CABANIS

Citations

Le but d'Hippocrate était d'observer les maladies, de voir s'il ne serait pas possible de trouver la raison de leur dominance et de leurs retours dans les circonstances de l'exposition du sol, de l'état de l'air, dans le Dict. de POITEVIN. dans DOMINANCE
Fortunio Liceti, savant recommandable du XVIe siècle, qui vint au monde à l'âge de cinq mois, et que son père, médecin de réputation, conserva par les soins les plus minutieux, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. I, p. 125 dans MONDE
Entre l'état d'un noyé qui revient à la vie, et l'état de celui dont la mort est irrévocable, la différence sera difficile à bien établir, Instit. Mém. scienc. mor. et pol. t. I, p. 101 dans NOYÉ, ÉE
On remarque dans les adolescents certaines affections nerveuses analogues à celles que produit si fréquemment dans les sujets de l'autre sexe le travail préparatoire de la nubilité, Instit. scienc. mor. et polit. t. II, p. 188 dans NUBILITÉ
Nous n'avons d'idées des objets que par les phénomènes observables qu'ils nous présentent, Inst. Mém. scienc. mor. et pol. t. I, p. 151 dans OBSERVABLE
On a remarqué que l'odorat avait peu de mémoire ; la raison en est simple : en général, les impressions ne sont pas fortes, et elles ont peu de constance, Instit. Mém. scienc. mor. et pol. t. I, p. 200 dans ODORAT
L'orgasme nerveux dont la première éruption des règles est accompagnée, Instit. Mém. scienc. mor. et pol. t. II, p. 207 dans ORGASME
Je parle d'abord des signes pantomimiques, parce que ce sont les premiers de tous, les seuls communs à la race humaine, Instit. Mém. scienc. mor. et polit. t. I, p. 89 dans PANTOMIMIQUE
Certains états particuliers qui, faisant taire une grande partie des impressions extérieures, rendent percevables d'autres impressions intérieures qui...., Instit. Mém. scienc. mor. et polit. t. I, p. 171 dans PERCEVABLE
Le pituiteux sent, pense et agit lentement et peu, Inst. Mém. sc mor. et pol. t. II, p. 264 dans PITUITEUX, EUSE
Depuis la naissance de l'enfant jusqu'à l'âge de quatorze ans, le volume et la prédominance du cerveau appellent particulièrement le sang vers la tête, Instit. scienc. mor. et pol. t. II, p. 142 dans PRÉDOMINANCE
Les anciens avaient vu que les hommes d'une taille et d'un embonpoint médiocre, avec des membres bien proportionnés, un visage riant et fleuri...., Instit. Mém. scienc. mor. et pol. t. I, p. 68 dans PROPORTIONNÉ, ÉE
Charles Bonnet fut un grand naturaliste autant qu'un grand métaphysicien ; il a fait plusieurs applications directes de ses connaissances anatomiques à la psychologie, Instit. Mém. scienc. mor. et pol. t. I, p. 63 dans PSYCHOLOGIE
Les psychologues et les physiologistes ont rangé, comme de concert, les impressions par rapport à leurs états généraux dans l'organe sensitif sous deux chefs qui les embrassent effectivement toutes, le plaisir et la douleur, Instit. Mém. scienc. mor. et pol. t. I, p. 138 dans PSYCHOLOGISTE ou PSYCHOLOGUE
L'intime organisation de la pulpe cérébrale nous est encore assez mal connue, Instit. Mém. scienc. mor. et pol. t. I, p. 174 dans PULPE
Le rhythme de la poésie n'est qu'une imitation de celui de la musique, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. I, p. 203 dans RHYTHME
La raison n'a pas moins de découvertes utiles à faire dans le monde moral, que n'en font dans le monde physique ses plus heureux scrutateurs, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. II, p. 224 dans SCRUTATEUR
Voilà ce que disent à peu près les stahliens, les semi-animistes, les nouveaux solidistes d'Édimbourg, Instit. Mém. scienc. mor. et pol. t. IV, p. 102 dans SEMI-ANIMISTE
Dans la mort sénile, le malade n'éprouve que cette difficulté d'être dont le sentiment fut, en quelque sorte, la seule agonie de Fontenelle, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. II, p. 160 dans SÉNILE
On peut considérer les opérations de la sensibilité comme se faisant en deux temps : d'abord les extrémités des nerfs reçoivent et transmettent le premier avertissement à tout l'organe sensitif.... ensuite l'organe sensitif réagit sur elles, pour les mettre en état de recevoir toute l'impression, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. I, p. 141 dans SENSITIF, IVE
Dans l'un et l'autre sexe, la puberté stimule également les glandes et le cerveau, Instit. Mém. Sc. mor. et polit. t. II, p 204 dans STIMULER
La succion ne doit pas être regardée comme un grand phénomène dans l'économie animale ; mais son mécanisme est très savant aux yeux du physicien, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. I, p. 126 dans SUCCION
Les anciens, dont l'esprit méditatif cherchait à systématiser toutes les connaissances, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. I, p. 74 dans SYSTÉMATISER
Les premiers physiologistes avaient observé déjà que les habitudes du système musculaire ou moteur sont dans une espèce d'équilibre singulier avec celles du système nerveux ou sensitif, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. I, p. 181 dans SYSTÈME
Le tact est le premier sens qui se développe ; c'est le dernier qui s'éteint, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. I, p. 197 dans TACT
Les fonctions tactiles, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. I, p. 191 dans TACTILE
La différence des tempéraments dépend surtout de celle des centres de sensibilité, des rapports de force ou de faiblesse et des communications sympathiques des divers organes, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. I, p. 80 dans TEMPÉRAMENT
Le travail périodique par lequel cette évacuation [des règles] se reproduit, Instit. Mém. sc. mor. et polit. t. II, p. 213 dans TRAVAIL
Et si [je] me sui mis à sa volenté Que nus travaux mon desir ne rafraigne, XIV dans TRAVAIL
Car, se Dieu plest, encor [elle] me saura gré De mon travail et de ma longue paine, ib. dans TRAVAIL
On voit souvent des femmes vaporeuses qui, dans leur état habituel, peuvent à peine se tenir debout, exécuter, dans leurs accès convulsifs, des efforts qui seraient au-dessus des forces de plusieurs hommes réunis, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. I, p. 183 dans VAPOREUX, EUSE
J'ai vu des vaporeux qui se trouvaient si légers qu'ils craignaient d'être emportés par le moindre vent, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. I, p. 160 dans VAPOREUX, EUSE
Il est notoire que, dans certaines dispositions des organes internes et notamment des viscères du bas-ventre, on est plus ou moins capable de sentir et de penser, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. I, p. 115 dans VISCÈRE
Les physiologistes ont prouvé que les mouvements vitaux sont le produit des impressions reçues par les parties sensibles, Instit. Mém. scienc. mor et pol. t. I, p. 100 dans VITAL, ALE
Des fibres dociles et en même temps imprégnées d'une vitalité considérable, Instit. Mém. scienc. mor. et pol. t. II, p. 254 dans VITALITÉ