Charles BONNET (1720 - 1794)

Citations

suisse

S'il y a une autorité dans le monde à laquelle la raison doive céder, c'est à celle de la religion chrétienne, Vérité. dans À
À quoi vos jours, vos années se sont-elles écoulées ?, Conv. dans À
Une animosité qui commençait à aigrir et troubler votre coeur, Profes. relig. Serm. 4 dans À
Les abaissements que Marie avait soufferts sur la terre, Myst. assompt. dans ABAISSEMENT
Il s'abaissait jusqu'à converser avec une femme de Samarie, av. Disp. dans ABAISSER
Ce sont là de ces exemples rares et terribles de la justice de Dieu sur les hommes ; et s'il y en a eu sur la terre, ils prouvent seulement jusqu'où peut aller quelquefois son abandon et la puissance de sa colère, Car. évid. de la loi. dans ABANDON
Tant d'emportements honteux ! tant de faiblesse et d'abandonnement ! lui qui s'était piqué de raison, d'élévation, de fierté devant les hommes, Mort du pécheur. dans ABANDONNEMENT
Quand il s'agit de retourner à votre Dieu et de réparer une vie entière de corruption et d'abandonnement, Car. Pécheresse. dans ABANDONNEMENT
Ce degré d'abandonnement qui fait les âmes égarées et criminelles, ib. Tiédeur. dans ABANDONNEMENT
Un abandonnement qui ne connaît plus ni règle, ni pudeur, ni bienséance, Paraph. Psaume 13 dans ABANDONNEMENT
Votre coeur que vous avez prostitué avec tant d'abandonnement aux créatures, ib. Psaume 14 dans ABANDONNEMENT
La prospérité nous élève, l'affliction nous abat, Mart. dans ABATTRE
La plus petite mortification abat votre corps, Tiéd. dans ABATTRE
Vous êtes l'âme la plus abattue au premier péril, Car. Par. dans ABATTU, UE
Sondez cet abîme, si vous le pouvez, Conf. dans ABÎME
Mes frères, quel abîme qu'une grande place !, Louis. dans ABÎME
Vous qui portez sur la conscience les abîmes d'une vie entière de désordre, Av. Bonh. dans ABÎME
L'homme n'est qu'un abîme de faiblesse, Prière, 1 dans ABÎME
Faut-il que vous soyez un abîme de contradictions ?, Délai. dans ABÎME
Fait-elle monter de l'abîme de sa douleur les cris d'un repentir sincère ?, Impén. dans ABÎME
Cet abîme de soins et d'embarras ne lui laissait pas le loisir de chercher dans les prophéties d'Isaïe...., Bonh. dans ABÎME
Si vous ne sortez pas de l'abîme où vous vivez, Car. Conv. dans ABÎME
Il se figure des abîmes inconnus dans sa conscience, Tiéd. J. dans ABÎME
Ô mon Dieu ! je n'ose regarder d'un oeil fixe les abîmes de vos jugements et de votre justice, Car. Nombre des élus. dans ABÎME
Un homme abîmé dans la débauche, Doute. dans ABÎMÉ, ÉE
Le crime où vous êtes abîmés depuis tant de temps, Délai. dans ABÎMÉ, ÉE
Un procès, une saison cruelle, une taxe qui vous abîme, Visit. dans ABÎMER
J'avoue que la modestie des ministres et des pasteurs de l'Église ne doit avoir rien d'abject et de méprisable, t. X, p. 298 dans ABJECT, ECTE
Les désordres et les abominations de toute sa vie, Injust. du monde. dans ABOMINATION
L'abomination entre jusque dans le lieu saint, Médis. dans ABOMINATION
Il a vu les abominations en honneur au milieu de son peuple, Conv. dans ABOMINATION
Manassès qui avait introduit l'abomination dans le lieu saint, Mélange. dans ABOMINATION
Mahomet était déjà prêt de (prêt à) venir placer l'abomination dans le lieu saint, Franc. dans ABOMINATION
Le Seigneur se communiquait à eux [aux saints] plus abondamment, Myst. Purific. dans ABONDAMMENT
Y portez-vous [à la confession] cette vivacité de componction, cette abondance de douleurs, ce désir sincère de réparer le passé ?, Car. Communion. dans ABONDANCE
Malheur à ceux qui sont dans l'abondance !, Immut. dans ABONDANCE
Eux [les pauvres] dont les jours les plus abondants seraient pour vous des jours d'austérités, Jeûne. dans ABONDANT, ANTE
Répandre abondamment sa grâce [de J. C.] où le péché avait abondé, voilà notre ministère, Car. Confess. dans ABONDER
Les jeûnes rendaient l'abord de cette solitude formidable, Bénéd. dans ABORD
Celui qui se contente de recevoir J. C. et qui ne le conserve pas et le chasse d'abord de son coeur, ne l'a pas reçu spirituellement, Car. Comm. dans ABORD
Pour vous voir retomber d'abord après avec plus de honte et de faiblesse, Car. Pass. dans ABORD
C'est une ignominie pour la religion que, d'abord après avoir offert au Seigneur des prières pures, vous alliez lancer...., Car. Médisance. dans ABORD
Des questions qui n'aboutissent à rien, Obst. dans ABOUTIR
L'exemple, vous le savez, est la voie abrégée de la persuasion, Conférence, Excell. du sacerd. dans ABRÉGÉ, ÉE
L'enfer se déchaîne ; les temps de paix sont abrégés, Orais. fun. Dauph. dans ABRÉGÉ, ÉE
Il éteint et abrutit sa raison, Bonh. dans ABRUTIR
A mesure qu'il s'est abruti [l'homme corrompu], il a tâché de se persuader que l'homme était semblable à la bête, Car. Vérité d'un avenir. dans ABRUTIR
Les plaisirs abrutissants de la table, Avent, J. de Noël dans ABRUTISSANT, ANTE
Toute votre vie est une absence continuelle de vous-même, Conf. dans ABSENCE
Ce sont là des surprises et des absences d'un moment, Pent. dans ABSENCE
Il vaut mieux ne se nourrir que d'un pain d'absinthe et d'amertume, Dégoûts. dans ABSINTHE
Si votre langue n'est pas toujours trempée dans l'absinthe, Pardon. Dieux dans ABSINTHE
Mais ce n'est là qu'une faible voix absorbée, pour ainsi dire, par le bruit formidable de la multitude, Profession religieuse, Sermon dans ABSORBÉ, ÉE
Une vicissitude d'affaires qui absorbe toute leur vie, Temps. dans ABSORBER
En observant les abstinences de la loi, Riche. dans ABSTINENCE
Dans les moments où Dieu vous a affligé, vous vous êtes adressé à lui ; vous avez ouvert les yeux sur l'abus de ce monde misérable, Carème dans ABUS
Il n'avait répondu que par un silence accablant à ses supplications, Prière, 2 dans ACCABLANT, ANTE
Des infortunés qui vivent dans l'accablement, Affl. dans ACCABLEMENT
Elle [la prière] peut devenir même plus agréable au Seigneur par l'acceptation des peines que vous y souffrez, Car. Prière. dans ACCEPTATION
Il est rare qu'elle ait accès auprès du trône, Obst. dans ACCÈS
Je vous demanderai compte de ces talents éclatants qui vous avaient attiré les bénédictions des justes et les acclamations même des mondains, Avent, Jug. univ. dans ACCLAMATION
Nous l'avons vu entrer au bruit des acclamations publiques, Car. Pass. dans ACCLAMATION
Vous aimez mieux un doute accommodant qu'une sûreté trop gênante, Carême, Salut. dans ACCOMMODANT, ANTE
Tout ce qui vous accommode vous appartient déjà, Prosp. dans ACCOMMODER
On accommode la règle aux personnes, loin de juger les personnes par la règle, Car. Prosp. tempor. dans ACCOMMODER
Vous nous reprocherez peut-être un jour d'avoir accommodé la sainte vérité de votre Évangile aux indulgences et aux adoucissements de nos siècles, Car. Par. de Dieu. dans ACCOMMODER
Pour s'accommoder à la dépravation de nos désirs, Car. Prosp. temp. dans ACCOMMODER
Le Seigneur, attentif à ce qui se passe dans nos coeurs, et indigné de n'y rien trouver pour lui, s'est accommodé à nos souhaits, ib. dans ACCOMMODER
Je n'aurai pas besoin pour m'accommoder à mon sujet, de vous donner des titres spécieux, Villars. dans ACCOMMODER
Une vie dont l'anachorète le plus pénitent aurait de la peine à s'accommoder, Car. Jeûne. dans ACCOMMODER
Tout accord entre le mensonge et la vérité se fait toujours aux dépens de la vérité même, Car. Passion. dans ACCORD
Une vie où l'on n'accorde rien aux passions extrêmes, Rich. dans ACCORDER
Accordez-vous donc avec vous-mêmes, Injust. dans ACCORDER
Qu'il est rare, mes frères, que la nature s'accorde avec la grâce, Car. Vocation. dans ACCORDER
Lorsque J. C. a assuré que son joug était doux et léger, il nous a ordonné en même temps de le porter chaque jour : l'onction est attachée à l'accoutumance, Carême, Salut. dans ACCOUTUMANCE
Vos maux sont accoutumés désormais à ces divins remèdes, Recherch. dans ACCOUTUMÉ, ÉE
Au milieu d'un petit nombre de témoins domestiques et accoutumés, le personnage cesse, et l'homme prend sa place, Or. fun. Madame. dans ACCOUTUMÉ, ÉE
On s'accoutume de donner, comme le monde, à toutes les passions, des noms adoucis, Conf. Fuite du monde. dans ACCOUTUMER
Plantons, arrosons, et laissons au Seigneur l'accroissement, Incarn. dans ACCROISSEMENT
Le Seigneur, éloigné de ce lieu saint par vos profanations, ne donne plus l'accroissement à nos travaux, Car. Respect, temples. dans ACCROISSEMENT
On ne sentait point en l'approchant ces inquiétudes secrètes que forme le succès douteux de l'accueil, Dauphin. dans ACCUEIL
Je me représente notre prélat avec cet air affable et serein, toujours accessible, toujours accueillant...., Villars. dans ACCUEILLANT, ANTE
Nous entendons tous les jours des pécheurs qui mêlent à l'accusation de leurs fautes les maximes du siècle et le langage des passions, Carême, Confession. dans ACCUSATION
Les plaisirs qui se font acheter par des remords, Prod. dans ACHETER
Il devient une pierre d'achoppement à ses frères, Vices dans ACHOPPEMENT
Si, comme la soeur de Moïse, vous aviez trouvé un législateur sage et sévère qui, sans avoir égard au rang que vous tenez dans votre peuple, sans acquiescer à la chair et au sang, vous eût séparés du tabernacle saint, Car. Constance. dans ACQUIESCER
Le peuple d'acquisition, la nation sainte, les chrétiens, autrefois la bonne odeur de J. C. au milieu d'un monde païen et corrompu, Conf. Zèle contre les scandales dans ACQUISITION
L'apôtre en vain les avertit que ceux qui sont entrés dans la milice de Jésus-Christ ne doivent plus se livrer aux embarras du siècle ; ils en sont les principaux acteurs ; on les voit à la tête des intrigues...., Conf. Fuite du monde. dans ACTEUR, TRICE
Il importe donc de vous marquer les préparations qui doivent vous conduire à cette action redoutable [la communion], Car., Comm. dans ACTION
Une attention actuelle qui prend d'abord des mesures solides de changement, Car. Confess. dans ACTUEL, ELLE
L'adhérence du coeur à des biens invisibles et éternels, Myst. Assomption. dans ADHÉRENCE
Vous allez dire au monde un adieu éternel, Prof. 1 dans ADIEU
Qu'il est rare d'être les censeurs sévères et incommodes de nos admirateurs, Confér. Fuite du monde. dans ADMIRATEUR, TRICE
Il devient l'admiration de la superbe Ninive, Péch. dans ADMIRATION
Si le monde n'attachait les hommes que par le bonheur de leur condition présente, comme il ne fait point d'heureux, il ne ferait point d'adorateurs, Dauphin. dans ADORATEUR, TRICE
De tous les endroits de la terre, les Israélites étaient obligés d'y venir adorer [dans le temple], Car. Respect des temples. dans ADORER
L'immobilité d'un corps anéanti et la profonde religion d'une âme qui adore, ib. dans ADORER
Eux seuls [les gens de bien] vous épargnent, cachent vos vices, adoucissent vos défauts, excusent vos fautes, Injust. du monde. dans ADOUCIR
Ils se persuadent que les devoirs rigoureux que l'Évangile prescrivait d'abord aux premiers âges de l'Église, se sont adoucis avec le relâchement des moeurs, Car. Immutab. dans ADOUCIR
Si vous voulez vous juger vous-mêmes.... vous verrez que tous vos discours et toutes vos démarches ne sont que des adoucissements de la vérité, Avent, Epiph. dans ADOUCISSEMENT
Vous nous reprocherez peut-être un jour d'avoir accommodé la sainte sévérité de votre Évangile aux indulgences et aux adoucissements de nos siècles, Car. Parole de Dieu. dans ADOUCISSEMENT
Les complaisances et les adoucissements de l'usage, Villeroi. dans ADOUCISSEMENT
Dès que les gens de bien se permettent certains plaisirs innocents, c'est alors que le monde triomphe des adoucissements de leur piété, Panég. S. Jean-Bapt. dans ADOUCISSEMENT
Sans doute il m'adressait le discours [il m'avait en vue], Magd. dans ADRESSER
Quand je dis vous, je m'adresse presque à tous les hommes, Élus. dans ADRESSER
Comme si c'était être indiscret que de n'être pas adulateur et prévaricateur de son ministère, Confér. Scandales. dans ADULATEUR, TRICE
La grandeur, je le sais, ne manque guère d'adulateurs, mais les grands manquent souvent d'amis, Villeroy. dans ADULATEUR, TRICE
Si vous prétendez vous en rendre digne par des bassesses, des soins, des assiduités, des adulations, des sollicitations humaines, vous êtes un profane qui achetez le don de Dieu, Conf. Amb. des clercs. dans ADULATION
Votre lumière ne luit pas sur les âmes adultères et corrompues, Prod. dans ADULTÈRE
N'avait-il pas réconcilié la grandeur avec l'affabilité ?, Villeroy. dans AFFABILITÉ
[Dans le monde] Il faut se prêter, s'accommoder, s'affadir avec les enfants de la terre, nous qui devions en être le sel, Conf. Fuite. dans AFFADIR
L'éloquence, toujours flatteuse dans les monarchies, s'est affadie par des adulations dangereuses aux meilleurs princes, Louis le Grand. dans AFFADIR
Pour s'opposer au relâchement ; des moeurs, aux affaiblissements de la discipline, Car. Mélange. dans AFFAIBLISSEMENT
Il est rare que leurs grâces [des grands] ne soient pas le prix de nos affaiblissements et de nos complaisances, Conf. Scand. dans AFFAIBLISSEMENT
Ce qu'on y voit de plus pompeux n'est l'affaire que d'une scène, Drap. dans AFFAIRE
On se persuade que, comme ce n'est pas une affaire d'en [de certains défauts] être coupable, il n'y a pas aussi grand mal d'en être censeur, Car. Médis. dans AFFAIRE
Ceux qui sont à la tête des affaires, Conv. dans AFFAIRE
Vous dites que vous êtes incompatible avec cette personne, que toutes ses manières semblent affectées pour vous aigrir, Car. Pardon des off. dans AFFECTÉ, ÉE
Je me déclare prévaricateur, c'est-à-dire transgresseur affecté de la loi.... Vous êtes des blasphémateurs affectés du Dieu véritable, Car. Rechute. dans AFFECTÉ, ÉE
Quiconque met ses affections ici-bas n'a plus de droit à la patrie, Mart. dans AFFECTION
Vous pouvez réparer, en affligeant votre chair, vos voluptés criminelles, Car. Vocation. dans AFFLIGER
L'austérité d'une haire presque perpétuelle affligeait l'innocence de son corps [de Saint-Louis], St Louis. dans AFFLIGER
J'ai affligé mon âme par le jeûne, Resp. dans AFFLIGER
À son âge et avec un corps nourri si mollement, on n'entre pas dans une carrière si affreuse à la nature corrompue, comme dans un chemin couvert de fleurs, Ste Madeleine. dans AFFREUX, EUSE
Appelé à l'agence dans ces temps périlleux, où l'autorité du gouvernement mal affermie ne laissait espérer aux droits de l'Église qu'une faible protection, il ne fit paroître ni moins de zèle, ni moins de fermeté, Villars. dans AGENCE
Qu'attendez-vous ici du ministère de notre agent ? Une criminelle complaisance.... ?, Villars. dans AGENT
Vous convenez que les agitations du monde, des affaires, des plaisirs vous occupent presque tout entiers, Car. Salut. dans AGITATION
Quand nous ne gagnerions, en nous tournant à Dieu, que de secouer le joug du monde, que de nous mettre au-dessus de ses espérances, de ses événements, de ses agitations et de ses vicissitudes éternelles, Car. Dégoûts. dans AGITATION
Il y voit partout des agitations qu'on appelle plaisirs, et il ne voit nulle part de bonheur, Car. Bons et méchants. dans AGITATION
En proie à l'agitation. Il [J. C.] voit leurs sollicitudes, leurs agitations, leurs entreprises, et il les laisse faire, Avent, Disposit. à la comm. dans AGITATION
Sans lui tendre la main et lui aider à sortir de cet abîme, Car. Lazare. dans AIDER
Découvrir quels sont en nous les penchants qui ont aidé aux occasions et facilité nos chutes, Conf. Retr. curés. dans AIDER
S'ils [les grands] n'ont point d'autre gloire que celle de leurs aïeuls, P. Car. Grandeur de J.C. dans AÏEUL
. Le souvenir de leurs aïeuls devient leur opprobre, ib. dans AÏEUL
Des aïeuls dont il ne reste qu'une vile poussière, ib. dans AÏEUL
Rien de plus dangereux en physique que ces conclusions trop générales, Observ. Pucerons. dans CONCLUSION
Les conjectures sont les étincelles, au feu desquelles la bonne physique allume le flambeau de l'expérience, Consid. corps org. Oeuvres, t. V, p. 99, dans POUGENS. dans CONJECTURE
Qu'il me soit permis de le dire : aucun écrivain d'histoire naturelle ne s'est plus attaché que moi à ne pas confondre les conjectures avec les faits ; mais je n'ai pas cru qu'on ne dût jamais conjecturer en physique, Lett. div. Oeuvres, t. XII, p. 287 dans CONJECTURER
Les conques n'ont ni tête ni cornes ni mâchoires : on ne leur voit que des trachées, des ouïes, une bouche, un anus et quelquefois une sorte de pied, Contemplation de la nat. 3e partie, ch. 21 dans CONQUE
Nous sommes conscients de toutes ces choses, nous sentons que c'est en nous, dans notre moi qu'elles se passent, Essai psychol. ch. 35 dans CONSCIENT, ENTE
L'âme est consciente de tous les mouvements des doigts et de ceux du poignet, ib. ch. 40 dans CONSCIENT, ENTE
C'était l'astronomie moderne qui devait apprendre aux hommes que les étoiles sont réellement innombrables, et que des constellations où l'antiquité n'en comptait qu'un très petit nombre en renferment des milliers, Contempl. nat. 1re part. ch. 4 dans CONSTELLATION
Retranchons l'homme de dessus la terre ; il n'y a plus de contemplateur des oeuvres du Tout-puissant, Palingén. 12e part. ch. 8 dans CONTEMPLATEUR, TRICE
J'apprends que vous êtes du nombre des contestants ou de ceux qui donnent la découverte à l'observateur piémontais, Lett. div. Oeuvres, t. XII, p. 187, dans POUGENS dans CONTESTANT, ANTE
Je conçois clairement que chaque chose pourrait être autrement qu'elle n'est ; j'ai appelé cela contingence, et je dis que, dans ma manière de concevoir, chaque chose est contingente de sa nature, Palingén. 17e part. ch. 2 dans CONTINGENCE
La raison de mon existence n'est pas en moi ; je n'existe donc pas par ma propre nature ; je ne suis donc pas un être nécessaire ; mes déterminations sont variables ; j'ai un sentiment très clair des changements qui me surviennent : je suis donc un être contingent, Palingén. 17e part. ch. 2 dans CONTINGENT, ENTE
Le contournement qui s'est fait dans plusieurs de ces feuilles les a toutes disposées dans le même plan, ib. 3e mémoire. dans CONTOURNEMENT
C'est de dessus en dessous que notre petite rouleuse [une chenille] contourne les feuilles du frêne, et qu'elle dispose peu à peu celle sur laquelle elle s'est établie à revêtir la forme de cornet, Observ. 20e, Insectes. dans CONTOURNER
L'étamine, touchée avec la pointe d'une aiguille, se contractait en dessous, Contemplation de la nature, 10e part. ch. 33 dans CONTRACTER
Le style [de la fleur], jusqu'alors emprisonné, s'élançait au dehors par la contraction de l'anthère, et se chargeait, en passant, de la poussière fécondante, Contempl. de la nature, 10e part. ch. 33 dans CONTRACTION
Parce qu'on avait vu que tous les grands animaux se propageaient par la voie de la copulation, on en avait conclu précipitamment qu'elle était la loi générale de la propagation des espèces, Lettres div. t. XII, p. 60, dans POUGENS dans COPULATION
L'historien immortel du ver à soie s'est assuré que la coque de cet insecte est formée des lacis d'un même fil dont la longueur est de plus de neuf cents pieds de Bologne, Contempl. nat. 12e part. ch. 4 dans COQUE
Les chenilles nous vaudraient bien d'autres richesses, si nous entreprenions de mettre en oeuvre les coques de soie que diverses espèces de ces insectes savent se construire ; celles qui ne pourraient pas être filées, pourraient au moins être cardées et servir utilement en différentes fabriques, telles que celles des bas, des draps, des feutres, des ouates, du papier, ib. Oeuvres, t. VIII, p. 318, dans POUGENS dans COQUE
Les coquillages composent deux grandes familles ; celle des conques dont la coquille est formée de deux ou de plusieurs pièces, et celle des limaçons dont la coquille est d'une seule pièce, tournée ordinairement en spirale, Contempl. nat. 3e part. ch. 21 dans COQUILLAGE
Les figures agréablement diversifiées des coquilles nous aident à juger de la variété qui règne dans l'organisation des animaux qui en sont les habitants et les architectes, Contempl. nat. 3e part. ch. 21 dans COQUILLE
Des expériences équivoques avaient trompé M. de Réaumur : la coquille ne croît point par apposition ou par transsudation ; elle n'est point moulée sur le corps de l'animal ; mais elle est une partie essentielle du corps de l'animal, Paling. philos. part. XIe, ch. 5 dans COQUILLE
Le savant Herissant a achevé de démontrer, après les Jussieu et les Guettard, la nature vraiment animale des coraux et des productions analogues, Contempl. nat. 10e part. ch. 29 dans CORAIL
Le corail n'est donc point un polypier ; il n'est point le nid d'un certain polype ; mais il fait réellement corps avec les polypes qui concourent à sa formation, Palingén. philos. XIe part. ch. 6 dans CORAIL
Nouveau Cincinnatus, on l'a vu [M. Lullin de Châteauvieux] tenir alternativement les rênes du gouvernement et les cornes de la charrue, Usage des feuilles, 5e mém. dans CORNE
La substance cornée de l'ergot [d'un coq] imite assez celle d'une corne, Consid. corps organ. Oeuvres, t. VI, p. 78, dans POUGENS. dans CORNÉ, ÉE
L'âme ne forme des idées spirituelles qu'à l'aide des mots qui en sont les signes, et ces mots prouvent la corporéité de ces idées, Ess. psych. Introduction. dans CORPORÉITÉ
C'est ainsi que l'air corporifié dans les substances s'en dégage pendant leur décomposition pour rentrer dans la masse atmosphérique, Contempl. nat. Ve part. ch. 17, note 1 dans CORPORIFIÉ, ÉE
Il est certain que nous n'avons aucune démonstration de l'existence des corps l'auteur célèbre des causes occasionnelles l'avait déjà prouvé ; et les raisons qu'allègue le théologien anglais ne font que mettre cette proposition dans un plus grand jour, Essai psychol. ch. 33 dans CORPS
Il en est même [des oiseaux de proie] qui, malgré leur grosse corpulence, chassent encore avec assez de légèreté et d'adresse, et c'est ce qu'on remarque en particulier dans le gros oiseau de nuit nommé le grand-duc, Contempl. nat. 12e part. ch. 28 dans CORPULENCE
On découvre, dans différentes sortes d'infusoires, des corpuscules vivants que leurs mouvements et leurs diverses apparences ne permettent guère de ne pas regarder comme de vrais animaux, Palingén. phil. 5e part. ch. 2 dans CORPUSCULE
Il y a dans le cerveau de l'animal une organisation corrélative aux mouvements que tel ou tel organe doit exécuter, Oeuvres mêlées, t. XVIII, p. 189, dans POUGENS dans CORRÉLATIF, IVE
À son corselet tiennent deux ou quatre ailes avec lesquelles il voltige dans l'air, Contempl. nat. t. VIII, p. 276, dans POUGENS dans CORSELET
Si l'on fait passer un fil d'argent dans l'épaisseur de l'écorce d'un arbre en pleine végétation, on verra ce fil s'avancer chaque année vers l'extérieur de l'arbre, parce qu'il sera emporté par les couches corticales qui suivront la même direction, Contempl. nature, Oeuvres, t. VIII, p. 335, note 3, dans POUGENS. dans CORTICAL, ALE
La cosmologie est cette science qui s'occupe principalement de l'enchaînement ou de l'harmonie de toutes les parties de l'univers, Palingén. 13e part. ch. 7 dans COSMOLOGIE
S'il est en cosmologie un principe aussi fécond que certain, c'est celui de cette liaison universelle qui enchaîne toutes les parties de la nature, ib. dans COSMOLOGIE
M. de Réaumur a fait représenter la coque de cette chenille à brosses, et il a désigné par les termes d'enveloppe cotonneuse ce que j'ai nommé la coque extérieure, Insectes, observ. 25 dans COTONNEUX, EUSE
L'élégant historien du coucou a essayé de justifier les procédés singuliers et presque dénaturés de l'oiseau, Contempl. nat. 5e part. ch. 6 dans COUCOU
Si j'ai préféré des haricots coudés naturellement, ç'a été pour éviter les dérangements que j'aurais pu y occasionner en les coudant moi-même, Usage des feuilles, 5e mém. dans COUDÉ, ÉE
Les pluies ou les brouillards qui surviennent dans le temps de la floraison et qui font couler les fruits en empêchant l'action des poussières sur les embryons, Lett. div. Oeuvres, t. XII, p. 274, dans POUGENS dans COULER
Les opticiens, fondés sur l'expérience, disent que l'étendue d'un coup d'oeil est bornée à l'angle droit, Ess. psych. ch. 38 dans COUP
C'est aussi sous terre qu'il faut aller chercher le nid d'une autre abeille solitaire, dont l'industrie ne le cède guère à celle de la coupeuse de feuilles et qui travaille à peu près sur le même modèle, Contempl. nat. 12e part. ch. 39 dans COUPEUR, EUSE
Son grand travail fut de donner à ces matériaux le degré de courbure qu'exigeait la sorte d'ouvrage qu'elle voulait construire, Observ. 28. Insectes, t. II, p. 295, dans POUGENS dans COURBURE
Le cousin qui voltige dans l'air a d'abord été habitant de l'eau ; c'est aussi sur l'eau qu'il va déposer ses oeufs, Contempl. nat. 11e part. ch. 5 dans COUSIN
Le couteau aimanté nous découvre, dans les cendres de plusieurs espèces, des particules ferrugineuses, Consid. corps org. oeuvres, t. V, p. 151, dans POUGENS. dans COUTEAU
Le coutelier ne rampe point ; il perce le sable perpendiculairement, il s'y creuse un trou ou une sorte de cellule qui a quelquefois deux pieds de longueur et dans laquelle il monte et descend à son gré, Contempl. nat. 12e part. ch. 9 dans COUTELIER, IÈRE
Il faudrait s'assurer si un essaim qui a du couvain et qu'on prive de sa mère, ne continue pas à travailler, au moins jusqu'au temps où les petits se transforment en mouches, Oeuvres, t. X, p. 98, dans POUGENS dans COUVAIN
Mes chenilles tapissèrent de soie toutes les parois du poudrier, ce qui leur donnait plus de facilité pour se cramponner contre le verre, Insectes, observ. 4 dans CRAMPONNER
Passerai-je sous silence les amours du crapaud, cet animal hideux, et qui peut néanmoins nous intéresser par sa constance, par sa patience et par sa dextérité à servir d'accoucheur à sa femelle ?, Consid. Corps org. Oeuvres, t. VI, p. 142, dans POUGENS. dans CRAPAUD
Ce n'est qu'assez improprement qu'on peut dire que le crapaud est ovipare ; c'est que les petits corps qu'il met au jour en si grand nombre ne sont pas précisément des oeufs ; ils sont, à parler exactement, les têtards eux-mêmes, déjà tout formés, Contempl. nat. part. XII, ch. 42 dans CRAPAUD
On entendait, à plusieurs centaines de pas, des craquements semblables au claquement d'un fouet ou aux éclats d'un feu d'artifice, Contempl. nat. part. V, ch. 13 dans CRAQUEMENT
Des témoins qui réunissent, au plus haut degré, les conditions qui fondent aux yeux de la raison la crédibilité de quelque fait que ce soit, Paling. 21e part. ch. 8 dans CRÉDIBILITÉ
Les crétins du Valais et des vallées voisines procureraient de riches moissons aux physiologistes qui voudraient approfondir un sujet si digne d'être approfondi, Paling. phil. 2e part. ch. 4 dans CRÉTIN
Dans l'endroit où la tige du chardon s'implante dans la tête, est une sorte de fente ou de crevasse qui annonce que cette tête est habitée par une chenille ; on ne voit pas cette crevasse dans les chardons qui ne sont pas habités, Observ. 19, Insectes. dans CREVASSE
M. Bourguet avait découvert que le cristal est formé de la répétition d'un nombre presque infini de triangles qui représentent, pour ainsi dire, le tout très en petit, Consid. corps organ. Oeuvres, t. V, p. 301, dans POUGENS. dans CRISTAL
Le cristal, comme tous les corps bruts...., ib. p. 371 dans CRISTAL
Le cristal de roche, dont on trouve des masses du poids de plusieurs quintaux, est la plus commune des pierres précieuses et la moins dure de toutes ; il affecte ordinairement la figure d'une pyramide à six côtés, Contempl. nat. 3e part. ch. 4 dans CRISTAL
La cristallisation étend son domaine dans tout le règne minéral, quoique nous ne parvenions pas à la démêler partout, Contempl. nat. 3e part. ch. 5 dans CRISTALLISATION
Les crochets qui terminent les jambes de ce fourmi-lion sont si aigus qu'ils ont prise sur le verre même, Observ. 41, insectes. dans CROCHET
Leur tête armée de deux crochets ne ressemble point à celle des autres animaux, Consid. corps organ. Oeuvres, t. VI, p. 246, dans POUGENS. dans CROCHET
Le crocodile, ce terrible amphibie, dont la voracité est extrême, qui hante les grands fleuves de l'Inde, de l'Afrique et de l'Amérique, et qui ressemble tant par sa forme au lézard, est, comme lui, ovipare et pond comme lui dans le sable, Contempl. nat. 11e part. ch. 5 dans CROCODILE
Toutes les parties d'un corps organisé ont à croître, et, tandis qu'elles croissent, elles continuent à s'acquitter des fonctions qui leur sont propres, Consid. corps organ. Oeuvres, t. V, p. 300 dans CROÎTRE
Les vers dont le corps est logé dans un tuyau crustacé ou pierreux semblent lier les insectes avec les coquillages, Contempl. nat. 3e part. ch. 20 dans CRUSTACÉ, ÉE
Les oeufs des insectes sont de deux genres : les uns sont membraneux, comme ceux des tortues et des reptiles ; les autres sont crustacés, comme ceux des oiseaux, ib. t. VIII, p. 121, dans POUGENS dans CRUSTACÉ, ÉE
Chaque anneau paraît un véritable ver ; et ce sont ces anneaux ainsi détachés qui ont été nommés par erreur vers cucurbitins, de leur ressemblance avec la graine de courge, Nouv. rech. Taenia. dans CUCURBITIN, INE
Nos cuirs dorés, où il n'entre pas la moindre parcelle d'or, montrent que nous savons au moins, dans certains arts, imiter la sage économie de la nature, Palingén. phil. 11e part. ch. 4 dans CUIR
À la suite de l'argent paraît le cuivre qui a avec ce métal une grande affinité ; il est lui-même suivi de l'étain, du plomb, du fer, Contempl. nat. 3e part. ch. 4 dans CUIVRE
Le motteux ou cul-blanc niche, comme le todier, sous terre, mais d'une manière différente, et avec des précautions que le todier n'est pas obligé de prendre, Contempl. nat. 12e part. ch. 28 dans CUL ou CU
L'extrême curtitude des anneaux (je demande grâce pour cette expression) m'en avait vraisemblablement imposé, et d'autant plus que je n'avais point vu encore de taenia à anneaux longs, Nouv. rech. taenia. dans CURTITUDE
Tantôt c'est une espèce de cyclope sans nez ni bouche et qui n'a qu'un oeil au milieu du front ; tantôt c'est un foetus absolument privé de sexe et d'anus, Consid. corps organ. Oeuvres, t. VI, p. 455, dans POUGENS. dans CYCLOPE
Une guêpe partagée par le milieu du corps continue à marcher, et son ventre darde l'aiguillon comme le ferait la guêpe elle même, Consid. Corps organ. Oeuvres, t. V, p. 363, dans POUGENS. dans DARDER
Malheur aux dattes qui viennent à être rencontrées par d'autres dattes ; car celles-ci ne manquent pas de les percer pour se nourrir de leur substance, Contempl. nat. 12e part. ch. 27 dans DATTE
Le dauphin appartient au genre des baleines ; mais sa taille est bien inférieure à celle des grandes baleines ; il n'a que six à sept pieds de long sur une grosseur proportionnée, Contempl. nat. 10e part. ch. 25 dans DAUPHIN
Les dauphins émigrent par troupes d'une mer dans une autre, ib. dans DAUPHIN
Tous les limaçons décapités ne produisent pas des opercules ; mais le nombre de ceux dont la coquille reste ouverte est pour l'ordinaire fort petit, 1er mém. Reprod. limaçons. dans DÉCAPITÉ, ÉE
Ce système [le système métrique] a une qualité essentielle que personne ne conteste, dont tout le monde reconnaît les avantages : c'est la décimalité, c'est la facilité qu'il présente de diviser et de multiplier par 10 toutes les mesures à l'infini, Rev. des Deux-Mondes, décembre 1869, p. 643 dans DÉCIMALITÉ
M. Génebrier, bibliothécaire de notre république, a poussé beaucoup plus loin que moi les recherches sur la décoloration des corps par la lumière, Décolor. corps lum. dans DÉCOLORATION
Par la connaissance du bien ou du mal moral qui découle naturellement du bon ou du mauvais usage que l'homme fait de ses facultés, l'âme parviendra à la notion de la règle des actions humaines, Ess. psychol. ch. 13 dans DÉCOULER
Tandis que d'une main savante Vaucanson construit son canard artificiel, et que, saisis de surprise et d'étonnement, nous admirons cette imitation hardie des ouvrages du Créateur, les esprits célestes sourient et ne voient qu'un enfant qui découpe un oiseau, Consid. corps organ. Oeuvres, t. V, p. 155, dans POUGENS. dans DÉCOUPER
Ses pirouettements [d'un insecte] n'ont pas proprement un but ; ils ne tendent pas à décramponner la dépouille ; mais ils décramponnent la dépouille, parce que la chrysalide se heurte en pirouettant ; et elle pirouette, parce que la pyramide la blesse ou l'irrite, Insectes, Observ. 13e. dans DÉCRAMPONNER
Toutes les générations renfermées dans le premier germe sont autant de parties décroissantes de ce germe, et celui-ci est une partie constituante de l'ancien membre, 2e mém. Reprod. salamandres. dans DÉCROISSANT, ANTE
Sa couleur était un vert jaunâtre ; sa sommité était noire, et elle avait souffert une décurtation d'un pouce et demi, Us. feuill. plantes, Supplém. 2e. dans DÉCURTATION
Le germe de l'insecte qui se métamorphose contient actuellement toutes les enveloppes dont cet insecte doit se défaire et tous les organes qui l'accompagnent, Consid. corps org. Oeuvres, t. V, p. 140, dans POUGENS. dans DÉFAIRE
L'animal rusé, qui les voit passer et s'éloigner, sort de sa retraite, rentre dans le sentier, confond ses traces et met la meute en défaut, Contempl. nat. 12e part. ch. 44 dans DÉFAUT
Si mes livres ne savent pas se défendre, je ne les défendrais pas mieux, Lett. div. Oeuvres, t. XII, p. 128 dans DÉFENDRE
On connaît les défenses de l'éléphant ; elles grossissent quelquefois au point d'acquérir chacune un poids d'environ cent vingt livres, Contempl. nat. 12e part. ch. 46 dans DÉFENSE
C'est enfin de la même manière que je juge des facultés et des actions de mes semblables et que je défère au témoignage qu'ils me rendent en tel ou tel cas particulier, Oeuvres, Mél. t. XVIII, p. 351, dans POUGENS dans DÉFÉRER
Combien de génies qu'une méthode contraire a fait avorter ! combien de talents étouffés ou dégénérés dès leur naissance par une culture mal entendue !, Ess. psychol. ch. 79 dans DÉGÉNÉRÉ, ÉE
Il ne lui fut plus possible [à une femelle d'oiseau] d'aller prendre sa nourriture comme auparavant ; mais le mâle, toujours officieux et toujours empressé, allait la prendre pour elle et la lui dégorger dans le bec, Contempl. nat. XIe part. ch. 3, note 2 dans DÉGORGER
Le canal destiné à conduire dans l'estomac du fourmi-lion les sucs plus ou moins déliés dont il se nourrit, Observ. 39e, Insectes. dans DÉLIÉ, ÉE
J'attendais, d'un fourmi-lion si bien nourri, une demoiselle proportionnée à son énorme corpulence ; et je ne fus pas médiocrement surpris quand je vis paraître une demoiselle dont la taille n'avait rien du tout de remarquable, Observ. 40e, Insectes. dans DEMOISELLE
Les dénominations ne sont pas des choses indifférentes, et il serait à souhaiter que celles par lesquelles on désigne les êtres de la nature réveillassent toujours dans l'esprit l'idée de quelqu'un des caractères principaux par lesquels ces êtres s'offrent d'abord à nous, Contempl. natur. 12e part. ch. 21 dans DÉNOMINATION
La plus diligente de mes chenilles s'étant dépouillée, je trouvai sa dépouille arrêtée contre les parois de la boîte par des fils de soie, Observ. 17e, Insectes. dans DÉPOUILLE
L'homme ne périt pas tout entier : il ne fait que se dépouiller de son enveloppe terrestre, et n'est que transformé, Oeuvres mél. t. XVIII, p. 205 dans DÉPOUILLER
Les arbres toujours verts transpirent moins en temps égal que ceux qui se dépouillent, Contempl. nat. 6e part. ch. 3 dans DÉPOUILLER
L'air se dépouille ainsi des vapeurs nuisibles, Contempl. nat. 5e part. ch. 14 dans DÉPOUILLER
Comme il est des goûts physiques dépravés, il est aussi des goûts moraux dépravés, Ess. analyt. âme, ch. 19 dans DÉPRAVÉ, ÉE
Les bouches qui se forment sur le milieu du corps d'un polype déretourné en partie...., Contempl. nat. Oeuvres, t. VIII, p. 241, dans POUGENS. dans DÉRETOURNER
Le polype n'aime pas à demeurer retourné ; il tâche à se remettre dans son premier état, il se déretourne en tout ou en partie, Consid. corps org. Oeuvres, t. V, p. 355 dans DÉRETOURNER
Ils entendent par les forces dérivatives celles qui résultent de l'action combinée de différentes monades ou de différents agrégats, Oeuvres mêlées, t. XVIII, p. 80, dans POUGENS dans DÉRIVATIF, IVE
M. Spallanzani m'ayant invité à désarticuler les membres des salamandres, je n'ai pas manqué de faire cette expérience, 3e mém. Reprod. salamandres. dans DÉSARTICULER
Serait-ce abuser de la permission de conjecturer que de supposer qu'il y a aussi un suc descendant ou dont la direction est en sens opposé ?, Consid. corps org. Oeuvres, t. VI, p. 51, dans POUGENS. dans DESCENDANT, ANTE
Quelquefois on parvient à désentortiller le fil et à faire descendre le nid qu'il tient suspendu, Observ. 7e, Insectes. dans DÉSENTORTILLER
Le désir est une volonté exaltée, Oeuvres mêlées, t. XVIII, p. 233, dans POUGENS dans DÉSIR
L'âme se lassera enfin de désirer, et elle tombera dans une sorte d'inaction, Ess. analyt. âme, ch. 17 dans DÉSIRER
En méditant de nouveau sur ces faits, j'avais été conduit à envisager l'étiolement comme une enfance prolongée et la lumière comme une sorte de dessiccatif, Us. des feuilles plant. Suppl. 2e. dans DESSICCATIF, IVE
Le fer, le plus destructible des métaux, possède une ténacité qui se rapproche beaucoup de celle de l'or, Contempl. nat. 3e part. ch. 4 dans DESTRUCTIBLE
Je serais fort porté à penser que la destruction de notre globe n'arrivera que lorsque les hommes auront épuisé la connaissance des objets qu'il renferme, Consid. corps organ. Oeuvres, t. V, p. 93, dans POUGENS. dans DESTRUCTION
Il est entre les animaux des guerres éternelles ; mais les choses ont été combinées si sagement que la destruction des uns fait la conservation des autres, Contempl. nat. 5e part. ch. 16 dans DESTRUCTION
Je voyais assez que ses récits étaient très imparfaits et beaucoup trop dépourvus de ces détails de pratique que présentent les écrits des grands maîtres dans l'art d'observer, 4e mém. Abeilles. dans DÉTAIL
Notre monde est un système dont toutes les pièces sont dépendantes les unes des autres, et c'est dans cette dépendance que se trouve la raison secrète des déterminations de chaque pièce, Lett. div. Oeuvres, t. XII, p. 405, dans POUGENS, au mot dépendance. dans DÉTERMINATION
Quel est le principe général de mes déterminations ? pourquoi me déterminé-je par tel ou tel motif, dans tel ou tel cas particulier ?, Oeuvres mêl. t. XVIII, p. 261, dans POUGENS dans DÉTERMINATION
La chenille qui s'est dévalée à l'aide d'un fil de soie extrait de sa filière, remonte assez vite et avec une adresse admirable en saisissant avec ses premières jambes une portion plus élevée du fil qui la tient suspendue, Observ. 6e, Insectes. dans DÉVALER
L'instant où ce développement [du germe] commence est ce que nous nommons improprement génération, Ess. psychol. ch. 85 dans DÉVELOPPEMENT
Tout n'est que changement et que développement, ib. dans DÉVELOPPEMENT
Je ne connais pas de meilleure école de logique et de dévotion philosophique que les polypes et les animalcules des infusions, Lett. div. Oeuvres, t. XII, p. 133, dans POUGENS dans DÉVOTION
Si elle avait été un peu dialecticienne, n'aurait-elle point altéré le dépôt ?, Palingén. XXI, 2 dans DIALECTICIEN, IENNE
Le vrai diamant ou le diamant le plus pur présente un octaèdre, Contempl. nat. 3e part. ch. 4 dans DIAMANT
Lorsqu'on sait que tout est nuancé dans la nature, on n'est point surpris des difficultés qu'on éprouve lorsqu'il s'agit de différencier les êtres, Contempl. nat. X, 29 dans DIFFÉRENCIER
J'ai reconnu deux sortes de dispensations dans l'ordre physique : la première est celle qui détermine ce que j'ai nommé le cours ordinaire de la nature ; la seconde est celle qui détermine ces événements extraordinaires que j'ai nommés des miracles, Palingén. 18e part. ch. 2 dans DISPENSATION
Le choix des études doit être subordonné aux dispositions naturelles de l'esprit, Oeuvres mêlées, t. XVIII, p. 176, dans POUGENS dans DISPOSITION
Dans cette hypothèse de la dissémination, les germes d'une espèce donnée ne peuvent se développer que dans les touts organiques de même espèce ; ils sont les seuls qui renferment les conditions nécessaires au développement, Contempl. nat. Oeuvres, t. VIII, p. 67, dans POUGENS. dans DISSÉMINATION
On a disséqué les plantes, les animaux, et, si l'on veut, la lumière ; on a analysé l'air ; en connaissons-nous mieux la structure intime des plantes et des animaux ?, Palingén. 12e partie, ch. 4 dans DISSÉQUER
On distingue deux sortes de parties dans les corps organisés : les parties similaires et les parties dissimilaires, Contempl. nat. 10e part. ch. 26 dans DISSIMILAIRE
Quoi qu'il en soit de la similarité ou de la dissimilarité organique des germes dans le même individu...., Consid. corps organ. Oeuvres, t. VI, p. 45, dans POUGENS. dans DISSIMILARITÉ
Suivant cet habile physicien [le Roi], l'air dissout l'eau, comme l'eau dissout les sels, Us. feuill. plant. 2e suppl. dans DISSOUDRE
Nous conservons un souvenir plus ou moins distinct des divers traits, soit physiques, soit moraux, par lesquels ils [les objets] se sont montrés à nous successivement, Ess. analyt. Ame, ch. 24 dans DISTINCT, TE
La divisibilité de la matière à l'infini est une vérité géométrique et une erreur physique, Oeuvres mêlées, t. XVIII, p. 86, dans POUGENS dans DIVISIBILITÉ
La fière panthère ne s'apprivoise pas proprement ; on ne peut que la dompter ; on la dresse même pour la chasse, Contempl. nat. IIe part. ch. 9 dans DOMPTER
Je nomme en général douleur ou déplaisir toute situation de mon âme qu'elle aime mieux ne pas éprouver qu'éprouver, Oeuvres mêlées, t. VIII, p. 265, dans POUGENS dans DOULEUR
Leibnitz ne savait pas douter assez, Oeuvres mêlées, t. XVIII, p. 93, note 7, dans POUGENS. dans DOUTER
Le droit naturel se lie à la morale ; l'un et l'autre ont le même fondement et à peu près le même objet, Oeuvres mêlées, t. XVIII, p. 178, dans POUGENS dans DROIT
La peau du polype peut n'être pas simple, elle peut être composée de deux membranes principales dont la duplicature fournit un nouvel estomac, Consid. corps organ. Oeuvres, t. VI, p. 68, dans POUGENS. dans DUPLICATURE
Il est singulier que des expériences directes nous fassent connaître des animalcules qui, dans l'état de germe, résistent à la chaleur de l'ébullition, Lett. div. t. XII, p. 19, dans POUGENS dans ÉBULLITION
Quand on aura la nomenclature exacte de toutes les espèces que notre globe renferme, alors, et seulement alors, on pourra dire si l'échelle des êtres naturels est réellement interrompue, Cons. corps organ. Oeuvres, t. V, p. 377 dans ÉCHELLE
L'échelle de la nature pourrait n'être pas simple, et jeter de côté et d'autre des branches principales qui pousseraient elles-mêmes des branches subordonnées, Contempl. nat. 3e partie, ch. 26 dans ÉCHELLE
Nous pouvons supposer dans l'échelle de notre globe autant d'échelons que nous connaissons d'espèces ; les dix-huit à vingt mille espèces de plantes qui composent nos herbiers sont donc dix-huit à vingt mille échelons de l'échelle terrestre, Contempl. nat. 2e part. ch. 10 dans ÉCHELON
On connaît les fours des Égyptiens, dans lesquels ils font éclore à la fois des centaines ou même des milliers de poulets ; M. de Réaumur était parvenu à simplifier beaucoup cette pratique si ancienne des Égyptiens, et à la mettre à la portée des gens de la campagne, Contempl. nat. Oeuvres, t. VIII, p. 325, note 1 dans ÉCLORE
Pouvait-on, en bouchant par différents moyens l'ouverture des cellules, retarder plus ou moins la sortie ou l'éclosion des petits pipas, sans intéresser leur vie ?, Observ. pipa ou crapaud de Surinam, Oeuvres, t. XI, p. 226, dans POUGENS. dans ÉCLOSION
Je me console de mon ignorance par la pensée que cette terre sur laquelle nous rampons n'est que l'école destinée à nous fournir les premiers rudiments de la science, Lett. div. Oeuvres, t. XII, p. 425, dans POUGENS dans ÉCOLE
L'âne est placé dans l'économie présente bien au-dessus de l'araignée, et il conservera dans un autre état la prééminence qu'il a sur elle, Palingénés. 14e part. ch. 3 dans ÉCONOMIE
Il y avait eu sous l'ancienne économie des miracles ou des signes d'une très grande publicité, ib. 19e part. ch. 7 dans ÉCONOMIE
On a donné le nom d'écumes printanières à ces amas de matière mousseuse qu'on voit au printemps sur les herbes des prairies ; le peuple, qui en ignore la vraie nature, les prend pour des crachats de différents animaux ; Poupart est le premier qui nous en ait donné l'histoire, Contempl. nat. XIIe part. ch. 13 dans ÉCUME
L'écureuil volant, qui a de grands rapports avec l'écureuil commun, se rapproche beaucoup moins de l'oiseau par l'action de voler que la chauve-souris, Contempl. nat. 3e part. ch. 28 dans ÉCUREUIL
L'éducation perfectionne l'instinct comme elle perfectionne la raison, Causes prem. 5e partie, ch. 6 dans ÉDUCATION
Leur habit [des teignes] est toujours de la couleur de l'étoffe sur laquelle il a été pris ; si donc la teigne dont l'habit est bleu passe sur un drap rouge, les élargissures seront rouges ; elle se fera un habit d'arlequin, si elle passe sur des draps ou des étoffes de plusieurs couleurs, Contempl. nat. 12e part. ch. 10 dans ÉLARGISSURE
Quand un nuage orageux dont l'électricité est, comme on dit, positive, se porte subitement vers la terre ou vers les corps placés à la surface, dont l'électricité est négative, la foudre s'élance sur la terre, et l'on dit que le tonnerre tombe, Contempl. nat. 5e part. ch. 13 dans ÉLECTRICITÉ
Il est permis de douter que les substances qu'on nomme élémentaires soient aussi simples et aussi homogènes qu'elles ont paru l'être, Contempl. nat. V, 17 dans ÉLÉMENTAIRE
Une charge de quatre à cinq milliers n'est pas trop forte pour un grand éléphant, Contempl. nat. XII, 46 dans ÉLÉPHANT
Le plus vieux des éléphants, comme le plus expérimenté, est à la tête de la troupe et la conduit ; le plus âgé après lui ferme la marche ; les jeunes et les faibles sont au centre du bataillon ; et les mères qui allaitent encore portent leurs petits qu'elles embrassent de leur trompe, ib. dans ÉLÉPHANT
On a beaucoup parlé de l'emboîtement des germes ; ce mot est impropre ; les germes ne sont pas de petites boîtes insérées les unes dans les autres ; ils étaient des parties intégrantes des premiers touts organisés sortis immédiatement des mains du Créateur, Lett. div. Oeuvres, t. XII, p. 337 dans EMBOÎTEMENT
Hartsoeker assurait que la première graine serait à la dernière et la plus petite qui paraîtrait la dernière année du soixantième siècle, comme l'unité suivie de trente mille zéros, d'où il concluait que l'emboîtement était absurde, Consid. corps organ. Oeuvres, t. VI, p. 422 dans EMBOÎTEMENT
Après avoir incliné fortement vers l'épigénèse, feu mon respectable ami M. de Haller avait été ramené par les faits à l'évolution qui l'avait elle-même conduit à l'emboîtement, ib. p. 426 dans EMBOÎTEMENT
Dans les plantes qui portent sur un pied les fleurs mâles et sur un autre les fleurs femelles, telles que le chanvre, la plante mâle périt avant la plante femelle, et la mort de celle-là suit presque immédiatement l'émission des poussières fécondantes, Contempl. nat. Oeuvres, t. VIII, p. 357, note, dans POUGENS dans ÉMISSION
On sait assez que la chrysalide n'a ni bras ni jambes, qu'elle est un papillon si bien emmaillotté qu'il ne peut faire aucun usage de ses membres, Insectes, Observ. 13 dans EMMAILLOTTÉ, ÉE
Avoir du plaisir ou de la douleur n'emporte point en soi la capacité de rechercher l'un et de fuir l'autre, Ess. analyt. âme, ch. 19 dans EMPORTER
Cet autre univers qui enceint tous les orbes planétaires et où l'être existant par soi donne aux hiérarchies célestes les signes les plus augustes de sa présence adorable, Palingén. 22e part. ch. 4 dans ENCEINDRE
L'art de voir est l'art d'apercevoir les rapports, et tout s'enchaîne aux yeux du génie, Consid. corps organ. Oeuvres, t. v, p. 260, dans POUGENS. dans ENCHAÎNER
Ce sont les générations des idées que les dictionnaires encyclopédiques devraient mettre sous nos yeux et qu'ils n'y mettent guère, Lett. div. Oeuvres, t. XII, p. 54, dans POUGENS dans ENCYCLOPÉDIQUE
Je suis actuellement enfoncé ou plutôt abîmé dans la ténébreuse matière de la formation des monstres, Lett. div. Oeuvres, t. XII, p. 316, dans POUGENS dans ENFONCÉ, ÉE
Il faut savoir gré à M. de Buffon d'avoir recherché le premier la cause secrète de l'engourdissement de divers animaux, tels que la marmotte, le hérisson, le loir, la chauve-souris, Contempl. nat. 12e part. ch. 31 dans ENGOURDISSEMENT
Il [Leibnitz] donnait le nom de monades ou d'entéléchies aux substances simples bornées aux seules perceptions, et il réservait celui d'âme aux substances simples douées de perception et de conscience, Oeuvres mél. t. XVIII, p. 90, note 5, dans POUGENS dans ENTÉLÉCHIE
C'était un spectacle très amusant, que de voir ces petites chenilles aller et venir, les unes d'un côté, les autres d'un autre, sans confusion, et s'entre-baiser comme les fourmis quand elles se rencontraient, Insect. Observ. 4 dans ENTRE-BAISER (S')
L'on ne peut pas tout voir ; il faut souvent se contenter d'entrevoir, Consid. corps org. t. VI, p. 68, dans POUGENS dans ENTREVOIR
Nous admirons la sagacité du naturaliste qui a su le premier découvrir le papillon sous l'enveloppe de chenille, Consid. corps org. t. v, p. 88, dans POUGENS dans ENVELOPPE
Ces idées n'ont rien de commun avec cet enveloppement dont parle Leibnitz ; il est manifeste qu'il l'oppose au développement ou à ce qu'il nomme une augmentation dans le tout organique préformé, Palingén. philos. VII, 4 dans ENVELOPPEMENT
Les envies sont comme des nuées : on y voit ce que l'on veut, Consid. corps org. Oeuvres, t. VI, p. 400, dans POUGENS dans ENVIE
Partout où il y a rupture de vaisseaux, il y a épanchement de sucs, et c'est le cas de toutes les plaies soit des parties molles, soit des parties dures, Consid. corps organ. Oeuvres, t. v, p. 396, dans POUGENS. dans ÉPANCHEMENT
L'éphémère dont je parle ne vit guère que quatre à cinq heures ; jamais une mouche de cette espèce n'a vu lever le soleil, Consid. corps organ. Oeuvres, t. VI, p. 200, dans POUGENS. dans ÉPHÉMÈRE
À peine connaissons-nous l'épiderme de notre globe, Paling. XII, 6 dans ÉPIDERME
Cet ergot [l'ergot naissant coupé à un jeune coq], qui n'est pas plus gros qu'un grain de chènevis, quand on l'insère dans la duplicature de la crête coupée, y prend racine et croît en six mois de demi-pouce ; au bout de quatre ans, il devient une corne de trois à quatre pouces de longueur, Consid. corps organ. Oeuvres, t. VI, p. 77, dans POUGENS. dans ERGOT
M. Gleditsch s'est assuré qu'un seul escarbot peut enterrer une taupe en entier dans le court espace de vingt-quatre heures, Contempl. nat. XI, 5, note 10 dans ESCARBOT
Les yeux du limaçon terrestre, connu sous le nom d'escargot, sont placés au sommet de ses grandes cornes ; les petites en sont dépourvues, Contempl. nat. III, 21, note 5 dans ESCARGOT
L'espadon fait une guerre éternelle à la baleine et la poursuit avec acharnement ; le combat de ces deux cétacés offre un grand spectacle, Contempl. nat. XII, 27, note. dans ESPADON
La nature n'est pas moins admirable dans les moyens par lesquels elle conserve les individus que dans ceux par lesquels elle conserve les espèces, Lett. div. Oeuvres, t. XII, p. 202, dans POUGENS dans ESPÈCE
Je me sers ici d'expressions qui ne doivent pas être prises à la lettre : nous ignorons la nature des esprits animaux ; ils sont encore plus hors de la portée de nos sens et de nos instruments que les vaisseaux qui les filtrent ou les préparent, Ess. anal. âme, ch. 4 dans ESPRIT
L'esprit ne crée rien, mais il opère sans cesse sur cette multitude presque infinie de perceptions diverses qu'il acquiert par le ministère des sens, Paling. XXII, 2 dans ESPRIT
Un essaim, quelque nombreux qu'il soit, ne l'est pas ordinairement trop pour une seule mère ; celle-ci peut fort bien pondre dans l'année 40000 oeufs, Contempl. nat. XI, 27 dans ESSAIM
N'oubliez point que ce que nous appelons essence des choses n'est que leur essence nominale, Ess. anal. âme, ch. 4 dans ESSENCE
Ce ne fut que par un poids de 437 livres qu'il parvint à produire dans les tubes des effets semblables à ceux de l'estomac de l'oiseau, Contempl. nat. Oeuvres, t. VIII, p. 13, note 2 dans ESTOMAC
L'école définissait l'étendue, ce qui a des parties hors des parties, Oeuvres mêlées, t. XVIII, p. 66, dans POUGENS dans ÉTENDUE
Je recherche ensuite la cause secrète d'une altération singulière, qui survient aux plantes qu'on élève dans des lieux renfermés et que les jardiniers ont nommé étiolement, Rech. us. feuilles, Oeuvres, t. IV, p. 15, dans POUGENS. dans ÉTIOLEMENT
Toutes les expériences concourent bien à établir que l'étiolement des plantes dépend, en dernier ressort, de la privation de la lumière, Contempl. nat. V, 11 dans ÉTIOLEMENT
On dit, en termes de jardinage, qu'une plante s'étiole, quand elle pousse des tiges longues, effilées, d'un blanc éclatant, terminées par de très petites feuilles, assez mal façonnées, d'un vert pâle, Usage des feuilles, 4e mémoire dans ÉTIOLER
La coupe transversale d'une racine de vigne offre une étoile à neuf ou dix rayons parfaitement bien dessinée des mains de la nature, Usage des feuilles, 5e mém. dans ÉTOILE
Diverses espèces de vers d'eau douce, les vers de terre, les orties et les étoiles de mer, coupés par morceaux, se reproduisirent de bouture comme le polype, 1er mém. Reprod. salamandre dans ÉTOILE
L'injection a fait voir à M. de Réaumur que ces prétendus petits coeurs ne sont qu'un même vaisseau étranglé çà et là, 4e lett. Hist. nat. dans ÉTRANGLÉ, ÉE
N'oubliez pas de vous assurer si les petits sacs dont la grande artère vous a paru composée sont de véritables sacs, et si ce ne sont point de simples étranglements d'un vaisseau unique, 4e lett. Hist. nat. dans ÉTRANGLEMENT
Les espèces inférieures sont pour les espèces supérieures : la plante est pour la brute, la brute pour l'homme, l'homme pour des natures plus parfaites ; celles-ci pour d'autres plus parfaites encore, Oeuvres mêlées, t. XVIII, p. 198, dans POUGENS dans ÊTRE
En comparant les propriétés à moi connues de cet être que je nomme le corps, avec les propriétés à moi connues de cet être que je nomme l'âme, je découvre que les deux êtres ne sont pas de même nature, Ess. analyt. ch. 10 dans ÊTRE
Le papillon, comme le poulet, parvient à l'état de perfection par une évolution dont les Malpighi, les Swammerdam, les Réaumur nous ont dévoilé les degrés, Consid. corps organ. Oeuv t. v, p. 281, dans POUGENS. dans ÉVOLUTION
Tant de faits divers que j'ai rassemblés dans cet ouvrage en faveur de l'évolution, prouvent assez que les corps organisés ne sont point proprement engendrés, mais qu'ils préexistaient originairement en petit, Consid. corps org. Oeuv. t. VI, p. 318, dans POUGENS. dans ÉVOLUTION
À mesure qu'elles [les marmottes] excavent, elles jettent derrière elles la terre qu'elles tirent de la mine, Contempl. natur. XII, 31 dans EXCAVER
Ce globe dont nous décrivons si pompeusement la superficie et sur lequel s'élèvent çà et là de petites excroissances que nous nommons des montagnes, dont à force de trigonométrie nous avons la gloire de mesurer l'élévation, Palingén. XII, 6 dans EXCROISSANCE
J'ai prouvé qu'il n'est aucune de nos facultés spirituelles dont l'exercice ne tienne à celui de nos organes, Ess. anal. âme, ch. 24 dans EXERCICE
L'accroissement [dans le ver] s'opère par la simple expansion des anciens anneaux, et non par le développement de nouveaux anneaux, 4e lett. hist. nat. dans EXPANSION
Expérimentons, méditons, et ne nous étonnons de rien, 9e lett. hist. natur. dans EXPÉRIMENTER
Nous n'expérimentons que depuis hier, disait Leibnitz, qui n'expérimentait guère, mais qui méditait sans cesse, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 299, dans POUGENS dans EXPÉRIMENTER
Hales a prouvé qu'en supposant 1 200 expirations par heure, nous évacuons en un jour par les poumons environ une livre et un tiers de vapeurs ou d'exhalaisons, Contempl. nat. VII, 3, note 2 dans EXPIRATION
Comment décrire toujours les prodiges et ne succomber jamais à la tentation de les expliquer ?, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 62, dans POUGENS dans EXPLIQUER
Le miel étant un suc qui exsude des fleurs par l'action du soleil, Contempl. nat. XI, 27 dans EXSUDER
L'extensibilité des fibres est déterminée par la nature de leurs éléments et par l'activité des sucs, Causes prem. VI, 13 dans EXTENSIBILITÉ
La faculté de sentir est bornée comme le sont toutes les facultés de notre être, Essai anal. âme. dans FACULTÉ
Lorsqu'on est aussi faillible que je le suis, il y a bien peu de mérite à avouer publiquement qu'on s'est trompé, Lett. div. Oeuvres, t. XII, p. 63 dans FAILLIBLE
Les feuilles du haricot à bouquets incarnats, plongées dans l'eau par leur pédicule, y ont fait des racines, mais seulement à l'extrémité inférieure de ce dernier, Usage des feuilles, 4e mém. dans FAIRE
Tout ce qui a l'air de faits a droit d'en imposer ; il ne suffit point de s'inscrire en faux contre de telles choses ; il faut prouver qu'elles sont fausses, Consid. corps organ. Oeuvres, t. VI, p. 500, dans POUGENS. dans FAIT
Les animaux et les végétaux ne composent qu'une même famille et leurs analogies sont en grand nombre, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 389, dans POUGENS dans FAMILLE
Cette idée de féconder des plantes femelles par leurs racines, mérite assurément que vous tentiez les expériences propres à la vérifier ; mais les racines sont bien éloignées des fleurs, et l'esprit fécondant aurait bien du chemin à faire pour parvenir à l'ovaire, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 290, dans POUGENS dans FÉCONDANT, ANTE
En supposant d'autres sortes de modifications, dans les organes de la génération de l'individu fécondateur, on aurait d'autres résultats dans le germe fécondé, Consid. corps organ. Oeuv. t. VI, p. 477, dans POUGENS. dans FÉCONDATEUR, TRICE
Les vents ne sont pas les seuls ministres de l'amour des plantes ; une multitude d'insectes ailés s'acquittent du même office ; en volant d'une plante à une autre, ils transportent de l'une à l'autre les poussières vivifiantes qui se sont attachées à différentes parties de leur corps, et opèrent ainsi une fécondation artificielle, Contempl. nat. VI, 7 dans FÉCONDATION
Les ténèbres qui couvraient la fécondation chez les abeilles ont donc commencé à s'éclaircir, mais elles ne sont pas entièrement dissipées, ib. XI, 27 dans FÉCONDATION
M. Spallanzani vient d'instituer des expériences qui prouvent de la manière la plus directe que le germe préexiste dans la graine à la fécondation, Consid. corps org. Oeuv. t. v, p. 316, note A, dans POUGENS. dans FÉCONDATION
Cette heureuse idée de féconder artificiellement les oeufs de poissons avait été inspirée à M. Jacobi par l'observation de la fécondation artificielle que les insectes ailés opèrent dans les végétaux, en volant d'une plante à une autre, et en transportant ainsi sur une fleur les poussières d'une autre fleur, Consid. corps org. Oeuv. t. VI, p. 364, note 2, dans POUGENS dans FÉCONDER
Tandis que les palmiers mâles sont en pleine fleur, ils sont sans cesse environnés d'un nuage de poussière que les zéphyrs transportent sur les fleurs des palmiers femelles, et qui les fécondent, Contempl. nat. VI, 7 dans FÉCONDER
Il est, dans les femelles, des temps marqués pour la génération ; les mâles les attaqueraient vainement en d'autres temps, elles les repousseraient ou se soustrairaient à leurs recherches, Contempl. nat. XIe part. ch. 4 dans FEMELLE
L'analyse du grain de froment présente deux substances très caractérisées : la première est muqueuse, nutritive, fermentescible, et connue sous le nom d'amidon, Contempl. nat. VI, VI, note 1 dans FERMENTESCIBLE
Les livres d'agriculture si multipliés de nos jours, et qui ne sont la plupart que des échos les uns des autres, regorgent de ces procédés relatifs à la fertilisation des terres, Contempl. nat. VI, 3, note 1 dans FERTILISATION
Ce torrent qui menaçait les campagnes ne coule plus que pour les embellir et les fertiliser, Ess. Psyché, ch. 74 dans FERTILISER
Le célèbre Hales, dans sa belle statique des végétaux, avait démontré le premier que les feuilles étaient des puissances ménagées par la nature pour élever la séve, et qu'elles étaient les organes de la transpiration sensible et insensible, Rech. feuilles, t. v, p. 9, dans POUGENS dans FEUILLE
On voit par cette légère esquisse de la théorie du mouvement de la séve que les feuilles ont beaucoup de rapport dans leurs usages avec la peau du corps humain, Us. des feuilles, 1er mém. dans FEUILLE
Dans de simples feuillets corticaux ou ligneux, Consid. corps org. Oeuvres, t. VI, p. 37, dans POUGENS dans FEUILLET
Chaque fibre, que dis-je ! chaque fibrille est elle-même très en petit une machine qui, en exécutant des préparations analogues, s'approprie les sucs alimentaires, et leur donne l'arrangement qui convient à sa forme et à ses fonctions, Contempl. nat. Oeuvres, t. VIII, p. 207, dans POUGENS. dans FIBRILLE
Un fil de soie d'araignée, quoique prodigieusement fin, est formé de la réunion de plusieurs milliers de fils qui passent par différentes filières, Contempl. nat. XII, 4 dans FIL
Une filière placée près de la bouche de l'insecte moule ce fil précieux, Contempl. nat. 12e part. ch. 4 dans FILIÈRE
Combien d'oeufs dont il ne sort point d'oiseau ! la nature est si riche qu'elle ne regarde point à ces petites pertes ; et ce qui ne sert pas pour une fin, sert pour l'autre, Consid. corps org. Oeuv. t. v, p. 134, dans POUGENS. dans FIN
Il est, dans la nature, des fins que la raison ne saurait méconnaître ; mais c'est surtout dans la structure des animaux qu'on découvre le plus de fins particulières et frappantes, Contempl. nat. 3e part. ch. 28 dans FIN
La fin est un effet qui a son principe, Essai analyt. âme, Oeuvres, t. XIII, ch. 17, p. 256, dans POUGENS. dans FIN
Entre le fini et l'infini, la distance est toujours infinie, et il n'y a que l'être existant par soi dont la perfection soit absolue, Oeuv. mél. t. XVIII, p. 197, dans POUGENS dans FINI, IE
Les épis n'ont pas laissé de prendre leur accroissement ordinaire ; ils se sont garnis de grains ; mais tous ou presque tous ces grains sont demeurés flasques ou entièrement privés de farine, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 292, dans POUGENS dans FLASQUE
Vous n'avez pas oublié les curieuses expériences que M. de Réaumur avait tentées avec les flèches empoisonnées des Américains ; un ours piqué par une de ces flèches mourut, je crois, en une demi-minute, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 378, dans POUGENS dans FLÈCHE
D'autres fois, moins sublime, mais non moins estimable, l'homme s'occupe des arts qui peuvent pourvoir à ses besoins ou augmenter ses commodités ; sa raison se fléchit à tout, Contempl. IV, 7 dans FLÉCHIR
Un physicien célèbre définit le fluide un corps dont les parties ne sont pas liées ensemble, qui cède aisément au toucher, qui résiste peu à la division, et qui se répand comme de lui-même, Contempl. natur. III, 3, note 1 dans FLUIDE
Cette propagation paraît s'opérer par le ministère d'un fluide très subtil, connu sous le nom de fluide nerveux, et qui remplit les cavités invisibles des nerfs, Contempl. nat. IV, 2, note 1 dans FLUIDE
Le foetus est visible peu de jours après la conception ; il a donc acquis alors un volume plusieurs millions de fois plus grand que n'était son volume original, Consid. corps org. Oeuv. t. V, p. 126, dans POUGENS. dans FOETUS
Combien la moisissure est-elle contenue de fois dans le cèdre, la mite dans l'éléphant, la puce d'eau dans la baleine, un grain de sable dans le globe de la terre, un globule de lumière dans le soleil ?, Consid. corps org. Oeuv. t. v, p. 205, dans POUGENS. dans FOIS
La force n'est autre chose que le principe des changements, Oeuv. mél. t. XVIII, p. 86, note 5, dans POUGENS dans FORCE
Leibnitz définit la force, le principe qui a en soi la raison suffisante de l'actualité de l'action, ib. p. 77 dans FORCE
Ces taches ressemblaient beaucoup à celles qu'on voit si fréquemment sur les feuilles de la vigne qui ont souffert l'altération que les cultivateurs nomment fouine ou brûlure, Us. feuill. plant. Suppl. 2 dans FOUINE
Chez les fourmis comme chez les abeilles, les guêpes, etc. il y a de trois sortes d'individus, des mâles, des femelles, et des neutres ou des individus privés de sexe, Contempl. nat. XI, 22 dans FOURMI
Les fourmis alimentent leurs petits à la manière des guêpes, en leur dégorgeant la nourriture qu'elles ont elles-mêmes digérée et qui se montre au dehors sous l'aspect d'une liqueur visqueuse ; mais, lorsqu'elles demeurent privées d'aliment, leur affection pour les petits se change en cruauté, et elles les dévorent, ib. dans FOURMI
Certains organes séparent du sang des fourmis un acide très pénétrant, et qui a fait l'objet des recherches d'un habile chimiste, ib. t. VIII, p. 117, dans POUGENS dans FOURMI
Les historiens du fourmi-lion nous ont vanté sa patience et sa sobriété ; il peut en effet soutenir de très longs jeûnes ; caché au fond de son entonnoir, il attend en chasseur rusé et patient que quelque insecte rôdeur tombe dans le piége, Observ. 39e, Insect. dans FOURMI-LION
La fourmi est de tous les insectes rôdeurs celui à qui il arrive le plus souvent de tomber dans le piége ; c'est ce qui a fait donner à notre chasseur le nom assez impropre de fourmi-lion, Observ. 40e. dans FOURMI-LION
Les bords [du trou] sont escarpés, et s'éboulent facilement ; ils entraînent avec eux l'imprudente fourmi ; le fourmi-lion la saisit prestement avec ses cornes, la secoue pour l'étourdir, la tire sous le sable, et la suce à son aise, Contempl. nat. XII, 42 dans FOURMI-LION
Parvenu à son parfait accroissement, le fourmi-lion quitte le métier de chasseur qui lui est devenu inutile ; il ne tend plus de piége, et, après s'être promené quelque temps près de la surface de la terre, il s'y construit une petite coque de forme sphérique, qu'il revêt intérieurement d'une tapisserie de satin du plus beau gris de perle où il se transforme dans une de ces mouches qu'on a nommées demoiselles, ib. dans FOURMI-LION
Le fourreau de pure soie que notre chenille se construit dans la tête du chardon, Observ. 19, Insectes. dans FOURREAU
Tandis que je tenais la branche d'une main, je tenais de l'autre une loupe d'un assez court foyer, Observ. 37, Insect. dans FOYER
Les frelons, qui appartiennent au genre des guêpes et qui les surpassent toutes en grandeur, ne possèdent pas au même degré que les guêpes souterraines, l'art de fabriquer du papier avec des fragments de vieux bois, Contempl. nat. XI, 24 dans FRELON
On sait que, si dans le même instrument il y a plusieurs cordes à l'unisson ou qui fassent leurs vibrations dans le même temps, si l'on pince une de ces cordes, toutes celles qui seront à son ton frémiront à la fois, Ess. psychol. chap. 25 dans FRÉMIR
Les ailes des abeilles, comme celles de toutes les mouches, sont d'une substance un peu friable, et qui n'est pas susceptible d'une grande extension, 1er Mém. abeilles. dans FRIABLE
L'homme, le plus friand des animaux, appelle à lui toutes les productions de la nature, et force tous les climats de satisfaire à ses goûts et à son intempérance, Consid. corps org. t. V, p. 153, dans POUGENS dans FRIAND, ANDE
Tout l'air que le poumon chasse dans la trachée au moment de l'expiration est forcé d'enfiler l'ouverture étroite de la glotte, et c'est du frôlement de cet air contre les lèvres de celle-ci que dépend en général la formation de la voix, Contempl. nat. Oeuv. t : VIII, p. 33, note 2, dans POUGENS. dans FRÔLEMENT
Si l'emboîtement [des germes] est la loi de la nature, pouvons-nous dire que nous soyons faits pour contempler à découvert ces divers ordres d'infinis, toujours décroissants, abîmés les uns dans les autres, et qu'un développement plus ou moins lent tend continuellement à rapprocher des frontières du monde visible ?, Paling. XII, 7 dans FRONTIÈRE
Les gens de la campagne vont ramasser les fleurs qui naissent sur les palmiers mâles, ils les attachent aux branches des palmiers femelles ou en secouent la poussière sur les grappes de ces derniers, et ils assurent que cette petite manipulation est toujours suivie d'une fructification plus abondante, Contempl. nat. VI, 7 dans FRUCTIFICATION
Un arbre planté à contre-sens, les racines en haut, les branches en bas, vit, croît, fructifie : de ses racines sortent des branches, et de ses branches sortent des racines, Contempl. nat. X, 27 dans FRUCTIFIER
M. Hales, dans sa Statique des végétaux, rapporte plusieurs expériences qu'il a tentées pour essayer de changer le goût naturel des fruits, et leur communiquer celui de quelques liqueurs spiritueuses et de diverses infusions odoriférantes, Us. feuilles plant. 5e mém. dans FRUIT
Les cultivateurs savent assez que, pour mettre à fruit un arbre trop vigoureux, il ne faut que l'affaiblir, et il est plus d'un moyen de procurer cet affaiblissement, Contempl. nat. X, 27 dans FRUIT
Un animal qui n'a jamais vu d'hiver peut-il en pressentir, au milieu de l'été, la futurition ?, Contempl. nat. XII, 38 dans FUTURITION
Les galles du chêne sont les plus généralement connues, et il n'est point d'arbre dans nos contrées qui en présente un plus grand nombre d'espèces, Observ. 37, Insect. dans GALLE
Différents nerfs se rencontrent dans un point commun, ils y forment un noeud ; les naturalistes nomment ce noeud un ganglion, Ess. analyt. âme, ch. 18 dans GANGLION
Le lapin de garenne semble savoir qu'il n'est pas logé et il se loge ; les lapins de clapiers dont on peuple les garennes, se gîtent comme le lièvre ; mais, au bout de quelques générations, ils commencent à se faire des terriers, Contempl. nat. II, 30 dans GARENNE
Les abeilles construisent fort souvent, dans un gâteau qui n'a que deux à trois pouces en carré, deux à trois cellules royales, 5e mém. Abeilles. dans GÂTEAU
Il est prouvé que tous les corps organisés sont gélatineux avant que d'être solides ; les arbres les plus durs et les plus pierreux n'ont été d'abord qu'un peu de gelée épaissie, Paling. XVI, 2 dans GÉLATINEUX, EUSE
J'ai exposé à un froid de douze à treize degrés des chrysalides de la belle chenille du chou ; elles paraissaient gelées très à fond, et, quand je les laissais tomber dans un vase de porcelaine, elles y rendaient le même son qu'une petite pierre ; cependant elles n'étaient point mortes, Lett. div. t. XII, p. 11, dans POUGENS dans GELÉ, ÉE
Si l'air est assez froid pour que cette rosée se gèle, elle formera ce qu'on nomme la gelée blanche ; ce sera, en quelque sorte, la cristallisation de l'eau, Us. feuill. plantes, Suppl. 2e. dans GELÉE
Telle a été la première forme du chêne majestueux et du puissant rhinocéros ; ils n'ont été au commencement qu'une goutte de gelée et moins encore, Lettr. div. t XII, p. 13 dans GELÉE
Combien l'organisation de ces petits animaux, qui semblent n'être qu'une gelée épaissie, diffère-t-elle de celle des animaux que leur grandeur et leur consistance soumet au scalpel de l'anatomiste !, Paling. philos. v, 3 dans GELÉE
L'art de généraliser les idées est-il autre chose que l'art d'observer ?, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 190, dans POUGENS dans GÉNÉRALISER
L'évolution complète des organes générateurs exige sans doute plus de précision que celles des autres organes, Contempl. nat. Oeuvres, t. VIII, p. 92, dans POUGENS. dans GÉNÉRATEUR, TRICE
Chez les araignées, l'organe de la génération du mâle se trouve dans un endroit où l'on ne s'aviserait pas de le chercher ; il est logé dans les antennes, Contempl. nat. Oeuvres, t. VIII, p. 118, note 1 dans GÉNÉRATION
Il n'est point dans la nature de véritable génération ; mais nous nommons improprement génération, le commencement d'un développement qui nous rend visible ce que nous ne pouvions auparavant apercevoir, Consid. corps org. Oeuvres, t. v, p. 304 dans GÉNÉRATION
J'ai vu qu'il penche vers l'épigenèse, et c'est particulièrement la raison secrète qui l'a empêché jusqu'ici de méditer mes idées sur la génération et sur les reproductions, 5e Lett. Hist. nat. dans GÉNÉRATION
Une bonne histoire de l'esprit humain serait celle de la génération de ses idées en tout genre, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 54 dans GÉNÉRATION
Le monde intellectuel a ses générations comme le monde physique, et les unes ne sont pas plus de vraies générations que les autres, Paling. philos. XI, 4 dans GÉNÉRATION
Infirmerait-on le texte sacré de la Genèse, si l'on avançait que la création décrite par Moïse est moins une véritable création que le récit assez peu circonstancié des degrés successifs d'une grande révolution que notre globe subissait alors ?, Paling. philos. I, 2 dans GENÈSE
Il voit, comme l'a dit un grand homme, les abstraits dans les concrets, les concrets dans les abstraits ; Voilà le génie, Ess. analyt. âme, ch. 16 dans GÉNIE
Les génies les plus pénétrants, les plus profonds, ne se distinguent des autres hommes que parce qu'ils emploient un plus petit nombre de milieux, Ess. psychol. ch. 80 dans GÉNIE
Le pédicule souffre une altération analogue : il noircit et se gerce çà et là, mais surtout aux endroits où il est le plus tourmenté, Us. feuil. plant. 2e mém. dans GERCER
Ce que la graine et le germe sont à la plante, l'oeuf et l'embryon le sont à l'animal, Contempl. nat. III, 5 dans GERME
Le germe existait-il déjà dans la graine ou dans l'oeuf avant la fécondation ? la poussière des étamines ou la liqueur que le mâle fournit n'est-elle que le principe de son développement ?, Consid. corps organ. Oeuv. t. v, p. 94, dans POUGENS. dans GERME
Je vois les siècles s'entasser les uns sur les autres, les générations s'accumuler comme les flots de la mer, sans que le nombre des germes employés à les fournir diminue d'une manière sensible la masse organique qu'ils composent, ib. p. 209 dans GERME
Si le germe préexiste tout entier à la fécondation, ce que nous nommons génération n'en est point une ; mais ce n'est que le commencement d'une évolution, qui amènera peu à peu au grand jour des parties cachées auparavant dans une nuit impénétrable, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 75 dans GERME
Je ne saurais me résoudre à abandonner une aussi belle théorie que l'est celle des germes préexistants pour embrasser des explications purement mécaniques, Consid. corps organ. Oeuv. t. v, p. 114 dans GERME
Il prétend s'étayer du grand Leibnitz, et personne n'ignore que cet illustre métaphysicien était un des plus zélés partisans du système des germes, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 79 dans GERME
Si l'on admet des germes particuliers pour la production des dents, pourquoi refuserait-on d'en admettre pour la production de parties beaucoup plus composées, et dont la formation répugne encore davantage aux explications mécaniques ?, Consid. Corps organ. t. VI, p. 42 dans GERME
Un grand fonds d'imagination et un penchant marqué pour l'harmonie sont le germe du poëte, Ess. psychol. ch. 70 dans GERME
On lit dans l'Encyclopédie au mot végétation, que des haricots d'Amérique, tirés du cabinet de l'empereur, avaient germé par les soins d'un jardinier, quoique les haricots eussent deux cents ans, Paling. philos. III, 4 dans GERMER
Il est pourtant des faits très certains qui prouvent qu'ils [certains germes] ont été ordonnés de manière qu'ils conservent pendant un temps, même très long, la vertu germinatrice, Paling. philos. III, 4 dans GERMINATEUR, TRICE
Le grenat, cette pierre si dure, n'est pas plus à l'abri de l'action mécanique du gésier ; elle est assez puissante pour émousser à la longue les angles de cette pierre, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 16, note 1 dans GÉSIER
Avant la publication de l'excellent écrit de l'illustre Mairan sur la formation de la glace, on était bien loin de soupçonner tout ce que ce phénomène si commun renferme de curieux, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 212, note 13, dans POUGENS. dans GLACE
Je goûte une secrète satisfaction à contempler dans un gland le germe d'où naîtra dans quelques siècles le chêne majestueux à l'ombre duquel les oiseaux de l'air et les bêtes des champs iront se réjouir, Consid. corps org. Oeuv. t. V, p. 207, dans POUGENS. dans GLAND
Ces glandules si petites dont la surface inférieure des feuilles de la sauge est parsemée, Observ. 31, Oeuv. t. II, p. 303, dans POUGENS dans GLANDULE
Des globes qui égalent ou surpassent même de beaucoup en grandeur notre monde, des globes qui tournent autour du soleil et sur eux-mêmes, des globes qui sont le centre des révolutions de plusieurs lunes, des globes dans lesquels on découvre des parties semblables ou analogues à celles qu'on observe sur la terre, ces globes, dis-je, je le demande à la raison, seraient-ils sans habitants ?, Caus. prem. VII, 7 dans GLOBE
Si la lumière ou l'éther ne pèsent point, l'homme glorifié se transportera au gré de sa volonté dans tous les points de l'espace et volera de planètes en planètes, de systèmes en systèmes, avec la rapidité de l'éclair, Contempl. nat. IV, 13 dans GLORIFIÉ, ÉE
Le goût paraît encore plus dégradé que l'odorat dans un grand nombre d'oiseaux, surtout chez les granivores ; leur langue, presque cartilagineuse, ne semble pas devoir être bien sensible, Contempl. nat. III, 28 dans GOÛT
L'organe du goût a tant de rapport avec celui du toucher, que décrire l'un c'est presque décrire l'autre, Ess. psychol. ch. 23 dans GOÛT
La figure sphérique des gouttes de la rosée produirait-elle dans les rayons de la lumière des réfractions nuisibles aux feuilles ?, Us. feuilles plant. 2e mém. dans GOUTTE
Le venin de la vipère dont une gouttelette peut donner la mort à un grand animal, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 377, dans POUGENS dans GOUTTELETTE
Nous voyons partout des gradations entre les êtres ; mais l'ordre de ces gradations ne nous est encore connu que très imparfaitement, Contempl. nat. III, 26 dans GRADATION
Tout est donc gradué ou nuancé dans la nature, Caus. prem. VII, 3 dans GRADUÉ, ÉE
Ce fait est remarquable et prouve que ce n'est pas une règle constante, que les plus belles graines produisent les plus abondantes récoltes, Hist. nat. mém. Oeuv. t. III, p. 221 dans GRAINE
La graine est un oeuf dans lequel un embryon doit prendre ses premiers accroissements, Consid. corps org. Oeuv. t. v, p. 318 dans GRAINE
La matière que renferme leur intérieur [des pucerons] a beaucoup de rapport avec le corps graisseux des chenilles, Observ. pucer. observ. 19 dans GRAISSEUX, EUSE
Il y a plus de renoncules que de rosiers, plus de gramens que de chênes ; il y a plus de papillons que de poules, plus de pucerons que de chiens, Contempl. nat. Oeuvres, t. VIII, p. 381 dans GRAMEN
Noeuds des plantes graminacées, Us. feuill. plant. 5e mém. dans GRAMINÉE
Les couleurs de presque tous les corps souffrent des altérations très sensibles lorsqu'ils demeurent longtemps exposés au grand air ou au grand jour, Lett. à Rozier, Oeuv. t. x, p. 27, dans POUGENS dans GRAND, ANDE
Nous allons perdre le grand Haller, et probablement, à l'heure que je vous écris, il n'est plus ; vous n'avez pas besoin que je vous fasse sentir toute la grandeur de cette perte, vous qui savez comme moi tout ce que la physiologie, la botanique, la médecine, les lettres, la religion doivent à cet homme aussi respectable qu'illustre, Lett. div. Oeuvres, t. II, p. 206, dans POUGENS dans GRAND, ANDE
Une greffe est une sorte de bouture plantée dans un tronc vivant, Consid. corps org. Oeuv. t. v. p. 432, dans POUGENS. dans GREFFE
Le suc nourricier passe alternativement du sujet dans la greffe, de la greffe dans le sujet, Us. feuilles plant. 5e mém. dans GREFFE
Un citron gros comme un pois, greffé par son pédicule sur un oranger, y prend tout son accroissement et y conserve tous les caractères propres au citron, Consid. corps org. Oeuv. t. V, p. 435, dans POUGENS dans GREFFÉ, ÉE
Si l'on greffe l'amandier sur le prunier, la greffe ne subsistera que peu d'années, Consid. corps org. Oeuv. t. V, p. 433, dans POUGENS dans GREFFER
Les folioles des feuilles composées se greffent assez souvent les unes aux autres, en sorte que deux ou trois folioles n'en composent plus qu'une seule, sur un pédicule commun, Us. feuilles d. plant. 5e mém. dans GREFFER
Les antennes étaient assez longues et à filets grenés, Observ. 38, Insect. dans GRENÉ, ÉE
M. Roesel, qui a donné des preuves de sa sagacité et de ses rares talents dans sa magnifique histoire des grenouilles, Consid. corps organ. Oeuvres, t. VI, p. 145 dans GRENOUILLE
Vous avez peut-être ouï parler de ces mauvais rhumes épidémiques, auxquels les Français, qui nomment tout, ont donné le nom de grippe, qui est en effet très significatif, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 213, dans POUGENS dans GRIPPE
L'intérieur était d'un gris de souris fort lustré, Observ. 1, Insect. dans GRIS, ISE
Nous ne jugeons ordinairement des êtres que par des comparaisons assez grossières ; nous les comparons de gros en gros dans leur forme et dans leur structure, et, si cet examen superficiel ne nous offre aucun trait de similitude, nous ne nous avisons guère d'en soupçonner, Paling. philos. IV, 2 dans GROS, OSSE
Vous savez mieux que moi, que les parties qui agissent le plus, grossissent davantage, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 480, dans POUGENS dans GROSSIR
Il arrive souvent qu'en creusant sa trémie, le fourmi-lion rencontre de gros grains de sable ou de petits grumeaux de terre sèche, Contempl. nat. XII, 42 dans GRUMEAU
Parmi les singes à queue, du genre des guenons, il y en a qui sont aussi de grands pillards, et qui, très habiles à voler les fruits et les légumes, les emportent dans leurs mains ou dans leurs bras, Contempl. nat. XII, 47, note 8 dans GUENON
Il [M. Lyonet] a vu le corps d'une guêpe s'agiter trois jours après avoir été séparé du corselet : quand il tenait la partie antérieure de cette guêpe, elle mordait dans tout ce qu'il lui présentait ; et, lorsqu'il touchait au corps, elle faisait d'abord sortir son aiguillon, et le dardait de tous côtés et en tous sens comme pour tâcher de le piquer, Hist. nat. Mém. Oeuv. t. III, p. 164, dans POUGENS dans GUÊPE
La guêpe cruelle fond sur l'abeille laborieuse qui revient à la ruche, chargée de miel : elle sait puiser dans ses intestins la liqueur délicieuse dont elle est avide, Contempl. nat. x, 29 dans GUÊPE
Un ver doit éclore de l'oeuf que la guêpe maçonne a pondu au fond de son trou, ib. XII, 41 dans GUÊPE
La guêpe connaît les vers qui ont été appropriés à la subsistance de sa famille ; elle va à la chasse de ces vers ; elle les saisit délicatement, et les transporte dans son nid sans les blesser, ib. dans GUÊPE
Le guêpier est un petit édifice à plusieurs étages ; et, comme la forme est ovale, on comprend que les étages du milieu ont plus d'étendue que ceux des extrémités, Contempl. nat. XI, 23, note 1 dans GUÊPIER
À quoi bon rendre guerre pour guerre ?, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 185, dans POUGENS dans GUERRE
Nous ignorons quelle sorte de respiration s'opère dans la chenille ; nous savons seulement qu'elle ne saurait respirer à la manière des grands animaux, puisque les parties qui font chez elle l'office de poumons, sont répandues dans toute l'habitude du corps et jusque dans le cerveau, Contempl. nat. III, 20, note 1 dans HABITUDE
D'épaisses et nombreuses nuées de harengs transmigrent de l'océan Polaire sur les côtes d'Écosse et de Hollande, poursuivis par les grands poissons qui habitent les profondeurs de cet océan, Consid. corps org. Oeuv. t. VI, p. 280, dans POUGENS. dans HARENG
De jeunes haricots qui avaient été semés dans une serre, s'inclinaient pendant le jour vers la porte et se relevaient à l'approche de la nuit, Us. feuilles, plantes, 2° mém. dans HARICOT
Ce qu'est Newton à la haute géométrie, Montesquieu l'est à la haute politique, Ess. analyt. âme, ch. 19 dans HAUT, AUTE
Les maladies héréditaires souffrent moins de difficultés ; on conçoit facilement que des sucs viciés doivent altérer la constitution du germe, Consid. corps org. Oeuv. t. V, p. 135, dans POUGENS. dans HÉRÉDITAIRE
Pourquoi un autre animal est-il hermaphrodite, sans pouvoir néanmoins se féconder lui-même ?, Consid. corps org. Oeuv. t. VI, p. 116, dans POUGENS. dans HERMAPHRODITE
Il suit de cette observation importante, que le moyen d'être heureux c'est de se conformer à l'ordre ou aux rapports qui sont entre les choses, Causes prem. 8e part. concl. dans HEUREUX, EUSE
On a vu des hippopotames de seize ou dix-sept pieds de longueur, sur sept de hauteur et quinze de circonférence, Contempl. nat. III, 26 dans HIPPOPOTAME
Une mère hirondelle, revenant au nid chargée de provisions, et trouvant la maison où elle l'avait bâti, embrasée, se précipita au travers des flammes pour nourrir et secourir ses petits, Contempl. nat. XI, 7, note 5 dans HIRONDELLE
L'histoire naturelle est la meilleure logique, parce qu'elle est la science qui perfectionne le plus l'esprit et lui enseigne le mieux à suspendre ses jugements, 1re lett. Hist. nat. dans HISTOIRE
On n'a pas oublié le froid si long et si rigoureux de l'hiver de 1740, il avait presque égalé en intensité celui de 1709 et l'avait surpassé en durée, Observ. 42e insect. dans HIVER
ne s'ouvrent que le soir ; c'est ce qui a fait imaginer au Pline de la Suède [Linné] son ingénieuse horloge botanique, Contempl. nat. X, 31 dans HORLOGE
L'huître ouvre son écaille, et reçoit, avec l'eau de la mer, des corpuscules et des insectes de différents genres, Consid. corps org. Oeuv. t. V, p. 152, dans POUGENS. dans HUÎTRE
On sait que c'est à la classe des huîtres qu'appartient ce riche coquillage, dont la coquille est incrustée de nacre et qui fournit les perles, Contempl. nat. XII, 26, note 6 dans HUÎTRE
Trois humeurs de différente densité, logées chacune dans une capsule transparente, partagent l'intérieur du globe de l'oeil en trois parties, Contempl. nat. V, 10 dans HUMEUR
Les anciens physiciens auraient dit qu'une chaleur excessive enlevait l'humide radical de la plante ; cette expression a passé de mode chez nos physiciens modernes : on pourrait néanmoins lui donner un sens très raisonnable, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 46, dans POUGENS dans HUMIDE
Une hydre est un composé de plusieurs personnes sur un tronc commun, Considér. corps org. Oeuv. t. VI, p. 109, dans POUGENS. dans HYDRE
Dans une matière aussi ténébreuse que l'est la mécanique des idées, on est souvent forcé de se contenter de ce qui n'est qu'hypothétique, Ess. psychol. Introd. dans HYPOTHÉTIQUE
Ses oeufs [du crocodile], de la grosseur de ceux d'une oie et au nombre de cinquante ou soixante, multiplieraient trop la race redoutable de cet énorme amphibie, si l'ichneumon, qui est très friand de ces oeufs, n'en détruisait un grand nombre, Contempl. nat. XI, 5, note 1 dans ICHNEUMON
Notre guêpe-ichneumon creuse dans un sable bien dur un trou d'environ deux pouces de profondeur ; son travail ne se borne point à excaver ce trou, à lui donner une forme cylindrique, à en polir les parois, à transporter au dehors le sable qu'elle en tire, ib. XII, 41 dans ICHNEUMON
Je renfermai ces coques dans une boîte, et, vers la mi-mai, il en sortit de petites ichneumones, semblables à celles dont M. de Réaumur a donné la description, Observ. 7e, Insect. dans ICHNEUMON
Dans quelques chardons que j'avais ouverts suivant leur longueur, je trouvai une mouche ichneumone, longue d'environ quatre lignes..., Observ. 19, Insectes. dans ICHNEUMON
Je faisais ici allusion à l'ingénieux système de l'idéalisme du profond et pieux Berkley, que je n'entreprenais pas de combattre, Ess. analyt. âme. ch. I, note * dans IDÉALISME
Quand le pur idéalisme serait rigoureusement démontré, rien ne changerait encore dans l'ordre de nos idées sensibles et dans les jugements que nous portons sur ces idées, Paling. XVIII, 6 dans IDÉALISME
Une idée est un mode de l'âme, et, comme nous ne savons pas ce que l'âme est en elle-même, nous ne savons point non plus ce qu'un mode de l'âme est en lui-même, Ess. analyt. Ame, ch. 8 dans IDÉE
Laissons agir l'imagination ; mais que la raison tienne toujours la bride de ce coursier dangereux, Consid. corps org. Oeuv. t. V, p. 99, dans POUGENS dans IMAGINATION
Il faudrait avoir un moyen d'évaluer la quantité d'eau que les plantes imbibent de cette manière, Us. feuill. plant. suppl. 2 dans IMBIBER
M. Duhamel croit que la colle nuit aux plantes, en empêchant la transpiration et l'imbibition qui se fait par les feuilles, Us. feuill. plant. 1er mém. dans IMBIBITION
On prie M. Opoix de réfléchir un peu profondément sur l'immutabilité constante des couleurs prismatiques et sur les conditions que cette immutabilité suppose, Coul. corps, Oeuvres, t. X, p. 386, dans POUGENS dans IMMUTABILITÉ
Le très petit arbre logé dans un bouton n'a ni lobes, ni feuilles séminales : c'est qu'il doit tirer sa nourriture du grand arbre dans lequel il est implanté, et dont il est une partie intégrante, Contempl. nat. VI, 6, note 2 dans IMPLANTÉ, ÉE
On sait aussi que d'habiles physiologistes attribuent à l'imprégnation de l'air la couleur vermeille du sang, Lett à l'abbé Rogier, Oeuv. t. X, p. 25, dans POUGENS. dans IMPRÉGNATION
L'eau qu'on a purgée d'air en la faisant bouillir, est plusieurs jours à s'imprégner d'un air nouveau, Us. feuilles dans les plantes, 1er mém. dans IMPRÉGNER
Augmenter l'irritabilité du coeur, c'est augmenter sa force impulsive, Cont. nat. Oeuv. t. VIII, p. 77, dans POUGENS dans IMPULSIF, IVE
Dans tous les systèmes, une action qui n'est pas volontaire n'est pas libre, et conséquemment ne peut être imputée, Ess. analyt. âme, ch. 19 dans IMPUTÉ, ÉE
Il [Haller] aurait préféré la mort à une inaction un peu longue, et il me l'écrivait lui-même, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 208, dans POUGENS dans INACTION
Une idée concrète est obscure ou inadéquate, si toutes les idées qui la composent ne sont pas présentes à l'âme, Ess. analyt. âme, ch. 16 dans INADÉQUAT, ATE
Le sang du poulet est dans les premiers temps une liqueur incolorée ; il devient d'abord blanchâtre, puis jaunâtre, enfin rouge, Lett. div. t. XII, p. 16, dans POUGENS dans INCOLORÉ, ÉE
Un degré de perfection acquis conduira par lui-même à un autre degré, et, parce que la différence du créé à l'incréé, du fini à l'infini est infinie, ils tendront continuellement vers la suprême perfection sans jamais y atteindre, Paling. XXII, 7 dans INCRÉÉ, ÉE
L'incubation pourrait n'être qu'un besoin naturel ; on voit des poules couver des morceaux de craie, de petits cailloux et des oeufs d'espèce très différente de la leur, Contempl. nat. XI, 8 dans INCUBATION
Les grands anatomistes se trompaient quand ils pensaient que les filets nerveux sont eux-mêmes composés de filets plus petits, ceux-ci de plus petits encore, et ainsi à l'indéfini, Paling. philos. X, 15, note 9 dans INDÉFINI, IE
Mon hypothèse sur l'indestructibilité des germes de nos animalcules des infusions, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 89, dans POUGENS dans INDESTRUCTIBILITÉ
C'est toujours la même individualité, le même moi ; mais qui est appelé à sentir et à agir par différents organes en différentes périodes de la vie, Consid. corps org. Oeuv. t. VI, p. 114, dans POUGENS. dans INDIVIDUALITÉ
L'existence de deux ou de plusieurs cerveaux distincts sur le même tronc produit deux ou plusieurs individualités personnelles entées sur un tronc commun, Ess. analyt. âme, ch. 24 dans INDIVIDUALITÉ
Si une grande application de l'esprit compense souvent le défaut de pénétration, c'est que l'application est une force qui se déploie sur les organes et en surmonte l'inertie, Ess. analyt. âme, ch. 23 dans INERTIE
Un oeuf infécond n'est pas privé de germe ; mais le germe invisible qu'il renferme ne se développera jamais, parce qu'il a manqué d'une condition nécessaire au développement : il n'a pas été fécondé, Consid. corps org. oeuv. t. VI, p. 234, dans POUGENS. dans INFÉCOND, ONDE
L'auteur de la nature a marqué du sceau de son infinité ses moindres productions, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 141, dans POUGENS dans INFINITÉ
Si une progression harmonique règne entre tous les êtres terrestres, si une même chaîne les embrasse tous, combien est-il probable que cette chaîne merveilleuse se prolonge dans tous les mondes planétaires, qu'elle les unit tous et qu'ils ne sont ainsi que des parties constituantes et infinitésimales de la même série !, Paling. XXII, 3 dans INFINITÉSIMAL, ALE
Quelquefois il se contourne et se replie à la fois, ce qui donne lieu à des inflexions remarquables, Us. des feuilles des plantes, 2e mém. dans INFLEXION
À l'égard de la manière dont les animalcules sont produits dans les infusions, un philosophe pourrait-il se résoudre à admettre qu'ils proviennent de la transformation de la matière même de l'infusion en animalcules ?, Consid. corps organ. Oeuv. t. V, p. 311, dans POUGENS. dans INFUSION
Le microscope, le scalpel et les injections, qui nous conduisent si loin dans l'anatomie des animaux, refusent souvent de nous servir ou ne nous servent qu'imparfaitement dans celle des plantes, Contempl. nat. X, 26 dans INJECTION
Nous pouvons supposer avec vraisemblance qu'il est deux genres d'éléments : les éléments premiers ou inorganiques ; les éléments seconds ou organiques, Consid. corps. org. Oeuv. t. V, p. 156, dans POUGENS. dans INORGANIQUE
Ces lames sont autant de petits cônes inscrits les uns dans les autres, et dont le nombre est indéfini, Consid. corps org. Oeuvres, t. V, p. 297, dans POUGENS. dans INSCRIT, ITE
Les insectes sont ordinairement mieux caractérisés aux yeux de la plupart des hommes par les dommages qu'ils causent, qu'ils ne le seraient par une description exacte, Observ. pucerons, Oeuv. t. I, p. 2, dans POUGENS dans INSECTE
Quel est l'insecte dont le naturaliste le plus patient et le plus laborieux puisse se flatter d'épuiser l'histoire ?, Observ. 19e, Insectes dans INSECTE
On sait que les insectes meurent, lorsqu'on les plonge dans l'huile, ou qu'on applique seulement sur leurs stigmates quelques gouttes de cette liqueur, Us. feuilles plantes, 1er mém. Sous l'insecte vengeur envoyé par Junon dans INSECTE
Tout ce qui tient à l'industrie des insectes est bien plus propre à piquer la curiosité d'un amateur que toute autre particularité de l'insectologie, Observ. 26, insectes. dans INSECTOLOGIE
Je dirai bien encore que je fais plus de cas d'un bon traité sur un seul insecte que de toute une nomenclature insectologique, Contempl. nat. Oeuvr. t. VIII, p. 140, dans POUGENS. dans INSECTOLOGIQUE
Le grand insectologiste M. de Geer parle de coques de chenilles qui avaient la consistance du parchemin...., Contempl. nat. XII, 34 dans INSECTOLOGISTE
Immédiatement après que l'air, chargé d'exhalaisons nuisibles, a été chassé au dehors par l'expiration, l'inspiration introduit dans le poumon un nouvel air, et avec lui bien des principes qui influent plus ou moins sur la sanguification, Contempl. nat. Oeuvr. t. VIII, p. 30, note 1, dans POUGENS. dans INSPIRATION
L'eau inspirée par la bouche, et qui se répand dans les interstices des branchies, la rafraîchit [la frange formée par les vaisseaux], elle échappe ensuite par les opercules dans l'expiration, Contempl. nat. III, 25, note 5 dans INSPIRÉ, ÉE
Le ver renfermé dans la galle animale ne saurait se passer d'une communication libre avec l'air extérieur, il a besoin de l'inspirer, Contempl. nat. XI, 5, note 6 dans INSPIRER
L'instantanéité des effets de la sensibilité et de l'activité prouve au moins la prodigieuse mobilité de l'organe immédiat des opérations de notre âme, Ess. analyt. âme, ch. 24 dans INSTANTANÉITÉ
J'essayais de prouver que l'instinct n'est en général que le résultat des impressions des objets sur la machine, et que la portée de l'instinct est en raison directe du nombre, de l'espèce et de l'intensité des sensations, Ess. analyt. âme, ch. 16 dans INSTINCT
L'idée que nous nous formons de l'âme n'est point du tout celle d'une substance que nous nous représentions comme simple ; mais elle est celle d'une collection d'effets que nous attribuons à une cause invisible et intangible, Oeuv. mêl. t. XVIII, p. 112, dans POUGENS dans INTANGIBLE
J'entends ici par intelligence le pouvoir de former des notions ou de s'élever aux idées générales ; ce qui ne saurait s'exécuter que par l'usage de la parole, chose dont les animaux sont actuellement privés, Paling. philos. 7e part. ch. IV, note 1 dans INTELLIGENCE
Il me paraît plus philosophique de présumer que notre terre est un livre que le grand être a donné à lire à des intelligences qui nous sont fort supérieures, et où elles étudient à fond les traits infiniment multipliés et variés de son adorable sagesse, Paling. XII, 2 dans INTELLIGENCE
De toutes les parties du corps humain, les nerfs sont celles dont la connaissance intéresse le plus le philosophe ; ils sont, pour ainsi dire, l'intermède qui unit l'âme au corps, et par lequel elle agit sur différentes parties de son corps, Contempl. de la nat. VII, 1 dans INTERMÈDE
Je ne conçois pas qu'un corps puisse agir sur un autre corps autrement qu'en lui communiquant immédiatement son mouvement ou en le communiquant à des corps interposés, Ess. analytiq. âme, ch. 21 dans INTERPOSÉ, ÉE
On voit assez que mon but dans cette expérience était de m'instruire de la différence que l'interposition de l'eau mettrai dans les résultats, Décolor. corps lum. Oeuv. t. XI, p. 197, dans POUGENS. dans INTERPOSITION
Les philosophes qui, par je ne sais quelle idée de perfection, veulent tout ramener à l'âme, oublient que nous n'avons des idées que par l'intervention des sens, et que nous n'avons de notions abstraites que par l'intervention des signes qui tombent encore sous le sens, Ess. analyt. âme, ch. 24 dans INTERVENTION
Divers faits prouvent le mouvement intestin des liquides, par exemple l'évaporation, la dissolution...., Contemplation, III, 3 dans INTESTIN, INE
Vous connaissez ce mouvement intestin si remarquable que l'abbé Conti a découvert dans l'intérieur des vaisseaux de la chara et de quelques autres plantes, soit aquatiques, soit terrestres, et que l'abbé Fontana a aussi observé, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 488, dans POUGENS dans INTESTIN, INE
Si une impulsion intestine réveille alors quelques idées étrangères, l'âme ne se livre point à cette idée, Ess. analyt. âme, ch. 23 dans INTESTIN, INE
La grande question est de savoir comment la séve s'introduit par l'extrémité du chevelu dans le corps de la racine ; car je crois avoir bien prouvé par les injections que c'est uniquement à cette extrémité que se trouvent les orifices ménagés pour l'intromission des sucs, Lett. div. Oeuvr. t. XII, p. 492, dans POUGENS dans INTROMISSION
Notre connaissance réfléchie dérive essentiellement de notre connaissance intuitive : c'est toujours sur des idées purement sensibles que notre esprit opère lorsqu'il s'élève aux notions les plus abstraites, Paling. XVI, 3 dans INTUITIF, IVE
Dès qu'il a les idées de ces choses ou les idées attachées aux signes qui les représentent, il voit comme par intuition, si une chose convient, ou ne convient pas à une autre chose, Ess. analyt. âme, ch. 16 dans INTUITION
Un corps organisé est dit se développer quand toutes ses parties s'étendent en tous sens par l'intussusception de matières étrangères, Palingén. VI, 4 dans INTUSSUSCEPTION
Concluons que nous ignorons encore par quels degrés la nature s'élève du minéral au végétal, et quel est le lien qui unit l'accroissement par apposition à l'accroissement par intussusception, Consid. corps organ. Oeuvr. t. V, p. 374, dans POUGENS. dans INTUSSUSCEPTION
Prenons l'inverse de la première supposition : au lieu de faire fournir le germe par la femelle, faisons-le fournir par le mâle, Consid. corps org. Oeuvr. t. V, p. 227, dans POUGENS. dans INVERSE
Les feuilles qui ont subi plusieurs inversions paraissent s'amincir, Us. feuilles plant. 2e mém. dans INVERSION
Un philosophe argumentera-t-il de l'invisibilité à la non-existence ?, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 100, dans POUGENS dans INVISIBILITÉ
Je conviens sans peine que la difficulté est très grande : mais est-elle absolument irrésoluble ?, Paling. XV, 1 dans IRRÉSOLUBLE
Je ne connaissais pas alors l'irritabilité qui a joué depuis un si grand rôle en physiologie, et j'attribuais à l'élasticité ce qui ne lui appartenait pas, Obs. vers. Oeuvr. t. I, p. 176, dans POUGENS dans IRRITABILITÉ
L'irritabilité est cette propriété de la fibre musculaire, en vertu de laquelle elle se contracte d'elle-même à l'attouchement de tout corps soit solide, soit fluide, Consid. corps org. t. VI, p. 105 dans IRRITABILITÉ
L'irritabilité végétale est excitée par un stimulant comme l'irritabilité animale, Contempl. nat. I, 33, note 10 dans IRRITABILITÉ
Il résulte de toutes les expériences sur l'irritabilité, que les parties vitales sont les plus irritables ; le coeur est la plus irritable de toutes, et après lui les intestins et le diaphragme, Contempl. nat. X, 33 dans IRRITABLE
Est-il bien sûr que les végétaux ne soient point irritables ? a-t-on soumis toutes leurs parties aux épreuves requises ? n'a-t-on point attribué à l'élasticité quelques-uns des phénomènes qui dépendaient peut-être de l'irritabilité ?, ib. dans IRRITABLE
. Ce serait une expérience curieuse que d'élever une suite de générations d'ivraie dans une terre à froment, que l'on cultiverait chaque année avec soin ; on verrait si l'ivraie parviendrait par là à se rapprocher insensiblement du blé, Us. feuilles plantes, 4e mém. dans IVRAIE
Le jaune est un grand sac, à peu près rond, formé de deux membranes fines et transparentes, qui renferme une substance huileuse, de couleur jaune, destinée à nourrir l'embryon, Consid. corps org. Oeuvr. t. VI, p. 412, note 2 dans JAUNE
Les oeufs qui n'ont point été fécondés, ont un jaune qui ne diffère point de celui qu'on trouve dans les oeufs fécondés, ib. dans JAUNE
Dans le mois de septembre, j'ai courbé en arc de cercle un jet de vigne, portant quatre grandes feuilles, deux de chaque côté ; après l'opération, la position du jet et celle des feuilles étaient telles...., Us. feuilles plant. 2e mém. dans JET
Un homme de bon sens ne se jette pas par la fenêtre ; c'est d'une nécessité morale, Essai psychol. ch. 47 dans JETER
Il y a plus de forces en jeu, plus d'intensité dans les mouvements, plus de quantité dans l'effet, Ess. analyt. âme, ch. 18 dans JEU
La passion s'affaiblit par la jouissance, la jouissance est le terme du désir, Ess. analyt. âme, ch. 18 dans JOUISSANCE
Qu'il est très sûr qu'il y a des coquilles qui croissent par juxtaposition ; qu'elles se forment des sucs pierreux qui transsudent des pores de l'animal ; que son corps en est réellement le moule, Paling. philos. XI, 5 dans JUXTAPOSITION
Si l'on enlève une lame d'écorce qui n'ait que peu d'épaisseur, ce qui se reproduira à la place ne sera que de l'écorce, Consid. corps org. Oeuv. t. V, p. 387, dans POUGENS. dans LAME
Les lamelles ou les particules qui composent la surface des corps sont autant de petits prismes, différemment inclinés, qui rompent la lumière et réfléchissent différentes couleurs, Contempl. nat. V, 11 dans LAMELLE
Le crédit mobilier a été, qu'on me pardonne l'expression, lanceur d'affaires, Rev. des Deux-Mondes, 15 nov. 1865, p. 416 dans LANCEUR
Le langage est tellement ce qui perfectionne toutes les facultés de l'âme que la perfection de ces facultés répond toujours à celle du langage, Ess. psychol. ch. 17 dans LANGAGE
La nature n'a pas été assujettie à une précision extrême ; il est dans sa manière, d'opérer avec une certaine latitude que le physicien doit étudier et que l'expérience lui découvre, Consid. corps org. Oeuv. t. VI, p. 215, dans POUGENS. dans LATITUDE
Je suis charmé d'avoir pour lecteur cette femme aussi aimable qu'estimable, qui vous a échu en partage dans la grande loterie de la vie humaine, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 465, dans POUGENS dans LECTEUR, TRICE
Il eût été bien à désirer, qu'au lieu de disserter sans fin sur cette matière, l'on se fût adressé directement à la nature, le scalpel et la lentille à la main, Consid. corps org. Oeuvr. t. VI, p. 379, not. 1, dans POUGENS dans LENTILLE
Il n'est point de liberté d'indifférence, puisqu'il n'est point de volonté d'indifférence ; la liberté est le pouvoir d'exécuter sa volonté : le pouvoir est donc soumis à la volonté, Ess. analyt. âme, Oeuv. t. XIV, p. 13, dans POUGENS. dans LIBERTÉ
Les bitumes les soufres lient les terres aux métaux, les vitriols unissent les métaux aux sels, Caus. prem. 7e part. ch. 3 dans LIER
L'art des lieuses est en général le plus simple : il consiste à lier avec des fils de soie plusieurs feuilles, à en former un paquet au centre duquel est la loge du petit ermite, Contempl. nat. XII, 7 dans LIEUR, EUSE
Les fibres ligneuses sont aux plantes ce que les fibres osseuses sont aux animaux, Us. feuilles plantes, 5e mém. dans LIGNEUX, EUSE
La coquille croît avec l'animal ; dans les limaçons où elle est tournée en hélice, les tours de spirale sont d'autant plus nombreux que le coquillage est plus âgé, Contempl. nat. III, 21 dans LIMAÇON
Les métaphysiciens disent que le mal est de trois sortes : le mal métaphysique ou de limitation, le mal physique, le mal moral, Oeuv. mêl. t. XVIII, p. 200, dans POUGENS dans LIMITATION
La faculté locomotive est un des caractères qui s'offrent les premiers à l'esprit, lorsque l'on compare le règne végétal et le règne animal, Cont. nat. X, 29 dans LOCOMOTIF, IVE
Cette mouche, pourvue d'une scie si admirable, au moyen de laquelle elle pratique, dans les branches de l'arbrisseau, des logettes à ses oeufs, Observ. 32, Insectes. dans LOGETTE
L'histoire naturelle, maniée par un vrai philosophe, sera toujours la meilleure logique, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 61, dans POUGENS dans LOGIQUE
Un polype coupé transversalement ou longitudinalement en deux ou plusieurs parties, ne meurt point, mais chaque partie devient en peu de temps un polype complet, Consid. corps org. Oeuv. t. V, p. 326, dans POUGENS. dans LONGITUDINALEMENT
Ce corps longuet et charnu était composé de deux pièces qui paraissaient faites pour s'emboîter l'une dans l'autre comme les tuyaux d'une lunette à longue vue, Observ. 39, Insectes. dans LONGUET, ETTE
La loutre, qui sait si bien faire la guerre aux poissons, ne se creuse point de domicile ; mais elle profite habilement des cavités qu'elle rencontre, Contempl. nat. XII, 30, note 1 dans LOUTRE
Le célèbre inventeur de la méthode de philosopher, le grand Descartes, s'il est besoin de le nommer, avait-il soupçonné que, pour anatomiser la lumière, il ne fallut qu'en faire tomber un rayon sur un prisme ou observer une bulle de savon ?, Paling. philos. XI, 8 dans LUMIÈRE
Quoi qu'il en soit de la manière d'agir de la lumière, il est aujourd'hui bien prouvé par les expériences les plus directes, que ce ne sont pas seulement les plantes qu'elle colore, mais qu'elle colore encore une multitude de corps de nature très différente, ou qu'elle change les couleurs primitives de ces corps et quelquefois dans un espace de temps très court, Contempl. nat. V, 11 dans LUMIÈRE
Les idées moyennes sont les lunettes de l'esprit ; une vue étendue se passe de ces lunettes, Oeuv. mêl. t. XVIII, p. 339, dans POUGENS dans LUNETTE
Il sera de l'évidence la plus parfaite que, chez de tels lunicoles, la relation de père et de fils différera prodigieusement de celle qui a lieu parmi les hommes, Oeuv. mêl. t. XVIII, p. 129, dans POUGENS dans LUNICOLE
Le soleil n'altère pas le tissu serré et lustré de la surface supérieure des feuilles, Us. feuilles plant. 5e mém. dans LUSTRÉ, ÉE
La machine entière [du corps vivant] résulte de l'ensemble d'un nombre prodigieux de machinules dont toutes les actions sont conspirantes ou convergent vers un but commun, Palingén. philos. IX, 1 dans MACHINULE
Cette reine abeille qu'il nous représentait comme une Messaline au milieu d'un sérail de mâles, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 127 dans MESSALINE
Le laboureur, en ouvrant la terre à diverses reprises, ne la rend pas seulement plus meuble ; il y introduit encore l'air et la chaleur nécessaires au développement des graines qu'il lui confiera, Hist. nat. mém. Oeuvr. t. III, p. 215, dans POUGENS. dans MEUBLE
Elle [une chenille] en forma une coque, dont le tissu mi-soie et poils était si mince qu'il ne dérobait pas la vue de l'intérieur, Observ. 25e, Insectes. dans MI
Je le disais quelque part : nous ne découvrons que les Cordilières du monde microscopique ; que sont donc les taupinières d'un pareil monde ?, Lett. div. t. XII, p. 29, dans POUGENS dans MICROSCOPIQUE
Les objets ne frappent pas immédiatement sur l'âme ; elle n'en reçoit les impressions que par des milieux interposés ; les sens sont ces milieux, Contempl. nat. V, 5 dans MILIEU
On sait qu'on a donné le nom général de mille-pieds à tous ces insectes qui ont des centaines de jambes, avec lesquelles ils ne vont souvent pas plus vite que d'autres insectes avec six ou huit, Contempl. nat. Oeuvres, t. VIII, p. 161, dans POUGENS. dans MILLE-PIEDS
Les insectes mineurs des feuilles sont, pour la plupart, des animaux bien petits ; car ils peuvent se loger commodément dans l'épaisseur d'une simple feuille d'herbe ou d'arbre souvent très mince, Observ. 44e, Insectes. dans MINEUR
Ce sont de grandes mineuses que les guêpes dont j'esquisse l'histoire ; elles entendent à merveille à excaver la terre et à y pratiquer un souterrain spacieux pour y loger commodément leur guêpier, Contempl. nat. XI, 23 dans MINEUR
Je ne suis pas surpris qu'un homme qui voyait tant de monstruosités dans les détails ait combattu les fins, et leur ait substitué la loi de la minimité, Consid. corps organ. Oeuv. t. V, p. 377, dans POUGENS. dans MINIMITÉ
Le fameux Spinosa, qui avait dit que les miracles étaient impossibles, parce qu'ils étaient contraires aux lois de la nature et qu'ils supposaient de la variation dans les décrets de Dieu, Paling. XVII, 6 dans MIRACLE
Une mite peut absorber toutes les conceptions du génie le plus étendu, 1re lett. Wilhelmi, Oeuvr. t. X, p. 97, dans POUGENS. dans MITE
Précisément parce que nous sommes des êtres mixtes, nous ne saurions avoir une idée directe de la substance immatérielle, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 472 dans MIXTE
Au moyen de l'attention dont l'âme est douée, elle peut séparer la partie de son tout, le mode de son sujet ; elle peut faire des abstractions partielles et des abstractions modales, Ess. psych. ch. 8 dans MODAL, ALE
Ce changement [de la monade] est ce que notre philosophe nomme une modalité ; il dit que la monade produit par elle-même ses propres modalités, Oeuvres mêlées, t. XVIII, p. 105, dans POUGENS dans MODALITÉ
La figure et le mouvement dépendent d'une cause qui est extérieure au corps ; ce ne sont donc pas des propriétés essentielles ; ce sont de simples modes, mais qui ont leur fondement dans les attributs essentiels de la matière : la figure dans l'étendue, le mouvement dans la solidité, Consid. corps organ. Oeuvres, t. V, p. 158, dans POUGENS. dans MODE
Les modes dérivent des attributs, Oeuv. mêlées, t. XVIII, p. 78 dans MODE
Je désigne ces actions de l'être intelligent par les termes d'actions morales ou, plus brièvement, par celui de moeurs, pour les distinguer des actions purement machinales et de celles qui n'ont pas une liaison sensible avec la pratique ou le bonheur, Oeuv. mêlées, t. XVIII, p. 325, dans POUGENS dans MOEURS
Ce n'est qu'en comparant le sentiment de son état présent avec le souvenir de ses états passés, que l'être pensant juge qu'il est la même personne ou le même moi ; je veux dire que le moi qui éprouve actuellement une telle perception sent qu'il est le même qui avait éprouvé autrefois cette même perception, Contempl. nat. IV, 13, note 6 dans MOI
M. Adanson me disait.... que toutes les fois que l'opération [l'amputation de la queue] avait été bien faite sur la salamandre, il ne se faisait qu'une reproduction en moignon, c'est-à-dire une masse de chair non organisée ou organisée différemment, Oeuvr. t. XI, p. 27, dans POUGENS dans MOIGNON
Le curieux Bradley, qui cultivait avec succès la botanique, avait calculé que deux moineaux apportent par semaine à leurs petits 3360 chenilles, Contempl. nat. XI, 2 dans MOINEAU
Les moisissures sont une des parties des plus intéressantes de la botanique microscopique, que nous devons à l'heureuse invention des verres, Contempl. nat. III, 7 dans MOISISSURE
On observe des moisissures sur presque tous les corps ; ces taches, ces moisissures sont devenues des jardins, des prairies, des forêts en miniature, dont les plantes infiniment petites laissent pourtant entrevoir leurs fleurs et leurs semences, t. VIII, p. 377, dans POUGENS dans MOISISSURE
Je sais combien le champ où vous moissonnez est riche, et je connais le moissonneur, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 342, dans POUGENS dans MOISSONNER
Un autre physicien, M. l'abbé Spallanzant, a démontré la fausseté du système des molécules organiques, et mis dans le plus grand jour l'origine des méprises singulières de l'inventeur, Contempl. nat. Oeuvr. t. VIII, p. 201, dans POUGENS. dans MOLÉCULE
Suivant Leibnitz, les monades sont essentiellement actives ; elles sont des êtres simples, et l'activité est la seule chose positive qu'on puisse concevoir dans de tels êtres, Oeuvres mêlées, t. XVIII, p. 105, note 3, dans POUGENS. dans MONADE
J'oserais bien prédire que la monadologie tombera un jour comme la philosophie scolastique avec laquelle elle a bien des rapports, que l'inventeur lui-même voulait bien ne dissimuler point, Oeuvr. mêl. t. XVIII, p. 104, dans POUGENS dans MONADOLOGIE
Quand on connaît un peu les terribles objections qu'on a élevées contre toute la doctrine monadologique de Leibnitz, Oeuvr. mêl. t. XVIII, p. 93, note 7, dans POUGENS dans MONADOLOGIQUE
Je suppose qu'il est une progression dans les perfections respectives de cette série presque infinie de mondes semés dans l'immensité de l'espace, Contempl. nat. IV, 12 dans MONDE
M. Lemery soutenait que la formation des monstres était due uniquement à des causes accidentelles qu'il assignait, et qu'il savait employer avec beaucoup de sagacité et d'esprit, Consid. corps organ. Oeuvres, t. VI, p. 447, dans POUGENS. dans MONSTRE
M. Winslow laissait là tout cet attirail d'explications physiques, et, le scalpel à la main, il prétendait trouver, dans certains monstres, des preuves incontestables que leur formation était due uniquement à des oeufs originairement monstrueux, ib. dans MONSTRE
Les monstruosités végétales ne sont pas moins dignes de l'examen réfléchi du physicien que les monstruosités animales, Us. feuill. plant. suppl. 2e. dans MONSTRUOSITÉ
Les choses qu'on nomme morales ne sauraient être ramenées au calcul, Paling. XI, 8 dans MORAL, ALE
Voyez combien d'excellents traités nous possédons en matière de physique, d'histoire naturelle, d'économie, d'arts, etc. ; et nous n'avons point encore de système tant soit peu complet de morale, Palingén. XIII, 5 dans MORALE
Le mordant et ingénieux Lucien, un des meilleurs écrivains et des plus beaux esprits du siècle de Trajan et de Marc-Aurèle, Paling. XXI, 4 dans MORDANT, ANTE
Il faut écarter une armée de grosses fourmis qui les environnent [les pucerons] de toutes parts, et qui envoient au visage des gouttes d'une eau mordicante qui y fait la même impression qu'y feraient de très petites aiguilles, Observ. pucerons, Oeuvr. t. I, p. 95, dans POUGENS dans MORDICANT, ANTE
Quand on vient à apprendre de l'infatigable Leuwenhoek qu'une seule morue peut pondre environ dix millions d'oeufs, on n'est plus surpris que la fécondité de ce poisson puisse fournir aux besoins de tant de peuples, Contempl. nat. XII, 27 dans MORUE
Une mouche va déposer ses oeufs dans le nez du mouton ; une autre mouche plus hardie encore va pondre dans le gosier du cerf, Consid. corps org. Oeuvr. t. V, p. 142, dans POUGENS. dans MOUCHE
Il ne regardera point comme une action purement indifférente d'écraser un moucheron qui ne lui fait et ne peut lui faire aucun mal, Palingén. XV, 6 dans MOUCHERON
Approchez-vous de ce banc de terre glaise où le flot va mourir, Contempl. nat. XII, 20 dans MOURIR
Une des qualités de la mousse est de retenir longtemps l'humidité, et de n'en retenir que ce qui est nécessaire pour la végétation ; c'est apparemment la raison pourquoi les plantes qui y croissent poussent de plus longues tiges que celles qui croissent dans la terre, Hist. nat. Mém. Oeuvr. t. III, p. 214, dans POUGENS. dans MOUSSE
Ç'avait été le célèbre M. Gleditsch, de l'académie de Prusse, qui avait tenté le premier d'élever des plantes dans la mousse ; je l'ignorais lorsque je tentai mes premières expériences, ib. p. 261 dans MOUSSE
Plus un entendement a d'étendue ou de perspicacité, moins il multiplie les idées moyennes, Ess. anal. âme, ch. 16 dans MOYEN, ENNE
Le bois le plus dur n'a d'abord été qu'une gelée, et le cèdre majestueux du Liban qu'une goutte de mucosité, Contempl. nat. X, 33 dans MUCOSITÉ
Les poissons.... forment un peuple de muets chez qui le langage des signes est peu abondant, Contempl. nat. X, 30 dans MUET, ETTE
J'ai indiqué quelques expériences qui ont été tentées sur les mulets végétaux...., Idées féc. plant. Oeuv. t. X, p. 83, dans POUGENS dans MULET
Je ne connais aucune observation qui prouve qu'un mulet ait engendré ; mais il est des observations bien attestées qui prouvent que des mules ont engendré un muleton, Contempl. natur. Oeuv. t. VIII, p. 90, dans POUGENS. dans MULETON
Les mulots n'entendent pas moins bien que les hamsters à faire de grands amas de graines et d'autres provisions ; mais leurs terriers ne sont ni aussi profonds ni aussi spacieux que ceux des hamsters, Contempl. natur. XII, 30 dans MULOT
Le sentiment est un, le corps est multiple, Ess. anal. âme, ch. X dans MULTIPLE
Je n'ai plus douté après cela de la vérité des expériences d'Agricola sur la multiplication des plantes par leurs feuilles, Us. feuill. plant. 4e mém. dans MULTIPLICATION
Chez les insectes, les espèces qui multiplient le plus sont pour l'ordinaire celles qui ont le plus d'ennemis, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 369, dans POUGENS dans MULTIPLIER
Elle [une sage éducation] ne cherche point la pêche fondante sur l'épine, le muscat parfumé sur la ronce, Ess. psychol. ch. 71 dans MUSCAT
Les nageoires, qui sont les ailes des poissons, ne sont pas moins propres à manoeuvrer dans l'eau, que les ailes des oiseaux à manoeuvrer dans l'air, Contempl. nat. XII, 27 dans NAGEOIRE
Il a vu de ces vers d'eau douce apodes, qu'il nomme assez improprement des naïades, qui multipliaient sous ses yeux par division naturelle, Oeuv. t. XII, p. 141, dans POUGENS dans NAÏADE
On voit des narvals qui ont depuis vingt jusqu'à soixante pieds de longueur, Contempl. nat. XII, 27 dans NARVAL
Une autre [mouche], plus hardie encore, enfile les conduits nasaux du cerf, descend dans son palais, et dépose ses oeufs dans deux bourses charnues placées à la racine de la langue, Contempl. nat. XI, 5 dans NASAL, ALE
Le naturaliste philosophe doit surtout insister sur les exceptions aux règles qu'on estime générales, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 287, dans POUGENS dans NATURALISTE
Le naturel modifie à son tour l'éducation ; et c'est à bien connaître la force du naturel que consiste principalement le grand art de diriger l'homme, Ess. psych. ch. 69 dans NATUREL, ELLE
Le nautile ressemble si bien à une gondole, et il sait si bien gouverner son petit vaisseau, qu'on a cru qu'il avait enseigné à l'homme l'art de naviguer, Contempl. nat. X, 25 dans NAUTILE
Les couches nébuleuses ont reparu, Consid. corps organ. Oeuvr. t. VI, p. 265, dans POUGENS. dans NÉBULEUX, EUSE
La métaphysique définit le nécessaire ce qui est et qui ne peut pas ne point être ; ce qu'elle rend en d'autres termes quand elle dit que le nécessaire est ce dont le contraire implique contradiction ou est impossible en soi, Paling. XVII, 2 dans NÉCESSAIRE
S'il est un caractère qui paraisse propre à l'homme, c'est d'être pourvu de nerfs, Contempl. nat. III, 6 dans NERF
La découverte de l'origine des nerfs a conduit à placer l'âme dans le cerveau, Ess. anal. Ame, ch. 5 dans NERF
Swammerdam, ce grand anatomiste qui avait disséqué avec tant de dextérité et de patience les trois sortes d'abeilles, regardait les ouvrières comme de vrais neutres, parce qu'elles lui avaient toujours paru totalement privées des organes relatifs à la génération, Contempl. nat. XI, 27 dans NEUTRE
Votre idée d'élever différemment des quadrupèdes de la même portée ou des oiseaux de la même nichée est excellente, Lett. divers. Oeuv. t. XII, p. 468, dans POUGENS dans NICHÉE
Je vis des nids de chardonneret construits sur les plus petites proportions, dont les contours étaient si exactement circulaires, qu'ils semblaient tracés au compas, et dont l'intérieur et l'extérieur étaient formés de matériaux si proprement et si artistement arrangés que je ne pouvais me lasser de les admirer, Contempl. nat. XII, 28 dans NID
À l'égard de la construction du nid, elle a peut-être une liaison secrète et physique avec le besoin de pondre, en vertu de laquelle la femelle est excitée à travailler, ib. XI, 8 dans NID
Le blé niellé paraît renflé ou plus rempli que le blé sain ; cependant, si on le met dans l'eau, il surnagera, Hist. nat. Mém. Oeuv. t. III, p. 226, dans POUGENS dans NIELLÉ, ÉE
Que devons-nous penser de ces nomenclatures fastueuses qu'on ose nous donner pour le système de la nature ?, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 140, dans POUGENS dans NOMENCLATURE
Le nostoc n'apparaît que dans les jours pluvieux ; on le trouve en toute saison dans les prairies, le long des chemins et dans les allées sablées des jardins, Contempl. nat. Oeuvr. t. VIII, p. 394, dans POUGENS. dans NOSTOC
La notion n'est pas une perception ; elle ne résulte pas simplement de l'action de l'objet sur les sens ; elle suppose encore une opération de l'esprit sur cette action, Ess. anal. âme, ch. 15 dans NOTION
De pures sensations ne sont pas des notions, Oeuv. mêl. t. XVIII, p. 328, dans POUGENS dans NOTION
Les fleurs du palmier femelle qui n'ont point été fécondées, nouent bien leur fruit ; mais ce fruit reste toujours très petit, et le germe ne parvient point à s'y développer, Contempl. nat. VI, 7 dans NOUER
Ces arbres [auxquels on a enlevé un anneau d'écorce en pénétrant jusqu'au bois] seront constamment plus hâtifs, ils fleuriront et noueront plus tôt leur fruit, ib. X, 27 dans NOUER
On sait que ce qui empêche souvent les fruits de nouer, est la trop grande abondance de la séve, Us. feuil. plant. 2e mém. dans NOUER
Des injections colorées m'ont mis à portée de suivre à l'oeil la marche du fluide nourricier dans une assez grande partie de son cours, Rech. us. feuill. plantes, Oeuvr. t. IV p. 14, dans POUGENS dans NOURRICIER, ÈRE
L'incorporation des molécules nourricières, Contempl. nat. Oeuvr. t. VIII, p. 48, dans POUGENS dans NOURRICIER, ÈRE
La nature est comme cette image que présente le prisme : tout y est nuancé à l'infini, Palingén. XV, 4 dans NUANCÉ, ÉE
Le soleil, par son action sur la surface supérieure des feuilles, change souvent leur direction, et les détermine à se tourner de son côté ; cela était connu des physiciens, et ils ont nommé ce mouvement la nutation des plantes, Us. feuill. plant. 2e mémoire. dans NUTATION
Quand les vers des abeilles sont près de se transformer en nymphes, les ouvrières ont soin de fermer avec un couvercle de cire les cellules où ils sont logés, 5e mém. abeilles. dans NYMPHE
Lorsque l'insecte, après avoir rejeté la dépouille de ver, se montre avec toutes les parties extérieures revêtues seulement d'enveloppes particulières, molles et transparentes, qui ne les tiennent point assujetties au corps, on nomme cela une nymphe, Contempl. nat. Oeuvr. t. VIII, p. 275, dans POUGENS. dans NYMPHE
La passion a toujours un objet : on ne désire point ce qu'on ne connaît point, Ess. anal. âme, 18 dans OBJET
Nous vivons dans un siècle où, en matière d'observations, surtout lorsqu'elles ont pour objet des faits singuliers, on ne fait cas que de celles qui sont détaillées jusqu'à un certain point, et qui ont été répétées plusieurs fois, Observ. pucerons, Oeuv. t. I, p. 37, dans POUGENS dans OBSERVATION
Les polypes sont d'excellents maîtres de logique qu'il faut consulter : ne cherchons point à deviner, et observons, Consid. corps organ. Oeuv. t. V, p. 357 dans OBSERVER
Le toucher, si obtus, si incertain pour le commun des hommes, devient pour vous [aveugles] si exquis, si sûr, qu'il semble suppléer en quelque sorte au défaut de la vue, Contempl. nat. V, 9 dans OBTUS, USE
Les raisins violets que j'ai renfermés dans un étui avant qu'ils eussent commencé à changer de couleur, n'y ont pris qu'une teinte d'oeil de perdrix, Us. feuilles, 5e mém. dans OEIL
Il est des oeufs d'insectes qui ont une sorte de couvercle que le petit fait sauter ou qu'il soulève pour venir au jour, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 327, dans POUGENS dans OEUF
Chez les oiseaux de passage, les pères et les mères rassemblent leurs familles lorsque le temps du départ approche ; plusieurs familles se rassemblent pour ne former qu'une même caravane, et se mettre par là plus en état de surmonter les résistances et de s'opposer à leurs ennemis, Contempl. nat. XI, 13 dans OISEAU
L'ombre que tout corps jette à la lumière a pu donner naissance à la peinture, celle-ci à l'écriture, Ess. psychol. ch. 18 dans OMBRE
M. de Réaumur avait prouvé que l'once d'or pouvait fournir un fil qui égalait en longueur quatre cent quarante-quatre lieues, Consid. corps organ. t. V, p. 205, dans POUGENS dans ONCE
Ces mouvements... sont ondulatoires, et dépendent évidemment de l'irritabilité...., 1er mém. reprod. salam. dans ONDULATOIRE
Il sera bien dans l'ordre de la marche d'esprit qui va naturellement des concrets aux abstraits et des moins abstraits aux plus abstraits, de finir par l'ontologie ou la science de l'être, Oeuv. mêl. t. XVIII, p. 179, dans POUGENS dans ONTOLOGIE
Les deux pyramides [représentées par les rayons visuels] sont opposées l'une à l'autre par leur base, et cette base est dans la prunelle, Ess. psychol. 28 dans OPPOSÉ, ÉE
Des orangers qui languissaient dans la terre, reprirent dans la mousse une nouvelle vie, Hist. nat. Mém. Oeuvr. t. III, p. 256 dans ORANGER
Si l'éléphant paraît se rapprocher de l'homme par l'intelligence, l'orang-outang paraît s'en rapprocher bien davantage par la conformation tant intérieure qu'extérieure, et par les inclinations, les habitudes et les talents qui en dérivent, Contempl. nat. XII, 47 dans ORANG-OUTANG
Le diamètre du grand orbe que notre planète décrit autour du soleil est de plus de soixante millions de lieues, et cette vaste circonférence s'évanouit et devient un point lorsque l'astronome veut s'en servir à mesurer l'éloignement des étoiles fixes, Contempl. natur. I, 4 dans ORBE
S'il s'y trouve des retours ordonnés des mêmes sons, des mêmes terminaisons, cela facilitera encore davantage le rappel de la suite, Ess. anal. âme, ch. 22 dans ORDONNÉ, ÉE
L'oreille humaine est une machine acoustique de la plus savante composition, et dont l'anatomie moderne donne un détail qui étonnerait le philosophe...., Contempl. nat. V, 14 dans OREILLE
La délicatesse des organes donne à l'âme plus de facilité à saisir les nuances, Ess. anal. âme, ch. 23 dans ORGANE
Toute vie organique suppose nécessairement l'action réciproque des solides et des fluides, Idées fécond. plant. Oeuv. t. X, p. 57, dans POUGENS. dans ORGANIQUE
De toutes les modifications de la matière, la plus excellente est l'organisation, Contempl. nat. II, 3 dans ORGANISATION
Les traits si nombreux, si diversifiés, si frappants qui rapprochent les plantes des animaux, et qui semblent ne faire des uns et des autres qu'une seule classe d'êtres organisés, Paling. philos. IV, 1 dans ORGANISÉ, ÉE
L'organisme s'étend bien loin dans les machines animales, et il est arrivé bien des fois qu'on a pris pour inorganisé ce qui était très organisé, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 46 dans ORGANISME
J'ai vu sur la coupe huit points noirs qui, examinés au microscope, m'ont paru être les orifices de huit gros vaisseaux, Us. feuilles plantes, 5e mém. dans ORIFICE
L'orme produit chaque année plus de trois cent mille graines, et cette étonnante multiplication peut continuer pendant plus d'un siècle, Contempl. nat. t. VIII, p. 384, dans POUGENS dans ORME
Le jeune ornithophile est passionné des oiseaux et surtout des oiseaux de proie, Ess. psychol. ch. 78 dans ORNITHOPHILE
Le nom d'ortie est très impropre, et ne réveille l'idée d'aucun des caractères par lesquels l'animal est connu ; le nom de cul de cheval qu'il porte sur quelques côtes de France réveille au moins l'idée de sa figure, Contempl. nat. XII, 21 dans ORTIE
Une belle expérience démontre que les os doivent leur dureté et leur fragilité à un tartre osseux, à une substance crétacée ou terreuse, qui pénètre dans les mailles du cartilage et s'y incorpore, Consid. corps organ. Oeuv. t. V, p. 401 dans OS
La chaleur seule, dont le degré varie à chaque instant, tient tous les corps dans un état d'oscillation perpétuelle, Oeuv. mêl. t. XVIII, p. 79, dans POUGENS dans OSCILLATION
Au lieu d'opposer au torrent l'inflexibilité de la roche, elle ne lui oppose que la souplesse de l'osier, Ess. psychol. ch. 74 dans OSIER
C'est à M. Hérissant que nous devons les connaissances les plus certaines sur la mécanique de l'ossification, Consid. corps organ. t. V, p. 302, dans POUGENS dans OSSIFICATION
J'en conclus que ces nids seraient admirables pour la fabrique des ouates, Observ. 6e, insectes. dans OUATE
L'ouïe est, après la vue, le sens le plus parfait chez les oiseaux ; ils forment un grand peuple de musiciens, Contempl. nat. III, 27 dans OUÏE
À l'ouïe de ces mêmes sons...., Contempl. nat. XII, 28 dans OUÏE
Les vrais poissons n'ont point de poumons, ils ont des ouïes qui leur en tiennent lieu ; tous les cétacés, au contraire, ont de vrais poumons, Contempl. nat. XII, 27 dans OUÏE
Quelle serait la cause secrète qui empêcherait les ouvrières de pondre, tandis qu'elles posséderaient une reine féconde ?, 3e mém. abeilles. dans OUVRIER, IÈRE
Lorsqu'on a divisé les animaux en vivipares et en ovipares, on a cru que ces deux classes générales épuisaient le règne animal ; les pucerons nous ont démontré les premiers l'insuffisance d'une division si facile et si commode, Consid. corps organ. Oeuvr. t. VI, p. 256, dans POUGENS. dans OVIPARE
Que ce spectacle est ravissant, et combien devient-il plus ravissant encore, lorsqu'on le contemple avec les lunettes de la palingénésie, et qu'on voit ces myriades de petits être ; vivants, qui semblent n'apparaître que pour disparaître un moment après, se conserver dans des germes impérissables !, Lett. div. t. XII, p. 31, dans POUGENS dans PALINGÉNÉSIE
L'expérience que M. Gleditsch a exécutée sur un palmier femelle à l'aide des poussières sèches d'un palmier mâle, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 275, dans POUGENS dans PALMIER
J'ai supposé que les témoins dont il s'agit ne pouvaient ni tromper ni être trompés ; la première supposition m'a paru fondée principalement sur leur intégrité ; la seconde sur la palpabilité des faits, Paling. XVIII, 5 dans PALPABILITÉ
Je nomme faits palpables ceux dont le simple bon sens peut juger, ou à l'égard desquels il peut s'assurer facilement qu'il n'y a point de méprise, Paling. XVIII, 2 dans PALPABLE
Les guêpes ne bâtissent qu'en papier ; elles ont possédé de tout temps l'art de le fabriquer, et les nommes auraient pu apprendre d'elles, il y a bien des siècles, ces procédés si utiles dont nos modernes se glorifient, Contempl. nat. XI, 23 dans PAPIER
Ç'avait été un Italien, le célèbre Malpighi, qui avait imaginé le premier de féconder artificiellement les oeufs du papillon du ver à soie ; et ç'a été un autre Italien, Malpighi II, qui a réussi le premier à opérer cette fécondation, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 354, dans POUGENS dans PAPILLON
On est allé chercher le papillon dans la chenille elle-même, et l'on est parvenu à l'y découvrir, Consid. corps organ. Oeuv. t. v, p. 282, dans POUGENS dans PAPILLON
Instituons les comparaisons les plus exactes ; tirons de ces comparaisons les résultats les plus immédiats ; soyons toujours prêts à renoncer à ce parallélisme qui plaît tant à l'esprit, dès que les traits deviennent trop divergents, 7e lett. hist. nat. dans PARALLÉLISME
Il est bien d'autres insectes sur lesquels végètent des plantes parasites, soit pendant qu'ils vivent encore, soit après leur mort, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 368, dans POUGENS dans PARASITE
Au nombre de ces parasites souterraines sont l'orobanche, la clandestine, la petite truffe du safran, ib. t. VIII, p. 366, dans POUGENS dans PARASITE
Les feuilles doivent leur lustre et leurs nuances à une membrane fine, lisse, transparente, lustrée et blanchâtre, qui revêt une substance parenchymateuse d'un vert toujours mat et d'une teinte plus ou moins forte, Contempl. nat. v, 11 dans PARENCHYMATEUX, EUSE
L'estomac du chien ne digère proprement que le parenchyme ou la partie animale de l'os, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 19, dans POUGENS dans PARENCHYME
Si l'on se pressait de juger sur les apparences, on serait tenté de croire, qu'en formant le paresseux, la nature n'a formé qu'un monstre ; tant la conformation de ce quadrupède est extraordinaire soit à l'intérieur, soit à l'extérieur, Contempl. nat. XI, 9 dans PARESSEUX, EUSE
Le vulgaire croit qu'on enseigne aux bêtes à parler : il ne sait pas que parler c'est lier les idées à des signes arbitraires qui les représentent, Contempl. nat. XII, 33 dans PARLER
Elles [des feuilles] se sont éloignées de la fenêtre, pour s'approcher de la paroi qui lui était opposée, Us. feuill. plant. 5e mém. dans PAROI
Je comparais ces traces invisibles aux passées des bêtes fauves qui agissent sur l'odorat du chien, Observ. 43, insect. dans PASSÉE
Est-il bien démontré que les sensations et les perceptions soient purement passives, comme l'affirme notre métaphysicien ?, Oeuv. mél. t. XVIII, p. 150, dans POUGENS dans PASSIF, IVE
Il y a une manière de s'exprimer sur l'âme qui ne me paraît pas bonne, c'est quand on dit que l'âme est passive lorsqu'elle aperçoit ou qu'elle sent ; la passivité, si je puis me servir de ce mot, est directement opposée à l'activité, Ess. analyt. âme, ch. 11 dans PASSIVETÉ ou PASSIVITÉ
Il [Réaumur] nous a appris que les petits des trois sortes [chez les abeilles] sont élevés au milieu d'un amas irrégulier de pâtée qui n'est point renfermée dans une cellule, 5e mém. abeilles. dans PÂTÉE
L'extrême pauvreté des langues américaines annonce l'imperfection des peuples qui les parlent, Causes prem. VI, 17 dans PAUVRETÉ
Il est prouvé que l'épiderme, cette cuticule analogue à la corne, n'adhère à la peau par aucun vaisseau, Contempl. nat. Oeuvr. t. VIII, p. 22, dans POUGENS dans PEAU
Par quels moyens est-il arrivé que les pêcheurs de poissons sont devenus des pêcheurs d'hommes ?, Paling. XXI, 9 dans PÊCHEUR
J'ai vu des feuilles de chou et de haricot dont le pédicule était plongé dans l'eau, y pousser un grand nombre de racines et de radicules, Contempl. nat. VI, 9 dans PÉDICULE
Le penchant est un premier degré de mouvement ; la passion est un mouvement dans toute son intensité, Ess. anal. âme, ch. 18 dans PENCHANT
Des chenilles.... qui se construisent des nids qu'on pourrait nommer en pendeloques, Observ. 7e, insectes. dans PENDELOQUE
Nous ignorons ce qui constitue dans l'âme la perceptibilité, Ess. anal. âme, ch. 14 dans PERCEPTIBILITÉ
Le sentiment d'une perception n'est que l'être pensant existant d'une certaine manière, Ess. psych. ch. 35 dans PERCEPTION
Qui percera cette nuit profonde, qui sondera cet abîme où la nature va se perdre ?, Consid. corps organ. Oeuv. t.v, p. 188, dans POUGENS. dans PERDRE
Le bonheur est un état permanent, et il diffère ainsi du plaisir, qui n'est qu'un état passager, Oeuvr. mêl. t. XVIII, p. 183, dans POUGENS dans PERMANENT, ENTE
Les jolies perruches dont je veux parler sont surtout renommées pour leur tendresse conjugale.... ce qui se passe dans la société conjugale de nos petites perruches de Guinée, Contempl. nat. XI, 13 dans PERRUCHE
On sait que la personnalité repose essentiellement sur la mémoire ou la réminiscence, Contempl. IV, 13 dans PERSONNALITÉ
Les petits des abeilles doivent naître, croître et se transformer dans des cellules, Contempl. nat. XI, 8 dans PETIT, ITE
Notre vue obtuse ne découvre que les Cordillères des infiniment petits, Consid. corps organ. t. VI, p. 86 dans POUGENS dans PETIT, ITE
La persuasion où était Tournefort que les pierres végétaient, Consid. corps organ. Oeuvr. t. v, p. 374, dans POUGENS dans PIERRE
Ces productions marines qu'on avait nommées des plantes pierreuses, Contemp. nat. Oeuv. t. VIII, p. 198, dans POUGENS dans PIERREUX, EUSE
Ses pirouettements [d'un insecte] n'ont pas proprement un but : ils ne tendent pas à décramponner la dépouille [chrysalide], Insectes, observ. 13 dans PIROUETTEMENT
Le pistil est toujours disposé de manière à recevoir la poussière des étamines, Contempl. nat. VI, 7 dans PISTIL
Je ne m'arrête pas à vous faire admirer la longue langue du pivert, le ressort qui la met en jeu, et la manière dont il la darde dans les trous des arbres pour saisir adroitement les petits insectes qui y sont logés, Contempl. nat. XII, 28 dans PIVERT
Le plagiat est incontestablement un des délits les plus graves qui puissent se commettre dans la république des lettres, et il y faudrait un tribunal souverain pour le juger, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 206, dans POUGENS dans PLAGIAT
L'âme se plaît dans l'exercice facile de ses forces, Ess. psych. 17 dans PLAIRE
On sait que cette planète que nous habitons et qui nous paraît si grande est quatorze cent mille fois plus petite que le soleil autour duquel elle circule, Paling. phil. VI, 1 dans PLANÈTE
Nous voyons la plante naître, croître, fleurir et fructifier, comme nous voyons l'aiguille d'une horloge parcourir d'un mouvement insensible tous les points du cadran, Contempl. nat. X, 30 dans PLANTE
Lorsqu'on fait l'anatomie d'une fève, on découvre une multitude de petits vaisseaux qui se ramifient dans la substance de la graine, et vont se rendre à la plantule par deux troncs principaux, Idées fécond. plant. Oeuvr. t. X, p. 90 dans PLANTULE
Une chenille... les transportait [de petits morceaux de papier] au lieu où elle s'était établie... les liait avec des fils, posait les uns sur la tranche et les autres sur le plat..., Contempl. nat. XII, 16 dans PLAT, ATE
Les pleurs de vigne sont une extravasation très abondante de la séve, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 93, dans POUGENS dans PLEUR
Le procédé des plieuses suppose des manipulations plus recherchées que celles des lieuses ; elles plient les feuilles en entier ou en partie, Contempl. nat. XII, 7 dans PLIEUR, EUSE
Ces oiseaux plongeurs qui, comme la macreuse, la grèbe, le plongeon, ne quittent guère l'eau, Contempl. nat. III, 26 dans PLONGEUR
Dix mille volumes lus la plume à la main, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 207, dans POUGENS dans PLUME
Des physiciens botanistes nous avaient fait admirer le retournement de la radicule et de la plumule dans les graines semées à contre-sens, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 363, dans POUGENS dans PLUMULE
Vraisemblablement les poissons sont de tous les animaux ceux à qui il a été donné de vivre le plus longtemps : on a vu des carpes de cent cinquante ans, Contempl. nat. XII, 27 dans POISSON
On sait que les vrais poissons, les poissons à ouïes, ne s'accouplent pas, ib. XII, 27 dans POISSON
Du fond des eaux je vois s'élancer dans l'air le poisson volant, dont les nageoires ressemblent aux ailes de la chauve-souris, Contempl. nat. III, 26 dans POISSON
M. Trembley, si connu aujourd'hui par sa belle découverte des polypes qu'on multiplie de boutures, Observat. pucerons dans POLYPE
Un polype haché donne autant de polypes qu'on a fait de fragments, Consid. corps organ. Oeuv. t. V, p. 327, dans POUGENS dans POLYPE
M. de Réaumur nommait le corail un polypier, comme on nomme un nid de guêpes un guêpier ; cette idée était très fausse, et a été pourtant généralement adoptée d'après cet illustre naturaliste, Paling. phil. XI, 6 dans POLYPIER
Le polythéisme est au moins un pléonasme en métaphysique, Causes prem. VIII, 10 dans POLYTHÉISME
C'est ainsi que les plus nobles facultés de notre être ont été attachées à quelques portioncules de matière ; et cette réflexion un peu humiliante ne porte point le vrai philosophe à douter de l'immatérialité de l'âme...., Contempl. nat. V, 6 dans PORTIONCULE
Prendrons-nous notre faible, notre très faible connaissance de la nature pour la mesure des possibilités physiques ?, Lett. div. t. XII, p. 33, dans POUGENS dans POSSIBILITÉ
Il faut considérer que tous les êtres qui existent actuellement existaient comme possibles dans l'entendement divin avant la création, Ess. anal. âme, 10 dans POSSIBLE
Leibnitz dit que l'intelligence divine est la région éternelle du possible, Oeuvr. mêlées, t. XVIII, p. 54, dans POUGENS dans POSSIBLE
Swammerdam a fait un in-folio sur le pou, et il pensait ne l'avoir qu'esquissé, Paling XIII, 8 dans POU
Quand un pou affamé a fait pénétrer sa trompe dans un vaisseau sanguin, le sang passe avec tant de rapidité et d'abondance dans le tube intestinal, que l'observateur qui le contemple au microscope en est presque effrayé, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 372, dans POUGENS dans POU
Le pou change plusieurs fois de peau, avant de parvenir à l'âge adulte, ib. p. 370 dans POU
On sait que les poissons, pour être toujours au milieu de l'eau, ne sont pas exempts de certaines espèces de poux, Observ. vers, Oeuv. t. I, p. 281, dans POUGENS dans POU
Quelques espèces parasites servent à leur tour, au besoin, de parasites différents ; le gui a ses lichens, certains poux ont leurs poux, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 361 dans POU
Il lit sans cesse et le plus souvent du pouce, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 220, dans POUGENS dans POUCE
Ce que l'on aperçoit d'abord dans le germe du poulet, est un point saillant, dont le mouvement perpétuel fixe agréablement l'attention de l'observateur, Contemplat. nat. Oeuv. t. VIII, p. 52, dans POUGENS. dans POULET
C'était d'un coquillage marin du genre des buccins ou trompettes que les anciens tiraient leur beau pourpre ; et c'est encore d'un coquillage du même genre, qu'on trouva sur les côtes du Poitou, que l'illustre Réaumur avait tiré le pourpre dont je parle ici, Contempl. nat. V, 11 dans POURPRE
Je n'ai aucune peine à concevoir que le soleil et les étoiles pussent être habités, et il me semble que l'ingénieux Fontenelle ne devait pas borner son pourquoi non aux plantes, Lett. div. t. XII, p. 33, dans POUGENS dans POURQUOI
Un jet de vigne, de la pousse d'automne, Usage des feuilles, 1er mém. dans POUSSE
M. Needham vous avez objecté qu'en poussant trop le feu, vous aviez altéré l'air des vases...., Lett. div. t. XII, p. 6, dans POUGENS dans POUSSER
Je vis le même individu [polype] laissé dans l'eau pure pousser successivement douze têtes, après avoir été mutilé onze fois dans sa partie antérieure, Consid. corps org. Oeuv. t. V, p.330, dans POUGENS dans POUSSER
Avec de bons yeux, de bons microscopes et un peu de curiosité, le moindre atome, un grain de poussière, un brin d'herbe peuvent devenir des sources intarissables de merveilles, 2e lett hist. nat. dans POUSSIÈRE
Il ne s'agit point ici d'une extrême précision, on ne saurait y atteindre ; on doit se contenter des rapports les plus prochains, Us. feuilles, 1er mém. dans PRÉCISION
L'intelligence créatrice.... se sera proposé dans la création de chaque être la meilleure fin possible, et aura prédéterminé les meilleurs moyens pour parvenir à cette fin, Paling. XVII, 3 dans PRÉDÉTERMINER
La préexistence de l'animal dans l'ovaire de la femelle, Contempl. nat. X, 34 dans PRÉEXISTENCE
Plus on remonte dans l'origine des êtres organisés, et plus on se persuade qu'ils ont préexisté à leur première apparition, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 60, dans POUGENS dans PRÉEXISTER
Préférer n'est pas sentir, c'est se déterminer, c'est agir, Ess. anal. âme, X dans PRÉFÉRER
La préformation et l'évolution des corps organisés sont une des lois les plus générales de la nature, Contempl. nat. XII, 42 dans PRÉFORMATION
Cette sagesse adorable qui a préformé les mondes dès le commencement, comme elle a préformé les plantes et les animaux, Paling. phil. VI, 3 dans PRÉFORMER
J'avais posé pour principe fondamental que rien n'était engendré, que tout était originairement préformé, et que ce que nous nommons génération n'était que le développement de ce qui préexistait sous une forme invisible, ib. VII, 4 dans PRÉFORMER
... Que les ovaires de toutes les femelles contiennent originairement des embryons préformés, qui n'attendent, pour commencer à se développer, que le concours de certaines causes, Consid. corps org. Oeuv. t. V, p. 255, dans POUGENS. dans PRÉFORMER
Je ne pense pas que la méthode de l'illustre Réaumur pour faire éclore les poulets ait pris en France, 9e lett. hist. nat. dans PRENDRE
J'admets partout dans les corps organisés une préordination qui détermine les reproductions de tout genre, 9e lett. hist. nat. dans PRÉORDINATION
toute préorganisation dont un nouvel être est le résultat immédiat, 4e lett. hist. nat. dans PRÉORGANISATION
Par combien de moyens divers l'auteur de la nature n'a-t-il pas pu préorganiser les êtres, et combien de faits qui prouvent une préorganisation !, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 238, dans POUGENS dans PRÉORGANISER
Il ne faudrait pas presser cette comparaison ; car le bouton végétal n'est proprement qu'une enveloppe, 1er mém. reprod. salamandres. dans PRESSER
Si, pendant que je suis dans l'obscurité, je presse fortement le coin de mon oeil avec le doigt, je verrai à l'instant des éclats de lumière ; la simple pression fait donc sur le nerf optique une impression semblable à celle qu'y produirait la présence d'un corps lumineux, Ess. anal. âme, 13 dans PRESSION
La prévision est toujours relative à la nature de l'action et à celle de l'agent, Paling. XVIII, 9 dans PRÉVISION
Prévoir une action libre n'est pas l'opérer ; la permettre n'est pas la produire, Paling. VIII, 9 dans PRÉVOIR
Le principe de la vie est précisément le principe de la mort ; et ce qui nous fait vivre est réellement ce qui nous fait mourir, Paling. XXII, 6 dans PRINCIPE
Origène, grand platonicien, rejeta la probole comme indigne de la majesté divine, Oeuvr. mêl. t. XVIII, p. 117 dans POUGENS dans PROBOLE
Lorsque nos processionnaires revenaient au nid, c'était par la même route qu'elles avaient suivie en s'éloignant, Observ. sixième, Insectes. dans PROCESSIONNAIRE
Je suis las de raconter des prodiges : les polypes à bras en ont un autre à nous offrir..., Cons. corps organ. Oeuv. t. V, p. 355, dans POUGENS. dans PRODIGE
Elles [nos connaissances sur la chaîne des êtres] suffisent pour nous donner les plus hautes idées de cette magnifique progression et de la variété qui règne dans l'univers, Contempl. nat. II, 9 dans PROGRESSION
Quelques feuilles sèches qu'on remarquait autour du noeud indiquaient qu'elles tenaient auparavant à cette enveloppe, qu'elles n'en étaient qu'une prolongation, Us. feuill. plant. 5e mém. dans PROLONGATION
À l'aide d'un excitateur garni d'un tube de verre, le hardi Prométhée [le physicien Romas] changeait à son gré la direction de ces lames effrayantes [jets de flamme soutirés d'un nuage électrique], Contempl. nat. V, 13 dans PROMÉTHÉE
N'a-t-on pas vu des cloportes et des salamandres aquatiques vivre et propager beaucoup dans le corps humain ?, Consid. corps org. Oeuv. t. V, p. 243, dans POUGENS. dans PROPAGER
Ce grand observateur ignorait le lieu où les abeilles recueillent la propolis ; vous nous apprenez que c'est sur les pins et sur les sapins, 3e mém. abeilles. dans PROPOLIS
La volonté qui a créé et qui conserve est la Providence, Causes prem. II, 5 dans PROVIDENCE
Si nous ne pouvions deviner qu'il eût été donné à l'animal [le polype] d'être provigné et greffé comme la plante, Contempl. nat. Oeuv t. VIII, p. 184, dans POUGENS dans PROVIGNER
J'ai compté jusqu'à sept grappes à un seul provin, Hist. nat. Mém. Oeuv. t. III, p. 239, dans POUGENS dans PROVIN
La psychologie est la science de l'âme, Paling. XVII, 5 dans PSYCHOLOGIE
Il faut que le psychologue étudie l'homme, comme le physicien étudie la nature, Ess. anal. âme, 12 dans PSYCHOLOGISTE ou PSYCHOLOGUE
Le nombre des conséquences justes que différents esprits tirent du même principe, ne pourrait-il pas servir de fondement à la construction d'un psychomètre, et ne peut-on pas présumer qu'un jour on mesurera les esprits comme on mesure les corps ?, Contempl. IV, 10 dans PSYCHOMÈTRE
Les rapports qui sont entre les fleurs et la constitution psychophysique des abeilles, Causes prem. V. 8 dans PSYCHOPHYSIQUE
Des espèces de puces de mer sont lumineuses, et communiquent leur éclat aux eaux, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 378, dans POUGENS dans PUCE
Nous avons dans nos pucerons un genre d'insectes qui, à la propriété de se multiplier sans accouplement, joint encore celle d'être à la fois vivipare et ovipare, Observ. pucerons. dans PUCERON
Un puceron pris au moment de sa naissance et renfermé à l'instant dans la plus parfaite solitude y mit au jour, sous mes yeux, quatre-vingt-quinze petits, Consid. Corps organ. Oeuv. t. VI, p. 158, dans POUGENS. dans PUCERON
Un puceron de cette espèce mis au jour sous mes yeux par une puceronne ailée, Observ. pucerons. dans PUCERONNE
M. de Geer nous a fait connaître une punaise champêtre qui vit en famille avec ses petits, et qui les conduit comme une poule conduit ses poussins, Contempl. nat. XI, 21 dans PUNAISE
La seconde [substance du grain de froment, le gluten] paraît tenir de la nature animale ; elle est visqueuse, alcaline et très putrescible ; on peut la nommer substance glutineuse, Contempl. nat. VI, 6 dans PUTRESCIBLE
M. König démontra qu'en préférant le fond pyramidal au fond plat, les abeilles ménagent en entier la quantité de cire qui serait nécessaire pour construire un fond aplati, Contempl. nat. XI, 27 dans PYRAMIDAL, ALE
Le quatrième ordre peut se nommer en quinconces, et est composé de feuilles distribuées de cinq en cinq, Us. feuilles, 3e mém. dans QUINCONCE
Ces enfants nés d'une mère quindigitaire et qui tenaient leurs doigts surnuméraires d'un père sex-digitaire, Consid. corps org. Oeuvr. t. VI, p. 506 dans QUINDIGITAIRE
Le sex-digitisme se transmet également par le père et par la mère ; il s'altère par l'alliance de quindigitaires, ib. t. VI, p. 499 dans QUINDIGITAIRE
C'était déjà un grand prodige à digérer, que des arrière-petits-fils [chez les pucerons] fussent rendus féconds par leur quinquaïeul ou seulement par leur trisaïeul, Consid. corps org. Oeuv. t. VI, p. 161, dans POUGENS dans QUINQUAÏEUL, EULE
Le blé rachitique ou avorté, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 257, dans POUGENS dans RACHITIQUE
On ne saurait douter que les anguilles [anguillules] n'occasionnent le rachitisme du froment, Consid. corps organ. Oeuv. t. VI, p. 223, dans POUGENS. dans RACHITISME
Le jeu perpétuel des vaisseaux nécessaires à ce remplacement [des particules, dans la nutrition] altère peu à peu l'économie générale de la machine, racornit des parties qui devraient demeurer souples...., Paling. XXII, 6 dans RACORNIR
Ces radicules sont autant de bouches toujours ouvertes, pour recevoir les sucs alimentaires et les transmettre aux maîtresses racines, Us. feuill. plant. 5e mém. dans RADICULE
On a beaucoup admiré le retournement de la radicule dans les graines semées à contre-sens, ib. 2e mém. dans RADICULE
On observait des ramifications de vaisseaux d'un blanc argenté qui ne pouvaient être prises que pour des trachées, Hist. nat. mém. Oeuv. t. III, p. 27, dans POUGENS dans RAMIFICATION
Le polype à bras nous a offert un animal qui, multipliant par rejetons, peut être nommé à bon droit ramipare, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 288, dans POUGENS dans RAMIPARE
L'expérience du ramollissement des os par un acide, Consid. corps org. Oeuv. t. V, p. 402, dans POUGENS. dans RAMOLLISSEMENT
L'anatomiste a très bien démêlé des vaisseaux sanguins qui rampent sur la surface de ces tubules, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 43 dans RAMPER
Chaque branche, chaque rameau, chaque ramuncule et même chaque feuille sont si bien des arbres en petit que...., Paling. phil. IV, 3 dans RAMUNCULE
Les rapports qui lient entre eux tous les mondes constituent l'harmonie de l'univers, Contempl. nat. I, 7 dans RAPPORT
Plus les parties rationnelles de la philosophie s'aideront de la physique, et plus elles se perfectionneront, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 189, dans POUGENS dans RATIONNEL, ELLE
Les expériences newtoniennes démontrent.... qu'un rayon solaire est réellement composé de sept rayons qui portent chacun une couleur invariable, Coul. corps, Oeuv. t. X, p. 377, dans POUGENS dans RAYON
Le siége de l'âme serait ainsi un centre où tous les nerfs iraient rayonner, Ess. anal. âme, V, 21 dans RAYONNER
L'âme, différemment modifiée par des impressions plus ou moins fortes, réagit à son tour sur le genre nerveux, y entretient les ébranlements...., Contempl. nat. V, 4 dans RÉAGIR
C'est un spectacle bien instructif pour un philosophe que celui que lui offrent les progrès de l'esprit humain dans la recherche des vérités de la nature, Lett. div. Oeuvr. t. XII, p. 53, dans POUGENS dans RECHERCHE
Nous sommes, en quelque sorte, forcés d'admettre cette réciprocité d'action, puisque le rappel d'une sensation par une sensation d'espèce différente est un fait que l'expérience atteste, Ess. anal. âme, 8 dans RÉCIPROCITÉ
Ce sont ces espèces de moucherons qui, s'attachant en grand nombre aux feuilles des arbres et des plantes, les recoquillent, Observ. pucerons. dans RECOQUILLER
Il est dans un état d'admiration continue avec des redoublements, 6e lett. hist. nat. dans REDOUBLEMENT
Le redressement des tiges et le retournement des feuilles s'exécutent dans l'eau comme dans l'air, Contempl. nat. VI, 4 dans REDRESSEMENT
Dans un être qui réfléchit, la liberté est essentiellement la même que dans un être qui ne réfléchit point ; mais, dans un être qui réfléchit, la liberté est plus étendue, Ess. anal. âme, 16 dans REFLÉCHIR
Le kamichi, grand oiseau de l'Amérique, demi-aquatique, d'un genre fort singulier, et très réfractaire à la nomenclature, Contempl. nat. XI, 3 dans RÉFRACTAIRE
Le plus habile physicien pourrait-il nous dire précisément pourquoi un rayon rouge est moins réfrangible qu'un rayon violet ?, Palingén. XII, 4 dans RÉFRANGIBLE
Je puis bien vous assurer que le réfutateur n'avait pas entendu cet essai, Lett. div. t. XII, p. 24, dans POUGENS dans RÉFUTATEUR
Je ne me sers ici du mot régénération que pour désigner la simple évolution de parties préexistantes, et qui, en se développant, remplacent celles qui ont été retranchées, ou que des parties ont détruites, Palingén. phil. X, 5 dans RÉGÉNÉRATION
Combien de nerfs se régénèrent dans les différentes opérations qu'on fait subir à la salamandre !, Paling. X, 6 dans RÉGÉNÉRER
Ne nous pressons pas de faire des règles générales ; les pucerons et les polypes nous ont appris à nous en défier, Consid. corps organ. Oeuv. t. VI, p. 97, dans POUGENS. dans RÈGLE
Le règne animal a aussi ses terres australes, où probablement ce n'est point la mode d'avoir un cerveau, un coeur, un estomac..., Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 182, dans POUGENS dans RÈGNE
Nous sommes presque effrayés, quand nous venons à apprendre que les tubules qui entrent dans la composition d'un seul rein, mis bout à bout, formeraient une longueur de plusieurs milliers de toises, Paling. phil. IX, 2 dans REIN
Des 30 à 35 mille mouches dont une ruche est souvent fournie, la reine est la seule qui engendre, Contempl. nat. XI, 26 dans REINE
Cette reine est, à la lettre, la mère de tout son peuple ; elle pond pendant le cours de l'année 30, 40 ou 50 mille oeufs, 1er mém. abeilles. dans REINE
Les membres de la salamandre qui [coupés] se réintègrent, avant que de paraître à nos yeux sous leur véritable forme, 2e mém. reprod. salamandres. dans RÉINTÉGRER
Les chenilles doivent rejeter la membrane fine.... cette réjection...., Obs. 5e insectes. dans RÉJECTION
Je savais que les chenilles doivent rejeter la membrane fine et transparente qui revêt intérieurement le canal intestinal, et que cette rejection était un des préliminaires nécessaires à la transformation en chrysalide, Observ. 5e insectes. dans REJETER
Des rejetons de différentes plantes, insérés dans la tige ou dans les branches d'une autre plante, s'y incorporent, et ne forment plus avec elle qu'un même corps organique, Contempl. nat. III, 12 dans REJETON
Le plaisir relatif est celui qui naît de la comparaison que l'âme fait entre ses idées ou entre ses situations, Ess. anal. âme, 17 dans RELATIF, IVE
Le renard, moins habile mineur que le blaireau, profite souvent du terrier de celui-ci, ou des souterrains pratiqués par d'autres animaux, Contempl. nat. XII, 30 dans RENARD
Ce paysan, âgé de trente-cinq ans, rendit par la bouche, en mai 1759, des salamandres de différentes grandeurs, les unes vivantes, les autres mortes, Consid. corps org. t. V, p. 144, dans POUGENS dans RENDRE
Cette teinte s'est un peu renforcée, Oeuvres, t. XI, p. 186, dans POUGENS dans RENFORCER
Un beau mémoire qu'il avait lu à une rentrée publique de l'Académie royale des sciences, Paling. phil. XI, 4 dans RENTRÉE
Les observateurs de Lusace et celui du Palatinat m'ont pris pour juge de leurs différents ; je les ai tous renvoyés à la nature, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 167, dans POUGENS dans RENVOYER
Je ne pense pas que les germes réparateurs [en cas d'ablation de parties] soient logés dans les parties osseuses ou qui doivent le devenir ; il me paraît plus naturel de penser qu'ils sont logés dans les parties molles, 2e mém. reprod. salam. dans RÉPARATEUR, TRICE
Quelquefois j'ai vu le repliement [de la feuille] s'opérer sur un des côtés de la tige, Usag. feuilles, 2e mém. dans REPLIEMENT
Les liqueurs.... sont continuellement repompées par de petits vaisseaux qui les conduisent dans d'autres vaisseaux plus grands, Consid. corps org. Oeuv. t. V, p. 168, dans POUGENS. dans REPOMPER
La propriété que ces insectes ont de repousser une nouvelle tête et une nouvelle queue à la place de celles que la section leur a fait perdre, Observ. vers, Oeuv. t. I, p. 219, dans POUGENS dans REPOUSSER
En réagissant sur les fibres représentatrices de ces biens, l'âme s'en procure un avant-goût, Ess. anal. âme, 18 dans REPRÉSENTATEUR, TRICE
La force reproductrice y est douée [chez le polype] d'une grande énergie, et elle y exerce son activité jusques dans les moindres parties, Consid. corps org. Oeuv. t. VI, p. 63, dans POUGENS. dans REPRODUCTEUR, TRICE
La force reproductive a une si grande énergie dans cet animal, qu'elle ne paraît point diminuer sensiblement après plusieurs reproductions, Paling. phil. IX, 6 dans REPRODUCTIF, IVE
Avant la découverte des insectes qui peuvent être multipliés de bouture, les physiciens connaissaient la reproduction des pattes des écrevisses, Observ. vers. dans REPRODUCTION
Combien d'idées désagréables, qui se reproduisent malgré nous !, Ess. anal. âme, 18 dans REPRODUIRE
Il [Redi] couvrit la viande d'un réseau ; il en interdit ainsi l'approche aux mouches ; la viande se corrompit, et ne produisit pas un seul ver, Consid. corps organ. Oeuv. t. VI, p. 299, dans POUGENS. dans RÉSEAU
La multiplication des veines résorbantes, Cont. nat. Oeuv. t. VIII, p. 41, dans POUGENS dans RÉSORBANT, ANTE
Si cette résorption des liqueurs ne se fait pas, elles se corrompent, et cette corruption est une des causes de la mort, Consid. corps org. Oeuv. t. V, p. 168, dans POUGENS. dans RÉSORPTION
Quelle intelligence que celle qui saisit d'une seule vue cette chaîne immense de rapports divers, et qui les voit se résoudre tous dans l'unité et l'unité dans sa cause !, Paling. XIII, 7 dans RÉSOUDRE
Quand on les abandonnait à elles-mêmes, elles [des feuilles] faisaient ressort, et reprenaient brusquement leur première situation, Us. feuilles, 5e mém. dans RESSORT
Nous sommes plus faits pour voir les résultats des choses que les principes des choses, Ess. anal. âme, Oeuv. t. XIII, p. 26, dans POUGENS dans RÉSULTAT
J'étais venu à envisager la mort comme une sorte de développement, et la résurrection comme un second développement, Oeuv. mêlées, t. XVIII, p. 33, dans POUGENS dans RÉSURRECTION
En général, nous retenons plus facilement les idées qui ont le plus de rapport aux matières qui nous ont souvent occupés, Ess. anal. âme, 25 dans RETENIR
Une membrane réticulaire observée dans des feuilles de pied-de-veau, Us. feuilles, 2e supplém. dans RÉTICULAIRE
Après ces deux expériences, je n'ai presque pas douté que la lumière ne soit la cause du retournement des feuilles, Us. feuilles, 2e mém. dans RETOURNEMÉNT
De quel avantage peut être au polype une propriété dont il ne saurait faire usage sans le secours de l'homme ? je veux parler de l'opération du retournement, Contempl. nat. III, 15 dans RETOURNEMÉNT
J'ai coupé à des feuilles de vigne quelques-unes des principales nervures, elles n'ont pas laissé de se retourner, Us. feuilles, 2e mém. dans RETOURNER
Elle [une salamandre] reproduit constamment une partie égale et semblable à celle qui a été retranchée, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 253, dans POUGENS dans RETRANCHER
J'ai rêvassé sur ces poussières, dont la structure est si admirable, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 404, dans POUGENS dans RÊVASSER
Une révélation intérieure qui me donnerait sans cesse la plus forte persuasion de la certitude d'un état futur, Paling. XVIII, 1 dans RÉVÉLATION
Je suis revenu plus d'une fois à cette remarque, et je ne pouvais trop y revenir, pour qu'on ne prît pas le change sur le genre et le but de mon travail, Paling. XX, 3 dans REVENIR
En même temps que les feuilles de l'acacia revêtent la forme d'une gouttière, chaque foliole la revêt aussi, mais d'une manière moins sensible, Us. feuilles, 2e mém. dans REVÊTIR
Ceux qui ont lu le Système du monde du profond Lambert, savent qu'il peut y avoir des astres qui n'achèvent leur révolution qu'au bout de plusieurs milliers d'années, Paling. phil. VI, 6 dans RÉVOLUTION
Le fil [de soie] ne fait pas proprement des révolutions autour de la coque ; il y trace une infinité de zigzags, qui composent différentes couches de soie, Contempl. nat. XII, 4 dans RÉVOLUTION
Son piége [du fourmi-lion] est tendu à tous les petits insectes rôdeurs ; et malheur à celui que son imprudence entraîne dans le précipice !, Contempl. nat. XII, 42 dans RÔDEUR
Mouvements rotatoires, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 433, dans POUGENS dans ROTATOIRE
La résurrection des rotifères desséchés depuis plusieurs mois ou même depuis plusieurs années, Consid. corps organ. Oeuv. t. VI, p. 225, dans POUGENS. dans ROTIFÈRE
La véritable patrie du rotifère est dans les ruisseaux et dans les eaux croupissantes ; il est un animal aquatique ; on ne saurait douter que les rotifères des toits n'y aient été transportés par le vent, ib. p. 226 dans ROTIFÈRE
C'est sur les vieux bois qui ont été longtemps exposés à l'action du soleil et de la pluie et qui ont été en quelque sorte rouis, que nos industrieuses mouches vont se pourvoir de la matière dont elles fabriquent leur papier, Contempl. nat. XI, 23 dans ROUI, IE
Quel abîme aux yeux du sage qu'une ruche d'abeilles ! quelle sagesse profonde se cache dans cet abîme !, 2e mém. abeilles. dans RUCHE
L'homme n'agit qu'en vue de son bonheur, il ne cesse point de s'aimer, et il ne s'aime jamais plus que quand il fait les plus grands sacrifices, Causes prem. IV, 17 dans SACRIFICE
L'homme n'habite que dans les parois les plus extérieures de ce temple où il adore le grand être ; il ne lui est point permis de pénétrer dans le sanctuaire, bien moins encore dans le saint des saints, Paling. XII, 8 dans SAINT, AINTE
C'est un préjugé général parmi les gens de la campagne que les salamandres sont des animaux dangereux, 1er mém. reprod. salamandres. dans SALAMANDRE
Si l'on coupe les quatre jambes de la salamandre, elle en poussera quatre nouvelles, qui seront si parfaitement semblables à celles qu'on aura retranchées, qu'on y comptera, comme dans celles-ci, quatre-vingt-dix-neuf os, Paling. phil. IX, 6 dans SALAMANDRE
La salamandre, j'ai presque honte de le dire, est si peu faite pour vivre dans le feu, qu'il est démontré aujourd'hui par les expériences de M. Spallanzani qu'elle est de tous les animaux celui qui résiste le moins à l'excès de la chaleur, ib. dans SALAMANDRE
Le sang des insectes est une liqueur subtile, transparente et ordinairement sans couleur, et qui, quoiqu'elle ne soit pas naturellement inflammable, résiste dans quelques espèces à un degré de froid supérieur à nos plus rudes hivers, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 116, dans POUGENS dans SANG
Les observateurs.... découvriront bien des choses qui reculeront les connaissances sur l'art profond que la nature emploie pour opérer la sanguification, et cette assimilation des matières étrangères qui les rend propres à s'incorporer à la substance de l'animal, Contempl. nat. Oeuvr. t. VIII, p. 29, dans POUGENS dans SANGUIFICATION
Il en est qui nous assurent que les saumons ont l'adresse de creuser, dans le lit des fleuves, des fosses spacieuses pour y déposer leurs oeufs et empêcher ainsi que le courant ne les entraîne, Contempl. nat. XII, 27 dans SAUMON
Les faux pucerons du buis se transforment en moucherons qu'en nomme sauteurs, parce qu'ils sautent comme les puces, Observ. pucerons. dans SAUTEUR, EUSE
Les sels fixes, les soufres, les huiles, dissous et atténués par quelque liquide, principalement par la salive, sont la cause matérielle des saveurs, Ess. psychol. 23 dans SAVEUR
De bons observateurs se sont avisés de dénombrer ces petits yeux, et ils en ont compté 6362 sur la tête d'un scarabée, Contempl. nat. III, 18 dans SCARABÉE
Suis-je bien assuré que le sépulcre a été scellé, et qu'on y a placé des gardes ?, Paling. XIX, 6 dans SCELLER
Les étoiles, vues au télescope, sont innombrables ; leur scintillement prouve qu'elles brillent d'une lumière qui leur est propre, Contempl. nat. I, 5 dans SCINTILLEMENT
Divers auteurs anciens et modernes avaient prêté à la sèche la petite ruse de troubler l'eau par l'émission volontaire de son encre.... mais d'autres auteurs, moins amis du merveilleux, préfèrent de penser que l'émission de la liqueur n'est que l'effet de la peur qui saisit l'animal, Contempl. nat. XII, 27 dans SÈCHE ou SEICHE
Dieu agit par les causes secondes ; il a voulu que ces causes produisissent leurs effets, et que ces effets devinssent causes à leur tour, Causes prem. II, 8 dans SECOND, ONDE
Nous contemplons les secousses du monde politique, comme nous contemplons celles du monde physique, Palingén. XIII, 6 dans SECOUSSE
Du sein des montagnes naissent des fleuves, Contempl. nat. I, 4 dans SEIN
Ce que la liqueur séminale est à l'oeuf, la poussière des étamines l'est à la graine, Consid. corps org. Oeuv. t. VI, p. 515, dans POUGENS. dans SÉMINAL, ALE
Chacun de mes sens est en rapport avec la manière d'agir des objets dont il me transmet les impressions ; chaque sens a sa fin, et la structure de chaque sens est le moyen ou l'assemblage des moyens relatifs à cette fin, Oeuvr. mêlées, t. XVIII, p. 240, dans POUGENS dans SENS
Les sens sont à l'âme ce que les machines sont au physicien, ib. p. 109 dans SENS
La statue [imaginée par Condillac] commence à jouir de l'existence ; mais elle ne sait point encore qu'elle existe ; une sensation n'est pas une notion ; et combien l'idée d'existence est réfléchie !, Ess. anal. âme, 6 dans SENSATION
Je ne saurais douter raisonnablement que je ne sois doué de sensibilité, d'entendement, de volonté, parce que j'exerce à chaque instant ces facultés, Oeuv. mêlées, t. VIII, p. 236, dans POUGENS dans SENSIBILITÉ
Si la réflexion est jointe au sentiment, l'être possède à la fois la vie végétative, sensitive et réfléchie ; l'homme seul, sur la terre, réunit en soi ces trois sortes de vies, Contempl. nat. II, 5 dans SENSITIF, IVE
Nous ne connaissons point de caractère qui distingue essentiellement la plante de l'animal, et nous ignorons profondément quel est le degré de l'échelle organique où le sentiment expire, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 412, dans POUGENS dans SENTIMENT
Le mot de sentiment, pris dans le sens métaphysique, n'exprime que les résultats de l'impression des objets sur la machine et de la machine sur l'âme, en vertu des lois de l'union, Ess. anal. âme, 17 dans SENTIMENT
Quel philosophe voudra admettre cet infini actuel ? ne faut-il pas que dans une série quelconque il y ait un dernier terme ? l'infini des géomètres est-il un véritable infini ?, Oeuvr. mêlées, t. XVIII, p. 22, dans POUGENS dans SÉRIE
M. Hales, dans son admirable statique des végétaux, a très bien prouvé que les feuilles sont les principaux organes de la transpiration ; il les a regardées comme les puissances qui élèvent la séve, Consid. corps org. Oeuv. t. V, p. 296, dans POUGENS. dans SÉVE
J'ai pu juger, à l'oeil, de la rapidité de la séve dans les plantes que j'ai abreuvées de liqueurs colorées, ib. t. V, p. 295 dans SÉVE
J'ai vu les vaisseaux séveux tendre en ligne droite vers les feuilles, et y porter en fort peu de temps le suc coloré dont ils étaient remplis, Us. feuilles, 5 mém. dans SÉVEUX, EUSE
Ces enfants nés d'une mère quindigitaire, et qui tenaient leurs doigts surnuméraires d'un père sex-digitaire, Consid. corps org. Oeuvr. t. VI, p. 506, dans POUGENS. dans SEX-DIGITAIRE
Le sex-digitisme se transmet également par le père et par la mère ; il s'altère par l'alliance de quindigitaires, Consid. corps org. Oeuvr. t. VI, p. 499, dans POUGENS. dans SEX-DIGITISME
Des mots, des images, des mouvements qui ne sauraient être prononcés ou excités à la fois, mais qui peuvent se succéder dans l'âme avec une rapidité équivalente à la simultanéité, Ess. psychol. 38 dans SIMULTANÉITÉ
Les grands principes de la sociabilité, Palingén. XXI, 1 dans SOCIABILITÉ
L'état de l'âme dans le sommeil est quelque chose de très singulier et dont nous n'avons encore que des notions très imparfaites ; il doit paraître intéressant à un psychologue d'approfondir cet état, Ess. anal. âme, 23 dans SOMMEIL
Le somnambule n'est point un automate ; tous ses mouvements sont dirigés par une âme qui voit très clair ; mais la vue est tout intérieure ; elle se porte uniquement sur les objets que l'imagination lui retrace avec autant de force que d'exactitude, Ess. psych. 40 dans SOMNAMBULE
Pourquoi donc le cerf et le chevreuil d'Angleterre usent-ils de violence pour se soumettre leurs femelles ?, Consid. corps organ. Oeuvr. t. VI, p. 394, dans POUGENS dans SOUMETTRE
Les cerfs-volants venaient de démontrer qu'on pouvait, en quelque sorte, soutirer des nuées orageuses toute la matière électrique qu'elles renferment et qui les rend si redoutables, Contempl. nat. V, 14 dans SOUTIRER
Cette chenille est de celles qui savent se servir de leurs propres poils pour fortifier ou épaissir le tissu soyeux et très mince de leur coque, Observ. 1re, insectes. dans SOYEUX, EUSE
Les qualités génériques et spécifiques des sensations ont des causes physiques, Ess. anal. 23 dans SPÉCIFIQUE
En quelque endroit qu'on touche l'embryon avec l'aiguille spermatisée, la fécondation réussit également, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 379, dans POUGENS dans SPERMATISÉ, ÉE
Ces deux forces [la pesanteur et la force centrifuge], agissant sous différentes proportions dans différents astres, varient leur figure, et les rendent des sphéroïdes plus ou moins aplatis, Contemplat. nat. I, 4 dans SPHÉROÏDE
L'idée de Dieu, la plus spiritualisée de toutes nos idées, tient manifestement aux sens, Ess. anal. âme, 16 dans SPIRITUALISÉ, ÉE
La volonté est toujours libre, c'est-à-dire que, lorsqu'elle s'exerce, c'est par sa propre force, sans contrainte, de plein gré ; les métaphysiciens ont rendu cela par le terme de spontanéité, Ess. anal. âme, 19 dans SPONTANÉITÉ
Mes expériences sur la respiration des chenilles m'ont paru prouver que les deux stigmates antérieurs et les deux postérieurs sont les plus importants, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 113, dans POUGENS dans STIGMATE
L'animal n'a certains besoins que parce qu'il a une certaine structure, et il ne mène un certain genre de vie que parce que ce genre de vie est le résultat nécessaire de sa structure, Oeuv. mêl. t. XVIII, p. 187, dans POUGENS dans STRUCTURE
Leibnitz disait que les véritables substances étaient nécessairement actives, Oeuvr. mêlées, t. XVIII, p. 78, dans POUGENS dans SUBSTANCE
Ce ne sont que des phénomènes substantifiés que nous apercevons ; les véritables substances nous demeurent voilées, Oeuv. mêlées, t. XVIII, p. 74, dans POUGENS dans SUBSTANTIFIÉ, ÉE
Ces tuyaux introduisent dans la plante un air frais et élastique qui prépare la séve, la subtilise, la colore peut-être, et aide encore à son mouvement, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 329, dans POUGENS dans SUBTILISER
Si des liqueurs grasses, comme l'huile, sont admises dans les vaisseaux de beaucoup de plantes, des liqueurs spiritueuses doivent y avoir un accès bien plus facile à cause de leur subtilité, Us. feuilles, 4e mém. dans SUBTILITÉ
De ces observations, M. de la Baisse conclut qu'il y a dans les plantes un suc ascendant et descendant ; un suc qui s'élève de la racine à l'extrémité supérieure de la tige, et qui descend de l'extrémité supérieure de la tige vers les racines, par les fibres de l'écorce, Us. feuilles, 5e mém. dans SUC
Savez-vous que le célèbre Margraaf, chimiste de Berlin, en a tiré [de la betterave] du véritable sucre et de la meilleure qualité ?, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 126, dans POUGENS dans SUCRE
Que penserait-on d'un physicien qui, ne faisant que d'entrer dans un riche cabinet d'histoire naturelle, se presserait de prononcer que les suites n'en sont pas complètes ?, Cons. corps org. Oeuv. t. v, p. 375, dans POUGENS dans SUITE
Il est prouvé que les lames les plus antérieures s'ossifient, et que c'est par la suraddition de ces lames à l'os qu'il croît en tout sens, Consid. corps org Oeuvr. t. V, p. 399, dans POUGENS. dans SURADDITION
Afin d'interdire encore mieux tout accès à la lumière, je l'ai recouvert, comme le second, d'un surtout de papier bleu, Us. feuill. 2e mém. dans SURTOUT
La survivance de l'âme des bêtes, Palingén. XIV, 5 dans SURVIVANCE
Les orties de mer peuvent être greffées ; on peut réunir les moitiés de différentes orties ; mais, pour les assujétir, on est obligé d'avoir recours à la suture, Consid. corps org. Oeuvr. t. v, p. 348, dans POUGENS. dans SUTURE
Combien ai-je à regretter de n'avoir pas reçu plutôt la table synoptique de vos nouvelles expériences !, Lett. div. Oeuvr. t. XII, p. 331, dans POUGENS dans SYNOPTIQUE
Il faudrait pour cela être table rase sur la question...., Contempl. nat. x, 31 dans TABLE
Ces taches noires ou brunes qui salissent souvent la pierre de taille de nos édifices ont de quoi intéresser le naturaliste, puisqu'elles sont, au vrai, des amas de plantes microscopiques, Contempl. nat. III, 7 dans TACHE
Le blé arrosé a été constamment d'un vert beaucoup plus foncé que le blé non arrosé ; il est aussi devenu plus grand, il a plus tallé, et ses épis ont été plus fournis de grains, Us. feuill. 5e mém. dans TALLER
Ce sont ces mêmes lames d'abord mucilagineuses, ensuite cartilagineuses, qui forment enfin un tampon osseux dans les os qu'on a percés, Consid. corps org. Oeuv. t. v, p. 397, dans POUGENS. dans TAMPON
Il [l'éléphant, à l'aide de sa trompe] mesure les distances des objets, juge de leur résistance, démêle leurs qualités tangibles...., Contempl. nat. XII, 46 dans TANGIBLE
Le tardigrade, ainsi nommé de la lenteur extrême de sa marche, ressuscite comme le rotifère ; il est bien moins petit et porté sur six jambes, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 263, dans POUGENS dans TARDIGRADE
Un excellent anatomiste... a démontré que les os sont formés originairement de deux substances, l'une membraneuse, l'autre tartareuse ou crétacée, Paling. phil. XI, 4 dans TARTAREUX, EUSE
Ce n'est que par une suite d'expériences ou de tâtonnements, qui commencent peut-être avant la naissance, que l'âme s'habitue à rapporter à leur véritable lieu les sensations qu'elle éprouve, et à ne mouvoir précisément que les membres qu'il faut mouvoir, Ess. psych. 2 dans TÂTONNEMENT
Tout le monde connaît les souterrains de la taupe ; mais tout le monde ne sait ce que ces souterrains renferment de curieux ; c'est là qu'à l'abri des insultes des animaux carnassiers, loin du trouble, du bruit et des regards des curieux, l'industrieuse taupe élève sa nombreuse famille dans une heureuse obscurité qui assure sa tranquillité et son bonheur, Contempl. nat. XI, 8 dans TAUPE
La teigne ne se contente pas d'un simple fourreau de feuilles ; il ne serait apparemment ni assez doux ni assez chaud ; elle le double de pure soie, et elle a soin de tenir la doublure plus épaisse dans les endroits où le frottement est plus grand, Contempl. nat. XII, 37 dans TEIGNE
Les teignes aquatiques sont des vers à six pieds qui se transforment en des mouches à quatre ailes d'un genre particulier ; leurs ailes sont colorées à peu près comme celles des papillons, Contempl. nat. XII, 11 dans TEIGNE
Fausses teignes, nom donné aux espèces de chenilles qui se font des fourreaux non portatifs, Contempl. nat. XII, 9 dans TEIGNE
Chez les animaux, le tempérament règle tout ; chez l'homme, la raison règle le tempérament, et le tempérament réglé facilite, à son tour, l'exercice de la raison, Contempl. nat. v, 5 dans TEMPÉRAMENT
La mémoire a plus de ténacité...., Ess. anal. âme, 25 dans TÉNACITÉ
Pline parle de ténia de trente pieds ; et un auteur plus digne d'être cru, l'illustre Boerhaave, a assuré en avoir vu un de trente aunes, Hist. nat. Mém. Oeuv. t. III, p. 97, dans POUGENS dans TÉNIA
Le ténia, que nous nourrissons malgré nous, et le monstre qui vit ignoré au fond de la mer, s'élèvent contre cette prétention [que les animaux soient faits pour l'homme], Contempl. nat. v, 16 dans TÉNIA
J'ai surtout dans l'esprit cette accusation si grave, si odieuse, si ténorisée, si répétée, que les témoins avaient osé intenter aux magistrats de cette société, Paling. XIX, 2 dans TÉNORISÉ, ÉE
La tenue du son ne variera point, si la tension des cordes demeure la même à différentes ouvertures de la glotte, Contempl. nat. t. VIII, p. 35, dans POUGENS dans TENUE
M. de Buffon demeure aussi attaché à ses corps jaunes qu'à ses molécules organiques, malgré tant d'objections terrassantes qu'on a accumulées contre son système, Consid. corps organ. Oeuv. t. VI, p. 395, dans POUGENS. dans TERRASSANT, ANTE
Il est prouvé par des expériences directes que ce qu'une plante tire de la terre pour sa nourriture est très peu de chose, et qu'il n'entre que quelques onces de terre pour fournir à l'accroissement d'un arbre du poids de 150 ou 200 livres, Contempl. nat. v, 13 dans TERRE
La terre pure est la base ou le fond de la composition des solides ; le chimiste la retrouve dans tous les corps dont il fait l'analyse, Contempl. nat. III, 4 dans TERRE
Il y a toujours je ne sais quoi de terrestre qui se mêle à nos sentiments les plus délicats et à nos actions les plus généreuses, Paling. XXII, 5 dans TERRESTRE
Lorsque la lapine est près de mettre bas, elle se creuse un nouveau terrier, Contempl. nat. XII, 30 dans TERRIER
C'est dans la cavité même de la tête du chardon que notre chenille se transforme en chrysalide, Observ. 19e, Insect. dans TÊTE
Personne au monde ne respecte et n'admire plus que moi le grand Leibnitz ; sa Théodicée est un de mes livres de dévotion, Oeuv. mél. t. XVIII, p. 43, dans POUGENS dans THÉODICÉE
Le raisonnement en déduit [des lois trouvées par l'expérience] des conséquences théorétiques et pratiques dont la collection systématique constitue la science humaine, Paling. XVIII, 3 dans THÉORÉTIQUE
La vraie cause nous demeure voilée ; et toutes nos théories de causes ne sont jamais que des théories d'effets, Oeuv. t. X, p 383, dans POUGENS dans THÉORIE
M. Deluc.... est, de tous les physiciens, celui qui a.... donné les meilleures règles pour procéder bien dans les expériences thermométriques, Us. feuill. 2e supplém. dans THERMOMÉTRIQUE
Le motteux ou cul-blanc niche, comme le todier, sous terre, mais d'une manière différente et avec des précautions que le todier n'est pas obligé de prendre, Contempl. nat. XI, 28 dans TODIER
Malgré tous mes soins, je n'ai pu empêcher que le troisième doigt du pied ne soit tombé sur la fin de juin, 2e mém. reprod. salam. dans TOMBER
Du rapport combiné des différents tons naît l'harmonie, Contempl. nat. V, 14 dans TON
Cet ingénieux physicien [Walsh], plus heureux que ses prédécesseurs, nous a dévoilé en entier le mystère, et nous a appris, par une suite nombreuse d'expériences, que les phénomènes de la torpille appartiennent essentiellement à l'histoire déjà si riche de l'électricité, Contempl. nat. v, 13 dans TORPILLE
Un j'ai tort vaut mieux que cent répliques ingénieuses, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 63, dans POUGENS dans TORT
Le polype enchaîne le végétal à l'animal ; l'écureuil volant unit l'oiseau au quadrupède ; le singe touche au quadrupède et à l'homme, Contempl. nat. II, 10 dans TOUCHER
Une lame argentée, élastique et tournée en spirale à la manière d'un ressort à boudin, forme les trachées ou les poumons de la plante, Us. feuill. 2e mém. dans TRACHÉE
Les trachées des insectes ressemblent parfaitement à celles des plantes, Contempl. nat. III, 19 dans TRACHÉE
Si on souffle avec force dans la trachée de quelque animal mort, on rendra des sons qui différeront peu de ceux que l'animal rendait, Ess. psych. XVII, 25 dans TRACHÉE-ARTÈRE
Les corps organisés sont des tissus plus ou moins fins, des ouvrages à réseaux, des espèces d'étoffes dont la chaîne forme elle-même la trame par un art que nous ne nous lasserions point d'admirer s'il nous était connu, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 204, dans POUGENS dans TRAME
C'est en s'efforçant à ranger toutes les productions organiques en classes, en genres et en espèces, que le naturaliste s'aperçoit que les divisions de la nature ne sont point tranchées comme celles de l'art, Paling. phil. III, 3 dans TRANCHÉ, ÉE
Pourquoi recourir ici avec notre auteur à une opération particulière de Dieu, ou à une espèce de transcréation qui est la chose du monde la plus obscure ?, Paling. phil. VII, 5 dans TRANSCRÉATION
Les transformations des monarchies en républiques, des républiques en monarchies font passer l'humanité par tous les degrés de la perfection terrestre, et sont la principale décoration de notre planète, Caus. prem. VIII, 6 dans TRANSFORMATION
J'ai dit qu'il était assez prouvé que la mémoire a son siége dans le corps ; une âme qui transmigrerait d'un corps dans un autre n'y conserverait donc aucun souvenir de son état précédent, Paling. phil. II, 4 dans TRANSMIGRER
M. Adanson ... a fait diverses expériences qui m'ont paru prouver qu'il n'y a point proprement de transmutation d'espèce chez les végétaux, et que tout ce qu'on obtient par la fécondation artificielle des poussières d'espèces les plus voisines se réduit à de simples variétés plus ou moins durables, Consid. corps org. Oeuv. t. VI, p. 517 dans TRANSMUTATION
Sanctorius, dont les longues et curieuses expériences sur la transpiration ont rendu le nom immortel, apprit au monde savant que ce qui s'échappe de notre corps par cette sorte d'évacuation, dans l'espace de vingt-quatre heures et dans l'âge moyen, est aux autres évacuations en raison de cinq à trois, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 21 dans TRANSPIRATION
La transpiration des plantes en octobre est à celle qui se fait en août, comme 2 1/2 à 9, Contempl. nat. VI, 3 dans TRANSPIRATION
Des sucs gommeux ou résineux, transpirés par les feuilles, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 436, dans POUGENS dans TRANSPIRÉ, ÉE
Les végétaux transpirent, et ils s'endurcissent d'autant plus que leur transpiration est plus accélérée ou plus abondante, Consid. corps organ. Oeuv. t. v, p. 299 dans TRANSPIRER
Il est très sûr qu'il y a des coquilles qui croissent par juxtaposition ; elles se forment des sucs pierreux qui transsudent des pores de l'animal, Contempl. nat. III, 21 dans TRANSSUDER
Quand on coupe le polype transversalement, c'est à peu près comme si l'on coupait un sac ou un boyau transversalement, 4e lett. Hist. nat. dans TRANSVERSALEMENT
Tout le monde sait que le fourmi-lion se creuse, dans un sable sec ou dans une terre fort pulvérisée, une fosse en manière de trémie ou d'entonnoir, au fond de laquelle il se tient en embuscade, Contempl. nat. XII, 42 dans TRÉMIE
Il arrive souvent qu'en creusant sa trémie, le fourmi-lion rencontre de gros grains de sable ou de petits grumeaux de terre sèche, ib. dans TRÉMIE
L'ouvrière [araignée] commence par en tricoter une moitié [de sa toile] ; mais, tandis qu'elle la tricote...., Contempl. nat. XII, 4, note 1 dans TRICOTER
Des noeuds qui sont aux trifurcations des branches, Consid. corps org. Oeuv. t. V, p. 415, dans POUGENS. dans TRIFURCATION
L'abbé Roffredi.... a laissé Swammerdam et Réaumur loin derrière lui dans son mémoire sur la trompe du cousin, inséré dans le recueil de la Société de Turin, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 186, dans POUGENS dans TROMPE
Suivons une poule qui conduit des poussins ; a-t-elle fait quelque trouvaille, elle les appelle pour leur en faire part, Contempl. nat. XII, 32 dans TROUVAILLE
Si le philosophe peut quelquefois être représenté armé d'une faulx, il doit au moins porter dans l'autre main une truelle, Paling. XIV, 5 dans TRUELLE
La truffe, cette plante si bien déguisée qui naît, croît et fructifie dans la terre, sans jamais en sortir, ne présente qu'une tête arrondie où l'on ne découvre aucun des caractères par lesquels les plantes nous sont connues, Contempl. nat. III, 7 dans TRUFFE
Les truites du lac de Genève, fameuses par l'excellence de leur chair et par leur grosseur, commencent au printemps à abandonner le lac pour descendre dans le Rhône et y frayer, Contempl. nat. XII, 27 dans TRUITE
Le grand crapaud terrestre, aux yeux rouges et au dos tuberculé, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 331, dans POUGENS dans TUBERCULÉ, ÉE
Ces tubules d'une petitesse si étonnante qui entrent dans la composition des viscères vasculeux, Oeuv. t. x, p. 5 dans TUBULE
Le périoste se tuméfie toujours sur les fractures, Consid. corps org. Oeuv. t. v, p. 397, dans POUGENS. dans TUMÉFIER
Les tumeurs du périoste sont des ossifications naissantes, Consid. corps org. Oeuv. t. v, p. 897, dans POUGENS. dans TUMEUR
Quand on les ouvre [les vessies de l'orme], on les trouve farcies de pucerons ; ce sont réellement leurs piqûres qui occasionnent ces tumeurs singulières, Contempl. nat. XI, 11 dans TUMEUR
L'auteur du genre humain a voulu joindre au langage des signes, déjà si persuasif, le langage prophétique ou typique ; il n'aura pas donné à ce langage des caractères moins expressifs qu'à celui des signes, Paling. XX, 4 dans TYPIQUE
L'univers est l'ensemble de tous les êtres créés ; cet ensemble est systématique ou harmonique ; il ne s'y trouve pas une seule pièce qui n'ait sa raison dans le tout, Paling. XXI, 8 dans UNIVERS
Les polypes sont placés sur les frontières d'un autre univers qui aura un jour ses Colombs et ses Vespuces, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 181, dans POUGENS dans UNIVERS
Cette nouvelle économie [le christianisme], destinée à succéder à l'ancienne, à l'universaliser et à la perfectionner, Paling. XIX, 7 dans UNIVERSALISER
C'est Malpighi qui avait donné le nom d'utricules à la substance vésiculaire qui remplit les intervalles que laissent entre eux les vaisseaux longitudinaux, Contempl. nat. x, 26 dans UTRICULE
Ces grands utricules découverts par Malpighi et Grew [dans les parenchymes des feuilles], Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 436, dans POUGENS dans UTRICULE
La femelle [des poissons à ouïe] contient des uves, qui sont des amas d'oeufs renfermés sous une enveloppe commune, et qu'elle laisse tomber au temps du frai, Contempl. nat. XII, 27 dans UVE
Nous en savons assez pour être sage et point assez pour être vains, Paling. XIII, 8 dans VAIN, AINE
Ces beaux vaisseaux occupaient toute la longueur du corps [du ver à soie] ; il me fut aisé de les reconnaître pour les vaisseaux à soie ; j'essayai de les enlever sans les rompre, et j'y réussis mieux que je ne l'avais espéré, Observ. 34, insect. dans VAISSEAU
Leibnitz aimait à faire revivre les opinions des anciens et à les mettre en valeur, Paling. phil. VII, 6 dans VALEUR
Il est dans la nature de la chose que plus les copies d'un livre se multiplient, plus les variantes de ce livre soient nombreuses, Paling. XX, 3 dans VARIANTE
Les animalcules des infusions.... ne la doivent point [leur origine] à une prétendue force végétatrice ou formatrice inhérente à la matière des infusions, Paling. phil. addit. § 1 dans VÉGÉTATEUR, TRICE
Nous nous étonnons qu'un Redi, ce grand destructeur des préjugés de l'ancienne école.... eût recours à une âme végétative pour rendre raison de l'origine des vers qui vivent dans l'intérieur des fruits, Paling. XI, 1 dans VÉGÉTATIF, IVE
Quelques végétations singulières, opérées dans du papier, dans du coton, dans de la laine...., Hist. nat. Oeuv. t. III p. 252, dans POUGENS dans VÉGÉTATION
Lorsque l'âme a la perception ou le sentiment réfléchi de la suite de ses modifications, elle veille, Causes prem. VI, 24 dans VEILLER
L'organe de la voix n'est pas simplement un instrument à vent ; il est à la fois un instrument à vent et un instrument à cordes, et beaucoup plus à cordes qu'à vent, Contempl. nat. t. VIII, p. 33, dans POUGENS dans VENT
Vénus a, comme la lune, ses phases, ses taches, ses montagnes ; c'est même à ces montagnes, plus hautes et plus nombreuses que celles de la lune, et très propres à réfléchir la lumière du soleil, que Vénus doit son principal éclat, Contempl. nat. I, 4 dans VÉNUS
J'ai été jusqu'à couper un même ver en vingt-six portions, dont la plupart ont repris, et dont plusieurs sont devenues des animaux complets, Observ. vers, Oeuv. t. I, p. 184, dans POUGENS dans VER
Le célèbre Geer a prouvé, il y a bien des années, que le ver luisant est phosphorique dans des temps fort éloignés de ceux de la métamorphose, Contempl. nat. x, 26 dans VER
M. de Réaumur est le premier qui nous ait donné en 1753 une bonne histoire du ver lion ; il était pourtant connu dès le commencement du siècle, Contempl. nat. XII, 42 dans VER
La rencontre d'un vermisseau vous confond, et vous voulez pénétrer la nature intime de l'être des êtres, Ess. psychol. 55 dans VERMISSEAU
Ce vide que nous remarquons entre le végétal et le minéral, se remplira apparemment quelque jour ; il y avait un semblable vide entre l'animal et le végétal, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 197, dans POUGENS dans VIDE
On distingue dans les êtres terrestres trois sortes de vies : la vie végétative, la vie sensitive et la vie réfléchie, Causes prem. VI, 14 dans VIE
Le vinaigre nourrit de très petites anguilles, sur lesquelles vous pourrez pousser plus loin vos expériences, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 106, dans POUGENS dans VINAIGRE
Il y a dans les déterminations de l'essence réelle quelque chose qui correspond aux attributs que nous connaissons, qui renferme le virtuel de ces effets, pour m'exprimer avec l'école, Ess. anal. âme, 15 dans VIRTUEL, ELLE
Cela indique une grande énergie dans le principe vital de ces insectes, Observ. vers, Oeuv. t. I, p. 220, dans POUGENS dans VITAL, ALE
La vitalité de certains êtres organisés, 7e lett. hist. nat. Oeuv. t. XI, p. 309, dans POUGENS. dans VITALITÉ
L'art de voir, cet art si utile, si universel, n'est pas commun ; je renvoie aux mémoires sur les insectes et à l'histoire des polypes tous ceux qui n'en possèdent pas les règles, Contempl. nat. Oeuv. t. VIII, p. 259 dans VOIR
Il est toujours en l'air sur son Pégase, et ne voit les objets qu'à vol d'oiseau, Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 221, dans POUGENS dans VOL
Rien de plus admirable que ces légions de volatiles qui, à temps marqué, passent d'un pays dans d'autres très éloignés ; quel instinct les rassemble ? quelle boussole les dirige ? quelle carte leur trace la route ?, Contempl. nat. XI, 13 dans VOLATILE
Les perceptions et volitions de l'âme, Paling. phil. VII, 7 dans VOLITION
Avoir une volonté, c'est préférer un objet à un autre objet, une situation à une autre situation, Ess. anal. âme, 19 dans VOLONTÉ
Combien de mouvements très compassés, très ordonnés, très variés tout ensemble un musicien, un danseur, un voltigeur n'exécutent-ils pas sans réflexion ?, Ess. psychol. 39 dans VOLTIGEUR
On ne peut vouloir qu'en conséquence de ce qu'on sent ou de ce que l'on a senti, Ess. anal. âme. XI dans VOULOIR
De tous les sens, la vue est celui qui fournit à l'âme des perceptions plus promptes, plus étendues, plus variées ; il est la source féconde des plus riches trésors de l'imagination ; et c'est à lui principalement que l'âme doit les idées du beau, de cette unité variée qui la ravit, Contempl. nat. v, 9 dans VUE
Je vois, à la vue simple, les fameuses anguilles du blé rachitique...., Observ. 32, Insect. dans VUE
Zoophytes, nom assez impropre, car ils ne sont point des animaux-plantes ; ils sont ou paraissent être de vrais animaux, mais qui ont plus de rapports avec les plantes que n'en ont les autres animaux, Paling. phil. v, 1 dans ZOOPHYTE