ANQUETIL

Citations

Naturellement, le jeune prélat était plus ami de ses aises que jaloux de commander, Ligue, III, 167 dans AMI, IE
Henri le grand borna la fortune de ce prince, Ligue, III, 319 dans BORNER
Les ministres du roi (Sully entre les autres) ne furent point d'avis qu'on brusquât ce jeune imprudent, Ligue, III, 170 dans BRUSQUER
Il publia cependant des relations fanfaronnes de cette expédition, Ligue, t. III, p. 81 dans FANFARON, ONNE
Pleins de courage et d'intrépidité, mais incapables de vues et de desseins, Ligue, I, 320 dans INCAPABLE
Touchés des maux qu'enduraient les Français par leur obstination aux guerres civiles, Ligue, III, 146 dans OBSTINATION
Bayard, véridique auprès des princes, hasardeux dans les combats, galant auprès des dames, protecteur de leur honneur, vrai parangon de bonne foi et de vaillance, Inst. Mém. scienc. mor. et polit. t. I, p. 27 dans PARANGON
Tel est le naturel des hommes : s'ils n ont pas de grands sujets de querelles, ils s'en font des petits qui ont les effets des grands, Instit. Mém. scienc. mor. et pol. t. I, p. 19 dans QUERELLE
Sitôt que l'assemblée [du parlement] fut formée, il [le duc d'Orléans] remontra en peu de mots son droit à la régence, Louis XIV, sa cour et le régent, année 1715 dans RÉGENCE
Pour peu qu'on ait suivi la marche des opinions diplomatiques, on sourit en lisant à la tête des traités ces mots devenus sacramentaux : il y aura paix perpétuelle entre les puissances contractantes, Inst. Mém. scienc. mor. et pol. t. I, p. 12 dans SACRAMENTAL, ALE ou SACRAMENTEL, ELLE
Il se trouve toujours, dans les factions, des gens ardents.... qui poussent plus loin que ceux-ci [les chefs] n'espéraient, les moyens imaginés par les spéculatifs, Espr. de la Ligue, v. dans SPÉCULATIF, IVE
Le traité de Munster ou la paix de Westphalie, qu'on a appelé le code des nations, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. I, p. 13 dans TRAITÉ
Pendant que la trêve se publiait d'un côté, elle se rompait de l'autre, Espr. de la Ligue, IV, année 1576 dans TRÊVE