BONIVARD

Citations

L'annexation qu'avoye faicte de mon benefice à leur hospital [des Génevois], Chron. de Gen. t. II, p. 402 dans ANNEXATION
Il est couru un siecle jusques au nostre durant lequel ne se treuvoient autres histoires que de telles barniuelles [romans de chevalerie], Advis et devis, p. 171 dans BALIVERNE
Le proverbe grec, que aussy bien barbarisoit Solon entre les Scythes que Anacharsis entre les Grecs, Advis et devis des langues, p. 51 dans BARBARISER
Un filz qui n'estoit si habille que un Ulyspiegel ou un curé de Kallenberg, de Noblesse, p. 252 dans CALEMBOUR
Et mettoit une condition presque impossible [que le monarque soit un bon et vertueux prince], selon le dict commun, que l'on pourroit graver toutes les armes des bons princes en une corneline, De noblesse, p. 290 dans CORNALINE
Dieu sçait come [un prédicant] se desbagoloit contre ce paouure prebstre, Advis et devis, p. 144 dans DÉBAGOULER
Si nous avons une petite fille jollie, mignone et de bone grace, que [qui] die des motz infantiles, Advis et devis des langues, p. 60 dans INFANTILE
Et estre declairé les cries et citation faictes injuridiques, Chr. de Gen. t. II, p. 112 dans INJURIDIQUE
Que le dict Pecollat avoit esté prins à tort et injuridiquement, Chr. de Gen. t. II, p. 108 dans INJURIDIQUEMENT
Ne douttes qu'il [Dieu] cognoit.... les choses muables invariablement, Amartigenée, p. 183 dans INVARIABLEMENT
Ceux d'espée et les princes mesmes parlent aussy persuasivement en leur langue que Demosthenes et Ciceron faisoient chascun en la sienne : tesmoin en sont les apologies du feu empereur Charles contre le roy Françoys et de François contre luy, Advis et devis des lengues, p. 53 dans PERSUASIVEMENT
Ilz estoient du prince très bien galez, Chron. de Genève, II, 24 dans RÉGALER
Ceux-cy [le consistoire à Genève] ne atendent pas que l'on se presente à eux, ains sçavent un chascun sa regie [portion de la ville] à luy commise par le public, laquelle est partie en diverses dixaines, Anc. et nouv. police de Genève, p. 155 dans RÉGIE
Là où il y a deux tesmoings, le tesmognage n'est rejectable, Chr. de Genève, I, 14 dans REJETABLE
Il [René, bâtard de Savoie] le fit juger à mort [un médecin de Lyon] par le prevost du duc.... mais les sindiques [de Genève] et toute la ville le presserent tant, qu'il fut content que les sindiques le rejugeassent, Chron. de Genève, II, 14 dans REJUGER
Le duc [de Savoie] manda et remanda souvent, mais l'on [Genève] n'y vouloit obeir, Chron. de Genève, IV, 4 dans REMANDER
Ce [réparation à un homme qu'on avait outragé] se faisoit selon la rigueur de justice, et ce reparateur à jamais encouroit infamie, Anc. et nouv. police de Genève, p. 98 dans RÉPARATEUR, TRICE
Que l'on ne debvoit retorturer ung homme sur une information prinse après sa prinse, Chron. de Gen. III, 17 dans RETORTURER
Lectres revocatoires, Chr. de Gen. IV, 24 dans RÉVOCATOIRE
Je ne veis jamais chasseur qui mourust riche ; ains hont tousjours esté mangez de leurs chiens, come fut Acteon, Noblesse, p. 321 dans RICHE
Quant le duc de Savoie se fut assez cholerisé contre les Ligues, yl s'apaisa à la fin, mesmement voiant qu'il pouvoit torcher ceste ordure à aultre robe que la sienne, Chr. de Genève, II, 31 dans ROBE
Soubz roys l'on vit en plus grand abandon [licence] que soubz loys, Chron. de Gen. III, 28 dans ROI
Cependant qu'il [le duc de Savoie] estoit après cestuy affaire de se venger sur ce poure personnaige, l'on luy apportoit tous les jours des nouvelles que le marquis de Montferrat lui faisoit mille esgarades en son pays de Piedmont ; mais il aimoit mieulx plumer le poucin que de se garder d'être plumé du sacre, Chr. de Gen. III, 17 dans SACRE
Quant seront heureuses provinces, Royaumes, villes et villages ? Quant l'on fera sages les princes, Ou, qu'est plus court, princes les sages, Noblesse, p. 294 dans SAGE
De quelle tyrannie usa il [Henri II] à cause des salines.... en sorte qu'il leur donna [à ses sujets] occasion de se rebeller et à luy d'en faire decapiter des gentz de bien, Noblesse, p. 310 dans SALINE
Les satelittes de son audience [d'un prédicant].... faisoient espier les prebstres...., Advis et devis, p. 143 dans SATELLITE
Ainsi est de tous homes : en quelle sausse qu'ils soient acoustrez, soit de la messe ou de l'evangile, ils demeurent tousjours hommes, Noblesse, p. 319 dans SAUCE
Sa très puissante main [de Dieu] est aussy preste de nous ruer de hault en bas, comme elle a esté de nous enlever de bas en hault, et de tant plus hault nous fera prendre le sault-brissault plus lourd, Chron. de Genève, III, 1 dans SAUT
Les affaires divins et humains, desquelz nous avons traicté et disputé.... si soubtilement que nous avons esté pour ce reputez, par aventure, difficiles et scabreux, Advis et devis des langues, p. 58 dans SCABREUX, EUSE
Les autres.... disoient que l'on pouvoit disputer de toutes choses.... et s'appelloient sceptiques, Amartigenée, p. 159 dans SCEPTIQUE
Premierement.... segondement, Advis et devis, p. 169 dans SECONDEMENT
De mauvais garsons... lesquels ne cessoient faire mille insolences... si que, ung soir, les compaignons de la ville les rencontrarent qui leur secouirent bien leur pellisson, Chr. de Genève, II, 32 dans SECOUER
Armé à la secrecte, Chron. de Genève, IV, 25 dans SECRÈTE
Luther et ses sectateurs, Advis et devis es difformes reformateurs, p. 161 dans SECTATEUR
Quand il y avoit plus de sepmaniers que de jours dans la sepmaine...., Advis et devis, idolatrie, p. 79 dans SEMAINIER, IÈRE
Au corps sont les sentementz interieurz, que sont entiereté, parité, vigueur, puissance, santé, fermeté de corps et le playsir epanché par tout ledit corps, Amartigenée, p. 150 dans SENTIMENT
Enfer, que theologiens appellent le sepulcre des morts eternellement, Amartigenée, p. 84 dans SÉPULCRE
De devant [à Berne] avoient longtemps plaidoié la messe et le sermon [le protestantisme], lequel seroit maistre ; mais cette année le sermon gaigna, et chassa la messe hors de la ville, Chron. de Genève, IV, 23 dans SERMON
Come il [le diable] ha acoustumé de se monstrer toujours le singe de Dieu, et jouer en toutte histoire double rolle, Source de l'idolâtrie, p. 6 dans SINGE
Il y a trois choses que donnent credict au parlant : sa vie, la verité de la chose, et la sobrieté de la parole, Advis et devis des lengues, p. 67 dans SOBRIÉTÉ
L'on estoit lors en grosse solicitude, Chr. de Genèv. IV, 36 dans SOLLICITUDE
Il n'y eut nul qui osast attacher la sonnaille au col du chat, Chr. de Genève, III, 7 dans SONNAILLE
Ainsi m'est advenu en ceste entreprise [mettre en vers latins la doctrine du péché] ; car le souffle m'est failly à my chemin, Amartigenée, p. 78 dans SOUFFLE
Les manicheens .... disoient pourquey fit Dieu l'home de la soillure de le terre, que Latins appellent limum, Amartigenée, p. 92 dans SOUILLURE
L'evesque [de Genève] Jehan Louis, lequel, jà soit qu'il fust de la maison de Savoye, si ne vouloit il toutesfois que le duc ny ses aultres freres missent le museau dedans sa soupe, Chron. de Genève, III, 1 dans SOUPE
Perrin se y opposoit [à ce que les étrangers fussent reçus bourgeois de Genève].... disant que les François chasseroient encore les anciens de la ville dehors, et, comme dist le commun proverbe, que la derniere soupe [tranche de pain] gecteroit la premiere hors de l'escuelle, Anc. et nouv. polit. de Genève, p. 129 dans SOUPE
Le seigneur de la Vauldissere, qui avoit espousé la cousine germaine de mon pere, et m'avoit cogneu espadazin [habile à manier l'épée] à l'estude de là les monts, Chron. de Geneve, III, 12 dans SPADASSIN
Il [Cosme de Médicis] entretenoit un nombre de spadazins, avec lesquels il tenoit en crainte toutte la cité, Idolâtrie, p. 54 dans SPADASSIN
Je ne vouloie pas donner occasion de juste action à mon adversaire de spoliation, me mectant en possession du benefice par sa mort [supposée], Chron. de Genève, IV, 13 dans SPOLIATION
Le vidompnat, duquel il [le duc de Savoie] disoit que ceulx de Geneve l'avoient spolié, Chron. de Genève, IV, 23 dans SPOLIER
Et porta Bezanczon celle parolle, qui estoit ung assez beau parlier selon la qualité qu'il estoit [avocat], avec ce qu'il ne semoit pas ses parolles en aureilles steriles, car ilz desiroient tous une mesme chose, Chron. de Genève, IV, 4 dans STÉRILE
Il [Saturne] eut un fils nommé Jupiter, qui le dechassa, et occupa son royaume.... et subvertit tout le simple et sainct mode de vivre du temps de son pere, Amartigenée, p. 127 dans SUBVERTIR
Politien n'eust sceu gouster un vocable, s'il n'eust esté en sucre confict, Advis et devis des langues, p. 57 dans SUCRE
Les dix hommes [décemvirs] esleuz par les Romains en superiorité, qui firent tant d'insolences que le peuple fut contrainct se mutiner contre eulx, Chron. de Gen. I, 4 dans SUPÉRIORITÉ
Nonobstant que l'evesque [de Genève] luy mandast [à Humbert Dauphin] plusieurs lectres supplicatoires pour l'en faire destourner [de brûler les faubourgs de Genève], Chron. de Genève, I, 18 dans SUPPLICATOIRE
Où le desbat [entre Charles-Quint et François Ier] n'estoit que à taille, il [Clément VII] le mettait à poincte, Source de l'idolâtrie, p. 90 dans TAILLE
Le duc [de Savoie], desjà de soy mesmes empainct [à s'emparer de Genève], ne se laissa gueres poulcer pour courir, si que, s'il avoit faict devant sonner le tabourin, il commença lors à dancer, Chron. de Genève, I, 6 dans TAMBOURIN
Quand il y havoit plus de sepmaniers que de jourz en la sepmaine, ils estoient remis au tantiesme du moys, Source de l'idolâtrie, p. 79 dans TANTIÈME
Il [le diable] se fouroit dedans [les idoles des païens], bruioit et tarabustoit quelquefoys, quelquefoys gectoit feu et flamme par la gueulle, Source de l'idolâtrie, p. 3 dans TARABUSTER
Elle [la femme du duc de Savoie] s'en alla de là les monts ; luy [le duc], comme un bon tarin, luy courut après, et jamais depuis ne revint à Geneve, Anc. et nouv. police de Genève, p. 18 dans TARIN
En ce logis qui devroit estre Purgatoire d'enfans gastés, Comme en leur paradis terrestre, Ils mangent tartres et pastez [la prison de Genève où, par connivence, les détenus jouissaient de tout plaisir], Anc. et nouv. pol. de Genève, p. 98 dans TARTE
Car faire il peut tout ouvrage du dyable, Comme yvroigner, paillarder, taverner, Frapper, tuer, sans estre punissable, Anc. et nouv. police de Genève, p. 91 dans TAVERNER
Là où il y a deux tesmoings le tesmoignage n'est rejectable, Chr. de Geneve, I, 14 dans TÉMOIGNAGE
Es dictz philosophes seroit malseant escrire chose que fust au peuple plausible, theatral, populaire, Advis et devis des iengues, p. 64 dans THÉÂTRAL, ALE
Fatum, en commun lenguage destinée, theologallement pourvoiance de Dieu, Amartigenée, p. 178 dans THÉOLOGALEMENT
[Le pape] haiant sus teste une grande thyare marquettée sus or de pierres precieuses d'extime d'un million d'or, Source de l'idolâtrie, Introd. p. XII dans TIARE
Come entendra on force sans entendre timidité, continence sans incontinence... ?, Amartigenée, p. 177 dans TIMIDITÉ
L'evesque [de Genève] fit response... Que voulez-vous que je y face ? je ne suis que evesque titulaire, Chron. de Genève, III, 1 dans TITULAIRE
Faire avec les piedz la toylle soubz la table et touttes autres petittes muguetteries, lesquelles les amoureux hont accoustumé de faire avec leurz dames, Advis et devis, p. 101 dans TOILE
Après qu'il eut beaucoup tonné, il failloit qu'il pleust, qu'il greslast, voire qu'il foudroiast pour descharger le temps, Anc. et nouv. police de Genève, p. 48 dans TONNER
[L'évêque de la Baume] estimant souveraine vertu d'un prelat de tenir gros plat et friande table avec bons vins, et s'en donnoit quant il y estoit jusques à passer trente et un, Anc. et nouv. police de Gen. p. 20 dans TRENTE
Du desbat qui sortit entre ung scindique et le thesaurier de Geneve, Chron. de Genève, IV, 4 dans TRÉSORIER
Espagnols et François [avant la bataille de Pavie] se pourmenoient par sur le Piedmont, et y jouoient au trique trac, Chron. de Genève, IV, 4 dans TRICTRAC
Et luy, allant trambellant par la rue, disoit à tous ceux qu'il treuvoit...., Anc. et nouv. pol. de Genève, p. 100 dans TRIMBALER
La nature des truies, qu'estant bien saoulles, se couchent quand on les gratte, Source de l'idolâtrie, p. 81 dans TRUIE
Si je tuttioie quelque gros mi-lourd, qui me donnast un coup de poing, De noblesse, p. 242 dans TUTOYER
Le tyrannicide que firent Brutus, Cassius et leurz adherentz, de Noblesse, p. 277 dans TYRANNICIDE
La malice que havons de Adam pour heritage s'est treuvée tousjours à Geneve comme ailleurs.... si qu'il ne fault chercher ronds et entiers plaidoieurs qui par cavillations ne prolongent les procez, sinon en utopie, Anc. et nouv. police de Genève, p. 37 dans UTOPIE
Et quant bien ilz [les Génevois] fussent esté bien unis [contre le duc de Savoie], ce n'estois fors le debat du mortier contre le voire, Chron. de Gen. III, 30 dans VERRE
Lettres par lesquelles yl [le duc de Savoie] se conjouissoit au roy d'Angleterre de ce que leur ennemi commun [François Ier] estoit abattu et pris, et pourtant avoit esperance que le regne des villains prendroit fin, ce que chascun entendoit bien des Souysses, Chron. de Genève. IV, 4 dans VILAIN, AINE
Par quoy leur fallut [à des fugitifs] laisser le chemin battu, et faire mille virevoultes, Chron. de Genève, IV, 4 dans VIREVOLTE
Dieu par nature a constituez les vocables pour les choses, non les choses pour les vocables, Advis et devis des lengues, p. 55 dans VOCABLE
Jésus-Christ dict : Considerez la volaille du ciel.... le pere celeste les entretient, Amartigenée, p. 114 dans VOLAILLE
Touchant à l'inventeur de vousier, je ne l'ay treuvé ; mais j'hay bien treuvé que cela estoit desjà en cours, du temps de l'empereur Trajan, aux epistres de Pline deuxième qui le vousioit luy escrivant, Noblesse, p. 242 dans VOUSSOYER
Zwingli emporta le tiltre de cela [doctrine sur l'eucharistie] ; et furent nommez les sectateurs de cela les zwingliens et sacramentaires, de la bende duquel nous sommes, Advis et devis, p. 147 dans ZWINGLIEN