CHAMPOLLION

Citations

Ces pierres gravées qu'on désigne habituellement par le titre de pierres gnostiques ou basilidiennes, Précis du syst. hiér. p. 140 dans BASILIDIEN
Les pierres basilidiennes ont attaché les noms à l'image d'un serpent, ib. p. 145 dans BASILIDIEN
Son application seule [du principe que le système graphique égyptien employa simultanément des signes d'idées et des signes de sons] a pu me conduire à la lecture proprement dite des portions phonétiques, formant en réalité les trois quarts au moins de chaque texte hiéroglyphique ; de là est résultée la pleine conviction que la langue égyptienne antique ne différait en rien d'essentiel de la langue vulgairement appelée copte ou cophthe ; que les mots égyptiens écrits en caractères hiéroglyphiques sur les monuments les plus antiques de Thèbes et en caractères grecs dans les livres coptes ont une valeur identique et ne diffèrent en général que par l'absence de certaines voyelles médianes, omises, selon la méthode orientale, dans l'orthographe primitive, Gramm. égypt. Introd. p. XVIII dans COPTE
Les caractères qui, dès l'origine, composèrent le système entier de l'écriture sacrée, furent des imitations plus ou moins exactes d'objets existants dans la nature ; ces caractères, consistant en images de choses réelles, reproduites dans leur ensemble ou dans quelques-unes de leurs parties, reçurent des anciens auteurs le nom de caractères sacrés, et, plus particulièrement, celui de caractères sacrés sculptés ; de là est dérivé le nom d'hiéroglyphes ou de caractères hiéroglyphiques qu'on leur a conservé jusqu'à notre temps, Gramm. égypt. p. 1 dans HIÉROGLYPHE
Le nom d'hiéroglyphes ne doit, à la rigueur, être appliqué qu'aux seuls caractères sacrés, sculptés ou peints, représentant des objets naturels dessinés ou sculptés avec quelque soin, ib. dans HIÉROGLYPHE