CH. NISARD

Citations

Bigre à l'huile, expression grossière par laquelle on désignait les minimes, parce que saint François de Paule, fondateur de l'ordre, leur avait prescrit de ne manger que de l'huile, c'est-à-dire de faire toute leur cuisine à l'huile, et cela, parce que les pauvres, en Calabre, faisaient de même, Parisianismes, p. 144 dans BIGRE
À la foire Saint-Ovide, qui se tint d'abord à la place Vendôme et qui fut transportée en 1773 à la place Louis XV, on vendait quantité de menues bijouteries de peu de valeur, Parisianismes, Paris, 1876, p. 27 dans BIJOU
Bijou du parvis, se disait d'un individu condamné à une peine infamante et ayant fait amende honorable sur la place du parvis Notre-Dame, ib. p. 28 dans BIJOU
On dit se porter comme un charme, pour se porter bien, par une fausse analogie avec aimer comme un charme, ib. dans CHARME
C'est bien cacher à qui le cul voit, on ne peut cacher une chose à celui à qui rien n'échappe et qui a des yeux même derrière lui, ib. dans CUL ou CU
Faire beau cul, prendre son parti philosophiquement d'un malheur qu'on ne peut empêcher, céder de bonne grâce à la nécessité, ib. dans CUL ou CU
Le théatin [Paciaudi] composa le traité de la cybistique chez les Grecs ; on rendit compte de cet opuscule dans les Mémoires de Trévoux, févr. 1757, Journ. offic. 30 janv. 1877, p. 720, 2e col. dans CYBISTIQUE
Boire le goupillon était dans le XVIIe siècle une sorte de punition infligée aux buveurs, et qui paraît avoir consisté à leur faire boire jusqu'à la dernière goutte de la bouteille en accompagnant cette opération de quelque violence, Parisianismes, 1876, p. 28 dans GOUPILLON
Les Parisiens d'abord envoyaient au vendeur de gris, pour acheter de sa marchandise, les nouveaux venus de la province aux dépens desquels ils voulaient s'amuser ; c'est ainsi qu'aujourd'hui on envoie un garçon simple et crédule acheter chez l'épicier de l'huile de cotret, ib. p. 130 dans GRIS, ISE
De là ce proverbe en parlant d'un homme fastueux : C'est un train de Jean de Paris, Littérature du colportage, t. II, p. 40 dans JEAN
Paciaudi envoya un charmant cachet représentant un pétauriste ou sauteur du genre de ceux qui se montrent aujourd'hui sur nos places publiques, Journal offic. 30 janv. 1877, p. 720, 2e col. dans PÉTAURISTE
Les vieux seuls s'en tiennent à la tradition, et, s'ils posent une demi-semelle, ils la rebouisent, Parisianismes, Paris, 1876, p. 35 dans REBOUISER
Mathieu Marais en 1727 (Journal, t. III, p. 504, 1864, in-8) appelait les Voyages de Cyrus de Ramsay un Télémaque retourné, parce que l'auteur avait eu la prétention d'écrire son livre d'après l'histoire, tandis que Fénelon écrivit le sien d'après la Fable, Parisianismes, Paris, 1876, p. 45 dans RETOURNÉ, ÉE