Jean-François COLLIN D'HARLEVILLE (1755 - 1806)

Citations

Imitez son exemple à ne pardonner pas, VI, 5 dans À
Avec ellipse de soit : Honneur aux braves, c'est-à-dire honneur soit aux braves, et ainsi pour les exemples suivants : Gloire à Dieu dans le ciel ! Guerre aux châteaux et paix aux chaumières ! Malheur aux vaincus ! Les fureurs de la terre Ne sont que paille et que verre à la colère des cieux, II, 2 dans À
Mais quoi ! c'est un chef-d'oeuvre où tout mérite abonde, VI, 25 dans ABONDER
Puisses-tu voir.... de Marseille au rivage de Tyr Son empire aboutir, III, 4 dans ABOUTIR
Tout le fiel.... Dont un amant fut jamais abreuvé, v, 27 dans ABREUVER
Quand tu la vois si dignement Adoucir toutes nos absinthes, III, 3 dans ABSINTHE
Tout le fiel et tout l'absinthe Dont un amant fut jamais abreuvé, V. 27 dans ABSINTHE
La flamme de vos yeux.... Ne se lasse donc point.... d'abuser les voeux dont elle est désirée, IV, 3 dans ABUSER
Il faut.... Faire avoir à nos voeux leur accomplissement, II, 8 dans ACCOMPLISSEMENT
Accouplement fatal et des dieux détesté, dans ACCOUPLEMENT
Ceux qui.... Virent dès le matin leur beau jour accourci, I, 4 dans ACCOURCI, IE
L'or.... N'est pas moins en leurs moeurs qu'en leurs accoutrements, VI, 10 dans ACCOUTREMENT
Ils ont beau vers le ciel leurs murailles accroître, II, 12 dans ACCROÎTRE
Grand roi, faites leur bon accueil, VI, 4 dans ACCUEIL
Penses-tu que, plus vieille, en la maison céleste Elle eût eu plus d'accueil ?, VI, 18 dans ACCUEIL
Quoi que notre faible pouvoir En votre accueil ose entreprendre, III, 1 dans ACCUEIL
De nous voir en nostre navire à si bon port acheminés, III, 3 dans ACHEMINÉ, ÉE
Vous aurez le grand Roman des chevaliers de la gloire, mais qu'il [pourvu qu'il] soit achevé d'imprimer, Lexique, éd. L. LALANNE. dans ACHEVÉ, ÉE
Cette roche de foi, cet acier de courage, I, 3 dans ACIER
Grande âme, aux grands travaux sans repos adonnée, IV, 2 dans ADONNÉ, ÉE
C'est assez.... qu'une aveugle pensée.... vous ait fait adresser Au plus haut objet de la terre, V, 8 dans ADRESSER
Ressouviens-toi qu'une action Ne peut avoir peu de mérite, Ayant beaucoup d'affection, IV, 5 dans AFFECTION
Il se faut affranchir des lois de votre empire, V, 11 dans AFFRANCHIR
En cet âge penchant Où mon peu de lumière est si près du couchant, VI, 31 dans AGE
Que d'hommes fortunés en leur âge première...., I, 3 dans AGE
....et de qui les yeux Font un visage d'or à cette âge ferrée, I, 4 dans AGE
Quand l'aguet d'un pirate arrêta leur voyage, I, 4 dans AGUETS
Dans mon carnier ils [un lièvre et un perdreau] sont encore ensemble, Et je prétends qu'un jour la broche les rassemble, M. de Crac, scène 8 dans CARNIER
Que te dit-elle alors ? - Eh ! mais tout plein de choses, Artistes, I, 1 dans CHOSE
.... Avant que de nous battre, Messieurs, il est un point qu'il est bon de débattre, M. de Crac, sc. 22 dans DÉBATTRE
....Allez, son gros bon sens Saura déconcerter tous ces mauvais plaisants, Malice pour malice, I, 13 dans DÉCONCERTER
Oui, je découvre en vous, et je m'en sens frappé, Mille dons enchanteurs qui m'avaient échappé, Vieux célib. III, 4 dans DÉCOUVRIR
Comment, vous avez cru que j'irais me dédire à cause du revers qui vous est survenu, Optimiste, IV, 8 dans DÉDIRE
Ah ! nous verrons un peu S'ils feront déguerpir la nièce et le neveu, Vieux célib. II, 10 dans DÉGUERPIR
Souvent ces dehors froids cachent des coeurs sensibles, Optimiste, II, 10 dans DEHORS
Hé bien ! mon cher monsieur, êtes-vous délassé ?, Chât. en Esp. II, 4 dans DÉLASSÉ, ÉE
Quant à moi, je ne suis malheureux qu'à demi ; Car, si je perds un gendre, il me reste un ami, Optim. IV, 8 dans DEMI, IE
[Il] Dérange les fauteuils, dépend lustre et tableaux, Malice pour mal. I, 8 dans DÉPENDRE
Rire aux dépens d'autrui, quel talent, quel plaisir !, Malice pour mal. I, 1 dans DÉPENS
Ah ! vous y resterez, en dépit qu'on en ait, Vieux célib. IV, 10 dans DÉPIT
Dubriage : Mais cela te dérange. - George : Un peu ; mais le plaisir.... Il faut bien se donner un moment de loisir, Vieux célib. II, 2 dans DÉRANGER
Un aimable désordre embellira la fête, Chât. en Esp. IV, 3 dans DÉSORDRE
À la nuit, au hasard, que je dois rendre grâce ! De détours en détours m'amener jusqu'ici ! C'est conduire fort bien que s'égarer ainsi !, Chât. en Esp. II, 3 dans DÉTOUR
C'est le chemin, je crois, pour aller en Provence. - Eh mais, quand il faudrait se détourner un peu, Cent milles de chemin ne sont pour moi qu'un jeu, Chât. en Esp. II, 4 dans DÉTOURNER
.... C'est qu'il est incroyable Que moi, qui près de vous ne suis qu'un pauvre diable, Sois plus heureux pourtant..., Vieux célib. II, 2 dans DIABLE
En ce petit garçon On voit le dindonnier, le page et l'échanson, Baron de Crac, sc. 4 dans DINDONNIER, IÈRE
Je dispute toujours le plus tard que je puis, Optimiste, IV, 7 dans DISPUTER
Par un seul domestique on est bien mieux servi, Optim. IV, 5 dans DOMESTIQUE
Vous voulez doucement m'annoncer mon arrêt, Optimiste, III, 11 dans DOUCEMENT
Je ne suis point un drôle, et je suis honnête homme, M. de Crac, sc. 17 dans DRÔLE
Son entretien sera moins coûteux en province, Lui dis-je, chargez-m'en ; l'entretien fut très mince, Vieux célib. I, 6 dans ENTRETIEN
Je n'en puis trop juger, je ne l'ai qu'entrevu, Chât. en Esp. II, 2 dans ENTREVOIR
Vous ne connaissez pas les moulins, l'ermitage, Châteaux en Espagne, IV, 8 dans ERMITAGE ou HERMITAGE
Il est tout naturel, lorsque l'on est jolie, Jeune, de souhaiter de se voir établie, Optimiste, IV, 5 dans ÉTABLI, IE
De bonne foi du moins il fait son examen, Chât. en Esp. II, 3 dans EXAMEN
Je vois plus près, tout seul, Pierre Armand un neveu : Il exclut les cousins ; la chose paraît claire, Vieux célib. II, 14 dans EXCLURE
Pour vous expatrier, mon enfant, de la sorte, Sans doute vous aviez un motif, un objet ?, Vieux célib. IV, 3 dans EXPATRIER
Saint-Firmin : Vous étiez déjà de la famille, trop aimable orpheline. - Mme Dolban : Allons, point de fadeur, Malice pour malice, I, 2 dans FADEUR
En un soir, ce n'est pas être heureux à demi, Je trouve un doux asile et je fais un ami, Chât. en Esp. II, 11 dans FAIRE
En vérité, je suis presque amoureux Non d'une jeune enfant, mais d'une femme faite, Vieux célib. IV, 2 dans FAIT, AITE
La demande est un peu familière, M. de Crac, sc. 10 dans FAMILIER, IÈRE
.... Telle femme est charmante, entre nous, Dont on serait fâché de devenir l'époux, Vieux célib. I, 8 dans FEMME
Cet ami pourra-t-il trouver la femme Armand ?, Vieux célib. IV, 2 dans FEMME
Le jour où l'on s'égare est un vrai jour de fête [il s'agit d'un voyageur égaré qui trouve bon gîte], Chât. en Esp. I, 9 dans FÊTE
Ils étaient à cheval comme les fils Aymon, M. de Crac, sc. 16 dans FILS
Mais après cinquante ans on est bien aise enfin De vivre un peu tranquille ; il faut faire une fin, Optimiste, v, 2 dans FIN
Victor : Et de longtemps, je pense, il ne se mariera. - Justine : Vous verrez que lui-même il finira par là, Chât. en Esp. II, 1 dans FINIR
George est un bon enfant ; Mais sur de telles gens quel fonds pourrait-on faire ?, Vieux célib. I, 6 dans FONDS
Êtes-vous voyageur dans la force du mot ?, Chât. en Esp. II, 4 dans FORCE
Vous êtes fraîche, et moi je ne suis pas très vieux, Vieux célib. II, 6 dans FRAIS, FRAÎCHE
Mais vous pressez les gens d'une manière étrange, Il le faut avouer, Vieux célib. II, 6 dans GENS
Quoiqu'entre nous, Mon cher, je ne sois point de ces seigneurs jaloux Qui gardent leur gibier comme on fait sa maîtresse, Optimiste, III, 10 dans GIBIER
J'aime cent fois mieux vivre au fond de la campagne, Pauvre, grattant la terre, auprès d'une compagne, Vieux célib. II, 2 dans GRATTER
Est-il rien de plus doux dans la vie, Que d'aller, de venir au gré de son envie ?, Chât. en Espagne, II, 3 dans GRÉ
Aucun fermier ne paye : ils ont tous à la bouche Le mot grêle...., Vieux célib. II, 2 dans GRÊLE
Un mot : que dites-vous de notre nouvel hôte ? - Eh ! mais.... - Il a vraiment la mine fière et haute, Malice pour malice, II, 16 dans HAUT, AUTE
Quand je songe, je suis le plus heureux des hommes, Et, dès que nous croyons être heureux, nous le sommes, Chât. en Espagne, III, 7 dans HEUREUX, EUSE
Aussi notre amitié ne date pas d'hier, Chât. en Espagne. I, 2 dans HIER
Pour celui qui vint hier deux heures après nous, Chât. en Esp. IV, 12 dans HIER
Et ses soins caressants, Tendres, réchaufferaient l'hiver de mes vieux ans, Vieux célib. IV, 11 dans HIVER
Le plus homme de bien est celui qui travaille, Vieux célib. IV, 3 dans HOMME
Oui, ma tante souvent prend de l'humeur pour rien, Optimiste, I, 2 dans HUMEUR
Et l'hymen le plus doux est toujours une chaîne, Chât. en Espagne, II, 3 dans HYMEN
Cette imposante entrée, Cet antique château, ces bois silencieux, Dont la cime paraît se perdre dans les cieux, Chât. en Espagne, I, 8 dans IMPOSANT, ANTE
Mais qui peut du tonnerre expliquer les effets ? Impossible est un mot que je ne dis jamais, Malice pour malice, I, 8 dans IMPOSSIBLE
Tôt ou tard un poison [le virus de la petite vérole] dans les veines circule, Qui défigure ou tue. - Oui, mais on inocule, l'Optimiste, III, 9 dans INOCULER
C'est donc un voyageur ? - C'est un vrai Juif errant, Chât. en Esp. II, 1 dans JUIF, IVE
Je suis, de plus, sa lectrice ordinaire ; Ma manière de lire a le don de lui plaire, Chât. en Esp. III, 2 dans LECTEUR, TRICE
Ensuite à l'emploi de portier J'ai, comme de raison, joint un petit métier ; Une loge ne peut occuper seule un homme, Vieux célib. II, 2 dans LOGE
Que dit-elle ? une affaire, où je suis Intéressée !... eh mais ! à ceci je ne puis Rien comprendre..., Optimiste, V, 7 dans MAIS
Oh ! que j'ai de chagrin De voir ces deux fripons maîtriser mon parrain !, Vieux célib. II, 4 dans MAÎTRISER
Moi, j'ai peint tout cela d'une couleur affreuse, Et la femme, entre nous, comme une malheureuse, Vieux célib. I, 6 dans MALHEUREUX, EUSE
Et leur rendre, à mon tour, malice pour malice, Malice pour malice, I, 13 dans MALICE
Chacun est dans ce monde heureux à sa manière, Vieux célib. II, 2 dans MANIÈRE
Trop heureux, en manquant un mauvais mariage, D'en être quitte encor pour les frais du voyage !, Chât. en Espagne, II, 9 dans MANQUER
Marquez-moi votre adresse, et je vous répondrai, Optimiste, IV, 14 dans MARQUER
Oui, l'un de ces matins, je lui dirai deux mots, M. de Crac, 7 dans MATIN
Vous ne le disiez pas, vous êtes méchant, Chât. en Esp. I, 2 dans MÉCHANT, ANTE
Et.... le premier des biens, la médiocrité, Optimiste, IV, 5 dans MÉDIOCRITÉ
Sa mémoire, à la fois, m'est chère et douloureuse, Chât. en Esp. III, 2 dans MÉMOIRE
Il n'importe, mon cher ; avec Mme Évrard J'ai des ménagements à garder...., Vieux célib. IV, 12 dans MÉNAGEMENT
Mme de Roselle : Vous êtes postillon ? - Le postillon : Madame, à vous servir ; Et chacun vous dira que je mène à ravir, Optimiste, IV, 16 dans MENER
Mais cette affaire-ci s'est menée un peu vite, Chât. en Espagne, IV, 5 dans MENER
Peut-être croyez-vous que je fais mes affaires ; La vérité pourtant est que j'y mets du mien, Vieux célib. II, 3 dans METTRE
Mes enfants s'en tirent à miracle, Vieux célib. III, 3 dans MIRACLE
Il court toujours le monde, et le monde est bien grand, Chât. en Espagne, II, 1 dans MONDE
J'ai vu ce beau jardin des plantes. - Miséricorde ! eh quoi ! tu viens ?.... Mais c'est, d'honneur, à l'autre bout du monde, Moeurs du jour, I, 7 dans MONDE
.... Je ne me sens pas, En ce moment, d'humeur à recevoir du monde, Chât. en Esp. II, 6 dans MONDE
Vous promettez monts d'or, et n'avez pas un sou, Chât. en Esp. I, 8 dans MONT
Le bon Picard a donc le petit mot pour rire !, Optimiste, I, 9 dans MOT
Fort bien ! C'est votre dernier mot ? et moi voici le mien, Vieux célib. IV, 5 dans MOT
Dieu dit : multipliez et croissez à l'envi ; Nul précepte jamais n'a mieux été suivi ; Et l'on continuera sûrement de le suivre, Vieux célib. III, 2 dans MULTIPLIER
Ce jeu, je crois, s'appelle.... Attendez donc.... eh ! oui, mystification, Malice pour malice, I, 13 dans MYSTIFICATION
Oh ! bien, dans ce jeu-là je puis vous défier ; Et c'est moi qui prétends vous bien mystifier, Malice pour malice, I, 13 dans MYSTIFIER
Élise s'est gâté l'esprit par sa lecture ; Elle en est aux romans pour toute nourriture, Malice pour malice, I, 8 dans NOURRITURE
Il faut laisser ici des gens honnêtes, doux, Par nous-même choisis, qui dépendent de nous, Qui soient à nous, de nous qui lui parlent sans cesse, Vieux célib. II, 6 dans NOUS
Dans un ménage il faut de petites querelles ; Tu m'en diras bientôt toi-même des nouvelles, Optimiste, III, 5 dans NOUVELLE
Bien obligé ; Mais moi, je veux sortir, voilà la différence, Opimiste, V, 2 dans OBLIGÉ, ÉE
Obliger ceux qu'on aime, Qu'on estime surtout, c'est s'obliger soi-même, Chât. en Espagne, IV, 5 dans OBLIGER
On n'a pas plus d'esprit, de grâce...., Moeurs du jour, I, 2 dans ON
Un tel optimisme, à parler franchement, ressemble à l'égoïsme, Optimiste, II, 7 dans OPTIMISME
S'il allait, comme vous, devenir optimiste ?, Optimiste, V, 13 dans OPTIMISTE
Où, privé trop souvent d'un bien mince salaire, Un ouvrier utile est nommé mercenaire, Vieux célib. IV, 3 dans OUVRIER, IÈRE
Je vais.... parer à ce coup imprévu, Vieux célib. V, 3 dans PARER
Elle n'est point parleuse, et j'en rends grâce à Dieu, Optimiste, I, 11 dans PARLEUR, EUSE
Amitié même à part, tout artiste est mon frère, Artistes, II, 8 dans PART
Je n'ai que cent louis comptés dans cette bourse ; Je voudrais, s'il se peut, les lui faire passer, Vieux célib. IV, 2 dans PASSER
Et mon patron à moi, c'est le joyeux Chapelle, Artistes, I, 3 dans PATRON, ONNE
Quand on fait, comme vous, métier d'être railleur, Il faudrait savoir mieux payer de sa personne, Malice pour malice, III, 5 dans PAYER
Vous, monsieur, qui peignez toutes choses en beau, Je vous défie ici d'égayer le tableau, Optimiste, III, 9 dans PEINDRE
À son âge on est franc, facile à pénétrer, Optimiste, II, 2 dans PÉNÉTRER
Va, va, le caractère enfin perce toujours, Chât. en Espagne, II, 5 dans PERCER
Il vous persifle même en gardant le silence, Malice pour malice, I, 2 dans PERSIFLER
Vous persiflez, je vois, jeunes gens que vous êtes ; C'est le ton d'à présent, c'est le talent du jour, Le vieill. et les jeunes gens, I, 6 dans PERSIFLER
Avec son petit air langoureux et discret, Malice pour malice, II, 1 dans PETIT, ITE
C'était peu de nos maux ; nous y joignons nos vices, Optimiste, III, 9 dans PEU
Non, il n'est homme à plaindre ici que le méchant, Optimiste, V, 11 dans PLAINDRE
Si j'épouse une fois monsieur, me voilà forte ; Une heure après l'hymen, ils sont tous à la porte, Vieux célib. III, 10 dans PORTE
Il faut aimer les gens, non pour soi, mais pour eux, Optimiste, v, 2 dans POUR
J'ai poussé jusqu'au bout de la grande avenue, Optimiste, I,2 dans POUSSER
Damis : Point de préface ; Au fait. - Le poëte : Oh ! ce n'est pas pour vous demander grâce, Artistes, II, 8 dans PRÉFACE
Permettez que sans nulle préface J'aille d'abord au fait, M. de Crac, SC. 10 dans PRÉFACE
Jamais au premier ; tenez-vous à l'office, Vieux célib. III, 9 dans PREMIER, IÈRE
Oui, sur ce ton Puisque vous le prenez, je la garde, Vieux célib. IV, 5 dans PRENDRE
Allons !... ce que j'en dis n'est pas pour me vanter.... Je ne me prévaux point, mais je vous félicite, Vieux célib. I, 2 dans PRÉVALOIR
Vos soins me préviennent toujours. - Il est tout naturel qu'ainsi l'on se prévienne, Moeurs du jour, III, 2 dans PRÉVENIR
Il s'emporte d'abord ; Il me tient des propos.... et devant George encor !, Vieux célib. II, 5 dans PROPOS
Avec monsieur je viens d'avoir une querelle. - Quoi ! vous ! à quel propos, madame ?, Vieux célib. IV, 7 dans PROPOS
Je ne sais, mais d'abord il est bien prosaïque, les Artistes, II, 8 dans PROSAÏQUE
Ce n'est pas seulement sa douceur qui me touche ; C'est qu'elle a de la grâce, un choix de termes purs, Vieux célib. IV, 5 dans PUR, URE
Mais ne voyez-vous pas qu'il a l'air de quelqu'un ?, Malice pour malice, II, 16 dans QUELQU'UN, UNE
Et tant mieux ! j'aime à voir quereller les méchants, C'est un repos du moins pour les honnêtes gens, Vieux célib. V, 1 dans QUERELLER
On ne me vit jamais prodigue de louanges ; Mais ils ont rabattu comme de petits anges, M. de Crac, sc. 5 dans RABATTRE
Vous aviez épuisé tout votre voisinage [pour s'en moquer], Et la disette enfin allait nous obliger à nous railler l'un l'autre, Malice pour malice, I, 2 dans RAILLER
Cette plaisanterie est fort peu de saison, Et sur l'heure, monsieur, j'en demande raison, Malice pour malice, III, 5 dans RAISON
Raison de plus, monsieur, je reste en mon pays, Optimiste, V, 2 dans RAISON
Il [un bâtiment] est un peu gothique ; Mais je rajeunirai cet édifice antique, Chât. en Espagne, IV, 2 dans RAJEUNIR
Mais récapitulez avec moi ma journée, Optimiste, V, 13 dans RÉCAPITULER
Il me fait réciter : il est si complaisant !, Optimiste, III, 1 dans RÉCITER
Et.... sans l'attachement, monsieur, que j'ai pour vous, à coup sûr, je serais déjà remariée, Vieux célib. III, 4 dans REMARIÉ, ÉE
Hé bien, es-tu remise un peu de ta frayeur ?, Optimiste, III, 4 dans REMETTRE
À renchérir sur lui, voyons, que je m'amuse, M. de Crac, SC. 1 dans RENCHÉRIR
Sans cesse autour de moi l'on passe, l'on repasse ; C'est un mot, un coup d'oeil, et cela me délasse, Vieux célib. II, 2 dans REPASSER
Tiens, papa, ce matin encor nous répétions Un petit dialogue à nous deux, Vieux célib. III, 2 dans RÉPÉTER
Eh ! calmez vos frayeurs ; je vous réponds de tout, Vieill. et jeunes gens, III, 8 dans RÉPONDRE
M. Saint-Firmin : Rien n'est juste pourtant comme la représaille. - Eusébie : Nous voulons bien railler, mais non pas qu'on nous raille, Malice pour malice, I, 3 dans REPRÉSAILLE
Les réputations ne m'en imposent guère ; J'examine et je juge...., Vieill. et jeunes gens, II, 4 dans RÉPUTATION
Il n'en reste au réveil qu'une légère trace [d'un songe], Et j'aurais maintenant peine à le ressaisir, Optimiste, I, 3 dans RESSAISIR
Enfin, quoiqu'il n'eût pas besoin de secrétaire, En cette qualité monsieur l'a retenu, Optim. I, 2 dans RETENIR
Il faut avec un soin extrême Corriger, expier sa facilité même, Retoucher en un mot, Artistes, I, 3 dans RETOUCHER
J'entends une retraite isolée et profonde, Et non celle où toujours le voisinage abonde, Chât. en Esp. III, 2 dans RETRAITE
Eh oui ! votre réception Me touche, me pénètre ; elle est et noble et franche : Ne pourrai-je chez moi prendre un jour ma revanche ?, Chât. en Espagne, II, 4 dans REVANCHE
Puis se marie, épouse une fille de rien, Dont le moindre défaut fut de naître sans bien, Vieux célib. IV, 11 dans RIEN
Il me vient un projet d'une grande importance, Et qui me rit, Inconst. III, 12 dans RIRE
Ma fortune est assez ronde, vous le savez, Vieux célib. II, 6 dans ROND, ONDE
La jeunesse à l'amour est livrée, Et l'âge mûr au soin d'établir sa maison ; Croyez-moi, le bonheur est de toute saison, Optimiste, III, 9 dans SAISON
La santé peut paraître à la longue un peu fade ; Il faut, pour la sentir, avoir été malade, Optimiste, I, 7 dans SANTÉ
La maison sauterait plutôt que j'en sortisse, Vieux célib. II, 6 dans SAUTER
Vous m'annoncez quelqu'un si facile, si bon ! D'une ingénuité, d'une simplesse extrême, Malice pour malice, I, 3 dans SIMPLESSE
Jadis les demoiselles Soignaient les chevaliers qui se battaient pour elles, Chât. en Esp. IV, 5 dans SOIGNER
Et le temps aujourd'hui Est sombre tout cela me donne un peu d'ennui, Vieux célib. II, 2 dans SOMBRE
Un cruel accident tout à coup m'a ravi Mon père ; et de bien près ma mère l'a suivi, Vieux célib. IV, 3 dans SUIVRE
.... Il en parle avec feu, s'intéresse Aux progrès qu'elle fait, enfin la suit des yeux, Vieill. et jeunes gens, I, 4 dans SUIVRE
Voyez un peu ! sur moi je n'ai pas cette somme, M. de Crac, sc. 17 dans SUR
.... ainsi travailler sans relâche ! Mais quelle tâche ! - Il est une plus rude tâche, Et c'est de ne rien faire, Moeurs du jour, I, 2 dans TÂCHE
Au milieu de la nuit ! quel tapage vous faites !, Malice pour malice, III, 9 dans TAPAGE
Reste encore un neveu, mais un neveu tenace, Vieux célib. I, 6 dans TENACE
On ouvre un testament ; ces premiers mots sont lus : " Je veux.... " on dit encor je veux quand on n'est plus !, Vieux célib. IV, 2 dans TESTAMENT
Menacer, m'emporter, quelle imprudence extrême ! J'en avertis Ambroise, et j'y tombe moi-même, Vieux célib. IV, 6 dans TOMBER
D'abord réunissant les deux sommes en une, C'est un total, Vieux célib. II, 7 dans TOTAL, ALE
Nous aurions fait la plus agréable tournée Dans nos prés, dans mes bois, Chât. en Espagne, IV, 8 dans TOURNÉE
Dans ce que je suis, moi, je mets toute mon âme ; J'étais tout à la guerre, et suis tout à ma femme, Moeurs du jour, v, 3 dans TOUT, TOUTE
Et la coquetterie ira toujours son train, je gage ?, Malice pour malice, I, 2 dans TRAIN
Ajoutez à cela le charme de la vie, Une femme : la mienne est un petit trésor, Vieux célib. II, 2 dans TRÉSOR
Les fléaux avec nous ne font ni paix ni trêve, Optimiste, III, 9 dans TRÊVE
À son penchant toujours il faut payer tribut, Vieill. et jeun. gens, II, 12 dans TRIBUT
Mme Evrard : Cette petite est le portrait de son père. - M. Dubriage : Oui vraiment ! et Julien, il ressemble à sa mère ! - Mme Evrard : à s'y tromper, Vieux célib. III, 4 dans TROMPER
Non, j'ai tué fort peu, tout au plus trois levrauts, Autant de cailles, oui, peut-être dix perdreaux, M. de Crac, sc. 9 dans TUER
J'ai, depuis quelque temps, essuyé bien des peines, Enfin la chance tourne : il est d'heureuses veines, Optimiste, v, 13 dans VEINE
Mme Verteuil : Vous m'étonnez toujours ; mais d'où venez-vous donc ? - Formont : D'où je viens, madame ? - Mme Verteuil : Oui. - Formont : De mon pays, j'espère, Moeurs du jour, II, 11 dans VENIR
Du courage : il faut bien s'amuser dans la vie, Malice pour malice, I, 5 dans VIE
Depuis un mois pourtant ce visage est chez moi ; Je n'en gardais jamais aussi longtemps, ma foi, Inconst. I, 7 dans VISAGE
.... Pourtant il faudrait, entre nous, Ou n'être point volage on n'être point jaloux, Chât. en Esp. II, 3 dans VOLAGE
Mais quoi ! les voyageurs font bientôt connaissance, Chât. en Espagne, II, 10 dans VOYAGEUR, EUSE