Christine de PISAN (1364 - 1430)

Citations

Le bon sens n'est pas à penser sur les choses avec trop de sagacité, Bon Sens. dans À
Pourquoi appelle-t-on académique un discours fleuri, élégant, ingénieux, harmonieux, et non un discours vrai et fort, lumineux et simple ?, Nouv. max. 12 dans ACADÉMIQUE
Ceux qui ne savent pas tirer parti des autres sont ordinairement peu accessibles, 99 dans ACCESSIBLE
Les hommes sont fort pénétrants sur les petites adresses qu'on emploie pour se louer, Contre la vanité. dans ADRESSE
Nous croyons qu'il est ridicule de parler affirmativement et avec chaleur de quoi que ce soit, Sur les anciens et les mod. dans AFFIRMATIVEMENT
Il n'y a guère de gens plus aigres que ceux qui sont doux par intérêt, Max. 54 dans AIGRE
Non mie que je vueille dire que tous les jeunes en chiéent [tombent] ès inconveniens susdits et que mains n'en y ait d'accoisiez et rassis, Charles V, I, 10 dans ACCOISER
Et à ce s'accorde Aristote semblablement, Seneque et tous les autres sages, selon le contenu de leur dit, II, 4 dans ACCORDER
Et quant aux requestes qu'ils avoyent faictes tant de adherer à la determinacion des cardinaux, comme à leur donner conseil...., Ch. V, 3, 54 dans ADHÉRER
Comme sont les aduleurs ou flateurs, portans venim angoisseux, Charl. V, I, 10 dans ADULATEUR, TRICE
Sera recité par moy veritablement et sanz aucune adulation le principe et mouvement de ceste present petite compillation, Charles V, I, Prologue. dans ADULATION
La haulte genealogie des nobles roys de France nous peut aydier en ceste partie comme preambule de gloire non adulant, Charles V, I, 5 dans ADULER
Si se doit le prince contenir en telle maniere qu'on ne cuide mie qu'il vueille partir pour fuyr, mais qu'il vueille appareillier son agait [prendre position], Charles V, II, ch. 33 dans AGUETS
C'est un povre homs, nez de petites gens de labours, qui encore hanent les terres en nostre pays, Charles V, liv. III, ch. 19 dans AHANER
Adont les voulentez agues et sensuelles sont alumées et avivées, Charles V, I, ch. 9 dans AIGU, UË
Les soubtilles raisons sont l'aguisement de l'engin et entendement, Charles V, III, ch. 11 dans AIGUISEMENT
Si comme la Bible, en trois manieres, c'est assavoir le texte, et puis le texte et les gloses ensemble, et puis d'une autre maniere allegorisée, Charles V, III, ch. 12 dans ALLÉGORISER
[Il] ot belle aleure, voix d'omme de beau ton, Charles V, I, ch. 17 dans ALLURE
Si y ot, par ces dicts vaillans chevaliers et leurs gens, plusieurs besongnes entre Françoiz et Angloiz, où il ot pertes et gaignes, souventefoiz d'ambe les deux parties, Charles V, III, ch. 25 dans AMBE
Lesquelz il renta moult richement par amortissement perpetuel, Charles V, III, ch. 11 dans AMORTISSEMENT
[Une abbesse permettant l'entrée de son couvent].... ce fu, par m'ame, à grant peine ; car pourtant, s'elle est famme De tel honneur, si craint elle le blasme Des anciennes, Dit de Poissy. dans ANCIEN, IENNE
Et anianty les floz de male fortune, soubz quel subjeccion avoit esté degetté par long espace, Charles V, I, ch. 23 dans ANÉANTIR
Les Anglois veant la prudence et la valeur du souverain prince, par lequel leur bonne fortune estoit malement adnichilée, Charles V, l. II, ch. 39 dans ANNIHILER
Un homme estoit à Paris qui faisoit plusieurs apertises sur cordes tendues hault en l'air, Charles V, III. 10 dans APERTISE
Chose apocriphe et sans grant foy, Charles V, I, ch. 6 dans APOCRYPHE
Jà est celle detestable playe [le schisme] comme apostumée et tournée en accoustumance, Charles V, III, ch. 54 dans APOSTUMER
Es choses sensibles et es especes, es apprehansions, es vertus et es aages...., Charles V, I, ch. 12 dans APPRÉHENSION
Un autre homme volt essayer par redarguer et ledengier asprement ycellui, se il auroit pacience de philosophe, Charles V, p. 3, ch. 27 dans ÂPREMENT
Transporter es contrées nubleuses ou à air bruineux et couvert, pour la moisteur des palus esveus, Hist. de Ch. V, II, 1 dans AQUEUX, EUSE
Si s'ensuit que les architeteurs, c'est assavoir les disposeurs de l'oeuvre, scevent les causes des besoignes, Charles V, III, ch. 11 dans ARCHITECTE
Quand nous eusmes bien remiré l'eglise Clere com jour, et couverte de bise Pierre ardoise...., Dit de Poissy. dans ARDOISE
Logique qui enseigne arguer, et entre le vray et fauls discerner, Charles V, III, ch. 11 dans ARGUER
Et touteffoiz à astrologie nul ne peut parvenir, s'ainçoiz n'est philosophe, geometre et arismetien, Charles V, III, ch. 4 dans ARITHMÉTICIEN
De la force et poissance que le roy Charles avoit en pluseurs grans armées sur les ennemis, Charl. V, II, 30 dans ARMÉE
Comment le roi Charles estoit droit artiste et appris es sciences, et des beaulx maçonnages qu'il fist faire, Charles V, III, 11 dans ARTISTE
Car ce semble estre un très doulz paradis, Et là est on tout d'oyseaulx essourdis, Dit de Poissy. dans ASSOURDIR
.... Chacun s'atire Le mieulz qu'il pot de vesture, et se mire, Si qu'en l'attour il n'y ait que redire, Dit de Poissy. dans ATOUR
Item, que l'ost puisse surprendre ses ennemis en prenant leur repast, ou de nuit en leur hebarges, Charles V, II, ch. 33 dans AUBERGE
Sa douceur et clemence donnoit hardement et audace de hardiement deviser à lui, Hist. de Charles V, I, 16 dans AUDACE
Ainssi ce roy auctorisié par le monde, comme digne il en estoit bien, savoit recepvoir grans, moyens et petis, Charles V, III, ch. 32 dans AUTORISER
[Le duc d'Orléans] rit et soulace entre dames avenamment, Charles V, II, 16 dans AVENAMMENT
Aux bons batailleurs sont necessaires huit conditions : la premiere qu'ils soyent adurcis à souffrir le fais des armes...., Hist. de Ch. V, II, 24 dans BATAILLEUR, EUSE
Un basteleur qui aloit parmi la ville jouer d'apertesse, Charles V, part. III, chap. 20 dans BATELEUR, EUSE
Desirant de laissier les choses basses et tendre aux haultes beatitudes, Charles V, I, ch. 14 dans BÉATITUDE
Et volt le roy qu'en chants melodieux et orgues fussent à Dieu chantées laudes et beneyssons, Charles V, III, ch. 71 dans BÉNÉDICTION
Le navire que le roy Charles tenoit sur mer, dommagia moult les Anglois et gaigna sur eulz nefs et berges et autres vaisseaux, Hist. de Charles V, II, 38 dans BERGE
Pour la blancheur de leur glorieux estre, appert petite tache, se en eulx est, plus que très grant autre part ne feroit, Charles V, I, ch. 8 dans BLANCHEUR
Adulacion n'est autre chose, fors, fainctement par mençonge, loer autry par controuvée blandice, Hist. de Ch. V, part. II, ch. 18 dans BLANDICES
Le cuer d'ire ou ventre me serre, De ce que ces faulz crestiens, Ces faulx bougres, ces ruffiens Si vont nostre loy destruisant, Martyre de saint Étienne. Il faisoit publiquement trancher les testes, pendre les larrons et meurtriers, brusler les bougres, Charles V, part. II, ch. 5 dans BOUGRE
Cestuy sage Charles roy, quint du nom, fu coroné nonobstant le bullon de si mene aage, Charles V, I, ch. 3 dans BOUILLON
Aornez et resplendissans de riches pierres et perles precieuses, en ceinctures, boutonneures et actaches, Charles V, I, ch. 20 dans BOUTONNIÈRE
Et doit estre la lance avant brandelée de fort bras, qu'elle soit lanciée ; car elle perce mieux, et en donne plus grant coup, Charles V, II, 27 dans BRANDILLER
Et le daulphin luy donna deux très beaulx braches, à colliers d'or et belles laisses, Charles V, III, ch. 44 dans BRAQUE
Les aornemens des sales, chambres d'estranges et riches brodeures à grosses perles d'or et soyes à ouvrages divers, Charles V, I, ch. 20 dans BRODERIE
Air bruineux et couvert, Charles V, part. II, ch. 1 dans BRUINEUX, EUSE
Savoir les causes de ça jus [bas] pourquoy sont faictes, et à quoi elles servent, Hist. de Charles V, part. III, ch. 4 dans ÇA
Il relacha la chetiveté des Juifs qui estoyent en Egipte, Hist. de Ch. V, III, ch. 12 dans CAPTIVITÉ
Receu toutevoyes son serement, que, au cas que non, il ne tourneroit en la prison, Charles V, I, 31 dans CAS
La septieme [condition] plus necessaire, que ilz doivent estre sages et cautilleux ou mestier des armes, Charles V, II, 24 dans CAUTELEUX, EUSE
Sur quoy povons noter estre les plus suppellatifz biens les celestielles choses comme perpetuelles, Ch. V, I, 4 dans CÉLESTE
Lesquelles serimonies royales n'accomplissoit mie tant au goust de sa plaisance, comme pour garder, maintenir et donner exemple à ses successeurs, Ch. V, I, 18 dans CÉRÉMONIE
Une chayenne forte et de dure assemblée par ordre de pluseurs aneaulx joins et entretenans ensemble, Charles V, II, 4 dans CHAÎNE
Ycelluy avoit en sa chapelle une chandoille ardent qui estoit divisée en vingt-quatre parties, Charles V, I, 16 dans CHANDELLE
.... et par grans cours Où grans chantiers de busche furent sours [dressés], Dit de Poissy. dans CHANTIER
Et ces dorures Sur chapiteaux et pommeaux à pointures [peintures] D'or et d'azur...., Dit de Poissy. dans CHAPITEAU
Il s'arrestoit à ouïr leurs supplications, desquelles passoit charitablement les raisonnables et les piteuses, dans le Dict. de DOCHEZ. dans CHARITABLEMENT
La charneure clere brune ; mais la chiere ot assez pale, Charles V, I, ch. 17 dans CHARNURE
Chasteins en couleur, dans le Dict. de DOCHEZ. dans CHÂTAIN
Et y doit on metre pieux agus, chauche-trapes, et garnisons, encombrans à ceulx qui là se vouldroient devaler, Charles V, II, ch. 28 dans CHAUSSE-TRAPE
À tel charge avoir, y convient employer si chier chatel, comme la vie, le sang, les membres et l'avoir, Charles V, II, ch. 4 dans CHEPTEL
Qui bon conseil croit et quiert, Honneur et chevance acquiert, Charles V, I, ch. 15 dans CHEVANCE
De tant, dist-il, comme les yeuls des suetes ou des chauve soris sont inabiles à recepvoir la clarté du souleil, Charles V, III, ch. 4 dans CHOUETTE
Et luy comme circonspect en toutes choses, Charles V, I, 15 dans CIRCONSPECT, ECTE
Du lieu où lavande Croist et rosiers, à grant foison, sans façon de cloisiers, Dit de Poissy. dans CLOSIER
Si comme en yver est prise leur pregnacion et coagulence du fruit à venir engendré des vertus du souleil ou ventre de la terre, Charles V, I, ch. 12 dans COAGULATION
Des vertus qui sont cognoiscitives, une chascune, moins est materielle, plus a perfaicte cognoiscence, Charles V, III, 65 dans COGNITIF, IVE
Et maistres en theologie et divinité de tous ordres d'eglise lui plot [au roi] souvent oyr en ses colacions [conférences], Charles V, I, ch. 15 dans COLLATION
Ne souffrist que homme de sa court, tant fust noble ou poissent, portast trop oultrageuses poulaines, ne femmes cousues en leurs robes trop estraintes, ne trop grans collez, Charles V, I, ch. 29 dans COLLET
Toutes choses sont jà mises en ordre, et en cel ordre a telle coliguence que les unes sont subgiectes aux autres, Charles V, II, 63 dans COLLIGANCE
Et fist un command là-dessus [les oeuvres de Denis l'aréopagite], Charles V, III, 13 dans COMMENTAIRE
Ils les reputent folz et chetifz, et dient que ce ne sont que commeres et gens de neant, Charles V, I, ch. 10 dans COMMÈRE
À ce ne failloit mie nostre prince : douls et humain, communal entre ses amis, fier et hardy contre ses adversaires, Charl. V, III, 10 dans COMMUNAL, ALE
Jhesu Crist parla par figures, car ycelle maniere est plus compendieuse, Hist. de Charles V, III, 68 dans COMPENDIEUX, EUSE
La sage administracion du pere le fist introduire en lettres moult suffisamment et tant que competenment entendoit son latin, et suffisanment sçavoit les regles de grammaire, Charles V, I, ch. 6 dans COMPÉTEMMENT
Sera recité par moy veritablement et sanz aucune adulation le principe et mouvement de ceste present petite compillation, Charles V, I, Prologue. dans COMPILATION
Et à grant joye me fut dit par le tresorier du dit seigneur, qu'il luy plairoit que je compillasse un traictié sur certaines matieres, Charles V, I, ch. 2 dans COMPILER
À sens humain non comprenable, Charles V, I, prolog. dans COMPRENABLE
Et comme prudence et sagesse soit mere et conduiseresse des autres vertus, Charles V, I, ch. 22 dans CONDUISEUR
Après ensuit automne, que le fruit se meure et confite, et adont est en saison et temps de cueillir et en user prouffitablement, Charles V, I, ch. 12 dans CONFIRE
Sera, es temps à venir, en soupirs et plains regraitiez de ses charnelz affins, consors, aliez et familiers, Charles V, part. II, ch. 1 dans CONSORTS
....Eulx et tout le royaume de France, lors par estrange constelacion enclins à rebellion, furent, par celle desconfiture, rendus si confus, que tous se tindrent cois et appaisiez, Charles V, II, ch. 13 dans CONSTELLATION
Prudence est es parties de l'ame où advient la pratique, la quelle est raciocinative des choses ouvrables contingentes, Charles V, III, 2 dans CONTINGENT, ENTE
Là trouvasmes dames de belles sortes ; Car il n'y ot contrefaites ne tortes, Dit de Poissy. dans CONTREFAIRE
Doivent les corrigeurs et maistres ou parens des jueunes faire comme le bon medecin, Hist. de Charles V, part. I, ch. 11 dans CORRECTEUR
Comment voyons-nous les jeunes gens adouler et entrister, quant correction leur est presentée, Hist. de Charles V, I, 10 dans CORRECTION
Doivent les corrigeurs et maistres ou parens des jueunes faire comme le bon medecin, Hist. de Charles V, part. I, ch. 11 dans CORRIGEUR
Porté fu le roy de sa couche en son lit, Charles V, III, ch. 71 dans COUCHE
On doict mectre es portes des chasteaulx et villes, portes colices [herses] et anneaulx de fer, Charles V, II, ch. 36 dans COULIS
Mais les dames si nous prierent très De boire un coup ; et illec assez près Nous menerent en lieu bel, cler et frès Pour desjuner, Dit de Poissy. dans COUP
En temps d'esté, doit on assigier les chasteaulx et citez, affin que ilz ne puissent faire leur cueilte, Charles V, II, ch. 34 dans CUEILLETTE
Une autre porcion de peuple fu par lui commise au labour et coultivement des terres, Charles V, II, 2 dans CULTIVEMENT
Et la tierce est quant ceuls de dens et ceuls de hors, se combatent aux murs, Charles V, II, chap. 34 dans DANS
Sagece, el quel terme ou seul mot peut estre compris sapience, science et prudence, si comme cy après j'espoir à desclairier, Charles V, III, ch. 1 dans DÉCLARER
En descrisant, selon les auteurs et mon petit engin, ses mouvements, passions et operacions diverses, Charles V, I, ch. 9 dans DÉCRIRE
Adont le baisa, et l'empereur du tout se deffula, et le mercia, Hist. de Charles V, III, 38 dans DÉFUBLER
.... Et illec assez près Nous menerent en lieu bel, cler et frès Pour desjuner, Dit de Poissy. dans DÉJEUNER
Vins et viandes plus sains que delicatifs, Charles V, I, 30 dans DÉLICAT, ATE
Et disoient aucuns que dissimuler estoit un rain [rameau] de trahison, Hist. de Charles V, III, 26 dans DISSIMULER
Ay je dit en mon prologue, que je traicteray de noblece de courage, chevalerie et sagece, en distinction de trois parties, Charles V, I, ch. 3 dans DISTINCTION
Sages distribueurs et conseillers loyaulx de la personne du roy, Charles V, II, 17 dans DISTRIBUTEUR, TRICE
Thomas de Pisan, doctorifié à Bolongne la Grasse en science de medecine, dans l'Hist. litt. de la Fr. t. XXIV, p. 471 dans DOCTORIFIER
Tout ainsi que le donjon d'une fortrece est assis en la plus fort place du chastel, Charles V, II, 1 dans DONJON
Et en tous les aniversaires ot donnée generale à tous ceux qui la vouloient prendre, Charles V, III, 50 dans DONNÉE
Perfecte bonté effluant [produisant] tous biens, Charles V, III, 67 dans EFFLUENT, ENTE
Ô corone precieuse, dyademe de nostre salut, tant est douls et enmiellé le rassadyement [rassasiement] que tu donnes, Hist. de Ch. V, III, 71 dans EMMIELLER
Moy meue de desir d'accomplir son bon vouloir, selon l'estendue de mon foible engin, Charles V, I, 2 dans ENGIN
Est l'engin de l'enfant disposé à recepvoir telle discipline comme on lui veult bailler, ib. dans ENGIN
Conseillers des princes futurs et enseigneurs du simple peuple, Charles V, II, 2 dans ENSEIGNEUR
Item doivent enquerir ceuix de l'ost, quelles condicions a le prince de l'ost, et le prendre.... par la condicion dont ilz le sentent entechiez, Charles V, II, 33 dans ENTICHER
Fievres fimeres [éphémères] et entreposées [intermittentes], Charles V, II, 1 dans ENTREPOSER
De geometrie, qui est l'art et science des mesures et des ecquerres, [Charles V] s'entendoit souffisamment et bien le monstroit, Charles V, III, 11 dans ÉQUERRE
Les parties de lui [de l'homme] sont disposées à la equipollence des assietes du monde, Charles V, I, 12 dans ÉQUIPOLLENCE
Là estoyent les femmes d'estat [de distinction] de Paris mandées, dancié, chanté, et fait joyeuse chiere, Charles V, III, 32 dans ÉTAT
Aucune fois venoit la royne vers luy, ou on lui aportoit ses enfens ; là parloit aux femmes et demandoit de l'estre [de l'état] de ses enfens, Charles V, I, 16 dans ÊTRE
Se doit exerciter à saillir sur chevaux tout armez et sans mettre pié à l'estrief, Charles V, II, 27 dans ÉTRIER
Ils estoient richement vestus et estorez de toutes choses, selon leur faculté, Charles V, I, 18 dans FACULTÉ
Et ainsi petit à petit, ou temps de celle croiscence, nature appreste la fantasie et entendement, Hist. de Ch. V, I, 9 dans FANTAISIE
Je ne say en signorie felicité excepté en une seule chose. - Plaise vous nous dire en quoi. - Certes en puissance de faire bien à autruy [paroles du roi Charles V], Charles V, III, 30 dans FÉLICITÉ
Et, à ce propos, est encores escript ès ystoires des Grieux, du bon chevalier Themiscodes.... il fu tant pervers en sa juenece que son pere le priva de tout droit de filiacion, Charles V, I, 11 dans FILIATION
Est bien raison que la juste et veritable narration de ses dignes meurs soit fleuretée de memoires profitables et de digne efficace, Charles V, I, 3 dans FLEURETÉ, ÉE
Malgré les flots de la discordable fortune, Hist. de Charles V, I, 5 dans FLOT
Convient que ses operacions foraines et par dehors soient joyeuses, legieres et de petite coustance, Charles V, I, chap. 9 dans FORAIN, AINE
De art, en tant que s'estent l'oeuvre formele, nul ne l'en passoit, tout n'eust-il l'experience ou exercite de la main, Charles V, III, 11 dans FORMEL, ELLE
.... Il disoit que les qualitez de viandes diverses troublent l'estomac, et empeschent la memoire ; vin cler et sain, sans grant fumée, buvoit bien trempé, et non foison, Hist. de Ch. V, I, 16 dans FUMÉE
Tant qu'au logis en nostre hostellerie Feusmes venus en une gallerie, Dit de Poissy. dans GALERIE
Et il [le roi] fut logié ès chambres et galatois que son pere le roy Jehan fist faire, Charles V, III, 38 dans GALETAS
Du quel dit connestable trop de biens ne pouvoyent estre dis, qui onques pour paour de mort ne guenchi, Ch. V, II, 19 dans GAUCHIR
Regardons la soubtilleté de l'entendement de nostre prince, comment gramment s'estendy à comprendre et concepvoir toutes choses, Charles V, III, 5 dans GRANDEMENT
Si ne furent [les dames] ne noires ne halées, Dit de Poissy. dans HÂLER
Et par si bel ordre, si notable arenge, l'ot dit que tous en furent esmerveilliez, Charles V, III, 43 dans HARANGUE
Comme renommée puist estre acomparée à la fleur que nous appellons lis, lequel est blanc, tendre et souef flairant, mais de moult petit hurt froissé et tachié, Charles V, I, 4 dans HEURT
Ainssy fu le commencement de celle noble nacion françoise, couronnée d'ancienne noblece, laquelle, Dieux mercis, d'hoir en hoir est continuée, Charles V, I, 5 dans HOIR
Tant qu'au logis en nostre hostellerie Feusmes venus en une gallerie, Dit de Poissy. dans HÔTELLERIE
Le chastel doit estre garni de quantité d'oyle, de pois et de soufre, pour ardoir les engins de leurs adversaires, Hist. de Ch. V, II, 36 dans HUILE
Comme il appaire qu'Aristote vueille clerement enseigner la verité, et par consequent impugner Platon, Socrate, Charl. V, III, 68 dans IMPUGNER
À la loange de toy, souveraine puissance et digneté incircumscriptible, Hist. de Ch. V, part. I, Prologue. dans INCIRCONSCRIPTIBLE
Si vouldroyent ilz tous, par propre enclinement, aucune chose savoir, Hist. de Ch. V, II, 64 dans INCLINEMENT
Lorsque les constelacions saturnelles et froides rendoyent l'air infect par moisteur froide continuée, Charles V, II, 1 dans INFECT, ECTE
Doivent les parens.... faire comme le bon medecin qui desire la garison de son enferme, Charles V, I, 11 dans INFIRME
Se cest homme n'avoit ferme vertu et plus grant que nature ne l'influe communement ès hommes, Charles V, III, 21 dans INFLUER
Les bateures infortunées receues en son royaume, Charles V, I, 8 dans INFORTUNÉ, ÉE
Autres, de leur propre inclination, se ingenierent, dans le Dict. de DOCHEZ. dans INGÉNIER (S')
Fu envoyé un docteur juge et un chevalier de Toulouse qui porterent au prince les lettres, inhibicions et adjournemens, Charles V, III, 43 dans INHIBITION
Et comme tel visce soit à Dieu comme insouffrable, Charles V, I, 27 dans INSOUFFRABLE
Me plait parler aulcunement des arogans orguilleus, et prendre en ce mon introïte, Charles V, I, 27 dans INTROÏT
Une nouvelle invective en laquelle j'espere traictier desvertuz et proprietez de noblece, Charles V, 1, Prologue. dans INVECTIVE
Un autre clerc.... qui estoit assez investigueur des secretes sciences, pria moult à l'aultre qu'il lui voulsist enseigner faire ledit azur, Charles V, III, 28 dans INVESTIGATEUR, TRICE
[Il décida le point] quand suffisante investigation en eut fait, dans le Dict. de DOCHEZ. dans INVESTIGATION
Est droit que je die des beaulx gectons [rejetons] et vers, des fueilles fresches et belles, Charles V, II, 17 dans JETON
Cestui peril, quoique tu en eschappes, soit mis en mescompte de tels autres beaux fais ; car à journée reprouchée n'appartient louenge, dans Hist. litt. de la France, t. XXIV, p. 464 dans JOURNÉE
Jehan duc de Berry, en sa jeunesse, hanta les armes, et fut à maint fait d'armes en Guienne, et fut moult bel jousteur, Charles V, II, 12 dans JOUTEUR
Et volt [voulut] le roy qu'en chants melodieux et orgues fussent à Dieu chantées laudes et beneyssons, Charles V, III, 71 dans LAUDES
....Du lieu où lavande croist Et rosiers à grant foison...., Dit de Poissy. dans LAVANDE
Mais on feroit bien une grant legende Du long parler, de la chiere très grande Qu'on nous ot fait.... , Dit de Poissy. dans LÉGENDE
....La gloire et joye de soubtil et bon entendement precelle toutes autres leesses, I, 13 dans LIESSE
Or cest bon roy, gardant à la ligne la loy de Dieu.... oncques ne voult.... consentir telles batailles, Charles V, I, 23 dans LIGNE
Non cognoiscent encore la lime et correction de raison, Charles V, I, 9 dans LIME
N'y aura si estrange proposition que, au respondre, il ne repete de point en point par ordre, et à chascun si bien et si vivement responde ou replique, s'il affiert, qu'il semble que de longue main ait estudié la matiere, Hist. de Charles V, II, 16 dans LONG, ONGUE
Le visage de beau tour, un peu longuet, grant front et large, Charles V, I, 17 dans LONGUET, ETTE
Merveille est de sa memoire et belle loquelle [de Charles V] ; car n'y aura si estrange proposition que, au respondre, il ne repete de point en point, Charles V, II, 16 dans LOQUÈLE
Et moult louerent, mercierent et magnifierent, comme raison estoit, le roy de France, Charles V, III, 46 dans MAGNIFIER
En enjoignant que qui benisroit lui, fust beneïst, et qui le maudiroit, fust rempli de maleisson, Hist. de Ch. V, III, 71 dans MALÉDICTION
Si ne vestent chemises, et sans langes Gisent de nuit, n'ont pas coutes à franges, Mais materas Qui sont couverts de beaulz tapis d'Arras, Dit de Poissy. dans MATELAS
Nostre sage roy Charles, dont me semble expedient reciter la belle maniere de vivre mesuréement en toutes choses, Charles V, I, 16 dans MESURÉMENT
Elle est dicte methaphysique en tant que elle considere ens [l'être] et les choses qui ensuivent à lui, Charles V, III, 3 dans MÉTAPHYSIQUE
Licurgus.... ordonna.... que les jeunes enfans, yssus hors de la premiere nourriture, fussent tirez des mignotises maternelles, Charles V, I, 7 dans MIGNOTISE
Lorsque la chaleur et la moisteur est grant au jouvencel, environ l'aage de son adolescence, I, 9 dans MOITEUR
Là nous sysmes [assîmes], et des choses mondaines Pou devisames, Dit de Poissy. dans MONDAIN, AINE
Es contrées nubleuses, Ch. V, II, 1 dans NÉBULEUX, EUSE
Ceux qui dient la messe et l'escripture De l'evangile, Si sont dehors et les gens de la ville ; Et en la nef sont les dames sans guile, Qui respondent de haulte voix habile à ceulx de hors, Dit de Poissy dans NEF
Il les volt [voulut] pourveoir d'enseignemens et sciences introduisibles à toutes vertus ; dont, pour cette cause, fist translater de latin en françois tous les plus notables livres, Hist. de Ch. V, III, 12 dans NOTABLE
Tant y eussent ilz si grant prerogative, qu'il sembloit que devant eulx nul n'osast l'oeil lever, Charles V, II, 9 dans OEIL
Quant obfuscation extraordinaire n'empesche l'orguan, c'est à dire l'instrument qui est le corps, par maladie ou autre accident, Charles V, I, 9 dans ORGANE
S'estendy à comprendre et concepvoir toutes choses, tant speculatives comme ouvrables, Charles V, III, 5 dans OUVRABLE
Ceste belle assemblée fait un digne corps ymaginable et non palpable, Charles V, I, 4 dans PALPABLE
Beaux ymages et propres pourtraitures, Selon la guise Que il convient à parement d'eglise, le Dit de Poissy. dans PAREMENT
Ilz prisdrent à speculer sus plus occultes choses si comme des passions [phases] de la lune, Charles V, III, 67 dans PASSION
[La jeunesse] de laquelle tout sens bien ordonné doit avoir compassion comme de chose passionnée de divers desirs et assaults natureulz, Charles V, I, 11 dans PASSIONNER
Iceulx ayant perçoyeurs bien agus et trenchans, par quoy ils percent les nefs en plusieurs lieux, Charles V, II, 38 dans PERÇOIR
Et ce seroit chose très convenable et pertinent aux causes des cas divers et particuliers, Charles V, I, 6 dans PERTINENT, ENTE
Jà tant ne montera la niceté du peuple, que nom de philosophe très honorable et très saint ne demeure, Hist. de Ch. V, III, 64 dans PHILOSOPHE
Or, me plaist de viser, et raison m'y instruit, la phinozomie et personne du susdit noble sage prince, Charles V, I, 7 dans PHYSIONOMIE
À l'exemple du bon empereur Trajan et maints autres jadis ameurs de justice... fu celluy Charles, pillier d'icelle, Charles V, I, 23 dans PILIER
La quelle chose est de droit deue en policie droictement bien ordonnée, Charles V, I, 13 dans POLITIE
Celluy, par especial, sur tous autres, souverainement bien lisoit et bien ponctoit, et entendens homs estoit, Charles V, III, 21 dans PONCTUER
Moult sages homs estoit [Louis d'Anjou], haut et pontifical en son maintien, Charles V, II, 2 dans PONTIFICAL, ALE
Et par tel chastel de fust, on peut assaillir en deux manieres : c'est par pierres lancier et aussi par pons leveys, Charles V, II, 35 dans PONT-LEVIS
[Les dames] Si ne furent ne noires ne halées, Mais comme liz blanches et potelées, Dit de Poissy. dans POTELÉ, ÉE
Comme il est escript de l'empereu Trajan prealegué, Charles V, I, 23 dans PRÉALLÉGUÉ, ÉE
Adont le sage roy commença son parler par une preambule si belle et si notable que grant beaulté estoit à oyr, Charles V, III, 43 dans PRÉAMBULE
La haulte genealogie des nobles roys de France. ....nous peut aydier en ceste partie comme preambule de gloire non adulant, ib. I, 5 dans PRÉAMBULE
Si comme en yver est prise leur pregnacion [des arbres], Charles V, I, 12 dans PRÉGNATION
Je tien que ma parolle sera veritable trouvée, combien que le sage roi Charles avoit fait le preparatif de ceste grande felicité, Charles V, II, 15 dans PRÉPARATIF
Donnoit aux povres abbayes et priorez, en esglises soustenir, reffaire et gouverner les pitances des freres et couvens, Charles V, I, 32 dans PRIEURÉ
Et parceque en diverses seigneuries sont demourans plusieurs puissans dames, si comme baronnesses et grands terriennes, qui pourtant ne sont pas appellées princesses, lequel nom de princesse n'affiert estre dit que des emperieres. des roynes et des duchesses, si ce n'est aux femmes de ceulx qui, à cause de leurs terres, sont appellez par le droit nom du lieu, si comme il a en Italie, dans DU CANGE, princeps. dans PRINCESSE
Regarder nous convient, comment nous emplirons le convenant promis en nostre proesme, Charles V, I, 14 dans PROÊME
Dirons que art, providence, entendement, science et sapience sont les suppoz de parfaicte sagece, Charles V, III, 2 dans PROVIDENCE
[Mot de Charles V : ] Je ne say en signorie felicité, excepté en une seule chose. - Plaise vous nous dire en quoi ? - Certes en puissance de faire bien à autruy, Charles V, III, 30 dans PUISSANCE
La moisture des palus esveus [aqueux] et terre ramoitie d'icelluy pays qui siet vers les marches de Flandre, Charles V, II, 1 dans RAMOITIR
Ô coronne precieuse, dyademe de nostre salut, tant est douls et enmiellé le rassadyement que tu donnes, Charles V, III, 71 dans RASSASIEMENT
Tholomée Philadelphe, lequel fu homme de grant estude, et plus ama livres que autres quelconques choses, ne estre n'en povoit rassadié, Charles V, III, 12 dans RASSASIER
Le clerc [disciple d'Arnaud de Villeneuve].... mercia le roy [qui l'avait invité à la cour].... mais que.... si estoit trop plus aise à repoz, à povre vie mengant chouls et rabes, en speculant philosophie, Charles V, III, 22 dans RAVE
Et comme il soit de bonne coustume ancienne et comme redevable, les roys estre conseillés par les prelats, Charles V, I, 15 dans REDEVABLE
....chacun s'atire Le mieulx qu'il pot de vesture, et se mire, Si qu'en l'atour il n'y ait que redire, Li dit de Poissy. dans REDIRE
Trop longue narracion souventefoiz tourne aux oyans et refferendaires à ennui, Charles V, I, 36 dans RÉFÉRENDAIRE
Ne nulle part n'y a que regaler, Tant sont plaisans [ces lieux], Dit de Poissy. dans RÉGALER
Nonobstant luy appartenist la regentation du royaume de France.... laissa tout es mains des autres princes ses freres, Ch. V, II, 11 dans RÉGENTATION
L'eure de son descouchier à matin estoit rigléement comme de six à sept heures, Ch. V, I, 16 dans RÈGLEMENT
Cestuy sage roi volt [voulut] par charité ruiler le cours de son vivre, Charl. V, I, 32 dans RÉGLER
Ainsi comme la deesse Aurora, par son esjoyssement à son lever, rent resjoys les cueurs des voyens...., Charles V, I, 16 dans RÉJOUIR
Après dormir, à remontée, grant piece ensemble furent, luy et le roy, en bons esbatemens et parolles de vraye amour, Charles V, III, 44 dans REMONTÉE
Cestui peril [bataille dans les guerres civiles], quoique tu en eschappes, soit mis en mescompte de tels autres beaux fais ; car à journée reprouchée n'appartient louenge, dans Hist. litt. de la Fr. t. XXIV, p. 464 dans REPROCHER
Les fortreces où tel resistence trouveroient que trop convensist perdre de bonnes gens...., Charles V, II, 9 dans RÉSISTANCE
Vostre sang valereux [de Charles V], de qui l'estat resplendit par tous pays, Charles V, III, 1 dans RESPLENDIR
Le pescheur prist en sa rez une table d'or, Charles V, III, 14 dans RETS
À sa belle parleure [de Charles V].... ne croy que rethoricien quelquonques en lengue françoise sceust riens amender, Charles V, I, 17 dans RHÉTORICIEN
Par quoy furent causées es corps humains rumatiques enfermetez, Charles V, II, 1 dans RHUMATIQUE
Comme homme soit si notable chose, que chascun soit un roy et chascun soit un monde, Charles V, I, 12 dans ROI
Car ou millieu il a une closture, Qui le moustier separe sans roupture, Dit de Poissy. dans RUPTURE
Certes plus grant bien n'est au monde que de ancien homme sage, Charles V, I, 13 dans SAGE
Tous plourans à grans senglous de la mort de leur bon prince, Charles V, III, 71 dans SANGLOT
Aux sanguins, soulas et esbatemens ; et aux melencoliques ou coleriques, riotes et despiz, Charles V, I, 10 dans SANGUIN, INE
Et sans moyen [sans intervalle, immédiatement] estoit devant luy le filz au roy de Navarre, Charles V, II, 36 dans SANS
Ameur de sapience, qui vault autant, en grec, comme philozophe, Charles V, III, 3 dans SAPIENCE
On a planté en my un très bel pin ; Si est feuillu, et plus droit que sapin, Dit de Poissy. dans SAPIN
Le temps que le fruit est meur, cueilly et mis en sauf pour en proufitablement user, Charles V, I, 13 dans SAUF, AUVE
.... Froz et capulaires Et leur gounelle, Qui est dessoubz blanche com noif [neige] nouvelle...., Dict de Poissy. dans SCAPULAIRE
Au dessoubz de ses ans perfaiz, après les jours d'enfence que la ceve monte contre-mont la jueune plante, Charles V, I, 9 dans SÉVE
Trestout ainssi comme qui vouldroit descripre un arbre solemnel, le plus haut et notable du monde, en la loange de luy seroit parlé de la bonté, doulceur et vertu de son fruit, Charles V, II, 11 dans SOLENNEL, ELLE
À grant sonnerie, en chants glorieux et melodieux, fist dire laudes et graces à nostre Seigneur, Charles V, II, 15 dans SONNERIE
Ilz prisrent à speculer sus plus occultes choses, si comme des passions de la lune, Charles V, III, 67 dans SPÉCULER
Comme aussi l'entention finale de sapience ou de metaphysique soit la cognoissance de l'ordre des esperes celestes, Charles V, III, 4 dans SPHÈRE
Le recteur, les maistres et les clercs solennelz.... [Charles V] mandoit souvent.... usoit de leur conseilz de ce qui appartenoit à l'esperituaulté, Charles V, III, 12 dans SPIRITUALITÉ
Si dura ladicte eleccion trop stimulée par stimulation desordonnée, Charles V, III, 51 dans STIMULATION
Sur quoy povons noter estre les plus suppellatifs biens les celestielles choses, Charles V, I, 4 dans SUPERLATIF, IVE
Que le deffault de la foiblesse de mon savoir soit souppleyé, Charles V, I, Prol. dans SUPPLÉER
Retournant à nostre matiere, nous avons le suppoz de nostre oeuvre, c'est nostre dit prince né, nourry, parcreu et couronné, Charles V, I, 14 dans SUPPÔT
Et que aucun ne puist cuidier qu'ilz soient sinonimes, c'est assavoir, qu'ilz signifient tout un, Charles V, III, 2 dans SYNONYME
Je tien que ce seroit le plus glorieux royaume qui temporisast soubz les nues, nonobstant que au gré de tous ne soit mie gouvernée la chose publique, Charles V, II, 15 dans TEMPORISER
La fin, qui est le terme de tout oeuvre, rend concluse et close toute chose à terme establie, Charles V, I, 12 dans TERME
Les verrieres y sont [au réfectoire] de belle face, Et de menuz quarreaux par la terrace [le sol] Est tout pavé, Dit de Poissy. dans TERRASSE
Noblece de corage, prise en maniere de teume en ceste primiere partie de mon volume, Charles V, I, 4 dans THÈME
Et de theologie [Charles V] souvent vouloit oyr, entendoit les poins de la science, en savoit parler, sentoit par raison et estude ce que theologie demonstre, Charles V, III, 3 dans THÉOLOGIE
.... Et adonc haultement Ont le tymbre [cloche] sonné ; le partement Convint faire lors bien hastivement, Dit de Poissy. dans TIMBRE
[Je] deis la cause qui me menoit et le desir qui me tiroit de servir et plaisir faire à sa haultece, Charles V, I, 2 dans TIRER
Ainsi partout nous tracasmes maint pas, Dit de Poissy. dans TRACER
C'est [Dieu] vertu sur toutes vertus, transcendent sur toutes, Charles V, III, 4 dans TRANSCENDANT, ANTE
Et ainsi transist la gloire du monde, Ch. V, II, 11 dans TRANSIR
Et tres adont [aussitôt] furent instituées reigles et ordonnance d'ost mettre en forme d'eschieles, Charles V, II, 2 dans TRÈS
Comment se repent-il [l'homme mûr] et repute avoir esté fol.... or voit il cler es choses troubles, Charles V, I, 13 dans TROUBLE
Au salut des universes terres, Charles V, I, 5 dans UNIVERS
Et volt [voulut] le roi que la simplece du juif fust vainqueresse de la malice du chrestien, Charles V, I, 23 dans VAINQUEUR
Ycelle ame est translatée ou corps, lequel est vessel composé de grosses et materielles substances, qui rend l'esperit empesché et comme lié des operacions intellectuelles, Charles V, I, 9 dans VAISSEAU
Certes, dist le duc d'Anjou, celluy à qui vous l'avez donnée [une charge] est de petite value et n'est souffisant d'estre en tel office, Charles V, III, 19 dans VALUE
Avec les vehementes raisons prouvées et solues, Charles V, I, Prol. dans VÉHÉMENT, ENTE
Maistres virtueux et prudens, lesquelz les doivent [les enfants] plus corrigier par bons exemples.... que par verberacions, Charles V, I, 11 dans VERBÉRATION
Et aussy le sage prince, sans user de simulacion, soubz vesteure faincte, certainement tourna ses meurs en tous vertueux offices, Charles V, I, 14 dans VÊTURE
La vitaille doit estre dispersée et distribuée par sages gens, Charles V, II, 36 dans VICTUAILLE
Le sens de ceste pacience fait moult à noter aux vindicatifs, qui, sans viser aux inconveniens qui en peuent venir, de tous mesfais se vuelent vengier, Charles V, I, 24 dans VINDICATIF, IVE
E volt l'empereur.... estre portez.... en hault devant la saincte armoire, qui, à grant peine de son corps, y pot estre portez pour cause de la vis estroicte, Charles V, III, 40 dans VIS
Les superflues voluptés qui empeschent la liberté des sens, I, 13 dans VOLUPTÉ
Adont [l'homme mûr] cognoist et scet demonstrer les causes du vray, Charles V, I, 13 dans VRAI, AIE