CARREL

Citations

Si Béranger n'était pas l'écrivain le plus populaire de l'époque, ce serait certainement l'un des plus ingénieux, des plus instruits, des plus attachants causeurs que l'on puisse rencontrer dans cette société qui l'a beaucoup recherché et qu'il a beaucoup fuie, Oeuvres, t. V, p. 376 dans CAUSEUR, EUSE
La vie d'un écrivain distingué par une très grande originalité est le meilleur commentaire de ses écrits, Oeuvres, t. V, p. 175 dans COMMENTAIRE
Ce qui était le fait d'une humeur un peu bizarre, d'un esprit distrait et capricieux, passait sur le compte de la fermeté de caractère et de la supériorité de jugement, Oeuvres, t. V, p. 202 dans COMPTE
La réponse trouvée à cette redoutable question par St-Just et Robespierre fut, sincèrement nous le croyons, que la civilisation des siècles précédents était fausse et dépravante, t. V, p. 415 dans DÉPRAVANT, ANTE
Alors son langage si abondant et si riche, sa diction si virile et si noblement accentuée, sa pantomime si spontanée, si heureuse, tout, jusqu'à sa physionomie dévastée [défigurée par les ravages d'une maladie], était expression, mouvement, peinture, entraînement, Oeuvres, t. V, p. 218 dans DÉVASTÉ, ÉE
Le Pamphlet des pamphlets montra le talent de Courier arrivé à cette période de puissance où l'écrivain n'imite plus personne et prétend servir d'exemple à son tour, Oeuvres, t. V, p. 211 dans ÉCRIVAIN
À mesure que P. Louis Courier produit, on peut remarquer son allure plus dégagée, plus libre, sa manière se séparant de plus en plus de celle des écrivains auxquels on a pu d'abord le comparer, ib. t. V, p. 212 dans ÉCRIVAIN
Elle [la minorité de la chambre de 1830] ne craint exagérément ni les journaux, ni les sociétés populaires, ni l'ancienne congrégation, ni le midi, ni l'ouest, ni l'Europe, Oeuv. t. I, p. 246 dans EXAGÉRÉMENT
L'insurrection [de 1830] qui trancha si expéditivement la difficulté et poussa les courages qui s'étaient enhardis jusqu'au refus de l'impôt...., Oeuvres, t. III, p. 450 dans EXPÉDITIVEMENT
Il [Courier] eut son grain d'ambition, son quart d'heure de folie comme un autre ; la tête aussi lui tourna ; mais cela ne dura guère, il en revint bientôt au mécompte, et corrigé pour toute sa vie, Oeuvres, t. V, p. 196 dans FOLIE
Si le caractère indépendant, mais peu vigoureux de Courier, si son esprit frondeur plutôt qu'arrêté en certains principes, sont assez compris par ce qui précède, on ne s'étonnera point qu'il continuât à servir malgré son peu de goût pour la nouvelle forme de gouvernement établie en France, Oeuvres, t. V, p. 193 dans FRONDEUR
Ce furent des bandes de guérillas qui les premières devinrent redoutables à l'ennemi, Oeuv. t. V, p. 67 dans GUÉRILLA
On concevait [dans l'antiquité] une hauteur de vertu plus qu'humaine qui se devait de ne jamais habiter avec la tyrannie, Oeuv. t. V, p. 311 dans HABITER
Ce n'est pas nous qui contesterions.... à M. Périer l'esprit d'opposition et de harcèlement le plus varié, le plus ardent, le plus fécond qui ait paru sur nos bancs de gauche depuis 1815, Oeuv. t. II, p. 315 dans HARCÈLEMENT
Ce pamphlétaire [P. L. Courier], qui ne se gênait d'aucune vérité périlleuse à dire, hésitait sur un mot, sur une virgule, se montrait timide à toute façon de parler qui n'était pas de la langue de ses auteurs, Oeuvres, t. V, p. 211 dans HÉSITER
Ceux qui, chargés par état de maintenir ce qu'on est convenu d'appeler l'ordre ; ceux qui prêchent à l'ouvrier la plus difficile, la plus rare, la plus impossible des vertus : la modération dans les désirs, ceux-là même, ce sont ceux qui donnent à la société tout entière l'exemple de l'immodération la plus scandaleuse, c'est-à-dire la moins digne d'excuse, Oeuvres, t. III, p. 574 dans IMMODÉRATION
Que l'état de société sous des dehors brillants était barbare et imperfectible, Oeuv. t. V, p. 415 dans IMPERFECTIBLE
Il y a dans la situation actuelle deux bien grands maux qui frappent tous les yeux : c'est, d'une part, l'inconfiance absolue qui tue les affaires, de l'autre, l'impuissance à laquelle le gouvernement se voit réduit à mesure qu'approche le formidable procès des ex-ministres, Oeuvres, 18 oct. 1830 dans INCONFIANCE
Il est assez connu que la population de Paris passe rapidement de l'inconfiance à la défiance, de la défiance à la désaffection de la désaffection à l'hostilité et de l'hostilité aux voies de fait, Oeuv. t. III, p. 505 dans INCONFIANCE
Combien les hommes de l'opposition des quinze ans n'ont-ils pas reproché au gouvernement de la branche aînée sa dépendance de l'étranger, son insouci de l'honneur national, son ignorance de la vraie politique du pays !, Oeuvres, t. IV, p. 248 dans INSOUCI
Nous attendions ces ovations des prétendus intimidateurs de la presse, pour relever toutes les félicitations qu'on s'est efforcé de rendre injurieuses pour nous, Oeuvres, t. IV, p. 417 dans INTIMIDATEUR
Le Journal des Débats peut savoir, par sa propre histoire jusqu'où peut aller le ressentiment contre tout système intimidateur qui ôte aux opinions la liberté de se produire, Oeuvres, t. IV, p. 350 dans INTIMIDATEUR
Il y a eu un texte légal à l'appui de chaque empiétement du pouvoir ; il s'en est trouvé un pour obliger le médecin à trahir l'asile où le blessé avait été recueilli, Oeuvres, t. IV, p. 209 dans LÉGAL, ALE
Je n'ai pas mission de dire s'il était plus facile de légaliser la sentence de mort [contre le maréchal Ney] que la révision d'une procédure inique, Oeuvres, t. IV, p. 220 dans LÉGALISER
Du mot de M. Viennet : la légalité nous tue, Oeuvres, t. III, p. 383 dans LÉGALITÉ
Courier] s'est mis [dans le Pamphlet des pamphlets] en cause commune avec Socrate, Pascal, Cicéron, Franklin, Démosthènes, saint Paul, saint Basile ; il s'est environné de ces grands hommes comme d'une glorieuse milice d'apôtres de la liberté de penser, de publier, d'imprimer, Oeuvres, t. V, p. 213 dans MILICE
Ce ne furent [des écrits d'Alph. Rabbe] que des compilations faites avec hâte et fatigue, et dans lesquelles étaient jetées çà et là des pages éloquentes, expression de ses misanthropiques douleurs, Oeuvres, t. V, p. 217 dans MISANTHROPIQUE
Ce pamphlétaire [P. L. Courier], qui ne se gênait d'aucune vérité périlleuse à dire, hésitait sur un mot, sur une virgule, se montrait timide à toute façon de parler qui n'était pas de la langue de ses auteurs, Oeuvr. t. V, p. 211 dans MOT
En disant que la loi était athée, on ne voulait pas dire que la loi fût l'oeuvre de philosophes négateurs d'un être suprême...., Oeuv. t. IV, p. 331 dans NÉGATEUR, TRICE
Ce pamphlétaire [P. L. Courier], qui ne se gênait d'aucune vérité périlleuse à dire, hésitait sur un mot, sur une virgule, se montrait timide à toute façon de parler qui n'était pas de la langue de ses auteurs, Oeuvr. t. v, p. 211 dans PAMPHLÉTAIRE
Il [P. L. Courier] parut dans les salons ministériels du temps, et cela seul suffit pour faire changer de conduite à son égard le préfet du département et tout ce qui dépendait du préfet ; c'était là tout ce qu'il voulait ; il remercia, salua et ne reparut plus, Oeuv. t. v, p. 203 dans PARAÎTRE
Ceux qui ne voulaient ni religion d'État, ni hérédité de la pairie, ni double vote, ni prépotence de la grande propriété, Oeuvr. t. II, p. 87 dans PRÉPOTENCE
Il n'y a que lui [Charlet le peintre] qui n'ait pas peur de l'habit rapiécé, et qui sache faire sentir sous les haillons ce qui y est : l'homme étouffé plutôt que dégradé, le pauvre diable à peu près résigné à son sort et qui n'en pense pas moins, Oeuvr. t. V, p. 369 dans RAPIÉCÉ, ÉE
Comment et à quelles conditions la France a repassé de la monarchie révolutionnaire de Bonaparte à la monarchie révolutionnée des Bourbons, Oeuv. t. V, p. 243 dans RÉVOLUTIONNÉ, ÉE
Il [P. L. Courier] eut son grain d'ambition, son quart d'heure de folie, comme un autre ; la tête aussi lui tourna ; mais cela ne dura guère, il en revint bientôt avec mécompte et corrigé pour toute sa vie, Oeuvres, t. v, p. 196 dans TOURNER
Trois jours de combat et de victoire, un effort soudain et immense parurent nous avoir arrachés, comme par enchantement, à cette sombre et traînante série de malheurs qui se déroulait devant nous, le National, 25 nov. 1830 dans TRAÎNANT, ANTE
Pourquoi une proposition aussi juste et aussi simple en soi que celle d'universaliser la jouissance du nécessaire, en frappant l'abus et l'exception du superflu, a-t-elle effrayé la Convention elle-même ?, Oeuv. t. IV, p. 11 dans UNIVERSALISER
Un grand exemple était dû à ce vulgaire des classes aisées qui prend l'affreux pour le sublime, et dont le faible esprit avait été comme subjugué par...., Oeuv. t. IV, p. 419 dans VULGAIRE