PIÈCE
On a pour toute règle que ce qui plaît est beau, et on ne songe pas que ce qui plaît aujourd'hui ne plaira plus demain, Art d'écr. IV, 5 dans PLAIRE
Un tour ingénieux peut n'être qu'une réflexion plaisante, telle est celle-ci de Mme de Sévigné : il n'y a rien qui ruine comme de n'avoir point d'argent, Art d'écr. II, 10 dans PLAISANT, ANTE
C'est lui [Xerxès] qui promit par un édit une récompense à celui qui inventerait un nouveau plaisir, Hist. anc. II, 2 dans PLAISIR
On a beaucoup agité si les premiers Pères de l'Église ont été platoniciens ; cette question est cependant facile à résoudre : ils ne l'ont point été, puisqu'ils n'ont admis ni tous les principes du platonisme, ni toutes ses conséquences, Hist. anc. XV, 7 dans PLATONICIEN, IENNE
Nous entendons par poids la quantité de force avec laquelle un corps descend, Art de rais. II, 4 dans POIDS
On entend par police des grains les règlements que fait le gouvernement lorsqu'il veut lui-même diriger le commerce des grains, Comm. gouv. II, 12 dans POLICE
Quelle doit être la police des diètes ? quelles règles doivent-elles suivre en délibérant sur les affaires ?, Études hist. III, 5 dans POLICE
La Suède s'est policée sans prendre les vices des nations polies, Études hist. II, 6 dans POLICER
Guillaume III était né avec de grands talents pour la guerre, et des talents encore plus grands pour ce que nous appelons communément la politique, Étud. hist. II, 4 dans POLITIQUE
Les pommes de terre seraient un luxe sur nos tables si nos champs n'en produisaient pas, et qu'il fallût les faire venir à grands frais de l'Amérique septentrionale, d'où elles viennent originairement, Comment. gouvern. I, 27 dans POMME
C'est sur les objets qui sont à la portée de sa main, que la statue commence à faire des expériences ; en conséquence il lui semble d'abord, à chaque bruit qui frappe son oreille, qu'elle n'a qu'à étendre les bras pour saisir le corps qui le rend, Traité des sens, III, 2 dans PORTÉE
Lui [Fontenelle] qui traitait les matières philosophiques avec tant de lumière, qui connaissait mieux que personne l'art de les mettre à la portée du commun des lecteurs, Art d'écr. II, 11 dans PORTÉE
Ces philosophes, qui ne pensent pas qu'il y ait rien hors de la portée de leur esprit, Traité des syst. ch. 7 dans PORTÉE
Qu'un habile organiste porte sans dessein les mains sur le clavier...., Log. I, 9 dans PORTER
Il faut un grand fond de jugement pour bien faire un portrait, et la plupart de ceux qui se piquent d'exceller en ce genre, ont tout au plus ce qu'on appelle, par abus, de l'esprit, Art d'écr. IV, 3 dans PORTRAIT
La privation des qualités fait le néant ; et, pour être, il faut avoir quelque chose de positif, Traité des syst. ch. 8 dans POSITIF, IVE
Comme l'idée d'actualité constitue le présent, l'idée d'antériorité constitue le passé, et l'idée de postériorité constitue le futur, Gramm. II, 8 dans POSTÉRIORITÉ
Démosthène, ne pouvant échapper aux poursuites d'Antipater, s'empoisonna, Hist. anc. II, 11 dans POURSUITE
Les métaphysiciens plagiaires sont on ne peut pas plus communs, Art de pens. I, 6 dans POUVOIR
Ces suppositions peuvent être employées lorsqu'elles ont l'avantage de rendre plus sensible une vérité pratique, et de nous apprendre à en faire notre profit, Traité des syst. ch. 12 dans PRATIQUE
J'ai déjà dit, Monseigneur, que les préceptes ne nous apprennent jamais mieux ce qu'il faut faire, que lorsqu'ils nous font remarquer ce qu'il faut éviter, Art d'écr. II, 1 dans PRÉCEPTE
Deux erreurs où les hommes ont coutume de tomber par des jugements précipités, Conn. hum. II, II, 2 dans PRÉCIPITÉ, ÉE
Selon les esséniens, les âmes des méchants étaient précipitées dans des souterrains ténébreux où elles étaient livrées à toutes sortes de tourments, Hist. anc. XV, 13 dans PRÉCIPITER
C'est ainsi qu'en général les nations s'aveuglent sur leurs vrais intérêts, et se précipitent les unes sur les autres, Traité des syst. ch. 15 dans PRÉCIPITER
Voilà en précis les lois mécaniques qui, selon lui, font mouvoir l'animal, et qui en règlent les actions, Traité anim. ch. 3 dans PRÉCIS
Les préfaces sont une autre source d'abus ; c'est là que se déploie l'ostentation d'un auteur qui exagère quelquefois ridiculement le prix des sujets qu'il traite, Art d'écr. IV, 2 dans PRÉFACE
Qu'on ne demande pas s'il faut préférer l'agriculture aux manufactures, ou les manufactures à l'agriculture ; il ne faut rien préférer : il faut s'occuper de tout, Comm. gouv. I, 29 dans PRÉFÉRER
Ce chapitre et le précédent ne sont que des préliminaires à l'analyse du discours, et ils étaient nécessaires, Gramm. I, 2 dans PRÉLIMINAIRE
Il faut commencer par l'idée première qui a dû produire toutes les autres, Art de pens. II, 6 dans PREMIER, IÈRE
Et les jeux funèbres qu'on prépare à Alexandre, sont le massacre de toute sa famille, Hist. anc. II, 11 dans PRÉPARER
Quelquefois c'est à la pensée même, exprimée dans les termes propres, à préparer la figure, Art d'écr. II, 7 dans PRÉPARER
Alors il [Périclès] ménagea moins le peuple, et fut roi, au titre près, Hist. anc. II, 5 dans PRÈS
La flatterie vous déguisera tous les objets.... vous verrez votre peuple de trop loin, et vos courtisans de trop près, Étud. hist. III, 5 dans PRÈS
La liaison de plusieurs idées ne peut avoir d'autre cause que l'attention que nous leur avons donnée, quand elles se sont présentées ensemble, Conn. hum. II, 3 dans PRÉSENTER
Nos législateurs, s'il est possible, raisonnent encore plus ma que les casuistes ; ils condamnent le prêt à intérêt, et ils le tolèrent ; ils le condamnent sans savoir pourquoi, et ils le tolèrent parce qu'ils y sont forcés, Comm. gouv. I, 18 dans PRÊT
On ne voit donc pas que prêter à intérêt c'est vendre ; qu'emprunter à intérêt, c'est acheter ; que l'argent qu'on prête est la marchandise qui se vend ; que l'argent qu'on doit rendre est le prix qui se paye, Comm. gouv. I, 18 dans PRÊTER
Les lois laissaient un libre cours aux prévarications, parce qu'elles ne prescrivaient ni les formes ni les principes qu'on devait suivre invariablement dans les jugements, Hist. anc. XI, 4 dans PRÉVARICATION
La prévention pour la coutume a été, de tout temps, un obstacle aux progrès des arts, Conn. hum. II, I, 5 dans PRÉVENTION
Si ce philosophe n'avait pas été prévenu pour les idées innées, Conn. hum. II, II, 3 dans PRÉVENU, UE
Il y avait quelque danger d'idolâtrie à paraître devant les tribunaux des païens, ne fût-ce qu'à cause des serments ; c'est pourquoi, dans la primitive Église, les évêques ont été les arbitres des différends qui s'élevaient parmi les fidèles, Hist. anc. XV, 5 dans PRIMITIF, IVE
Le langage d'un enfant est l'image de la langue primitive, qui, dans son origine, a dû être grossière et très bornée...., Gramm. I, 2 dans PRIMITIF, IVE
Les princes sont les administrateurs et non pas les maîtres des nations ; voilà ce que dit la philosophie, et cette vérité a même échappé à des empereurs despotiques, Hist. III, 5 dans PRINCE
Le moral, qui, dans le principe, n'est que l'accessoire des passions, devient le principal entre les mains de l'homme, Traité anim. II, 8 dans PRINCIPAL, ALE
Je dirai que nos sens sont le principe de nos connaissances, parce que c'est aux sens qu'elles commencent, et je dirai une chose qui s'entend, Log. II, 6 dans PRINCIPE
Les mages admettaient deux principes : l'un du bien et de la lumière, Oromaze ; l'autre du mal et des ténèbres, Arimane, Hist. anc. III, 6 dans PRINCIPE
Cette maxime singulière, qu'il ne faut pas mettre les principes en question, maxime d'un abus d'autant plus grand qu'il n'y a point d'erreur où elle ne puisse entraîner, Traité des syst. ch. 3 dans PRINCIPE
Principe et maxime sont deux mots synonymes : ils signifient tous deux une vérité qui est le précis de plusieurs autres ; mais celui-là s'applique plus particulièrement aux connaissances théoriques, et celui-ci aux connaissances pratiques, Art d'écr. II, 9 dans PRINCIPE
Les priviléges accordés aux maîtrises et aux communautés sont des droits iniques qui ne paraissent dans l'ordre que parce que nous les trouvons établis, Comm. gouv. II, 7 dans PRIVILÉGE
De nouvelles manufactures méritent d'être privilégiées, c'est-à-dire multipliées ; et plus elles peuvent être utiles, plus il faut récompenser ceux à qui on les doit, Comm. gouv. II, 7 dans PRIVILÉGIER
Le prix n'est que la valeur estimée d'une chose par rapport à la valeur estimée d'une autre, Comm. gouv. I, 2 dans PRIX
Le prix suppose la valeur ; c'est pourquoi on est si fort porté à confondre ces deux mots, ib. dans PRIX
Les édiles ornaient d'étoffes précieuses, de statues, de tableaux, toutes les rues et toutes les places par où devait passer une procession solennelle qui précédait toujours la célébration des jeux, Hist. anc. XI, 1 dans PROCESSION
Les historiens n'indiquent ordinairement que les causes prochaines de la prospérité ou de l'adversité des États, Étud. hist. I, 3 dans PROCHAIN, AINE
Ces prodiges prématurés d'esprit, qui deviennent, après quelques années, des prodiges de bêtise, Traité anim. II, 9 dans PRODIGE
C'est le surabondant qui est dans le commerce, soit que les colons fassent par eux-mêmes leurs échanges, et alors le commerce se fait immédiatement entre les producteurs et les consommateurs ; soit que..., Comm. gouv. I, 29 dans PRODUCTEUR, TRICE
L'Europe serait aujourd'hui aussi ignorante, ou même elle serait à peine sortie de la barbarie, si les professions avaient continué d'être héréditaires et exclusives, Hist. anc. III, 97 dans PROFESSION
Les poëtes romains faisaient mettre les monologues en musique par des musiciens de profession, Conn. hum. II, I, 5 dans PROFESSION
Les philosophes auraient suppléé à l'impuissance où nous sommes, pour la plupart, de nous étudier nous-mêmes, s'ils nous avaient laissé l'histoire des progrès de leur esprit, Art de penser, II, 3 dans PROGRÈS
Admettrai-je une progression d'effets à l'infini sans une première cause ?, Traité anim. II, 6 dans PROGRESSION
C'est dans l'espérance d'acheter à bon marché et de vendre cher qu'on a imaginé ces prohibitions ; les nations ont voulu se nuire mutuellement, et elles se sont nui chacune à elles-mêmes, Comm. gouv. I, 21 dans PROHIBITION
Les fables qu'on croira prépareront à croire celles qu'on ne croit pas encore.... c'est par cette analogie que les mêmes erreurs se propageront, s'accommoderont de tous les climats, se transplanteront, se grefferont, pour ainsi dire, sur les tiges que chacun produit, Hist. anc. III, 2 dans PROPAGER
Sous les juges, il n'y eut proprement que la prophétesse Débora, quoique les Juifs aient donné le nom de prophète à plusieurs juges qui avaient rendu de grands services à la nation, Hist. anc. Consid. sur Juifs, chap. 2 dans PROPHÉTESSE
À Delphes, ce fut à une fille qu'on accorda le privilége exclusif de monter sur le trépied ; et on fit ce choix parce qu'il semble, dit Diodore de Sicile, que le don de prophétie ait été de tout temps un attribut des vierges, Hist. anc. III, 9 dans PROPHÉTIE
Deux propositions ne se lient que par les rapports qu'elles ont l'une à l'autre, et le propre des conjonctions est de prononcer ces rapports, Gramm. II, 23 dans PROPOSITION
Mais, dira-t-on, c'est ainsi qu'on raisonne en mathématiques, où le raisonnement se fait avec des équations ; en sera-t-il de même dans les autres sciences, où le raisonnement se fait avec des propositions ? Je réponds qu'équations, propositions, jugements, sont au fond la même chose, Log. II, 8 dans PROPOSITION
Plusieurs écrivains qui ne sont plus, ou qui se distinguent parmi les modernes, ont chacun un caractère que notre langue s'est peu à peu rendu propre, Conn. hum. II, I, 15 dans PROPRE
Les définitions et les analyses sont proprement des périphrases dont le propre est d'expliquer une chose, Art d'écr. II, 3 dans PROPRE
Sparte était proprement un camp où les citoyens, abandonnant aux esclaves la culture des terres, s'exerçaient uniquement au métier des armes, Hist. anc. I, 14 dans PROPREMENT
Les grands propriétaires régiront leurs terres par eux-mêmes, ou ils les donneront à régir, Comm. gouv. I, 11 dans PROPRIÉTAIRE
Les qualités qui sont tellement propres à une chose, qu'elles ne sauraient convenir à d'autres, se nomment propriétés : être terminé par trois côtés est, par exemple, une propriété du triangle, Gramm. Préc. des leç. prél. art. 1, Oeuv. t. v, p. LXIX, dans POUGENS. dans PROPRIÉTÉ
Les plus anciens prosateurs, Phérécyde de Scyros et Cadmus de Milet, sont postérieurs à Homère d'environ quatre cents ans, Hist. anc. III, 10 dans PROSATEUR
Je conviens qu'il y a dans la substance une première détermination essentielle ; mais c'est là un protée qui prend plaisir à se présenter à moi sous mille formes différentes, et qui me défie de le saisir sous aucune, Traité des syst. 10 dans PROTÉE
Comme le peuple a des proverbes, ces prétendus principes sont les proverbes des philosophes, ils ne sont que cela, Traité des syst. ch. 12 dans PROVERBE
Si le peuple fait des lois, il peut les abroger, il peut les changer, et il semble ne faire jamais que des règlements provisionnels, Hist. anc. Lois, ch. 5 dans PROVISIONNEL, ELLE
Architas eut pour disciple Philolaüs, qui laissa plusieurs ouvrages, et qui vendit à Platon les livres des pythagoriciens ; Platon y puisa tout ce qu'il crut deviner, Hist. anc. III, 15 dans PUISER
Quand on a la puissance, on croit tout possible ; on ne sait point se méfier de ses lumières, et, parce qu'on a commandé, on n'imagine pas devoir trouver des obstacles, Comm. gouv. I, 17 dans PUISSANCE
Lycurgue trouva neuf mille citoyens dans Sparte, et trente mille dans la Laconie ; par conséquent, si nous jugeons de Lacédémone par Athènes, cette république n'aura jamais eu qu'environ quarante mille citoyens ; voilà cependant les deux grandes puissances de la Grèce, Hist. anc. I, 17 dans PUISSANCE
Les puissants veulent que les abus et les préjugés durent, Log. II, 1 dans PUISSANT, ANTE
Les quantités négatives ont été un écueil pour tous ceux qui ont entrepris de les expliquer, Lang. calc. II, 7 dans QUANTITÉ
La dénomination de quantités imaginaires a été mal choisie ; il fallait dire expressions imaginaires : expressions, parce qu'elles ressemblent aux expressions qui signifient quelque chose ; et imaginaires, parce que dans le vrai elles ne signifient rien, Lang. calc. II, 13 dans QUANTITÉ
Les nations, dit Cicéron, devraient ne se regarder que comme les différents quartiers d'une même cité ; la nature a établi une société générale entre tous les hommes, Étud. hist. I, 5 dans QUARTIER
Il faudrait l'interroger avec adresse [un aveugle-né opéré de la cataracte], et éviter toutes les questions qui indiquent la réponse, Traité sens. III, 6 dans QUESTION
Lorsque nous sommes méchants, nous avons de quoi devenir meilleurs, Traité anim. II, 9 dans QUOI
Si vous les croyez [les flatteurs], vous serez tenté de vous croire quelque chose de plus qu'un homme, et, dupe de vos courtisans, vous vous trouverez rabaissé même au-dessous d'eux, Étud. hist. I, 1 dans RABAISSÉ, ÉE
Ceux qui voudront acheter tâcheront de rabattre sur tous ces profits ; et ils rabattront avec d'autant plus de facilité, que les marchands, en plus grand nombre, seront plus pressés de vendre, Comm. gouv. I, 8 dans RABATTRE
Remarquons que, pour abréger, au lieu de dire, quantité radicale, on dit un radical, multiplier, diviser des radicaux, Lang. calc. II, 13 dans RADICAL, ALE
Les quantités qui sont sous le radical s'additionnent, se soustraient, se multiplient et se divisent de la même manière que les autres, Lang. calc. II, 13 dans RADICAL, ALE
On dit communément que les animaux sont bornés à l'instinct, et que la raison est le partage de l'homme ; ces deux mots instinct et raison, qu'on n'explique point, contentent tout le monde, et tiennent lieu d'un système raisonné, Trait. anim. II, 5 dans RAISON
Pour découvrir la raison de ce qui est mal, le moyen le plus simple et le plus sûr, c'est de chercher la raison de ce qui est bien, Art. d'écr. I, 4 dans RAISON
Il n'y a rien sans une raison suffisante : par conséquent l'ordre dans lequel nos perceptions nous représentent les êtres, a sa raison dans l'ordre qui est entre les êtres mêmes, Traité des syst. ch. 8 dans RAISON
Un syllogisme n'est pas un raisonnement, ce n'est qu'une certaine forme qu'on fait prendre à un raisonnement qu'on a déjà fait, Gramm. Motif des étud. Oeuv. t. V, p. CXXXIX, dans POUGENS. dans RAISONNEMENT
L'art de raisonner se réduit à une langue bien faite, Traité des syst. ch. 3 dans RAISONNER
Raisonner, c'est comparer des idées afin de passer, des rapports qui sont connus, à la découverte de ceux qui ne le sont pas, Hist. anc. III, 26 dans RAISONNER
Les langues ne sont pas un ramas d'expressions prises au hasard, ou dont on ne se sert que parce qu'on est convenu de s'en servir, Lang. calc. Préamb. dans RAMAS
Ils [les yeux] doivent juger un objet plus ramassé et plus petit, quand il est dans un éloignement où quantité de traits de son image se confondent, Traité sens, III, 3 dans RAMASSÉ, ÉE
Fénelon veut peindre Pygmalion tourmenté.... voilà, je pense, l'ordre des idées ; elles ne sauraient être trop rapprochées ; c'est surtout dans ces descriptions que le style doit être rapide, Art d'écr. III, 2 dans RAPIDE
Plus occupés des mots que des pensées, ils désapprouvent les ellipses, lorsqu'elles paraissent rapprocher des mots qu'on n'a pas encore vus ensemble, Art d'écr. I, 10 dans RAPPROCHER
La ville [Thèbes] fut rasée : Alexandre ne conserva que la maison des prêtres et celle de Pindare, Hist. anc. II, 10 dans RASÉ, ÉE
Tantôt elle [l'imagination] amuse par des propos riants, d'autres fois elle ravit par la hardiesse de ses saillies, Conn. hum. II, 10 dans RAVIR
Les philosophes ont été de tout temps sujets à réaliser leurs abstractions, c'est-à-dire à supposer, sans fondement, que les choses ressemblent exactement aux idées qu'ils s'en font, Art de rais. II, 1 dans RÉALISER
Ils ont donné à ce qui n'est pas les réalités de ce qui existe, Art de pens. I, 8 dans RÉALITÉ
Sa cour [de Philippe de Macédoine] était le réceptacle de ce qu'il avait pu ramasser de plus vil chez les Grecs ou chez les barbares, Hist. anc. II, 9 dans RÉCEPTACLE
Vous avez vu quelle lumière, quelle grâce et quelle force une pensée reçoit d'une pensée qui lui ressemble ; il s'agit actuellement de considérer ce qu'elle reçoit d'une pensée qui lui est opposée, Art d'écr. II, 5 dans RECEVOIR
Aussi n'ont-ils [les Romains] eu ni géomètre, ni astronome, ni physicien ; Varron, le seul savant que la République ait produit, s'est borné à des recherches d'érudition, Hist. anc. XI, 2 dans RECHERCHE
Dans le commerce, celui qui prend des marchandises pour les payer dans un terme convenu, reconnaît par écrit qu'il payera telle somme ; et cette reconnaissance, entre les mains de celui à qui il la fait, se nomme créance, parce qu'elle est un titre, sur lequel on doit croire qu'on sera payé, Comm. gouv. I, 17 dans RECONNAISSANCE
Les Chaldéens reconnaissaient un dieu suprême, une âme du monde, qu'ils adoraient sous le nom de Baal, Histoire anc. III, 4 dans RECONNAÎTRE
La règle est pour les leviers recourbés la même que pour les autres, c'est-à-dire qu'il y a équilibre lorsque la distance de la puissance est à la distance du poids comme le poids est à la puissance, Art de rais. II, 7 dans RECOURBÉ, ÉE
Un État n'est proprement riche que par les denrées qui se consomment pour se reproduire, et qui se reproduisent pour se consommer ; voilà l'image de notre bonheur : manquer et recouvrer, manquer et recouvrer encore, et ainsi tant que nous vivrons, Hist. anc. III, 24 dans RECOUVRER
Enfin Aristote n'était pas connu à Rome, parce que ses ouvrages n'avaient pas encore été recouvrés, Hist. anc. XI, 5 dans RECOUVRER
Qu'on se recueille dans le silence et dans l'obscurité, le plus petit bruit ou la moindre lueur suffira pour distraire, si l'on est frappé de l'un ou de l'autre au moment qu'on ne s'y attendait point, Conn. hum. II, II, 3 dans RECUEILLIR
Ces traditions, qui remontent jusqu'aux siècles les plus reculés, prouvent au moins l'antiquité des peuples de l'Égypte, Hist. anc. I, 2 dans RECULÉ, ÉE
Il [Thémistocle] voit l'amour des Grecs, la considération de l'étranger, son nom porté aux deux bouts de la terre et transmis à la postérité la plus reculée, ib. III, 24 dans RECULÉ, ÉE
Trajan, qui avait rétabli la gloire du nom romain chez les étrangers, et reculé les frontières de l'empire par des victoires signalées, Étud. hist. III, 3 dans RECULER
Il [Locke] l'entreprit [son livre sur l'Entendement] par occasion, et le continua de même ; et, quoiqu'il prévît qu'un ouvrage composé de la sorte ne pouvait manquer de lui attirer des reproches, il n'eut, comme il le dit, ni le courage ni le loisir de le refaire, Conn. hum. Introduct. dans REFAIRE
Pour contracter une habitude, il suffit de faire et de refaire à plusieurs reprises ; et pour la perdre il suffit de ne plus faire, Log. I, 6 dans REFAIRE
Il n'y a qu'un moyen de remettre l'ordre dans la faculté de penser ; c'est d'oublier tout ce que nous avons appris, de reprendre nos idées à leur origine, d'en suivre la génération, et de refaire, comme dit Bacon, l'entendement humain, Log. II, 1 dans REFAIRE
Réfléchir n'est qu'une certaine manière de sentir, c'est la sensation transformée, Art de rais. I, 3 dans REFLÉCHIR
Nos pensées sont susceptibles de différents coloris : séparées, chacune a une couleur qui lui est propre ; rapprochées, elles se prêtent mutuellement des nuances, et l'art consiste à peindre ces reflets, Art d'écr. II, 6 dans REFLET
Quand il [l'homme] saura conduire sa réflexion, pour remonter des effets aux vrais principes, Traité des syst. 5 dans RÉFLEXION
Réflexion, par exemple, a premièrement désigné le mouvement d'un corps qui revient après avoir heurté contre un autre ; et ensuite il est devenu le nom qu'on donne à l'attention, lorsqu'on la considère comme allant et revenant d'un objet sur un objet, d'une qualité sur une qualité...., Art d'écr. II, 6 dans RÉFLEXION
On ne peut faire une réforme véritablement avantageuse, qu'autant qu'on donne à la nation la faculté de faire elle-même les lois, Étud. hist. III, 4 dans RÉFORME
Le pire de tous les abus dans la société, c'est de les réformer sans règle, et cent expériences ont démontré la vérité de cette maxime, Étud. hist. III, 1 dans REFORMER
Les biens étaient en commun [chez les pythagoriciens] ; et, si quelqu'un d'eux voulait se retirer, on lui rendait ce qu'il avait apporté, ou même au delà ; mais on le regardait comme mort, Hist. anc. III, 15 dans REGARDER
Nos yeux voient nécessairement tout ce qui fait impression sur nous ; mais, parce qu'il ne suffit pas de voir pour se faire des idées, je dirai qu'ils ont besoin d'apprendre à regarder, Traité des sensat. III, 3 dans REGARDER
On distingue les mots en régissants et en régimes ; le régissant est celui qui détermine le genre, le nombre, la place ou la préposition qui doit précéder un mot subordonné ; le régime est celui qui ne prend tel genre, tel nombre, telle place ou telle préposition, que parce qu'il est subordonné à un autre, Art d'écr. I, 2 dans RÉGISSANT, ANTE
Comme l'objet des lois civiles est d'assurer les propriétés, et par conséquent d'empêcher les crimes, l'objet des règlements de police est de conserver les moeurs, et par conséquent de les garantir de tout ce qui tend à les corrompre, Hist. Anc Lois, ch. 12 dans RÈGLEMENT
Les moeurs règlent les opinions, comme les opinions règlent les moeurs, Hist. anc. IV, 1 dans RÉGLER
Il n'y a pas longtemps que les hypothèses régnaient dans l'histoire, parce qu'elles régnaient encore dans la philosophie, Hist. anc. XI, 2 dans RÉGNER
La douleur n'est pas la seule marque des regrets ; et, en pareil cas, plus on trouve de plaisir à penser à un ami, plus on sent vivement la perte qu'on a faite, Traité sens extr. rais. Oeuv. t. III, p. 55 dans REGRET
On disait alors que les Américains ne connaissaient pas le prix de l'or et de l'argent ; on parlait comme si ces métaux devaient avoir une valeur absolue ; on ne songeait pas qu'ils n'en ont qu'une relative aux usages de l'homme, et que, par conséquent, ils n'en ont point pour un peuple qui n'en fait rien, Comm. gouv. I, 15 dans RELATIF, IVE
Cause et effet sont des termes relatifs, Traité des syst. ch. 10 dans RELATIF, IVE
Pour connaître les corps il ne suffit pas d'en observer les qualités absolues ; il faut encore en observer les qualités relatives ; et, par conséquent, il faut, à mesure qu'on les analyse, les comparer les uns avec les autres, Gramm. Préc. des leç. prél. art. 1 dans RELATIF, IVE
Aujourd'hui la prononciation des gens du monde est si simple, que ceux qui la choquent légèrement ne peuvent être relevés que par peu de personnes, Conn. hum. II, I, 7 dans RELEVER
Comme le relief des objets n'est pas aussi sensible dans la peinture que dans la réalité, ce jeune homme [l'aveugle de Cheselden] fut quelque temps à ne regarder les tableaux que comme des plans différemment colorés : ce ne fut qu'au bout de deux mois qu'ils lui parurent représenter des corps solides ; et ce fut une découverte qu'il parut faire tout à coup, Traité sens, III, 5 dans RELIEF
Quelle en peut être la cause, demandera-t-on ? je réponds que tout le monde l'aperçoit, mais on ne la remarque pas, Art de penser, I, 3 dans REMARQUER
La réminiscence est produite par la liaison que conserve la suite de nos perceptions, Conn. hum. II, 1 dans RÉMINISCENCE
Les philosophes remontent aux raisons des choses, donnent les règles des arts, expliquent ce qu'ils ont de plus caché, et par leurs leçons augmentent le nombre des bons juges, Conn. hum. II, I, 15 dans REMONTER
Si vous remontez de classe en classe, vous verrez que l'idée que vous vous faites d'une classe supérieure, n'est jamais qu'une partie de l'idée que vous avez d'une classe inférieure, Gramm. I, 12 dans REMONTER
Il ne faut plus qu'un certain nombre d'années pour voir toutes les planètes tomber successivement dans le soleil ; c'est ce qui a fait dire à Newton que le monde ne subsistera qu'autant que Dieu remontera cette immense machine, Art. de rais. III, 5 dans REMONTER
On peut, après une périphrase, en ajouter une seconde, une troisième, et ce sera fort bien, pourvu qu'elles expriment chacune des accessoires qui renchérissent les uns sur les autres, Art d'écrire, II, 3 dans RENCHÉRIR
Alors il [l'homme statue] remarque que tout ce qu'il touche sur lui rend à sa main sentiment pour sentiment, Trait. anim. ch. 6 dans RENDRE
Nous remarquerons que penser et bien rendre ce qu'on pense sont deux choses bien différentes, Gramm. I, 9 dans RENDRE
Il [Périclès] songeait à les rendre [ses comptes], lorsque Alcibiade dit qu'il ferait mieux de songer à ne les rendre pas ; et cette plaisanterie fut un conseil qu'il suivit, Hist. anc. II, 5 dans RENDRE
Il y a dans ce morceau des pensées fausses, ou du moins rendues avec peu d'exactitude, Art d'écr. III, 2 dans RENDU, UE
On l'invita [Périclès] à reprendre les rênes du gouvernement, et il les reprit, mais il mourut de la peste quelques mois après, Hist. anc. II, 5 dans RÊNE
Dans leur origine, les sociétés n'étaient formées que d'un petit nombre de citoyens égaux ; les magistrats et les généraux n'avaient de supériorité que pendant l'exercice de leurs fonctions ; ce temps passé, ils rentraient dans la classe des autres, Traité des syst. ch. 15 dans RENTRER
Il ne faut qu'une injure faite à un citoyen pour soulever tout le peuple ; et le tyran est renversé : Hipparque et Hippias en sont la preuve, Hist. anc. Lois, ch. 6 dans RENVERSER
Et comme Archias, ils renvoyèrent au lendemain, Hist. anc. II, 8 dans RENVOYER
La politique, qui lie toutes les puissances de l'Europe par des négociations continuelles, et qui, réparant la faiblesse des unes ou tempérant la force des autres, les tient toutes, malgré leur ambition, dans un équilibre qui fait leur sûreté, Étud. hist. III, 2 dans REPARER
Quand tout est dans l'ordre, tous les travaux sont utiles ; il est vrai qu'ils répartissent inégalement les richesses, mais c'est avec justice, puisqu'ils supposent des talents plus ou moins rares, Comm. gouv. I, 10 dans RÉPARTIR
Afin qu'un pays agricole soit aussi riche qu'il peut l'être..., il faut que les différentes occupations se répartissent entre les citoyens, et que, dans chaque profession, le nombre des travailleurs se proportionne au besoin qu'on en a, Comm. gouv. I, 29 dans RÉPARTIR
Chaque sensation du tact se trouve représentative des objets que la main saisit, Traité sens. extr rais. dans REPRÉSENTATIF, IVE
Décomposer une pensée, comme une sensation, ou se représenter successivement les parties dont elle est composée, c'est la même chose, Gramm. I, 3 dans REPRÉSENTER
Chacun de nous peut remarquer qu'il ne connaît les objets sensibles que par les sensations qui nous les représentent, Log. I, 3 dans REPRÉSENTER
Quand on représente la raison d'une progression par une fraction qui a le premier terme pour numérateur et le second pour dénominateur...., Lang. calc. I, 12 dans REPRÉSENTER
Il me suffit de juger des habitudes du cerveau par les habitudes de chaque sens : il faut se contenter de connaître que le même mécanisme, quel qu'il soit, donne, conserve et reproduit les idées, Log. I, 9 dans REPRODUIRE
Parce qu'ils n'observaient pas, ils reproduisaient continuellement les mêmes opinions sous de nouvelles formes, Hist. anc III, 1 dans REPRODUIRE
Les familles se reproduisent facilement, lorsque le gouvernement leur permet de vivre de leur travail, Hist. anc. Lois, ch. 8 dans REPRODUIRE
Tous les corps tomberaient avec la même vitesse, s'ils ne trouvaient point de résistance, Art de rais. II, 4 dans RÉSISTANCE
M. Rameau est le premier qui ait vu l'origine de toute l'harmonie dans la résonnance des corps sonores, et qui ait rappelé la théorie de cet art à un seul principe, Conn hum. II, I, 5 dans RÉSONNANCE
Si ces éléments, tant qu'on les conçoit étendus, pouvaient eux-mêmes se résoudre, ils se diviseraient jusqu'à ce qu'ils cessassent d'être étendus ; il n'y aurait donc plus de corps ; les corps tomberaient dans le néant, Hist. anc. III, 25 dans RÉSOUDRE
On compare ordinairement Malebranche et Locke, sans doute parce qu'ils ont tous deux écrit sur l'entendement humain ; d'ailleurs on ne peut pas se ressembler moins, Traité des syst ch. 7 dans RESSEMBLER
Les personnes prudentes, qui ne voulaient pas jouer leur argent, au hasard de le perdre, le resserraient ; elles attendaient le moment d'en faire usage avec moins de risque, et le commerce en souffrait, Comm. gouv. II, 9 dans RESSERRER
Il s'était formé une secte d'hommes austères et rigides, qui voyait avec indignation dans l'église d'Angleterre un reste de la hiérarchie et des cérémonies de la religion romaine que la reine Élisabeth y avait conservées, Étud. hist. II, 5 dans RESTE
On dit qu'un des fils d'Onésicrite, étant venu à Athènes, ne voulait plus retourner à Égine, ne pouvant se résoudre à quitter un lieu où il avait le plaisir d'entendre Diogène ; le père envoya son autre fils, qui fut retenu par les mêmes attraits ; enfin il les vint chercher lui-même, et il resta comme ses fils, Hist. anc. III, 18 dans RESTER
Ils étendent ou restreignent mal à propos la signification des mots, Art de pens. II, 5 dans RESTREINDRE
Lorsqu'il [Valérien] fut pris par les Perses en 259, Gallien, son fils, rétablit la paix ; et l'Église en jouit jusqu'en 302, la dix-huitième année de Dioclétien, Hist anc. XV, 8 dans RÉTABLIR
Cette accélération et ce retardement du mouvement de la lune sont un effet de l'attraction du soleil combinée avec l'attraction de la lune, Art de rais. III, 7 dans RETARDEMENT
La raison n'est jamais retardée dans ses progrès, que par les vices du gouvernement, Hist. anc. III, 9 dans RETARDER
C'est à la réflexion à graver les idées dans la mémoire, c'est à la mémoire à les retracer à la réflexion, Gramm. Motif des étud. dans RETRACER
Quelquefois même nos idées se retracent sans que nous y ayons part, et se présentent avec tant de vivacité...., Conn. hum. II, 2 dans RETRACER
Votre âme rassasiée, vide, flétrie et rétrécie deviendrait incapable de tout, Étud. hist. III, 5 dans RÉTRÉCI, IE
La réflexion peut toujours retrouver les choses qu'elle a sues, parce qu'elle sait comment elles les a trouvées ; la mémoire ne retrouve pas de même celles qu'elle a apprises, parce qu'elle ne sait pas comment elle apprend, t. V, p. CXXXI dans RETROUVER
À Paris, les revendeuses des halles payent cinq sols d'intérêt par semaine, pour un écu de trois livres ; cet intérêt renchérit le poisson qu'elles vendent dans les rues, mais le peuple aime mieux acheter d'elles que d'aller aux halles se pourvoir, Comm. gouv. I, 18 dans REVENDEUR, EUSE
En faisant successivement ses études, on ne fait que revenir continuellement sur un même fond d'idées, Oeuv. t. V, p. 138 dans REVENIR
Ce sont des hommes qui rêvent éveillés, et qui sont fort surpris, lorsqu'on ne rêve pas comme eux, Art de raison. IV, 2 dans RÊVER
Ils voyaient comme en songe l'univers se former à leurs yeux ; ils rêvaient les principes des choses, leurs essences, leur génération, et ils ne s'éveillaient point, Hist. anc. III, 1 dans RÊVER
Accoutumés de bonne heure à nous dépouiller de nos sensations pour en revêtir les objets, nous ne nous bornons pas à juger que nous avons des sensations, Art de penser, I, 2 dans REVÊTIR
La révolution de Mars se fait autour du soleil en deux ans et en 24 heures autour de son axe, Art de raisonn. V, 10 dans RÉVOLUTION
Bacon proposait une méthode trop parfaite, pour être l'auteur d'une révolution ; Descartes devait mieux réussir...., l'Art de pens. II, 7 dans RÉVOLUTION
Les révolutions des opinions suivent les révolutions des empires, Hist. anc. XV, 2 dans RÉVOLUTION
Ce n'est pas l'amour de la liberté, c'est l'ambition ou l'inquiétude des différents partis qui occasionnait des révolutions, Hist. anc. I, 7 dans RÉVOLUTION
L'histoire de la Grèce est, en quelque sorte, un abrégé de toutes les révolutions possibles, ib. I, 10 dans RÉVOLUTION
Les poëmes étaient récités dans les places et dans les jeux publics par les poëtes ou par les rhapsodes, Hist. anc. XI, 1 dans RHAPSODE
Depuis que les métaux ont été pris pour mesure commune des valeurs, on est porté à ne voir des richesses que là où l'on voit beaucoup d'or et beaucoup d'argent ; et cette méprise a commencé dans les villes où l'argent fait toute la richesse, Comm. gouv. I, 23 dans RICHESSE
Lycurgue.... n'était pas un cénobite misanthrope qui prît plaisir à tourmenter les hommes ; il a élevé des autels au rire et à la gaieté, Étud. hist. I, 5 dans RIRE
Nous sommes dans l'usage de nommer rois les chefs des peuples barbares qui ont pillé et ensuite envahi les provinces de l'empire romain ; cependant ils n'étaient pas rois proprement : c'étaient d'ordinaire des chefs qui marchaient à une entreprise à la tête d'une peuplade qui les avait choisis, ou qui les suivait librement, Hist. anc. I, 4 dans ROI
On vit les dialecticiens aller d'école en école rompre des arguments, comme alors les chevaliers allaient de tournoi en tournoi rompre des lances, Disc. de récep. dans ROMPRE
Nous avons remarqué que toute quantité peut être considérée comme un nombre entier ou comme un nombre rompu : un sou, nombre entier par rapport au denier, est un nombre rompu par rapport à la livre, Lang. calc. II, 10 dans ROMPU, UE
Pour contracter la routine du calcul, non-seulement il faudrait s'exercer sur beaucoup d'exemples, il faudrait encore s'exercer continuellement ; autrement on oublierait bientôt tout ce qu'on croirait avoir appris, Lang. calc. II, 5 dans ROUTINE
Il [saint Justin] exposa leur doctrine [des chrétiens] ; il ruina les calomnies dont on les noircissait...., Hist. anc. XV, 6 dans RUINER
Un sac était l'habit ordinaire des pro phètes.... ils vivaient dans la pauvreté, séparés du peuple, occupés à la prière, au travail, à l'instruction, à l'étude, Hist. anc. Consid. sur les Juifs, ch. 2 dans SAC
Le sacerdoce et l'empire doivent concourir au maintien de l'ordre, comme s'ils n'étaient qu'une seule et même puissance, Comm. gouv. I, 10 dans SACERDOCE
Il n'est personne qui puisse reconnaître à l'odorat tout ce qui compose un sachet, Traité des sens, I, II, § 42 dans SACHET
Dira-t-on que la nature nous a fait un présent digne d'une marâtre, lorsqu'elle nous a donné les moyens de corriger sagement les opérations de notre âme ?, Connaiss. hum. II, 11 dans SAGEMENT
Saillir s'emploie au participe sailli, et quelquefois aux troisièmes personnes : les eaux saillissent, Gramm. Oeuv. t. V, p. 373 dans SAILLIR
Le salaire donc réglé, d'un côté par la concurrence des vendeurs, et par celle des acheteurs de l'autre ; le salaire de l'artisan se réglera de la même manière, Comm. gouv. I, 8 dans SALAIRE
Il suffit de remarquer ici qu'à l'exception de ceux des propriétaires qui ne font rien, tous les citoyens sont salariés les uns à l'égard des autres ; si l'artisan et le marchand sont salariés du colon auquel ils vendent, le colon l'est à son tour de l'artisan et du marchand auxquels il vend, et chacun se fait payer de son travail, Comm. gouv. I, 8 dans SALARIÉ, ÉE
Son insensibilité [du peuple romain] allait au point qu'au milieu des plus belles scènes [de Térence], il demandait un ours, des athlètes ou des gladiateurs ; il fallait à ce peuple des spectacles de sang, Hist. anc. XI, 1 dans SANG
Les satrapes, dans les provinces éloignées du monarque, étaient en quelque sorte des souverains ; car l'usage leur avait donné plusieurs prérogatives de la souveraineté, Hist. anc. II, 7 dans SATRAPE
On commence, je crois, à comprendre comment l'analogie nous conduit de proche en proche ; on le comprendra mieux encore dans la suite, et on sera bien convaincu qu'il n'y a point de saut dans l'esprit humain, Lang. calc. II, 3 dans SAUT
Aristippe eut un disciple célèbre dans sa fille Arété, elle se distingua parmi les femmes savantes, Hist. anc. III, 18 dans SAVANT, ANTE
Des demi-savants qui sont de tous les sots les plus importuns aux yeux d'un homme sensé, Art. de rais. I, 8 dans SAVANT, ANTE
C'est pourquoi, n'étant point encore sorti de sa chambre, il [l'aveugle de Cheselden] disait que, quoiqu'il la sût plus petite que la maison, il ne comprenait pas comment elle pourrait le lui paraître à la vue, Traité sens, III, 5 dans SAVOIR
Le sacerdoce était réuni dans leur personne avec le sceptre ; les monuments des nations les plus anciennes le prouvent, Hist. anc. I, 8 dans SCEPTRE
Ces schismatiques qui prirent le nom de donatistes, de Donat, un de leurs chefs, Hist. anc. XV, 8 dans SCHISMATIQUE
Une science bien traitée n'est qu'une langue bien faite, Oeuvr. t. XXIII, p. 7 dans SCIENCE
Les scolastiques et les cartésiens n'ont connu ni l'origine, ni la génération de nos connaissances ; c'est que le principe des idées innées et la notion vague de l'entendement d'où ils sont partis, n'ont aucune liaison avec cette découverte, Art de pens. II, 6 dans SCOLASTIQUE
Dans ce scolie Spinosa répond à quelques objections qu'il se fait faire par ceux qui ne conçoivent pas que la substance étendue soit un attribut de Dieu, Trait. des syst. 10 dans SCOLIE
Il n'y a que la justesse des expressions qui puisse accréditer les tours qu'il leur est permis [aux poëtes] de hasarder ; et, à cet égard, la poésie française est une des plus scrupuleuses, Art d'écr. IV, 5 dans SCRUPULEUX, EUSE
Quand les passions nous donnent de violentes secousses, en sorte qu'elles nous enlèvent l'usage de la réflexion, Conn. hum. II, 11 dans SECOUSSE
Le sel [en raison des forts impôts qui le grevaient] fut un engrais enlevé aux terres : on cessa d'en donner aux bestiaux, et beaucoup de sujets ne continuèrent à en consommer que parce qu'on les contraignait à ne pas se passer d'une chose nécessaire, Comm. gouv. II, 7 dans SEL
Il semble que ces philosophes [les stoïciens] aient imaginé qu'il suffit de dire qu'il n'y a ni bien ni mal, pour se rendre insensible à l'un et à l'autre, Hist. anc. liv. III, ch. 22 dans SEMBLER
Ce sont des semences que je jette dans votre esprit ; et, pour qu'elles y germent un jour, il me suffira de vous prévenir de bonne heure contre le mauvais goût, Art. d'écr. II, 10 dans SEMENCE
Toutes nos connaissances viennent des sens ; or nos sens ne pénètrent point jusqu'à la substance des choses, ils n'en saisissent que les qualités, Traité des syst. 10 dans SENS
Toutes nos facultés viennent des sens, ou, pour parler plus exactement, des sensations ; car, dans le vrai, les sens ne sont que cause occasionnelle, Oeuvr. t. III, p. 3 dans SENSATION
La philosophie fait un nouveau pas : elle découvre que nos sensations ne sont pas les qualités mêmes des objets, et qu'au contraire elles ne sont que des modifications de notre âme, Traité des sensat. I, II, 1 dans SENSATION
Il ne suffit pas d'avoir des sensations pour avoir des idées, et nous n'avons des idées qu'autant que nous remarquons nos sensations, Art de pens. I, 3 dans SENSATION
Une idée abstraite veut être expliquée par une idée moins abstraite, et ainsi successivement, jusqu'à ce qu'on arrive à une idée particulière et sensible, Traité des syst. 2 dans SENSIBLE
Cet exemple suffit pour rendre ma pensée sensible, Conn. hum. II, I, 9 dans SENSIBLE
Les barbares n'auraient jamais pénétré dans l'Attique, si on ne leur eût découvert, dans les montagnes, un sentier que les Grecs avaient négligé de garder, Hist. anc. II, 2 dans SENTIER
Voulez-vous vous assurer d'avoir parlé le langage du sentiment, considérez si votre discours rend les accessoires qu'on devrait lire sur votre visage, dans vos yeux et dans tous vos mouvements, Art d'écr. II, 12 dans SENTIMENT
La faculté de sentir est la première de toutes les facultés de l'âme, elle est même la seule origine des autres, et l'être sentant ne fait que se transformer, Traité anim. II, 10 dans SENTIR
Concluons que, si les bêtes sentent, elles sentent comme nous ; pour combattre cette proposition, il faudrait pouvoir dire ce que c'est que sentir autrement que nous ne sentons, ib. II, 2 dans SENTIR
Réduite au sentiment fondamental, elle [la statue] se sentira comme dans un point, s'il est uniforme ; et, s'il est varié, elle se sentira seulement de plusieurs manières à la fois, Traité sensat. II, 12 dans SENTIR
De la réflexion ou du pouvoir de disposer nous-mêmes de notre attention, naît le pouvoir de considérer nos idées séparément, Conn. hum. II, 6 dans SÉPAREMENT
Sans doute que les Anglais ont découvert qu'il leur était plus avantageux d'avoir un parlement septénaire que triennal ; mais j'avoue que je ne devine point leurs raisons, Étud. hist. II, 5 dans SEPTÉNAIRE
La servitude, tombeau des nations, Hist. anc. Lois, ch. II dans SERVITUDE
Le gouvernement d'un seul est celui que l'usage aura introduit le premier ; et ce gouvernement se sera conservé, tant que les familles réunies auront eu à se défendre contre des ennemis inconnus, Hist. anc. liv. I, ch. 7 dans SEUL, EULE
Je suis convaincu que l'usage des signes est le principe qui développe le germe de toutes nos idées, Conn. hum. introd. dans SIGNE
L'arithmétique fournit un exemple bien sensible de la nécessité des signes, Art de pens. I, 5 dans SIGNE
Il n'y a point d'intervalle sensible entre les vibrations ; il n'y a point de silence entre les sons : voilà pourquoi le son paraît continu, Traité anim. ch. 6 dans SILENCE
Cela est si simple qu'on croirait inutile de le remarquer ; mais souvent les choses les plus simples échappent précisément parce qu'elles sont simples ; nous dédaignons de les observer, Log. I, 4 dans SIMPLE
Alors on démêle tous les objets dont on a saisi la forme et la situation, et on les embrasse d'un seul regard ; l'ordre qui est entre eux dans votre esprit n'est donc plus successif, il est simultané, Log. I, 2 dans SIMULTANÉ, ÉE
Une multitude d'idées simultanées ne sauraient être distinctes qu'autant que nous nous sommes fait une habitude de les observer les unes après les autres, ib. II, 2 dans SIMULTANÉ, ÉE
Je faisais ce que je vous ai promis, lorsqu'il m'est survenu une affaire, qui a un rapport de simultanéité avec une époque sensiblement antérieure, Gramm. II, 27 dans SIMULTANÉITÉ
La manie de se singulariser dénature les meilleurs esprits, parce que plus on s'écarte de la simplicité, plus on s'écarte du vrai, Lang. calc. I, 15 dans SINGULARISER
Quand deux substantifs ont une signification fort approchante, on emploie volontiers l'adjectif au singulier : une force et une fermeté admirable, une politesse et une cordialité affectée, Gramm. II, 5 dans SINGULIER, IÈRE
Nous ne jugeons des situations que parce que nous voyons les objets dans un lieu où ils occupent chacun un espace déterminé ; et nous ne jugeons du mouvement que parce que nous les voyons changer de situation, Traité des sens, I, II, 9 dans SITUATION
Quoi qu'en pensent les ambitieux, les sociétés ne peuvent s'étendre au delà de certaines bornes sans s'affaiblir, Étud. hist. III, 3 dans SOCIÉTÉ
Leibnitz n'a exposé son système que fort sommairement ; pour en avoir la clef, il faut chercher dans plusieurs de ses ouvrages, Traité des syst. ch. 31 dans SOMMAIREMENT
Les longues phrases ont une expression, les courtes en ont une autre ; et l'expression est la plus grande, lorsque les mots y contribuent, non seulement comme signes des idées, mais encore comme sons, Harmonie du style, 3 dans SON
Aucun sophiste ne parut avec plus d'éclat que Gorgias, envoyé par les Léontins, ses compatriotes, pour obtenir des secours contre les Syracusains, Hist. anc. III, 17 dans SOPHISTE
Un homme célèbre qui a assez vécu pour sa réputation, mais trop peu pour le progrès des sciences, Pascal, sentit combien il était important d'assurer le sort de la conception de Torricelli, Traité des syst. 16 dans SORT
Mme de Grignan changea cette maxime [nous n'avons pas assez de force pour suivre toute notre raison, LA ROCHEFOUCAULD, ] de cette sorte : nous n'avons pas assez de raison pour employer toute notre force, Art d'écr. II, 5 dans SORTE
Quoique, par souffrir, on entende proprement éprouver une sensation désagréable, il est certain que la privation d'une sensation agréable est une souffrance plus ou moins grande, Log. I, 8 dans SOUFFRIR
Avec une force capable de soutenir une livre, vous soulèverez un poids de 100 livres qui sera à un pouce de distance, si vous agissez à une distance de 100 pouces, Art de rais. II, 7 dans SOULEVER
Les esclaves des anciens devaient haïr leurs maîtres ; aussi se soulevèrent-ils souvent, Étud. hist. I, 3 dans SOULEVER
Aimons la vérité qui gêne ; adorons-la, et soumettons-nous, Hist. anc. X dans SOUMETTRE
Le souper était proprement le seul repas des Romains ; le matin, sur le midi, ils ne mangeaient qu'un morceau, Hist. anc. XI, 3 dans SOUPER
Le brigandage des gouverneurs, qui commandaient dans les provinces, n'avait ni le fracas, ni la rapidité de ces dévastations ; il était sourd et lent, mais il était continu, Hist. anc. Lois, ch. 8 dans SOURD, SOURDE
Quand nous n'avons pas pour une quantité une expression exacte, nous la nommons sourde, parce qu'alors elle échappe comme un bruit sourd qu'on distingue mal, Lang. calc. II, 13 dans SOURD, SOURDE
Cette progression, que nous nommerons sous-décuple, serait formée des fractions 1, 10/1, 100/1, 1000/1, un, un dixième, un centième, un millième, Lang. calc. II, 2 dans SOUS-DÉCUPLE
En descendant des langues anciennes aux plus modernes, on s'apercevra que l'usage de sous-entendre des mots est de moins en moins reçu ; notre langue le rejette même si fort, qu'on dirait quelquefois qu'elle se méfie de notre pénétration, Conn. hum. II, I, 8 dans SOUS-ENTENDRE
Vous remarquez que les ellipses ne souffrent point de difficulté, lorsqu'on ne sous-entend que les mots qui ont été déjà employés, Art d'écr. I, 10 dans SOUS-ENTENDRE
Soustraire une soustraction, c'est ajouter, comme nier une négation, c'est affirmer, Lang. calc. II, 6 dans SOUSTRAIRE
Les Phocéens, lorsqu'ils abandonnèrent leur patrie pour se soustraire à la domination de Cyrus, Hist. anc. III, 16 dans SOUSTRAIRE
Par là toutes les actions d'habitude sont autant de choses soustraites à la réflexion, Traité anim. II, 1 dans SOUSTRAIT, AITE
De pareils raisonnements aveuglaient le gouvernement, au point qu'il ne se lassait pas de faire continuellement de nouveaux efforts pour soutenir cette compagnie, Comm. gouv. II, 17 dans SOUTENIR
Le souvenir d'une langue n'est pas uniquement dans les habitudes du cerveau ; il est encore dans les habitudes des organes de l'ouïe, de la parole et de la vue, Log. I, 9 dans SOUVENIR
La finance dont les spéculations, aussi simples que faciles, semblent ne rien donner au hasard, et ruinent le commerce dans son principe parce qu'elles ruinent l'agriculture, Comm. Gouv. I, 18 dans SPÉCULATION
Lorsque, sous Louis XIV, Picard mesura le méridien, on n'avait point encore pensé à révoquer en doute la sphéricité de la terre : voilà où l'on en était en 1670, Art de rais. v, 8 dans SPHÉRICITÉ
Pourquoi une goutte d'eau est-elle sphérique ? c'est que, toutes les parties s'attirant également et mutuellement, il faut nécessairement qu'elles s'arrangent dans l'ordre où elles sont à la moindre distance les unes des autres, Art de rais. II, 4 dans SPHÉRIQUE
On a souvent dit que le spinosisme est une suite du cartésianisme : ce n'est pas absolument sans raison ; mais on doit convenir que les principes de Descartes y sont fort altérés, Traité des syst. ch. 10 dans SPINOSISME
Il y a peu de princes en Europe qui aient autant de grâces à distribuer qu'un roi de Pologne ; il dispose des biens royaux appelés starosties, tenutes, ou advocaties, dont le nombre est très considérable, Étud. hist. II, 2 dans STAROSTIE
Les prérogatives ou droits du stathouder, capitaine et amiral général, sont immenses ; il commande également les armées de terre et de mer, et dispose de tous les emplois militaires ; il accorde grâce aux criminels, préside à toutes les cours de justice, et les sentences y sont rendues en son nom, Étud. hist. II, 4 dans STATHOUDER
Dans un de ces accès de reconnaissance qui ne sont que trop ordinaires aux peuples libres, les partisans de la maison d'Orange obtinrent, le 2 février 1674, que le stathoudérat, désormais héréditaire, passerait aux enfants mâles et légitimes de Guillaume III ; la loi qui rendait cette dignité perpétuelle, n'était pas moins funeste à la république que la loi qui l'avait autrefois proscrite pour toujours, Études hist. II, 4 dans STATHOUDÉRAT
L'accord entre le sujet, la fin et les moyens fait toute la beauté du style, Art d'écr. IV, 5 dans STYLE
Le style des ouvrages didactiques demande qu'ordinairement les phrases en soient courtes ; il veut encore qu'il y ait entre elles une gradation sensible, ib. IV, 2 dans STYLE
Parce qu'on est prévenu que les classes sont dans la nature, où cependant il n'y a que des individus, on croit qu'à force de subdiviser, on en connaîtra mieux les choses, et on subdivise à l'infini, Gramm. II, 1 dans SUBDIVISER
La subordination des idées est altérée à proportion qu'on se conforme moins à leur plus grande liaison, Conn. hum. II, I, 12 dans SUBORDINATION
Vous voyez dans une montre une subordination d'effets et de causes : l'aiguille est mue...., Gramm. Préc. des leç. prél. art. 5 dans SUBORDINATION
Dans un tableau bien fait, il y a une subordination sensible entre toutes les parties, Art d'écr. II, 14 dans SUBORDINATION
Un autre défaut, c'est de construire une suite de propositions successivement subordonnées les unes aux autres, Art d'écr. I, 7 dans SUBORDONNÉ, ÉE
La subordonnée se lie à la principale...., ib. I, 7 dans SUBORDONNÉ, ÉE
Une pareille contribution, si elle est réglée par la nation même, se nomme subside ou don gratuit ; et on la nomme impôt, si elle est imposée par le gouvernement, Comm. gouv. I, 28 dans SUBSIDE
Solon donna tous ses soins à ce que chaque citoyen pût subsister de son travail, Hist. anc. Lois, ch. 16 dans SUBSISTER
Si l'on ne veut parler des choses qu'autant qu'on se représente dans chacune un sujet qui en soutient les propriétés et les modes, on n'a besoin que du mot de substance, Conn. hum. v dans SUBSTANCE
L'objet de ce philosophe [Spinosa] est de prouver qu'il n'y a qu'une seule substance, dont tous les êtres, que nous prenons pour autant de substances, ne sont que les modifications ; que tout ce qui arrive est une suite également nécessaire de la nature de la substance unique, Traité des syst. 10 dans SUBSTANCE
Dès que les qualités distinguent les corps, et qu'elles en sont des manières d'être, il y a dans les corps quelque chose que ces qualités modifient, qui en est le soutien ou le sujet, que nous nous représentons dessous, et que, par cette raison, nous appelons substance, Gramm. Préc. des leçons prél art. 1 dans SUBSTANCE
Quand on a voulu pénétrer plus avant dans la nature de ce qu'on appelle substance, on n'a saisi que des fantômes, Gramm. II, 1 dans SUBSTANCE
Leur suffit-il de subtiliser le corps pour comprendre qu'il est le sujet de la pensée ?, Art de pens. I, 1 dans SUBTILISER
La sagesse d'un règne ne sert jamais de leçon au règne qui lui succède, Étud. hist. II, 4 dans SUCCÉDER
Les plaisirs de l'oreille consistent principalement dans la mélodie, c'est-à-dire dans une succession de sons harmonieux auxquels la mesure donne différents caractères, Traité sens. I, VIII, 6 dans SUCCESSION
Depuis Alexandre le Grand, la Grèce asservie paraît sans force ; elle succombe sous les révolutions qui se succèdent, et on oublie qu'elle a été libre, Hist. anc. II, 12 dans SUCCOMBER
Quand on juge d'après ses craintes, ce qui ne suffirait qu'à la rigueur ne suffit pas ; et on croit ne trouver ce qui suffit que dans ce qui abonde jusqu'à un certain point, Comm. gouv. I, 4 dans SUFFIRE
Les premiers écrivent avec la même grâce, les autres avec plus de suite et plus de profondeur, Conn. hum. II, 3 dans SUITE
À suivre le système de ce philosophe [Spinosa], tout se fait par une aveugle nécessité, Traité des syst. 10 dans SUIVRE
Spinosa est bien heureux de manier avec tant de facilité les idées de l'infini ; j'avoue que j'ai de la peine à le suivre, et que, quand il parle d'un attribut qui exprime une essence éternelle et infinie, je ne trouve, dans le mot exprimé, qu'un terme figuré qui ne présente rien d'exact, Traité des syst. ch. 10 dans SUIVRE
Vous connaîtrez l'ordre des idées principales : vous mettrez les accessoires à leur place : vous éviterez les superfluités, et vous vous arrêterez sur les idées intermédiaires qui mériteront d'être développées, Art d'écr. Oeuvr. t. VII, p. 289, dans POUGENS dans SUPERFLUITÉ
Comme chaque addition partielle peut faire passer des unités dans l'ordre immédiatement supérieur, on conçoit qu'il faut commencer par chercher la somme des unités simples, Lang. calc. II, 3 dans SUPÉRIEUR, EURE
Il est démontré que les nations ne peuvent avoir des génies supérieurs qu'après que les langues ont déjà fait des progrès considérables, Conn. hum. II, I, 15 dans SUPÉRIEUR, EURE
La supériorité d'Aristote paraît surtout dans les écrits où il a pu exposer sa pensée sans mystère, Hist. anc. III, 21 dans SUPÉRIORITÉ
Vous suppléez à la faiblesse de votre esprit avec le même artifice que vous employez pour suppléer à la faiblesse de votre vue ; et vous n'êtes capables d'embrasser un grand nombre d'idées, qu'après que vous les avez considérées chacune à part, Art d'écr. I, 1 dans SUPPLÉER
Il y a des situations d'esprit favorables à la lecture des ouvrages qui n'ont point d'ordre : quelquefois, par exemple, je lis Montaigne avec beaucoup de plaisir ; d'autres fois, j'avoue que je ne puis le supporter, Conn. hum. II, II, 4 dans SUPPORTER
Quand on suppose dans les définitions ce qu'on se propose de prouver, il n'est pas bien difficile de faire des démonstrations, Trait. des syst. 10 dans SUPPOSER
Tout ce raisonnement suppose que l'image qui se trace dans l'oeil à la vue d'un globe, n'est qu'un cercle plat...., Conn. hum. sect. 6 dans SUPPOSER
C'est ainsi, en général, que les découvertes se sont faites : il a fallu faire des suppositions, il en a fallu faire de fausses ; et ces sortes d'erreur étaient utiles, Art de rais. II, 5 dans SUPPOSITION
Picard ayant exécuté les ordres du roi [pour la mesure d'un méridien], on croit connaître enfin la véritable grandeur de notre globe ; mais toutes les opérations de ce géomètre supposaient la terre parfaitement ronde : supposition démentie par des expériences qui furent faites peu de temps après, ib. v, 6 dans SUPPOSITION
Speusippe a écrit plusieurs ouvrages qu'on estimait, et qu'Aristote est accusé d'avoir supprimés, Hist. anc. III, 20 dans SUPPRIMER
Quelque supposition qu'on fasse, il faut toujours, en remontant de vendeur en vendeur, arriver à un premier qui ne vend et ne peut vendre que son surabondant, Comm. gouv. I, 5 dans SURABONDANT, ANTE
Au milieu des plus grands emportements et des agitations mêmes de la guerre civile, vous verrez toujours, si je puis parler ainsi, surnager les préjugés nationaux, Étud. histor. III, 1 dans SURNAGER
Bientôt le silence de toute la nature l'invite au repos ; un calme délicieux suspend ses sens ; sa paupière s'appesantit, ses idées fuient, échappent, elle s'endort, Traité sens. III, 7 dans SUSPENDRE
La Hollande, cultivée par des citoyens et gouvernée par des lois impartiales, nourrit un peuple nombreux, et donne des bornes à la mer suspendue sur ses côtes, Études hist. I, 3 dans SUSPENDU, UE
Les disputes qui s'élevaient continuellement parmi tant de sectes donnèrent lieu au syncrétisme, c'est-à-dire à un système par lequel on entreprenait de concilier toutes les opinions, et surtout celles des principaux philosophes, Hist. anc. XV, 2 dans SYNCRÉTISME
Ce n'est pas assez d'avoir des mots pour chaque idée ; il faut encore savoir former, de plusieurs idées, un tout dont nous saisissions tout à la fois les détails et l'ensemble, et dont rien ne nous échappe ; voilà l'objet de la syntaxe, Gramm. II, 26 dans SYNTAXE
La syntaxe, comme le remarque M. Dumarsais, ne consiste que dans des signes choisis pour marquer les rapports ; et la construction consiste dans les différents arrangements que nous pouvons nous permettre, en observant toujours les règles de la syntaxe, ib. dans SYNTAXE
Un système n'est autre chose que la disposition des différentes parties d'un art ou d'une science dans un ordre où elles se soutiennent toutes mutuellement, et où les dernières s'expliquent par les premières : celles qui rendent raison des autres, s'appellent principes, Traité des syst. I dans SYSTÈME
Observez l'esprit humain, vous verrez dans chaque siècle que tout est système chez le peuple comme chez le philosophe, Traité des syst. 18 dans SYSTÈME
Nous avons vu à deux ou trois louis des tabatières de carton, qui sont aujourd'hui à vingt-quatre sous, Comm. gouv. I, 21 dans TABATIÈRE
Le nombre des idées qui peuvent venir par le tact est infini ; car il comprend tous les rapports des grandeurs, c'est-à-dire une science que les plus grands mathématiciens n'épuiseront jamais, Traité des sens. II, 8 dans TACT
Il [le czar Pierre] va s'instruire dans les chantiers de Hollande ; il y veut être charpentier pour apprendre la construction, comme il a voulu commencer par être matelot sur ses vaisseaux, et tambour dans ses troupes de terre, pour apprendre à devenir général, Étud. hist. III, 2 dans TAMBOUR
Pauvres, ils [les paysans] affectaient de le paraître encore plus, parce que les taxes, qui étaient personnelles et arbitraires, croissaient aussitôt qu'un laboureur laissait apercevoir de l'aisance, Comm. gouv. II, 17 dans TAXE
Je pense que les termes techniques ne sont utiles qu'autant qu'ils sont absolument nécessaires, Gramm. Objet de cet ouvrage. dans TECHNIQUE
On a dit que Pascal a deviné ce que deviendrait notre langue ; il serait mieux de dire qu'il est un de ceux qui ont le plus contribué à la rendre telle qu'elle est aujourd'hui ; il a fait ce qu'on veut qu'il ait deviné, Art d'écr. IV, 5 dans TEL, ELLE
L'idée générale d'orange, par exemple, n'est dans son origine que l'idée de telle orange, Traité sens. IV, 6 dans TEL, ELLE
Par l'excès ou par le défaut d'imagination l'intelligence est très imparfaite ; afin qu'il ne lui manque rien, il faut que l'imagination et l'analyse se tempèrent mutuellement, et se cèdent suivant les circonstances, Trait. des syst. XII dans TEMPÉRER
. Nous n'en savons pas davantage sur le temps, nous ne jugeons de la durée que par la succession de nos idées ; mais cette succession n'a rien de fixe, Art de rais. II, 1 dans TEMPS
Ce fut alors que saint Pierre vint établir son siége à Rome, après l'avoir tenu sept ans à Antioche, Hist. anc. XV, 5 dans TENIR
La meilleure manière d'instruire les autres, c'est de les conduire par la route qu'on a dû tenir pour s'instruire soi-même, Conn. hum. II, 2 dans TENIR
Nous tenons des Arabes, les Arabes des Indiens, et peut-être les Indiens de quelque autre peuple, ces dix caractères 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 0, Lang. calc. I, 15 dans TENIR
Deux amis, par exemple, qui ne se sont pas vus depuis longtemps, se rencontrent : l'attention qu'ils donnent à la surprise et à la joie qu'ils ressentent, leur fait naître aussitôt le langage qu'ils doivent se tenir, Art de pens. I, 5 dans TENIR
Les biens royaux appelés starosties, tenutes ou advocaties, Étud. hist. II, 2 dans TENUTE
Dire que la cause est égale à son effet, c'est dire, en d'autres termes, que la force est égale au mouvement, Art de rais. II, 3 dans TERME
Des deux termes que l'on compare dans une proposition, l'un s'appelle sujet et l'autre attribut, Art d'écr. I, 3 dans TERME
Toute la force d'une phrase se réunit quelquefois dans le mot qui la termine, Conn. hum. II, I, 12 dans TERMINER
Quand nous les aurons surmontées [des difficultés], nous nous trouverons dans ces belles routes où les hommes de génie nous ont devancés ; et peut-être avoueront-ils qu'ils y sont arrivés, comme nous, terre à terre, Lang. calc. I, 4 dans TERRE
Ils [les Romains] bâtissaient quelquefois des théâtres qui contenaient jusqu'à quatre-vingt mille spectateurs : ils les bâtissaient pour quelques jours avec la même solidité que s'ils avaient dû subsister, Hist. anc. XI, 1 dans THÉÂTRE
L'instruction des peuples et la défense de la religion veulent qu'un théologien ait fait une étude profonde de l'histoire ecclésiastique ; qu'il connaisse les hérésies, les décisions de l'Église, les écrits des saints Pères, et qu'il saisisse tout le fil de la tradition, Hist anc. X dans THÉOLOGIEN
C'est d'un pied timide qu'ils [les païens] approchaient eux-mêmes des idoles, Hist. anc. III, 3 dans TIMIDE
Pourquoi des paroles échappées au hasard, un mouvement involontaire, un tintement, d'oreille, ne seraient-ils pas autant d'avertissements que nous donnent les dieux ?, Hist. anc. I, 12 dans TINTEMENT
Pour juger s'il y a du luxe dans l'usage des choses, il suffirait souvent de considérer l'éloignement des lieux d'où on les tire, Comm. gouv. I, 27 dans TIRER
Qu'à Paris on me charge de faire passer à Amsterdam mille onces d'argent, lorsque l'échange est à six pour cent au-dessus du pair, et supposons qu'alors il soit de quatre pour cent au-dessus du pair de Paris à Londres et de deux pour cent au-dessous de Londres à Amsterdam ; dans une pareille circonstance, on voit qu'il y a un bien plus grand profit à tirer d'abord sur Londres, pour tirer ensuite de Londres sur Amsterdam, qu'à tirer directement de Paris sur Amsterdam, Comm. gouv. I, 17 dans TIRER
Une chose me persuade qu'il [Spinosa] a pu être lui-même la dupe de ses propres raisonnements, c'est l'art avec lequel il les a tissus, Traité des syst. ch. 11 dans TISSU, UE
L'algèbre ne tolère pas, comme les autres langues, des discours inutiles, Lang. calc. II, 8 dans TOLÉRER
Sous l'empire des peuples grossiers les lettres tombèrent, les théâtres furent détruits, Conn. hum. II, I, 5 dans TOMBER
La culture tomba ; il y eut moins de terres ensemencées, et il survint des années de disette ; le prix du blé fut excessif, Comm. gouv. II, 12 dans TOMBER
Heureusement la plupart des opinions des philosophes tombent d'elles-mêmes, et ne méritent pas qu'on en parle, Art de pens. I, 12 dans TOMBER
Dieu, il est vrai, ne tombe pas sous les sens ; mais il a imprimé son caractère dans les choses sensibles, Log. I, 5 dans TOMBER
Il fallait pour l'image, qu'après avoir peint la promptitude avec laquelle on fut frappé de cette nouvelle, la voix de l'orateur tombât avec ces mots : Madame se meurt, Madame est morte, Art d'écr. II, 14 dans TOMBER
L'éloquence n'est que l'art de toucher, d'émouvoir, d'intéresser ; je n'ajoute pas de persuader ; car quiconque touche, persuade, Hist. anc. III, 10 dans TOUCHER
Toutes les idées qui nous viennent par le toucher, supposent des comparaisons et des jugements ; à peine le touchet est instruit, qu'il devient le maître des autres sens, Oeuv. t. v, p. L. dans TOUCHER
J'entends par tours ingénieux, les bons mots, les traits, les saillies, les pensées fines et délicates ; leur caractère est la gaieté, Art d'écr. II, 10 dans TOUR
Les désirs tournés en habitude se nomment passions, Log. I, 8 dans TOURNÉ, ÉE
Le terrain aride de l'Attique faisait une nécessité de tourner l'industrie des habitants aux arts et au commerce, Hist. anc. I, 16 dans TOURNER
Fénelon conseille aux écrivains d'être simples, et il prend ce moment-là pour ne l'être point lui-même ; il tourne autour d'une même pensée, et il la répète sans la rendre ni plus vive ni plus sensible, Art d'écr. III, 4 dans TOURNER
Quant à la lecture des poëtes français, nous l'interrompîmes, lorsque le prince eut beaucoup lu plusieurs tragédies de Corneille, tout Racine, tout Molière, tout Regnard et toutes les pièces de théâtre de M. de Voltaire, Oeuv. t. v, p. CXLVI dans TOUT, TOUTE
Cessons de considérer ce qui détermine une étendue à être telle, un tout à être tel, nous aurons les idées abstraites d'étendue et de tout, Conn. hum. sect. 5 dans TOUT, TOUTE
La fortune n'est rien, la sagesse est tout, Étud. hist. I, 1 dans TOUT, TOUTE
Rentrez en vous-même, monseigneur, sondez les replis de votre coeur, et, si vous désirez d'être tout-puissant, vous verrez que ce n'est que pour satisfaire quelque passion injuste, Études hist. II, 6 dans TOUT-PUISSANT et TOUTEPUISSANTE
Sous Tibère, ils [les sénateurs romains] se portèrent si avidement au-devant du joug, que ce prince, le plus timide et le plus soupçonneux des hommes, s'en plaignait quelquefois et aurait voulu retrouver quelque trace d'une liberté qu'il redoutait, Étud. hist. II, 1 dans TRACE
Quoique la tradition fasse de Cadmus un fils du roi de Sidon...., Hist. anc. I, 10 dans TRADITION
Il faudra se souvenir que les marchands, de quelque espèce qu'ils soient, ne font que le commerce de commission, commerce que je nommerai quelquefois trafic, Comm. gouv. I, 5 dans TRAFIC
J'appellerai trafiquant un marchand, lorsque, par une suite d'échanges faits en différents pays, il paraît commercer de tout, Comm. gouv. I, 5 dans TRAFIQUANT
Les sons ouverts et soutenus sont propres à l'admiration.... les syllabes traînantes et peu sonores, à l'irrésolution, Harm. du style, 3 dans TRAÎNANT, ANTE
Il faut, pour me faire entendre, que je me traîne de proposition en proposition, Comm. gouv. I, 22, note 1 dans TRAÎNER
Il y a des écrivains qui veulent toujours être énergiques et ingénieux : ils croiraient ne pas bien écrire, s'ils ne terminaient pas chaque article par un trait ou par une maxime, et, dès la première ligne, on voit qu'ils préparent le mot par lequel ils veulent finir, Art d'écr. II, 11 dans TRAIT
Ceux qui composaient cette compagnie se nommaient traitants, parce qu'ils avaient traité avec le roi ; ils faisaient seuls, en son nom, le commerce du sel, Comm. gouv. II, 7 dans TRAITANT
Une science bien traitée est un système bien fait, Traité des syst. 18 dans TRAITÉ, ÉE
Comme il y a des richesses naturelles, il y a des richesses artificielles ; et elles sont également, les unes et les autres, de vraies richesses, puisque les transformations de l'art produisent des valeurs comme les transformations de la nature, Comm. gouv. I, 9 dans TRANSFORMATION
Du désir naissent les passions, l'amour, la haine, l'espérance, la crainte, la volonté ; tout cela n'est donc encore que la sensation transformée, Traité sens. extr. rais. dans TRANSFORMÉ, ÉE
Commencer par les idées les plus simples que les sens transmettent, Conn. hum. II, II, 3 dans TRANSMETTRE
L'usage vous apprendra que tous les adverbes ne peuvent pas se transposer, et qu'on ne peut pas dire : les femmes vous avaient gâté bien, Art d'écr. I, 5 dans TRANSPOSER
Il faut toujours prendre garde que les transpositions ne donnent lieu à des équivoques, Art d'écr. I, 5 dans TRANSPOSITION
Des travaux de toutes espèces et la liberté du choix accordée à tous les citoyens, voilà la vraie source des richesses, Comm. gouv. I, 29 dans TRAVAIL
Un homme traverse Paris et évite tous les embarras avec les mêmes précautions que s'il ne pensait qu'à ce qu'il fait ; cependant il est assuré qu'il était occupé de toute autre chose, Conn. hum. II, 4 dans TRAVERSER
Un des côtés restait libre pour le service, et le long des trois autres on rangeait trois lits : ce qui fit nommer triclinium et la table et la salle à manger, Hist. anc. XI, 3 dans TRICLINIUM
Les avantages des tropes sont premièrement de désigner les choses qui n'auraient pas de nom ; secondement, de donner du corps et des couleurs à celles qui ne tombent pas sous le sens ; enfin, de faire prendre à chaque pensée le caractère qui lui est propre, Art d'écr. II, 8 dans TROPE
Une troupe de soldats qui pillèrent le château, sera mieux qu'une troupe de soldats qui pilla le château, Art d'écr. I, 8 dans TROUPE
Les poëtes ont conservé le tu ; et, en vers, cette licence a de la noblesse, parce qu'on paraît s'égaler à son supérieur, Gram. II, 7 dans TU
C'est à lui [Torricelli] qu'on doit la première expérience du tube renversé, dans lequel le mercure se soutient à la hauteur de vingt-sept pouces et demi, Traité des syst. ch. 16 dans TUBE
La tunique était le vêtement que les Romains portaient immédiatement sur la peau : elle était, dans l'origine, fort grossièrement faite, et on peut se la représenter comme un sac, ouvert pour laisser passer la tête et les bras, Hist. anc. XI, 13 dans TUNIQUE
Une idée, rendue par plusieurs mots, en est mieux développée ; mais elle ne cesse pas d'être une, Gram. I, 12 dans UN, UNE
L'arithmétique n'est démontrée dans toutes ses parties que parce que nous avons une idée exacte de l'unité, et que, par l'art avec lequel nous nous servons des signes, nous déterminons combien de fois l'unité est ajoutée à elle-même dans les nombres les plus composés, Art de pens. II, 2 dans UNITÉ
Dans cette unité nous avons la mesure des nombres ; or, quelles que soient les mesures dont nous nous servons, il faut compter pour évaluer les choses ; et par conséquent l'unité est la première mesure ; rien ne mesure l'unité, Langue calc. I, 13 dans UNITÉ
L'univers est un espace immense où il n'y a point de désert, Art de rais. v, 10 dans UNIVERS
Il n'arrive jamais que le même homme puisse exercer également sa mémoire, son imagination et sa réflexion sur toutes sortes de matières.... cela nous apprend pourquoi ceux qui aspirent à être universels, courent risque d'échouer dans bien des genres, Connais. hum. I, II, 5 dans UNIVERSEL, ELLE
L'usage n'est pas aussi peu fondé en raison qu'ils le prétendent ; il s'établit d'après ce qu'on sent, et le sentiment est bien plus sûr que les règles des grammairiens, Art d'écr. I, 10 dans USAGE
Nous avons vu, en examinant les progrès des langues, que l'usage ne fixe le sens des mots que par le moyen des circonstances où l'on parle, Connaiss. hum. II, II, 2 dans USAGE
C'est le sort des usages établis, de subsister encore après que les besoins qui les ont fait naître ont cessé, Conn. hum. II, I, 2 dans USAGE
Il est certain que les anciennes monarchies se sont gouvernées par des usages plutôt que par des lois, Hist. anc. Lois, 7 dans USAGE
N'y a-t-il que le prix de l'argent qui puisse être usuraire ? celui de toute autre marchandise ne peut-il pas l'être également ?, Comm. gouv. I, 18 dans USURAIRE
Cilon, allié de Théagène, tyran de Mégare, forma le projet d'usurper la tyrannie, et se rendit maître de la citadelle, Hist. anc. I, 16 dans USURPER
Quand les principes sont vagues, comment les expressions auront-elles quelque précision ?, Trait. des syst. ch. 3 dans VAGUE
Vers la soixantième olympiade, 540 ans avant Jésus-Christ, Pindare fut vaincu cinq fois par Corinne, Hist. anc. IV, 5 dans VAINCRE
La valeur des choses est fondée sur leur utilité, ou, ce qui revient encore au même, sur l'usage que nous en pouvons faire, Comm. gouv. II, 1 dans VALEUR
On voit que, si l'art de mettre en valeur les terres avait fait les mêmes progrès que l'art de mettre l'argent en valeur, nos laboureurs ne seraient pas aussi misérables qu'ils le sont, Comm. gouv. I, 17 dans VALEUR
En général, l'art de faire valoir une idée consiste à la mettre dans la place où elle doit frapper davantage, Art d'écr. II, 14 dans VALOIR
L'art de raisonner a suivi toutes les variations du langage, et c'est ce qui devait arriver, Log. II, 4 dans VARIATION
Entre la veille et le sommeil profond nous pouvons distinguer deux états mitoyens...., Traité sens. II, 11 dans VEILLE
Une chose qui caractérise encore le despote, c'est la faiblesse ; plus il veut qu'on dépende, plus il dépend lui-même ; sa garde, qui veille pour lui, veille aussi contre lui, Hist. anc. Lois, ch. 4 dans VEILLER
Il faut, dans une monarchie, que les charges de magistrature soient vénales, parce que, si elles ne l'étaient pas, l'intrigue les vendrait, et l'administration de la justice serait un brigandage, Comm. gouv. II, 11 dans VÉNAL, ALE
S'il faut s'en rapporter au témoignage de quelques Anglais qui connaissent leur pays.... le plus grand ennemi qu'ait aujourd'hui leur constitution, c'est la vénalité que les richesses, le luxe et l'avarice y ont introduite, Étud. hist. II, 5 dans VÉNALITÉ
Ces philosophes qui nient que nos connaissances viennent des sens, Logiq. I, 6 dans VENIR
Vos sages, dit Tertullien, conviennent que logos, c'est-à-dire le verbe, la parole, semble être l'ouvrier de l'univers ; or nous croyons encore que la propre substance de ce verbe, de cette raison, par laquelle Dieu a tout fait, est l'esprit, Hist. anc. XV, 8 dans VERBE
D'après l'étymologie, verbe est la même chose que mot ou parole ; et il paraît que le verbe ne s'est approprié cette dénomination, que parce qu'on l'a regardé comme le mot par excellence, Gramm. II, 6 dans VERBE
Les verbes adjectifs sont des expressions abrégées équivalentes à deux éléments du discours, à un nom adjectif et au verbe être, II, 21 dans VERBE
Les premiers verbes n'ont été imaginés que pour exprimer l'état de l'âme quand elle agit ou pâtit, Conn. hum. II, I, 9 dans VERBE
Il y eut trois sortes de verbes : les uns actifs, ou qui signifient action ; les autres passifs, ou qui marquent passion ; et les derniers neutres, ou qui indiquent toute autre qualité, ib. II, I, 9 dans VERBE
On dit encore que Thoot était Moïse, parce qu'une vieille tradition le faisait naître du Nil, lui donnait une verge, et lui attribuait des prodiges, Hist. anc. III, 5 dans VERGE
Lorsque les athlètes n'observaient pas les lois prescrites, non-seulement ils étaient privés du prix, ils étaient encore frappés de verges, Hist. anc. IV, 6 dans VERGE
Toutes les vérités se bornent aux rapports qui sont entre des idées simples, entre des idées complexes, et entre une idée simple et une idée complexe, Conn. hum. II, II, 3 dans VÉRITÉ
La versification est nécessaire à l'ode et à l'épopée, Art d'écrire, IV, 5 dans VERSIFICATION
Vertus civiles, vertus politiques, amour de la gloire, amour de la patrie, discipline austère et savante, ils [les Romains] avaient tout ce qui est nécessaire pour rendre un peuple puissant, Étud. hist. I, 8 dans VERTU
Chaque nonce est le maître de son suffrage ; et, si l'un d'eux prononce le malheureux mot veto, j'empêche, non-seulement l'activité de la diète est suspendue, mais tous les actes qu'elle avait déjà passés d'une voix unanime sont détruits, Étud. hist. II, 2 dans VETO
Quand vous voudrez avoir les vibrations deux fois plus lentes, il faudra que le pendule soit quatre fois plus long ; et, au contraire, il faudra qu'il soit quatre fois plus court, quand vous voudrez que les vibrations soient deux fois plus rapides, Art de rais. II, 11 dans VIBRATION
Peut-être n'avons-nous plus les mêmes défauts ; mais le nombre de nos vices n'est point diminué, Étud. hist. III, 2 dans VICE
L'Europe était un corps vicié jusque dans les principes de la vie, Disc. de réception. dans VICIÉ, ÉE
Galilée observa les effets des pompes aspirantes, et, s'étant assuré que l'eau n'y monte qu'à trente-deux pieds, et qu'au delà le tuyau demeure vide, il conclut qu'on n'avait point connu la vraie cause de ce phénomène, Traité des syst. ch. 16 dans VIDE
Il me semble que par là il fait violence à bien des passages des anciens, Conn. hum. II, 1 dans VIOLENCE
Les successeurs de Jean sans Terre ne songèrent qu'à violer les deux chartes que la nécessité lui avait arrachées, Études hist. II, 5 dans VIOLER
Elle [la virgule] sert pour distinguer les dernières parties dans lesquelles on subdivise une pensée, Gram. I, 9 dans VIRGULE
Je ne m'arrête pas à faire voir les gênes que mettent au commerce les visites qu'on fait aux portes des villes, Comm. gouv. II, 8 dans VISITE
Racine avait été enterré à Port-Royal, et le comte de Roucy dit : De son vivant il ne se serait pas fait enterrer là, Art d'écr. II, 10 dans VIVANT, ANTE
Quand il [l'aveugle de Cheselden] commença à voir, les objets lui parurent toucher la surface extérieure de son oeil ; la raison en est sensible, Traité sens. III, 5 dans VOIR
S'il y a peu d'hommes qui sachent voir un fait avec toutes ses circonstances, il y en a moins encore qui sachent voir les opinions telles qu'elles sont, Hist. anc. III, 2 dans VOIR
Mais, avant tout, il faudrait bien voir, je veux dire, voir sans préjugés, et voilà ce qui est difficile, surtout aux souverains, Traité des syst. 15 dans VOIR
Vers l'an 65, sous Néron, Simon, étant à Rome, entreprit de voler, et vola, dit-on, quelques moments ; mais, saint Pierre et saint Paul s'étant mis en prière, il fut précipité et mourut de sa chute ; ce fait est encore bien suspect, Hist. anc. XV, 5 dans VOLER
Une volition déterminée par une suite de causes à l'infini, Traité des syst. ch. 10 dans VOLITION
Dans un sens plus général, la volonté se prend pour une faculté qui embrasse toutes les opérations qui naissent du besoin, Oeuv. t. v, p. XCVIII dans VOLONTÉ
Dès lors elle [l'âme] ne se borne plus à désirer ; elle veut ; car on entend par volonté, un désir absolu, et tel, que nous pensons qu'une chose désirée est en notre pouvoir, Traité sens. I, II, 9 dans VOULOIR
Il n'est pas vrai que les rayons du soleil, plus ou moins perpendiculaires, plus ou moins obliques, décident du gouvernement que chaque peuple doit avoir, et le portent à l'établir sans qu'il s'en aperçoive, Étud. hist. I, 7 dans VRAI, AIE
Les Hottentots ont la vue si longue, qu'ils découvrent des vaisseaux à une distance où nous ne les apercevons qu'avec des lunettes, Hist. anc. I, 5 dans VUE
Cette interprétation est vulgaire, dira M. de B., j'en conviens ; mais elle a du moins un avantage, c'est qu'on peut la comprendre, Traité anim. 4 dans VULGAIRE
Y se dit quelquefois des personnes : avez-vous pensé à moi? je n'y ai pas pensé ; y, c'est-à-dire à vous, Gramm. II, 16 dans Y
On connaît le zénith, lorsqu'on observe la direction d'un fil chargé d'un plomb ; cette direction se nomme ligne verticale, Art de rais. v, 6 dans ZÉNITH