CHRESTIEN DE TROYES

Citations

Lâches aux dangers et perfides dans l'occasion, Tac. 450 dans À
Il semblait que le monde dût abîmer, dans FERAUD dans ABÎMER
Par le moyen de Mucilia, dont il [Séjan] était l'adultère, Tac. 200 dans ADULTÈRE
Les glorieux vestiges de ses aïeuls, Tac. p. 77 dans AÏEUL
Si s'en est jusqu'al port alés Et li notoniers avec lui ; Si s'en entrent el bac andui [tous les deux], Perceval le Gallois, V. 9736 dans BAC
La dameiselle ot non Lunete, Et fu une avenanz brunete, dans HOLLAND, Chrestien de Troies, p. 75 dans BRUNET, ETTE
Chevax [ils] poignent et lances beissent, Un petit les ont aloigniées, Tant que par les quamois [feutres en peau de chamois] les tiennent, Chev. au lion, V. 2246 dans CHAMOIS
Ainsi nos, caitif, comperrons [payerons] Les guerres de ces haus barons, dans HOLLAND, p. 266 dans CHÉTIF, IVE
La bele, des nompers [sans pareilles] la flour, Ne faites vostre pris mentir, Par trop merci contre-tenir, dans Mss. de poésies fr. avant 1300, t. III, p. 1265, dans LACURNE. dans CONTRE-TENIR
Quant li dous estés decline, Que [je] voi faillir foille et flour, dans HOLLAND dans DÉCLINER
De moi desarmer fu adroite, Qu'ele le fist et bien et bel, Et m'afubla d'un cort mantel, Cheval. au lyon, V. 228 dans DÉSARMER
[Dans l'été] Que reclarcist li dois en la fontaine, Couci, XIII. Les oreilles sont voie et dois Par où vient jusqu'au cuer la voix, dans LACURNE dans DOIT ou DOIS
.... Ce seroit trop vilains gens, Qui feroit d'un domage deus, dans HOLLAND, p. 269 dans DOMMAGE
Ainques [jamais] dou buvraige ne bui [je ne bus du breuvage] Dont Tristan fu enpoissonnez, dans HOLLAND, p. 232 dans EMPOISONNER
N'a pas l'avoir [la richesse] qui l'enprisone, Mais cil qui le despent et done, dans HOLLAND, p. 4 dans EMPRISONNER
Quant je trovai en uns essarz Tors [taureaux] salvages, ors [ours] et lieparz, Qui s'antrecombatoient tuit, Chev. au lyon, v. 277 dans ENTRE-COMBATTRE (S')
Cos [coup] d'espée garist et sainne Mult tost, des que mires [le médecin] i painne ; Et la plaie d'amors anpire, Quant ele est plus pres de son mire, dans HOLLAND, p. 268 dans ÉPÉE
Le duel [deuil], l'esvanuiscement, Tout ferai savoir à la gent, Perceval, v. 335, dans POTVIN dans ÉVANOUISSEMENT
As oroilles vient la parole, Ausi come li vanz qui vole, Mes n'i areste ne demore, Se li cuers [coeur] n'est si esveilliez Qu'au prendre soit apareilliez, Chev. au lyon, v. 157 dans ÉVEILLER
Car d'ax [eux] meïsmes sont si chaut Lor hauberc, que li suens [le sien] ne vaut à chascun gueres plus d'un froc, Chev. au lyon, v. 843 dans FROC
Toz jors doit puir [puer] li fumiers, Et felons enuier et nuire, Chev. au lyon, v. 115 dans FUMIER
De la forest en une lande Entrai, et vi une bretesche à demie liue galesche, Chev. au lyon, v. 188 dans GALLIQUE
Et les nues tot mesle mesle Gitoient pluie, noif et gresle, Chev. au lyon, V. 441 dans GRÊLE
....la tormante Qui grausle et pluet et tone et vante, Chev. au lyon, v. 773 dans GRÊLER
[Deux chevaliers] Felenessement s'antrespruevent, N'onques d'un estal ne se muevent, Ne plus que feïssent dui gres, Chev. au lyon, V. 833 dans GRÈS
À une brance par la resne Ot le guingalet arresné, dans FR. MICHEL, Argot dans GRINGALET
Tozjorz la fit garder en chambre Plus por peor que por le hasle, Cliget, dans HOLLAND, Chrestien, p. 48 dans HÂLE
Car si les ont harigotés [ils ont tellement mis en pièces les boucliers], Chev. au lyon, V. 829 dans HARICOT
De si haut, com il pot crier, Me comanca à desfier, Chev. au lyon, V. 487 dans HAUT, AUTE
Et la dame fu en la tor De son castel montée halt, dans Hist. litt. de la Fr. t. XV, p. 241 dans HAUT, AUTE
[Je] Ne vuel pas sembler le gaignon [chien] Qui se herice et se reguingne, Quant autres gaingnons le rechingne, Chev. au lyon, v. 644 dans HÉRISSER
Il donne, selon l'evangile, Sanz ypocrisie et sans guile, dans HOLLAND, Chrestien von Troies, p. 7 dans HYPOCRISIE
Jà n'iert perie ma labours, Se fins cuers puet d'amors joïr, dans HOLLAND, p. 234 dans LABEUR
....cols [coup] de lange ne fait plaie, dans HOLLAND, p. 266 dans LANGUE
De conter un conte par rime U consonant u lionime, dans Chroniques anglo-normandes. t. III, p. 39 dans LÉONIN, INE
Que li chevax marcha le fust Qui tenoit la porte de fer, Cheval. au lion, V. 949 dans MARCHER
La bele, des nompers la flour, Ne faites vostre pris mentir, Par trop merci contre-tenir, poésies mss avant 1300, t. III, p. 1265, dans LACURNE dans MENTIR
Muer puet en ceste mue Ma plume tote ma vie, dans HOLLAND, p. 230 dans MUE
Tant puet [peut] et tant set et tant vaut Mes sire Kex en totes corz [cours], Qu'il n'i est ja muez ne sorz, Chev. au Lyon, V. 630 dans MUET, ETTE
Molt est, qui aimme, obeissanz, Et molt fet tost et volentiers Ce que s'amie doie plaire, dans Guillaume d'Engleterre, publié par FR. MICHEL, v. 3798 dans OBÉISSANT, ANTE
Ostez, sire [c'est-à-dire cessez, sire]...., Erec, v. 4793 dans ÔTER
[Cil] Ne s'aperçoit mie si tost, Que ele fors sa voie l'ost [qu'elle le détourne de son chemin], Charrette, v. 1364 dans ÔTER
À l'aïde de Deu, ce cuit [je pense], Li osterons nos de la teste Tote la rage et la tempeste, Chev. au lion, v. 2943 dans ÔTER
....mantel .... d'escarlate peonace, Chev. au lyon, V. 130 dans PAVONAZZO
Et les nues tot mesle mesle Gitoient pluie, noif [neige] et gresle, Chev. au lyon, v. 441 dans PÊLE-MÊLE
Plus a paroles au plain pot De vin qu'an un mui de cervoise [le vin fait plus parler que la bière], Chev. au Lyon, V. 590 dans POT
Home qu'an [on] ne puet [peut] chastier [corriger], Devroit an au mostier lier, Come desvé, devant les prones, Chev. au lyon, v. 625 dans PRÔNE
Dame, esgardés i raison ; Par le fil sainte Marie, Je n'aim [n'aime] feme, se vos non, dans Ms. de poés. franç. avant 1300, t. III, p. 1264, dans LACURNE. dans RAISON
Chemise ridée [elle] li tret Fors de son cofre et braies blanches, Chev. au lyon, V. 5412 dans RIDER
Molt i ot voie felenesse, De ronces et d'espines plainne, Chev. au lyon, V. 180 dans RONCE
Dirai-je : tant comme une jame [gemme, perle] Vaut de pailes et de sardines Vaut la contesse de reïnes ?, dans HOLLAND, Chrestien von Troies, p. 10 dans SARDOINE
Qui petit seme petit keult [colligit, recueille], dans LEROUX DE LINCY, Prov. t. I, p. 85 dans SEMER
Or est amors tornée à fable, Por ce que cil qui rien n'en santent, Dient qu'il aiment, mais il mantent ; Et cil fable et mançonge en font, Qui s'an vantent et droit n'i ont, Cheval. au Lyon, V. 24 dans SENTIR
Toz jors doit puir li fumiers, Et taons poindre, et maloz [frelons] braire, Et felons enuier et nuire, Cheval. au lyon, p. 116 dans TAON
Com avugles qui à tastons Va aucune chose cerchant, Cheval. au lyon, v. 1140 dans TÂTONS (À)
Mais l'une [sauce] est douce, l'aultre amere, Li une est torble, l'autre clere, dans HOLLAND, p. 265 dans TROUBLE
Voirs est [il est vrai] c'amours est grans douçours, Quant doi cuer [deux coeurs] sont un sans partir, dans HOLLAND, p. 233 dans UN, UNE
...On songe bien en villant ; Aussi de voir [vrai] com de mencoigne Sont li penser comme li songe, dans HOLLAND, p. 266 dans VEILLER