Pierre CHARRON (1541 - 1603)

Citations

Théologien et philosophe

Et tout ce peuple ingrat pour qui je périrai, Viendra, la joie au front, sourire à mes tortures, V, Sicil. II, 6 dans À
J'avilirais le sceptre à venger mon injure, V, Sicil. III, 2 dans À
Les clameurs des soldats par la crainte étouffées Sont un faible rempart au chef audacieux, Qui brave le courroux d'un ministre des cieux, Paria, I, 1 dans À
Dans l'abandon de sa vive amitié, Hier à son rival Montfort s'est confié, V, Sic. I, 2 dans ABANDON
Et dans ce trouble heureux dont j'aimais l'abandon, Paria, I, 2 dans ABANDON
C'est peu de tant d'attraits dont l'heureux assemblage Sans doute a dès l'abord emporté votre hommage, Paria, III, 4 dans ABORD
Sous l'abri d'un grand nom sûr de l'impunité, à d'horribles excès leur orgueil s'est porté, V, Sicil. II, 2 dans ABRI
Qu'un plus sublime objet absorbe ma pensée, Par. II, 3 dans ABSORBER
.... des clairons les belliqueux accents Pour la première fois font tressaillir mes sens, Paria, I, 1 dans ACCENT
Ouvrez-moi, m'a-t-il dit, un accès dans son coeur, V, Sicil. I, 5 dans ACCÈS
Le prêtre accomplissait les mystères divins, V, sicil. III, 1 dans ACCOMPLIR
Contre l'effort des vents ces myrtes sans appuis Accusent notre indifférence, Paria, II, 5 dans ACCUSER
Il apprend mon dessein, l'adopte, l'autorise, Vêpr. sic. I, 1 dans ADOPTER
D'un peuple adulateur l'ardente idolâtrie..., Tout pénétra mes sens de langueur et d'ivresse, Par. I, 1 dans ADULATEUR, TRICE
Esprits aériens de la terre et des eaux, Par. II, 6 dans AÉRIEN, ENNE
Elle abestit et abrutit toute la sagesse, resolution, prudence, et toute operation de l'ame, Sagesse, I, 23 dans ABRUTIR
Or le patron et la regle pour estre homme de bien, c'est ceste nature mesme qui requiert absolument que le soyons, Sagesse, II, 3 dans ABSOLUMENT
L'accident, et très leger, foule aux pieds la substance, et le vent emporte le corps, tant l'on est esclave de la vanité, Sagesse, I, 38 dans ACCIDENT
Comme les accoutremens nous eschaufent, non de leur chaleur, mais de la nostre qu'ils conservent, Sagesse, I, 17 dans ACCOUTREMENT
Les troisiemes sont accusables et punissables, Sagesse, I, 15 dans ACCUSABLE
Il faut roidir son courage, affermir son ame, l'endurcir et acerer à jouir, sçavoir, entendre, juger toutes choses, Sag. Préface dans ACÉRER
Il est certain qu'en chose pareille le naturel vaut mieux que l'acquis, Sagesse, II, 3 dans ACQUIS
Personne n'estudie à vivre ; l'on s'occupe plus tost à toute autre chose ; l'on ne sauroit rien faire par acquit, sans soin et sans attention, Sagesse, I, 36 dans ACQUIT
L'affinement des esprits n'est pas l'assagissement, Sagesse, I, 15 dans AFFINEMENT
Nous souspirons avec les affligés, compatissons à leur mal, Sagesse, I, 33 dans AFFLIGER
Generalement toutes les opinions superstitieuses dont sont affublés les enfans, femmes et esprits foibles, Sagesse, I, 41 dans AFFUBLER
Celui qui hayt est patient ; le hay est agent, au rebours du son des mots, Sagesse, I, 27 dans AGENT
L'ouye est un sens spirituel, c'est l'entremetteur et l'agent de l'entendement, ib. I, 12 dans AGENT
Qui jette les hommes à la folie, à la manie, que la poincte, l'agilité et la force propre de l'esprit ?, Sagesse, I, 35 dans AGILITÉ
L'agitation est vrayement la vie de l'esprit et sa grace, Sagesse, I, 15 dans AGITATION
Jamais les plaisirs amoureux ne lui [César] firent perdre une heure du temps qu'il pouvait employer à son agrandissement, Sagesse, I, 21 dans AGRANDISSEMENT
Les poursuites de l'esprit humain sont sans terme ; son aliment est doubte, ambiguité, Sagesse, I, 15 dans ALIMENT
Et qu'ils ne pensent me battre d'authorité, de multitude d'allegations d'autrui...., Sagesse, Préface dans ALLÉGATION
La facilité subtile et alegre promptitude à faire toutes ces choses...., Sagesse, I, 15 dans ALLÈGRE
Mais c'est au contraire : la honte sert d'aiguillon et d'allumette, Sagesse, I, 23 dans ALLUMETTE
L'on n'estime pas la grandeur d'une riviere de l'eau qui lui est advenue par une subite alluvion et desbordement des prochains torrents et ruisseaux, Sagesse, I, 1 dans ALLUVION
L'autre plus ordinaire est par flatterie et amadouement ; car il ne lui faut pas resister tout ouvertement, Sagesse, liv. III, chap. 4 dans AMADOUEMENT
Les poursuites de l'esprit humain sont sans terme ; son aliment est doubte, ambiguïté, Sagesse, I, 15 dans AMBIGUITÉ
Il se porte trop ambitieusement et chaudement en tout ce qu'il faict, à louer, s'offrir et servir, Sagesse, p. 495 dans Lacurne. dans AMBITIEUSEMENT
Les serpens ne perdent pas leur venin pour estre engourdis par le froid ; ni l'ambitieux ses vices pour les couvrir par une froide dissimulation, Sagesse, I, 21 dans AMBITIEUX, EUSE
L'ambition, qui est une faim d'honneurs, est une bien douce passion qui se coule aisement es esprits plus genereux et ne s'en tire qu'à peine, Sagesse, I, 21 dans AMBITION
Anciennement et auparavant Aristote, on mettoit difference entre le sens de la veue et les autres sens, Sagesse, I, 10 dans ANCIENNEMENT
De toutes les manieres de disposer des corps morts qui reviennent à cinq, sçavoir les donner aux quatre elements et aux ventres des animaux...., Sagesse, II, 2 dans ANIMAL
Que toutes choses ont deux anses et deux visages, qu'il y a raison partout, Sagesse, II, 2 dans ANSE
Par anticipation, crainte et apprehension de l'advenir, Sagesse, I, 32 dans ANTICIPATION
Le monde avec ses opinions anticipées et suppositions, Sagesse, I, 15 dans ANTICIPER
Souldre et sortir d'une ambiguité, difficulté, antinomie, Sagesse, II, 3 dans ANTINOMIE
Une apathie bestiale des ames basses et plattes du tout, Sagesse, II, 1 dans APATHIE
Les propositions et verités y sont espesses, mais souvent toutes seches et crues, comme aphorismes, ouvertures et semences de discours, Sagesse. Préf. de la 2e édit. dans APHORISME
C'est, au contraire du dire de Bias, entreprendre froidement, mais poursuivre ardemment, Sagesse, II, I dans ARDEMMENT
Comme les criminels poursuivis ont recours aux autels et sepulchres des morts, ainsi ceux-cy, destitués de tout merite, ont recours à la memoire et armoiries de leurs majeurs, Sagesse, I, 61 dans ARMOIRIES
Les meridionaux sont melancholiques, et, par ainsi, arrestés, constans, contemplatifs, ingenieux, Sagesse, I, 49 dans ARRÊTER
Vieillir n'est pas assagir ny quitter les vices, mais seulement les changer en pires, Sagesse, chap. 36 dans ASSAGIR
L'assagissement ou amendement qui vient par le chagrin, le desgoust et foiblesse, n'est pas vray ni consciencieux, Sagesse, II, 3 dans ASSAGISSEMENT
Ils proposent des images de vie relevés ou bien si difficiles et austeres, que la praticque en est impossible, Sagesse, I, 53 dans AUSTÈRE
Semblables aux tireurs d'aviron qui tirent et tendent au port luy tournant le dos, Sagesse, I, 21 dans AVIRON
Ce ciel azuré, tant richement contre-pointé d'estoilles, et ces flambeaux roulants sans cesse sur nos testes, Sagesse, I, 42 dans AZURÉ, ÉE
Un tas de gens glorieux, resolus, affirmatifs, qui veulent regenter le monde et le mener à la baguette, Sagesse, II, 2 dans BAGUETTE
[La raison] Qui est en l'ame, comme le ressort et balancier en l'horloge, Sagesse, II, 3 dans BALANCIER
Chascun appelle barbarie ce qui n'est de son goust ni usage, Sagesse, II, 2 dans BARBARIE
Ainsi qu'un pere begaye et faict le petit avec ses petits, Sagesse, I, 39 dans BÉGAYER
Nous allons les uns après les autres comme les bestes de compagnie, Sagesse, II, 1 dans BÊTE
Sotte, bonasse et vicieuse facilité, qui fait qu'on veut plaire à tous et ne desplaire ni offenser personne, Sagesse, II, 3 dans BONASSE
Les passions ne sont que bonds et volées, accès et recès fievreux de folie, saillies et mouvemens violens et temeraires, Sagesse, II, 1 dans BOND
J'osteray humblement mon bonnet, et tiendray la teste nue devant mon superieur, car ainsi le porte la coustume de mon pays, Sagesse, II, 2 dans BONNET
Cette telle preud'hommie naturelle et aysée et comme née avec nous, s'appelle proprement bonté, qualité d'ame bien née et reglée, Sagesse, II, 3 dans BONTÉ
L'on envoye la conscience au bordel, et l'on tient sa contenance en regle ; tout cela est monstrueux, et ne se trouve rien de semblable aux bestes, Sagesse, II, 3 dans BORDEL
L'homme veut avoir toutes ses pieces bonnes et saines, son corps, sa teste, ses yeux, son jugement, sa memoire, voire ses chausses et ses bottes, Sagesse, II, 3 dans BOTTE
Ils parlent bas et à demy bouche, Sagesse, liv. II, Préface dans BOUCHE
Comme le bateau poussé par le vent et les avirons, qui bransle et marche inegalement, par secousses, boutées et bouffées, Sagesse, II, 3 dans BOUFFÉE
Et d'autre part on le [l'homme] trouvera tout enflé et bouffi de vent, Sagesse, II, 1 dans BOUFFIR
La vertu, la santé, le merite, la reputation sont les bouttefeus de cette rage, Sagesse, I, 29 dans BOUTE-FEU
....[L'esprit humain] un petit brouillon et troublefeste...., Sagesse, I, 15 dans BROUILLON, ONNE
Nous avons un esprit brouillon, qui s'ingere de maistriser et gouverner partout, ib. II, 3 dans BROUILLON, ONNE
Or sus donc, le sage jugera de tout, rien ne luy eschappera qu'il ne mette sur le bureau et en la balance, Sagesse, II, 2 dans BUREAU
La seconde est des fondemens de sagesse, qui sont aussi deux, vraye et essentielle preud'hommie, et avoir un certain but et train de vie, Sagesse, II, Préface dans BUT
Et y a chez lui tant de cabinets et d'arriere boutiques, dont il sort tantost homme, tantost satyre, Sagesse, I, 40 dans CABINET
.... Fouillant et furettant par tous les trous, coings, recoings, destours, cachots et secrets, et non sans cause, Sagesse, I, 1 dans CACHOT
Voylà une preudhommie caduque, occasionnée, accidentale et certes bien chetive, Sagesse, II, 3 dans CADUC, CADUQUE
Les gresles, tonnerres et tempestes, et tout le bruit qui se faict en l'air ne trouble ni ne touche les corps superieurs et celestes, mais seulement les inferieurs et caduques, ib. I, 30 dans CADUC, CADUQUE
[L'homme] bref la plus calamiteuse et miserable chose du monde, Sagesse, I, 36 dans CALAMITEUX, EUSE
Et c'est sans compter cette bonté et felicité de nature, si bien attrempée et assaisonnée, qui nous rend calmes, sereins, exempts et nets de passions fortes et mouvements violens, Sagesse, II, 1 dans CALME
L'homme, la plus calomnieuse et miserable chose du monde, Sagesse, I, 2 dans CALOMNIEUX, EUSE
Pourquoy ne sera-t-il permis de candidement confesser que l'on ignore ?, Sagesse, II, 2 dans CANDIDEMENT
Louable, meritoire et canonizable, Sagesse, p. 312, dans LACURNE dans CANONISABLE
Il faut ouyr, considerer et faire compte des anciens, non s'y captiver qu'avec la raison, Sagesse, préf. de la 2e édit. dans CAPTIVER
La science est caqueteresse, envieuse de se monstrer, Sagesse, p. 530, dans LACURNE dans CAQUETEUR, EUSE
Affin de se rendre vuide et net, comme une carte blanche, pour estre subject propre à y recevoir la teincture et les impressions de la sagesse, Sagesse, II, 1 dans CARTE
Que l'on baille à l'homme la carte blanche ; que l'on le mette à mesme de choisir, tailler et prescrire, ib. I, 39 dans CARTE
Nous preferons l'art à la nature, nous fermons en plein midy les fenestres, et allumons les chandelles, Sagesse, II, 3 dans CHANDELLE
Comme disent les Hebreux, il faut commencer la charité par soy mesme, Sagesse, p. 468, dans LACURNE dans CHARITÉ
Et comme l'on dict, nous vendons nostre cheval pour avoir du foin, Sagesse, I, 22 dans CHEVAL
Car, dict un ancien, l'on est mieux en la compagnie d'un chien cognu, qu'en celle d'un homme duquel le langage est incognu, Sagesse, I, 12 dans CHIEN, CHIENNE
L'Estat, c'est à dire la domination, ou bien l'ordre certain en commandant et obeissant, est l'appuy, le ciment et l'ame des choses humaines, Sagesse, I, 51 dans CIMENT
Pouvant frauder les loix, circonvenir les juges...., Sagesse, II, 3 dans CIRCONVENIR
Les pedans clabaudeurs, après avoir questé avec grande estude et science par les livres, en font monstre et...., Sagesse, I, 40 dans CLABAUDEUR
[La honte et la crainte] sorties du maudit et clandestin mariage de l'esprit humain avec la persuasion diabolique, Sagesse, I, 34 dans CLANDESTIN, INE
Il est ici bas logé au dernier et pire estage de ce monde, plus esloigné de la voute celeste en la cloaque et sentine de l'univers, Sagesse, p. 47, dans LACURNE dans CLOAQUE
Aucuns philosophes, empeschés à bien joindre et unir l'ame avec le corps, la font demeurer et resider en iceluy comme un maistre en sa maison, le pilote en son navire, le cocher en son coche, Sagesse, I, 8 dans COCHE
Ils sont toujours après pour lui [à la jeunesse] faire apprendre par cueur (ainsi parlent-ils) ce que les livres disent...., Sagesse, I, 14 dans COEUR
Dirai-je encore de tel qui est coiffé et meurt pour une qu'il sçait estre laide, vieille, souillée...., Sagesse, I, 38 dans COIFFER
Nous nous suyvons à la piste, voire nous nous pressons, eschauffons, nous nous coiffons et investissons les vices et passions les uns aux autres, ib. II, Préface dans COIFFER
Joinct qu'il semble requis que celuy qui commande soit meilleur que ceux à qui il commande, ce disoit un grand commandeur, Cyrus, Sagesse, I, 51 dans COMMANDEUR
Cyrus, Alexandre, Caesar, trois grands commandeurs des hommes, ib. I, 6 dans COMMANDEUR
Le petit et inferieur fait du compagnon avec le grand, Sagesse, p. 464, dans LACURNE dans COMPAGNON
L'un, se promenant en une salle, regarde à compasser ses pas d'une certaine façon sur les carreaux ou tables du plancher, Sagesse, I, 38 dans COMPASSER
On prefere l'art à la nature, l'acquis au naturel, le difficile et estudié à l'aisé, les bouttées et secousses à la complexion et habitude, Sagesse, p. 347, dans LACURNE dans COMPLEXION
Beau et bon sont confins, et s'expriment par mesmes mots en grec et en l'Escriture sainte, Sagesse, I, 6 dans CONFINS
Il y a de la congratulation, de la complaisance et satisfaction à bien faire, Sagesse, II, 3 dans CONGRATULATION
Le plus grand argument de la verité, c'est le general consentement du monde, Sagesse, I, 15 dans CONSENTEMENT
La contagion universelle des opinions populaires et erronées, Sagesse, I, 15 dans CONTAGION
Notre volonté s'esguise par le contraste [lutte], se despite contre le desny, Sagesse, I, 18 dans CONTRASTE
La face de ce grand ciel azuré, paré et contre-pointé de tant de beaux et reluisans diamants, Sagesse, p. 582, dans LACURNE dans CONTRE-POINTER
Loy de Moyse qui veut que la seule plainte du pere faite devant le juge, sans autre cognoissance de cause, le fils rebelle et contumax soit lapidé, Sagesse, p. 189, dans LACURNE dans CONTUMACE
Qui sçait si c'est quelque sens particulier qui descouvre aux coqs l'heure de minuit et du matin ?, Sagesse, I, 11 dans COQ
Coquiner envers toutes sortes de gens, Sagesse, p. 127, dans LACURNE dans COQUINER
La modestie, la recognoissance cordiale et serieuse de son peu est un bon tesmoignage de bon et sain jugement, Sagesse, p. 233, dans LACURNE dans CORDIAL, ALE
Deliberer avant que corner la guerre, Sagesse, p. 434, dans LACURNE dans CORNER
Tous les anciens se sont mescontés, pensans avoir trouvé la mesure de la terre habitable, et comprins toute la cosmographie, Sagesse, II, 2 dans COSMOGRAPHIE
Tant se tourmenter de la mort, c'est grande foiblesse et couardise, Sagesse, p. 358, dans LACURNE dans COUARDISE
Tesmoignage de la foiblesse et insuffisance humaine, qui, à faute de bonne monnoye, employe la courte et la fausse, Sagesse, p. 220, dans LACURNE dans COURT, COURTE
Or ces deux, l'ouye et la parole, se respondent et rapportent l'une à l'autre, ont un grand cousinage ensemble, l'un n'est rien sans l'autre, Sagesse, I, 12 dans COUSINAGE
Qui croiroit combien est grande et imperieuse l'authorité de la coustume, qui la dit estre une autre nature, ne l'a pas assez exprimé ; car elle fait plus que nature, elle combat nature, Sagesse, p. 336, dans LACURNE dans COUTUME
Ô combien de biens faits obmis, et de mechancetez se commettent sous le couvert des formes, lesquelles l'on ne sent pas, Sagesse, p. 43, dans LACURNE dans COUVERT
Nous croyons, jugeons, agissons, vivons, et mourons à credit, selon que l'usage public nous apprend, Sagesse, I, 17 dans CRÉDIT
Ne faut fureter ni crocheter les secrets des princes, Sagesse, p. 411, dans LACURNE dans CROCHETER
Et d'où vient que l'yvrognerie, la morsure du chien enragé, une fievre ardente, un coup en la teste, une fumée montant de l'estomach, et autres accidens, feront culbuter et renverseront entierement le jugement...., Sagesse, I, 14 dans CULBUTER
Les autres [désirs] sont outre nature, procedans de nostre opinion et fantaisie, artificiels, superflus, que nous pouvons, pour les distinguer par nom des autres, appeler cupidités, Sagesse, I, 24 dans CUPIDITÉ
Que n'entreprendroit-il [l'homme], puis que la brefveté qui luy coupe le chemin et luy rompt le dé, comme l'on dict, et l'incertitude d'icelle [la vie] qui oste tout courage, ne le peust arrester, vivant comme s'il avoit tousjours à vivre ?, Sagesse, I, 36 dans
Ainsi l'esprit : si l'on ne l'occupe à certain subject, il se desbande et se jette dedans le vague des imaginations...., Sagesse, I, 15 dans DÉBANDER
Personne ne debat que le vice soit à eviter et à haïr sur toutes choses, Sagesse, II, 3 dans DÉBATTRE
Parquoy s'oppose à la sagesse, non seulement la folie, qui est un desreglement et desbauche...., Sagesse, Préface de la seconde édition dans DÉBAUCHE
.... Les organes et instrumens, lesquels estant detraqués et desbauchés, l'ame ne peut bien et reiglement agir...., Sagesse, I, 14 dans DÉBAUCHER
Ce qui n'est pas au deshonneur ny descry de la science, comme l'on pourroit penser, mais plustot à son honneur, Sagesse, Préf. de la 2e édit. dans DÉCRI
Le temps de l'enfance, vieillesse, dormir, maladies d'esprit ou de corps, et tant d'autre inutile et impuissant à faire chose qui vaille, estant defalqué [de la vie humaine] et rabattu, le reste est peu, Sagesse, I, 36 dans DÉFALQUER
L'esprit humain, un degoust de l'immortelle substance, Sagesse, p. 101, dans LACURNE dans DÉGOUT
Ces delicats ne sont capables de l'un ny de l'autre, foibles en tous les deux, Sagesse, Préf. de la 2e édit. dans DÉLICAT, ATE
La compagnie d'un homme delicat amollit peu à peu ceux qui vivent avec luy, ib. II, 1 dans DÉLICAT, ATE
D'ailleurs je me plains d'eux et leur reproche cette foiblesse populaire et delicatesse feminine, comme indigne et trop tendre pour entendre chose qui vaille, et du tout incapable de sagesse, Sagesse, Préf. de la 2e édit. dans DÉLICATESSE
Les filles riches et heritieres sont mariées avec les riches, d'où sont desmembrées et aneanties aucunes maisons, et les autres relevées et enrichies, Sagesse, I, 64 dans DÉMEMBRER
Enfin le Fils de Dieu, docteur de verité, estant venu pour sevrer et desniaiser le monde, les a du tout abolis, Sagesse, I, 39 dans DÉNIAISER
Or, tout cecy ne deroge aucunement à la doctrine commune, que le monde est faict pour l'homme, et l'homme pour Dieu, Sagesse, I, 42 dans DÉROGER
Ç'a esté plus par desaccoustumance que par loy expresse, Sagesse, I, 48 dans DÉSACCOUTUMANCE
Car, comme a esté dict, les plus avantagés aux sens sont souvent les plus desavantagés en science, Sagesse, I, 14 dans DÉSAVANTAGER
Et ce sera contre ceux qui se plaignent, disans que l'homme est le seul animal disgracié de la nature...., Sagesse, I, 35 dans DISGRACIER
Tesmoin Gallus Vibius, qui, pour avoir trop bandé son esprit à comprendre l'essence et les mouvements de la folie, disloca et desnoua son jugement si qu'il ne le peust remettre, Sagesse, I, 17 dans DISLOQUER
La disparité si grande les met hors du commerce des hommes, Sagesse, I, 51 dans DISPARITÉ
Les advantages, que l'homme pretend sur les bestes, mais qui sont disputables, et qui peust-estre sont au rebours pour les bestes contre les hommes...., Sagesse, I, 35 dans DISPUTABLE
.... Qu'elles sont bonnes ou mauvaises, utiles ou dommageables, à suyvre ou fuyr, Sagesse, I, 19 dans DOMMAGEABLE
.... Qui l'empesche de se resouldre, craignant de s'eschauder en son jugement, Sagesse, II, 11 dans ÉCHAUDER
L'esblouit de sa splendeur et de son esclair, Sagesse, p. 331, dans LACURNE dans ÉCLAIR
Elle engendre une curiosité pernicieuse de se vouloir esclaircir de son mal, Sagesse, I, 29 dans ÉCLAIRCIR
Mais, à bien parler, [l'honneur] c'est l'es clat d'une belle et vertueuse action...., Sagesse, I, 62 dans ÉCLAT
S'effaroucher ou s'offenser des paroles, est preuve de grande foiblesse ou d'estre touché de la maladie, Sagesse, I, 23 dans EFFAROUCHER
Le cerveau est le siege de l'ame raisonnable, la source de sentiment et mouvement, et des très nobles esprits animaux faits des esprits vitaux, lesquels, montés du coeur par les arteres du cerveau, sont cuits, recuits, elabourés et subtilisés par le moyen d'une multiplicité de petites et subtiles arteres, Sagesse, I, 4 dans ÉLABORER
Dont a dict l'Apostre, que ceux qui se laissent embabouiner à cette passion et cupidité, fontnaufrage et s'esgarent de la foy, et s'embarrassent en diverses peines, Sagesse, I, 21 dans EMBABOUINER
Elle [notre âme] s'embrouille et se trouble de cholere, despit, tristesse, joye, faisant des chasteaux en Espagne, Sagesse, I, 38 dans EMBROUILLER
Avec le corps l'esprit s'use et s'empire, et vient enfin en enfantillage, Sagesse, I, 36 dans ENFANTILLAGE
Aussi estant enyvré de cette intention violente, on s'embarrasse, on s'enferre...., Sagesse, II, 2 dans ENFERRER
De la deffiance vient la dissimulation, son engeance, Sagesse, p. 400, dans LACURNE dans ENGEANCE
Quatre engeoleurs qui ont grand creditaux esprits populaires, Sagesse, I, 41 dans ENJÔLEUR, EUSE
On peut faire l'habile, l'empesché et l'entendu, c'est-à-dire le sot et miserable, Sagesse, I, 41 dans ENTENDRE
....Et qui sera plus tost un coup de fortune, ou une saillie de quelque extraordinaire enthousiasme, qu'une production vrayement nostre, Sagesse, I, 1 dans ENTHOUSIASME
On peut dire que l'art et l'experience de nous entredesfaire, entre-tuer, de ruiner et perdre nostre propre espece semble venir d'alienation de sens, Sagesse, I, 53 dans ENTRE-DÉFAIRE (S')
L'esprit foible ne sait pas posseder la science, s'en escrimer, et s'en servir comme il faut, Sagesse, Préf. de la 2e édit. dans ESPRIT
Ainsi les actions de vertu ne sont souvent que masques, elles en portent le visage, mais elles n'en ont pas l'essence, Sagesse, II, 3 dans ESSENCE
Et ainsi sa preud'hommie luy sera propre, intime, essentielle, comme luy est son estre, et comme il est à soy-mesme, Sagesse, II, 3 dans ESSENTIEL, ELLE
En l'homme l'entendement est le souverain, qui a soubs soy une puissance estimative et imaginative comme un magistrat, Sagesse, I, 19 dans ESTIMATIF, IVE
Ceux du plus haut estage ressemblent à l'ether et plus haute region voisine du ciel, sereine, claire, nette et paisible, Sagesse, I, 45 dans ÉTHER
Estirant la peau avec des cordons, Sagesse, p. 240, dans LACURNE dans ÉTIRER
En Espagne, la beauté est vuidée et estrillée [grêle, mince, réduite comme par une étrille], en Italie grosse et massive, Sagesse, p. 75, dans LACURNE dans ÉTRILLER
Qui est celuy au monde qui aye droict de commander et donner la loy au monde, s'assujettir les esprits, et donner des principes qui ne soyent plus examinables, que l'on ne puisse plus nier ou douter, que Dieu seul ?, Sagesse, II, 2 dans EXAMINABLE
Une serieuse et attentifve examination non seulement de ses paroles et actions, mais de ses pensées plus secrettes...., Sagesse, I, 1 dans EXAMINATION
Personne ne debat que le vice soit à eviter et à haïr sur toutes choses : mais c'est une question, s'il se pouvoit presenter tel proffit, ou tel plaisir, pour lequel tel vice fust excusablement faisable, Sagesse, II, 3 dans EXCUSABLEMENT
Pour accroistre la foule, on loue des gens pour venir pleurer et jetter des cris et des plaintes qui sont, au sceu de tous, toutes feinctes et extorquées avec argent, Sagesse, I, 32 dans EXTORQUER
.... Et tenus pour fantasques et philosophes, Sagesse, I, 45 dans FANTASQUE
De la faulte de prudence ils retombent en faulte de cueur, Sagsse, I, 1 dans FAUTE
Il semble que celuy qui porte sur le visage les faveurs de la nature imprimées en une rare et excellente beauté, ayt quelque legitime puissance sur nous...., Sagesse, I, 6 dans FAVEUR
S'il [le mariage] est bien façonné, c'est une douce societé de vie, pleine de constance, de fiance et d'un nombre infini d'utiles et solides offices, Sagesse, p. 181, dans LACURNE dans FIANCE
Le cinquiesme advis que je donne icy à se bien conduire aux affaires est un temperament et mediocrité entre une trop grande fiance et defiance, ib. p. 352 dans FIANCE
Plusieurs vertus ne peuvent demeurer ensemble, comme la continence filiale et viduale [de fille et de veuve], qui sont entierement differentes, Sagesse, I, 4 dans FILIAL, ALE
L'homme se plaint de son cerveau, de ce qu'il lui envoie tant de fluxions, fondique de toutes les maladies plus dangereuses, Sagesse, p. 610, dans LACURNE dans FONDIC
Ô chetive prud'hommie des formalistes, qui se tient aux mots de la loy, et en pense estre quitte !, Sagesse, II, 3 dans FORMALISTE
Les formalistes s'attachent tout aux formes et au dehors, ib. I, 41 dans FORMALISTE
....[L'esprit humain] un furet qui est à craindre..., Sagesse, I, 15 dans FURET
[Amour de soi] Peste de l'homme, ennemy capital de sagesse, vraye gangrene et corruption de l'ame, Sagesse, II, 1 dans GANGRÈNE
Le desreiglé desir d'en avoir [des richesses] est une gangrene en nostre ame, ib. 22 dans GANGRÈNE
Le gardoir et le magazin où demoure et se garde ceste grande provision, l'estuy de la science et des biens acquis est la memoire, Sagesse, III, 14 dans GARDOIR
On le [l'esprit] bride et le garotte de religions, loix, coustumes, sciences, preceptes, menaces, promesses mortelles et immortelles, Sagesse, I, 15 dans GARROTTER
Si vous leur dictes qu'ils excedent et prennent les choses à gauche, pour ne les entendre pas bien, ils n'en croiront rien, Sagesse, I, 41 dans GAUCHE
Voilà les trois goulphes et precipices d'où peu de gens se sauvent, Sagesse, I, 20 dans GOUFFRE
Car l'avare est aux richesses, non elles à luy ; et il est dict avoir des biens comme la fievre, laquelle tient et gourmande l'homme, non luy elle, Sagesse, I, 22 dans GOURMANDER
C'est comme la guenon qui monte de branche en branche jusqu'au sommet de l'arbre, et puis montre le cul, Sagesse, p. 323, dans LACURNE dans GUENON
Il faut prevoir l'occasion, la guetter, l'attendre, la voir venir, Sagesse, p. 354, dans LACURNE dans GUETTER
Nous ne hayssons rien de ce que nous debvons ; car, s'il y a quelque chose à hayr en ce monde, c'est la hayne mesme, Sagesse, I, 27 dans HAINE
Experience et hantise du monde, Sagesse, p. 170, dans LACURNE dans HANTISE
Sa hantise [du souverain] soit rare ; car beaucoup se monstrer et se communiquer ravalle la majesté, ib. p. 409 dans HANTISE
Parquoy, pour descouvrir et sçavoir quelle est la vraye preud'hommie, il ne se faut arrester aux actions, ce n'est que le marc et le plus grossier, et souvent une happelourde et un masque, Sagesse, II, 3 dans HAPPELOURDE
Les meridionaux meurent de jalousie, à cause de quoy ils ont les eunuques gardiens de leurs femmes, que les grands seigneurs ont en grand nombre comme des haras, Sagesse, I, 44 dans HARAS
....Cette courageuse harmonie de la musique guerriere, qui nous entretient et nous eschauffe et les oreilles et l'ame, Sagesse, I, 59 dans HARMONIE
....C'est à dire en leur jargon, fantasques, bizarres, heteroclites, Sagesse, préf. de la 2e édit. dans HÉTÉROCLITE
Or je veux en mon sage une preud'hommie essentielle et invincible, qui tienne de soy-mesme, et par sa propre racine, et qui aussi peu s'en puisse arracher et separer que l'humanité de l'homme, Sagesse, II, 3 dans HUMANITÉ
De là viennent l'orgueil, l'ambition, les desirs immoderés, Sagesse, II, 2 dans IMMODÉRÉ, ÉE
La vieillesse est une maladie necessaire et puissante, qui nous charge imperceptiblement de plusieurs imperfections, Sagesse, I, 36 dans IMPERFECTION
Il implique contradiction de desirer et accepter une chose et ne se soucier qu'elle vaille rien, Sagesse, II, 3 dans IMPLIQUER
....Sçachant qu'il y a plusieurs bourdes, faulsetés et impostures reçues au monde avec approbation et applaudissement, Sagesse, I, 45 dans IMPOSTURE
Il est donc très dangereux de juger de la probité ou improbité d'un homme par les actions, Sagesse, II, 3 dans IMPROBITÉ
Quelle vanité et sotte inanité en nos desirs et souhaits !, Sagesse, I, 38 dans INANITÉ
Les incapables de sagesse, Sagesse, II, 2 dans INCAPABLE
Chose estrange, que l'injustice se plaigne de l'incivilité, et la malice de l'indiscretion, Sagesse, II, 3 dans INCIVILITÉ
....C'est le plus fin et feinct, le plus couvert et fardé de tous, et presque incognoissable, Sagesse, I, 1 dans INCONNAISSABLE
Et puis il ne suffit pas de reconnaistre sa faute en destail et en individu, et tacher de la reparer..., Sagesse, I, 1 dans INDIVIDU
Aussi voyons-nous que les plus sçavants qui ont tout Aristote et Ciceron en la teste, sont les plus sots et les plus ineptes aux affaires, Sagesse, I, 14 dans INEPTE
Il y a trois principaux offices et differences d'entendement, inferer, distinguer, eslire, Sagesse, I, 14 dans INFÉRER
Comme entre les bestes les poissons sont infimes...., Sagesse, I, 15 dans INFIME
....Le plus heureux estat de l'esprit [la solitude] qui par ce moyen se tient ferme, droit, rassis, inflexible, toujours libre et à soy, Sagesse, II, 2 dans INFLEXIBLE
C'est un vilain et detestable vice que la cruauté, et contre nature, dont aussi est-il appellé inhumanité, Sagesse, I, 31 dans INHUMANITÉ
Les legers [défauts] sont une vaine et caduque fierté, babil ennuyeux, humeurs espineuses et insociables, Sagesse, I, 36 dans INSOCIABLE
L'irresolution d'une part, puis l'inconstance et l'instabilité est le plus commun et apparent vice de la nature humaine, Sagesse, I, 40 dans INSTABILITÉ
De là est venue la question interminable du souverain bien, Sagesse, p. 18, dans LACURNE dans INTERMINABLE
Cette loy d'equité et raison naturelle est perpetuelle en nous, edictum perpetuum, inviolable, qui ne peust jamais estre esteinte ny effacée, Sagesse, Il, 3 dans INVIOLABLE
Combien de vanteries et de vaines jactances !, la Sagesse, I, 38 dans JACTANCE
Presque toutes les choses que nous estimons icy tant, et les tenons nousavoir esté premierement revelées et envoyées du ciel, estoient en creance, Sagesse, II, 2 dans LE, LA, LES
Leger à croire, recueillir et ramasser toutes nouvelles, surtout les fascheuses, tenant tous rapports pour veritables et asseurés, Sagesse, I, 54 dans LÉGER, ÈRE
Tant d'epicuriens libertins et moqueurs, Sagesse, I, 8 dans LIBERTIN, INE
Aucuns trouvent ce livre trop hardy et trop libre à heurter les opinions communes, et s'en offensent, De la sagesse, Préf. de la 2e édit. dans LIBRE
Comme l'on peust voir en ceux qui mordent à tout, se donnent à louage et s'asservissent à autruy, Sagesse, II, 2 dans LOUAGE
C'est avec un peu d'eau allumer plus de feu, comme faict le mareschal, Sagesse, I, 23 dans MARÉCHAL
Liberté trop franche et hardie leur est messeance et gauchit à l'impudence, Sagesse, p. 498, dans LACURNE dans MESSÉANCE
La metempsycose et transanimation de Pythagoras a esté aucunement embrassée par les academiciens, stoïciens, egyptiens et autres, Sagesse, I, 8 dans MÉTEMPSYCOSE
Ces gens-cy font de science mestier et marchandise, Sagesse, p. 526, dans LACURNE dans MÉTIER
Il y a des formes d'hommes, en certains endroits, qui ont fort peu de ressemblance avec la nostre, et y en a de metisses et ambigues entre l'humaine et la brutale, Sagesse, I, 43 dans MÉTIS, ISSE
Il faut premierement que l'esprit se meuble et se garnisse par l'ouye..., Sagesse, I, 12 dans MEUBLER
La langue mesdisante, meurtriere de l'honneur d'autruy ...., Sagesse, I, 12 dans MEURTRIER, IÈRE
C'est une faible et dangereuse caution que la mine, Sagesse, I, 6 dans MINE
Et si l'on ne peust trouver des larmes et tristes mines chez soy, il en faut acheter à beaux deniers comptans chez autrui, ib. I, 32 dans MINE
Que s'il y a aucune loy qui s'escarte le moins du monde de cette premiere et originelle matrice, c'est un monstre, une fausseté, une erreur, Sagesse, II, 3 dans MONDE
Elle [la vieillesse] se faict mocquer d'elle, Sagesse, I, 36 dans MOQUER (SE)
Formellement la moralité bonne ou mauvaise, vertu et vice (qui ne peust estre sans le franc arbitre et est matiere de merite et demerite) ne peut estre en la beste, Sagesse, I, 35 dans MORALITÉ
Et un bon mourir vaut mieux qu'un mal vivre, Sagesse, I, 36 dans MOURIR
Car changeans les ressorts, il faut bien que les mouvemens aussi changent, Sagesse, II, 3 dans MOUVEMENT
C'est donner goust et apporter estime aux choses que les traitter mysterieusement, retenuement, avec respect et pudeur, Sagesse, I, 23 dans MYSTÉRIEUSEMENT
La theologie, mesme la mystique, nous enseigne que, pour bien preparer notre ame à Dieu et à l'impression du Saint Esprit, il faut la vuider, nettoyer...., Sagesse, II, 2 dans MYSTIQUE
C'est à peu près et en quelque sens l'ataraxie des pyrrhoniens, la neutralité et indifference des academiciens, Sagesse, II, 2 dans NEUTRALITÉ
Comme l'Ocean n'entre tout entier en la mer Mediterranée, Sagesse, I, 18 dans OCÉAN
....Car l'oeil parle et frappe, sert de langue et de main, Sagesse, I, 11 dans OEIL
Comme les terres oisives foisonnent en mille sortes d'herbes sauvages...., Sagesse, I, 15 dans OISIF, IVE
La conformation originelle et trempe premiere, De la Sagesse, Préf. de la 2e édit. dans ORIGINEL, ELLE
S'il advient d'avoir mal rencontré.... et que l'on aye prins plus d'os que de chair, l'on demoure miserable toute sa vie, Sagesse, I, 48 dans OS
Qui bien oyt bien parle, et qui mal oyt mal parle, Sagesse, I, 12 dans OUÏR
Puis qu'entre mille mensonges n'y a qu'une verité, mille opinions de mesme chose, une seule veritable, pourquoy n'examinerai-je avec l'outil de la raison, quelle est la meilleure, plus vraye, raisonnable, honneste, utile, commode ?, Sagesse, II, 2 dans OUTIL
La noblesse palatine des officiers du prince, Sagesse, p. 216, dans LACURNE dans PALATIN
Les bestes ne se contentent, ni ne se paissent d'opinions et de fantasies, mais de ce qui est present, palpable et en verité, Sagesse, I, 38 dans PALPABLE
Les lettres gastent les cerveaux et esprits foibles, parfont les forts et bons naturels, Sagesse, p. 534, dans LACURNE dans PARFAIRE
Les sciences parlieres qui enseignent les langues, Sagesse, p. 222, dans LACURNE dans PARLIER, IÈRE
Les despens montent plus que le principal ; c'est pescher, comme l'on dict, en filets d'or et de pourpre, Sagesse, I, 23 dans PÊCHER
Je traitte et agis icy non scholastiquement ou pedantesquement, ny avec estendue de discours et appareil d'eloquence, ou aucun artifice, Sagesse, Préf. de la 2e édit. dans PÉDANTESQUEMENT
Ce sont les sots et maladvisés qui disent : je n'y pensois pas, Sagesse, p. 329, dans LACURNE dans PENSER
Un desir d'honneur sensible et perceptible, Sagesse, I, 38 dans PERCEPTIBLE
Les indiscretions et petulances des fols ne heurtent point les grandes et hautes ames, Sagesse, I, 30 dans PÉTULANCE
Philautie, presomption et fol amour de soy mesme, Sagesse, p. 233, dans LACURNE dans PHILAUTIE
Les depenses superflues et vaines sont odieuses aux subjects, qui murmurent qu'on en depouille mille pour en vestir un, que l'on piaffe de leur substance, Sagesse, p. 417, dans LACURNE dans PIAFFER
....En se tastant souvent et à toute heure, pressant et pinssant jusques au vif, Sagesse, I, 1 dans PINCER
Les sens sont pipez par l'entendement, Sagesse, dans LACURNE dans PIPER
L'immortalité de l'ame est la chose la plus universellement, religieusement et plausiblement retenue par tout le monde, Sagesse, I, 8 dans PLAUSIBLEMENT
Les mouvemens et plis du visage qui servent aussi au pleurer, comme les peinctres nous apprennent, Sagesse, I, 39 dans PLI
La raison a tant de formes, est tant ployable, ondoyante, Sagesse, I, 39 dans PLOYABLE
Colere, envie, despit, haine, avarice, cupidité, et toute affection particuliere, la poison mortelle du jugement et tout bon sentiment, Sagesse, p. 412, dans LACURNE dans POISON
Les cruels, aspres et malicieux sont lasches et poultrons, Sagesse, I, 31 dans POLTRON, ONNE
S'il [le livre de la Sagesse] estoit populairement receu et accepté, il se trouveroit bien descheu de ses pretentions, Sagesse, Préf. de la 2e édit. dans POPULAIREMENT
Il n'y a que mal qui coule, que mal qui se prepare, et le mal pousse le mal, comme la vague pousse l'autre, Sagesse, I, 36 dans POUSSER
C'estoit un prealable que d'appeller l'homme à soy, à se taster, sonder, estudier, Sagesse, II, préface. dans PRÉALABLE
Suyvant la methode de ce livre mise au preface, Sagesse, I, 19, advertissement. dans PRÉFACE
Toute passion et preoccupation ostée, Sagesse, préf. de la 2e édit. dans PRÉOCCUPATION
Préparatif était aussi adjectif : Cognoissance de soy preparative à la sagesse, Sagesse, préf. de la 2e édit. dans PRÉPARATIF
Prestations iniques, comme sont les usures et interests, Sagesse, p. 224, dans LACURNE dans PRESTATION
Je dedaigne et laisse icy tout ce qu'en peut dire le commun, comme prophane, et trop indigne pour estre ouy en telle chose, la Sagesse, Préf. de la 2e édit. dans PROFANE
Provident et bien advisé, Sagesse, p. 318, dans LACURNE dans PROVIDENT, ENTE
Garder soigneusement son ame pucelle et nette de la contagion et corruption du monde, Sagesse, p. 522, dans LACURNE dans PUCEAU
La philosophie se mesle et parle librement de toutes choses pour en trouver les causes, les juger et reigler ; si faict bien la theologie, qui est encore plus pudique et retenue, Sagesse, I, 23 dans PUDIQUE
Toute ma liberté et hardiesse n'est qu'aux pensées, jugemens, opinions, esquelles personne n'a part ny quart que celuy qui les a chascun on droit soy, Sagesse, Préf. de la 2e édit. dans QUART
L'esprit humain n'est pas seulement rabbatjoye, trouble-feste, ennemy de ses appetits, naturels et justes plaisirs, Sagesse, I, 41 dans RABAT-JOIE
....Et Platon [dit] qu'en vain un esprit rassis et sain frappe aux portes de la poësie, Sagesse, I, 15 dans RASSEOIR
L'on ne sent pas quel mal et prejudice il est advenu au monde du ravallement et extinction de la puissance paternelle, Sagesse, I, 49 dans RAVALEMENT
.... Dont l'esprit demeure sot, faible, peu capable, plat, ravallé, obscur, tel qu'est la plupart du commun, Sagesse, Préf. de la 2e édit. dans RAVALER
Le mot plaist bien à aucuns, mais c'est tout ; la chose n'est de mise ny de recette en ce siecle d'une si universelle corruption et contagion, la Sagesse, II, Préf. dans RECETTE
Que les hommes ne peuvent bien s'accommoder et faire leur proffit sans le dommage et reculement les uns des autres, De la Sagesse, I, 41 dans RECULEMENT
Où il n'y a point de juge, de contreroolleur, de regardant, et où nous n'imaginons poinct de peine ou recompense, nous nous portons bien plus laschement et nonchalamment, Sagesse, I, 55 dans REGARDANT, ANTE
Il faict bon prendre des reigles, mais non s'y asservir, Sagesse, I, 39 dans RÈGLE
Nous la [la vie] perdons, dissipons, et en faisons marché comme de chose de neant et qui regorge, Sagesse, I, 36 dans REGORGER
Brutus et Cassius, qui, se tuans, avec le temps et l'occasion perdirent les reliques de la liberté romiane, de laquelle ils estoient protecteurs, Sagesse, p. 382, dans LACURNE dans RELIQUE
Selon l'opinion de Platon, par reminiscence de ce qu'elle [l'âme] sçavoit avant entrer au corps, la Sagesse, I, 8 dans RÉMINISCENCE
L'imagination, faculté remuante, inquiette, Sagesse, I, 14 dans REMUANT, ANTE
Voila un richard qui a ruiné et mis au desespoir des pauvres familles, Sagesse, I, 41 dans RICHARD
Elle [la vieillesse] nous attache encore plus de rides en l'esprit qu'au visage, Sagesse, I, 36 dans RIDE
Demourant au monde sans estre du monde, comme le roignon couvert et fermé de gresse et n'en tient rien, Sagesse, II, 1 dans ROGNON
Comme un petit roytelet est aussi bien souverain en son petit destroict, que le grand en un grand Estat, De la sagesse, I, 11 dans ROITELET
Combien que la liberté, rondeur et fidelité heurte et offense pour l'heure ceux auxquels elle s'oppose, après elle est reverée et estimée, Sagesse, p. 411, dans LACURNE dans RONDEUR
Et certes qui verroit aussi bien la rouille des ennuis qu'engendrent les richesses dedans les coeurs comme leur esclat et splendeur, elles seroient autant haïes comme elles sont aymées, Sagesse, I, 22 dans ROUILLE
Les Meridionaux sont paillards à cause de la melancholie spumeuse et salace, Sagesse, p. 166, dans LACURNE dans SALACE
Voicy entre autres un grand deffaut en la justice distributive de punir seulement et non salarier, Sagesse, p. 470, dans LACURNE dans SALARIER
Ils ne parlent pas sec [nettement], Sagesse, p. 226, dans LACURNE dans SEC, SÈCHE
Qui le prend en garde [un secret] le doibt tenir religieusement ; et, pour ce faire, estre bon secretaire, Sagesse, p. 491, dans LACURNE dans SECRÉTAIRE
L'envie et jalousie des egaux est le seminaire des troubles, seditions et guerres civiles, De la Sagesse, I, 58 dans SÉMINAIRE
[Ils] mettent leur corps aux champs, et tiennent leur esprit en serre, Sagesse, II, 2 dans SERRE
La liberté est estimée d'aucuns un souverain bien, et le servage un mal extreme, Sagesse, p. 215, dans LACURNE dans SERVAGE
C'est le cours du monde, c'est nature qui faict des siennes, Sagesse, II, 2 dans SIEN, SIENNE
Les uns suyvent la vie civile et sociale, Sagesse, I, Préf. du ch. 55 dans SOCIAL, ALE
Le soleil esclaire sur les fumiers, sans en rien tenir ou sentir, Sagesse, I, 23 dans SOLEIL
La sagesse qui a les siens [ses effets et ses fruits] doux, sombres, internes et peu visibles, Sagesse, II, Préface dans SOMBRE
Selon l'ordre et la police universelle du monde, quietement, doucement et ainsi sombrement et obscurement, sans bruit, comme le batteau qui n'est poussé que du fil et du cours naturel et ordinaire de l'eau, Sagesse, II, 3 dans SOMBREMENT
....Que l'on employast leur nom si vilement et sordidement, Sagesse, I, 42 dans SORDIDEMENT
Le prince doibt eviter deux choses : l'injustice et la sordidité, en conservant le droict envers tous et l'honneur pour soy, Sagesse, III, 2 dans SORDIDITÉ
Il faut.... sçavoir, entendre, juger toutes choses, tant estranges semblent-elles ; tout est sortable et du gibier de l'esprit, Sagesse, Préface, 2e édit. dans SORTABLE
Tant de souspiraux, dont il souffle tantost le chaud, tantost le froid, et dont il sort tant de fumée, Sagesse, I, 40 dans SOUPIRAIL
Quant à cette faculté de l'esprit dont l'homme se glorifie tant, qui est de spiritualiser les choses corporelles et absentes...., Sagesse, I, 35 dans SPIRITUALISER
Platon permet, et le style est tel en plusieurs endroits, d'attirer par fraudes et fausses esperances de faveur ou pardon le criminel à descouvrir son fait, Sagesse, p. 20, dans LACURNE dans STYLE
De quoy se faict la subtile folie, que de la plus subtile sagesse ?, Sagesse, I, 15 dans SUBTIL, ILE
Le bon marinier, avant surgir du port, fait provision de ce qu'il faut pour resister à la tempeste, Sagesse, p. 330, dans LACURNE dans SURGIR
L'on ne doit croire d'un homme que ce qui est humain, s'il n'est authorisé par approbation surnaturelle et surhumaine, qui est de Dieu seul, Sagesse, p. 50, dans LACURNE dans SURHUMAIN, AINE
On dit que l'homme surpris est à demi battu, Sagesse, p.330, dans LACURNE dans SURPRENDRE
Et ainsi, en voulant faire l'habile et le syndic de nature, tu [homme] demeures le seul sot au monde, Sagesse, I, 1 dans SYNDIC
Je presente seulement les choses et les estalle comme sur le tablier, Sagesse, Préf. de la 2e éd. dans TABLIER
Enfance, jeunesse, virilité, vieillesse, chacune a ses propres et particulieres tares, Sagesse, I, 36 dans TARE
C'est mollesse poltronne et delicatesse indigne d'un honneste homme qui nous rend incommodes et desagreables en conversation, et tendres au mal, au cas qu'il faille changer de maniere de faire, Sagesse, I, 39 dans TENDRE
Les jeunes gens, pour la tendresse et mollesse de leur aage, sont aisement trompés, facilement croient et reçoivent impression, Sagesse, p. 410, dans LACURNE dans TENDRESSE
Comme les rayons du soleil qui, vaguant à leur naturelle liberté, eschaufent doucement et tiedement, Sagesse, I, 19 dans TIÈDEMENT
[L'esprit humain] un esclair celeste auquel Dieu a donné la raison comme un timon animé pour le mouvoir avec reigle et mesure, Sagesse, I, 15 dans TIMON
.... [Larmes] qui peuvent tomber des yeux sans que la vertu tombe du coeur, Sagesse, I, 32 dans TOMBER
C'est ressembler aux tonneaux qu'on perce : l'on n'en peut rien tirer qu'on ne leur donne du vent, Sagesse, I, 21 dans TONNEAU
Et pensent que ce que l'on croit en leur village est la vraye touche de verité, Sagesse, I, 45 dans TOUCHE
Le peuple, nous entendons icy le vulgaire, la tourbe et lie populaire, Sagesse, I, 54 dans TOURBE
Qui voudroit bien juger de quelqu'un, il le faudroit voir à son tous les jours, Sagesse, p. 208, dans LACURNE dans TOUT, TOUTE
Longueurs, traineries de propos, Sagesse, p. 345, dans LACURNE dans TRAÎNERIE
Qui l'a [l'esprit] tant eslevé et transcendant, Sagesse, I, 15 dans TRANSCENDANT, ANTE
Partout, voire à estre bon et sage, il y peut avoir du trop, Sagesse, II, 11 dans TROP
Qui se met sur le trottouer et l'eschaffaut de ce monde, Sagesse, p. 365, dans POUGENS dans TROTTOIR
Trouble-feste, Sagesse, p. 30, dans LACURNE dans TROUBLE-FÊTE
L'universalité d'esprit, par laquelle le sage jette sa veue et consideration sur tout l'univers, Sagesse, II, 2 dans UNIVERSALITÉ
Les plus beaux et plus grands esprits sont les plus universels, Sagesse, II, 2 dans UNIVERSEL, ELLE
Demeurer universel et ouvert à tout, ib. dans UNIVERSEL, ELLE
Voylà comment cette innocente et candide surseance et vacuité de resolution est un grand moyen à la vraye pieté, Sagesse, II, 2 dans VACUITÉ
La [prouesse] militaire a l'advantage.... aussi a-t-elle emporté chez nous, comme par preciput, le titre honorable de vaillance, Sagesse, I, 61 dans VAILLANCE
Aucuns ont dit que le monde est de toute eternité, mortel et renaissant à plusieurs vicissitudes, Sagesse, p. 239 dans VICISSITUDE
L'ambition n'a point de borne ; c'est un gouffre qui n'a ni fond ni rive ; c'est le vuide que les philosophes n'ont encores pu trouver en la nature, Sagesse, I, 21 dans VIDE
Les plus foibles ames sont les plus vindicatives et malicieuses, Sagesse, I, 30 dans VINDICATIF, IVE
L'ordure et la voirie du monde, Sagesse, p. 562, dans LACURNE dans VOIRIE
Passion violente et volupté, qui attire à soy l'entendement mesme, Sagesse, I, 15 dans VOLUPTÉ