CHAPTAL

Citations

Je n'ai jamais obtenu qu'un vert sale, terreux, très nuancé et mal nourri, Instit. Mém. scienc. t. III, p. 101 dans NOURRI, IE
Quand on a manié pendant quelque temps des tithymales, les mains sont tellement poisseuses qu'elles se prennent et collent à tout, Inst. Mém. scienc. t. I, p. 290 dans POISSEUX, EUSE
Compositions polychrestes, dont les éléments ou principes, de nature très variée, peuvent enlever les taches...., Inst. Mém. scienc. t. VI, p. 496 dans POLYCHRESTE
Comme le ponceau sur soie résulte de l'application d'un pied de rocou et du rouge de carthame, il pâlit par les alcalis et s'avive par les acides, Instit. Mém. scienc. t. VI, p. 502 dans PONCEAU
Nous sommes sans doute très supérieurs aux anciens dans l'art de la poterie ; la nombreuse série des oxydes métalliques successivement découverts et appliqués nous a fourni les moyens d'enrichir nos poteries d'une variété de couleurs aussi brillantes que solides, Instit. Mém. scienc. 1808, p. 335 dans POTERIE
Le coton ne prend le rouge de la garance d'une manière solide que lorsqu'il a été imprégné d'huile, Instit. Mém. scienc. t. II, p. 289 dans PRENDRE
Une couleur d'un violet clair ou pruneau, Instit. Mém. scient. t. III, p. 101 dans PRUNEAU
Les acides rougissent les couleurs noires, fauves, violettes, puce...., Instit. Mém. scienc. t. VI, p. 486 dans PUCE
J'ai supprimé le lavage dans ma fabrique [de sucre], et je me borne à faire couper les collets et les radicules, et à faire ratisser ou nettoyer la surface des betteraves avec un couteau, Instit. Mém. acad. scienc. t. I, p. 362 dans RATISSER
Il faut se presser de travailler le suc de la betterave à mesure qu'on l'extrait ; si on le laisse reposer plusieurs heures, surtout quand il n'est pas concentré, il éprouve des altérations qui dénaturent le sucre, Instit. Mém. Acad. des scienc. t. I, p. 369 dans REPOSER
De tous les acides, je ne connais que l'oxalique qui dissolve complétement la rouille, sans affecter l'étoffe, Inst. Mém. scienc. t. VI, p. 493 dans ROUILLE
Dans nos climats du Midi, où la végétation est plus hâtive, vainement on a essayé d'extraire du sucre de la betterave arrachée en automne ; il paraît que dans cette saison l'époque de la saccharification est passée, Instit. Mém. scienc. t. I, p. 357 dans SACCHARIFICATION
Lorsque la betterave a terminé sa végétation saccharine, si je puis m'exprimer ainsi, il se forme du nitrate de potasse aux dépens des principes constituants du sucre, Instit. Mém. scienc. t. I, p. 358 dans SACCHARIN, INE
Il n'est pas de plante qui souffre plus [que la betterave] du voisinage des herbes étrangères ; mais, en général, deux sarclages suffisent pour une récolte, Instit. Mém. scienc. t. I, p. 356 dans SARCLAGE
Le produit d'un arpent [de betteraves] bien sarclé est au moins double de celui qui ne l'a pas été, Instit. Mém. scienc. t. I, p. 357 dans SARCLÉ, ÉE
Peut-être l'air, qui pénètre tout le corps humain par plusieurs voies, est-il essentiellement destiné à précipiter et à solidifier la fibre et l'albumine, Instit. Mém. scient. t. I, p. 300 dans SOLIDIFIER
Les nombreuses fabriques de sucre de betterave qui s'étaient formées, annonçaient à l'Europe qu'on était au moment de secouer le joug du nouveau monde, Instit. Mém. acad. scienc. t. I, p. 349 dans SUCRE
Dix milliers de betteraves exploitées par jour donneront trois cents livres de sucre brut, Instit. Mém. Acad. scienc. t. I, p. 375 dans SUCRE
L'acide sulfureux n'altère point le bleu sur soie, Instit. Mém. scienc. t. VI, p. 496 dans SUR
Le fer, déposé sur le coton, reçoit, en séchant, une suroxydation par la simple exposition à l'air, Instit. Mém. scienc. t. III, p. 102 dans SUROXYDATION
La presque totalité des taches qui se forment sur les étoffes provient des corps graisseux ou huileux, tels que l'huile, la graisse, le suif, la pommade, la cire, le cambouis, Instit. Mém. scienc. t. VI, p. 491 dans TACHE
Des trois couleurs primitives que la teinture emploie, le rouge, le jaune et le bleu, il n'y a plus que le jaune qui ne présente pas un degré de solidité suffisant pour qu'on puisse le regarder comme couleur fixe ou bon teint, Instit. Mém. scienc. t. II, p. 507 dans TEINT
Fixer sur les tissus plusieurs couleurs qu'on regardait comme faux teint, Instit. Mém. Acad. scienc. t. I, p. 348 dans TEINT
L'art de la teinture s'est emparé de l'oxyde de fer ; il en a fait un principe colorant très précieux, Instit. Mém. sc. t. III, p. 98 dans TEINTURE
Les teinturiers font presque partout un mystère de l'acide qu'ils emploient ; mais c'est partout ou l'acide acéteux, ou le sulfurique, ou le nitrique, ou le muriatique, Instit. Mém. scienc. t. III, p. 98 dans TEINTURIER, IÈRE
Matières tinctoriales, Instit. Mém. scienc. t. VI, p. 489 dans TINCTORIAL, ALE
Cette couleur [violette] tourne au rouge ou au bleu, selon que l'un ou l'autre de ces deux principes prédomine, Instit. Mém. scienc. t. III, p. 103 dans TOURNER
La grande cause du mal uni dans cette couleur [le violet]...., Instit. Mém. scienc. t. III, p. 102 dans UNI, IE
Ceux [végétaux] que M. de Candolle nomme vasculaires, parce que les fluides y trouvent une direction toute tracée dans la disposition intérieure du tissu, Instit. Mém. scienc. 1807, 1re sem. p. 89 dans VASCULAIRE
De toutes les préparations du cuivre par oxydation, il n'en est pas de plus précieuse que celle qu'on fait par le moyen du vinaigre ; tout le verdet du commerce se prépare par cet acide ; et c'est surtout à Montpellier et dans les environs que s'est fixée cette fabrication, Instit. Mém. Scienc. t. II, p. 490 dans VERDET
On fait passer dans les chaudières les vinasses des vaisseaux ovales, pour en extraire jusqu'au dernier atome du principe spiritueux que fournit le vin, Instit. Mém. scienc. 1808, p. 186 dans VINASSE
Le rouge de garance et l'oxyde de fer déposés sur l'étoffe y déterminent la couleur violette, Instit. Mém. scienc. t. III, p. 103 dans VIOLET, ETTE
Force vitale ne veut dire autre chose que force inconnue, Instit. Mém. scienc. 1807, 1er sem. p. 88 dans VITAL, ALE
M. Descotils a observé une couleur d'un bleu très éclatant et vitreux sur les peintures hiéroglyphiques d'un monument d'Égypte, et il s'est assuré que cette couleur était due au cuivre, Instit. Mém. scienc. 1808, p. 361 dans VITREUX, EUSE